sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 79
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»   Mar 17 Fév - 0:57



Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»
Le procès de la catastrophe AZF du 21 septembre 2001 s’ouvrira le 23 février prochain

Ce jour là, José Bové, candidat du sud ouest de la liste "Europe Ecologie" aux élections européennes politisera les débats. En effet, il donnera une conférence de presse à quelques centaines de mètres du tribunal. Entretien.

Libé Toulouse
: Pourquoi venez-vous à Toulouse le jour de l’ouverture du procès AZF ?
José Bové : D’abord nous sommes solidaires des victimes d’AZF. Ensuite, nous venons dire que ce qui s’est passé le 21 septembre 2001 peut toujours se reproduire. Malgré cette catastrophe, rien n’a changé en France et en Europe. Sur Toulouse, il y a toujours trois sites classés «Seveso», des dépôts de carburant et de produits chimiques, sur lesquels rien n’a été fait du point de vue de la sécurité. Malgré leurs promesses sur le mode «plus jamais ça», les pouvoirs publics n’ont rien fait non plus sur le transport de produits dangereux en milieu urbain. De véritables bombes à retardement sur rails traversent toujours les gares de ce pays.

Libé Toulouse : Quelles sont, selon vous, les décisions qu’il faut prendre ?
José Bové : Il faut mettre en place une règlementation européenne avec des règles et une législation contraignante pour tout le monde sur ce type de site. Il faut aussi reconsidérer les plans d’urbanisme. On ne peut plus maintenir des sites comme AZF à proximité des populations. Aujourd’hui, lorsque les centres urbains s’agrandissent et se rapprochent des pôles chimiques, ce sont les habitants qui doivent s’adapter et non l’inverse. C’est n’importe quoi ! Enfin, il est temps de s’interroger sur le type d’industrie que l’on développe. AZF, cela veut dire Azote fertilisant. C’est un projet lié à une forme d’agriculture industrielle pas forcément respectueuse de l’environnement et de la protection des gens.

Libé Toulouse : Qu’attendez vous du procès AZF ?
José Bové : J’attends que Total soit cité à comparaitre le 23 février prochain. Il est scandaleux que seule sa filiale «Grande Paroisse » et son ancien directeur soient sur le banc des accusés ! Le grand risque c’est de voir les lampistes payer tandis que les responsables moraux s’en sortent. Le fait que Total ait payé 2 milliards d’euros de dommages ne suffit pas. C’est insupportable, d’autant plus que l’entreprise s’était dédouanée de la sécurité du site en la sous-traitant à l’extérieur. Résultat : ce sont les ouvriers qui bien souvent habitent à proximité des sites, qui se retrouvent en première ligne pour assumer les responsabilités face au reste de la population et à la justice.

Propos recueillis par Jean-Manuel Escarnot
www.libetoulouse.fr/2007/2009/02/procs-azf-jos-b.html
http://blog.couleurs-eternite.com/index.php/2006/09/21/83-mon-21-septembre-2001




La catastrophe de l'usine AZF de Toulouse

Elle est due à l'explosion d'un stock de nitrate d'ammonium, qui a entraîné la mort de 30 personnes, environ 2500 blessés -dont une trentaine dans un état grave-, et de lourds dégâts matériels.

L'usine chimique AZF (AZote Fertilisants) appartenait à la société Grande Paroisse, filiale d'Atofina, qui regroupait depuis la fusion de Total et d'Elf-Aquitaine une partie des activités chimiques du groupe Total. Cette usine était située à 5 km du centre de Toulouse

Elle produisait en grande partie des ammonitrates agricoles et en plus petite quantité des nitrates d'ammonium industriels mais aussi de la mélamine, des résines et des produits chlorés tel que l'ATCC et le DCCNA. La fabrication de l'ensemble des produits était issue de la production d'ammoniaque, la synthèse d'ammoniaque réalisé à partir du gaz naturel provenant de Lacq.

Le 21 septembre 2001 un stock d'environ 300 tonnes de nitrate d'ammonium déclassé destiné à la production d'engrais a explosé, creusant un cratère de forme ovale de 70 mètres de long et 40 mètres de largeur, et de 5 à 6 mètres de profondeur. La détonation a été entendue à 80 km de Toulouse. Un séisme de magnitude 3,4 a été enregistré.

Le 3 mai 2007, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse a rejeté toutes les nouvelles demandes d'investigations et mis aussi un point final aux expertises du Civil, alors que des experts n'avaient pas terminé leurs travaux.

Certains médias, comme le Figaro et Valeurs actuelles, qui avançaient d'autres pistes que l'accident, étaient poursuivis en justice et réduits au silence. La thèse officielle de l'accident manque toujours de mécanisme scientifique plausible. Des enquêtes privées explorent des pistes plus ou moins originales. Les principales sont :
- le terrorisme ou la malveillance
- l'explosion de nappes de gaz (méthanol, hydrazine...)
- un accident dans le réseau EDF (mise à terre d'un transformateur ou d'une ligne HT)
- une expérimentation qui a mal tourné (EMP, drone…)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_l%27usine_AZF_de_Toulouse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Orwelle



Messages : 6009
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»   Ven 20 Nov - 5:35



Relaxe générale dans le procès AZF

"Le jugement de l'affaire AZF a été un coup de massue"

Le tribunal correctionnel de Toulouse a ordonné le 19 novembre 2009 la relaxe au bénéfice du doute dans l'affaire AZF. Une décision qui suscite la colère et l'incompréhension de Jean-Christian Tirat, partie civile dans le procès et co-auteur de l'ouvrage AZF, l'enquête assassinée.

Etes-vous surpris par ce verdict ?

La relaxe de Serge Biechlin, l'ancien directeur de l'usine AZF, ne m'a pas choqué. L'enquête menée pendant 8 ans n'a jamais démontré sa culpabilité. La thèse d'un mélange de produits incompatibles comme cause de l'explosion n'a jamais été démontrée [ndlr : les experts judiciaires soutiennent que l'explosion est due au déversement accidentel de quelques kilos d'une substance chlorée sur un tas de 300 tonnes de nitrate d'ammonium stocké]. Je m'attendais à ce verdict et il me paraît même normal.

En revanche, la relaxe de Grande paroisse, la filiale de Total, qui exploitait l'usine, a été un véritable coup de massue. Quelles que soient les causes de l'explosion de l'usine, elle était tenue d'assurer la sécurité des employés. Le juge, au moment du verdict, a énoncé toute une série de dysfonctionnements mais a finalement retenu la relaxe au bénéfice du doute. Cette décision est dramatique car elle nous empêche de savoir ce qui s'est vraiment passé ce jour-là. De plus, cela signifie également qu'un tel accident peut se reproduire.

Quelles ont été les réactions à l'annonce du verdict ?

La salle était comble au moment où le président a annoncé que l'ex directeur de l'usine et la filiale de Total étaient relaxés. A l'énoncé du verdict, les parties civiles ont violemment protesté. Cette catastrophe a traumatisé énormément de personnes dans la région et cette décision apparaît injuste. L'explosion a fait 31 morts et des centaines de blessés, sans parler des destructions matérielles. En revanche, du côté des anciens salariés d'AZF, le verdict a été accueilli avec soulagement.

Et qu'avez-vous prévu pour la suite ?

Pour l'instant, on ne sait pas très bien. On peut supposer que le parquet interjette l'appel mais rien n'est encore sûr. Le problème dans cette affaire, c'est que les parties civiles ne sont pas unies et n'ont pas forcément les mêmes envies quant à la suite à donner aux événements.

Caroline Politi
lexpress.fr


Arrow [VIDEO] Ce jour là...
Toulouse, 21 septembre 2001
Un documentaire de 15 mn, réalisé par Marc Khanne
1er prix du Festival International Le Réel en Vue de Thionville 2002
http://marckhanne.free.fr/cejour.htm

"Tout a explosé sauf la vérité" (Le Canard Enchaîné)

[...] l’après-midi même, un expert judiciaire donne une interview à La dépêche du Midi, évoquant une "auto-inflammation" des stocks de nitrate dans le hangar de l’usine. La piste terroriste est close trois jours après la catastrophe

La thèse de l’attentat délibérément étouffée

L’hypothèse d’un attentat avait pourtant été envisagée par les Renseignements Généraux dès le 3 octobre 2001. [...]

Retrouvé enseveli au bord du cratère, ce jeune Français d’origine tunisienne est transporté à la morgue de l’hôpital Purpan. Lors de l’examen du corps, première étape avant l’autopsie, la médecin légiste est surprise de la tenue très soignée du jeune homme et surtout du port de cinq sous-vêtements sous le pantalon de travail. Ces éléments lui font penser au rituel observé par les auteurs d’attentats suicides en Israël...
Il porte des traces de brûlures un peu partout sur le corps mais son pantalon et son tee-shirt sont intacts. Ledit pantalon, de taille 44, dans lequel il flotte, ne fait pas partie de la tenue fournie par l’usine et un témoin le décrit habillé ce jour-là d’un pantalon moulant... (...)

Olivier Bonnet
21 septembre 2006
www.plumedepresse.com/spip.php?article637


Anne-Marie Casteret a travaillé sur cette affaire jusqu'à son décès, en mai 2006.
Se basant sur les failles de l'enquête, elle penchait pour l'hypothèse terroriste

cyclops Enquête
Sept raisons de ne plus croire à un accident
par Anne-Marie Casteret, publié le 16/012003
lexpress.fr

Elle est mentionnée par Mark Hunter, dans « The Rise of the Fouille-Merdes », un article du 1er novembre 1995 consacré au journalisme d’investigation en France au début des années 90 :
The investigative storm became a hurricane in 1991, when Anne-Marie Casteret of the weekly L'Evenement du jeudi proved that health officials, with the rubber-stamp approval of Mitterrand's ministers, had knowingly sold AIDS-contaminated blood products to at least a thousand hemophiliacs. Two years later, former Prime Minister Pierre Beregovoy committed suicide after he was indirectly implicated in the Pechiney case, and Mitterrand publicly blamed the "dogs" of the press. [...]
www.allbusiness.com/information/publishing-industries/528873-1.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6009
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»   Dim 11 Mar - 15:48


Thierry Desmarest, ancien pdg du groupe Total

Procès AZF : L'amende maximale requise contre Grande Paroisse

Le 9 mars 2012 l'avocat général Lionel Chaussin a réclamé comme en première instance une amende de 225.000 euros à l'encontre de la société Grande Paroisse dans le procès en appel de la catastrophe AZF, qui a fait 31 morts le 21 septembre 2001 à Toulouse.

Il s'agit de la peine maximale prévue par la loi pour «homicides et blessures involontaires». La peine à l'encontre de Grande Paroisse, filiale de Total, «doit avoir une portée symbolique très forte», a dit Lionel Chaussin, soulignant que «les conséquences des fautes ont été d'une extrême gravité».

L'avocat général a réduit en revanche la réquisition contre l'ex-directeur de l'usine, Serge Biechelin, à 18 mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende. En première instance, la peine réclamée contre lui était de trois ans de prison avec sursis et 45.000 euros d'amende. La société et l'ancien directeur avaient été relaxés en première instance faute de preuves matérielles.
www.20minutes.fr/ledirect/895303/proces-azf-amende-maximale-requise-contre-grande-paroisse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6009
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»   Lun 24 Sep - 19:31



Procès AZF : Total et Desmarest blanchis

Total et son ancien PDG Thierry Desmarest sont ressortis blanchis dans l'affaire de la catastrophe AZF à l'issue du ré-examen du dossier par la cour d'appel de Toulouse.

Le tribunal a, en revanche, prononcé de lourdes peines pour l'exploitant de l'usine, AZF Grande Paroisse (groupe Total) et pour l'ancien directeur, Serge Biechlin, déclarés coupables d'homicides involontaires par « négligence ou imprudence ». Serge Biechlin a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis et 45 000 euros d'amende. L'ancienne entreprise exploitant l'usine a été condamnée à la peine maximale : 225 000 euros d'amende.

Les parties civiles attendaient pourtant que la responsabilité du géant pétrolier soit reconnue dans l'explosion de l'usine toulousaine AZF qui avait fait 31 morts et 2 500 blessés le 21 septembre 2001 après un accident chimique provoqué par le mélange de deux produits. La cour d'appel de Toulouse a estimé, dans son arrêt, que les demandes de poursuites contre Total et Desmarest étaient irrecevables.

[LA REDACTION DE MEDIAPART] 24 septembre 2012
bit.ly UKt8si

Vu les agissements non condamnés de TOTAL en BIRMANIE, il aurait été surprenant qu'ils le soient pour AZF.
Une seule solution : BOYCOTT DE TOTAL

PICATCHOU
www.mediapart.fr/journal/france/240912/proces-azf-total-et-desmarest-blanchis?onglet=commentaires

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»   

Revenir en haut Aller en bas
 
Procès AZF. José Bové : «J’attends que Total soit cité à comparaître»
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ministre de l'agriculture - José Beauvais
» Réaction à l'Éditorial de Mme Josée Boileau...
» Procès suite au blocage du train de déchets nucléaires italiens
» ce que j'attends des autres
» Le procès de Guillaume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: