sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Antilles se soulèvent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Les Antilles se soulèvent   Mar 17 Fév - 20:05



Guadeloupe
«Il y a eu cette nuit de véritables scènes d'insurrection»


A ECOUTER
Envoyé spécial de Libération en Guadeloupe, Antoine Guiral a assisté cette nuit aux affrontements violents entre gendarmes et manifestants. Il raconte les difficultés d'approvisionnement de la population, la multiplication des barrages et l'échec des négociations.
www.liberation.fr/societe/0601664-il-y-a-eu-cette-nuit-de-veritables-scenes-d-insurrection



Les « émeutes de la pauvreté »

Pour la première fois depuis longtemps, s’il ne s’agit pas directement d’émeutes de la faim, ce sont de véritables « émeutes de la pauvreté » qui viennent d’éclater en France.

Depuis trois semaines, la Guadeloupe est en proie à un mouvement social pour lutter contre la vie chère. Selon Jocelyn Lapitre, porte-parole du collectif LKP («Ensemble contre la surexploitation) à l'origine de la grève dans l'île, les prix des produits de première nécessité se sont envolés entre 2007 et 2008 :
+48% pour le lait, +87% pour les pâtes, +59% pour le beurre.

Il accuse les «profits colossaux réalisés par les importateurs». Associations de consommateurs et experts expliquent, eux, le prix élevé des produits de grande consommation en Guadeloupe et Martinique par l'absence de concurrence et les nombreuses taxes. Aux frais d'embarquement, de débarquement et de sécurité des ports, taxes export, import, fret maritime s'ajoute l'octroi de mer, une... vieille taxe coloniale !
Ces taxes entraînent une augmentation de 35% à 50% des prix à la consommation.

En Martinique les prix avaient augmenté de 2,4% en 2007, contre 1,5% au niveau national, selon l'Insee.
Dans les Antilles, les prix de l'essence à la pompe sont plusieurs dizaines de centimes au-dessus des tarifs affichés dans l'hexagone.

La Guadeloupe fait partie des 13 régions les plus pauvres d’Europe, avec un PIB qui ne représente que 55,8% de la moyenne européenne. Si, d’après les chiffres officiels, le taux de chômage y atteint les 23% en 2007, on pense que le taux réel avoisine les 40%. Dans l'île 70 000 personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Les prix des produits de première nécessité sont 30 à 60 pour cent plus chers qu’en France.
"Certains prix sont à tomber à la renverse, il n'est pas rare de voir les tomates à 6€ le kg alors qu'elles sont à moins d'un euro en métropole". Seuls le rhum, la banane et les cigarettes sont relativement moins chers.

www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/vie-chere-les-antilles-au-ralenti-12-02-2009-246448.php
http://fr.news.yahoo.com/63/20090211/tfr-les-compagnies-ptrolires-font-elles-019dcf9.html
www.wsws.org/francais/News/2009/fev09/guad-f10.shtml
www.gwadaweb.com/postt213.html
www.solidariteetprogres.org/article5122.html
www.bondamanjak.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mar 17 Fév - 20:33



Au quotidien, la solidarité et la «débrouille»

Certains piochent dans leurs provisions, d'autres récoltent fruits et légumes de leurs potagers, parfois échangés avec les voisins : les Martiniquais s'organisent sans râler pour compenser la fermeture des commerces, au septième jour de grève générale.

De petites boutiques ouvrent quelques heures dans la journée pour ne pas apparaître comme briseurs de grève.
La grève des grandes surfaces, dévalisées samedi avant d'être bloquées par les grévistes, fait le bonheur des petits commerçants du marché de l'Asile.
Les restaurants, faute d'employés ou de livraisons, ne peuvent plus servir. Seuls quelques selfs-service ou sandwicheries encore ouverts sont pris d'assaut.
www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/vie-chere-les-antilles-au-ralenti-12-02-2009-246448.php



Manifeste pour les produits de haute nécessité
www.bondamanjak.com/pdf/manifeste.pdf

Les prix filmés en Martinique cyclops
Il faut le voir pour le croire !
http://www.youtube.com/watch?v=CQEG24_PkjU

En Martinique une enquête réalisée par le quotidien France Antilles montre que l’écart avec les prix pratiqués dans l’Hexagone atteint des niveaux scandaleux, que le seul coût du transport ne saurait justifier. Il serait de 34% sur un panier de produits de consommation courante et de 112% pour des produits de grandes marques.

Comparaison avec quiestlemoinscher.com :
Huile Isio4 chez carrefour France : 2,69 € pour 4,23 en Martinique :
Fromage -Kiri 12 portions : 2,51 € chez carrefour France et 4,24 en Martinique
-Vache qui rit 12 portions : 1,57 € contre 3,57
-Vache qui rit en pot de 150g : 1.06 € contre 1,84

www.bondamanjak.com/martinique/28-a-la-une/6594-les-prix-cest-pas-du-cinema.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mar 17 Fév - 20:47



Total fait des profits sur le dos des Antillais

Dans les Antilles, les prix à la pompe sont plusieurs dizaines de centimes au-dessus des tarifs affichés dans l'hexagone.
Le carburant est distribué par la SARA, filiale de Total qui se fait une rentabilité insolente du fait de sa situation de monopole.
Qui plus est, un flou artistique règne en matière de prix et il faut ajouter à tout cela une pratique courante sur l'île : livrer le pétrole à 30°C au lieu de 18°C. Ces 12°C en plus font que le pétrole est plus dilaté, donc payé en plus grande quantité. Du coup, les compagnies font des profits record, et peuvent se permettre de verser des gratifications aux détaillants qui partent en retraite.

http://fr.news.yahoo.com/63/20090211/tfr-les-compagnies-ptrolires-font-elles-019dcf9.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mar 17 Fév - 21:58



Si la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion subissent plus durement qu'en France les effets du krach financier, au sein de leurs populations, la situation déjà fragilisée des femmes devient désastreuse.
Les Antillaises représentent 70 % des chômeurs et des emplois précaires, alors qu'elles s'occupent seules de 30 % des foyers.
Mais il n'y a pas que les problèmes de cherté de la vie...

Guadeloupe, la lame de fond

[...] Sous le soleil trompeur des Caraïbes, la révolte s’incarne par une couleur - le rouge des insurgés de 1801 contre le rétablissement de l’esclavage - et trois lettres : LKP, pour Lyannaj Kont Pwofitasyon en créole (Union contre l’exploitation outrancière). Soit un collectif de 49 organisations syndicales et associatives qui puise sa force dans la jonction entre les milieux politique, culturel et économique. A sa tête, le charismatique Elie Domota, 42 ans, secrétaire général de l’UGTG, le premier syndicat de la Guadeloupe (52 % des voix aux prud’homales), et directeur adjoint de l’ANPE.

Depuis le 20 janvier, l’archipel guadeloupéen est en grève générale. Quatre semaines sans cours pour les enfants et les étudiants, des stations-service fermées, les administrations et le courrier en rade, des grandes surfaces contraintes de garder portes closes, 12 000 touristes ayant annulé leur séjour… et Pointe-à-Pitre aux allures de ville fantôme. (...)

Identité, pouvoir d’achat, démantèlement systématique des structures de la société créole… les symptômes du malaise étaient pourtant connus. Mais ils étaient étouffés par la classe politique locale et un Etat paternaliste. C’est d’abord la vie chère qui a cristallisé l’opinion en raison d’une économie de monopoles et de containers contrôlée par moins d’une dizaine de grandes familles békés, des Créoles blancs descendants d’esclavagistes. 4,50 euros une brosse à dents vendue un euro en métropole ; le morceau de gorgonzola qui passe de 4,90 euros à 11,90 euros en deux mois, etc. Sans parler du scandale des profits indus de la filière pétrolière qu’un rapport vient de mettre en lumière. Bref, les Guadeloupéens ont dit que la «pwofitasyon», ça suffit.
«C’est la deuxième abolition de l’esclavage car l’organisation économique qui a prévalu jusqu’à aujourd’hui est édifiée à l’image de l’économie de plantation. Après trois siècles d’exploitation et de mépris, les gens ont enfin compris ce qui leur échappait et ce qu’il subissait», explique Rozan Mounien, une figure du syndicalisme. Les négociations avec l’Etat ont déjà abouti à un document de 131 résolutions signées qui auront des répercussions immédiates sur la transparence et la baisse des prix, la politique du logement, les transports, la formation, la santé, la culture…

Sur l’île, la parole s’est aussi libérée sur la question raciale, omniprésente. «Que des Blancs derrière la caisse des magasins et aux postes clés des services de l’Etat», résumait mercredi soir Eloi, un métis de 54 ans, en marge d’une réunion du LKP avec des petits patrons. «Quand j’étais petite, mon béké venait à la maison et exigeait que mes parents me corrigent devant lui si je chipais une banane parmi ses centaines d’hectares, raconte Nicaise, marchande de fruits au marché Saint-Antoine. Aujourd’hui, le Noir occupe toujours des emplois subalternes même s’il est plus capable que le Blanc.» Lutte des classes et lutte des races.

Le conflit est aussi politique, même si la question de l’indépendance ou d’une large autonomie n’est pas abordée. L’UGTG, ouvertement indépendantiste, s’est gardé d’agiter cet épouvantail qui divise. Mais des membres du syndicat patronal (Medef) et de nombreux békés sont persuadés que l’UGTG a d’autres visées. «Celle de la prise du pouvoir par la rue», tranche un représentant patronal. Vendredi, des comités du LKP sillonnaient les communes à la rencontre de la population pour expliquer toujours et encore le sens du mouvement, histoire de prévenir des tensions de plus en plus perceptibles.

www.liberation.fr/politiques/0101319391-guadeloupe-la-lame-de-fond
http://continuitelkp.new.fr
www.unionfemmesmartinique.com




Un système social et politique archaïque

La députée de la Guyane française, Christiane Taubira (Parti radical de gauche), qui participait à la manifestation de samedi, a dénoncé un système de "castes". En Guadeloupe, "on frôle l’apartheid social", avec un système où "une caste détient le pouvoir économique et en abuse", a-t-elle affirmé dans un entretien au Journal du Dimanche. En Guadeloupe, comme en Martinique, ce sont toujours quelques familles blanches, descendantes des colons et esclavagistes, qui contrôlent la majeure partie de l’économie.

www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=10332873
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Jeu 19 Fév - 0:22


Fil

Sarkozy a fait revenir Jego et déchirer l'accord passé en Guyane pour ne rien céder aux travailleurs de métropole


Si aux Antilles les questions se posaient différemment et pire qu’ailleurs, par l’existence d’une bourgeoisie pilleuse, essentiellement blanche, encore plus parasitaire, avec des lobbys de l’importation garantis par l’Etat, le rapport de force se déplace sur une question plus vaste :

Sarkozy ne veut pas que les patrons lâchent là-bas car il faudrait lâcher ici.

L’accord signé il y a quelques jours a été parjuré à cette fin, nié, par les créatures de sarkozy.

Des médias complaisants se sont assis sur cette information et ce reniement !

La bourgeoisie locale et le représentant de l’Etat avaient perdu la main, elle avait pratiquement cédé, Sarkozy a fait revenir son représentant et fait déchirer cet accord qui ne lui convenait pas, par peur de la contamination.

Ce renfort a revigoré la faction patronale locale se remettant à espérer que par la violence policière ils renverseraient à nouveau le rapport de force.

Si les Antillais sont sacrifiés pour les patronats français et antillais, il est à minima nécessaire que le mouvement syndical français métropolitain considère la violence et la morgue de sarkozy contre les Antilles comme des attaques contre le peuple en métropole ! [...]

Copas

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article80497
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Jeu 19 Fév - 0:27



NICOLAS SARKOZY IMITE NAPOLEON EN GUADELOUPE

Nicolas Sarkozy a choisi la voie de la répression aux Antilles. Rien de bien surprenant de la part d'un homme qui méprise les Nègres. Manifestement, le locataire de l'Elysée a beaucoup de mal avec la couleur NOIRE, d'où son indifférence à l'égard des révoltés contre la vie chère aux Antilles. Un mois de paralysie générale de l'économie en Guadeloupe, et pas un seul mot au sommet de l'Etat. C'est la faute aux journalistes, disent ses chiens de garde. On en rigolerait si de tels agissements ne mettaient pas en danger le pacte républicain.

Désormais, ne supportant plus de voir que les Nègres défient son pouvoir, le mini-président opte pour une autre forme de fuite en avant, celle des coups de matraque, des gaz lacrymogènes et des intimidations policières. Ainsi donc, les Antilles demandent le respect et l'égalité républicaine, voilà qu'on leur sert des compagnies de CRS et Gendarmes, tous blancs, comme par hasard ; pour leur rappeler que les colonies n'ont que le droit de la fermer.

Et pour mieux faire passer la manipulation, voilà que les médias aux ordres, voir vidéo "C dans l'air", évoquent insidieusement le "racisme anti-blanc" du LKP, mouvement contre l'exploitation outrancière. Sous-entendu, les grèves générales n'ont aucun fondement social. Mieux encore, et c'est ce qu'il faut comprendre en Métropole, seules les violences policières peuvent rétablir l'Etat de droit dans ses lointaines îles. "Discréditer pour mieux mater", vous connaissez ? "Aujourd’hui, vu le nombre de gendarmes qui sont arrivés en Guadeloupe, l’Etat français a choisi sa voie naturelle : celle de tuer des Guadeloupéens, comme d’habitude", déclare ironiquement Elie Domota, le meneur des insurgés en Guadeloupe. Après tout, les Nègres ne connaissent-ils pas uniquement le langage des châtiments corporels ? "Code Noir" quand tu nous tiens !

Manifestement, l'histoire bégaie et se rappelle au bon souvenir de tous ceux qui ont pensé que les Nègres avaient troqué leur mémoire contre les caddies de supermarché aux mains des descendants de leurs bourreaux. Et comme si ce tabou-là ne devait pas être levé, la France se retrouve embarquée dans un conflit mémoriel sur fond de revendications sociales. Voilà ce qui arrive lorsque l'on se moque ouvertement du monde.

Qu'on se le dise, rien ne sera plus comme avant. Et Nicolas Sarkozy, l'homme du discours scandaleux de Dakar, devra intégrer cette nouvelle donne. "SE NEG KI SAUVE NEG", comme on dit sous les cocotiers.

VIDEOS :
www.alert2neg.com/article-28044507.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mar 24 Fév - 4:43


Jacques BINO
(30 09 1960 - 18 02 2009)

Guadeloupe : un papillon en deuil

Le jeudi 19 février 2009
Barrages, protestations, le mouvement de grève s’intensifie en Guadeloupe.
Rencontre avec Elie Domota, leader du collectif "LKP" (Lyannaj Kont Pwofitasyon) à l’origine du mouvement de grève, avec Jean-Marie Nomertin, secrétaire général de la CGT-G, et avec Alex Lollia, victime de la répression policière.
Symbole de cette lutte, Jacques Bino, syndicaliste et membre du LKP, a été tué hier dans la nuit. Aujourd’hui, Pointe à Pitre est en deuil, mais la lutte continue...
Reportage de Daniel Mermet
www.la-bas.org/article.php3?id_article=1621


Le leader de la CGT-G, Jean-Marie Nomertin, lors de la marche mercredi en hommage au syndicaliste tué (AFP)

"la lit ka kontinyé"
www.caribcreole1.com/news/guadeloupe/1,1007,21-02-2009-adieu-bino-la-lit-ka-kontinye-.html

Jacques BINO, militant de la CGTG, du LKP et d’Akiyo est décédé dans la nuit du mardi 17 février : il a été atteint non pas par une arme de gros calibre, mais par une arme de guerre.
A 5 heures du matin, le préfet a appelé Elie DOMOTA pour lui donner l’information et lui affirmer que l’on ignorait d’où provenait le tir et qui avait tiré.
Dans la matinée pourtant, les services et les représentants de l’Etat mettaient clairement en cause "les jeunes"...
Jacques travaillait depuis quelque temps sur un dossier mettant en cause des personnalités ayant des fortunes mal acquises ou non déclarées...
http://ugtg.org/

Une vidéo transmise par son camarade Ernest DEISS cyclops
www.dailymotion.com/video/x8f6ry_guadeloupe-militant-tue-aux-balles_news


Le cercueil de Jacques Bino porté par des parents (Photo Espinosa/AP)

Sur le livre des condoléances se succèdent des messages contre la violence et les slogans militants appelant à continuer le combat car Jacques Bino, employé dans un centre des impôts, était très engagé dans la lutte syndicale. Le drapeau de la CGT a été d’ailleurs accroché à son cercueil.
http://bellaciao.org/fr/IMG/jpg/Jacques_Bino_03.jpg
www.rfi.fr/actufr/articles/110/article_78601.asp

dehors, la vraie veillée traditionnelle créole donne de la voix. Des camarades de lutte, au son du gwo-ka, chantent les louanges de Jacques Bino : «Mèsi Bino. La lit ka kontinyé, jan ou té vlé».
www.caribcreole1.com/news/guadeloupe/1,1007,21-02-2009-adieu-bino-la-lit-ka-kontinye-.html

Journalistes, vous avez assassiné Jacques Bino !
Ce drame est en premier lieu imputable aux propagandistes qui jouent quotidiennement à sanctifier la parole du pouvoir et des puissances de l’argent dont les intérêts tiennent les media.
Voici trente jours que la Guadeloupe crie son désespoir due à l’exploitation sous les voiles brodés de ce dédain qui pare vos indifférences parisiennes. Il aura fallu la mort de Jacques Bino pour que vous évoquiez le mot «drame». Pourtant, l’exploitation raciale de tout un peuple par une clique est un drame de chaque instant.
http://lafeuilledemanioc.20minutes-blogs.fr/archive/2009/02/18/journalistes-vous-avez-assassine-jacques-bino.html


Funérailles au Petit Canal, à Pointe-à-Pitre, le 22 février (REUTERS)

Hommage de la Guadeloupe
Une cérémonie religieuse pour Jacques Bino s'est tenue à la veille de la reprise des négociations.

A la veille de la reprise des négociations sociales, la Guadeloupe s'est recueillie dimanche pour les obsèques de Jacques Bino, syndicaliste CGT-Guadeloupe tué par balle dans la nuit de mardi à mercredi.

Une cérémonie religieuse a débuté à 15 heures locales (20 heures à Paris) à Petit Canal, sa ville natale, à une trentaine de kilomètres de Pointe-à-Pitre.

Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées dans un gymnase prévu pour accueillir 800 personnes. Il a été demandé aux participants de venir vêtus de rouge, couleur du Collectif contre l'exploitation (LKP), noir ou blanc.

Samedi déjà, des centaines de Guadeloupéens anonymes et des personnalités politiques -dont Ségolène Royal, Olivier Besancenot, leader du NPA, et l'altermondialiste José Bové- ont défilé devant le cercueil ouvert du syndicaliste, exposé au Palais de la mutualité, quartier général du LKP depuis le début du mouvement, au centre de Pointe-à-Pitre.

L'enquête sur sa mort est toujours en cours. Une personne a été interpellée samedi puis relâchée, selon le procureur de Pointe-à-Pitre, Jean-Michel Prêtre.

Le leader guadeloupéen du Collectif contre l'exploitation (LKP), Elie Domota, a pris la parole lors des obsèques, pour estimer que «l'heure est toujours à la mobilisation».

«Nous sommes dans la tristesse et dans la colère. L'heure est toujours à la mobilisation, il nous faut continuer pour avoir de meilleures conditions de vie et de meilleurs salaires», a t-il dit.
www.liberation.fr/societe/0101321085-la-guadeloupe-rend-hommage-au-syndicaliste-tue
http://zec.blogs.letelegramme.com/archive/2009/02/18/jacques-bino.html

A Fort-de-France, le carnaval est annulé : du jamais-vu depuis 1902
www.lemonde.fr/societe/article/2009/02/21/a-fort-de-france-le-carnaval-est-annule-du-jamais-vu-depuis-1902_1158592_3224.html

FRANCIS N. : J'ai le sentiment que les Guadeloupéens et les Martiniquais portent les valeurs qui ont fondé la République française en 1789, Liberté, Egalité, Fraternité, valeurs que les Français de la métropole ont reniées en adoptant le Libéralisme économique dont les maîtres mots sont compétition, égoïsme et autojouissance.

Blog de Frédéric Gircour, professeur, qui raconte au jour le jour
http://chien-creole.blogspot.com/2009/02/un-jeune-temoigne-alors-que-beaucoup.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Jeu 26 Fév - 18:55



Soupçonné d'être impliqué dans l'assassinat de Jacques Bino,
Patrice est sauvagement frappé par des hommes du RAID


C'est la mémoire de son ordinateur qui l'a sauvé.
En le relâchant les policiers lui ont demandé de "ne pas faire de vague" .

Mais il est décidé à porter plainte. L'appartement où il vit avec sa grand-mère a été saccagé.
Patrice est étudiant en droit et il a perdu sa mère à l'âge de six ans.

http://chien-creole.blogspot.com/2009/02/libere.html
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article81028




VIDÉOS
Christiane Taubira : "L’Etat s’est renié en Guadeloupe"

Reçue par David Abiker dans l’émission Parlons net, le club de la presse Internet dont Bakchich est partenaire, la député de Guyane Christiane Taubira. Avec en filigrane, la situation dans les Antilles.
Grave. Le mot revient souvent dans la bouche de Taubira, ancienne candidate à l’élection présidentielle en 2002, quant à la situation dans les Antilles. Grave tant le long mutisme de Michèle Alliot-Marie, officiellement ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’Outre-mer. Graves, les reniements de l’Etat dans les négociations avec les grèvistes. Grave l’ignorance de Sarkozy de ces îles…

www.dailymotion.com/video/x8fqmk_parlons-net-recoit-christiane-taubi_news
www.dailymotion.com/video/x8fqkf_parlons-net-off-christiane-taubira_news

www.bakchich.info/Taubira-L-Etat-s-est-renie-en.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Jeu 26 Fév - 19:29

sarkozy mobilise son réseau


Ségolène Royal, le 22 février à Pointe-à-Pitre - © REUTERS/Jacky Naegelen

Crise en Guadeloupe : "le rôle du gouvernement c’est d’être là" (Ségolène Royal)

La présidente de la région Poitou-Charente juge "très positive" cette reprise des pourparlers mais note qu’elle doit être attribuée aux entrepreneurs et élus locaux.

Selon elle, "la posture de blocage du Medef n’est pas tenable" et l’absence de l’Etat, notamment aux obsèques du syndicaliste abattu mercredi dernier dans les manifestations qui ont dégénéré, "a profondément meurtri" la population.

Ségolène Royal appelle l’Etat à exiger "la vérité sur les prix (...) et à remettre de l’ordre" sur des situations de monopoles et d’ententes qui ne seraient pas tolérées en métropole. "L’Etat, a-t-elle ajouté, en a le pouvoir, contrairement à ce que le gouvernement affirme".

L’élue PS poursuivit en fustigeant l’absence de ministres sur place, "pourtant grassement payés" pour s’occuper de ces problèmes. " Le rôle du gouvernement c’est d’être là, les ministres sont payés pour ça, ils sont même grassement payés pour ça. Je vous rappelle que depuis que Nicolas Sarkozy est élu, les ministres ont vu leur salaire augmenter de 150%. Ils sont payés pour faire le travail, pour être là quand il y a des problèmes ", a déclaré Ségolène Royal, présente depuis plusieurs jours en Guadeloupe.

www.france-info.com/spip.php?article257196&theme=81&sous_theme=188

23 février 2009. Le Medef en Guadeloupe recommande à Ségolène Royal de "se casser"
http://fr.news.yahoo.com/2/20090223/tpl-le-medef-en-guadeloupe-recommande-se-ee974b3.html

24 février. Décriée par l’UMP, Ségolène Royal contre-attaque après la reprise des négociations, en stigmatisant l’absence de ministres, pourtant "grassement payés", pour s’occuper de la crise.
www.france-info.com/spip.php?article257196&theme=81&sous_theme=188

26 février. Paris-Match publie des photos de Ségolène Royal avec un présumé compagnon

«On veut la ramener à une sphère people»

Pour Jean-Pierre Mignard, avocat et ami de Ségolène Royal, ce type de publication a toujours lieu «dans des séquences politiques où Ségolène Royal intervient de manière significative». Or, a-t-il dit, «elle a joué un rôle très important en Guadeloupe». L'avocat y voit «une manière sournoise, insidieuse de vouloir la ramener à une sphère people», pour «dégrader son image de dirigeante politique». «Nous ne laisserons pas passer, c'est une stratégie qui ne s'avoue pas mais peu à peu se dévoile», selon lui.

www.leparisien.fr/politique/photos-dans-paris-match-royal-veut-qu-on-la-laisse-tranquille-26-02-2009-424118.php

l'équipe de la dirigeante socialiste évoque une volonté politique d'éclipser le voyage de Ségolène Royal en Guadeloupe.
"On mélange la vie privée et sa vie de femme publique. C'est une entreprise de déstabilisation politique", s'est indigné Jean-Louis Bianco, l'un des proches de Ségolène Royal, sur notre antenne.

www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Politique/Photos-volees-Royal-va-assigner-Paris-Match-en-justice/(gid)/205731

Paris-Match appartient à Arnaud Lagardère, le "frère" de sarkozy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Vers le 14 février 2009   Ven 6 Mar - 9:21


Pêcheur à Pointe-à-Pitre

Sadi SAINTON, étudiant à l'Université Antilles Guyane en Guadeloupe, témoigne.


Je vous envoie ce mail un peu long, certes, mais je voudrais vous dire deux ou trois choses, que vous ne voyez pas trop dans les JT de Canal+, France Télévision, TF1, M6, LCI... à propos de la grève en Guadeloupe puisque je la vis de l'intérieur.
J'espère sincèrement que vous prendrez le temps de lire ces quelques lignes. Lisez tout, si vous le pouvez. Et une partie si c'est trop long. Je tiens au paragraphe en violet car c'est cette question qui m'a poussé à écrire un si long mail, mais je crois que tout comporte son intérêt...

Pourquoi ? Parce que j'imagine que vous entendez comme tout le monde les infos et que je les trouve très partielles (et partiales). Parce que je pense qu'il peut y avoir méprise. Vous pouvez diffuser à votre guise.

N.B: Je soutiens cette grève. Ce mail comporte donc une dose de subjectivité, mais je ne fais ni dans la propagande, ni dans le mensonge. Je reste objectif sur des faits dont vous n'entendez probablement pas parler.


Let's go !


En effet, la Guadeloupe connaît depuis bientôt 4 semaines une grève générale contre les profits abusifs (de grâce, cessez de parler de grève contre la vie chère car il ne s'agit pas tout à fait de cela).

Je vais simplement, sans organisation donner quelques faits (j'écris à mesure que ça vient et je m'excuse d'avance des fautes d'orthographe que ma vigilance laissera passer).


Une grève contre la vie chère?

NON. PAS VRAIMENT.


Le collectif qui mène la grève est un ensemble de 49 associations syndicales, politiques, associations de consommateurs et associations culturelles. Il a déposé (un mois avant le début de la grève générale, et personne n'a jugé bon de s'en préoccuper) un cahier de 146 revendications réparties sur 10 chapitres. Parmi ces chapitres, un (un seul !) concerne la vie chère.


Mais alors qu'est-ce que cette grève ?



Le collectif à l'initiative de cette grève s'appelle "LKP" : Lyannaj kont pwofitasyon (c'est du créole). Traduction : "alliance contre le vol et les profits abusifs". C'est une mobilisation sans précédent. Le LKP parle de 100 000 personnes dans les rues (sur une population de 460 000, soit près du quart de la population). Au-delà de la bataille des chiffres, une chose est sûre : c'est historique. C'est la plus grande mobilisation de l'histoire de la Guadeloupe et chaque sortie du LKP crée un nouveau record. Depuis une semaine, la Martinique emboîte le pas, la Réunion depuis deux jours, et la Guyane s'y prépare.


Qu'est-ce que la "pwofitasyon" ?



Surtout, ne pas traduire par "profit" (c'est un faux ami). La "pwofitasyon", ici peut se traduire comme je viens de dire par "profits abusifs". Dans le langage courant, "pwofitasyon" désigne l'abus de pouvoir qu'un puissant exerce sur quelqu'un dont il sait déjà qu'il est plus faible que lui, pour le rendre encore plus subordonné.
L'exemple type, est celui des enfants dans la cour de récréation d'une école primaire. Les "grands" de CM2 peuvent exercer dans la cour des "pwofitasyon" sur les "petits" de CP, qui n'auront que leurs yeux pour pleurer. (N'est-ce pas mignon, notre chère et tendre enfance ?)

Les domaines de "pwofitasyon" sont multiples chez nous :

Le constat est le suivant. En Guadeloupe, les prix sont beaucoup plus élevés qu'en France et donc parmi les plus élevés d'Europe et du monde.
On constate (pour les mêmes enseignes et les mêmes produits) des écarts de plus de 100%, que l'éloignement (il faut bien payer le transport) n'explique pas (exemple : 84% sur les pâtes alimentaires).
Selon tous les experts, après analyse de la chaîne, de la production au caddie du consommateur, en passant par le transport, le surcoût par rapport à l'hexagone ne devrait pas dépasser 10%. Les différences de prix constatées ressemblent donc fortement à.... du vol organisé.

Quelques exemples de "pwofitasyon" dénoncés par le LKP :

-L'essence que payaient les Guadeloupéens était l'une des plus chères au monde. Il y a une crise internationale qui a fait exploser le cours du pétrole, certes, mais cela n'explique absolument pas le cours des prix en Guadeloupe (dans les DOM de manière générale). Aujourd'hui qu'un début lumière commence à être fait sur la question, plus personne ne le conteste.

-Le LKP a présenté à l'Etat son expertise des méthodes de fixation des prix, résultat : tout le monde est d'accord sur le constat qui consiste à dire que les prix sont anormaux (même ceux qui sont contre la grève générale comme forme choisie pour le dénoncer). Le secrétaire d'Etat aux DOM, monsieur Yves Jego, envisage même une action en justice de l'Etat contre la SARA (Société Anonyme de Raffinage Antillaise) dont l'actionnaire principal (70%) est TOTAL. Vous m'accorderez sans doute que ce ne sont pas des nécessiteux.
Et Jego (lui-même), a dit que si, après enquête, il est démontré que la SARA a perçu des sommes indues (ce sera probablement le cas), cette somme devra être remise aux Guadeloupéens sous la forme d'un fond pour la formation professionnelle. [1]

-Quant aux prix de la grande distribution... une des pistes est de créer "un panier de la ménagère" constitué d'environ 100 produits sur lesquels la grande distributions n'aurait plus le droit de dépasser les prix de l'hexagone de plus de 10%, avec la création d'un organe bi-mensuel de contrôle des prix pour éviter de nouvelles dérives. Les géants de la distribution sont en situation de quasi monopole.
Il s'agit principalement du groupe Hayot (Bernard Hayot est dans le top 120 des fortunes françaises). En plus ils détiennent l'importation et ont le monopole de la distribution sur plusieurs grandes marques. Pour accentuer le problème, les quelques concurrents existants sont des groupes amis (cousins, alliancés...) puisque ce circuit est aux mains d'une ethno-classe compacte et réduite. [2]

-Autre détail intéressant. Parmi les revendications sur le coût de la vie, il y a la baisse des tarifs des prestations bancaires. Et que s'est-il passé ? Dès que les banques en Guadeloupe (pourtant les mêmes que dans l'hexagone) ont pris connaissance des revendications les concernant, avant même que cette question ait été négociée, les banques ont adopté une baisse de leurs tarifs !! Permettez-moi de penser que ça signifie que les tarifs étaient effectivement abusifs.


Le reste des revendications ?



Elles traversent TOUS les domaines de la société. Vraiment tout. Les 9 autres chapitres : Education, Formation professionnelle, Emploi, Droits syndicaux et liberté syndicales, Services publics, Aménagement du territoire et infrastructures, Culture, et enfin "pwofitasyon" (il s'agit de réclamer des mesures pour contrôler désormais les prix).
J'appelle ça un mouvement sociétal. Si certains persistent à parler de vie chère...je n'y peux rien. C'est un véritable cahier de Doléances. Il parcourt l'ensemble des domaines de la société.

Rappelons que ces revendications sont au nombre de 146 et que le LKP a défini parmi ces 146, 19 à négocier immédiatement, puis d'autres qui demandent des réponses plus purement politiques voire institutionnelles, qui devront être débattues à long et moyen terme. (*)


Mais alors... Pourquoi ne parle-t-on que de ces foutus 200 euros que le LKP demande ?


Parce que cela fait partie effectivement des revendications et comme tout le monde s'y attendait, c'est le point qui bloque les négociations. Le LKP ne démord pas. Le patronat ne démord pas. Les positions se radicalisent. [3]



LES GUADELOUPEENS SONT ASPHYXIES ET MEURENT DE FAIM ALORS ?

Mais pas du tout !!


C'est cette question qui m'a poussé à écrire ce mail. Un ami métropolitain m'a appelé aujourd'hui pour me demander si on tenait le coup. Au début j'ai commencé à répondre que malgré la durée du conflit, la mobilisation était toujours de mise. Il me coupe : "Non, je voulais dire...Arrivez-vous à remplir le réfrigérateur ?" !!

La Guadeloupe est en grève générale depuis bientôt 4 semaines. Les hypermarchés et supermarchés sont fermés. En revanche les petits commerces de proximité sont ouverts, mais les rayons des magasins sont de plus en plus vides...

MAIS : La Guadeloupe s'organise. L'UPG (Union des Producteurs Guadeloupéens) ainsi que les pêcheurs font partie du LKP. Les poissons ne sont pas en grève : les pêcheurs continuent à pêcher et à vendre leur poisson. Les animaux ne sont pas en grève : les éleveurs continuent à s'en occuper et à vendre leur viande. La terre n'est pas en grève : les cultivateurs continuent à travailler leurs exploitations et vendent leurs denrées. Notre réfrigérateur n'a jamais été aussi plein.

Les hypermarchés sont fermés, mais les marchés sont ouverts. Il y a mieux : des marchés populaires sont organisés devant les piquets de grève et un peu partout. Les producteurs y vendent leur denrées aux prix auxquels ils ont l'habitude de vendre aux supermarchés.
Conséquence : ils ne perdent pas leur récolte ni leur revenus, et le portefeuille du consommateur apprécie puisque les marges exorbitantes de la grande distribution ne sont plus là.

Nous mangeons à notre faim et - fait intéressant - nous n'avons jamais autant consommé local !!
Je n'ai pas de purée mousseline, je n'ai plus de pâtes panzani... et alors ? J'ai des tubercules, des légumes, de la viande, du poisson, des fruits frais, des fruits secs, des fruits de mer... Et ça coûte moins cher que d'habitude. En fait, je crois que je n'avais jamais mangé aussi équilibré de ma vie.

Si vous n'avez jamais entendu tout ça, est-ce que la presse nationale fait de la désinformation ?

Je n'irai pas jusqu'à dire qu'on vous ment. Disons que parmi tout ce que les envoyés spéciaux des média nationaux voient, ils choisissent 5%, et le choisissent d'une manière assez surprenante.

La première semaine, ils n'en parlaient pas. La deuxième semaine, ils n'ont montré que des images de touristes dont les vacances ont été gâchées par cette grève (je suis sincèrement désolé pour eux, mais c'est la vie). Ils ont montré des rayons de supermarchés vides et ont semblé vouloir dire que la rupture des stocks créait le plus grand désarroi... Ils ont fustigé une grève qui - dit-on - pénaliserait de manière irrémédiable l'économie guadeloupéenne.

Puis le secrétaire d'Etat aux DOM est arrivé en Guadeloupe. Il y a carrément déplacé son cabinet et son staff. La presse ne pouvait plus se contenter des mini sujets bâclés. Ils ont commencé à en parler un peu plus. Aujourd'hui, l'information que vous recevez est de plus en plus conforme à ce qui se passe.

Les "vrais" reportages font leur apparition. FRANCE INTER a fait une longue émission dessus, j'ai pu voir un long article sur Elie Domota, porte-parole du LKP dans je journal LE MONDE. LIBERATION a publié un long texte d'Ernest Pépin (écrivain guadeloupéen)... Ca commence à changer.
Pourtant, je suis persuadé que ceux qui ont tout lu de ce mail ont appris beaucoup de choses.

Pour les plus courageux, j'ajoute encore quelques points importants. Je quitte la description pour rentrer dans l'analyse (mais vous pouvez vous arrêter là).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Ven 6 Mar - 9:21



XENOPHOBIE ? RACISME ? LES SLOGANS ?

Non, non, et trois fois non !
Le slogan principal repris depuis le 20 janvier en coeur par les manifestants :
"La Gwadloup sé tan-nou, la Gwadloup sé pa ta yo. Yo péké fè sa yo vlé, adan péyi an-nou"


Traduction littérale : " La Guadeloupe est à nous, la Guadeloupe n'est pas à _eux_. _Ils_ ne feront pas ce qu'ils veulent dans notre pays"

Traduction plus usuelle : "La Guadeloupe nous appartient, elle ne leur appartient pas. Nous ne les laisserons pas faire ce qu'ils veulent dans notre pays."

La question qui inquiète certains : Mais qui est ce "nous" et ce "eux" ?
Nous = noirs ?
Eux = blancs ?

Si oui, lesquels ? Les blancs en général (métropolitains) ou les "béké", descendants des maîtres d'esclaves et qui ont su conserver leur domination économique et d'influence grâce aux héritages de génération en génération depuis l'époque esclavagiste, jusqu'à présent (sans la diluer dans le reste de la population car le béké fait souvent attention à "conserver la race". [4]

Selon moi, il ne s'agit pas de ça. Moi qui vis ce mouvement de l'intérieur, moi qui reprends ce refrain avec joie depuis 4 semaines, je n'ai jamais désigné le blanc par ce "eux" et tous les gens de mon entourage sans exception sont du même avis.

MAIS ALORS QUI ?


Eux...mais bien sur, cela désigne les "profiteurs". Les responsables de la pwofitasyon. La Guadeloupe n'est pas un simple tube digestif, une sorte de terre de consommation, un simple marché où tout le monde peut venir faire ce qu'il veut, comme dans une zone de non droit. Or la "pwofitasyon" révélée par ce collectif, et que plus personne ne conteste, donne bien l'impression que c'est le cas depuis déjà trop longtemps. Avec la complicité de l'Etat, volontairement ou par négligence (je veux bien croire que c'est par négligence).

On en est à une situation où il a fallu qu'un collectif de 49 associations déclenche une grève générale et déclenche les plus grandes manifestations de l'histoire de la Guadeloupe pour que l'Etat, enfin, joue son rôle d'arbitre et de répression des fraudes.
De nombreuses voix en Guadeloupe avaient déjà dénoncé ces faits, mais de manière isolée et sans réel résultat. Aujourd'hui, la tendance semble s'inverser. C'est ce "eux"- là que nous dénonçons depuis 4 semaines (27 jours)

Quant au "nous", il est prometteur de quelque chose de tout à fait nouveau, qui, peut-être enfin, dépassera les clivages de race (ou en tous cas tendra vers ça). La première personne à m'avoir envoyé un sms pour me dire de venir en meeting est une Guadeloupéenne...blanche !

Pour moi, un Guadeloupéen est quelqu'un qui lie son destin au destin de la Guadeloupe. Il est souvent noir (question de chiffre), mais il est aussi blanc, indien (de nombreux indiens ont débarqué en Guadeloupe après l'abolition de l'esclavage). Il pourrait même être vert pomme que cela ne dérangerait pas les dizaines de milliers de manifestants qui chantent ce slogan.

Surtout, nous ne sommes pas prêts à échanger, sous prétexte de la "race", une pwofitasyon blanche contre une pwofitasyon noire. Ce Nous-Eux est moral, bien plus que racial.

Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de problème de racisme en Guadeloupe.
Il est clair que la société est pyramidale et que plus on monte vers le sommet de la pyramide, plus les peaux sont claires.
Les races n'existent pas, c'est une vérité qu'il faut répéter sans cesse... Mais le racisme existe et le poids de l'histoire esclavagiste et coloniale est palpable. Nous voilà avec ce mouvement face à un formidable défi qui consiste à poser les problèmes tels qu'ils sont, pour les régler, et les dépasser. Permettez-moi d'ajouter que je suis assez optimiste sur cette question.(**)

SCOLARITE EN PERIL ?

J'étais à Paris 6 lors de la grève contre le CPE et sur les 12 semaines prévues du semestre, on a pu faire 11 semaines (moyennant le sacrifice des vacances scolaires). Il y a fort à parier que nous ferons la même chose.
Tout le monde est prêt à voir disparaître les vacances de Pâques, Pentecôte et les jours fériés. D'ailleurs les cours sont mis en ligne par les enseignants dans de nombreux établissements. Et RFO, la télé locale (une branche de France Télévision) va bientôt commencer à diffuser des cours faits par des enseignants sur les plateaux de télévision, afin que tout le monde puisse regarder, à chaque niveau, à chaque matière. La petitesse de l'île le permet, nous ne nous priverons pas de ce moyen !

EVOLUTION STATUTAIRE ?

Peut-être. En tous cas la question est posée. Le débat est ranimé. Le mouvement s'exprime sous forme de grève mais la densité du cahier de revendications montre clairement que tous les fondements de la société sont remis en question.
Parmi les meneurs du LKP, nombreux sont ceux qui sont "au moins" autonomistes. Pourtant, après 4 semaines, aucun membre (sans exception) n'a jamais prononcé les mots "évolution statutaire".
C'est un débat qui déchaîne les passions et pour le bien du mouvement, il convient de rappeler que ce n'est pas le but du mouvement.
Ce mouvement pose des questions et met en avant ce que veulent les Guadeloupéens.
Si les hommes politiques apportent parmi leurs réponses une question institutionnelle, elle fera de toutes les façons objet de débats, et de référendum.

MON AVIS SUR LA QUESTION :

Les lois françaises sont conçues pour répondre à une réalité géopolitique précise. Celle d'une France au coeur de l'Europe, société post-industrielle. Elle n'ont jamais convenu ni aux colonies, ni plus tard aux DOM-TOM et COM. Si bien que pour pallier le "handicap", nous sommes toujours passés par des lois, qui mettent en avant de nombreuses spécificités.
Aujourd'hui, le système d'intégration montre ses limites. Ceux qui, jadis, s'en accommodaient, aujourd'hui soutiennent massivement un mouvement social, qui - bien que ce ne soit pas son objectif- attire l'attention sur le fait que rien ne va bien et qu'il faut peut-être songer à changer les choses en profondeur.

N.B. : Quel que soit ce qui arrive, l'indépendance n'est absolument pas à l'ordre du jour. Ni l'Etat, ni le LKP, ni les nombreux manifestants qui soutiennent le LKP, ni même les organisations anciennement indépendantistes des années 60, 70 et 80 ne considèrent que la question est à l'ordre du jour. Les organisations "anciennement indépendantistes" continuent à énoncer le principe moral du droit des peuples à l'autodétermination, qui est un droit inaliénable inscrit dans la charte de l'ONU ; mais s'accordent pour dire qu'il faut aller pas à pas, sans brûler les étapes.

Les pistes avancées sont plutôt celles d'une évolution statutaire dans le cadre de la République Française (genre article 73 et 74 de la constitution) vers plus de pouvoir décisionnel local, plus de pouvoir législatif et douanier, afin de répondre à la réalité géopolitique (nous sommes européens, mais nos îles baignent dans le bassin caraïbéen !). [5]

Voila mon constat et mon point de vue sur cette grève générale en Guadeloupe.

Je vous remercie d'avoir bien voulu lire un aussi gros pavé. Je rappelle que je ne suis ni politologue, ni sociologue... vous excuserez les approximations et la lourdeur du style. Je suis simple étudiant guadeloupéen, solidaire du mouvement et j'expose là, ce que je comprends de ce mouvement.

P.S. : : J'ai commencé ce mail hier. Aujourd'hui, la situation a un peu évolué. La répression policière et militaire est désormais en marche.


Le mouvement a une dimension internationale. Hier, c'est le révérend Jessie Jackson en personne qui a envoyé son soutien au peuple de Guadeloupe et au LKP. Les organisations syndicales du monde entier (je n'exagère pas) rentrent en contact avec le LKP pour leur demander comment ils arrivent à mobiliser 100 000 personnes, sans un débordement (c'est le service d'ordre du LKP qui organise la sécurité générale).

La Guadeloupe vient de connaître ses 27 jours les plus calmes niveau violences domestiques. Jamais il n'y a eu si peu d'agressions et de faits divers. 0u d'accidents de voitures (pas d'essence, tout le monde roule à 70 km/h).

Les Guadeloupéens sont vraiment fiers de ce mouvement. Mais ce matin, la répression a commencé face a un mouvement pacifiste depuis 27 jours. Il y a eu une soixantaine d'arrestations de gens qui étaient simplement sur les barrages pacifiques. Une des têtes du LKP a été blessée. Il a subi des injures racistes venant des forces de l'ordre (tous ceux qui s'y connaissent un peu en histoire de la Guadeloupe savent que c'est monnaie courante lors des répressions de mouvements sociaux aux DOM).

Je ne fantasme pas sur le poids de l'histoire. Tout au long de la seconde moitié du XXè siècle, tous les grands mouvements sociaux ont été réprimés par les mitraillettes, lorsqu'à Paris, le gaz lacrymogène suffisait largement. C'était le cas en 1910, en 1952, en 1967, en 1975, en 1985. Chaque répression a apporté son lot de morts, même si celle de Mai 1967 accapare toutes les mémoires, puisque le nombre de morts a dépassé peut-être la centaine de personnes.

Evidemment, de l'eau a coulé sous les ponts. 1967 et 2009 sont différents. Mais le préfet et l'Etat jouent à un jeu dangereux. Car l'ensemble des mobilisés connaît le poids de l'histoire et la tension est à son comble et beaucoup ont déjà averti que cette fois-ci, les Guadeloupéens ne mourront pas... Le LKP a appelé au calme. Il appelle à la mobilisation massive et pacifiste pour faire reculer la répression. L'immense majorité des interpellés aujourd'hui a été relâchée ce midi grâce (une fois de plus) à la pression populaire de la foule, massée pacifiquement devant la police et le tribunal de Pointe-à-Pitre. La tension redescend petit à petit.
Le préfet avait promis que les (environ) 4000 CRS débarqués en Guadeloupe dès le début du conflit étaient juste une sécurité qu'il souhaitait de tout coeur ne pas utiliser. Depuis que les négociations sont bloquées, d'autres ont débarqué...

Sadi SAINTON

Et comme on dit dans les îles : Kimbé rèd pa moli !


Notes
[1] La SARA est en situation de monopole en Guadeloupe, pas de concurrence. C’est elle qui distribue l’essence.

[2] voir reportage assez édifiant de canal + "Les derniers maîtres de la Martinique" voici un lien ou on peut voir l’émission : www.megavideo.com/?v=1Q1M01NV

[3] Il s’agit d’une augmentation de 200€ des bas salaires. COMMENTAIRE PERSONNEL : Je trouve ça dommage qu'un si beau mouvement bloque sur un point que je considère comme étant secondaire en terme de portée sociétale sur le futur de la Guadeloupe.

[4] voir reportage assez édifiant de canal + "Les derniers maîtres de la Martinique" voici un lien ou on peut voir l’émission : www.megavideo.com/?v=1Q1M01NV

[5] Les articles 73 et 74 de la constitution française : www.legifrance.gouv.fr/html/constitution/constitution2.htm#titre12

(*) Je peux, si vous le souhaitez, vous envoyer ce cahier de revendications.

(**) Pour ceux qui voudraient, je peux envoyer un extrait de discours du porte-parole du LKP abordant ce sujet d'une manière que je trouve assez fine, de manière forte, mais sans haine.

www.hns-info.net/spip.php?article17496
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mar 10 Mar - 7:24



LES ROQUETS TENTENT DE MORDRE

Maintenant la Réunion ! Après la Guadeloupe, la Martinique. Et avant qui ? …. Ah, c’est réjouissant !

Les autres, ça leur reste en travers de la gorge ! Cette façon dont ils sont contraints de ramper dans la poussière devant tous ces Domota et leur bande de nèg’ obstinés. Ces accords signés par un préfet à la dérive. Ces patrons affolés par la tournure de ce vent de révolte. Ce “pouvoir” métropolitain aux abonnés absents… Voilà que les chiens se jettent sur le premier os qui passe :

« Soit vous appliquez cet accord-là, soit vous quittez la Guadeloupe. »

Il n’en fallait pas plus aux roquets défaits pour tenter leur va-tout. « Provocation à la haine raciale, intolérable discrimination », aboie le parquet, le même qui se distingue par son acharnement teigneux contre un petit épicier de Tarnac en Corrèze, et par sa lâche condescendance à l’égard des puissants démasqués.

Et Henri Guaino, conseiller spécial du Foutriquet de l’Élysée en fuite luxueuse au Mexique, d’en rajouter avec une creuse et sirupeuse suavité : « Toute incitation à la violence, à la haine raciale (…) est inacceptable et doit être absolument condamnée. »

Et ce faux-cul de Valls, hypocrite socialiste empesé, d’y aller de son croche-pied vachard : « … pas dans le sens de l’apaisement… propos irresponsables… ce que je peux souhaiter évidemment comme démocrate et comme républicain. » Évidemment !

Et les médias du microcosme de leur emboîter le pas avec une méchante et solennelle jubilation bien mal contenue (la palme au quotidien le Monde). Voilà que pour ce ramassis de gris courtisans, les “békés” sont indistinctement devenus tous les blancs. Alors que ce terme désigne les familles de propriétaires descendant des anciens colons.

Tout ça, oui tout ça prête à la franche rigolade ! Cette plainte gémissante des vaincus, petite tentative mesquine de vengeance refroidie, petit pet d’aigreur mal contenu. Cette accusation boursouflée de discrimination à l’encontre d’un leader qui leur a tenu la dragée plus que haute, ce déploiement de petites perfidies vachardes… Ho ho ho !

Le monde à l’envers ! Voilà que la discrimination sociale serait maintenant exercée par les exclus sociaux ! Quid des multiples discriminations à l’embauche dans les territoires d’outremer (et pas qu’en outremer) ? Quid de ces 40% de salaire supplémentaire accordé aux « métros » venant travailler aux Antilles pour les « dédommager » (sic) du voyage ? Demandez donc aux Antillais venant travailler en métropole s’ils touchent un tel dédommagement !

Tout ce que vont gagner ces crétins, c’est de remettre les Guadeloupéens et toutes les autres îles dans la rue. Avant même, peut-être, c’est de plus en plus à souhaiter, l’hexagone soi-même !

Pauvres imbéciles ! Pauvres minables ! Pauvres roquets finissants ! Sachez que vous ne nous faites plus peur ! On n’en a rien à foutre, finalement, de vous, de votre “ordre social” taillé à votre sale mesure, de votre république merdoyante !

M’est avis que vous êtes en passe de vous manger un sale quart d’heure de plusieurs années.

Ho Hélie, Guadeloupéens, Martiniquais, Réunionnais, Guyanais, tenez bon ! Appuyez-leur sur le champignon !

Et vous les « métros », vous roupillez ?

Le Yéti
www.rue89.com/2009/03/08/la-reunion-vers-un-scenario-a-la-guadeloupeenne-temoignages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mer 18 Mar - 18:33


Pakman sur Bakchich.info

Soutien à Elie Domota

A propos de la volonté de musèlement et de criminalisation du LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon) par l'Etat français,

Nous soussigné-e-s, déclarons tout comme le porte-parole du LKP, Elie DOMOTA :

" Tous ceux qui refuseront d'appliquer l'Accord devront quitter la Guadeloupe... Jamais nous n'accepterons qu'une bande de békés rétablisse l'esclavage en Guadeloupe..."

Et en France, on aimerait qu'il soit supprimé.

Arrow http://ugtg.org/petitions/index.php?petition=2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mer 20 Mai - 17:18



Cascade d’enquêtes judiciaires et de procès en Guadeloupe

Encore une fois l’Etat français, avec la complicité des principaux élus de Guadeloupe, utilise son appareil répressif contre la jeunesse, contre les travailleurs, contre le peuple de Guadeloupe.

N’arrivant pas à faire reculer le mouvement en cours depuis 5 mois contre les pwofitasyon, à l’appel des organisations de Guadeloupe, singulièrement des organisations syndicales, l’Etat français a décidé d’actionner son appareil de répression judiciaire.

Rappelons que ce mouvement a déjà permis la signature de l’Accord interprofessionnel, Accord Bino du 26 février 09, de 200 euros d’augmentation des bas salaires, la signature d’un Protocole d’accord le 4 mars 09 suspendant ainsi la grève générale qui avait commencé le 20 janvier 09.

Le 8 mars ouverture d’une enquête judiciaire contre Elie DOMOTA, secrétaire général de notre syndicat et porte-parole de LKP ;

Le 15 mai : Procès des jeunes de Gourbeyre ;

Le 19 mai : Pour avoir dénoncé les écoutes illégales dont ils étaient victimes, Maîtres Sarah ARISTIDE et Patrice TACITA sont convoqués au tribunal de Pointe-à-Pitre par un juge du tribunal de grande instance de Paris ; le procureur général de la cour de Basse-Terre ayant demandé le dessaisissement de l’affaire par le juge d’instruction du tribunal de Pointe à Pitre ;

Le 20 mai : Convocation devant la chambre de l’instruction de Michel MADASSAMY et de Gabriel BOURGUINON, dirigeants de l’UGTG ; à noter que maîtres S. Aristide et P. Tacita sont leurs avocats ;

Le 26 mai : procès de Raymond GAUTHEROT, ancien secrétaire général de l’UGTG ; condamné en première instance à trois mois de prison ferme.

Le 29 mai : procès de Jocelyn LEBORGNE, membre du Conseil syndical de l’UGTG ; Le 4 juin 2009 : Procès du camarade Max DELOURNEAU, pour sa participation aux mobilisations du LKP.

Le 9 juin 2009 : Procès du camarade Christophe THEOPHILE, membre du Conseil syndical de l’UGTG.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article85991
http://ugtg.org/petitions/index.php?petition=2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Ven 26 Juin - 17:51



Martinique : Sarkozy propose un référendum sur l'autonomie

Sarkozy a proposé vendredi à Fort-de-France l’organisation d’un référendum sur un éventuel statut d’autonomie pour l’île de la Martinique, aujourd’hui département-région régi par l’article 73 de la Constitution, tout en excluant l’indépendance.

Les élus départementaux et régionaux de Martinique réunis en Congrès ont voté vendredi 19 juin une résolution demandant le report des élections régionales prévues en 2010, dans la perspective d’une consultation de la population martiniquaise sur une évolution institutionnelle.
www.liberation.fr/politiques/0101576439-sarkozy-propose-un-referendum-sur-l-autonomie-en-martinique

D'une pierre deux coups, le pervers en col blanc est un fieffé manipulateur !
Pas question de justice, d'aide matérielle aux Antillais, de réelle application des accords Jacques Bino, pas question de traiter les Antillais comme les autres Français.
Non ! une mascarade d'autonomie pour dévier le problème et ne pas être sanctionné aux élections régionales.

Sarkozy l'homme qui gère les crises quand elles sont finies

Le spécialiste de la promesse en bois et de l'empapaoutage médiatique a encore frappé. Le Zorro du pouvoir d'achat de l'Elysée se rend en Guadeloupe et Martinique pour aller faire le beau.
Il faut noter le courage qui l'anime. Pour sa visite se sont plus de 900 gendarmes mobiles qui ont été envoyés sur place (coût de cette opération inutile ?).

Le préfet a décrété l'interdiction de toute manif, comme on le fait en Corée du Nord quand le leader minimo (lui aussi complexé par sa toute petite taille) sort son chien. Depuis un précédent dans la Manche, les préfets prennent les devants.

Sarkozy c'est celui qui est tellement courageux qu'il attend la fumée des cierges pour faire coucou, en étant qui plus est autant entouré qu'un général de corps d'armée.
Les autochtones ne sont pourtant pas cannibales. Il n'y aurait de toute façon pas grand chose à manger dans le bonzaï apôtre du marchepied en toute circonstance.

25 juin 2009
http://sarkostique.over-blog.com/article-33103332-6.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Sam 27 Juin - 22:01



Déçu par Sarkozy, le LKP manifeste à Pointe-à-Pitre

Plus de 1.500 personnes ont manifesté samedi à Pointe-à-Pitre à l'appel du collectif LKP au lendemain de la visite de Nicolas Sarkozy en Guadeloupe qui n'a, selon elles, apporté "aucune réponse".

Emmenés par leur chef de file Elie Domota, les manifestants ont traversé le centre-ville au son des tambours en scandant "ké lé vé" ("On va se lever", en créole) et "Exploiteurs, c'est fini, patrons voleurs".

Pour Elie Domota, leader du collectif LKP à l'origine de la grève générale contre la "vie chère" qui a paralysé la Guadeloupe pendant 44 jours au début de l'année, l'insatisfaction demeure sur l'île.
"Les Guadeloupéens attendent toujours des réponses aux questions qui sont posées. Nous n'avons pas de réponse", a-t-il dit à la presse.

"M. Sarkozy a réussi à dire : 'dorénavant les problèmes que le peuple guadeloupéen pose sont vos problèmes, vous allez les résoudre vous-mêmes'. Oui, mais avec quoi ?", a-t-il ajouté.

Le LKP refuse de participer aux états généraux de l'Outre-mer lancés par le gouvernement en avril, et qui doivent déboucher sur des réponses concrètes à la rentrée.
"M. Sarkozy est venu hier pour réaffirmer que les états généraux ne servent à rien. Tout est décidé tout en amont", a dit Elie Domota.
Une manifestante, Catherine Maximin, craint que la situation ne devienne "incontrôlable" en Guadeloupe. "Nicolas Sarkozy aurait dû parler aux békés, qui détiennent le pouvoir économique", estime cette formatrice de Baie-Mahault.

Elizabeth Pineau
http://fr.news.yahoo.com/4/20090627/tts-france-guadeloupe-manifestation-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mer 19 Aoû - 11:56


Fort de France, le 16 février 2009 (Reuters)

La Martinique bientôt totalement paralysée ?

Près de 70% des 98 stations-service de l'île antillaise sont touchées depuis lundi par un mouvement de grève illimité. Il porte sur la mise en œuvre d'une prime de vie chère et de la convention collective nationale, qui devait être effective début mars.

Rebelotte. Alors que les Antilles avaient été touchées cet hiver par une grève générale portant sur «la vie chère», les travailleurs des stations-service de Martinique ont entamé lundi un grève illimitée affectant la plupart des stations de l'île.

La décision effective d’entrer en grève illimitée a été prise dimanche soir lors d’une assemblée générale à la maison des syndicats à Fort-de-France. Selon l’intersyndicale, le mouvement, décidé «à l’unanimité», a pour but «d’exiger immédiatement le respect des engagements pris le 15 juin 2009, sans augmentation du prix des carburants».

Ces engagements, pris après réunion à la préfecture entre syndicats et patrons de stations-service, portent notamment sur «le versement d’une prime de vie chère à compter du 1er mars 2009» et sur «l’application de la convention collective nationale à compter du 1er mars 2009».

La grève est suivie par les employés affiliés aux syndicats CDMT, CGTM-produits pétroliers et UGTM, formations majoritaires dans ce secteur.

Des piquets de grève ont été mis en place dès lundi matin dans plusieurs sites, en particulier à Fort-de-France. Les entrées et les sorties des stations-service sont entravées par des palettes, des pneus et des poubelles.

Si aucune file d’attente n’était visible lundi matin aux abords des stations-service contrairement à samedi et dimanche, c'est que des rumeurs de grève avaient entraîné au cours du week-end une grande affluence aux abords de plusieurs points de vente de carburant, notamment à Fort-de-France et ses environs.
www.liberation.fr/economie/0101585910-la-martinique-bientot-totalement-paralysee

Les salariés veulent le plein de leur dû
La convention collective ou les Prud’hommes !


[...] Pour autant, la réunion ne s’est pas poursuivie dans le calme. Le deuxième point, soit l’application de la convention collective nationale, a longuement fait débat. La proposition des gérants à ce sujet a été rejetée à l’unanimité. Elle consistait à conditionner toute décision au verdict de l’observatoire des prix (qui ne statuerait que le 28 août) et à reporter toute discussion au mois de septembre. Les salariés, par la voix de leurs représentants, ont rétorqué qu’il n’y a même pas lieu de discuter, car la convention collective nationale « doit s’appliquer de plein droit dans notre département ». Ils brandissent, pour preuve, un courrier en date du 23 mars, dans lequel la direction départementale du travail confirme l’applicabilité de la convention. « I aplikab, apliké-y ! », a lâché Gabriel Jean-Marie (CGTM).
Si le terme « convention collective » a pu sembler obscur aux salariés des stations (*), le décryptage de Serge Aribo (UGTM) leur a tout de suite parlé. « Il est question de vos primes d’ancienneté, de vos classifications, de vos heures supplémentaires et de vos salaires quand vous êtes malades ! », a expliqué le syndicaliste. Forts de leurs droits, ils précisent qu’en cas de tergiversation des gérants, ils se tourneront vers le tribunal des Prud’hommes.


Essence : ce n’est que le début

La grève des salariés des stations n’est qu’une des nombreuses composantes du dossier chaud de la rentrée : celui de l’essence.
Si le calendrier est respecté, l’Association régionale pour l’amélioration des conditions de travail (ARACT) doit rendre son rapport cette semaine et le 28 août, Marie-Luce Penchard, secrétaire d’État à l’outre-mer, doit présider une vaste réunion de travail en Martinique sur la tarification du carburant. (...)

Problème désormais, pour déterminer le mode de calcul du prix du carburant, il faut prendre en compte toute une série de facteurs allant précisément des revendications des salariés des stations à la marge des distributeurs en passant par les charges de la SARA et l’octroi de mer. Un cocktail aux vapeurs explosives.

P.-H.C.
www.martinique.franceantilles.fr/actualite/economie/les-salaries-veulent-le-plein-de-leur-du-18-08-2009-41709.php

(*) On sent là tout le respect qu'ils inspirent à l'auteur de l'article.
Et Christophe de Margerie se fait toujours aussi discret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mer 25 Nov - 23:32



Guadeloupe : la grève générale recommence !

L’Etat remet en cause “l’accord interprofessionnel sur les salaires” contenu dans l’accord Bino. Le syndicat LKP indique que “l’Etat colonial met tout en œuvre pour organiser le retour de la pwofitasyon”. La baisse des prix en Guadeloupe ne serait qu’un leurre.

Le LKP est encore plus critique quand à la baisse du prix des carburants. “L’opacité demeure sur les prix des carburants malgré plusieurs rapports, notamment celui de l’autorité de la Concurrence. Et pourtant, ce sont 110 millions d’euros que Total réclame aujourd’hui à l’Etat français pour manque à gagner, compte tenu du gel des prix que nous avons obtenu en février 2009”.

“Marie-Luce Penchard, ministre de l’Outre-mer a donc décidé de faire payer cette somme par les Guadeloupéens, en augmentant l’essence de 22 centimes avant le 31 décembre 2009”…

Le LKP appellait à la grève générale les 24 et 25 novembre.

www.potomitan.info/gwadloup/etas.php
http://phmadelin.wordpress.com/2009/10/04/guadeloupe-ca-recommence-avec-le-lkp/
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article94439
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Ven 8 Jan - 18:13



Guadeloupe : le LKP appelle à la grève générale le 20 janvier
Le collectif à l'origine de la grève générale sur l'île de 44 jours début 2009 estime que les promesses gouvernementales sur la hausse des salaires n'ont pas été tenues.
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article96345
www.liberation.fr/societe/0101612678-guadeloupe-le-lkp-appelle-a-la-greve-generale-le-20-janvier


9 janvier : Elie Domota dément avoir appelé à la grève générale le 20 janvier
http://fr.news.yahoo.com/3/20100109/tfr-social-guadeloupe-greve-8d303c5.html

YO ARME, NOU PA ARME geek
www.youtube.com/watch?v=NSvfZ_8erd0 cyclops

Martinique 2009, un exemple pour l'Afrique en 2010 ?
www.legrigriinternational.com/article-martinique-2009-un-exemple-pour-l-afrique-en-2010--42169232.html


LES GUADELOUPEENS SONT-ILS DES GRENOUILLES COMME LES AUTRES ?

La veille du réveillon de fin d’année, le pouvoir annonce une hausse de l'essence de 4 centimes.

Marie-Luce Penchard mise sans doute sur le fait que l’augmentation de seulement 4 centimes ne provoquera pas une indignation suffisamment forte pour remobiliser les Guadeloupéens au lendemain des dépenses engendrées par les fêtes. Le gouvernement, ni plus, ni moins, est en train de tester sur le citoyens antillais une expérience menée à la fin du XIXème siècle sur des grenouilles : "Une grenouille vivante peut en fait être bouillie sans qu'elle bouge si l'eau est chauffée assez lentement ; dans une expérience, la température a été augmentée de 0.002°C. par seconde, et la grenouille fut retrouvée morte après 2 heures 30 sans avoir bougé" révèle Edward Scripture dans son ouvrage The new psychology, paru en 1897 et se référant à une expérience menée en 1882 à l’institut John Hopkins.
http://chien-creole2.blogspot.com/2010/01/chronique-dune-greve-generale-annoncee.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mer 20 Jan - 13:45

L'Urticant Méprisant Populiste a encore frappé



Sarkozy ne veut pas voir «l'avenir de l'outre-mer passer par l'assistanat»
www.liberation.fr/politiques/0101614612-sarkozy-ne-veut-pas-voir-l-avenir-de-l-outre-mer-passer-par-l-assistanat

Parce que lui n'est pas assisté avec ses 19 331 € d'argent de poche par mois ?
www.argent-salaire.com/salaire-nicolas-sarkozy-19331.php



6 septembre 2007. Le candidat Sarkozy l'affirmait haut et fort : «La croissance, j’irai la chercher avec les dents»
http://lalettredejaures.over-blog.com/article-20014325.html

21 août 2008 : Le choc de la... décroissance
http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2285/articles/a381469-le_choc_de_la_d%C3%A9croissance.html

18 décembre 2006. Le président de l'UMP s'est de nouveau prononcé pour un droit au logement opposable afin que "chacun puisse saisir les tribunaux" pour le faire respecter.
"Je propose qu'on définisse les responsabilités, qu'on laisse le temps nécessaire à chacun pour combler le retard par rapport aux besoins et qu'une fois ce temps écoulé l'opposabilité devant le juge devienne effective", a-t-il dit.
Il a promis de construire 700.000 logements en 10 ans pour résorber la pénurie actuelle.
http://video.aol.fr/video-detail/sarkozy-droit-au-logement-opposable-riquiqui/3866747745

20 janvier 2010. Condamnés à l'expulsion, les squatteurs de la place des Vosges feront appel
http://fr.news.yahoo.com/63/20100118/tpl-condamns-l-expulsion-les-squatteurs-5cc6428.html

18 décembre 2006. SDF : "Je veux si je suis élu président de la République que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid", a lancé le président de l'UMP lors d'un meeting à Charleville-Mézières, dans les Ardennes.
http://www.dailymotion.com/video/x7p8s6_sarko-plus-de-sdf-dans-deux-ans_news

338 SDF sont morts en 2009
www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/12/21/01011-20091221FILWWW00371-338-sdf-morts-depuis-debut-2009-asso.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Lun 25 Jan - 17:56


Gildas_f - Flickr - CC

La «pwofitasyon» ou la malbouffe à prix d'or

La DGCCRF a comparé les prix de plus de cent produits de consommation courante les 16 et 17 mars 2009. L’écart de prix moyen est de… 65% !
+107% pour les biscuits. +99% pour les pâtes et le riz. Or, les taxes, octroi de mer et coûts de transport ne justifient pas ces écarts de prix, explique l’autorité de la concurrence.

Comme en toute chose, la question est : à qui profite le crime ? Aux békés, bien sûr, ces quelques familles de riches blancs martiniquais qui, peu ou prou, continuent à dominer l’économie guadeloupéenne, notamment dans le secteur ô combien crucial de la grande distribution (le plus célèbre étant Bernard Hayot, 121e fortune de France, devant Amaury, et à égalité avec Eric de Rothschild).

Aux «blancs pays», ces békés guadeloupéens. Mais aussi aux collectivités locales, qui perçoivent des taxes sur les importations — donc sur 98% de ce que consomment les habitants de l’île.

Dès le 23 mars 2009, soit une semaine après que la DGCCRF eût effectué ses relevés de prix, le LKP signait une série d’accords de baisse des prix des produits de première nécessité avec les représentants des grandes surfaces de Guadeloupe.

Le Nesquik à 5,88 euros

Qu’en est-il un an après ? «Beaucoup des produits sur le prix desquels nous nous étions mis d’accord ont disparu des rayons, explique un militant LKP. Tandis que les tarifs des produits de même catégorie augmentaient».

Une heure au Carrefour de Baie-Mahaut suffit pour s’en convaincre. Construit dans une zone industrielle de Pointe à Pitre, le centre commercial de Baie-Mahaut est luxueux : fontaines, belles boutiques. Et au milieu, trône l’hyper Carrefour. (...)

www.marianne2.fr/La-pwofitasyon-ou-la-malbouffe-a-prix-d-or_a183562.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Lun 15 Fév - 11:08



Pluie de cendres

Imaginons un instant qu'un département hexagonal, ou même la Corse, soit recouvert d'une pluie de cendres, que les écoles et les aéroports soient fermés, les avions détournés, toute la population exposée à des troubles respiratoires graves. Quelle mobilisation ce serait dans les médias ! Seulement, ce n'est pas l'hexagone qui est touché, ce n'est que la Guadeloupe. Et là, franchement, les Français s'en fichent éperdument. Sauf peut-être ceux qui avaient prévu d'y aller passer quelques jours de vacances. Non, les Guadeloupéens ne ressemblent pas assez aux Français de l'hexagone pour que les Français de l'hexagone s'émeuvent de ce qui se passe en Guadeloupe. S'il s'y produisait un tremblement de terre comparable à celui qui a frappé Haïti, on ferait peut être un effort. Mais une pluie de cendres, ce n’est rien. A Paris, on en a assez, en cet hiver glacial, de plaindre ces nègres paresseux qui bullent au soleil en profitant de l’argent que la métropole leur envoie. Demandez plutôt à Alain Finkielkraut ou à Georges Frêche qui, eux, disent franchement ce pense la France raciste. Les nègres ceci, les nègres cela. Ils ne sont jamais contents. Comme dirait un béké de la Guadeloupe, ils n’ont qu’à retourner en Afrique voir si c’est mieux. Il m’arrive de recevoir des messages de cet acabit, truffés d’insultes.

Le volcan de Montserrat s’est réveillé, projetant des poussières dangereuses à 10 000 mètres d’altitude. Ce nuage est retombé sur la Guadeloupe, empêchant les avions d’atterrir, obligeant les habitants à se terrer chez eux. Les écoles sont fermées. Les villes sont désertes. Le ciel est plombé. La préfecture précise que les poussières sont assez coupantes pour rayer les pare-brise des voitures. On peut imaginer ce que cela peut donner dans les poumons. Nulle compassion pourtant en France. La France se fout de la Guadeloupe. Les Français ont mieux à faire. Ils vont aller au cinéma ce week-end voir Gérard Depardieu choucrouté jouant le rôle d’un Alexandre Dumas incapable d’écrire une ligne. Tous les journalistes qui avaient accepté d’aller s’empiffrer aux cocktails organisés par la production ont crié au chef-d’œuvre. Ils sont contents d’eux. Leur salaire tombera à la fin du mois.

Seul Benoît Poelvoorde, ayant pris conscience qu’il a participé à un film ignoble, annonce qu’il va arrêter le cinéma. C’est certainement excessif. Poelvoorde a du talent. Il oubliera ce navet. Nous aussi, nous tâcherons de l’oublier. Les cendres se disperseront et le soleil brillera de nouveau.

Claude Ribbe
www.legrandsoir.info/Pluie-de-cendres.html
http://guadeloupe.rfo.fr/infos/actualites/pluie-de-cendres-lent-retour-a-la-normale_17933.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Jeu 24 Juin - 10:10



Chlordécone
Un pesticide agricole cancérigène a été utilisé plus de 20 ans aux Antilles

Le chlordécone, pesticide agricole, a été couramment utilisé dans la production bananière en Guadeloupe et Martinique entre 1972 et le milieu des années 90. Retiré aux Etats-Unis en 1976, la France l'interdira seulement en 1990 en métropole, et 1993 en Outre-Mer.

Les hommes exposés au chlordécone ont 80 % plus de risque de développer un cancer de la prostate, révèle une étude épidémiologique rendue publique lundi par le CHU de Pointe-à-Pitre et l'Inserm. Le risque résulte plus de la consommation de produits alimentaires contaminés que de la manipulation de la molécule elle-même par les ouvriers agricoles qui assuraient son épandage. Ce qui explique l'impact important sur la population.

L'Union des producteurs agricoles de la Guadeloupe (UPG) et l'Union régionale des consommateurs (URC) avait déposé une plainte contre X pour empoisonnement il y a quatre ans. Un peu de mauvaise volonté du parquet à Basse-Terre ayant ralenti l'avancée de l'affaire, l'enquête pénale pour pollution sera finalement diligenté par la cour d'appel de Paris.

Le chlordécone, un pesticide organochloré destiné à lutter contre le charançon du bananier, une chenille se nourrissant de ses racines, a été utilisé aux Antilles françaises jusqu'en 1993 après son interdiction en France métropolitaine en 1990, par dérogation ministérielle spéciale. Sa rémanence dans les sols contaminés est de plusieurs siècles.

L'étude publiée cette semaine par l'Inserm conclut à la nécessité d'investigations complémentaires, malgré les avancées en termes de surveillance de l'exposition au pesticide et de qualité des produits alimentaires. «Moins de deux pour cent des produits végétaux et des animaux terrestres prélevés sur le marché dépassaient les nouvelles limites de conformité pour le chlordécone», affirment les autorités sanitaires. La pêche des espèces à risques a été interdite dans les zones contaminées. (...)

www.liberation.fr/terre/0101643094-polemique-autour-du-chlordecone-pesticide-a-l-origine-de-cancers
www.liberation.fr/terre/0101589955-omerta-judiciaire-autour-d-un-pesticide
www.liberation.fr/terre/0101590199-le-chlordecone-sera-bien-attaque-au-penal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Dim 3 Oct - 22:56



Procès de Régine DELPHIN
Le 14 septembre 2010 Régine Delphin, déléguée du personnel à la société Sodimat était appelée à comparaître devant le tribunal de Basse-Terre pour injures publiques et provocation à la discrimination. Les salariés de cette société réclamaient de leur employeur, le groupe Viviès, l'application de l'accord Bino et le respect du droit syndical, notamment. Le syndicat réaffirme que la Guadeloupe est « une société organisée sur la base de rapports de classe et de race ».
Mme Delphin, déléguée syndicale UGTG, avait été condamnée en première instance à un an de prison et à 8000 euros d'amende pour propos diffamatoires envers son entreprise, la société de distribution de matériel Sodimat.
www.guadeloupe.franceantilles.fr/regions/cote-sous-le-vent/l-ugtg-sur-le-terrain-et-en-ordre-de-bataille-15-09-2010-93942.php
www.domactu.com/actualite/109151624089065/guadeloupe-assises-altercation-entre-l-ugtg-et-la-cour/


Lettre ouverte de L'UGTG à la Ministre de la Justice par Élie DOMOTA

Pointe-à-Pitre, le 28 Septembre 2010.

Lettre Ouverte à
Madame la Ministre de la Justice
Garde des Sceaux
13, Place Vendôme
75042 PARIS Cédex 01

Objet : Il était une nouvelle fois dans les Colonies

Madame la Ministre,

Le Mardi 14 Septembre, une déléguée syndicale de l’UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe) est convoquée devant la Cour d’Appel de Basse-Terre.
Dès le début de l‘audience, le Président du tribunal lance en direction de la salle ‘’vous avez fait le nombre mais vous ne me faites pas peur’’. Il est vrai qu’habituellement les procès des membres de l’UGTG ne sont pas ouverts au public car les grilles du Tribunal sont systématiquement gardées par la police et les gendarmes qui interdisent l’accès au palais de justice.
Cet épisode annonçait donc la suite.

Quelques minutes plus tard, le Président de la cour interroge notre camarade et cette dernière répond en Créole, comme elle l’a fait en première instance au Tribunal de Pointe-à-Pitre, où elle a bénéficié de l’assistance d’un interprète.

C’est alors que le Président de la Cour d’Appel s’exprimant sur un ton particulièrement arrogant, voire méprisant à l’égard de cette jeune camarade, lui interdit de parler créole dans son tribunal en indiquant que les décisions de justice sont prises en français ; que dans son tribunal on parle français et que de toutes les manières, elle serait jugée et condamnée.

Cette interdiction de s’exprimer en créole est d’autant plus incohérente que notre camarade était poursuivie pour une prétendue diffamation qu’elle aurait prononcée en créole.

Ce manque évident d’impartialité a provoqué une réaction indignée de l’assistance.
S’en suit alors quelques grognements dans la salle et il n’en faut pas plus au président du tribunal pour exiger l’évacuation de la salle qui se fera par la gendarmerie en arme, dans des conditions choquantes. À noter que la prévenue a elle aussi été reconduite hors de l’enceinte du palais de justice.

Quelques instants plus tard, nous apprenons que l’avocat de notre camarade a eu un malaise nécessitant l’intervention des pompiers et du SAMU.
Et pourtant, curieusement la décision a été mise en délibéré au 08 novembre 2010 sans que notre camarade ait pu se défendre ni son avocat plaider.
…/…
- 2 -
Plusieurs interrogations.

La Constitution Française n’assure-t-elle pas l’égalité devant la loi sans distinction d’origine ?

Tout justiciable n’a-t-il pas droit à un procès équitable ?

La Cour Européenne des Droits de l’Homme ne prévoit-elle pas que toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal ?

Toute personne accusée d’une infraction, n’est-elle pas présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie ?

Toute personne accusée d’une infraction ne peut-elle se défendre elle-même ou bénéficier de l’assistance d’un défenseur de son choix ?

Le créole n’est-elle pas une langue reconnue par la constitution française et la charte européenne des langues régionales ?

Car, dans un long discours en date du 26 juin 2009 à Petit-Bourg en Guadeloupe, Nicolas SARKOZY, Président de la République Française, disait : « Notre identité nationale s’est forgée par l’addition, la synthèse des identités. La Guadeloupe est unique et le sera toujours. Son caractère est trempé, son identité est forte. La France que je veux construire est une France qui respecte les identités et sait les mettre en valeur’’. Depuis juillet dernier, notre Constitution reconnaît que les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».
Et de se féliciter en poursuivant : ‘’Voilà une preuve tangible, inscrite dans notre loi fondamentale, de l’état d’esprit nouveau qui nous anime !’’.

Il semble donc que le créole serait, tout comme le bushinenge parlé par les Saramaca, les aluka ou les langues amérindiennes parlées par les wayana, les palikur… en Guyane, reconnu comme une langue dite « régionale » et devrait donc bénéficier des mesures mises en œuvre pour sa sauvegarde et sa promotion.

Dans les faits, les engagements pris par le Gouvernement Français pour la sauvegarde et la promotion du créole, en matière d’enseignement, de justice, de vie économique et sociale, d’activités et équipements culturels notamment, ne sont pas tenus.

Le pourraient-ils simplement lorsque les évènements de la Cour d’Appel sur la langue viennent nous révéler la force de l’idéologie coloniale, qui véhicule encore la hiérarchie entre les langues et les cultures ?
Il en va ainsi dans les Colonies.

Pour finir, nous n’attendons pas de réponse mais tenons à vous informer que nous poursuivons notre lutte pour la reconnaissance et le respect de notre langue, de notre culture et de notre identité et continuerons à nous exprimer en Créole dans vos tribunaux poursuivant ainsi notre combat contre l’injustice, le racisme, le mépris et la pwofitasyon.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.
Le Secrétaire Général
E. DOMOTA
http://ugtg.org/article_1264.html

La politique linguistique
www.tlfq.ulaval.ca/axl/amsudant/guadeloupe.htm


La Guadeloupe fait partie des 13 régions les plus pauvres d’Europe
"La Guadeloupe fait partie des 13 régions les plus pauvres d’Europe, avec un PIB qui ne représente que 55,8% de la moyenne européenne. Si, d’après les chiffres officiels, le taux de chômage y atteint les 23% en 2007, on pense que le taux réel avoisine les 40%." (SOLIDARITE ET PROGRES)
www.bondamanjak.com/monde/65-a-la-une/6452-revue-de-presse--les-evenements-en-guadeloupe-et-martinique-a-travers-le-monde.html

RFO : Reportage sur la journée de mobilisation de L'UGTG
http://dai.ly/cKn9ON cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Mer 5 Sep - 19:38


Nouvelle-Calédonie, juin 2011

Outre-mer : le gouvernement accélère les réformes contre la vie chère
[Extraits]
À l'origine de graves incidents entre manifestants et forces de l'ordre, notamment en 2009 en Guadeloupe et en Martinique, le coût de la vie est le talon d'Achille des départements et collectivités d'outre-mer: selon l'Insee, le revenu disponible des ménages qui y vivent est en moyenne inférieur de 35% à la métropole, mais les produits alimentaires y sont entre 30 et 50% plus élevés. D'autres produits de grande consommation sont dans la même situation.

Mercredi 5 septembre, le ministre des Outre-mer Victorin Lurel a présenté un projet de loi devant "rétablir une concurrence effective" dans les économies locales, marquées par la prépondérance de grands groupes et les monopoles.
le texte serait débattu au Sénat dès le 28 septembre, en session extraordinaire, en vue de son "adoption définitive d'ici la fin 2012"

"Il y a des monopoles de fait dans la distribution, il faut les supprimer", avait réclamé en juillet dernier le parlementaire Jean-Pierre Sueur, à la tête d'une mission sénatoriale sur La Réunion et Mayotte.
Concrètement, la loi permettra au gouvernement de "prendre par décret des mesures de régulation des marchés de gros et de la chaîne logistique, afin de défendre l'intérêt des consommateurs".
Pour s'attaquer aux monopoles, elle créera pour l'outre-mer une nouvelle "infraction de concurrence" pour "réprimer les accords exclusifs d'importation", sauf lorsqu'il est prouvé qu'ils profitent au consommateur.

M. Lurel a souhaité que les collectivités d'outre-mer puissent, si tel est leur intérêt, "s'émanciper de la métropole et de l'Europe", d'où vient la quasi-totalité des importations. La Réunion pourrait par exemple importer d'Afrique du sud, a-t-il avancé.

D'autre part, la nouvelle législation abaissera "le seuil pour le contrôle des concentrations dans le commerce de détail, ce qui permettra de contrôler la plupart des opérations portant sur des surfaces de vente supérieures à 600 m2".

Dans le secteur de la grande distribution, elle dote l'Autorité de la concurrence du pouvoir d'adresser aux opérateurs des "injonctions structurelles, pouvant aller, après procédure contradictoire, jusqu'à la cession de surface".

Par ailleurs, pour ce qui concerne spécifiquement les carburants, le gouvernement a chargé les préfets outre-mer de préparer un dispositif calqué sur celui de la métropole pour faire baisser les prix à la pompe.
www.20minutes.fr/politique/997611-outre-mer-gouvernement-accelere-reformes-contre-vie-chere
ww.ligury.com/?p=8682
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Antilles se soulèvent   Aujourd'hui à 11:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Antilles se soulèvent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Madiana (Antilles) sans alcool
» La Maison des Antilles, le partenaire de notre anniversaire !
» Bonjour des Antilles
» [Campagne] ANTILLES
» Les produits "Miss Antilles, Activilong"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: