sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Sam 30 Jan - 12:53


Sarkozy et Henri Proglio, le 19 janvier à la Réunion (POOL New / Reuters)

Hausse de 20% à 30% des tarifs EDF entre 2010 et 2015

Ces projections s’inscriraient dans le cadre d’un projet présenté par EDF pour contrer la réforme en cours du marché de l’électricité, auquel le groupe est très opposé.
EDF, qui risque d’être obligé de vendre une partie de son électricité à ses concurrents, demanderait «de la visibilité sur les prix», selon Les Echos.

«Entre 20% et 30% (de hausse), nous avons tout entendu», a déclaré une source gouvernementale aux Echos.

Mais EDF et ses concurrents (GDF Suez, Poweo, Direct Energie) mettent régulièrement en avant les «lourds investissements» qu’ils ont à financer, pour faire passer le message qu’il faut augmenter les tarifs.

Les tarifs réglementés de l’électricité, qui concernent 95% des ménages français, sont fixés par décision des ministères de l’Energie et de l’Economie.

www.liberation.fr/economie/0101615565-edf-envisage-une-hausse-de-ses-tarifs-de-24-entre-2010-et-2015

Urbanisme, dispositif SRU-UH
L'amenée de l'électricité est désormais à la charge des communes,
qui peuvent se faire rembourser ensuite par les propriétaires des logements


A compter du 1er janvier 2009, l'application concomitante des lois Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) et Urbanisme et Habitat (UH), avec les dispositions des articles 4 et 18 de la loi électricité du 10 février 2000 et leurs récentes mesures réglementaires, prévoit la mise en oeuvre d'un nouveau dispositif de financement des extensions et des renforcements des réseaux électriques.
«Dès lors qu'une commune crée une voie nouvelle ou en aménage une déjà existante, elle aura à charge (avant c'était EDF) les coûts du raccordement nécessaire à l'amenée de l'électricité.»

Afin de récupérer tout ou partie de cette contribution auprès des propriétaires et bâtisseurs, le conseil municipal peut voter une PVR (participation pour voirie et réseaux) et fixer les conditions applicables à cette nouvelle réglementation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 24 Fév - 2:05



Vous avez dit pouvoir d’achat ?
Augmentation du gaz : lâcheté politique et libéralisme antisocial
Le gouvernement escamote sa responsabilité et orchestre la hausse


par Olivier Bonnet
lundi 22 février 2010

Les prix du gaz pourraient augmenter de 9% le 1er avril, annonce ce matin Le Figaro. La surprise n’en est pas une pour les plumonautes avisés, qui n’avaient pas raté le billet du 3 janvier dernier*, annonçant clairement la couleur : Prix du gaz : ça va faire mal !, sous titré L’État se désengage en toute discrétion. Extrait.

"Comme le relève le vigilant Superno sur son blog : "Sans tambours ni trompettes, ou plutôt sans fleurs ni couronnes, le tarif du gaz fixé par l’État a disparu le 10 décembre dernier ! Je l’ai lu par hasard dans un article de quelques lignes loin dans les pages intérieures du dernier Marianne papier. Et vous, le saviez-vous ? Je suppose que Jean-Pierre Pernaut ne l’a pas claironné en ouverture de son 13 heures… Désormais, ce sont les actionnaires de GDF-Suez qui négocieront le prix du gaz avec un fumeux organisme (la Commission de Régulation de l’Énergie) qui a encore dû être l’occasion de fournir un fromage bien coulant à quelques amis du pouvoir, puisque son président est nommé par le président de la République, et les deux vice-présidents par le Sénat et l’Assemblée Nationale. D’ailleurs le président de cette CRE (Philippe de Ladoucette), a été directeur adjoint du cabinet de Madelin… No comment… Marianne rappelle que GDF-Suez a fait 6.5 milliards d’euros de bénef en 2008 (en gros la moitié de ceux de Total), dont près de la moitié sont immédiatement partis garnir les poches des actionnaires… Ce n’est manifestement qu’un début… Entre la hausse naturelle du prix du gaz, la taxe carbone et l’avidité des actionnaires, la couverture supplémentaire et le gros col roulé vont devenir des investissements rentables !"

Voilà ainsi la méthode de fourbes qui a cours au sommet de l’État UMP. Acte 1, en 2004, promesse solennelle à la tribune de l’Assemblée nationale, prononcée par le ministre de l’Économie d’alors, Sarkozy lui-même : "Y compris en cas d’augmentation de capital, l’État ne pourra pas descendre en dessous de 70%" du capital de GDF. Il fait même inscrire un amendement en ce sens dans la loi du 29 août. Engagement réitéré dans cette vidéo d’un sujet de France 3 : "Il n’y aura pas de privatisation d’EDF Gaz de France, c’est clair, c’est simple et c’est net". Acte 2 : depuis la fusion avec Suez, la part de l’État n’atteint désormais plus que 35%. Du simple au double. Fin du service public, place à l’actionnariat.
Mais subsistait un souci : à chaque augmentation de tarif réclamée par GDF Suez, le gouvernement devait donner son feu vert, geste évidemment impopulaire. Pour ne plus porter cette responsabilité, tout en garantissant la voie libre aux futures augmentations que nous prédisons copieuses, on charge une Commission ad hoc de négocier avec l’entreprise. Défausse d’une grande lâcheté politique : "c’est pas nous, c’est la Commission de régulation de l’énergie !" Évidemment, on aura pris soin d’y placer des hommes politiquement sûrs, comme son emblématique président, adepte du libéralisme échevelé (avec brushing) d’Alain Madelin ! On ne va tout de même pas désespérer l’actionnaire... Dormez tranquilles, milieux d’affaires, la Sarkozie veille sur vos intérêts. Quitte à tondre les pauvres Français d’en bas se chauffant au gaz."

Voyons un peu comme le quotidien relais de la droite présente aujourd’hui l’affaire de la future augmentation (...)
www.plumedepresse.net/spip.php?article1353
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 24 Fév - 2:23



cyclops Vidéo [36 s]
Sarkozy présente EDF-GDF à l'Assemblée nationale, le 16 juin 2004
«Alors, on me dira : 'Oui, mais -bien sûr- qu'est-ce qui nous garantit que la loi, plus tard, ne permettra pas la privatisation ?'
La réponse est simple : jamais un gouvernement français ne prendra le risque de privatiser l'opérateur des centrales nucléaires. Cela veut dire concrètement -et je mesure mes mots- qu'au lendemain de l'adoption du statut que je vous propose -si vous votez-, EDF et Gaz de France seront des sociétés, et des sociétés détenues à 100% par l'Etat.»
www.pcf.fr/spip.php?article2953

"Personne ne m'a pris, le doigt dans le pot de confiture du mensonge !"
www.dailymotion.com/video/x41x0i_sarko-le-pot-de-confiture-du-menson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 24 Fév - 2:44



Les banques Goldman Sachs et JP Morgan autorisées à vendre du gaz en France

Par des arrêtés des 5 et 19 janvier 2010, Jean-Louis Borloo autorise les filiales anglaises des deux plus grandes banques de Wall Street à vendre du gaz aux fournisseurs opérant en France.
www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021755734
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2972


Goldman Sachs’ M&A business à Londres a été créé par Robert Agostinelli, qui s'est ensuite associé à la banque Lazard.

Robert Agostinelli, aujourd'hui président du puissant fonds d’investissement new-yorkais Rhône Group LLC, est un banquier d’affaires membre du CFR (Council on Foreign Relations), think tank associé au groupe Bilderberg et à la Commission Trilatérale, institutions non élues qui tentent de peser sur l'économie mondiale et la géopolitique.

Robert Agostinelli (dont l'ex-épouse, Mathilde Favier, représentante de Prada en France, fut témoin du mariage de Sarkozy avec Carla Bruni) faisait partie des invités du Fouquet's et a offert sa résidence de Wolfboro pour les vacances présidentielles de 2007.

21 février 2010
Histoire du «Nouvel ordre mondial»
Un courant idéologique qui imprime sa marque aux actuelles tentatives de regroupement d’Etats au sein de blocs régionaux et tente de les orienter vers une forme de gouvernance mondiale.
www.voltairenet.org/article164176.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 24 Mar - 17:11



Le prix du gaz augmenterait de 9,5% au 1er avril 2010

Le prix du gaz pour les particuliers devrait augmenter de 9,5% au 1er avril, a annoncé mercredi 24 mars une source proche du dossier, conformément à l'application d'un nouveau mode de calcul pour son évolution.

Selon les nouvelles règles de fixation des tarifs réglementés, censées rendre les évolutions plus prévisibles, le gouvernement fixe une fois par an des barèmes déterminant le cadre général dans lequel évoluent les prix du gaz naturel. GDF Suez est ensuite chargé de proposer des hausses ou des baisses de tarifs dans les limites de ce cadre.

Les tarifs réglementés sont proposés essentiellement par GDF Suez mais aussi par 16 fournisseurs locaux, tels que Gaz de Grenoble, Energies Services Occitans, la Régie municipale de la Réole, etc.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/economie/politique_eco/20100324.OBS0887/le_prix_du_gaz_augmenterait_de_95_au_1er_avril.html

Tollé après l'annonce d'une hausse du prix du gaz de 9,7%
L'Etat a autorisé une augmentation de plus de 22% en un an

Cette annonce "est proprement scandaleuse alors que début mars GDF Suez annonçait un profit de près de 4,5 milliards !", a dénoncé la CFTC jeudi dans un communiqué.

L'organisation syndicale parle d'un "nouveau mauvais coup porté aux ménages", qui "piège tous les consommateurs qui ont été influencés par les offres comparatives très avantageuses les conduisant à s'équiper tout gaz ou qui n'ont aucune alternative possible, en ville notamment".

Comme la CFTC, la confédération de Bernard Thibault estime que cette augmentation "n'est pas plus justifiée par des raisons économiques", soulignant que "le résultat du groupe GDF Suez a atteint un niveau historique en 2008, niveau confirmé en 2009 malgré la crise".

"La concurrence était censée provoquer la baisse des prix. C'est l'inverse qui se produit", a constaté la CGT. Pour l'organisation syndicale, "au travers du nouveau contrat de service public, l'Etat se désengage de ses responsabilités en matière de tarifs publics. Il est inacceptable de laisser à l'entreprise toute latitude pour fixer les tarifs dans la plus totale opacité".

Pour le Parti socialiste, "l'Etat, premier actionnaire de GDF Suez, ne peut se cacher derrière les nouvelles règles de fixation des tarifs pour laisser passer cette décision".

Il "doit assumer son rôle de régulation et d'actionnaire majoritaire et s'opposer à cette hausse, alors que la précarité énergétique explose dans notre pays et que de nombreux foyers ne parviennent plus à payer leurs factures", a précisé le PS dans un communiqué.

Le PCF a de son côté dénoncé "un mauvais poisson d'avril". "Cette décision annoncée par la commission de régulation de l'énergie est parfaitement scandaleuse", estime-t-il dans un communiqué, déplorant "le détroussage du pouvoir d'achat des millions de Français consommateurs de gaz".

"Ça concerne des millions de consommateurs et c'est un vrai coup de massue et qui est doublement injustifié", a pour sa part déclaré le président de l'UFC-Que Choisir Alain Bazot, jeudi sur France-Info.

"Tout d'abord, il y a une partie de l'augmentation qui est décidée par l'Etat lui-même (...) et qui est de près de 6%. L'Etat a autorisé l'augmentation de ce poste de plus de 22% en un an et c'est parfaitement injustifié", a-t-il ajouté. (...)
http://fr.news.yahoo.com/3/20100325/tfr-energie-gaz-hausse-reactions-9a28d55.html

Woerth confirme une revalorisation des pensions de retraite de 0,9% au 1er avril
http://fr.news.yahoo.com/3/20100324/tfr-social-retraites-woerth-56633fe.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Lun 12 Avr - 19:42


Cirelli et Mestrallet

La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a donné son aval
pour une hausse de 9,7% des prix du gaz au 1er Avril 2010


Si les prétentions de la société résultent effectivement de l’application de la formule tarifaire, la Confédération Syndicale des Familles (CSF) conteste vivement la légitimité d’une telle envolée des prix :

La CSF s’interroge d’abord sur le lien entre les prix du gaz et le coût des produits pétroliers. A cet égard, elle constate et ne peut que regretter la déconnexion entre le prix du gaz et le coût du pétrole sur le marché. Ce dernier est acheté moins cher mais vendu à prix fort aux consommateurs.

Alors qu’en souhaitant "dépolitiser" les prix du gaz, le gouvernement arguait d’une volonté de transparence, le fournisseur historique s’est empressé de saisir la première occasion d’user de ses nouvelles prérogatives pour… demander aux familles de payer plus pour consommer autant !

A l’heure où la précarité énergétique est devenue une préoccupation nationale (5 millions de personnes concernées en 2009), la CSF aurait souhaité que GDF-Suez ne mette pas un bâton de plus dans les roues des familles populaires. Combien d’entre elles devront choisir entre se chauffer et payer le loyer ?

Dans ce contexte, GDF-Suez aurait pu faire preuve d’une réelle responsabilité sociale sur laquelle le groupe communique fortement ; force est de constater que ce n’est pas pourtant pas l’intérêt des consommateurs qui a guidé les choix stratégiques de l’Entreprise mais bien la volonté de rémunérer davantage ses actionnaires !

Le budget des familles et l’image que le groupe leur renvoie pèse moins lourd que les bénéfices engendrés ! Pour mémoire, le groupe GdF-Suez a réalisé 4,47 milliards d’€ de bénéfices en 2009, 6,5 milliards d’€ en 2008. 9,7 % de hausse pourraient représenter 1 milliard d’€ de bénéfices annuels supplémentaires pour le groupe. (...)
www.millebabords.org/spip.php?article13766

Cirelli a vu sa rémunération quadrupler en deux ans

La rémunération du vice-président de GDF Suez a atteint 2,064 millions d'euros en 2009, deux ans après la fusion entre Gaz de France et Suez.

Jean-François Cirelli a vu sa rémunération plus que quadrupler depuis la fusion entre Gaz de France et Suez. Selon le document de référence du groupe d'énergie publié mercredi 7 avril, le vice-président de GDF Suez a ainsi perçu 2,064 millions d'euros en 2009.

Jean-François Cirelli avait touché 458.239 euros en 2007 en tant que président de GDF.
A la suite de la fusion entre les deux groupes d'énergie en juillet 2008, il avait bénéficié d'une première augmentation de 183%, en vertu d'une décision du conseil d'administration destinée notamment à prendre en compte "l'accroissement de la taille du nouveau groupe GDF Suez", rappelle le document de référence. Jean-François Cirelli avait ainsi vu sa rémunération atteindre 1,297 million d'euros en 2008.

Un bénéfice en chute de 30%

Il a bénéficié d'une nouvelle augmentation de 59% en 2009, avec un salaire qui atteint désormais 2,064 millions d'euros, soit 4 fois et demi celui de 2007.

La rémunération du président de GDF Suez Gérard Mestrallet a elle progressé de 5,3% en 2009 à 3,34 millions d'euros.
L'an dernier, GDF Suez, qui est détenu à 35% par l'Etat français, a vu son bénéfice net chuter de 31% pour s'établir à 4,48 milliards d'euros, dans un contexte déprimé pour le marché du gaz.

www.challenges.fr/actualites/entreprises/20100407.CHA2845/cirelli_a_vu_sa_remuneration_quadrupler_en_deux_ans.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Sam 29 Mai - 10:44



«Le calcul du prix du gaz doit absolument être révisé»

Caroline Keller est chargée de mission «énergie-logement» à l'UFC-Que Choisir. Elle réagit à l'information du «Figaro» selon laquelle les prix du gaz vont être augmentés de 4 à 5% le 1er juillet, après la hausse de 9,7% le 1er juillet.

Etes-vous étonnée de l'annonce d'une probable hausse du prix du gaz de 50 euros par an pour une famille alors qu'il y a déjà eu une hausse équivalente à 85 euros annuels il y a moins de deux mois ?

Malheureusement non, car cette hausse est le reflet d'une formule tarifaire élaborée par GDF-Suez et validée par la Commission de régulation de l’énergie. Si GDF-Suez demande un réajustement des tarifs réglementés d'ici début juin, on devrait arriver à ces chiffres.

Le niveau de cette augmentation vous semble-t-il justifié ?

Sur les 9,7% d'augmentation en avril, 5,8% étaient liés au coût des infrastructures et le reste était lié au coût d'approvisionnement qui augmentait. Là, ça avait déjà été un gros coup de massue d'autant que ce n'était pas justifié. Cette nouvelle hausse est officiellement liée aux hausses du coût d'approvisionnement. Mais selon nous c'est la formule tarifaire qui est basée sur une indexation sur les produits pétroliers qui ne reflète plus vraiment les vrais coûts d'approvisionnement de GDF-Suez. Car si on regarde ce qui se passe sur les marchés de gros du gaz, qui ont beaucoup chuté depuis 2008, l'indexation du prix du gaz sur celui du pétrole qui était réel jusqu'en 2008 n'est plus du tout vrai aujourd'hui. On constate vraiment un écart entre les prix du pétrole et ceux du gaz sur les marchés.

Comment expliquer au consommateur qu'il va devoir payer 14% de plus pour son gaz en quatre mois ?

GDF-Suez explique cela par une hausse du coût d’approvisionnement (8%) mais également par une hausse liée aux infrastructures, c'est-à-dire à l'acheminement du gaz (6% en avril).

Ces investissements dans les infrastructures n'étaient-ils pas prévisibles ?

Tout à fait. D'autant que cette hausse des tarifs n'est pas entièrement justifiée par les investissements à réaliser. Pour revenir à la hausse liée au coût d’approvisionnement, il faut savoir que tous les trimestres, GDF peut décider d'une augmentation liée à l'évolution de ses coûts, calculée par rapport à une formule tarifaire qui date de 2008 et qui est indexée sur les produits pétroliers. Et elle n'est plus du tout valable. Entretemps, GDF a renégocié une partie de ses contrats de long terme, et du coup, le prix final payé par le consommateur n'est plus du tout le prix réel auquel GDF-Suez achète son gaz.

Se chauffer est une nécessité. Que se passerait-il si le prix du litre de fuel domestique augmentait dans les mêmes proportions que celui du gaz ? La révolution gronderait-elle ?

Oui, et ce serait normal d'autant que le marché de gros du gaz a baissé ces derniers temps. Pour résumer, la formule de calcul du prix d’approvisionnement du gaz doit absolument être révisée car elle ne reflète plus la réalité.

www.liberation.fr/economie/0101638251-le-calcul-du-prix-du-gaz-doit-absolument-etre-revise
www.liberation.fr/economie/0101638163-les-prix-du-gaz-pourraient-encore-augmenter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Jeu 10 Juin - 13:58



Nouveaux compteurs EDF obligatoires : 230 € par abonné

Huit milliards d’euros ! C’est au final ce que l’usager pourrait débourser pour l’installation dans les 35millions de foyers abonnés à EDF d’un nouveau type de compteur électrique...
www.leparisien.fr/economie/nouveaux-compteurs-edf-obligatoires-230-eur-par-abonne-08-06-2010-955222.php

Signez la pétition : www.poursavoir.fr/petition.php cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 30 Juin - 3:01


Augmentation du gaz : toujours plus pour les actionnaires et tant pis pour 6,3 millions de Français !
Qui parle du bénéfice et des dividendes ?


Ah pour sûr, avec GDF Suez, on redécouvre l’énergie ! La nouvelle augmentation du prix du gaz, de 4,7% au 1er juillet pour les 6,3 millions de Français qui se chauffent avec cette énergie, est un pur scandale. Rappelons que le 1er avril dernier, les tarifs avaient déjà grimpé de 10% ! Une ponction sur le porte-monnaie des consommateurs autorisée par la lâcheté politique du pouvoir.

[...]
On explique les hausses successives des tarifs du gaz par l’indexation sur le prix du pétrole. Mais cela les rend-elles pour autant légitimes ? Autrement dit, pressurer encore davantage les 6,3 millions de Français se chauffant au gaz, dans le contexte de la crise qui étrangle le pouvoir d’achat, se justifie-t-il par les besoins de l’entreprise GDF Suez ?
Nous sommes ulcérés que pas un journaliste traitant du sujet de cette hausse ne fasse le rapprochement avec sa situation financière. Quelle est-elle ?
Réponse dans un article du Figaro de mars dernier : "Le groupe annonce ce jeudi un bénéfice net de 4,47 milliards". Le pauvre, il était de 6,5 milliards un an plus tôt, il y a donc le feu au lac !

Qu’en est-il du dividende ?
Le site boursier de L’Express, Votre argent, répondait hier - sans faire de lien avec l’augmentation des tarifs : il va augmenter de "6% à ce jour selon nos prévisions 2010". Voilà la vérité toute nue : 6,3 millions de Français vont passer à la caisse pour satisfaire les appétits des actionnaires d’un groupe autrefois national, qui appartenait alors à la collectivité, privatisé au nom du saint-capitalisme-libéral par l’Union pour une Minorité de Privilégiés. Renationalisation !

Olivier Bonnet
www.plumedepresse.net/spip.php?article1444

www.lefigaro.fr/societes/2010/03/04/04015-20100304ARTFIG00429-les-benefices-de-gdf-suez-ont-chute-en-2009-.php
www.votreargent.fr/bourse/fiches-valeurs/conseils_avispro.asp?id=132810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Jeu 1 Juil - 20:14



Les consommateurs ne veulent plus subir les hausses du prix du gaz sans explications !

Le nombre de coupures de gaz a été multiplié par 30 en 2 ans et pourrait concerner 300 000 ménages en 2010. Une nouvelle hausse de 4% des tarifs réglementés du gaz à compter du 1er juillet est annoncée.
Les consommateurs ont déjà subi 50% d’augmentation de leur facture de gaz en moyenne en moins de 5 ans.


Les raisons invoquées par GDF Suez sont que les tarifs du gaz sont indexés sur ceux du pétrole.

Cette explication ne nous satisfait pas, les consommateurs exigent maintenant des réponses :

-Pourquoi laisse-t-on le gaz, dont les réserves mondiales ne cessent d’augmenter, exclusivement indexé sur une ressource de plus en plus rare, le pétrole, alors que les prix du gaz sur les marchés mondiaux n’ont jamais été aussi faibles ? Ce non sens économique entraîne aujourd’hui des conséquences sociales dramatiques.

-La fusion des groupes GDF et Suez consistait à créer un groupe de taille mondiale en situation de «peser» dans les négociations avec les producteurs au bénéfice des consommateurs. Elle devait notamment permettre de sortir de cette indexation exclusive sur le pétrole. Où en est-on ? Où sont aujourd’hui les bénéfices pour les consommateurs ?

- Nous demandons par ailleurs que la refonte de la tarification soit instruite, notamment en ce qui concerne la partie fixe représentant 20% de la facture. Et qu’une concertation, associant l’ensemble des représentants socio-économiques (représentants des consommateurs, professionnels) autour des pouvoirs publics, pour garantir à tous l’accès aux services essentiels dont le gaz fait partie, soit lancée.

www.cyberacteurs.org/actions/presentation.php?id=131 cyclops
Cette pétition a été mise en ligne le 30/06/2010, en partenariat avec la CLCV.
Elle sera envoyée à au PDG de GDF Suez
Elle prendra fin le 31 août 2010

La CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie) contre toute augmentation du prix du gaz
www.meilleurtarif.fr/la-clcv-contre-toute-augmentation-du-prix-du-gaz-1er-avril-2010/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 4 Aoû - 7:12



C'est le mois d'août, l'électricité augmente de 3%

Le gouvernement prévoit d'augmenter au 15 août les tarifs d'électricité de 3% en moyenne pour les ménages et de 4% à 5,5% pour les entreprises, annoncent les ministère de l'Ecologie et de l'Economie.

Il s'agit d'une hausse supérieure à celle des trois dernières années.

La facture d'électricité avait augmenté de 2,3% en moyenne en août 2009 (+1,9% pour les ménages et +4 à 5% pour les entreprises), de 2% en 2008 et de 1,1% en 2007.

Les ministres de l'Ecologie et de l'Economie, Jean-Louis Borloo et Christine Lagarde, estiment que le "caractère modéré" de ces hausses permet de maintenir pour les consommateurs des prix très compétitifs, "de 25 à 35% moins élevés que la moyenne européenne." clown

Mais après la forte hausse du prix du gaz (5%) début juillet, cette augmentation des tarifs d'électricité risque de ne pas passer auprès des consommateurs.

Dans un rapport publié fin juillet, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) invitait la France à accélérer la mise en oeuvre des réformes de son marché de l'électricité en obligeant EDF à pratiquer des tarifs plus proches de ceux du marché, donc à relever ses prix.

La loi Nome (Nouvelle Organisation du Marché de l'Électricité), adoptée le 15 juin par l'Assemblée nationale et encore en examen au Sénat, donnera accès aux concurrents d'EDF à une partie de son électricité d'origine nucléaire.

Le tarif, objet d'une bagarre entre EDF et ses concurrents, sera déterminé par la Commission de régulation de l'électricité (CRE).
http://fr.news.yahoo.com/4/20100803/tts-france-electricite-hausse-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Jeu 26 Aoû - 16:40



L'UFC dénonce des facturations "fantaisistes et surévaluées" de gaz et d'électricité

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a dénoncé jeudi les facturations de plus en plus "fantaisistes" et "surévaluées" dont seraient victimes les consommateurs d'énergie, et de gaz en particulier, depuis l'ouverture du marché à la concurrence.

"Depuis la libéralisation du marché de l'énergie en juillet 2007, on a une montée du nombre de litiges", a déclaré à l'AFP Alain Bazot, président de l'association.
L'UFC-Que Choisir reçoit 20.000 réclamations par an concernant le secteur de l'énergie (soit 20% du total), ce qui constitue le 2e poste après la téléphonie et internet, selon M. Bazot.

"Avant la libéralisation, c'était un secteur où le consommateur était bien traité, il n'y avait pas de pratiques commerciales contestables", a-t-il souligné.
"Aujourd'hui, il y a des facturations complètement fantaisistes et toujours surévaluées", a dénoncé M. Bazot. "C'est vraiment patent chez GDF Suez mais ça monte en puissance chez EDF".

En outre, "les services clients sont complètement inadaptés aux dysfonctionnements", a-t-il ajouté.
En 2009, 41% des réclamations de consommateurs reçues par le médiateur de l'énergie concernaient GDF Suez (qui compte un peu plus 10 millions de clients particuliers), 35% concernaient EDF (qui en compte 28,5 millions), 12% visaient Direct Energie (600.000 clients particuliers et entreprises) et 6% Poweo (300.000 clients particuliers).

Autorité indépendante, le médiateur national de l'énergie est chargé de régler les conflits entre les consommateurs et leur fournisseur d'énergie. (…)

www.lepoint.fr/societe/l-ufc-denonce-des-facturations-fantaisistes-et-surevaluees-de-gaz-et-d-electricite-26-08-2010-1228883_23.php
www.energie-mediateur.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mar 7 Sep - 2:58


zoom

Compteurs intelligents
L'UFC-Que Choisir déplore le passage en force du gouvernement


L'UFC-Que Choisir dénonce mardi un décret ministériel fixant à décembre 2010 la fin de l'expérimentation des compteurs électriques dits intelligents débutée en mars, une échéance que l'association juge trop courte pour pouvoir dresser un bilan.

L'association de consommateurs souhaiterait au contraire que l'essai mené par ERDF, la filiale de distribution d'électricité d'EDF, en Indre et Loire et dans l'agglomération lyonnaise soit prolongé jusqu'au 30 juin 2011.
Les compteurs d'un nouveau type, encouragés par les instances européennes, transmettront des données détaillées de consommation aux distributeurs d'électricité et sont censés aider les consommateurs à maîtriser leur consommation d'énergie.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) qui doit évaluer l'expérience, avait demandé en février à ERDF que la phase de test, dont l'objectif était d'installer 300.000 compteurs, ait lieu jusqu'au 31 mars 2011.
L'UFC-Que choisir estime que la pose des compteurs a pris du retard et qu'un certain nombre de dysfonctionnements techniques a été constaté.

"Comment réaliser un bilan complet au 31 décembre 2010, c'est à dire trois mois plus tôt que prévu, avant la pose des compteurs expérimentaux et sans même les tester pendant la période hivernale", s'interroge l'UFC-Que choisir dans un communiqué.

Contacté par téléphone, ERDF n'a pas souhaité commenter le décret. Ce dernier fixe par ailleurs un calendrier progressif pour remplacer les 35 millions de compteurs existants par des compteurs intelligents d'ici 2020.
Suivant ce décret, les fonctionnalités et les spécifications du compteur intelligent seront détaillées dans un arrêté à venir du ministre de l'Énergie sur proposition de la CRE.
http://fr.news.yahoo.com/4/20100906/tts-france-elecricite-compteurs-ca02f96.html


Les compteurs intelligents, entre écologie et Big Brother

Ces « smart meter » mesurent la consommation énergétique d’un foyer ou d’une entreprise avec bien plus de précision que les compteurs ordinaires et livrent en temps réel le détail de la consommation énergétique de chaque appareil électroménager.

Les particuliers et les entreprises peuvent ainsi mieux se rendre compte de leur consommation, l’optimiser, éliminer les usages superflus et donc réaliser des économies.

Mais le détail de notre consommation énergétique révèle aussi beaucoup de nos habitudes et rythmes de vie et les smart meters pourront se révéler de véritables petits espions dans nos maisons. Des ONG s’inquiètent de la mise en place de d’une surveillance généralisée, « orwellienne », des citoyens ou de la revente de ces données privées à des entreprises commerciales qui pourront cibler précisément les comportements des consommateurs.

Dans un article de la revue Science, des chercheurs proposent au contraire de mettre ces données de façon anonyme à disposition de la science, qui pourrait les étudier dans le domaine médical (corrélation de certaines maladies avec l’utilisation du micro-ondes, par exemple)
www.fondapol.org/les-travaux/les-breves/vue-detaillee/titre/les-compteurs-intelligents-entre-ecologie-et-big-brother.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Compteur_intelligent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 13 Oct - 3:09


12 octobre 2010
Le gouvernement envisage une nouvelle augmentation des tarifs de l'électricité
Officiellement pour couvrir les charges liées au développement massif des énergies renouvelables et plus particulièrement du photovoltaïque.
www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/reuters_00288565.htm

Pourtant...
EDF et GDF Suez rivaux pour l'achat du quatrième électricien polonais
Les groupes présidés par Henri Proglio et Gérard Mestrallet ont tous les deux été sélectionnés parmi six candidats pour déposer une offre engageante sur la reprise d'une participation de 51 % dans Enea.
www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/020856757981.htm

Constellation Energy se retire d'un projet nucléaire avec EDF
NEW YORK (Reuters) - Constellation Energy Group s'est retiré d'un accord portant sur la construction d'un réacteur nucléaire dans l'État du Maryland avec EDF.
le groupe américain envisageait d'exercer l'option d'un précédent accord l'autorisant à vendre à EDF jusqu'à deux milliards de dollars d'actifs.
www.zonebourse.com/CONSTELLATION-ENER-11827/actualite/CONSTELLATION-ENER-Constellation-Energy-se-retire-d-un-projet-nucleaire-avec-EDF-13474119/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 13 Oct - 4:45


Energie : un poste important de consommation, reflet de disparités, selon l'INSEE

L'énergie liée au logement et au transport pèse autant que l'habillement ou les loisirs et la culture dans le budget des ménages français mais les écarts se sont creusés depuis 25 ans en matière de dépenses, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques. Dans une enquête diffusée mercredi, l'INSEE pointe des variations fortes selon les revenus, l'âge, le type de combustible et le lieu d'habitation.

En 2006, l'énergie représentait en moyenne 8,4% des dépenses des ménages (4,8% pour leur résidence et 3,6% pour leur moyen de transport individuel). La facture s'élevait en moyenne pour chaque ménage à 2.300 euros, soit une enveloppe comparable à celle consacrée à l'habillement ou les loisirs et la culture.

D'une façon générale, l'"effort énergétique", part allouée au coût de l'énergie dans le budget, a peu varié en 20 ans après un pic en 1985 lié au second choc pétrolier de mai 1979. Il est passé de 11,6% en 1985 à 8,4% en 2006. Le contre-choc pétrolier de 1986 a permis une forte contraction des prix et une diminution moyenne d'un quart de la facture énergétique des ménages entre 1985 et 1989. Puis le poids du poste "énergie", entre 1989 et 2006, est resté relativement stable autour de 9%.

Mais les dépenses de chauffage, d'électricité et de carburant sont loin d'être les mêmes pour tous, le lieu d'habitation représentant l'une des premières causes de disparités. L'"effort énergétique" est ainsi près de deux fois plus faible dans l'agglomération parisienne (5,7% en 2006) qu'en zone rurale (11,3%). Cela tient à la superficie plus grande des logements en milieu rural, impliquant une plus grande consommation de chauffage, et à l'emplacement du domicile, plus éloigné du lieu de travail qu'en ville.

De plus, les gens vivant à la campagne se chauffent plus au fioul que les urbains. Or, le type de combustible est déterminant : on estime qu'à caractéristiques égales (logement, ménage), un foyer dont l'habitation est chauffée au fioul dépensait en 2006 environ 28% de plus au mètre carré qu'un foyer ayant choisi l'électricité.

Autre cause de variations dans l'"effort énergétique" : l'âge. Un ménage dont la personne de référence a plus de 70 ans consacre 3,5 points de plus de son budget à l'énergie qu'un ménage de moins de 30 ans, les ménages âgés vivant dans des logements plus grands. En matière de carburant, c'est l'inverse dans la mesure où les dépenses liées au trajet domicile-travail pèsent sur le budget des actifs.

Les revenus ont aussi un impact. Plus ils sont élevés, plus les dépenses d'énergie le sont car les ménages aisés occupent des logements plus grands et plus équipés. Le poids du poste "énergie" dans leurs dépenses reste cependant inférieur à celui des plus modestes : les 20% des ménages les plus pauvres consacrent 9,6% de leur budget à l'énergie, contre 7% pour les 20% des ménages les plus aisés.

Compte tenu des facteurs influençant les consommations d'énergie, la façon dont a évolué la dépense n'a pas été la même pour tous. Depuis 1985, les écarts se sont creusés entre les ménages des zones rurales et ceux des centres-villes. Ces derniers ont été les premiers à bénéficier de l'isolement des logements et de l'efficacité énergétique des systèmes de chauffage et des véhicules mais leur taux d'équipement en automobile et la surface de leur logement n'ont pas augmenté. Les avancées énergétiques ont aussi davantage profité aux ménages aisés pour lesquels le poids de la facture "énergie" a baissé d'un tiers depuis 1985 contre un quart pour les ménages les plus pauvres.
http://fr.news.yahoo.com/3/20101012/tfr-consommation-energie-insee-actualise-9a28d55.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mar 26 Oct - 7:42


Michel Diefenbacher et Jean-François Poncet entourant sarkozy en 2006

Le tarif de l''électricité pourrait enregistrer sa plus forte hausse depuis 30 ans

La Confédération nationale du Logement (CNL) appelle «les consommateurs à se mobiliser pour refuser cette nouvelle hausse scandaleuse».

La facture d’électricité des ménages risque à nouveau de grimper de 3% en janvier pour financer le coûteux développement de l’énergie solaire, portant la hausse des prix sur six mois à plus de 6%, soit une des plus fortes depuis près de 30 ans.

Le gouvernement vient d’accepter un amendement au projet de loi de finances permettant de relever la «contribution au service public de l’électricité» (CSPE). Cette taxe, payée par chaque consommateur, finance notamment le développement de l’électricité photovoltaïque.

Le nouvel article 13 bis du projet de Budget 2011 prévoit que la CSPE pourra être augmentée dans la limite de 3 euros par an dès janvier prochain. C’est désormais la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) qui augmentera cette taxe, sauf si le gouvernement s’y oppose.

Les tarifs réglementés de l’électricité pour les particuliers (tarifs bleus) sont actuellement fixés à 93,1 euros par mégawattheure (MWh), hors taxes. Une hausse de la CSPE de 3 euros/MWh correspondrait donc à une augmentation de la facture de plus de 3% pour les ménages.

«On ne peut pas vouloir le développement des énergies renouvelables et ne pas en assumer le coût», a défendu lundi le député UMP Michel Diefenbacher, auteur de l’amendement. [...]

Si une nouvelle augmentation intervient en janvier, les prix auront alors grimpé au total de plus de 6% en six mois, une situation inédite depuis le début des années 80.

Cette flambée des tarifs ne devrait d’ailleurs pas être la dernière.

Dans une délibération encore tenue secrète, la CRE propose en effet de porter la CSPE à près de 13 euros/MWh en 2011, soit un quasi-triplement par rapport à son niveau actuel (4,5 euros/MWh), a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant une information du magazine Enerpresse.

+9% en trois ans

Pour atteindre ce niveau, la facture d’électricité devrait donc augmenter de près de 9% sur les trois prochaines années.

Raison à cela : l’engouement pour l’énergie solaire, parfois qualifiée de «bulle spéculative». La puissance du parc de panneaux solaires français a en effet été multipliée par 10 en deux ans.

Or, afin de soutenir les énergies vertes encore peu compétitives, EDF est obligée de racheter l’électricité produite par des panneaux solaires à un tarif jusqu’à 10 fois plus élevé que son prix sur les marchés de gros.

Le groupe d’électricité accuse ainsi un surcoût, qui est censé lui être remboursé via la CSPE. Mais, alors qu’EDF doit acheter de plus en plus d’électricité solaire, le niveau de la CSPE n’a pas bougé depuis 2004.

EDF accuse ainsi un déficit de 1,6 milliard d’euros dans ses comptes fin 2009, qui pourrait atteindre 2,75 milliards d’euros fin 2010.

«EDF ne peut pas porter des centaines et des centaines de millions d’euros», a estimé lundi le ministre du Budget, François Baroin, jugeant «tout à fait normal» que les consommateurs financent le développement de l’énergie solaire.

«Toute hausse tarifaire pour EDF est aussi une hausse des dividendes pour l’État-actionnaire», souligne pour sa part Caroline Keller.

Le groupe d’électricité distribue plus de 2 milliards d’euros de dividendes chaque année à ses actionnaires, dont l’Etat à 85%.
www.liberation.fr/economie/01012298320-la-facture-d-electricite-pourrait-encore-augmenter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 27 Oct - 9:40


La Banque Européenne d’Investissement (BEI) finance deux projets d’EDF EN

Un protocole d’accord sur la mise en place d’une structure de financement d’un portefeuille de projets photovoltaïques d’EDF EN en France et en Italie sur la période 2010-2012, a été signé entre EDF Energies Nouvelles (EDF EN) et la Banque européenne d’investissement (BEI). A cet effet, la BEI allouera une enveloppe de 500 millions d’euros à EDF EN pour le développement de ces deux projets.

EDF EN souhaite développer des projets actuellement en cours de développement ou de construction qui seront tous équipés de la technologie photovoltaïque à couche mince élaborée par la société américaine First Solar. Par ailleurs, le cadre de financement du projet devra se faire conjointement avec plusieurs banques commerciales. Chaque financement est indépendant des autres. La part de la BEI représentera à elle seule 50% du financement total de chaque projet.

Pâris Mouratoglou, Président du conseil d’administration d’EDF Energies Nouvelles, déclare dans un communiqué de presse : «Nous nous félicitons de cette solution innovante de financement élaborée avec la BEI et rendue possible grâce au volume de notre portefeuille de projets. Parfaitement adapté aux projets photovoltaïques, dont la taille unitaire moyenne est plus petite que dans l’éolien, ce schéma de financement va permettre à EDF EN d’accélérer la réalisation de ses nombreux projets en cours de développement en France et en Italie et facilitera la concrétisation de nos objectifs ambitieux».

La Banque européenne d'investissement ou BEI, est l'institution financière des États membres de l'Union européenne. Elle a pour principal but d'emprunter sur les marchés financiers pour financer des projets au sein de l'Union Européenne. Le Groupe BEI est composé de la Banque européenne d'investissement (BEI) et du Fonds européen d'investissement (FEI). La BEI est l'actionnaire majoritaire du FEI en détenant 62 % du capital. Pour sa part, EDF Energies Nouvelles est une filiale à 50% du Groupe EDF. EDF Energies Nouvelles est un acteur majeur du marché mondial de l'éolien et des énergies renouvelables.
www.actualites-news-environnement.com/22285-BEI-finance-deux-projets-EDF-EN.html


Français d'origine grecque, Pâris Mouratoglo est d'abord économiste puis promoteur immobilier et gérant de Grands Ports de France. Il fonde ensuite une première entreprise, Énergies en France en 1979, spécialisée dans l'hydroélectricité. Son partenaire industriel est alors la Compagnie Générale des Eaux (CGE). Sithe est son deuxième succès, sur le concept d'Energies en France, mais aux États-Unis en 1983 avec l'appui de Vivendi. C'est SIIF Energies qu'il crée en 1990, qui deviendra EDF Energies Nouvelles en 2004. Pâris Mouratoglou dirige cette dernière entreprise dont il contrôle toujours 25% en association avec EDF, actionnaire à 50%.
www.fournisseurs-electricite.com/portraits-et-biographies/paris-mouratoglou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 27 Oct - 10:01


Philippe Maystadt, président de la Banque européenne d'investissement (BEI),
fut président du Comité intérimaire du FMI entre 1993 et 1998.


Mais dans ce secteur, il n’y a pas que First Solar...
Green Yellow Holding, société spécialiste des procédés photovoltaïques, auparavant détenue par le groupe Casino a fait l'objet d'une prise de participation par les fonds d’investissement SEIEF et INFRAVIA à hauteur de 85% pour un montant global de 11 millions d'euros.
www.enerzine.com/1/8553+des-centrales-photovoltaiques-chez-casino+.html
www.groupe-casino.fr/fr/Developpement-durable.html


SEIEF : South Europe Infrastructure Equity Finance
Le Fonds SEIEF, sponsorisé par Dexia et la Banque Européenne d'Investissement ("BEI"), est géré par European Infrastructure Managers (" EPIM "), société de gestion indépendante. Le fonds se concentre sur les opportunités d'investissement dans les montages de type Partenariat Public-Privé (PPP) découlant des nouvelles dispositions réglementaires s'inscrivant dans un contexte de fortes contraintes des comptes publics dans les pays visés par le Fonds.

Les principaux secteurs visés par le Fonds sont l'investissement immobilier public (hôpitaux, écoles, immeubles destinés à des services publics), le développement urbain (systèmes de transport collectif, parkings, etc..), les transports inter-urbain, l'environnement (services de distribution d'eau, traitement des déchets, etc). Le Fonds SEIEF investit dans de nouveaux projets et peut aussi prendre une participation dans des sociétés de projet exploitant des infrastructures existantes. Le Fonds SEIEF a réalisé un premier investissement en prenant une participation minoritaire dans 2 sociétés de matériel roulant liées au Metro de Madrid, une entité publique espagnole gérant le réseau du métro à Madrid.
www.sicavonline.fr/index.cfm?action=m_actu&ida=120960

InfraVia, est la société de gestion d’OFI Private Equity Capital, société d’investissement cotée sur NYSE Euronext Paris (code : OPEC).
OPEC est positionné sur le marché du LBO small cap, principalement sur des sociétés ayant déjà vécu une première étape de structuration lors d’un LBO primaire (la reprise prend alors la forme d’un LBO secondaire), ou d’une introduction en bourse (la reprise se fait alors sous la forme d’un retrait de cote, opération dite de « Public to Private »).

Infravia a pour président Vincent Levita qui a travaillé pour Axa Investment Managers.
www.ofi-pecapital.com/

Les projets énergie concernent les partenariats public-privé (PPP)
Parmi les financeurs d’opérations en PPPP, on trouve la Caisse des Dépôts et Consignations, le Crédit Agricole (Auxifip, Calyon, Meridiam), Dexia Crédit Local (notamment le fonds SEIEF contrôlé avec la Banque Européenne d’Investissement BEI), le Groupe Caisse d’Épargne (fonds FIDEPPP et ses différentes entreprises Caisses d’Épargne, Crédit Foncier de France, Icade (Caisse des Dépôts et Consignations).
www.mydibs.fr/les-partenariats-public-prive-ppp.html

Panneaux solaires
Dexia Lease offre une formule de leasing pour les panneaux photovoltaïques
Cofinancement avec la BEI
Dexia Banque et Dexia Lease contribuent à la réalisation des objectifs de l'UE en matière d'énergies renouvelables au travers de projets de la BEI (Banque Européenne d'Investissement).
Montant BEI envisagé : 150 millions d'EUR.
Coût total : 300 millions d'EUR.
www.eib.org/projects/pipeline/2008/20080682.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 27 Oct - 11:18



Commentaires sur liberation.fr
EDF la vache à lait de l'État français
Elle finance le Grenelle de l'environnement et la fiscalité avantageuse pour les poseurs d'éoliennes et panneaux solaires voulus par Sarko et Borloo (tiens ! Le voilà lui !)
Elle finance la doctrine très libérale de la commission européenne qui juge que l'opérateur français est trop puissant et lui fait financer l'arrivée de concurrents.
Elle reverse des dividendes important à l'État.
Elle permet à des polytechniciens de faire mumuse en se prenant pour des grands stratèges économiques (investissements dans BE, dans Constellation et la construction de très dispendieux EPR).
Tout cela avec des politiques de maintenance des réacteurs en exploitation totalement délétères du point de vue du coût et de la sûreté.
Superphenix

Aux USA vous avez Constellation
La boîte qui vient de baiser EDF dans les grandes largeurs. Et pas sur du solaire, mais sur des centrales au gaz et sur un EPR : rien que ça.
EDF s’est fait piéger par Constellation. Et c’est nous qui allons renflouer Edf.
Entre l’Angleterre et les Usa ça commence à faire pas mal d’argent qu’Edf perd.
La privatisation devait faire baisser les prix. On voit, ça y est, on a compris
et 53% de cons ont voté pour des gens comme ça.


L'UE s'est mise au service des banques et de l'OMC avec le Traité de Lisbonne.

Sarkozy sert les banques et l'OMC en imposant ce traité européen aux Français.
Sarkozy a imposé à la France le traité de Lisbonne, et par lui la logique capitaliste de l’Union européenne. Il fait donc appliquer les Partenariats Public-Privé (PPP), qui offrent le marché des énergies renouvelables à des entreprises privées, entreprises dont la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et d’autres banques ont pris le contrôle. Ainsi la BEI engrange des bénéfices sur la vente d’installations, elle se fait rembourser avec intérêts ( ?) les fonds de financement versés à l’État. Ensuite la BEI oblige l’État à acheter une électricité trop chère, et lui fait rembourser une partie des frais d’équipements.
Parce que l’Union Européenne a décidé qu’EDF devait supporter la concurrence.

Mais ce n’est pas tout : les banques vendent aussi des contrats d’assurance aux Français pour les constructions de panneaux solaires.
"Les panneaux solaires photovoltaïques étant des produits à forte valeur ajoutée sont très coûteux à l'achat. Une fois ces panneaux solaires installés, il devient indispensable de les faire assurer par un professionnel."
www.bati-depot.fr/actualite/quelles-assurances-pour-vos-panneaux-solaires-2397.html

Sarkozy, les banques lui disent (encore) merci.

La raison pour laquelle sarkozy tient tant à l'UPM ?

60 projets solaires pour l'Union pour la Méditerranée
www.econostrum.info/60-projets-solaires-pour-l-Union-pour-la-Mediterranee_a350.html

Et il leur offre une cerise sur le gâteau :
L'Élysée décide de passer à la chaudière à bois pour son chauffage
Le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy a annoncé que l'Élysée allait se munir prochainement d'une chaudière à bois par souci de préservation de l'environnement et pour être en accord avec les politiques de développement durable que prône le gouvernement depuis maintenant plus de deux ans. La chaudière au fioul de l'Elysée sera remplacée en 2010 par une chaudière au bois. C'est en tout cas ce qui a été annoncé par le cabinet de l'Elysée suite aux auditions de la commission des Finances de l'Assemblée nationale sur les crédits de la présidence de la République....
www.bati-depot.fr/actualite/l-elysee-fait-de-la-pub-pour-le-chauffage-au-bois-2362.html


Les partenariats public privé relancent les embauches
Les équipes de financement de projets jouissent actuellement d'un regain de turnover et d'une recrue des embauches provenant des concurrents mais aussi d'institutions publiques et de constructeurs immobiliers. [extraits]

Dans l'Hexagone, l'arrivée des PPP a insufflé du mouvement. AXA IM a créé une équipe de 8 personnes issues du groupe outre-Manche en débauchant chez Calyon deux profils senior _ Laurent Fayollas de l'équipe financements de projet et Claire Houry de l'équipe private equity _ ainsi que deux autres chez HSBC, dont le responsable des financements de projet Mathias Burghardt. Son développement ne devrait pas s'arrêter là. «

La Société Générale indique, elle, « avoir perdu un seul élément parti à la concurrence malgré la forte pression du marché » et a développé ses équipes, « embauchant une dizaine de personnes pour se renforcer sur les PPP », précise Bertrand de La Borde, responsable des financements d'infrastructure. Outre Sidney Studnia, ancien collaborateur du ministère des Finances, la Société Générale a recruté deux personnes chez ses concurrents bancaires, deux de cabinets d'audit et des jeunes diplômés ainsi qu'en interne au sein d'autres départements.

Les spécialistes des collectivités locales, pour qui le marché des PPP est central dans leur relation avec les institutions publiques, ont pris le pas. Dexia, qui compte 120 personnes sur cette activité, dont une quarantaine sur Paris, a augmenté ses effectifs de 30 % globalement l'an dernier et de 10 % à 20 % en France « en raison du fort développement prévisible des PPP cette année dans l'Hexagone ».

Aux Caisses d'Epargne, une dizaine de personnes ont été embauchées, portant à 50 les équipes spécialisées dans le financement de projets pour le groupe. L'Ecureuil a peu recruté chez les concurrents.

« Il s'agit surtout d'experts en financement d'infrastructures issus du secteur du BTP ou des personnes sensibilisées à la sphère publique », précise Serge Bayard, responsable des PPP. Quant aux départs, l'Ecureuil indique que « le groupe n'en a pas observé plus que dans le cadre du turnover habituel dans la gestion des carrières ».

Les banques étrangères investissent aussi, comme Royal Bank of Scotland, très présente dans cette activité outre-Manche. La montée en charge a cependant été progressive. Elle a d'abord recruté en 2003 Dominique Maurel, directeur financier en charge du financement de projets chez Bouygues Construction, puis Catherine Cruzado, responsable des collectivités locales au sein de la direction internationale de Dexia, puis trois profils bancaires plus juniors. Depfa, qui compte 35 personnes dédiées aux PPP au niveau du groupe, a embauché 3 personnes en France.

La banque « envisage de renforcer son équipe pour répondre à la demande, et ce probablement dès 2006 », indique Jean Christophe, le responsable du bureau parisien. [...]
Les Echos n° 19605 du 14 fevrier 2006 • page 28
http://archives.lesechos.fr/archives/2006/LesEchos/19605-166-ECH.htm

Les partenariats public-privé sont nuisibles et minent la démocratie ?
Bombe : "La Fédération canadienne des municipalités a publié le 30 août 2007 une étude exhaustive sur le fonctionnement et l’efficacité des partenariats public-privé (PPP) auxquels recourent un nombre croissant de collectivités, au Canada comme dans le reste du monde. Un éclairage bienvenu à l’heure où les PPP font figure d’horizon indépassable de l’action publique, en proie aux appétits d’un néo-libéralisme débridé."
http://moniblogs.lemoniteur-expert.com/btp_ppp/2008/01/les-partenariat.html
http://blog.mondediplo.net/2007-09-08-Les-Partenariats-Public-Prive-PPP-sont-nuisibles



Gérard Hamel, Brice Hortefeux, Philippe de Fontaine Vive (vice-président de la BEI) et Pierre Mariani (Dexia)

600 M€ de prêts européens pour rénover l’habitat urbain français
FRANCE. La Banque européenne d'investissement (BEI) va apporter 600 M€ de financement aux collectivités territoriales françaises qui portent les projets de rénovation urbaine.
www.econostrum.info/600-M-de-prets-europeens-pour-renover-l-habitat-urbain-francais_a1248.html

Gérard Hamel, député UMP, est président du Conseil d'administration de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU).
www.lepost.fr/article/2009/02/09/1417751_elaboration-d-un-plan-photovoltaique-dans-la-region-poitou-charentes-sans-precedent.html

La rénovation urbaine n'a pas endigué la pauvreté et le chômage dans les cités
Réalisé par huit députés dans le cadre d'une mission du Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques de l'Assemblée nationale, un rapport note que "la pauvreté et le chômage demeurent dans les quartiers sensibles à des niveaux élevés, sans amélioration réelle par rapport au reste du pays".
"L'investissement que la France a consenti pour rénover ses quartiers urbains difficiles ne sera rentabilisé que si les questions sociales au sens large y sont mieux traités qu'aujourd'hui", jugent-ils.
Le document note une "déficience structurelle de l'État déconcentré" dans ces quartiers, un "État appauvri, secoué par les différentes vagues de RGPP (Révision générale des politiques publiques)".
www.bati-depot.fr/actualite/10-2009.html

Les prêts BEI
Le 8 juin 2009, l’État français, la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’ANRU et Dexia ont signé une nouvelle convention de 300 millions d'euros dans le cadre du programme « Rénovation Urbaine Durable et Relance». Cet accord vise à financer à des conditions favorables la participation des collectivités locales aux opérations de renouvellement urbain.
Le financement de la rénovation urbaine constitue depuis 2006 un axe de partenariat important entre Dexia et la BEI. Près d’un milliard d’euros financés par la BEI ont ainsi été distribués par Dexia auprès des collectivités locales françaises.
www.dexia-creditlocal.fr/collectivites-locales/nos-offres/besoin-financement/financement-long-terme/Pages/prets-BEI.aspx

La Rénovation Urbaine
Le Programme National de Rénovation Urbaine est défini par la loi n° 2003-710 du 1er août 2003 d’orientation et de programmation pour la ville.
Des partenariats nationaux et locaux, publics et privés permettent de financer au total plus de 40 milliards d’euros de travaux.
www.anru.fr/-L-ambition-.html

La BEI est autofinancée par des emprunts levés sur les marchés financiers.
http://europa.eu/institutions/financial/eib/index_fr.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_europ%C3%A9enne_d%27investissement#Critiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mar 14 Déc - 8:15


EDF : À Proglio le RSA, Revenu Supérieur pour les Amis (de Sarkozy), aux usagers les augmentations illégales

Enfin ! Henri Proglio, le PDG d’EDF, va quitter Veolia, après plus d’un an de cumul. Pendant ce temps-là, EDF ne cesse de multiplier les hausses exorbitantes de ses tarifs, au mépris de son « contrat de service public », qui l’oblige à ne pas excéder l’inflation. Anatomie d’un scandale ô combien emblématique des mœurs de la Sarkozie. [Extraits]

émoluments d'Henri Proglio : 1,6 million € de salaire versé par EDF (45% d’augmentation par rapport à son prédécesseur)

EDF, entreprise publique [...] se permet donc de payer Proglio 1,6 millions d’euros par an et, en parallèle, ne cesse de pratiquer de scandaleuses hausses de ses tarifs. alors que le bénéfice net de l’entreprise atteint près de 6 milliards d’euros

EDF, dans son contrat d’objectifs, dit que l’augmentation de ses tarifs ne doit pas être supérieure à l’inflation. Il n’est donc pas normal de changer les règles et d’avoir près de 2% de hausse alors que l’inflation est négative (-0,7% en juillet 2008 NDLR)


Mais il y avait pire, comme le révélait Mediapart : « Officiellement, les prix de l’électricité augmentent en moyenne de 1,9% à partir de samedi 15 août [2008]. Derrière ces augmentations “raisonnables” selon la ministre des Finances, se cache une révolution tarifaire que le gouvernement n’a pas le courage politique d’assumer. Au nom de la concurrence, de la réalité des coûts, tous les modes de calcul ont été revus. Conséquence : les plus petits vont payer pour les plus gros. Les abonnements les plus bas pour les particuliers augmentent ainsi de 172%. En revanche, les plus gros consommateurs particuliers voient leur abonnement baisser de 25%. Selon l’avis de la Commission de régulation de l’énergie, 3 millions de sites pourraient subir des augmentations supérieures à 10%, 1,5 million de sites allant au-delà de 15%. Le gouvernement s’est bien gardé de faire la moindre publicité sur cette réforme, qui pose les bases du démantèlement des tarifs régulés. »

bilan semestriel publié par EDF en date du 30 juillet 2008 : un résultat d’exploitation (Ebit) de 6 775 millions (+14,6%) et un chiffre d’affaires de 34 897 millions (+8,2% et +4,9% à périmètre et taux de change constants). On voit bien que tous les clignotants sont au vert, les milliards dépensés pour des acquisitions internationales faisant simplement baisser le résultat net – le contraire eût été abracadabrantesque ! -, ce dernier restant cependant positif.

En clair, la hausse des tarifs n’est donc absolument pas justifiée ! Contrairement à ce qu’affirmait la ministre de l’Économie Christine Lagarde sur France Inter hier matin encore : « C’est une augmentation qui est nécessaire ». Comment le citoyen peut-il savoir que Lagarde ment, si personne ne lui livre le bilan comptable d’EDF pourtant publié ?
Et comment peut-il juger l’augmentation d’autant plus inadmissible que celle des tarifs se double d’une autre, des abonnements celle-là, que personne hormis l’indispensable Mediapart ne signale ? Notre troisième question découle des deux premières : où va l’information dans notre pays ?

Après 3,9% d’augmentation en 2008 et 2009, EDF remet ça en août 2010, toujours avec la bénédiction du gouvernement. Cette fois, la hausse des tarifs s’élève à 3% d’un coup (et 4 à 5,5% pour les entreprises) - ça fait quand même 6,9% en 3 ans pour les particuliers !

On en arrive enfin à l’avant-dernier acte - on y est presque - avec l’augmentation qui prendra effet le 1er janvier 2011, dont on ignore encore l’ampleur mais qui pourrait atteindre 3,22% selon les éléments fournis le 25 octobre dernier par Lagarde. « Un amendement au projet de loi de finances 2011 prévoit ainsi de relever la taxe dite de « contribution au service public de l’électricité » ou CSPE, payée par chaque consommateur et qui finance notamment le rachat de l’électricité photovoltaïque. Celle-ci passerait donc de 4,50 à 7,50 euros par mégawatt/heure, si le gouvernement ne s’y oppose pas expressément par un arrêté avant le 31 décembre », résume le même article de Challenges.
Qui s’autorise à ironiser : « Faut-il voir enfin dans cette augmentation un quelconque lien avec les déboires d’EDF outre-Atlantique ?

dernier acte, futur celui-là, de quoi s’agit-il ? De la loi Nome : « Ce texte, encore au Parlement, oblige EDF à vendre le quart de sa production nucléaire à ses concurrents à prix coûtant afin de leur permettre de se développer sur le marché résidentiel. Or, selon la Commission de régulation de l’énergie, cela risque d’engendrer une flambée des tarifs d’EDF de 11,4% puis de 3,5% par an, soit jusqu’à 25% d’ici à 2015″, prévient Challenges. « 28% d’ici 2015″, surenchérit UFC-Que choisir

EDF doit vendre une partie de son électricité nucléaire historique à ses concurrents mais le prix de vente est fixé, par le texte, à un niveau trop élevé, bien supérieur à ses coûts de production. (…) Comme les tarifs réglementés à destination des particuliers seront désormais fonction du prix de vente de l’électricité nucléaire d’EDF à ses concurrents, ce texte, s’il est adopté en l’état, va mécaniquement les faire exploser.

Alors que le contrat d’objectif, répétons-le, spécifie que les augmentations ne peuvent excéder l’inflation ! Mais l’UMP et l’entreprise publique, avec à sa tête un proche de Sarkozy, s’assoit dessus


La France compte aujourd’hui trois millions et demi de ménages touchés par la précarité énergétique, ainsi traduite par la Voix du Nord : « formulation pudique en forme d’euphémisme pour définir ce handicap, un de plus, touchant une population parmi les plus démunies. Des familles, vivant souvent des seuls RSA (Revenu de solidarité active : 450 €) ou minimum vieillesse, qui déclarent avoir froid chez elles tout simplement parce qu’elles ne peuvent pas payer les factures de chauffage, ne peuvent entretenir leur chaudière et vivent dans des températures atteignant péniblement 15° C ». Sur ces 3,5 millions de foyers, « 300 000 sont en situation très critique […] Une spirale infernale se met en place : factures impayées, restriction ou privation de chauffage, calfeutrement des aérations, dégradation accélérée de l’état du logement qui devient encore plus dur à chauffer…

Les conséquences sociales sont dramatiques : problèmes de santé dont les maladies respiratoires et la surmortalité hivernale, isolement social, d’autant que sont principalement concernées des personnes âgées à faibles revenus, propriétaires ou locataires d’un logement qu’elles ne peuvent plus chauffer. Il y a urgence. Les moins aisés consacraient en 2000 déjà 10% de leurs revenus à leurs factures d’énergie ; pourcentage monté à 15% aujourd’hui. Qu’en sera-t-il demain ? Avec la hausse à venir des coûts de l’énergie, le problème ne peut que s’amplifier. Comment messieurs Sarkozy et Fillon peuvent-ils continuer à ne rien faire ? »

il s’agit d’un énième épisode de la guerre que livrent les milieux d’affaires au peuple, au nom de la « concurrence libre et non faussée ». Pour le plus grand bénéfice des entrepreneurs qui investissent sur ce juteux marché, tel le détestable Charles Beigbeder (Poweo), éminent membre du Medef - tiens donc ! -, l’arnaque de la libéralisation du marché de l’énergie est toujours au rendez-vous pour les consommateurs. Ce ne sera pas comme si on ne vous avait pas prévenu – et démontré – que les libéraux de droite (comme les socio-démocrates) gouvernent en faveur d’une infime oligarchie contre l’immense majorité des Français !

Olivier Bonnet
www.plumedepresse.net/edf-a-proglio-le-revenu-superieur-pour-les-amis-de-sarkozy-aux-usagers-les-augmentations-illegales/#more-2832

www.mediapart.fr/journal/economie/140809/edf-le-mensonge-de-l-augmentation
www.challenges.fr/actualites/entreprises/20101025.CHA9463/les_bonnes_ou_mauvaises_raisons_dedf_pour_augmenter_ses.html
www.lavoixdunord.fr/Locales/Lille/actualite/Secteur_Lille/2010/11/16/article_la-precarite-energetique-un-handicap-sup.shtml
http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2010/12/02/l-urgence-a-agir-contre-la-precarite-energetique_1448137_3232.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Jeu 16 Déc - 17:50


Carrefour et la RATP se désabonnent d'EDF

L'enseigne de grande de distribution Carrefour et la régie de transports parisiens RATP vont s'approvisionner en électricité auprès des concurrents d'EDF.

«À l'issue d'une mise en concurrence, la RATP a signé un contrat avec deux entreprises qui ne sont pas EDF», a indiqué une porte-parole de la RATP à l'AFP, confirmant une information du Figaro.

Les contrats, qui portent sur une consommation totale d'électricité de 1,3 million de mégawatt/heures (MWh) par an, débutera au 1er janvier. Dans quinze jours, c'est donc l'autrichien Verbund qui fournira la RATP pour ses besoins de base (23% de la consommation) et l'allemand Eon pour les périodes de pointe de la demande (77% de la consommation).

Quant à Carrefour, qui a lancé un appel d'offres européen en juin dernier pour approvisionner en énergie tous ses magasins en France, en Espagne et en Italie. Pour la France, c'est l'italien Enel qui a remporté le marché ; en Italie, l'électricité sera fournie par son concurrent Edison. Le porte-parole de Carrefour n'a pas indiqué la durée du contrat ni le montant de la consommation souscrite.

Régulièrement attaquée pour le manque de concurrence en France, EDF détient une part de marché de 95% sur le marché des particuliers. Toutefois, les concurrents d'EDF (GDF Suez, Poweo, Direct Energie, etc.) fournissent déjà près de 15% de la consommation d'électricité des clients professionnels ou industriels.
www.leparisien.fr/economie/carrefour-et-la-ratp-se-desabonnent-d-edf-16-12-2010-1193637.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Jeu 23 Déc - 11:16


Le réseau électrique français est "dangereusement vieillissant"

Dans un entretien accordé au Parisien, l'ancien vice-président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Michel Lapeyre, dresse un constat alarmant de l'état du réseau électrique français. Selon M. Lapeyre, "le réseau est dangereusement vieillissant car les ouvrages les plus vétustes n'ont pas été remplacés au fur et à mesure comme il aurait fallu le faire". Il met en garde contre le vieillissement du réseau électrique, dont "les conséquences pourraient s'avérer dramatiques pour la sécurité des consommateurs".

M. Lapeyre est le coauteur d'un rapport sur le sujet en mars alors qu'il était encore vice-président de la CRE. Il affirme que ce texte a été "vidé de toute substance susceptible de créer la polémique".

Interrogé sur le lien entre cette situation et le changement de statut d'EDF, aujourd'hui cotée en Bourse, il a regretté que "le capital d'EDF ait été ouvert sans que soient instaurés les garde-fous nécessaires". "Il faudrait que le cahier des charges d'ERDF [filiale d'EDF chargée de la distribution] comprenne de réelles obligations de qualité", préconise-t-il, reconnaissant toutefois que "l'équation à résoudre est difficile".

www.lemonde.fr/societe/article/2010/12/22/le-reseau-electrique-francais-est-dangereusement-vieillissant_1456893_3224.html
www.leparisien.fr/economie/electricite-le-vieillissement-du-reseau-pourrait-avoir-des-consequences-dramatiques-22-12-2010-1201206.php


Préparerait-on l'opinion publique à encore plus d'augmentation des factures ?

Commentaire : « Voilà les effets de la libéralisation voulu par nos dirigeants. On détourne les recettes dans des investissements hasardeux à l’étranger, on distribue des dividendes aux actionnaires et pour cela on en oublie la raison unique pour laquelle on doit oeuvrer : une production et une distribution suffisantes sécurisées en France....mais on ne peut pas à la fois jouer en bourse sur les marchés étrangers avec l’argent des Français et travailler en France dans une industrie pourtant non délocalisable. » Alain HERVE

Carte du réseau

Les Bretons s'interrogent sur le catastrophisme des responsables du réseau électrique

La Bretagne en bout de chaîne. Elle n'a que 3 sites de production qui font qu'au total, elle ne produit que 8% de son électricité, n'a qu'une seule ligne d'alimentation à très haute tension, et connaît une croissance de consommation soutenue.

L'électricité ne se stocke pas. En cas de pic de consommation supérieur aux prévisions, ERDF est confrontée à deux solutions :
- soit couper une partie des foyers équipés (à l'exception des hôpitaux et autres bâtiments prioritaires) : ça s'appelle un délestage.
- soit tenter de tenir le choc en tirant au maximum sur la corde. Ce qui avait occasionné... un black out en1987, rappelle EcoWatt. "Cela avait entraîné des coupures massives pendant plus de huit heures, avec un effet ressenti sur presque la moitié du territoire français". C'est aussi arrivé en Californie et en Italie dans les années 2000.

On remarquera qu'en PACA, autre région à risque, RTE communique à mort sur ses efforts... mais beaucoup moins sur la Bretagne.

Des consommateurs pas encore très impliqués
Les têtes pensantes de l'électricité en France demandent aux consommateurs d'y aller mollo sur la machine à laver entre 17h et 21h et le matin et d'éteindre les appareils électroniques en veille (rien que la consommation d'une box ADSL est faramineuse), ce qui correspond aux pointes du dernier pic de consommation, le 7 janvier 2009. "En hiver, il suffit que la température baisse d'un seul degré pour que la consommation instantanée augmente de 2 100 MW. Cela représente l’équivalent de 2 fois la consommation d’une ville comme Marseille !" rabâche-t-on chez RTE.

Un appel reçu par certains particuliers... mais pas par tous !
"Lundi soir à Rennes, durant l'alerte orange, les commerces, les supermarchés, les communes avaient tous allumé leurs décos de Noël. Et ce soir, alerte rouge, ce sera pareil ! Après, on vient nous dire d'éteindre nos lumières et de baisser le chauffage pendant les alertes, on se moque de nous"
[…]
www.lepost.fr/article/2009/12/15/1841348_bientot-un-black-out-en-bretagne-on-se-croirait-revenu-au-temps-des-pays-de-l-est.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Mer 20 Fév - 0:25



Nouveau compteur EDF : Ne signez rien !

Ça y est, à partir du 1er janvier 2013, application d'une saloperie votée en catimini par le gouvernement Sarkozy au Sénat.... dans le cadre de la loi NOME pour permettre la concurrence.
Le changement des compteurs EDF a été acté. Coût : 300 € pour l'usager !

Concurrence artificielle et augmentation déguisée
Sanction pour ceux qui en très grande majorité sont restés fidèles à EDF.
Le principe en est simple : constatant que la concurrence ne fonctionne pas (plus de 96 % des Français restent fidèles à l’opérateur historique (EDF), le gouvernement a décidé de la créer artificiellement.

Les nouveaux fournisseurs d‘électricité (POWEO, DIRECT ENERGIE, GDF SUEZ) vont se voir offrir un quart de la production, afin de pouvoir réaliser des profits, au seul bénéfice de leurs actionnaires.

Arrow C’est une première que d’obliger une entreprise, dans le monde de "marché libre et non faussé", à céder une partie de ses atouts à des concurrents. Concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’électricité.

Une fois livré à la concurrence et surtout au "privé", on ne peut rien faire, c'est trop tard.

Le prix de l'électricité sera fixé par des groupes privés qui en fait seront des filiales d'un seul et unique groupe.
Vous n'y croyez pas ?
Alors remettez-vous dans le contexte de nos chères autoroutes françaises que nous, nos parents et grands-parents avons payées avec nos impôts, et qui ont été vendues et bradées à de grands groupes privés.
Et le prix à payer pour y circuler, n'est-ce pas scandaleux ?
Mais c'est trop tard, car ce réseau routier n'appartient plus en totalité à l’État !

Et pour le reste ce sera pareil !

Aujourd'hui le service public coûte cher, mais ce n'est rien face à ce qui nous attend si nous le bradons à des groupes privés

NE SIGNEZ RIEN....

On ne peut pas refuser à EDF d’accéder aux Compteurs, et de les changer.
En revanche, comme nous n’avons rien demandé, nous n’avons aucune obligation de signer quelque document que ce soit. Et du moment que nous n’aurons rien signé, EDF ne pourra pas nous obliger à payer ces compteurs.

Attention aux signatures : aucune, même pour la réception de travaux, etc.
IL FAUT MAINTENANT QUE CHAQUE CITOYEN RÉSISTE.
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151271261786476&set=a.382048076475.163461.600466475&type=1


Attendez-vous à voir bondir votre facture d'électricité de 30% d'ici 2017 !
La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé lundi 18 février que les tarifs de l’électricité allaient augmenter de 30% entre 2012 et 2017.
www.directmatin.fr/economie/2013-02-18/attendez-vous-voir-bondir-votre-facture-delectricite-de-30-dici-2017-391399

C'était annoncé par Sud-Ouest en mars 2011
www.sudouest.fr/2011/03/23/gare-aux-factures-edf-veut-augmenter-ses-tarifs-de-30-en-cinq-ans-351108-730.php

L'UE et les gouvernements transforment les citoyens en moutons juste bons à être tondus par les multinationales et les banques.
http://sarko-verdose.bbactif.com/t77p435-l-europe-impopulaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015   Aujourd'hui à 6:02

Revenir en haut Aller en bas
 
EDF GDF hausses des tarifs entre 2010 et 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les loups ne se mangent pas entre eux
» Semi Marathon 2010 de la Légion Etrangère à Castelnaudary
» Le match : Pliko P3/Chicco Scoop (Enjoy)
» Grande Tétée 2010 - Lyon
» 4ème Festival des Arts Mélanésiens - 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: