sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guerre des étoiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Guerre des étoiles   Mar 25 Mar - 18:45



Le missile chinois qui fait exploser les Etats-Unis
Le lancement d'une arme antisatellite suscite colère et inquiétude

La guerre des étoiles est-elle relancée ? Le missile tiré la semaine dernière par la Chine en direction d'un de ses vieux satellites météo a secoué la planète vendredi, de Washington à Tokyo. Révélé par les services d'espionnage américains, le tir a atteint sa cible sans bavure, démontrant l'avancée scientifique chinoise en matière d'armes spatiales.

Il aurait eu lieu depuis la base de Xichang, dans le sud-ouest de la Chine, dans la matinée du 12 janvier (la veille en Occident), et provoqué l'explosion du satellite désaffecté à 800 kilomètres d'altitude, éparpillant des milliers de débris susceptibles d'entrer en collision avec de coûteux matériels en orbite, selon des experts américains et japonais.

Les débris de Feng Yun (Vent et nuage), le satellite chinois, pourraient représenter une menace pendant un quart de siècle. Ce risque avait été l'une des raisons principales qui avaient poussé l'Union soviétique en 1982, puis les Etats-Unis en 1986, à mettre un terme à leurs essais, à une époque où l'espace était beaucoup moins fréquenté. Jusqu'à présent, seuls ces deux pays avaient procédé à la destruction à distance d'engins spatiaux.

Pascale NIVELLE
20 Jan 2007
www.liberation.fr/actualite/monde/229838.FR.php



Xichang désigne aussi une base de lancement spatial à 65 km au nord de la ville.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Course_aux_armements
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guerre des étoiles   Mar 25 Mar - 18:53

La crise entre Moscou et Washington sur le bouclier antimissile

Washington mise sur le bouclier antimissile

(...) les adversaires du projet de NMD [National Missile Defense] avancent un argument convaincant : on ne peut pas frapper une puissance nucléaire sans être sûr que la riposte de celle-ci sera de même nature. Cette logique, qui régissait les rapports entre puissances nucléaires à l’époque du conflit Est-Ouest, vaudrait plus encore pour les « rogue States » dont Washington invoquait, jusque récemment, la menace. En admettant que ces « Etats voyous » puissent effectivement développer des missiles à longue portée et les doter, par exemple, de charges chimiques, la certitude d’une riposte nucléaire les en dissuaderait radicalement[/b]
. Le mécanisme de la dissuasion conserve sa formidable efficacité, vérifiée au cours des décennies de paix entre les rivaux de la guerre froide. (...)

le projet de NMD n’a pas été remis en question par l’évolution des Etats longtemps désignés comme « rogue States ». La Corée du Nord, pourtant, a amorcé son rapprochement avec celle du Sud et, par l’entremise du président russe Vladimir Poutine, a proposé une négociation sur l’avenir de son propre programme de missiles balistiques. La Libye, quant à elle, a effectué son retour au premier plan de la scène africaine et, dans une certaine mesure, sur la scène internationale, avec son projet de réforme de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et d’union du continent africain. La commission des Nations unies pour le désarmement de l’Irak (Unscom) a reconnu la destruction de la quasi-totalité de ses missiles à longue portée. L’Iran, pour sa part, entretient des rapports normaux avec le Japon et les Etats d’Europe, et les forces politiques modérées s’efforcent d’y consolider leur pouvoir. Le projet de NMD s’inscrit donc dans une perspective beaucoup plus large que le combat contre les ex-« Etats voyous ». (...)

septembre 2000
www.monde-diplomatique.fr/2000/09/DE_LA_GORCE/14219

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2007/04/26/h_4_BOUCLIER+X1I1.gif

Novembre 2002
Lors du sommet de l'OTAN à Prague, les Etats-Unis évoquent leur projet de bouclier antimissile auprès des délégations polonaise, tchèque et hongroise.

28 mars 2007
La République tchèque donne son feu vert à l'ouverture de négociations avec les Etats-Unis sur l'installation d'un radar près de Prague. Le bouclier antimissile que les Etats-Unis veulent installer en Europe centrale à l'horizon 2012 comprend dix missiles intercepteurs déployés en Pologne et un radar ultra-perfectionné en République tchèque.

19 avril 2007
Le vice-premier ministre russe, Sergueï Ivanov, rejette l'idée d'une coopération avec les Etats-Unis dans les systèmes de défense antimissile, deux jours après que Washington eut affirmé avoir fait des propositions en ce sens.

26 avril 2007
La Russie suspend l'application du traité sur les Forces conventionnelles en Europe (FCE), menaçant de relancer la course aux armements interrompue après la chute de l'URSS. Vladimir Poutine estime que "les risques d'une destruction mutuelle sont démultipliés".

8 mai 2007
La Russie se dit prête à agir contre le déploiement du bouclier antimissile si elle se sent menacée, affirme le chef d'état-major de l'armée russe, le général Iouri Balouïevski. "Nous allons planifier des actions", indique-t-il.

14 mai 2007
Condoleezza Rice se rend à Moscou pour tenter de faire retomber la pression.

www.lemonde.fr/web/module_chrono/0,11-0@2-3214,32-909667@51-856119,0.html


Bouclier antimissile américain : la confusion règne

Avec dix missiles intercepteurs en Pologne, le système américain de défense antimissile est destiné à devenir un bouclier protégeant l’Europe contre une attaque hypothétique de missiles de l’Iran ou de la Corée du Nord.

mercredi 30 mai 2007
ww w.armees.com/Bouclier-antimissile-americain-la-confusion-regne,21301.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guerre des étoiles   Mar 25 Mar - 18:59


Les chefs de la diplomatie italienne Massimo D'Alema, japonaise Taro Aso, américaine Condoleeza Rice, allemande Frank-Walter Steinmeier et russe Sergueï Lavrov, à Potsdam le 30 mai 2007

Le G8 divisé sur le Kosovo et le bouclier américain, mais uni sur l'Iran

POTSDAM (AFP) | 31 Mai 2007 - (...) Lors de la conférence de presse finale, le Russe Sergueï Lavrov a d'emblée accusé les Etats-Unis de relancer la "course aux armements" avec leur projet de bouclier antimissile, qui prévoit dix missiles intercepteurs en Pologne et un radar ultra-perfectionné en République tchèque. (...)

Sur l'Iran, les Huit sont apparus beaucoup plus soudés. "Nous demandons expressément à l'Iran de remplir ses obligations (...) et en particulier celle d'interrompre ses activités liées à l'enrichissement d'uranium", affirme ainsi le communiqué final du sommet.

"Si l'Iran continue à ne pas donner suite à l'appel du Conseil de sécurité, nous soutiendrons des mesures appropriées supplémentaires" dans ce cadre, affirme le communiqué. (...)

www.24heures.ch/pages/home/24_heures/l_actu/infos_generales/detail_info/(contenu)/84643


Il n'y aura pas de bouclier antimissile en Pologne si les conditions américaines sont inacceptables (ministre polonais de la Défense)

Les négociateurs polonais aux négociations sur le bouclier en cours à Prague se sont déclarés "déçus" par l'offre américaine, particulièrement par les suggestions selon lesquelles la Pologne devrait participer aux coûts de construction, a rapporté le quotidien polonais Rzeczpospolita.

02 06 2007
www.french.xinhuanet.com/french/2007-06/02/content_436647.htm

Le bouclier étasunien anti-missile en Europe est un acte de guerre

L’installation d’un système de défense anti-missiles en Europe orientale est pratiquement une déclaration de guerre. Essayez d’imaginer comment réagirait l’Amérique si la Russie, la Chine, l’Iran ou n’importe quelle autres puissance étrangère osait ne serait-ce que penser installer un système de défense anti-missiles sur les frontières des Etats-Unis ou dans leur voisinage, ou si ils exécutaient ce plan. Dans de telles circonstances inimaginables, une réaction américaine violente serait non seulement quasi certaine, mais aussi compréhensible, pour des raisons claires et simples.

Il est universellement notoire que la défense anti-missiles est une arme de première attaque. Des analystes militaires américains autorisés la décrivent ainsi : « Non seulement un bouclier, mais une habilitation à l’action ». Elle « facilitera une application plus efficace de la puissance militaire des Etats-Unis à l’étranger ».

« En isolant le pays des représailles, la défense anti-missiles garantira la capacité et la disponibilité des Etats-Unis à « modeler » l’environnement dans d’autres régions du monde ». « La défense anti-missiles ne sert pas à protéger l’Amérique. C’est un outil visant à la domination mondiale ».

« La défense anti-missiles sert à conserver la capacité américaine d’exercer son pouvoir à l’étranger. Elle ne concerne pas la défense : c’est une arme d’offensive et c’est pour cela que nous en avons besoin ». Toutes des citations viennent de sources libérales autorisées appartenant à la tendance dominante, qui voudraient développer le système et l’installer aux limites extrêmes de la domination mondiale des Etats-Unis.

La logique est simple et facile à comprendre : un système de défense anti-missiles fonctionnel informe les objectifs potentiels que « on vous attaquera si on veut et vous, vous ne serez pas en mesure de répondre, donc vous ne pourrez pas nous l’interdire ».

On est en train de vendre le système aux Européens comme défense contre les missiles iraniens. Même si l’Iran avait des armes nucléaires et des missiles à longue portée, les probabilités pour qu’il les utilise pour attaquer l’Europe sont inférieures à celles que l’Europe soit touchée par un astéroïde. S’il s’agissait donc vraiment de défense, la République Coréenne devrait installer un système pour se défendre des astéroïdes.

Si l’Iran donnait ne serait-ce que le plus petit signe de vouloir s’engager dans un tel acte, le pays serait pulvérisé. Le système est vraiment pointé contre l’Iran, mais comme arme de première attaque. Il fait partie des menaces étasuniennes croissantes en vue d’attaquer l’Iran, menaces qui constituent en elles-mêmes une violation grave de la Charte des Nation Unies, bien que ce sujet ne soit pas abordé.

Quand Mikhaïl Gorbatchev autorisa l’Allemagne unifiée à faire partie d’une alliance militaire hostile, il accepta que pèse une grave menace sur la sécurité de la Russie, pour des raisons trop connues pour les revoir à présent. En échange, le gouvernement des Etats-Unis s’engagea à ne pas élargir l’OTAN à l’est. Cet engagement a été violé quelques années plus tard, sans susciter beaucoup de commentaires en Occident, mais en augmentant le danger d’un affrontement militaire.

La défense dite anti-missiles augmente le risque qu’éclate une guerre. La « défense » consiste à augmenter les menaces d’agression au Moyen Orient, avec des conséquences incalculables, et le danger d’une guerre nucléaire définitive.

Il y a plus d’un demi siècle, Bertrand Russell et Albert Einstein lancèrent un appel aux peuples du monde pour qu’ils prennent conscience du fait que nous nous trouvons face à un choix « net, terrible et inévitable ». Devons-nous mettre fin à la race humaine, ou bien l’humanité est-elle disposée à renoncer à la guerre ? ».

Accepter le dit « système de défense anti-missiles » fait place au choix de la fin de la race humaine dans un avenir pas très lointain.

Noam Chomsky
, linguiste américain, professeur au Massachussets Institute of Technology (MIT)
30 mai 2007
http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=5100
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guerre des étoiles   Mar 25 Mar - 19:02

Le Pentagone relance la guerre des étoiles

Terriens, dormez tranquilles, le Pentagone veille sur vous ! C'est la fable que le gouvernement et l'armée américaine répandent ces jours-ci pour justifier rien moins que leur future tentative de tir de missile (un SM-3 comme sur l'image ci-dessus lors d'un tir) sur satellite. Le prétexte ? L'un de leurs satellites espions - nom de code USA 193 NROL-21, hors contrôle pour cause de panne de son système propulsif, menace de tomber sur Terre aux environs du 6 mars, sur un lieu impossible pour l'instant à déterminer entre 58°N et 58°S. D'où la décision du Président Georges W. Bush de procéder à sa destruction. Comme pour tous les satellites espions en orbite basse, les débris de fusées et restes de lancement cette chute est inéluctable. Mais, après le tir des Chinois, le 12 janvier 2007, sur l'un de leur satellites météo, les Américains ont décidé de bomber le torse et de montrer, pour la première fois depuis le milieu des années 1980, qu'ils peuvent détruire un satellite.

Pour justifier ce tir, les Etats-Unis ne reculent devant aucune argutie. Devant la conférence sur le désarmement de l'ONU à Genève, leur représentante Christina Rocca a justifié l'opération par la nécessité de protéger les populations de l'hydrazine du satellite, son carburant toxique. La déléguée américaine a même précisé que le missile allait viser "le réservoir du satellite" afin de "permettre à l'hydrazine de se dissiper". Cet argument "humanitaire"... fait sourire les spécialistes. Lorsqu'un satellite de ce type - une dizaine de tonnes, et avec son réservoir d'hydrazine pratiquement plein, soit au moins une demi-tonne - rentre dans l'atmosphère à près de 30.000 km/h, il se désintègre et brûle.[...] L'expérience montre que la probabilité qu'un de ces débris atteigne des personnes ou des bâtiments est très basse. [...] Alors que cherchent à faire les Etats-Unis ? Relancer la guerre des étoiles ? Ou plus simplement, riposter au tir chinois de janvier 2007 ? Les motifs de cette décision resteront offciellement obscurs... mais lorsque les Russes affirment qu'il s'agit d'un test de la défense antimissile balistique, il est difficile de les contredire. [...]

Pour l'instant, seules les armes de destruction massive (bombes nucléaires) sont interdites d'espace selon un traité signé en 1967.

20 Fév 2008
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2008/02/le-pentagone-re.html


EN SILENCE, SARKOZY ENFONCE LA FRANCE DANS LA GUERRE D’AFGHANISTAN

Incorporées dans la force internationale d’assistance à la sécurité ( ISAF) le bras armé de l’OTAN, les forces françaises s’élèvent actuellement à 1900 hommes. Depuis son élection Sarkozy a déjà envoyé des avions de combat supplémentaires, et accru l’effort de formation de l’armée Afghane. Illustration du caractère monarchique du régime le président de la République a pris ces décisions sans aucun débat parlementaire. [...] Sarkozy le nouveau roquet de Bush obéit donc à son maître.

La présence de 40000 soldats de l’OTAN, que les Afghans considèrent comme une force d’occupation, n’a pas permis de venir à bout des talibans. Sept ans après avoir été chassés du pouvoir il suffit que les forces occidentales quittent une région pour que les talibans en prennent le contrôle. Avec Sarkozy, Fillon, Kouchner, la France officielle approuve la volonté américaine de rénover l’alliance atlantique ce gendarme du monde datant de la guerre froide. Ils entendent voir la France reprendre toute sa place au sein de l’OTAN en effaçant les décisions prises en 1965 par le général De Gaulle. La rénovation de l’OTAN est inscrite à l’ordre du jour du sommet de Belgrade. Elle sera au centre des manifestations qui en 2009 célèbreront le 60e anniversaire de l’alliance atlantique nord. On parle déjà d’un » directorat » où seraient représentés au plus haut niveau politique les Etats-Unis, l’union européenne, et l’OTAN. Cette instance serait chargée des décisions stratégiques, pas seulement militaires, et de coordonner les réponses communes lors des crises mettant en danger des intérêts communs.

Le comportement de Sarkozy, ses coups médiatiques, doivent être dénoncés car ils sont souvent l’arbre qui cache la forêt. Son style, ses gesticulations servent de diversion, de camouflage pour mettre en application une politique foncièrement réactionnaire. Au plan international, aux cotés des Etats-Unis, elle contribue à accroître la tension mondiale, elle déconsidère notre pays. Sur ces questions le silence des médias est assourdissant, il est temps de tirer le signal d’alarme.

Guy POUSSY
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6100


Moscou mécontent de l'extension de l'OTAN à des anciennes républiques soviétiques

Le 59e sommet de l'Alliance atlantique, réunissant 26 pays, se tiendra du 2 au 4 avril, à Bucarest. Forts notamment de l'appui des Etats-Unis, la Géorgie et l'Ukraine espèrent être invitées pendant ce sommet à rejoindre le Plan d'action en vue de l'adhésion (MAP), mais les 26 pays de l'OTAN restent partagés sur ce dossier. Le MAP est considéré comme la dernière étape avant une adhésion. La Russie est franchement hostile à un nouvel élargissement de l'OTAN vers ce qu'elle considère comme sa zone d'influence.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/03/25/moscou-mecontent-de-l-extension-de-l-otan-a-des-anciennes-republiques-sovietiques_1026939_3214.html#ens_id=1020072


Bouclier antimissile de George W. Bush
Les réactions de la communauté internationale
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/dossiers/bouclier/reactions.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Les complexes du petit coûtent cher à la France !   Mar 17 Juin - 13:44

La France va se doter d'un système d'alerte contre les missiles balistiques

première brique d'un bouclier antimissile.

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/06/livre-blanc-la.html

Commentaires

-naboleon : il y a bien des militaires qui le conseillent non ?

-Le Lorrain : Oui ce sont des militaires américains, ce qu'il est convenu d'appeler "nos alliés".

-Bobo : Soit on est dans le cas d'une crise internationale très grave entre états puissants (USA, Russie, Chine, Inde), soit il s'agit d'un acte terroriste.

Dans le premier cas, on va de toute façon se prendre non un, mais 300 ou 3000 pruneaux, aussi, alerte ou pas, la protection des populations civiles sera... problématique, même si ce sera utile. Dans le second cas, Al Qaïda ou autre, ils n'utiliseront pas un ICBM, mais une bombe bricolée livrée sur le plateau arrière d'un camion qu'on fera détonner dans un parking et le gadget ne servira à rien.

si on prétend "lutter contre le terrorisme", c'est de la démagogie et du gaspi.

Reste l'hypothèse psychanalytique : après un avion de président comme son ami George W., après une privatisation des opérations comme son ami George W., l'Empereur veut également un bouclier antimissiles comme son ami George W.

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/06/livre-blanc-la.html

Missile anti-missiles pour faire face aux attaques de missiles balistiques dits “de théâtre”

C’est dans cette seconde catégorie que se classe le tout nouveau missile français Aster-30, et il a tout d’un futur leader sur les terrains d’opérations.

Son développement aura coûté quelques centaines de millions de $ au missilier MBDA avec son partenaire Thalès. Il devrait entrer en service en France dès 2008

les caractéristiques techniques de l’Aster en font un allier de poids contre les missiles de type Scud B soviétique, l’un des plus répandu...

Vidéo de démonstration de l’Aster-15 sur navire :
www.youtube.com/watch?v=TahVQ4bij-A

www.israelvalley.com/news/2007/03/02/9027/israel-france-revelations-le-nouveau-missile-anti-missile-francais-aster-30-serait-plus-performant-que-l-arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guerre des étoiles   Ven 22 Aoû - 22:59



Hégémonie américaine

"Lisez cet article [...] écrit par Paul Craig Roberts, un assistant au secrétaire au Trésor sous l’administration Reagan. Vous y trouverez une explication quant à la servilité des dirigeants occidentaux vis-à-vis des USA : l’argent.

Qu’est-ce qui se passe d’inquiétant au Pakistan ? Musharraf a démissionné, l’Occident a perdu un caniche, et alors ? En quoi l’arsenal nucléaire du Pakistan serait plus inquiétant que l’arsenal nucléaire français, israélien ou états-unien (le plus inquiétant à mon avis au vu de la politique de justification de frappe nucléaire "préventive", même contre des pays non-nucléaires, présentée par les généraux de l’OTAN) ?

Les USA ont révoqué le traité contre les missiles balistiques, et veulent installer en Europe un bouclier anti-missile, présenté comme défensif mais clairement offensif en ce qu’il permet aux USA de frapper la Russie, le bouclier servant ensuite à intercepter la riposte résiduelle russe.

Être aveugle aux menaces réelles, en raison de l’arrogance et du racisme, est devenu courant en Europe. "

christian
www.plumedepresse.com/spip.php?article953#forum3209




Are You Ready For Nuclear War ?
By Paul Craig Roberts

19/08/08 "ICH " -- - Pervez Musharraf, the puppet installed by the US to rule Pakistan in the interest of US hegemony, resigned August 18 to avoid impeachment. Karl Rove and the Diebold electronic voting machines were unable to control the result of the last election in Pakistan, the result of which gave Pakistanis a bigger voice in their government than America’s.

It was obvious to anyone with any sense--which excludes the entire Bush Regime and almost all of the “foreign policy community”--that the illegal and gratuitous US invasions of Afghanistan and Iraq, and Israel’s 2006 bombing of Lebanon civilians with US blessing, would result in the overthrow of America’s Pakistani puppet.

The imbecilic Bush Regime ensured Musharraf’s overthrow by pressuring their puppet to conduct military operations against tribesmen in Pakistani border areas, whose loyalties were to fellow Muslims and not to American hegemony. When Musharraf’s military operations didn’t produce the desired result, the idiotic Americans began conducting their own military operations within Pakistan with bombs and missiles. This finished off Musharraf.

When the Bush Regime began its wars in the Middle East, I predicted, correctly, that Musharraf would be one victim. The American puppets in Egypt and Jordan may be the next to go.

Back during the Nixon years, my Ph.D. dissertation chairman, Warren Nutter, was Assistant Secretary of Defense for International Security Affairs. One day in his Pentagon office I asked him how the US government got foreign governments to do what the US wanted. “Money,” he replied.

“You mean foreign aid?” I asked.

“No,” he replied, “we just buy the leaders with money.”

It wasn’t a policy he had implemented. He inherited it and, although the policy rankled with him, he could do nothing about it. Nutter believed in persuasion and that if you could not persuade people, you did not have a policy.

Nutter did not mean merely third world potentates were bought. He meant the leaders of England, France, Germany, Italy, all the allies everywhere were bought and paid for.

They were allies because they were paid. Consider Tony Blair. Blair’s own head of British intelligence told him that the Americans were fabricating the evidence to justify their already planned attack on Iraq. This was fine with Blair, and you can see why with his multi- million dollar payoff once he was out of office.

The American-educated thug, Saakashkvili the War Criminal, who is president of Georgia, was installed by the US taxpayer funded National Endowment for Democracy, a neocon operation whose purpose is to ring Russia with US military bases, so that America can exert hegemony over Russia.

Every agreement that President Reagan made with Mikhail Gorbachev has been broken by Reagan’s successors. Reagan’s was the last American government whose foreign policy was not made by the Isreali-allied neoconservatives. During the Reagan years, the neocons made several runs at it, but each ended in disaster for Reagan, and he eventually drove the modern day French Jacobins from his government.

Even the anti-Soviet Committee on the Present Danger regarded the neocons as dangerous lunatics. I remember the meeting when a member tried to bring the neocons into the committee, and old line American establishment representatives, such as former Treasury Secretary Douglas Dillon, hit the roof.

The Committee on the Present Danger regarded the neocons as crazy people who would get America into a nuclear war with the Soviet Union. The neocons hated President Reagan, because he ended the cold war with diplomacy, when they desired a military victory over the Soviet Union.
Deprived of this, the neocons now want victory over Russia.

Today, Reagan is gone. The Republican Establishment is gone. There are no conservative power centers, only neoconservative power centers closely allied with Israel, which uses the billions of dollars funneled into Israeli coffers by US taxpayers to influence US elections and foreign policy. [...]

The Republicans will get us into more wars. Indeed, they live for war. McCain is preaching war for 100 years. For these warmongers, it is like cheering for your home team. Win at all costs. They get a vicarious pleasure out of war. If the US has to tell lies in order to attack countries, what’s wrong with that? “If we don’t kill them over there, they will kill us over here.”

The mindlessness is total.

Nothing real issues from the American media. The media is about demonizing Russia and Iran, about the vice presidential choices as if it matters, about whether Obama being on vacation let McCain score too many points.

The mindlessness of the news reflects the mindlessness of the government, for which it is a spokesperson.

The American media does not serve American democracy or American interests. It serves the few people who exercise power.

When the Soviet Union collapsed, the US and Israel made a run at controlling Russia and the former constituent parts of its empire. For awhile the US and Israel succeeded, but Putin put a stop to it.

Recognizing that the US had no intention of keeping any of the agreements it had made with Gorbachev, Putin directed the Russian military budget to upgrading the Russian nuclear deterrent. Consequently, the Russian army and air force lack the smart weapons and electronics of the US military.

When the Russian army went into Georgia to rescue the Russians in South Ossetia from the destruction being inflicted upon them by the American puppet Saakashvili, the Russians made it clear that if they were opposed by American troops with smart weapons, they would deal with the threat with tactical nuclear weapons.

The Americans were the first to announce preemptive nuclear attack as their permissible war doctrine. Now the Russians have announced the tactical use of nuclear weapons as their response to American smart weapons.

It is obvious that American foreign policy, with is goal of ringing Russia with US military bases, is leading directly to nuclear war. Every American needs to realize this fact. The US government’s insane hegemonic foreign policy is a direct threat to life on the planet.

Russia has made no threats against America. The post-Soviet Russian government has sought to cooperate with the US and Europe. Russia has made it clear over and over that it is prepared to obey international law and treaties. It is the Americans who have thrown international law and treaties into the trash can, not the Russians.

In order to keep the billions of dollars in profits flowing to its contributors in the US military-security complex, the Bush Regime has rekindled the cold war. As American living standards decline and the prospects for university graduates deteriorate, “our” leaders in Washington commit us to a hundred years of war.

If you desire to be poor, oppressed, and eventually vaporized in a nuclear war, vote Republican.

Dr. Roberts was Assistant Secretary of the US Treasury in the Reagan Administration. He is a former Associate Editor of the Wall Street Journal, a 16-year columnist for Business Week, and a columnist for the Scripps Howard News Service and Creator’s Syndicate in Los Angeles. He has held numerous university professorships, including the William E. Simon Chair in Political Economy, Center for Strategic and International Studies, Georgetown University and Senior Research Fellow, Hoover Institution, Stanford University. He was awarded the Legion of Honor by the President of France and the US Treasury’s Silver Medal for “outstanding contributions to the formulation of US economic policy.”

www.informationclearinghouse.info/article20555.htm

L'Iran et son pétrole. Historique
http://peoplesgeography.com/2007/08/19/neocon-historical-revisionism-revisited/

Neocons Now Love International Law
It's touching how American neoconservatives, who have no regard for international law when they want to invade some troublesome country, have developed a sudden reverence for national sovereignty.
Tuesday 12 August 2008
www.truthout.org/article/neocons-now-love-international-law
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guerre des étoiles   Lun 7 Sep - 11:24



Le « bouclier » anti-missile abandonné ?

Varsovie et Washington avaient conclu l’an dernier un accord prévoyant le déploiement d’ici à 2013 en Pologne de dix intercepteurs de missiles balistiques de longue portée. Dès son entrée en fonction, le président Barack Obama a manifesté d’intention de passer en revue le dispositif anti-missile américain.

Depuis le début, Moscou est opposé à ce « bouclier », considéré comme une menace pour sa propre sécurité, et demande à l’exécutif américain d’y renoncer. Vladimir Poutine a donné des gages à la Pologne, ce qui devrait conduire Varsovie à renoncer à son alignement inconditionnel sur les Etats-Unis version Bush et sur l’OTAN.

Riki Ellison, le président de la Missile Defense Advocacy Alliance, proche de l’industrie de l’armement, se désole de ce que le projet de déploiement en Pologne et en République tchèque n’ait même pas été évoqué – selon lui – dans le cadre de la foire annuelle sur la défense spatiale et les missiles, organisée à la mi-août à Huntsville-Alabama, sous le patronage d’industriels et de responsables du secteur missilier, en présence du numéro deux de la hiérarchie militaire.

A Huntsville la firme Boeing a d’ailleurs proposé d’installer les futurs intercepteurs « européens » sur des plate-formes mobiles, qui pourraient être acheminées par avion. Autre solution évoquée : l’installation de silos de lancement dans des pays moins exposés ou rétifs que la Pologne et la République tchèque, comme la Turquie, Israël ou un Etat des Balkans ; ou encore le lancement depuis la haute-mer, à partir de destroyers …

Parmi les raisons qui peuvent influer côté américain en faveur d’un éventuel abandon de la solution polono-tchèque, il y aurait :

* le souci du président Obama, en difficulté sur la plupart des fronts diplomatiques, de retrouver un partenariat solide auprès des dirigeants russes ;
* la volonté américaine de préserver les chances d’un accord sur le désarmement nucléaire que Moscou a menacé de ne pas conclure s’il se sentait menacé par un dispositif antimissile américain installé à proximité de ses frontières ;
* l’hostilité des opinions publiques des deux pays concernées (qui craignent de devenir des cibles potentielles), et de l’ensemble des pays européens (opposés à ce genre d’initiative bilatérale) ;
* le coût de ce programme (4 milliards de dollars d’ici 2015), jugé trop lourd alors que le budget annuel de défense antimissile sous l’administration Bush (10 milliards de dollars par an) vient d’être revu à la baisse ;
* l’efficacité technique du dispositif, qui n’est pas prouvée (sur treize tests conduits en neuf ans, sept interceptions réussies seulement).

Officiellement, la « revue » du programme anti-missile est toujours en cours. Mais les officiels polonais eux-mêmes semblent douter de son avenir.
Les Américains espèrent y voir plus clair courant septembre, lorsque les présidents Obama et Medvedev se rencontreront en marge de l’assemblée générale des Nations unies. Les Russes aussi, comme l’a confié leur ambassadeur à l’OTAN, Dmitry Rogozin, qui croit en un nouveau cours des relations russe-américaines « à partir d’octobre ». Quant aux Polonais… ils ont d’autres chats à fouetter (...)

Philippe Leymarie
http://blog.mondediplo.net/2009-09-03-Le-bouclier-anti-missiles-abandonne

www.dedefensa.org/article-le_bmde_a_du_serieux_plomb_dans_l_aile_27_08_2009.html


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guerre des étoiles   Aujourd'hui à 11:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Guerre des étoiles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compatibilité Nacelle Britax / Römer (4 étoiles crash test)
» La guerre du Vietnam
» La Guerre Froide
» Dans quelle arme serviriez vous en cas de guerre?
» (USA) Combattants Français de la Guerre Américaine 1778-1783

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: