sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cul-bénit yankee embrase le Caucase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Le cul-bénit yankee embrase le Caucase   Mer 13 Aoû - 13:56



Conflit Géorgie-USA-OTAN / Ossétie-Russie

Géorgie-Ossétie, un premier bilan des opérations militaires

Dans la nuit du 7 au 8 août dernier, rappelons-le, l'armée géorgienne, encadrée et équipée en particulier par les Etats-Unis, est brutalement passée à l'offensive contre la république séparatiste d'Ossétie du Sud. Elle semble avoir procédé à un pilonnage en règle, déployant des batteries de lance-roquettes multiples Grad, équivalent moderne des "Orgues de Staline", et menant des frappes aériennes avec des chasseurs bombardiers Sukhoï Su-25, avant de déployer des chars et des unités d'infanterie dans l'intention de s'emparer de Tskhinvali, capitale de la petite région.

Pendant environ seize heures, on a pu croire que les Russes ne réagiraient pas. C'était en tout cas ce que craignaient les Ossètes du Sud, qui dès lors lançaient des appels à l'aide à Moscou, affirmant que les Géorgiens se livraient à un "nettoyage ethnique". Puis, le 8 en fin de journée, l'armée russe est entrée en jeu et la violence de sa réaction a surpris tous les observateurs.

12 août 2008
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=88387



Après l’offensive, Moscou reste-t-il un partenaire crédible pour l’Occident ?

HÉLÈNE DESPIC-POPOVIC :

Je n’idéalise en rien le régime russe et on connaît les états de service de Vladimir Poutine. Il faut pourtant reconnaître que, dans ce cas concret, c’est bel et bien Mikhaïl Saakhachvili qui a tiré le premier. Croyant pouvoir prendre des gages territoriaux et mettre tout le monde devant le fait accompli, il a fait une double erreur d’appréciation colossale sur ce que serait la réaction de la Russie et sur le soutien que lui accorderaient les Occidentaux. Les Russes, eux, n’attendaient que cela et ils ont saisi l’occasion. Ils auraient pu aller encore plus loin pour faire payer à l’Occident, au travers de la Géorgie, plus de quinze ans de frustrations géostratégiques.

Quelles sont ces frustrations ?

Il y eut les deux vagues d’élargissement de l’Otan - 1999 et 2004 - aux anciennes démocraties populaires et aux pays Balte. Il y eut les bombardements de l’Otan sur la Serbie en 1999, puis l’indépendance du Kosovo, officialisée cette année. Il y a toujours le projet d’installation d’un bouclier antimissile en Pologne et République tchèque. Et il y a les candidatures de l’Ukraine et la Géorgie à l’Alliance atlantique. De son côté, Moscou avait fait des concessions, comme le démantèlement de ses bases à Cuba ou au Vietnam, et n’avait rien eu en retour. A ses yeux les Occidentaux n’ont jamais voulu prendre en compte ses intérêts spécifiques en matière de sécurité et ils ont au contraire tout fait pour promouvoir les leurs.

Quelles seront les conséquences sur les rapports Est-Ouest ?

La crise géorgienne est un moment charnière pour le Caucase, mais aussi pour les relations entre la Russie et les Occidentaux. Je ne crois pas à un retour de la guerre froide, qui était un affrontement idéologique entre deux systèmes, mais il y a, en revanche, une rivalité d’intérêts de puissances, comme au XIXe siècle. Après cette crise, il sera difficile aux Occidentaux, et en tout premier aux Américains, de continuer à ne pas prendre Moscou au sérieux. Je crois donc que nous allons plutôt vers un rééquilibrage des relations Est-Ouest que vers leur dégradation.

13 août 2008
www.liberation.fr/actualite/monde/344807.FR.php





Editorial de Libé du 13 août 2008
La Russie a ses intérêts et ses intérêts ne correspondent pas forcément avec ceux du reste de l’Europe. Poutine l’a rappelé avec sa brutalité coutumière et la Géorgie fait les frais de cette opération vérité. Les pays de la ligne de front, pour qui l’impérialisme russe n’est que le décalque de l’impérialisme soviétique, l’ont bien compris.
http://www.liberation.fr/actualite/monde/344809.FR.php


Moscou pourrait contrôler une partie du gaz de Nabucco
Le conflit entre la Russie et la Géorgie montre à nouveau combien l'Europe est dépendante de Moscou pour son gaz...
www.challenges.fr/actualites/finance_et_marches/20080812.CHA5258/moscou_pourrait_controler_une_partie_du_gaz_de_nabucco.html


Dernière édition par Orwelle le Dim 17 Aoû - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le cul-bénit yankee embrase le Caucase   Jeu 14 Aoû - 20:51



Géorgie : Mikheil Saakachvili, l'exalté du Caucase

Elu à 36 ans, ce nationaliste a promis dès son intronisation de mater les insurrections dans les provinces séparatistes.

L’ami de l’Occident, l’homme qui souhaite faire de la Géorgie un membre de l’Otan, a le profil du démocrate idéal. Son parcours d’abord. Des études de droit à Kiev, à New-York et à Washington. Une maitrise parfaite de plusieurs langues : géorgien, russe, français, anglais. Un passage par l’Institut International des Droits de l’homme de Strasbourg. Et une droiture éprouvée. Alors qu’il est ministre de la Justice du président Edouard Chevardnadze, il démissionne avec éclat en septembre 2001. Il accuse les ministre de l’Economie et de la Sécurité d’Etat de corruption et dévoile, en plein conseil des ministres, des photos de leurs propriétés.

Mais le démocrate met son pays au pas et, de sa Révolution rose, il ne reste en 2008 qu’un espoir déçu. L’homme à la physionomie (un peu) bonasse se révèle autoritaire. En octobre dernier, l’ex ministre de la Défense, Irakli Okrouachvili, est arrêté. Cet ancien proche du Président, passé dans l’opposition, fait des déclarations fracassantes accusant Mikheil Saakachvili d’être corrompu et d’avoir fait assassiner plusieurs opposants.

Des manifestations ont lieu dans la capitale, Tbilissi, pour prendre sa défense. Mikheil Saakachvili a utilisé sa rhétorique habituelle et accusé Moscou. Les manifestations sont violemment réprimées. En novembre, le résultat des élections législatives est remis en cause, les opposants manifestent. L’état d’urgence est décrété. Seule la télévision d’Etat est autorisée à émettre. Irakli Okrouachvili trouve refuge en France, où il obtient l’asile politique.

Finalement, Mikheil Saakatshvili est réélu en janvier 2008 au terme d’une élection anticipée dont les résultats sont contestés par une opposition grandissante. (...)

www.rue89.com/2008/08/14/georgie-mikheil-saakachvili-lexalte-du-caucase
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article69871


Après l'obtention d'une bourse du Département d'État des États-Unis (via le programme de partenariat de diplômés du FSA d'Edmund Muskie), Saakachvili reçoit un LL.M. de l'Ecole de Droit de Columbia en 1994, et un diplôme de Doctor of Laws (Docteur en droit) de l'école de droit de l'université George Washington l'année suivante. En 1995, il obtient également un diplôme de l'Institut International des Droits de l'Homme à Strasbourg.

Après son diplôme il travaille à New York dans le cabinet de droit de Patterson Belknap Webb & Tyler...

Le 5 janvier 2008, il est réélu au 1er tour avec 53,4% des voix selon les résultats finaux publiés par la commission électorale contre 25,67% à son principal rival, Levan Gatchetchiladze. Néanmoins, le responsable de la commission électorale a indiqué lors d'une interview pour un journal allemand que des fraudes ont eu lieu pendant cette élection.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mikheil_Saakachvili
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le cul-bénit yankee embrase le Caucase   Ven 15 Aoû - 14:13


Donald Tusk (photo Wikipedia)

Moscou dénonce l'accord américano-polonais sur le projet de bouclier antimissile en Europe centrale

MOSCOU - Le chef d'état-major adjoint russe, le général Anatoli Nogovitsine, a affirmé ce vendredi 15 août que l'accord signé à Varsovie entre la Pologne et les Etats-Unis pour l'installation sur son territoire d'une partie du bouclier antimissiles américain en Europe centrale "ne peut pas rester impuni".

Nogovitsine n'a donné aucune précision sur la forme que pourrait prendre cette punition. Mais Moscou avait d'ores et déjà menacé de diriger ses propres lanceurs vers la Pologne et la République tchèque, qui a conclu en juillet un accord avec Washington prévoyant l'installation d'un radar sur son sol dans la cadre du projet américain.

S'exprimant devant des journalistes, Nogovitsine a estimé qu'il est "regrettable" que cet accord américano-polonais survienne "à un moment où nous sommes déjà dans une situation difficile et que la partie américaine vient encore exacerber davantage les difficultés dans les relations entre les Etats-Unis et la Russie". Ces relations ont connu un regain de tension avec la crise en Géorgie.

Jeudi à Varsovie, après la signature de cet accord, le Premier ministre Donald Tusk a expliqué que la Pologne avait accepté que les Etats-Unis installent une batterie de dix missiles d'interception sur son territoire. En échange, Washington s'est engagé à fournir des missiles Patriot à Varsovie pour augmenter sa capacité de défense.

Le futur bouclier, présenté par les Etats-Unis comme un dispositif de défense contre des frappes du Proche-Orient et particulièrement de l' Iran, est très contesté par les opinions tchèque et polonaise. L'accord annoncé jeudi soir intervient après 18 mois d'âpres négociations entre Varsovie et Washington.

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080815/twl-russie-pologne-usa-bouclier-antimiss-224d7fb.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le cul-bénit yankee embrase le Caucase   Sam 16 Aoû - 13:33



Bush, pourquoi ne la fermez-vous pas ?

par Timothy BANCROFT-HINCHEY

En reprenant les propos de l’illustre Roi d’Espagne, dans sa réplique imbécile au Président Hugo Chavez, nous ne les employons pas ici comme une riposte à une diatribe mais plutôt comme une réponse à un imbécile.

Président Bush,

Pourquoi ne la fermez-vous pas ? Lundi, dans votre déclaration concernant les actions légitimes de la Fédération de Russie en Géorgie, vous n’avez pas mentionné une seule fois les crimes de guerre perpétrés par les forces militaires géorgiennes, avec le soutien de conseillers américains, contre des populations civiles russes et ossètes. Plutôt embarrassant, hein ?

Président Bush,

Pourquoi ne la fermez-vous pas ? Votre fidèle allié, Mikhail Saakashvili, annonçait un cessez-le-feu pendant que ses troupes, avec vos conseillers, se massaient à la frontière ossète, et l’ont traversée à la faveur de la nuit tombée et sont allés détruire (la capitale) Tskhinvali, en visant les infrastructures civiles comme l’ont fait vos propres troupes en Irak. Plutôt humanitaire, hein ?

Président Bush,

Pourquoi ne la fermez-vous pas ? Les forces militaires de votre allié fidèle, la Géorgie, soutenues par des conseillers américains, alors qu’ils faisaient partie d’une force de maintien de la paix, ont reçu l’ordre d’ouvrir le feu sur les soldats russes de la même force de maintien de la paix. Plutôt noble, hein ?

Président Bush,

Pourquoi ne la fermez-vous pas ? Vos avions de transport de troupes ont ramené des milliers de soldats géorgiens directement de l’Irak jusqu’au théâtre de combats. Vos « boys » leur ont-ils souhaité bonne chance lorsqu’ils sont descendus des avions ? Je les entends d’ici, « Faites-leur en baver ! ». Plutôt amical, hein ?

Président Bush,

Pourquoi ne la fermez-vous pas ? Comment expliquez-vous que parmi les soldats géorgiens qui fuyaient les combats hier, on pouvait distinctement entendre des officiers donner des ordres de repli en anglo-américain ? Et comment expliquez-vous qu’on signale la présence de soldats américains parmi les victimes géorgiennes ? Plutôt étrange, hein ?

Président Bush,

Pourquoi ne la fermez-vous pas ? Croyez-vous réellement que quelqu’un accorde la moindre importance à vos propos après 8 années de votre régime criminel et assassin ? Croyez-vous réellement avoir la moindre crédibilité et imaginez-vous réellement qu’il existe une seule personne sur cette terre qui ne vous fait pas un bras d’honneur chaque fois que vous apparaissez à la télévision ? De quoi faire réfléchir, hein ?

Croyez-vous réellement avoir le droit de donner votre opinion ou un conseil après Abou Ghraib ? Après Guantanamo ? Après le massacre de centaines de milliers d’Irakiens ? Après les tortures de la CIA ? Pas facile, hein ?

Croyez-vous réellement avoir le droit de faire la moindre déclaration sur n’importe quelle loi internationale après avoir inventé les accusations contre l’Irak et après votre invasion criminelle ? C’est comme cracher contre le vent, hein ?

Président Bush,

Pourquoi ne la fermez-vous pas ? Supposons que la Russie, par exemple, déclare que la Géorgie possède des Armes de Destruction Massive, et qu’elle sait où se trouvent ces ADM, précisément à Tbilissi et Poti au nord, au sud, à l’est et à l’ouest ? Et que c’est certainement vrai parce qu’il existe « un magnifique dossier de renseignement » tels les photos prises par satellite d’usines de lait en poudre et de céréales pour bébé qui fabriquent des armes chimiques qui sont actuellement « en train d’être transportés à travers le pays » ? Supposons que la Russie déclare, par exemple, que « Saakashvili a roulé tout le monde » et que le temps était venu « pour un changement de régime » ?

C’est si simple, n’est-ce pas, Président Bush ?

Alors pourquoi ne la fermez-vous pas ? Oh, et, à propos, envoyez encore quelques-uns de vos conseillers militaires en Géorgie, ils font un travail formidable. Ils ont l’air bizarre dans nos lunettes de vision nocturne, on dirait qu’ils sont tout vert. Ha, ha, ha.

C’est tout. Vous pouvez disposer.

Timothy BANCROFT-HINCHEY

Bush : Why don’t you shut up ?
http://english.pravda.ru/opinion/columnists/106067-bushshutup-0
www.legrandsoir.info/spip.php?article7005


Le vainqueur prend ses aises
"Au check point à l’entrée de Gori, le contraste est évident entre les policiers géorgiens armés de fusils américains et motorisés avec des pick-ups Toyota flambant neufs d’un côté, et les chars et camions russes hors d’âge cahotant sur la route de l’autre. "

Dans Libération, qui se dit de gauche :
www.liberation.fr/actualite/monde/345527.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le cul-bénit yankee embrase le Caucase   Ven 29 Aoû - 18:05



Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie, Kosovo, Liban, Palestine, Chine...
Al-Qaïda et CIA : même combat !

Après le 11-Septembre, Washington a essayé de donner de l'épaisseur à al-Qaïda. Jusque-là, il s'agissait uniquement d'une appellation générique pour désigner des mercenaires musulmans . Les hommes de ben Laden avaient servi sous les ordres de la CIA en Afghanistan contre les Soviétiques. On les avait vu par la suite créer la légion arabe en Bosnie-Herzégovine, puis l'émirat de Tchétchénie. Avec l'aide de l'Allemagne, ils avaient été intégrés à l'état-major de l'OTAN durant la guerre du Kosovo. On les a même vu appuyer les Géorgiens contre les Ossètes.

Cependant, après le 11-Septembre, on les a désignés comme des ennemis tout en continuant à les utiliser, mais de manière beaucoup plus structurée. Par exemple, ici au Liban, ils ont vainement tenté de faire jouer la solidarité sunnite et de soulever les réfugiés palestiniens contre le Hezbollah, avant d'être écrasés au camp de Nahr-el-Bared par l'armée libanaise, équipée par la Syrie. Ou encore, ces jours-ci, ils essayent de mobiliser les Ouïghours en multipliant les attentats au Xinjiang chinois. Dans tous ces cas, les branches locales d'al-Qaïda se résument à des mercenaires recrutés dans les milieux intégristes sunnites , formés au Pakistan ou en Jordanie et rémunérés par le prince Bandar d'Arabie saoudite pour le compte de la CIA ou du Pentagone. Peu importe que ces mercenaires croient servir les États-Unis ou les combattre. Qu'ils en soient conscients ou que ce soit à leur insu, leur chaîne de commandement remonte à Washington.



Photo extraite du film 1984, de Michael Radford (premiere.fr)

Simultanément, le Comité des Six, présidé par Condoleezza Rice , a ordonné enlèvements et tortures. En 7 ans plus de 80 000 personnes ont été « traitées » dans les prisons secrètes de la CIA et dans les 17 prisons offshore de la Navy. 26 000 sont encore séquestrées.

Ces gens n'ont pas été arrêtés et jugés par des tribunaux judiciaires à l'issue de débats contradictoires. Ils ont été happés par une gigantesque machine à broyer les vies. Les techniques d'interrogatoire déterminées par le Comité des Six n'ont pas pour but d'obtenir des informations. Elles sont fondées sur les recherches du professeur Albert D. Biderman. Leur but est d'inculquer des réponses aux victimes, jusqu'à ce qu'ils s'accusent de crimes qu'ils n'ont pas commis et qu'ils en soient convaincus eux-mêmes. Beaucoup sont réfractaires à ce lavage de cerveau, mais vu le nombre de sujets, on dispose maintenant de quantité d'aveux imaginaires. Des gens qui ont perdu la raison s'accusent de tout et de n'importe quoi et sont prêts à en témoigner. Cependant, on doit recourir à des juridictions d'exception pour les tenir à distance de leurs avocats, car leur propos délirants ne résistent pas à un contre-interrogatoire.

Dans ces conditions, la théorie du complot interne et celle du complot externe se rejoignent. Pour Washington, oser produire des aveux de cette nature, c'est s'accuser soi-même. Paradoxalement, c'est la raison pour laquelle les « grandes âmes » occidentales ne s'indignent pas de ces horreurs. Bernard Henri-Lévy s'est même rendu à Guantanamo pour jouer le témoin de moralité des tortionnaires et en a fait un livre abject. S'ils dénonçaient cette machine, ils devraient reconnaître qu'elle a été créée pour poursuivre l'imposture du 11-Septembre.

Thierry Messan
le 20/08/2008 10:47
commentant "A Gori, BHL ne s'est pas mis à la vodka... "
www.marianne2.fr/A-Gori,-BHL-ne-s-est-pas-mis-a-la-vodka-_a90430.html

CIA guerres secrètes
carte interactive
www.arte.tv/static/c1/031008_cia/fr/index.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Extraits   Ven 29 Aoû - 18:48


En jouant les «durs» avec la Russie, McCain fait passer Obama pour un «faible»
© Mor


Géorgie : le bon, le brut et le truand

Conduite sur un fond de musique pétrolière, la guerre en Géorgie a largement été facilitée par la clique de George W. Bush et de Dick Cheney mais aussi de… John McCain.

Le chef des affaires étrangères pour sa campagne s’appelle Randy Scheunemann. Dans le passé, le bonhomme a été un lobbyiste grassement rémunéré qui a travaillé pendant quatre ans pour le gouvernement de Géorgie.
Scheunemann a aussi été le principal conseiller de McCain pour les questions liées au Caucase pendant des années avant de rejoindre son staff de campagne présidentielle.

Autre fait d’armes de Scheunemann : avant de briller sur les questions géorgiennes, il était surtout connu pour être l’un des néo-conservateurs ayant manigancé la guerre en Irak. Il était alors l’un des directeurs du « Project for a New American Century *» (PNAC ou Projet pour un nouveau siècle américain), le fief des néoconservateurs.

Il est inconcevable que son ami et ancien patron Saakashvili, aussi impétueux soit-il, ait ordonné l’invasion de l’Ossétie du Sud (il devait forcément savoir que les Russes réagiraient en employant la manière forte) sans avoir en tête la « certitude » que son pays serait soutenu par Washington.

l’administration américaine prend soin de masquer les vrais objectifs de sa stratégie : le pétrole et plus exactement le gigantesque oléoduc Baku-Tbilissi-Ceyhan. D’une longueur de 1 767 kilomètres, il est connu sous le nom de BTC et a été conçu par Washington comme l’ultime méthode pour contourner la dépendance de l’Occident envers le pétrole et le gaz russe ainsi et iranien.

Selon le New York Times, « les Etats-Unis ne se sont pas contentés d’encourager la jeune démocratie de Géorgie, ils ont militarisé l’Etat géorgien… Au plus haut niveau, ils ont aidé à réécrire la doctrine militaire géorgienne et ont entraîné ses commandants et son Etat-major. La Géorgie a, entre-temps, rééquipé ses forces militaires avec des armes en provenance des Etats-Unis et d’Israël, mais aussi avec des drones de reconnaissance, de la technologie de management des champs de bataille, des convois de nouveaux véhicules et des stocks de munitions… Le but public était de pousser la Géorgie vers les critères militaires d’un membre de l’OTAN. »

Doug Ireland
www.bakchich.info/article4747.html

Arrow http://fr.wikipedia.org/wiki/Project_for_the_New_American_Century
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cul-bénit yankee embrase le Caucase   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cul-bénit yankee embrase le Caucase
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOS CRAQUAGES DE FEVRIER 2013
» L'ÉFFRONTÉ (E.C.)
» VOS CRAQUAGES DU MOIS DE MAI 2012
» Le Kéfir et notre santé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: