sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Citoyens en danger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Citoyens en danger   Mer 25 Nov - 5:00



Disparition de la CNDS (Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité)

La Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité est une autorité administrative indépendante créée en 2000 et chargée de veiller au respect de la déontologie des personnes exerçant, sur le territoire de la République, des activités de sécurité : police nationale - gendarmerie nationale- administration pénitentiaire- douanes- police municipale- surveillance des transports en commun- services de sécurité privée, …

Cette décision s’ajoute à celle qui vient de supprimer, dans l’indifférence générale, la "Défenseure des enfants" (créée la même année) qui avait critiqué la remise en cause des spécificités du droit pénal applicable aux enfants et précisément condamné le projet de loi prévoyant un emprisonnement dès l’âge de 12 ans, et les conditions faites aux enfants dans les centres de rétention où on les enferme avec leurs parents . Et ça, l’année où l’on fête les 20 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant !

Rappelons que la France a été condamnée pour cette même raison par Amnesty International et la Convention Européenne des droits de l’Homme.

Dans son dernier rapport remis au petit président en 2009, voilà-t-il pas que cette Commission ose pointer du doigt : les violences en prison, les gardes à vue inadaptées ou abusives , les fouilles systématiques "au corps", les reconduites à la frontière et l’organisation des centres de rétention ...
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article94528


Projet du Défenseur des droits : "danger pour les libertés", selon la CNDS

La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) estime, dans un rapport d'activité publié mardi, que sa suppression au profit d'un nouveau "Défenseur des droits" "comporte des dangers sérieux pour la protection des libertés".
Selon un projet de loi présenté en conseil des ministres le 9 septembre, le nouveau poste de "Défenseurs des droits" regroupera les attributions actuellement dévolues au Médiateur de la République, au Défenseur des enfants et à la CNDS.

Les auteurs du rapport, qui fait le bilan des huit années d'existence de la Commission, contestent les arguments avancés pour justifier cette évolution. [...]

L'utilité de son action ne se dément pas : depuis la création de la CNDS, "des affaires révèlent la persistance de pratiques inacceptables et de dysfonctionnements aux graves conséquences", note le rapport.

"Les manquements dénoncés ne sont pas nécessairement le fait de +moutons noirs+, qui seraient toujours de simples cas isolés: bien souvent, des problèmes structurels d'organisation sont à l'origine des dérives constatées", poursuit le document.

"A cela s'ajoute la pression exercée sur les personnels de sécurité par les objectifs chiffrés: la culture du résultat est sans doute à l'origine de manquements déontologiques".

Les saisines de la Commission n'ont cessé d'augmenter : 19 affaires enregistrées en 2001, 152 en 2008, 158 dans les huit premiers mois de 2009.

Elles renvoient à des faits d'une gravité variable, allant d'un contrôle d'identité injustifié à des cas de décès au moment de l'interpellation, de suicide en maison d'arrêt en passant par les conditions de garde à vue ou de rétention administrative

Après instruction approfondie de chaque dossier, des "avis" ou "recommandations" peuvent être adoptés: ils signalent aux autorités compétentes les manquements à la déontologie et exigent de leur part une réponse.

www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-40983384@7-40,0.html
www.cnds.fr/



Communiqué de la Commission nationale de déontologie de la sécurité

Sans avoir été consultée auparavant, la Commission nationale de déontologie de la sécurité a pris connaissance, à l’occasion de sa publication, du projet de loi organique relatif au Défenseur des droits. Elle en a délibéré lors de sa réunion en formation plénière du 21 septembre 2009.

Elle relève que ce texte prévoit sa suppression et le transfert de ses attributions à une seule personne, le Défenseur des droits, nommé en conseil des ministres, à charge pour lui, lorsqu’il intervient en matière de déontologie, de consulter un collège de trois personnalités désignées respectivement par le Président de la République, le Président de l’Assemblée nationale et le Président du Sénat, en raison de leur compétence dans le domaine de la sécurité. [...]

La CNDS considère que sur chacun des points qui précèdent la réforme projetée marque un recul des garanties démocratiques qu’elle offrait aux citoyens, pour le respect de leurs droits fondamentaux.

Elle rappelle enfin que son existence et la qualité de son action ont été saluées par les institutions internationales – notamment le commissaire européen aux droits de l’homme –, la Commission nationale consultative des droits de l’homme et les O.N.G. attachées à la défense des droits de l’homme, dont plusieurs ont exprimé le souhait de voir ses compétences et ses moyens élargis.

Document officiel : www.cnds.fr/pages/Communique_presse_21_09_2009.pdf

le 01/10/2009 14H50
www.dazibaoueb.fr/article.php?art=6740


Garde à vue : un syndicat de police dénonce la politique du chiffre

«Trop facile», réplique le premier syndicat de gardiens de la paix au Premier ministre, qui a rappelé que la garde à vue ne devrait pas être un acte banal de routine.
www.liberation.fr/societe/0101604403-garde-a-vue-un-syndicat-de-police-denonce-la-politique-du-chiffre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Mer 25 Nov - 5:02



Assistance aux étrangers en camps de détention
La Cimade impuissante


Le nouveau dispositif éclate désormais la mission d’assistance aux étrangers en rétention entre plusieurs "prestataires", répartissant en huit "lots" la trentaine de centres à travers la France.

Prenant acte de la décision du Conseil d'Etat, la Cimade, seule association habilitée jusqu’alors à intervenir dans l’ensemble des centres, a tenu à réaffirmer "avec force ses objections et son inquiétude face à une réforme qui consacre l’éclatement d’une mission associative unique en Europe, éclatement qui rendra plus difficile l’accompagnement et la défense des étrangers". (...)

www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/16/centres-de-retention-le-conseil-d-etat-suspend-l-attribution-d-un-contrat_1267971_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Mer 25 Nov - 5:26



Ces travailleurs sans-papiers qui refont les quais de métro la nuit

Asten, un sous-traitant de la RATP, est accusé d'employer des intérimaires sans-papiers pour du travail de nuit, dans des conditions dignes du XIXe siècle.
Des sans-papiers, souvent intérimaires, qui font "le sale boulot", dans des conditions de sécurité très précaires. Comme en témoignent des images filmées par quelques-uns d’entre eux sur leur lieu de travail, dans les profondeurs du métro...
www.dailymotion.com/video/xat2l5_sanspapiers-dans-le-metro_news cyclops

Résultat : sans équipement adéquat, certains se brûlent. Sans oser, faute de papiers, aller se faire soigner.
Des conditions de travail difficiles, sans protection sociale, alors que ces travailleurs cotisent, payent des impôts et peuvent même produire des fiches de salaire, émanant d’agences d’intérim qui les emploient au jour le jour (comme Adecco ou Crit).
www.france-info.com/france-social-2009-10-14-greve-les-travailleurs-sans-papiers-rempilent-355628-9-44.html

http://www.marcheoureve.com/les-archives/its-a-free-world-2/
http://eco.rue89.com/2009/11/22/sans-papiers-darcos-menace-de-fermer-les-entreprises-profiteuses-126935
www.travailleurssanspapiers.org/Petition-Solidarite-avec-les.html


Un des sans-papiers exhibe ses brûlures



Travailleurs sans papiers : faut-il fermer l'entreprise Bouygues ?

Plusieurs dizaines de travailleurs sans-papiers occupent le chantier de la tour First à la Défense, dirigé par Bouygues construction.
Xavier Darcos prendra-t-il des sanctions ?


Sarközy junior et Martin Bouygues
à l'occasion de la visite de la tour First le 30 06 2009 © AFP


Les travaux exceptionnels de rénovation-reconstruction de cet immeuble entrepris en 2007 et qui deviendra la Tour First, constituent l’un des chantiers les plus visibles et les plus spectaculaires d’Ile-de-France. Détails et diaporama.

Connue successivement sous les noms de tour Azur, tour UAP, puis tour AXA, la CB 31 construite en 1974 va devenir la tour First grâce à une nouvelle architecture élancée, rayonnante et lumineuse, qui en fera l’un des principaux points de mire du quartier d’affaires de La Défense (92).

Avant

Après

Fiche technique :
Ingénierie : IOSIS
Conseil HQE : IOSIS
Maitre d’ouvrage : AXA Real Estate IM
Maître d’ouvrage délégué : Cogedim
Maitre d’œuvre d’exécution : Coteba
Investisseur : Beacon Capital
Etudes de structures : Direction technique Bouygues Bâtiment Ile-de-France
Architectes : KPF (Grande-Bretagne) et SRA (France)
Budget : 320 millions d’euros

www.batiactu.com/edito/une-hauteur-d-avance-pour-la-tour-first-de-la-defe-24274.php
www.lemoniteur.fr/131-etat-et-collectivites/article/actualite/688178-jean-sarkozy-pourrait-prendre-la-tete-de-l-etablissement-public-d-amenagement-de-la-defense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Mer 25 Nov - 14:47



Discriminations : L’UMP veut affaiblir la HALDE

Deux députés de la majorité demandent une réduction de 20% du budget de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (Halde), par un amendement qui sera discuté le 5 novembre.

Diminuer le budget de la HALDE, alors que les discriminations sont une réalité vécue quotidiennement par de nombreux Français, est absolument scandaleux. Le nombre de réclamations dont a été saisie la HALDE ne cesse d’augmenter depuis sa création en 2004. Le travail est immense pour augmenter le taux de dénonciation des faits de discrimination.

Le Parti Socialiste dénonce la volonté souterraine de disparition de la HALDE sous un prétexte budgétaire, au détriment de la lutte contre la discrimination, et demande le retrait de cet amendement.

30 octobre 2009
www.paperblog.fr/2463380/discriminations-l-ump-veut-affaiblir-la-halde/
http://alaingavand.typepad.com/nouvelle_donne/2011/02/la-halde-bient%C3%B4t-supprim%C3%A9e-pour-un-d%C3%A9fenseur-des-droits.html


La HALDE a disparu
https://fr.wikipedia.org/wiki/Haute_Autorit%C3%A9_de_lutte_contre_les_discriminations_et_pour_l%27%C3%A9galit%C3%A9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Mer 25 Nov - 16:09



Fillon estime qu'il "est évident de repenser" la garde à vue

Il a récidivé ! La première fois, le Premier ministre avait osé déclarer : "La garde à vue ne peut pas être un instrument banal de procédure. La privation de liberté est un acte grave qui doit rester exceptionnel", en juillet dernier.

Le Syndicat de la magistrature s’était alors chargé de remettre vigoureusement les pendules à l’heure : "Ce que ne dit pas M. Fillon, c’est que cette banalisation inquiétante est le résultat d’un double mouvement, étroitement lié au tournant sécuritaire de 2001, qui s’est nettement accéléré avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur en 2002 et qui n’a pas cessé depuis : l’accumulation de textes aveuglément répressifs d’une part et la soumission de l’activité policière à la pression statistique de la « politique du chiffre » d’autre part. Lorsqu’on crée sans cesse de nouvelles incriminations de plus en plus floues, lorsqu’on supprime la notification du droit au silence en garde à vue, lorsqu’on augmente la durée de cette mesure (ex : 96 heures en matière de stupéfiants, jusqu’à 144 heures en matière de terrorisme), lorsqu’on diffère l’intervention de l’avocat, lorsqu’on refuse de généraliser l’enregistrement audiovisuel des auditions, lorsqu’on fait de la garde à vue un « indicateur de performance » du travail policier, peut-on encore sincèrement s’étonner de la transformation de cette mesure privative de liberté en « instrument banal de procédure » ? [...]

Après les magistrats de juillet, les policiers de novembre : ce sont leurs syndicats qui montent au créneau pour s’insurger de la tartufferie du Premier ministre, le plus remonté étant l’Union SGP-Police Unité, qui proteste dans L’Express : "C’est le gouvernement qui impose des quotas d’interpellations (...) en mettant la pression sur les policiers par une politique du chiffre aveugle", déclare le secrétaire général de l’organisation, Nicolas Comte. Le syndicat reproche en outre au gouvernement de faire de la garde à vue, un régime qui a frappé plus de 500 000 personnes en 2008, un "indicateur essentiel de l’activité des services". (...)
www.plumedepresse.com/spip.php?article1284

Les avocats contestent la légalité de la garde à vue
www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/18/les-avocats-contestent-la-legalite-de-la-garde-a-vue_1268742_3224.html

Image de Kamizole
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Ven 14 Jan - 17:53



Des amis d’Antoine de Léocour interpellent le ministre de la Défense

En dépit de la mort de Vincent Delory et d’Antoine de Léocour, la gestion par les autorités françaises de la prise d’otage au Niger bénéficie du soutien quasi unanime de la classe politique. Pourtant, les circonstances du décès des deux ressortissants français demeurent obscures. Au-delà, la part de la raison d’État et des intérêts sous-jacents dans la gestion de ces événements interpelle les acteurs de l’aide et membres de la société civile confrontés au risque d’enlèvement.
La lettre que nous reproduisons ici vient d’être adressée au ministre français de la Défense par des amis d’Antoine de Léocour. Parce qu’elle interroge la conduite des autorités et soulève un certain nombre de ces questions peu discutées au-delà de cercles restreints, nous avons décidé de la relayer sur ce blog, avec l’autorisation des auteurs.
Olivier Falhun


FRANCE-NIGER : LETTRE OUVERTE
AU MINISTRE FRANÇAIS DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS


Poitiers, le 12 janvier 2011

Monsieur le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants,
 
Nous condamnons unanimement l’acte de barbarie qui nous prive aujourd’hui d’un ami cher.
Cependant, votre empressement à justifier l’intervention militaire qui a conduit à la mort d'Antoine de
Léocour et Vincent Delory nous a beaucoup surpris.

Réduire l'analyse de ce drame à un discours sécuritaire ne fait qu’alimenter grossièrement la presse à
sensations. Cela occulte totalement les enjeux globaux de la situation économique et politique que
traverse la zone sahélienne. Les épiphénomènes que nous vivons actuellement participent des
conséquences de politiques étrangères occidentales vis-à-vis de ces régions.

«Ne rien faire, c’est prendre un double risque». Vos déclarations nous amènent à nous interroger sur la mission de l’armée française: consiste-t-elle à abréger les souffrances de ses ressortissants (emmenés par les ravisseurs [...] et on sait ensuite comment ils sont traités) lorsque vous, M. Le Ministre de la Défense et M. Le Président de la République, Chef des Armées n'êtes pas en mesure d'envisager une autre solution, plus digne?  Ou a-t-elle pour objectifs de démontrer —quel qu'en soit le prix— que la France est prête à entrer dans l'escalade de la violence au nom de son combat pour la démocratie et contre le terrorisme (ne rien faire, c’est donner un signal que la France finalement ne se bat plus contre le terrorisme)?  Sachez qu'à nos yeux la raison d’Etat ne doit jamais l’emporter sur le respect de la vie des citoyens.

Nous sommes particulièrement indignés par le ton de vos propos et de ceux de la majorité de la
classe politique française dans un consensus national sans fausse note. Nous croyons comprendre
que la France, patrie des Droits de l’Homme, sacrifie ses ressortissants sur l’autel d’orientations
stratégiques occultes. Vous avez effectivement pris le parti de vous mettre à l’abri de tous moyens de
pression en excluant l’option des négociations.

Nous nous inquiétons également du traitement différencié réservé aux citoyens et victimes en fonction
de ce que leurs employeurs représentent pour les intérêts de la France.

En conclusion, si vous «assumez» si bien cette mission, sachez dire aux Français qu’elle est un échec
et prenez véritablement vos responsabilités en démissionnant. Si un tel courage vous manque, alors
ayez au moins la décence de laisser reposer en paix les âmes d’Antoine et de Vincent en stoppant
toute récupération politique de cet assassinat sordide.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Les amis de Master 2 d’Antoine de Léocour
Régis Belmonte
Amélie Benokba
Elodie Bordrie
Marielle Cartiaux
Marion Leriche
Marie Marchand
http://humanitaire.blogs.liberation.fr/msf/2011/01/des-amis-dantoine-de-l%C3%A9ocour-interpellent-le-ministre-de-la-d%C3%A9fense.html



Pour Rakia, la fiancée nigérienne d'Antoine, la douleur est telle qu'elle n'arrive pas à exprimer sa peine.
http://dai.ly/hGQJsT cyclops
www.europe1.fr/France/Mon-petit-frere-c-etait-quelqu-un-de-bien-365783/

Sarkozy : « nous vous détruirons, y compris si nos otages y perdent la vie. »

Selon Jean Guisnel, qui tient le blog Défense ouverte sur LePoint.fr, c'est Nicolas Sarkozy en personne qui a donné, samedi, l'ordre d'intervenir aux unités des forces spéciales françaises pour intercepter les ravisseurs de deux otages français qui ont trouvé la mort dans l'opération. Il cite une source militaire qui décrit la stratégie française : « Ça suffit ! Nous disons aux ravisseurs : nous vous pourchasserons et nous vous détruirons, y compris si nos otages y perdent la vie. »
www.rue89.com/2011/01/09/la-strategie-de-sarkozy-face-aux-prises-dotages-en-afrique-184710
www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/otages-tues-au-niger-les-coulisses-de-l-operation-meurtriere-09-01-2011-128431_53.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Mar 10 Jan - 1:55



À Clermont-Ferrand, l'homme dans le coma à la suite de son interpellation est mort

Les forces de l'ordre sont déployées par crainte de nouvelles violences dans la ville. [Extraits]
L'homme tombé dans le coma depuis son interpellation mouvementée lors de la nuit de la Saint-Sylvestre est mort lundi 9 janvier, a annoncé son avocat, alors que plusieurs centaines de membres des forces de l'ordre sont déployées par crainte de nouvelles violences dans son quartier de Clermont-Ferrand.

Ces événements font suite à l'interpellation "musclée", durant la nuit de la Saint-Sylvestre, de Wissam El-Yamni, un homme de 30 ans, dans le quartier de la Gauthière, classé "zone urbaine sensible". Selon la version des forces de l'ordre, l'homme s'en était pris aux policiers, lançant des projectiles sur leur véhicule. Très "excité", il était, toujours selon eux, sous l'emprise de cannabis, d'alcool et de cocaïne. Après une course-poursuite, il aurait été plaqué au sol, menotté puis conduit au commissariat. Il est tombé dans le coma après un malaise cardiaque durant son transport selon la police. Il n'avait pas d'antécédents médicaux. Wissam El-Yamni présentait des fractures et des lésions au cou lors de l'arrivée des secours.

Un reportage de Mediapart (lien payant) rapporte le témoignage d'une personne qui a assisté à la scène de sa fenêtre. Elle raconte : "On l'a vu couché sur le ventre, les menottes dans le dos avec une patrouille de police. On s'est dit 'c'est bon, il s'est fait attraper, encore un qui va commencer la nouvelle année en garde à vue'. Sauf que suite à ça, nous avons vu une dizaine de voitures de police arriver, en une minute, dont quatre banalisées. Les policiers sont descendus, ils ont mis de la musique à fond, de la funk, et ont démuselé les deux chiens. Ils étaient chauds, ils ont fait un décompte 'Trois-deux-un go' et ils lui ont mis des coups."

Samedi après-midi, environ cinq cents à six cents personnes ont défilé silencieusement  à Clermont-Ferrand pour réclamer justice pour la victime.
www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/09/a-clermont-ferrand-l-homme-dans-le-coma-a-la-suite-de-son-interpellation-est-mort_1627590_3224.html
www.mediapart.fr/journal/france/080112/clermont-ferrand-une-enquete-vise-la-police-apres-linterpellation-brutale-dun-?page_article=2

https://desarmons.net/category/assassinees/
 Exclamation

Ali Ziri, retraité mort « plié » par des policiers
Deux ans et demi après la mort d'Ali Ziri, à la suite de son interpellation par la police nationale d'Argenteuil le 9 juin 2009 avec son ami, Arezki Kerfali, conducteur du véhicule, les policiers impliqués dans la mort du retraité algérien âgé de 69 ans sont toujours en fonction.

Le 24 juillet 2009, l'Institut médico-légal de Paris rend les conclusions d'une autopsie qui relève l'existence de 27 hématomes, et démontre qu'« Ali Ziri est mort suite à un arrêt cardio-circulatoire d'origine hypoxique, généré par suffocation et appui postérieur dorsal ». Le 15 avril 2011, les conclusions de nouveaux examens complémentaires affirment que « le manque de discernement des policiers a conduit à des comportements qui n'étaient pas sans conséquence sur l'état de santé de M. Ziri. ». Il y a aussi l'avis de l'ex-CNDS (Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité), évoquant un « traitement inhumain et dégradant ».

Tout confirme que des violences policières sont à l'origine de la mort d'Ali Ziri.
Et pourtant tous les actes demandés par les avocats de la famille Ali Ziri, comme l'audition des témoins et des policiers par un juge d'instruction et la reconstitution des faits, ont été refusés par le Procureur de la République de Pontoise. Par contre Arezki Kerfali, pourtant victime et témoin vivant, reste lui poursuivi pour outrage. Aujourd'hui, l'instruction est close. [...]
Réunion à Argenteuil (95) le samedi 14 janvier 2012 à 14h avec Stéphane Hessel et Jacques Gaillot.
www.demosphere.eu/node/27702


Un homme frappé dans un commissariat pour avoir sifflé «l'Internationale»

Denis Gordard, militant internationaliste, membre du Comité Politique National du NPA, a été la victime dans la nuit du 5 au 6 janvier d'une agression policière extrêmement violente, qui pourrait avoir des conséquences graves sur sa santé.
En compagnie de deux camarades d"Act Up, il était interpellé par la BAC et emmené au commissariat du 3ème arrondissement de Paris pour des motifs futiles, et sans qu’il n’ait à aucun moment résisté à son interpellation.

Prenant prétexte que notre camarade sifflait "l’Internationale", un policier chargé de la gestion des "gardés" à vue s’est précipité sur celui-ci. Les coups portés par ce policier furent d’une telle violence que Denis, atteint d’une fracture du plancher de l’œil, devra subir dans les prochains jours une intervention chirurgicale délicate, car le nerf majeur qui "gère" la sensibilité du visage" est aujourd’hui touché. Les deux militants d’Act up qui venaient prendre des nouvelles ont été virés du commissariat.

Cette affaire, est grave. Si elle débute par un banal contrôle, les coups portés ensuite, à froid, au commissariat en font une "bavure" qui dénote un climat particulièrement lourd au sein de la police.
www.millebabords.org/spip.php/IMG/rtf/spip.php?article19444
www.mediapart.fr/journal/france/090112/un-homme-frappe-dans-un-commissariat-pour-avoir-siffle-linternationale


Déjà cinq semaines de détention « provisoire » pour les inculpé-e-s de Labège !
Le 14 novembre dernier à Toulouse, une dizaine de personnes ont été interpellées au cours de la rafle menée par une centaine de gendarmes mobiles dans sept lieux d’habitation, et quatre d’entre elles sont depuis incarcérées à la maison d’arrêt de Muret.

[...] alors que le soutien matériel (argent, livres, vêtements, courrier) qui leur avait aussitôt été apporté est resté bloqué en tout ou partie pendant des semaines, de façon à les couper du monde extérieur et à faire pression sur elles pour les faire craquer. Par ailleurs, des prélèvements de leur ADN ont été effectués contre leur gré pendant leur garde à vue – le refus qu’elles y ont toutes opposé leur vaudra un procès le 9 mai prochain –, et le tribunal prétexte attendre le résultat de ces prélèvements pour les maintenir en détention en se gardant d’avancer la moindre date concernant leur libération.

La situation des « inculpé-e-s de Labège » rejoint en fait celle de nombreuses autres personnes placées en détention « provisoire » dans diverses geôles françaises pendant des mois et des mois (dernièrement à Paris et à Nantes). Les innombrables lois sécuritaires votées depuis une dizaine d’années – et appliquées en particulier à l’encontre d’une certaine jeunesse criminalisée sous les étiquettes « ultra-gauche » ou « mouvance anarcho-autonome » – permettent en effet à l’Etat français de s’asseoir désormais en toute légalité sur la « présomption d’innocence » censée être à la base de sa justice, créant un véritable délit d’opinion dans un silence presque parfait.

La solidarité montrée aux personnes qui se trouvent jetées dans le collimateur policier et judiciaire fait de plus facilement l’objet d’une répression violente. D’imposantes forces de gendarmerie mobile ont par exemple encerclé la manifestation organisée à Toulouse le 17 décembre en soutien aux « inculpé-e-s de Labège » en voulant disperser brutalement ses quelque 200 participant-e-s après les avoir soumis-e-s à un contrôle d’identité. [...]
www.antirep86.fr/2011/12/24/deja-cinq-semaines-de-detention-provisoire-pour-les-inculpe-e-s-de-labege/

Le 8 janvier des militants communistes ont été interpellés...
pour avoir vendu l'Humanité Dimanche !


Ce matin, sept militants communistes qui vendaient tranquillement l'Humanité Dimanche se sont faits interpeller, rue Rambuteau à Paris, par les forces de l'ordre pour « trouble à l'ordre public ». Parmi eux, Evelyne Zarka, adjointe au maire du 4ème arrondissement de Paris depuis 2001.

Les trois policiers, venus, selon leurs dires, suite à un signalement de vidéosurveillance, ont procédé à des contrôles d'identité, et ont arraché les affiches collées au scotch par les militants.

Cet événement n'est malheureusement pas une première. En février 2007, un militant avait déjà été verbalisé sur le marché Dejean, dans le quartier de Château-Rouge, pour une prétendue vente « à la sauvette » de l'Humanité Dimanche. Refusant de s'acquitter de l'amende, ce militant s'était retrouvé devant la justice pour être finalement relaxé.
[...]
http://pcf82.elunet.fr/index.php/post/08/01/2012/Ce-matin-des-militants-communistes-interpelles-pour-avoir-vendu-lHumanite-Dimanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 79
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Lun 28 Aoû - 11:20



Un an après le tir de flashball de Yann à Toulouse : sa plainte contre la police est classée sans suite…

22 avril 2015
https://faceauxarmesdelapolice.wordpress.com/2015/04/22/un-an-apres-le-tir-de-flashball-de-yann-a-toulouse-sa-plainte-contre-la-police-est-classee-sans-suite/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Orwelle



Messages : 6150
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Citoyens en danger   Mar 29 Aoû - 1:57

Les forces du désordre


Violences lors d'une manifestation à Anduze (30) : 4 mois de sursis pour le commandant de gendarmerie Frédéric Warrion

Le 21 janvier 2011 il avait frappé à coups de poing et aspergé de gaz lacrymogène, sans raison légitime, des manifestants pacifiques à Anduze, dans le Gard.

Les participants protestaient pacifiquement contre l'absorption d'un ensemble de petites communes cévenoles par la communauté d'agglomération d'Alès. Parmi eux, beaucoup d'élus, de personnes d'un certain âge et d'enfants.

Sur des photos et vidéos, on peut voir le gendarme parlementer puis tout à coup asperger les manifestants en plein visage, à une quinzaine de centimètres de distance.
Frédéric Warrion avait ensuite asséné des coups de poing "à un homme déjà maîtrisé par trois gendarmes", qui aura le visage "complètement tuméfié"
http://www.midilibre.fr/2017/04/26/violences-lors-d-une-manifestation-a-anduze-4-mois-de-sursis-pour-le-gendarme,1498524.php

Une vidéo montrant ces citoyens gazés comme des cafards :
http://dai.ly/xgp1ko  cyclops

'si les policiers et gendarmes étaient distingués et individualisés par un numéro personnel unique inscrit en gros au dos de leur uniforme, à la place du traditionnel « Police », il y aurait moins de bavures. Si on pouvait identifier un policier ou un gendarme particulier sur une photo ou une vidéo, ils seraient probablement plus attentifs à ne pas faire n’importe quoi.'
https://entendre.wordpress.com/2011/02/05/le-gendarme-frederic-warion-sort-de-l%E2%80%99anonymat/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Citoyens en danger   

Revenir en haut Aller en bas
 
Citoyens en danger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La patrie est en danger, aux armes citoyens
» L'Electricité en danger [à méditer]
» Enfant en danger ?
» avertissement nouvelles : ce forum = danger
» La maternelle en danger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: