sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SARKOZYGATE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Lun 10 Oct - 10:45


Image B124

Trente ans avant Karachi, la première affaire de Thierry Gaubert

Nicolas Sarkozy ignorait-il les activités parallèles de Thierry Gaubert, mouillé dans l'affaire Karachi et dans un scandale immobilier ? Dès les années 80, son ami avait déjà pris des libertés avec la loi. Et avec des fonds destinés à la formation professionnelle. [Extraits]

En 1980 Gaubert a créé une SARL, Promo Conseil International qui s'intéresse aussi à la formation professionnelle. Le secteur est alors en plein développement... et peu contrôlé.

En mars 1986, deux fonctionnaires viennent contrôler les comptes de Promo Conseil International. Ils découvrent que la société a surfacturé ses prestations, et que les fonds qui lui ont été versés n'ont peut-être pas servi qu'à former des salariés ou des apprentis.
[...]
Cette vieille affaire n'aurait pas laissé de trace si Thierry Gaubert n'avait pas contesté la décision du préfet, pour « excès de pouvoir ». Le tribunal administratif lui a donné tort en 1989, suivi par la Cour administrative d'appel en 2000. Le jugement figure désormais dans les recueils de jurisprudence administrative.

Ce que le jugement ne précise pas, ce sont l'identité des clients et l'utilisation faite des sommes récoltées par Promo Conseil International.
Ce ne sont pas des inconnus. Le premier, Patrick Gaubert, le frère de Thierry, deviendra conseiller de Charles Pasqua à l'Intérieur, président de la Licra, député européen puis président du Haut conseil à l'intégration.

Le troisième actionnaire, Philippe Smadja, promoteur immobilier a monté plusieurs autres sociétés avec Thierry Gaubert. Mais aussi des structures collectant le « 1% logement » des entreprises, destiné à financer des HLM.

Les deux hommes sont justement soupçonnés d'avoir, dans les années 90, collecté 25 millions d'euros de manière irrégulière. Et d'avoir détourné une partie de ces fonds destinés au logement social. Leur procès s'est ouvert le 14 mars... et a été ajourné le lendemain, la défense ayant déposé plusieurs questions prioritaires de constitutionnalité. […]

L’ami de Bling-bling a été marié à la fille de Lucien Barrière, le propriétaire de casinos et d'hôtels de luxe. Et il se remariera plus tard avec Hélène de Yougoslavie. C'est « Nicolas » qui présidera la cérémonie.
www.rue89.com/2011/10/07/trente-ans-avant-karachi-la-premiere-affaire-de-gaubert-225116-0
www.lepost.fr/article/2011/10/08/2608647_trente-ans-avant-karachi-la-premiere-affaire-de-thierry-gaubert.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Ven 28 Oct - 14:05


Karachi : le juge Van Ruymbeke s'intéresse au manoir de Balladur

Cette maison normande particulièrement somptueuse a été acquise par le couple Balladur un an après la présidentielle de 1995. Le magistrat aimerait savoir avec quels fonds. Les actuels propriétaires en demandent environ trois millions d'euros.

Le 13 juin 1996, l'épouse de l'ancien Premier ministre, née Marie-Josèphe Delacour, se rend propriétaire de cette « superbe demeure » située au mont Canisy, à Tourgéville, une commune proche de Deauville. Elle la paie comptant pour 7,3 millions de francs (un peu plus d'un million d'euros).

Thierry Gaubert, un proche de Balladur et de Sarkozy mis en examen dans l'affaire Karachi, aurait facilité le lien entre acheteurs et vendeurs.

Les Balladur profitent donc de « cette propriété unique par son architecture augeronne telle qu'au XVIIe siècle et ses matériaux d'époque [...] très confortable et moderne, grandes baies vitrées et belles pièces, plus de 500 m2 habitables, sept chambres et salles de bain, grand confort, jardin planté de 5 850 m2 avec une magnifique piscine avec sas d'hiver et très beau pool house de 80 m2 en cathédrale, vues mer, tennis, ultra-résidentiel ».

Pourtant, comme l'a relevé le juge Van Ruymbeke d'après ce que rapporte L'Express, les Balladur possèdent déjà une très belle maison dans le centre de Deauville, qu'ils revendront plus de deux ans après avoir acheté leur manoir.
[…]
www.rue89.com/2011/10/25/karachi-le-juge-van-ruymbeke-sinteresse-au-manoir-de-balladur-225922

Vers de nouvelles déclassifications dans le dossier financier de Karachi

La Commission consultative du secret de la défense nationale a émis deux avis favorables et un avis défavorable.
Le premier avis porte sur la saisie de la CCSDN par le Premier ministre, François Fillon, et le ministre de la Défense, Gérard Longuet, après la requête en déclassification de M. Le Loire chargé d’une information ouverte pour "abus de biens sociaux, complicité et recel".

Cette enquête est menée dans le cadre des contrats conclus avec le réseau Takieddine/El Assir par le groupe de construction navale militaire DCNS (ex-Direction des constructions navales) dans le cadre du contrat des sous-marins conventionnels Agosta, avec le Pakistan, et par la Sofresa dans celui des vedettes Sawari II, avec l'Arabie saoudite.

La CCSDN a émis "un avis favorable à la déclassification de l’ensemble des documents de la Cour des comptes et du ministère de la Défense saisis à la DCNS et relatifs au contrôle des comptes et de la gestion de la société".

Un deuxième avis destiné au ministre de la Défense faisant suite à une demande du juge Le Loire, toujours dans les mêmes dossiers Agosta et Sawari II, concernait une note saisie à la DCNS "identifiée 037 du 21 mars 2000". La CCSDN a donné un avis défavorable.

Enfin, un troisième avis de la CCSDN, saisie par M. Fillon, suite à une demande du juge van Ruymbeke, concerne également les dossiers Agosta et Sawari II. La commission se déclare favorable à la déclassification des documents "contenus dans les scellés Oudot/SD/un et Oudot/SD/deux" sans autre précision sur l'origine de ces documents.

Il revient maintenant à MM. Fillon et Longuet de suivre ou non ces trois avis. Les quelque 180 avis rendus par la CCSDN depuis sa création ont été suivis dans leur quasi totalité par les ministres concernés.
[…]
www.liberation.fr/societe/01012368325-vers-de-nouvelles-declassifications-dans-le-dossier-financier-de-karachi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Sam 19 Nov - 22:58

A propos de l'attentat de Karachi, le clan Balladur-Sarkozy tente d'envoyer le juge Trévidic dans une fausse direction. Sarkozy a demandé à la DCRI de mentir. La DCRI a contacté le juge Trévidic pour lui annoncer que le coupable de l'attentat de Karachi, c'était Al Qaida.

En clair : Sarkozy utilise la DCRI pour envoyer un juge d'instruction dans une mauvaise direction.

Lisez cet article :

Dans cette lutte d’influence, la galaxie Sarkozy a aussi pu compter sur quelques électrons libres. Le plus remuant s’appelle Pierre Sellier. Ex-conseiller d’EADS, grand amateur de notes en tout genre, il est à la tête de la société Salamandre, soupçonnée d’avoir jouer un rôle trouble en marge de l’affaire Clearstream. Comme l’ont révélé Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme dans "Le Contrat" (Stock), Pierre Sellier s’est également démené dans l’affaire Karachi. Avec un seul objectif : mettre en garde contre l’exploitation «fallacieuse» du dossier par la presse, et soutenir contre vents et marées la thèse d’une implication d’al-Qaida dans l’attentat de Karachi.

En clair : l’attentat qui a fait 14 morts le 8 mai 2002 n’est pas dû à l’arrêt des rétro-commissions mais aurait été perpétré par des terroristes islamistes. Cette version, longtemps soutenue par le juge Bruguière, n’a jamais convaincu les nouveaux magistrats chargés de l’enquête. Elle continue pourtant régulièrement à refaire surface.

Cette semaine, le Nouvel Observateur révèle ainsi que des fonctionnaires de la DCRI auraient approché le juge Trévidic, en charge du volet terroriste du dossier, pour lui servir à nouveau la thèse d’Al Qaida. Avec de nouveaux détails : l’attentat de Karachi aurait été commandité par un des cerveaux du 11 Septembre, Khaled Cheik Mohamed, aujourd’hui enfermé dans les geôles de Guantanamo. Un coupable idéal servi sur un plateau d’argent par les services de renseignements français, l’idée laisse un peu sceptique Olivier Morice, l’avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi :

«Au début de l’affaire, la DST et le juge Bruguière avaient déjà caché aux victimes un rapport d’expertise qui excluait la piste d’un kamikaze. Je crains qu’en cherchant de nouveau à imposer cette version, la DCRI soit instrumentalisée par le pouvoir. C’est d’autant plus gênant que c’est le seul service dont le juge Trévidic dispose pour l’enquête sur le volet terroriste. Mais notre force, c’est qu’il y a plusieurs fronts judiciaires dans ce dossier. On peut étouffer un des aspects, il sera impossible d’étouffer l’ensemble de l’affaire.»

http://www.slate.fr/story/46343/affaire-karachi-takieddine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Lun 21 Nov - 20:32


Copé dans la piscine de Takieddine au cap d'Antibes le 13 août 2003

Affaire Karachi :
Un nouveau témoin sème le trouble sur les relations entre Jean-François Copé et Ziad Takieddine


Un compte en Suisse, ouvert en 2005 par la sœur de Jean-François Copé, aurait pu lui servir de «compte de passage», selon le témoin. Une remise présumée d'argent en espèces, de Ziad Takieddine à Jean-François Copé, aurait servi à financer les travaux dans l'appartement que celui-ci possédait dans le XIXe arrondissement de Paris.
www.20minutes.fr/societe/827340-affaire-karachi-nouveau-temoin-seme-trouble-relations-entre-jean-francois-cope-ziad-takieddine
http://owni.fr/2011/09/27/cope-et-takieddine-en-short/


Affaire Takieddine : la piste Copé se précise
Alors qu'on s'interrogeait sur ses nombreux séjours et voyages offerts par le marchand d’armes (c’est à relire ici), c’est un compte en Suisse ouvert par sa sœur qui attire l’attention.

Selon une «note de renseignement» établie par les services d’enquête, des proches de M. Copé avaient précisé au consultant «que ce compte était en fait pour Jean-François Copé, qui lui servirait de compte de passage». Questionné par le JDD, Jean-François Copé a admis l’existence de ce compte, ouvert au Crédit suisse par sa sœur, en 2005. M. Copé était alors ministre du budget.
www.mediapart.fr/journal/france/201111/affaire-takieddine-la-piste-cope-se-precise
www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/Ziad-Takieddine-aurait-verse-des-fonds-en-especes-a-Jean-Francois-Cope-425975/


Quand Jeff Copé a perdu la Roro offerte par son pote Ziad
Du fric à priori, mais pas que. L'héroïne du pamphlet, c'est la Rolex. La Roro. La Roro de Jeff que lui aurait achetée son pote Ziad pour son anniv. La même que la sienne. Sauf que Jeff, il a expliqué aux juges qu'il l'avait paumée sa Roro. C'est ballot...
www.charentelibre.fr/2011/11/21/quand-cope-aurait-perdu-la-roro-offerte-par-son-pote-ziad,1066019.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Mar 13 Déc - 18:59


François Léotard et Renaud Donnedieu de Vabres en 2004

Renaud Donnedieu de Vabres arrêté dans l'affaire Karachi

L'ancien ministre UMP Renaud Donnedieu de Vabres a été placé mardi en garde à vue dans l'enquête sur une possible corruption en marge de contrats d'armement et de la présidentielle de 1995, a-t-on appris de sources policière et judiciaire.

La police financière a effectué une perquisition à son domicile parisien et l'a interpellé simultanément. C'est la première fois qu'un ancien élu est visé par cette enquête qui inquiète la majorité à moins de cinq mois de la présidentielle.

Renaud Donnedieu de Vabres peut être interrogé durant 48 heures au maximum avant une éventuelle mise en examen par les juges d'instruction Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire.

Ministre de la Culture de Jacques Chirac entre 2004 et 2007, il n'est pas interrogé à ce titre mais à propos de ses fonctions de conseiller spécial au cabinet du ministre de la Défense François Léotard entre 1993 et 1995.

Les juges sont sur la piste d'un possible détournement de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (200 millions d'euros) dans les années 1990.

Un lien est envisagé avec un attentat au Pakistan ayant tué 15 personnes en 2002, dont onze Français travaillant à la fabrication des sous-marins.

Les enquêteurs soupçonnent un possible financement illégal de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole.

Deux proches de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire - ex-directeur de campagne d'Edouard Balladur - et Thierry Gaubert, sont déjà mis en examen dans ce dossier, ainsi que Ziad Takieddine, homme d'affaires franco-libanais et intermédiaire dans les deux contrats.

Un témoin récemment entendu en procédure, le préfet Patrice Molle, ex-chef du cabinet civil de François Léotard, a déclaré que Renaud Donnedieu de Vabres avait imposé dans la négociation Ziad Takieddine et un autre intermédiaire, Abdulrahman El Assir, dans le but supposé d'organiser le détournement des commissions.

DONNEDIEU DÉJÀ CONDAMNÉ

Renaud Donnedieu de Vabres a déjà été condamné en 2004 à 15.000 euros d'amende pour blanchiment de capitaux, en même temps que François Léotard, sanctionné alors de dix mois de prison avec sursis.

Cette affaire portait sur le blanchiment via une banque italienne de cinq millions de francs (762.000 euros) d'origine mystérieuse. Les deux hommes avaient alors parlé au procès de fonds spéciaux de l’État, versés en liquide aux ministres jusqu'en 2001.

Elle est aujourd'hui réexaminée par les enquêteurs du dossier Karachi à la lumière des nouveaux faits apparus. Les magistrats ont en effet découvert que l'équivalent de trois millions d'euros en espèces, d'origine mystérieuse, avaient été versés aux comptes de la campagne Balladur en 1995.

Un compte suisse de Thierry Gaubert, et d'importants retraits à l'époque des faits, ont été aussi découverts après une demande d'entraide dans ce pays. L'épouse de Thierry Gaubert a parlé en procédure de valises d'argent convoyées par son mari.

Cette affaire réveille de vieilles querelles à droite.

Le nom de Nicolas Sarkozy, à l'époque des faits ministre du Budget, figure en procédure, dans un rapport de police luxembourgeois concernant la création de structures off shore liées à l'argent des marchés.

Les juges ont découvert récemment de nouveaux éléments laissant penser que l'argent des commissions pourrait avoir été dérivé vers des réseaux présentés comme proches de Jacques Chirac, après la défaite d'Edouard Balladur au premier tour et l'élection du maire de Paris à l'Elysée en 1995.

Dominique de Villepin, ancien secrétaire général de l’Élysée (1995-2002) et ex-Premier ministre (2005-2007) est convoqué comme témoin en janvier chez les juges.

Thierry Lévêque avec Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse
http://fr.news.yahoo.com/renaud-donnedieu-vabres-en-garde-%C3%A0-vue-dans-102253235.html

Le double circuit des commissions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Mer 11 Jan - 10:22


Comprendre l’affaire Karachi en trois minutes
Les élections présidentielles de 2012 (si elles ont lieu comme prévu…) sont importantes, vraiment importantes, puisqu’elles serviront à protéger « le cul des impliqués » dans l’affaire Karachi.
http://saintpierredescorps-cestouca.blogspot.com/2010/11/infographie-comprendre-laffaire-karachi.html
www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/23/affaire-karachi-si-sarko-passe-pas-ils-sont-tous-morts_1576938_823448.html
http://lesmoutonsenrages.fr/2011/09/23/affaire-karachi-si-sarko-passe-pas-ils-sont-tous-morts/


Karachi : les comptes de la campagne Balladur dans la cave d'un préfet
Le préfet Jean-Claude Aurousseau a fait l'objet d'une perquisition le 24 novembre 2011 dans le cadre du volet financier de l'affaire Karachi....
www.leparisien.fr/affaire-karachi/karachi-les-comptes-de-la-campagne-balladur-dans-la-cave-d-un-prefet-08-01-2012-1802193.php

Karachi, le talon d'Achille de Sarkozy
http://tempsreel.nouvelobs.com/le-coup-de-sang-de-serge-raffy/20120102.OBS7886/karachi-le-talon-d-achille-de-sarkozy.html

Le film des rebondissements de septembre
www.leparisien.fr/affaire-karachi/videos-affaire-karachi-le-ps-somme-sarkozy-de-s-expliquer-23-09-2011-1621848.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Mar 24 Avr - 11:34


Karachi : l'enquête élargie à des faits de blanchiment jusqu'à mars 2012

Le parquet de Paris a autorisé les juges chargés du volet financier de l'enquête Karachi à étendre leurs investigations à des faits de blanchiment aggravés de 1993 à mars 2012, a affirmé hier une source proche du dossier. Cette décision pourrait conduire à une nouvelle mise en examen de l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, qui doit être de nouveau entendu ce matin par les juges.
www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202026943985-karachi-l-enquete-elargie-a-des-faits-de-blanchiment-jusqu-a-mars-2012-315771.php

Karachi : Guéant et Squarcini témoins ?
‎Un rescapé de l'attentat de Karachi en mai 2002 a demandé l'audition comme témoins du ministre de l'Intérieur Claude Guéant et du patron du renseignement.
www.europe1.fr/France/Karachi-Gueant-et-Squarcini-temoins-1037481/

Affaire Karachi : les juges sur la piste de comptes en Suisse

Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire s'interrogent sur le transit dans une banque suisse, en avril 1995, d'une somme presque identique à celle versée en liquide le même mois sur le compte de campagne de l'ex-Premier ministre (1993-95), et dont l'origine demeure mystérieuse, selon des documents révélés pour certains par Mediapart et que l'AFP a consultés.

Au total, 10.250.000 francs avaient été déposés le 26 avril 1995 - trois jours après le premier tour de la présidentielle - sur ce compte de campagne, au Crédit du Nord. En 2010, M. Balladur avait affirmé que la somme provenait de la vente de gadgets et de dons lors de meetings.
Les juges font une hypothèse: des commissions - légales jusqu'en 2000 - générées par deux contrats d'armement scellés en 1994 avec l'Arabie saoudite et le Pakistan pourraient avoir contribué - via des rétrocommissions qui sont, elles, illégales - au financement de la campagne présidentielle de M. Balladur.

Selon plusieurs témoins, le cabinet de François Léotard, alors ministre de la Défense, aurait imposé dans les derniers mois de la négociation du contrat Agosta avec le Pakistan un nouveau réseau d'intermédiaires, dont Ziad Takieddine et Abdulrahmane al-Assir, qui devaient empocher 4% du contrat, soit 33 millions d'euros.

Ziad Takieddine, qui a toujours nié tout lien avec le contrat Agosta, a néanmoins été mis en examen par les juges, qui ignorent où se trouve M. Al-Assir.

À la demande des deux magistrats, le procureur de Genève Jean-Bernard Schmid a conduit cette année plusieurs auditions en Suisse pour retrouver la trace des commissions.

Il a entendu le 2 février Khalil Hassan, ancien employé de la banque SCS Alliance, dont un des clients fut une personnalité koweïtienne, Cheikh Ibrahim Douaij al-Sabah. [...]
www.france24.com/fr/20120414-affaire-karachi-juges-piste-comptes-suisse


Karachi : Sarkozy aurait validé un circuit de commissions dans les contrats d'armement

[...] Nicolas Sarkozy, ministre du Budget en 1994, avait validé la création d'une société luxembourgeoise servant à payer des intermédiaires dans des contrats d'armement.

Le journal s'appuie sur un procès-verbal d'audition du 2 décembre, devant le juge Renaud Van Ruymbeke, de Gérard-Philippe Menayas, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense et ex-directeur administratif et financier de la DCNI, branche internationale de la Direction des constructions navales qui a vendu en 1994 au Pakistan des sous-marins Agosta.

Gérard-Philippe Menayas est interrogé sur la création en 1994 au Luxembourg de la société offshore Heine, utilisée par la DCNI pour verser des commissions - qui seront légales jusqu'en 2000 - à des intermédiaires dans des contrats d'armement, dont ceux qui ont oeuvré au contrat Agosta. [...]
www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Karachi-Sarkozy-aurait-valide-un-circuit-de-commissions-dans-les-contrats-d-armement-_NG_-2012-01-02-753008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Dim 6 Mai - 19:36

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   Jeu 6 Sep - 16:37


Un témoignage implique Sarkozy dans l'affaire Karachi
Nicolas Sarkozy a donné son accord écrit en 1994, comme ministre du Budget, au versement de commissions en marge d'un contrat d'armement qui est au centre d'une affaire de corruption politique présumée, selon la déposition d'un haut fonctionnaire publiée jeudi 6 setembre 2012 par Mediapart.

L'hypothèse des juges est un détournement partiel, à des fins de financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (contrat "Agosta", 84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (contrat "Mouette", 200 millions d'euros) dans les années 1990.

Patricia Laplaud, haut fonctionnaire à l'époque au budget, a déclaré à la police le 3 juillet que le "balourd", en jargon une surcharge de commissions alors légales versées en marge des gros contrats, avait suscité de sa part une sollicitation du ministre.

"En raison du balourd et de l'importance du contrat, il nous fallait un accord écrit de notre ministre (Nicolas Sarkozy - NDLR), que nous avons obtenu. Le contrat Mouette était un contrat important. Une note avait été envoyée au cabinet du ministère afin d'obtenir cet accord", a-t-elle ajouté.

Les investigations ont montré que l'argent ainsi versé a bénéficié à un intermédiaire, Ziad Takieddine, mis en examen aujourd'hui plusieurs fois. Des retraits en espèces ensuite en Suisse semblent correspondre. [...]
http://fr.news.yahoo.com/un-t%C3%A9moignage-impliquerait-sarkozy-dans-laffaire-karachi-085317538.html

Affaire Takieddine : Sarkozy est impliqué par un haut fonctionnaire
Sarkozy a donné, en tant que ministre du budget, et contre l’avis de son administration, un accord écrit au paiement anticipé de commissions occultes, en 1994. Cette preuve a été livrée par une femme-clé, haut fonctionnaire de son état, Patricia Laplaud...
www.mediapart.fr/journal/international/050912/affaire-takieddine-sarkozy-est-implique-par-un-haut-fonctionnaire

Eva Joly dénonce "l'immunité totale" du chef de l’État
www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/affaire-karachi-eva-joly-denonce-l-immunite-totale-du-chef-de-l-etat-02-01-2012-1553587.php

Karachi : les pistes qui mènent à Sarkozy
www.lesinrocks.com/2011/09/22/actualite/affaire-de-karachi-les-pistes-qui-menent-a-sarkozy-119314/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SARKOZYGATE ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
SARKOZYGATE ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: