sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’art du lobby néocolonial autour de Camus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: L’art du lobby néocolonial autour de Camus   Lun 4 Jan - 15:22



Deux ans après avoir reçu le prix Nobel de la littérature, Albert Camus trouvait la mort, le 4 janvier 1960 dans un accident de voiture, avec Michel Gallimard, neveu de Gaston.
50 ans après, la parution de nombreux ouvrages vient saluer à nouveau l’éternité de son œuvre.
Pour l’occasion, un premier dictionnaire consacré à Albert Camus et à son œuvre dirigé par Jean Yves Guerin "dictionnaire, Albert Camus" dans les collections "Bouquins" chez Robert Laffont.
www.rfi.fr/contenu/20091230-2-hommage-albert-camus

Il y a même un petit qui voudrait le panthéoniser...
Mais il se trouve un citoyen d'Algérie pour émettre un couac dans ce concert de louanges : Mohamed Bouhamidi, qui nous livre sa vision de l'écrivain. En voici un extrait.

L’art du lobby néocolonial autour de Camus

Camus était contre l’émancipation des peuples colonisés et sa mère lui a servi pour éluder la vraie question qui se posait en 1957 quand il l’a servi aux journalistes. Les personnes bien intentionnées arguant de l’humanisme de Camus pour en tirer des enseignements, une parenté et une proximité, ou tout simplement une voie philosophique, devraient méditer sur cette opposition Jeanson-Camus pour mesurer où se trouve le véritable humanisme.

C’est quoi l’humanisme ? Une abstraction qui viserait à penser un homme en général hors de ses conditions historiques ? Le choix aujourd’hui est entre Jeanson qui affirme -et passe à l’action– que les Algériens ne sont pas moins hommes que les Français en général et les colons en particulier et Camus qui s’est bien accommodé du code de l’indigénat qu’il n’a par ailleurs jamais dénoncé, nous proposant juste la reconnaissance d’une personnalité arabe.

Pourquoi une personnalité arabe ? Serions-nous du point de vue humain incapables d’accéder à la catégorie juridique de citoyens français, catégorie qui, dans la définition de cette catégorie juridique, n’a pas à distinguer les citoyens par la race, la religion, les croyances ou les convictions. Une personnalité arabe, c’est forcément un problème pour le droit français : la personnalité arabe, c’est la solution pour ceux qui ne peuvent devenir tout à fait pleinement français.

Pourquoi, sinon pour des signes ou des marques ou des caractères, soit raciaux, soit religieux. Mais qui ne peuvent tout à fait s’assumer sans la présence d’une France appelée à corriger quelques injustices comme si la violence et l’injustice étaient une erreur de quelques-uns dans le colonat et non l’essence même du colonialisme. Fanon a répondu à cette thèse dès 1952 car c’est la thèse de Mannoni à peine remaniée.

Jeanson est anti-français, voilà le caractère principal de ceux qui ont soutenu les Algériens. Camus écrit aux Algériens pour leur demander de faire «d’abord, et soigneusement, la différence entre ceux qui soutiennent la cause algérienne, parce qu’ils souhaitent, là comme ailleurs, la démission de leur propre pays, et ceux qui demandent réparation pour le peuple algérien parce qu’ils veulent que la France soit grande aussi de sa justice». Jeanson est de ceux qui souhaitent la démission de la France. Si la France ne doit pas démissionner, que lui reste-t-il à faire ? A défendre sa présence en Algérie, pardi ! C’était le langage de Mitterrand, alors ministre de l’Intérieur.

www.latribune-online.com/suplements/culturel/27576.html

En 1957 Albert Camus reçoit le prix Nobel de littérature à Stockholm. Interrogé par un étudiant musulman originaire d'Algérie, sur le caractère juste de la lutte pour l'indépendance menée par le F.L.N. en dépit des attentats terroristes frappant les populations civiles, il répond clairement : «Si j'avais à choisir entre cette justice et ma mère, je choisirais encore ma mère.»

À partir de 1957, au plus fort de la guerre d'Algérie, Francis Jeanson met en pratique ses idéaux anticolonialistes en créant le Réseau Jeanson chargé de transporter des fonds à destination du FLN. Ce réseau clandestin de militants sera démantelé en 1960.

Pour Octave Mannoni, dans "Psychologie de la colonisation", le problème préexiste : les Européens étaient attendus, et même désirés dans l'inconscient.

Le livre le plus connu de Frantz Fanon, Les Damnés de la terre, est un manifeste pour la lutte anticoloniale et l'émancipation du tiers-monde. Cet ouvrage et, peut-être plus encore la préface, écrite par Jean-Paul Sartre, ont été perçus rétrospectivement comme fondateur de la critique tiers-mondiste. Il a inspiré des mouvements de libération en Afrique ou encore le Black Panther Party aux États-Unis.

"Ahmed Halfaoui a publié un superbe article sur cet appel dans les Débats et que le lecteur peut consulter à l’adresse : www.lesdebats.com/"
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Camus
http://bibliodesreveurs.free.fr/biographie/biographie_camus.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L’art du lobby néocolonial autour de Camus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Villages calmes autour de Dijon ?
» les vautours tournent autour
» Forum autour des métiers des bib et du patrimoine
» infos sur autour de bebe !!! promos en cours
» Librairie en ligne et infos autour du livre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Art, culture, patrimoine-
Sauter vers: