sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Mer 22 Oct - 21:03

Restrictions avant privatisation

Professionnels de santé et usagers appellent à l'organisation d'un large débat public sur l’avenir de l’hôpital, pour que les hôpitaux ne soient pas financièrement étranglés avant d’être progressivement privatisés, sans que les citoyens aient eu à en décider.

Une pétition nationale circule pour s’inquiéter de l’étranglement budgétaire des hôpitaux publics et de la mise en oeuvre du concept "hôpital entreprise". Un certain nombre de soignants et de médecins du CHPC ont déjà signé cet appel que vous pourrez retrouver en cliquant sur le lien suivant :

http://www.appel-sauver-hopital.fr/

Ensemble, pour une santé solidaire
http://ensemblepourunesantesolidaire.fr/index.php?option=com_content&task=blogsection&id=0&Itemid=9&limit=6&limitstart=12

Appel à signatures
http://ensemblepourunesantesolidaire.fr/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=13&Itemid=29

Arrow http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/service-encore-public-t26-45.htm#814
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Sam 15 Nov - 20:55



A Paris, l'hôpital public dénonce un "étranglement financier délibéré"

C'est une première dans l'histoire de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) : l'ensemble des présidents des comités consultatifs médicaux (CCM) des 40 hôpitaux de l'AP-HP ont adressé une lettre ouverte à la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, pour dénoncer "l'étranglement financier délibéré" de leurs établissements. Représentant les 15 000 médecins de l'AP-HP, ces élus s'alarment des "restrictions budgétaires sans objectifs médicaux" qui aboutissent "à une paupérisation de nos hôpitaux et un découragement de l'ensemble des personnels qui y travaillent". (...)

L'initiative des présidents des CCM est d'autant plus notable qu'elle provient de médecins ayant tous accepté le principe de la gestion médico-économique qui s'impose désormais à l'hôpital : ils sont pour la plupart à la tête des nouveaux pôles (réunion de services pour mutualiser les moyens) et mettent en oeuvre la tarification à l'activité (T2A, qui conditionne le financement des hôpitaux au nombre d'actes cliniques effectués). Mais l'enthousiasme des débuts a fait place au désenchantement. "On se sent mal, explique Laurent Brochard, président du CCM du CHU Henri Mondor, à Créteil (Val-de-Marne). On ne voudrait pas être victimes d'un marché de dupes, en ne gérant que la pénurie."

Bénéficiant d'un budget de 6 milliards d'euros, l'AP-HP est sous tension budgétaire permanente : d'ici à 2012, 300 millions d'euros devront être économisés au titre des "efforts de convergence" (réduction des coûts structurels). Dans les services, cette contrainte est vécue comme une logique de rationnement. "D'année en année, on nous oppose des plans de redressement de plus en plus drastiques, explique le Pr Denis Devictor, président de la collégiale des présidents de CCM. On nous rogne du personnel médical et paramédical en permanence. On ne peut plus travailler, les files d'attente de malades s'allongent." (...)

www.lemonde.fr/societe/article/2008/11/15/a-paris-l-hopital-public-denonce-un-etranglement-financier-delibere_1119081_3224.html

Roselyne Bachelot est la Ministre du gouvernement Fillon, chargée de débroussailler, d’éradiquer et de vider inexorablement de sa substance le maximum de prestations de la Sécurité sociale afin de conduire, à pas léger, notre système vers une protection analogue à celle des USA, et où progressivement et en catimini, la part des remboursements des frais de maladie, dévolue aux mutuelles, va finir par dépasser la quote-part de la Sécurité sociale…
http://levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/tag/portrait%20de%20Mme%20Roselyne%20Bachelot

Roselyne Bachelot accueillie sous les huées au Pasino

Une centaine de personnes a accueilli par des huées la ministre de la Santé Roselyne Bachelot (UMP), venue participer vendredi à un colloque sur la psychiatrie au Pasino d'Aix-en-Provence. Les manifestants ont réclamé davantage de moyens pour les hôpitaux publics, et notamment les services de psychiatrie. A l'occasion de sa venue, la ministre a justifié la répartition des crédits du plan hôpital 2012, qui a alloué 9 millions d'euros aux quatre hôpitaux publics et 54 millions aux hôpitaux privés non-lucratifs Ambroise Paré et Paul Desbief. « L'AP-HM (Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille) avait été bénéficiaire de crédits extrêmement importants dans le cadre du plan Hôpital 2007 et l'hôpital Ambroise-Paré n'en avait eu aucun », a déclaré Roselyne Bachelot. L'APHM est actuellement en difficulté financière avec un déficit cumulé de 200 millions et une dette de un milliard d'euros.

27/10/2008
www.20minutes.fr/article/266866/Marseille-Roselyne-Bachelot-accueillie-sous-les-huees-au-Pasino.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Jeu 5 Mar - 11:16



Sauvons la santé : mobilisation le 5 mars

COMMUNIQUÉ COMMUN DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE PERSONNELS : CGT Santé Action Sociale ; FO Services Publics et de Santé ; SUD Santé Sociaux ; CFTC Santé et Sociaux ; CFE/CGC Santé Action Sociale DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE MEDECINS : AMUF ; CPH ; INPH ; SNPHAR

Les organisations suivantes : CGT – FO – SUD – CFTC – CFECGC – AMUF – CPH – INPH et SNPHAR

Le Collectif contre les franchises et pour l’accès aux soins partout et pour tous, et pour une sécurité sociale solidaire, la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics, la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité

appellent l’ensemble des salariés de la Santé Publique, des secteurs (sanitaire, social et médico-social) à une journée de grève et de mobilisation POUR LA SANTE PUBLIQUE

le jeudi 5 mars 2009

à 10 h 30

Métro : Sèvres Babylone


Pétition en ligne : www.cgt.fr/spip.php?page=article_dossier2&id_article=35641#sp35641

Le Collectif appelle l’ensemble des Collectifs locaux à tout faire pour que partout en France, la convergence des personnels en lutte, des patients-usagers, des élus et organisations politiques, des citoyens, puisse se réaliser et assurer ainsi le succès du 5 mars.

www.sante.cgt.fr/

www.coordination-nationale.org/

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article80661
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Jeu 16 Avr - 2:11



Vingt-cinq pontes de l'hôpital public lancent un appel contre la loi Bachelot

Des chefs de service renommés de plusieurs hôpitaux parisiens ont signé un 'appel des 25' à paraître jeudi 16 avril dans le Nouvel Observateur contre 'la médecine mercantile' mise en avant, selon eux, par le projet de loi Bachelot. Une version en ligne est disponible sur le site de l'hebdomadaire.

Parmi les signataires figurent notamment le gynécologue-obstétricien René Frydman, le neurologue Olivier Lyon-Caen, l'endocrinologue Arnaud Basdevant ou encore le diabétologue André Grimaldi, qui exercent dans des établissements de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

'ÉTATS GÉNÉRAUX DE L'HÔPITAL PUBLIC'

Ils s'opposent au projet de loi Bachelot, déjà voté par les députés et que les sénateurs examineront à partir du 11 mai, et dont un large chapitre consacré à l'hôpital renforce sensiblement les pouvoirs des directeurs d'établissement. Cette loi 'porte en elle la disparition' de la médecine hospitalière 'au profit d'une médecine mercantile', jugent-ils dans leur texte, estimant que 'les premières victimes en seront les patients et les soignants'.

Elle 'cale l'hôpital sur l'entreprise' en renforçant un directeur qui 'pourra n'avoir aucune compétence médicale' et qui pourtant 'arrêtera le projet médical de l'établissement'. 'Dans le même temps, on organise des suppressions massives et injustifiées d'emploi d'infirmiers et d'aides-soignants', ajoutent-ils. 'Si cette loi n'est pas amendée, elle s'appliquera sans nous', préviennent-ils, demandant l'organisation d'urgence 'd'états généraux de l'hôpital public'.

www.lemonde.fr/societe/article/2009/04/15/vingt-cinq-pontes-de-l-hopital-public-lancent-un-appel-contre-la-loi-bachelot_1181233_3224.html

Arrow http://tempsreel.nouvelobs.com/php/petition19/

85 % des hôpitaux et cliniques ne pourront plus opérer certains cancers

D'ici mai 2011, 786 hôpitaux et cliniques sur les 920 pratiquant la chirurgie des cancers devraient cesser toute ou partie de leur activité.

Ces documents, que ni le ministère de la Santé ni l'Institut national du cancer (Inca) n'ont l'intention de rendre publics dans l'immédiat, ont été bâtis à partir des données statistiques d'activité du PMSI (1) pour les trois dernières années disponibles (2005, 2006 et 2007). Six types de cancer sont concernés par ces seuils d'activité impératifs : les cancers digestifs, du sein, du poumon et du thorax, urologiques, gynécologiques et ORL.

Le Point publie, pour les quatre premiers cancers cités, les listes de ces structures de soins qui, à ce jour, n'atteignent pas les seuils minimums d'activité fixés par un décret ainsi que par un arrêté officiels.

Les établissements doivent répondre à de nombreuses conditions en termes d'organisation, de personnel et d'équipement, mais ils doivent surtout réaliser, selon l'arrêté du 29 mars 2007, "une activité minimale annuelle de 30 interventions par an pour la chirurgie des cancers du sein, digestifs, urologiques et thoraciques, et de 20 interventions par an pour la chirurgie des cancers gynécologiques, ORL et maxillo-faciale".

Sur les trois dernières années d'activité (2006, 2007, 2008), les établissements doivent atteindre 80 % au minimum des seuils d'activité, et bénéficient de 18 mois de mise en conformité pour atteindre les 100 %.

www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-04-15/exclusif-le-point-85-des-hopitaux-et-cliniques-ne-pourront-plus-operer-certains/920/0/334962
http://textes.droit.org/JORF/2007/03/22/0069/0035/
http://www.e-cancer.fr/v1/fichiers/public/arrete_290307.pdf
cyclops

Exemples d'hôpitaux interdits d'opérer :
Hôtel Dieu
Lariboisière
St-Antoine
Hôpital européen G. Pompidou
Antoine Beclere à Clamart
Beaujon à Clichy
Avicenne à Bobigny
Jean Verdier à Bondy
Centre hospitalier intercommunal à Montreuil
Centres hospitaliers à St-Denis et Aulnay
Clinique de la Dhuis à Bagnolet

Vont-ils bientôt opérer des non cancéreux pour être "en conformité" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Ven 12 Juin - 1:48



L’HÔPITAL PUBLIC EST VOTRE HÔPITAL, DÉFENDEZ-LE AVEC NOUS !

- Défendez-le parce qu’il assure des soins de qualité pour tous, quels que soient les moyens de chacun.

- Défendez-le parce que c’est là que se font les grandes recherches d’aujourd’hui qui permettront les progrès de demain.

- Défendez-le parce que c’est lui qui assure 80% des urgences, c’est lui qui a fait face hier à l’épidémie de SIDA et à la canicule et qui pourra faire face à une pandémie grippale.

- Défendez-le parce que c’est lui qui prend en charge les cas les plus graves ou les plus complexes à tous les âges de la vie.

- Défendez-le parce que les autres pays nous l’envient.

La loi HPST dite loi Bachelot a supprimé l’appellation de « Service Public Hospitalier ». Elle ne parle plus que d’ « Etablissement de Santé ». Elle cherche à transformer l’hôpital public en entreprise.
Pour être rentable l’hôpital devra sélectionner les pathologies et les patients, et diminuer le nombre de personnels :
moins d’infirmières, moins d’aides soignantes, moins de médecins, moins de secrétaires, moins d’assistantes sociales.
Il est prévu de supprimer 20 000 emplois dans l’ensemble des hôpitaux.

NE LAISSEZ PAS FAIRE
POUR DÉFENDRE VOTRE HÔPITAL PUBLIC ASSURANT L’ACCÈS ÉGAL POUR TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ,
SIGNEZ LA PÉTITION NATIONALE QUI SERA ADRESSÉE AU PARLEMENT ET AU GOUVERNEMENT
:


« Je défends l’Hôpital Public, lieu de formation des professions médicales et paramédicales, de l’innovation et des progrès thérapeutiques, qui offre à tous, sans discrimination, des soins de qualité.

Je m’oppose à son démantèlement qu’annoncent d’une part un nouveau mode de direction qui aura pour souci principal la rentabilité, d’autre part des suppressions d’emplois non justifiées qui altèreront la qualité des soins. L’Hôpital Public doit avoir un financement lui permettant de remplir ses missions.»


Arrow www.petition-mdhp.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Lun 25 Jan - 16:26


© FOTOLIA / Laurent Saccomano

Hôpitaux de Paris : 3 à 4.000 suppressions de postes confirmées

La moitié des emplois supprimés concernera les soignants et les médecins, l’autre moitié le personnel administratif. Par ailleurs, plusieurs sites hospitaliers pourraient fermer leurs portes d’ici à 2020.

L’un des patrons de l’AP-HP avait même menacé de démissionner. Pierre Coriat, président de la commission médicale d’établissement, s’élevait à l’époque contre les 1 150 suppressions de postes prévues pour 2010. “Cela va nuire à la qualité des soins (...) il faut revoir ce plan de suppressions de postes, sinon je démissionnerai”, avait-il alors prévenu.

Regroupement de services, ventes de biens immobiliers

De nombreuses restructurations doivent en tout cas accompagner ces mesures d’économie. “Nous allons regrouper certains services de chirurgie de Cochin et de l’Hôtel-Dieu, distants de seulement 2,5 km. Nous allons également réunir l’ORL de Saint-Louis et de Lariboisière”, a indiqué Benoît Leclercq, directeur général de l’AP-HP. Par ailleurs, les trois services qui s’occupent des grands brûlés à Paris seront regroupés sur Saint-Louis.

Et pour libérer du capital, l’AP-HP va continuer à vendre ses propriétés immobilières. Au cours des dernières années, l’AP-HP avait notamment cédé le Théâtre Mogador, le grand hôtel Lafayette ou encore, plus surprenant, une station-service. “Nous sommes en train de vendre l’hôpital Debrousse à Lyon. Nous entamons des discussions avec le Ville de Paris sur le devenir de Saint-Vincent-de-Paul qui sera prochainement libéré”, a-t-il expliqué.
www.france-info.com/sciences-sante-2010-01-23-hopitaux-de-paris-3-a-4-000-suppresions-de-postes-confirmees-395898-29-30.html

1 800 postes ont déjà été supprimés en 2008.

Gestion comptable de la santé. Un exemple de plus.
http://sarkofrance.20minutes-blogs.fr/archive/2010/01/25/les-hopitaux-d-emploi-vont-supprimer-3-a-4000-emplois.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Mar 9 Fév - 20:57



Armand-Trousseau et l'Hôtel-Dieu se mobilisent contre le sort que leur réserve le plan de restructuration de l'AP-HP

Après l'émoi, la mobilisation. Opposés au départ d'une partie de leur activité vers d'autres établissements dans le cadre de la restructuration de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), les responsables médicaux d'Armand-Trousseau et de l'Hôtel-Dieu, deux établissements particulièrement visés, passent à l'action.

Les médecins de Trousseau, haut lieu de la pédiatrie de l'est parisien, viennent de lancer un blog et une pétition pour continuer à défendre leur projet, baptisé 'Nouveau Trousseau'. Il a pourtant été rejeté, mi-janvier, en conseil exécutif, où siègent représentants de la direction et du corps médical et où se prépare le plan stratégique 2010-2014 de l'AP-HP. L'instance a préféré le démantèlement, même si l'hôpital proposait une restructuration, avec mutualisation des lits des divers services et réduction du nombre de bâtiments.

Estimant que la transformation de Trousseau en un hôpital pédiatrique de proximité constituerait une dégradation de l'offre de soins, ses médecins devaient se réunir, mardi 9 février, pour préparer une journée de mobilisation, avec personnels, artistes, patients, riverains... 'Nous devons agir avant les élections régionales, parce qu'après, ce sera râpé', explique Daniel Annequin, le porte-parole du collectif Nouveau Trousseau.

Les messages du ministère de la santé et de la direction de l'AP-HP rappellent que rien ne sera tranché avant juin. C'est-à-dire après la concertation préalable de tous les acteurs. Mais l'information ne rassure pas. 'Je veux que l'on me prouve que l'orientation retenue va permettre de gagner en efficience', réagit, 'désespéré', le Pr Noël Garabédian, président du comité médical consultatif. Il doute de la capacité des autres sites à accueillir tous les cas difficiles de l'est parisien.

http://fr.news.yahoo.com/64/20100209/tfr-armand-trousseau-et-l-htel-dieu-se-m-a2f96e4.html



Recompositions

2009. Ouverture de la maternité de Bicêtre, fermeture du site de l'hôpital Broussais, transfert de l'hématologie pédiatrique de Saint-Louis à Robert-Debré.

2010. Fermeture de Saint-Vincent-de-Paul, transfert de la chirurgie digestive de l'Hôtel-Dieu à Cochin.

Entre 2011 et 2013. Ouverture des nouveaux bâtiments Buca à Tenon et Laennec à Necker.

Plan 2010-2014. Sont en discussion le transfert des spécialités pédiatriques de Trousseau, le regroupement des services d'hospitalisation de Cochin et de l'Hôtel-Dieu et la création d'un nouveau site commun pour Bichat et Beaujon à l'horizon 2020.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Jeu 11 Fév - 13:30



Un témoignage sur la réforme des hôpitaux
Pain blanc, pain noir


[...] ce sera pain noir pour le service chimio de Saint-Louis. Lundi, ma séance de chimio a commencé avec un peu de retard, because réunion de service. Tout le personnel soignant, soit une dizaine de personnes, apprenait enfin à quelle enseigne ils allaient être logés. Cela fait des mois qu'on leur promet un agrandissement des locaux, notamment du poste de soins hors normes. Bingo ! Finalement, ça sera non plus au rez-de-chaussée, mais dans un placard au 6e étage, loin des consultations de cancérologie, loin de la coordinatrice, loin des réunions de staff. Tout ça pourquoi ?

La finalité est de mettre en oeuvre la nouvelle politique hospitalière de «pôles», laquelle vise à regrouper les services épars. Là il s'agit d'accueillir à Saint-Louis six lits d'hématologie de l'hôpital voisin Lariboisière (l'hématologie, c'est aussi la spécialité de Saint-Louis). Sur le papier, ce n'est pas absurde. Ça regrouperait ainsi l'hématologie parisienne éparpillée. Mais tel que ça se dessine, ça vire shadokien : les six lits viendraient à l'emplacement actuel du service de chimio, sans fenêtre ni ventilation. Certes, les patients ne manqueront pas de sang, mais question air…

Le service de chimio, lui, sera donc transféré au 6e étage. Coupant ainsi le contact avec les oncologues des patients. S'éloignant des dossiers qu'il faut sans cesse consulter et qui, du coup, vont s'égarer davantage. A moins que l'administration de l'AP-HP n'ait décidé d'y parer en créant un poste dédié de «chasseur de dossiers». De préférence athlète de haut niveau.

5 février 2010
http://crabistouilles.blogs.liberation.fr/mda/2010/02/ousse-quil-est-le-grillepain-.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Lun 15 Fév - 3:21



Des élus de gauche lancent un appel pour «sauver l'hôpital public»

Des élus franciliens de gauche, membres des instances d'administration de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), ont annoncé, ce dimanche 14 février, le lancement d'une pétition auprès de la population contre les milliers de suppressions d'emplois envisagées dans les prochaines années.

«Nous appelons chacune et chacun d'entre vous à signer cet appel pour affirmer votre soutien aux équipes de l'AP-HP qui, chaque jour, se mobilisent pour notre santé. Nous demandons solennellement au gouvernement de retirer son plan de suppression d'emplois et de donner à l'AP-HP les moyens de notre avenir», peut-on lire dans cette pétition, sur le site www.defendonslaphp.fr. cyclops

http://fr.news.yahoo.com/76/20100214/tfr-des-lus-de-gauche-lancent-un-appel-p-dbac7e9.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Ven 12 Mar - 7:55


L’Hôpital Trousseau

Coup de balai à la tête de l’AP-HP

Son directeur général Benoît Leclercq est limogé, sur fond de crise.


Des rumeurs couraient depuis plusieurs jours, démenties par le ministère de la Santé. Mais, de sources élyséennes, c'est confirmé : Benoît Leclercq, directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), est viré.

Cette décision intervient alors qu'un plan de restructuration, très mal accueilli parmi le personnel hospitalier, prévoit la suppression de 5000 emplois dans les trois prochaines années. Mais ce n'est pas tant ce plan stratégique que la nécessité de donner un gage aux salariés du plus grand hôpital de France qui, visiblement, est à l'origine de ce limogeage.
Benoît Leclercq, en place depuis plus de 2 ans, s'était pourtant toujours comporté de façon très diplomate avec ses tutelles.

www.liberation.fr/societe/0101623959-coup-de-balai-a-la-tete-de-l-ap-hp

Ce qu'on peut apprendre dans les commentaires :

Jean-Marie Le Guen, le député PS du 13e arrondissement, qui est au conseil d'administration de l'AP HP pour la Ville de Paris a appuyé les coups bas de la droite à 10000%... comme l'ancien ministre PS de la Santé, Claude Evin, qui dirige in fine l'agence régionale de santé d'IDF...

Dans le petit royaume de France piloté par le chauffard Ubu et sa spirale maléfique, la réforme est toujours un grand moment.
Ainsi l'hôpital Trousseau pour la pédiatrie est celui qui récolte le maximum de votes de satisfaction, à tous les niveaux. Eh bien, malgré ses 200 000 consultations, ses 46 000 urgences et 30 000 admissions à l'année, malgré le fait qu'il tourne apparemment mieux que tous ses confrères, il devrait perdre dans la réforme plusieurs de ses services les plus pointus, alors que beaucoup d'argent vient d'être mis pour les moderniser.
Il se trouve que le conseiller ès santé du tsar clone est un concurrent, de l'hôpital Necker. Mais bien sûr ça n'a rien à voir.
Quand on en aura fini avec le pantin qui nous gouverne, la France sera à genoux pour longtemps. Mais les petits copains (coquins ?) se seront bien servis au passage.

C'est sur France Inter que j'ai eu l'occasion d'entendre la satisfaction des patients de Trousseau, et le dévouement de l'ensemble de son personnel.
J'avoue qu'il était absolument impossible de ne pas ressentir une vive émotion devant ces témoignages, et de ne pas trouver absolument incohérente la réforme qui se trame.
Il faudrait aussi rappeler la reconnaissance internationale que connaît cet hôpital, qui sert souvent d'exemple, de modèle.

=> Une fois de plus, ce n'est qu'un "fait du prince" supplémentaire, qui n'est motivé par rien d'autre qu'un lien personnel de l'actuel locataire de l'Elysée. Or, c'est précisément l'opposé de ce que doit faire un Président de la République.
=> Et de façon plus "philosophique", en être réduit à largement contribuer au démantèlement d'un service public d'excellence, doit nous replacer devant le reproche qui avait été fait à la candidate du PS, à qui on a reproché le manque de "stature", de "carrure", etc...
==> Nous devons donc tous nous demander, avec le maximum d'objectivité possible : et lui, a-t-il une dimension présidentielle ?
Si chaque réponse n'est pas animée, ni par le fanatisme, ni par l'incontinence intellectuelle, le résultat est affligeant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Ven 12 Mar - 17:35


11 mars 2010 devant le siège de l'organisation (© AFP Olivier Laban-Mattei)

Manif houleuse devant le siège de l'AP-HP, occupé par des salariés

Plusieurs centaines de salariés se sont rassemblés vendredi dans une ambiance houleuse devant le siège de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), occupé depuis la veille par des syndicalistes, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les manifestants, réunis à l’appel d’une intersyndicale (CFDT, CFTC, FO, SUD, CGT), demandent «l’arrêt des suppressions d’emplois et des restructurations» au sein de l’AP-HP.

Un groupe de manifestants a été refoulé par les forces de l’ordre alors qu’il tentait de pénétrer dans le bâtiment, où des banderoles syndicales étaient agitées aux fenêtres. Depuis jeudi, plusieurs dizaines de personnes occupent la salle de conseil du siège de l’AP-HP (Paris 4e).

Des personnalités politiques candidates aux élections régionales ont été aperçues, notamment Olivier Besancenot (NPA), Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), et la première adjointe au maire de Paris, la socialiste Anne Hidalgo, qui a été huée par certains manifestants. (...)

www.liberation.fr/economie/0101624122-ap-hp-le-siege-occupe-par-des-salaries-opposes-a-la-restructuration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Lun 5 Juil - 1:05



54 services de chirurgie menacés

Les services hospitaliers de chirurgie qui auront opéré moins de 1.500 personnes par an entre 2007 et 2009 sont menacés de fermeture. Le ministère de la Santé prépare des décrets en ce sens pour fin juillet-début août
.

Les services de chirurgie et de maternité dont l'activité est jugée trop faible pour garantir la sécurité des patients - essentiellement basés dans des villes moyennes - sont menacés de fermeture à terme par des décrets gouvernementaux en préparation.

la liste des 54 services hospitaliers menacés a été publiée dimanche par le Journal du dimanche (JDD), qui s'appuie sur les années 2007-2008-2009.

Le journal cite par exemple les services de chirurgie de Paimpol (Côtes-d'Armor), Douarnenez (Finistère), Clermont (Oise), Péronne (Somme), Hazebrouck (Nord), Issoire, Ambert, Thiers, Riom (Puy-de-Dôme), Cavaillon (Vaucluse) ou encore Lannemezan (Haute-Pyrénées).

A terme, certains services de chirurgie pourraient être reconvertis dans d'autres activités, obligeant les patients des petites villes ou des zones montagneuses à aller encore plus loin pour se faire opérer.

Les décrets en préparation prévoient des dérogations: les centres de lutte contre le cancer ne sont pas concernés, ainsi que les services de gynécologie qui font plus de 100 opérations de gynécologie par an.

"Lorsque les médecins opèrent peu, le geste est moins sûr", a expliqué dimanche au JDD Jean Leonetti, président de la fédération hospitalière de France (FHF) et vice président du groupe UMP à l'Assemblée nationale.

Mais pour Martin Malvy, président de l'Association des petites villes de France (APVF), cette annonce est "une menace sur l'offre de soins pour 2 millions de nos concitoyens".

"Affirmer que nos concitoyens peuvent se déplacer pour une appendicite ou une cataracte, peut à la limite s'entendre. Pour un infarctus, une hémorragie cérébrale ou un accident, cela est aberrant", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Bernard Sagez (CFDT santé sociaux) a estimé aussi que "ce n'est pas seulement la quantité d'actes qui fait la qualité d'un service", craignant que cette mesure "offre une ouverture au niveau des établissements du privé lucratif, qui eux ne font que de la comptabilisation d'actes".

http://actu.orange.fr/a-la-une/menace-de-fermeture-sur-les-petits-services-hospitaliers-de-chirurgie_579290.html
www.lejdd.fr/Societe/Sante/Actualite/La-liste-des-54-hopitaux-menaces-en-France-204898/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Lun 5 Juil - 1:41



Un détenu se suicide trois jours après un refus d'hospitalisation
L'effet de vases communicants est flagrant : les hôpitaux psychiatriques se vident de leurs lits et les prisons se remplissent de personnes atteintes de troubles mentaux.
www.rue89.com/derriere-le-barreau/2010/07/04/un-detenu-se-suicide-quatre-jours-apres-un-refus-dhospitalisation-157

"en psychiatrie, l'obsession, c'est libérer les lits."
http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/infirmier/presse/monde/fermeture-lits.htm

Rationalisation financière
La fermeture de lits de psychiatrie est allée jusqu'à un tel point, qu'actuellement, notamment en Suisse, ou encore en Italie où tous les hôpitaux ont été fermés, il devient parfois difficile d'hospitaliser les patients qui en auraient besoin. Les durées d'hospitalisation tiennent aujourd'hui compte d'une rationalisation financière, déterminée entre institutions hospitalières et assurances sociales ou maladie. Christian Müller écrivait en 1982 : «quels que soient le temps et les modes, ce sont toujours les malades psychiques graves qui font les frais des idéologies, des mesures d'économies et autres décisions qui finissent par constituer des discriminations.»
http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychiatrie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Mar 13 Juil - 1:52



Le dépeçage sur ordonnance de l’AP-HP

Le plan de casse des hôpitaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été présenté aux syndicats mercredi. Malgré la mobilisation, la direction générale passe en force sous la pression du gouvernement.

Le couperet est tombé. En plein été, presque en catimini.
Le plan stratégique de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), signant le regroupant de 37 hôpitaux en 12 pôles, a été présenté mercredi à la CGT, SUD, FO, la CFDT et le SNCH au comité technique central d’établissement (CTCE). Après huit heures de discussions, les syndicats réunis au sein de l’instance consultative ont rejeté à l’unanimité ce projet, qui prévoit 5 000 suppressions de postes d’ici à 2014. Chiffre que les organisations ont calculé elles-mêmes face au mutisme de la direction.

Balayant d’un revers de main l’occupation du siège de l’AP-HP en mars, les mobilisations syndicales dans les hôpitaux, les menaces de démission des professeurs du plus grand CHU de France, la direction générale a quasiment présenté la même mouture qu’en janvier, ajoutant au passage 1 000 suppressions de postes d’après les syndicats. (...)

Flou artistique sur les restructurations

Avec ce tour de vis imposé par le gouvernement, des transferts de services et des saignées dans les emplois sont au menu. L’Hôtel-Dieu, plus ancienne structure de la capitale, conserverait seulement ses urgences et ses lits d’aval. Le reste des activités irait à Cochin. Ce même hôpital céderait son centre de grands brûlés à Saint-Louis. Le centre d’IVG de Tenon (20e arrondissement) est quant à lui définitivement enterré. À Saint-Antoine (12e arrondissement de Paris), la maternité ferme fin 2011, transférée vers Trousseau et Tenon. (...)
http://humanite.fr/08_07_2010-le-d%C3%A9pe%C3%A7age-sur-ordonnance-de-l%E2%80%99ap-hp-449529



Hôpital vend château, dunes… prix à débattre

Bientôt sur le marché : un bureau de poste, des écoles et des lycées à Paris, le château du Laber dans le Finistère ou encore des dunes dans le Pas-de-Calais. Le propriétaire, déficitaire, souhaite se débarrasser de ses biens qui n'ont pas vraiment de rapport avec son activité. Et pour cause, il s'agit… de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP).
www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Hopital-vend-chateau-dunes...-prix-a-debattre-_3636-1441011_actu.Htm

L'ancien manoir de la Digue ou château de Laber (1890) a été édifié par la famille Laurent d'après les plans de l'architecte Girault. Aujourd'hui, l'édifice est la propriété du centre hélio-marin de Perharidy.
www.infobretagne.com/roscoff.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Mer 21 Juil - 13:16



Hôpital : délocaliser pour économiser

Même les hôpitaux délocalisent. Hexaconso s'inquiète de la décision prise par la direction de l'hôpital de Beaujon d'externaliser la saisie de ses comptes-rendus au Maroc. Une pratique étonnante dans un service public mais de plus en plus courante.

Le marché serait confié à une société française, M-Secure IT, spécialisée dans la sécurité informatique, et disposant d’une filiale marocaine. Cette délocalisation, car c’est bien cela dont il s’agit, permettrait de réduire les coûts de saisie des comptes-rendus (1 euro la page). [...]

La direction justifie aussi le recours à ce service pour pallier les retards dans le processus de recrutement. Un argument invalidé par le syndicat Force ouvrière, qui atteste qu’il y a «des secrétaires compétentes en CDD dans l’hôpital, dont les contrats ne sont pas renouvelés».

Se pose également le problème de la confidentialité des dossiers médicaux. Le Maroc vient certes de se doter d’une loi de protection des données, mais elle n’est pas encore reconnue comme adéquate par l’Union européenne, rappelle à ce sujet la Commission nationale de l’Informatique et des Libertés.

Nombre d’hôpitaux ont déjà externalisé certains de leurs services. L’archivage, par exemple, est souvent confié à des sociétés spécialisées françaises ayant des filiales à l’étranger (Maroc, Amérique du Sud…). Il se dit également que l’analyse de certains scanners ou IRM serait parfois effectuée bien loin des hôpitaux les ayant réalisés… Mais sur ce sujet, il est bien difficile, voire impossible, de trouver des éléments tangibles. (...)

Hexaconso
www.marianne2.fr/Hopital-delocaliser-pour-economiser_a195547.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Dim 5 Sep - 22:19


© astoria - Fotolia.com

Six fois moins de blocs opératoires opérationnels en Île-de-France la nuit ?

Selon Le Parisien, c’est ce que préconise un "projet confidentiel" présenté début juillet à une réunion de l’agence régionale de santé d’Île de France. Actuellement, de 6 à 11 hôpitaux assurent la nuit des urgences chirurgicales. Si ce projet devient réalité, il n’y en aurait plus qu’un seul. Paris n’est pas concerné par cette réforme.

Si ce projet était adopté, les urgences chirurgicales seraient donc traités par le seul établissement ouvert entre 18h30 le soir et 8h le matin, l’hôpital "tête de pont".

Claude Evin, qui dirige l’agence régionale de santé de l’Ile de France, explique dans Le Parisien que l’idée de mutualiser les moyens la nuit permettrait de “sécuriser davantage les hôpitaux la journée”. Rolling Eyes

Mais le président de la Coordination médicale hospitalière, François Aubart, parle d’une réforme à “caractère outrancier”, et il estime que ce projet pourrait être dangereux pour les patients : “mon inquiétude, c’est la grand-mère qui arrive à 18h avec un mal de ventre, à qui on diagnostique une occlusion à opérer d’urgence...L’hôpital tête de pont, situé à 30 km de là et qui a déjà 20 patients lourds en attente, acceptera-t-il cette malade supplémentaire ?”.

Le président de l’association des médecins urgentistes, Patrick Pelloux, est scandalisé (0'54")
www.france-info.com/sciences-sante-2010-09-05-six-fois-moins-de-blocs-operatoires-operationnels-en-ile-de-france-la-483350-29-30.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Mar 30 Nov - 6:37


Accidents, les chiffres noirs de l'hôpital français

Le nombre est effarant. Neuf cents "événements indésirables graves" (EIG) surviennent chaque jour, en moyenne, dans l'ensemble des hôpitaux et cliniques français. Et près de 380 seraient évitables puisqu'ils seraient liés à des erreurs médicales. Ce sont les résultats de la deuxième étude Eneis (Enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins) réalisée par la même équipe* sur un échantillon d'établissements de soins aigus publics et privés.

Il y a deux ans, plusieurs décès tragiques - la mort de deux jeunes enfants dans deux hôpitaux franciliens, le décès d'un patient à qui on n'avait pas trouvé de place alors qu'il souffrait d'un infarctus - avaient déclenché un vif débat autour des erreurs médicales survenant à l'hôpital. Au total, selon les auteurs de l'étude, ce seraient entre 275.000 et 395.000 EIG par an qui surviendraient. Ils touchent surtout des patients fragiles, plus âgés que la moyenne et présentant souvent un état de santé aggravé. Mais une part importante de ces événements est inévitable, car "ils résultent de risques auxquels le patient est exposé dans le cadre de soins optimaux." [...]
www.lepoint.fr/sante/accidents-les-chiffres-noirs-de-l-hopital-francais-24-11-2010-1266678_40.php

520 accidents par jour sont inévitables
Ils sont inévitables car "ils résultent de risques auxquels le patient est exposé dans le cadre de soins optimaux." Ce cadre de « soins optimaux » étant celui où les crédits de fonctionnement sont réduits et le nombre d’infirmières ou personnels soignants est insuffisant.

Merci à Sarkozy et ses maîtres de l’OCDE, de l'OMC et du FMI !

"Confrontés à des difficultés financières, les gouvernements n'ont plus la possibilité d'augmenter les dépenses pour améliorer les résultats en termes de santé, comme ils l'ont fait pendant plusieurs décennies", écrit l'OCDE. Ils doivent améliorer l'efficacité de leurs systèmes s'ils veulent maintenir la qualité des soins, ajoute l'organisation.
www.romandie.com/infos/news2/201011291406040AWPCH.asp


La santé n'est pas une marchandise

Mais les adorateurs du dieu capitalisme refusent de l'admettre. Voir le vocabulaire de manager utilisé par Patrick Mordelet, ancien conseiller technique au cabinet du ministre de la santé et directeur d’hôpital, dans « Gouvernance de l'hôpital et crise des systèmes de santé » :
‘Les règles de la corporate governance appliquées au monde hospitalier dans les pays de l’OCDE sont-elles en mesure d’apporter des solutions durables ?
différents aspects du gouvernement d’entreprise appliqué à l’hôpital : nouveaux modes de tarification basés sur l’activité ou les résultats, convergence tarifaire, partenariat public-privé pour relancer les investissements, conseil exécutif et pôles d’activité clinique pour associer les médecins au pilotage stratégique. Les principales expériences européennes sont analysées en profondeur : systèmes de santé intégrés, virage ambulatoire, restructurations et changement de statut des hôpitaux publics.’
www.presses.ehesp.fr/hopital/management/Details/142/27/hopital/management/gouvernance-de-lhopital-et-crise-des-systemes-de-sante.html

http://fonzibrain.wordpress.com/category/extermination-planetaire/page/2/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Sam 5 Fév - 12:28


Des célébrités pour sauver l'hôpital public

L'association Sauvons l'hôpital débute une campagne de sensibilisation à l'avenir des hôpitaux français mis à mal par les coupes budgétaires du gouvernement.

L'actrice Isabelle Adjani, le couturier Karl Lagerfeld ou encore le footballeur Christian Karembeu, photographiés au côté d'infirmières ou de grands professeurs de médecine. Sauvons l'hôpital a choisi d'associer des professionnels de santé et des people dans une grande campagne d'affichage qui débute ce jeudi et va durer pendant une semaine à Paris et sa banlieue, sur 500 emplacements de mobilier urbain prêtés gratuitement par la société JC Decaux.

"Aujourd'hui l'hôpital est malade, les délais pour les patients s'allongent, il y a beaucoup de fermetures de lits, des suppressions de postes de médecins et d'infirmières un peu injustifiés", explique Yves Dahan, un particulier sous dialyse, transplanté du rein en 1985, qui a fondé cette association fin 2009 pour remercier le personnel médical. Cette campagne, dont le slogan est "sauvons l'hôpital pour que demain il nous sauve", vise à sensibiliser l'opinion publique sur les risques des restructurations hospitalières et à rendre hommage au travail des infirmières, afin de les aider à obtenir de meilleurs salaires et trouver des logements près de leur lieu de travail.

Dans l'une de ces affiches en noir et blanc mise en scène suggérée par Karl Lagerfeld, quatre infirmières en blouse blanche sur une échelle, entourées du couturier, du président de l'association et des professeurs Stanislas Pol (hépatologie) et Bernard Granger (psychiatrie). "Karl Lagerfeld a voulu que les infirmières soient en haut de l'échelle car ce sont elles les stars avec les médecins", a indiqué M. Dahan. Une autre affiche place côte à côte le professeur de neurologie Olivier Lyon-Caen avec son patient, l'humoriste Dominique Farrugia.

www.humanite.fr/03_02_2011-des-people-pour-sauver-lh%C3%B4pital-public-464247
http://sauvonslhopital.org/


À lire : "Le sort des patients est évidemment lié à celui des personnels", par José Puig, président du Collectif de patients citoyens.
http://humanite.fr/node/7722

www.collectif-de-patients.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Jeu 7 Juil - 23:10


Suicide d'un interne : l'association des médecins urgentistes alerte Xavier Bertrand

Un jeune interne de 28 ans du service des urgences de Rouen s'est suicidé mardi matin en sautant du 11e étage de son immeuble. Le drame s'est déroulé à 8h45 au Petit-Quevilly dans la banlieue de Rouen alors qu'il rentrait de sa garde de nuit.
[...] Le jeune homme aurait laissé un courrier expliquant son geste avant de sauter par la fenêtre.

L'association des médecins urgentistes de France (amuf), représentée par Patrick Pelloux son président, a réagi à la suite de ce nouveau suicide chez les urgentistes.
Il souhaite "de toute urgence prendre rendez-vous" avec le ministre du Travail et de la Santé, Xavier Bertrand, afin de "trouver des solutions pour éviter, autant qu'on le puisse, les suicides parmi les personnels hospitaliers".

L'année dernière un autre urgentiste s'était suicidé à Montpellier. L'association avait déjà lancé une alerte et estime que "rien n'a été fait depuis" :
"La situation est grave face à la multiplication de situations difficiles et de drames, en particulier pour les praticiens assurant la permanence des soins : épuisement professionnel, dépressions avec passages à l'acte, accidents de trajet liés notamment à la fatigue."

Le problème ne concerne pas seulement les urgentistes mais "aussi les personnels infirmiers, aides soignants", estime Patrick Pelloux, "c'est l'ensemble des personnels des hôpitaux qui souffre".

L'association précise que "ce jeune praticien était apprécié de toute son équipe", et ajoute que "l'incompréhension est totale pour les équipes et les médecins encadrant notre jeune confrère qui était reconnu par tous".

C'est le troisième décès dans le monde médical en une semaine, le deuxième chez les urgentistes d'après France Soir.
www.lepost.fr/article/2011/07/07/2542836_suicide-d-un-interne-l-association-des-medecins-urgentistes-alerte-xavier-bertrand.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Mar 13 Déc - 10:00


«L’État favorise les cliniques privées»

Gérard Vincent, ancien directeur des hôpitaux, est depuis plus de dix ans délégué général de la Fédération hospitalière de France, qui regroupe tous les hôpitaux publics de l’Hexagone.

Les investissements liés au «Plan hôpital 2010-2015» sont gelés. Mauvais signe ?

Oui et il y a pire. Je veux revenir sur ce que l’on appelle l’enveloppe Migac [mission d’intérêt général et à l’aide à la contractualisation, ndlr]. Ce budget est attribué aux hôpitaux pour faire face aux missions qui leur sont propres, comme les urgences, la précarité, etc. Récemment, les pouvoirs publics ont décidé d’en bloquer une partie pour vérifier qu’il n’y aurait pas de dérapages budgétaires durant l’année. Or, en 2011, il n’y a eu aucun écart. Pourtant, les pouvoirs publics refusent toujours de verser les 350 millions de l’enveloppe Migac. C’est absurde, car de toute façon cette somme a déjà été dépensée par les hôpitaux. Si rien ne change, ce sera un déficit supplémentaire.

Est-ce le reflet de la situation que traverse l’hôpital ?

La situation des hôpitaux ne s’est ni dégradée ni améliorée. Si le gouvernement avait donné aux établissements ce que les parlementaires avaient voté, les hôpitaux seraient à l’équilibre. En fait, les pouvoirs publics mettent volontairement les établissements en déficit.

Comment est-ce possible ?

Les pouvoirs publics insistent sur la convergence des tarifs entre le public et le privé. Or, c’est impossible car on ne fait pas la même chose. Exemple : les affections de la bouche. Dans ce domaine, le privé va faire surtout des extractions de dents, et dans le public, on va traiter des cancers de la bouche. Ce n’est pas la même chose, et il est normal que le public soit davantage rétribué. D’autant qu’en 2010 les pouvoirs publics ont manipulé les chiffres pour rapprocher les prix du public et du privé. On devait baisser les tarifs du public de 0,5%, ils l’ont été de 2,5%. Et cela même, en le cachant.
[...]
www.liberation.fr/societe/01012377030-l-etat-favorise-les-cliniques-privees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Sam 20 Oct - 15:32



Une mère perd son bébé en accouchant sur l'autoroute, faute de maternité à proximité
Elle avait dû prendre la direction de Brive, dans le département voisin, à plus d'une heure de son domicile
Le drame a relancé le débat sur la fermeture des maternités...

Vendredi 19 octobre une mère a perdu son enfant en le mettant au monde dans sa voiture sur l'autoroute A-20 alors qu'elle faisait route vers une maternité de Brive, faute de maternité dans le nord du département du Lot où elle réside.
Les pompiers ont constaté la mort du nouveau-né peu après 12h00. La jeune femme, accompagnée de son compagnon, avait pris la direction de Brive, soit un trajet d'un peu plus d'une heure, sur les conseils de son gynécologue qu'elle avait consulté peu avant à Figeac (nord-est du Lot). [...]
www.sudouest.fr/2012/10/20/lot-une-mere-perd-son-enfant-en-accouchant-sur-l-autoroute-faute-de-maternite-855878-7.php

"Ceux qui pour des raisons financières alors que certains s'engraissent sur la misère humaine soutiennent la politique menée par sarkozy et ses sbires sont des lâches et des pleutres. Depuis longtemps des chirurgiens, des urgentistes, des obstétriciens disent haut et fort que la vision comptable de la médecine est une faute et sera un jour criminelle. Rien ne justifie la mort d'un nouveau-né et surtout pas la volonté de faire des profits dans un domaine qui devrait être sacré. Les thuriféraires qui continuent de vagir des chants de sarkozysme sont d'ignobles crapules. "
jcvial1
www.20minutes.fr/article/1026162/ynews1026162
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6013
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   Jeu 20 Juil - 19:41



Les CHU de Montpellier et Toulouse autorisés à expérimenter un “Hôtel hospitalier”

41 établissements de santé en France pourront participer à l'expérimentation sur trois ans "d'hôtels hospitaliers"
Une mesure adoptée fin 2014 dans le budget de la Sécurité sociale 2015 pour éviter les "nuits coûteuses" à l'hôpital.

20/07/2017
http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier-metropole/montpellier/chu-montpellier-autorise-experimenter-hotel-hospitalier-1299843.html


L’hôtel hospitalier sévit déjà en Belgique
http://www.uclmontgodinne.be/ghotelhospitalier.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Touche pas à mon hosto ! Les pontes se rebiffent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "pas touche" ou quand l'enfant est avide de découv
» Quel fap pour touche lumière?
» Arrête, Arrête ne me touche pas...
» touche lumière, blush et mascara? lesquels choisir?
» Petite utilitaire pour ne pas oublier la touche Majuscule.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: