sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mer 13 Mai - 16:22



Kleenex au programme des écoles en Gande-Bretagne

Manchester, Angleterre - Une école a commencé à apprendre à ses élèves âgés de 5 à 11 ans à avoir les bons gestes en cas de rhume.

Les enfants sont invités à visiter un site web [de Kleenex !] avec leurs parents, ce qui leur permettra de comprendre comment agissent les microbes durant l'hiver et comment ils se transmettent.
Un personnage est mis en scène et apprend aux enfants à ne pas contaminer leurs camarades.

La directrice de l'école, Sheila Marchant, s'explique : "C'est dans le programme d'apprendre aux enfants l'hygiène dès le plus jeune âge. Surtout à cette période de l'année, où les rhumes et grippes circulent."

L'un des parents a jugé ce programme inutile, précisant qu'il n'envoyait pas ses enfants à l'école pour cela. Certains élèves ne sont pas non plus convaincus, signalant qu'ils savent utiliser un mouchoir.
www.zigonet.com/%e9cole/des-professeurs-apprennent-a-leurs-eleves-a-se-moucher_art3429.html
www.newspostonline.com/world-news/brit-school-teaching-kids-how-to-blow-their-noses-2008123021796
w ww.kleenex.co.uk/sneezesafe/


Kleenex : un nez coule, un arbre tombe
www.bidon.ca/Kleenex_rase_notre_for%C3%AAt_bor%C3%A9ale.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mer 13 Mai - 16:34


Mc Donald's veut délivrer des diplômes universitaires à ses employés

Angleterre - La chaîne de restauration rapide, qui a reçu l'autorisation de délivrer un diplôme plus ou moins équivalent au baccalauréat et reconnu dans le pays, espère aujourd'hui faire encore plus fort.

Le nouveau projet des dirigeants de la chaîne de restaurants est à présent d'offrir des diplômes équivalents aux diplômes universitaires. Le groupe entend aller le plus loin possible, envisageant même la possibilité de décerner à terme des doctorats. Il entend ainsi combattre les idées reçues selon lesquelles le restaurant n'offre que des emplois de faible qualification et à bas revenus. Mc Donald's fait partie des neuf entreprises autorisées l'année dernière à délivrer des diplômes en Angleterre. Ce nouveau pouvoir octroyé au groupe s'inscrit dans une politique visant à donner aux employés de vrais diplômes afin d'augmenter leurs chances d'évoluer professionnellement.
http://fr.news.yahoo.com/55/20090512/tod-mc-donald-s-veut-dlivrer-des-diplmes-17baed7.html

McDonald's serves up 'Diplomas'
http://news.bbc.co.uk/1/hi/education/7209276.stml

Teachers furious at plans for 'McDonald's diplomas'
Tuesday, 29 January 2008
www.independent.co.uk/news/education/education-news/teachers-furious-at-plans-for-mcdonalds-diplomas-775175.htmll

Mac Do lance son Bac à emporter
www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=3404&mode=thread&order=0&thold=0

Du bac à frites au bac McDo silent
www.humanite.fr/2008-01-29_International_Du-bac-a-frites-au-bac-McDo

De même Network Rail, société qui gère et entretient le réseau ferroviaire, ainsi que la compagnie à bas coût Flybe, qui délivrera des diplômes de stewards ou hôtesses ainsi que d’ingénieurs de vol. “Cette importante mesure vise à mettre fin aux vieilles divisions entre les qualifications nationales et la formation des entreprises, ce qui va être à l’avantage des employés, des employeurs et du pays dans son ensemble”, a déclaré le ministre des Universités et de la formation, John Denham.
http://bataillesocialiste.wordpress.com/2008/01/30/le-bac-mcdo/

Relais & Châteaux s’impliquent dans la recherche scientifique avec l’Institut Paul Bocuse

C’est la première fois que Relais & Châteaux se lance dans l’accompagnement d’une thèse de Doctorat mais c’est aussi la première année du Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse qui vient d’ouvrir ouvre cet automne.
Ce projet unique, animé par une équipe d’experts multidisciplinaires reconnus au plan international, regroupe les disciplines complémentaires de la psychologie et de la sémantique cognitives, du marketing expérientiel et sensoriel, du management de la restauration et de l’hôtellerie.
22 décembre 2008
www.unatech.org/ActualitesUnatechFormationEducation.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Jeu 14 Mai - 16:24


Paul Biya (Cameroun), Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou N'Guesso (Congo Brazzaville)

6 mai 2009
Grande première en France : la justice s'attaque à la françafrique !

La doyenne des juges d'instruction parisiens, Fabienne Desset, juge recevable la plainte de Transparence International visant trois chefs d'Etat africains, le Gabonais Omar Bongo, le Congolais Denis Sassou N'Guesso et le Guinéen Téodoro Nguema Obiang Mbasogo.

En juin 2007, Rue89 consacrait un article à ces biens mal-acquis.

Les faits dénoncés sont connus depuis longtemps. De nombreux chefs d'Etat, surtout lorsqu'ils sont à la tête d'un émirat pétrolier, ont pris pour habitude de blanchir des fonds, illégalement détournés des recettes de l'Etat, dans l'immobilier. Hôtel particulier dans le XVIe arrondissement, duplex de luxe ou château à la campagne : il y en a pour tous les goûts.

Pour les associations Sherpa, Survie et la Fédération des Congolais de la diaspora, cette décision « doit permettre d'établir les responsabilités pénales individuelles de ceux qui ont détourné l'argent public de leur pays et qui l'ont ainsi appauvri ».
www.rue89.com/2007/06/21/la-carte-des-residences-de-la-francafrique-a-paris
www.mwinda.org/index.php?option=com_content&view=article&id=385:coup-de-tonnerre-judicaire-la-plainte-pour-bma-jugee-recevable-&catid=85:journal




7 mai 2009
Le parquet fait appel dans l'affaire des présidents africains

Le parquet de Paris a fait appel contre une décision d'enquêter sur les biens détenus en France par les présidents de trois pays africains producteurs de pétrole, ce qui suspend l'enquête pour plusieurs mois.

L'appel sera examiné par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, composée de trois magistrats, dans un délai probable d'environ six mois. D'ici là, il ne peut y avoir d'investigations concernant les biens d'Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzavile) et Teodoro Obiang (Guinée équatoriale), visés par la plainte.

La décision du parquet n'est pas une surprise. Il avait déjà classé sans suite deux premières plaintes sur les mêmes faits en 2007 et 2008, jugeant l'infraction "insuffisamment caractérisée".
http://fr.news.yahoo.com/4/20090507/tts-france-justice-afrique-ca02f96.html


Le parquet "bras armé de la raison d’État"

L’Express : "Recensés par la police lors de l’enquête préliminaire de 2007, les 39 propriétés et 70 comptes bancaires détenus par Omar Bongo et ses proches, les 24 propriétés et 112 comptes bancaires de la famille Sassou-Nguesso, ainsi que les limousines achetées par la famille Obiang risqueraient en théorie d’être saisis, même si cette perspective paraît lointaine et hypothétique. Les plaignants estiment que les biens en question n’ont pu être acquis qu’avec de l’argent détourné ou le produit de corruption. Ils soulignent que le procès Elf à Paris en 2003 avait démontré que les revenus tirés de l’ "or noir" profitaient personnellement aux chefs d’Etat en question."

L’avocat de l’association, William Bourdon, fustige le parquet [...] Maître Bourdon l’accuse d’être le "bras armé de la raison d’État" : il faut coûte que coûte protéger les intérêts de... Total, dont les trois pays concernés sont des places fortes. Total qui n’est même plus une entreprise publique "grâce" à sa privatisation par Édouard Balladur. Sarkozy peut bien jouer les va-de-la-gueule et prétendre instaurer une nouvelle relation avec l’Afrique, plus transparente et plus soucieuse des droits de l’Homme, ce ne sont là encore une fois que des paroles creuses, des mensonges dont l’hypocrisie éclate au grand jour. De qui reçoit ses ordres le parquet ? Directement du garde des Sceaux. Rachida Dati en l’occurrence - officiellement pour quelques temps encore. Et qui dicte son action à la ministre de la Justice ? Sarkozy.

"Transparency critique aussi le projet restreignant l’accès des juges à des lieux sensibles tels que la présidence de la République, des ministères, les services secrets ou les sièges de grandes sociétés, disposition figurant dans le projet de loi de programmation militaire pour 2009-2014. Cette réforme prévoit que serait désormais restreint, voire interdit, l’accès des juges aux lieux "susceptibles d’abriter des éléments couverts par le secret de la défense nationale" et aux "locaux d’entreprises privées intervenant dans le domaine de la recherche ou de la défense". Scandaleuse disposition qui assure une impunité totale non seulement aux autorités gouvernementales, mais aussi aux entreprises privées qui travaillent avec l’armée française, les Lagardère, Dassault et autres.
www.plumedepresse.com/spip.php?article1132


Bruno Ossebi est né en France sous le nom de Bruno Jacquet le 10 décembre 1964 d'un père français et d'une mère congolaise.

Le 21 janvier 2009, Bruno Ossébi et le Congolais Benjamin Toungamani, qui avaient fait part de leur intention de se joindre à la plainte contre les Biens Mal Acquis, ont été victimes le même jour, à Brazzaville et à Orléans d’un incendie dans leurs domiciles respectifs. La compagne d’Ossebi et ses deux enfants sont morts brûlés dans l'incendie. En décembre, Benjamin Toungamani avait porté plainte en France contre X auprès de la police à cause de menaces de mort contre sa famille.

Brûlé à 30 %, Bruno Ossébi sera admis à l'hôpital militaire de Brazzaville, où il décédera dans la nuit du 1er au 2 février 2009, alors qu'il semblait en voie de guérison.
www.planeteafrique.com/Actualites/Index.asp?affiche=News_display.asp&ID=2946
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_Oss%C3%A9bi


Les circonstance de l’incendie n'ayant pas été élucidées, pourquoi Monsieur Normand, ambassadeur de France, n’a-t-il pas mis Bruno à l’abri ?
www.congopage.com/article5938.html

Congo : sur l'affaire Ossébi, le silence de la France est éloquent
L'affaire Ossébi n'a pas été abordée avec le Président Denis Sassou Nguesso lors de la visite présidentielle française au Congo-Brazzaville, le 25 mars 2009.
www.rue89.com/2009/05/06/congo-sur-laffaire-ossebi-le-silence-de-la-france-est-eloquent
www.mwinda.org/index.php?option=com_content&view=article&id=281:dossier-bruno-ossebi-victime-dun-incendie-mortel-&catid=77:article&Itemid=177
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Ven 15 Mai - 4:57



3 accords signés par Total en Syrie
A l'occasion de la visite d'Etat de Nicolas Sarkozy, Total annonce avoir signé trois accords pétroliers et gaziers en Syrie.

Total est présent en Syrie depuis 1988 et opère le permis de Deir Ez Zor, via la société Deir Ez Zor Petroleum Company, détenue à 50 % par Total et à 50 % par la Syrian Petroleum Company. La production opérée du Groupe en Syrie s’est élevée à 29 000 barils par jour en 2007.
5 septembre 2008
www.enerzine.com/10/5768+3-contrats-signes-par-total-en-syrie+.html
www.bakchich.info/Sarko-emmene-un-ami-d-Hariri,04883.html




France-à-fric
EADS, Areva, Alstom, Total, BNP-Paribas, Sagem : le must du CAC 40 français navigue dans le sillage de Sarkozy l’Africain.

Au Maghreb, tout d’abord : Maroc, Algérie, Tunisie, une pluie de « contrats du siècle ». Et surtout, des réacteurs nucléaires. Une aubaine pour Martin Bouygues, bientôt actionnaire à plus de 30 % d’Areva, grâce à copain Sarko.
Autre eldorado françafricain : la Libye. Souvenez-vous de la très médiatique libération des infirmières bulgares, en juillet 2007. Officiellement, « sans aucune contrepartie ». Quelques jours plus tard, la presse dévoilait des centaines de millions d’euros de contrats militaires, doublés d’accords nucléaires. Aux quelques journalistes scandalisés, l’exécutif français dévoila sa profondeur morale : « Si ce n’est pas nous, ce seront d’autres » [2] grommela Hervé Morin, ministre de la Défense. Nicolas Sarkozy se mit en colère : « Les Libyens vont dépenser quelques centaines de millions d’euros pour faire marcher les usines en France et je devrais m’en excuser ? » [3] Pas mal, pour un candidat qui fustigeait quelques mois plus tôt « le capitalisme sans scrupule et sans éthique ».

Sans doute Nicolas Sarkozy a-t-il été victime d’une crise d’Alzheimer lorsque, fraîchement élu, il se prélassait sur le yacht de Vincent Bolloré ? Encore un cador de la Françafrique, ce Bolloré. Plus gros groupe français d’Afrique après Total, présent dans plus de 37 pays, Bolloré possède plus de 50 000 hectares de plantations agricoles. En situation de quasi-monopole sur les transports Europe/Afrique, il contrôle la plupart des ports, chemins de fer et filiales de logistique. Depuis 50 ans, ce groupe s’est développé grâce à sa proximité croissante avec les services secrets, le soutien de la diplomatie française, la complicité de pouvoirs [4]. Un schéma qui se perpétue. Dernier exemple en date : le 23 mai dernier, Vincent Bolloré accompagnait officiellement Nicolas Sarkozy en Angola, nouvel eldorado des entreprises françaises. En attendant de s’offrir TF1 ?
[...]
15 juin 2008
http://cequilfautdetruire.org/spip.php?article1724

Claude Angeli, rédacteur en chef du Canard Enchaîné, revient sur les accords passés entre la France et la Lybie lors de la libération des infirmières bulgares.
5 octobre 2007
www.dailymotion.com/video/x34vxp_sarkokadhafi-tractations-infirmiere_news
www.fidh.org/spip.php?article4994


Gisement de Bemolanga : Sarkozy avait fait pression sur Ravalomanana pour privilégier TOTAL

Selon des informations recueillies par Africa Energy Intelligence (AEI nº589), c’est grâce à Nicolas Sarkozy que le groupe TOTAL a pu finaliser l’acquisition, le 17 septembre 2008, de 60% du bloc onshore de pétrole lourd de Bemolanga.

C’est la chancelière allemande Angela Merkel qui, durant une visite officielle du président malgache Marc Ravalomanana à Berlin en avril, a joué le rôle d’intermédiaire entre les deux chefs d’Etat. Ravalomanana a été reçu à Paris le 12 avril par Sarkozy, sans que cela ait été prévu originellement par l’agenda. Ils ont ainsi pu évoquer, entre autres dossiers, celui de TOTAL à Madagascar.

Ravalomanana n’a jamais soutenu le projet de TOTAL, militant plutôt pour les Chinois de la China National Petroleum Corp, un des plus gros groupes pétroliers au monde. Le gisement de Bemolanga est un des gisements inexploités de pétrole lourd les plus importants au monde avec une capacité de 16 milliards de barils.

Ravalomanana au tropisme anglo-saxon (l’anglais est la troisième langue nationale dans le pays depuis 2007) fait preuve d’une volonté personnelle de ne pas renforcer les acquisitions des compagnies françaises dans l’île. Il a depuis son arrivée au pouvoir mis les grands groupes français qui étaient en situation de quasi monopole auparavant comme Colas, en concurrence avec des entreprises venant des Etats-Unis, du Canada, d’Afrique du Sud et aussi d’Asie. Depuis, la part de la France dans les investissements n’a fait que s’amoindrir.

Aujourd’hui Sarkozy est au Niger pour consacrer un accord signé avec ce pays pour que le groupe français Areva exploite le 2ème gisement d’uranium au monde.
www.topmada.com/2009/03/gisement-de-bemolanga-sarkozy-avait-fait-pression-sur-ravalomanana-pour-privilegier-total/

Madagascar : ce que les médias ne disent pas
Néocons américains contre colonialistes français.
http://r-sistons.over-blog.com/article-29085014.html


© PLACIDE

L’AIDE PUBLIQUE AUX DICTATURES

CQFD : En 2005, l’État français a dépensé 8 milliards d’euros au titre de l’Aide publique au développement (APD). Que signifie exactement cette expression ?

Guillaume Fine : Officiellement, il s’agit de l’ensemble des crédits publics qu’un État met en place pour « favoriser le développement économique et l’amélioration du niveau de vie des pays bénéficiaires de l’aide. »

[...] quand on étudie les flux économiques mondiaux, on constate que les inégalités entre les pays du Sud et les puissances industrielles s’accroissent. Et ce ne sont pas 100 milliards d’aides occidentales qui changeront la donne. Surtout quand on sait à quoi servent ces aides…

Justement, rentrons dans le détail pour l’APD française : à qui sont destinés ces 8 milliards ? Aux ONG ? À des projets humanitaires ?

Pas vraiment… La part de l’APD française destinée à des programmes d’accès à l’eau, à l’alimentation et aux soins de base représente moins de 15 % du total. De même, moins de 1 % de l’APD française est destinée aux ONG. [...]

L’aide budgétaire renfloue les budgets de régimes dictatoriaux et corrompus : Sassou N’Guesso au Congo Brazzaville, Omar Bongo au Gabon, Paul Biya au Cameroun, Idriss Déby au Tchad, etc. La diplomatie française accompagne ou cautionne des trucages d’élections, comme celui de Faure Gnassingbé au Togo, en avril 2005. Récemment, l’intervention militaire de la France a permis à Idriss Déby, en avril 2006, de se maintenir au pouvoir face à une opposition politico- militaire organisée. Sans cette aide opportune, ces dictatures s’effondreraient, tant la révolte populaire gronde. [...]

Jonathan Ludd
15 décembre 2006
http://cequilfautdetruire.org/spip.php?article1239


"Sarkozy ? C'est la recolonisation de l'Algérie, les intérêts US et c'est l'hégémonie d'Israël"

Les révélations du philosophe Français Georges Labica
25 11 2007
www.lematindz.net/news/sarkozy-cest-la-recolonisation-de-lalgerie-les-interets-us-et-ce.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Dim 17 Mai - 23:23


Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva,
groupe nucléaire français dont le chiffre d'affaires a augmenté de 8,5% au premier trimestre 2009.


Désertification, pauvreté, radioactivité, corruption
Areva pollue le Niger

L’indépendance énergétique française repose sur le nucléaire, mais aussi sur des amitiés avec des pays pas toujours fréquentables. Par exemple, le Niger, principal fournisseur de l’uranium utilisé dans les centrales françaises. Charlie Hebdo a obtenu des preuves sur les tueries commises par les autorités de ce pays.

Notre enquête révèle les détails des prochaines actions de lobbying que compte entreprendre l’industriel français du nucléaire, Areva, pour faire oublier les origines politiques de cet uranium.

http://areva.niger.free.fr/index.php?Revue-de-presse
www.peytonwolcott.com/AkinArevaLibyaRice.html


Areva est le groupe nucléaire français qui construit en ce moment des centrales dans toute l’Europe et doit piloter le développement du nucléaire britannique. Depuis quarante ans, il exploite les mines d’uranium du nord du Niger à partir de sa base d’Arlit.

la plupart des 60 000 personnes qui vivent dans les bidonvilles d’Arlit sont originaires du Nord. De tradition nomade, peu sont allés à l’école et ils n’ont pas les qualifications nécessaires pour travailler dans les mines. Ils disent qu’ils ont posé leur baluchon à Arlit parce que toute l’eau des nappes phréatiques a été pompée pour exploiter les gisements, ce qui a transformé la région en désert. Certains ont perdu leur troupeau pendant les années de grande sécheresse et ont été attirés par la perspective de trouver un travail.

En 2008, la Fondation suisse de l’énergie (SES) l’a proposé pour un Public Eye Award (prix du public de la multinationale la plus irresponsable), affirmant que les médecins des hôpitaux du groupe faisaient passer des cas de cancer – qui pourraient être dus à des niveaux élevés de radioactivité dans les mines – pour des cas de sida.

Areva est également impliqué dans une controverse plus large et plus complexe sur la façon dont l’argent de l’uranium nigérien doit être dépensé.
Les rebelles veulent qu’une plus grande part des recettes d’exploitation soit investie dans la construction d’infrastructures et dans le développement du nord du Niger.
A l’heure actuelle, malgré les promesses de transférer les fonds aux régions, l’argent de l’uranium continue à être dépensé par le gouvernement central à des centaines de kilomètres de là, dans la capitale, Niamey, où la corruption est omniprésente.

Le Niger est l’un des pays les plus pauvres de la planète, mais aussi le troisième producteur d’uranium du monde.

Courrier international. hebdo n° 958 - 12 mars 2009


Areva a reçu le prix de l'entreprise la plus irresponsable au Forum économique mondial de Davos

Almoustapha Alhacen (qui travaille depuis 30 ans dans une filiale du groupe Areva à Arlit) : "Areva ne respecte pas la réglementation de la sécurité tant nationale qu'internationale.Il y a les boues issues du traitement de l'uranium qui représente plus de 30 000 tonnes ainsi que les ferrailles et les plastiques. Une fois que les boues ont séché, elles se transforment en sable et avec l'aide du vent très présent dans la région, elles finissent en quantité dans la ville d'Arlit et ses environs. Quant à la ferraille, elle est distribuée à la population pour être façonnée par les forgerons et vendue dans tout le pays. Le problème c'est que ces ferrailles sont radioactives. Par ailleurs, les bouches d'aération de la mine souterraine de Cominak ne contiennent aucun filtre et évacuent les poussières radioactives directement dans l'air."
www.sortirdunucleaire.ch/?inc=info&date=08_73

VIDEO : www.dailymotion.com/relevance/search/AREVA%2BNIGER/video/x3vghd_areva-contamine-le-nordniger_blog

L’uranium du Niger, où est le problème ?
http://bernard.desjeux.free.fr/article.php3?id_article=176



La Françafrique au secours de l'uranium d'Imouraren
Areva propose d'aider Tandja à "mater la rébellion touarègue"
http://areva.niger.free.fr/index.php?2008/12/03/38-la-francafrique-au-secours-de-l-uranium-d-imouraren-areva-propose-d-aider-tandja-a-mater-la-rebellion-touaregue
www.sangonet.com/ActuDo/aia/aia4/uranium-P-E-Afr-marche.html


Colonialisme nucléaire et spoliation des terres agropastorales touarègues au Niger (carte)



En France le droit suprême du nucléaire a supplanté le droit commun
Pièces A Conviction. Uranium : le scandale de la France contaminée

Magnifique et Consternant. Deux mots qui reviendront souvent pour décrire cette émission de Pièces à Conviction (voir la VIDEO). cyclops

Magnifique de part la qualité de l’investigation de l’équipe de journalistes menée par Elise Lucet et de part leur courage d’affronter le lobby le plus puissant de France: le lobby du nucléaire.
Au cours du reportage, chacune des allégations d’Areva (ex-Cogema) ou des collectivités locales (Mairie de Limoges) en collusion avec le géant français a été balayé par les preuves scientifiques du responsable de la CRIIRAD Bruno Chareyron et le témoignage ponctuel des habitants des lieux pollués.

Consternant par l’ampleur des dégâts à très long terme (4,5 milliards d’années environ), les impacts cancérigènes sur la population salariée ou non de la Cogema, sur leur étendue géographique (toute la France est concernée en particulier le limousin) et le mensonge sur des remblais offerts quasi-gratuitement durant des années, remblais irradiés présents sur des parkings, sous certaines routes (déposés par la DDE) ou dans le sol des maisons de particulier.

Car c’est ce mensonge, compréhensible (sic !) durant la guerre froide mais inadmissible de nos jours qui fait peur. Et chaque seconde du reportage, le téléspectateur comprend et voit les ravages du secret d’Etat relayé par les intérêts financiers personnels d’agent de l’Etat.

Sont épinglés notamment les agents de la DRIRE sous la responsabilité des préfets, différentes mairies comme celles de Limoges ou de la commune de Saint Pierre dans le Cantal. Inspecteurs de la DRIRE qui ont tous fait l’Ecole des Mines dont le responsable est…l’ancien responsable de la Cogema ! Les contrôleurs sont ainsi parfois les contrôlés comme disait Corinne Lepage.

Une Corinne Lepage dont on aimerait cependant qu’elle explique son appartenance au groupe de réflexion ou “think tank” Le Siècle, groupe incluant entre autres Nicolas Sarkozy et…l’ancien patron de Total, aujourd’hui décédé, Philippe Jaffré.

Magnifique de voir ses horribles mines à ciel ouvert remblayées et transformées magnifiquement (et si!) par les paysagistes d’Areva.

Consternant de voir que sous les parcours santé comme celui de l’Espace Saint Pierre, se cachent sous la bonne terre, du yellowcake, rien de moins que le combustible utilisé par les centrales nucléaires ou comme composé pour les bombes nucléaires.

Consternant de voir que les détecteurs à radioactivités crépitent jusqu’à atteindre les limites des équipements et que les détecteurs placés par les employés d’Areva eux-mêmes sont placés aux endroits les moins irradiés.

Consternant de voir le “je m’en foutisme” de certains élus comme Christian Bataille, député PS a priori spécialisé dans le dossier nucléaire et qui pense qu’on extrait l’uranium de la roche comme on extrait du jus d’orange: après extraction, il n’y plus rien ou presque. Des élus déconnectés des réalités, d’une incompétence rare voire pire, un soupçon de corruption non prouvé évidemment.

Tous pourris ? Non, car dans le même camp politique, une députée PS a bataillé (justement) ferme depuis une vingtaine d’années, pour avoir un minimum de contrôle sur ce dossier épineux. En vain, le président de la république actuel comme ses prédécesseurs maitrisent tout. Circulez y’a rien à voir !
www.cpolitic.com/cblog/2009/02/12/pieces-a-conviction-uranium-le-scandale-de-la-france-contaminee/



20/01/09
NUCLEAIRE - EDF pourrait construire un 2e EPR dans les Ardennes

Selon une information parue dans le Journal du Dimanche, le président de la République pourrait prochainement attribuer le deuxième réacteur nucléaire à eau sous pression (European Pressurised water Reactor) à EDF. Le site envisagé pour ce nouveau réacteur serait localisé à Chooz dans les Ardennes.
www.enviro2b.com/environnement-actualite-developpement-durable/27444/article.html

Areva demande sa licence américaine pour Eagle Rock

Après avoir créé en décembre dernier Areva Enrichment Services, Areva annonce avoir demandé auprès de l'autorité nucléaire américaine, une licence d'exploitation du site d'Eagle Rock, dans l'Idaho.
www.enviro2b.com/environnement-actualite-developpement-durable/27447/article.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Ven 12 Juin - 0:37



Vaccination obligatoire contre la grippe porcine. Coût : 1 milliard d'euros
Une manne pour les géants pharmaceutiques


Selon un article paru dans l'édition du 30 Mai du Journal du Dimanche, le gouvernement Sarkozy a donné l'autorisation de dépenser 1 milliard d'euros pour acheter des vaccins supposés combattre ou protéger contre le H1N1, le virus de la grippe porcine.

Seul problème : jusqu'à présent, ni l'OMS ni le CDC (Center for Diseases Control) du gouvernement américain n'ont réussi à isoler, photographier au microscope à électrons et à classer chimiquement le virus H1N1 de la Grippe A.
Autoriser des médicaments pour une maladie putative qui n'a même pas été caractérisée est pour le moins douteux.

il n'y a aucune preuve médico légale dans aucune des morts rapportées à ce jour et enregistrées, qui prouve scientifiquement qu'une seule mort attribuée au virus de la grippe porcine H1N1 a réellement été causée par ce virus. Des épidémiologistes européens croient que les morts dont il est fait état à ce jour sont une "coïncidence" ou ce que l'on appelle des infections opportunistes.

Selon certaines sources, la France veut passer commande de 100 millions de doses du vaccin contre la grippe à trois laboratoires, GlaxoSmithKline, Sanofi et Novartis. Les deux derniers sont des laboratoires français.

ESB ou Maladie de la Vache Folle, maladie de la "Langue Bleue"... Les vaccins, selon un rapport dans une publication suisse, Aegis-Impuls de 2008, ont provoqué des décès en masse, une baisse des naissances, un déclin des rendements laitiers, des crises cardiaques et d'autres effets graves. Les vaccins ont été utilisés malgré le fait qu'aucun n'avait auparavant était certifié comme étant sans danger. Ils contenaient effectivement de l'hydroxide d'aluminium et du Thiomersol ou Mercure, comme additifs et ou conservateurs, tous deux hautement toxiques et que l'on retrouve également dans la plupart des vaccins pour les humains.

Dans certains cas, il y a eu décès et on rapporte qu'il y a de sérieuses complications pulmonaires avec le Tamiflu, le médicament dont il est dit que le principal bénéficiaire financier, c'est son plus grand actionnaire, l'ancien secrétaire à la défense US, Donald Rumsfeld. (...)

F.Wlliam Engdahl
03/06/09
Global Research
www.planetenonviolence.org/Militarisation-De-La-Sante-Publique-Par-Sarkozy-Vaccination-Obligatoire-Contre-La-Grippe-Porcine,-Cout-1-Milliard-D_a1927.html


Jeudi 18 juin 2009
Un 1er cas confirmé de complications de grippe A(H1N1) en France
pig
Il s'agit d'une femme de 40 ans qui revenait des Etats-Unis. Hospitalisée mardi à Paris, son "état est en voie d'amélioration", précise l'InVS dans un communiqué.
http://fr.news.yahoo.com/4/20090618/tts-grippe-france-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Ven 19 Juin - 5:50


Jean-Claude Marin met le cap sur le poste de Procureur général © PieR Gajewski

Attentat de Karachi : la France en eaux troubles

Le tribunal de grande instance de Cherbourg accueillait le 18 juin 2009 des dizaines de familles d'anciens salariés de la Direction des constructions navales (DCN). Sept ans après l'attentat de Karachi (Pakistan), deux magistrats parisiens du pôle antiterroriste, Marc Trévidic et Yves Jannier, rencontrent les parties civiles pour les informer de leurs investigations dans cette affaire d'Etat. Le 8 mai 2002, un attentat détruisait à Karachi un autobus transportant leur mari ou leur fils, tous des personnels de la DCN. Onze ont été tués.

Tous collaboraient à la construction de sous-marins Agosta 90 B, vendus en 1994 par la France. Le contrat de 162 pages signé par l'État pakistanais, la DCN et la Sofrantem (structure étatique dédiée aux montages financiers des ventes de la DCN), intéresse les magistrats. A cette époque, réseaux chiraquiens et balladuriens rivalisaient d'ingéniosité pour financer la campagne présidentielle de 1995. Selon des sources judiciaires, l'action terroriste avait pour mobile le non-paiement de commissions occultes à des militaires pakistanais, qui auraient été convenues par des décideurs français en marge de la vente des trois submersibles.

D’où la nécessité de reconstituer l’échafaudage financier - hors norme - qui s’étale sur près de dix ans. Outre la Sofrantem, d’autres intervenants ont été associés. Comme la Financière de Brienne, sorte de directeur financier des grands contrats d’armement. D’autres sont implantés dans des pays plus exotiques. Par exemple la société panaméenne Mercor finance, de l’intermédiaire Ziad Takieddine, avec laquelle le vice-président de la DCN, Emmanuel Aris, a signé un contrat de consulting le 30 juin 1994. Pour corser le tout, l’acquisition de ces sous-marins était payée par l’Arabie Saoudite, bailleur de fonds traditionnel du Pakistan.

Des actes judiciaires réalisés par les policiers français à Karachi, le 16 mai 2002, ont été annulés en 2003 par la chambre de l’instruction pour vice de procédure, à la demande du juge Jean-Louis Bruguière. [...] Les clichés réalisés par le chef du service de sécurité diplomatique américain au Pakistan ont été détruits sur injonction de la justice française. [...]

GUILLAUME DASQUIE
www.liberation.fr/societe/0101574730-attentat-de-karachi-la-france-en-eaux-troubles

Derrière les onze morts de Karachi, le duel Chirac-Balladur
www.rue89.com/explicateur/2009/06/19/derriere-les-onze-morts-de-karachi-le-duel-chirac-balladur

Un rapport anonyme provenant de la DCN, daté de septembre 2002 conclut que le mobile de l'action est le non-versement de commissions promises par la France en marge d'un contrat d'armement.
"Après de nombreux contacts, tant en Europe qu'au Pakistan, nous parvenons à la conclusion que l'attentat de Karachi a été réalisé grâce à des complicités au sein de l'armée", peut-on lire dans ce document portant le nom de code "Nautilus".
"Les personnalités militaires ayant instrumentalisé le groupe islamiste qui a mené l'action poursuivaient un but financier", concernant le "versement de commissions non honorées", est-il précisé dans le document.
L’accord entre les autorités françaises et pakistanaises aurait été conclu sous le gouvernement Balladur puis cassé par un veto de Chirac après son arrivée au pouvoir en 1995.
www.lepoint.fr/actualites/2009-05-05/deux-acquittements-relancent-l-affaire-de-karachi-en-2002/1037/0/340652

La société Heine
Dans la période 1993-95, Nicolas Sarkozy est ministre du budget du gouvernement d'Edouard Balladur. D'après Bakchich.info, il aurait donné son accord pour la création d'une entreprise au Luxembourg, baptisée Heine, qui servait à faire transiter des commissions dans les affaires de ventes d'armes. Un peu comme l'affaire des frégates de Taïwan. La DCN (direction des constructions navales) aurait vendu pour 60 milliards de francs d'armes entre 1991 et 2002, dont 6 milliards de commissions.

Dans leur rapport de synthèse, cité par bakchich, les policiers évoquent implicitement l'hypothèse de rétro-commissions destinées à un financement politique : "Une chronologie fait apparaître que la création de la société "Heine" au deuxième semestre 1994 s'est faite après accord de Nicolas Bazire, directeur de cabinet d'Edouard Balladur, et du ministre Nicolas Sarkozy, et fait un lien entre ces faits et le financement de la campagne électorale de Monsieur Balladur pour l'élection présidentielle de 1995".

Nicolas Bazire est notamment le témoin de Nicolas Sarkozy pour son mariage avec Carla Bruni, en février 2008.
www.bakchich.info/La-police-judiciaire-cite-le-nom,04994.html

cyclops "Les services spéciaux français auraient mené des actions de représailles au Pakistan" (France Inter, vendredi 19 juin 2009).
"Selon les pièces du dossier, une action de représailles de la DGSE semble avoir été menée après l'attentat, mais elle pourrait aussi l'avoir précédé, les militaires pakistanais menaçant déjà à ce moment les autorités françaises pour qu'elles paient des sommes estimées dues sur un contrat d'armement.
Pour Me Olivier Morice, avocat des familles de victimes, l'existence d'une action, si elle se confirme, démontre que l'Etat savait dès le départ que l'attaque de Karachi ne pouvait pas être imputée à des activistes islamistes." (Le Point, 20 juin 2009)



DCN, Direction des constructions navales

Administration publique devenue en juin 2003 une entreprise de droit privé, dont l'État français est actionnaire à 75 %.

Les premiers arsenaux ont été créés en 1631 par le cardinal de Richelieu.
La Direction des constructions navales (DCN), créée au XVIIIe siècle, a défini, construit et entretenu tous les navires de combat depuis les vaisseaux du Roi jusqu'aux sous-marins nucléaires stratégiques et au porte-avions nucléaire ainsi que beaucoup de navires vendus à l'exportation. En 2002 la partie industrielle fut transformée en véritable entreprise appliquant la décision de principe prise par le gouvernement en 2001.

Début 2007, Thales acquiert 25% du capital du constructeur naval, et nomme ainsi des administrateurs.
Annoncées le 29 octobre 2008 en Conseil des ministres, de nouvelles dispositions sont prévues pour ouvrir son capital afin de préparer d'éventuels rapprochements avec d'autres groupes industriels

À plus long terme, TKMS (allemand), BAe Systems (britannique), Fincantieri (italien) ou Navantia (espagnol à capitaux britanniques) pourraient devenir des partenaires...
http://fr.wikipedia.org/wiki/DCNS



THALES
Présent dans 50 pays et employant 68 000 collaborateurs, Thales (Thomson-CSF jusqu'au 5 décembre 2000) est devenu le numéro deux de la défense en Grande-Bretagne.Le 19 novembre 2008, Dassault Aviation annonce racheter intégralement les parts que possédait Alcatel-Lucent pour un montant 1,57 milliards d'euros, devenant ainsi avec l'État l'actionnaire de référence dans le groupe. Cet accord se serait décidé durant l'été 2008, lors d'une négociation directe entre Serge Dassault et Nicolas Sarkozy.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thales



SOFRANTEM (Société française de vente et financement de matériels terrestres et maritimes)

Créée en 1970, SOFRANTEM est une société anonyme de droit privé, de caractère interbancaire, mise à disposition exclusive du Ministère de la Défense pour soutenir les exportations de ses arsenaux sur le plan financier, en leur permettant de bénéficier des avantages du secteur privé notamment en matière d'assurance crédit et de financements.

Ses actionnaires -Société Générale, BNP PARIBAS, Calyon et Natixis - ont mis en place conjointement cet outil, l'Etat reprenant à son compte les risques liés à ces opérations conclues pour son compte. Ces engagements ont fait l'objet d'un protocole signé le 29 juin 1970, officialisés par la loi de finances du 29 décembre 1978 et son décret d'application du 2 février 1980. Des avenants successifs au protocole de 1970 ont permis d'adapter les missions de SOFRANTEM aux évolutions du dispositif de commercialisation des matériels d'armement souhaitées par les pouvoirs public...

Effectifs : 17 salariés
C.A HT total : 237M€
www.gican.asso.fr/fr/nos-adherents/s/sofrantem.html

DCNS

DCNS est une société anonyme.
-Le cœur de son activité : le naval militaire (navires armés, systèmes de combat, équipements et services).
-Le développement sur de nouveaux marchés cible l’énergie (nucléaire civil et énergies marines renouvelables) et les services.
-Dans les services, DCNS cible quatre types d’activité :
L’ingénierie et les travaux neufs pour les sites portuaires militaires et industriels.
L’exploitation et la maintenance des sites portuaires et industriels.
La maintenance à forte valeur ajoutée des moteurs diesel et gaz de clients industriels (Veolia, EDF, SNCF).
L’ingénierie de maintenance et la supply chain dans le cadre de l’externalisation de fonctions étatiques.
w ww.dcnsgroup.com/cms/strategie/dcns-passe-a-l-offensive.html

La Gouvernance de DCNS
w ww.dcnsgroup.com/cms/organisation/dcns-organise-pour-reussir-structure-pour-grandir.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mer 24 Juin - 12:05

Très bon site. Bravo. Continuez.

Connaissez-vous Patrick Ouart ?

Patrick Ouart joue un rôle dans le plus grand scandale de la Vème République : les sous-marins vendus au Pakistan en 1994, les commissions versées aux dirigeants pakistanais, les rétro-commissions qui revenaient en France dans les coffres du clan Balladur-Sarkozy, la décision brutale de Chirac d’arrêter de verser des commissions aux dirigeants pakistanais en 1996, l’attentat de Karachi en 2002 (11 morts français, 3 morts pakistanais).

Pour ceux qui veulent comprendre le plus grand scandale de la Vème République, une lecture indispensable :

http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1157

Maintenant, qui est Patrick Ouart ?

- De 1993 à 1995, Patrick Ouart est membre du clan Balladur-Sarkozy. Patrick Ouart est conseiller pour la Justice du premier ministre Edouard Balladur. Patrick Ouart connaît l’affaire des frégates de Taiwan, l’affaire des sous-marins vendus au Pakistan, le système des commissions versées aux dirigeants pakistanais, et des rétro-commissions occultes qui revenaient dans les coffres du clan Balladur-Sarkozy.

- De 2007 à aujourd’hui, Patrick Ouart est le conseiller pour la Justice de Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy lui a demandé d’empêcher les juges d’instruction de boucler leurs enquêtes sur l’affaire des frégates de Taiwan, et aussi sur l’affaire des sous-marins vendus au Pakistan. Patrick Ouart propose alors une réforme scandaleuse : supprimer les juges d’instruction.

Lisez cet article :

« Discret avec les médias mais efficace, Patrick Ouart s’occupe de tous les dossiers ayant trait à la justice quitte à marcher sur les plates-bandes de la garde des Sceaux, Rachida Dati, qu’il ne peut supporter, pointant son incompétence.

Parce qu’il est beaucoup plus puissant et écouté que la ministre de la Justice, il met en place de nombreuses réformes. C’est lui, et non le cabinet de la garde des Sceaux, qui rédige le discours sur la disparition des juges d’instruction en janvier 2009 qui provoque de nombreuses polémiques : cette réforme priverait les magistrats de leur indépendance. »

http://www.politique.net/2009031204-portrait-patrick-ouart.htm

Quelle sera la priorité du gouvernement Fillon 4 ?

Réponse : supprimer les juges d’instruction.

Dans l’affaire des frégates de Taiwan, les juges d’instruction Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin se rapprochent dangereusement du clan Balladur-Sarkozy : ça sent le roussi pour le clan Balladur-Sarkozy :

http://www.bakchich.info/article4994.html

http://www.bakchich.info/article6545.html

Dans l’affaire de l’attentat de Karachi, les juges d’instruction Marc Trévidic et Yves Jannier se rapprochent dangereusement du clan Balladur-Sarkozy : ça sent le roussi pour le clan Balladur-Sarkozy :

http://www.lepoint.fr/actualites/2009-06-19/les-soupcons-concernant-l-attentat-de-karachi-sement-le-trouble/1037/0/354104

D’où l’importance du remaniement : Michèle Alliot-Marie est nommée numéro 3 du gouvernement, et c’est la seule ministre avec Borloo à avoir le titre de ministre d’Etat. Elle est secondée par Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat.

Le portefeuille de ces deux ministres, Michèle Alliot-Marie et Jean-Marie Bockel : la Justice.

La mission de ces deux ministres : supprimer les juges d’instruction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mer 24 Juin - 14:22

Karachi
La vengeance clandestine de la DGSE

La France aurait tué un de ses maîtres chanteurs et en aurait blessé trois autres à titre de représailles.
www.liberation.fr/societe/0101575137-la-vengeance-clandestine-de-la-dgse

Merci, BA. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Lun 13 Juil - 19:43


George Soros, Jim Simons, John Paulson et Philip Falcone prêtent serment

Les ‘maîtres de l’univers’ des fonds spéculatifs
confrontés à un interrogatoire parlementaire serré sur leur rôle dans la crise mondiale du crédit

alterinfo.net



Les LBO (leveraged buy out) : le nouveau cataclysme financier se profile à l'horizon

La crainte d'un nouveau tsunami financier prend de l'ampleur. Il ne trouvera pas ses origines dans des prêts immobiliers attribués à des particuliers insolvables, comme ce fut le cas avec les "subprime" américains, mais dans les prêts accordés aux fonds d'investissements pour racheter des entreprises.

En Europe, 150 milliards d'euros de crédit pourraient se traduire par des pertes sèches pour les banques. Il s'agit de la fameuse dette LBO (leveraged buy out) du nom de la technique qui permet d'acquérir une entreprise avec effet de levier : peu de capital initial mais beaucoup d'endettement.

Depuis le début des années 2000 et jusqu'à l'année dernière, les fonds spécialisés dans les LBO ont levé des capitaux en masse et obtenu des banques tous les prêts qu'ils désiraient à des taux avantageux assortis de clauses de moins en moins restrictives. [...]

La crise financière et la récession économique qu'elle a provoquée donnent aujourd'hui de sueurs froides aux princes des LBO et surtout aux banquiers, leurs pourvoyeurs de fonds. Car les prévisions sont de plus en plus pessimistes. Selon l'agence de notation Fitch, 50% des 250 milliards d'euros de dette notée par ses soins sont en risque de défaillance. [...]

Jusqu'à présent les banques ont tout fait pour ne pas afficher de pertes sur les financements LBO. [...]

Pour le moment les banques passent à travers les gouttes, mais pour combien de temps ? Elles ne pourront multiplier à l'infini les restructurations de dettes ni la transformation de dette en capital. Un jour ou l'autre elles devront bien passer par pertes et profits certaines de leurs créances. Les fonds spécialisés dans le rachat d'entreprises en difficulté ayant fait l'objet d'un LBO, qualifiés aussi de fonds de retournement sont à l'affut. Ils espèrent réaliser de bonnes affaires car ils rachètent les entreprises en demandant aux banques d'abandonner 50% de la dette et de convertir le reste en capital. Mais cette technique entraine fatalement des pertes pour les créanciers. Les banques françaises ont évoqué en France, l'idée d'une "bad bank" ou banque poubelle qui aurait repris les dettes à effet de levier mais le projet n' a pas abouti. [...]

Dominique Mariette, journaliste spécialiste des questions financières. Ancienne rédactrice en Chef de la Tribune
http://finances.orange.fr/Points-de-vue-eco/Un-nouveau-cataclysme-financier-se-profile-a-l-horizon-183393.html
www.slate.fr/story/6287/lbo-crise-faillites-banques-pertes-risques




LBO et effet de levier financier, fiscal et juridique
Pour limiter leur investissement initial et bénéficier de l’effet de levier financier, les acquéreurs ont recours aux banques et aux fonds mezzanine pour participer au financement de l’acquisition.
http://stopcarlyle.ifrance.com/lbo.htm

Contrairement aux fonds cotés en bourse, les fonds d'investissement fonctionnent par souscription et revente auprès d'un organisme financier distributeur (banque...).
Les fonds d'investissement sont appelés plus généralement fonds de placement pour ne pas les confondre avec la sous catégorie des fonds de capital-investissement.

Les LBO, qui représentent près de 80% des montants investis par le capital investissement, symbolisent l'image négative d'un capitalisme purement financier : fonds vautours, enrichissement rapide, captation des plus-values par les financiers et quelques dirigeants, délocalisations et compressions d'effectif...

Fonds de placement (non cotés en bourse) > fonds de capital-investissement > Hedge fund > LBO > fonds vautours
http://dictionnaire.sensagent.com/fonds+d%27investissement/fr-fr/



Comme un vol de charognards hors du charnier natal… les "fonds vautours"

Le capital, nous dit-on, est en crise morale. Il faudrait retrouver éthique et transparence pour empêcher de nouvelles bulles financières d’éclater... De qui se moque-t-on ? Voici, dans le cadre de la crise expliquée à des nuls par une nulle, un portrait particulièrement haut en couleurs de certains acteurs des marchés financiers : les fonds vautours

Les fonds vautours sont des institutions financières qui rachètent à très bas prix les titres de la dette des pays pauvres, comme des entreprises au bord de la faillite, et pour les uns comme pour les autres il ne fait pas bon tomber dans leurs serres. La plupart des ces abominables oiseaux de proie sont apparus au début des années 2000...

Danielle BLEITRACH
19 mars 2008
www.legrandsoir.info/article6136.html


Voracité

De nouveaux fonds vautours sont apparus : les private equities, des fonds d’investissement à l’appétit d’ogre disposant de capitaux colossaux.

Les noms de ces titans - The Carlyle Group, Kohlberg Kravis Roberts & Co (KKR), The Blackstone Group, Colony Capital, Apollo Management, Starwood Capital Group, Texas Pacific Group, Wendel, Eurazeo, etc. - demeurent peu connus du grand public. Et, à l’abri de cette discrétion, ils sont en train de s’emparer de l’économie mondiale. En quatre ans, de 2002 à 2006, le montant des capitaux levés par ces fonds d’investissement, qui collectent l’argent des banques, des assurances, des fonds de pension et les avoirs de richissimes particuliers, est passé de 94 milliards d’euros à 358 milliards ! [...]

le principe est simple : un club d’investisseurs fortunés décident de racheter des entreprises qu’ils gèrent ensuite de façon privée, loin de la Bourse et de ses règles contraignantes, et sans avoir à rendre compte à des actionnaires pointilleux. L’idée, c’est de contourner les principes mêmes de l’éthique du capitalisme en ne pariant que sur les lois de la jungle. [...]

Alors qu’ils gagnent personnellement des fortunes démentielles, les dirigeants de ces fonds pratiquent désormais, sans états d’âme, les quatre grands principes de la « rationalisation » des entreprises : réduire l’emploi, comprimer les salaires, augmenter les cadences et délocaliser. Encouragés en cela par les autorités publiques, lesquelles, comme en France aujourd’hui, rêvent de « moderniser » l’appareil de production.

Ignacio Ramonet
Novembre 2007
www.monde-diplomatique.fr/2007/11/RAMONET/15295
www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2315507&rubId=4079


Le Carlyle Group engage M. Sarkozy

Le Carlyle Group, qui gère la fortune des familles Bush et Ben Laden, a décidé de créer un service financier particulier destiné à placer les excédents de pétro-dollars de fonds souverains, principalement ceux du Koweït et de Singapour. Pour diriger ce service, le directeur honoraire de Carlyle, Franck Carlucci, a conseillé le recrutement du 5ème noueur de deals le plus important de Wall Street : Oliver Sarkozy.
Mars 2008
www.voltairenet.org/article156090.html


Qui seront ces prédateurs ?
Tous les groupes qui ont des liquidités et les moyens d'investir. Le financier américain John Paulson a déjà créé un fonds pour acheter ces actifs bradés. Les fonds souverains vont aussi se mettre à la manœuvre.
www.lefigaro.fr/placement/2008/10/08/05006-20081008ARTFIG00034-ne-vendez-pas-aujourd-hui-les-actions-sont-bradees-.php

La bonne fortune du baron Seillière

Le roturier Seillière, dit baron Ernest-Antoine Seillière de Laborde, préside aux destinées du groupe Marine-Wendel et de la CGIP (compagnie générale d'industrie et de participation) qui regroupent les fortunes des quelques quatre cent cinquante héritiers de la famille Wendel, pour une valeur patrimoniale de près de sept cents millions d'euros en 2002. Françoise de Panafieu est de la famille.

C'est grâce à un montage juridique et fiscal infiniment complexe, pensé avec les plus grands cabinets d'affaires, que l'équipe dirigeante de Wendel, qui passe pour l'une des meilleures de la place, a réussi à obtenir ces 324 millions d'euros.

Chaque étape s'inscrit dans un cadre légal, mais l'ensemble pose pour le moins des questions éthiques. [...]
www.lemonde.fr/economie/article/2008/04/30/la-bonne-fortune-du-baron-seilliere_1040144_3234_100.html

L’irruption, aussi récente que massive, de fonds d’investissement dans le secteur hospitalier privé français pose question. Que penser de ces fonds qui rachètent des cliniques à tour de bras jusqu’à se créer des monopoles ? Ils revendront demain, mais à qui, et à quel prix ? Les pouvoirs publics, impuissants, observent sans mot dire.
24 janvier 2008
http://colblog.blog.lemonde.fr/2008/01/25/leconomie-liberale-et-les-cliniques-privees/#more-434
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mer 15 Juil - 1:06

« La reprise, c'est pour quand ? Jamais ! » (Robert Reich, jeudi 9 juillet 2009)

« When Will The Recovery Begin ? Never. » Robert Reich est clair, une reprise, cela voudrait dire que tout redevient comme avant. Il n'en est aucunement question, le modèle est mort.

Le modèle, quel était-il ? Des personnes spécialisées dans la production : Chine, Japon, Allemagne, d'autres personnes spécialisées dans la consommation : Grande-Bretagne, Espagne, USA et à un moindre degré, France.

Or, consommer sans produire, c'est dur. Les emplois productifs étaient stables, demandent un long apprentissage, et ont un réel intérêt collectif. Les autres sont des emplois "Mac-Do", sans intérêt et vite appris.

Le consommateur s'est effondré, victime de la mondialisation qu'on nous vendait. Il s'est adapté à la maxime : on ne peut consommer plus que ce que l'on gagne. Mais ce n'est pas ce que nos hommes politiques voulaient dire. Eux, ils voulaient qu'il consomme autant, en gagnant moins, en étant plus flexible, plus précaire, et en payant plus pour tout, son électricité par exemple.

C'était, bien entendu, parfaitement idiot, mais au niveau de la bredinerie totale, on peut citer la banque Wells Fargo, qui se fait un procès. Comme ça, elle est sûre de gagner, bien entendu, avec les avocats qui se feront un plaisir de facturer un max.

« Reich explique rapidement les conditions actuelles, qui font que le consommateur ne reçoit pas beaucoup d’argent, que le peu qu’il reçoit est sauvegardé plutôt que dépensé, que le chômage augmente, et que les entreprises ne sont pas prêtes d’embaucher puisque la consommation ne redémarre pas et que les perspectives d’exportation sont ce qu’elles sont, vu l’état du monde à cet égard. »

Bref, cette crise est loin d'être un aléa, mais la phase terminale d'un système. Il n'est plus réformable, un autre doit le remplacer. Les possibilités, les attentes d'une "autre économie" ne manquent pas : la sobriété énergétique est un chantier gigantesque.

Mais les réflexes sont encore d'un autre âge, tellement lointain : harasser le salarié encore plus, augmenter les factures d'électricité... Les protagonistes ne s'aperçoivent pas qu'ils sont en dehors de la plaque, terriblement déphasés et hors du temps...

http://lachute.over-blog.com/article-33810473.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Sam 18 Juil - 17:30



Quand EDF combat les économies d’énergie

Voltalis, un fabricant de boîtiers destinés à économiser l’électricité, vient d’être condamné à verser une taxe à EDF, qui s’estime lésée par cette technologie. Au grand dam des usagers.


Une décision « injuste et partiale ». Voilà comment Pierre Bivas, PDG de Voltalis, opérateur énergétique spécialisé dans la gestion de l’énergie pour les entreprises et les particuliers, qualifie la décision de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Selon nos informations, celle-ci vient de donner raison à EDF qui réclamait une « taxe » pour compenser le manque à gagner résultant des économies d’énergie réalisées par les clients de Voltalis.

Cette entreprise, créée en 2007, a en effet mis au point un boîtier qui se fixe entre le compteur EDF et le tableau électrique et permet de réaliser des économies d’énergie, déclenchées en temps réel par Internet, en stoppant par exemple le chauffage ou la climatisation. Des économies d’énergie qui allègent la facture des clients, au détriment d’EDF.

Le fournisseur d’électricité demandait ainsi « une rémunération de l’énergie effacée » par Voltalis. « Ceci signifie que, si un ensemble de clients d’EDF acceptent de réduire leur consommation, EDF exige d’être payé comme s’ils avaient consommé ! » précise Pierre Bivas. Cette taxe serait de l’ordre de 70 à 80 % des revenus de Voltalis, autant dire une ponction qui pourrait se révéler fatale pour l’entreprise. Les autres fournisseurs d’énergie (Poweo, Direct Energie…) se sont joints à EDF tout en réclamant une taxe d’un montant bien inférieur.


Une décision surprenante

Pierre Bivas estime qu’EDF cherche à freiner la généralisation de ce système car elle ne possède pas encore la technologie pour la développer elle-même. S’il ne s’étonne pas du lobbying effectué par l’opérateur historique, il regrette que la CRE s’en soit fait l’intermédiaire. « C’est une décision contraire à la mission de la CRE de servir les intérêts du consommateur, contraire au Grenelle de l’environnement et contraire aux lois du marché car elle constitue une entrave à la concurrence », s’indigne Pierre Bivas.

Une décision d’autant plus surprenante que le 18 juin, la Ferc, l’équivalent américain de la CRE, encourageait au développement d’un système analogue qui permettrait d’économiser 20 % de l’énergie électrique consommée aux heures de pointe. Pierre Bivas ne compte toutefois pas en rester là : « Voltalis se réserve la possibilité de recourir à toutes les voies de droit pour faire rétablir la prééminence des consommateurs sur l’intérêt des fournisseurs, et au-delà de l’intérêt général comme de la protection de notre planète, tous menacés par cette décision. » Contactée hier, EDF n’a pas souhaité faire de commentaire.

Maxime Goldbaum
www.leparisien.fr/economie/quand-edf-combat-les-economies-d-energie-18-07-2009-583726.php?xtor=EREC-109


BluePod de Voltalis

Il n'y a pas d'achat. Le contrat prend la forme d'une mise à disposition de matériel. Il faudra qu'il soit d'une durée suffisante pour permettre aux fournisseurs d'amortir le coût du matériel et de son installation.

Qu’est-ce que la TIC ?
La TIC, ou Télé Information Client, vous permet, grâce à BluePod, de connaître les caractéristiques du comptage de votre consommation par votre compteur, sans passer par votre fournisseur. Les caractéristiques sont les suivantes :
-énergie consommée.
-zone tarifaire.

Quelles sont nos exigences en matière de sécurité ?
L’installation est réalisée par un électricien professionnel habilité. Il intègre le modulateur au tableau électrique et le raccorde au compteur.
Voltalis installera deux types d'appareils : le pilote d'une part, un modulateur d'autre part. (...)
www.voltalis.com/ cyclops

Les compteurs sont-ils si intelligents ?
www.energie2007.fr/fr/actualites/actualites--79-1155-voltalis-compteurs-intelligent-smart-grid-erdf-atos.php


Mais comment Voltalis, si rien n’est facturé au particulier, y retrouve-t-elle ses petits ? SuperNo l’explique clairement : "RTE (l’organisme public qui gère le réseau d’électricité, sans le droit de la vendre, depuis la scission de l’entité EDF requise par l’ouverture à la concurrence, Nda) rémunère Voltalis quand elle fait diminuer la consommation à certaines périodes. En effet, au moment des pics de consommation, RTE est obligé d’acheter de l’électricité “sur le marché”, au moment où elle est la plus chère. C’est là qu’intervient Voltalis, qui coupe donc au moment opportun (pour lui, pas forcément pour le client) le chauffage de ses “clients cobayes” pendant 15 à 30 minutes, évitant ainsi à RTE d’acheter de l’électricité au prix fort, et pouvant éviter de devoir démarrer une ultra-polluante centrale à charbon ou à gaz".
www.plumedepresse.com/spip.php?article1180


www.cre.fr/

Je comprends qu'EDF n'aime pas BluePod : quand on vérifie sa facture d'électricité, on a de "drôles" de surprises. Et il faut des mois pour se faire rembourser le trop perçu ! Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 21 Juil - 5:47



Nouvelle offensive du groupe Bolloré en Afrique

« Le Sénégal est une pièce maîtresse du dispositif pour notre groupe en Afrique » a reconnu Dominique Lafont qui se réjouit de la présence du groupe Bolloré dans ce pays depuis 1926, via ses filiales historiques, dont la plus connue est la Socopoa.
« Le groupe Bolloré a pris le pari de booster son développement et sa croissance entre la période 2009-2012 à travers une nouvelle stratégie ambitieuse globale et panafricaine ».

Avec près de 5 milliards de FCFA tombés dans l'escarcelle du budget de l'Etat et plus de 53 milliards de FCFA injectés dans les droits de douane, le groupe Bolloré continue de consolider son rang de première place d'opérateur logististique au Sénégal. Un an après le lancement de la nouvelle marque Bolloré Africa Logistics, le groupe français a décidé de mener une offensive vers des pays où le label était jusqu'ici méconnu, à l'instar de l'Egypte, de l'Ethiopie et de l'Algérie. « Le groupe Bolloré est mu par une forte ambition africaine en continuant de conforter son leadership en matière de développement du réseau ». «Notre chiffre d'affaires, à fin mai 2009, a progressé de 10% par rapport à l'exercice 2008 » a estimé Dominique Lafont.

Cotonou, Mombassa et Dar-es Salam en ligne de mire

Globalement, la stratégie d'investissement affiche une nette progression depuis l'année 2008. En dépit de la crise financière, le groupe français Bolloré a décidé de maintenir depuis janvier 2009 son plan d'investissement à hauteur de 600 millions d'euros sur le port de Pointe Noire au Congo Brazzaville, où il vient de s'adjuger le marché à conteneurs, en même temps que celui de Skikda, en Algérie. Selon Dominique Lafont, une des ambitions de Bolloré est de gagner l'appel d'offres du port de Cotonou (Bénin) et ceux des ports de Mombassa (Kenya) et de Dar-es Salam (Tanzanie), en Afrique de l'Est.

On apprend aussi que l'équipementier chinois, Huaweï a confié à Bolloré sa logistique, via le produit supply chain à travers les 28 pays africains où la firme chinoise développe ses activités. [...]

Ismael Aidara
20 07 2009

lesafriques.com


Le groupe Bolloré a annoncé le 16 septembre 2008 la création de Bolloré Africa Logistics, la marque qui va fédérer, en Afrique, les nombreuses filiales et implantations du groupe dans le transport et la logistique.

Présent depuis plus de 50 ans en Afrique, Bolloré emploie près de 20 000 collaborateurs sur ce continent répartis sur 200 agences dans 41 pays. Avec 5 millions de m² de bureaux, magasins, terre-pleins et ateliers, le groupe dispose d'un maillage continental fort, allant de Dakar à Mombassa et du Cap à Alger. C'est pour cimenter ce réseau constitué de nombreuses marques (SDV, Saga, Transami, Antrak, Socopao, Afritramp...) que le groupe Bolloré a décidé de créer la marque corporate Bolloré Africa Logistics.

Étapes d'une conquête

La nouvelle entité prévoit de réaliser en 2008 un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d'euros, en hausse de 15% sur 2007. Pour rappel, en mars dernier, Bolloré a racheté 51% du transporteur routier sud-africain, White Horse (50 millions € de CA et 500 salariés), ajoutant au passage 800 cartes grises à son parc roulant africain qui comptabilise 1 200 moteurs et 2 000 semi-remorques. Puis, en mai, il a acheté SAEL, cinquième commissionnaire d’Afrique du Sud, dont le chiffre d'affaires flirte avec les 50 millions d'euros pour près de 200 employés. Les deux opérations de croissance externes s’inscrivent dans la stratégie du groupe français de développer ses positions en Afrique australe et orientale, où le trafic routier de matières premières a explosé ces dernières années en réponse à la demande de plus en plus forte des pays asiatiques et notamment de la Chine. [...]

Nathalie Arensonas

wk-transport-logistique.fr

PORT, RAIL, PLANTATION…
LE TRISTE BILAN DE VINCENT BOLLORÉ AU CAMEROUN

rue89.com

Vincent Bolloré, un milliardaire formé à la Banque Rothschild.

Bien que discret, Bolloré se montre extrêmement soucieux de son image. Ou plutôt de ses multiples images : du «petit prince du cash flow» à la détestable réputation de raider sans pitié, en passant par l'héritier d'une dynastie multiséculaire d'industriels bretons, ou au contraire l'homme qui s'est fait tout seul. Bolloré cultive ses facettes en fonction de ses besoins du moment. Car Vincent Bolloré n'est pas un novice en médias. Mais, avec les vacances présidentielles sur le Paloma, il est devenu pour la première fois l'acteur d'un feuilleton médiatique qui fait la une des journaux et l'ouverture des «20 heures». Et ceci dans un rôle peu valorisant, le grand patron qui invite l'homme politique, le symbole de la «République bling-bling», suscitant un flot de commentaires politiques qu'il ne peut maîtriser.

assatashakur.org

30 juin 2009
Le Groupe Bolloré accuse Elise Lucet de manipulation
Le Groupe Bolloré vient d'écrire au CSA pour se plaindre d'un reportage qui a été diffusé sur France 3, dans le cadre du magazine d'Elise Lucet "Pièces à convictions".

Le Groupe reproche à France 3 et à Elise Lucet la diffusion, le 13 mai 2009 dans le magazine "Pièces à conviction" d'un reportage opposant au Togo, le Groupe Bolloré au Groupe Progosa. Une affaire complexe, mais selon le Groupe Bolloré, France 3 a donné une "version partielle et partisane du sujet".
Le magazine d'Elise Lucet revenait en détail sur la guerre commerciale qui oppose les deux groupes indutriels français, dirigés par Vincent Bolloré et Jacques Dupuydauby. Le premier gère le port de Lomé, au Togo, le second celui d'Abidjan, en Côte d'Ivoire.

Les images qui ont rendu Bolloré furieux cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 21 Juil - 20:45


Pub Pfizer

Fraude scientifique majeure de Scott Reuben, financé par Pfizer

Il s’agit d’une des plus grandes fraudes scientifiques depuis des dizaines d’années. Le spécialiste de la douleur post-opératoire a reconnu avoir "fabriqué" ses résultats, ex nihilo ! Ses articles contrefaits ont donné des arguments pour l’autorisation par la Food § Drug Administration [FDA] du Celebrex et du Vioxx, médicaments très contestés. Chacun de ces médicaments fait environ 3 milliards de dollars de chiffre d’affaires par an. Et dans ce domaine, le chiffre d’affaires est presque égal au bénéfice, précise Hervé Le Meur sur OGMdangers.org.

Pire : les médicaments antidouleurs qu’il préconisait pourraient même avoir retardé la guérison de ses patients. "Le traitement de la douleur post-opératoire a été grandement influencé par les recherches de Reuben : nous parlons là de millions de patients dans le monde", explique Steven Shafer, rédacteur en chef de la revue Anesthesia § Analgesia, qui a publié dix des articles frauduleux du médecin.

Paul White, un autre rédacteur de la revue, estime que les études de Reuben ont conduit à la vente de milliards de dollars de médicaments inhibiteurs de la COX-2, le Celebrex de Pfizer et le Vioxx de Merck, non dénués de risques, pour des applications dont les bénéfices thérapeutiques sont aujourd’hui remis en question. Pfizer a attribué cinq mandats de recherche indépendants au médecin.

Le Docteur Jérôme Kassirer, auteur d’un livre sur les conflits d’intérêts, explique de son côté que les résultats des recherches subventionnées par une compagnie pharmaceutique ont tendance à être nettement favorables à cette compagnie.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article89252
www.boursorama.com/forum/message.phtml?file=384264877


Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a décidé d'investir 40 millions d'euros dans son site Pfizer Animal Health, implanté depuis plus de dix ans sur le Parc scientifique de Louvain-la-Neuve et seule usine européenne du groupe à produire des vaccins à usage vétérinaire.
La société produit chaque année 125 millions de doses de vaccins et emploie 240 personnes.
19 01 2007
www.llnsciencepark.be/fr2/index.php?option=com_content&task=view&id=116&Itemid=68


Pfizer buys another
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Ven 24 Juil - 17:58



Premier cabinet d’affaires français, créé en 1920, Gide Loyrette Nouel affirme compter, en 2008, 106 associés et 700 collaborateurs. Il est implanté dans 18 capitales.

Gide Loyrette Nouel conseille JP Morgan Securities Ltd et d'autres entités du groupe JPMorgan
Gide Loyrette Nouel Casablanca, conseil de Ynna Holding et Ynna Asment dans le cadre de la prise de participation de 20 % de la Société Financière Internationale (groupe Banque Mondiale)
Gide Loyrette Nouel Londres, conseil de Black Sea Trade & Development Bank pour sa première émission de 125 millions USD d’euro-obligations.
etc.



Pierre Raoul-Duval, 58 ans, président du plus gros et du plus mondialisé des cabinets d'avocats d'affaires français.

Gide Loyrette Nouel conseille 38 sociétés du CAC 40 qu'il accompagne dans leur internationalisation, mais aussi les investisseurs internationaux, les gouvernements… Avec au total 220 millions d'euros de chiffre d'affaires, 21 cabinets dans 18 pays, 1200 salariés dans le monde, 700 avocats (dont 106 associés).

Parmi les grands dossiers d'actualité, des clients aussi comme l'UIMM.
Mission de Pierre Raoul-Duval, 58 ans, son président : poursuivre le développement international de ce qui est devenu «une multinationale». Avec prochainement les ouvertures de Dubaï et d'Abu Dhabi...
Le Figaro

global competition review
www.gide.com/front/FR/home.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gide_Loyrette_Nouel



Employé chez Gide Loyrette Nouel
Maître Copé touche-t-il 200 000 euros chaque année ?


Député UMP de Seine-et-Marne, président de groupe à l'Assemblée nationale et maire de Meaux, Jean-François Copé n'est pas exactement ce que l'on peut appeler un chantre du combat contre le cumul des mandats. Cumul des mandats, mais aussi cumul des revenus.

La loi organique du 25 février 1992 plafonne ses revenus d'élus à 9730,41 euros bruts par mois. Mais celui qui est également fondateur du club de réflexion Génération France a trouvé le moyen depuis octobre 2007 d'augmenter sensiblement ses émoluments, en devenant collaborateur à temps partiel dans l'un des plus importants cabinets d'avocats d'affaires internationaux, Gide Loyrette Nouel.

Bien que Copé n'ait pas occupé de poste spécifiquement juridique, le Conseil de l'ordre du Barreau de Paris avait tout de même jugé recevable son solide CV (ministre délégué à trois reprises et deux fois secrétaire d'Etat) et lui avait attribué quatre mois plus tôt son certificat d'avocat par la voie d'accès parallèle à la profession, comme à bon nombre de parlementaires. [...]

Fin décembre 2007 Rue89 lui avait demandé si lesdits honoraires approchaient 20 000 euros par mois.
« C'est fantaisiste, c'est totalement fantaisiste ! » (Voir la vidéo).

« Sa tâche principale ? User de son influence »
Recontactés par Rue89, Jean-François Copé et le cabinet Gide Loyrette Nouel refusent tous deux de confirmer ou d'infirmer l'affirmation de Capital.
www.rue89.com/2009/07/24/maitre-cope-touche-t-il-200-000-euros-chaque-annee

Connecté à la réalité...
Les cumulards ont toujours le même argument : cumuler une fonction nationale et un mandat local permettrait d'être au contact du quotidien des Français, comme si les hommes politiques des autres pays qui ne pratiquent pas le cumul des mandats étaient toujours déconnectés de la réalité. En fin de compte, cette vieille tradition française sert avant tout à des élus qui augmentent d'autant leurs revenus sans nécessairement travailler plus. Avec une double charge, on ne travaille pas deux fois plus, mais seulement un peu plus.
www.politique.net/2007100203-cope-cumule-les-mandats.htm

www.rue89.com/2007/09/20/cope-fait-des-heures-sup-chez-un-avocat-daffaires
www.politique.net/2009072001-le-salaire-de-jean-francois-cope.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 28 Juil - 23:49


Photo Sipa (1996)

Robert Agostinelli, l'ami intouchable
Il n'a pas été poursuivi par la justice française alors qu'il avait menacé de mort un homme
.

La justice française est accusée par un citoyen américain d'avoir épargné un intime de Nicolas Sarkozy, le richissime banquier d’affaires italo-américain Robert F. Agostinelli. Selon des enregistrements audio en possession de Mediapart, l’homme d’affaires a émis en 2006 plusieurs menaces, dont certaines pourraient être assimilées à des menaces de mort, à l’encontre d'un autre Américain, John Washington, alors suspecté d’avoir agressé en France l’un de ses principaux collaborateurs. «Les chiens de chasse sont derrière toi, et ils sont très en colère, et ils sont infatigables, et ils vont transformer ta vie en une bouffée de fumée», dit l'un des messages...
www.mediapart.fr/journal/france/260709/revelations-sur-l-ami-intouchable-de-nicolas-sarkozy


Robert Agostinelli et son ex-épouse Mathilde Favier, représentante de Prada en France et témoin du 3e mariage de Sarkozy, avec Carla Bruni.
Il était des invités du Fouquet's et a offert sa résidence de Wolfboro pour les vacances présidentielles de 2007.

Robert F. Agostinelli, président du puissant fonds d’investissement new-yorkais Rhône Group LLC, est un banquier d’affaires italo-new-yorkais, sioniste et néo-conservateur qui s’exprime dans Commentary, la revue de l’American Jewish Committee.


Robert F. Agostinelli and his ex-wife have sold their full-floor, four-bedroom co-op

He built up Goldman Sachs’ M&A business in London, then finally became a Lazard partner in 1987.
He left to start the Rhône Group, and now opines about “decadence or national decline” and French “Left Bank idealism” in Commentary and the Wall Street Journal.

Quant à Rhône Group, avec un siège social à New York et des bureaux à Londres, Paris et Rome, c'est une agence bancaire spécialisée dans le conseil financier (fusions et acquisitions, alliances stratégiques, recapitalisations, prises de participation actionnariales, leveraged buyouts, etc.).
Dans cette agence de conseil international figurent deux Espagnols : José Manuel Vargas et José Marie Aznar.

Dans un article récent de Commentary, à l'écrivain Michel Gurfinkiel, éditeur juif de l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, qui l'interrogeait sur les problèmes chroniques de la France, Agostinelli a expliqué qu'il était enchanté de Sarkozy, parce qu'il se revendique de la pensée de Joseph Schumpeter et de Friedrich Hayek appliquées à la France. N'aurait-il pas exagéré ?
urgente24.com
observer.com

Joseph Aloïs Schumpeter pense que le facteur déterminant de l'évolution économique est l'innovation, mise en oeuvre par l'entrepreneur dynamique, anticonformiste, qui n'hésite pas à sortir des sentiers battus.
Schumpeter estime que le capitalisme sera remplacé par le socialisme, mais pour des raisons très différentes de celles de Marx. Il est convaincu que la libre concurrence capitaliste est le meilleur système économique, mais qu'il sécrète la grande entreprise étatique où est étouffée toute velléité d'imagination.
Le climat intellectuel et social nécessaire à l'esprit d'entreprise et d'innovation décline, finit par être remplacé par une forme de socialisme, encore plus sclérosant, où les gouvernements ont tendance à développer l'« État fiscal » et à transférer le revenu des producteurs vers les non-producteurs, décourageant l'épargne et l'investissement au profit de la consommation, ce qui crée une pression inflationniste croissante. C'est le règne des cadres gestionnaires, des experts anonymes et des bureaucrates.

Friedrich August von Hayek est un philosophe et économiste de l'École autrichienne, promoteur du libéralisme, opposé au socialisme et à l'étatisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Ven 31 Juil - 2:14


Sarkozy et Proglio, PDG de Veolia Environnement (AFP/F.Mori)

Veolia Transport et Transdev, filiale de la Caisse des dépôts (CDC), se préparent à fusionner

La CDC est associée à la société Médéric Malakoff, dirigée par Guillaume Sarkozy.

Le mariage, surveillé de près par l'Etat, donnera naissance à un géant mondial des transports publics.
Le 23 juillet le PS a dénoncé une "décision politique commanditée par l'Elysée".

L'opération laisse à quai la SNCF, prétendant éconduit.
C'est un coup dur pour la SNCF dont le président Guillaume Pepy avait confirmé début juillet son "intérêt" pour Transdev.
Michel Bouvard, président de la Commission de surveillance de la CDC et député UMP, était à l'origine favorable à un rapprochement avec Keolis, filiale de la SNCF, mais s'est rallié à l'offre de Veolia.

Selon des informations de presse, le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a pesé de tout son poids pour faire pencher la balance en faveur du groupe dirigé par Henri Proglio, qui passe pour un proche du président Nicolas Sarkozy.

La future entité née de ce rapprochement sera détenue à 50% par la CDC - qui compte à présent 69,6% de Transdev -, et à 50% par Veolia Environnement, maison mère de Veolia Transport. Une introduction ultérieure en Bourse est également envisagée.

Dans cette alliance entre le public et le privé, les parités seront difficiles à trouver, car Veolia pèse trois fois plus que Transdev, avec un chiffre d'affaires de 6,059 milliards d'euros (contre 2,27 milliards).

Autre casse-tête, la dette de Veolia : Michel Bouvard a ainsi promis d'être "vigilant" sur "l'endettement de Veolia Transport, qui est beaucoup plus important que celui de Transdev".

Dans un communiqué le PS a "dénoncé avec force les conditions dans lesquelles s'est décidé le rapprochement entre Transdev et Veolia Transport, qui semble relever essentiellement d'une décision politique commanditée par l'Elysée dans le but de satisfaire les responsables de Veolia Transport".
www.lematin.ch/flash-info/economie/transdev-veolia-vers-champion-mondial-transports-publics-1


Louison et les crayons

Proglio, Sarkozy et Dati : petites affaires entre amis ?
http://sarkofrance.blogspot.com/2007/09/proglio-sarkozy-et-dati-petites.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Sam 1 Aoû - 19:38


Sarkozy et Joseph Kabila, le 31 mars 2009

Sarkozy tente de promouvoir la paix au Congo Kinshasa
Sarkozy veut lancer les bases d'un nouveau «modèle de relations» franco-africaines, débarrassé des outrances de la «Françafrique»
. Surprised
L'association Survie s'inquiète de voir «les intérêts économiques de grandes entreprises françaises primer sur les questions de démocratie et de droits de l'Homme dans le cadre de ce que l'on peut appeler une Françafrique décomplexée».
leparisien.fr

Sarkozy à Kinshasa: Proparco, Areva, France Télécom, Suez signent des accords



Dans la région du Katanga, au sud-est du Congo Kinshasa, s'étend sur 10 kilomètres carrés, le site de Shinkolobwe.
C'est l’une des plus vieilles mines d’uranium au monde, dont les ressources servirent à fabriquer la bombe d’Hiroshima.

Elle a été fermée en 2004 après un éboulement. A l’époque, une mission de l’ONU « avait constaté des risques importants liés à de possibles éboulements ainsi qu’à une potentielle exposition chronique à la radioactivité ionisante », selon le rapport de l’Adasho (Association africaine de défense des droits de l’homme).

Cette mine pourrait être à nouveau exploitée par le groupe nucléaire français Areva, dans le cadre d’un accord signé en mars par sa présidente, Anne Lauvergeon, avec le ministre congolais des Mines, portant sur la recherche et l’exploitation de futures mines d’uranium sur tout le territoire de l’ancien Zaïre. Cet accord, signé en marge d’une visite-éclair du président français Nicolas Sarkozy à Kinshasa, vise à recenser l’ensemble des relevés géologiques existants et à les compiler pour définir les zones prometteuses et lancer des campagnes d’exploration.

En attendant, en RDC, les services « de renseignements militaires, le Parquet militaire, la police des mines et des hydrocarbures » et certaines autorités locales permettent un trafic illicite et dangereux, mais lucratif, de minerais à l'état brut.

Après la publication d’un rapport dénonçant cette exploitation illégale, le président de l’Asadho, Golden Misabiko, a été arrêté le 24 juillet 2009 par des membres de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR) et transféré samedi au palais de justice de Lubumbashi.
www.mediacongo.net/show.asp?doc=13168


Anne Lauvergeon : agrégée de physique, ingénieur des Mines, a réussi à mener à bien la fusion géante des deux champions du nucléaire français, Framatome (construction et exploitation de centrales) et Cogema (cycle du combustible), rassemblés au sein d’Areva.

Areva : groupe nucléaire présent sur toute la chaîne du secteur.
En gros : Areva NC (Ex-Cogema), spécialiste du cycle du combustible ; Areva NP, qui construit et exploite des centrales nucléaires, dont l’allemand Siemens possédait 34% jusqu’à fin janvier 2009 ; et Areva T&D, qui commercialise des systèmes de transmission et de distribution d’électricité.
En clair, Areva est présent des mines d’uranium à la gestion des déchets nucléaires, leur traitement, leur recyclage. Un positionnement qui lui permet d’être un leader mondial du secteur, avec 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2008, et un actionnariat public dominé par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA, 78% du capital), plus la CDC et l’Etat.
http://sobiz.over-blog.com/article-27506111.html

L’usine Véolia Environnement de Carrières-sous-Poissy (78) emploie des sans-papiers dans des conditions indignes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 4 Aoû - 6:24


Le FMI annule les intérêts dûs par les pays pauvres et accroît son aide

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé mercredi un renforcement sans précédent de son aide aux pays pauvres, en annulant jusqu'à fin 2011 le paiement des intérêts qu'ils lui doivent et en accroissant considérablement le montant des prêts à leur intention.

Quelque 80 pays sont potentiellement bénéficiaires de cette décision.
Les intérêts annuels qu'ils devaient verser pendant cette période au FMI, de 0,5% par an pour les prêts en cours et de moins de 0,25% pour ceux qui seront consentis après cette réforme, sont annulés, a précisé lors d'une conférence téléphonique le directeur de la stratégie du FMI, Reza Moghadam.

Les nouveaux prêts à l'intention de ces pays pourraient atteindre 17 milliards de dollars d'ici à 2014, dont 8 milliards dans les deux années à venir.
"C'est une expansion sans précédent du soutien du FMI aux pays les plus pauvres, en Afrique subsaharienne et dans le monde entier", a déclaré le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn. (...)
ladepeche.fr

A la base, le BoP : Bottom of the Pyramid

Les pauvres des pays du Sud, un nouvel Eldorado ?

Toutes les entreprises multinationales -ou presque- développent désormais des produits destinés au « bas de la pyramide », qui comptent quelques centaines de millions de personnes vivant avec moins de 5 dollars par jour dans les pays émergents.

Un récent rapport de la Société financière internationale, la branche de financement privée de la Banque mondiale, a évalué le marché total des BoP aux alentours de 5000 milliards de dollars, avec une prépondérance de l'Asie. François Perrot, doctorant en économie à l’École Polytechnique*, précise :

« La plupart de ces offres n'ont que quelques années ou quelques mois. Mais EDF, par exemple,
a plus de 15 ans d'expérience dans le domaine de l'électrification rurale en Afrique, de même que Suez
sur les questions d'approvisionnement en eau et électricité des bidonvilles en Amérique latine.
L'objectif financier de ces projets était d'arriver à l'équilibre afin que le projet perdure.


Désormais, nous avons affaire à des entreprises qui veulent atteindre un plus haut niveau de rentabilité, et passer de projets ponctuels à des pratiques dont la rentabilité doit assurer le développement. »

Il explique aussi l'introduction de multinationales sur les marchés des pays émergents par la concurrence croissante d'entreprises leaders nationales :

« Cette nouvelle concurrence a incité les entreprises multinationales à se préoccuper de ce segment
qu'elles connaissaient mal jusqu'à présent. C'est le cas par exemple de Nirma, une entreprise de produits
liés à l'hygiène, dont le développement rapide dans les zones rurales indiennes,
a conduit Unilever à s'intéresser également à ce segment. »


Nouvelle Responsabilité Sociale d'Entreprise (RSE) ou « Old business » travesti ?

Gaël Giraud, chargé de recherche au CNRS et nominé en 2009 au Prix du Meilleur Jeune Economiste du Monde et du Cercle des Economistes, rappelle le contexte économique mondial éclairant les ressorts de ce nouveau commerce :

« On se rend compte, depuis les années 1990, que les ménages nord-américains ne suffisent plus
et ne suffiront pas à drainer vers eux toute la production industrielle des pays du Nord
et des pays émergents (BRIC, Brésil, Russie, Inde et Chine).
Or, les pays du Nord ont un besoin structurel de trouver des “consommateurs”.

Et il y a cette nouvelle concurrence du Sud, qu'évoque François Perrot : produire à bas prix
pour les classes moyennes du Nord, cela, les entreprises des pays émergents savent en moyenne
le faire mieux que nous, parce qu'à un coût plus faible.

En revanche, produire des yaourts spécifiques aux populations pauvres du Bengladesh,
cela exige une expertise technique que les industries des pays émergents n'ont pas encore.
Cela nous assure donc une (petite ? ) longueur d'avance. »


Cependant, les critiques des spécialistes du développement portent sur les objectifs, intérêts et déclaration des entreprises. Cécile Renouard, auteur de La Responsabilité Ethique des Multinationales et co-auteur avec Gaël Giraud de 20 propositions pour réformer le capitalisme, explique :

« Les théories BoP veulent concilier l'objectif de maximisation du profit de l'entreprise d'une part,
et d'autre part, le développement. Elles reposent sur un optimisme quant à l'efficacité de la stratégie “gagnant gagnant” : le marché peut être bénéfique pour tout le monde.

Cependant, la tension entre ces deux objectifs peut aboutir à des contradictions ainsi qu'à des non-dits.
C'est pourquoi, pour juger de l'efficacité de ce genre d'initiatives, il faut regarder de très près chaque situation
et son bilan, et se poser les questions suivantes : est-ce que l'entreprise sert la cause du développement ?
Les produits que l'on fait consommer aux populations pauvres du sud servent-ils le tissu social de ces populations ?
L'accroissement de cette consommation s'accompagne t-elle du déploiement d'infrastructures,
de l'amélioration de l'éducation et de la santé ? »

Soline Ledésert
http://eco.rue89.com/2009/07/31/les-pauvres-des-pays-du-sud-un-nouvel-eldorado

Néocolonialisme
Aux Etats confrontés à un fort endettement externe, le FMI et la Banque Mondiale « suggèrent » des politiques visant à réduire les déséquilibres. Leur acceptation devient une condition d’accès à de nouveaux crédits. Conçues dans le but de favoriser le « développement » des pays concernés dans une optique résolument néo-libérale, on constate aujourd’hui que ces conditionnalités à long terme ont, dans la plupart des cas, eu un impact négatif.
www.ihecs.be/focus/page%20rubrique/rubrique%20neocolo.htm


BANQUE MONDIALE :
VERS UNE NUIT DU 4 AOÛT ?

La dette a déjà été remboursée plusieurs fois : pour 1 dû en 1980, le tiers-monde a remboursé 8 mais en doit encore 4 ! Elle a donc cessé de faire l’objet d’un remboursement équitable dans des conditions régulières, pour devenir un instrument de domination implacable, dissimulant racket et pillage.

Des extraits de Fonds monétaire international, Banque mondiale : vers une nuit du 4 août ? par Yves Tavernier – 2000 – Kiosque de l'Assemblée nationale.
http://ultraliberalisme.online.fr/FMI_BanqueMondiale.htm

*Créée sous la révolution, l’École Polytechnique est la plus prestigieuse des Grandes Écoles d’ingénieurs. Elle doit son drapeau et sa devise à Napoléon. Elle est depuis 1970 un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère de la défense.
Le logo du site de cette école nationale vaut le coup d'oeil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Lun 10 Aoû - 1:13



Bolloré obtient la concession du port de Cotonou (Bénin)

Le groupe Bolloré a obtenu officiellement la concession du Port de Cotonou. La décision prise le 5 août 2009 en conseil des ministres a été officialisée deux jours plus tard. Le PDG du groupe français s'est rendu pour l'occasion à Cotonou afin de finaliser l'accord. Un contrat important aussi bien pour le groupe que pour le Bénin dont le port représente un véritable poumon de l'économie du pays.

Cette concession de 25 ans est une victoire appréciable pour le transitaire français qui a connu dans un passé pas si lointain certains échecs cuisants à Dakar et à Djibouti, où le concurrent Dubaï Port World avait su se montrer plus convaincant.

Deux autres sociétés travaillant dans le domaine portuaire avaient été pré-qualifiées pour la concession du PAC, le danois Maersk et la société philippine ICPS, mais seul Bolloré a déposé son offre dans les délais. Cool

Le groupe Bolloré devait verser au Trésor public béninois 15,25 millions d'euros avant la signature du contrat de concession. Il doit investir dans l'aménagement du port 205,79 millions d'euros (135 milliards de FCFA) sur 25 ans.

"Nous allons investir aussi dans les chemins de fer comme nous en avons l'expertise pour desservir directement le port et d'autres investissements sont en cours", a déclaré Vincent Bolloré.

Le Port Autonome de Cotonou (PAC) représente 90% des échanges avec l'étranger et plus de 60% du PIB du pays. Il dessert les pays de l'hinterland, tels que le Mali et le Burkina Faso.

Il est également le premier port de transit du Niger, pays frontalier totalement enclavé, notamment pour l'exportation de l'uranium extrait dans le nord nigérien par le numéro un mondial du nucléaire civil, le groupe français Areva.
www.rfi.fr/actufr/articles/116/article_83452.asp
www.romandie.com/infos/news2/090807133414.m7w0kd5v.asp


Pour en savoir plus sur cet événement et la françafrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 11 Aoû - 0:42



Après avoir arrosé les banquiers, Sarkozy les rappelle à l'ordre
www.boursier.com/vals/all/sarkozy-rappelle-a-l-ordre-les-banques-qu-il-reunira-le-25-aout-feed-54087.htm

Ouh, ça leur fait peur, ces gros yeux !

Les salaires dans la finance font à nouveau scandale
www.lemonde.fr/economie/article/2009/08/06/les-salaires-dans-la-finance-font-a-nouveau-scandale_1226220_3234.html

Banques : où sont passés les milliards de l'Etat ?
Les bonus de BNP Paribas relancent la polémique. Mais derrière les annonces, combien l'Etat a-t-il vraiment déboursé ? Les banques ont-elles respecté les contreparties prévues ? Et l'Etat sera-t-il au final gagnant, comme le promettait Nicolas Sarkozy ?
http://eco.rue89.com/explicateur/2009/08/10/banques-ou-sont-passes-les-milliards-de-letat

Et le trésor de l'UIMM, on le cherche ?

Pendant ce temps, Guéant continue à envoyer des cartouches par la poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 11 Aoû - 11:20



L'Europe va-t-elle autoriser les brevets sur le vivant ?

L'Office Européen des Brevets (OEB) avance à petits pas. Si, officiellement, le vivant n'est pas brevetable, de nombreux biais ont déjà été constatés, fondés notamment sur la proximité entre gènes modifiés et gènes naturels : près de 20% des gènes humains sont d'ores et déjà brevetés ! Et l'OEB va être amené à se prononcer, cette année, sur un recours concernant la brevetabilité des semences conventionnelles en Europe. Tout simplement...

Ce brocoli qui peut faire basculer le monde

Entre autres, un brevet sur le brocoli et un autre sur les tomates ridées sont actuellement dans la salle d'attente de la Grande chambre des recours de l'OEB. Dans les deux cas, les brevets concernent non seulement les procédés de sélection traditionnels, mais aussi les graines et les plantes obtenues à partir de ces procédés de sélection (rien à voir, ici, avec les OGM). Il s'agit ni plus ni moins que de breveter le vivant et les processus biologiques naturels ! Le jugement rendu par la Grande Chambre de Recours sera définitif et fera jurisprudence pour tous les autres brevets relatifs à des graines traditionnelles. C'est dire son importance...


Petits recours entre amis

Le brevet sur le brocoli a été accordé en 2002 à la société britannique Plant Bioscience, avant d'être contesté par Limagrain et Syngenta. Curieusement, ces deux dernières sont aussi en attente de brevets du même (troisième) type. Selon "No patents on seeds", la coalition internationale d'associations créée pour l'occasion, "il est probable que les sociétés se soient principalement opposées à ce brevet pour que le Bureau Européen des Brevets confirme, au lieu de révoquer, la brevetabilité des graines traditionnelles".

Des brevets sur le vivant en nette augmentation

Dans un rapport, les ONG constatent que les demandes relatives à des brevets pour des variétés conventionnelles ont dangereusement augmenté durant ces dernières années. En 2008, ce sont près de 500 candidatures qui ont été déposées, représentant 25% de la totalité des dossiers déposés cette année-là, contre 5% seulement en 2002. 70 brevets ont déjà ainsi été obtenus. Aujourd'hui, à peine 10 grandes multinationales contrôlent près de la moitié du marché mondial des semences. Au vu des décisions prises par l'OEB et son équivalent américain, cette concentration devrait encore s'accroître, au détriment des producteurs et consommateurs.

Plus rien n'arrête plus la modernité

Ce qui se joue à l'OEB est d'une importance capitale, car si l'Europe se met au diapason des Etats-Unis, alors tous les pays de la planète seront contraints, via l'OMC, d'adapter leurs législations. Et des paysans cultivant leurs propres semences depuis des siècles se trouveront - sans même le savoir - à la merci des firmes semencières et de leurs brevets. Ce qui reste de droits aux agriculteurs est aujourd'hui menacé, de même que la souveraineté alimentaire des populations et la préservation de la biodiversité dans l'agriculture. Rien que ça.

Napakatbra
2 juillet 2009
www.lesmotsontunsens.com/oeb-europe-autorisation-brevets-vivant-semences-traditionnelles-4912



La charmante image champêtre de PBL

PBL - Plant Bioscience Limited
Norwich Research Park
Colney Lane
Norwich
Norfolk
UK

www.pbltechnology.com/cms.php?pageid=1


Groupe Limagrain - B.P. 1 - 63720 Chappes - France

Société née en 1942, qui crée le maïs LG11 en 1970 et la 1ere station de recherche sur le maïs aux Etats-Unis en 1979.
Limagrain, c'est aussi Vimorin, Biosem, Oxadis, Nickerson, Ulice, Jacquet, Clause, Harris Moran, Biogemma, AgReliant (avec KWS), Keygene (NL), Hazera Genetics, WestHove, Advanta Europe, Kyowa (Japon), Innoseeds, Mikado Kyowa Seeds (Japon), SDVF, Ceekay (Inde).
Participe à Génoplante, Céréales Vallée, partenaire d'Avesthagen (Inde), de Yuan Longping High-Tech Agriculture (Chine).

"Cette proximité avec la terre se traduit aussi sur les marchés internationaux, abordés avec la volonté constante de comprendre les cultures locales pour mieux les servir." I love you
www.limagrain.com/fr/limagrain-activites-liste.cfm?pays=France&marque=
www.limagrain.com/fr/limagrain-Notre-groupe.cfm?page=21

De braves paysans qui ont fait HEC, Polytechnique, l'European School of Management...

Syngenta International AG
Schwarzwaldallee 215
Postfach
4002 Bâle
Suisse

Syngenta Protection des Plantes I love you
Un seul objectif : exprimer le potentiel des plantes ; protéger l’environnement, améliorer la santé et la qualité de vie.
www.syngenta-agro.fr/


Syngenta, l'entreprise suisse numéro un mondial de l'agrochimie, a obtenu des autorités japonaises l'homologation définitive pour son maïs génétiquement modifié Agrisure RW.
Ce maïs, résistant à l'insecte chrysomèle, est désormais entièrement autorisé aux États-Unis, au Canada et au Japon. (24 08 2007)

Voir aussi le pesticide Cruiser.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Syngenta



Lesieur, géant de l’agro-alimentaire, arnaqué par un fournisseur qui lui a vendu de l’huile de moteur frelatée
en guise d’huile de tournesol.

La commission Européenne, mise au courant de l’affaire a autorisé, le 2 mai 2008, la mise sur le marché des produits à base de pétrole Lesieur.
http://boinblog.com/2008/06/23/lesieur-huile-moteur-tournesol-scandale/

Le scandale de l'huile contaminée, qu'il convient désormais d'appeller "scandale lesieur", a été l'objet d'un long article sur wikipédia.
Cet article fut validé et toléré par wikipédia et ses administrateurs (notamment Alchemica) du 19 juillet au 22 août 2008, comme le prouve l'historique des modifications de l'article consacré à Lesieur.

Le 22 août 2008 Lesieur se plaint à la direction de wikipédia via le système OTRS.
Un des bureaucrates de wikipédia (Céréales Killer) s'agenouille platement et supprime l'article concernant l'affaire Lesieur. Motif invoqué : l'article est trop long !
Pour faire bonne mesure, le compte de Joinneau & Choubrac, les auteurs de l'article, est suspendu pour trois jours à compter d'aujourd'hui même.
Mais cela ne restera pas impuni.
Les enjeux financiers sont énormes, et à n'en pas douter Lesieur cherchera a corrompre la direction de Wikipédia.

Wikipédia est une entreprise trop géniale pour être jetée en pâture aux grands groupes industriels.
Il convient donc que tous les utilisateurs réguliers de wikipédia s'unissent afin de faire respecter le droit à l'information, a fortiori quand celle ci est sourcée et vérifiable.

Afin de faire pression sur la direction de wikipédia, vous pouvez interpeller la direction nationale (les stewards) de wikipédia francophone et également la foule des "administrateurs" qui compose la base de wikipédia. Sans oublier les "bureaucrates" qui sont un grade intermédiaire entre les "administrateurs" et les "stewards".
N'oubliez pas que la stratégie de Lesieur repose sur l'étouffement. Ne spammez pas, soyez aussi inventifs que possible, le nombre fait la force.
Que la vérité triomphe !

liens :
http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Lesieur_%28huile%29&action=history
http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Discussion_Utilisateur:C%C3%A9r%C3%A9ales_Killer/septembre_2008&diff=33001940&oldid=33
http://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:C%C3%A9r%C3%A9ales_Killer
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Steward
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Liste_des_administrateurs
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Bureaucrate


24/07/2008
www.lesmotsontunsens.com/sarkozy-vu-par-la-presse-etrangere-detonnant-ridicule-janvier-2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 11 Aoû - 11:43



Un brevet controversé sur le cancer du sein rétabli par l'Office Européen de Brevets (OED)

L'Office européen de brevets (OED) a rétabli en appel, le 19 novembre 2008, un brevet controversé concernant des tests sur des mutations génétiques prédisposant aux cancers du sein et de l'ovaire, mais en restreignant sa portée par rapport au brevet d'origine.

Cette décision touchant un brevet de la société américaine Myriad Genetics constituait le dernier épisode d'une bataille qui a duré des années. L'affaire a provoqué une mobilisation internationale d'opposants reprochant à la firme de l'Utah sa stratégie agressive en faveur d'un large monopole sur les tests de prédisposition au cancer liée aux mutations du gène BRCA1.

L'Institut Curie (Paris), à l'origine de la mobilisation internationale contre ce brevet, avait dénoncé le coût des tests Myriad "trois fois supérieur à ceux réalisés en France", avec obligation d'envoyer les prélèvements aux Etats-Unis, et ce alors que 10 à 20 % des mutations n'étaient pas détectées par la firme.

Myriad pourrait donc désormais poursuivre pour contrefaçon les tests sur "ses" mutations.
7sur7.be

"Cette industrie [de la santé] s'attache (...) à ce que la restauration de la santé s'effectue par des techniques les plus sophistiquées et les plus coûteuses possible puisque c'est la maladie qui la fait vivre et non pas la santé."
Dr Guerra de Macedo (Dir .Bur. San. Panam.)

Myriad Genetics Inc.
320 Wakara Way
Salt Lake City, UT 84108

www.myriad.com
http://qc.finance.yahoo.com/q/pr?s=MYGN




Breast cancer or ovarian cancer
that is a pretty big market for a company offering a test that can detect genes which dispose women to getting these cancers.
In fact, it's too big a market. Myriad is getting awfully close to overselling its testing technology in the guise of trying to educate women about breast cancer. While Wall Street may be happy, the Myriad campaign is exploiting fear of cancer to sell its test.
http://bioethics.net/printer.php?aid=201

Australie
the BRCA1 and BRCA2 patents are not the only ones up Genetic Technologies' sleeve: ThinkGene points to a recent article in the Sydney Morning Herald movingly titled "Sick babies denied treatment in DNA row". The row in question is over a patent held by the company over testing of a gene involved in a severe congenital syndrome, which the company appears intent on enforcing - despite the fact that the high cost it charges for the test allegedly reduce its availability to patients and potentially delay important therapeutic intervention.
http://scienceblogs.com/geneticfuture/2008/12/genetic_technologies_gives_bac.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mar 11 Aoû - 17:35

Août 2009 : BNP Paribas provisionne 1 milliard d’euros pour ses traders.

Pour redorer son image, pour faire passer la pilule à l’opinion publique, BNP Paribas pourrait lancer une publicité dans les journaux. Une publicité avec la photo d’un mannequin célèbre par exemple…

4 mars 2001 :

Le lancement du nouveau Parvest, la sicav luxembourgeoise à compartiments de BNP Paribas Asset Management, n’est pas passé inaperçu... Il faut dire que le groupe a choisi une ambassadrice de choc : le mannequin Carla Bruni.

http://www.bnpparibas.com/fr/actualites/rapport.asp?Code=PSON-4U7JJ9

Cliquez sur la publicité de BNP Paribas (4 mars 2001) :

http://compresse.bnpparibas.com/applis/wCorporate/wCorporate.nsf/viewAllPRelCodes/PSON-4U7JJ9/$FILE/carla.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   Mer 12 Aoû - 23:20

L'économie va encore se casser la gueule en septembre 2009.

Le SNCH est le Syndicat National des Cadres Hospitaliers.

Mercredi 12 août 2009, le SNCH interpelle le ministre de l’Education Nationale : si les écoles, collèges, lycées sont fermés en septembre, qui va garder les écoliers, les collégiens, les lycéens ?

Fermeture des écoles en cas d’épidémie de grippe : attention aux conséquences.

Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, envisage une fermeture des écoles en cas de phase aiguë de l’épidémie grippale. Le snch alerte sur les conséquences d’une décision unilatérale.

Ne pas ajouter la pénurie à la pénurie.

Si l’épidémie grippale atteint un seuil critique, les hôpitaux seront confrontés à une double difficulté :

1. un afflux important de malades, nécessitant un renfort des équipes,

2. l’indisponibilité d’une partie de leur personnel, qui sera contaminé dans les mêmes proportions que le reste de la population.

La fermeture des écoles sans solution de substitution pour les parents participant aux soins aurait pour conséquence de créer un absentéisme forcé.

Il augmenterait la pénurie de soignants au moment même où ils sont le plus indispensable.

Penser aux établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux.

Les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux pourraient être encore plus fragilisés par cette mesure. Leurs effectifs sont plus réduits que ceux des hôpitaux. Une partie de leurs résidents et de leur personnel sera également grippée. Toute absence supplémentaire sera très difficile à gérer.

Dans ces structures, les fonctions logistiques et socio-éducatives pourraient aussi être mises en péril.

Eviter les décisions précipitées et non concertées.

Le snch demande que les mesures envisagées face à la grippe A/H1N1 soient prises en concertation et que toutes leurs conséquences soient envisagées.

Les personnes indispensables à la sécurité des Français doivent pouvoir être à leur poste.

http://www.snch.fr/lactu/communiques-de-presse/en-cas-depidemie.html

Conclusion : en septembre et octobre 2009, la France va vivre un bordel généralisé.

Je n’ose imaginer l’état de désorganisation de la France cet automne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maîtres du monde économique - Le règne des multinationales et des banques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un gouter simple et super économique :
» Inde : Jyoti Amge - la plus petite fille du monde
» Le fleuve le plus pollué du monde.
» Bâtiment le plus haut du monde, 800 mètres!!!!!!
» Voici l'homme le plus petit du monde ! Il mesure 59 centimètres !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: