sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A «tous les citoyens concernés par l'école»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: A «tous les citoyens concernés par l'école»   Jeu 4 Sep - 19:24



Une manifestation de «tous les citoyens concernés par l'école» le 19 octobre prochain

Les principaux syndicats enseignants appellent les professeurs, les élèves et les parents d'élèves à une manifestation nationale le dimanche 19 octobre.

Une mobilisation en deux temps. Après avoir prévu une journée nationale d'action, le 11 septembre, les principaux syndicats enseignants appellent à une manifestation nationale le dimanche 19 octobre.

Sept organisations, dont les fédérations FSU et Unsa-Education, ainsi que le syndicat étudiant Unef et les parents d'élèves de la FCPE, veulent que "tous les citoyens concernés par l'école" se retrouvent à Paris "pour la défense d'un service public de l'Education".

Les syndicats dénoncent notamment les 11.200 suppressions de postes dans l'Education à la rentrée 2008, et les 13.500 annoncées pour 2009.

www.liberation.fr/actualite/societe/350071.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: A «tous les citoyens concernés par l'école»   Sam 27 Sep - 2:39

Like a Star @ heaven L'éducation est notre avenir : il ne doit pas se décider sans nous ! Like a Star @ heaven

Appel de 21 organisations

SIGNEZ LA PETITION EN LIGNE

Arrow http://www.uneecole-votreavenir.org/

Quelle place veut-on donner à l'Education dans notre pays ? Quel citoyen, quelle citoyenne, veut-on préparer ?
Nous n'acceptons pas que la société découvre a posteriori qu'on aurait répondu à sa place, en catimini, à ces questions fondamentales !

Alors, mobilisons-nous ensemble, débattons, parlons, proposons, interpellons l'opinion, agissons sans attendre !

MANIFESTATION NATIONALE LE 19 OCTOBRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Ultra Mercantile Prévarication : boucherie, charcuterie, équarrissage   Dim 23 Nov - 5:22



Appel du 8 Novembre
L'Éducation Nationale en danger ! Pour une vraie formation des enseignants


Contre l'idéologie marchande :
> Abaissement de la formation des enseignants
> Destruction du système national d’éducation et de recherche
> Mise en concurrence des établissements, formations et acteurs de l'enseignement

Cet Appel a d’abord été signé par un ensemble de collectifs, associations, syndicats et personnalités dont la diversité montre l’importance du mouvement national en train de se constituer aujourd’hui dans les universités. Ont en effet accepté de figurer côte à côte, entre autres et pour ne citer que quelques-unes des signatures collectives, la Société des Agrégés et le syndicat Sud Éducation, Sauvons la Recherche et Reconstruire l’École, Sauver les Lettres et le Snesup, etc.

Pourquoi une telle mobilisation, qui se manifeste aussi dans la centaine de motions actuellement remontées des départements, UFR et conseils centraux d’universités, ainsi que dans les lettres et initiatives prises par les Présidents d’Université ? Parce que l’enjeu est clair : la survie d’une formation des maîtres qui soit de qualité pour tous les élèves et à tous les niveaux, ainsi que la survie des masters recherche et écoles doctorales, particulièrement en Sciences Humaines et Sociales, partout en France. Et parce que la demande est tout aussi claire : obtenir un moratoire conséquent pour ouvrir des négociations sur la réforme des concours et sur les conditions de la mastérisation.

L’Appel, ainsi que le dossier constitué par plus de cent motions votées dans les universités depuis fin septembre, étaient remis mardi 18 novembre aux Ministères de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur (une conférence de presse était organisée à cette occasion) et jeudi 20 à chacun des Présidents d’Université à l’occasion de l’assemblée plénière de la Conférence des Présidents d’Université.

Arrow http://appeldu8novembre.fr/phpPetitions/index.php?petition=2
www.sudeducation.org/spip.php?page=imprimer&id_article=2620
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article74799


Généralisation des EPEP : Etablissements publics d'enseignement primaire
Trois députés UMP recommandent de "publier, après concertation, les décrets créant les Epep avant la fin 2008, pour une expérimentation à la rentrée 2009".

Lettre d’Aline Flaux, enseignante, à Nicolas Demorand

M. Demorand,

Je suis directrice d’une école maternelle en banlieue rouennaise, confrontée chaque jour aux dégâts que notre société provoque sur l’enfance. Tout aujourd’hui concourt à abîmer l’univers des enfants, des rythmes de travail des parents aux saccages commerciaux des moments magiques (Noël, par exemple). L’école est un lieu privilégié où la poésie, le rêve et l’imaginaire n’ont d’égal que la qualité des apprentissages.

J’accueille chaque année une classe entière d’enfants qui n’ont pas trois ans à la rentrée de septembre (certains ont trois ans au dernier trimestre 2008 et les autres auront trois ans dans les premiers mois de l’année 2009 ). Je mesure chaque année la grande aptitude et le bonheur qu’ont ces tout-petits à s’adapter et à grandir en apprenant au sein d’un univers qui leur est entièrement dédié (du mobilier à la culture, de la psychologie à la prise en charge).

Les médias ont aujourd’hui un rôle essentiel, c’est une évidence... Demain vous recevrez le ministre de la grande casse, celui par lequel cette école publique, cette école de la république, heureux héritage de Jules Ferry et de la France jacobine, sera démantelée, livrée doucement à des intérêts loin du philanthropisme indispensable à la mission.

Savez-vous, Monsieur, que les coups les pires sont à venir ?

Ainsi la création à la rentrée prochaine des EPEP (établissements regroupant 13 et + de classes) gérées par des conseils d’administration où les enseignants seront minoritaires et où les politiques pourront prendre un pouvoir important. Vous le voyez, c’est un système à l’anglo-saxonne que l’on nous prépare discrètement en sortant des phrases provocatrices qui agitent les médias mais masquent la réalité de ce qui se prépare.

Je suis une enseignante attachée passionnément à l’école publique. Issue d’un milieu populaire, je lui dois tout. L’école m’a permis d’acquérir le savoir (des diplômes supérieurs), la culture, un esprit critique... C’est cette école qui représente un danger au projet libéral. Comme beaucoup de mes collègues je suis inquiète et profondément désespérée de voir s’écrouler ces valeurs collectives de respect, de solidarité, que véhiculait l’école publique.

Je vous écoute autant que je le peux (quand je ne suis pas à l’école), j’admire votre éloquence et votre impertinence. Je vous invite donc à vous documenter au-delà de ce qui est divulgué sur l’école.

Votre profession porte en ces temps de bouleversements et d’abandon du particularisme démocratique français, une responsabilité et un devoir d’information. C’est pourquoi je me permets de vous interpeller.

Aujourd’hui j’étais dans la rue pour l’école, pour dire non aux évaluations d’école, dire non à la transformation en profondeur des mentalités (compétition et rentabilité), dire non à l’assujettissement de l’école aux lois de l’entreprise... à l’heure où la crise du capitalisme remet au goût du jour le système de répartition, pose les questions de cette jungle, il est de notre devoir d’empêcher de livrer l’école aux "chiens et aux loups".

Je serai en classe demain lorsque vous accueillerez M. Darcos, j’accomplirai ma mission comme chaque jour avec amour, professionnalisme et passion... Les tout-petits de 2 et trois ans seront en pleine activité de peinture, de graphisme, d’écoute, de recherche, de tri... Eux, ces petits, comptent sur votre impertinence et vos compétences de journaliste...

D’avance je vous remercie d’avoir cette pensée pour le système éducatif auquel le peuple français est attaché.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article74799

Etablissements publics d'enseignement primaire (EPEP) : l’arbre qui cache la forêt...

D’écoles indépendantes, séparant le plus souvent filles et garçons, on est progressivement passé à des écoles mixtes, puis, à partir des années 1970, pour conserver les petites écoles menacées par la baisse démographique, à des regroupements d’écoles isolées, qui ont été appelés « regroupements pédagogiques intercommunaux », les RPI.

Rappelons en particulier la pluralité des formules d’organisation ou de réorganisation de l’école. Elles couvrent tout l’éventail possible — le statu quo, la fusion d’écoles, le regroupement intercommunal dispersé, le regroupement pédagogique concentré, le pôle scolaire, les réseaux d’écoles rurales, les réseaux d’éducation prioritaire — ; elles se coulent plus ou moins bien dans des cadres juridiques divers — syndicat, EPCI, communauté de communes, EPLE support (...)

Bien que tous ceux qui ont monté et vivent des regroupements s’accordent à en faire valoir les avantages plus que les inconvénients, aucune démonstration sérieuse ni étude valide ne permet de démontrer que la réussite scolaire est meilleure dans un cas ou dans un autre. Ceci rejoint les constats sur les mérites respectifs des classes uniques et des autres classes.

En termes de résultats, il faut oser dire que le choix d'organisation en réseau n'a, au mieux, qu'une incidence indirecte sur l'amélioration des résultats scolaires.

Tout au plus peut-on espérer que les mutualisations de matériels, lorsqu'elles sont organisées, le désenclavement des écoles (...)

Bref, on comprend aisément que la création des EPEP s'inscrit davantage dans une vision financière que pédagogique.

Il est très probable que la création d’EPEP restera limitée malgré la volonté du ministre.

« Les maires sont très réservés quant au principe d'attribuer aux écoles primaires le statut d'établissement public autonome en raison notamment du fort attachement qu'ils ont au lien communes-écoles et des coûts supplémentaires que ce mode de gestion risque d'engendrer ».

Certes, la proposition de loi prévoit de rendre obligatoire la création d'un Epep dès qu'une école comprend quinze classes. Une goutte d’eau quand on sait que moins de 300 écoles comptent 15 classes ou plus…

Peut-on raisonnablement imaginer que les maires des communes associées en RPI vont abandonner ce qui fonctionne plutôt correctement pour se lancer dans une structure plus complexe nécessitant un regroupement plus vaste encore ?

En effet, en 2001, près de 5000 RPI comprenaient en moyenne de 4 à 5 classes et regroupaient entre 2 et 3 communes. C’est dire qu’il faudrait associer 3 RPI pour créer un EPEP. Il serait illusoire de penser que les maires attendent avec impatience de pouvoir transformer un RPI en EPEP.

Certes, le texte qui sera examiné en janvier 2009 comporte des améliorations par rapport aux précédents projets mais de nombreuses incertitudes et insuffisances demeurent dans cette proposition de loi (présidence du conseil d'administration, statut d'emploi...).

si les efforts ne sont portés que sur le statut d’emploi des seuls directeurs d’EPEP, le sort des directeurs d’« écoles ordinaires » risque d’être oublié à jamais…

www.profencampagne.com/article-23351940.html

L'Andev très réservée

L'Andev (Association Nationale des Directeurs de l’Education des Villes de France) rappelle qu'elle "s'est toujours positionnée pour examiner les conditions de mise en oeuvre d'Epep dans le cadre d'une expérimentation suivie et évaluée partenarialement". Dès la parution de la loi du 13 août 2004, l'association avait exprimé ses réserves. "Il n'existe pas de diagnostic partagé sur les difficultés produites par les conditions actuelles d'administration de l'école [...]. Les appréciations divergent notamment sur la question de l'autonomie des décisions prises par l'école (trop d'autonomie ou pas assez), sur la souplesse liée à l'absence d'autonomie financière (handicap ou garde-fou ?), le fonctionnement des instances (place des parents trop forte ou pas assez), lien avec la commune (risque de "municipalisation" lorsqu'elle demande des comptes, désintérêt lorsque la mise à disposition de moyen est insuffisante)".

29 septembre 2008
www.andev.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: A «tous les citoyens concernés par l'école»   Dim 30 Nov - 19:17


dessin d'Etienne Lecroart

Education : appel à manifester le mercredi 10 décembre

Cette journée d'action, «sans appel à la grève», est organisée par un collectif réunissant les principaux syndicats de profs, lycéens et parents d'élèves.

Un collectif réunissant entre autres les principaux syndicats de l’Education, des lycéens, des parents d’élèves appellent à une journée de manifestations partout en France le mercredi 10 décembre, sans appel à la grève.

«Il n’y a pas d’appel à la grève ce jour-là», précise Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU.

«L’idée est de dire : l’éducation est notre avenir. Le gouvernement ne veut pas l’entendre. Le 10 décembre, faisons masse pour dire et redire que l’Education est notre avenir et qu’elle ne se fera pas sans moyens, pas sans dialogue, pas sans associations, etc.», a expliqué Luc Bérille, secrétaire général du SE-Unsa. (...)

www.liberation.fr/societe/0101268502-education-appel-a-manifester-le-mercredi-10-decembre

Des gilets fluos dans les allées du salon de l’Educ’
Les militants des associations sont venus nombreux cette année au salon de l'Education, qui se termine ce dimanche, pour dénoncer les coupes dans leur budget et alerter l’opinion.
www.liberation.fr/societe/0101268502-education-appel-a-manifester-le-mercredi-10-decembre

Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école
http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/index-252147.html

Répression contre un blogger enseignant (Alain Refalo)
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article74793

Commentaires de Libénautes :

Pourquoi on fait grève

Cette question a au moins le mérite de montrer combien nous souffrons d'un déficit de communication. Le grand public n'est pas informé de nos motifs de mécontement, voire d'indignation puisque l'information est occultée par le service minimum. Il faut que chaque enseignant martèle autour de lui nos motivations chaque fois que ça lui est possible, c'est la seule solution.

Pour résumer : L'Etat s'évertue à retirer des moyens à l'Education Nationale (réseaux d'aide, professeurs, ...) afin de la fragiliser et de démontrer qu'elle ne fonctionne pas.

En ce qui concerne le lycée : on désorganise les seconde, première, terminale dès cette année mais le hic c'est que l'on doit improviser dès maintenant à moins qu'en janvier on nous donne des infos ! Pour l'instant, on ne sait pratiquement rien !

Ce que l'on sait :
- c'est que l'on aura des classes à 35 élèves en lycée général et à 30 en lycée professionnel.
- que l'on réduit les heures de cours des élèves.

= moins de profs.

= TOUT CECI DANS LE PLUS GRAND FLOU CAR CE QUI COMPTE AVANT TOUT, C'EST DE PAYER MOINS DE FONCTIONNAIRES.

DANS TOUT CELA, OU EST LE SOUCI DE LA REUSSITE DES ELEVES ?

Car ce souci-là nous l'avons et l'on ne peut pas accepter que l'école ne soit plus un ascenseur social.


Volonté du peuple français ?

que

...l'école maternelle disparaisse et qu'il faille désormais, dans peu de temps, payer pour faire garder, jusqu'à l'âge de 5 ans, ses enfants par des titulaires du BEP petite enfance (brevet 2 ans dans un lycée professionnel) dans les "jardins d'éveil" (comprenez garderie sans aucun enseignement) installés dans les écoles (économie de postes d'enseignants),

... il faille bientôt payer pour faire aider son enfant en difficulté parce que les spécialistes de la remédiation scolaire qui exerçaient gratuitement dans les écoles sont remis dans des classes ordinaires (économie de postes d'enseignants), mais on paiera le prix fort parce que dans les centres spécialisés remboursés par la sécu, faute de personnel suffisant, il y a parfois jusqu'à une année d'attente avant la prise en charge de l'enfant en difficulté

... il faille prochainement prier que la maîtresse de CP de son enfant ne tombe pas enceinte parce que les postes de remplaçants formés vont disparaître (économie de postes d'enseignants) et que les congés seront assurés par des vacataires (étudiants) sans formation

... les centres aérés à prix modiques ferment parce que les associations d'éducation populaire qui oeuvrent à l'encadrement de ces structures et à la formation de leurs animateurs vont voir leurs subvention diminuer de 50% en 2009 et disparaître les enseignants mis à disposition pour les aider (économie de postes d'enseigants)

La liste n'est pas exhaustive, toutes ces réformes, nous dit monsieur Darcos, sont plébiscitées par les famillles.
Quelles familles, à votre avis, n'en ont rien à cirer de ces réformes, parce qu'elles savent qu'elles ont les moyens (financiers) de ne pas en pâtir... ?


Service minimum d’accueil : pourquoi Martigues refuse
www.plumedepresse.com/spip.php?article1018#forum5620

Réaction d'emcee :

[...] je ne supporte pas non plus qu’un blanc-bec vienne étaler ses théories malsaines sur les services publics, telles que les lui ont inculquées ceux qui veulent s’en emparer pour se faire du pognon au détriment de l’ensemble des citoyens.

Cette idéologie qui prône que l’Etat mette en sous-traitance les services publics et paie avec l’argent du contribuable des entreprises privées, à but lucratif, donc, pour gérer la santé, l’éducation, les aides sociales et les nécessités au quotidien de la population.

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que les intérêts d’une minorité uniquement attirée par le profit ne sont pas compatibles avec celui de la majorité.

Et que, donc, un gouvernement qui abandonne ses responsabilités au profit d’intérêts privés trahit la mission qui lui a été confiée d’organiser la société dans son ensemble – et non pas pour favoriser une "élite".

Actuellement, aux Etats-Unis, les états, en déficit après les cadeaux faits avec l’argent public à ces prédateurs, effectuent des coupes claires. Dans quoi ? Dans les aides sociales concernant la santé, l’éducation, le logement …

Et dans quel but, cette manne octroyée à des gens qui, par leur cupidité, ont mis le pays en faillite ? (...)


Appel des lycéens nantais mobilisés du 22 novembre
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article74953
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: A «tous les citoyens concernés par l'école»   Sam 13 Déc - 4:56



Les profs «désobéisseurs» sanctionnés
Parce qu'ils refusent ouvertement d'appliquer les réformes Darcos, une dizaine d'instits ont des pénalités de salaire. La résistance s'organise sur la toile.

Bastien Cazals (1), directeur d’une école maternelle près de Montpellier, l'a appris aujourd'hui: il perdra huit jours de salaire en décembre pour «refus d’obéir».

Il refuse d’appliquer les nouveaux programmes, ou de mettre en place l'aide personnalisée destinée, selon lui, à remplacer l'aide spécialisée du Rased (2). A la place, il propose d'organiser les projets pédagogiques collectifs. (...)

Les blogs pour résister

Visiblement ébranlé –ou pour le moins déstabilisé- par cette nouvelle forme de protestation, le ministère de l’Education semble miser sur des sanctions rapides et exemplaires pour éviter la contagion.

Pourtant, quelques clics sur les blogs et autres plateformes de profs suffisent pour comprendre que le mouvement a déjà pris de l’ampleur. Ces «désobéisseurs» (3), comme ils s'appellent eux-mêmes, organisent leur résistance via la toile. D’abord avec ce blog, lancé à l'initiative d'Alain Refalo (4), enseignant près de Toulouse: «Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école» (5) qui propose notamment «un modèle de lettre à adresser à son inspecteur» (6).

Sorte carnet de bord de la mobilisation, la page «soutien aux enseignants désobéisseurs» (7) recense les profs visés par des sanctions disciplinaires. Et appelle à des initiatives locales des parents d'élèves pour soutenir les enseignants (8 ) (pétitions et autres mobilisations en tout genre) cyclops .

Parents d'élèves, acteurs du mouvement

Les parents d'élèves sont partie prenante du mouvement de désobéissance pédagogique. Ainsi, le blog «une école pour Victor et Hugo» (9) joue le rôle de comité de soutien de l'enseignant Bastien Cazals. (La pétition de soutien (10) mise en ligne mercredi 10 décembre recueille ce vendredi près de 1500 signatures. cyclops )

Devenu un des hérauts de cette résistance, Bastien Cazals s’est adressé hier à ses collègues enseignants : «Cette sanction ne doit pas vous faire renoncer à vous impliquer dans une démarche similaire, sachant que vous avez différentes possibilités de détourner l'aide personnalisée sans, pour autant, vous exposer aux mêmes sanctions (par exemple, prise en charge de tous les enfants ou refus de tous les parents...)» (...)

Marie Piquemal
www.liberation.fr/societe/0101305101-les-profs-desobeisseurs-sanctionnes

(1) http://uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com/
(2) www.liberation.fr/societe/0101164723-eleves-en-difficulte-les-rased-craignent-d-etre-rases-de-la-classe
(3) http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/lirarticle-252147-999301.html
(4) http://tvbruits.org/spip.php?article1066
(5) http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/index-252147.html
(6) http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/lirarticle-252147-1035103.html
(7) http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/lirarticle-252147-1068061.html
Arrow (8 ) http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/lirarticle-252147-1073573.html
(9) http://uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com/
Arrow (10) www.mesopinions.com/Une-ecole-pour-Victor-et-Hugo-petition-petitions-47f4d1d7511122b5662e4c6e5cc3d94a.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: UMP : Union des Malfaiteurs Polyvalents   Mer 7 Jan - 17:27

L'UMP dépouille aussi le web...



mais... les pétitions ne meurent jamais

Les instits' sont obstinés. Fin novembre-début décembre, ils avaient fait circuler une pétition en ligne dénonçant la mitraille de réformes de Xavier Darcos et réclamant sa démission. Elle avait recueilli jusqu'à 15 000 signatures. Mais patatras. Dans la nuit du 15 au 16 décembre, en plein mouvement lycéen, tout a disparu: le texte, les signatures, les fichiers. De quoi être parano...

Mais il en fallait plus pour décourager nos pétitionnaires. Durant les vacances de Noel, ils ont reconstruit un site ( www.darcos-demission.org ) bien mieux sécurisé. Avec la même pétition - intitulée "STOP à la démolition de l’école publique ! STOP au mépris ! M. Darcos doit démissionner" - qui recommence à tourner sur la toile en cette rentrée polaire.

Arrow "Resignez et faites signer vos collègues", demandent-ils sobrement sur la page d'accueil. Les pétitionnaires ont des doutes sur ce coup du sort. Mais bons joueurs, sans preuve, ils n'accusent personne.

Ils ont toutefois réservé une petite surprise au ministre. Une excluvisité, un scoop en langage journalistique: la publication des épreuves avec les corrigés des prochaines évaluations de CM2. Pour eux, c'est une façon de protester contre le fait que ces évaluations vont être publiées, école par école, ce qui va de fait les mettre en concurrence.

C'est l'une des nouveautés de cette année. Tous les élèves de CE1 et de CM2 vont être évalués, en français et en mathématiques. Le ministre a même promis 400 euros de prime à leurs enseignants, dans le cadre du "travailler plus pour gagner plus".

Aors qu'on demandait une revalorisation du salaire des enseignants, "cette prime est une atteinte à note dignité", estiment les protestataires. Dans la pétition, ils s'engagent à reverser les 400 euros aux associations qui travaillent dans l'Education et dont les crédits ont été coupés. Les instits' ne sont pas vénaux.

http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2009/01/les-ptitions-ne.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A «tous les citoyens concernés par l'école»   

Revenir en haut Aller en bas
 
A «tous les citoyens concernés par l'école»
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le forum Euros Citoyens vous souhaite à tous de joyeuses Pâques
» Boujou a toutes et a tous,
» Félicitation à tous les agents ONE
» bonjour a tous les gars du DUFOUR M903
» Bien le bonjour à tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: