sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Jeu 19 Mar - 3:59


photo : www.jean-luc-melenchon.fr

Européennes : le «front de gauche» PCF-PG est lancé

Jean-Luc Mélenchon, fondateur du PG et tête de liste dans le Sud-Ouest, a souhaité que ce front, créé en novembre sur la base du «non de gauche» au traité européen en 2005, devienne un «front populaire majoritaire, à la base et au sommet».

Appelant à la «révolution par les urnes», l’ex-socialiste a souhaité faire des européennes un «double référendum», contre l’Europe du Traité de Lisbonne et la politique de Nicolas Sarkozy, et a appelé à une «insurrection civique», comme en 2005.

Le MRC de Chevènement pourrait rejoindre le front lancé le 8 mars par Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon. Le NPA préfère lui garder ses distances, faisant ses propres listes pour les élections européennes.

Pour l’ex-LCR (devenue NPA), Christian Picquet et ses amis, dont la motion favorable au «front de gauche» avait recueilli 16% au congrès fondateur du NPA début février, le parti, en «claquant la porte» à l’unité par un «empilement de faux prétextes», prend une «responsabilité historique».

trois circonscriptions (Est, Sud-Est et Outre-mer) sont encore ouvertes pour de possibles alliances avec les Alternatifs (également courtisés par le NPA) et le MRC de Jean-Pierre Chevènement.

Selon le dernier sondage Ifop, la liste PCF-PG recueillerait 4% des intentions des vote, contre 9% au NPA et 3% pour Lutte ouvrière, soit 16% pour l’ensemble de la gauche radicale (8,6% en 2004).

Christian Picquet regrette déjà qu’«au lendemain des européennes, face à un PS qui n’a rien à dire et qui est en proie à ses querelles de baronnie, vous aurez une gauche de gauche éparpillée, en miettes, où chacun se disputera la première place d’un espace occupé par des nains politiques».

www.liberation.fr/politiques/0101553056-europeennes-le-front-de-gauche-pcf-pg-est-lance
www.marianne2.fr/Front-de-gauche-le-refus-du-NPA-passe-mal_a176978.html
www.humanite.fr/2008-11-10_Politique_Convergences-sur-un-front-de-gauche-aux-europeennes
www.dailymotion.com/video/x8meuj_un-front-de-gauche-pour-des-elues-u_news cyclops


Les élections européennes de 2009 se dérouleront du 4 au 7 juin, dans les 27 États membres de l'Union européenne (samedi 6 et dimanche 7 juin en France). Elles auront pour but d'élire le nouveau Parlement européen et plus de 500 millions d'Européens seront ainsi représentés.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_europ%C3%A9ennes_de_2009



Lancement du Front de Gauche

Le capitalisme traverse une crise historique. Chaque jour de nouveaux plans sociaux sont annoncés. La hausse du chômage est dramatique et sans précédent. Les services publics sont démantelés. Les droits sociaux reculent, la catastrophe écologique s'avance. Il est urgent de changer de politique !

Pourtant, l'Union européenne n'a pas su, pas voulu réagir face à la crise. Les gouvernements européens veulent faire payer la note de leur échec aux salariés, aux jeunes, aux citoyens. Ensemble nous voulons saisir l'occasion des élections européennes du 7 juin pour sanctionner les politiques libérales qui ont conduit à ce désastre. Avec le développement des luttes et les mouvements sociaux, dans notre pays comme dans toute l'Europe, le vote du 7 juin sera une nouvelle occasion de faire entendre la colère et la volonté de choix en rupture avec l'Europe libérale et ses Traités dont celui de Lisbonne. Et d'élire de nombreux députés qui, tous les jours, nous protègent et portent nos préoccupations.

Nous soutenons donc les listes du Front de Gauche pour changer d'Europe, rassemblement ouvert à tous les citoyens et les citoyennes, toutes les forces politiques et sociales, qui défendent une Europe nouvelle, solidaire, de justice et de paix, écologique, démocratique, en rupture avec les dogmes néolibéraux et les traités européens actuels.

Le film du meeting de lancement du front de Gauche au Zenith
www.dailymotion.com/video/x8mk3o_resume-du-zenith-du-8-mars-2009_news

www.frontdegauche.eu/
www.lepartidegauche.fr/




Jean-Luc Mélenchon : « La photo de foule. Regardez la bien. Je devrais mettre en légende la mention suivante : « pas vu à la télé ». C’est la photo du meeting du Zénith, le dimanche 8 mars, pour le lancement du Front de Gauche. On voit que la salle est dans sa configuration grand format. 6300 personnes ! Le double du meeting de 2005 sur le « non au référendum » ! Certes retransmis par les chaines parlementaires. Sans elles, on aurait eu... rien ! Bon d’accord, France 3 a fait un papier factuel, le soir même, avec invitation de Marie-Georges Buffet sur le plateau. Chapeau ! Et France 2 a passé un reportage de quelques secondes. Mais deux jours plus tard. Vu ? Donc il ne s’est rien passé ce dimanche 8 mars au Zénith. Il n’y avait personne. Il n’y avait pas de meeting ! 6300 personnes trois mois avant une élection, ça ne veut rien dire ! Et maintenant commençons un jeu. Le jeu du gavé rusé. Samedi prochain, le PS fait aussi un Zénith. Avec un concert, gratuit bien sur. Un concert, c’est sympa non ? Pas comme nous qui avons saoulé 6300 personnes avec de la politique pendant trois heures ! Tsss ! Tsss ! Combien seront-ils, sachant que ce mardi il n’y a pas encore une seule affiche sur les murs ni un seul tract de distribué ? Combien les « observateurs » vont-ils leur attribuer de « spectateurs » militants ? Ouvrez les paris autour de vous ! Et rendez-vous sur toutes les chaînes de toutes les télés et radios pour le résultat ! »

17 mars 2009
www.marianne2.fr/Continental,-Front-de-Gauche,-Meluche-aime-les-medias_a177222.html




Appel à soutenir le front de gauche
www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_petitions&view=petition&id=84&Itemid=48
http://partidegauchegard-30.midiblogs.com/tag/npa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Ven 15 Mai - 21:34



Grand Marché Transatlantique
Mise en place en 2015 d’une zone de libre-échange Europe-USA


L'Union Européenne l'a décidé le 26 mars 2009. Le Parlement européen a voté -socialistes inclus-, pour un grand marché transatlantique dérégulé, sans droits de douanes et sans barrière à la circulation des capitaux et des marchandises.
En 2015 nous ne formerons plus qu'un ensemble économique et social avec les Etats-Unis d'Amérique.

Personne n'en parle mais Jean-Luc Mélenchon le dénonce le 21 avril dans cette vidéo :
www.dailymotion.com/relevance/search/melenchon/video/x9203t_jeanluc-melenchon-le-futur-grand-ma_news cyclops

Dès 2010 pour les services financiers et les marchés de capitaux

L’Union Européenne se prépare à imposer, à l’insu des peuples européens, un « Grand marché transatlantique » pour 2015, avec une recommandation d’exécution anticipée à 2010 pour les services financiers et les marchés de capitaux.

En effet, le 26 mars 2009, le Parlement Européen a signé une résolution visant à « Faire en sorte que les générations présentes et futures continuent d’être engagées dans ce partenariat » avec les États-unis. (Partenariat qui n’est autre que le « Grand marché transatlantique »).

Ce partenariat doit toucher des domaines tels que : « les services financiers, les marchés des capitaux, l’aéronautique, l’économie digitale (vie privée, sécurité, droits de propriété intellectuelle), la politique de concurrence et la coopération en matière de régulation ». Il vise à « instaurer la libre circulation des marchandises, des capitaux, des services et des personnes ».
Il doit prendre effet dès que le « traité de Lisbonne sera définitivement adopté ».

Les signataires de cette résolution sont le PPE ( Parti Populaire Européen, regroupant les Droites européennes, et dont l’UMP de Nicolas Sarkozy fait partie), l’ELDR (Libéraux démocrates européens, c’est-à-dire les différents partis centristes européens, dont le Modem de François Bayrou), le PSE (Parti Socialistes Européens, dont les Socialistes français sont membres) et les Verts.
Seuls les députés de la GUE (Gauche Unie Européenne, dont les députés communistes français sont membres) s’y sont opposés (mais la GUE est très minoritaire au Parlement Européen).

C’est dire l’importance de l’élection européenne du 7 juin prochain !

Il n’y a plus de clivage droite-gauche (leur alternance assure leur complicité et leur opacité – le PS ayant quitté ses racines socialistes – , toute tierce influence étant vue comme subversive, fascisante –Bayrou l’est tellement), rouges-bleus (USA), conservateurs-travaillistes (Royaume-Uni) : ceux-ci s’accordent pour un nouveau clivage population/pouvoir (Etats et entreprises privées), citoyens Européens/Institutions-lobbies, clivage dominé et régi par le libre Marché.
www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article10578



Grand Marché Transatlantique : transfert de la souveraineté européenne

Un grand Marché Transatlantique devrait se mettre en place d’ici à 2015 dans le plus Grand Silence. Cet « espace de liberté, de sécurité, de justice » Rolling Eyes reposerait sur le Marché libre et sur le contrôle des populations. Ce nouvel ensemble UE-US, approuvé le 28 mai 2008 par les Institutions Européennes, signifie la transfert de la souveraineté Européenne, après la transfert des souveraineté nationales de ses Etats membres qui seraient alors institutionnellement tous sous influence et domination américaine.
www.agoravox.fr/tribune-libre/article/grand-marche-transatlantique-55004

Absorption de l’Union européenne dans l’espace économique et juridique états-unien
Grand marché et contrôle des populations
Primauté du droit états-unien


Les négociateurs européens admettent que le pouvoir exécutif se surveille lui-même en considérant que le système de contrôle interne du gouvernement US offrait des garanties suffisantes. Ils ont accepté que les données concernant la « race », la religion, les opinions politiques, la santé, la vie sexuelle, soient utilisées par un gouvernement à condition « que les lois domestiques fournissent des protections appropriées ». Chaque gouvernement pourrait décider lui-même s’il respecte ou non cette obligation.
Le grand marché transatlantique s’appuie sur la primauté du droit US. Il est d’abord une construction politique, même la création d’une Assemblée transatlantique est évoquée.
www.voltairenet.org/article159047.html

Selon Jean-Claude Paye, les événements du 11 Septembre ne constituent pas une coupure ni même la naissance d’un monde mais seraient le déclencheur permettant de légitimer et d’accélérer différentes réformes relatives aux libertés individuelles comme par exemple le "Patriot Act" de l’Administration Bush. Ainsi le 11 Septembre s’inscrirait dans une série de modifications de lois conçues de manières antérieures aux attentats.


Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de « La fin de l’Etat de droit » (La Dispute)
Quel marché transatlantique ?
20 11 2008
www.lesoir.be/forum/cartes_blanches/carte-blanche-quel-marche-2008-11-20-663885.shtml


Aujourd'hui même, il existe pratiquement autant de ponts entre les administrations européenne et américaine qu'il y a de champs de compétence européenne. Concurrence, environnement, régulation des services financiers, commerce international, bien sûr, mais aussi politique normatique : toute une trame réglementaire est en train de se construire sous la pression d'intérêts transatlantiques de plus en plus puissants (les échanges et les investissements croisés n'ont jamais été aussi important qu'aujourd'hui).

La question n'est donc pas : va-t-on faire converger les réglementations ? mais : comment vont-elles converger ?
Elle n'est pas : va-t-on vers une reconnaissance réciproque ? mais : à quelles conditions cette reconnaissance réciproque sera-t-elle accordée ?
http://lobbying.typepad.fr/lamerique_a_bruxelles/2007/04/j6_pour_le_gran.html

COLLOQUE PARLEMENTAIRE
CANADA-CONSEIL DE L'EUROPE, OCTOBRE 1998
« AU-DELÀ DE L'ALÉNA VERS UN MARCHÉ
TRANSATLANTIQUE CANADA-EUROPE »
www.parl.gc.ca/information/library/PRBpubs/prb989-f.htm



Nous avons la responsabilité d’empêcher la construction d’un nouvel ordre mondial à la main de l’hyper puissance.

http://prs57.over-blog.com/archive-06-2008.html
http://franceusa.blogspot.com/2009/04/usa-europe-bienvenue-la-world-company.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Dim 17 Mai - 22:20



58e festival Bilderberg à Athènes du 14 au 17 mai

Le groupe de Bilderberg, qui réunit chaque année des personnalités de l’élite mondiale de la politique et des affaires, a entamé jeudi une conférence de deux jours dans un palace près d’Athènes protégé par des mesures de sécurité exceptionnelles, a constaté l’AFP.

En ce moment même, alors que les projecteurs sont braqués sur le Festival de Cannes 2009, des milliardaires, industriels, banquiers, hommes politiques qui sont donc représentants du peuple, universitaires, hauts fonctionnaires, personnalités d’influence dans le monde du travail et de l’éducation et journalistes se réunissent en Grèce du 14 au 17 mai 2009, comme chaque année depuis près de 60 ans dans le silence le plus complet des grands médias. Cette réunion élitiste, manifeste concentration de pouvoir, porte le nom de "Groupe Bilderberg".

Nous n’allons ni vous faire un historique complet sur ce groupe imposant l’omerta, ni une critique acerbe, ceci serait bien trop long. En revanche, nous vous invitons à vivement vous informer sur celui-ci - vous noterez selon votre fonction, la gravité d’avoir un manque certain d’information aussi primordial sur le groupe Bilderberg - Vous constaterez aussi qu’avec une simple recherche Web, on tombe sur des articles de critiques de Bilderberg comme Alex Jones et Jim Tucker, qui sonnent l’alarme depuis des dizaines d’années sur le problème que soulève ce type de réunion à huis clos.

Nous avons envoyé cette lettre à un maximum de responsables politiques, de médias et de personnalités, dont vous. La diffusion de celle-ci sur Internet, accompagnée de la liste des personnes contactées, se fera crescendo. Plus personne ne pourra dire qu’il n’était pas au courant, comme l’avait fait Yves Calvi ou encore Hillary Clinton et bien d’autres personnalités pourtant dites expertes dans le domaine ou extrêmement concernées par le sujet. [...]

www.marcfievet.com/article-31395485.html
http://societelibertairequebec.blogspot.com/




13 participants sont désormais connus. Les informations commencent à filtrer.

1- Robert Zoellick, président de la Banque Mondiale 2- Tim Geithner, Secrétaire au Trésor des Etats-Unis 3- Jo Ackermann, patron de la Deutsche Bank 4- Jean-Claude Trichet, président de la Banque Centrale Européenne 5- Miguel Ángel Moratinos, ministre espagnol des Affaires Etrangères 6- Richard Holbrooke, envoyé spécial des Etats-Unis pour l’Afghanistan et le Pakistan 7- Jose Manuel Barroso, président de la Commission Européenne 8- La reine Sophie d’Espagne 9- La reine Beatrix des Pays-Bas 10- Carl Bildt, ministre suédois des Affaires Etrangères 11- Daniel Estulin, journaliste espagnol 12- Dora Bakoyannis, ministre grecque des Affaires Etrangères 13- Larry Summers, directeur du National Economic Council des Etats-Unis.

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2009/05/16/groupe-de-bilderberg-et-silence-des-medias-francais.html

Onze Français étaient présents à la réunion du Groupe de Bilderberg 2008 à Chantilly, près de Washington :

1- Nicolas Baverez, essayiste, journaliste, chroniqueur de l’hebdomadaire « Le Point »
2- Henri de Castries, patron des assurances AXA
3- Bertrand Collomb, patron des Ciments Lafarge
4- Jean-Pierre Jouyet, ministre français des Affaires Européennes
5- Christophe de Margerie, patron de Total
6- Thierry de Montbrial, patron de l’IFRIS (Institut Français des Relations Internationales et Stratégiques)
7- Christine Ockrent, épouse de Bernard Kouchner, ministre français des Affaires Etrangères
8- François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Elysée
9- Jean-Claude Trichet, patron de la Banque Centrale Européenne
10- Manuel Valls, député membre du Parti Socialiste
11- Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires Etrangères, membre du Parti Socialiste

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article85790

Hommes politiques français ayant déjà participé à une réunion du Groupe de Bilderberg, de 1954 à 2008 :

* Jacques Attali (1975), French economist and scholar and former presidential adviser of France’s socialist government

* Edouard Balladur (1987), former Prime Minister of France

* Michel Barnier (2007), former French Foreign Minister

* Raymond Barre (1983), former Prime Minister of France

* Pierre Bérégovoy (1992), former Prime Minister of France

* Jean-Pierre Chevènement (1984, 1990), former Minister of Defense (France)

* Jean-Pierre Cot (1977), French politician, former Mayor of Coise

* Gaston Defferre (1964, 1966), former Mayor of Marseille

* Jacques Delors (1992)

* Laurent Fabius (1994), former Prime Minister of France

* Edgar Faure (1974), former Prime Minister of France

* Maurice Faure (1955, 1963, 1966)

* Valéry Giscard d’Estaing (1968, 2003), former President of the French Republic

* Olivier Guichard (1966, 1977), French politician, former French Minister of Justice

* Maurice Herzog (1974), former Mayor of Chamonix

* Lionel Jospin (1996), former Prime Minister of France

* Jean-Pierre Jouyet (2008), French Minister of European Affairs

* Bernard Kouchner (2005), current Minister of Foreign Affairs (France)

* Pierre Mendes-France (1968), former Prime Minister of France

* Guy Mollet (1954, 1955, 1957, 1963, 1966), former Socialist Prime Minister of France

* Antoine Pinay (1954, 1955, 1963, 1964, 1966), former Prime Minister of France

* René Pleven (1963, 1966), former Prime Minister of France

* Georges Pompidou (1966), former President of the French Republic

* Jean Francois-Poncet (1982, 1985, 1988), former French Foreign Minister

* Jean-Bernard Raimond (1994), former French Foreign Minister

* Michel Rocard (1986), former Prime Minister of France

* Jacques Rueff (1958, 1966)

* Philippe Séguin (1990), former Mayor of Epinal

* Dominique Strauss-Kahn (2000)

* Manuel Valls (2008), French Member of Parliament

* Hubert Védrine (1987, 1992, 2008), former French Foreign Minister

* Dominique de Villepin (2003), former Prime Minister of France

w ww.bilderberg.org/pepis08.htm#106

www.dailymotion.com/tag/bilderberg/video/x8bwet_le-groupe-bilderberg-a-la-televisio_news
www.alterinfo.net/Bilderberg-du-31-mai-au-3-juin-2007-Istanbul,-Turquie-Bienvenue-aux-jusqu-au-boutistes_a9010.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Merci à BA   Ven 22 Mai - 21:45



Bilderberg, avec un B comme banquier

En 2009 le nombre de banquiers participant au Bilderberg est très révélateur. Dans la liste des participants, il y a des hommes d’Etat, plusieurs ministres des Affaires Etrangères en exercice, des militaires de très haut rang, des responsables de l’OTAN, mais on trouve surtout un nombre incroyable de banquiers.
Le pouvoir n’est plus dans les mains des hommes politiques, ni du complexe militaro-industriel. Le pouvoir est dans les mains des banquiers.

Après la reine Béatrice des Pays-Bas, la reine Sophie d'Espagne, et Philippe, le fils du roi des Belges, on trouve ainsi :

4- Étienne Davignon, Belgium, ancien président de la Société Générale de Belgique,
vice-président de la banque Fortis, président honoraire du Groupe de Bilderberg
5- Josef Ackermann, Germany, banquier, patron de la Deutsche Bank
6- Keith B. Alexander, Director of the National Security Agency, USA
7- Roger Altman, USA, banquier, proche du Parti Démocrate
8- Takis Arapoglou, banquier, National Bank of Greece, Greece
9- Ali Babacan, Turkey, actuel ministre des Affaires Etrangères
10- Balsemão, Francisco Pinto, Portugal, PDG de la holding de presse Impresa SGPS
11- Nicolas Baverez, France, chroniqueur du journal « Le Point »
12- Franco Bernabè, Italy
13- Xavier Bertrand, France, secrétaire général de l’UMP
14- Bildt, Carl, Sweden, actuel ministre des Affaires Etrangères
15- Jan Björklund, Sweden, actuel ministre de l’Education
16- Christoph Blocher, Switzerland, homme politique, Union Démocratique du Centre
17- Alexandre Bompard, France, PDG de la radio Europe 1
18- Ana Botín, banquière, fille du PDG de la Santander Bank, Group Emilio Botín, Spain.
19- Henri de Castries, PDG des assurances AXA, France
20- Juan Luis Cebrián, PRISA Group of Media, CEO, Spain
21- W. Edmund Clark, banquier, TD Bank Financial Group, Canada
22- Kenneth Clark, banquier, ΤD Βank Financial Group, Great Britain
23- Luc Coene, banquier, National Bank of Belgium, Belgium
24- Richard Dearlove, ex chef du MI 6, Service des renseignements extérieurs du Royaume-Uni
25- Mario Draghi, banquier, Βanca d΄Ιtalia, Italy
26- Eldrup, Anders, Denmark
27- Elkann, John, Fiat SPA, Italy
28- Enders Thomas, PDG d’ Airbus, Germany
29- José (Manuel) Entrecanales (Acciona Group, Construction and infrastructures), Spain.
30- Isidro Fainé Casas, banquier, President of Caixa "Bank" and SEAT Adviser, Spain.
31- Niall Ferguson, Harvard Business School, USA
32- Timothy Geithner, actuel Secrétaire au Trésor des Etats-Unis
33- Dermot Gleeson, Ireland, banquier, Allied Irish Banks
34- Donald E. Graham (Washington Ρost Company)
35- Halberstadt, Victor, Professor of Economics, Leiden University, Netherlands
36- Ernst Hirsch Ballin, Netherlands, actuel ministre de la Justice
37- Richard Holbrooke (envoyé spécial des Etats-Unis pour l’Afghanistan et le Pakistan)
38- Jaap de Hoop Scheffer, actuel secrétaire général de l’OTAN
39- James L. Jones, général du Corps des Marines, conseiller à la sécurité nationale des États-Unis
40- Vernon Jordan, homme d’affaires afro-américain, l’une des éminences grises du Parti Démocrate à Washington.
41- Robert Kagan, USA, chef de file des néo-conservateurs
42- Jyrki Katainen, Finland, actuel ministre des Finances
43- John Kerr, Baron Kerr of Kinlochard, Great Britain, diplomate
44- Mustafa Koç, banquier, Turkey
45- Roland Koch, Germany, homme politique, vice-président de la CDU
46- Sami Cohen, Journalist, Turkey
47- Henry Kravis, banquier, USA
48- Marie-Josée Kravis, banquière, USA
49- Neelie Kroes, une des 27 membres de la Commission Européenne
50- Odysseas Kyriakopoulos, S&B Group, Greece
51- Manuela Ferreira Leite, Portugal, banquière, administratrice non exécutive de Banco Santander.
52- Bernardino León, Spain
53- Jessica Mathews, Carnegie Endowment for International Peace, USA
54- Philippe Maystadt, banquier, European Investment Bank, Belgium
55- Frank McKenna, banquier, ΤD Βank Financial Group, Canada
56- John Micklethwait, The Economist, Great Britain
57- Thierry de Montbrial, Institut français des relations internationales (IFRI), France
58- Mario Monti, Bocconi University, Milan, Italy
59- Miguel Ángel Moratinos, Spain, actuel ministre des Affaires Etrangères
60- Craig Mundie, Microsoft, USA
61- Egil Myklebust, SAS Group, Norway
62- Matthias Nass, Die Zeit, Germany
63- Denis Olivennes, directeur du journal « Le Νouvel Οbservateur », France
64- Frederic Oudéa, banquier, PDG de la Société Générale, France
65- Cem Özdemir, co-président du parti des Verts en Allemagne
66- Tommaso Padoa-Schioppa, Italy, banquier, président du comité directeur du Fonds monétaire international
67- Papalexopoulos, Dimitris, CEO, Titan Cement Co. S.A., Greece
68- Richard Perle, Αmerican Εnterprise Ιnstitute, USA
69- David Petraeus, Commander, U.S. Central Command, USA
70- Manuel Pinho, Portugal, actuel ministre de l’Economie
71- Robert Prichard, Τorstar Corporation, Canada
72- Romano Prodi, président du Parti Démocrate européen (co-président : François Bayrou)
73- Heather Reisman, Ιndigo Βooks & Μusic Ιnc., Canada
74- Eivind Reiten, Norway (Chairman BD Norske Skog, former CEO Norsk Hydro)
75- Michael Ringier, Czech Republic
76- David Rockefeller, banquier, USA
77- Dennis Ross, USA, homme politique, membre du Parti Démocrate
78- Barnett Rubin, USA
79- Alberto Ruiz-Gallardón, Mayor of Madrid, Spain
80- Suzan Sabancı Dinçer, Turkey
81- Indira Samarasekera, President of the University of Alberta, Canada
82- Rudolf Scholten, Social Democratic Party, Austria
83- Jürgen Steb, Germany
84- Pedro Solbes, Spain, homme politique, membre du Parti Socialiste
85- Sampatzi Saraz, banquier, Turkey
86- Sanata Seketa, Canada (University of Canada)
87- Lawrence Summers, banquier, USA, chef du Conseil Economique National
88- Peter Sutherland, banquier, Ireland
89- Martin Taylor, banquier, Barclays Bank, Great Britain
90- Peter Thiel, USA, libertarien proclamé, il a fondé The Stanford Review, aujourd’hui principal journal conservateur/libertarien de l’université.
91- Agan Ourgkout, Turkey
92- Matti Vanhanen, actuel Premier Ministre de la Finlande
93- Daniel Vasella, Novartis AG, Switzerland
94- Jeroen van der Veer, CEO Royal Dutch Shell, Netherlands
95- Guy Verhofstadt, ancien Premier Ministre, Belgium
96- Paul Volcker, USA, directeur du Conseil pour la Reconstruction Economique
97- Jacob Wallenberg, banquier, Sweden
98- Marcus Wallenberg, banquier, Sweden
99- Nout Wellink, banquier, Netherlands
100- Martin Wolf, Financial Τimes, Great Britain
101- James Wolfensohn, banquier, USA
102- Paul Wolfowitz, banquier, ancien président de la Banque Mondiale, USA
103- Fareed Zakaria, USA - Newsweek
104- Robert Zoellick, USA, actuel président de la Banque Mondiale
105- Dora Bakoyannis, Greece, actuel ministre des Affaires Etrangères
106- Anna Diamantopoulou, Greece, membre du Parti Socialiste Grec
107- Yannis Papathanasiou, Greece, actuel ministre de l’Economie et des Finances
108- Georgios Alogoskoufis, Greece
109- George David, Coca-Cola 3E, Greece.
www.wacholland.org/nl/nieuws/bilderberg-2009-dag-4-final-day-inclusief-nederlandse-deelnemers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Ven 22 Mai - 21:59



L’Europe, sur un petit clip de propagande

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé le 20 mai 2009 avoir rejeté la demande de suspension d’un clip télévisé du gouvernement incitant à participer au scrutin des européennes.
Un clip avec lequel le gouvernement va arroser nos chaînes de télévision : le Ministère de l’Intérieur a sorti le 7 Mai, avec le concours de l’Union Européenne, un spot dans le cadre de la " campagne d’information et d’incitation au vote pour les élections européennes 2009". On peut le trouver sur le site du ministère.

Mathieu Colloghan [1] proposait une analyse de ce de ce clip de propagande : une analyse . que nous publions ci-dessous en « tribune » et dont manifestement – nous en sommes évidemment très surpris… - le CSA n’en a tenu aucun compte….

…. Et pour cause : cet analyse, que nous publions ci-dessous en « tribune » met clairement en évidence que ce clip conçu et réalisé par le Service d’information du gouvernement (SIG) n’est pas exclusivement au service de Nicolas Sarkozy et de l’UMP : il magnifie l’histoire d’une construction européenne dont de nombreux citoyens et quelques candidats récusent le contenu et les modalités ; il célèbre le rôle des présidents de la République française alors que l’enjeu de la prochaine élection est d’élire le Parlement européen… et n’oublie pas, bien sûr, de mentionner le rôle de Nicolas Sarkozy à la réunion du G 20 (dont le rapport avec le le Parlement européen est assez mystérieux…)

Nul doute que tous les journalistes politiques suspicieux vont s’insurger contre ce clip de propagande au nom de leur indépendance et contre la décision du CSA, garant suprême du pluralisme. Nul doute que, désormais, ce clip ne sera jamais diffusé sans commentaires… (Acrimed)

Propositions de menus ajouts

Par exemple, dans les premiers jours de la construction européenne, on aurait pu ajouter les volontaires européens contre le bolchevisme sur le front de l’Est ou les premiers rapprochements franco-allemands des années 40.


[...] Mais je m’égare. On parle de ce que l’Europe construit.

L’autre Europe

Eh bien, on aurait pu rajouter un truc sur les mobilisations sociales européennes, non ? L’Europe dans la rue, c’est bien de la construction européenne aussi, ça. [...]

Ou sur les mobilisations européennes contre les convois de déchets radioactifs. Ça vaut bien Erasmus, ça, non ?



[...]
Ceci dit, parler de social, de mobilisations, de manif, d’ouvriers, de bruits de bottes à l’Ouest (Tiens ! pourquoi pas des images des mobilisations à Prague, Gênes, Evian, Rostock ou Goteborg. L’Europe de la répression et des robocops ?) ...

Bref, parler de tout ça aurait juré dans ce spot où l’Europe se construit au rythme des présidents français. Une suite ininterrompue de progrès techniques, de gain de Paix, de Liberté et de Progrès, (Pitoyable quand on ne peut mettre en avant que le projet Erasmus qui ne concerne qu’une poignée d’étudiants riches !) portées aujourd’hui par président Sarkozy. Ça aurait juré.
L’important, c’est bien de s’être gardé de toute propagande idéologique !

Mathieu Colloghan
www.acrimed.org/article3144.html

qui a fait un autre clip : www.youtube.com/watch?v=si9V3Ih4nbA&feature=player_embedded cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Mar 26 Mai - 6:08


Dessin de BENCH

Lobby Planet

A Bruxelles, capitale européenne, capitale du lobbying : reportage sur les activités et l’influence qu’excercent ces cabinets de "communication", "d’analyse" ou de "stratégie" (peu importe finalement leur couverture) employés par les groupes industriels pour défendre leur intérêts auprès des institutions européennes.
Comment promouvoir les OGM, encourager les privatisations ou préserver les pesticides ...en faisant du lobbying et en détournant ainsi les lois européennes au service de l’industrie !

En prévision : des Agences "indépendantes", hors contrôle démocratique, sur le modèle de la Food & Drugs Administration. Des villes d'Europe se sont déjà portées candidates pour les recevoir.

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/labassijysuis/

Union européenne : les lobbyistes politiques contre toute transparence

Il existe quelque 15 000 professionnels du lobbying à Bruxelles et environ 2 600 groupes d’intérêt qui y disposent de bureaux permanents. [On estime] que les activités de lobbying généraient entre 60 et 90 millions d’euros de revenus annuels pour les lobbyistes. Comme il n’existe ni directive ni tenue de registre obligatoire, personne ne le sait vraiment.

l’on peut lire sur les sites web de certaines ONG bénéficiant de fonds communautaires que leur tâche principale réside dans le « travail de lobby dans les couloirs de la Commission ». « La commission finance des lobbies pour que des lobbyistes professionnels exercent des pressions sur elle. »

Avec plus d’un millier de groupes de pression auxquels s’ajoutent des centaines de services des relations publiques et de services financiers, des cabinets d’avocats d’affaires offrant leurs services de lobby, des dizaines de « think tanks » (groupe de réflexion) financés par les entreprises ainsi que des centaines de bureaux « d’affaires communautaires », Bruxelles fait concurrence à Washington pour le titre de capitale mondiale du lobbying.

Selon l'Observatoire européen des entreprises (CEO), soixante-dix pour cent des 15 000 lobbyistes professionnels représentent la grande industrie. Chaque industrie ou secteur imaginable bénéficie d’un groupe de pression. Vingt pour cent représentent des ONG, ce qui comprend aussi les syndicaux, les groupes d’organisation de santé publique, d’environnement, etc. Dix pour cent représentent les intérêts des régions, des villes et des institutions internationales.

Leur objectif principal est la Commission européenne car elle seule est habilitée à proposer et à élaborer une nouvelle législation pour le Parlement européen.

Les lobbyistes ont aussi pour cible le Conseil des ministres qui est un autre décideur communautaire

Tout dernièrement, avec l’extension de ses pouvoirs, le Parlement européen, il est lui aussi devenu la cible des lobbyistes.

l’Union des industries des pays de la communauté européenne (UNICE), la confédération patronale européenne, a exigé un moratoire sur toute nouvelle initiative sociale jusqu’à ce que l’UE soit devenue l’économie la plus « concurrentielle » du monde.

Le lobby de l’industrie chimique a été l’un des plus tapageurs en organisant l’une des campagnes de lobbying la plus scandaleuse de l’histoire de l’Union européenne. Jusqu’à 99 pour cent de l’ensemble des produits chimiques vendus dans l’UE n’ont été soumis à aucun examen officiel relatif à l’environnement et à la santé.

L’un de ces « front groups » est le Forum scientifique et environnemental du brome (BSEF), créé par Burson-Marsteller pour les quatre plus gros producteurs de brome au monde. Le brome est un additif anti-feu dont les effets secondaires sur l’environnement et la santé sont sérieux.
Ils recoururent aux services de Burson-Marsteller quand plusieurs pays européens se mirent à réglementer l’emploi des retardateurs de flamme au brome (BFR) et envisagèrent une interdiction frappant certains de leurs produits. L’année dernière, l’UE annulait l’interdiction d’une espèce de brome.

Un autre puissant groupe est celui du lobby de Biotech, comprenant l’Association européenne des Semences (ESA) et l’Association européenne des Bio-Industries (EuropaBio), un groupe-parapluie de l’ensemble du secteur de la bio-industrie. Quatre des plus importantes entreprises d’agribusiness et de biotech du monde ­ Monsanto, Syngenta, Pioneer (DuPont) et Bayer ­ sont membres de ces deux groupes disposant également de leurs propres bureaux.

Il existe des think tanks d’entreprises au même titre que des associations commerciales. L’un des think tanks les plus en vue qui se soit installé à Bruxelles est le Centre de politique européenne. Rolling Eyes Il est financé par l’industrie et met à la disposition des médias l’« expert instantané » prêt à commenter les derniers développements de l’UE.

Le Centre for the New Europe (CNE) est un autre think tank très bien financé et qui est conçu selon les modèles américains ultra-droitiers et très agressifs, le Heritage Foundation et le Competitive Enterprise Institute. Il attaque la politique environnementale de l’UE qu’il déclare être basée sur une « science pourrie »

TechCentralStation, un think tank droitier qui dispose d’un site web (www.techcentrastation.be) financé par Microsoft, Exxon et McDonalds publie des articles écrits par des ultra-droitiers américains et européens qui dénoncent toute législation progressiste encore en dicussion.

L’industrie de l’armement met également en avant l’Agenda de Lisbonne et la compétitivité pour plaider sa cause et faire passer les dépenses actuelles de l’UE, qui sont de 3 pour cent, à celles des Etats-Unis qui sont de 6 pour cent du produit national brut (PNB).

La réponse des lobbyistes à la demande de transparence

Rogier Chorus, de la Société des professionnels des affaires européennes (SEAP), une organisation commerciale regroupant 150 lobbyistes et créée dans le but d’éviter toute forme de réglementation du lobbying a sommé avec arrogance la Commission de « revoir sa copie » en l’accusant de corruption, disant qu’elle ferait bien de balayer d’abord devant sa propre porte en rendant « les fonctionnaires moins vulnérables aux pots-de-vin ».

Selon le CEO, Daniel Guéguen, président exécutif de l’European Training Institute (ETI), prédit des tactiques de lobbying encore plus agressives. Dans une interview récente il dit « Je pense aussi qu’à l’avenir on ira vers des stratégies [de lobbying] de plus en plus dures, vers des approches de l’intelligence économique de plus en plus sophistiquées comportant probablement le recours à des pratiques de manipulation, de déstabilisation, ou de désinformation. »

Jean Shaoul
Source : www.wsws.org
www.legrandsoir.info/article2420.html
www.corporateeurope.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Merci à Olive   Jeu 28 Mai - 21:21



Européennes : le scrutin qui va enrichir l'UMP

Même si les résultats sont incertains, l'UMP devrait profiter des élections européennes pour... s'enrichir. Les services financiers du parti, dirigés par Eric Woerth, ont conçu une savante martingale qui pourrait dégager un bénéfice de 3,6 millions d'euros. Comment ? Selon un « mémorandum » interne du 9 février, c'est « le siège de l'UMP » qui assumera « l'essentiel des dépenses pour le compte des listes ». Un budget de 510 000 euros est prévu à cet effet dans chacune des 10 grandes régions. Or ces dépenses, qui seront remboursées par l'Etat au titre du financement officiel, ne consisteront qu'en un meeting par région, une brochure, 5 tracts et la réalisation d'un site Internet-soit pas plus de 150 000 euros par liste, selon les experts du parti. La différence abondera les caisses de l'UMP. Dernier détail, la note précise qu' « il sera demandé aux candidats élus un apport personnel » : 8 000 euros pour un sortant, 5 000 euros pour un nouveau. Quand on aime son parti, on ne compte pas !

Hervé Gattegno
www.lepoint.fr/actualites/2009-03-05/le-scrutin-qui-va-enrichir-l-ump/1331/0/322885


Woerth, époux de banquière

Le coût des européennes

Selon un vieil adage, la démocratie n’a pas de prix, mais elle a un coût. Qui, nonobstant la crise, se révèle de plus en plus élevé. Les candidats aux élections européennes du 7 juin disposent d’une marge de manoeuvre appréciable pour financer leur campagne : affiches, profession de foi, tracts, organisation de réunions publiques, mise en service de sites Internet et de vidéo, etc. Le montant des dépenses autorisées s’élève cette année à 1.265.000 euros pour chaque liste présentée dans les huit circonscriptions contre 1.150.000 euros lors du scrutin de 2004.

« C’est un plafond particulièrement élevé », observe François Logerot, le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, un organisme chargé de contrôler les dépenses engagées. Ce plafond de dépenses s’applique indifféremment dans chacune des circonscriptions, qu’il y ait à élire 3 députés comme dans celle d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion) ou 13 comme en Ile-de-France ou dans le Sud-Est. Sur les 151 listes attendues, 104 ont, à ce jour, officiellement été déclarées. Aux dernières européennes, il y en avait eu 169.

La commission se veut intraitable. Si Nicolas Sarkozy participe, comme il en a l’intention, à un meeting de soutien aux candidats UMP, l’organisation de la rencontre devra figurer dans les comptes du parti. Mais ce ne sera pas le cas pour la réunion prévue le 10 mai à Berlin avec la chancelière Merkel.

De même, un candidat parisien tête de liste en province, comme le socialiste Vincent Peillon dans le Sud-Est, en sera pour ses frais de ses allers-retours. « On ne rembourse pas les frais de déplacement domicile/travail », note François Logerot. L’abaissement du seuil de remboursement des dépenses à 3 % contre 5 % précédemment a pour conséquence de favoriser l’émergence de petites listes, mais celles-ci ont pour habitude de limiter leurs frais dans des proportions inférieures au montant autorisé.

Denis Demonpion
www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-19/elections-le-cout-des-europeennes/917/0/335438


De nouvelles économies s'imposent
Eric Woerth est content : "Il a supprimé 15 479 emplois au lieu de 15 000"
Évidemment, c'est plus facile que de faire disparaître les niches fiscales puisque Madame Lagarde envisage d'en "plafonner" cinq.
http://slovar.blogspot.com/2008/05/eric-woerth-est-content-il-supprim-15.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Lun 1 Juin - 16:23


cyclops anim'

Merkel-Sarkozy, la photo de famille

Le chef de l'UMP était à Berlin ce 31 mai.
Angela Merkel, pour ce meeting de campagne, a surtout choisi de s’en prendre aux eurosceptiques.
"Ceux qui refusent le traité de Lisbonne, qui permet de mieux travailler, qui permet d’admettre de nouveaux membres, et qui parlent en même temps d’élargissement, nous refusons de leur tendre la main".
Spécialement - mais non nommément - visé, le chef des conservateurs britanniques David Cameron.
Les Tories ont en effet récemment pris la décision de quitter le Parti populaire européen (PPE) dont font partie l’UMP et la CDU.
www.france-info.com/spip.php?article290260&theme=14&sous_theme=388
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Mar 2 Juin - 1:48



« Nos maîtres » veulent nous IMPOSER un Parlement Mondial

Source : Comité d’Action pour un Parlement Mondial
Reproduction autorisée pour les bloggers à condition de citer clairement SpreadTheTruth.fr
Tous droits réservés SpreadTheTruth.fr
A LIRE INTEGRALEMENT


Le 5 mai 2009, le Comité d’action pour un Parlement Mondial (COPAM), basé à Paris, s’est joint à la Campagne pour l’Établissement d’une Assemblée Parlementaire des Nations Unies (CEUNPA). La décision suit une réunion entre le Président du COPAM, Olivier Giscard d’Estaing et le Chef du Secrétariat CEUNPA, Andreas Bummel, à Paris.

Le COPAM a été établi en 1995 afin de bâtir un soutien pour la création d’un Parlement mondial. Au sein du Comité honoraire de l’organisation on peut compter plus de 20 personnalités.

La plupart étant d’anciens chefs d’Etat ou de gouvernement. Le COPAM et le Secrétariat CEUNPA ont convenu d’une collaboration dans des secteurs spécifiques. “L’objectif de créer un Parlement mondial est exigeant et complexe. Pourtant, je crois qu’il sera finalement réalisé. Cependant, pour le rendre possible, il est important que toutes les institutions, groupes et individus de partout à travers le monde qui partagent cet avis, travaillent ensemble et coordonnent leurs activités. C’est un des objectifs de la Campagne pour l’Établissement d’une Assemblée Parlementaire de L’ONU. Nous avons donc le plaisir de joindre ce réseau”, affirmait M. Giscard d’Estaing. “

“Quant aux détails de la proposition, je voudrais mettre en évidence que selon notre point de vue, les futurs délégués d’une assemblée parlementaire mondiale pourraient initialement être nommés par les Parlements nationaux. Cependant, nous croyons que les délégués ne devraient pas nécessairement être eux-mêmes des députés élus. Le cumul du mandat mondial avec un autre mandat parlementaire au niveau national serait à l’inconvénient du premier”, ajoutait M. Giscard d’Estaing.

Parmi les personnalités qui ont soutenu COPAM on peut trouver
Andreas van Agt, l’ancien Premier ministre des Pays-Bas,
Jacques Delors, l’ancien Président de la Commission Européenne,
Sonia Gandhi, Président du Parti du Congrès d’Inde,
Valéry Giscard d’Estaing, ancien Président de la France,
Felipe Gonzalez, ancien Président de l’Espagne,
Nelson Mandela, ancien Président de l’Afrique du Sud,
Shimon Peres, ancien Premier ministre d’Israël,
Mario Soares, ancien Président du Portugal et Gaston Thorn, ancien Premier ministre du Luxembourg.

Le saviez-vous ?

Trois jours avant que les dirigeants mondiaux ne se réunissent à Londres, [G20], en vue d’apporter des solutions à la crise financière, des politiciens, des universitaires et des représentants d’organisations de la société civile originaires de 61 pays ont publié une déclaration commune appelant à la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies. (Cliquez ici pour voir le document)



Cette proposition est conforme aux recommandations similaires déjà adoptées par le Parlement européen, le Parlement pan-africain, le Parlement latino-américain et le Sénat d’Argentine.

Ce document stipule que « la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies devrait être une partie importante du nouveau système de gouvernance financière et économique internationale ». Selon cette déclaration, ce forum parlementaire mondial pourrait d’abord être créé en tant qu’organe consultatif. Cependant, elle suggère qu’« à long terme », le parlement « puisse exercer un réel contrôle mondial sur les institutions du système »

La liste des signataires de « l’Appel au contrôle démocratique mondial des institutions financières et économiques internationales » comprend 140 parlementaires et de nombreux anciens ministres et membres de gouvernement, parmi eux Hans Eichel, qui a servi comme ministre allemand des finances de 1999-2005.

Cette requête est également soutenue par l’ancien Secrétaire général des Nations Unies, l’égyptien Boutros Boutros-Ghali. « En ce moment critique, nous exhortons les Nations Unies et le gouvernement de ses Etats membres de soutenir la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies au cours des délibérations sur la réforme des institutions monétaires, financières et économiques internationales », a souligné M. Boutros-Ghali.

La déclaration fait entre autre remarquer que ce nouvel organe pourrait « contrôler les liens réciproques entre les politiques financières et économiques du système international et leur impact dans d’autres domaines tels que le développement durable, l’approvisionnement alimentaire, l’éducation, la santé ou l’éradication de la pauvreté ».

Voici quelques extraits de la déclaration pour la création d’un parlement mondial pour « contrôler » le système international : (Cliquez ici pour lire le document)

« La communauté mondiale fait face à un énorme bouleversement économique et social déclenché par la crise financière mondiale. La réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement est sérieusement menacée »

« Des répercussions potentiellement graves sont à craindre sur la stabilité politique et la démocratie. La situation exige des réactions mondiales rapides et efficaces. Un cadre institutionnel approprié doit être mis en place pour réguler et réorienter le système financier. »

« A ce moment critique, nous devons nous assurer que le nouveau système d’institutions internationales monétaires, financières et économiques soit suffisamment bien choisi, plus crédible, légitime, transparent, responsable, représentatif, réactif et plus démocratique. La création de ce système réformé doit garantir aux citoyens du monde, qui sont concernés par ses politiques et ses prises de décisions, de pouvoir faire entendre leur voix au cours des processus d’élaboration, d’application et d’évaluation de ces politiques. Cette tâche doit être soutenue par la création d’un organe mondial composé de représentants élus. »

« La création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies devrait représenter une part importante du nouveau système de gouvernance internationale financière et économique. Cette assemblée pourrait initialement avoir une fonction largement consultative. A long terme, elle pourrait exercer un authentique contrôle mondial sur les institutions du système. Une telle assemblée pourrait :


• superviser les politiques financières et économiques du système, ainsi que leurs liens avec et leur impact sur d’autres domaines tels que le développement durable, l’approvisionnement alimentaire, l’éducation, la santé ou l’éradication de la pauvreté ;

• contribuer à sensibiliser la population aux événements critiques avant qu’ils n’éclatent ;

• fonctionner comme un organisme de surveillance pour garantir l’application effective des réformes et réglementations ;

• rassembler les remarques et commentaires émis au niveau local et par la société civile, en portant une attention particulière aux plus faibles, aux plus pauvres et aux moins privilégiés ;

• avoir voix au chapitre lors de l’élection des directeurs exécutifs des institutions du système ;

• contribuer à la recherche d’une solution aux problèmes mondiaux les plus urgents. »

« Nous en appelons aux Nations Unies et aux gouvernements des Etats membres de ces dernières pour soutenir la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies au cours des délibérations concernant la réforme des institutions internationales monétaires, financières et économiques auxquelles ils prendront part.

Nous encourageons la Commission d’experts sur la réforme du système international monétaire et financier, créée par le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, de bien vouloir considérer cette proposition et de la soutenir officiellement. Nous en appelons à toutes les organisations, à tous les décideurs et les citoyens préoccupés par les intérêts communs mondiaux pour qu’ils soutiennent cet appel. »


Reproduction autorisée pour les bloggers à condition de citer clairement SpreadTheTruth.fr
Tous droits réservés SpreadTheTruth.fr
www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=784
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Mar 2 Juin - 1:58



Le G 20 : une hiérarchisation des marchés financiers

Le G20 vise en réalité à rabattre l’argent vers les États-Unis et profite aux structures légales anglo-saxonnes de blanchiment : les trusts et les LLC.

Dans la « lutte contre les paradis fiscaux », la liste noire reste vide. La deuxième, la liste grise, qui comprend les pays « ayant des efforts à faire en matière de coopération fiscale » comprend la Suisse et le Luxembourg, mais aussi, par exemple, la Belgique. La troisième, la liste blanche, celle des pays coopératifs comprend le Royaume-Uni, qui, avec la City possède un des principaux centres offshore du monde, ainsi que quatre de ses « territoires dépendants » : Jersey, Guernesey, l’Ile de Man et les Iles Vierges. Les États-Unis en font évidemment partie et cela sans aucune note désignant les pratiques opaques d’États tels que le Delaware ou le Wyoming.
La Chine est parvenue à préserver ses paradis fiscaux, Macao, Hong Kong et Singapour. Quant à Israël, il confirme son statut de territoire placé en dehors du droit et des accords internationaux, puisqu'il n’apparaît sur aucune liste, ni la noire, ni la grise, ni la blanche.

Les pays du G20 ont affirmé que « l’ère du secret bancaire est terminée ». Cependant, actuellement, la moitié du marché offshore se concentre dans les trusts, des créations juridiques anglo-saxonnes, qui ne nécessitent pas de secret bancaire pour pouvoir se mettre à l’abri du fisc.
Le G20 est en fait une tentative de réorganisation du système financier international aux dépens de la Suisse (27 % du marché de l’épargne mondiale), et au profit des États-Unis (et leur satellite des Caraïbes) et des centres offshores britanniques, contrôlant chacun un marché de l’« argent gris ».

Ces capitaux financeront une partie des aides étatsuniennes consenties aux banques et aux assurances.
www.voltairenet.org/article159641.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Mar 2 Juin - 2:22



La fondation Bertelsmann et la « gouvernance mondiale »

Lorsqu'on parle d'un « think tank », on pense tout de suite à une institution américaine. On ignore souvent la puissance des fondations allemandes et leur capacité d'influence sur les politiques définies au sein de la communauté euroatlantique. Tel est le cas de la Fondation Berstelmann, adossée à la grande entreprise du secteur de l'édition et des médias.

Alors même que la Fondation a largement contribué au consensus transatlantique des trente dernières années, la crise actuelle sert à la Fondation à rebondir : jamais, plaide-t-elle, on n'avait eu autant besoin de cadres globaux pour la communauté internationale. Cette enquête, remarquablement documentée, éclaire bien des décisions politiques des années récentes.
www.duquesne-diffusion.com/noscoupsdecoeur.html

Les Parlements nationaux, grands perdants du traité européen

Environ 50 nouvelles compétences vont être soit directement transférées par les Etats, soit passer de l'unanimité à la majorité qualifiée (62 nouveaux articles introduisent la MQ). En échange, les Parlements nationaux gagnent une curieuse procédure dite d' "alerte précoce" qui se résume à un droit de protestation.
9 Octobre 2007
www.observatoiredeleurope.com/Les-Parlements-nationaux,-grands-perdants-du-futur-traite-europeen_a749.html


Fédéralisation de l'Europe : après le camouflet, le camouflage

avant nos députés et sénateurs pouvaient faire semblant de ne pas comprendre que les Français ne veulent pas du traité de Lisbonne ; cette fois, les parlementaires devront expliquer à quel titre ils se permettent de contourner la volonté claire et nette du peuple français.

Va-t-on vers une association d'Etats ou un super-Etat ?
On n'associe plus, on fusionne lentement. Plus personne ne croit d'ailleurs qu'on peut "faire l'Europe sans défaire la France", du moins cette Europe-là.

les fédéralistes se réjouissent : le coeur nucléaire permettant l'émergence d'une technostructure centralisée subordonnant les anciens Etats-nations, est bien en place.
4 Octobre 2007
www.observatoiredeleurope.com/Federalisation-de-l-Europe-apres-le-camouflet,-le-camouflage_a745.html


LA MARCHE IRRÉSISTIBLE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Cet ouvrage fait un point sur les avancées du front mondialiste dans le monde.

Les fondamentaux sont exposés : la création du CFR par le colonel House (Edward Mandell House) avec le soutien des Rockefeller, le développement du lien de sujétion de l'Europe sous l'autorité des États-Unis, l'organisation enfin du vieux continent en tête de pont de la soumission du reste du monde.

Est ensuite évoquée l'offensive de dislocation des États de l'Europe en régions linguistiques : en Belgique, avec la menace de l'indépendance de la Flandre, en Espagne quand l'Union soutient la régionalisation de la Catalogne et du Pays basque face à Madrid, en France, même, lorsque Bruxelles soustrait l'Alsace à l'autorité de Paris et l'associe à une région allemande. Parler d'une Europe réduite à l'état de multiples Kosovo juxtaposés ne relève pas de la paranoïa.

Seule l'Allemagne échappe à cette dislocation organisée. Elle se renforce même, sur la base de sa langue et grâce à sa puissance économique, pour constituer une entité cohérente. Si rien n'est fait pour l'arrêter, dans vingt ans, voire avant, elle dominera sans difficulté sur un patchwork d'entités territoriales trop faibles pour s'opposer à sa puissance.
En clair, elle sera le gauleiter parfait de l'Europe au service d'un gouvernement mondial.

www.recherches-sur-le-terrorisme.com/Documentsterrorisme/nouvel-ordre-mondial.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Council_on_Foreign_Relations


Pour l'auteur, Pierre Hillard, le but de l'Union Européenne n'est pas la création d'une Europe Unie mais d'un bloc euro-atlantique avec les Etats-Unis incluant le Canada et le Mexique (Union Nord-américaine). Il cite le cas du récipiendaire en 1950 de la plus haute distinction européiste, le Prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle, du fondateur de la Paneurope Richard de Coudenhove-Kalergi, qui affirmait déjà la volonté de créer une "Union atlantique", l'Angleterre faisant le pont entre l'Europe et l'Amérique. Il désignait l'ensemble comme une "Fédération à trois".
Vidéo cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Jeu 4 Juin - 11:12



Qui veut supprimer les petits partis au Parlement européen ?

Comme le craignaient différents élus européens, l’imposition du Traité de Lisbonne s’accompagne de l’élimination des petits groupes parlementaires au Parlement européen, la seule assemblée supranationale de toute l’histoire.

Le 1er avril 2008, la Commission des Affaires constitutionnelles a adopté une modification du règlement intérieur présentée par le parlementaire britannique Richard Corbett, ce qui laisse présager son adoption en séance plénière. Cette loi fera passer le seuil de formation d’un groupe parlementaire européen de 20 à 30 élus, venant non plus de 6 mais de 7 pays membres différents. Un tel changement va gravement affecter la capacité de petits partis et des élus indépendants à participer au « processus législatif ».

Comme l’écrit le juriste Christophe Beaudouin du site anti-traité de Lisbonne observatoiredeleurope.com : « L’application de cette nouvelle règle à la configuration politique actuelle conduira mécaniquement à l’exclusion de dizaines de députés européens de tout groupe (…) l’on verrait ainsi bientôt 60 eurodéputés pourtant élus démocratiquement, quasi exclus du travail parlementaire, simplement parce qu’ils ont fait le choix politique de ne siéger ni au PPE (droite) ni au PSE (socialistes) ni à l’ALDE (centristes libéraux) ». Il ne resterait ainsi au parlement européen que de grands partis homogènes ayant soutenu le Traité de Lisbonne et ne questionnant pas les termes de ce qui sera un super-Etat totalitaire où feu les nations seront des provinces.

L’élimination des élus hors « grands partis » est d’autant plus certaine que la réforme 2003 du scrutin européen en France a cassé le scrutin national proportionnel pour aller vers une subdivision en régions affaiblissant l’effet proportionnel et favorisant la représentation des partis les mieux installés.

Il ne doit pas échapper au citoyen qui se questionne, que Richard Corbett est un élu europhile du Labour Party britannique et un membre de la Société Fabienne, fondation qui a joué un rôle clé pour l’Empire Britannique en promouvant depuis un siècle une version édulcorée du colonialisme économique vendu sous l’étiquette socialiste. Formé dans le moule fabien et diplômé des universités de Hull et Oxford, Corbett a participé à l’élaboration des traités de Maastricht et d’Amsterdam, et chargé de vendre le Traité de Lisbonne au Parlement européen en février dernier.

04/04/2008
www.alterinfo.net/notes/Qui-veut-supprimer-les-petits-partis-au-Parlement-europeen_b901951.html



Agrandir cyclops

ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe)

3e groupe politique le plus important au sein du Parlement européen avec 101 députés issus de 22 États membres de l’UE. Il rassemble deux partis politiques européens : le Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (ELDR) et le Parti démocrate européen (PDE).
Ses membres français sont

Jean-Louis Bourlanges
Bernard Lehideux
Jean-Marie Beaupuis
Marielle de Sarnez
Claire Gibault
Thierry Cornillet
Janelly Fourtou
Anne Laperrouze
Nathalie Griesbeck
Jean-Marie Cavada
Philippe Morillon.

www.parlorama.eu/de/european-deputies-frankreich/alde/0-0-1/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_des_d%C3%A9mocrates_et_des_lib%C3%A9raux_pour_l%27Europe
http://europeanelection2009.blog.lemonde.fr/category/alde/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Sam 6 Juin - 19:16



Sarkoleon n'a pas de respect non plus pour les morts

Lors des cérémonies commémoratives du débarquement en Normandie, le président de l'UMP a fait poser son hélicoptère dans le cimetière des anciens combattants et profité de l'occasion pour parler, dans son discours, du terrorisme, du réchauffement climatique et de l'Europe !

www.liberation.fr/monde/0101571859-dans-les-pas-d-obama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Jeu 9 Juil - 16:00



Alliance Parti de Gauche - NPA

Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de gauche, et Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, ont conduit la délégation de leur formation respective à une réunion de 90 minutes qui s’est tenue le 30 juin, pour mettre sur la table accords et divergences, au terme de laquelle les deux partis sont parvenus à une déclaration commune que Plume de presse reproduit intégralement.

"Le NPA et le Parti de gauche constatent les ravages provoqués par la crise globale du système capitaliste, à la fois économique, sociale et écologique, dans laquelle la politique des classes dirigeantes a plongé le monde. Ils dénoncent la vague de licenciements qui frappe de plein fouet le monde du travail et l’offensive de Nicolas Sarkozy, de la droite et du Medef contre les salariés annoncée lors du Congrès de Versailles et dont la volonté de retarder l’âge du départ à la retraite est un élément phare. [...]

Les deux partis soulignent également l’ambiguïté du vote Europe Ecologie. Il reflète une prise de conscience salutaire de la crise écologique. C’est décisif ! Mais ses porte-paroles en font aussi une stratégie politique pour dépasser le clivage gauche/droite. Pour nous, on ne peut ignorer le lien étroit entre la logique prédatrice du capitalisme et le désastre environnemental.

Ils s’accordent pour favoriser l’unité la plus grande contre les projets de la droite et du patronat que ce soit dans le domaine social, écologique, et des droits et des libertés. Le NPA et le Parti de gauche sont ainsi unis actuellement dans la mobilisation contre l’EPR ou dans le comité national contre la privatisation de La Poste. [...]

Les deux partis constatent que les propositions issues de leurs instances nationales respectives sont suffisamment proches pour leur permettre d’avancer dans cette voie unitaire pour les élections régionales. En conséquence, ils se prononcent au premier tour des régionales pour un accord national pour les 21 régions hexagonales sur des listes autonomes indépendantes associant les forces qui composent aujourd’hui le Front de Gauche comme le PCF et le Parti de gauche et le NPA, LO, Alternatifs, Alterekolo et les autres courants qui sont dans la Fédération, militant-e-s de quartiers ou du mouvement social. Le NPA les nomme « forces anticapitalistes », et le PG « l’autre gauche ». [...]

Pour le NPA, les élus refuseront de contracter des accords de gestion avec les dirigeants du PS et d’Europe Ecologie. En effet, le NPA constate que les majorités de gauche ayant géré les régions depuis 6 ans n’ont pas mené de politique visant à satisfaire les besoins de la population et à répondre aux exigences écologiques. Elles ont pris des mesures qui leur étaient défavorables, par exemple des subventions accordées à des entreprises qui licencient.

À ce stade, les deux partis estiment que ces différences n’empêchent pas de poursuivre le processus entamé aujourd’hui. Au contraire, les deux partis estiment que leur rencontre aujourd’hui contribue à renforcer une dynamique positive et s’en félicitent. Un rassemblement aussi ambitieux est possible, il peut changer bien des choses. Pour le rendre toujours plus crédible, le Parti de gauche et le NPA vont poursuivre leurs contacts, et s’invitent d’ores et déjà à leurs rendez-vous de l’été. Ils proposent également à tous les partenaires pressentis un groupe de travail commun pour commencer à avancer sur le contenu de ce que pourrait être le programme d’un tel rassemblement pour les régionales."

www.plumedepresse.com/spip.php?article1167



Martine Billard quitte les Verts pour le Parti de Gauche

À l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon affiche une mine enthousiaste. Le chef du Parti de gauche réserve une surprise de taille. Martine Billard rejoint son parti après avoir passé 16 ans chez les Verts. La députée de Paris expose ses motivations dans un "Appel pour un parti de gauche écologiste" cosigné avec Paul Ariès, directeur du journal Sarkophage.

Dans ce texte, ils constatent la demande croissante d'écologie exprimée par le succès de la liste Europe-Écologie aux Européennes (16,28 %), mais Martine Billard regrette "le projet précis" de la formation de Daniel Cohn-Bendit. Samedi, le député européen a prôné "le rassemblement de tous les écologistes de droite et de gauche".
"Nous avons toujours été de gauche, rétorque Martine Billard, et nous ne nous retrouvons pas dans l'évolution au centre d'Europe-Écologie."
Le Parti de gauche, créé en 2008, organisera à la fin 2009 un congrès refondateur afin de "rassembler des écolos antilibéraux et des militants de gauche antiproductivistes", explique la députée, espérant attirer d'autres Verts dans son sillage.

8 juillet 2009
www.lepoint.fr

Appel pour un Parti de Gauche écologiste
par Paul Ariès, objecteur de croissance, directeur du Sarkophage, et Martine Billard, écologiste, députée de Paris
Pour se joindre à cette démarche envoyer un mail à gauche-ecologiste[at]orange.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Dim 25 Oct - 17:29



Déclaration du Conseil National du Parti de Gauche

Les prochaines élections régionales auront une signification nationale. Car le débat de la campagne électorale et le résultat du vote prendront leur place dans le cadre de la crise économique et politique qui accable notre pays. Aujourd'hui nous vivons un paradoxe. Cette crise, les choix et les méthodes du gouvernement de Nicolas Sarkozy devraient placer la gauche comme un recours attendu par le pays. Ce n'est pas le cas. Loin de là. C'est même le contraire souvent : la droite continue de gagner les élections partielles ou l'abstention devient abyssale. Si rien ne change, non seulement Sarkozy continuera de se sentir les mains libres mais il peut raisonnablement envisager sa réélection. Selon nous, il ne doit pourtant rien à ses propres forces mais tout à la carence de la gauche qui n'est pas à la hauteur.

Pourquoi en est-il ainsi ? Notre analyse nous conduit à constater que la domination du Parti socialiste sur la gauche est la principale cause de la difficulté à mobiliser le grand nombre. En effet elle cantonne toute les propositions dans le cadre étroit de l'accompagnement du libéralisme et elle diffuse dans toute la gauche le poison de ses querelles de personnes et compétition de carrière. Quand la politique de la droite frappe, le PS aujourd'hui est un étouffoir pour toute dynamique populaire qui voudrait remettre en cause le système et imaginer un autre futur. Comme si cela ne suffisait pas, avec les offres d'alliance au Centre, le PS annonce clairement qu'il n'entend pas aller plus loin que ce que le MODEM peut accepter. Cette confusion, dorénavant entretenue dans toutes les élections est un adversaire permanent de la mobilisation à gauche.

Dans ce contexte, notre responsabilité est de proposer un autre chemin, une autre méthode pour que notre peuple puisse faire un autre choix. Sinon comment en finir avec le libéralisme et le productivisme ? Nous ne nous satisferons jamais de la seule protestation contre l'ordre établi. Nous voulons le changer pour de bon. Il faut pour cela construire une nouvelle majorité de gauche autour d'un nouveau pôle de rassemblement à gauche. Notre stratégie est l'alliance de toute l'autre gauche pour y parvenir. Pour commencer cette nouvelle alliance, nous avons construit le Front de gauche avec les communistes. Il est aujourd'hui le seul point d'appui unitaire disponible. Il a déjà reçu le soutien de 6,5 % des électeurs à sa première présentation devant les électeurs d'outre mer et de métropole. C'est un acquis précieux. Nous voulons le développer pour qu'il devienne la force de référence à gauche.. Et en même temps nous voulons que le front de gauche élargisse sa capacité à peser sur les évènements en concluant une alliance électorale stable avec toutes les autres forces de l'autre gauche, organisations, personnalités, groupement de dimension nationale où locale.

Le Parti de Gauche a travaillé depuis des mois en vue de ce résultat. Aujourd'hui existe un lieu qui permet le dialogue et les convergences, c'est le groupe de travail puisqu'il réunit à la fois les forces qui composent le Front de Gauche et des formations comme le NPA, les Alternatifs ou la Fédération. Bien sur il existe toujours des différends, parfois importants. Mais aucun ne doit être insurmontable pour peut qu'on en ait la volonté. D'ailleurs les avancées n'ont pas manqué au cours des trois premières réunions de ce Groupe de Travail. Le 28 octobre et 2 novembre deux nouvelles rencontres sont prévues. Nous voulons qu'elles permettent de conclure. Nous avons besoin en effet de passer rapidement a l'action et d'entrer tous ensemble de plain pied dans la campagne pour convaincre et entrainer nos concitoyens.

Le CN du Parti de Gauche présente à cet effet ses propositions (...)

www.lepartidegauche.fr/editos/arguments/935-declaration-du-conseil-national-du-parti-de-gauche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Mar 27 Oct - 21:33



Elections régionales
Petit tour d'horizon des alliances...

L'autonomie pourrait faire long feu dans plusieurs régions, d'autant que de nombreux élus n'en veulent pas. "Ce n'est pas une bonne stratégie", a ainsi jugé Jean-Claude Gayssot, vice-président PCF en Languedoc-Roussillon. Au PC aussi le débat continue.

Marie-George Buffet a appelé au "rassemblement à gauche" pour le second tour des régionales de mars prochain. Message clair à ceux qui en veulent trop au PS......

La candidature "spontanée" de Jean-Luc Mélenchon comme candidat en Ile-de-France avait déjà déplu au PC...qui entend revendiquer cette tête de liste.

Jean-Luc Mélenchon, qui continue à attaquer son ancien parti, le PS, a pour sa part déclaré qu'il n'excluait pas des alliances entre le Front de gauche et le Nouveau parti anti-capitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot.

"Le PCF a choisi le maintien de ses liens privilégiés avec le PS au détriment d'un accord global avec la gauche radicale et en particulier avec le NPA", a regretté le Nouveau Parti Anticapitaliste.

L'explication de la rupture est donnée par M. Mélenchon sur son blog : "les amis du NPA" doivent "faire l'effort qui est attendu d'eux" et ne "plus bloquer tout le rassemblement sur la question de la participation" aux exécutifs régionaux.

Crédo politique du NPA : "la recomposition rose/orange/verte au centre qui s'affirme n'est pas le simple fait d'un pragmatisme électoral. C'est le fruit d'un rapprochement programmatique basé sur l'idée qu'il existe une possibilité de gérer le système en le tempérant sur le plan social et écologique. A ce premier choix, il faut en opposer un autre : l'alliance de la gauche radicale, de « l'autre gauche », c'est-à-dire le bloc des anticapitalistes, des révolutionnaires et des antilibéraux".
http://info.france2.fr/dossiers/france/R%C3%A9gionales:-les-grandes-manoeuvres-58399686.html

Une alliance avec le PS ne pourra se faire que dans l'entre deux tours, a réaffirmé Mme Buffet. "Au second tour, il faudra une majorité de gauche qui se dégage dans chacune des régions et nous continuerons à porter nos propositions au sein de cette majorité", a-t-elle dit.

Le PS a regretté que le Parti communiste ait décidé de faire cavalier seul avec le Front de gauche, affirmant qu'il "se battra jusqu'au bout" pour réaliser l'union dès le premier tour dans le maximum de régions.
www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hj3HvNktQr-XrrKVW6D4eul6ImkA

Jean-Luc Mélenchon en appelle aux déçus du PS
www.lesechos.fr/journal20091026/lec1_france/020189461069-melenchon-en-appelle-aux-decus-du-ps.htm

Stéphane Gatignon, le maire communiste de Sevran, invite Marie-George Buffet à rejoindre les Verts
www.lesindiscrets.com/article-6045-le-succes-vert-attire-les-elus-communistes.html

Olivier Besancenot (NPA) dénonce la politique à "géométrie variable" du PCF
www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jGFbkLRN9sH_jJlq5IbUtWWcMxNw
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Lun 16 Nov - 22:07



Les misogynes soi-disant de gauche sont toujours dans les starting blocks
2007 n’a pas servi de leçon.


Elie Arié sur marianne2 avait déjà comparé Ségolène Royal à sarkozy. Ce n'est peut-être pas étonnant de la part d'un ancien médecin qui estime la Sécurité sociale trop coûteuse pour l'Etat. Mais ça l'est plus d'un homme qui avait remarqué le "deux poids, deux mesures" dans la manière de traiter les adversaires de la dernière élection présidentielle.

Bruno Roger-Petit lui a emboîté le pas en trouvant des points communs entre la socialiste et le député UMP homophobe, Christian Vanneste.
sarkofrance nous l'apprenait il y a quelques jours.

Aujourd'hui slate.fr offre une page de "Politique fiction", où Ségolène Royal a été élue présidente de la République française en 2007. Extrait :
"En marge des réunions du G8, François Hollande, premier Monsieur de France, dont la presse moque le désoeuvrement depuis qu'il s'est marié avec la présidente malgré leur mésentente supposée, a tenu compagnie toute une journée au mari d'Angela Merkel, Joachim Sauer (...)"

Le débat politique prend un tour très intellectuel ! Et le désoeuvrement des femmes se voit légitimé.

Rue89 ne pouvait que faire mieux aujourd'hui. Mais il laisse à désirer.
Deux ans après, qui soutient encore Ségolène Royal ?
www.rue89.com/2009/11/16/deux-ans-apres-qui-soutient-encore-segolene-royal-126133

Heureusement, il y a cet article intéressant de Daniel Schneidermann pour Arrêt sur Images :
Royal-Peillon : le vrai arbitre
www.arretsurimages.net/vite.php?id=6185

Et il reste aussi les lecteurs du Figaro, qui ne sont pas tous aussi réactionnaires que les "socialistes"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Jeu 19 Nov - 4:49


14 novembre à Dijon
Rassemblement de «L’Espoir à gauche» de Vincent Peillon

Vincent Peillon invitait les Verts et le Modem à poursuivre l’entreprise de réflexion commune. Et le premier sujet choisi était l’éducation.

«On fait quelque chose de très attendu, de nouveau (...) parce qu'on veut gagner en 2012. On fait travailler ensemble des communistes, des radicaux, Europe Ecologie, les Verts, le MoDem et beaucoup de socialistes»

Dès le mois d’août, Vincent Peillon essaie de rassembler un mouvement s’opposant à Nicolas Sarkozy. Il ratisse vers les Verts et Europe Ecologie, et vers le MoDem. Loin de ses idéaux de départ. Le week-end dernier, Ségolène Royal s’invite au rassemblement de «L’Espoir à gauche» de l’eurodéputé.

Vincent Peillon lui en veut, l’accusant de torpiller tous ses efforts et de «gâcher la fête». Il estime que l’ancienne candidate à la présidentielle s’est «disqualifiée», et ne pourra donc «pas faire gagner la gauche en 2012».

Selon L’Express, pour François Hollande, «Peillon est un serpent. Avec lui, c'est tout pour sa gueule. Vous verrez, il trahira Royal. Il trahit toujours.»
www.20minutes.fr/article/363741/Politique-Vincent-Peillon-de-la-gauche-de-la-gauche-a-la-gauche-du-centre.php
www.jeune-garde87.org/2009/08/22/lespoir-a-gauche/
http://partisocialiste.blog.lemonde.fr/category/vincent-peillon/


Peillon et Royal se battent pour conduire le rassemblement avec le MoDem, selon Mélenchon

PARIS — Le leader du Parti de Gauche (PG), Jean-Luc Mélenchon, a estimé lundi que l'affrontement entre Ségolène Royal et Vincent Peillon ce week-end à Dijon était en fait "une bataille pour prendre la tête du processus de rassemblement avec le MoDem".

"Le fond c'est qu'ils se battent pour savoir qui va être le plus ardent rassembleur avec le MoDem", a déclaré M. Mélenchon sur i-Télé. "Il y a une bataille pour prendre la tête du rassemblement" avec le mouvement centriste.

Selon le sénateur de l'Essonne, ex-PS, "l'évènement numéro un, c'est que ces gens se battent maintenant pour savoir lequel va être le meilleur pourvoyeur du ticket d'entrée de M. (François) Bayrou", le leader du mouvement centriste.

Notant qu'il n'y avait "pas grand monde" à Dijon, il a jugé que "nous sommes là au royaume des usurpateurs". "On présente la présence de Robert Hue comme la présence du Parti communiste" alors que le PCF est "contre toute alliance avec le MoDem", a-t-il souligné.

"Ils pensent qu'en faisant oublier qu'on est de gauche, on va être mieux vus des électeurs", mais "les Français n'aiment pas les faux-culs", a aussi déclaré M. Mélenchon.
www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5he43kppqvBA16LUlEewkIPFmT_-w

Peillon à Dijon ce n'était le creuset de rien du tout mais une tentative minoritaire d'alliance à droite contre la direction des Verts, du PS, et du PCF.
C'était Cohn-Bendit contre les Verts, Hue contre le PCF, et Peillon contre le PS et... du coup contre Royal aussi.
Seul le Modem était là en tant que tel.
Contre ce dévoiement qui nous conduirait tous à l'échec, revenons à la "maison commune" de toute la gauche.

[Que faire] sur l'école avec Bayrou qui a réalisé le record de réunir un million de manifestants contre lui, tous syndicats, tous partis confondus, en janvier 1994 parce qu'il voulait en remettant en cause la loi Falloux, favoriser l'enseignement privé ?
Gérard Filoche

Les autres socialistes tapent davantage sur Royal que sur Peillon

Decryptage
Peillon versus Royal : autopsie d'un divorce qui n'en finit pas
www.rue89.com/2009/11/18/peillon-versus-royal-autopsie-dun-divorce-126492



Peillon, Hue, Cohn Bendit, Taubira, de Sarnez... et le raton laveur ?

Les Peillon, Hue, Cohn-Bendit et de Sarnez, auxquels on peut ajouter les Montebourg et ceux qui avec lui proposent des primaires ouvertes à gauche se trompent en prétendant soigner le symptôme et non pas la maladie elle-même.

L'ennui, c'est que l'idéologie commune de la gauche a explosé avec l'effacement de son acteur central, la classe ouvrière, et sous le poids des expériences de la gauche au pouvoir.

Trois fois la gauche a gagné une élection qui la mettait en état de gouverner : la première (1981) vit le tournant de la rigueur et la totale hégémonie du PS qui affichait ouvertement son mépris pour le reste de la gauche ; la seconde (1988) vit la conversion au neolibéralisme, avec le traité de Maastricht, les privatisations et la "réconciliation des Français avec l'entreprise" ; la troisième enfin (1997) vit le gouvernement de la "gauche plurielle" renier ses engagements, continuer les privatisations et la politique néolibérale de la droite.
A chaque fois, la gauche promettait de "changer la vie" avant l'élection, et se repliait sur les bonnes vieilles recettes de droite après. A chaque fois le PS, une fois élection gagnée, malmenait et méprisait ses alliés. Quelle crédibilité peuvent alors avoir les appels à un "rassemblement" aujourd'hui, pour ceux qui se souviennent ce que sont devenus les "rassemblements" d'hier ? (...)

descartes
24 août 2009
http://descartes.over-blog.fr/article-35208799.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Lun 23 Nov - 9:09



21 novembre 2009
Régionales
La gauche creuse l'écart

Selon le baromètre Opinion Way (Figaro-LCI) publié samedi, l'ensemble de la gauche a enregistré en un peu moins d'un mois une progression de deux points, réunissant 44% des intentions de vote pour les prochaines élections régionales.
La liste UMP baisse d'un point à 29%, comme le Nouveau centre d'Hervé Morin (2%).
Le PS, les Verts et le Modem de François Bayrou progressent d'un point, s'établissent respectivement à 22, 16 et 7%.
La liste du Front de Gauche reste stable (6%), comme le Front national qui frôle toujours le seuil des 10% permettant de se maintenir au second tour. Le NPA chute à 4% (-1 point).
www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Regionales-La-gauche-creuse-l-ecart-152125/

Front de Gauche (PCF-Parti de Gauche-Gauche Unitaire) :
les militants communistes ont voté l'autonomie vis-à-vis du PS au premier tour des régionales dans 16 régions sur 22.


Le dépouillement du vote n'était pas terminé dans deux des 22 régions métropolitaines, Poitou-Charentes et Bourgogne, où "les choses sont très serrées", a déclaré à l'AFP Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Les derniers résultats devraient être connus lundi matin.

Quatre régions ont choisi de s'unir avec le PS dès le premier tour des régionales : Basse-Normandie, Bretagne, Champagne-Ardenne et Lorraine.

Olivier Dartigolles, porte-parole du Parti Communiste, a également pointé le "danger d'une recomposition politique" avec "des tentations d'alliance qui ne permettraient pas d'avoir des politiques régionales courageuses et efficaces face à la crise", une allusion à de possibles unions entre PS et MoDem, que le PCF rejette.
En 2004, le PCF qui compte 185 conseillers régionaux, était parti avec les socialistes au premier tour dans 14 régions.

22 11 2009
www.lexpress.fr/actualites/1/regionales-pcf-l-autonomie-vis-a-vis-du-ps-votee-dans-au-moins-16-regions_830258.html



Les composantes nationales du Front de Gauche sont :
-le Parti Communiste Français,
-le Parti de Gauche,
-la Gauche Unitaire, issue du NPA (ex-LCR),
-République et Socialisme, issue du MRC (ex-MDC de Jean-Pierre Chevènement),
-la Convention pour une Alternative Progressiste (CAP).

www.frontdegauche.eu/
www.lepartidegauche.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Front_de_gauche
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gauche_unitaire
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_et_Socialisme
http://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_pour_une_alternative_progressiste


Autres actualités
www.ladepeche.fr/article/2009/11/23/721255-Regionales-les-communistes-choisissent-le-Front-de-gauche.html
www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Regionales-les-communistes-vendeens-pour-un-Front-de-gauche_-1163477_actu.Htm




Extrait du courrier de Gauche Unitaire
au comité exécutif national du Parti communiste français,
au bureau national du Parti de Gauche
le 21 septembre 2009 :

Pourquoi ne constituerions-nous pas, immédiatement, un groupe de travail du Front de gauche destiné à dégager les grands axes de politiques alternatives que pourraient, demain, porter des majorités dans des régions vraiment ancrées à gauche ?
Nous pourrions ensuite soumettre le résultat de cette réflexion dans tous les lieux de débat qui auraient à traiter du contenu des orientations à promouvoir afin que les conseils régionaux soient effectivement au service du bien commun et des populations.

http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/09/22/fragile-espoir-dune-autre-gauche-unitaire/
http://gaucheunitairemanche.free.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Lun 23 Nov - 9:20



Philippe Marlière :
« Un Front de gauche PCF-PG-NPA a un espace »

Philippe Marlière, maître de conférences en sciences politiques à University College London, est spécialiste des mouvements socialistes et sociaux-démocrates contemporains, et membre du comité de rédaction de la revue Mouvements.
C’est à tous ces titres qu’il était, à l’université d’été du PS à La Rochelle, l’un des intervenants de la table ronde consacrée à la crise de la social-démocratie.
Bien que membre du PS de 1989 à 2009, date à laquelle il a rejoint le NPA, il n’avait jamais assisté à une université d’été socialiste. Ses impressions.

Le PS a une image tellement brouillée qu’on se demande s’il veut encore continuer à être de gauche. Quand j’observe le gros débat qui s’annonce sur l’alliance possible avec le MoDem, un thème aussi moderne que la reconduction des alliances de troisième force sous la IVe République entre la SFIO et le MRP, si on en est là, non je ne veux pas en être. [...]

Le NPA est clairement sur une position de gauche dans laquelle je me reconnais, mais je dois dire aussi que, du fait de cette dérive droitière du PS dont je ne perçois aucune marche arrière - il y a des effets d’annonce mais pas de revirement substantiels -, un Front de gauche incluant le PCF, le Parti de gauche et le NPA, a un espace.
Il y a un espace en France pour une gauche radicale, une gauche qui puisse s’entendre non sur des réformettes déconnectées les unes des autres mais sur une ligne politique nouvelle qui engagerait le pays, si on revient au pouvoir, sur une ligne de gauche véritable et pouvant faire des réformes de structure pour reprendre au capitalisme ce qu’il a empiété sur nos vies et notre bien être. (...)

www.politis.fr/Philippe-Marliere-Un-Front-de,7930.html?7930.html



Élections régionales : quelle politique unitaire ? [extraits]

Face à la politique de la droite, l’unité doit être sans concessions vis-à-vis de la gauche de gestion et de renoncement, incarnée par le PS et Europe Écologie.

Mais l’unité s’entend pour le NPA avec un contenu.
Du côté du PCF, la position est claire : pas d’accord possible avec le NPA. Les multiples déclarations de ses dirigeants ne laissent aucune ambiguïté sur le sujet et c’est pour des raisons politiques de fond que le Parti communiste nous évince aujourd’hui du cadre unitaire. Le préalable mis par ce parti, la gestion commune des régions avec le Parti socialiste, est inacceptable pour le NPA.

Désaccord avec le bilan de la gestion socialiste dans vingt régions.
Il s’agit par exemple des multiples subventions publiques à des grands groupes privés ou le financement de la formation professionnelle contrôlée par le Medef, pour ne prendre que ces deux exemples. La cerise sur le gâteau, c’est l’évolution même des débats au sein du PS avec la perspective de nombreuses alliances avec le Modem au deuxième tour des élections régionales.

Le PCF a participé de nombreuses fois à des gouvernements dominés par les socialistes, que ce soit à la tête de l’Etat ou, actuellement, dans 16 des 22 régions. Il ne veut ainsi rien écrire qui l’empêche de continuer. Pourquoi les autres partenaires n’osent refuser cela ? C’est bien dommage. Considérant qu’il n’était en fait pas invité à une réunion excluant explicitement d’un point de vue "stratégique" sa démarche concernant les exécutifs de région, le NPA n’était pas présent à la réunion du 18 novembre convoquée par le Front de Gauche.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article94445
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Jeu 26 Nov - 14:50



Les mystères de l'Essonne

Par Daniel Schneidermann le 26/11/2009
Extrait

Les camarades socialistes ont refusé d'investir [Julien] Dray. Si par miracle il était judiciairement innocenté le mois prochain, il récupérerait la place qui lui revient.

Depuis cette décision, tous les socialistes qui s'expriment officiellement y sont opposés : elle constitue une atteinte scandaleuse à la présomption d'innocence, etc. Au premier rang des révoltés : Manuel Valls, maire d'Evry (Essonne), qui estime que Dray aurait dû être tête de liste.
Où était Valls, quand a été prise la décision fatidique ? En promenade dans sa ville, certainement.

"aujourd'hui l'homme fort du département est Manuel Valls qui tient les commandes essentielles. Le président du conseil général est son vassal et le premier secrétaire son employé. Rien ne se fait sans son avis (...) C'est donc lui l'auteur de l'élimination de Dray avec l'appui enthousiaste de tous ceux qui tueraient père et mère pour qu'une place se libère et permette à la file d'attente des petits vassaux d'avancer d'un cran vers la lumière de l'élection automatique". Jean-Luc Mélenchon

www.arretsurimages.net/vite.php?id=6284
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Jeu 3 Déc - 14:04



Au "Forum Copenhague",
Cohn-Bendit et Bayrou scellent leurs retrouvailles
AFP/MIGUEL MEDINA (21 11 2009)

Alliance Verts - Modem

Jean-Luc Mélenchon réussit à révéler la dérive centriste -voire droitière- de Daniel Cohn-Bendit.

JLM a proposé un accord à DCB pour le deuxième tour des régionales, histoire de griller la priorité aux socialistes.

Ou de révéler la tentation centriste d'Europe écologie ?

Jean-Luc Mélenchon : "Vous avez décidé d’être autonome. Nous avons décidé d’être autonome par rapport au Parti socialiste et par rapport à la droite — ça va de soi — et par rapport au MoDem car il n’y aura pas d’alliance ou que ce soit, ni vous, ni nous, au premier tour. Nous, on se sera compté, le Front de gauche, au premier tour. On arrive au deuxième tour. Et là, tout se joue. Nous pouvons, si nous voulons, avoir un accord préalable au deuxième tour. C’est-à-dire que nous, le Front de gauche, et vous, les Verts, nous pouvons nous entendre et à ce moment-là nous sommes la majorité à gauche. Moi je suis prêt à le faire quel que soit celui de nous deux qui est devant l’autre. Si c’est vous, c’est vous. Si c’est nous, c’est nous. Peut-être que ça sera souvent vous, on verra. En attendant, si l’on est ensemble, on est partout majoritaire, on est partout devant, en tête de la gauche."

Réponse de Daniel Cohn-Bendit : Non.

www.marianne2.fr/Melenchon-tente-d-etouffer-le-PS-en-s-alliant-avec-les-ecolos!_a182987.html

POURQUOI BAYROU ET COHN-BENDIT SE SONT RÉCONCILIÉS

En invitant François Bayrou à une réunion « transpartis » consacrée samedi dernier à Paris aux enjeux du sommet de Copenhague, Daniel Cohn-Bendit a replacé le président du MoDem au centre du jeu. Les médias, très nombreux, étaient là pour immortaliser leurs « retrouvailles ». Exit leur brouille des élections européennes sur un plateau de France 2. Aujourd'hui, les deux hommes, qui avaient sympathisé sur les bancs du Parlement de Strasbourg en 1999, affichent à nouveau leur bonne entente. Au grand dam de la direction des Verts elle-même ! «Pour faire quelque chose de sérieux à Copenhague, il faut se rassembler. Pour faire quelque chose de sérieux pour la France, il faudra aussi se rassembler», tente à son arrivée François Bayrou, dans une allu sion à peine voilée sur ses ambitions présidentielles pour 2012.

« Dany », qui prône de longue date la nécessité de dialoguer avec le MoDem, ne trouve rien à redire, tandis que la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, s'éclipse discrètement de la salle. Le leader centriste, dont les apparitions se font rares depuis sa « cure de silence » volontaire, rayonne. Des mois, des années, qu'il attendait cette photo. A la tribune, à sa droite, son ancien-nouvel ami Daniel Cohn-Bendit. A sa gauche, l'ancien Premier ministre de François Mitterrand, Michel Rocard, venu « à titre personnel » et sans aucun mandat pour parler au nom du PS. En décidant de boycotter cette réunion, la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a presque rendu service à François Bayrou. A elle, l'image d'une dirigeante sectaire. A lui, celle d'un dirigeant ouvert au dialogue. Le président du MoDem en est persuadé : en 2012, les Français voteront dès le premier tour pour le candidat le mieux placé pour battre Nicolas Sarkozy au second. Entouré de « Dany » et de Rocard pour la photo, Bayrou s'est donc posé en homme de rassemblement, laissant, par là-même, le PS à ses divisions internes.

RODOLPHE GEISLER
27/11/2009
www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/11/28/01006-20091128ARTFIG00111--pourquoi-bayrou-et-cohn-bendit-se-sont-reconcilies-.php


Les déçus du Modem tendent la main à Europe écologie
www.marianne2.fr/Les-decus-du-Modem-tendent-la-main-a-Europe-ecologie_a182962.html

Le 26 mars 2009 le PS et les Verts se sont alliés à la droite
au parlement européen
pour voter le Grand Marché Transatlantique
.
www.agoravox.fr/tribune-libre/article/grand-marche-transatlantique-55004

Qui est Daniel Cohn-Bendit ?
http://reformeraujourdhui.blogspot.com/2009/07/laffaire-home-et-le-vrai-visage-de-dany.html
www.dailymotion.com/related/x6r9xu/video/x9ltga_le-vrai-visage-de-daniel-cohnbendit_news
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Ven 4 Déc - 4:55



Déclaration du Front de Gauche
28-10-2009


Nous voulons mettre la dynamique du Front de Gauche au service du rassemblement unitaire de toutes les forces et plus globalement de toutes les citoyennes et les citoyens et les acteurs du mouvement social qui aspirent à rendre majoritaire une alternative à la logique du système capitaliste, du libéralisme et des modèles productivistes. [...]

La plupart des mouvements réunis ici ont fait des déclarations et des offres politiques. Nous pensons que le moment est venu de nous prononcer sur des propositions très concrètes à même de constituer les bases de cet accord national :

* La constitution de listes au premier tour différentes de celles présentées par le PS et Europe écologie.

* Ces listes répondront à trois objectifs indissociables : changer les rapports de force à gauche en faveur de la ligne de transformation sociale, battre la droite et rassembler une majorité autour d'un projet vraiment alternatif à la logique du système qui est en crise aujourd'hui. [...]

* Nos listes s'engageront, sans ambiguïté, à faire barrage à la droite en se rassemblant avec les autres listes de gauche au 2ème tour à l'exclusion de tout accord avec le Modem.La liste arrivée en tête au 1er tour fusionnant avec les autres listes de gauche et écologique proportionnellement au 1er tour.Nous demanderons le même engagement au PS et à Europe Ecologie.

www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=645:declaration-du-front-de-gauche-28-10-2009&catid=97:actualite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Ven 4 Déc - 5:02



Hue lance le MUP au secours de la gauche

L’ancien n°1 communiste qui avait quitté le PCF fin 2008, a annoncé le lancement du Mouvement unitaire progressiste. Une nouvelle formation censée œuvrer pour le rassemblement de la gauche.

L’une des têtes d’affiche, fin août à Marseille, des Ateliers d’été du courant du socialiste Vincent Peillon, aux côtés de Daniel Cohn-Bendit (Europe Ecologie) et de Marielle de Sarnez (Modem), Robert Hue, qui avait proposé un «pacte unitaire de progrès» au lendemain des européennes, s’efforce de creuser son sillon : le rassemblement de la gauche.

Selon le sénateur du Val-d’Oise il ne s’agit pas d’un «parti de plus», «vertical, pyramidal», mais d’un «mouvement» «transversal, horizontal». Une forme plus souple, sans «chapelle ni pré carré» et susceptible de séduire des associatifs, syndicalistes et autres «hommes et femmes de gauche en déshérence» qui seraient allergiques aux «carcans partisans» mais aussi des militants déjà encartés ailleurs, les statuts du MUP autorisant la double appartenance.

Le MUP, qui entend participer à tous les rendez-vous électoraux, plaide, d’ailleurs, de son côté, pour des listes de rassemblement de la gauche dès le premier tour des régionales de mars 2010. Et Robert Hue, qui pourrait être candidat dans le Val-d’Oise, va contacter les présidents (PS) de régions sortants pour proposer les services du MUP.

Le MUP suggère trois réformes «essentielles» : la suppression de l’élection du président de la République au suffrage universel direct (responsable, pour Hue, d’une «hyperpersonnalisation du pouvoir»), la «réduction massive» des inégalités salariales – via une augmentation du Smic et la «taxation des hauts salaires et des entreprises qui les versent» –, et une «réduction massive du budget militaire».

4 novembre 2009
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article93558
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Mer 9 Déc - 7:51



Nouveau logo pour le Parti de Gauche lors de sa Convention Nationale des 6 et décembre 2009, marquée par l'adhésion des militants de "Gauche Ecologiste" de Martine BILLARD (députée écologiste) qui devient la porte parole du parti.
www.dailymotion.com/video/xbee6e_convention-nationale-martine-billar_news
http://partidegauche34.midiblogs.com/archive/2009/12/09/nouveau-logo-pour-le-parti-de-gauche.html


Le PG attire 300 militants Verts

Le Parti de gauche (PG) de l'ex-PS Jean-Luc Mélenchon, qui tient sa convention nationale samedi et dimanche à Crosne (Essonne), a annoncé qu'environ 300 militants Verts et une centaine d'adhérents socialistes l'avaient rejoint au cours des cinq derniers mois. Selon le communiqué du PG qui revendique 6.000 militants, "avec l'arrivée de Martine Billard, députée (ex-Verts) de Paris, ce sont plus de 300 militants venant des Verts qui ont rejoint le PG depuis cinq mois", dont "neuf anciens membres du Conseil national interrégional (parlement) des Verts", et "plusieurs élus locaux dont une conseillère régionale de Picardie".
www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/12/03/01011-20091203FILWWW00685-le-pg-attire-300-militants-verts.php



Le virage à hauts risques du Parti communiste

Le Parti communiste français (PCF) a choisi l'autonomie pour les élections régionales des 14 et 21 mars 2010. Il a ainsi décidé de couper en partie les ponts avec le Parti socialiste. Les militants communistes viennent en effet de confirmer par un vote sans appel - 78,7 % - leur choix de constituer des listes "Front de gauche" pour les régionales. Ainsi dans 17 régions, le PCF présentera des listes en alliance avec le Parti de gauche (PG), de Jean-Luc Mélenchon, et la Gauche unitaire (GU), de Christian Picquet, auxquels d'autres petites formations comme les Alternatifs et la Fédération devraient se joindre.

L'alliance avec le PS n'a été retenue que dans cinq autres régions - Basse-Normandie, Bretagne, Champagne-Ardenne, Lorraine et Bourgogne. En 2004, à l'inverse, le PCF était parti, dès le premier tour, avec le PS dans 14 régions. C'est donc un véritable tournant que vient de prendre le Parti communiste après des années d'alliance avec les socialistes.

Marie-George Buffet avait compris, au lendemain du scrutin européen du 7 juin, qu'elle ne pourrait plus revenir en arrière. Le relatif succès du Front de gauche, le plaisir pris par ses militants à faire campagne avec les amis de M. Mélenchon et à exister à nouveau, et le rejet - désormais viscéral - du PS, sont autant d'ingrédients de la nouvelle humeur politique de la base communiste dont elle doit tenir compte.

C'est donc au prix d'un affaiblissement prévisible que le PCF va se lancer dans la campagne pour les régionales. Certains de ses élus l'ont si bien compris qu'ils ont engagé en sous-main, pour sauver leur poste, des discussions avec le PS pour figurer sur ses listes. C'est le cas en Pays de la Loire et en Bourgogne, où des élus ont pris langue avec les présidents socialistes. C'est également le cas en Languedoc-Roussillon où les élus sortants, dont l'ex-ministre Jean-Claude Gayssot, négocient avec Georges Frêche. Mme Buffet est au courant mais se tait. Elle sait que ces "désertions" lui permettent d'adresser un signe au PS pour le rassurer. En présentant les résultats du vote interne, Mme Buffet a ainsi martelé : "Nous voulons donner à voir qu'il existe un projet d'alternative au premier tour et faire bouger le curseur à gauche. Au deuxième tour, on se rassemble avec toute la gauche pour constituer des majorités de gauche." En clair, le PCF reste dans la gauche de gouvernement - sous entendu pas comme le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), qui veut devenir l'"opposition de gauche" dans les conseils à majorité socialiste. (...)

Sylvia Zappi
www.lemonde.fr/opinions/article/2009/12/02/le-virage-a-hauts-risques-du-parti-communiste-par-sylvia-zappi_1274965_3232.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?   Aujourd'hui à 11:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Partis de gauche et élections : quel rempart contre le Nouvel Ordre Mondial ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» quel recours quand une future collaboratrice ne veut pas honorer son contrat?
» Sondage:Quel est votre petit truc pour lutter contre une fatigue passagère ?
» quelle pierre pour faire retomber le stress ...
» quel pierre contre les entités nefaste?
» Gauche ? Droite ? Kezako ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: