sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La laïcité sauce chanoine de Latran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: La laïcité sauce chanoine de Latran   Mar 26 Aoû - 3:14

Vol de corbeaux au-dessus des préaux



L’Opus Dei veille à la fin de l’école gratuite

C’est avec un enthousiasme inquiétant que Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos sont en train de transformer l’école publique. Derrière ces réformes, il y a une idéologie, inspirée de mouvements sectaires ou d’extrême droite. Et expliquée avec brio par Eddy Khaldi, enseignant et Muriel Fitoussi, journaliste, dans un livre à paraître lundi 25 août aux éditions Demopolis, « Main basse sur l’école publique ». « Bakchich » publie quelques bonnes feuilles de ce livre-enquête qui dépasse de loin le simple résumé des événements de l’année en matière scolaire.

L’Oidel (Organisation internationale pour le développement de la liberté d’enseignement), ONG suisse est au centre de nombreuses initiatives entreprises depuis quelques années. Ses constats pas toujours objectifs s’appuient principalement sur des accusations sans cesse ressassées, ainsi résumées : l’Éducation nationale est un mammouth ingérable qui coûte cher et fabrique des illettrés. Ses solutions : suppression de la carte scolaire, un directeur d’établissement chef d’entreprise, la suppression du monopole de la collation des grades 16, le maintien ou la fermeture d’écoles, la sanction des résultats obtenus, l’ouverture de nouveaux établissements privés.

www.bakchich.info/article4775.html

Présentation du livre
www.main-basse-sur-ecole-publique.com/

La troublante ascension de l’Opus Dei

Si l’intégrisme musulman fait la « une » des journaux, les activités de la droite chrétienne s’effectuent souvent dans l’ombre, comme en témoigne la troublante ascension de l’Opus Dei. Milice religieuse au comportement de secte, héritière d’un anticommunisme militant, puissance à la fois économique et politique, l’Œuvre exerce une influence multiforme sur l’Église, mais aussi sur les pouvoirs temporels, qu’elle cherche à infiltrer. On retrouve ses proches jusque dans le gouvernement de M. Alain Juppé. Mais cette garde blanche du Vatican, très liée au pape Jean Paul II dont elle a permis l’élection, suscite aussi des résistances. Au nom de leur foi, bien des chrétiens rejettent la « dictature spirituelle » de l’Œuvre et craignent que cette « arme du pape » ne soit à double tranchant et ne se retourne un jour contre lui.

François Normand
Septembre 1995
www.monde-diplomatique.fr/1995/09/NORMAND/1804.html


Le fondateur de l'Opus Dei, Escriva de Balaguer, a clairement exposé une impressionnante théorie des « trois taches » (« manchas ») qui salissent selon lui le monde.

-La première est le matérialisme et l'athéisme marxistes, « tache rouge qui se répand à grande vitesse sur la terre, qui démolit tout, qui cherche à détruire jusqu'au plus petit mouvement surnaturel ».
-La deuxième réside dans les premiers pas de la libération des femmes, « grande vague de sensualité débridée qui amène les hommes à se conduire comme des animaux ». pig
-La troisième est la plus dangereuse car c'est elle qui s'insinue le plus sournoisement dans les sociétés sans montrer sa couleur. Il s'agit de la laïcité : « tache d'une autre couleur, dans les tendances sans cesse croissantes à dénier leur place à Dieu et à l'Eglise, à dire leur réalité et leur signification objectives, pour les reléguer dans un coin de la vie privée, sous la tutelle d'une conscience subjectiviste, autrement dit l'expulsion hors de la vie publique de la foi et de ses manifestations ».

Le pontage idéologique et théorique du néolibéralisme et du catholicisme est ainsi devenu au fil des ans un des principaux objectifs de recherche des universités et instituts contrôlés par l'Oeuvre
.
C'est sous l'influence de l'Opus Dei que Jean-Paul II a d'abord systématisé dans les années 1980 la répression contre les prêtres et les fidèles de la théologie de la libération en Amérique latine.
22 Septembre 2003.

Le Chili du général Pinochet a aussi été un des lieux d'engagement privilégié de l'Oeuvre. Le général lui-même est surnuméraire (membre non célibataire) de l'Oeuvre. Quant au père du soi-disant miracle économique chilien, il s'agit de l'opussien Joaquim Lavin, un « Chicago boy » devenu conseiller économique de Pinochet. On trouve également des membres de l'Oeuvre à la tête du Mouvement chilien pour la réconciliation, créé pour défendre l'héritage, la mémoire et les intérêts de l'ancien dictateur.

22 Septembre 2003
www.communautarisme.net/L-Opus-Dei-les-soldats-du-communautarisme-chretien_a76.html


Fondations affiliées à l'Opus Dei dans le monde
www.odan.org/foundations.htm


Dernière édition par Orwelle le Lun 8 Sep - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Mar 26 Aoû - 3:22


Fr Álvaro Corcuera, LC, avec des membres de Regnum Christi, en Nouvelle Zélande
(photo Andrew Devereux)


Les Légionnaires du Christ

la Légion a le contrôle de l'agence de presse Zénith qui est chargée de la communication du Vatican en six langues. Tournée vers les hommes d'affaires et les décideurs, la Légion a également la main sur la Fondation Guilé, « car notre principale activité c'est la formation et en premier lieu celle de l'élite », explique le Père Williams, porte-parole de l'Ordre.

A ce point de notre étude, on ne peut que constater bien des points communs entre les Légionnaires du Christ et l'Opus Dei. Pour certains observateurs les Légionnaires se seraient même fortement inspirés de l'organisation très structurée de l'Opus Dei.

http://prevensectes.com/rev0604.htm#1a

Légion du Christ
Les hussards noirs de la papauté

Le séminaire de la Légion du Christ à Rome respire l'espace, la lumière, la propreté, l'équilibre, la sérénité. Le luxe aussi, mais ce mot fait tiquer. Les couloirs de marbre clair, les salons de réception, les coussins colorés et les canapés moelleux font office de ce qu'on appelait autrefois dans les maisons religieuses « parloirs » - avec table et chaises de bois branlantes. Ici, le mobilier est du meilleur goût et l'orfèvrerie étincelle. Les invités sont reçus avec égards. Des dessertes, nappées de broderies blanches, regorgent de pâtisseries, de fruits, de bouteilles de vins, de liqueurs, d'apéritifs. A table, les plats sont raffinés, servis par de jeunes légionnaires en soutane qu'on dirait sortis des meilleures écoles hôtelières.

Reconnue de droit pontifical en 1965, cette nouvelle congrégation religieuse est devenue la prunelle des yeux de Jean Paul II, séduit par son efficacité dès son tout premier voyage, au Mexique, en janvier 1979. Le Père Maciel a vite compris l'intérêt de l'élection de Karol Wojtyla, en 1978, et convaincu ses troupes que ce pape venu de Pologne, avec son esprit missionnaire et ses idées carrées, était « leur » pape.

Avec ses moyens puissants, elle ne cesse d'étendre sa toile en Amérique latine, dévorée par les sectes et la pauvreté ; aux Etats-Unis, où le catholicisme est labouré par les courants libéraux et menacé par la concurrence des évangéliques ; dans l'Europe qui se déchristianise, en Irlande, en Espagne, en Allemagne, en Italie. Elle mord en France. Twisted Evil

Une dizaine de prêtres américains du Nord et du Sud ont établi leurs quartiers Villa Molitor à Paris, dans le 16e arrondissement, et tentent de relancer les patronages de jeunes d'autrefois. Ils proposent leurs services aux évêques, organisent des camps, des temps de retraite spirituelle ou des « dîners d'évangélisation ».

Les légionnaires font cinq voeux avant de s'engager : chasteté, obéissance, pauvreté, charité, humilité.

Les sources d'enrichissement de la Légion sont aussi sujettes à caution. Des « donateurs », répondent les responsables à Rome. De grandes fortunes mexicaines et américaines cotisent à la Légion.

On ne prête qu'aux riches. Les légionnaires sont accusés de mégalomanie et de lobbying. Ils sont de tous les voyages pontificaux, de toutes les cérémonies à Rome, aux petits soins avec les cardinaux de la Curie et la « famille » du pape : hier Stanislaw Dziwisz, secrétaire privé de Jean Paul II , aujourd'hui Georg Gaenswein, le plus proche de Benoît XVI. Le cardinal Sodano est leur hôte et, contre tout usage, les cite dans ses interventions. La Légion se défend pourtant de toute volonté de puissance, mais elle marche sur les mêmes brisées que ses « frères » de l'Opus Dei et de la Compagnie de Jésus.

Henri Tincq
19.04.06
www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3230,36-762860,0.html


Le texte complet
www.vexilla-regis.com/textevr/LalegionduChrist.htm

Le Vatican sanctionne le fondateur des Légionnaires du Christ
Après une longue enquête, la Congrégation pour la doctrine de la foi a retenu les accusations de pédophilie contre le P. Marcial Maciel.
21 05 2006
www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2269706&rubId=4078


Actualité sur les sectes
http://prevensectes.com/rev0604.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Mar 26 Aoû - 7:01



Ecole : «le Grand Bond en arrière»

Jean-Yves Vlahovic, enseignant en Loire Atlantique, fait le point sur les réformes attendues à la rentrée. Suppressions de postes, fin de la carte scolaire, allègement des programmes. Revue de détail, et précisions sur les mobilisations en cours.

« 11200 suppressions de poste à la rentrée 2008, 13000 en 2009, voilà ce qui attend les élèves et leurs parents dans l’Education Nationale pour les deux prochaines années scolaires. Le ministère a même avancé le chiffre de 80000 à l’horizon 2012, prétextant une baisse des effectifs dans le secondaire. Ce qui se met en place n’est ni plus ni moins que le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. L’objectif de ce gouvernement étant de rester dans les «clous européens» (dette publique inférieure à 3% du PIB). Et ce n’est pas tout ! Depuis plusieurs années, et surtout depuis plusieurs mois, l’école subit un certain nombre d’attaques en règle, particulièrement l’école maternelle et élémentaire (le socle du système éducatif).

- Haro sur la méthode globale d’apprentissage de la lecture, qu’aucun enseignant digne de ce nom n’a jamais appliqué à 100%, privilégiant d’abord une approche basée sur le sens de l’écrit puis sur l’analyse progressive de la combinatoire des mots et du texte.

- Suppression progressive de la carte scolaire, donc des écoles –ghettos pour les moins débrouillards.

- Suppression pure et simple du samedi matin : on passe donc de 26h à 24h hebdomadaires pour les élèves, soit 72h d’enseignement en moins sur l’année, avec un volume de programmes qui reste lourd.

- Le traitement de l’échec scolaire, estimé à 15% des enfants arrivant au collège. Aucune analyse sérieuse des causes sociales n’a été faite par les Inspections académiques. Au lieu de cela, on va stigmatiser encore les élèves les plus en difficulté, en leur infligeant 2h supplémentaires par semaine et des stages de rattrapage pendant les vacances. [...] les personnels spécialisés (psychologues, rééducateurs, maîtres de soutien) des réseaux d’aide (RASED) qui, hélas, voient leurs effectifs fondre comme neige au soleil. On parle même de leur disparition en 2012.

- Les fameux nouveaux programmes [...] depuis que l’école républicaine, laïque, gratuite et obligatoire existe, les ministres concernés ont toujours eu la sagesse de faire un bilan des programmes précédents avant d’en établir de nouveaux, de mettre tout le monde autour de la table, d’écouter, de prendre du temps, et essayé d’obtenir l’assentiment le plus large possible entre les professionnels et les usagers de ce service public d’Education.
Foin de toutes ces considérations ! D’après certains syndicalistes, il se murmure dans les couloirs du ministère de la rue de Grenelle, qu’il faut abattre le «pédagogisme». Si l’école ne doit pas être le domaine de la pédagogie, où donc a-t-elle sa place ?

Darcos [...] ce qu’il nous a servi valait son pesant de bonnets d’âne !

- «Retour» au par cœur automatique ; à noter que le par cœur n’a jamais disparu des écoles (tables, règles diverses), mais sans être pour autant systématisé,

- «Retour» aux fondamentaux (français et maths), ceux-ci n’ayant jamais été abandonnés soit dit au passage, mais cela se fera au détriment de l’ouverture sur le monde, de toute la culture humaniste (histoire, géographie, sciences expérimentales), de la pratique artistique (musique et arts visuels) et informatique. Eh oui, il fallait bien trancher dans les contenus avec 72h en moins.

- «Retour» à des valeurs qui se veulent rassurantes pour les nostalgiques de la communale d’antan :
Exit la poésie, vive la récitation
Exit l’expression écrite, vive la rédaction
Exit l’éducation civique et citoyenne, vive l’instruction morale et civique.

Les mots sont lourds de sens.

Depuis la fin du XIXème siècle, chaque ministre initiateur de nouvelles instructions les signait logiquement de sa plume. Mais là, personne ! Quel courage !

Les avancées des chercheurs en pédagogie, les acquis de Piaget, de l’ICEM (mouvement Freinet), de l’école Montessori, du GFEN, des CEMEA, des Francas,… ont été jetés aux orties. [...] Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un sacré bond en arrière ; la philosophie rétrograde de ces contenus nous plongent au début du XXème siècle (les instructions de 1923, par exemple).

Quant à l’école maternelle, les objectifs qui lui sont assignés manquent singulièrement d’ambition : allègement des programmes [...] L’ «apprendre à vivre ensemble» y est délaissé au profit de «l’apprendre à être élève». Là aussi, l’instruction prend le pas sur l’éducation.

La mise en place envisagée d’EPEP (Etablissements Publics d’Ecoles Primaires) font craindre des regroupements d’écoles, donc encore des suppressions de poste, des conseils d’administration aux mains d’élus locaux [...]

Enfin, la formation des maîtres est elle aussi remise en cause. [...] ce qui se profile pour 2010, c’est le passage de bac+3 à bac+5 pour espérer devenir prof d’école ou du secondaire. Belle économie réalisée en prétextant une élévation du niveau de formation. Car les étudiants reçus à l’IUFM y touchent un salaire, ce qui ne sera plus le cas ensuite. La formation sera déléguée (et délayée) aux universités, et un « compagnonnage » tiendra lieu de formation sur le tas.

Face à toutes ces attaques et dérives contre l’école publique, des voix se sont élevées un peu partout en France, mais sans doute pas en nombre suffisant et pas assez relayées médiatiquement pour faire reculer le ministre et ses conseillers [...]

En Loire-Atlantique, un mouvement de résistance citoyenne important (incluant parents d’élèves, enseignants, élus locaux) a pris corps depuis la fin mars : nombreuses AG de secteurs et départementales, refus de remplir les grilles d’analyse des nouveaux programmes et les avenants aux projets d’école, de mettre en place les cours de rattrapage pendant les vacances, rassemblements devant l’Inspection Académique et son occupation, chaîne humaine, blocage de la raffinerie de Donges, manifestations dans les rue de Nantes.

Une intersyndicale et une coordination citoyenne départementale se sont mises en place [...] A la rentrée, nous nous rappellerons au bon souvenir de Darcos, de l’Inspecteur et du Recteur d’Académie en lors des Rendez-vous de l’Erdre, une manifestation musicale ayant lieu les 30 et 31 août dans les rues de Nantes et nous tiendrons une AG de rentrée le 3 septembre, [...]

Car nous voulons fermement poursuivre la résistance à cette entreprise de démolition de l’école publique et espérons être rejoints par d’autres départements pour faire front à cette politique imposée qui va vers le pire. »

http://contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2008/08/ecole-en-avant.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Jeu 28 Aoû - 15:42



Le vieux singe amuse la galerie

Le 29 avril Darcos a présenté ses nouveaux programmes pour l’école primaire, pour une fois élaborés en concertation avec les profs (11 000 contributions émanant des 380 000 enseignants). Malheureusement, pour des raisons de planning de fabrication, les manuels scolaires de la rentrée 2008 ne tiendront pas compte de cette concertation…

Ces livres ont été élaborés sur la base du seul projet de programmes scolaires présenté par le ministre, le 20 février. Des spécimens ont même déjà été distribués dans certains établissements scolaires.
La durée de vie d’un livre scolaire s’étalant sur parfois dix ans, il est peu probable que les mairies procèdent en 2009 à un renouvellement complet des livres acquis un an plus tôt.

Résultat, l’apport des enseignants à cette élaboration collective des programmes passera purement et simplement à la trappe. Car, quand viendra l’heure de renouveler les manuels achetés en 2008, il y a fort à parier que Xavier Darcos aura laissé la place à un autre ministre. Et à d’autres programmes.
Bah, comme disait le baron de Coubertin, l’essentiel, c’est de participer…

29 avril 2008
www.bakchich.info/article3580.html


Compte-rendu de LIBERATION.FR ce jeudi 28 août 2008 :
"Le manuel scolaire est aujourd’hui un simple outil"
Difficile de suivre le rythme frénétique des réformes de l’éducation. Professeurs et éditeurs de livres scolaires ont donc appris à composer. Sleep
www.liberation.fr/actualite/societe/348107.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Lun 8 Sep - 23:03



Sarkozy homme d’Etat de l’année pour une fondation proreligieuse américaine.

"Prix mondial de l’Homme d’Etat de l’année », ça en jette ! Le 23 septembre prochain, le président de la République se verra remettre cette distinction à New York par la Fondation pour l’Appel à la Conscience, initiatrice du prix, qui récompensera Nicolas Sarkozy pour son "rôle de leader de la liberté, de la tolérance et de la compréhension inter-religieuse et inter-culturelle".

Nicolas Sarkozy aurait-il été récompensé pour avoir libéré les infirmières bulgares ? Il semblerait que les discours du Latran, de Ryiad et autres prises de positions sur le statut des religions soient plus à même de convaincre la Fondation, dont le président est le rabbin Arthur Schneier, et dont les vice-présidents sont cardinaux ou évêques. (...)

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70784
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Lun 8 Sep - 23:05



Qui a parlé de ces connexions vaticannes ?

Machelon, émissaire du Saint-Siège

Laïcité. L’auteur du rapport sur les liens entre l’État et les cultes remis en 2006 à Sarkozy est l’un des représentants du Vatican au Conseil de l’Europe.

En septembre 2006, le rapport Machelon sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics, commandé par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, proposait de bouleverser les équilibres de la loi de séparation des Églises et de l’État en autorisant les collectivités à subventionner directement les lieux de culte.

Controversée, cette commission ne le fut pas seulement par ses conclusions. Le camp laïque dénonça alors sa composition, la plupart de ses membres n’ayant pas fait mystère de leurs convictions religieuses. Théologiens, ministres des cultes et représentants de différentes institutions religieuses avaient été appelés en renfort, alors même que les athées et agnostiques étaient tout simplement écartés du débat sur le devenir de la loi de 1905, pilier de la laïcité. (...)

Rosa Moussaoui
www.humanite.fr/2008-09-05_Politique_Machelon-emissaire-du-Saint-Siege
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70774
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: UMP : Union Mystique et Pratiquante   Mar 9 Sep - 11:07



Les moutards UMP préfèrent Sainte-Clotilde à l'école publique

Pinault, Fillon et autre Hortefeux ont accompagné leur marmaille jusqu’aux bancs de la si chic école privée Sainte-Clotilde, à Paris.

Une rentrée 2008 « sans chaos » ! C’est ce qu’avait promis et annoncé Xavier Darcos, le ministre de l’éducation nationale lors de sa conférence de presse, fin août. Un pari gagné au moins…. à Sainte-Clotilde actuellement l’école la plus chic de la capitale. Située dans un hôtel particulier, rue de Grenelle au coeur du 7ème arrondissement, à deux pas des ministères et de Matignon, cette école privée sous contrat avec l’Etat affiche des tarifs forts modestes : 690 euros par an en maternelle, 795 par an pour le primaire.

Les places n’en sont pas moins chères pour intégrer un établissement fréquenté par le fils du Premier ministre, François Fillon, celui du ministre de l’immigration Brice Hortefeux, un petit-fils de l’industriel François Pinault ou encore la progéniture de Luc Ferry, ex-ministre de l’Education nationale de Raffarin.

À Sainte-Clotilde , les socquettes ( blanches ou bleues) sont de « rigueur en toutes saisons », précise le règlement intérieur. Si l’école est mixte, cette concession à la modernité, est tempérée par le port obligatoire d’une « blouse bleue » pendant les heures de cours.

À ces détails près « Sainte Clo » est une école comme les autres. Ou presque… En cette première journée ce qui frappe tout de même c’est le cortège des véhicules avec chauffeurs, et parfois avec escorte. Autre singularité dénichée sur le site internet de l’établissement, la vente de crêpes au profit du voyage des CM2 pour Mardi gras. On apprend que celle-ci a rapporté 100 000 euros !

www.bakchich.info/article4874.html
www.ecole-sainteclotilde.org/wordpress/ecole/ecole-sainte-clotilde/


Qui a-t-on vu à la fête annuelle de la paroisse Ste-Clotide, en juin ? Rachida Dati...
www.mairie7.paris.fr/mairie7/jsp/site/Portal.jsp?article_id=12938&portlet_id=603
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Sam 13 Sep - 1:14



Au 1er jour de sa visite, Benoît XVI soutient Sarkozy sur la laïcité ouverte

Sarkozy cherche à faire évoluer la stricte laïcité à la française, qui institue une séparation rigide entre la religion et l'Etat.

L'opposition de gauche et le camp laïc ont critiqué l'accueil réservé au pape par M. Sarkozy, estimant que le chef de l'Etat ne devait pas évoquer ses "convictions personnelles" sur la religion et rester le garant de la laïcité.

"Pour la première fois dans l'histoire de la France républicaine, un pape et un président de la République affichent une politique commune", a regretté le sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon.

En un geste symbole, M. Sarkozy s'était rendu en personne à l'aéroport d'Orly pour accueillir le pape, accompagné de son épouse.

Après le discours du pape à l'Elysée (!) : "Ce serait une folie de nous priver des religions, tout simplement une faute contre la culture et contre la pensée. C'est pourquoi j'en appelle à une laïcité positive", a ajouté M. Sarkozy, qui revendique ses convictions catholiques.

Il a ajouté cependant que la France est "multiple" et redit sa volonté "de tout faire pour que nos compatriotes musulmans puissent vivre leur religion à égalité avec toutes les autres". Les musulmans sont 5 millions et forment la deuxième religion en France.

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080912/tfr-france-religion-catholiques-pape-vat-f56f567.html

Séparation des Églises et de l'État en 1905 study
http://fr.wikipedia.org/wiki/Séparation_des_Églises_et_de_l'État_en_1905

" Sarkozy ne connaît pas l’histoire. Que connaît-il d’ailleurs ? "
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article71036

Ignorant, sans doute, mais manipulateur, probablement encore plus. En effet, quelques jours auparavant, d'après son "collaborateur"...
François Fillon : la guerre en Afghanistan est un conflit contre "le monde musulman", comme le relate Olivier Bonnet :

Les talibans, les tortionnaires des femmes, ceux qui se font exploser dans la foule pour tuer le plus possible d’innocents, s’agit-il d’islamistes, d’intégristes fanatiques ? Pour le Premier ministre de la France, non. Il désigne dans son ensemble "le monde musulman". Qu’en déduire ? Que chaque musulman est un ennemi potentiel : c’est cette religion elle-même qui génère le terrorisme et la barbarie moyenâgeuse.
www.plumedepresse.com/spip.php?article976

On imagine mal que Fillon ne partage pas les opinions de son maître sarkozy. Et on peut en déduire que ce dernier attaque la laïcité, prône le retour des religions dans la République, avec des arrière-pensées bien précises. Pour le manipulateur pervers, la "laïcité positive" Rolling Eyes permettra d'attiser la guerre entre communautés, après celle des travailleurs contre les chômeurs.
Pendant ce temps, le France s'occupera moins des salaires, des libertés ou des scandales financiers, par exemple.

«Sarkozy fait basculer la laïcité à la française vers la laïcité à l'américaine»

Christian Terras. La laïcité positive, est une sorte de dénégation du principe de laïcité, tel qu'il est édicté dans la tradition française, depuis près de 100 ans. En parlant de laicité positive, Nicolas Sarkozy et le pape Benoît XVI laissent entendre qu'il y a une laicité qui ne l'est pas. Tous les deux rallument donc, à leur façon, une méchante polémique qui avait déjà eu lieu en décembre dernier, lors du discours du Président Sarkozy, à Rome, à Saint Jean de Latran.

La laïcité sans adjectif, ni positive, ni négative, n'a jamais été anti religieuse, mais simplement hostile aux privilèges politiques des religions. Ainsi, elle libère la spiritualité de toute tutelle, et vise à la plénitude de l'égalité de traitement par la République et son Président, les athées comme les croyants. (...)

www.liberation.fr/interactif/chats_home/chats/chat_actu/351651.FR.php



Identité nationale ou imitation américaine ?

(...) La palette de M. Sarkozy n’est pas absolument superposable à ce registre dans la mesure où, en France, le recours d’un candidat aux sentiments religieux, et l’utilisation des religions ou des sectes comme gardiennes d’un ordre social conservateur, se heurtent encore à la sécularisation du pays et à sa tradition républicaine et laïque. Le candidat de l’UMP a bien essayé de réactiver ce ressort religieux — « Je suis de ceux qui pensent que la question spirituelle a été très largement sous-estimée par rapport à la question sociale », réitérait-il encore récemment — mais il est vite passé à l’essentiel : la redéfinition de « la question sociale ». A l’américaine, il s’est alors efforcé de faire passer la ligne de démarcation, non plus entre riches et pauvres, capitalistes et travailleurs, mais entre salariés et « assistés », ouvriers et fraudeurs.

(...) sur un mode puritain plus courant aux Etats-Unis qu’en France, il en vient à l’avertissement : « Je n’accepte pas qu’il y ait des gens qui soient au RMI et qui, à la fin du mois, aient autant que des gens comme vous [des salariés] qui se lèvent tôt le matin. » Il l’acceptera d’autant moins, en vérité, que « l’assistanat généralisé est une capitulation morale. L’assistance est une atteinte à la dignité de la personne. Elle l’enferme dans une situation de dépendance. Elle ne donne pas assez pour une existence heureuse et trop pour inciter à l’effort ».

Un mauvais esprit objecterait sans doute qu’il y a en France d’autres exploiteurs et d’autres exploités, d’autres rentiers, d’autres fraudeurs, et qui vivent sur un plus grand train que les « assistés », d’autres privilégiés qui ne se sont donné que la peine de naître dans la bonne famille (le fils de Jean-Luc Lagardère, celui de Francis Bouygues, celui de François Pinault, celui de Vincent Bolloré, la fille de Bernard Arnault...) ; d’autres injustices aussi. Mais elles paraissent moins préoccupantes à M. Sarkozy. (...)

www.monde-diplomatique.fr/carnet/2007-04-18-Identite-nationale

Aux sources puritaines des Etats-Unis

Avec une pureté doctrinale que les années n’ont pas altérée, presque toutes les grandes idées de la droite américaine renvoient aux origines du pays. Ordre moral, croyance en la justice immanente, rôle de la peine de mort, dénonciation du caractère blasphématoire de la culture, démocratie qui exclut les pauvres et les autres « perdants ».

Au commencement étaient les puritains. Ceux-ci, obsédés de pureté doctrinale, quittent la Hollande, d’où ils sont arrivés en 1608, non point en raison des persécutions mais parce qu’« ils craignaient que leur postérité ne devînt hollandaise et ne fût corrompue par un milieu qu’ils estimaient moralement peu élevé et parfois enclin à l’hérésie ». Ils partent pour l’Amérique afin de fonder une « Nouvelle Jérusalem », puisqu’ils sont le peuple élu de Dieu. (...)

www.monde-diplomatique.fr/1995/05/TOINET/1435
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Mar 16 Sep - 7:32



« Sarkozy et le pape ne sont plus sur la même longueur d'onde »

Auteur du livre « Sarkozy et Dieu, de l’usage politique des monothéismes », le sociologue Marc Andrault explique à Rue89 que, si le président français parle toujours de « laïcité positive », son discours sur le fait religieux a changé à l’occasion de la visite ce week-end de Benoît XVI en France.

(extraits de l'entretien)

En soutenant de nouveau le concept de « laïcité positive », Nicolas Sarkozy se situe-t-il dans la même ligne que son polémique discours au palais de Latran*, prononcé le 20 décembre à Rome ?

Pas du tout. Au Latran, il mettait derrière la notion de « laïcité positive » une laïcité qu’il faudrait modifier en faveur des religions, alors qu’à l’Elysée il reprend le concept de « laïcité positive » mais en disant qu’elle est positive pour toutes les familles spirituelles. Dès lors, il rejoint la définition de la laïcité tout court, qui est positive par nature.

Il a changé son discours à la suite des réactions qu’il a suscitées. Mais avant son élection puis au Latran, c’est bien la neutralité de la République qu’il a remise en cause. En fait, il a dit tout et le contraire de tout. clown

Pourquoi s’évertue-t-il donc aujourd’hui à continuer d’utiliser l’expression de « laïcité positive », alors même qu’il lui donne désormais un sens différent ?

Nicolas Sarkozy a maintenu cette expression de « laïcité positive », vendredi à l’Elysée, pour faire croire à une continuité. Il a pourtant situé le christianisme parmi d’autres dans l’héritage de la France : il a cité notamment les Lumières et l’héritage gréco-romain, et il a annoncé que toutes les traditions philosophiques et religieuses participeraient au débat précédant la future révision de la loi sur la bioéthique de 2004.

D’ailleurs cette erreur a été exploitée par le pape, qui a parlé de la « belle expression de ‘laïcité positive’ », en faisant croire que le Président demeurait dans la ligne du Latran. Twisted Evil

Pourtant, Benoît XVI n’est-il pas apparu plus clair que Nicolas Sarkozy, en déclarant que « la foi n’est pas politique et la politique n’est pas une religion » ?

Oui et non. La politique n’est pas une religion, il a raison. Mais la foi a forcément des implications politiques. Elle peut en avoir en intervenant sur l’immigration, les injustices sociales ou sur le respect de la vie. En ce qui concerne le respect de la vie, la foi est d’ailleurs politique de façon illégitime, car le catholicisme prétend imposer sa façon de voir, qui n’est pas le même que celui des protestants notamment, sauf sur l’euthanasie.

Que pensez-vous du monceau de commentaires, positifs ou négatifs, qui entourent la réception à l’Elysée de Benoît XVI ?

Le débat politique relancé ce week-end nous plonge de nouveau en pleine confusion. François Hollande a deux torts. L’un est ancien, c’est de faire comme si Nicolas Sarkozy, lorsqu’il tenait des propos contraires à la laïcité, exprimait des convictions personnelles, alors qu’il s’agissait d’un calcul politique : obtenir des voix et obtenir la paix sociale. Nicolas Sarkozy a dit clairement dans son livre de 2004 [« La République, les religions, l’espérance », ndlr] que son catholicisme était « culturel, identitaire », donc ce ne sont pas des convictions personnelles qu’il exprimait. L’autre tort est de faire aujourd’hui comme si le Président avait dit la même chose à l’Elysée qu’au Latran, alors qu’il a dit des choses différentes.

Concernant Frédéric Lefebvre [porte-parole de l’UMP, ndlr], quand il reproche à François Hollande d’avoir insulté les chrétiens de France, il confond les chrétiens et les catholiques, ce qui est tout de même assez curieux. clown Et Frédéric Lefebvre a aussi critiqué François Bayrou, alors qu’il ne s’était exprimé le jeudi que de façon nuancée en affirmant qu’il comprenait l’accueil de Benoît XVI sur le tarmac de l’aéroport mais que la réception à l’Elysée le gênait. (...)

www.rue89.com/2008/09/14/sarkozy-et-le-pape-ne-sont-plus-sur-la-meme-longueur-donde
* www.rue89.com/2007/12/29/discours-de-sarkozy-au-latran-attention-virage-dangereux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Dim 5 Oct - 20:24



Education : le SNES accuse le gouvernement d'avoir favorisé le privé en matière de suppressions de postes

PARIS - Le SNES accuse le gouvernement d'avoir favorisé les établissements privés en matière de suppressions de postes dans le budget 2009. Dans un communiqué diffusé jeudi, le principal syndicat des enseignants des collèges et lycées dénonce une "provocation" qui "risque de rallumer la guerre scolaire".

Au total, le gouvernement prévoit de supprimer 13.500 postes à l'Education, lors de la rentrée 2009.

"Jusqu'à présent, la répartition des emplois entre public et privé dans l'Education nationale obéissait à une règle simple : les mesures de créations ou de suppressions de postes appliquées à l'enseignement privé représentaient 20% de celles appliquées à l'enseignement public", déclare le SNES dans un communiqué diffusé jeudi.

Mais pour le budget 2009, selon le SNES, "le ministre a décidé en catimini de remettre en cause cette règle et de favoriser davantage encore l'enseignement privé au détriment de l'enseignement public. Il prend ainsi le risque de rallumer la guerre scolaire en remettant en cause un équilibre respecté depuis plusieurs décennies".

"Ainsi" selon l'organisation syndicale, "dans plusieurs domaines (remplacements dans le second degré, emplois de stagiaires), les suppressions dans le privé ne représentent que 11% à 12% de celles envisagées pour le public". Joint par l'AP, le ministère n'avait pas réagi dans l'immédiat.

http://fr.news.yahoo.com/ap/20081002/tfr-social-education-public-prive-snes-56633fe.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Dim 3 Mai - 21:46



Quand le prêtre formera l'instituteur

On assiste à un assaut sans précédent pour tenter d'affaiblir l'enseignement républicain et laïque au profit de l'enseignement privé et confessionnel. En principe, la République "ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte". En coulisse, tout est fait pour torpiller l'esprit de cette loi dès qu'il s'agit d'éducation nationale.

Dans la plus grande discrétion, tout un pan du discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Saint-Jean-de-Latran vient d'entrer en vigueur. On se souvient de cette phrase dans laquelle le président plaçait le prêtre au-dessus de l'instituteur "dans la transmission des valeurs". Depuis, il a tenté de minimiser. Ces mots traduisent pourtant une vision de la transmission et de l'enseignement que son gouvernement applique à la lettre.

Dans une autre partie de son discours, moins célèbre, le président regrettait que la République ne reconnaisse pas la "valeur des diplômes délivrés par les établissements d'enseignement supérieur catholique". On pensait à la reconnaissance de diplôme de théologie... Ils n'ont pas à être validés par la République puisqu'elle ne "reconnaît aucun culte". Mais le président s'obstine. Notamment avec l'arrière-pensée de pouvoir estampiller la formation des imams rêvée par le ministère de l'intérieur mais dispensée par la Catho. Un bricolage qui ne fait que renforcer l'impression d'une gestion postcoloniale de l'islam, donc la propagande islamiste. Tout en tuant à coup sûr l'esprit de 1905.

L'affaire est plus grave qu'il n'y paraît. Les décrets de cet accord - signé en catimini entre la France et le Vatican le 18 décembre 2008 - viennent de tomber. Ils prévoient la "reconnaissance mutuelle des diplômes de l'enseignement supérieur délivré sous l'autorité compétente de l'une des parties". Or cette "reconnaissance" ne vaut pas seulement pour les matières théologiques mais aussi profanes. Autrement dit, le baccalauréat ou d'éventuels masters.

L'accord feint d'appliquer une directive européenne (le processus de Bologne), pensée pour reconnaître les diplômes étrangers, mais il change de nature à partir du moment où il est signé avec le Vatican, pour "reconnaître" des diplômes délivrés sur le sol français par des établissements de l'Eglise. Ce qui revient non seulement à casser le monopole des diplômes qu'avait l'Etat depuis 1880, mais aussi l'esprit de l'article 2 de la loi de 1905.

Jusqu'ici, les établissements catholiques privés pouvaient parfaitement préparer des élèves au bac, mais ceux-ci devaient passer leur diplôme avec tous les autres. Petite astuce connue des professeurs : de nombreux établissements privés choisissent de ne présenter que les meilleurs élèves sous leurs couleurs et d'envoyer les autres en candidats libres pour améliorer leur score de réussite au bac. Appâtés par des pourcentages tournant autour de 100 %, de plus en plus de parents se tournent vers ces établissements au détriment de l'école publique.

Le gouvernement fait tout pour encourager ce choix
: démantèlement de la carte scolaire, baisse du nombre de professeurs dans le public... Le plan banlieue est à sec, mais on racle les fonds de tiroirs pour financer - sur fonds publics - l'ouverture de 50 classes privées catholiques dans les quartiers populaires. Un grand lycée Jean-Paul-II est sur les rails. Un collège tenu par l'Opus Dei est déjà sous contrat.

Il ne manquait plus que ça : la fin du diplôme d'Etat... Justement au moment où l'Etat annonce vouloir supprimer les IUFM, brader les concours, et remplacer leur formation par un master que pourrait préparer n'importe quel établissement privé. Comme ça, en plus de délivrer le baccalauréat, le Vatican pourra ouvrir des masters destinés directement aux futurs enseignants.

Un comité 1905 vient de porter plainte devant le Conseil d'Etat. S'il n'obtient pas gain de cause, le prêtre aura le champ libre pour reprendre la main sur l'instituteur.

Caroline Fourest
30 avril 2009
www.lemonde.fr/opinions/article/2009/04/30/quand-le-pretre-formera-l-instituteur-par-caroline-fourest_1187425_3232.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Sam 18 Juil - 16:04



Deux profs donnent de la voix sur la croix
Laïcité. Polémique après les déboires d’examinatrices du bac opposées à la présence de crucifix dans les salles.

www.liberation.fr/education/0101580239-deux-profs-donnent-de-la-voix-sur-la-croix


La laïcité expliquée à M. Sarkozy

S'il y a un intellectuel français apte à juger en toute connaissance de cause et en toute objectivité les déclarations présidentielles sur la laïcité, c'est bien Jean Baubérot. Professeur émérite de la chaire d'histoire et sociologie de la laïcité à l'École pratique des hautes études (EPHE), dont il est président d'honneur, il s'est toujours distingué par son approche non dogmatique de la question. Or, c'est cet observateur serein qui a décidé de s'engager ici contre le danger que représentent les thèses développées au Latran puis à Riyad par Nicolas Sarkozy, et qui induisent toute une vision tronquée de la laïcité. Considérations unilatérales sur l'Histoire de France, confusions graves à propos de la morale et des valeurs communes, méconnaissance totale des équilibres subtils qui, bon an mal an, ont fait fonctionner la République et vivre ensemble les citoyens depuis plus d'un siècle : le diagnostic est sévère, aussi bien pour le Président que pour ses conseillers. Chemin faisant, Jean Baubérot nous apprend mille faits significatifs sur une tradition républicaine dont nous ignorons le plus souvent toute la richesse.

Jean Baubérot, La laïcité expliquée à M. Sarkozy, Editions Albin Michel (2008)
www.sauramps.com/spip.php?article4686
www.leseditionsdeparis.com/livre-id-179.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Dim 9 Aoû - 17:03

Crise économique : Xavier Darcos, apôtre du pape Benoît XVI.

« Une clarté traversant les sombres nuées ». Habitué aux critiques après ses propos en Afrique ou en Israël, le pape a trouvé une voix plus amène pour louer son discours sur l'économie.

Xavier Darcos, le ministre du Travail français, chante ainsi les louanges de Benoît XVI dans un point de vue sur « l'encyclique sociale du pape publiée le 7 juillet ».

Le point de vue de Xavier Darcos vient d’être publié par l'Osservatore Romano du 4 août, le quotidien du Vatican.

« Jean-Paul II avait frappé l'opinion par le combat de l'Esprit qu'il incarna contre le marxisme soviétique et stalinien. Mais il critiqua aussi les dérives du capitalisme généralisé et anomique. Avec le même souffle, le pape Benoît XVI dresse un constat sévère des dérives criminelles de la mondialisation, dues à une finance fondée sur le gain immédiat de quelques-uns. Ses analyses sont précises, illustrées et vastes, estime notamment Xavier Darcos. Elles démontrent l'aliénation d'une humanité, ravagée par une inégalité insupportable entre les êtres, les sociétés et les nations ».

« Ouvrons les yeux : le progrès vorace, fondé sur des ressorts matériels et spéculatifs, a échoué. Le monde se dévore lui-même, tel Cronos mastiquant ses propres enfants. L'Église propose un autre choix : un « développement intégral », qui assure une émancipation humaniste partagée », commente encore le ministre du Travail

http://www.vatican.va/news_services/or/or_fra/text.html#2

Avant de conclure : « Rarement un pape aura touché d'aussi près le réel pour en disséquer les maux et pour proposer, avec pragmatisme et lucidité, les plus utiles contrepoisons. Puisse son message être entendu ! ».

Contactés par LCI.fr, les services de Xavier Darcos expliquent que : "le commentaire de l'encyclique Caritas in veritate écrit par le Ministre et publié dans l'Observatore Romano est la contribution du gouvernement français effectuée à la demande de notre ambassade au Saint-Siège" et rappellent que "d'autres gouvernements, premiers ministres ont réagi à cette encyclique", citant Angela Merkel.

Le ministre Xavier Darcos fait-il une entorse au principe de laïcité en affichant ouvertement son soutien à la vision du pape ? Guide-t-elle son action au ministère ? Ne craint-il pas que cette prise de position lui soit reprochée?

"Sur le principe de laïcité", le ministère rappelle à LCI.fr "que le Ministre est l'homme de la loi de 2004 sur les signes "ostensibles" et donc n'a pas de preuve de laïcité à témoigner".

Catholique pratiquant, Xavier Darcos est en outre un avocat infatigable du travail le dimanche auquel sont pourtant opposés de nombreux chrétiens.

Des groupes catholiques applaudissent déjà le "point de vue" de Xavier Darcos. Sur chretiente.info, un site qui prône "une application à la lettre des consignes de nos Saints Pères les Papes", on voit dans cette prise de position "un espoir au Gouvernement" après la déception du départ de Christine Boutin et alors que Philippe de Villiers se rapproche de Nicolas Sarkozy.

"C'est extraordinaire de lire de telles lignes sorties de la plume d'un ministre de la République française, lit-on sur le site, Chapeau bas, monsieur le Ministre. Puissent vos propos être suivis d'actes pour la Famille d'abord, puis pour le travail, les relations sociales et la solidarité". Quelque ligne plus bas, le site chretiente.info dénonce encore la politique "pro-mort" du gouvernement Sarkozy qui finance le planning familial...

Ces mêmes groupes avaient exigé des excuses de Xavier Darcos lorsqu'il avait violemment condamné les propos du pape sur le préservatif. Le 29 mars 2009, sur Radio J, celui qui était encore ministre de l'Education Nationale avait affirmé qu' "aller dire en Afrique qu'il ne faut pas utiliser le préservatif, c'est criminel".

Le changement de ton est spectaculaire. De "criminel", le discours de Benoît XVI est donc devenu quelques mois plus tard "une clarté traversant les sombres nuées". Le ministère du Travail n'a pas souhaité commenter ce décalage auprès de LCI.fr, affirmant simplement que "cette question sur le préservatif n'a rien à voir avec l'encyclique".

http://tf1.lci.fr/infos/economie/conjoncture/0,,4507410,00-xavier-darcos-apotre-du-pape-.html

Je ne comprenais pas pourquoi Xavier Darcos favorisait autant les écoles catholiques quand il était ministre de l’Education Nationale.

Maintenant, ça y est.

Je viens de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Ven 6 Nov - 4:21



Carte scolaire : risque de ghettoïsation pointé par la Cour des comptes

L'assouplissement de la carte scolaire, instauré à la rentrée 2007, renforce la ghettoïsation des collèges 'ambition réussite', ces établissements scolaires dont les élèves cumulent les difficultés sociales et scolaires. C'est ce que souligne un rapport de la Cour des comptes présenté mardi 3 novembre devant la commission des finances du Sénat.

C'est au détour d'une enquête sur les dispositifs éducatifs dans les quartiers sensibles que les rapporteurs de la Cour ont découvert un phénomène de renforcement de la ghettoïsation des établissements difficiles, conséquence de l'assouplissement de la carte scolaire. Nombre d'observateurs s'en doutaient, mais personne ne pouvait en apporter la preuve, le ministère de l'éducation nationale refusant de communiquer sur le sujet. Désormais, une première indication chiffrée existe.

Dans son rapport, la Cour des comptes estime que, sur un total de 254collèges 'ambition réussite', 186 ont perdu 'jusqu'à 10%' de leurs élèves du fait de la réforme de la carte scolaire voulue par Xavier Darcos.

Alors ministre de l'éducation, il avait jugé que la carte scolaire, qui affecte un élève dans un collège ou un lycée en fonction de son lieu de résidence, 'n'assure plus l'égalité des chances et ne répond plus aux attentes des familles', car elle est 'régulièrement contournée'. (...)
www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/05/carte-scolaire-la-cour-des-comptes-pointe-un-risque-de-ghettoisation_1263096_3224.html

Que peut donc devenir l'égalité des chances, quand la carte scolaire est totalement contournée ?



CARTE SCOLAIRE ET MARCHE SCOLAIRE
http://institut.fsu.fr/Editions_Nouveaux_Regards/Carte%20scolaire%20bis.html

La carte scolaire, un enjeu fondamental
www.sudeducation.org/article2118.html

Exemple de périmètre scolaire
www.saintefoyleslyon.fr/index.php?rubrique=95
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Dim 8 Nov - 11:25

A propos de l'éminence grise de Sarkozy, connaissez-vous la grenouille de bénitier Patrick Buisson ?

http://www.telerama.fr/idees/patrick-buisson-un-conseiller-du-president-tres-a-droite,49134.php#xtor=RSS-18
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Dim 8 Nov - 19:50

Oui, il y a deux messages qui parlent de Patrick Buisson : dans le topic "gabegie et népotisme" et dans celui sur "Vichy".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Lun 9 Nov - 18:25


Ray Clid

L’UMP soigne
l’enseignement supérieur catho


Le ministère de l'Education nationale travaille à uniformiser les statuts et les modes de gestion et de financements du public et du privé. [...]

La loi Pécresse, qui fait entrer le public dans une marche forcée vers l’ "autonomisation", était déjà synonyme de désengagement de l’Etat. La même ministre mène , dans la plus grande discrétion, une contractualisation pour les établissements supérieurs privés associatifs fédérés par l’Union des établissements d’enseignement supérieur catholique (Udesca) et l’Union des grandes écoles indépendantes.

Pendant près d’un an, la première réforme avait fait des vagues ; l’été venu, le chantage à l’examen aidant, le soufflé était retombé. On s’achemine à présent vers une sorte de loi Debré bis, pour l’enseignement supérieur privé.

Vases percés mais communicants

Ainsi, le projet de budget 2010 prévoit une augmentation de 4,5 millions d’euros du budget alloué aux établissements supérieurs privés, selon le principe des vases communicants de fonds publics pour la contractualisation du privé.

Ce transfert était préparé par une circulaire sortie discrètement des tiroirs, le 20 juillet dernier. Au final, une enveloppe globale de 66,4 millions d’euros, alors que la part de subvention par étudiant du privé se situait déjà, à environ 1.100€ par étudiant. Et que la taxe d’apprentissage librement versée par les entreprises à l’enseignement privé est dix fois supérieure à celle distribuée au public : 1.709€ par étudiant du privé, contre 171€ pour celui du public.

Dans le même temps, certaines universités publiques en sont aujourd’hui réduites à créer des fondations dans l’espoir de recueillir des fonds privés pour pallier aux carences organisées par le Ministère de l’enseignement supérieur.

L’UMP applaudit

En marge de la discussion à l’Assemblée en juin dernier, certains élus UMP s’étaient laissés aller à des prises de position pour le moins radicales.

Le député-maire du XVIè arrondissement de Paris Claude Gloasguen, au détour d’une récente table ronde sur « le modèle économique des établissements d’enseignement supérieur associatif », appelait de ses vœux la formation d’un authentique lobby des établissements d’enseignement supérieur privé associatif afin de lever des fonds supplémentaires.

Laurent Hénart (député UMP de Meurthe-et-Moselle) expliquait pour sa part que « l’intérêt de la contractualisation, c’est que l’on peut fédérer les efforts de plusieurs ministères », autrement dit, des financements croisés pour le privé.

Laurent Wauquiez, en sa qualité de secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, y allait de la dialectique manichéenne Bien privé - Mal public, en tenant à peu près ce langage aux chefs d’établissements : "Vous avez votre particularité et votre identité. J’en vois les résultats en matière d’accès à l’emploi et d’insertion professionnelle. C’est l’une de vos ’marques de fabrique’". (...)

Des conventions attendues comme le Messie

La contractualisation franchira une étape supplémentaire dès le 1er janvier 2010, avec la signature de conventions pluriannuelles entre le ministère et chaque établissement privé ou association, non lucrative, volontaire, au motif de sa contribution aux « missions de service public », et dans le cadre futur du respect d’indicateurs de performance.

Jeudi dernier 5 novembre, après la prière du matin, les évêques de France se penchaient sur cette question de l’enseignement supérieur catholique lors de leur assemblée plénière à Lourdes. La proposition de Pécresse de nouer un contrat avec l’État suscitait des interrogations : « …c’est tentant de signer un contrat avec l’État. Mais certains se demandent quelles contraintes vont nous être imposées et si nous serons évalués selon les mêmes critères que les universités d’État, alors que nous n’avons pas les mêmes ressources. »

Cheval de Troie

Mais toute inquiétude de principe sera vite apaisée par les accords France-Vatican décidés en décembre 2008.

Signés par Kouchner et les autorités du Saint-Siège, ils représentaient déjà une victoire inespérée pour l’enseignement supérieur privé catholique. Ces accords stipulent que les diplômes délivrés par « les établissements d’enseignement supérieur catholiques reconnus par le Saint-Siège », qu’ils soient canoniques (touchant à la théologie, à la philosophie ou au droit canonique), ou, grande nouveauté, profanes (toutes les autres disciplines, histoire, philosophie ….), seront reconnus par la France sans autre examen ni précaution.

Aucune autorité publique française n’ira donc plus mettre son nez dans les programmes des formations supérieures estampillées Saint-Siège, dispensées sur le territoire hexagonal.

"La réflexion que nous avons engagée sur l’Enseignement Supérieur Catholique se situe dans la perspective d’un engagement fort de notre Église dans l’annonce de l’Évangile" déclarait samedi le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et Président de la Conférence des Evêques de France. "Nous avons commencé à mieux identifier les forces, les enjeux et les défis de cette mission telle qu’elle s’est développée en France depuis plus d’un siècle."

Valérie Pécresse et Bernard Kouchner auront ainsi, finalisé à eux deux, le mariage des crédos libéraux avec l’Eglise sur l’air de la petite musique qu’avait entonnée Michel Debré. Cheval de Troie d’une guerre scolaire de cinquante ans qui continue de se dérouler sous nos yeux.

Eddy Khaldi, Muriel Fitoussi
www.bakchich.info/L-Enseignement-superieur-victime,09208.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Dim 3 Jan - 0:27


Le petit représentant de commerce lance son Union Marchande et Papiste à l'assaut du Ministère de l'Education Nationale.

28 décembre 2009
Faut-il envoyer les profs faire des stages en entreprise ?

Et si les profs allaient faire des stages en entreprise ? C'est l'idée de Françoise Guégot : la députée UMP de Seine-Maritime a déposé en décembre un rapport d'information à l'Assemblée nationale, dans lequel elle propose notamment d'instaurer des stages obligatoires en entreprise pour les enseignants.
Le but de cette ouverture au monde professionnel : « assurer aux enseignants une meilleure connaissance de l'emploi et du monde du travail, de l'entreprise et des différents milieux professionnels », pour qu'ils soient capables de mieux orienter les jeunes.
www.rue89.com/2009/12/28/faut-il-envoyer-les-profs-faire-des-stages-en-entreprise-131505


Le sinophile VRP va-t-il bientôt nous proposer des camps de rééducation ?
www.rfi.fr/actufr/articles/095/article_59533.asp

La réforme du lycée et la place de l’économie dans l’enseignement
Quelle image de l’Entreprise veut-on donner à nos jeunes ?


Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, présente aujourd’hui sa réforme du lycée au Conseil Supérieur de l’Education.

[...] les professeurs de SES (Sciences Economiques et Sociales) sont très remontés et manifestent contre la réforme. L’APSES (Association des Professeurs des Sciences Economiques et Sociales) estime en effet perdre plus de « 25% de son volume horaire SES au cours des trois ans de lycée » et considère comme un « recul de la culture économique et sociale » la réforme Chatel du lycée.

Le problème sous-jacent est qu’il y a économie et économie. Et un article de Libération d’expliquer : « Toute une partie de la droite trouve que les SES font la part trop belle aux questions sociales et à la sociologie, et qu’elles présentent une vision trop négative de l’entreprise. »

il est utile de rappeler les conclusions de deux missions indépendantes et non partisanes menées ces dernières années sur le sujet de l’enseignement de l’économie au Lycée

La commission présidée par le professeur au collège de France, Roger Guesnerie et son « Audit des manuels et programmes de sciences économiques et sociales au lycée » déplorait que « Quel que soit le niveau d’enseignement, l’entreprise est insuffisamment appréhendée comme un acteur microéconomique, soumis à des contraintes fortes et devant faire des choix pour sa survie. »

Quant à elle, l’Académie des sciences Morales et Politiques, dans sa « Mission sur l’enseignement de l’économie dans les lycées » évoquait « De manière intéressante, sous l’intitulé « Connaître les principales causes du Chômage », je trouve « faiblesse de la croissance économique, importance de la population active », mais je ne trouve pas le taux de salaire, l’imposition et les charges sociales, la régulation et l’absence d’entrepreneurs. » (Citation de Sir Anthony Barnes Atkinston qui a lu les manuels de Sciences économiques au Lycée des éditions Nathan.)

Agnès Verdier-Molinié
10 décembre 2009
www.ifrap.org/La-reforme-du-lycee-et-la-place-de-l-economie-dans-l-enseignement,11445.html



Membre étranger de l'Académie des sciences morales et politiques, le pape a été accueilli sous la Coupole par deux cents académiciens. Le chancelier de l'Institut de France Gabriel de Broglie lui a remis une médaille commémorative frappée pour l'occasion. (AP Photo/Jacques Brinon, pool)
lefigaro.fr
En ce mois de septembre 2008, avant son départ, Benoît XVI s'est entretenu brièvement à l'aéroport de Tarbes avec le premier ministre Fillon.

Académie des sciences morales et politiques

[Source : Wikipedia]
Fondée en 1795, supprimée en 1803 et restaurée par François Guizot en 1832, l’Académie des sciences morales et politiques a pour rôle de décrire scientifiquement la vie des hommes en société afin de proposer les meilleures formes pour son gouvernement.
L'Académie continue à exercer un magistère moral et continue de saisir, quand le besoin s'en fait sentir, les pouvoirs publics. Au cours de ces dernières années, elle a ainsi eu plusieurs fois l'occasion d'émettre des avis, des motions ou des vœux tels que :
Avis de l'Académie sur le projet de loi constitutionnelle concernant la Charte de l'Environnement (10 mai 2004)
Recommandations sur les adaptations juridiques du droit d'auteur à Internet (9 juillet 2001)
Motion sur les réformes des procédures de recensement de la population française (16 octobre 2000)
Vœu sur la traduction des brevets européens (19 juin 2000)
Vœu contre la brevetabilité du génome humain (5 juin 2000)

Et qui trouve-t-on parmi les membres cette noble institution aussi indépendante que non partisane ?

Xavier Darcos (section Morale et sociologie), ministre. Soupçonné de fraude lors des épreuves du baccalauréat et inculpé, Xavier Darcos passe le 30 mai 1983 devant le tribunal de grande instance de Périgueux qui le relaxe, jugeant que personne ne pouvait prévoir les trois sujets finalement choisis parmi plusieurs listes de propositions.
Michel Pébereau, homme d'affaires et banquier (BNP Paribas).
Jean-David Levitte, diplomate et "sherpa" de sarközy.
Christian Poncelet, ancien président du Sénat, objet de plusieurs enquêtes, dont une pour trafic d'influence.
Pierre Mazeaud, membre de la Commission arbitrale qui a offert 285 millions d'euros à Bernard Tapie.
Jean-Claude Juncker, membre du Parti populaire chrétien social (CSV) depuis 1974, ministre des Finances du Luxembourg, le célèbre blanchisseur, et artisan du traité de Maastricht.



Désobéissance pédagogique
l'appel à l'insurrection des consciences d'Alain Refalo

Alain Refalo, 45 ans, l'instituteur de Colomiers (Haute Garonne) initiateur du mouvement de désobéissance pédagogique chez les enseignants du primaire, publie, le 14 janvier prochain, à la veille des évaluations nationales des élèves de CM2, un ouvrage consacré à cette lutte inédite dans l'Education Nationale.

Malgré les sévères sanctions dont il a fait l'objet pour avoir refusé ouvertement d'appliquer les réformes de Xavier Darcos (lire libé Toulouse du 26/08/2009), il y justifie son combat en faveur de l'école publique menacée, selon lui, « par des réformes scélérates ».

LibéToulouse, 30 décembre 2009
www.fabula.org/actualites/article35031.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Mer 6 Jan - 11:57



Libérer l'école de la pub

Le développement de la publicité à l'école est pourtant une abomination. Elle laisse croire aux enfants que le bonheur serait dans la consommation. Comme si posséder dix paires de baskets permettait de courir dix fois plus vite. Plus grave encore : elle donne l'illusion qu'il serait possible de compenser les carences narcissiques et la perte des repères par la consommation de produits de marques qui fonctionnent comme des identités de substitution : on a des enfants Nike, Coca-Cola, etc.

L'Etat ouvre parallèlement l'accès de l'école aux entreprises sous prétexte de développer le partenariat : mallettes pédagogiques (Nestlé fait la publicité de son chocolat en poudre Nesquick et de ses céréales sous prétexte de présenter un petit-déjeuner équilibré, Kellogs poursuit ses opérations en maternelle, Colgate-Signal propose une éducation au brossage des dents, Danone a conçu un coffret pédagogique "alimentation plaisir", etc.), sponsoring (McDonald's, Coca-Cola, Leclerc, etc.), encarts publicitaires dans les plaquettes des établissements, journaux gratuits truffés de pub déposés dans les écoles...

L'Europe doit-elle s'aligner sur le Canada ou les Etats-Unis ? (...)
Paul ARIÈS
http://ecolesdifferentes.free.fr/ARIESPUB.html

L'ÉCOLE OU LA BOURSE ?
Les enfants chair à pub pour les guerres économiques ?

Pour la quatrième année consécutive, le "Crédit industriel et commercial" a organisé, en 2002-2003, son jeu boursier les "Masters de l'économie", en direction des jeunes dans les établissements scolaires.

Le Tribunal administratif "DÉCIDE : Article 1er : La décision par laquelle le proviseur du lycée Auguste Blanqui de Saint-Ouen a autorisé l’organisation du jeu-concours «Les masters de l’économie» à l’intérieur de l’établissement est annulée."
http://ecolesdifferentes.free.fr/SPECU.html

Arrow L’histoire, ce serait aussi les marques !

L’histoire des marques : tout reste à faire...
par Jean Watin-Augouard, rédacteur en chef de la Revue des marques, auteur du dictionnaire Histoires de Marques
(Extraits)
Ouvrez un livre sur l’histoire de la France au XXème siècle. Allez à l’index et constatez qui, pour l’historien, fait l’histoire d’une société. La sur-représentation du politique par rapport à l’économie, au monde de l’entreprise, saute aux yeux. Nulle trace des grands créateurs de marque !
Une révolution culturelle est encore à faire. cherry

que serait la femme sans Chanel, le transport sans Michelin, Perrier sans Gustave Leven, l’automobile sans Louis Renault, etc ?

Par son patrimoine, la marque s’adresse aux cinq sens : la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût. Autant d’atouts pour s’attacher durablement le consommateur et créer une mémoire des sens.

Citons, ainsi, le retour du tirailleur sénégalais de Banania. L’ami Y’a bon avait disparu, il y a une dizaine d’années, pour laisser la place à un enfant. La légende raconte qu’un tirailleur sénégalais, blessé au front en 1914, est embauché à l’usine de Banania à Courbevoie. On lui fait gouter le breuvage et il s’exclame : "Y’a bon". Exclamation

Pour la première fois s’est tenu, à Paris, en novembre 1998, un salon du tourisme industriel. Si les entreprises françaises ouvrent leur portes, c’est un peu pour suivre l’exemple des autres pays industrialisés. Les musées d’Adidas ou de Mercedes font partie du patrimoine national allemand comme Coca-Cola de la légende américaine. (...)

24 10 2002
www.admirabledesign.com/L-histoire-des-marques-tout-reste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Jeu 7 Jan - 19:17



Quand Châtel organise la pénurie à l'Ecole publique...mais pas dans le privé

La méthode devrait être éculée mais elle est pour autant toujours à l'œuvre chez les libéraux : créer le manque dans le secteur public et le parer ce faisant de tous les maux pour mieux valoriser le privé dans une « saine concurrence libre et non faussée ». Le gouvernement reprend une fois encore à son compte la méthode dans l'éducation.

Alors même que le projet de loi de finances prévoit la suppression de 16 000 emplois à la rentrée 2010, le ministère de l'éducation nationale annonce une nouvelle diminution du nombre de postes au concours du CAPES externe avec uniquement 5006 places ouvertes, soit un rapport de moins de 1 à 3 en regard des suppressions.

Mais ce n'est décidément pas le temps des vaches maigres pour tout le monde car dans le même temps, le nombre de places à pourvoir au CAFEP-CAPES (le CAPES pour l'enseignement privé) va lui doubler, en passant de 569 en 2009 à 1260 en 2010.

On se souvient qu'il y a quelques semaines le Ministre Luc Châtel annonçait sa volonté de mettre fin à l'histoire-géographie en terminale scientifique et de la ramener plus généralement à sa portion congrue au sein du lycée. Sans doute craignait-il que les enseignants du public ne contribuent à former des citoyens à même de penser par eux-mêmes et prendre toute leur place dans le débat public car le déséquilibre entre public et privé est cette année particulièrement marqué dans cette matière. Quand les postes ouverts en histoire et géographie seront multipliés par 2,4 dans le privé, passant ainsi de 75 à 182, ils resteront stables dans le public.

Les chiffres se suffisent à eux-mêmes pour démontrer comment ce gouvernement cherche à mettre en concurrence les services publics et à ouvrir aux marchands des pans entiers de notre système éducatif. Pour une Ecole qui réponde aux exigences de l'intérêt général et qui permette l'émancipation individuelle et collective du grand nombre, il est temps de réserver les fonds publics à l'enseignement public. Sortir du tout marchand et prioriser le public : voilà le message clair que portera le Parti de gauche lors des régionales de mars prochain.

www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/1449-quand-chatel-organise-la-penurie-a-lecole-publiquemais-pas-dans-le-prive.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Sam 30 Jan - 2:53



La mission sur la burqa propose le financement public des lieux de culte !

rapport de la Mission d'information dite «Gérin» sur le port du voile intégral

Dans les attendus aboutissant à la proposition n° 7 («Engager une réflexion quant aux moyens d’assurer une juste représentation de la diversité spirituelle») au détour d'une phrase, le rapport reprend à son compte une thèse du rapport Machelon, jugée démonstrative, selon laquelle il est possible d'autoriser l'aide financière directe de la puissance publique à la construction de lieux de cultes.

Dans un sous-paragraphe intitulé La construction de lieux de cultes, après avoir notamment souligné que «La question de la possibilité de construire des lieux de culte est particulièrement symbolique aux yeux des musulmans de France», le rapport poursuit :

«Le rapport de la commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics présidée par M. Jean-Pierre Machelon avait d’ailleurs démontré que de réelles marges de manœuvres législatives existaient en ce domaine dans la mesure où l’article 2 de la loi de 1905, qui prévoit que "la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte", n’a pas valeur constitutionnelle. Cette dernière préconisait notamment d’autoriser l’aide directe à la construction des lieux de culte.»

La laïcité menacée
Ce passage suggère on ne peut plus clairement que la loi de 1905 n'ayant pas valeur constitutionnelle selon l'analyse de Machelon, eh bien il n'y a qu'à en changer l'article 2 pour pouvoir financer la construction de lieux de culte ! Changer la loi de 1905, il fallait y penser, non ? (...)

Catherine Kintzler
www.marianne2.fr/La-mission-sur-la-burqa-propose-le-financement-public-des-lieux-de-culte!_a184376.html


La séparation de l’Église et de l’État,
dessin de Léandre paru dans Le Rire, 20 mai 1905
(le personnage central est Jean-Baptiste Bienvenu-Martin, ministre de l’Éducation nationale)


Quelques liens :
http://ecjs.stlouis.stemarie.chez-alice.fr/laicite.htm
http://lalettredejaures.over-blog.com/article-15013991.html
www.monde-diplomatique.fr/index/sujet/laicite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Ven 30 Avr - 10:23



Comment Juppé et Sarkozy ont protégé l'Eglise traditionaliste
Le maire de Bordeaux, le chef de l'Etat et son directeur de cabinet n'ont pas hésité à bafouer la justice dans cette «affaire d'Etat»
.

Une affaire qui ressurgit et prend une autre dimension depuis la diffusion mardi soir, lors de l'émission Les Infiltrés sur France 2, d'un reportage produit par Capa et intitulé «A l'extrême droite du père»

On y voit notamment Dies Irae («jour de colère», en latin), un groupuscule d'extrême droite basé à Bordeaux, tenir face à la caméra cachée du journaliste des propos racistes et antisémites, emprunts d'une haine de la «démocratie moderne».

«Fafa» est le président de Dies Irae. Fabrice Sorlin de son nom complet. Il est la vitrine politique du groupuscule de 150 personnes, candidat FN aux législatives de 2007.

Une partie du reportage est consacrée à l'Institut du Bon-Pasteur, qui officie à l'église Saint-Eloi de Bordeaux et qui est dirigé par Philippe Laguérie. Issu de la Fraternité Saint-Pie-X, cet abbé est un disciple de Mgr Lefèvre, évêque traditionaliste excommunié par Jean-Paul II, mais dont les partisans ont ensuite été réintégrés au sein de l'Eglise catholique par Benoît XVI.

Fabrice Sorlin et Philippe Laguérie se connaissent très bien.

Pour achever sa démonstration, le journaliste s'invite d'ailleurs au cours de catéchisme dispensé à l'église Saint-Eloi et dit dans le reportage en voix off : «L'abbé m'a tenu des propos identiques à ceux que j'entends à chaque rendez-vous avec les jeunes de Dies Irae.» Ces propos, filmés aussi, sont sans équivoque :
    «L'islam est une religion de guerre et une religion politique. C'est porté dans le bouquin même, dans le Coran. C'est là que c'est dangereux. Il se pourrait qu'un jour il y ait une guerre civile. […] Le problème est de savoir s'il y aura encore des gens qui auront les tripes de réagir. C'est pour ça qu'il faut former.»
Alain Juppé n'a pas jugé utile de condamner ces propos, alors même qu'il condamne ceux «identiques» tenus par le groupuscule et dans l'école. Pour une raison : l'Eglise traditionaliste a pu prospérer depuis 2002 à Bordeaux grâce aux bons soins du maire. Aidé en cela par l'ancien ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, ainsi que l'ancien préfet de Gironde, Christian Frémont, aujourd'hui directeur de cabinet du président de la République

Alors leader de l'opposition municipale, Gilles Savary s'aperçoit que se cache derrière la Fraternité Saint-Pie-X et dit au maire qu'il est en train de donner l'église à des traditionalistes. La réponse du maire est dans le compte-rendu du même conseil municipal : «C'est cela l'équilibre démocratique.» Rapport au cinéma Utopia qualifié par Alain Juppé de «foyer d'animation trotskiste, anarchiste».

Alain Juppé comme Christian Frémont fondent la légalité de la délibération sur le fait que l'église est désaffectée. Mais, si le culte n'y est plus exercé depuis 1981, la désaffection d'une église répond à «une procédure administrative extrêmement précise», qui n'a jamais été mise en œuvre.

Gilles Savary et l'archevêque Jean-Pierre Ricard engagent alors deux recours parallèles en 2002. Le tribunal administratif abonde dans leur sens et annule la délibération en question. [...]

L'abbé Laguérie officie toujours dans le bâtiment et des préceptes, condamnés dans d'autres lieux, y sont toujours librement dispensés. La conséquence d'un dysfonctionnement de tout «l'appareil d'Etat» (...)
www.rue89.com/2010/04/29/comment-juppe-et-sarkozy-ont-protege-leglise-traditionaliste-149509

Invité à débattre sur le plateau de l'émission après la diffusion du reportage, Gilles Savary affirme à Rue89 qu'il a été «censuré lourdement». Son intervention, enregistrée le 10 avril, a été réduite à quelques secondes. Exit les références à Christian Frémont et Nicolas Sarkozy. (...)
Julien Martin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Mar 11 Mai - 22:43



Besson annonce des formations d'imams à l'université

Le ministre de l'immigration et de l'intégration, Eric Besson, a annoncé, mardi 11 mai, que des discussions étaient en cours pour mettre en place des formations destinées aux futurs imams dans des universités publiques, ce qui constitue une première en France.

Le ministre se trouvait à l'Institut catholique de Paris, qui dispense depuis janvier 2008 un cycle de formation intitulé 'Religions, laïcité, interculturalité' et accueille chaque année une vingtaine de futurs imams et aumôniers recevant par ailleurs une formation théologique dans des instituts confessionnels.

A l'occasion de sa visite, le ministre a annoncé la reconduction de la convention avec l'Institut catholique de Paris pour la prochaine année universitaire 2010-2011.

Il a également déclaré qu'il apportait 'son soutien au développement de deux nouvelles formations' du même type dans 'des universités de province' souhaitant que '50 agents cultuels et culturels' puissent y être 'diplômés chaque année à partir de l'an prochain'. (...)

www.lemonde.fr/societe/article/2010/05/11/eric-besson-annonce-de-futures-formations-d-imam-a-l-universite_1349990_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Ven 28 Mai - 1:30



Sarkozy promet la reconnaissance des diplômes protestants

Sarkozy a promis jeudi la reconnaissance des diplômes délivrés par les établissements d'enseignement supérieur protestants, au même titre que celle déjà accordée aux universités catholiques.

Le président de la République inaugurait le Fonds Paul Ricoeur, du nom d'un des grands philosophes français du XXe siècle, dans le cadre de l'Institut protestant de théologie, qui compte deux facultés, l'une à Paris et l'autre à Montpellier.

Le pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, a rappelé en l'accueillant que la non-reconnaissance des diplômes de ces deux facultés privait notamment leurs étudiants de la possibilité de participer au programme d'échange européen Erasmus.

"Je trouve légitime votre demande de voir reconnaître les diplômes délivrés par l'enseignement supérieur protestant et fixer la liste de leurs équivalences comme cela a été fait pour l'enseignement supérieur catholique", a répondu Nicolas Sarkozy.

Il a annoncé qu'un groupe de travail serait rapidement constitué pour faire des propositions en ce sens au gouvernement.

Il a rendu hommage aux protestants et au protestantisme, dont il a estimé qu'il était "partie intégrante" de l'identité nationale française.

"Ce n'est pas faire injure au principe de laïcité que de reconnaître dans le protestantisme une pensée de liberté et de responsabilité humaines, une éthique forte, rigoureuse, ô combien exigeante, un esprit d'indépendance, une volonté de résistance et, en même temps, une fidélité sans faille à la Nation et à la République", a-t-il déclaré.

Le chef de l'Etat a élargi son propos pour évoquer le rôle des grandes religions, "dépositaires d'une partie essentielle de la sagesse humaine", face à la crise économique actuelle.

"Alors que l'économie et la société redécouvrent dans la crise sans précédent qui secoue le monde un profond besoin d'éthique, alors que le progrès des sciences et des techniques met nos valeurs chaque jour à l'épreuve et que le capitalisme est en quête de morale, le silence des grandes religions serait incompréhensible", a-t-il déclaré. clown

http://fr.news.yahoo.com/4/20100527/tts-france-protestants-sarkozy-ca02f96.html
http://sarkostique.over-blog.com/article-15959406-6.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   Mar 2 Nov - 11:55



Besson propose d'accueillir 150 chrétiens irakiens

1300 Irakiens menacés en raison de leur religion ont déjà été accueillies depuis 2007, rappelle le ministre, alors qu'un nouvel attentat est survenu à Bagdad.
www.liberation.fr/monde/01012299791-besson-propose-d-accueillir-150-chretiens-irakiens

Commentaire de plovdiv
"Accordons l'asile politique aux chrétiens d'Irak qui le souhaitent....
Il serait beaucoup plus intelligent d'accueillir des opprimés religieux plutôt que certains migrants économiques qui ne parviennent pas (ou qui ne souhaitent pas) à s'adapter aux sociétés européennes en général et à la société française en particulier."

Christian Vanneste préconise un rapprochement UMP-FN
lexpress.fr
Un tiers des sympathisants UMP favorables à un accord avec le FN
AFP

Autres commentaires
Et pourquoi des chrétiens ??
Depuis la séparation de l'Église et de l'État je croyais que l'État ne s'occupait plus de question religieuse !!
Par ailleurs en cette période de xénophobie il est curieux que Besson accepte des "étrangers" ; serait-ce pour pouvoir les expulser un peu plus tard et améliorer son quota ??
Tout cela me semble, une fois de plus, du clientélisme malsain !!

Il faut reconquérir l'électorat catho. Visite au pape, accueil de chrétiens, tout se tient. N'y voyez aucune humanité, ce n'est pas le genre du personnage.

Proposition puante : On les recueille parce qu'ils sont chrétiens, pas parce que ce sont des hommes et des femmes qui souffrent et craignent pour leur vie.
Charité et compassion mais pas pour n'importe qui.

proposer d'accueillir des gens uniquement parce qu'ils sont chrétiens alors que s'ils étaient d'une autre confession on les aurait laissé crever, pour ma part, je trouve ça plutôt mesquin.

...des hommes et des femmes craignant pour leur vie se sont réfugiés en France et se sont fait expulser... sûrement n’étaient-ils pas chrétiens !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La laïcité sauce chanoine de Latran   

Revenir en haut Aller en bas
 
La laïcité sauce chanoine de Latran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» sauce soja
» Terrine de raie sauce gribiche
» Cité provisoire de la forêt de Montgeon
» tajine tofu et crevettes en sauce (special cristou)
» Sauce vinaigrette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: