sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SERVICE [encore] PUBLIC

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6901
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SERVICE [encore] PUBLIC   Mer 11 Juil - 6:57



Privatisation des gares : la casse a commencé !

   Voilà annoncé en fanfare aujourd’hui la privatisation de la gare du Nord avec le groupe Auchan comme actionnaire majoritaire et un droit d’exploitation de 46 ans.

« Une gare, c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien, parce que c’est un lieu où on passe, parce que c’est un lieu qu’on partage », disait Emmanuel Macron dans un discours à la station F.

C’est vrai, nous avons tous en commun de nous être retrouvés un jour dans une gare, côté arrivées, côté départs, mais pour certains d’entre nous, la gare c’est le terminus d’une vie. Plongée de l’autre côté du miroir, là où la rue commence au bout des quais. Même les plus riches se sont un jour obligés de côtoyer la plèbe dans ces lieux chargés d’histoire. Fortuné, on peut éviter le métro, pas le train, ni ce lieu de brassage qu’est la gare.

Nous connaissons tous la matière des trottoirs, les odeurs des halls de gare, le bruit assourdissant de la circulation et des métros et dans les interstices de silence, hors du temps, il y a toutes ces vies échouées, ces corps abandonnés, que notre œil refuse de voir, ou bien rejette dans un inconscient de la honte et de la culpabilité.

Qui sont “ceux qui ne sont rien” ?

Silhouettes floues qui forment notre quotidien urbain et dont nous ne voulons pas savoir trop de choses, de peur de passer de l’autre côté du miroir. Car ces femmes et ces hommes ont été enfants, ont eu une vie, et sont aujourd’hui des fantômes accrochés à la dernière lueur de société, le lieu de passage par excellence, la gare.

Ils sont invisibles et vivent un quotidien de luttes improbables, ce sont ceux qui ont choisi, consciemment ou inconsciemment, la gare comme terminus. Fin des illusions, fin de soi, fin du corps et dissolution de l’esprit dans l’alcool, les drogues ou les psychoses liées à la rue, la gare est leur dernier refuge, vestige d’un temps où ils étaient humains. Il serait rassurant de se dire qu’ils sont là parce qu’ils l’ont choisi, parce qu’ils boivent, parce qu’ils sont délirants… Parce qu’ils ne sont pas comme nous, nous, qui avons réussi. Et si les raisons de leur présence étaient plus complexes : parcours personnel traumatique, échecs scolaires, discrimination, absence de possibilités de réinsertion après un passage en prison ? Alors nous aurions peut-être des comptes à leur rendre.

En choisissant la métaphore de la gare, Emmanuel Macron ne se trompait pas, il a montré avec ses mots, certes empreint du prisme de classe, que la gare est le plus grand théâtre du cirque humain ou se reflète à l’échelle microscopique l’absurdité de nos sociétés de consommation. Voilà poussée au paroxysme cette consommation outrancière en offrant à Auchan l’exploitation du lieu.

Mais réussir, tout comme n’être rien, c’est extrêmement réducteur, c’est oublier que cette humanité des perdants continue la lutte, dans une vérité parallèle, où les exclus et les marginaux côtoient les cadres dynamiques, symboles de la réussite, pressés de prendre le Thalys ou un TGV vers un pôle économique de l’Hexagone. Cet envers du décor est une production de la vie rêvée des sociétés de consommation où les foules laborieuses se mettent en marche dans un quotidien chronométré par la productivité et la recherche du profit.

Dans une logique d’efficacité économique, la SNCF a choisi de faire des gares des galeries marchandes, achevant le cercle de la consommation totale ; il était utile que le président rappelle le monde de « ceux qui ne sont rien », qui n’a plus sa place dans la gare. Qu’adviendra-t-il des maraudes psy Maquéro, qui chaque jour faisaient le lien avec les naufragés de la gare?

Évitons le débat sur les petites phrases, si l’on se réfère à la pensée complexe d’Emmanuel Macron : « Réussir ce n’est pas seulement gagner de l’argent, c’est aussi faire réussir ceux qu’on aime, réduire les inégalités, aider à transformer la société ». Ce qui pose la question de la réussite collective : aujourd’hui nous acceptons cette société à deux vitesses, nous ne voulons pas voir la misère des migrants cherchant accueil, le ministre de l’Intérieur allant jusqu’à nier leurs droits fondamentaux à la dignité humaine. Rares sont ceux qui s’insurgent contre le délit de solidarité ! Les chômeurs sont pointés du doigt comme des oisifs réfractaires à l’effort et non comme les victimes d’un système économique du moindre coût ou l’humain est une ressource comme une autre.

Ce n’est pas une nouvelle anecdotique cette privatisation de la gare, c’est la fin d’un monde.

Alexis Poulin
10 juillet 2018
https://lemediapresse.fr/economie-fr/privatisation-des-gares-la-casse-a-commence/


Sur la SNCF
http://sarko-verdose.bbactif.com/t474-pour-un-plan-b-a-la-sncf#7510
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6901
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SERVICE [encore] PUBLIC   Sam 21 Juil - 1:07



Un coup porté à l’école pour tous

Harmonisation des tarifs des transports scolaires Région PACA - Métropole : les familles vont trinquer

Plus qu’une injustice, la remise en cause progressive de la gratuité des transports scolaires, voire carrément la hausse des tarifs, va de fait à l’encontre d’un principe républicain fondamental d’une école gratuite et accessible à tous. Principe posé dès la Troisième République par Jules Ferry avant que l’égal accès pour tous à l’enseignement public ne soit gravé dans le marbre de la Constitution.
Mais aujourd’hui, l’État a fait le choix de ne plus se donner les moyens de respecter ce qui relève de son devoir, quand pour les petits citoyens, l’égalité des chances, est déjà sérieusement entamée avec tous les coûts « annexes » de la scolarité, de l’achat des fournitures à la restauration.

Sur fond d’austérité budgétaire et dans une logique toute libérale, ce qui devrait relever d’un service public est alors assimilé à un simple « coût ». Où des collectivités exsangues vont devoir piocher dans des réserves qu’elles n’ont plus, au détriment d’autres services publics qu’elles avaient déjà du mal à assurer. [...]

20 juillet 2018
http://www.lamarseillaise.fr/analyses-de-la-redaction/partis-pris/71348-editorial-un-coup-porte-a-l-ecole-pour-tous

http://www.lamarseillaise.fr/analyses-de-la-redaction/dossier-du-jour/71349-tarifs-transports-scolaires-les-familles-trinquent

Marseille : la grève des cantines reconduite à la rentrée ?
L'état de sous-effectifs des cantines scolaires mécontente le personnel dont une partie souhaite faire grève dès la rentrée.
http://www.lamarseillaise.fr/marseille/social/71093-marseille-la-greve-des-cantines-reconduite-a-la-rentree

À la Busserine, parents et salariés unis pour garder leur crèche
Un bras de fer entre les salariés et leur direction s’est engagé à la crèche de l’Œuf, située cité de La Busserine dans le 14e arrondissement. Après l’annonce de la fermeture, parents et salariés se rassemblent.
http://www.lamarseillaise.fr/marseille/education/71143-a-la-busserine-parents-et-salaries-unis-pour-garder-leur-creche

Marseille : des classes ferment et les CP passent de 12 à 15 élèves
Parents d'élèves et enseignants de l'Académie des Bouches-du-Rhône ne partiront pas le coeur léger en vacances. Pour les zones dites prioritaires, la promesse de classes à 12 élèves ne sera tenue et des classes seront surchargées, voire supprimées.
http://www.lamarseillaise.fr/marseille/education/71097-marseille-des-classes-ferment-et-les-cp-passent-de-12-a-15-eleves

Rénovation d'école interdite !
La ville de Jean-Claude Gaudin (Les Républicains UMP) menace Jean-Luc Mélenchon de représailles, parce que la FI soutient la rénovation d'une école maternelle délabrée par des parents d'élèves et habitants, les 22 et 23 juillet.
https://francais.rt.com/france/52569-marseille-veut-empecher-melenchon-faire-renovation-citoyenne-dune-ecole
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6901
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SERVICE [encore] PUBLIC   Ven 14 Sep - 13:11

Une parmi tant d'autres...


Fermeture de la gare de Mers-les-Bains
Ce serait une suspension de plusieurs années pour des raisons de « sécurité »

La crainte, c’est que la ligne Le Tréport – Abbeville ne rouvre jamais. La mort du ferroviaire signerait la mort du territoire.

[...] la prise en charge par la seule Région des 40 M€ nécessaires à la remise en état (elle proposait jusqu’ici d’en prendre la moitié), créerait "un dangereux précédent".

Les fameux 40 millions, on en causait beaucoup sur les quais, ce dimanche. Alain Brutelle et Serge Bailleul, cheminots retraités depuis quelques années, ont effectué leur carrière comme contrôleur sur ces « lignes familiales ». Les arguments avancés sur la sécurité du tronçon Le Tréport – Abbeville (34 km) les font bondir : « Si l’entretien avait été fait, si les traverses avaient été changées régulièrement, nous n’en serions pas là. »

http://www.courrier-picard.fr/112613/article/2018-05-27/le-treport-dit-au-revoir-aux-trains-de-la-mer
http://www.courrier-picard.fr/105876/article/2018-04-25/la-ligne-sncf-abbeville-le-treport-fermera-bien-le-28-mai

http://www.merslesbains.fr/vivre-a-mers-les-bains/vie-pratique/gares-transports/

Le comité de défense et les usagers s’en remettent désormais aux politiques.
https://fr-fr.facebook.com/railtreportmerslesbains8076/
« Je prends cette ligne très régulièrement pour aller travailler à Amiens, témoigne Marie-Odile Bouquet. Je vais devoir prendre la voiture. Le train était pratique, je pouvais travailler. Je perds trois heures de travail dans la journée, sans compter la fatigue. J’ai regardé les horaires de bus, c’est l’horreur. Ils mettent une heure pour aller à Abbeville. »
https://www.paris-normandie.fr/region/le-comite-de-sauvegarde-et-de-developpement-des-lignes-ferroviaires-du-treport-mers-reste-mobilise-OL13099645

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 47.664 voyageurs.
Les 27 et 28 mars 2017, la marquise est démontée. Par ailleurs, de la fin mai 2018 à décembre 2019, compte-tenu de la fermeture des deux lignes y affluant, la gare ne reçoit aucun train.

Chaque dimanche, elle était desservie par un TER aller-retour reliant Paris-Nord au Tréport - Mers
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_du_Tr%C3%A9port_-_Mers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6901
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: SERVICE [encore] PUBLIC   Jeu 20 Sep - 15:31



Voitures-radars privatisées : une enquête ouverte pour favoritisme

Selon cette plainte déposée le 18 janvier dernier, Anticor vise "deux marchés publics faramineux" passés entre l’État et la société Fareco, filiale du groupe de BTP Fayat, "en violation totale de la législation en matière de marchés publics". Déposée contre X, elle vise indirectement le ministère de l’Intérieur et l’entreprise, comme bénéficiaire.

Anticor épingle particulièrement un contrat de près de 53,8 millions d’euros passé le 1er février 2017 entre la place Beauvau et la société. [...]

Anticor avait déjà déposé une première plainte en novembre 2015, soupçonnant la société de services numériques Atos d’avoir été favorisée dans l’attribution de marchés publics de radars automatiques. Le parquet national financier (PNF) avait ouvert une enquête pour favoritisme en mars 2016.
http://www.charentelibre.fr/2018/09/20/voitures-radars-une-enquete-ouverte,3315174.php

Plus d'informations :
http://www.moto-net.com/article/privatisation-des-radars-embarques-l-association-anticorruption-anticor-depose-plainte-pour-favoritisme.html

Fareco (pour « FAyat REgulation COntrôle »)
En 2013, les forces de l'ordre françaises s'équipent de "radars mobiles embarqués", une nouvelle génération de radars directement embarqués dans les véhicules des forces de l'ordre, et Fareco est la première entreprise à équiper les Renault Mégane des agents de la route.
Depuis 2014, Fareco se tourne vers le marché des « villes intelligentes ».
En juillet 2016, Fareco rachète MultiToll, fournisseur de système de péage autoroutier.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fareco

Dirigée par Thierry Breton, Atos est une entreprise de services du numérique (ESN) française, créée en 1997, qui a acquis Schlumberger Sema, SIS (Siemens), Bull et Xerox ITO . Elle fait partie des plus grandes ESN au niveau mondial, avec un chiffre d'affaires annuel de près de 12 milliards d'euros en 2016.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Atos


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SERVICE [encore] PUBLIC   

Revenir en haut Aller en bas
 
SERVICE [encore] PUBLIC
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» La Gendarmerie est elle un Service Public ?
» Les navettes du Mt St Michel.
» Rénovation du service public de la gendarmerie
» La poste restructuration néfaste du service public.
» Types de contrat en hôpital public

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: