sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Plan de relance : un boulevard pour les catastrophes industrielles et sanitaires. Merci, l'UMP !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Plan de relance : un boulevard pour les catastrophes industrielles et sanitaires. Merci, l'UMP !   Lun 26 Jan - 23:53



Plan de relance : un boulevard pour les catastrophes industrielles

Le diable se niche dans les détails, c'est bien connu. Et je parierais qu'il adore les textes de loi complexes, rédigés en langage institutionnel et que, de fait, il se roule dans la périphrase. Exemple avec le plan de relance du gouvernement, annoncé début décembre et voté en première lecture à l'Assemblée le 13 janvier. Dans le cadre de ce plan, le gouvernement a déposé un projet de loi comprenant une farandole de simplifications administratives. Parmi celles-ci, la procédure d’autorisation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

Kézako ? Des activités industrielles à risques pour la santé comme pour l’environnement : des stations-services mais aussi des carrières, des dépôts d'ordure, et même des pressings ! Et oui, on nettoie les vêtements au perchloréthylène, un solvant qui s'évapore dans l'air et pollue les eaux (on en utilise plus de 2000 tonnes par an en Ile de France, c'est à dire là où se concentrent 73% des pressings français... mais c'est un autre sujet).

Pour créer une telle activité industrielle, deux options : soit c'est une activité bien cracra, auquel cas il faut obtenir une autorisation après un an de procédure (cela concerne 54 000 installations en France). Soit elle n'est guère dangereuse et il n'y a qu'à la déclarer en préfecture (c'est le cas pour les pressings mais aussi pour 45 0000 installations réparties sur le territoire). Avec la nouvelle loi, une troisième voie s'offre aux pollueurs : la procédure d'autorisation simplifée.

Là, c'est le bonheur assuré pour les industriels car la procédure d'autorisation simplifiée ne nécessite plus aucune enquête publique, ni étude d'impact, ni état des lieux préalable de la pollution du site d'implantation, ... Bref, remplir un formulaire suffit. Adieu la sûreté industrielle, bonjour Seveso, AZF et autres déversements "accidentels" de polluants... Et hop ! voilà comment une relance peut préparer un boulevard pour de futures catastrophes industrielles. En toute discrétion .

Par ailleurs, le texte ouvre la porte à la privatisation du contrôle. Qui dit installation dangereuse, dit contrôle. Celui-ci était jusqu'à présent assurée par des fonctionnaires de l'Etat, les ingénieurs de l'industrie et des mines. Petit hic, ils sont à peine 1500 pour les 54000 sites les plus dangereux ! Autant dire qu'ils sont occupés. Une installation classée est donc contrôlée au mieux une fois tous les dix ans ! Donc, les boîtes privées seront les bienvenues pour leur prêter main forte. Et un cabinet de contrôle privé est toujours indépendant d'un grand groupe industriel, c'est bien connu. (...)

Laure Noualhat
http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2009/01/plan-de-relance.html



Les risques de «cancer du pressing» sous-évalués en France

Le perchloréthylène ou "perchlo". Ce solvant est utilisé dans la majorité des pressings de nettoyage à sec. On pouvait se douter que ce produit, qui circule en toute liberté en France, était plus toxique que les noix de lavage indiennes.

Outre des cancers du foie et des reins prouvés chez les animaux de laboratoire, les données épidémiologiques confirment cet effet cancérogène sur ces deux organes chez l'homme, ainsi que sur l'oesophage, la vessie ou le col de l'utérus.

D'ici 2020, ce produit sera totalement retiré des Etats-Unis.
Car les solutions de remplacement existent, elles sont même moins onéreuses que le perchlo et tout aussi efficaces. Exclamation

Les causes d'un tel laisser-aller ? L'industrie chimique fait pression auprès des autorités sanitaires.

André Cicollela, médecin spécialiste en santé environnementale témoigne (doc audio)
www.rue89.com/2007/05/22/les-risques-de-cancer-du-pressing-sous-evalues-en-france

Impact économique de l'industrie du chlore
Europe = 41 producteurs dans 20 pays, 111 entreprises, 39 000 emplois directs, 2 millions d'emplois indirects, environ 300 milliards d'euros de CA annuel (p122, 164).
www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/WITBOEKF.PDF




Perchloréthylène (PER) ou tétrachlorure d'éthylène (tétra)
Le PER est une molécule dérivée de l'éthylène, où les molécules d'hydrogène ont été remplacées par des atomes de chlore. Utilisé comme dégraissant ou solvant.
cf. page 181
www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/WITBOEKF.PDF

Le chlore
C'est un produit chimique important dans la purification de l'eau, dans les désinfectants, les agents de blanchiment ainsi que dans le gaz moutarde.
En raison de sa toxicité, le dichlore a été un des premiers gaz employés lors de la Première Guerre mondiale comme gaz de combat.
L' électrolyse chlore-soude est la principale méthode de production du chlore.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chlore

Le sel est la matière première du chlore
www.belgochlor.be/fr/H201.htm

Principaux producteurs
aux Etats-Unis : Dow Chemical, Oxychem, PPG Industries.
en Allemagne : Bayer.
en France : 10 usines productrices par 7 sociétés (Rhodia, MSSA, PPG Industries, Arkema, SPCH, Tessenderlo, Solvay Electrolyse France.
www.sfc.fr/Donnees/espace_travail/mine/cl/texcl-1.htm

Le groupe Arkema
Il est né en octobre 2004 de la réorganisation de la branche chimique de Total.
1971 : Création d'ATO (Aquitaine Total Organico) qui gère les activités chimiques communes à Elf et Total
1983 : ATO devient Atochem
1992 : Atochem devient Elf Atochem
2000 : Naissance d'Atofina (fusion de la chimie de TotalFina et de celle d'Elf)
2004 : Création d'Arkema
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arkema



Le Conseil d'Administration de TOTAL comprend Daniel Bouton, PDG de la Société Générale et Paul Desmarais jr.

La Société Générale a reçu des millions du gouvernement récemment.
Paul Desmarais jr est l'un des actionnaires principaux de la compagnie pétrolière française Total SA.
Il compte dans son réseau de relations les journalistes Philippe Labro et Christine Ockrent, l’éditeur Olivier Orban, Gérard Depardieu et Alain Juppé.
La famille Desmarais entretient aussi des relations avec les dynasties industrielles françaises Dassault, Peugeot et Rothschild, entre autres et avec... Sarkozy.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Total_(entreprise)

Les utilisations du chlore dans l'industrie
(y compris pharmaceutique et dentaire, voir p 47)
cf. page 40, p 112 pour les solvants
www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/WITBOEKF.PDF

L'industrie du chlore génère la production de dioxine [=carbone+hydrogène+chlore+oxygène] dans l'environnement
Voir p 144 (cf. Seveso et Total)
www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/WITBOEKF.PDF

Les PCB (polychlorobiphényls) sont interdits de fabrication en 1986, mais utilisables jusqu'en 2010 (p 148)
www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/WITBOEKF.PDF

Liste des catastrophes industrielles
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_catastrophes_industrielles

Propagande des industriels
Le « miracle » du perchloréthylène (!)
www.eurochlor.org/upload/documents/document124.pdf

Autres exemples de propagande des industries chimiques
www.eurochlor.org/index.asp?page=384
et p 112, 114 (solvants), 226 (déréglement endocrinien), 236 (oestrogénomimétiques) :
www.belgochlor.be/fr/PDF_FR/WITBOEKF.PDF

Hommage aux associations de l’industrie qui
établissent un climat de confiance ! Rolling Eyes
www.eurochlor.org/upload/documents/document124.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Où on retrouve TOTAL...   Sam 7 Fév - 0:55



Le scandale français de la pollution au mercure

France-Nature-Environnement dévoile un dossier explosif : le taux de mercure dans l’air atteint 10000 fois la présence naturelle, le mercure est présent partout, près de l’usine de chlore du groupe Arkema de Jarrie (Isère).

[...] la problématique du mercure est emblématique : il est possible de ne pas polluer, mais par manque de volonté des entreprises, on continue d’exploiter un procédé industriel vieux comme Hérode. Eh oui ! Le pire, c’est que ce procédé, mis au point en 1888 et qui fut à l’origine du célèbre gaz moutarde, est aujourd’hui obsolète : depuis les années 1970, deux autres techniques existent, qui nécessitent 30% d’énergie en moins, et surtout – on touche là à l’ubuesque – qui n’utilisent pas de mercure ! La question est bête à bouffer du foin : pourquoi ne change t-on pas ? La réponse l’est tout autant : le pognon.

Car le chlore n’est plus rentable, et Arkema, la filiale chimie de Total, rechigne à investir. A Jarrie, [l'implantation] c’était en 1916. Nul ne sait combien de tonnes de mercure ont été dispersées dans les environs.

Or, la France a signé en 1998 la convention Ospar (pour Oslo-Paris), et s’est engagée à abandonner cette technique au mercure en 2010. Alors les lobbys sont entrés en jeu : le Syndicat des Halogènes et Dérivés (SHD, surnommé le syndicat des javeliers et des chloriers), a obtenu une dérogation : Ô joie, les chloriers pourront utiliser du mercure – et le rejeter – jusqu’en 2020. Alors que le monde entier, scientifique comme politique, est aujourd’hui conscient de la dangerosité du mercure. L’ONU s’y penchera du 16 au 20 février prochain, à Nairobi, pendant le conseil d’administration du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE). L’UE a prévu l’interdiction des exportations en 2011, tout comme Barack Obama (...)

Benjamin König
www.bakchich.info/article6659.html



Présence de mercure dans l'air jusqu'à vingt fois supérieure au seuil recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé pour une exposition chronique...
émissions de mercure avec des pics à plus de 20.000 nanogrammes/m3 et un "bruit de fond" supérieur à 300 ng/m3, soit cent fois plus que les seuils recommandés par l'administration américaine.
http://rhone-alpes-auvergne.france3.fr/info/51305836-fr.php
www.irma-grenoble.com/01actualite/01articles_afficher.php?id_actualite=149


Raphaël Guerrero, le maire de Jarrie se dit « plutôt serein » mais aussi « un peu chagriné quand on s'en prend à l'usine. ».
Arkema emploie environ 500 personnes.
www.ledauphine.com/pollution-l-usine-arkema-de-jarrie-epinglee-trop-de-mercure--@/index.jspz?chaine=14&article=97743
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Plan de relance : un boulevard pour les catastrophes industrielles et sanitaires. Merci, l'UMP !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Merci pour l'acceptation
» Bonnes Fêtes et Meilleurs Vœux pour 2011
» siege auto pour filette 21 mois 13 kg, merci bcp
» bon plan pour toboggan ?
» Un bon plan pour se garer près de la gare ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: