sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Etoiles et toiles

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Dim 28 Mai - 8:22



Cannes 2017. Simone Lancelot, 100 ans et 70 festivals à son palmarès !

Née en 1917 dans une famille de petits commerçants d'Eure-et-Loir, Simone Lancelot doit ses premiers contacts avec le cinéma aux forains qui venaient présenter des films muets dans la salle de bal tenue par ses parents. Embauchée en 1934 au Montcalm, un cinéma du XVIIIe arrondissement de Paris, la jeune secrétaire y joue aussi les ouvreuses, fait le ménage, tient la caisse. Avant de finalement se mettre à la programmation.

Elle dirigera ensuite, entre autres salles, les cinémas Le Marais, près de l'Hôtel de ville, ou encore le Studio de l'Etoile, devenu aujourd'hui salle de projection pour les professionnels.
C'est elle, et non Marin Karmitz, qui a découvert les frères Taviani, lauréats avec "Padre padrone", en 1977.

Son film culte ? "Allemagne, mère blafarde", d’Helma Sanders.

http://www.lechorepublicain.fr/cherisy/loisirs/art-litterature/2014/05/24/simone-lancelot-la-palme-eurelienne-du-festival-de-cannes_11015631.html

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/a-97-ans-simone-lancelot-savoure-son-66e-festival-de-cannes-16-05-2014-3846207.php


Elle est la seule à n'avoir manqué aucune des 70 éditions du festival.
https://www.youtube.com/watch?v=jmtUbKJqM-E

Plus long témoignage en 1997
https://www.youtube.com/watch?v=2GSBswWcouA

Le Palmarès de Cannes par Le masque et la plume, ce 28 mai à 18h30
https://www.franceinter.fr/emissions/le-masque-et-la-plume/le-masque-et-la-plume-28-mai-2017



"Le Cinéma de Maman", de Martine Lancelot (2012)
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/36604_1#
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Lun 29 Mai - 0:45



70e édition du Festival de Cannes
'La Palme d'or à Ruben Östlund ? Quel manque d'audace !'

Avec ce palmarès, et notamment en donnant la Palme d'or à “The Square” de Ruben Östlund, le jury de Pedro Almodovar a fait dans la facilité... Dommage, il aurait pu couronner “120 battements par minute” de Robin Campillo ou “Une femme douce”, de Sergueï Loznitsa

On ne partira pas en vacances avec le jury de Pedro Almodóvar, avec des artistes qui ont donné le Prix du meilleur scénario à Yorgos Lanthimos pour Mise à mort du cerf sacré : l’histoire d’un ado qui se venge de l’assassinat de son père. Pas une tragédie grecque, comme veulent le croire certains, mais un petit drame biblique ridicule : œil pour œil, sang pour sang. Grotesque...

Idem pour le Prix d’interprétation féminine : dans In the fade, de Fatih Akin, Diane Kruger pleure, pleure, pleure (depuis quand les larmes donnent-elles du talent ??), avant d’appliquer, elle aussi, la loi du talion, comme Charles Bronson dans Un justicier dans la ville. Belle morale, vraiment... Une double récompense pour Lynne Ramsay et You were never really here ? Une seul aurait suffi : le Prix d’interprétation de Joaquin Phoenix. Le Prix de la mise en scène à Sofia Coppola ? Une plaisanterie quand on songe à Don Siegel, auteur de la première version, cruelle, dérangeante, des Proies (1971), avec Clint Eastwood à la place de Colin Farrell.

Quant à la Palme d’or, seule la première heure de The Square la mérite : Ruben Östlund passant son temps, dans la seconde, à souligner sentencieusement tout ce qu’il avait réussi à effleurer jusqu’àlors... Le magnifique film d’Andreï Zviaguintsev, Faute d’amour ? Prix du jury, seulement. [...]

Pierre Murat
http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2017/la-palme-d-or-a-ruben-ostlund-edito,158706.php

La Palme d'or a été attribuée à The Square du Suédois Ruben Östlund.
Prix du 70e anniversaire du Festival de Cannes : Nicole Kidman, qui n'était pas présente à la cérémonie.
Grand prix du jury : 120 Battements par minute, du Français Robin Campillo.
Prix de la mise en scène : Les Proies, de Sofia Coppola, absente aussi.
Prix d'interprétation féminine : Diane Kruger.
Prix d'interprétation masculine : Joaquin Phoenix, venu récupérer son prix... en Converse.  
Prix du jury : Loveless, d’Andreï Zviaguintsev.
Prix du scénario : deux lauréats. Mise à mort du cerf sacré, de Yorgos Lanthimos (écrit avec Efthimis Filippou) et You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay avec Joaquin Phoenix.
Palme d’or du court métrage : Xiao Chen Er Yue, de Qiu Yang. Mention spéciale pour Katto, de Teppo Airaksinen.
Caméra d’Or : Jeune femme, de Léonor Séraille.
Oeil d'or du meilleur documentaire : Agnès Varda et JR pour Visages, villages.

http://www.humanite.fr/cannes-agnes-varda-et-jr-prix-du-loeil-dor-du-meilleur-documentaire-636679
http://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/festival-de-cannes/direct-suivez-la-ceremonie-de-cloture-du-70e-festival-de-cannes_2210594.html



Trois choses à savoir sur les délibérations du jury de Cannes
Depuis les années 90, et jusqu'en 2012, c'est à la Villa Domergue, beau bâtiment art déco appartennant à la ville de Cannes et se situant dans les hauteurs, que se tenaient généralement les délibérations. Depuis 2013, celles-ci ont lieu dans un lieu tenu secret, qui change chaque année.
28/05/2017
http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2017/trois-choses-a-savoir-sur-les-deliberations-du-jury-de-cannes,158691.php


Toujours pleins de respect pour les femmes, les organisateurs, qui snobent déjà les réalisatrices, se permettent de retoucher la photo de Claudia Cardinale, comme s'ils étaient incapables de voir la beauté hors de la maigreur, alors que l'anorexie fait des ravages.
http://www.neonmag.fr/cannes-2017-claudia-cardinale-a-lhonneur-sur-laffiche-officielle-mais-fallait-il-la-retoucher-484671.html
http://www.pausecafein.fr/entertainment/festival-de-cannes-amincit-claudia-cardinal-photoshop.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Dim 2 Juil - 11:29



Cinéma de Minuit
Pause estivale ou arrêt définitif ?

C'était quand même à prévoir, c'est donc confirmé, le Cinéma de Minuit ne sera pas diffusé tout l'été, une grande première.

Treize semaines d'un cycle italien avec des films qui se rajoutaient jusqu'à n'en plus finir, c'était quand même suspect, histoire de durer jusqu'à fin juin.
Maintenant, est-ce une pause estivale ou l'arrêt définitif de l'émission ? Patrick Brion fera-t-il une annonce dans deux semaines ? Quoi qu'il en soit après les fêtes, c'est la première fois que l'émission ne serait pas diffusée pendant deux mois. Bien sûr, à suivre et à surveiller, mais c'est quand même malheureux, c'est toute une histoire de la télévision qui s'arrête. [...]

Fred
14 Juin 2017
http://cineminuit.fr.over-blog.com/2017/06/pause-estivale-ou-arret-definitif.html


Le 26 octobre prochain sortira un nouveau livre de Patrick Brion intitulé "40 ans de Cinéma de Minuit", où devrait figurer l'intégralité des 2000 films présentés dans l'émission.
http://cineminuit.fr.over-blog.com/2017/06/livre-40-ans-de-cinema-de-minuit-par-patrick-brion.html

En 2016, Delphine Ernotte-Cunci* niait les menaces sur l'émission
Même un cinéphile aussi pointu que Bertrand Tavernier reconnaît avoir découvert des films grâce au Cinéma de minuit.
Le Cinéma de minuit joue aussi un rôle important dans la préservation du patrimoine cinématographique, assure Bertrand Tavernier. « Patrick Brion achète les films plus chers que ses collègues des chaînes câblées. Ce qui permet de dégager des fonds pour leur restauration ».
http://television.telerama.fr/television/le-cinema-de-minuit-echappe-a-la-derniere-seance,138517.php

*Ex-dirigeante à France Telecom, devenue Orange. Une amie des arts !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Delphine_Ernotte

Delphine Ernotte, la “Tata flingueuse” de France Télévisions
https://www.valeursactuelles.com/politique/delphine-ernotte-la-tata-flingueuse-de-france-televisions-85659

Thalassa, 30 Millions d’amis, Envoyé spécial par Françoise Joly et Guilaine Chenu... Atteinte de jeunisme, Ernotte flingue ce qu'il y a de meilleur.
http://www.atlantico.fr/decryptage/premiers-mois-delphine-ernotte-vus-interieur-francis-telle-2570973.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Mar 4 Juil - 18:11



Gina Lollobrigida, «la plus belle femme du monde», fête ses 90 ans

Incarnation au cinéma d'Esmeralda, Pauline Borghèse, la reine de Saba..., et de son vrai nom Luigina Lollobrigida, elle est née le 4 juillet 1927 à Subiaco.
Entre 1952 et 1965 la «bella ragazza» sera la partenaire des plus grands séducteurs de sa génération : Frank Sinatra, Sean Connery, Humphrey Bogart, Marcello Mastroianni, Yul Brynner, ou encore Vittorio Gassman...
'La mer à boire'* de Renato Castellani, avec Jean-Paul Belmondo, est son film préféré.

http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/07/04/03002-20170704ARTFIG00014-gina-lollobrigida-la-plus-belle-femme-du-monde-fete-ses-90-ans.php
*https://youtu.be/B_e5HoZvkF0  cyclops

Sa filmographie
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gina_Lollobrigida#Cin.C3.A9ma

Au festival TCM Classic, en 2016
https://youtu.be/tUtFyTJWXVo

'Portrait of Gina' d'Orson Welles, en 1958
https://youtu.be/C7R5CBG5rJM

François Chalais pose quelques questions à Gina Lollobrigida la même année
https://youtu.be/QtVT982oADQ

On peut saluer aussi la longévité de Danielle Darrieux et Suzy Delair, centenaires en 2017 et 2016. Odette Laure était également née en 1917.
http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20040610.OBS0799/l-artiste-odette-laure-est-decedee.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Ven 29 Sep - 15:58

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Ven 29 Sep - 16:05


Aubervilliers;
Vente aux enchères de 50.000 objets de décors de cinéma [Vidéo]

Locatema, l'un des plus grands loueurs de décor de cinéma se sépare de tous ses meubles et accessoires avant fermeture. Certains ont été utilisés dans des films cultes comme "Léon", "La Zizanie" ou "Yves Saint Laurent". C'est une page qui se tourne. Vente mercredi 27, jeudi 28, vendredi 29 et samedi 30 septembre 2017.

http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2017/09/22/03016-20170922ARTFIG00006-decors-de-films-aux-encheres-visite-guidee-dans-l-antre-du-septieme-art.php
http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/50-000-objets-de-decors-de-cinema-vendus-aux-encheres-la-semaine-prochaine-262779


Des photos
https://www.rtbf.be/info/insolites/detail_la-societe-locatema-met-en-vente-plus-de-50-000-objets-de-decor-de-cinema?id=9708846

Clap de fin pour Locatema
La crise a eu raison de cet endroit magique, véritable caverne d'Ali Baba s'étendant sur plus de 3200 m2, près du Stade de France, à Saint-Denis.
Cest la fin d'une époque qui nous a fait rêver. Celle de l'âge d'or du cinéma français qui soignait ses décors de films, pour des reconstitutions aussi vraies que nature.
http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2014/04/03/03016-20140403ARTFIG00005-decors-de-cinema-clap-de-fin.php
Merci les banques !  Evil or Very Mad

21 septembre 2014
Cinquante ans de cinéma aux enchères
Régifilm, qui avait pour clients Jacques Tati ou Steven Spielberg, met en vente plus d’un millier de lots.
http://www.lejdd.fr/Culture/Cinema/Cinquante-ans-de-cinema-aux-encheres-688552
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Mer 8 Nov - 11:48



Harcèlement dans le cinéma français

Son entourage professionnel a dissuadé Sara Forestier de parler de sa grossesse extra-utérine et fait passer son absence du film "Bonhomme" pour une sanction de sa réaction face à l'arrogance de Nicolas Duvauchelle.
Pour clamer sa révolte contre l'injonction faite aux femmes d'"être sexy" dans le milieu audiovisuel, Sara Forestier a refusé d'être maquillée et coiffée avant l'entretien diffusé par le magazine 'Stupéfiant !', le 6 novembre 2017.
https://www.france.tv/france-2/stupefiant/saison-2/311209-femmes-dans-le-cinema-ces-obscurs-objets-du-desir.html
http://www.programme.tv/news/videos/186309-evincee-du-tournage-de-bonhomme-sara-forestier-retablit-sa-verite-video/


Interviennent au cours de l'émission
-en évocation, la réalisatrice Alice Guy, pionnière du cinéma, partie tourner aux Etats-Unis, et oubliée du cinéma français
-Iris Brey, auteure de "Sex and the series", sur la représentation du genre au cinéma
-le créateur de stoparnakcasting.org
-Antoine Sire, auteur d'"Hollywood, la cité des femmes"
-Ginette Vincendeau, historienne du cinéma
-Caroline Champetier, directrice de la photographie et réalisatrice.

Depuis 2013, certaines salles de cinéma en Suède utilisent le test de Bechdel, qui est une version plus évoluée du principe de la schtroumpfette formulé en 1991 par Katha Pollitt.
https://www.deuxiemepage.fr/2016/10/04/test-de-bechdel-tribune-cinema/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Bechdel
https://www.senscritique.com/liste/Le_Test_de_Bechdel/85999




"Madame a des envies" d'Alice Guy (1906)
https://youtu.be/j-B8_eDbRUQ  cyclops
http://information.tv5monde.com/terriennes/alice-guy-pionniere-oubliee-du-cinema-mondial-3249
http://alice-guy-jr.blogspot.fr/2014/11/


D'autres liens
https://www.doitinparis.com/fr/art-de-vivre/magazine-feminin/interview-iris-brey-realisatrice-sex-and-the-series-3001/interview-iris-brey-realisatrice-sex-and-the-series-22649
https://www.genre-ecran.net/?+-Ginette-Vincendeau-+


Sara Forestier a mis les commentateurs machistes en ébullition.
http://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/video-contre-l-injonction-a-etre-sexy-l-actrice-sara-forestier-refuse-d-etre-maquillee-sur-france-2_2455318.html
http://www.lci.fr/tele/pourquoi-je-devrais-etre-sexy-sur-des-photos-le-coup-de-gueule-de-sara-forestier-dans-stupefiant-2069685.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Dim 21 Jan - 16:04



"Ce Woody Allen-bashing prend un tour de folie"

Interrogé par franceinfo, Jack Lang a expliqué sa position : "Je ne suis pas juge pour démêler le vrai du faux mais il y a manifestement un 'Woody-bashing' qui ne date pas d'aujourd'hui. (...) Ça prend un tour violent, brutal. Il y a des pressions innombrables qui s'exercent pour ne pas diffuser ses films, pour contraindre les acteurs à se retirer des castings. J'admire l'œuvre de Woody Allen. J'ai eu le désir de dire mon amitié à quelqu'un qui se trouve dans une situation très dure, mais je n'en tire pas de conclusion sur l'affaire"

Car le réalisateur de Manhattan est aujourd'hui dans la tourmente. Dylan Farrow, sa fille adoptive, a réitéré ses accusations, dans un entretien diffusé jeudi 18 janvier par la chaîne CBS : Woody Allen l'aurait agressée sexuellement alors qu'elle n'avait que sept ans. Des propos fermement démentis, de nouveau, par le cinéaste.

Mais dans la foulée, plusieurs acteurs, dont Natalie Portman, Colin Firth ou encore Reese Witherspoon, ont fait part de leurs regrets d'avoir travaillé avec Woody Allen. Une condamnation bien trop rapide pour Jack Lang, ancien ministre de la Culture désormais président de l'Institut du monde arabe (IMA).

"Je ne suis pas seulement un ami, je suis aussi très attaché aux droits et à la présomption d'innocence. À ce jour, aucun magistrat n'a démontré que Woody aurait commis je ne sais quel acte répréhensible."

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/ce-woody-allen-bashing-prend-un-tour-de-folie-jack-lang-defend-le-realisateur-accuse-d-agression-sexuelle_2569973.html
http://www.huffingtonpost.fr/2018/01/19/jack-lang-affiche-son-soutien-a-woody-allen-accuse-dagression-sexuelle-par-dylan-farrow_a_23337930/


Mon ami Woody Allen, de passage à Paris vient de visiter à l'IMA l'exposition "Orient-express".
https://twitter.com/jack_lang/status/470879868209864704



L'acteur Javier Bardem est «choqué» par le traitement réservé à Woody Allen
L’acteur rappelle qu’il a été innocenté par la justice…
https://www.20minutes.fr/arts-stars/people/2258783-20180420-acteur-javier-bardem-choque-traitement-reserve-woody-allen
https://www.theguardian.com/film/2018/apr/19/javier-bardem-defends-woody-allen-i-am-very-shocked-by-this-treatment



https://www.babelio.com/livres/Allen-Dieu-Shakespeare-et-moi/9993

La filmographie de Woody Allen
http://www.imdb.com/name/nm0000095/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Ven 9 Mar - 20:28



Agnès Varda : une récompense de haut vol pour le cinéma marginal

La seule cinéaste féminine issue de la Nouvelle Vague a reçu un Oscar d’honneur samedi 11 novembre 2017.

Le conseil des gouverneurs de l’Académie des Arts et de Sciences du Cinéma a remis ses prix honorifiques à Los Angeles. Parmi les quatre lauréats, Agnès Varda a reçu un Oscar d’honneur, non pas pour un film mais pour l’intégralité de sa carrière. Cette petite reine dans la marge du cinéma a expliqué sa vision d’un cinéma loin du grand succès devant une salle pleine grands noms du grand écran.
https://boostyourfilm.com/fr/blog-fr/agnes-varda-une-recompense-de-haut-vol-pour-le-cinema-marginal/

Agnès Varda, en route vers les Oscars avec "Visages, villages", n'a pas été récompensée par le cinéma français
http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/comment-agnes-varda-en-route-vers-les-oscars-a-deja-conquis-le-coeur-d-hollywood-1043117.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/43e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_C%C3%A9sar




On peut revoir Les plages d'Agnès (2008) jusqu'au 13 mars 2018 sur France 2*
'bien que tourné vers le passé et vers elle-même, c’est un film formidablement vivant, généreux, ouvert, ruisselant de sève créatrice et de jeunesse'
https://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/les-plages-dagnes/
* https://www.france.tv/documentaires/art-culture/427253-les-plages-d-agnes.html


Une présentation en anglais
http://sensesofcinema.com/2014/cteq/les-plages-dagnes/

Elle s'appelle Alice Guy
France 3 a programmé à 01h05 ce 10 mars le documentaire d'Emmanuelle Gaume sur la première femme cinéaste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Mar 27 Mar - 21:44



Mort de Stéphane Audran, élégante énigme du cinéma

'Comédienne fétiche de Claude Chabrol, elle tourna également avec Luis Buñuel ou Bertrand Tavernier et fut l’inoubliable cuisinière du “Festin de Babette”… Sophistiquée, mystérieuse et suprêmement séduisante, Stéphane Audran s'est éteinte ce mardi 27 mars 2018.'

'Intelligente sans être intellectuelle, libre et libérée souvent, Stéphane Audran était toujours entourée d’un halo de mystère, d’interdit, de perversion. « Hitchcockienne », elle l’était aussi. Cachant magnifiquement son jeu, elle savait cultiver l’ambiguïté, avec une élégance synonyme de sobriété.'

Jacques Morice
http://www.telerama.fr/cinema/mort-de-stephane-audran,-elegante-enigme-du-cinema,n5548042.php


'Née le 8 novembre 1932 à Versailles d'un père médecin et d'une mère enseignante, Stéphane Audran, qui s'appelait encore Colette Suzanne Dacheville, une fois ses études secondaires achevées, devient l'élève de Charles Dullin, de Tania Balachova et de Michel Vitold, avant d'être découverte par Claude Chabrol'
http://laplumeetlimage.over-blog.com/article-stephane-audran-portrait-82351059.html

Un hommage en images.

Le 6 février 2016, elle évoquait le film Le boucher, de Claude Chabrol (1970).
https://www.youtube.com/watch?v=yBp1M1xI68o

Dans un extrait du festin de Babette, de Gabriel Axel (1987)
https://www.youtube.com/watch?v=uO6ulyXF_Fk
La bande annonce.

Stéphane Audran présente son livre Une autre façon de vivre, en 2009.
https://www.youtube.com/watch?v=Pjae_8RyE6Q

Les chaînes de télévision "bouleversent leurs programmes". Tellement qu'il n'y a pas d'hommage à Stéphane Audran sur France 2, France 3, France 4, France 5 ou FÔ (ni sur TF1, M6, C8, TMC, CSTAR, N°23...).
http://www.programme-tv.net/news/cinema/203697-mort-de-stephane-audran-les-chaines-bouleversent-leurs-programmes/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Lun 2 Avr - 0:55



Ken Loach, “oui, il y a une réelle résistance à ce qui se passe, même si les médias n’en parlent pas”
Propos recueillis par Andrea Duffour, professeure de cinéma, présidente de l’Association Suisse-Cuba, section Fribourg
[...]

AD : Ken Loach, un jour vous avez dit : “If you are not angry, what kind of person are you ?” (si vous n’êtes pas en colère, quel type de personne êtes-vous ?). Cette phrase me rappelle le Che : “Si tu trembles à la moindre injustice, tu es mon camarade.” Pouvons-nous parler un peu de cette colère ?

K.L. Vaste question. C’est sûr, si tu es un être humain et tu vois l’injustice, comment ne pas être révolté. Et si tu ne la vois pas, tu as un problème de vue. Certes, il y a différentes raisons qui nous déterminent à faire des films, mais la colère en fait décidément partie. Je suppose que ça commence par regarder autour de soi.
La “working class”, par exemple. Pas dans le sens de “gens pauvres”, mais dans le sens de toutes ces personnes qui vendent leur force de travail pour subvenir à leur besoins pour payer leur logement, leur nourriture, etc., donc la plupart d’entre nous – qualifiés ou semi-qualifiés, qui vendons notre force de travail en gagnant un salaire décent ou juste un salaire de survie. Chez nous, en Grande Bretagne, depuis l’arrivée de Mme Thatcher – donc depuis 40 ans – ces attaques contre la classe ouvrière ont engendré de plus en plus de sans-abris et de personnes exploitées, et ceci jusqu’à aujourd’hui et dans toute l’Europe. Des personnes sans sécurité d’emploi, sans heures garanties, dont on peut arrêter le travail comme on tourne un robinet. C’est ce niveau d’insécurité qui me met en colère.
L’autre aspect, c’est la base de notre société, basée sur le conflit entre ceux qui possèdent et contrôlent – ce petit groupe très puissant – et ceux qui vendent leur force de travail, à savoir l’immense majorité qui doit juste s’organiser pour se maintenir. Le grand défi historique c’est de savoir comment remplacer cette élite qui contrôle et fait fortune. Je dois dire qu’une grande partie de cette fortune se trouve dans votre pays…

… Dans nos banques qui ont refusé de transférer vers Cuba les dons de la solidarité après l’ouragan et boycottent un concert de Salsa parce que Cuba est un pays sur la liste rouge des USA…

Tout vient de ce conflit de classes : les guerres, les oppressions, l’exploitation, la violence. Tout vient de cette défense des privilèges, une bataille pour des marchés, une domination du monde. Symbolique est notre guerre illégale en Irak ou la guerre par procuration que nous menons avec Israel qui opprime la Palestine depuis 70 ans. C’est toujours ce conflit de classes à la base, cette vérité non dite que j’essaye de montrer dans mes films, les frais de ces conflits que subissent les gens ordinaires, la réalité de la pauvreté, l’oppression, du fascisme. Mais, c’est une vaste question, on ne sait pas par où commencer.

Le film, un moyen pour changer le monde ?
[...]

Quel est le message que vous souhaiteriez donner aux jeunes d’aujourd’hui ?

Nous devons stopper ceux qui détruisent notre planète, cette frénésie de privatisations. Et surtout, ne jamais nous laisser diviser mais montrer notre solidarité les uns envers les autres. À la fin, les gens se révoltent, ils résistent, c’est notre espoir, et l’espoir est dans la solidarité. Oui, il y a une réelle résistance à ce qui se passe, même si les médias n’en parlent pas.

28 mars 2018
https://www.legrandsoir.info/ken-loach-oui-il-y-a-une-reelle-resistance-a-ce-qui-se-passe-meme-si-les-medias-n-en-parlent-pas.html


Ken Loach : "Je soutiens totalement la grève des cheminots"
http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2018/03/ken-loach-je-soutiens-totalement-la-greve-des-cheminots.html
http://sarko-verdose.bbactif.com/t474-pour-un-plan-b-a-la-sncf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Lun 23 Avr - 17:22



Mercredi 04:45

Ce film d'Alexis Alexiou (2015) est visible jusqu'au 24 avril 2018 sur le site d'Arte.

'Sommé de rembourser en quelques jours son créancier, le propriétaire d’un club de jazz athénien se retrouve pris dans un engrenage infernal...
Deuxième long métrage du cinéaste Alexis Alexiou, un film noir à l’humour grinçant qui dénonce sans concession les conséquences dramatiques de la crise grecque.'
https://www.arte.tv/fr/videos/047043-000-A/mercredi-04-45/  cyclops

Des photos du film
http://www.andro.gr/empneusi/alexis-alexiou/

Interview du réalisateur
https://youtu.be/0hBJaHHFR8M
https://www.imdb.com/name/nm1397189/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Dim 29 Avr - 0:59



La Maison française de Columbia explore Jean Rouch

Pour marquer le centième anniversaire de la naissance de l’anthropologue et réalisateur Jean Rouch, la Maison française de Columbia présente deux films inédits «Monsieur Albert, Prophète» (Côte d’Ivoire, 1962-63) et «Moi fatigué debout, moi couché» (Niger, 1996-1997), le jeudi 2 mai à 17 heures.

Jean Rouch est considéré comme le père du “cinéma-vérité”. Il est particulièrement réputé pour son travail cinématographique et ethnographique au sein de plusieurs peuples africains. Sur plusieurs années, il a ainsi documenté les rituels des Dogons au Mali, dont il a tiré plusieurs courts métrages. Au total, il a signé des centaines de longs et courts métrages au quatre coins du continent noir.

L’évènement débutera par une présentation des deux films, suivie d’une discussion avec Jean-Pierre Dozon, anthropologue spécialiste de l’Afrique, Valérie Berty, docteure en littérature, Jamie Berthe, professeure à NYU, et la journaliste Catherine Ruelle. La conversation sera animée par Shanny Peer, directrice de la Maison française de Columbia.

24 avril 2018
https://frenchmorning.com/maison-francaise-de-columbia-explore-jean-rouch/


Jean Rouch
(31 mai 1917 - 18 février 2004)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Rouch

Université Columbia de New York
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Maison_fran%C3%A7aise_(Universit%C3%A9_de_Columbia)

Jean Rouch parle de son film "Les maîtres fous", de ses conditions de tournage, ainsi que de son accueil en 1957.
https://www.youtube.com/watch?v=t-lHe62jHUs

Cocorico ! Monsieur Poulet (1974)
https://www.youtube.com/watch?v=JT5r5c8PYWA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Pendant qu'Attila baragouine en anglais...   Jeu 10 Mai - 6:49



L'allusion féministe de Cate Blanchett pour son discours d'ouverture au Festival de Cannes

Cate Blanchett s'est exprimée dans un français parfait
Et débute ainsi son discours : «Mesdames... Mesdames, mesdames, mesdames et messieurs, bonsoir.» Quatre contre un, nous sommes loin de la parité. Ce n'est pas un hasard mais, au contraire, une façon ingénieuse de signifier que cette année, plus encore que les autres, la parole des femmes compte et doit être entendue.
https://www.dailymotion.com/video/x6j4ay7  cyclops

http://madame.lefigaro.fr/celebrites/discours-cate-blanchett-festival-de-cannes-ere-post-weinstein-femmes-080518-148574
http://www.lefigaro.fr/festival-de-cannes/2018/05/08/03011-20180508ARTFIG00173-cannes-2018-jour-1-cate-blanchett-reine-d-une-nouvelle-ere.php


Arte a rendu hommage à la comédienne australienne en proposant il y a quelques jours Blue Jasmine, le film qui lui a valu l’Oscar de la meilleure actrice en 2014.
https://www.arte.tv/fr/videos/075750-000-A/blue-jasmine/



Cannes 2018 : tous les films de la compétition notés par les critiques de Télérama
D'un coup d'oeil, découvrez les notes attribuées aux films de la compétition du 71e Festival de Cannes. Ce tableau sera mis à jour quotidiennement.
http://www.telerama.fr/festival-de-cannes/2018/cannes-2018-tous-les-films-de-la-competition-notes-par-nos-critiques,n5632766.php

Petit aperçu vidéo de ce que réserve le festival
https://youtu.be/HBPWVsgKQA4

Accusé d'en faire trop peu en cette ère #MeToo ouverte par le scandale Harvey Weinstein, le Festival cannois a programmé une montée des marches 100% féminine le samedi 12 mai.
http://www.lefigaro.fr/festival-de-cannes/2018/05/08/03011-20180508ARTFIG00082-festival-de-cannes-2018-les-femmes-prennent-le-pouvoir-sur-la-croisette.php

Cannes 2018 : "Everybody Knows" respecte-t-il l'égalité hommes-femmes ?
On l'a passé au test de Bechdel pour évaluer le degré de présence féminine dans les films en compétition.
Voir la vidéo : https://www.dailymotion.com/video/x6j5ur2  cyclops
https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/09/cannes-2018-everybody-knows-respecte-t-il-legalite-hommes-femmes-on-la-passe-au-test-de-bechdel_a_23425262/

Depuis 2013, certaines salles de cinéma en Suède utilisent le test de Bechdel pour coter les films qu'elles diffusent.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Bechdel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Lun 14 Mai - 7:58

Une montée des marches inédite et 100 % féminine au Festival de Cannes


82 femmes du 7e Art réclament «l'égalité salariale»

Quatre-vingt-deux est le nombre de femmes retenues en compétition pour la Palme d'or par le Festival de Cannes depuis sa première édition en 1946, contre 1.688 hommes...
Parmi elles la présidente du jury Cate Blanchett et la réalisatrice Agnès Varda.

71 réalisateurs ont reçu une Palme d’or, contre seulement 2 femmes

« Nous mettons au défi nos gouvernements et nos pouvoirs publics pour appliquer les lois sur l’égalité salariale », a déclaré la Française Agnès Varda, qui a pris la parole aux côtés de la star australienne Cate Blanchett, toute de noire vêtue.

« Nous mettons au défi nos institutions pour organiser activement la parité et la transparence dans les instances de décision. (…) Nous demandons l’équité et la réelle diversité dans nos environnements professionnels », ont-elles lu sur le tapis rouge, l’une en anglais, l’autre en français.

Elles ont également souligné que depuis sa création en 1946, 71 réalisateurs avaient reçu une Palme d’or, contre seulement deux femmes : Jane Campion, en 1993, pour La leçon de piano, ex aequo avec le Chinois Chen Kaige, et Agnès Varda elle-même, pour une Palme d’honneur en 2015. « Les femmes ne sont pas minoritaires dans le monde et pourtant notre industrie dit le contraire »

https://youtu.be/kf46DVlGr9s  cyclops

Autour de Cate Blanchett et d’Agnès Varda, figuraient Salma Hayek, Marion Cotillard, Jane Fonda, Claudia Cardinale, Julie Gayet et les membres féminins du jury. Cette marche symbolique a été organisée avant la projection des Filles du soleil, le film de la première des trois femmes en lice cette année pour la Palme d’or, la Française Eva Husson. Son film suit un bataillon de combattantes kurdes commandé par la sergente Bahar, jouée par l’Iranienne Golshifteh Farahani.

22% des films produits chaque année sont signés par des femmes

"Nous sommes réalisatrices, actrices, directrices photo...", toutes les professionnelles de l'industrie du cinéma étaient réunies pour dénoncer les inégalités entre hommes et femmes. La France n'est pas la plus mal lotie, et pourtant, une réalisatrice française est payée 42% de moins que son homologue masculin. Pour l'actrice Marion Cotillard, il est temps d'agir : "C'est quelque chose qui est ahurissant qu'on en soit encore là aujourd'hui, c'est même honteux. Il faut que ce soient les hommes et les femmes qui se battent pour ça".
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/art-culture-edition/cinema-un-homme-une-femme-un-meme-contrat_2749237.html

L'actrice Salma Hayek dénonce à son tour le comportement du producteur Harvey Weinstein, qu'elle accuse de harcèlement sexuel dans un texte très fort publié par le New York Times.
https://www.lejdd.fr/international/salma-hayek-pendant-des-annees-harvey-weinstein-fut-mon-monsre-3520625

Le site 20minutes.fr tolère le racisme anti-femmes de ses lecteurs.
https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2269803-20180512-video-festival-cannes-marches-82-femmes-7e-art-reclament-egalite-salariale

La conférence de presse de Jean-Luc Godard a eu lieu via FaceTime
https://www.sudouest.fr/2018/05/12/festival-de-cannes-la-conference-de-presse-de-jean-luc-godard-a-eu-lieu-via-facetime-5051589-4690.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Dim 27 Mai - 9:51

Misogynie, racisme, âgisme



"Noire n’est pas leur métier", le juste combat des actrices noires

Elles sont actrices, noires et déplorent que leur couleur de peau influence les rôles qu'on leur propose. Un recueil de témoignages vient de sortir. Optimiste et combatif. [Extraits]

Aujourd'hui le vase des humiliations déborde et - à l'instigation d'Aïssa Maïga - seize d'entre elles (1) ont accepté de coucher sur papier leur ras-le-bol.

Un camaïeu de noir, une variété d'âges, une diversité d'expérience que réunit l'envie de témoigner et de tendre un miroir embarrassant à la France de 2018.

Firmine Richard : Je sais que ça peut choquer mais je ne vois pas d'autres solutions pour forcer le changement. Sans les lois sur la parité, quelle serait la place des femmes en politique, par exemple ? Moi, ça ne me choque pas quand Kenneth Brannagh choisit un acteur noir pour des films d'époque en costume comme Beaucoup de bruit pour rien ou Le Crime de l'Orient express.

Aïssa Maïga : Le récit de nos épreuves et humiliations peut paraître accablant. Pourtant il n'en émane surtout pas une parole victimaire. C'est une chance pour nos consœurs d'avoir accès à ces témoignages. Comme ces femmes incroyablement fortes et fières qui s'expriment ici, elles devraient pouvoir y puiser le courage nécessaire pour continuer à se battre et triompher.

(1) Noire n'est pas mon métier, Le Seuil, 17 euros.
4 mai 2018
https://www.grazia.fr/news-et-societe/societe/noire-n-est-pas-leur-metier-886119




Harvey Weinstein a été inculpé le 25 mai pour viol et agression sexuelle

Accusé aujourd'hui par des dizaines de femmes d'agressions sexuelles, Weinstein a été inculpé pour un viol datant de mars 2013 à New York, et pour avoir forcé une autre femme à lui faire une fellation en 2004.

Huit mois après l'éclatement de l'affaire Harvey Weinstein, le producteur qui faisait la pluie et le beau temps dans l'industrie cinématographique américaine s'est donc présenté devant la police et un tribunal de New York. Libre après le paiement d'une caution, il devra néanmoins répondre d'accusations précises de viol, un crime imprescriptible, et agressions sexuelles, perpétrés au long de sa carrière.
https://fr.sputniknews.com/societe/201805251036524210-gwyneth-paltrow-braa-pitt-weinstein/
https://information.tv5monde.com/terriennes/harvey-weinstein-devant-ses-juges-inculpe-de-viol-et-d-agressions-sexuelles-239485


Bernardo Bertolucci n'a-t-il pas fait pire en filmant le viol de Maria Schneider par Marlon Brando pour son film « Le Dernier Tango à Paris » ?
"Bernardo Bertolucci pourrait-il citer une seule scène où un tel traitement est infligé à un comédien, un homme, au nom de la liberté de création ?"

À la mort de l'acctrice, en 2011, les féministes avaient réagi avec colère au choix de Libération, une façon de perpétuer l'agression subie au temps du Dernier Tango : "Maria Schneider, seins nus à la Une de Libération... Mais bien sûr ! Cette actrice connue vient de mourir, à 58 ans seulement, des suites d'une longue maladie. Quel meilleur choix donc que de la déloquer pleine page pour lui faire subir ce dernier "hommage" ? Et les médias de ressortir comme un seul homme la fameuse scène à la plaquette de beurre du "Dernier tango à Paris": il s'agit du viol par sodomie, commis par Marlon Brando, quadragénaire, sur cette jolie jeune fille de 19 ans, avec la complicité du réalisateur, Bernardo Bertolucci. Cette scène fomentée par les deux hommes ne figurait pas au scénario et Maria Schneider n'était pas prévenue, car disaient-ils, elle aurait refusé. Ses cris, ses larmes, ne sont donc PAS du cinéma. Elle en a été traumatisée. Jouissez, charognards !

Après les fesses de Simone de Beauvoir dans le Nouvel Obs, les seins de Maria Schneider dans Libé : à quand les couilles d'un "grand homme" ? Pourquoi pas les couilles de Lolo (Joffrin alors directeur de Libération, ndlr) ? Nous, féministes, en avons assez que les femmes soient ramenées à leur physique, à leur corps traité comme un objet et que la nudité des femmes soit utilisée pour vendre n’importe quoi, exposée à tout propos et à tout moment. Nous ne t'oublions pas, Maria. Vivent les femmes et les hommes féministes !"

https://information.tv5monde.com/terriennes/le-dernier-tango-paris-quand-un-viol-de-cinema-n-est-pas-une-fiction-142450

Un autre prédateur, Jean-Claude Brisseau a été condamné en 2005 à un an de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende pour harcèlement sexuel sur deux actrices lors d'auditions pour son film Choses secrètes. Avant d'être condamné en appel pour agression sexuelle sur une troisième actrice.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Brisseau#Condamnations_pour_harc%C3%A8lement_sexuel_et_agression_sexuelle


Noce blanche, de Jean-Claude Brisseau (1989)

Au cinéma, les acteurs vieillissent, mais pas leurs conquêtes

À l’occasion du Festival de Cannes, l’association Actrices et acteurs de France associés (AAFA) s’est élevée contre l’« invisibilisation » des comédiennes de plus de 50 ans dans les films français. En effet, ces dernières ne se sont vu attribuer que 6 % des rôles dans les films français en 2016, alors que les femmes de plus de 50 ans représentent un quart de la population majeure de l’Hexagone.
L’« invisibilisation » des comédiennes de plus de 50 ans est notamment due au fait que les réalisateurs préfèrent associer aux premiers rôles masculins des femmes plus jeunes.
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/culture/au-cin%c3%a9ma-les-acteurs-vieillissent-mais-pas-leurs-conqu%c3%aates/ar-AAxuDeq
https://fr.wikipedia.org/wiki/Noce_blanche


Et qu'ils n'offrent jamais un premier rôle de femme âgée en couple avec un jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Lun 10 Sep - 13:16


Avec Clara Bow, sur le tournage de Les Endiablées (1929)

Le cinéma de Dorothy Arzner
Par Bertrand Tavernier

Pour beaucoup l’hommage à Lumière consacré à Dorothy Arzner fut une révélation. Pour moi aussi, qui n’avais vu que DANCE GIRL, DANCE sur le monde du « burlesque » qui m’avait paru timide et conventionnel. Une tirade revendicatrice de Maureen O’Hara avait permis au mouvement féministe de s’emparer du film et de le surestimer. On est à des lieues de GRAIG’S WIFE, MERRILY WE GO TO HELL, ANYBODY’S WOMAN ou WORKING GIRLS.
Malheureusement, c’est l’un de ses seuls titres qui est disponible en DVD avec le banal et languissant CHRISTOPHER STRONG, pourtant écrit par sa scénariste de prédilection, Zoe Akins, que rachète partiellement l’interprétation lumineuse, élégante et totalement maîtrisée  de Katharine Hepburn  dont ce n’est que le second film et celle touchante d'Helen Chandler.

MERRILY WE GO TO HELL que l’on trouve soit dans un coffret consacré aux films Universal pre-Code soit séparément, compte en revanche parmi les meilleures réussites de Dorothy Arzner qui, comme l’écrit Antoine Royer, dans DVDClassik « aura été l’une des plus remarquables marginalités issues du giron des studios hollywoodiens durant les années 20 : en premier lieu, c’était une femme, et probablement la première réalisatrice à avoir obtenu une place de cette envergure à Hollywood. Plus encore, c’était une lesbienne, qui portait des pantalons et assumait ses amours, notamment avec la danseuse et chorégraphe Marion Morgan, dont elle partagea la vie pendant des décennies où cela ne se faisait pas encore. Et la plupart des films de Dorothy Arzner, sans pour autant être des pamphlets revendicatifs, portent ainsi en eux quelque chose de cette identité singulière, tant dans les thèmes abordés (notamment autour de la condition féminine, avec des personnages qui décident de prendre en main la direction de leur existence plutôt que de subir la pression de l’ordre social) que dans la manière de les appréhender. »

Je discuterai simplement et très légèrement « l’identité singulière » car aucun des films d’Arzner ne trahit vraiment ses préférences sexuelles (elle-même les vivait discrètement comme le rappelait Philippe Garnier) contrairement à ce que ressassent les universitaires américains. Même s’il lui arrive de dénoncer des conduites phallocratiques dans les couples, comme dans un certain nombre de mélodrames (BACK STREET de Stahl). De même que Cukor faisait attention à dissimuler son homosexualité dans ses films. On peut en effet noter l’attention que porte Arzner à ses personnages féminins – ici Sylvia Sidney qui a rarement été plus belle, plus délicate et ailleurs la sidérante Ruth Chatterton  sans oublier Rosalind Russell extraordinaire dans CRAIG’S WIFE : attention aux visages, aux costumes, aux cadrages. Mais dans MERRILY WE GO TO HELL (c’est le toast qui ponctue chaque libation de Jeremy Corbett), Fredric March est exceptionnel, tout comme John Boles dans CRAIG’S WIFE, voire Clive Brooks et surtout Paul Lukas dans ANYBODY’S WOMAN, ce qui contredisait un peu l’assertion de Garnier, selon laquelle elle sacrifiait parfois les personnages masculins.

Il y a un thème qui court à travers tous ses films : les couples mal assortis ou dysfonctionnels pour des différences de classe, de milieu, de caractère. Parfois les protagonistes surmontent ces différences, après bien des souffrances comme dans ce film, parfois non comme dans CRAIG’S WIFE. Toujours Antoine Royer : « MERRILY WE GO TO HELL (1932) est un film admirable, à de nombreux points de vue. Stimulant, troublant, émouvant, léger tout en étant empreint de gravité et de subversion, le film témoigne d’une excellence de production assez généralisée qu’il convient de souligner ici. Avec le recul conféré par quelques décennies de mélodrames plus ou moins honnêtes autour de l’alcoolisme – et parmi eux, de bien rares chefs-d’œuvre – on pourrait trouver le déroulé du film un peu attendu, somme toute prévisible. Quatre contre-arguments, au moins, invitent à modérer le constat critique. Premièrement : avant 1932, la figure de l’alcoolique n’avait que rarement été traitée en tant que telle au cinéma, si ce n’est pour donner l’occasion de scènes d’ivresse comique et/ou bagarreuse, et des ressorts dramaturgiques qui peuvent aujourd’hui paraître obligés ne l’étaient pas forcément, loin de là, à l’époque. Deuxièmement – et pour revenir à cet admirable titre – : certes, le couple central va être mis à mal par la dépendance à l’alcool de Jerry, et ce qui est attendu survient… mais peut-on finalement reprocher à un film de se tenir au programme annoncé sur son affiche ? Troisièmement, le scénario d’un film ne se limite pas, loin de là, au déroulé de son intrigue, et le film contient suffisamment de singularités périphériques, dans son approche de son sujet ou dans le traitement de ses personnages secondaires, pour attiser la curiosité. Et enfin, quatrièmement : il ne faudrait pas confondre le moyen et la fin, et MERRILY WE GO TO HELL n’est en réalité pas tant un film sur l’alcoolisme qu’une œuvre sur les obsessions individuelles et les pulsions destructrices qu’il engendre souvent. »

Le ton oscille entre la cocasserie et la gravité, la légèreté et le drame et l’action avance comme  suspendue dans un nuage d’alcool, ce qui dramatise les chutes et les faux pas. Corbett va se remettre à boire sous l’influence de son ancienne petite amie qui l’avait pourtant maltraité : « Pourquoi me considères-tu avec cette dévotion ? », lui demande-t-elle quand ils se retrouvent, « celle qu’on accorderait à un boa constrictor ». « C’est vrai, j’étais jeune et égocentrique » – «  Et maintenant ? » – « Maintenant, je suis jeune et égocentrique ». Et il va entraîner provisoirement sa femme dans sa chute. Il y a des parenthèses surprenantes : la recherche d’un baryton occupe pendant quelques scènes les déambulations d’un trio de fêtards dont March (« il n’est ni baryton ni gentleman », dit-il après avoir testé un barman vocaliste et après qu’un autre barman ait répondu « je n’autorise pas les barytons ici ») et tout à coup une réplique poignante, quand Sylvia Sidney qui vient elle aussi de boire, déclare : « Je vous donne l’état sacré du mariage moderne : on vit seul, dans des lits jumeaux avec trois Alka Seltzer le matin. » Remarquable dialogue, brillant, moderne et rapide d’Edwin Justus Mayer (March découvrant que Sidney est la fille de Prentice, le roi de la conserve : « Ah, celui qui met des objets dans une boîte que moi j’ouvre pour les en retirer »). Arzner parvient à contourner tous les clichés, nous faisant sentir la muflerie de March mais aussi sa fragilité, la souffrance. Elle maîtrise tous les changements de ton avec une grâce infinie.

ANYBODY’S WOMAN (1930) est dans la même veine et débute par un moment anthologique. [...]

20 déc 2016
http://www.tavernier.blog.sacd.fr/le-cinema-de-dorothy-arzner/


Dorothy Arzner (3 jan 1897 - 1er oct 1979)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dorothy_Arzner



Voyages à travers le cinéma français, par Bertrand Tavernier (2017)
Mes cinéastes de chevet (Grémillon, Ophuls, Decoin)
https://www.france.tv/france-5/voyage-a-travers-le-cinema-francais/voyage-a-travers-le-cinema-francais-saison-1/703987-mes-cineastes-de-chevet-premiere-partie.html
La liste des 10 épisodes de cette série documentaire
https://www.imdb.com/title/tt7570060/episodes
https://www.france.tv/france-5/voyage-a-travers-le-cinema-francais/

Mostra de Venise
Coup de gueule de Jacques Audiard sur la faible représentation des femmes dans les festivals
Le cinéaste a dénoncé, dimanche 2 septembre à Venise, l'absence de femmes à la tête des festivals de cinéma, critiquant au passage la sous-représentation féminine cette année dans la sélection de la Mostra.
Le réalisateur s'est dit "surpris" du rapport de vingt contre un parmi les cinéastes en lice pour le Lion d'Or. Sur 21 films, un seul est réalisé cette année par une femme, "The Nightingale" de Jennifer Kent.
https://www.parismatch.com/Culture/Cinema/Jacques-Audiard-son-coup-de-gueule-sur-la-faible-representation-des-femmes-dans-les-festivals-1571663
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Jeu 27 Sep - 15:31


À New York en 1956, pendant le tournage de "Marqué par la haine" de Robert Wise.

Une pensée pour Paul Newman, mort il y a dix ans

En 1998, Paul Newman a donné une partie de son cachet afin que Susan Sarandon ait le même salaire que le sien pour son rôle dans "Twilight" (L'Heure magique) de Robert Benton.
https://www.bbc.com/news/uk-43330356  cyclops
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Newman
https://www.imdb.com/name/nm0000056/
https://www.larazon.es/cultura/paul-newman-la-paridad-es-cuestion-de-huevos-CL17854655
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   Sam 13 Oct - 20:32



Mireille Balin, l’une des plus belles actrices des années 1930-1940

Vamp de l’écran, sa beauté magnifiée par le maquillage hollywoodien et son élégance parisienne en font la star la plus prisée des salles obscures. [Extraits]

Mireille Balin est née le 20 juillet 1909 à Monaco. Son père, journaliste à la Tribune de Genève, tient à lui offrir la meilleure éducation : pensionnat, cours de piano et d’équitation. Devenue une jeune fille accomplie, Mireille Balin rejoint sa famille à Paris. Elle postule pour un travail de dactylo chez le couturier très en vogue Jean Patou, qui l’embauche finalement comme mannequin de haute couture.

Lors d’un défilé, elle est remarquée par le grand cinéaste allemand Georg Wilhelm Pabst qui vient de faire avec Louise Brooks Loulou et Le Journal d’une fille perdue. C’est en 1932, dans le Don Quichotte de Pabst, que Mireille Balin apparaît pour la première fois à l’écran, dans le rôle modeste de la jeune nièce du héros.

Julien Duvivier lui offre le rôle principal féminin de son film Pépé le Moko. [...]

Elle embarque pour Hollywood après avoir signé un contrat avec la MGM. Mais arrivée sur place, elle ne fait aucun film, et revient en France très affectée par ces mois d’attente inutile.

À son retour, Mireille Balin retrouve aussitôt son statut de reine de Paris. En 1942, elle tourne Dernier Atout, premier film d’un jeune metteur en scène du nom de Jacques Becker.

À la Libération [...] Elle est jugée pour collaboration horizontale, puis libérée après quelques mois de détention. Sa carrière est irrémédiablement brisée.

Après une vaine tentative de retour au cinéma, elle tombe dans l’anonymat, l’alcoolisme et la misère. Mireille Balin meurt à 59 ans, oubliée de tous. L’association "La roue tourne", organisme d’aide aux artistes nécessiteux qui existe toujours, lui évite l’inhumation dans la fosse commune.
https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-de-dominique-besnehard/la-chronique-de-dominique-besnehard-25-fevrier-2018
http://cinevedette7.unblog.fr/210-mireille-balin-gueule-damour/

À la Libération, les femmes aux moeurs jugées trop libres, en particulier avec l'occupant, ont connu une « épuration féroce ». Mireille Balin n'a pas été tondue mais violée et battue.
Au XXIe siècle, la misogynie prend un tour plus insidieux. Elle conduit Wikipedia à afficher la liste des amours d'une actrice dans un encart spécial, chose qui ne semble pas de mise quand l'artiste est de sexe masculin.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mireille_Balin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etoiles et toiles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etoiles et toiles
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» 16e Nuit des étoiles à Corcelles-les-Monts
» Audrey et Alicia. Association "étoiles bleues"
» Nuit des étoiles
» LES ETOILES DU WALK OF FAME
» MMZ - Loin des Étoiles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Art, culture, patrimoine-
Sauter vers: