sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Sam 17 Avr - 22:39


photo Faget/AFP

IMPÔTS, SUPPRESSION DE LA DEMI-PART SUPPLÉMENTAIRE :
LOURDES CONSÉQUENCES POUR LES RETRAITÉS


A compter des revenus de 2009, les personnes veuves, veufs, divorcés(e)s, séparé(e)s, ayant élevé au moins un enfant ne bénéficieront de la demi-part supplémentaire pour le calcul du quotient familial, qu’à la condition d’avoir élever seul(e) un enfant pendant au moins 5 ans.

La Lettre de l’UCR. On pourrait penser que cette suppression est une mesure d’équité entre ceux qui ont eu des enfants et ceux qui n’en ont pas eu.
Serge Patinier. La vraie mesure sociale et équitable aurait été d’accorder une part et demie à tous ceux et toutes celles qui vivent seuls, qu’ils aient eu ou non des enfants. En effet, que vous soyez seul ou en couple, de très nombreuses charges sont incompressibles ou presque : chauffage, électricité, assurance voiture et maison, taxes sur le logement, essence pour la voiture, etc… Pour les petits revenus, ces charges pèsent très lourdement sur le budget, et justifieraient à elles seules l’octroi de la demi-part supplémentaire. (...)

La Lettre de l’UCR. Pouvez-vous nous donner un exemple concret ?
S. Patinier. Je vais vous parler d’Angèle âgée de 64 ans, veuve d’un camarade retraité décédé en 2008. Elle a eu un enfant qui fait sa déclaration de revenu séparément.
Elle ne l’a pas élevé seule. Elle vient chaque année nous demander des conseils et de l’aide pour faire sa déclaration d’impôts. Dès 2010, Angèle perd sa demi part supplémentaire et son avis d’imposition portera la mention «fatidique» : 1 part. Sa situation dépendra de ce qu’elle va déclarer.

Angèle a déclaré 13 903 euros de revenus annuels en 2009. Désormais, avec une part de quotient famillial, elle devra acquitter 1 043 euros au titre des cotisations sociales (Sécurité sociale, CSG, CRDS), 121 euros de redevance télé, 215 euros au titre de l’impôt sur le revenus, 500 euros de taxe d’habitation (elle est propriétaire d’une petite maison ouvrière à Isbergues). Au total, Angèle va perdre 1 879 euros. Avec une part et demi, elle n’aurait rien eu à payer.

Si Angèle déclarait moins de 10.973 euros de revenus (retraite et autre), son revenu fiscal de référence resterait sous le plafond autorisé pour les exonérations, elle ne serait donc pas touchée par ce changement fiscal. Mais dès 10 973 euros de revenus, on peut dire que tous les retraités vont être pénalisés. A chaque franchissement de palier (revenu fiscal de référence, imposable ou non), l’assujettissement des personnes aux diverses cotisations, taxes et impôts, évolue en fonction des revenus et de l’âge. Il n’y a pas, par exemple, de dégrèvement total de la taxe foncière avant 75 ans.

Comment ne pas s’insurger contre une mesure fiscale qui pénalise encore plus les plus fragiles, alors que le bouclier fiscal qui profite aux plus aisés n’est nullement remis en cause.
www.force-ouvriere.fr/page_principal/interna/index.asp?lk=i&id=2856
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 11 Mai - 14:40



Rigueur : les foyers les plus modestes touchés en priorité

Le plan de rigueur qui commence à se mettre en place touche directement les ménages les plus pauvres. Et ce dès à présent. Alors que pour les riches, c'est moins pressé.

Alors que le gouvernement et le président de la République se gargarisent de l'éventualité de "faire payer les riches", thème jusqu'alors assez peu usité par la droite, ils vont faire payer les pauvres, tout de suite.

La réduction d'impôts accordée en 2009, qui concernait la tranche à 5,5% est supprimée. Vous l'avez sûrement remarqué en recevant votre déclaration de revenus, puisque nombre d'entre nous ont vu le montant à payer grimper. Maintenant c'est officiel.

La prime de 150 euros accordée aux familles modestes au mois de juin est supprimée.

D'ores et déjà, on sait que les impôts locaux vont augmenter. D'après une étude ils pourraient progresser de 2,8% dans les grandes villes.

Autrement dit, on ne sait toujours pas ce qui va se passer pour le bouclier fiscal, la dernière valse hésitation de Pierre Lellouche en étant une illustration, mais on va ponctionner les plus pauvres. Comme d'habitude...
http://fr.news.yahoo.com/63/20100511/tpl-rigueur-les-foyers-les-plus-modestes-5cc6428.html

Le CAC 40 est en forte hausse... et moi, et moi, et moi ?
www.lepost.fr/article/2010/05/10/2068018_youpiiiii-le-cac-40-est-en-forte-hausse-et-moi-et-moi-et-moi.html

Le Medef opposé à toute augmentation d'impôts pour les entreprises
http://fr.news.yahoo.com/3/20100510/tpl-fiscalite-medef-parisot-cfb2994.html

Suppression de mesures sociales anticrise
et maintien du bouclier fiscal


Le bouclier fiscal, mesure phare du début du quinquennat du président Nicolas Sarkozy, a été la cible mardi de nouveaux assauts au lendemain de l'annonce de la suppression de mesures sociales anticrise.

Le "bouclier fiscal" limite la totalité des impôts directs payés à 50% des revenus.

Lors d'une réunion avec les partenaires sociaux destinée à faire le bilan des mesures prises l'an dernier pour atténuer les effets de la crise, Nicolas Sarkozy a annoncé le maintien de la plupart de celles qui avaient pour but de soutenir l'emploi.

Tout en réfutant le mot austérité, il a en revanche annoncé la suppression de 2,5 milliards d'euros d'exonérations ou d'allocations exceptionnelles accordées en 2009 à 10 millions de ménages modestes pour soutenir leur pouvoir d'achat.

Il s'agissait notamment de l'exonération de deux tiers de l'impôt sur le revenu accordée à 5,5 millions de foyers, d'une prime de 150 euros pour les familles bénéficiant de l'allocation de rentrée scolaire, de bons d'achat de services à la personne et d'une "prime de solidarité active" de 200 euros

L'ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle de 2007, Ségolène Royal, a pour sa part demandé à l'Elysée de renoncer à ces décisions.
"Les ressources fiscales et les économies que recherche le gouvernement pour boucher un déficit énorme, qu'il a lui-même creusé, ne doivent pas être trouvées sur le dos des plus pauvres mais chez les plus fortunés", estime-t-elle.
Elle demande la suppression du bouclier fiscal et la lutte contre l'évasion fiscale.

La première secrétaire du Parti socialiste, a dénoncé une politique qui "marche sur la tête", injuste est inefficace.
"Aujourd'hui, le plan du gouvernement c'est : on diminue les dépenses sociales et on ne touche en rien aux recettes. Nous pensons qu'il faut agir sur les deux", a déclaré Martine Aubry à l'issue d'une entrevue avec le Premier ministre à Matignon.
Elle propose de taxer les bénéfices des banques pour financer des aides aux chômeurs en fin de droit, une prime de 200 euros pour 16 millions de ménages modestes et un grand programme d'emplois des jeunes.

http://fr.news.yahoo.com/4/20100511/tts-france-impots-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Lun 17 Mai - 22:42


zoom

FILLON
Réduction des dépenses de l'État : sont concernés Aides à l’Agriculture, RSA, APL, AAH


L'Etat veut réduire de 10% sur trois ans ses dépenses d'intervention, qui regroupent notamment des aides sociales comme le RSA, selon la lettre de cadrage budgétaire pour 2011-2013 envoyée par le Premier ministre François Fillon aux membres du gouvernement.

Confirmant une information parue dans le quotidien Les Echos, le Premier ministre indique que "pour l'ensemble des dispositifs d'intervention, notre objectif doit être de réaliser le même effort que sur les dépenses de fonctionnement, soit une baisse en valeur de 10%".

Les dépenses d'intervention désignent notamment certaines aides publiques au développement, à l'agriculture et à l'emploi (contrats aidés), mais aussi des prestations sociales comme l'Aide pour le logement (APL), le Revenu de solidarité active (RSA) ou encore l'Allocation pour adulte handicapé (AAH). Dans le budget 2010, elles s'élèvent à 67,6 milliards d'euros.

"L'ampleur du redressement budgétaire" exige "que les dépenses d'intervention de l'Etat soit systématiquement réexaminées", justifie le Premier ministre. "Les dispositifs qui relèvent de règles d'indexation automatique ou de droits acquis devront voir leurs dépenses contenues par des réformes spécifiques", indique-t-il sans autre précision.

Extension du non remplacement

Dans sa lettre de cadrage signée le 11 mai, le Premier ministre confirme aussi vouloir poursuivre "la politique de diminution des effectifs de l'Etat consistant à ne remplacer qu'un agent public sur deux partant à la retraite". Un effort sur les effectifs sera généralisé aux "opérateurs" de l'Etat (Météo France, CNRS, Pôle emploi, etc.) "auxquels des efforts équivalents seront demandés, soit une diminution de 1,5% chaque année de leurs emplois", poursuit François Fillon. (...)

www.courrierdesmaires.fr/actualite/france-le-rsa-touche-par-le-projet-de-reduction-des-depenses-d-intervention-de-l-etat-17927.html
www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-05-12/l-etat-veut-reduire-de-10-ses-depenses-d-intervention-sur-3-ans/917/0/454059
http://www.lepost.fr/article/2010/05/12/2071574_fillon-reduction-des-depenses-de-l-etat-sont-concernes-le-rsa-l-apl-et-l-aah.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Nombreux liens dans l'article   Dim 23 Mai - 11:19



Crise : Sarkozy ne veut pas trahir les rentiers

159ème semaine de Sarkofrance. Il parlera fracture sociale, mais plus tard, quand il faudra convaincre les masses populaires de voter une nouvelle fois pour lui. Pour l'instant, il a le FMI et la Commission européenne sur le dos qui s'inquiètent de ses déficits. Il doit trouver 100 milliards d'euros à économiser dans les 3 ans. Augmenter les impôts ? Surtout pas.

Il aimerait bien gonfler la TVA, en lui donnant un vernis social ou écolo : elle frappe tout le monde et rapporte gros. Mais cela raviverait le débat sur l'impôt de la rente et du capital. Trop dangereux. Il a été élu parle peuple mais pour les rentiers et les grandes entreprises. Pas question de trahir ce pacte électoral-là. Jeudi, Nicolas Sarkozy s'est donc résolu à livrer ses premières recettes d'austérité pour réduire les déficits : la guerre des classes est de retour.

Sarkozy, candidat des seniors ?
Dimanche après midi, Eric Woerth a dévoilé 14 engagements du gouvernement sur la réforme des retraites. Dans son document, il appelle de ses voeux une «société dans laquelle l’effort est réparti de manière équitable.» Vraiment ?
[...]

Sarkozy, ennemi de classe
Jusqu'à jeudi, le gouvernement jonglait avec les mots : rigueur ou austérité étaient proscrits du vocabulaire sarkozyen. Luc Chatel refusait la convergence préalable des politiques budgétaires demandée par la Commission européenne. Mais jeudi, Sarkozy a livré son programme de rigueur de classe, avec la réduction des dépenses de fonctionnement courant de l'Etat, des aides et prestations sociales de 10% en trois ans, la poursuite des suppressions de postes dans la Fonction Publique, et le gel des concours financiers de l'Etat aux collectivités locales. Qu'importe si on manque de policiers, de gendarmes, de médecins et d'enseignants. Quant aux collectivités locales, leurs dotations seront aussi soumises à «des critères de bonne gestion». C'est l'hôpital qui se fiche de la charité ! [...]

Ces efforts restent largement insuffisants pour résoudre l'équation budgétaire posée à Nicolas Sarkozy : il lui faut économiser 100 milliards d'euros. Les mesures annoncées s'élèvent à moins de 20 milliards.

Comme Sarkozy a annoncé qu'il ne toucherait pas aux prélèvements obligatoires, on peut en déduire que ce programme n'est qu'une première tranche de rigueur avant la véritable austérité. Qui sont les principaux bénéficiaires des régimes sociaux, des aides sociales, des services publics en tout genre ? Les classes modestes et moyennes. - Le message est clair. L'injustice l'est tout autant : les niches fiscales seront à peine toilettées, les dépenses présidentielles épargnées, le bouclier fiscal demeurera. Les rentiers sont heureux.

Nicolas Sarkozy a conclu ses annonces par une belle diversion: il souhaite que l’équilibre budgétaire soit inscrit dans la Constitution. Il était sûr, le Président, que ce gadget constitutionnel allait faire jaser. La situation est cocasse. Depuis 2002, la dégradation structurelle et conjoncturelle des comptes publics a été spectaculaire, et injuste. Sarkozy agit comme s'il avait besoin de s'abriter derrière un paravent juridique pour assumer une austérité inévitable.

Il reste du chemin à parcourir d'ici 2012. Et la guerre des classes ne fait que commencer.

juan sarkofrance
le Dimanche 23 Mai 2010
www.marianne2.fr/Crise-Sarkozy-ne-veut-pas-trahir-les-rentiers_a193102.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 8 Juin - 23:46



Réduction des salaires des fonctionnaires par une hausse des cotisations retraite

Les syndicats de fonctionnaires y voient une mesure synonyme de baisse du pouvoir d’achat.

Jean-Louis Malys (CFDT) s’est interrogé lui aussi sur «le pouvoir d’achat des fonctionnaires, qui sont déjà à la diète depuis plusieurs années».

Une hausse du taux de cotisations retraite des fonctionnaires de 2,8% équivaudrait à ramener le point d’indice, qui sert de base de calcul aux rémunérations des 5,2 millions de fonctionnaires, à un niveau inférieur à celui de novembre 2005, d’après le syndicat Solidaires.

Le gouvernement ayant annoncé un gel des dépenses publiques pour trois ans, les syndicats craignent de devoir subir des mesures d’austérité salariale.

les syndicats avaient estimé qu'"une augmentation du taux de cotisations retraites des fonctionnaires de 2,8%, se traduirait bien par une baisse du pouvoir d'achat", alors que le document d'orientation du gouvernement "écartait toute solution qui baisserait le niveau de vie des Français".

le gouvernement ayant annoncé un gel des dépenses publiques pour trois ans, les syndicats craignent de devoir subir des mesures d'austérité salariale.
www.humanite.fr/Fonctionnaires-une-possible-hausse-des-cotisations-retraite
http://unsa-cg21.over-blog.com/article-fonctionnaires-la-hausse-des-cotisations-retraites-envisagee-par-le-gouvernement-51881686.html




Plan anti-crise : Baisse des salaires

Dans une lettre adressée le 18 mars 2009 à ses salariés cadres, la direction de Hertz demande à ses salariés de bien vouloir renoncer de 5% à 7,5% de leur salaire brut. pendant une première période de 3 mois.

Renault l’a déjà fait avec ses cadres plus tôt cette année, ainsi que HP pour ne parler que des cas les plus connus. A ceux qui disent que cela ne touche que les cadres, sachez que ce ne sera qu’une mise en bouche. En effet, la méthode s’est maintenant généralisée chez HP : 20% de moins pour le PDG, 10% de moins pour les membres de la direction exécutive, 5% pour les cadres, et enfin 2,5% pour le reste des salariés.

dans le cas de Hertz, par exemple, se cache 3 fonds américains d’investissement, dont les revenus sont déjà beaucoup moins frappés par la fiscalité (tout comme le revenu du capital en France, juste au passage). Quelqu’un a-t-il au moins pensé à demander aux actionnaires de réduire leur coupon de présence, ou de faire une croix sur leurs dividendes, ou au moins, de les réinjecter dans la société histoire de donner un petit coup de main ?
www.lebloginfo.fr/?p=548#more-548



Jacques Généreux : Petite leçon d'économie dans la rue...

Le 28 avril 2010 lors de la manifestation en solidarité au peuple grec organisée devant l'Association française des Banques à Paris, Jacques Généreux, économiste et membre de la direction du Parti de Gauche, répondait à nos questions sur la spéculation, les banques, les agences de notations et les attaques subies par la Grèce.
Dans la deuxième partie, il décrit une série de mesures qu'un gouvernement de Front de Gauche, qui arriverait au pouvoir en France, prendrait pour faire face aux attaques spéculatives des banques.
www.dailymotion.com/video/xdl121_genereux-petite-lecon-d-economie-da_news cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Jeu 17 Juin - 0:53



L'âge de la retraite à taux plein passe à 67 ans

L'âge légal de la retraite passera à 62 ans, disent les fossoyeurs au pouvoir.
Mais la modification annoncée d’une autre borne, est passée plus inaperçue : «le déplacement» de l’âge auquel on peut faire valoir ses droits à la retraite sans décote. Aujourd’hui fixé à 65 ans, l’âge du taux plein sera relevé à 67 ans.

L'âge légal de départ en retraite sera porté progressivement à 62 ans d'ici 2018, au lieu de 60 actuellement.
Le rythme du recul est défini par classe d'âge, à raison de 4 mois supplémentaires de travail, donc de cotisation par génération. La barre des 65 ans, âge auquel le taux plein est garanti, est donc aussi reculée de deux ans, à 67 ans.

Le gouvernement souhaite que la durée de cotisation nécessaire pour une pension à taux plein, qui aura atteint 41 ans en 2012, soit portée à 41 ans et trois mois à partir de 2013, ce qui concerne les générations 1953 et 1954.

Quant aux régimes spéciaux, ils ne seront pas épargnés, mais le recul s'appliquera avec un décalage dans le temps, à partir de 2017 "pour tenir compte du calendrier de la réforme de 2008.
www.ladepeche.fr/article/2010/06/16/855456-Depart-a-la-retraite-a-taux-plein-ce-sera-67-ans.html

Réforme des retraites : «un signal aux marchés»

Retraites : travailler plus pour gagner moins

"Etre juste, c'est travailler plus" a osé dire Woerth. Mais pour ce gouvernement, ce n'est pas faire payer les hauts revenus. Ceux-ci ne participeront qu'à hauteur de 10% des nouvelles recettes (3,7 milliards).
Une fois de plus, les salariés paieront pour que les vrais privilégiés gardent leurs privilèges.

Cette réforme apporte peu de solutions aux problèmes de financement des retraites. Elle siphonne le Fonds de Réserve des retraites pourtant prévu pour garantir le versement des pensions en 2020.
Elle fait baisser les montants des pensions pour obliger à terme les salariés à en passer par la capitalisation pour vivre dignement.

En repoussant le départ en retraite à 62 ans, la retraite à taux plein à 67 ans et en augmentant de 3
points le taux de cotisation des fonctionnaires, c'est un véritable plan d'austérité qui ne dit pas son nom qui est mis en place
. Ce sont les femmes, les précaires et les salariés usés par l'intensification du travail qui en seront les principales victimes. Les quelques mesures cosmétiques sur les congés maternités et le cas par cas pour la pénibilité ne compenseront pas la dégradation des conditions de liquidation des retraites.

Ce plan, c'est la fin du droit à une retraite heureuse.

Martine BILLARD, députée de Paris, porte-parole du Parti de Gauche
16 juin 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Jeu 17 Juin - 11:07



Le péage urbain pourra être expérimenté en France

www.liberation.fr/terre/0101641778-le-peage-urbain-pourra-etre-experimente

Les impôts avant la révolution

Le droit de pontenage :
Le seigneur, ou le prévôt du village percevait un droit de péage pour passer sur les ponts.
L’octroi :
Droit perçu à l’entrée des villages sur certaines denrées.
Le tonlieu :
C’est l’impôt qui correspond aux octrois et s’applique aux marchandises qui entrent dans la ville pour y être consommées.
Le droit de marché :
Comme son nom l’indique, il se percevait comme droit de place, pour venir vendre au marché ou sur les marchandises qui y étaient vendues.
Etc.
www.jan-stories.biz/?p=652

Les redevances seigneuriales

Les redevances que doit un paysan à son seigneur sont doubles : foncières et banales.
Les redevances foncières sont en quelque sorte le prix de la location des terres cédées aux paysans; elles sont payables en argent, c'est à proprement parler le cens, ou en nature. Elles comprennent également un certain nombre de journées par an, voire même par semaine, réservées au travail des terres non affermées de la seigneurie.

Les redevances banales sont variées : obligation, pour les paysans, d'utiliser, en payant, le moulin banal, le four banal, le pressoir banal ; "corvée", c'est-à-dire réquisition des paysans pour l'entretien du château, des routes, l'abattage des forêts, etc. Et souvent, sous prétexte de se faire aider, le seigneur exige le paiement arbitraire d'une "taille".

Les principales ressources nobiliaires sont les suivantes :
    - la taille : impôt direct sur les roturiers,
    - la gabelle : impôt sur le sel,
    - les fouages : redevance par maison ou par feu,
    - les taxes sur le fonctionnement du four banal, du moulin, sur le travail du bouilleur de cru,
    - les droits de passage sur les ponts,
    - les jours de corvée.
Aucun noble ne pouvant se payer le prix d'une jacquerie, pour que les manants ne soient pas enclins à la révolte face à ces impôts, les seigneurs, en accord avec l'Eglise, accordent de nombreux jours fériés où le peuple fête ses saints patrons, le venue du printemps ou la salaison du cochon.
http://medieval.mrugala.net/Seigneurs%20et%20nobles/Redevance%20seigneuriale.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Lun 21 Juin - 15:53



Toujours courageux, Sarkozy fait annoncer l'austérité dans le Financial Times et par le secrétaire général de l'Elysée.

Nouveau tour de vis budgétaire

Guéant promet de nouvelles coupes budgétaires à l'automne en France pour atteindre l'objectif de 100 milliards d'euros d'économies d'ici 2013.

Il annonce que de nouvelles décisions seront prises à cet égard à l'occasion de la révision des politiques publiques (RGPP).

Sur les 100 milliards d'économies considérés par le gouvernement comme nécessaires à la résorption du déficit public français d'ici 2013, la moitié proviendra de réductions de dépenses.

«Nous sommes déterminés», assène-t-il, comme pour rassurer les marchés sur la fiabilité française.

On ne peut pas nous reprocher de manquer de courage». [avec les plus faibles ?]

Selon les économistes interrogés par le FT, le gouvernement français pourrait envisager un gel des salaires des fonctionnaires, par exemple. (...)

www.leparisien.fr/economie/gueant-promet-un-nouveau-tour-de-vis-budgetaire-21-06-2010-972336.php
http://fr.news.yahoo.com/4/20100621/tts-france-budget-gueant-ca02f96.html


Salaires des ministres

Commentaire de Jean dit La Truffe : «Ce n'est pas tant le niveau de leur rémunération qui heurte, mais l'absence de résultat, tout comme leur mise hors jeu du monde économique. Tout se fait sans eux, d'une part, et d'autre part, les marchés leur dictent la loi.

D'où ces questions légitimement posées par les Français : A quoi servent-ils ? Pourquoi sont-ils aussi nombreux nos politiques ?

Pour situer la chose budgétairement parlant, un quinquennat de M. Sarkozy, sa "liste civile" dont son salaire, coûte au pays à peu de choses près, l'équivalent du traitement annuel de 25 000 fonctionnaires (132 M€ X 5). (...)»

www.marianne2.fr/Haro-sur-les-ministres-et-leurs-salaires_a194135.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Injustice et infantilisation   Jeu 1 Juil - 16:13


Fonctionnaires portugais en mars 2010

Gel, ou plutôt réduction, du salaire des fonctionnaires

Après une dernière augmentation de 0,5% qui intervient le 30 juin 2010, le gouvernement a décidé de «geler» en 2011 le point d’indice, qui sert de base de calcul pour les salaires des 5 millions 200 000 fonctionnaires.

On entre là dans une "glaciation" qui pourrait durer plusieurs années, en tout cas se prolonger en 2012 et 2013.

Ce point d’indice est le socle pour calculer le salaire des fonctionnaires. Il conditionne 80% de la rémunération, et il y a les 20% restant : des primes. Mais avec la réforme des retraites les fonctionnaires vont cotiser plus.

Le gouvernement s’abrite derrière les contraintes de la crise des finances publiques pour faire passer une réforme qu’il défend depuis 2007 : privilégier les hausses individuelles de salaires sur les augmentations générales, pour développer la rémunération au mérite dans la fonction publique, pour individualiser davantage les carrières.

Il ne s’agit donc pas seulement d’une mesure budgétaire mais bien d’une rupture idéologique pour importer dans la fonction publique des modes de «management» inspirés du secteur privé.

http://eco.rue89.com/2010/06/30/gel-du-traitement-des-fonctionnaires-en-2011-157028
www.liberation.fr/economie/0101643219-les-ingredients-d-une-grosse-colere-pour-les-fonctionnaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Jeu 1 Juil - 16:17



Transports, énergie, timbres : tout ce qui augmente au 1er juillet

Transports

SNCF : Augmentation moyenne de 2,5% pour les trains Corail, Intercités et TER. Cela se traduira par une hausse du billet allant de 10 centimes à 2,30 euros selon la distance parcourue. Le prix des cartes de réduction (cartes 12-25, Senior, Escapades et Enfant +) reste inchangé.

RATP : Transilien SNCF et Optile (bus privés): augmentation globale de 3,9%. Abonnements mensuels: +3,80 euros (soit des hausses de 4,1 à 7,1%) sauf les zones 1-5 et 1-6 qui restent stables. Billets et tickets: +3 à 3,5% en moyenne.
L’abonnement mensuel zones 1 et 2 (Paris et proche banlieue) passe de 56,60 à 60,40 euros (+6,7%), et zones 1 à 4 de 91,70 à 95,50 euros (+4,1%).

Energie, gaz
Les prix du gaz vont augmenter de 5% en moyenne le 1er juillet, portant la hausse à environ 15% depuis le début de l’année. Une hausse de l’électricité est aussi attendue en août.

Timbres
Le prix du timbre pour les lettres de moins de 20 grammes augmente de deux centimes, passant de 56 à 58 centimes d’euro, soit une hausse de 3,5%.

www.liberation.fr/vous/0101644411-transports-timbres-ampoules-allocations-tout-ce-qui-change-au-1er-juillet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 6 Juil - 14:25


Baroin sabre les aides au logement des étudiants, pour l'emploi des salariés à domicile
et l'aide aux handicapés


"L'aide à domicile fait l'objet de deux avantages, l'un social et l'autre fiscal. Nous allons supprimer l'abattement de 15 points sur les exonérations sociales", a déclaré le nouveau ministre du Budget dans une interview accordée au journal économique Les Echos. "Nous supprimons la possibilité donnée aux étudiants et à leurs parents de cumuler l'aide personnalisée au logement et la demi-part par enfant à charge".

Concernant l'aide aux handicapés, il confirme que l'allocation "sera bien augmentée de 25 % mais en six ans au lieu de cinq". "Elle sera revalorisée de 3 % l'an prochain au lieu des 4,5 % prévus"

Baroin a enfin indiqué que "le nombre d'emplois aidés va passer de 400 000 à 340 000 l'an prochain. Dès cette année, la part de salaire payée par l'Etat sera ramenée de 90 % à 80 %

Mais de son côté, le ministre de l' Economie et des Finances Christine Lagarde se dit prête à défendre certaines niches fiscales, comme le crédit impôt recherche et les allègements fiscaux pour l'emploi à domicile, rapporte le Parisien.
http://fr.news.yahoo.com/63/20100706/tpl-budget-2011-baroin-annonce-la-baisse-5cc6428.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Jeu 16 Sep - 23:39


Sécu : 500 M€ de transfert vers les complémentaires santé
Vers une réduction du taux de remboursement des médicaments à vignette bleue


Les mesures d'économies dévoilées jeudi par Les Échos représentent une charge de 500 millions d'euros pour les ménages. Pour les complémentaires santé, elle pourrait s'ajouter au 1,1 milliard d'euros de taxe sur les conventions d'assurance.
1) le taux de remboursement des médicaments dont le service médical est considéré comme modéré passerait de 35 % à 30 %.
2) Le ticket modérateur : pourrait être relevé de 0,5 point. Une somme supplémentaire qui reste à la charge du patient pour les consultations de médecins, les actes de kinésithérapie ou encore d’infirmières.
3) la Sécurité sociale remboursera un peu moins bien certains actes réalisés à l’hôpital : ceux tarifés entre 91 et 120 euros.
________________________________________________

La réaction de la députée socialiste de Toulouse Catherine Lemorton, pharmacienne et membre de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales :
« Comme il le fait avec les retraites, c’est encore vers les assurés qu’il va concentrer les recettes supplémentaires. Si, comme l’annonce le Gouvernement, les mesures de réduction des taux de remboursement pour certains médicaments, d’augmentation des consultations de médecins ou encore de certains frais d’hospitalisation seront « compensées par les complémentaires », il oublie de préciser que ces mêmes complémentaires augmenteront, dans le même temps, leurs tarifs.
Encore une fois le Gouvernement fait peser injustement sur les assurés des mesures qui ne régleront pas structurellement le problème du déficit. Encore une fois le Gouvernement oublie qu’il existe des droits fondamentaux et constitutionnels en France, comme notamment le droit à une santé de qualité pour tous. Encore une fois le Gouvernement ne dit pas la vérité et préfère faire assumer aux complémentaires des hausses qu’il aura directement provoquées.«
www.argusdelassurance.com/a-la-une/secu-500-m-de-transfert-vers-les-complementaires-sante.45559
www.toulouse7.com/2010/09/16/medicaments-consultations-medicales-hospitalisation-il-faudra-payer-plus/


Commentaire de momil :
Absurde et dangereux !
Seuls les contrôles glycèmiques (6 minimum par jour) réalisés au moyen d'autotests permettent aux diabétiques insulinodépendants d'être équilibrés (le fameux 7 !).
Ce qui évite les complications redoutables qui coûteraient très chers à la sécurité sociale !
Pour information, grâce à ce suivi rigoureux je n'ai aucune complication malgré 40 ans de diabète et je compte bien continuer.
Si ce projet de déremboursement était voté, il me coûterait 120 euros par mois !
Combien de diabétiques peuvent se permettre cette dépense supplémentaire ?
Projet absurde et dangereux et inintelligent qui va à l'encontre de toute logique, et d'approche humaine.

jeudi 16 septembre | 20:49
www.lepoint.fr/economie/assurance-maladie-les-deremboursements-attendus-pour-2011-16-09-2010-1237044_28.php


Le bouclier fiscal a coûté 679 millions d'euros et profité à 19.000 contribuables

Le bouclier fiscal a coûté en 2009 à l'État 678,99 millions d'euros de remboursements à 18.764 contribuables bénéficiaires, selon les chiffres définitifs d'un rapport, révélés jeudi par Le Parisien.

Le bouclier fiscal a coûté en 2009 à l'État 678,99 millions d'euros de remboursements à 18.764 contribuables bénéficiaires, selon les chiffres définitifs d'un rapport, révélés jeudi par Le Parisien. Selon ces chiffres du ministère du Budget transmis aux commissions des Finances de l'Assemblée nationale et du Sénat, la restitution moyenne a été de 36.186 euros par contribuable concerné par le bouclier fiscal, dispositif très contesté qui plafonne l'impôt à 50 % des revenus. Mais ces chiffres cachent des disparités, selon les revenus et le patrimoine des intéressés.

En bas de l'échelle, les 9.789 contribuables les moins aisés ont obtenu une restitution de 559 euros en moyenne chacun. A l'opposé, les 1.169 les plus fortunés ont empoché un chèque du Trésor de 362.126 euros chacun. Ceux-là se sont partagé 423,32 millions d'euros, soit plus de 62 % de l'enveloppe totale.
www.lepoint.fr/economie/le-bouclier-fiscal-a-coute-679-millions-d-euros-et-profite-a-19-000-contribuables-16-09-2010-1237261_28.php

www.mutuelleverte.com/Actualit%C3%A9s/D%C3%A9tail.aspx?idInfos=16
www.paperblog.fr/1711336/le-bouclier-fiscal-en-ligne-de-mire/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 21 Sep - 10:23



Fin de l'avantage fiscal pour les jeunes mariés
Le gouvernement envisage de supprimer le régime de faveur qui permet aux jeunes mariés de faire une triple déclaration.
www.liberation.fr/economie/01012291087-fin-de-l-avantage-fiscal-pour-les-jeunes-maries

EDF prive des milliers d'usagers du tarif social de l'électricité
Ce tarif de première nécessité (TPN) permet aux personnes en difficulté de bénéficier d'une réduction de 30% à 50% sur une partie de leur facture.
www.liberation.fr/economie/01012291278-edf-prive-des-milliers-d-usagers-d-une-electricite-au-tarif-social

Le prix de l’Internet devrait augmenter fortement
Pour répondre aux exigences de Bruxelles, le gouvernement va taxer davantage les offres "triple play", alliant internet, téléphone et télévision.
Les abonnements au «triple play», offres combinant Internet, le téléphone fixe et la télévision, seront entièrement imposés à 19,6 % en 2011, a confirmé jeudi le ministre du budget François Baroin. Selon le président d’UFC-Que choisir, cette décision va entraîner une importante hausse tarifaire se rapprochant de celle de la téléphonie.
www.la-croix.com/Le-prix-de-l-Internet-va-t-il-augmenter-fortement-/article/2439012/4079

Triple play : Bruxelles dément imposer la TVA
Bruxelles a démenti vendredi avoir demandé à la France d'augmenter la TVA sur les offres "triple play"
Le gouvernement avait indiqué son intention de relever la TVA des box internet à 19,6%, affirmant s'appuyer sur une demande de la Commission européenne.
Dans ce dossier complexe, Bruxelles précise que le taux de TVA réduit de 5,5% pourra continuer de s'appliquer pour la partie télévision de l'offre.
http://info.france2.fr/economie/triple-play-bruxelles-dement-imposer-la-tva--64761721.html

UMP : Union de Menteurs Prévaricateurs (et lâches)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mer 29 Sep - 9:32



Neuf services publics vont faire guichet commun dans les campagnes

Le gouvernement et neuf entreprises et organismes de service public ont signé, mardi 28 septembre à Paris, un accord national visant à multiplier des points d'accueil communs du public dans les zones rurales. La Poste, EDF, la SNCF, GDF Suez, Pôle Emploi, l'Assurance-Maladie, la Caisse nationale d'allocations familiales, la Mutualité sociale agricole et la Caisse nationale d'assurance-vieillesse doivent "mutualiser" leurs moyens pour offrir des guichets communs dans les campagnes, sous l'égide de l'Etat. Ils bénéficieront du soutien de la Caisse des dépôts et Consignations et de l'Union nationale des points d'information et de médiation multi-services (Pimms).

L'objectif est d'ouvrir dans un premier temps 60 nouveaux lieux d'accueil, tandis que 300 autres sites verront leur offre de services complétée. Ils seront déployés dans vingt-deux départements métropolitains – un par région – et à la Réunion.

SNCF. La société [encore] nationale va ainsi installer des bornes de vente de billets de trains régionaux (TER) dans 100 relais-poste chez les commerçants, mais aussi dans des bureaux de poste ou des offices de tourisme.

D'autres services publics ont évoqué du "visio-accueil" et des "visio-guichets" permettant d'"offrir le service à distance par le biais de la technologie".
www.lemonde.fr/societe/article/2010/09/28/neuf-services-publics-vont-faire-guichet-commun-dans-les-campagnes_1417310_3224.html

www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/bernard_tapie_un_homme_tres_riche_209148
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Sam 16 Oct - 5:38

"Mettre à contribution les malades en affection de longue durée"

Milton Friedman et Pinochet

Une «cure d'austérité» pour la France

La Commission pour la libération de la croissance française présidée par Jacques Attali propose une véritable «cure d'austérité», dans un document qui doit être remis ce vendredi à Nicolas Sarkozy, selon Les Échos.

Citant une «version préliminaire du rapport», le quotidien économique parle de 25 «propositions choc» dont environ la moitié porte sur la maîtrise des dépenses publiques, la priorité affichée étant de ramener le déficit public sous les 3% du PIB en 2013.

«La première proposition est d'accomplir un ajustement de 75 milliards d'euros sur trois ans... en jouant exclusivement sur la réduction des dépenses publiques (50 milliards d'euros) et en élargissant l'assiette des prélèvements «sans relèvement de taux» (25 milliards)», assure le journal.

La commission suggère notamment selon la même source de «geler le point d'indice pour les fonctionnaires» et de «prolonger et élargir la règle de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite aux collectivités locales et à la Sécurité sociale».

Son rapport préconise également de geler certaines prestations sociales et de mettre sous condition de ressources les allocations familiales.

La Sécurité sociale est une «autre cible» du rapport qui prévoit le déremboursement de médicaments et la mise en place d'une participation financière des malades en affections de longue durée (cancers, diabète...) actuellement pris en charge à 100% sans condition de ressources.

En outre, le rapport table sur 40 milliards d'économie sur la base d'une «meilleure maîtrise des dépenses de chacun des acteurs publics», recommandant notamment une baisse de 1% des concours financiers de l'État en valeur.

Dans sa «stratégie à dix ans», avec un objectif de croissance moyenne d'au moins 2,5% par an, la Commission Attali «veut éliminer en trois ans le quart des pertes de recettes au titre des niches fiscales et sociales».

Elle cible en priorité les niches «ayant des effets anti-redistributifs ou favorisant les plus privilégiés», notamment la TVA à 5,5%.

Concernant la fiscalité du patrimoine, le rapport prône un «réexamen» concernant les plus-values et les successions et demande que «la contribution des plus favorisés ne soit pas annulée par le bouclier fiscal», sans se prononcer plus avant sur ce sujet controversé.

Jacques Attali doit être reçu ce vendredi à 18 heures à l'Élysée par Nicolas Sarkozy pour la remise du rapport alors que l'examen du budget doit débuter lundi à l'Assemblée nationale. La Commission avait remis un premier rapport en janvier 2008, avec 20 propositions principales.
www.liberation.fr/economie/01012296457-la-commission-attali-prone-une-cure-d-austerite-pour-la-france
www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020863250793-le-plan-de-la-commission-attali-pour-ramener-le-deficit-public-a-3-de-pib-en-2013.htm

www.liberation.fr/evenement/010172145-relance-les-solutions-d-attali
www.liberation.fr/politiques/010123943-les-20-propositions-principales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Sam 16 Oct - 5:43


La Stratégie du choc, la montée d'un capitalisme du désastre

Milton Friedmann, initiateur de la pensée ultralibérale et théoricien du courant monétariste (notamment suivi par Reagan et Thatcher), conseillait aux hommes politiques d'imposer immédiatement après une « crise » les réformes économiques avant que les gens n'aient eu le temps de se ressaisir. Il qualifiait cette méthode de « traitement de choc ».

Naomi Klein soutient que des désastres (catastrophes naturelles, changements de régimes), qui conduisent à des chocs psychologiques, permettent aux chantres du capitalisme d'appliquer la doctrine de l'école de Chicago dont Milton Friedman est l'un des représentants les plus connus. Ils imposeraient à l'occasion des désastres des réformes économiques ultra-libérales telles que la privatisation de l'énergie ou de la sécurité sociale. De telles réformes n’étant pas possibles sans crise.
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Strat%C3%A9gie_du_choc


Si vous pensez être parmi les 0,001% qui sont du bon côté de la barrière, priez pour que ça dure.
Sinon diffusez…

www.passerelleco.info/article.php?id_article=878


Naomi Klein invitée du Nouvel Observateur, le 23 mai 2008
www.dailymotion.com/video/xbj2me_naomi-klein-seule-alternative-au-ca_news
www.youtube.com/watch?v=_25mkbnfou0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Sam 16 Oct - 5:45

"Mettre à contribution les malades en affection de longue durée"

Milton Friedman et Pinochet

Une «cure d'austérité» pour la France

La Commission pour la libération de la croissance française présidée par Jacques Attali propose une véritable «cure d'austérité», dans un document qui doit être remis ce vendredi à Nicolas Sarkozy, selon Les Échos.

Citant une «version préliminaire du rapport», le quotidien économique parle de 25 «propositions choc» dont environ la moitié porte sur la maîtrise des dépenses publiques, la priorité affichée étant de ramener le déficit public sous les 3% du PIB en 2013.

«La première proposition est d'accomplir un ajustement de 75 milliards d'euros sur trois ans... en jouant exclusivement sur la réduction des dépenses publiques (50 milliards d'euros) et en élargissant l'assiette des prélèvements «sans relèvement de taux» (25 milliards)», assure le journal.

La commission suggère notamment selon la même source de «geler le point d'indice pour les fonctionnaires» et de «prolonger et élargir la règle de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite aux collectivités locales et à la Sécurité sociale».

Son rapport préconise également de geler certaines prestations sociales et de mettre sous condition de ressources les allocations familiales.

La Sécurité sociale est une «autre cible» du rapport qui prévoit le déremboursement de médicaments et la mise en place d'une participation financière des malades en affections de longue durée (cancers, diabète...) actuellement pris en charge à 100% sans condition de ressources.

En outre, le rapport table sur 40 milliards d'économie sur la base d'une «meilleure maîtrise des dépenses de chacun des acteurs publics», recommandant notamment une baisse de 1% des concours financiers de l'État en valeur.

Dans sa «stratégie à dix ans», avec un objectif de croissance moyenne d'au moins 2,5% par an, la Commission Attali «veut éliminer en trois ans le quart des pertes de recettes au titre des niches fiscales et sociales».

Elle cible en priorité les niches «ayant des effets anti-redistributifs ou favorisant les plus privilégiés», notamment la TVA à 5,5%.

Concernant la fiscalité du patrimoine, le rapport prône un «réexamen» concernant les plus-values et les successions et demande que «la contribution des plus favorisés ne soit pas annulée par le bouclier fiscal», sans se prononcer plus avant sur ce sujet controversé.

Jacques Attali doit être reçu ce vendredi à 18 heures à l'Élysée par Nicolas Sarkozy pour la remise du rapport alors que l'examen du budget doit débuter lundi à l'Assemblée nationale. La Commission avait remis un premier rapport en janvier 2008, avec 20 propositions principales.
www.liberation.fr/economie/01012296457-la-commission-attali-prone-une-cure-d-austerite-pour-la-france
www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020863250793-le-plan-de-la-commission-attali-pour-ramener-le-deficit-public-a-3-de-pib-en-2013.htm

www.liberation.fr/evenement/010172145-relance-les-solutions-d-attali
www.liberation.fr/politiques/010123943-les-20-propositions-principales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 16 Nov - 4:23


Le gouvernement rabote en douce les indemnités maladie et maternité

La mesure était passée presque inaperçue. Les indemnités journalières pour congé maladie, maternité... vont baisser pour toutes les personnes qui s'arrêteront de travailler à partir du 01 décembre. Des baisses décidées par décrets parus dans le Journal Officiel du 31 octobre

Cette fois-ci, les malades savent combien ils vont perdre exactement. Leurs indemnités vont baisser de 1,4% grâce à un savant recalcul.

L'indemnité journalière est basée sur 50% du salaire par jour.

Pour calculer ce salaire journalier, la Sécu se basait sur 1/90e de l'ensemble de vos salaires perçus ces trois derniers mois en cas de congé maladie, maternité, paternité ou adoption et sur 1/30e de votre dernier salaire mensuel dans le cas d'une maladie professionnelle ou d'un accident du travail.

Avec la nouvelle mesure, la Sécu se basera sur 1/91,25e des salaires des trois derniers mois dans le cas d'un congé maladie, 1/30,42e dans les autres cas.

Pourquoi ? Parce qu'avant, la Sécu prenait comme base une année de 360 jours soit des mois de 30 jours. Désormais, elle prendra une année de 365 jours donc des mois de 30,42 jours.

Pas de vote, pas de discussion, pas d’annonce, juste un décret griffonné sur le coin d’un bureau, en loucedé… » LMSI chiffre la perte : « Pour quelqu’un qui touchait dans les 1500 euros bruts, la perte mensuelle sera de 20 euros, comme l’a évalué Melclalex. Pas de quoi en faire une maladie… Quoi que. Faut-il rappeler qu’en 2008, près de 9 millions de Français se sont privés de soins par manque d’argent ? Non seulement l’Etat économisera entre 70 et 100 millions d’euros sur le dos des malades, déjà pliés en deux, mais en plus, ceux-ci rechigneront à consulter en cas de nouvelle affection : et hop, une nouvelle économie pour la Sécu. Ce qu’on appelle faire d’une pierre deux coups… de massue ! » Pendant ce temps-là, Sarkozy s’offre son avion présidentiel pour 176 millions d’euros et le bouclier fiscal est toujours en vigueur : n’allons-pas nous étonner qu’il faille pour cela faire les poches des plus modestes !

http://fr.news.yahoo.com/63/20101105/tpl-le-gouvernement-rabote-en-douce-les-5cc6428.html
www.plumedepresse.net/le-kiosque-permanent-de-plumedepresse/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Jeu 2 Déc - 10:20


Des députés proposent une nouvelle hausse du prix du tabac
Ils s'opposent par ailleurs à la suppression de la règle qui interdit d’acheter plus de cinq cartouches de cigarettes à l’étranger, comme le demande Bruxelles.
www.liberation.fr/societe/01012305584-des-deputes-proposent-une-nouvelle-hausse-du-prix-du-tabac

Le triple-play, pour trois euros de plus
Orange a confirmé la future hausse des abonnements triple-play : ce sera 3 euros supplémentaires par mois, à partir du 1 février 2011.
Sera ainsi compensée la revalorisation de la TVA prévue par la Loi de finances 2011 et ordonnée par la Commission européenne.
Bruxelles avait pointé du doigt en avril le régime fiscal particulier des FAI français, qui bénéficiaient jusqu’à aujourd’hui d’une TVA allégée contraire aux directives européennes. Dans un abonnement dual-play ou triple-play, la moitié « Internet » est imposée au taux normal de 19,6%, tandis que la moitié « TV » bénéficie d’une TVA à 5,5% comme un service de télévision traditionnel.
www.ecrans.fr/Le-triple-play-pour-trois-euros-de,11457.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 14 Déc - 15:22



Hausse de 11,2 centimes du Smic
qui passera à 9 euros l'heure


L'augmentation représente 14 centimes bruts de l'heure supplémentaires et concerne un salarié sur dix.

Le gouvernement annoncera mardi après-midi une revalorisation du Smic à partir du 1er janvier, qui devrait passer autour de 9 euros l'heure brut, contre 8,86, en application de la hausse minimum légale, sans coup de pouce supplémentaire.

L'annonce officielle de la progression exacte du salaire minimum légal qui concerne environ 2,3 millions de Français, soit environ un salarié sur dix, sera faite par le ministre du Travail, Xavier Bertrand, lors d'une rencontre au ministère avec les syndicats et le patronat.

Habituellement prévue dans la matinée, la réunion de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC) se tiendra rue de Grenelle dans l'après-midi.

Depuis le 1er janvier 2010, le salaire minimum s'élève à 8,86 euros de l'heure, soit 1.343,77 euros bruts mensuels (ou 1.056 euros net environ) pour 35 heures hebdomadaires. La hausse du Smic a aussi un impact pour les salariés payés au voisinage du salaire minimum (soit un salarié sur cinq, chiffre 2007).

2011 sera la cinquième année consécutive sans «coup de pouce» du gouvernement, une option jamais utilisée depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République en 2007.

Un coup de pouce au Smic ne concernerait que «10% des salariés», avait déclaré la semaine dernière M. Bertrand, préférant «parler à 100% des salariés».

Les experts chargés de se prononcer sur l'évolution du Smic avaient recommandé il y a une semaine au gouvernement, comme en 2009, de s'abstenir de tout coup de pouce.

La revalorisation annuelle du salaire minimum pour 2011, applicable quels que soient l'âge, le secteur ou le lieu d'activité, prendra effet pour la deuxième fois au 1er janvier, alors que, jusqu'en 2009, le Smic était revalorisé en juillet.

La hausse du Smic dépend depuis 1970 du taux d'inflation et de la moitié du pouvoir d'achat du salaire horaire de base ouvrier (SHBO).
www.liberation.fr/societe/01012307974-hausse-attendue-du-smic-autour-de-9-euros-l-heure

Une des premières mesures de sarkozy a été d’augmenter son salaire de 140 % (en fait 204 %)
www.lexpress.fr/actualite/politique/salaire-le-president-sarkozy-s-accorde-une-augmentation_467500.html


Carlos Ghosn, patron de Renault

190 fois le Smic : c'est le salaire moyen des grands patrons

Les cinq présidents exécutifs les mieux payés sont ceux de Renault, de Sanofi-Aventis, de LVMH, de Danone et d'Axa.

Les cinq présidents exécutifs les mieux payés du CAC 40 sont Carlos Ghosn de Renault avec 9,2 millions d'euros par an, Christopher Viehbacher de Sanofi-Aventis avec 8,2 millions, Bernard Arnault de LVMH avec 7,6 millions, Franck Riboud de Danone avec 5,9 millions, et Henri de Castries d'Axa avec 5,6 millions.

La rémunération totale des présidents exécutifs du CAC 40 s'est élevée l'an dernier à 3,06 millions d'euros l'an dernier, stock-options et actions gratuites comprises.

Proxinvest note un «problème de transparence» concernant la rémunération de Carlos Ghosn chez Nissan (environ 8 millions d'euros) «qui était totalement cachée aux actionnaires de Renault et n'apparaît jamais dans le document de référence» du groupe automobile.

Concernant Bernard Arnault, la société de conseil note que son bonus «élevé» de 2,2 millions d'euros est resté «inchangé» en 2009 alors que deux des trois critères financiers servant à son calcul ont baissé. «La moitié du bonus repose sur des critères qualitatifs non transparents», conclut Proxinvest.

Quant aux présidents non exécutifs des groupes du CAC 40, ils ont perçu en moyenne 928.048 euros en 2009, «les plus hauts niveaux européens», alors que leur rémunération n'est «pas soumise au vote des actionnaires», critique la société de conseil.
www.liberation.fr/economie/01012307963-les-grands-patrons-francais-ont-gagne-en-moyenne-190-fois-le-smic-annuel-en-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 14 Déc - 16:43


Les assureurs veulent augmenter sensiblement leurs tarifs en janvier

Selon Les Echos, les assureurs prévoient d'augmenter leurs tarifs en 2011 : entre 3,5% et 7% pour les habitations, et entre 2,5% et 4,5% pour les automobiles. La hausse de l'assurance-habitation serait justifiée par le coût des événements climatiques comme la tempête Xynthia et les inondations dans le Var, le vieillissement du parc immobilier et le nombre croissant d'incendies.

les assureurs qui changent leurs tarifs au 1 er janvier ont donné le ton :
AXA France augmentera les siens en moyenne de 7 % indice FFB compris (soit 3,7 % actuellement), comme l'annonce aux « Echos » Jacques de Peretti, directeur général délégué. La hausse moyenne sera de 7 % et 8 % chez Aviva France et du même ordre chez MMA (+ 4 % hors indice FFB). La MAAF pense qu'elle sera « dans le bas du marché, avec une augmentation moyenne de 3 % plus l'effet de l'indice Insee, soit 4,4 % au total ». Pour l'heure, seule la Maif est en dessous (+ 3,5 %).
www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201000337093-les-assureurs-prevoient-une-hausse-sensible-des-tarifs-2011-en-multirisque-habitation.htm


La réassurance ou l’assurance des assureurs

Automobilistes, motards, propriétaires, locataires, ou encore chasseurs, tous sont titulaires d’un contrat d’assurance qui les couvre contre certains types de risques. Les assureurs ont aussi leurs propres contrats de couvertures souscrits auprès des réassureurs. Sorte de police d’assurance des polices d’assurance, ils interviennent principalement lors de sinistres de grande ampleur comme les catastrophes naturelles.

En premier lieu, définissons le concept de la réassurance. Il s’agit d’un arrangement contractuel entre un assureur et réassureur impliquant un principe d’indemnisation de la compagnie d’assurance, la cédante dans le jargon, par une société de réassurance. Le fonctionnement reste donc globalement le même que celui de l’assurance classique qui concerne les particuliers. Autrement dit, comme n’importe quel assuré, les assureurs payent des primes pour être couverts contre certains risques exceptionnels.

Par conséquent, lorsque les médias parlent d’un coût d’1,2Mds d’euros pour la tempête Xynthia, de 1,5Mds d’euros pour Klaus, il faut comprendre ces chiffres brut de réassurance. Car le coût réel pour les compagnies d’assurances est bien plus inférieur, entre 50 et 75% de la facture annoncée. Pour la tempête Xynthia, les assureurs auront à débourser 600M d’euros net de réassurance, soit la moitié des 1,2Mds annoncés.

Une étude de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) prévoit à ce propos une recrudescence des catastrophes naturelles dans les vingt années à venir. Il en coûterait plus de 60Mds d’euros pour le secteur. Mais là aussi, il faut prendre ce chiffre avec des pincettes, car la part que les réassureurs vont prendre en charge n’est pas prise en compte.

Dans le monde de la réassurance, la France dispose d’un système particulier, à travers la Caisse centrale de réassurance (CCR). Créée en 1946, cet organisme est détenu à 100% pour l’État, alors que les autres réassureurs du marché sont tous des acteurs privés. La particularité de la CCR est qu’elle bénéficie d’une garantie illimitée de l’État sur certains risques, principalement les catastrophes naturelles. Une situation qui ne fausse pas le jeu de la libre concurrence assure-t-on à la CCR. « Cette garantie de l’État ne confère pas pour autant à CCR le monopole de la réassurance des catastrophes naturelles. En effet, tout assureur reste libre de se garantir auprès du réassureur de son choix, voire même de prendre le risque de ne pas se réassurer ».

Il n’en reste pas moins que ce dispositif est unique dans le monde. Elle entre dans la logique du système d’indemnisation des catastrophes naturelles en France très encadré par l’État, comme nous vous l’expliquions dans un article précédent. Dans la même veine, le gouvernement et les compagnies d’assurance réfléchissent à la mise en place d’un système de réassurance publique pour les calamités agricoles.

Florian Delambily
le 24/06/2010
www.news-assurances.com/artdossiers/dossier-la-reassurance-ou-lassurance-des-assureurs


L'UE va débloquer 35,6 millions d'euros d'aide à la France pour la tempête Xynthia
Le Parlement européen a approuvé mardi la proposition de la Commission de débloquer 35,6 millions d'euros pour aider la France à faire face aux conséquences de la tempête Xynthia qui avait durement touché la côte Atlantique en février 2010.
http://fr.news.yahoo.com/76/20101214/tfr-l-ue-va-dbloquer-35-6-millions-d-eur-dbac7e9.html

Crise - Banquiers et assureurs réunis à l'Élysée

Les dirigeants des principales banques et assurances françaises sont arrivés mardi matin à l'Élysée pour une réunion avec le président Nicolas Sarkozy consacrée notamment à la distribution du crédit aux ménages et aux entreprises.

Le Premier ministre François Fillon et la ministre de l'Économie Christine Lagarde participent à cette rencontre, qui s'est ouverte quelques heures après l'annonce de la participation de la France au renflouement du groupe Dexia.

L'État français y contribuera à hauteur d'un milliard d'euros et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) de deux milliards. À eux deux, ils détiendront au moins 25% du capital de la banque spécialisée dans le crédit aux collectivités locales, soit la minorité de blocage selon le droit belge.

Outre le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer et le directeur du Trésor Xavier Musca, les présidents et directeurs de neuf grandes banques et groupes d'assurance avaient été conviés.
30/09/08
www.francesoir.fr/divers/crise-banquiers-et-assureurs-reunis-lelysee



Sarkozy and France named in Genocide Financing Scheme
Sarkozy et la France cités dans le programme de financement du génocide
Témoignant devant la Commission Mucyo, un ex-client majeur de la Caisse Centrale de Réassurance (CCR), M. Martin Marschner von Helmreich a révélé que 1 milliard de francs (150 millions d’euros) a été "détourné" en 1994 "probablement" pour financer la machine génocidaire au Rwanda, que l'ARN avait mis en place.
http://iso.metric2.free.fr/www/?430-sarkozy-and-france-named-in.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mer 29 Déc - 16:56


Smic, prime à la casse, fiscalité : ce qui va changer en 2011

Smic :
Il passe de 8,86 à 9 euros bruts l'heure pour atteindre 1.365 euros pour 35 heures hebdomadaires, soit environ 1.073 euros nets par mois.
Mais les entreprises qui n’appliquent pas cette augmentation ne seront pas pénalisées.

Médecins et médicaments :
La consultation chez les médecins généralistes passe à 23 euros.
Les médicaments remboursés à 35% ne le seront qu'à 30%.

Assurances :
Relèvement généralisé des tarifs, compris entre 2,5% et 4,5% en automobile, entre 3% et près de 8% en habitation, et entre 5,3% et 8,5% en santé.

Énergie :
Hausse de 3% de la facture, due à une hausse de la contribution au service public de l’électricité [...]

Abonnement Internet/mobiles :
Hausse de la TVA au 1er janvier, mais certains opérateurs ne la répercutent que le 1er février. Hausse de 1 à 3 euros chez France Télécom-Orange à cette date. Augmentation de quelques euros chez SFR (mais de 9,50 euros pour un des forfaits aux communications illimitées) et hausse attendue chez Bouygues Télécom et Free.

Niches fiscales et impôts :
- Emploi à domicile : suppression de l'abattement de 15 points sur les cotisations patronales proposé aux ménages déclarant leur employé au salaire réel.
- Suppression des déclarations de revenus multiples l'année du mariage, du pacs ou du divorce, qui permettait dans certains cas de réduire ses impôts.
- Réduction d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ramenée de 75 à 50% pour l'investissement direct ou indirect d'un particulier dans une PME, dans la limite de 45.000 euros.
www.liberation.fr/societe/01012310548-smic-prime-a-la-casse-fiscalite-ce-qui-va-changer-en-2011

Le prix minimum de la course de taxi en France va augmenter de 2,1% à compter du 1er janvier
et sera de 6,20 euros contre 6,10 auparavant, selon un arrêté publié mercredi au Journal Officiel.
http://actu.orange.fr/france/le-prix-minimum-d-une-course-de-taxi-augmente-en-2011_84640.html

Les prix des carburants augmentent encore, au plus haut depuis 2 ans
portés par la flambée des cours du pétrole brut, selon les chiffres publiés par la Direction générale de l'Énergie et du Climat (DGEC).
http://actu.orange.fr/une/les-prix-des-carburants-augmentent-encore-au-plus-haut-depuis-2-ans_84693.html

Le prix de l'eau augmente plus vite que l'inflation
Le prix moyen de l'eau a augmenté de 3,3% par an en France entre 2004 et 2008, soit plus rapidement que l'indice des prix à la consommation (1,9% par an), selon une étude du commissariat général au développement durable, qui dépend du ministère de l'Ecologie.
http://actu.orange.fr/france/le-prix-de-l-eau-augmente-plus-vite-que-l-inflation_84599.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mer 26 Jan - 17:47


SNCF : augmentation des prix des billets de 2,85% à partir du 8 février

La "SNCF confirme avoir reçu l'accord des pouvoirs publics pour une augmentation moyenne de 2,85% des tarifs TGV, Teoz et Lunea, en seconde classe plein tarif. Cette augmentation sera effective le 8 février 2011", indique un communiqué du groupe.

"Conformément aux engagements pris avec les associations de consommateurs, le tarif des forfaits TGV, offre des utilisateurs TGV du quotidien, sera gelé en 2011", ajoute le texte.

La SNCF relève en outre qu'elle n'augmentera pas le prix des cartes commerciales "pour maintenir l'accessibilité du TGV au plus grand nombre".

Le 18 janvier, la ministre de l'Écologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait indiqué que l'augmentation du prix des billets de train serait de l'ordre de 2 à 3%", un niveau supérieur à l'inflation mais en dessous de ce que souhaitait la SNCF.

Elle avait alors justifié cette hausse à venir par l'augmentation des péages que la SNCF doit payer à Réseau ferré de France (RFF) pour faire circuler ses trains et par les investissements nécessaires au renouvellement des matériels.
http://fr.news.yahoo.com/82/20110125/tfr-sncf-augmentation-des-prix-des-bille-4abdc0f.html

Autoroutes : les péages vont augmenter de 2,24%
www.liberation.fr/societe/01012316011-autoroutes-les-peages-vont-augmenter-de-2-24
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mer 23 Fév - 22:37


Les assurés sociaux vont payer un peu plus pour les actes hospitaliers onéreux

La prise en charge à 100 % des actes médicaux onéreux par l'Assurance-Maladie, après acquittement d'un forfait de 18 euros, interviendra désormais pour des actes d'un montant minimum de 120 euros et non plus de 91 euros, selon un décret paru mercredi 23 février au Journal officiel. "Cette mesure s'inscrit dans le cadre de la maîtrise de l'objectif national des dépenses d'assurance maladie pour 2011", précise le décret.

Jusqu'ici, quand l'acte médical à l'hôpital ou en clinique était inférieur à 91 euros, l'Assurance-Maladie remboursait 80 % du montant et laissait 20 % à la charge de l'assuré, ou de sa complémentaire santé. Au-dessus de 91 euros, la Sécu remboursait à 100 %, mais après avoir déduit un forfait de 18 euros. Désormais le seuil d'application de ce remboursement, avec un forfait inchangé, passe à 120 euros, ce qui va augmenter la participation de l'assuré social.

Ainsi par exemple, pour un acte de 100 euros, l'assuré ou sa mutuelle ne payaient jusqu'ici que le forfait de 18 euros. Maintenant, avec le relèvement du seuil, le reste à charge sera de 20 euros. Ce relèvement de seuil était inscrit dans le budget 2011 de la Sécurité sociale (LFSS) voté à la fin 2010, qui contient de nouvelles mesures visant à la maîtrise des dépenses de santé.
www.lemonde.fr/societe/article/2011/02/23/les-assures-sociaux-vont-payer-un-peu-plus-pour-les-actes-hospitaliers-onereux_1484317_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Mar 4 Oct - 11:18


Justice payante
La taxe de 35 euros sur les procédures en justice en vigueur le 1er octobre


Les justiciables devront s'acquitter de ce "droit de timbre" pour introduire toute action "devant une juridiction judiciaire en matière civile, commerciale, prud'homale, sociale ou rurale, ou devant une juridiction administrative", précise le décret.

Plusieurs organisations syndicales d'avocats, magistrats et salariés protestent contre l'instauration de cette "remise en cause de la gratuité des procédures", qui vise "les petits litiges de la vie quotidienne". Cette "mise à contribution forcée des consommateurs, des locataires, des salariés..." va, selon elles, "entraver l'accès au droit et au juge".
[...]
www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gSPxhNbCE2bkziNI60YumtNnpMjA?docId=CNG.9357a59db70fa16f33677bd312a87b7f.4c1

Les avocats vont déposer un recours
www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/justice-payante-taxe-de-35-euros-les-avocats-vont-deposer-un-recours-29-09-2011-1447578.php
www.agoravox.fr/culture-loisirs/dessin-du-jour/article/justice-payante-101723
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire   Aujourd'hui à 6:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Rigueur, austérité : d'abord, suppression de la 1/2 part supplémentaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» presque pas de charges...(proportionnellement j'entends...)
» LE PROGRAMME DU FN : AUSTÉRITÉ ET « SACCAGE SOCIAL » POUR LES FRANÇAIS LES PLUS FAIBLES
» Suppression médias
» Dire la vérité : les bienfaits qui en découlent
» l' suppression des avertisseurs de radars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: