sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le racisme au quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Le racisme au quotidien   Sam 17 Oct - 8:02


Keith Bardwell

Un juge de paix américain refuse de célébrer un mariage mixte

Le 6 octobre, Beth Humphrey, 30 ans et Terence McKay, 32 ans, ont contacté le juge de paix Keith Bardwell à Tangipahoa Parish en Louisiane pour officialiser leur mariage. Refusé, apprend-on sur le site du « Guardian ».

Le magistrat leur a expliqué qu'il n'actait pas de mariages mixtes. Les raisons de son refus ? Le juge Bardwell a évoqué les enfants qu'ils pourraient avoir ensemble. Selon lui, les enfants nés de métissage sont mal acceptés par l'un des parents. Autre raison ? Selon le juge, la plupart des mariages mixtes ne durent pas.
« Je ne suis pas raciste. Je ne crois pas au métissage des races » a-t-il expliqué au « Guardian ». Et pour se justifier : « J'ai des tas et des tas d'amis noirs. Ils viennent chez moi, je les marie, ils utilisent ma salle de bains. Je les traite comme tout le monde ».

Beth Humphrey et Terence McKay ont décidé de porter cette histoire devant la justice américaine pour discrimination. Elle est blanche et il est noir. Ils veulent des enfants et aujourd'hui, face à ce refus, ils sont sous le choc. Katie Schwartzmann, une avocate de l'Union américaine pour les libertés civiles, dont le but est de défendre et préserver les droits et les libertés individuelles, s'est dite « étonnée et déçue » qu'une telle affaire soit possible en 2009.

« La Cour suprême a décrété en 1963 que le gouvernement n'a pas à dire avec qui les gens peuvent se marier » a-t-elle rappelé. L'Union américaine pour les libertés civiles a demandé au comité qui supervise les juges de paix en Louisiane d'appliquer « les sanctions les plus sévères » à l'encontre du juge Bardwell. « Il sait qu'il a violé la loi et il continue de le faire » a déclaré Katie Schwartzmann.

Réponse de l'intéressé ? « Je suis juge depuis 34 ans et je ne pense pas avoir maltraité qui que ce soit. [] Je n'ai pas dit à ce couple qu'ils ne pouvaient pas se marier, je leur ai dit que je ne les marierais pas ».

"Peut-être qu'il a peur que les enfants grandissent et deviennent présidents", a déclaré Bill Quigley, directeur du Center for Constitutional Rights and Justice, se référant à Barack Obama, fruit d'un couple mixte.

Beth Humphrey et Terence McKay ont finalement été mariés par le juge de paix d'une commune voisine.
www.lesmotsontunsens.com/etats-unis-un-juge-americain-refuse-les-mariages-interraciaux-5857
J.DLR.16/10/2009
http://fr.news.yahoo.com/77/20091016/tfr-polmique-aux-usa-un-juge-refuse-un-m-37c756d.html


VIDEO

US justice of peace denies mixed-race couple marriage licence
Keith Bardwell claims his decision was governed by concern for children of interracial unions

www.guardian.co.uk/world/2009/oct/16/louisiana-bardwell-interracial-marriage-licence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Dim 10 Jan - 13:01


Manifestation contre l'attaque d'ouvriers agricoles africains le 8 janvier 2010/REUTERS/OTNPhotos

Craignant pour leur vie, des centaines d'immigrés quittent Rosarno

Environ 700 étrangers ont quitté samedi la ville italienne, où une «chasse à l'homme» contre les immigrés a fait 67 blessés cette semaine.

"Si nous ne partons pas, nous mourrons", dit Francis, un Ghanéen de 25 ans, qui comme des centaines d'autres Africains venus récolter des agrumes en Calabre, dans le sud de l'Italie, a décidé de fuir, même sans avoir été payé, après les violences des derniers jours à Rosarno.

Tout a commencé jeudi, par des tirs à la carabine à air comprimé sur des immigrés, qui ont été légèrement blessés. Des centaines d'étrangers, en majorité des Africains employés illégalement, sont alors descendus dans les rues de Rosarno et ont tout cassé sur leur passage, malmenant au moins une jeune femme et ses enfants.

La police a repris le contrôle de la situation, mais, vendredi, des groupes d'habitants de Rosarno ont décidé de se venger et ont procédé à une véritable chasse à l'étranger.

Bilan depuis jeudi : 67 blessés, soit 31 immigrés, dont 2 en état grave, 19 policiers et 17 habitants.

"Nous avons peur, il n'y a plus rien pour nous ici", dit Ali, la trentaine, prêt à s'embarquer sur une navette avec quelques affaires dans une petite valise. Son employeur lui doit 500 euros.

Son salaire : 20 à 25 euros par jour pour 12 à 14 heures de travail.

Mais six immigrés sont encore hospitalisés, parmi lesquels deux grièvement blessés vendredi soir à coups de barres de fer.

Samedi après-midi une manifestation de soutien en faveur des immigrés s'est déroulée à Rome, non loin du siège du ministère de l'Intérieur. Elle a donné lieu à des échauffourées entre policiers, dont un a été légèrement blessé par un jet de pierres.

Au cours de cette manifestation, les immigrés présents ont demandé la démission du ministre de l'Intérieur Roberto Maroni.

La mafia montrée du doigt

Selon la presse, au moins 4.000 immigrés sont employés - en général illégalement - chaque année à Rosarno pendant deux mois pour cueillir clémentines et mandarines.

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés et le principal syndicat italien, la Cgil, ont dénoncé leurs «conditions de vie inhumaines : cabanes insalubres, sans eau, sans hygiène» et des «salaires de misère» (25 euros par jour).

Le rôle de la mafia a également été montré du doigt. «La mafia qui contrôle le territoire, exploite les immigrés avec cynisme et une détermination impitoyable. Les cerveaux criminels savent que les immigrés clandestins ne peuvent même pas tenter de se rebeller car ils sont privés de documents d'identité et donc de la protection de l'Etat», a déclaré à La Stampa don Luigi Ciotti, un prêtre ayant fondé l'association antimafia Libera.

www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5izCcGIzf9EM52_p0hID1evxUmrXA
www.lefigaro.fr/international/2010/01/09/01003-20100109ARTFIG00641-le-calme-revient-a-rosarno-qui-se-vide-de-ses-immigres-.php


Racisme, violence et mafia en Calabre
Des communautés africaines contrôlées par la mafia et vivant à la périphérie des villes, dans des conditions dégradantes, constituent la majeure partie de la main d'œuvre agricole.
www.slate.fr/story/15439/calabre-racisme-violence-immigration-emeutes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Lun 1 Nov - 1:49

En France, il n’y a pas de repentir mais il y a du mépris et des insultes.

Audrey Pulvar : "Le nègre, il t'emmerde !"

Le dérapage verbal (et raciste) du parfum Jean-Paul Guerlain, vendredi 15 octobre, au JT de 13 heures de France 2, a suscité un véritable tollé. Il avait notamment déclaré, en direct : "J'ai travaillé comme un nègre, je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin..." Malgré ses excuses, la colère, depuis, ne tarit pas.

Dernière personne à monter au créneau : Audrey Pulvar. La journaliste de France Inter et de i>télé a adressé une lettre ouverte au parfumeur intitulée "Nègre je suis, nègre je resterai".

Elle a ainsi dénoncé : "Le crachat, que ce très distingué Monsieur Guerlain a jeté à la figure non pas seulement de tous les Noirs d'aujourd'hui, mais surtout, cher Monsieur Guerlain, sur la dépouille des millions de morts, à fond de cale, à fonds d'océan, déportés de leur terre natale vers le nouveau monde".

Le fait qu'aucun politique n'a réagi suite à ces proposes l'a mise hors d'elle : "On a bien cherché, on a bien attendu pendant tout le week-end, dans la bouche de tous ces responsables politiques, un début de condamnation, d'émoi, d'indignation (…). En France, on peut donc prononcer des paroles racistes à une heure de grande écoute, sur un média national sans qu'aucune grande voix, politique, intellectuelle ou artistique ne s'en émeuve".

Avant de conclure sur une référence à Aimé Césaire : "Eh bien le nègre, il t'emmerde !"
www.closermag.fr/actualite/view/213921/News-people/Dernieres-News/Audrey-Pulvar-Le-negre-il-t-emmerde-!

Nouvelle manifestation devant le magasin Guerlain : "La situation est grave"

Le 15 octobre dernier, invité d'Elise Lucet, sur France 2, Jean-Paul Guerlain, 73 ans, descendant du fondateur du groupe de parfumerie éponyme, avait dérapé, en direct, pour qualifier son travail à la recherche du parfum idéal en confiant : « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours travaillé, mais enfin... »

Des propos qui ont valu à France 2, une mise en demeure du CSA, rappelle Le Parisien.

Samedi après-midi, près de 200 personnes se sont rassemblées devant la boutique Guerlain des Champs-Élysées, à Paris, pour protester contre les propos racistes de Jean-Pierre Guerlain.
Une manifestation à l'appel du collectif « Boycottez Guerlain ».

Le 23 octobre dernier, une première manifestation s'était déroulée devant ce même magasin.

Les manifestants brandissaient notamment des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Moi non plus je ne veux plus bosser comme un nègre » ou « Le nègre vous emmerde », en référence à la phrase restée célèbre du poète et homme politique martiniquais Aimé Césaire.

Au cours de la manifestation de samedi, François Durpaire, l'un des responsables du collectif, a dénoncé « le silence assourdissant des Français et des représentants des grands partis politiques qui n'ont pas réagi ».

De son côté, Michaël Mouity-Nzamba, un des porte-parole des manifestants a annoncé que le collectif pourrait déposer une plainte collective contre l'auteur des propos racistes.
http://fr.news.yahoo.com/63/20101031/tfr-paris-200-manifestants-devant-le-mag-019dcf9.html
www.leparisien.fr/societe/propos-racistes-nouvelle-manifestation-devant-guerlain-sur-les-champs-30-10-2010-1130068.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Jeu 18 Nov - 19:04



Sept morts, 130 blessés, dont douze graves, dans l’incendie d’un foyer Adoma à Dijon
"On penche pour la piste criminelle"


Vidéo
L'enquête sur l'incendie d'un foyer de résidents immigrés à Dijon, dans le quartier la Fontaine-d'Ouche, dimanche soir, semble se démêler.

Mardi, deux individus ont été placés en garde à vue. "J'ai demandé le prolongement de leur garde à vue de 24 heures à compter de mercredi matin", nous rapporte le procureur de la République de Dijon.

Pour l'heure, les causes de l'incendie ne sont pas établies. Les enquêteurs privilégient toutefois la piste criminelle.

1. Qui sont les deux gardés à vue ?

Le premier suspect à avoir été interpellé est âgé de 19 ans. Il s'agit d'un des principaux témoins de l'incendie. C'est même lui qui a alerté les pompiers en s'apercevant de la progression fulgurante de l'incendie.

Son témoignage a été relayé dans plusieurs médias. Selon ses dires, il aurait été alerté par le feu de poubelle alors qu'il rentrait à la résidence après avoir passé la soirée à l'extérieur.

Il a appelé à plusieurs reprises les pompiers pour les alerter. Il avait fourni comme preuve l'historique de ses conversations sur son téléphone portable.

Les déclarations du jeune homme et ses nombreux appels passés alors que le sinistre débutait ont intrigué les enquêteurs, rapporte Le Parisien.

Autre fait troublant : le gardé à vue est déjà mise en cause dans une affaire de feu de poubelle, toujours selon le journal.

Ce dernier, choqué par les événements avait demandé son admission à l'hôpital psychiatrique. C'est là-bas que les policiers l'ont interpellé.

Le second suspect, âgé de 20 ans, est un proche du premier interpellé. Il fréquente régulièrement le quartier de la Fontaine-d'Ouche.

"Leur garde à vue a été prolongée de 24 heures", nous rapporte le procureur de la République de Dijon qui ne souhaite pas en dire plus "avant la fin des auditions".

2. Où en est l'enquête ?

"L'enquête s'oriente vers la piste criminelle", confirme toutefois le procureur.

Selon Le Parisien, la nature criminelle de l'incendie du foyer Adoma (ex-Sonacotra) ne fait guère de doute. Le quartier de la Fontaine-d'Ouche est le théâtre régulier de feux de poubelles. En effet, une heure et demie avant que débute l'incendie du foyer, sept feux de véhicules ont été dénombrés, indique Le Bien Public.

Plusieurs questions restent en suspens. Quelles sont les causes précises de l'incendie ? Comment le feu de poubelle a été déclenché ? Comment les flammes se sont-elles propagées si vite ?

Selon les premiers éléments de l'enquête, deux éléments peuvent expliquer la propagation rapide de l'incendie. D'abord, la géométrie en H de la façade de l'immeuble, où le feu à pris naissance. Ensuite, la météo avec un vent poussant les flammes sur cette même façade, rapporte Le Parisien.

3. Quel est le bilan humain ?

Sept personnes ont perdu la vie au cours de l'incendie. Mardi soir, 53 personnes restaient toujours hospitalisées. 14 se trouvent dans un état grave et 8 dans un état critique.

Sur les 141 résidents du foyer, une centaine a pu être relogée. Les autres se trouvent temporairement au palais des Sports de la ville aménagé pour accueillir les victimes.

Contacté par Le Post, le maire de la ville se réjouit : "un grand mouvement de solidarité s'est créé après l'incendie. Les habitants apportent des vêtements et de la nourriture aux victimes."

Ce soir une cérémonie religieuse est organisée devant le foyer. "L'occasion de rendre hommage à toutes les religions", conclut le maire.
www.lepost.fr/article/2010/11/17/2308033_incendie-mortel-a-dijon-on-penche-pour-la-piste-criminelle.html
www.dijonscope.com/009292-incendie-du-foyer-adoma-a-dijon-deux-personnes-en-garde-a-vue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Jeu 6 Jan - 13:56


Photo LP/Yann Foreix

Le DJ lynché est décédé
Claudy Elisor, le père de famille agressé la nuit du Nouvel An par un groupe d’hommes à qui il avait refusé l’entrée à une soirée, est mort hier.

Claudy Elisor, le DJ agressé au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) par une dizaine d’inconnus, au cours de la nuit du réveillon de la Saint-Sylvestre, a succombé à ses blessures hier en fin d’après-midi. Déclaré en état de mort clinique vers 15h30, ce père de famille de deux enfants, employé à la SNCF, est décédé quelques heures plus tard.

Né aux Abymes en Guadeloupe, Claudy, 33 ans, a été littéralement lynché par plusieurs jeunes garçons, armés de poings américains, de matraques et de chaises. Quelques minutes avant la sauvage agression, le jeune homme avait aidé le vigile à éconduire une personne qui tentait de s’introduire dans la salle dans laquelle était organisée cette soirée privée, à l’occasion Nouvel An.

Ses agresseurs n’ont toujours pas été identifiés […]
www.leparisien.fr/faits-divers/le-dj-lynche-est-decede-06-01-2011-1214978.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Sam 15 Jan - 12:44


Montage Le Post

Condamnation requise contre Eric Zemmour pour provocation à la haine raciale
Le tribunal rendra son jugement le 18 février

Le parquet a demandé vendredi au tribunal correctionnel de Paris de condamner le chroniqueur Eric Zemmour pour diffamation à caractère racial et provocation à la discrimination raciale après ses propos controversés sur «les Noirs et les Arabes».

Le procureur de la République, Anne de Fontette, n'a pas précisé la peine qu'elle souhaitait voir prononcée contre le journaliste, lors du jugement qui sera rendu le 18 février prochain.

Plus tôt dans l'après-midi, les associations de lutte contre le racisme s'étaient succédé à la barre du tribunal correctionnel de Paris pour dénoncer «l'immense gravité» des propos du chroniqueur Eric Zemmour sur «les Noirs et les Arabes».

«Nous ne sommes pas face à un dérapage, à un accident», a ainsi plaidé l'avocat de SOS Racisme, Me Patrick Klugman. «Nous sommes témoins, comme toute la France, d'une gradation dans la violence», a-t-il lancé.

Me Klugman a surtout regretté que «chez M. Zemmour les monstruosités soient toujours des évidences».

Eric Zemmour a été cité en justice pour diffamation et provocation à la discrimination raciale par SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l'UEJF et J'accuse. Les cinq associations ciblent des propos tenus le 6 mars 2010 sur Canal+ et France Ô.

Dans l'émission de Thierry Ardisson «Salut les terriens», diffusée sur la chaîne cryptée, Eric Zemmour s'était indigné après une intervention sur les contrôles au faciès : «Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait».


Le même jour, sur France Ô, il avait également tenu des propos controversés, répondant, à une question qui lui était posée, que les employeurs «ont le droit» de refuser des Arabes ou des Noirs. Le tribunal devait mettre sa décision en délibéré à l'issue de la plaidoirie de la défense.
www.liberation.fr/societe/01012313742-condamnation-requise-contre-eric-zemmour-pour-provocation-a-la-haine-raciale


Les soutiens à Eric Zemmour

Jean-Pierre Chevènement a apporté son soutien à Eric Zemmour. Tout comme
-Eric Naulleau, son compère dans l’émission de Laurent Ruquier sur France2,
-Robert Ménard, ex-président de Reporters Sans Frontières, proche de la CIA et favorable à la peine de mort,
-Denis Tillinac, écrivain de droite,
-Pierre Monzani*, préfet UMP, qui a détenu préventivement un syndicaliste lors d'une visite de Sarkozy dans l'Allier,
-Claude Goasguen, député UMP de Paris, avec 27 autres députés de l’UMP, dont Bernard Debré, Françoise Hostalier, le vice-président de l'Assemblée nationale Marc Le Fur, Lionnel Luca, Jacques Myard et Christan Vanneste,
-Xavier Raufer, criminologue,
-Patrice Champion, ancien diplomate, ancien conseiller de Rama Yade,
-Cginisty (Christophe Ginisty), chef d'entreprise, conseiller municipal du MoDem à Issy-les-Moulineaux (92),
-Le mouvement étudiant réactionnaire « UNI », proche de l’UMP,
etc.

* Pierre Monzani : Début juillet 2006, Nicolas Sarkozy a désigné cet ancien auditeur à la tête de l’Inhes (ex-Institut des hautes études de sécurité intérieure). Pro-israélien, proche de Charles Pasqua, M. Monzani a été mis en examen pour "complicité de blanchiment", en septembre 2004, par le juge Philippe Courroye.
www.spyworld-actu.com/spip.php?article3569
www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-861771@51-861895,0.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110112.OBS6096/chevenement-apporte-son-soutien-a-eric-zemmour.html
www.liberation.fr/societe/01012313479-si-je-devais-attaquer-zemmour-a-chaque-fois-que-je-suis-en-desaccord-avec-lui
www.leparisien.fr/faits-divers/zemmour-des-deputes-ump-denoncent-un-proces-d-ancien-regime-13-01-2011-1225873.php
www.actualite-francaise.com/depeches/manifestation-soutien-eric-zemmour-devant-siege-figaro,8843.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Dim 20 Fév - 14:45


Éric Zemmour condamné pour provocation à la haine raciale

Le journaliste écope de 2000 euros d'amende avec sursis pour ses déclarations selon lesquelles «la plupart des trafiquants sont noirs et arabes».
www.liberation.fr/societe/01012320842-eric-zemmour-condamne-pour-provocation-a-la-haine-raciale

Zemmour, et l’impunité variable du racisme

Émoi chez les purs et durs de la liberté d’expression : le chroniqueur Éric Zemmour, qui porte courageusement les couleurs du «politiquement incorrect» dans trois murmurants médias des catacombes (le Figaro, France 2 et RTL) vient d’être condamné pour provocation à la haine raciale. Il avait déclaré à la télévision que «la majorité des trafiquants sont des Noirs et des Arabes, c’est un fait» (allégation qui constitue un non-sens statistique), et que les employeurs ont «le droit» de refuser d’embaucher des Noirs et des Arabes (ce qui est faux, la discrimination à l’embauche est un délit). Procès. Relaxe pour la première phrase, condamnation (2000 euros avec sursis) pour la seconde.

Dans l’heure, M. Mariani, ministre des Transports en exercice, n’ayant manifestement pas d’autre urgence, se fend d’un communiqué condamnant le jugement, regrettant que «les professionnels de l’antiracisme préfèrent se constituer partie civile, plutôt que d’assumer un débat public à la loyale sur les sujets qui préoccupent nos concitoyens, qu’il s’agisse de la délinquance, du fondamentalisme islamiste, des prières de rue, ou de la gangstérisation de certains quartiers sensibles». Mariani juge la condamnation «d’autant plus regrettable qu’elle risque d’inciter une gauche morale durablement discréditée, à imposer un climat permanent de chasse aux sorcières».

Dans la foulée, le parti au pouvoir fait savoir qu’il a invité Zemmour à débattre sur «le trop-plein de normes», et plus particulièrement sur «la production d’une norme de pensée, qu’on qualifie souvent de pensée unique» (on attend avec impatience que l’UMP invite pareillement des petits délinquants sur «le trop-plein de normes sécuritaires»). L’invitation était, paraît-il, antérieure à la condamnation. Mais personne n’en avait alors entendu parler. Et elle n’a pas été annulée.

D’un gouvernement qui compte dans ses rangs un ministre lui aussi condamné pour injure raciale (Hortefeux), et que saisit la panique devant l’ascension de Marine Le Pen dans les sondages, on ne pouvait pas attendre autre chose. L’invitation de Zemmour est un signe, un petit signe, dans le feu d’artifice de signes sémaphoriques adressés à l’électorat du FN (dont le nouveau «grand débat» sur la laïcité). Un de plus. La poignée de cerises qu’on rajoute au kilo, pour faire bon poids. Zemmour ainsi érigé en martyr par le pouvoir, que font les médias qui l’emploient ? Rien, naturellement. Ils ne vont tout de même pas se montrer plus respectueux de la justice que le gouvernement lui-même. Chacun des trois a d’excellentes raisons de ne rien faire.

Du côté du Figaro, le directeur Mougeotte raconte avoir «convoqué Zemmour par lettre pour lui faire part de [son] émotion et lui rappeler les principes éditoriaux du Figaro, en particulier la lutte contre le racisme et l’antisémitisme». «A l’époque j’envisageais une sanction. Eric Zemmour m’a répondu et réitéré son adhésion totale à ces deux principes et a regretté ses propos si ces derniers avaient été mal interprétés. Dès lors, il n’y avait pas motif à sanctions et il n’y en a pas plus aujourd’hui», explique le directeur du journal du groupe Dassault. À RTL, on se contente d’expliquer qu’«indépendamment de sa condamnation, on lui a rappelé d’être attentif au respect des valeurs de la station». Et à France 2, où la pression des syndicats est forte (un communiqué estime que Zemmour n’avait «pas sa place sur les antennes de France Télévisions»), on insiste sur «l’attachement du service public aux valeurs humanistes et républicaines», en précisant que «le président de France Télévisions a demandé à l’ensemble des directeurs de chaînes du service public de veiller à ce que de tels propos ne soient plus tenus sur nos antennes».

Tel gouvernement, tels médias. Venant de RTL ou du Figaro, rien à dire : ces organes privés captent ou conservent leurs lecteurs ou leurs auditeurs comme ils le souhaitent. Mais France 2 ? Y répandre le poison raciste semaine après semaine, est-il dans les missions du service public ? Il est vrai que tous les racismes ne sont pas affectés d’un coefficient égal d’impunité. Zemmour aurait-il pris les juifs comme cible de son «incorrection politique», au lieu de cogner sur les Noirs et les Arabes, qu’il serait déjà tenu à l’écart de l’antenne, comme l’est (justement) Dieudonné. On exagère ? Il n’est pourtant que de voir comment le même groupe de luxe LVMH a déployé envers le parfumeur Jean-Paul Guerlain, dérapeur anti-Noirs, une indulgence égale à sa sévérité envers le couturier Galliano, suspendu quelques heures seulement après un dérapage antisémite et anti-asiatique présumé, à la terrasse d’un café.

Daniel SCHNEIDERMANN
28 02 2011
www.liberation.fr/medias/01012322589-zemmour-et-l-impunite-variable-du-racisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Lun 4 Avr - 16:38


Massacrés à cause d’un pasteur de Floride

Les médias ne se souciaient plus de lui. Il n’existait plus.
Le “pasteur” Terry Jones de l’église de Gainesville, en Floride, qui avait fait parler de lui en prétendant brûler le Coran le 11 septembre 2010, était retombé dans l’anonymat.

Mais il n’avait pas renoncé.
Le 20 mars, il a procédé à un “procès” du Coran. Et le livre ayant été jugé “coupable“, il a brûlé un exemplaire dans un barbecue.
Et bien sûr, il a pris soin de tourner des images et de mettre l’objet de sa provocation sur le Net.

D’autres extrémistes en Afghanistan ont propagé les images. Et dix jours plus tard, l’acte d’un “pasteur” fou a des conséquences atroces.
Un carnage au compound de l’ONU à Mazar-e-Charif.
Le nombre de victimes n’est pas établi officiellement mais il s’élèverait au moins à douze, dont au moins 7 employés de l’ONU (Afghans, ainsi que Suédois, Roumain, Norvégien). De premières informations avaient indiqué que certains avaient été décapités mais les autorités afghanes ont démenti, indique le New York Times.

Le “pasteur” a publié un communiqué. Non seulement il appelle l’ONU et le gouvernement américain à “réagir” mais il essaie de faire de l’argent en lançant un appel aux dons (dans ses emails).

A Kaboul, Una Moore, une volontaire d’ONG, écrit que cette attaque est différente des précédentes.
- “This is not the beginning of the end for the international community in Afghanistan. This is the end”.

Elle raconte que les habitants de la ville avaient été incités dès hier à manifester contre l’autodafé par les imams. On leur a dit que ce n’est pas un seul Coran qui avait été brûlé mais une centaine.. Les manifestants n’étaient pas armés, dit-elle, c’est pourquoi les gardes de sécurité n’ont pas tiré. Les Afghans auraient saisi leurs armes à l’intérieur du compound.
Pour elle, c’est “la fin de la communauté internationale” en Afghanistan, sauf à se préparer à ce que des gardes ouvrent le feu sur des civils non armés

Corine Lesnes
http://clesnes.blog.lemonde.fr/2011/04/01/decapites-a-cause-dun-pasteur-de-floride/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Mar 5 Avr - 11:45



Agression dans la gare RER de Noisy-le-Sec : un jeune entre la vie et la mort

Samedi 2 avril 2011, vers 20h30, un jeune homme de 18 ans, originaire de Sartrouville, dans les Yvelines, se trouvait avec sa petite amie, dans un souterrain menant à un quai du RER E à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, quand il a été violemment agressé par une dizaine de personnes.
La victime a été évacuée, dans le coma, à l’hôpital Beaujon à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine.
Elle souffre d’un traumatisme crânien, d’une hémorragie intracrânienne et d’un éclatement du foie ou de la rate.

Le jeune homme aurait été agressé pour son portefeuille et il aurait résisté.

Une autre source policière évoque une vengeance à la suite d’un différend amoureux.
"On s'oriente vers un différend sentimental", selon Jonathan Duval, délégué du syndicat Alliance de Seine-St-Denis.
Selon une source proche de l’enquête, les suspects qui nient les faits, parlent d’une « question de fille ».

Une source qui ajoute :
« Il n’y a aucune rivalité entre Rosny et Sartrouville, mais la victime n’est pas de leur quartier et, pour eux, c’est inacceptable ».

Haroun a été hospitalisé à Paris dans un état critique.
Lundi matin, Mamadou, le père de la jeune victime s’est rendu au chevet de son fils.
[…]
www.lepost.fr/article/2011/04/03/2454271_seine-saint-denis-un-jeune-homme-de-18-ans-entre-la-vie-et-la-mort-apres-avoir-ete-agresse-dans-une-gare-du-rer-e.html
http://fr.news.yahoo.com/63/20110405/tfr-jeune-lynch-noisy-le-sec-j-ai-pu-par-019dcf9.html


Portefeuille, lieu de résidence, rivalité amoureuse. Et pourquoi pas la couleur de peau ?
En tout cas les racistes, qui prennent la victime pour un blanc, n’attendent pas pour réagir :
www.rtl.fr/actualites/article/un-jeune-entre-la-vie-et-la-mort-apres-une-agression-a-noisy-le-sec-7674097506/commentaires?page=1

10 avril 2011. Il s’agit finalement d’une histoire de jeune macho qui veut contrôler la vie sexuelle de sa petite sœur, avec l’assentiment de la grande sœur. Et qui se trompe de personne.
www.marianne2.fr/Rosny-ce-n-etait-pas-une-histoire-de-bande_a204794.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Mar 29 Nov - 23:27

Le Monde condamne la dénonciation d’une raciste !


MY TRAM EXPERIENCE – Chronique du racisme ordinaire en Angleterre

Assise dans le tram Croydon-Wimbledon, en Angleterre, son enfant sur les genoux, Emma West, visiblement sur les nerfs, injurie copieusement son entourage.
"Qu'est-ce qu'est devenu ce pays ? ... plein de Noirs, plein de p... de Polonais ! (etc.)", lance-t-elle à l'adresse des autres voyageurs.
www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=i47HoiM0Au8#! cyclops

[...] sous les injonctions des internautes et grâce aux témoignages des autres usagers, la police des transports a tout fait pour mettre la main sur cette femme et l'arrêter.
« Au nom de l'antiracisme, tous les moyens sont bons, même la délation. »
[…]
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/11/29/my-tram-experience-chronique-du-racisme-ordinaire-en-angleterre/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Jeu 1 Déc - 3:29



Le Point moque l'accent d'Eva Joly

Toute la chronique de l'écrivain Patrick Besson, publiée dans le Point se moque de l'accent de la candidate en pastichant le discours qu'elle prononcerait si elle était élue, remarque Fabrice Pierrot sur twitter.

"Salut la Vranze ! Aujourd'hui est un krand chour : fous m'afez élue brézidente te la République vranzaize", ainsi débute le texte intégralement écrit de cette manière jusqu'à la dernière ligne.

Joly y annonce, entre autres, que l'Elysée "zera dransvormé en zentre d'accueil pour les zans-abri", etc.

Jean-Marie Le Pen avait fait la même imitation cet été, reprise notamment dans le Politizap du Figaro.fr
www.youtube.com/watch?v=bIvDwj-zkN0 cyclops

À propos des étapes précédentes du "Joly-bashing", sport à la mode dans certains medias, lire la chronique de Daniel Schneidermann : "qui a tué Eva Joly ?"**
www.arretsurimages.net/vite.php?id=12596
** www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4499


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Jeu 1 Déc - 3:48



Présentation de l'éditeur
Féminisme, laïcité, devoir de mémoire, liberté d'expression, droit au blasphème et à la critique des religions... De ces principes incontestables, la classe politique française, le microcosme intellectuel et les grands médias font aujourd'hui un usage particulièrement retors. Au travers de "débats" mal posés - l'"insécurité", les "tournantes en banlieue", le "problème du voile islamique", la "repentance coloniale", l'"impossibilité de critiquer l'islam" -, ils construisent un même ennemi, ou un même bouc émissaire : le jeune issu de l'immigration postcoloniale et de culture musulmane. Car c'est bien lui qui finalement se retrouve toujours accusé de menacer la sécurité des biens et des personnes, la condition des femmes, la laïcité de l'école, la fierté nationale et "notre tradition libertaire".
Pierre Tevanian montre en somme, citations à l'appui, que le féminisme, la laïcité, la mémoire et la liberté d'expression sont devenus, dans un nombre croissant de discours politiques et médiatiques, les métaphores d'un racisme qui ne dit pas son nom. Il montre qu'au sein même de la République se construit peu à peu une véritable culture du mépris.

Biographie de l'auteur
Pierre Tevanian, professeur de philosophie, est coanimateur du collectif Les mots sont importants (www.lmsi.net). Il a notamment publié Dictionnaire de la lepénisation des esprits, Le Ministère de la peur, Le Racisme républicain (L'Esprit frappeur), Le Voile médiatique (Raisons d'agir) et Les filles voilées parlent (Les Arènes, en collaboration avec Ismahane Chouder et Malika Latrèche).
www.amazon.fr/R%C3%A9publique-m%C3%A9pris-m%C3%A9tamorphoses-racisme-Sarkozy/dp/2707152811


Le prix Richelieu 2011 de l'association de Défense de la langue française (DLF)
doit être remis Eric Zemmour le 1er décembre


L'académicien et écrivain Angelo Rinaldi a démissionné de la présidence de l'association pour ne pas avoir à remettre un prix au journaliste.
"Je refuse de présider une association qui récompense et donc légitime la propagande haineuse de M. Eric Zemmour. Je démissionne donc de mes fonctions (...) et quitte totalement l'association", a-t-il expliqué à Libération.
www.lexpress.fr/culture/livre/zemmour-recompense-angelo-rinaldi-demissionne_970279.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Sam 15 Sep - 22:30


Pierre GRAFF

Affaire des 4 contre ADP

En mai 2005, Thierry BADJECK, Camerounais par sa mère et Français par son père, a vu sa candidature à un poste d’encadrement dans la société ADP (Aéroports de Paris) rejetée en raison de ses origines. Pascale POUILLON, Didier CANIZARES et Thierry SCHAFFUSER, témoins de la discrimination solidairement dénoncée en mai 2005, ont été congédiés en représailles à partir du 16 juin 2006.

Thierry BADJECK a suivi une formation pluridisciplinaire en trustant les diplômes et qualifications pour plusieurs honorés de mentions, en architecture d’intérieur ; il est aussi diplômé de l’ENSCI Paris, un institut membre de la conférence des Grandes Ecoles françaises qui forme en cinq années après le bac les acteurs de la Création Industrielle ; il est titulaire d’une maîtrise en histoire à Paris VIII, puis d’un DEA d’épistémologie ; il a ensuite été doctorant dans la même discipline… Au total plus de dix années d’études supérieures.
Or selon un document produit par Aéroports de Paris, le candidat BADJECK « n’est pas prêt pour occuper des fonctions de cadre » et doit encore s’améliorer notamment en analyse et synthèse.

Thierry SCHAFFUSER affirme que l’employeur a de nouveau tenté de les licencier malgré de multiples condamnations. Il s’emporte : « ADP a été condamnée en appel le 5 juillet 2007, déboutée par la cour de cassation le 27 janvier 2009, condamnée par le JEX du TGI de Paris le 9 janvier 2008, condamnée au fond par les prud’hommes le 16 février 2008, condamnée par les prud’hommes le 10 septembre 2008 à me reclasser avec Thierry (l’autre, le noir) hors signalétique ! ADP a fait appel puis s’est désisté le 17 décembre dernier. Ça fait cinq condamnations sur lesquelles ADP s’assied ! » Selon lui ADP agirait autrement si ses dirigeants n’avaient pas l’assurance d’être au-dessus de lois et d’autre part « parce que la victime est métisse ».

Pourquoi un tel acharnement ? Thierry SCHAFFUSER pense que la direction d’ADP lui fait « payer » d’avoir été le témoin de la première heure dans cette affaire et d’avoir cristallisé la solidarité de ses collègues en dénonçant ouvertement les stigmatisations dont était victime Thierry BADJECK dès 2003.

Louis SCHWEITZER, président de la HALDE, aurait prétendu dans une correspondance adressée au député des Pyrénées Atlantiques, « qu’après enquête, [l’institution] aurait conclut à l’absence de toute discrimination » dans cette affaire. Or Thierry SCHAFFUSER soutient que la HALDE ment, puisqu’elle n’a tout simplement pas enquêté !

L’affaire serait à ce point grave que Thierry BADJECK accuse le PDG d'ADP, Pierre GRAFF, d’avoir délibérément opposé une contrevérité dans une lettre adressée au printemps 2007, à Jean-Pierre BLAZY alors Député de la Nation, pour dissimuler l’invocation d’une discrimination à l’origine de leur licenciement.

’Les notables de polytechnique avaient imaginé se pourvoir contre quatre arrêts atomiques’ pris le 5 juillet 2007 par la Cour d’appel de Paris, ordonnant la réintégration des plaignants dans leurs emplois. Mais, dans le silence général des média, la société Aéroports de Paris vient de mordre la poussière en voyant sa condamnation confirmée par un arrêt* de la Cour de cassation du 27 janvier 2009.
http://lafeuilledemanioc.20minutes-blogs.fr/archive/2009/02/02/discrimination-rejet-du-pourvoi-en-cassation-d-aeroports-de.html
*http://lafeuilledemanioc.20minutes-blogs.fr/media/00/02/1117410752.jpg


Salaire / rémunération des patrons
103e, Pierre Graff, ADP : 0,6 million € en 2011
Total : 616.834 € (+11,5%) dont...
Part fixe : 370.000 € (+0%)
Part variable : 217.366 € (+34,8%)
Exceptionnels : 0 €
Jetons de présence : 24.310 €
Avantages en nature : 5.158 €
www.journaldunet.com/economie/magazine/salaires-patrons/pierre-graff.shtml

Qui pour piloter ADP (Aéroports de Paris) ?
Le 11 novembre prochain, frappé par la limite d’âge, le PDG actuel d’Aéroports de Paris (ADP), Pierre Graff, lâchera les commandes du gestionnaire des aéroports de Roissy et d’Orly.

Ce sera la première du gouvernement socialiste concernant une entreprise cotée.
Que va t-il faire ? Choisir « l’un des siens », comme il l’a fait avec la Caisse des Dépôts avec Jean-Pierre Jouyet ? Une personne du camp opposé, afin d'en faire une « nomination d’ouverture » pour mieux faire sauter certains patrons jugés trop proches de Nicolas Sarkozy, comme Henri Proglio, le patron d’EDF ? Ou bien un candidat interne de cette entreprise ?
Aujourd’hui le gouvernement ne s’est pas encore penché pleinement sur cette nomination. Il doit déjà régler celle de Réseau ferré de France (RFF). Ce qui n’empêche pas la compétition de battre son plein. Au moins quatre noms ressortent. [...]

Mardi 4 septembre, dans un communiqué, Serge Gentili (FO), administrateur salariés d'ADP, s'est inquiété du mutisme de l'État et de lire dans "seulement quelques articles de presse" des "candidatures de gens probablement très compétents, mais qui posent des problèmes de conflits d’intérêts ou qui ont eu une expérience dans l’aérien discutable…"
www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20120904trib000717705/un-proche-de-hollande-une-directrice-d-air-france-un-choix-internequi-pour-piloter-adp-.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   Mer 31 Oct - 15:51



Saint-Cyr : une École très spéciale pour les non-blancs !
Le sous-lieutenant Jallal Hami est mort lors d’un bizutage le 29 octobre 2012
.

Le sous-lieutenant Jallal Hami, 24 ans, de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan (Morbihan), avait intégré l'école directement en 3e année "sur titre" en raison de son niveau d'études. Il est décédé lors d'un exercice de nuit dans un étang à Saint-Cyr Coëtquidan (Morbihan), probablement de noyade accidentelle.

Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan ont été marquées par le décès de deux élèves officiers dans la nuit du 12 au 13 janvier 2004, lors d'un exercice en montagne. Les deux élèves, un Nigérian et un Togolais, participaient à un exercice d'aguerrissement en Haute-Ubaye et étaient morts de froid.

Les deux officiers responsables ont été condamnés à des peines de prison avec sursis en 2007...
www.laprovence.com/article/actualites/saint-cyr-deces-dun-eleve-officier-apres-un-exercice-de-nuit-dans-un-etang

Laouali Karimoune, de nationalité nigérienne, et Kondi Abdallah Nandja, fils du chef d'état-major des armées du Togo, tous deux élèves de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, sont morts de froid alors qu'ils participaient à un "exercice d'aguerrissement" près de Barcelonnette.
http://lci.tf1.fr/france/justice/2007-11/prison-sursis-pour-mort-deux-saint-cyriens-4867831.html

Sept autres élèves officiers, dont deux femmes - quatre Français ainsi qu’un Burkinabè, un Camerounais et un Nigérien - ont été blessés lors de ce camp d’entraînement.
Les jours qui ont suivi, d’autres élèves se sont plaints de problèmes liés à la trop forte exposition au froid. Dont plusieurs Africains », précise-t-on à la direction de la communication de Saint-Cyr.
La décision du parquet de Marseille et les conclusions de l’enquête interne viennent confirmer que ce n’est pas seulement le froid qui est la cause de cet accident mortel.
www.afrik.com/article8171.html
www.afrik.com/article6952.html


Saint-cyriens morts de froid :
un guide de haute montagne critique les officiers jugés
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2007/11/eleves-officier.html

Journal de 20 heures, le 13 janvier 2004 [à partir de la 5e minute]
www.youtube.com/watch?v=bNzHKUW8-pw cyclops

www.rfi.fr/actufr/articles/095/article_59228.asp
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_sp%C3%A9ciale_militaire_de_Saint-Cyr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le racisme au quotidien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le racisme au quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le racisme
» "Notre pain quotidien", un film pour débattre
» Mes indispensables: Makeup au quotidien^^
» Nos astuces pratiques pour supprimer des conflits du quotidien
» Scène de racisme ordinaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: