sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Jeu 6 Sep - 9:31



Banque publique d’investissement. La CDC a pris sans appel d'offre Morgan Stanley
dirigée par René Proglio, le 15 Juin, comme conseil pour la BPI, au motif qu'elle était intervenue en 2008 pour le FSI.
Le Canard Enchaîné, 05/09/2012
www.mediapart.fr/journal/france/050912/sarkozy-hollande-l-anormale-continuite?onglet=commentaires

Les enjeux cachés du duel Moscovici-Montebourg
[Extraits] deux des plus fortes personnalités du gouvernement ont des conceptions divergentes de la politique économique à suivre.

Le projet de Banque publique d’investissement, c’est donc l’un des grands projets portés par François Hollande pendant la campagne présidentielle, qui vise, en s’adossant à des structures déjà existantes, comme le Fonds stratégique d’investissement (FSI), Oséo, CDC entreprises et peut-être la Coface, à doter la France d’une grande banque publique destinée à financer les projets industriels
C’est un projet très volontariste qui a pour ambition de pallier les carences des grandes banques privées
la BPI était donc présentée comme devant être un levier majeur pour enrayer le déclin industriel en même temps que l’envolée du chômage.

Dès la constitution du gouvernement, il était donc entendu que le pilotage de ce projet serait conduit en partage entre le ministre de l’économie, Pierre Moscovici, et celui du redressement productif, Arnaud Montebourg. Cela coulait d’autant plus de source que les deux ministères exercent une tutelle partagée sur l’Agence des participations de l’État (APE), qui supervise toutes les participations publiques
Mais par la suite, le même Arnaud Montebourg est mis sur la touche par son collègue, ainsi que par les dirigeants de l’APE qui ne l’informent pas des avancées du dossier.

Une procédure exceptionnelle, sans appel d'offres

...c'est à la va-vite, un vendredi, juste avant un week-end, que des banques sont démarchées, afin qu'elles se prononcent dès le mardi suivant sur l'un des grands projets du quinquennat, sur lequel elles n'ont au préalable jamais travaillé ni réfléchi. Ubuesque...
les quatre établissements, dont la banque Lazard, la banque Rothschild, Crédit suisse et une quatrième banque d’affaires, ont une heure chacune pour convaincre les hauts fonctionnaires devant lesquels ils planchent.

la décision sera prise par le cabinet du ministre des finances. Ce qui ne correspond pas exactement à la version officielle que donnera le 31 août Pierre Moscovici.
Pourquoi le ministre des finances prend-il ces libertés avec les faits ? Longtemps proche de Dominique Strauss-Kahn, dont le même Matthieu Pigasse a été dans le passé le collaborateur, veut-il écarter le soupçon que le choix de Lazard était largement joué à l’avance ?
l’article 6 du contrat de mission passé entre l’APE et la banque Lazard prévoit expressément que l’APE devra s’assurer que l’affaire n’est entachée d’aucun conflit d’intérêts. Alors pourquoi le cabinet du ministre du redressement productif n’est-il pas destinataire des notes de l’agence ?

en ne procédant pas à un appel d’offres classique, en veillant à ce que la procédure se déroule avec le moins de traces écrites possible, le ministère des finances et l’APE prêtent le flanc au soupçon.

Ont-ils voulu placer Arnaud Montebourg dans l’embarras ? Ou ont-ils pensé que l’intéressé mettrait son veto au choix de Matthieu Pigasse comme banquier d’affaires ? D’un phrase, c’est ce que l’intéressé a suggéré en faisant valoir qu’on ne peut pas créer une banque nouvelle en s’appuyant sur les recommandations d’une banque ancienne, engluée dans les mœurs financières qui ont conduit à la crise que l’on connaît.

L’hypothèse prend d’autant plus de crédit que, selon des indications concordantes recueillies au sein de ces directions financières de Bercy, les deux ministres n’ont pas du tout la même vision de la banque publique qu’il faut constituer.

Un premier schéma, défendu par le cabinet de Pierre Moscovici, consisterait à aller vite en rationalisant un peu les établissements financiers devant entrer dans le périmètre de la BPI (FSI, CDC Entreprises, Oséo, etc.) et en installant au-dessus une instance de coordination. La BPI serait donc moins une banque nouvelle qu’une sorte de holding de tête, mais pas véritablement intégrée. à 30 milliards d’euros d’actifs.

le ministère du redressement productif plaide pour une véritable banque de l’industrie, c’est-à-dire pour une banque intégrée, et pas pour une juxtaposition de structures qui existent déjà. Ensuite, il aimerait que la nouvelle banque soit réellement une banque de service public, n’ayant que l’intérêt général comme ligne conductrice, et pas le souci permanent des commissions et retour sur investissement dont sont si friandes les grandes banques privées et qui siphonnent les trésoreries des PME au lieu de les reconstituer. D’où d’ailleurs l’agacement du ministère de voir Matthieu Pigasse faire irruption dans ce dossier.
S’il s’agit d’imposer une logique de service public et non pas une logique de marché – sinon d’influence ou de connivence –, ce n’est évidemment pas le conseil adéquat.

Et puis surtout, Arnaud Montebourg souhaite que la force de frappe de la nouvelle banque soit non pas de 30 milliards d’euros mais de… 200 milliards ! L’argument est le suivant : mettre une somme sous-calibrée dans un contexte de crise économique, et alors que les banques privées se désengagent du financement de l’économie, serait vain. Il est donc urgent d'afficher une plus grande ambition. D’autant qu’il existe de nombreux gisements inexploités, si une politique fiscale adéquate est mise en place : l’assurance-vie, pour ne parler que d’elle, a ainsi des encours qui dépassent 1 600 milliards d’euros, dont seulement 4 % viennent financer l’économie française et à peine 1 % les PME.

Pour l’heure, l’Élysée temporise et fait mine de croire que l’affaire n’est pas importante. François Hollande devra pourtant arbitrer d’un jour à l’autre.
Mieux vaut un débat libre et serein, devant les citoyens – le gouvernement Jospin en a connu de nombreux – qu’une fausse caporalisation, avec en arrière-fond de petites intrigues et des coups tordus…
www.mediapart.fr/journal/economie/030912/les-enjeux-caches-du-duel-moscovici-montebourg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Jeu 13 Sep - 22:29



Michelin lance un vélo électrique "made in China"

Vendu 1.400 euros environ, pour l'heure uniquement sur Internet, l'engin a été développé à Clermont-Ferrand, mais il est fabriqué et assemblé sur le sol chinois par son partenaire Impex, filiale de la Caisse des dépôts et consignations.

Pliable, doté de pneus quasiment increvables (renforcés par une bande d'aramide, utilisée pour les gilets pare-balles), ce vélo affiche une autonomie minimale de 45 km
www.lepoint.fr/auto-addict/innovations/michelin-un-velo-electrique-made-in-china-13-09-2012-1505772_652.php
www.parismatch.com/Actu-Match/Economie/Depeches/Michelin-lance-un-velo-electrique-429979/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Mer 6 Fév - 22:47

Association de malfaiteurs Suspect


La Caisse des dépôts et EDF s'affrontent autour d'une filiale de Total

Argumentaires affutés, lobbyistes en campagne, rumeurs de pressions en tous genres la bataille pour la prise de TIGF (Transport Infrastructures Gaz de France), filiale de transport et de stockage de gaz de Total, située dans le sud-ouest de la France, entre dans sa dernière ligne droite.

C'est lundi 4 février 2013 qu'expire le délai pour le dépôt des offres de reprise. Ensuite, l'affaire pourrait se conclure très vite.

'A priori, avant le 13 février, date de présentation des résultats annuels de Total', pronostique un connaisseur du processus, en rappelant que depuis l'annonce officielle par Total du projet de cession de sa filiale, à l'automne, les 460 salariés de TIGF vivent une situation inconfortable.

Si depuis octobre, sept consortiums associant des opérateurs industriels et des investisseurs financiers ont manifesté l'intention de déposer une offre, la plupart ont jeté l'éponge.
Avec ces défections, la cession vire au duel entre les deux dernières équipes en lice. Caisse des dépôts et consignations (CDC), via sa filiale CDC Infrastructure, associé à l'opérateur gazier belge Fluxys d'une part ; le transporteur gazier italien SNAM, le fonds souverain singapourien GIC et EDF d'autre part.

'ADN PUBLIC' COMMUN

Le tandem CDC-Fluxys est soutenu par toute l'assurance-vie française (le géant de l'assurance Axa via son fonds d'infrastructures, Crédit agricole assurances et la CNP) et par deux partenaires étrangers (le fonds de pension néerlandais PGGM et le fonds souverain d'Abou Dhabi (Adia).

Si les parts au sein du consortium sont tenues secrètes, le camp français est, selon nos sources, majoritaire. La part de l'opérateur Fluxys s'établit quant à elle autour de 20%-25%.

Engagée très tôt dans la bataille, la Caisse des dépôts - qui possède déjà 25 % de l'autre réseau français de gaz GRT Gaz - y a vu l'occasion de promouvoir son positionnement d'investisseur de long terme, une caractéristique plutôt rare et recherchée (...)
www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/02/la-caisse-des-depots-et-edf-s-affrontent-autour-d-une-filiale-de-total_1826196_3234.html

Le transport du gaz en France

Pourquoi donc y a-t-il cession ? Y aurait-il magouille sous roche ? Question

La cession de TIGF, qui pourrait rapporter de deux à trois milliards d'euros à Total, suscite l’inquiétude.
La perspective de la cession a suscité depuis le mois d'août 2012 de fortes inquiétudes chez les syndicats et les élus locaux. Les syndicats, opposés à toute cession, ont déjà observé quatre mouvements de grève depuis le début du mois d'août.
TIGF emploie directement près de 500 salariés et exploite 14% du réseau français de gazoducs. La filiale de Total assure aussi 13% du transit des volumes de gaz nationaux et dispose de 22% des capacités françaises de stockage de gaz.
http://aquitaine.france3.fr/2012/10/16/pau-total-confirme-qu-il-va-ceder-sa-filiale-gaziere-tigf-121527.html

Effectivement ! Exclamation
La vente résulte d’une « stratégie » imposée par l’Union européenne, et facilitée par le 'ministre des autoroutes' Borloo*. La Caisse de dépôt et consignations est évoquée comme futur acteur de la transaction... pouvant servir d’ « intermédiaire » bien utile…

Le réseau de transport de gaz de Total bientôt aux mains de Goldman Sachs ?

La perspective d’une cession de leur entreprise à un fonds d’investissement inquiète fortement les salariés. On peut d’autant mieux les comprendre que le nom de la trop célèbre banque Goldman Sachs est évoquée, établissement financier qui a tout de même tendance ces derniers à « tremper » dans de bien étranges affaires.

Or, le monde étant parfois petit, on peut noter avec stupeur – voire avec effroi – que par un arrêté de Jean-Louis Borloo, alors ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, en date du 19 janvier 2010, la société Goldman Sachs International (GSI), dont le siège social est situé Peterborough Court, 133 Fleet Street, EC4A 2BB, Londres (Royaume-Uni) … a été autorisée à exercer l’activité de fourniture de gaz sur le territoire français pour approvisionner la catégorie de clients suivante : les fournisseurs de gaz naturel.

21/09/2012
http://globalpresse.wordpress.com/2012/09/21/tigf-le-reseau-de-transport-de-gaz-de-total-bientot-aux-mains-de-goldman-sachs/
*http://sarko-verdose.bbactif.com/t371-jean-louis-borloo-ministre-des-autoroutes


Privatisée par Balladur
Créée en 1924, Total est une entreprise pétrolière française faisant partie des "supermajors", qui a été cédée au privé en 1993 par Édouard Balladur. En 2010 ses bénéfices se sont élevés à 10 milliards d’euros. Bénéficiant du régime fiscal du bénéfice mondial consolidé (BMC), elle n'a payé aucun impôt sur les sociétés en France en 2009 et 2010.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Total_%28entreprise%29

TIGF développe les liaisons franco-espagnoles
Le 17 octobre 2011
www.laviedesreseaux.fr/Consultez-nos-themes-reseaux/Gaz/TIGF-developpe-les-liaisons-franco-espagnoles
www.tigf.fr/nos-offres/transport.html


Le réseau TIGF
http://tetra.tigf.fr/SBT/img/carte_france_fr.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Jeu 28 Fév - 13:27


Un petit pois à la place du cerveau (et la mort de la langue française) : l'avenir !

Promotion du capitalisme à l'école
Aisne. Le rectorat, la Caisse des dépôts et l'association « Entreprendre Pour Apprendre » se mobilisent.

Une convention les associant a été signée pour développer l'esprit d'entreprendre chez les jeunes, par le biais de la création et l'animation de mini-entreprises et de Yep (young entreprise projet) en établissement scolaire.
Le « YEP » est pour sa part un programme spécifique pour les étudiants de l'enseignement supérieur. Il offre une expérience plus approfondie, avec la réalisation d'un business plan préparatoire à la création de l'entreprise.
Le concept n'est pas nouveau et a déjà porté ses fruits. Ainsi, dans l'académie, pour l'année 2012-2013, 92 mini-entreprises ont été créées, 46 en collège et 34 en lycée, mobilisant quelque 1 221 élèves.
Ces créations, composées chaque fois de 10 à 20 jeunes, se font soit dès la classe de 4e, soit en structure d'insertion ou centre de formation.


Une expérience concrète

L'idée d'une entreprise trouvée, les jeunes créent leur structure, ouvrent un compte bancaire et se répartissent les différentes responsabilités. Ils produisent ensuite leur marchandise ou service, le commercialisent, communiquent et gèrent ainsi réellement avec une obligation de résultat. Ces expériences leur apportent une connaissance concrète du monde économique et sont indéniablement un atout de tout premier ordre pour ces jeunes. Ils font ainsi en effet l'acquisition de capacités de travail en équipe, mais de prises de décision motivées par leurs responsabilités respectives.
L'expérience prouve en outre que les jeunes, ayant participé à cette expérience, sont plus créatifs, plus confiants et davantage prêts à entreprendre avec de surcroît un taux de réussite supérieur à la moyenne.


Apprentissage du professionnalisme

À l'occasion de la signature de cette convention, Bernard Beignier, recteur, a rappelé que la valeur ajoutée de ce programme résidait dans la coopération des enseignants et des entrepreneurs avec les jeunes. En effet, pour les accompagner et les conseiller, les élèves entrepreneurs sont encadrés par leurs professeurs et des intervenants extérieurs. « Cette relation école-entreprise est nouvelle, originale, elle apprend aux jeunes à gérer un projet avec tout le professionnalisme nécessaire. »
Dans l'Aisne, vingt-cinq mini-entreprises ont été créées cette année sur l'ensemble du département : à Beaurevoir, Belleu, Bohain, Coucy-le-Château, Crécy-sur-Serre, Guise, Laon, Le Nouvion-en-Thiérache, Soissons, Saint-Quentin, Château-Thierry, Fontaine-lès-Vervins, et Moy-de-l'Aisne. Quinze en collège, 6 en lycée, 3 en initiative emploi et 1 en CFA. Des mini-entreprises dans des secteurs très diversifiés (création de bijoux, vêtements, décoration, chauffage, art de la table) qui rassemblent plus de 400 élèves.
www.aisnenouvelle.fr/article/region/education-promouvoir-lesprit-dentreprendre


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Ven 8 Mar - 15:40



Corruption en Essonne : un maire UMP et le groupe Icade soupçonnés

Selon un document obtenu par Mediapart, le groupe immobilier Icade, filiale de la Caisse des dépôts, s’est engagé à payer deux millions d’euros à des intermédiaires liés à la municipalité UMP de Vigneux pour obtenir les terrains d’un stade communal.
Embarrassé, Icade conteste avoir donné suite. Selon un témoin, les intermédiaires ont accompagné à plusieurs reprises le maire Serge Poinsot et son directeur de cabinet au Luxembourg, où une somme de 250.000 euros leur aurait été remise.
www.mediapart.fr/journal/france/060313/corruption-en-essonne-un-maire-ump-et-le-groupe-icade-soupconnes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Mar 30 Avr - 15:12


L'État français saisit (discrètement) le Fonds de Réserve des Retraites

Selon cet article de Financial News*, le Fonds de Réserve des Retraites a été intégralement versé au crédit de la CADES et continuera de gérer cet argent, de loin, en tant que tierce partie, pour la CADES. Ce qui fait tout de même 36 milliards d'euros qui disparaissent du FRR pour venir boucher une partie d'un trou.

En gros, on utilise des fonds destinés à la gestion de long terme pour remplir des gros trous et des gentils déficits de court terme. Ça ressemble à s'y méprendre à la récente ponction par le gouvernement irlandais des 24 milliards d'euros du National Pension Reserve Fund pour alimenter le programme budgétaire courant.

Tout ceci, dans la plus parfaite opacité (s'pa, m'sieur Baroin) que la presse s'est d'ailleurs entretenue à conserver.

L'étape suivante, pendant que l'écart des taux entre le Bund allemand et les Bons français ne cesse de grossir, c'est probablement les petits sommes rondelettes mises de côté par le citoyen lambda sur ses comptes épargnes, livret A et compagnie.

Évidemment, ce ne sera pas présenté comme ça.
En tout cas, soyez rassurés : tout va bien.
http://h16free.com/2010/11/29/5850-letat-francais-saisit-discretement-le-fonds-de-reserve-des-retraites
* http://www.efinancialnews.com/story/2010-11-29/france-seizes-euro-36bn-of-pension-assets



Caisse d'Amortissement de la Dette Sociale (CADES)
La CADES est un organisme gouvernemental français créée par l'ordonnance n° 96-50 du 24 janvier 1996, et dépendant de cinq ministères de tutelles (Économie, Comptes publics, et les trois ministères chargés des trois branches de la Sécurité sociale, Santé, Travail, Vieillesse). Elle s'est vu transférer le montant de la dette sociale avec pour mission de la rembourser d'ici à 2025. Sa principale ressource est la perception de la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), ainsi que d'une partie de la Contribution sociale généralisée (CSG).
Le terme « dette sociale » fait référence au déficit accumulé par le régime général de la protection sociale à la date de promulgation de l'ordonnance créant la CRDS. Elle fait partie de la dette publique française au sens du traité de Maastricht, aux côtés de la dette négociable de l'État gérée par le Trésor et de la dette des collectivités locales.
Au total, la CADES a depuis l'origine repris 189,6 milliards d'euros de dette de la Sécurité sociale, et en a amorti 53 milliards au 30 juin 2011
http://fr.wikipedia.org/wiki/Caisse_d%27amortissement_de_la_dette_sociale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Ven 10 Mai - 19:45


Mémorial de l'abolition de l'esclavage à Nantes

90 millions de Francs-Or = + de 21 milliards d'euros, ou plus exactement 21.685.135.171,48 euros

Abolition de l'esclavage : le Cran assigne la Caisse des Dépôts et Consignations
En ce jour de commémoration de l'abolition de l'esclavage, l'organisation reproche à la Caisse des dépôts d'avoir bénéficié de l'esclavage.

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a annoncé vendredi, à l'occasion de la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage, qu'il assignait en justice la Caisse des dépôts (CDC), lui reprochant d'avoir profité de la traite négrière.

"Un crime contre l'humanité"

"La CDC est complice d'un crime contre l'humanité", a déclaré Louis-Georges Tin, président du Cran, qui assigne la CDC et deux de ses filiales devant le tribunal de grande instance (TGI) de Paris, parce que la banque a encaissé les sommes versées par Haïti en contrepartie de son indépendance*.

La banque s'était chargée de recueillir les indemnités versées par les anciens esclaves haïtiens, pour le compte de l’État français. Quelque 90 millions de francs-or sont ainsi payés, prix de leur indépendance.

"Les réparations sont le véritable enjeu de ce 10 mai 2013. Sollicité par le Cran et par une délégation associative le 8 octobre 2012, Jean-Marc Ayrault s'était engagé à mettre en place une politique de réparation, dont le contenu devait être précisé à l'occasion d'une réunion interministérielle, qui devait se tenir avant le 8 novembre 2012, indique l'organisation dans un communiqué. Malheureusement, depuis lors, Matignon a refusé tout dialogue sur ce sujet. En outre, le premier ministre a refusé de soutenir une enquête qui aurait permis de retracer les flux financiers issus de la traite négrière." [...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20130510.OBS8593/abolition-de-l-esclavage-le-cran-assignerait-la-caisse-des-depots.html

*HAÏTI : Mais pourquoi sont-ils si pauvres ? Question
http://sarko-verdose.bbactif.com/t314-special-haiti-mais-pourquoi-sont-ils-si-pauvres

Le jésuite se fait complice de la Caisse des Dépôts et Consignations... Aussi cynique et sans vergogne que Sarkozy !
François Hollande parle d'"impossible réparation" de l'esclavage

Évoquant "l'impossible réparation" de la traite négrière, François Hollande a cité le poète antillais Aimé Césaire, dont on célèbre cette année le centième anniversaire de la naissance. [!]

François Hollande a souligné vendredi "l'impossible réparation" des ravages de l'esclavage, "outrage fait par la France à la France", à l'occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions.

Cette question a été ravivée par le Conseil représentatif des associations noires (Cran), une association qui poursuit la Caisse des dépôts en justice pour avoir, selon elle, tiré profit de l'esclavage en recueillant notamment la "rançon" imposée à Haïti pour son indépendance.

"'Il y aurait une note à payer et ensuite ce serait fini ? Non, ce ne sera jamais réglé'", a dit le président français, en écho à cette figure de la vie martiniquaise, célébrée au Panthéon, non loin des jardins du Luxembourg où se tenait la cérémonie.

"L'histoire ne s'efface pas. On ne la gomme pas", a-t-il ajouté. "Elle ne peut faire l'objet de transactions au terme d'une comptabilité qui serait en tous points impossible à établir. Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, le plus responsable, c'est celui de la mémoire, c'est la vigilance, c'est la transmission."

Le président du Cran a critiqué ces déclarations.

"Tout crime appelle réparation, et quand on refuse la réparation, c'est qu'on refuse qu'il y ait eu véritablement crime. Il faut une réparation globale : morale, culturelle, financière, symbolique, matérielle", a dit Louis-Georges Tin à des journalistes.

"Ce chemin de justice doit être ouvert", a-t-il ajouté, reprochant au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dont des conseillers avaient reçu des membres de son association en octobre, de ne "pas avoir tenu parole". [...]
http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130510.REU3784/francois-hollande-parle-d-impossible-reparation-de-l-esclavage.html
Ayrault menteur et lâche, comme son petit maître...

"Hollande nous explique que l'intervention française au Mali serait une façon de rembourser la dette de la France envers l'Afrique." Répugnant !
http://fr.news.yahoo.com/françois-hollande-parle-d-impossible-réparation-lesclavage-124457080.html

UMP et PS, main dans la main, comme au parlement européen :
Jean-François Copé, président de l'UMP, a affirmé vendredi 10 mai sur RTL qu'il était "compliqué de parler d'indemnisation matérielle" de l'esclavage alors que "tant de siècles ont passé". Rolling Eyes

10 mai 2013. Des membres de la Brigade-antinegrophobie Collectif-antinegrophobie sont retenus au commissariat du 5eme arrondissement de Paris pour avoir porté un T-shirt Antinégrophobie au jardin du Luxembourg en cette journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage.
COMMISSARIAT DU 5e arrt 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève, M°ligne 10, station MAUBERT-MUTUALITE, tel. 01 44 41 51 00.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Sam 16 Nov - 21:42


© Radio France - Cécilia Arbona

La Cité du cinéma de Luc Besson dans le collimateur de la justice
Une note confidentielle de la Cour des comptes critique le curieux financement public de ce projet privé. La justice a été saisie.

"Le financement public de la Cité du cinéma, décidé par quelques hauts responsables publics (...) a été effectué pour permettre l'aboutissement du projet qu'une société privée portait pour son bénéfice, le caractère général du projet restant à démontrer", selon la note publiée par Le Parisien.

"Les conditions de financement de montage et de financement de l'opération (...) sont susceptibles de caractériser le délit de détournement de fonds publics et de recel de ce délit", peut-on lire.

Ce petit Hollywood avec vue sur Seine a nécessité quelque 170 millions d'euros d'investissements et l'implication des pouvoirs publics par le biais de la Caisse des dépôts.
http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/la-cite-du-cinema-dans-le-collimateur-de-la-justice-16-11-2013-3321381.php
http://www.franceinfo.fr/cinema/le-plus-france-info/moteur-pour-la-cite-du-cinema-de-luc-besson-731403-2012-09-10


EuropaCorp investi par la Sarkozy bande
http://sarko-verdose.bbactif.com/t417-europacorp-investi-par-la-sarkozy-bande-le-reve-de-luc-besson-vire-au-cauchemar

La Caisse des dépôts se réorganise pour être plus "moderne" Rolling Eyes 
Sans définir d'horizon précis pour son plan, la CDC, bras financier de l’État, souhaite donner la priorité aux domaines de la transition énergétique et écologique, du logement, du numérique, notamment l'équipement du territoire, et des infrastructures et du tourisme, "priorité pour notre groupe et pour le développement économique de notre pays", selon M. Jouyet.
http://www.lamontagne.fr/france-monde/actualites/economie-politique/eco-finances/2013/11/15/la-caisse-des-depots-se-reorganise-pour-etre-plus-moderne_1765729.html

Plus honnête et plus utile aux contribuables, ce serait encore mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Mar 6 Mai - 17:18



Logement social : la Caisse des dépôts poursuit Mediapart
Par Laurent Mauduit

Filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), la Société nationale immobilière (SNI), ainsi que son président, André Yché, ont décidé d’engager des poursuites en diffamation contre Mediapart. Selon nos informations, Jean-Pierre Jouyet a donné son aval au déclenchement de cette procédure qui, par son ampleur, constitue une mise en cause du droit à l’information.

La plainte ne vise pas en effet un article en particulier mais presque toutes les enquêtes que j’ai réalisées au cours de ces derniers mois et qui ont été mises en ligne sur Mediapart. Les articles qui sont jugés diffamatoires sont en effet pêle-mêle les suivants :

   --Le logement social dans le piège des mondanités et de l’affairisme
   --Vers une privatisation du n°1 du logement social
   --Caisse des dépôts et SNI : le scandale Yché
   --Jean-Pierre Jouyet pousse la Caisse des dépôts dans la crise
   --Logement social : encore une embauche controversée à la CDC
   --Logement social : sous le scandale de la SNI, celui de la Sagi

Or, dans ces enquêtes, Mediapart avait apporté de nombreuses révélations. À titre d’illustration, j’avais ainsi révélé dans l’un de ces articles la cooptation par la SNI de Thomas Le Drian, le fils du ministre socialiste de la défense. Et cette information avait eu un très large écho : elle avait été non seulement reprise très largement par toute la presse écrite et audiovisuelle, mais aussi elle avait attisé une vive polémique entre le gouvernement et la droite.

À titre d’illustration toujours, dans l’une de ces enquêtes, j’avais aussi révélé le contenu d’un rapport secret de la Cour des comptes sur la SNI, rapport dans lequel figuraient de très vives critiques sur l’opération conduite par cette société à l’occasion de la cession des 32.000 logements de la société Icade, autre filiale de la Caisse des dépôts. Or, ce rapport de la Cour des comptes était très attendu par de nombreuses municipalités – dont des municipalités socialistes- qui avaient émis, elles aussi, de très vives critiques contre cette opération, qui a donné lieu au versement de commissions exorbitantes.

Pour ces raisons, nous avons donc la conviction d’avoir fait honnêtement et rigoureusement notre travail, en publiant des informations d’intérêt public. C’est ce que nous démontrerons lors de l’audience, avec notre conseil Me Pascal Beauvais : nous établirons la véracité des faits que nous avons révélés en même temps que la bonne foi et le sérieux de nos enquêtes. Et c’est aussi la raison pour laquelle nous voyons dans cette procédure, qui vise un nombre exceptionnellement élevé d’articles, une forme d’intimidation.

Cette plainte, qui vise Edwy Plenel en sa qualité de directeur de la publication, et moi-même en ma qualité d’auteur des enquêtes, présente aussi une autre caractéristique. Déposée non seulement par André Yché, président de la SNI, mais aussi par la SNI comme personne morale, elle peut aussi être lue comme une plainte... de la direction de la Caisse des dépôts. Car il coule de source qu'André Yché ne prendrait pas la responsabilité, seul, d'engager la société SNI dans une telle confrontation, sans l'aval de ses mandants. Non seulement, cela coule de source... mais c'est aussi ce dont j'ai obtenu confirmation: avant de partir à l’Élysée, comme secrétaire général, Jean-Pierre Jouyet, qui a aussi été secrétaire d’État sous Nicolas Sarkozy, a donné son aval à cette action en justice contre le droit à l'information.

C’est en quelque sorte le legs de Jean-Pierre Jouyet à Pierre-René Lemas, son probable successeur, par SNI interposée : une attaque en crabe mettant en cause la liberté d’investigation de la presse et le droit à l’information.
6 mai 2014
http://bit.ly/1nkYeof
https://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_nationale_immobili%C3%A8re
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Sam 6 Sep - 15:26



La Caisse des dépôts tente de mettre au pas la CGT

Une élue CGT est la cible de la direction juridique et sociale de la Caisse des dépôts qui tente de la licencier. Une procédure qui relève de l’acharnement syndical, selon l’ensemble des structures CGT de la Caisse des dépôts. Récit.

La direction juridique et sociale du groupe Egis (groupe de conseil et d’ingénierie dans les domaines des transports, de la ville, du bâtiment, de l’industrie, de l’eau, de l’environnement et de l’énergie), dont le métier est de connaître et d’appliquer les règles sociales et le code du travail, a essuyé le refus cinglant de l’inspection du travail de licencier pour insuffisance professionnelle une représentante du personnel CGT parce que, selon la décision de l’inspection du travail, la direction juridique et sociale n’a pas respecté les règles du code du travail.

Or, cette dernière a décidé de s’acharner contre l’élue CGT, puisque la direction juridique vient d’entamer une nouvelle procédure de licenciement à son encontre. « Sous couvert d’une prétendue incompétence professionnelle de la part de la représentante du personnel, la direction juridique vise en réalité à attaquer nos représentants CGT pour tenter de mettre au pas notre syndicat, » soulève dans un communiqué l’union des syndicats CGT du groupe Caisse des dépôts.

Les représentants CGT de l’ensemble des structures de la Caisse des dépôts demandent non seulement « l’arrêt immédiat de la nouvelle procédure de licenciement contre la représentante du personnel, tout autant injustifiée que la première », mais également « la démission de la direction juridique et sociale pour son insuffisance professionnelle qui semble maintenant avérée. »

Voir le dossier Syndicalistes... pas voyous !
http://www.cgt.fr/La-Caisse-des-Depots-tente-de.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Sam 6 Sep - 15:33


zoomer
Le groupe CDC en France


zoomer
et dans le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Dim 30 Nov - 16:56



Alain Bauer a profité de contrats de complaisance à la Caisse des dépôts

Alain Bauer a profité de contrats de complaisance à la Caisse des dépôts, sous la direction générale d'Augustin de Romanet puis de Jean-Pierre Jouyet. Un contrat annuel de 200 000 euros portait sur les questions de sécurité. Plusieurs milliers d'exemplaires du guide gastronomique Champérard, contrôlé à 50 % par le criminologue, ont aussi été achetés par la Caisse.

C’est une nouvelle en apparence microcosmique mais qui en dit long sur les intrigues, les jeux d’influence et les passe-droits qui se nouent parfois dans les coulisses du pouvoir : ami intime de l'actuel Premier ministre et ancien grand maître du Grand Orient de France, Alain Bauer, qui use de sa qualité de professeur en criminologie pour décrocher des missions de conseil en sécurité auprès des grandes entreprises, a bénéficié de contrats et d’avantages secrets auprès de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), du temps où celle-ci avait pour directeur général Augustin de Romanet, puis à nouveau sous Jean-Pierre Jouyet.
http://www.mediapart.fr/journal/france/281114/alain-bauer-profite-de-contrats-de-complaisance-la-caisse-des-depots

Alain Bauer s’est également lié d'amitié avec le tandem Valls-Fouks durant leurs années communes à Tolbiac. Parrain du second fils de Valls et ex-employeur de sa première épouse, Bauer est généralement présenté comme un expert sécuritaire sans que les ramifications de ce statut social ne soient jamais réellement explorées. Ancien grand maître du Grand Orient, l’homme n’a jamais caché son appartenance à la franc-maçonnerie ou son étroite proximité -corollaire- avec le monde de la police. Pour sa part, Valls a été franc-maçon de 1989 à 2002 au sein d’une loge du Grand Orient dénommée « Ni Dieu ni maître ».
http://www.panamza.com/11092013-valls-engagement-absolu-israel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Dim 15 Fév - 4:41


Nouveau scandale à la CdC !
Les bonus cachés d'une filiale de la Caisse des dépôts

Un plan d’intéressement mis en place par la Caisse des dépôts et consignations, via l’attribution gratuite d’actions aux salariés d’une ancienne filiale de la Caisse, CDC Entreprises, a rapporté 8,3 millions d’euros au titre des exercices 2009 à 2013 à 60 salariés.

Fait sans précédent dans une société publique, 7 millions d'euros d'actions gratuites ont été discrètement distribués au sein de CDC Entreprises, filiale de la Caisse des dépôts, entre 2007 et 2012. Ce système de rémunération, auquel s'intéresse la Cour des comptes dans son prochain rapport, a été mis au point par l'ancien patron de la société, Jérôme Gallot, lui-même... magistrat financier !

Les dix principaux bénéficiaires du dispositif ont perçu chacun entre 328.050 et 567.000 euros de dividendes, entre 2009 et 2012, en plus de leur rémunération fixe.

Ce mécanisme a pris fin avec la création de Bpifrance mais la Caisse a alors racheté les actions gratuites encore détenues par les salariés pour un montant total de 7,2 millions d’euros.

La Cour de discipline budgétaire et financière a été saisie par le procureur général de la Cour des comptes.

http://www.leprogres.fr/economie/2015/02/12/les-derives-de-la-caisse-des-depots
http://www.humanite.fr/cour-des-comptes-la-rigueur-passe-en-mode-local-565470
http://www.boursorama.com/forum-cac-40-scandale-financier-a-la-cdc-entreprises-435499612-1

http://www.mediapart.fr/journal/france/020215/les-bonus-caches-dune-filiale-de-la-caisse-des-depots
http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/france-une-cour-saisie-sur-les-actions-gratuites-cdc-entreprises-1030839.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Dim 15 Fév - 4:57



Quand l’argent de vos cotisations retraite accélère le réchauffement climatique

Le Fonds de réserve des retraites hébergé par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) investit dans des secteurs très polluants et des entreprises controversées : Total, Shell, Gazprom, Monsanto, ou même à l'industrie du tabac !
Le Fonds de réserve des retraites sera la cible d’une campagne de mobilisation animée par le mouvement écologiste 350.org.
Objectif : que les institutions financières retirent leurs investissements des secteurs qui contribuent fortement au changement climatique.

13 février 2015
http://www.bastamag.net/Quand-l-argent-de-vos-cotisations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Dim 8 Nov - 21:17



Calèches du Mont Saint-Michel. La CDC condamnée avec Transdev

Le tribunal de commerce de Paris vient de condamner Transdev (un groupe qui appartient à Veolia et à la Caisse des Dépôts et Consignations) à payer un million d'euros à Norbert Coulon, éleveur de chevaux de trait de la Manche.

Transdev, qui transporte les visiteurs au Mont-Saint-Michel, avait mis en place des navettes hippomobiles. Tirées par les chevaux de trait de Norbert Coulon, elles étaient conduites par des cochers recrutés et formés par Transdev.

Des cochers « pas assez et mal formés », affirme Norbert Coulon qui alerte Transdev. En décembre 2013, il rapatrie les chevaux chez lui à Saint-Malo-de-la-Lande. Les navettes hippomobiles restent « à quai ».

Estimant que Norbert  Coulon n'avait pas respecté les termes du contrat qui les liait pour 10 ans, Transdev avait porté l'affaire devant le tribunal de commerce de Paris.

Ce tribunal donne raison à l'éleveur de chevaux. Transdev n'a pas « correctement formé les cochers de manière à assurer la sécurité des personnes et la sauvegarde des chevaux. [..] ».

1er juillet 2014
http://www.ouest-france.fr/caleches-du-mont-saint-michel-la-justice-donne-raison-leleveur-2665244
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   Jeu 27 Oct - 1:24



L'enquête sur des contrats d'Alain Bauer n'a pas empêché Valls de l'élever au grade de commandeur de la légion d'honneur
Le parquet national financier a ouvert, en décembre 2014, une enquête préliminaire visant des contrats de complaisance obtenus de 2008 à 2014 par Alain Bauer auprès de la Caisse des dépôts. La justice s'est mise en branle à la suite d'un article de Mediapart révélant ces contrats incongrus.

23/06/2015
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/enquete-sur-des-contrats-d-alain-bauer_1692540.html


Alain Bauer commandeur de la Légion d'honneur
Visé par une enquête préliminaire pour des contrats de complaisance avec la Caisse des dépôts, Alain Bauer n'en a pas moins été élevé au grade de commandeur de la Légion d'honneur. Même si elle refuse de le confirmer, la chancellerie de l'ordre était réticente mais Manuel Valls, ami intime du récipiendaire, a pesé en faveur de cette promotion.
https://www.mediapart.fr/journal/france/180716/legion-d-honneur-la-promotion-contestee-d-alain-bauer?onglet=full

ALAIN BAUER OU LE RETOUR DES “CLASSES DANGEREUSES”
http://www.alterinfo.net/ALAIN-BAUER-OU-LE-RETOUR-DES-CLASSES-DANGEREUSES_a29333.html

Des sociologues, des professeurs d'université se sont opposés à la création d'une chaire en criminologie au CNAM, chaire destinée à Alain Bauer qui n'a même pas le cursus d'un enseignant de faculté.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/01/23/cnam-petitions-contre-la-creation-d-une-chaire-de-criminologie_1145571_3224.html

http://www.liberation.fr/societe/2012/11/23/echec-au-cnam-du-criminologue-alain-bauer_862670


Les passe-droit se sont apparemment imposés
http://www.hiram.be/blog/2016/04/05/cnam-master-de-criminologie-dirige-alain-bauer/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il était une fois la CDC (Confrérie de Délinquants en Col blanc)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Il était une fois le Pas de Calais libéré 2014
» Il était une fois ,une fleur
» Il était une fois le Pas de Calais libéré 2015 (Souchez)
» Il était une fois [Léonie]
» il était une fois.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: