sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oxymores. La supercherie du capitalisme vert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5734
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Oxymores. La supercherie du capitalisme vert   Lun 7 Sep - 0:00



La supercherie du capitalisme vert

La question écologique [est] présentée comme l’ardente obligation de ce début de XXIe siècle, Grenelle de l’environnement à l’appui.
Or, la plupart des cent mesures du plan Fillon de relance consistent à accélérer la construction d’autoroutes et à bétonner le pays, tout en affirmant que l’objectif de croissance à tout prix (rapport Attali pour une croissance forte oblige) est la seule voie pour sortir la France de la crise. Le salut viendra du « capitalisme vert », autre splendide oxymore !

Cette utilisation massive des oxymores – qui consistent à fusionner deux réalités contradictoires – remplit trois fonctions pour le pouvoir politique. C’est d’abord une technique éprouvée pour occuper l’espace médiatique, avec l’aide d’organes de presse souvent complaisants, voire complices, en exhibant à coup de gesticulations des objectifs mirifiques qui suscitent le débat.
C’est ensuite un moyen de neutraliser l’opposition en la doublant sur sa gauche (pouvoir d’achat) ou sur sa droite (migrations). C’est enfin, ce qui est le plus grave, une stratégie destinée à « enfumer » les citoyens, en s’attaquant à leur univers mental et en jouant avec leurs rêves.

Ceux qui gouvernent ainsi font preuve d’un cynisme et d’un mépris profonds des citoyens. L’art de gouverner se confond avec celui de manipuler. La politique et la démocratie en sortent dévalorisées…

Dominique Plihon
www.politis.fr/article6656.html

La vraie écologie est anticapitaliste

La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, Hervé Kempf l’avait prédite dans son précédent essai (1). Il préconise d’inscrire « l’urgence écologique et la justice sociale au cœur du projet politique ». Oui, mais qui pour promouvoir ce dernier ? Comment, insiste Hervé Kempf, qui rejette également les éoliennes et les agro-carburants, oser estampiller le nucléaire « énergie du futur », alors qu’il demeure éminemment dangereux et génère des volumes colossaux de déchets fortement radioactifs ? Nos dirigeants, que la collusion avec les lobbies les plus influents et les grands groupes industriels n’a jamais rebutés, excluent sciemment une réduction drastique de la consommation.

Celles et ceux qui préconisent des solutions viables, aux antipodes de la doxa dominante, comme par exemple une redistribution équitable des richesses, les pseudo-« penseurs » choyés par les médias les raillent à tout va. Ainsi, l’inénarrable Jacques Attali avait postillonné, le 16 octobre 2007, sur France Inter, « la meilleure façon de ne pas polluer est de revenir à l’âge de pierre ».

Crétinisme d’un de ces « intouchables », qui ne risquent guère une confrontation avec des contradicteurs sur les ondes et plateaux de télévision ! Si l’on se contente de rehausser la grisaille du statu quo d’une touche de chlorophylle, le boostage des énergies renouvelables n’apparaît que comme une mesurette-alibi. Hervé Kempf, qui est aussi le fondateur de Reporterre (2), n’hésite pas à réclamer la taxation des hauts revenus, voire le ponctionnement du patrimoine détenu par les plus fortuné(e)s, afin de financer des activités socialement utiles et à faible impact environnemental.

« l’acmé de l’aliénation capitaliste intervient quand l’humain lui-même devient marchandise ». Le journaliste met en garde : attention de ne pas tarder, « hébétés », jusqu’à ce que ce système délétère « se transmue en despotisme » !
www.plumedepresse.com/spip.php?article1131

On a un exemple de cette marchandisation de l'humain avec les 23.000 enfants utilisés comme cobayes à New-York
et qui n’intéressent personne
www.agoravox.fr/actualites/sante/article/23-000-enfants-cobayes-a-new-york-1125
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5734
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Oxymores. La supercherie du capitalisme vert   Lun 7 Sep - 0:27



La politique de l'oxymore
Comment ceux qui nous gouvernent nous masquent la réalité du monde


Les démocraties modernes possèdent-elles les ressorts nécessaires pour prévenir et affronter la catastrophe écologique due au réchauffement climatique ? Comme l’explique Bertrand Méheust, ce n’est pas de l’écologie libérale et du « développement durable » que viendra la réponse : ces discours consistent à graver dans l’esprit du public l’idée que l’écologie est compatible avec la croissance et même mieux, qu’elle la réclame afin de masquer l’incompatibilité entre la société globalisée dirigée par le marché et la préservation de la biosphère.

Un univers mental ne renonce jamais à lui-même si des forces extérieures ne l’y contraignent pas. Le système a saturé tout l’espace disponible et est à l’origine de tensions de plus en plus fortes. Pour les masquer, ceux qui nous gouvernent pratiquent la politique de l’oxymore. Forgés artificiellement pour paralyser les oppositions potentielles, les oxymores font fusionner deux réalités contradictoires : « développement durable », « agriculture raisonnée », « marché civilisationnel », « flexisécurité », « moralisation du capitalisme », « mal propre », etc. Ils favorisent la destruction des esprits, deviennent des facteurs de pathologie et des outils de mensonge.

Plus l’on produit d’oxymores et plus les gens sont désorientés et inaptes à penser. Utilisés à doses massives, ils rendent fou. Ainsi, si le pouvoir de Sarkozy fait rupture, c’est par la production et l’usage cynique, sans précédent dans la démocratie française, d’oxymores à grande échelle.

Présentation par les éditions La Découverte

On peut feuilleter une douzaine de pages de ce livre.

Ou écouter son auteur, Bertrand MÉHEUST, en parler sur France Inter.

Cette perte de sens du langage est aussi à rapprocher de la novlangue.

« Le despotisme, qui est dangereux dans tous les temps, est donc particulièrement à craindre dans les siècles démocratiques.» Alexis de Toqueville, De la démocratie en Amérique


www.leplanb.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Oxymores. La supercherie du capitalisme vert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Démocratie, Humanisme et Capitalisme
» Edit Vert-champagne-noir et "Sable" (la soeur de Satin Taupe)- photos!
» RÉF CATALOGUE VERT BAUDET
» Potage à l'oignon vert
» choux vert a la creme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: