sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une vie de cochon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Une vie de cochon   Dim 28 Déc - 6:57



La barbarie à usage humain

L'agro-industrie a remplacé l'élevage, la vache est devenue un produit bovin.
Florette ne gambade plus dans les prés. Elle a été remplacée par le matricule XYRT2004 qui passe quatre ans dans une cellule en béton. Pendant ce temps des millions de poussins mâles inutiles sont jetés vivants dans des broyeurs, les cochons sont castrés sans anesthésie...

Mais s'élèvent des voix discordantes...
Des philosophes, des chercheurs, des néo-paysans récalcitrants, des défenseurs des animaux et de plus en plus de « consomm'acteurs » inquiets, convaincus que l'élevage industriel, avec sa logique ultraproductiviste et technicienne appliquée au vivant, se confond avec la barbarie. Et qu'il a des effets désastreux sur l'environnement et la santé humaine. Signe des temps, Michel Barnier, ministre de l'Agriculture, a même convoqué un « Grenelle des animaux » pour réfléchir, notamment, à la question de leur « bien-être ». Et l'Inra, l'Institut national de la recherche agronomique, jusqu'ici peu enclin à discuter la logique agro-industrielle, s'ouvre à de nouvelles approches. Par exemple celle, iconoclaste et passionnante, de la sociologue Jocelyne Porcher, auteure d'Une vie de cochon, livre décapant coécrit avec une ex-éleveuse, Christine Tribondeau.

La philosophe rappelle le parallèle formulé par de nombreux auteurs juifs d'après 1945 : Adorno, Horkheimer, Derrida, Grossman, Gary, tous ont été obsédés par le calvaire animal moderne et sa proximité avec la technologie nazie d'extermination des Juifs.

www.telerama.fr/idees/la-barbarie-a-usage-humain,30817.php



Biblio
Une vie de cochon, de Jocelyne Porcher et Christine Tribondeau, éd. La Découverte, 95 p., 8 €.
Sans offenser le genre humain, Réflexions sur la cause animale, d'Elisabeth de Fontenay, éd. Albin Michel, 217 p., 18 €.
Silence des bêtes, éd. Fayard, 1998.
www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=2382



Ethique animale

Au Collège International de Philosophie, a été présenté, par son auteur, un livre : Ethique animale de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (PUF) et à l'Institut Curie quelques jours avant, s'est tenue une séance de réflexion, Ethique et expérimentation animale. De l'animal, on parle donc, et en différents lieux où l'on ne s'y attendrait pas forcément.

Pour le premier, c'est toute l'histoire de la sensibilité humaine à l'animal qui est évoquée, à travers le temps et dans différents pays (Ethique animale) et pour le second, c'est plus spécifiquement l'usage de l'animal dans l'expérimentation en vue d'un bien-être futur chez l'homme (Ethique, médecine et société) qui engendre une souffrance chez l'animal et que cette réflexion aurait pour but de réduire.

C'est ce qu'on appelle la règle des trois R : Remplacer, Raffiner, Réduire : D'après ce principe, tout scientifique dont la recherche fait appel à l'expérimentation animale a pour obligation morale de veiller, autant que faire se peut, à recourir à des techniques autres que l'expérimentation animale (...)

http://bellesplumes.blogs.courrierinternational.com/archive/2008/12/17/ethique-animale.html

Adieu veau, vache, cochon, couvée
Un DVD sympa
www.vodeo.tv/94-23-3530-veaux-vaches-cochons-couvees.html



Le Sang des bêtes
Documentaire de Georges Franju (1949) Noir et blanc 22 min
Les abattoirs de Vaugirard et de La Villette au coeur d’un classique, dans lequel Franju installe une atmosphère poétique, voire fantastique.
http://internationalnews.over-blog.com/article-25418364.html

à télécharger gratuitement cyclops
http://www.dailymotion.com/video/x34h1q_le-sang-des-betes-partie-1
http://www.dailymotion.com/video/x34t1j_le-sang-des-betes-partie-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie de cochon   Dim 28 Déc - 7:17



LA FERME DES ANIMAUX

Située à Vauquois (Meuse), la Ferme des Animaux va recueillir les animaux victimes de mauvais traitements.

Les enquêtes de la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) amènent souvent à découvrir des animaux de ferme victimes de mauvais traitements, soit du fait des conditions d’élevage intensif auxquels ils ont été soumis depuis leur naissance, soit parce qu’ils ont été brutalisés sur un marché aux bestiaux ou qu’ils ont souffert lors d’un transport…

Grâce à la « Ferme des animaux », il sera bientôt possible de recueillir ces animaux et de leur apporter durablement les soins, l’hébergement et le réconfort dont ils ont été cruellement privés durant des années de labeur.
Les chevaux, bovins, moutons, porcs, chèvres, ânes, lapins, poules, poulets, oies, pintades, dindes (…) recueillis trouveront chacun des pâturages et des abris adaptés à leurs besoins.

La « Ferme des animaux » comportera des visites guidées, des panneaux et livrets d’information, mais aussi des ateliers et d’autres approches pédagogiques afin de sensibiliser chaque visiteur, en fonction de son âge et de ses aptitudes, au bien-être animal.

www.pmaf.org/inc/rubriques/ferme/images/ferme/aerien-logerot2.gif

Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF)
Association régie par le droit local
8 ter en Chandellerue
BP 80242
57006 METZ Cedex 1
Tél. : 03 87 36 46 05
www.pmaf.org/

Boutique
www.pmaf.org/boutique/index.php



Une ferme pour les éclopés de l'élevage industriel
http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2008/12/une-ferme-pour.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie de cochon   Ven 6 Mar - 3:53


vidéo

Une vache à hublot !
Quand la biotechnique se met au service d'un productivisme agricole forcené


Après la vache folle, rendue cannibale par des farines animales, voici la vache à la panse trouée d’un hublot.

Ce hublot donne accès à l'un des estomacs de la vache et permet d'analyser le contenu de ce qu'elle mange, afin de lui fournir la meilleure nourriture possible…. En s'assurant qu'elle digère bien et que le taux d'acidité est correct, l’'industrie agricole parvient à faire produire 100 000 litres de lait par an à cette vache transformée en objet.

Un reportage d'Arte sur l'élevage intensif de bovins révélait en novembre 2007 que les hormones injectées aux vaches pour augmenter leur production de lait provoquent notamment des infections des pis, ce qui implique un traitement à base d'antibiotiques, retrouvés ensuite dans le lait que nous consommons, ce qui n'est pas sans conséquence… Sans oublier le pus que l'on retrouve aussi dans le lait, puisque l'infection doit d'abord être détectée et ensuite traitée.

www.artevod.com/programDetails.do?emissionId=2380 cyclops

http://revegezvous.unblog.fr/la-charte-des-droits-de-lanimal-unesco/jusquou-ira-la-follie-des-hommes-la-vache-hublot/




Appel de Michel Tarrier :

Organisons un boycott pugnace et durable de la filière laitière industrielle et soutenons la fillière BIO !
Appel pour la constitution d’un comité de veille à l’égard de la pratique déviante ici dénoncée.

Vous pouvez adresser, en toute politesse, vos critiques et vos doléances au laboratoire concerné de l’INRA :
urh @clermont.inra.fr

Et plus directement à l'équipe « Digestion Microbienne et Absorption » :
diego.morgavi@clermont.inra.fr
www.inra.fr/compact/nav/externe/fr/equipes/ecrans/1213_5
cecile.martin@clermont.inra.fr
www.inra.fr/compact/nav/externe/fr/activites/ecrans/2170

tarrieri @wanadoo.es
http://artemisia-college.org/C_est_vache_pour_elles__-00-050-01-0222-01.html



Ras-les-Cornes, les vaches changent de look

Adieu Vache qui rit… de toutes ses cornes. Bientôt rares seront les bovins qui en auront encore une paire. C’est que le syndrome sécuritaire atteint aussi les fermes…

Véritable usine à lait sur sabots, - jusqu’à 15 000 kilos de lait par an quand une normande ne franchit pas les 10 000 kilos – la race des Prim’hosthein est la plus répandue des laitières avec 2,5 millions de têtes en France.

Sur l’affiche du dernier Salon de l’agriculture a été choisie une vache, dont les appendices caractéristiques n’auraient pas encore poussé au sommet du crâne. Il s’agit bien d’une représentante adulte des Prim’hosthein. Mais sans corne.
A la place une “bosse“, curiosité pour les gamins du Salon, que fait ressortir l’absence des attributs de part et d’autre.

Bref un vrai bouleversement esthétique autant qu’un changement de civilisation. En réalité, c’est une vraie lame de fond qui a envahi les campagnes depuis maintenant plusieurs années.

En cause, les conditions d’exploitation « modernes »

En hiver, mais aussi une partie de l’année, les bêtes restent enfermées dans une étable en mode intensif. En stabulation libre, elles peuvent déambuler à l’intérieur d’un espace réduit qui les fait parfois tourner en bourrique. Du coup les dominantes jouent de leurs cornes pour se faire respecter.



Mais il y a une autre explication. Pour trouver à manger dans leur étable, les quadrupèdes doivent passer la tête dans un « Cornadis », un anneau qui se referme et les bloque au cou pendant qu’elles s’alimentent. Et évidemment pour réduire la taille et le coût du dispositif et gagner de la place on leur coupe les cornes. (...)

La plupart du temps, c’est dans les premiers mois que les cornillons sont brûlés pour être retirés. Chez les adultes, elles sont tout simplement sciées. L’affaire risque de devenir plus compliquée pour les éleveurs : au nom du respect des animaux, Bruxelles va imposer l’anesthésie locale pour les deux manipulations. Car elles reviennent à amputer l’animal d’un organe irrigué par une veine.

Mais la parade existe. Des organismes de sélections sont parvenus à trouver le gène de la corne et à isoler des spécimens qui naissent sans. Rolling Eyes

Évidemment avec cette mode, un juteux filon s’ouvre pour les sociétés qui commercialisent des semences.
... car la mode de la stabulation libre gagne aussi les éleveurs à viande. (...)

Émile Borne
3 mars 2009
www.bakchich.info/Ras-les-Cornes-les-vaches-changent.html
www.visoterra.com/photos-voyage/vache_2.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Une vie de cochon   Dim 31 Oct - 10:29


EN CAMPAGNE

Imaginez qu’en 2030 vous preniez le train, le vélo, la voiture ou tout autre véhicule qui aura été inventé pour partir sur les routes de France. Imaginez un pays sans champs de blé ou de tournesols, sans l’éclatant jaune des colzas, sans rouleaux de paille et de foin, sans arbres fruitiers, sans oliviers, sans moutons, sans chèvres, sans vaches pour vous regarder passer. Les maisons de vignes seraient en ruine, les dernières fermes abandonnées. Des kilomètres de magasins hangars, de panneaux, de ronds-points alterneraient avec des terres en friches. On ne verrait dans les campagnes que des résidences secondaires, vides la plupart de l’année. Imaginez un pays où plus un enfant ne reconnaîtrait un coq, notre symbole national, ni une poule ou un poussin parce que les derniers seraient dans des élevages en batterie, lieu de cauchemar qui risquerait de traumatiser nos têtes blondes.

Comment en serions-nous arrivés-là ? Parce qu’en dépit de l’engouement pour les produits marquetés « terroir », les petites plantes toutes peignées de chez Truffaut et la mode bio-bio, nous laissons dépérir nos agriculteurs. Leur vocation est devenue un sacerdoce. Les trente-cinq heures ? Le montant de leur retraite ? Ils pourraient vous en parler... Ils travaillent toute l’année, exposés au revirement du temps et des cours des matières premières pour vendre leur raisin, leurs pommes, leur lait à perte. Pris dans la spirale infernale du productivisme, étranglés d’emprunts pour payer un matériel et des substances agrochimiques dont ils n’avaient jamais eu besoin, ils s’épuisent la santé et le moral, tandis que les sols se tarissent et que chaque Français absorbe en moyenne 1,5 kg de pesticides par an. Je caricature? Si peu…

Je regrette ces étés en Bretagne où, chaque matin, j’allais chercher le lait. Les animaux vivaient à l’air libre. Il y avait l’enclos des poules. Celui des lapins. Les génisses étaient tous les jours dans leur pré. La plus rebelle, Violette, que la fermière m’avait donnée, sautait souvent la barrière pour aller faire l’école buissonnière. Je regrette les haies, les fleurs des champs, les papillons et les lucioles que l’on ne voit plus. Les fermes habitées. Je regrette une société où les agriculteurs pouvaient vivre de leur travail. Où on ne les avait pas humiliés d’aides, eux qui nous nourrissent, tout en laissant les prix s’effondrer alors que les fruits et légumes n’ont jamais été aussi chers sur les rayons des supermarchés. Je regrette les prunes qui avaient du goût, les abricots pas farineux, un temps où une fraise lancée contre un mur éclatait au lieu de rebondir intacte. Je regrette un pays où le bio n’existait pas parce qu’il était la norme. Où l’on pouvait faire ses courses sans lire une par une les étiquettes des ingrédients toujours plus aberrants dont on truffe nos aliments. Où les vaches faisaient peut-être moins de lait mais vivaient dix ans au lieu de cinq. Où les agriculteurs sur d’énormes machines ne passaient pas leur journée seuls face à l’immensité des champs. Où ces hommes qui mènent une bataille désespérée pour ne pas renoncer, n’avaient pas besoin d’une émission sur M6 pour se marier.

Adélaïde de Clermont-Tonnerre
lundi 25 octobre 2010
www.pointdevue.fr/blog/?2010/10/25/787-en-campagne#co


Adélaïde de Clermont-Tonnerre est lauréate du premier prix Françoise Sagan, pour son roman « Fourrure », sélectionné pour le Goncourt du premier roman et le Renaudot 2010.
www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2010/03/03/une-fourrure-qui-devoile-un-pan-de-la-fiction-litteraire-francaise-141
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vie de cochon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vie de cochon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pétition - Non à la Saint Cochon
» Une vie de cochon et autres livres
» Le cochon de Bayeux
» Cochon d'inde
» CONFRERIE GOURMANDE DU COCHON DE BAYEUX (14).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: