sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Ven 13 Nov - 2:31

Pour voter , il faut être inscrit sur les listes électorales. Le jour du vote, il est impératif de se munir de sa carte d’électeur et/ou d’une pièce d’identité.
Les élections régionales auront lieu les 14 et 21 mars 2010.
Les demandes d’inscriptions sur les listes électorales seront reçues en mairies jusqu’au 31 décembre 2009

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/N362.xhtml



Les différentes pièces d’identité pouvant être présentées au moment du vote :
carte nationale d’identité
passeport
carte d’identité de parlementaire avec photographie, délivrée par le Président d’une Assemblée Parlementaire
carte d’identité d’élu local avec photographie, délivrée par le représentant de l’Etat
carte du combattant de couleur chamois ou tricolore
carte d’invalidité civile ou militaire avec photographie
carte d’identité de fonctionnaire avec photographie
carte d’identité ou carte de circulation avec photographie délivrée par les autorités militaires
permis de conduire
permis de chasser avec photographie avec photographie, délivré par le représentant de l’Etat
titre de réduction de la SNCF avec photographie
livret ou carnet de circulation, délivré par le Préfet en application de la loi n°69-3 du 3 janvier 1969

récépissé valant justification de l’identité, délivré en échange des pièces d’identité en cas de contrôle judiciaire, en application du 9ème alinéa - 7° de l’article 138 du Code de procédure pénale

attestation de dépôt d’une demande de carte nationale d’identité ou de passeport, délivrée depuis moins de 3 mois par une commune et comportant une photographie d’identité du demandeur authentifiée par un cachet de la commune.

Tous ces titres doivent être en cours de validité, sauf la CNI (carte nationale d’identité) ou le passeport qui peuvent être périmés.

Les ressortissants de l’Union Européenne peuvent prendre part au scrutin municipal, uniquement s’ils ont fait la démarche de s’inscrire sur la liste complémentaire municipale.
Les titres permettant aux ressortissants de l’Union Européenne, autre que les Français, de justifier de leur identité, lorsqu’ils sont admis à participer aux opérations électorales, sont les suivants :
carte nationale d’identité ou passeport, délivré par l’Administration compétente de l’Etat dont le titulaire possède la nationalité
titre de séjour
autres documents mentionnés ci-dessus pour les électeurs français

Comment faire une procuration ?
En cas d’absence de la ville les jours du vote, il est possible d’avoir recours aux procurations, et ce jusqu’à la veille du scrutin.
S’adresser au Commissariat de Police ou au Tribunal d’instance
http://vosdroits.service-public.fr/N47.xhtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Ven 13 Nov - 2:36



Vote électronique : les boîtes noires de la démocratie

Le vote électronique a été imposé à un million et demi d'électeurs lors des scrutins de 2007, sans aucun débat, ni parlementaire ni avec la population.

Et sans tenir compte des expériences passées, comme celle d’Irlande où le vote électronique a été abandonné, après 52 millions d'euros de dépenses.Cette intrusion technologique qui "rend opaque ce qui était visible", selon la formule du Conseil constitutionnel, est lourde de risques : pannes, bugs, piratages, fraudes indétectables, sans oublier l’exclusion des citoyens du contrôle des urnes.

Ce livre souligne, en le remettant dans son contexte historique et international, que le vote électronique n’est pas l’amélioration démocratique qu'ont vendue des docteurs Folamour de l'administration et des marchands de machines de vote. Les auteurs contribuent ainsi au débat dont ont été privés les citoyens de France.
www.ilv-bibliotheca.net/librairie/vote_electronique__les_boites_noires_de_la_democratie.html



Brice Hortefeux autorise les les urnes électroniques
Machines à voter
Conformément à l'article L. 57-1 du code électoral, les machines à voter peuvent être utilisées dans les communes de plus de 3 500 habitants figurant sur une liste fixée, dans chaque département, par arrêté préfectoral.
le : 21/09/2009
ww.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/elections/comment_voter/machines-voter

En France, l'utilisation des machines à voter dans 82 communes de plus de 3500 habitants pourrait toucher 5% du corps électoral (1,4 million d'électeurs), et ainsi jouer un rôle non négligeable.
Et les urnes électroniques ne sont pas fiables.

Le 17 avril 2007, un dépôt collectif de plaintes est organisé au Tribunal de Versailles. Plusieurs médias relaient cette information.

Du 18 au 20 avril 2007, les autorités locales émettent de communiqués demandant aux électeurs de faire confiance dans les machines à voter. André Santini fait condamner des opposants, mais il est débouté en appel. Les tribunaux rejettent les plaintes, tout en reconnaissant implicitement les problèmes posés par les machines à voter.

Le 25 avril 2007, le Conseil constitutionnel publie un nouveau communiqué. Ce communiqué soutient l'utilisation des machines à voter, tout en occultant les problèmes d'anonymat et de fraude potentielle spécifique à ce type de machine.

Le 11 mai 2007, en même temps qu'il donne les résultats officiels, le Conseil constitutionnel dresse un bilan au final mitigé, mais jugé par les opposants aux machines comme parfois tendancieux sur l'utilisation des machines à voter pour l'élection présidentielle.

Pour le second tour de l'élection présidentielle, 4 communes comme Saint-Malo, décident de ne pas utiliser les machines de vote électronique et de revenir au vote papier. Cette décision fait suite, non à des problèmes techniques ou des suspicions de fraude, mais au temps pour la validation de chaque vote et au fort allongement des files d'attentes que cela occasionne, problèmes rencontrés lors du premier tour.

Face aux accusations de fraudes possibles, le député André Santini affirme qu'« on fraude bien en Corse »

En Allemagne dans une décision du 3 mars 2009, le Tribunal constitutionnel fédéral a déclaré inconstitutionnel le décret mettant en place les ordinateurs de vote, au motif qu'ils ne permettent pas aux citoyens de vérifier le processus de dépouillement sans nécessiter une compétence technique.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_%C3%A9lectronique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Ven 13 Nov - 2:39



Pétition pour le maintien du vote papier
www.ordinateurs-de-vote.org/petition/

104 928 signataires le 12 novembre 2009
www.ordinateurs-de-vote.org/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Sam 14 Nov - 5:52



Régionales : le mode de scrutin proposé est anticonstitutionnel

par GUY CARCASSONNE, professeur de droit public à l'université Paris Ouest-Nanterre La Défense

La réforme territoriale que le gouvernement propose nourrira tant de débats qu’il est impossible de les aborder tous en même temps. Arrêtons-nous donc un instant sur celui relatif au seul mode de scrutin : les conseillers territoriaux seraient élus au scrutin majoritaire à un tour pour 80% d’entre eux et par une représentation proportionnelle tronquée pour les 20% restants. Passons sur l’étrangeté de ce dispositif et sur son injustice. Passons même sur les nombreux reproches d’inconstitutionnalité qu’il pourrait encourir pour n’en retenir qu’un seul, radical : tout scrutin uninominal à un tour est contraire à la Constitution.

L’affirmation peut surprendre quand on sait que les modes de scrutin relèvent de la loi ordinaire et que la Constitution paraît la laisser libre d’adopter le système de son choix. Pourtant, il semble bien qu’un principe fondamental reconnu par les lois de la République (PFLR) s’oppose ici aux vœux de l’exécutif. Qu’est-ce qu’un PFLR ? C’est un ensemble de principes visés, sans que nulle liste n’en soit dressée, par le préambule de 1946, repris en 1958. Ces principes ont valeur constitutionnelle et l’on sait que figurent parmi eux, entre autres exemples, la liberté d’association ou l’existence de deux ordres de juridictions, comme l’a jugé le Conseil constitutionnel.

A quoi reconnaît-on un PFLR ? Parce qu’il ne voulait être ni accusé ni tenté de découvrir de tels principes à sa guise, le juge constitutionnel en a défini précisément les critères, qui doivent être tous présents. Pour qu’une règle accède à ce statut enviable il faut, premièrement, qu’elle résulte d’une loi, et non simplement d’une tradition ou d’un décret ; deuxièmement, que cette loi soit une loi de la République, et non héritée, sans confirmation explicite, de la Monarchie ou de l’Empire ; troisièmement, que cette loi de la République soit antérieure à 1946, puisque de cette époque date la référence qui ne pouvait viser des textes futurs ; quatrièmement, que la règle n’ait jamais connu d’exception, permanence sans laquelle il ne s’agirait pas d’un principe ; cinquièmement, enfin, que ceux qui l’ont établi l’aient clairement entendu comme fondamental, et pas seulement comme un choix circonstanciel.

Or, il est aisé de constater ici l’existence d’un principe, qui réunit simultanément ces cinq critères : tout mode de scrutin majoritaire uninominal comporte nécessairement deux tours. Si le scrutin d’arrondissement fut adopté le 2 février 1852, formellement sous la République mais après qu’un coup d’Etat l’avait déjà mise entre parenthèses, la République authentique, la Troisième, se l’est formellement approprié par les lois du 18 février 1873, du 13 février 1889 puis du 21 juillet 1927. Des lois donc, de la République sans aucun doute, antérieures à 1946.


Connurent-elles des éclipses ? Oui et non. Oui en ceci que le Parlement a pu parfois passagèrement adopter des modes de scrutins proportionnels ou plurinominaux. Non, en revanche, dans la mesure où jamais un scrutin majoritaire uninominal à un seul tour ne vit le jour. Le système pouvait être proportionnel ou majoritaire, plurinominal ou uninominal mais, dès lors qu’il était majoritaire uninominal, ce qui fut le cas de très loin le plus fréquent (1876, 1877, 1881, 1889, 1893, 1898, 1902, 1906, 1910, 1914, 1928, 1932, 1936), il comportait nécessairement deux tours. Il en allait d’ailleurs systématiquement de même pour toutes les autres élections majoritaires uninominales : celles des conseillers généraux et des sénateurs (pour lesquels étaient même prévus trois tours de scrutin, la majorité absolue étant exigée pour être élu au premier ou au deuxième tour).

S’agissait-il d’une volonté de principe ? A n’en pas douter quand on lit les débats. Comme le déclarait, dès 1873, le député Savary, auteur de la proposition qui, à une large majorité, allait devenir la loi : «Il me suffit aujourd’hui de constater, avec l’appui de presque tous les précédents législatifs, avec l’opinion de tous les publicistes, avec celle du public tout entier, que la règle fondamentale du gouvernement représentatif est que les élus représentent la majorité du corps électoral, et que, s’ils ne représentent que la minorité, l’existence du gouvernement représentatif, les droits des Assemblées délibérantes ont perdu leur raison d’être. Je dis que se contenter d’élections de minorité, c’est faire une œuvre contraire au but même du gouvernement représentatif ; que les droits que nous apportons tous dans cette enceinte dérivent du mandat que nous a donné la majorité de nos concitoyens ; que les décisions des Assemblées n’ont de valeur que parce que ces Assemblées représentent l’opinion de la majorité du pays exprimée par des électeurs libres et non celle d’une fraction qui constituerait une minorité plus ou moins considérable.» De nombreuses citations ultérieures vont dans le même sens.

La cause paraît donc bien entendue : il existe un PFLR, un principe fondamental reconnu par les lois de la République, selon lequel tout scrutin majoritaire uninominal doit comporter deux tours. Quoi de plus naturel au demeurant ? Une révision de la Constitution serait nécessaire pour privatiser un service public national, mais elle ne le serait pas pour rompre avec des principes électifs dont les racines remontent plus haut encore que la Première République elle-même (loi du 22 décembre 1789, puis constitutions du 14 septembre 1791, du 24 juin 1793, du 5 fructidor an III…) !

Sans s’arrêter aux méfaits intrinsèques des scrutins majoritaires à un tour, dont le Royaume-Uni et les Etats-Unis s’accommodent malgré tous leurs inconvénients, il est douteux qu’ils puissent s’acclimater en France, en dépit des rêves récurrents dans certaines sphères politiques. Il y va de la liberté de choix de l’électeur, de la sincérité du scrutin, de la représentativité de l’élu, du pluralisme des Assemblées… De la démocratie en somme. Surtout, et c’est ce qu’il s’agissait de démontrer ici, il est probable qu’un scrutin uninominal à un seul tour ne saurait même être envisagé sans une révision préalable de la Constitution. C’est bien le moins qu’exigerait une aussi discutable révolution.
liberation.fr


Olivox
www.rfi.fr/actufr/articles/094/article_57676.asp
http://lewebpedagogique.com/bernardhistgeo/2008/09/26/4eme-3eme-la-constitution-a-50-ans/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Jeu 7 Jan - 1:07



Réforme territoriale : plus régressif il n’y a que la suppression des élections !

Avec la suppression du scrutin proportionnel régional de liste pour un scrutin uninominal à un tour par canton et la disparition de la parité dans les seules assemblées qui étaient (presque) paritaires, le projet présenté en Conseil des Ministres le 21 octobre 2009 et qui viendra très prochainement devant l’Assemblée est terriblement régressif.

REGRESSION DE LA REPRESENTATIVITE
Avec un scrutin uninominal à un tour pour 80% des sièges, l’assemblée territoriale sera très majoritairement composée d’élus qui auront rassemblé contre eux plus de la moitié des suffrages....
Etre élu avec 15 ou 20% des suffrages "tout devient possible" ...

REGRESSION DE L’INTERET REGIONAL
L’assemblée ne sera plus constituée d’élus émanant des vastes circonscriptions que sont les départements, mais d’élus représentants “leurs” cantons. Belle manière d’accroître la défense de l’intérêt général des Régions.

REGRESSION DE LA PARITE
Mort annoncée de la seule assemblée qui était (presque) paritaire puisqu’avec la suppression du scrutin de liste disparaît l’alternance homme/femme des candidats sans aucune autre disposition pour la remplacer.

REGRESSION EN MATIERE DE CUMUL DES MANDATS
Nos parlementaires ne pouvaient être en plus conseiller général et conseiller régional. Leur problème est résolu par la fusion de ces mandats puisque rien de nouveau n’est prévu pour interdire le cumul... Ils siégeront parfois à l’hôtel du département parfois à celui de la région puisqu’eux ne disparaissent pas...
Compte tenu de la pratique actuelle du cumul par les parlementaires on peut estimer à 25% des mandats des élus territoriaux qui seront détenus par des parlementaires. Une réforme qui enferme un peu plus le pouvoir politique entre les mains de quelques uns.

Cette réforme est “vendue” pour être moderne et économique en supprimant la moitié des élus.

Moderne ?
En réalité on donne tous pouvoirs à nos bons vieux conseillers généraux (créés au XIX° siècle et composés à 80% d’hommes d’un âge avancé) et on supprime les Conseillers Régionaux (créés à la fin du XX°, mixtes, plus jeunes et plus ouverts à la "diversité"). Avec un cadeau en prime puisqu’il n’est même plus nécessaire d’obtenir la majorité des suffrages pour être élu. Il suffit d’être le premier.

Economique ?
Parce que vous croyez que les élus territoriaux qui auront à gérer les actuelles compétences départementales plus les compétences régionales ne verront pas leurs indemnités augmentées ? Dans le principe c’est logique puisque cela représente plus d’activité.
Vous croyez qu’ils n’auront plus qu’un secrétariat pour les deux niveaux de compétences à gérer ?

Cette réforme n’a qu’un objectif : permettre à l’unique parti de soutien au gouvernement de confisquer les élections locales. Assez favorables aux “barons locaux”, les élus PS s’y opposent mollement car beaucoup d’entre eux ont ce statut et ils voient là un moyen de se débarrasser des “petits” partis de gauche qui les dérangent de plus en plus. Le bipartisme ils en rêvent à leur profit. Ils feraient bien d’être vigilants car le statut du PS de premier parti de gauche n’est pas définitivement garanti et ce n’est pas en laissant faire une réforme régressive et anti-démocratique qu’ils donneront envie de les suivre. Et la remarque vaut aussi pour les élus républicains de l’UMP qui sont de plus en plus excédés par les dérapages anti-républicains de ce gouvernement.


Une pétition existe contre cette réforme. Basée sur l’argument de la parité, elle revendique l’élection des conseillers territoriaux sur la base de listes paritaires à la proportionnelle.
Arrow www.parite-en-danger.org/

La parité est une bonne raison de vouloir un scrutin proportionnel de liste. Les autres motifs évoqués plus haut le sont tout autant.
www.mediapart.fr/club/edition/collectivites-locales-seulement-une-question-dinstitutions/article/030110/reforme-terri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Jeu 7 Jan - 1:38



Législatives : La commission des lois rejette le redécoupage de la Moselle

Rejeté le 14 décembre suite au «cafouillage» intervenu au Sénat, le projet de loi sur le redécoupage électoral sera réexaminé le 12 janvier à l’Assemblée nationale. Mais hier, la commission des lois, chargée de rédiger le texte soumis au vote en séance, a retoqué le redécoupage de la Moselle. L’amendement déposé en ce sens par Marie-Jo Zimmermann, députée de Metz III, a été adopté par 14 voix contre 10. Parmi les députés UMP l’ayant voté, le très chiraquien maire de Troyes, François Baroin.

Quelle que soit l’issue du bras de fer engagé avec Alain Marleix, le secrétaire d’Etat au redécoupage, la députée savoure sa victoire : «Le gouvernement est passé outre l’avis de la commission de contrôle du redécoupage puis du Conseil d’Etat, désormais ce sont les députés de la majorité qui lui disent qu’en l’état, les choses ne sont pas acceptables. »

Vote bloqué

Même enthousiasme d’Aurélie Filippetti, qui a volé au secours de son homologue UMP, hier en commission des lois. Menacée par la disparition de sa circonscription de Rombas/Bouzonville, la députée PS confirme au passage son intention de défier François Grosdidier sur Metz I aux prochaines législatives : «Ce tripatouillage injuste était prévu à Metz dans le seul but de renforcer la circonscription de François Grosdidier, pour éviter que j’aille me présenter contre lui en 2012. Il a été effectué au détriment de Marie-Jo Zimmermann, la dépouillant de bureaux de vote majoritairement à droite, tout en faisant passer un canton socialiste de la circonscription de Grosdider à Zimmermann», expédie-t-elle. [...]

Techniquement, rien n’est joué. S’il veut faire passer la révision de la carte électorale après les fêtes, le gouvernement devra amender le texte de la commission des lois. Il peut ensuite, s’il craint une nouvelle fronde sur les bancs de sa majorité, procéder à un vote bloqué lui permettant de faire passer la loi, amendement compris, sans un vote spécifique sur celui-ci. Mais ce nouvel épisode promet de laisser des traces. Plus que jamais, les détracteurs de «ce charcutage» veulent faire barrage, convaincus de pouvoir l’emporter, en dernier recours, devant le Conseil constitutionnel.

Xavier BROUET
Publié le 23/12/2009
www.republicain-lorrain.fr/fr/france-monde/article/2502844,80/Moselle-le-redecoupage-electoral-retoque.html


L'amendement en question a été présenté par la députée UMP Marie-Jo Zimmermann. Elle conteste le redécoupage de sa circonscription (la 3e de Moselle), qui lui fait perdre un bout de canton contenant « 11 bureaux de vote très à droite » et voit le rattachement de 13 autres bureaux de vote « très à gauche ». Le tout au profit d'un autre député UMP voisin, François Grosdidier. La protestation pourrait être très classique si l'élue n'assurait pas, de surcroît, que le gouvernement s'est fondé sur des « chiffres démographiques erronés ».

« Une peccadille »
Mardi soir, son amendement a été adopté grâce au soutien de quelques collègues UMP et des socialistes, qui se sont engouffrés dans la brèche. Résultat : lors de l'examen du projet de loi dans l'hémicycle le 12 janvier, le gouvernement va devoir convaincre les députés de revenir à la version initiale de son texte en votant un amendement gouvernemental.

Le PS va déposer un recours
Même si elle compte encore défendre son point de vue à la rentrée, Marie-Jo Zimmermann ne nourrit pas trop d'illusions sur le résultat du vote du 12 janvier : « Ils vont bourrer l'hémicycle. » Mais elle prépare déjà un courrier au Conseil constitutionnel. Tout comme les socialistes, qui ont eux les effectifs pour déposer un recours en bonne et due forme. « Cet amendement est une brèche qui nous donne une base d'appui plus solide. Notre recours devant le Conseil constitutionnel consiste à dire que, avec les mêmes critères démographiques, on pouvait faire beaucoup mieux. Le “mieux politique” a eu raison du “mieux démocratique”, assure Bruno Le Roux, le député PS chargé du suivi de ce dossier. Sans attendre la décision des sages, les socialistes ont bien l'intention d'exploiter politiquement le vote de la commission des Lois (...)

www.lesechos.fr/info/france/020283032699-redecoupage-des-circonscriptions-legislatives-une-epine-venue-de-l-ump.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Jeu 28 Jan - 4:41



Réforme des collectivités territoriales

18 janvier 2010
Les sénateurs discuteront en séance publique le projet de loi de réforme des collectivités territoriales les 19, 20, 21, 26, 27 et 28 janvier 2010.

Ce texte, déposé le 21 octobre 2009 à la Haute Assemblée par Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, a fait l'objet d'une étude d'impact.
Il a été discuté lors d'une table ronde, le 4 novembre 2009, puis a fait l'objet d'un débat d'orientation générale, le 2 décembre.
La commission des lois du Sénat a examiné et amendé le projet de loi, en décembre, au cours de plusieurs réunions qui ont abouti à un rapport rédigé par Jean-Patrick Courtois, déposé le 16 décembre.

C'est le texte de la commission des lois qui sera discuté en séance publique, à partir du 19 janvier.

Deuxième texte en discussion au Parlement :

le projet de loi organisant la concomitance des renouvellements des conseils généraux et des conseils régionaux pour permettre l'élection en 2014 des conseillers territoriaux.

Ce texte a été adopté par le Sénat, le 16 décembre, puis transmis à l'Assemblée nationale (procédure accélérée). Il a fait l'objet d'un rapport, déposé, le 22 décembre 2009, par Dominique Perben.

Le projet de loi devrait être discuté le 12 janvier en séance publique par les députés.

Trois autres textes sont en cours de discussion

- le projet de loi organique relatif à l'élection des membres des conseils des collectivités territoriales et des établissements publics de coopération intercommunale ;
- le projet de loi relatif à l'élection des conseillers territoriaux et au renforcement de la démocratie locale ;
- le projet de loi organisant la concomitance des renouvellements des conseils généraux et des conseils régionaux.

Adopté le 16 décembre par le Sénat, ce texte écourte les mandats des conseillers généraux et régionaux afin qu'ils cèdent leur place aux conseillers territoriaux en 2014.

www.courrierdesmaires.fr/juridique/essentiel-sur-la-reforme-des-collectivites-territoriales-100.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Jeu 28 Jan - 5:14



Election des conseillers territoriaux :
Parité en danger, recentralisation, régression démocratique


Le projet de loi créant les métropoles et le statut de conseiller territorial - amené à remplacer les conseillers généraux et régionaux -, est débattu à partir du 19 janvier au Sénat.

Le PS monte au créneau contre un texte qui organise une "recentralisation" et une "régression démocratique".
Il a a lancé un site Internet pour informer sur "les différents aspects de cette réforme". Le site va aussi refléter les "prises de position des associations", "les propositions d'élus". Il va "recenser et exposer" les initiatives prises par les élus à travers la France". "Il permet à chaque citoyen d'interpeller directement les parlementaires de la majorité, sénateurs ou députés
www.defendonsnosterritoires.fr

Le scrutin uninominal à un tour peut être remporté par un candidat ne représentant que 20% ou 30% des voix.

Ce système électoral fait également régresser la parité, que favorise en revanche un scrutin de liste. Dès lors, la loi risque d'être retoquée par le Conseil constitutionnel, selon Elisabeth Guigou, ancienne garde des Sceaux.

www.latribune.fr/actualites/economie/france/20100119trib000463600/le-ps-s-insurge-contre-la-creation-du-statut-de-conseiller-territorial.html

Arrow www.parite-en-danger.org/ cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Jeu 18 Fév - 21:11



L'abstention risque d'être la grande gagnante des prochaines élections régionales

Et le gouvernement avec sa gouaille habituelle présentera les résultats comme un plébiscite pour sa politique impérialiste.

Il est primordial de motiver chacun à aller voter.

Ne pas voter c'est cautionner la politique en place.

www.lutopick.fr/blog/

Actuellement le vote blanc est assimilé au vote nul, qui est comptabilisé.
Le 30 janvier 2003, l'Assemblée nationale a adopté en première lecture la proposition de loi n° 1459 (2002-2003) tendant à la reconnaissance du vote blanc aux élections.
Mais ce texte n'a pas été examiné par le Sénat.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_blanc

Association pour la reconnaissance du vote blanc
www.vote-blanc.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Lun 22 Fév - 6:00



La droite dacquoise veut un devoir de réserve chez les dessinateurs de presse

«Dax Horizon» publie des menaces ouvertes contre le dessinateur Large.

Les auteurs anonymes de ce site ont publié une ancienne photo de lui, extraite du journal Sud Ouest.

Suit ce texte : «Si sa tête vous est inconnue, il suffit pour cela de regarder la photo ci-dessus (...) On peut également, en tapant son nom sur n'importe quel moteur de recherche internet y découvrir son pedigree et ses références.(...) Mais à trop aiguiser sa mine, gare aux coups de crayons qui ne se transforment et se retournent en coups de bâton….»

Un commentaires de lecteur :
«Grand merci à l’auteur de ce texte de nous révéler le profil de ce jeune insolent ! J’ai pu retrouver ainsi sans peine ses coordonnées et comme vous dites, ses coups de crayon vont se transformer en coups de bâton ! Il va falloir rappeler à ces gens de la presse qu’on ne manque pas de respect impunément à notre Président ! Jean, si je vous rejoins dans votre souhait d’une France digne de ce nom, je regrette que vous portiez de l’admiration à ce traitre de Maurice Chevalier qui fricotait avec les rouges ! Le parti communiste l’avait sauvé à la libération et il avait signé avec eux l’appel de Stockholm ! Vive Faizant, vive la France !»

http://large.canalblog.com/newsletters/2010/02/21/27843.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Sam 27 Fév - 16:51



Des policiers de l'UMP ont fouillé les fichiers informatiques de la police pour tenter de discréditer Ali Soumaré et d’autres candidats

Le filet informatique se resserre autour de chacun de nous et menace nos libertés au nom de la sécurité prônée par Hortefeux et Sarkozy.
www.politis.fr/Des-policiers-de-l-UMP-ont-fouille,9717.html

Message aux abstentionnistes
une vidéo Actu et Politique

Tout sur les régionales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Dim 28 Fév - 15:26



Nicolas Dupont-Aignan refusé d'antenne à France2

Arrow Vidéo
Interviewé par Jean-Baptiste Boursier d’I>télé la radio, Nicolas Dupont-Aignan attaque l’”attitude de France 2” : “Madame Chabot est un peu trop aux ordres” , accuse-t-il. Dans la foulée, l’élu annonce qu’il en appelle au CSA, et assure que PS et UMP trustent “90% du temps d’antenne en France” tout en ne recueillant, à eux deux, que 50% des suffrages.
nouvelobs.com

Parce que l'UMP risque de voter pour lui ?

www.lesindiscrets.com/article-8786-ile-de-france-une-partie-de-l-ump-votera-dupont-aignan.html

L'abstention fait le jeu du système
http://blog.nicolasdupontaignan.fr/
http://blog.nicolasdupontaignan.fr/index.php/post/2010/02/24/Le-pluralisme-%C3%A0-deux-vitesses-d%E2%80%99Arlette-Chabot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Dim 28 Fév - 20:53


Le maire socialiste de Clamart, Philippe Kaltenbach (AFP)

Une tête de liste PS veut "les mêmes droits" que l'UMP

Philippe Kaltenbach, tête de liste PS pour les régionales dans les Hauts-de-Seine, demande à être reçu avec tous ses colistiers la semaine prochaine par Nicolas Sarkozy.

Dans une lettre, dont une copie a été communiquée à la presse, il évoque la réunion organisée mardi à l'Elysée entre le président de la République et toutes les têtes de liste départementales de la majorité présidentielle (UMP-Nouveau Centre) en Ile-de-France.

"Conscient de votre attachement à incarner l'intérêt supérieur de la Nation et ce, au-delà de toute logique partisane, je ne doute pas que vous consentirez à nous accorder les mêmes droits qu'aux candidats UMP", écrit Philippe Kaltenbach, "afin que nous puissions bénéficier des moyens de la présidence de la République dans le cadre de notre campagne électorale"
nouvelobs.com

"Je serai le président de tous les Français" annonçait Sarkozy le 6 mai 2007.
"Je le serai avec le souci de rester au-dessus des partis et de conserver ce rôle de rassembleur qui est l’essence même de la fonction présidentielle" a dit Nicolas Sarkozy, le 29 mai 2007.
www.lesmotsontunsens.com/sarkozy-ump-president-droite-conseil-national-ump-12-janvier-2008

L'élection d'un président de la République au suffrage universel a été rétablie en 1962. Il s’agissait pour De Gaulle de donner à la nation un guide au-dessus des partis.
Cf note 11
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9sident_de_la_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Lun 1 Mar - 15:05



Retour de la Loire-Atlantique dans la région Bretagne

Samedi 27 février 2010, des militants régionalistes ont composé une fresque humaine dont le but était de demander le rattachement du département de Loire-Atlantique à la région Bretagne.

La Loire-Atlantique est un département aujourd'hui rattaché à la région Pays de la Loire. Mais les régionalistes bretons pensent que cette attribution n'est pas la bonne et réclament le rattachement du département à la Bretagne. Pour exprimer leur demande, ils se sont donc réunis à Nantes où ils ont formé une fresque humaine. On pouvait lire "44-BZH" explique l'AFP, 44 étant le numéro de département de la Loire-Atlantique et "BZH" (Breizh) signifiant Bretagne.

L'une des associations présentes explique à l'Agence France Presse : "La question de la réunification administrative de la Bretagne est l'un des enjeux majeurs des prochaines élections régionales". A noter que la Loire-Atlantique s'est vue détachée de la région bretonne sous le gouvernement de Vichy en 1941. En vue de la réforme territoriale engagée par l'État, la Bretagne compte bien récupérer le département.
http://fr.news.yahoo.com/55/20100301/tod-france-une-fresque-humaine-pour-un-n-17baed7.html

Réunification de la Bretagne : les parlementaires interpellent le comité Balladur
16 fév 2009
mgm-mag.info

CARTES DE BRETAGNE
www.geobreizh.com/breizh/images/cartes-libres/bretagne-departements-fr.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Mar 9 Mar - 8:11



TF1 roule pour Europe Ecologie

Après «Home» de Yann Arthus-Bertrand diffusé l’avant-veille des élections européennes de 2009, voici Ushuaia de Nicolas Hulot programmé au premier tour des régionales.

Jean-Jack Queyranne (PS), demande au CSA de différer la diffusion du magazine, prévu le samedi 13 mars. Dans sa lettre, il pointe le fait que Hulot «a pris des positions politiques publiques à plusieurs reprises, notamment dans le cadre du Grenelle de l’environnement» en faveur des écologistes. Queyranne estime qu’«une telle prise de position, alors que la campagne officielle s’achèvera le vendredi 12 mars à minuit, devrait appeler un report de cette diffusion».

Avant lui, le député PS Julien Dray avait déjà déploré dans l'Express le choix de TF1 de programmer l'émission "Ushuaïa Nature" la veille des élections, craignant que cela ne favorise le vote écologiste.

Samedi le secrétaire national PS aux médias, Patrick Bloche, avait déjà demandé dans un communiqué «l’égalité de traitement». Selon lui, la programmation d’Ushuaïa «laisse penser que certains cherchent à rééditer l’opération Home, film plaidoyer pour l’écologie».
http://fr.news.yahoo.com/4/20100308/tts-france-regionales-ushuaia-ca02f96.html


«Toutes ces questions d'environnement, ça commence à bien faire»
En fait, cette habileté rapporte deux gains : les agriculteurs, malgré la chute de leurs revenus, seront tentés de voter quand même sarkozy et les écologistes seront désignés - ce qui leur est favorable - comme les "antisarko" les plus fondamentaux et les plus véritables.

La projection d'Ushuaia la veille du scrutin doit améliorer le dispositif.
En effet, quand vous avez deux adversaires en face de vous et qui font alliance, le tandem est d'autant plus ingouvernable, que les deux alliés sont de force à peu près égales. Si les sondages plaçaient les socialistes à 15% et Europe Ecologie à 30% ce seraient alors les socialistes qu'il s'efforcerait de faire monter... Car, comme le disait Clémenceau : "Depuis que je dirige un gouvernement de coalition, je surestime moins les mérites de Napoléon." (qui combattait une coalition polycéphale des monarchies européennes)
F.L.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Ven 12 Mar - 2:43



Le 4 février 2008 ils ont permis la ratification du traité de Lisbonne
rejeté par les Français lors du référendum du 29 avril 2005.

(Pour, abstention et non-votants)

I - ASSEMBLÉE NATIONALE

Tout l'UMP (sauf Patrick Labaune, Franck Marlin et Jacques Myard)

SOCIALISTE, RADICAL, CITOYEN ET DIVERS GAUCHE :
MM. Dominique Baert, Christophe Caresche, Paul Giacobbi, Armand Jung, Jack Lang, Michel Lefait, Albert Likuvalu, Victorin Lurel, Philippe Tourtelier, Manuel Valls, André Vézinhet et Jean‑Claude Viollet
MMes Annick Girardin, Annick Lepetit, Jeanny Marc, Dominique Orliac et Sylvia Pinel.

GAUCHE DEMOCRATE ET REPUBLICAINE :
Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy.

NOUVEAU CENTRE :
Jean‑Pierre Abelin, Christian Blanc, Charles de Courson, Stéphane Demilly, Jean Dionis du Séjour, Francis Hillmeyer, Michel Hunault, Olivier Jardé, Yvan Lachaud, Pierre Lang, Maurice Leroy, Claude Leteurtre, Nicolas Perruchot, Jean‑Luc Préel, François Rochebloine, Rudy Salles, François Sauvadet, Marc Vampa, Francis Vercamer et Philippe Vigier.

NON INSCRITS :
Abdoulatifou Aly, François Bayrou, Thierry Benoit, Jean‑Pierre Schosteck et Françoise Vallet.


II - SÉNAT

UNION POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE :
Tous, sauf André Lardeux et Charles Pasqua.

SOCIALISTES :
Robert Badinter, Jean Besson, Nicole Bricq, Monique Cerisier‑Ben Guiga, Charles Josselin, Alain Journet, Gérard Miquel, Bernard Piras, Jean‑Pierre Plancade, Daniel Raoul, André Rouvière, Patricia Schillinger, Jean‑Pierre Sueur, Catherine Tasca et Richard Yung.
Jacqueline Alquier, Michèle André, Bertrand Auban, Jean‑Pierre Bel, Marie‑Christine Blandin, M. Yannick Bodin, Didier Boulaud, Yolande Boyer, Jean‑Pierre Caffet, Claire‑Lise Campion, Bernard Cazeau, Gérard Collomb, Yves Dauge, Jean‑Pierre Demerliat, Christiane Demontès, M. Claude Domeizel, Bernard Dussaut, Jean‑Claude Frécon, Bernard Frimat, Jacques Gillot, Jean‑Noël Guérini, Yves Krattinger, Philippe Labeyrie, Serge Lagauche, Serge Larcher, Louis Le Pensec, Raymonde Le Texier, M. Claude Lise, Roger Madec, Philippe Madrelle, Jacques Mahéas, François Marc, Pierre Mauroy, Louis Mermaz, Jacques Muller, Jean‑Marc Pastor, Jean‑Claude Peyronnet, Jean‑François Picheral, Gisèle Printz, Daniel Reiner, Thierry Repentin, Roland Ries, Michèle San Vicente‑Baudrin, Michel Sergent, Jacques Siffre, René‑Pierre Signé, Simon Sutour, Michel Teston et Mme Dominique Voynet.
Odette Herviaux et Paul Raoult.

UNION CENTRISTE-UDF :
Nicolas About, Jean‑Paul Amoudry, Philippe Arnaud, Jean Arthuis, Denis Badré, Claude Biwer, Didier Borotra, Jean Boyer, Marcel Deneux, Yves Détraigne, Muguette Dini, Daniel Dubois, Jean‑Léonce Dupont, Pierre Fauchon, Françoise Férat, Christian Gaudin, Adrien Giraud, Jacqueline Gourault, Jean‑Jacques Jégou, Joseph Kerguéris, Jean‑Claude Merceron, Michel Mercier, Catherine Morin‑Desailly, Philippe Nogrix, Anne‑Marie Payet, Yves Pozzo di Borgo, Daniel Soulage, André Vallet, Jean‑Marie Vanlerenberghe et François Zocchetto.

R.D.S.E.
Nicolas Alfonsi, Gilbert Barbier, Jean‑Michel Baylet, André Boyer, Yvon Collin, Gérard Delfau, François Fortassin, Nathalie Goulet, Pierre Laffitte, Daniel Marsin, M. Aymeri de Montesquiou, Georges Mouly, Georges Othily, Michel Thiollière et François Vendasi.

NON INSCRITS :
Philippe Adnot, Sylvie Desmarescaux et Alex Türk.
Jean‑Louis Masson.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article60771
www.france.attac.org/spip.php?rubrique1040


Rappel
Le 26 mars 2009 la Résolution transatlantique a été votée au Parlement européen par la droite, les socialistes et les Verts.
Le grand marché transatlantique place l'Union Européenne sous la tutelle des Etats-Unis.
www.agoravox.fr/actualites/international/article/union-transatlantique-les-nouveaux-55281



Ils représentent le PS

-Robert Badinter a déclaré sur France Inter que si le PS se retrouve un jour au pouvoir, il ne reviendra pas sur le tripatouillage de la Constitution orchestré par l'UMP.
-Michel Sapin estime qu'il serait irresponsable de rétablir les 100 000 postes de fonctionnaires supprimés.
-Razzy Hammadi, secrétaire national, affirme que si le PS est à nouveau au pouvoir, il ne reviendra pas sur le changement de statut de La Poste.
-Jean-Marie Le Guen, député PS du 13e arrondissement de Paris, participerait à l'actuel démantèlement de l'Hôpital public, avec
-Claude Evin, que Sarkozy a nommé directeur de l'Agence régionale de santé pour l'Île-de-France en septembre.


-Jack Lang, attaque Ségolène Royal pendant l'élection présidentielle de 2007, membre du "Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions", vote oui à la réforme lors du congrès du Parlement français, juge «plutôt positive» la politique internationale du gouvernement, «émissaire spécial» de Sarkozy à Cuba et en Corée du Nord, seul membre du PS à se prononcer ouvertement pour la loi Hadopi.
-Michel Rocard, attaque Ségolène Royal pendant l'élection présidentielle de 2007, participe à la «commission Pochard» sur la condition enseignante et le statut des enseignants voulue par Sarkozy et lancée par Xavier Darcos. Nommé par Sarkozy ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles Arctique et Antarctique. Chargé de présider une conférence d'experts sur l'institution d'une Taxe carbone. Co-préside avec Juppé la commission chargée de réfléchir à la mise en oeuvre d'un grand emprunt national.
-Bernard Kouchner, favorable à l'ouverture du capital d'EDF, indique dès décembre 2006 qu'il se verrait bien dans un gouvernement d'union nationale si Nicolas Sarkozy était élu. Devenu ministre des affaires étrangères d'un gouvernement de droite, il pense avoir eu tort de demander un secrétariat d'État aux Droits de l'Homme.
-Les autres collaborateurs : Eric Besson (passé à l'UMP), Jean-Marie Bockel, Martin Hirsch, et Jean-Pierre Jouyet (marié à Brigitte Taittinger, une des petites-filles de Pierre Taittinger, actuellement PDG des parfums Annick Goutal).


En mars 2009 au G20 de Londres, le PS était mieux représenté que le gouvernement sarkozyste :
Pascal Lamy, le patron de l’OMC et Dominique Strauss-Kahn, celui du FMI.

Pascal Lamy a joué un rôle essentiel dans le tournant de la rigueur de 1982-1983, qui a vu François Mitterrand tourner le dos à toutes ses promesses d'autre politique.
Ce virage-là s'est traduit par la désindexation des salaires et des prix. Il s'agit du plus grand hold up de l'histoire de l'économie française, un déplacement de 230 milliards de francs, soit 35 milliards d'euros, perdus par les salariés au profit du capital. Par la suite, Pascal Lamy a participé à la restructuration et à la privatisation du Crédit Lyonnais. Le CNPF, ancêtre du Medef, reconnaissant, lui a confié la responsabilité d'une commission sur la prospective.

Strauss-Kahn a fait ses preuves auprès de la communauté des élites mondiales. En deux années de Ministère de l'économie et des finances, DSK a privatisé un nombre impressionnant de grandes entreprises :
Air France, 1999, ouverture du capital.
Autoroutes du sud de la France (privatisation partielle) Mars 2002 : mise en bourse de 49 % du capital.
Crédit lyonnais, 12 mars 1999 (décret)
France Télécom, 1997, ouverture du capital, 42 milliards de FF. Octobre 1997 : mise en bourse de 21 % du capital
Eramet, 1999.
GAN, 1998.
Thomson Multimédia : 1998, ouverture du capital.
CIC, 1998.
CNP, 1998.
Aérospatiale (EADS), 2000, ouverture du capital.

-Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, s'est élevé contre l'augmentation de 20% du smic ukrainien (11 euros).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Ven 12 Mar - 16:15



Une progression qui dérange

Minorée dans les sondages et méprisée de certains médias, la dynamique est pourtant là.

Y a-t-il maldonne sur les intentions de vote créditées au Front de gauche dans les enquêtes d’opinion  ? La polémique court depuis la publication d’une note de Jean-Luc Mélenchon sur ce thème. Le président du Parti de gauche (PG) relève à juste titre que les estimations des sondages, qui accordent au plan national 6 % à 7 % des intentions de vote au Front de gauche au plan national, sont «artificiellement minorées» par un choix comptable biaisé. En effet, le score obtenu par le Front de gauche, qui est présent officiellement dans 17 régions, «est rapporté sur 22 régions pour présenter un score national». Et certains instituts comptent à part les alliances Front de gauche-NPA, ce qui conduit à ne prendre en compte que les voix réalisées dans 14 régions. Jérôme Fourquet, responsable de l’Ifop, a reconnu que le modèle retenu pour le comptage des voix n’est «pas parfait».

Reste l’essentiel, à savoir que «la dynamique du Front de gauche est plutôt à la hausse», selon le directeur adjoint du département opinion de l’Ifop. De fait, dans trois derniers sondages nationaux sur quatre, ses listes étaient à la hausse, largement devant le Modem ou le NPA. Le quotidien le Monde, après avoir ignoré l’existence du Front de gauche dans son dossier spécial sur l’Île-de-France, mardi, a d’ailleurs reconnu hier que ses listes «progressent dans les sondages» et que la campagne «prend et les militants le sentent bien». Même le Figaro relevait, mardi, la «progression du Front de gauche au niveau national». (...)

www.humanite.fr/2010-03-11_Politique-_-Social-Economie_Une-progression-qui-derange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Sam 13 Mar - 8:07



Sarkozysme primaire

par Jean-François Kahn

Je voudrais qu’on m’explique : dans les 20 régions détenues par l’opposition en métropole (20 régions sur 22), les candidats UMP ont expliqué que la montée de l’insécurité y était spectaculaire et que les présidents sortants en étaient responsables (mais ils étaient également responsables des déficits, du chômage et de la détérioration des services publics). Mais si l’insécurité s’aggrave dans 20 régions sur 22, comment peut-on affirmer ensuite que, grâce au président, elle recule, l’insécurité, dans l’ensemble du pays ? Mystère !

Pourquoi rendre Sarkozy principal responsable de la montée du chômage et de la flambée des déficits est-il une marque de manichéisme sectaire, alors qu’il s’agit d’une très légitime et très recommandable tactique quand on en accuse les présidences de région qui n’ont pourtant pas à leur disposition 80 % des moyens de la présidence suprême ? (...)

[Selon l'UMP] la gestion des présidents socialistes de région est totalement déplorable (...) Mais n’a-t-on pas entendu des candidats UMP regretter ici l’absence d’endettement en Haute Normandie ou là l’insuffisance des augmentations d’impôts en Poitou-Charentes ?

www.jeanfrancoiskahn.com/Couple-Sarkozy-l-info-et-la-rumeur-mondialisees_a75.html

http://img341.imageshack.us/img341/2217/sarkozyveritesd5.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Sam 13 Mar - 16:09



Des embardées embarrassées

Avant même le vote, le Front de Gauche leur pose déjà problème. Il est des raidissements médiatiques qui ne trompent pas. Les Échos consacrent une page entière à un trombinoscope des principaux candidats dans toute la France. Pas un seul du Front de Gauche, à rebours des sondages qui constituent d'ordinaire leur bible. Le supplément du Monde sur l'élection en Île-de-France nous écarte également de la photo.

François Delapierre
11 Mars 2010
www.lepartidegauche.fr/editos/editoriaux/2153-des-embardees-embarrassees




Depuis 2007 Guillaume Sarkozy fait partie du conseil de surveillance du Monde, qui a été présidé jusqu'en 2008 par Alain Minc, l’un des artisans de la victoire présidentielle de Sarkozy, et aujourd'hui membre de son cabinet de l'ombre.
hebdo.nouvelobs.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Sam 13 Mar - 22:55



Jean Ferrat, la voix claire

C'était son dernier engagement politique. Pour les élections régionales, Jean Ferrat avait apporté son soutien au Front de Gauche en Ardèche.
"Ma France, celle que j'aime tant"
http://pgna07.canalblog.com/archives/2010/03/13/17223286.html

Jean Ferrat nous quitte à l'âge de 79 ans. Il est décédé samedi à la mi-journée, à l'hôpital d'Aubenas, tout près de sa maison d'Antraigues-sur-Volane où il vivait depuis le milieu des années 70. Retiré de la scène depuis longtemps, il restait étonnamment présent dans le coeur du public. Il nous laisse une impressionnante série de classiques, et le souvenir d'un homme à la rectitude parfaite.
www.telerama.fr/musique/jean-ferrat-la-voix-de-la-liberte,53577.php

Jean Ferrat apparaît dans une séquence du film "Vivre sa vie" de Jean-Luc Godard. On y voit Anna Karina écouter "Ma môme".
D'autres vidéos



Mais pas plus de repos pour les morts que de repos dominical, en sarkozie !
Le 13 mars à 17h45, Le Parisien les fait parler politique, la veille d'élections, ... en ressortant une vieille interview de Jean Ferrat.
Titré "Jean Ferrat n'était tendre ni avec Sarkozy ni avec Royal", l'article expose sans risque de contestation, ce que l'artiste aurait dit sur

Le Pen : "Ce climat de peur, alimenté par les médias, nourrit la menace Le Pen : je crains toujours la bête immonde."
Ségolène Royal : "L’opacité de son discours ne m’emballe pas. Comme avec Sarkozy, la question de la création et de la diversité culturelles est passée sous silence. C’est un drame pour un pays comme la France. C’est donc la politique qu’elle mènera qui changera ou pas la face du pays. Une femme au pouvoir n’a pas toujours été positif. Regardez Thachter en Angleterre."
Olivier Besancenot : "Olivier Besancenot reste dans sa tour d’ivoire."
Marie-George Buffet : Elle "n’est pas la mieux placée pour fédérer toutes les forces antilibérales. Dans les collectifs, elle a été surtout élue par les communistes eux-mêmes…"
Sarkozy : C'"est un arriviste forcené qui, soi-disant, pense à la France… Ses idées sont détestables mais, avec son charisme, son parler clair, il est redoutable."
Grand gagnant apparent ? une figure d'Europe Ecologie.
José Bové : "Je l’estime. C’est un militant dans l’âme qui va au bout de ses convictions. Il a de l’autorité, du charisme et une compétence sur les problèmes économiques en France et dans le monde. Je soutiens ses combats contre les OGM en pleins champs, la mal-bouffe et pour la défense des paysans. Sans parler de ses qualités de débatteur. Sur le fond, il me semble le seul aujourd’hui à pouvoir rassembler la gauche antilibérale et, au-delà, le peuple."


Lagardère, administrateur de Hachette Filipacchi Médias

Le Parisien appartient au groupe Amaury, détenu à 75 % par la famille Amaury et à 25 % par Hachette Filipacchi Médias. Hachette Filipacchi Médias (HFM) est une filiale du groupe Lagardère.
Quelques souvenirs sortis d'un passé récent...
21 février 2008
Propriétaire des magasins Relay, le groupe du «frère» du Président a demandé à ses kiosquiers de cacher le titre qualifiant Nicolas Sarkozy de «grand malade»
www.rue89.com/2008/02/21/courrier-international-et-sarkozy-lagardere-censure-aussi

20 décembre 2007
Lagardère offre à son ami Sarkozy 16 pages de publi-reportage dans «Paris-Match»
www.voltairenet.org/article153798.html

12 décembre 2007
Sarkozy, grand frère de Lagardère
Dans un livre, un ex du «JDD» décrit des relations de «vassalité».
La scène se passe en avril 2005, lors d'un séminaire de l'état-major du groupe Lagardère. Invité d'honneur, Nicolas Sarkozy proclame publiquement : «Arnaud est plus qu'un ami, c'est un frère.»
La veille au soir, en petit comité au restaurant Le Cyros, le futur Président donne plutôt le sentiment de «tenir en laisse» ce pauvre Arnaud Lagardère.
www.liberation.fr/societe/0101112798-sarkozy-grand-frere-de-lagardere

Hier soir c’est la chaîne de Martin Bouygues qui se passionnait pour la verdure. Avec Ushuaïa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Dim 14 Mar - 10:13



Les régionales pour les nuls

Ce dimanche, les Français sont invités aux urnes pour le premier tour des élections régionales. Les conseillers régionaux sont plus de 1800 en France et pourtant bien peu d'électeurs savent exactement ce que font ces élus. En témoigne le taux d'abstention toujours élevé : près de 40% en 2004. Pour mieux comprendre à quoi ils servent, voici le kit de poche. A lire avant d'aller voter.
www.rue89.com/regions-en-campagne/2010/03/13/les-regionales-pour-les-nuls-142630



Les régionales par l'Ecole supérieure de journalisme de Lille
http://regionales2010.esj-lille.net/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Dim 14 Mar - 18:54



Le plus drôle ces derniers jours c'est la pause dans les réformes vendue à grands coups d'articles dans la presse. Sarkozy en est réduit à se renier et à faire du pseudo Chirac pour sauver son job qu'il veut poursuivre contre son peuple. Si il veut être réélu en 2012, il faut qu'il accepte de dire le contraire de ce qu'il a prétendu avec morgue pendant presque 5 ans.
La vraie question c'est de trouver un truc dans lequel il a pas échoué.

http://sarkostique.over-blog.com/article-sarkozy-a-aujourd-hui-peur-de-l-electeur-qui-va-lui-dire-merde-46655478.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Dim 14 Mar - 22:19



20h
Voici donc les premières estimations nationales (Opinionway) :

Listes UMP : 27,3%
Listes PS : 29,1%
Listes Europe-Ecologie : 13,3%
Listes Front National : 11,2%
Listes Front de Gauche : 5,7%
Listes NPA : 2,5%
Listes Lutte Ouvrière : 0,9%
Listes Modem : 3,4%

20h10
Sur Causeur.fr, Luc Rosenzweig conseille à Sarkozy de dissoudre l'assemblée ce qui impliquerait une défait de l'UMP, de prendre Aubry à Matignon. Il serait triomphalement réélu ensuite en 2012 après 2 ans de cohabitation.
www.marianne2.fr/Special-elections-regionales-resultats,-analyses,-reactions,-coups-de-gueule_a189784.html

Les grands médias informent d'une manière tellement démocratique qu'on aurait pu croire Lutte Ouvrière absente des élections.


Régionales : le taux d'abstention dépasse la barre des 50%

A 17h50, TNS Sofres estimait l'abstention à 52,50%, sur la base de 158 bureaux de vote. A 18h00, OpinionWay Fiducial donnait une abstention à 52%, contre 38% en 2004.
Il y a six ans, le taux de participation pour le premier tour avait été de 62,26% en métropole.

http://fr.news.yahoo.com/4/20100314/tts-france-regionales-participation-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Lun 15 Mar - 0:08


Le Front de gauche "confirme son existence" avec ses résultats, estime Jean-Luc Mélenchon

"On confirme notre existence, et on va remplir notre rôle, qui est de faire en sorte que la gauche se rassemble" au deuxième tour, a déclaré M. Mélenchon sur TF1, estimant que l'UMP avait pris "une raclée". Selon lui, "l'abstention n'est pas une case creuse, c'est une case d'insurrection civique de gens qui disent 'il y en ras-le-bol'".
http://fr.news.yahoo.com/3/20100314/tpl-regionales-reaction-melenchon-cfb2994.html


"C’est pas grâce au journal Le Monde que le Front de Gauche progresse. Dossier Régionales du 10 mars sur la Région Parisienne : eh bien les journalistes de France Inter et ceux de Le Monde n’ont pas été foutus de rencontrer le Front de Gauche, à croire qu’il n’y a pas de liste Front de Gauche sur la RP.
Et avec regrets pour l’information : c’est une constante de ces deux médias sur l’ensemble de la campagne : bizarre !!!!"

www.lemonde.fr/elections-regionales/article/2010/03/10/un-vent-d-optimisme-souffle-au-front-de-gauche-qui-fait-la-course-en-tete-devant-le-npa_1316952_1293905.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5628
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   Lun 15 Mar - 17:08



Élections : mépris et vol

Hier l'émission "Demain la veille" de France Inter invitait Christian Makarian (l'Express), Stéphane Rozes (Sciences Po), Alain Frachon (Le Monde) et Jean-Marie Colombani à se pencher sur la grave question de l'abstention. Aucun de ces politologues ne semblait se souvenir que le vote du 29 avril 2005 a été purement et simplement méprisé.

En plus du mépris, les Français doivent supporter le vol de leurs suffrages.
Voici ce qu'on lit sur le site de l'Assemblée nationale, à propos des élections régionales :
    Depuis 1986, les conseils régionaux sont élus au suffrage universel direct, à la représentation proportionnelle, pour six ans. Les lois du 20 janvier 1999 et du 11 avril 2003 ont modifié le mode d'élection des conseils régionaux, en instituant notamment une «prime majoritaire» égale au quart du nombre des sièges à pourvoir, au bénéfice de la liste ayant obtenu la majorité absolue au 1er tour de scrutin ou la majorité relative au second tour de scrutin. Des seuils ont été fixés : 10 % des suffrages exprimés pour accéder au second tour, 5 % des suffrages exprimés s'agissant de la possibilité de fusion en vue du second tour (...)
Les votes pour les petites listes ne sont pas pris en compte, quand bien même ils pourraient représenter des sièges, et ces petites listes n'ont même pas le droit de fusionner ! Les partis au pouvoir devraient apprendre ce que sont la démocratie et la République.

Résultats du 1er tour des élections régionales du 14 mars 2010
Les pourcentages obtenus
Inscrits : 43 640 059
Abstention : 23 407 608 = 53,64 %
Votants : 20 232 451 = 46,36 %
Blancs et nuls : 756 738 = 3,74 %
Exprimés : 19 475 713 = 44,63 %

PS : 5 673 918 = 29,13 %
UMP : 5 066 826 = 26 %
Europe Écologie : 2 372 340 = 12,18 %
Front National : 2 223 760 = 11,42 %
Front de Gauche : 1 137 153 = 5,84 %
Modem : 817 608 = 4,20 %
NPA, LO : 662 199 = 3,4 %
Divers gauche : 594 947= 3,05 %
Divers droite : 241 153 = 1,24 %
Autres (inclassables, régionalistes, listes d'extrême-droite) : 906 127 = 4,6 %


Les sigles du ministère de l'Intérieur
LFN = Front National ou FN
LMAJ = majorité = UMP
LSOC = Parti Socialiste ou PS
LVEC = Listes des Verts = Europe Ecologie
LCMD = Centre-MoDem ou Modem
LCOP = Parti Communiste et du Parti Gauche = Front de Gauche
LEXG = Liste d'extrême gauche = NPA et LO

LDVG = divers gauche
LUG = Union de la gauche
LAUT = Autres liste
LREG = régionalistes
LDVD = divers droite
LEXD = extrême droite
http://elections.interieur.gouv.fr/FE.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elections régionales. Vote électronique, réforme territoriale, redécoupage, charcutage...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Régionales - mode d'emploi
» Régionales Auvergne
» Jean-François Le Grand, tête de liste pour les Régionales.
» Régionales Haute -Normandie
» Le livre électronique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: