sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Silence, on tourne !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Silence, on tourne !   Ven 5 Sep - 7:52

... mal, on contourne, on détourne, on ristourne... on muselle par l'argent.


L'Empire contre-attaque

"L'empire des Mulliez"

Sur décision de la cour d'appel de Douai, le livre L'empire des Mulliez, du journaliste indépendant Bertrand Godin, est retiré de la vente. Cet ouvrage, pour lequel il n'avait trouvé aucun éditeur, et qu'il a publié sur ses propres fonds, s'est vendu à 20 000 exemplaires.

Le jugement donne ainsi raison au co-auteur du livre, qui reproche à Bertrand Godin d'avoir refusé de publier 120 pages d'annexes. Il ordonne également la fermeture du blog du journaliste, lempiredesmulliez.typepad.fr, en estimant que celui-ci faisait la promotion du livre. Godin s'est plié à la décision de justice, tout en ouvrant illico un autre, leblogmulliez.com. "J'ai l'impression qu'on veut m'empêcher de faire mon travail de journaliste", s'indigne-t-il. Il envisage de se porter en cassation.

Bertrand Godin n'en est pas à son premier écueil juridique. Il y a quelques mois, son hébergeur internet avait reçu la visite d'un huissier, cette fois-ci sur une plainte déposée par le groupe Auchan. L'huissier avait pour mission de retrouver l'adresse IP d'un salarié qui avait mis en cause l'un des cadres dans un post. Auchan a exigé de ce salarié des excuses, avec mise en ligne sur le blog de Bertrand Godin.
S.M.

www.libelille.fr/saberan/2008/09/lempire-des-mul.html

Mais le blog continue

Comme Denis Robert, muselé grâce au pouvoir financier de Clearstream, le journaliste Bertrand Godin est réduit au silence : son livre "L'empire des Mulliez", publié à compte d'auteur (aucun éditeur n'ayant eu le courage de le publier), vient d'être interdit à la vente par la cour d'appel de Douai.

Son blog a aussi dû être fermé. Mais il en a ouvert un autre...

Grande Distribution
Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Xanaka, Top Office, Picwic, etc. La plupart des grandes enseignes ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.


Mulliez, premier acteur familial de l'économie française
60 milliards d’euros de chiffre d’affaires et près de 2 milliards de résultat net réalisés avec le concours de plus de 300 000 salariés


Avec un patrimoine familial de 21 milliards d’euros, Gérard Mulliez et ses cousins viennent de détrôner Bernard Arnault, le patron de LVMH, dorénavant n°2 avec 18 milliards d’euros.

Contrairement aux propriétaires d’entreprises cotées (cf. Bernard Arnault avec LVMH et Carrefour), les Mulliez se sont toujours tenus à l’écart des marchés financiers. Par conséquent, la valeur de leur patrimoine n’a pas été affectée par la récente crise financière et la défiance des investisseurs. Au contraire, car leurs actifs ne dépendent pas de la confiance - aléatoire - des analystes ou du moral des boursicoteurs.

http://www.leblogmulliez.com/

Vive la grande distribution !
Ils prétendent lutter contre la vie chère...

UFC-Que Choisir a publié mardi les résultats d’une enquête réalisée dans 1 145 magasins et basée sur 67 411 relevés de prix. Son résultat se résume par son titre : Le pouvoir d’achat au tapis. De septembre 2007 à mai 2008, le prix du panier alimentaire dans la grande distribution a augmenté de 6,6% en moyenne. Palmarès.

www.plumedepresse.com/spip.php?article961

Qui contrôle la Grande Distribution en France ?
www.paranos.com/entreprises/controle/gdistrib.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27enseignes_fran%C3%A7aises_de_distribution



Clearstream gagne ses trois procès en appel contre Denis Robert

Le journaliste-écrivain était poursuivi en diffamation pour avoir accusé la firme luxembourgeoise de blanchir de l’argent sale.

La cour d’appel de Paris a condamné aujourd'hui Denis Robert pour diffamation envers Clearstream. Trois affaires étaient jugées en même temps (ses deux livres consacrés à la chambre de compensation, Révélation$ et La Boîte noire, publiés aux éditions Les Arènes, plus un documentaire diffusé sur Canal +, Les dissimulateurs).

En marge des innombrables plaintes déposées par Clearstream et ses clients, il s’agissait du noyau dur opposant l’ancien journaliste de Libération et la firme luxembourgeoise. Par trois fois, la cour d’appel l’a condamné à 1.500 euros de dommages et intérêts, plus 3.000 euros de frais de justice.

C’est peu par rapport aux réclamations initiales de Clearstream : toutes procédures confondues, elle réclamait un million d’euros. Exclamation

En première instance, Denis Robert avait été relaxé sur La Boîte noire, au motif que «ses ouvrages ont le mérite de révéler un aspect du fonctionnement de la finance mondiale et les risques que faisait courir l’absence de contrôle»; mais avait été condamné à l’euro symbolique pour Révélation$, car il ne démontre pas «avec le degré de précision et de certitude exigé comment Clearstream apporterait sciemment son aide à des opérations mafieuses.»

En appel, la cour a estimé qu’il «ne disposait pas d’éléments suffisants l’autorisant à énoncer les graves accusations proférées à l’encontre de Clearstream.» En plein krach financier et bancaire, la Cour justifie la condamnation de l’auteur car il aurait «altéré l’image de Clearstream dont l’activité repose essentiellement sur la confiance que lui accorde sa clientèle d’institutions financières et de professionnels de la finance.» Pourtant, à ce qu’on sache, la firme luxembourgeoise ne s’est jamais aussi bien portée.

A l’énoncé de l’arrêt, Denis Robert s’est dit «déçu» tout en annonçant un pourvoi en Cassation : «Un jour, cette condamnation vaudra Légion d’honneur.» Admettant rétrospectivement qu’il modifierait aujourd’hui «certains passages» de ses livres, l'écrivain-journaliste maintient ne s’être «pas trop trompé sur le fond».

Pour l’avocat de Clearstream, maître Richard Malka, «la vérité est aujourd’hui établie». Vérité judiciaire ou journalistique ? Egalement défenseur de Charlie Hebdo, il s’était défendu à l’audience de toute schizophrénie : «Certain combats ne sont pas forcément à la mode; le mien n’est pas au nom de Clearstream, mais de l’éthique du journalisme.»

Entre combat et harcèlement, la frontière est poreuse. Indépendemment de sa condamnation, Denis Robert en est aujourd’hui à 100.000 euros d’honoraires d’avocat et de frais de justice.

Renaud LECADRE
www.liberation.fr/societe/0101162703-clearstream-gagne-ses-trois-proces-en-appel-contre-denis-robert

On l'attendait au tournant...


Jean-Marc Rouillan retourne en prison

Jean-Marc Rouillan, 55 ans, cofondateur du groupe armé d'extrême gauche Action directe, a vu jeudi son régime de semi-liberté révoqué par le tribunal d'application des peines (TAP) siégeant à Marseille

Dans une interview du 1er octobre à l'Express, interrogé sur d'éventuels regrets après les actes d'Action directe, M. Rouillan avait répondu : "Je n'ai pas le droit de m'exprimer là-dessus... Mais le fait que je ne m'exprime pas est une réponse. Car il est évident que si je crachais sur tout ce qu'on avait fait, je pourrais m'exprimer. Mais par cette obligation de silence, on empêche aussi notre expérience de tirer son vrai bilan critique".

Le parquet a estimé, selon l'avocat, "qu'il aurait dû s'arrêter à la première phrase (...) et c'est pour cela qu'après 21 ans de prison, on renvoie un homme en prison".

L'avocat a précisé que son client allait faire appel dans les dix jours mais que si cet appel n'était pas entendu, il n'y aurait "plus de demande de conditionnelle possible (prévue pour décembre) parce qu'il faut un an de semi-liberté" consécutif.

Arrêté en 1987, condamné en 1989 à la réclusion à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 18 ans pour les assassinats du PDG de Renault en 1986 et de l'ingénieur général de l'armement en 1985, Jean-Marc Rouillan bénéficiait de la semi-liberté depuis décembre 2007. Il travaillait pour l'éditeur marseillais Agone mais passait ses nuits et week-ends à la prison des Baumettes.

http://fr.news.yahoo.com/2/20081016/tfr-jean-marc-rouillan-voit-sa-semi-libe-4000a2c.html
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20081016.FAP2245/retour_a_la_case_prison_pour_jeanmarc_rouillan.html


Jean-Marc Rouillan raconte les tortures subies
1er juillet 2004
www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=1669
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Silence, on tourne !   Ven 17 Oct - 2:47



Percuté par son scooter,
M'Hamed Bellouti est condamné à verser à Jean Sarkozy 2.000 euros
pour «procédure abusive et téméraire».


S'il perd en appel, il devra lui en verser 9000.

Un comité de soutien devait être mis en place.

Pour un soutien financier, voici l'adresse :
À l'attention de M'Hamed Bellouti
Maitre Launay 8 rue Seré Depoin 95300 Pontoise

Pour un soutien moral, écrire à mhamedbellouti.scooter[at]orange.fr

www.lepost.fr/article/2008/02/15/1098964_scooter-de-jean-sarkozy-l-expert-jette-l-eponge.html



Qui veut lui racheter une journée de prison ?

Dominique Plancke, conseiller municipal Vert à Lille vient d'écoper de 120 jours-amende pour avoir fauché du maïs transgénique. Soit il paye 100 euros par jour, soit il va en prison pour l'équivalent en journées de la somme due. Pour lui éviter ce sort, un appel à la solidarité a été lancé.

mercredi 24 septembre 2008
www.libelille.fr/saberan/2008/09/chez-les-verts.html
http://terresacree.org/canarogm.htm#Image


Peut-on écrire que le Taser «présente un risque très important pour la santé» ?

Le distributeur du pistolet électrique assignait aujourd'hui l'association de défense des droits de l'Homme RAIDH, qui avait publié sur son site un texte affirmant que cette arme «peut avoir des conséquences mortelles».

16 septembre 2008
http://microfascismes.canalblog.com/archives/2008/09/16/10600578.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Silence, on tourne !   Mer 22 Oct - 9:15


Scipion l'Africain ou Les Derniers Jours de Pompéi

Formidable sidération

Au rythme des oscillations de leurs valeurs en Bourse, des voleurs nous demandent de leur faire confiance et, en tremblant, de n’avoir pas peur, dans des incantations qui valent exactement ce que vaut leur institutionnelle fausse monnaie. (...)

Qu’ils parviennent ou non, les G4, G7, G15 (dit Eurogroupe), G20 et autres G27, à ravaler la façade pourrie de leur capitalisme en y appliquant un vernis de FMI "éthique" ou un crépi de "nouveau Bretton Woods", nous savons que le pire est le plus sûr, et qu’il reste à venir.

Ce séisme annoncé, c’est une guerre sociale qui n’ose se dire, comme si son seul énoncé allait la déclarer. Tel un personnage de Tex Avery galopant bien au-delà de la falaise, un monde n’attend pour chuter que la conscience du vide sur quoi il repose. (...)

Le problème réside dans le devenir de l’Etat de droit, dont on sait que les crises ne lui vont pas bien au teint et [qui voudrait] faire oublier les attentats perpétrés par la garde des Sceaux contre la justice des mineurs ; et la surpopulation pénale ; et l’augmentation vertigineuse des suicides en milieu carcéral ; et l’expulsion de la Cimade des centres de rétention… Et, pour réduire toute velléité de contestation d’une société sidérée, la démultiplication des procès pour «outrage». (...)

Pierre Marcelle
Libération, 17 10 2008
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article72977
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Silence, on tourne !   Lun 27 Oct - 10:21



Le Tribunal pénal international recourt à une mise en examen pour faire taire une journaliste qui dérange.

Extraits

Florence Hartmann, ancienne journaliste du Monde qui fut porte-parole de la procureure Carla Del Ponte entre 2000 et 2006, risque sept ans de prison pour avoir, dans un livre et un article publiés après son départ du TPIY, levé un voile sur des décisions des juges du tribunal restreignant l’accès à des documents cruciaux pour déterminer la responsabilité du régime de Belgrade [Serbie] dans les guerres en Croatie et en Bosnie.

derrière ce combat à propos de la liberté d’expression, c’est bel et bien l’impartialité de la justice internationale qui est en jeu.

la Bosnie [avait déposé plainte] contre la Serbie pour génocide à propos notamment du massacre de près de huit mille Musulmans bosniaques dans l’enclave de Srebrenica en 1995. Or, les minutes apportent de solides éléments de preuve quant à la coordination entre Belgrade et les forces serbes bosniaques qui ont commis ces actes.

De ce fait, la décision des juges d’appel du TPI de ne pas autoriser l’accès intégral à ces minutes eu pour résultat que leurs confrères de la CIJ ne les avaient pas entre les mains au moment de leurs délibérations. Leur arrêt, rendu en février 2007, conclut que s’il y a bien eu génocide en Bosnie, la Serbie n’en est pas directement responsable, échappant ainsi au paiement de réparations potentielles à la Bosnie.

En filigrane se pose aussi la question de l’attitude des puissances occidentales. Ces dernières ont pendant des années fait pression sur la Bosnie pour qu’elle abandonne sa plainte contre la Serbie devant la CIJ, déposée en 1993.

C’est un véritable « J’accuse » contre l’intégrité des juges du TPI que lance Hartmann dans un bref passage du livre qui sort en septembre 2007, puis dans un article paru en janvier dernier pour The Bosnian Institute.

« Paix et châtiment » - de Florence Hartmann - Flammarion - 319 p. - 19,90€.

www.rue89.com/2008/10/24/tribunal-penal-international-pour-une-ex-journaliste-du-monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Silence, on tourne !   Mer 29 Oct - 20:37



Ne réveillez pas le magistrat qui dort !

Pour avoir écrit dans Plume de presse : "On peut donc légitimement s’interroger, connaissant le CV de ce magistrat, sur son « indépendance » dans le cadre d’un tel procès, tant il est évident qu’il est en « coma professionnel avancé », le journaliste Olivier Bonnet se voit mis en examen. Il est accusé d'injure publique envers un fonctionnaire public.
Il n'a pourtant fait que citer une lettre adressée à la Fédération internationale des droits de l’Homme.

Extrait de son blog :
Quelle est la définition de ce délit ? Article 29, alinéa 2 de la loi sur la Liberté de la presse, chapitre IV : "des crimes et délits commis par la voie de la presse ou par tout autre moyen de publication" ; paragraphe 3 : "Délits contre les personnes" ; article 29 Al. 2e : "Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure." C’est pourquoi on ne dispose pas pour se défendre de l’offre de la preuve. Inutile d’expliquer pourquoi on a écrit ce qu’on a écrit puisqu’il s’agit d’une "injure", donc n’imputant aucun fait. Or j’impute. J’impute grave, même. Laughing

www.plumedepresse.com/spip.php?article994
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Silence, on tourne !   Mer 26 Nov - 5:06



Les tentes du DAL "embarrassent la voie publique". Sanction : 12 000 euros

Après Voynet, Besancenot, le PCF et plusieurs associations, c'est au tour du haut commissaire aux solidarités actives de réprouver la condamnation à 12.000 euros d'amende de l'association Droit au logement.

L'amende infligée au DAL pour avoir planté des tentes dérange jusqu'au sein du gouvernement: Martin Hirsch, Haut commissaire aux Solidarités actives et ancien président d'Emmaüs, a conseillé aujourd'hui à l'Etat de «passer l'éponge» sur l'affaire. «On ne met pas à genoux des associations en les condamnant à des amendes parce qu'elles ont fait ce type d'actions. (...) Vous ne m'ôterez pas de l'idée que ces modes d'actions d'un certain nombre d'associations sont nécessaires.»

Car pour la première fois dans son histoire, l'association, qui milite depuis 1990 pour le droit au logement et n'en est pas à son premier campement, a été condamnée à 12.000 euros d'amende pour avoir installé des tentes rue de la Banque, à Paris, à l'automne 2007. Ce mardi, l'association a annoncé qu'elle fasait appel.

Le tribunal, qui a aussi ordonné la confiscation des tentes, a sanctionné l'«embarras de la voie publique en y laissant des objets» (article 644-2 du code pénal). Le ministère public avait requis 32.000 euros d'amende pour ce motif, que le DAL estime être un «détournement de procédure par rapport à un délit».

Dominique Voynet, sénatrice-maire Verte de Montreuil (Seine-St-Denis), a aussitôt réagi, estimant que cette décision créait «un précédent dans la répression financière de l’action collective». Dans la foulée, le groupe Verts de Paris s’est dit «scandalisé», et demande à Bertrand Delanoë «d’intervenir auprès du gouvernement pour mettre fin au “harcèlement juridique” subi par les associations».

Lundi soir, sur France 2, Olivier Besancenot a qualifié cette décision d'«absolument révoltante». «On préfère que les mal logés, les sans-logis aillent crever tranquillement dans le bois de Vincennes loin de nos yeux, loin du regard de tout le monde», s'est-il insurgé, évoquant «des milliers de m2 laissés vacants» en France par «des sièges sociaux, des entreprises qui spéculent aujourd'hui encore sur le logement».

«Le gouvernement choisit la voie de la criminalisation de l’action citoyenne» (...)

www.liberation.fr/societe/0101268438-le-dal-condamne-pour-les-tentes-de-la-rue-de-la-banque

Michel Godet vient de déclarer ce jour sur RTL qu’il était insupportable de voir des tentes dans les rues et se félicitait de la décision de justice qui condamne l’association " Don Quichotte ".
Cette association, qui permettait aux SDF de ne pas mourir de froid dans notre belle République bananière, était tenue - par cet infâme personne- responsable avec le D.A.L, de la misère sociale en France.
H2
25 novembre 20:44
www.plumedepresse.com/spip.php?article1015


Un troisième SDF retrouvé mort dans le bois de Vincennes
Son corps a été découvert ce mardi par des membres de l'association Emmaüs près de l’esplanade du château de Vincennes.
www.liberation.fr/societe/0101268766-un-troisieme-sdf-retrouve-mort-dans-le-bois-de-vincennes

Godet : « la pauvreté des ménages : depuis 30 ans, elle a été divisée par deux grâce aux prestations sociales. » (août 2008)
www.ceca.asso.fr/universite.html

Godet : « Il faudrait avoir le courage de supprimer toute référence conventionnelle à l'âge et au diplôme dans les recrutements, notamment dans le secteur public. »
www.lexpress.fr/informations/michel-godet-developper-l-apprentissage_600184.html

Godet : « une immigration trop centrée sur l’Afrique »
http://europepuissance.blogspot.com/2008/05/ralits-dmographiques-marcel-godet.html

Godet : « Les 35 heures : Cela n'était-il pas révélateur d'une préférence française pour les loisirs, comme il y en a déjà une pour le chômage ? »
www.lemonde.fr/opinions/article/2007/07/17/les-35-heures-sans-fleurs-ni-couronnes-par-michel-godet_936365_3232.html

Godet : « faciliter les licenciements »
«Il faut faire sauter les verrous de ces blocages en aidant les entreprises à exploiter toutes leurs possibilités. »
www.lexpress.fr/actualite/economie/michel-godet-reveiller-les-projets-dormants_474780.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Duo d'enfer   Jeu 27 Nov - 4:21



Balkany fait mettre deux mineurs en examen pour «rébellion» au conseil municipal

Deux lycéens de 17 ans, militants d'une association pour le droit au logement, ont passé deux nuits dans un commissariat et sont mis en examen pour avoir perturbé une séance du conseil municipal à Levallois-Perret. Le maire UMP Patrick Balkany (et sa police) les avait "dans le collimateur" et a cherché «un prétexte» pour faire évacuer la salle et interpeller les deux jeunes.

«Ils n'ont pas dormi pendant 48 heures et ont vécu une expérience traumatisante. Au prétexte qu'ils n'étaient pas d'accord avec le maire, on a fait subir quelque chose de très grave à deux enfants (...) qui ont voulu résister à leur exclusion du conseil municipal», a dénoncé Me Anne-Eugénie Faure, également conseillère municipale PS à Levallois.

www.20minutes.fr/article/273598/France-Deux-mineurs-mis-en-examen-pour-rebellion-a-Levallois-Perret.php



Pour Isabelle Balkany "Ségolène Royal est un copier-coller de Le Pen"
www.plumedepresse.com/spip.php?breve35
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6165
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Silence, on tourne !   Mer 3 Déc - 1:47



Lettre de cachet
Par LAURENT JOFFRIN

En ces temps d’états généraux de la presse, certains magistrats rêvent-ils d’un retour à l’Ancien Régime ? En tout cas, c’est une lettre de cachet qu’a utilisée Mme Muriel Josié, vice-présidente du tribunal de Paris, à l’encontre de notre ami Vittorio de Filippis, journaliste à Libération et ancien directeur de la publication de notre journal, avec attaque de la maréchaussée à l’aube, fouille au corps et enfermement temporaire.

Tout ça pour quoi ? Pour un procès en diffamation dans lequel nous avons déjà obtenu gain de cause à plusieurs reprises, prolongé artificiellement par la volonté d’un plaignant acharné. Faut-il rappeler à cette juge d’instruction manifestement peu instruite que dans ce genre d’affaire, où la responsabilité du journal a consisté à publier un texte contesté, on ne recourt pas à la contrainte par corps mais à une convocation normale, à laquelle Libération a toujours déféré ? Il est possible qu’une de ces convocations se soit égarée. Mais il faut aussi rappeler à cette juge sans jugeote que l’adresse et le numéro de notre journal, qui n’est pas clandestin, sont connus, et que nos avocats, dont le nom et l’adresse figurent au dossier, répondent toujours courtoisement aux demandes de la magistrature. Au lieu de ces moyens de justice de bon sens, Mme Josié a préféré faire arrêter, devant sa famille, et menotter un homme qui s’est contenté d’héberger sur son site le commentaire d’un internaute.

Les journalistes ne demandent aucun privilège et Libération s’emploie à respecter la loi sur la presse comme les autres lois. Mais il ne faudrait pas que dans une atmosphère de fermeté policière croissante, cette interpellation stupide et volontairement humiliante puisse servir de précédent pour que se déploie, peu à peu, un arbitraire judiciaire dont on a vu ailleurs les conséquences et qui finit par menacer tous les citoyens.

www.liberation.fr/medias/0101269718-lettre-de-cachet

grand extrait de Z

Affaire Libé : la juge aurait dû être suspendue, selon le bâtonnier de Paris
Ses méthodes rappellent aussi à Christian Charrière-Bournazel celles de « la Grèce des colonels».
http://www.liberation.fr/medias/0101284443-affaire-libe-la-juge-aurait-du-etre-suspendue-selon-le-batonnier-de-paris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Silence, on tourne !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Silence, on tourne !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Pollet... ca tourne.
» Recherche tourne-disque pour enfants...
» tête qui tourne, sans arrêt
» Cette femme tourne dans quel sens
» pendule qui tourne à l'envers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: