sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retraites : Grèves et manifestations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Retraites : Grèves et manifestations   Mar 20 Avr - 15:46



Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites

Le gouvernement veut en finir avec le droit à la retraite à 60 ans et allonger encore les durées de cotisations pour obtenir une retraite à taux plein. Cette énième réforme est injuste et injustifiée. ATTAC et la Fondation Copernic ont lancé un appel de près de 400 personnalités qui disent toutes la même chose : l'argent existe, pour financer nos retraites, il suffit (enfin !) de taxer les dividendes et les stock-options.

Se sont rejoints pour signer cet appel tous les leaders de la gauche (Razzy Hammadi, Marie-Noelle Lienemann, Marie-George Buffet, Olivier Besancenot, Cécile Duflot, Jean-Luc Mélenchon...), des syndicalistes (beaucoup de secrétaires nationaux de la FSU, Annick Coupé et Pierre Khalfa, Didier Le Reste, Charles Hoareau, ou Jean-Baptiste Prévost pour l'UNEF), beaucoup de sociologues (Robert Castel, Luc Boltanski), d'économistes (André Orléan, Henry Sterdiniak, Michel Husson...), de philosophes, d'inspecteurs du travail (Gérard Filoche...) : voir la liste complète des premiers signataires sur exigences-citoyennes-retraites.net.

Seule la mobilisation de tou-te-s permettra de s'opposer la réforme libérale que le gouvernement veut faire passer vite et "en force". Car un autre scénario est possible. C'est pourquoi nous vous invitons, si comme nous vous pensez la situation urgente, à signer (et à faire signer dans vos réseaux) l'appel unitaire. Il faut aller vite. Car nous n'avons qu'une force : celle de notre nombre.

Willy Pelletier,
coordinateur général de la Fondation Copernic

http://petition.exigences-citoyennes-retraites.net/index.php?petition=2&signe=oui cyclops

http://blog.exigences-citoyennes-retraites.net/?p=21
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Lun 17 Mai - 23:52



Mensonges, manipulations et mauvaise foi :
la réforme des retraites en trois dimensions


Analyse du «Document d’orientation sur la réforme des retraites»

Le gouvernement vient d’adresser aux syndicats et au patronat son «Document d’orientation sur la réforme des retraites».
Il persiste et signe dans son intention d’aggraver encore les conditions de travail des salariés et celles dans lesquelles ils pourront prendre leur retraite. Trois dimensions caractérisent ce projet : le gouvernement ment, il manipule l’opinion et il fait preuve d’une mauvaise foi sans pareille.

Mensonges
Le gouvernement affirme que «la véritable cause du déséquilibre de nos régimes de retraites est la démographie».
C’est doublement faux. Le Conseil d’orientation des retraites a indiqué dans son rapport d’avril 2010 que la principale raison de l’aggravation des déficits sociaux était la crise financière : en 2006, donc avant la crise, le déficit de l’ensemble du système de retraite était de 2,2 milliards d’euros ; en 2008, il atteignait 10,9 milliards et il devrait être de 32,2 milliards en 2010.
D’autre part, l’allongement de l’espérance de vie ne devient une catastrophe que si on refuse de mettre en débat la richesse produite, sa nature, son évolution et la manière dont elle est répartie.

Manipulations
Le gouvernement affirme s’engager à «écarter toute solution qui baisserait le niveau de vie des Français ou augmenterait le chômage».
Or, prétendre inciter les salariés à travailler plus longtemps, que ce soit en reculant l’âge légal de la retraite ou en augmentant la durée de cotisation, entraîne inéluctablement une baisse du niveau des pensions, malgré tous les serments qui prétendent le contraire. C’est déjà le résultat des contre-réformes de 1993 et de 2003, ce sera le cas avec celle de 2010 si elle est effective.

Alors que le chômage continue d’augmenter, le travail forcé des seniors se substituera à l’emploi des jeunes. Le «travailler plus» des uns se traduira par l’exclusion et la précarité des autres, jeunes, femmes, non diplômés. La reconnaissance de la pénibilité du travail semble se limiter pour le gouvernement aux salariés déjà «cassés» par leur travail, qu’on ne contraindra (peut-être) pas à travailler plus longtemps…

Toute alternative au «travailler plus» est a priori exclue sans possibilité de discussion : toute augmentation des cotisations est interdite. On nous dit que les déficits des régimes de retraite se chiffreront par dizaines de milliards d’euros, voire plus de 100 milliards en 2050 : mais on refuse d’accompagner l’évolution démographique par une augmentation des cotisations au fur et à mesure que la richesse s’accroît. Pourtant la seule application du taux de cotisation patronale aux dividendes distribués comblerait immédiatement tout le déficit actuel de la Caisse nationale d’assurance vieillesse, le régime général de la Sécurité sociale.

Quant à la «contribution supplémentaire de solidarité sur les hauts revenus et les revenus du capital sans restitution au titre du bouclier fiscal», elle restera largement symbolique au regard des sommes nécessaires. Le flou règne sur ces nouveaux financements, mais le choix de reculer l’âge légal de la retraite et/ou de rallonger la durée de cotisation est présenté comme ferme et définitif.

Mauvaise foi
Le gouvernement réaffirme l’impératif de solidarité et sa confiance dans le système par répartition.
Mais il organise en même temps la baisse inéluctable du niveau des pensions parce que de moins en moins de salariés pourront satisfaire aux nouvelles obligations de travailler plus longtemps. Il ouvre ainsi la voie à tous ceux qui, comme le Medef ou les compagnies d’assurance, veulent élargir le champ des retraites complémentaires par capitalisation auxquelles pourront souscrire les titulaires de hauts revenus ou de hauts salaires. Les inégalités sociales en seront encore aggravées, dans la société et au sein même du salariat.

Loin de consolider la solidarité du système par répartition, le document gouvernemental met au programme des prochaines années une «réforme systémique» pour transformer notre système en un système «par points» ou «par comptes notionnels». Le Conseil d’orientation des retraites, dans son rapport de janvier, a montré comment une logique individualiste viderait alors de tout son sens le système par répartition. Les pensions seraient calquées sur les contributions personnelles de chaque salarié cotisant : adieu au principe de solidarité qui inspire les fondements de la Sécurité sociale. Alors même que – comme le reconnaît le Conseil d’orientation des retraites – cette réforme systémique n’aurait aucune efficacité face à un choc économique ou démographique.

La logique profonde de la réforme annoncée des retraites n’est donc pas de préserver la solidarité mais au contraire de rassurer les marchés financiers : à l’image de ce qui se passe en Grèce, en Espagne et maintenant partout en Europe, le gouvernement veut montrer sa détermination à faire payer la réduction des déficits publics aux salariés et à la population, en laissant intacts les revenus et le pouvoir de la finance.

L’association Attac, initiatrice, avec la Fondation Copernic, d’un appel pour «Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites» qui se traduit aujourd’hui par de multiples actions de sensibilisation de la population sur l’enjeu des retraites, participera à toutes les initiatives qui seront prises dans les jours et les semaines à venir pour faire échouer le projet du gouvernement.

Attac France
Le 17 mai 2010
www.jennar.fr/index.php/mensonges-manipulations-et-mauvaise-foi-la-reforme-des-retraites-en-trois-dimensions/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Dim 23 Mai - 14:24


Mot d'ordre du 27 mai ? Peser pour limiter la réforme des retraites !
Le 15 juin la revendication est claire : NON au report de l'âge de départ, NON et à l'allongement de la durée de cotisation !

15 juin : grève et manifestation nationale pour nos retraites !

La grève générale est le mode d'action privilégié de l'organisation pour peser dans la réforme des retraites face au gouvernement. FO ne veut en effet pas entendre parler de manifestations à répétition, une stratégie vouée à l'échec

Jean-Claude Mailly [VIDEO] : "parmi les menaces qui pèsent et qui seront confirmées dans les semaines à venir, figurent l'allongement de la durée du travail (par report du droit à la retraite à 60 ans et/ou allongement de la durée de cotisation) et la remise en cause du code des pensions pour les fonctionnaires".

Le patron de FO a critiqué la stratégie intersyndicale consistant selon lui à "mettre des baskets jusqu'au mois de juin. Et après, on enfile les tongs".

FO ne se sent "ni solitaire ni suicidaire" après le refus des autres syndicats de se joindre à la grève générale proposée le 15 juin.

Force est de constater que les manifestations ricochets n’ont pas empêché la mise en œuvre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP), des Agences Régionales de Santé et la réduction des dépenses sociales. Certains Conseils Généraux sont amenés à réduire drastiquement leurs budgets d’action sociale avec des conséquences terribles pour les salariés de l’Aide à Domicile, des Centres Sociaux et de la Protection de l’Enfance.

De même, les récentes déclarations d’employeurs du secteur sanitaire, social et médico-social à but non lucratif voulant remettre en cause pas moins de 7 Conventions Collectives Nationales de Travail va dans le même sens. Leur objectif est de les « fondre » en une Convention Collective Unique, ce qui, dans le contexte actuel, remettrait en cause bon nombre de droits difficilement acquis par les salariés de notre secteur d’activité.

Pour toutes ces raisons, et parce que la seule issue favorable aux salariés passe nécessairement par la grève franche interprofessionnelle, la Fédération Nationale de l’Action Sociale Force Ouvrière, par la voix de son Bureau Fédéral, soutient complètement l’initiative prise par sa Confédération d’interpeller l’ensemble des salariés et des organisations syndicales, en appelant à 24 heures de grève le mardi 15 juin prochain.

Le plan d'austérité mis en place en Grèce et destiné à faire payer la facture de la crise aux seuls salariés, retraités et chômeurs doit être un signal d'alerte et de mobilisation pour tous les salariés français. D'ailleurs, le Premier Ministre, François Fillon, s'est précipité au journal de 20h de TF1 le jour même de la grève générale en Grèce pour se servir de la situation de ce pays et nous promettre des « mesures difficiles ».

Le 15 juin n'est pas une fin en soi mais le début du combat sur le dossier des retraites et une perspective à destination des salariés français. Nous te demandons d'ores et déjà de préparer activement cette mobilisation en diffusant partout les informations Force Ouvrière et en organisant des assemblées générales et des réunions d'informations du personnel.

D'autres solutions sont possibles, c'est une question de choix à gagner par le rapport de force !!!

Serge LEGAGNOA, Secrétaire général FO
www.force-ouvriere.fr/page_principal/fede/index.asp?id=4891&fed=Action%20sociale&jv=&nbre=7

http://fecfocommerce.unblog.fr/tag/pratique/retraite/page/2/
www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/retraites-fo-appelle-a-une-greve-generale-le-15-juin_231686.html
www.france24.com/fr/20100506-greve-generale-15-juin-fo-sent-solitaire-suicidaire
www.humanite.fr/Journee-de-greves-et-manifestations-le-27-mai-a-l-appel-des-syndicats


Joseph Stiglitz : "L'austérité mène au désastre"
www.lemonde.fr/economie/article/2010/05/22/joseph-stiglitz-l-austerite-mene-au-desastre_1361520_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Ven 28 Mai - 20:06



Relèvement à 68 ans de l'âge légal pour liquider une retraite sans décote

C'est que révèle le journal les Echos, le 27 mai.
www.arretsurimages.net/vite.php?id=8177



Retraites : et si les études étaient comptées comme des années de cotisation ?

Le président du syndicat étudiant UNEF, Jean-Baptiste Prévost, détaille sa proposition. Une idée critiquée à droite.

Actuellement, vous devez travailler pendant 40 ans pour pouvoir toucher votre retraite à taux plein. En 2012, il faudra 41 ans.

Mais si vous avez fait de longues études, vous devrez très certainement travailler au-delà de 60 ans.

Pour éviter cela, plusieurs organisations de jeunesse veulent que les années d'études après le bac soient incluses dans ces 40 années de cotisation.

En clair, si vous avez un Master (bac+5), vous ne devrez travailler que 35 ans pour toucher votre pension. Une propostion faite notamment par le syndicat étudiant UNEF (proche du PS) et le Mouvement des Jeunes Socialistes. [...]

L'UMP estime qu'il ne faudrait prendre en compte que les stages.
Le PS propose exactement la même chose dans son projet. Il propose en outre "d'instaurer une cotisation volontaire au titre des années d'études".
En clair, pour le parti, "ceux qui le souhaitent" pourront "majorer leur cotisation retraite au cours des 10 ou 15 premières années de la vie active pour valider jusqu'à 3 années d'études". En bref, vous paierez des cotisations retraites plus élevées pour compenser vos années d'études.

Mais nulle trace dans le projet socialiste de la prise en compte des années d'études.
Interrogé à ce sujet, Jean-Baptiste Prévost dit qu'il "n'a pas lu" les propostions du PS. Pour lui, si sa mesure ne trouve pas d'écho à gauche, "c'est décevant".

www.lepost.fr/article/2010/05/28/2091099_retraites-et-si-les-etudes-etaient-comptees-comme-des-annees-de-cotisation.html

Et si les années de travail avant 18 ans étaient comptées dans les années de cotisation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Dim 13 Juin - 18:40



Manif à Paris le 15 juin

Rendez-vous à partir de 10h pour un départ de manifestation à 11 heures 30,
de la Place de la République

en passant par la Bastille pour rejoindre la Place de la Nation
.

Le parcours emprunté sera : Boulevard du Temple - Boulevard des Filles du Calvaire - Boulevard Beaumarchais - Place de la Bastille - Rue du Faubourg St Antoine - Place de la Nation.
www.demosphere.eu/node/18921

Pour la défense des retraites à 60 ans à taux plein (54 455 signatures le 9 juin)
www.exigences-citoyennes-retraites.net/

Retraites : Royal dénonce une "arnaque considérable"
Que le capital cotise autant que le travail !

La dirigeante socialiste Ségolène Royal a qualifié dimanche d'"arnaque considérable" le projet de réforme des retraites que le gouvernement devrait dévoiler en milieu de semaine prochaine, réclamant notamment pour que la réforme soit acceptable "que le capital cotise autant que le travail" et que la pénibilité soit prise en compte.

"Ils sont en train de préparer, en reculant l'âge de la retraite, 'travailler plus pour gagner moins'. Donc, il y a une arnaque considérable dans ce qui est en train de se passer", a-t-elle dénoncé sur Canal+.

Dénonçant "l'indécence des révélations sur les salaires ministériels", Mme Royal a dénoncé "ces ministres-là qui s'apprêtent à remettre en cause le droit à la retraite pour les ouvriers, pour les employés, pour les cadres et qui se permettent de se comporter comme ils se permettent. Cela nécessite qu'il y ait de la remise en ordre d'un certain nombre de comportements si l'on veut que la parole de l'Etat reste crédible".
http://fr.news.yahoo.com/3/20100613/tpl-social-retraites-ps-royal-cfb2994.html
www.capital.fr/retraite/actualites/fo-appelle-a-la-greve-le-15-juin-pour-les-retraites-499062
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Lun 21 Juin - 13:26



Grèves et manifestations le jeudi 24 juin 2010

Communiqué CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA

Les organisations, CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA, se sont réunies le 14 juin. Depuis leur dernière réunion intersyndicale, elles constatent que le gouvernement persiste et signe dans son projet injuste sur les retraites.

Dans ces conditions, la journée de grèves et de manifestations du 24 juin, sur la base de l’appel de l’intersyndicale du 31 mai 2010, prend tout son sens. Les organisations appellent les salariés du public et du privé, les jeunes et les retraités, les privés d’emploi, à participer massivement aux manifestations organisées dans toute la France.

Les organisations, CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA, se retrouveront dès qu’elles auront connaissance du document gouvernemental.

Paris, le 14 juin 2010
www.fsu.fr/spip.php?article2347

Retraites : Manifestation le 24 Juin 2010

Le gouvernement a présenté son projet de «réformes des retraites». C’est une véritable mascarade, une régression sociale injuste et une réforme absurde qui ne servira à rien. Nous appelons donc, aux cotés des organisations syndicales, à participer à la grande manifestation intersyndicale et interprofessionnelle du 24 Juin 2010, dans toute la France, pour protester contre cette politique de l’absurde et de la régression.

Le Mouvement Agir pour l’Avenir diffusera à cette occasion un tract, intitulé «RETRAITES : L’ARBRE QUI CACHE LA FORÊT», visant à recentrer les débats sur les faits, et la conclusion logique qui en découle : le vrai problème, c’est le capitalisme !


www.lepost.fr/article/2010/06/21/2122784_retraites-manifestation-le-24-juin-2010.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Lun 21 Juin - 14:05



Retraites : la FNATH appelle à manifester jeudi

La FNATH, l'une des principales associations engagées auprès des victimes de l'amiante et des accidents du travail, appelle à se joindre aux manifestations prévues jeudi dans toute la France, pour dénoncer les mesures prévues par le gouvernement dans le cadre de la réforme des retraites concernant la pénibilité.

"Les mesures annoncées par le gouvernement sont injustes dans la mesure, où elles déterminent un seuil minimum d'incapacité au moins égal à 20% pour permettre un départ anticipé à 60 ans", estime la FNATH dans un communiqué diffusé lundi.

Les salariés concernés "pourront donc partir à l'âge légal fixé à ce jour", qu'ils "n'arrivent pas à atteindre !". Selon la FNATH, "la plupart" de ces salariés "sont aujourd'hui dans l'incapacité de travailler et se retrouvent à partir de 55 ans, parfois même avant, en invalidité ou au chômage".

Et de souligner que "l'objectif de travailler jusqu'à 60 ans est donc insupportable et inatteignable".

En outre, pour l'association, le dispositif exclut "les travailleurs exposés à des substances cancérigènes, qui ne présentent pas de taux d'incapacité lors du départ en retraite, mais qui ont de grandes probabilités de déclencher un cancer quelques années après".

Il exclut aussi ceux "qui présentent un taux inférieur à 20%", mais sont "usés par leur travail", et "souffrent par exemple de troubles musculo-squelettiques ou de souffrance psychique liée au travail".

http://fr.news.yahoo.com/3/20100621/tfr-social-retraites-fnath-56633fe.html

Arrow http://petition.exigences-citoyennes-retraites.net/

http://humeur.unblog.fr/tag/retraite/

Retraites : plus de 140 manifestations déjà prévues jeudi

La CGT avait recensé, en date de lundi matin, 144 manifestations et rassemblements d'ores et déjà prévus dans toute la France jeudi contre la réforme des retraites.

A Paris, le cortège partira à 14h de la place de la République en direction de celle de la Nation.

Les syndicats CGT, CFDT, CFTC, FSU, UNSA et Solidaires sont à l'origine de cette nouvelle journée de mobilisation. Outre les manifestations, des appels à la grève ont été lancés dans de nombreux secteurs -dans le public comme dans le privé- notamment dans les transports (SNCF, RATP, réseaux urbains des villes de province, Air France), ou encore à l'Education nationale.

Présenté le 16 juin dernier, le texte qui prévoit notamment un report de l'âge de la retraite à taux plein de 65 à 67 ans et de l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans entre juillet 2011 et 2018, a provoqué une levée de boucliers générale à gauche et dans les syndicats.

Le texte doit être présenté le 13 juillet en conseil des ministres et débattu au Parlement en septembre. (...)

http://fr.news.yahoo.com/3/20100621/tfr-social-retraites-manifestations-56633fe.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Jeu 24 Juin - 3:36

«moins les gens sont insérés moins ils menacent le système»


Les conseillers de Sarkozy frisent l’euphorie

La journée de mobilisation contre la réforme des retraites n’inquiète pas la Sarkozie et ses représentants Alain Minc et Raymond Soubie, rassurés que la France n’ait pas déjà "explosé".

A la veille d’une journée de mobilisation contre le projet de réforme des retraites, les conseillers du président sont visiblement sereins. A entendre l’éminence grise de Nicolas Sarkozy, Alain Minc ou son conseiller social Raymond Soubie lors d’un colloque organisé mardi 22 juin sur le thème de l’emploi par-delà la crise à la Maison de la chimie, la France va bien. Mieux que bien même. (...)

Alors, certes, il reste cette frange de la population qui, elle, s’est quand même pris la crise en pleine figure, poursuit le Clairvoyant mais heureusement «moins les gens sont insérés moins ils menacent le système». Quelle veine. Pour conclure d’un «Cela aurait pu être bien pire, nous aurions pu sombrer dans l’inconnu».


Raymond Soubie, grand ordonnateur de la réforme des retraites, venu conclure une journée sur les perspectives – un brin flottantes – de l’emploi après la crise affichait lui aussi une mine réjouie.

Sans doute avait-il lu le sondage en une des Echos – partenaire de l’événement – qui annonçait qu’une majorité de Français étaient «résignés» à la réforme des retraites. (...)

Lapsus

La seule fausse note à cette journée d’auto-célébration sarkozyste est venue de Laurent Wauquiez. Plus politique, il a rappelé que les PME de son fief avait été «ravagées» par la crise (La crise, mais quelle crise ?) avant de laisser échapper un délicieux lapsus. Parlant d’un futur retour au plein emploi, il a malencontreusement évoqué un futur retour au… Pôle emploi !

Lucie Delaporte
23 juin 2010
www.bakchich.info/Les-conseillers-de-Sarkozy-frisent,11191.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Ven 25 Juin - 11:34


Pascale et Sity, 45 et 41 ans, laborantines à la Pitié Salpêtrière. Jeudi après-midi à Paris. (Cordélia Bonal, Marie Piquemal. Libération)

Deux millions de manifestants
Retraites : «les syndicats ont réussi leur pari» contre le gouvernement


Revue de presse
Dénonçant la «réception du multimillionnaire Thierry Henry à l’Elysée» comme une vaine «diversion», les journaux qualifient de «succès» les manifestations d'hier.

La presse française salue vendredi le «succès» de la mobilisation contre la réforme des retraites du gouvernement, de nombreux éditorialistes critiquant sévèrement la «diversion» tentée par Nicolas Sarkozy en recevant à l’Elysée le footballeur Thierry Henry.

«Nicolas Sarkozy a choisi ses grévistes. Pendant que défilaient ceux qui avaient cessé le travail pour dénoncer le projet de réforme des retraites, le chef de l’Etat a jugé opportun de bousculer son agenda pour recevoir le plus capé des grévistes du ballon rond, Thierry Henry», écrit Paul Quinio dans Libération.

Sur la même tonalité, Gilbert Paris du journal communiste L’Humanité estime que «le président de la République s’est consacré hier à une opération de diversion pour occulter les deux millions de manifestants derrière les états d’âme de Thierry Henry».

«Cynisme sans bornes»

Nombreux sont les éditorialistes qui, comme Jean Levallois de La presse de la Manche, considèrent que «la mobilisation contre la réforme des retraites a été particulièrement forte».

Ainsi Dominique Garraud de La Charente Libre affirme : «les syndicats avaient promis de mobiliser bien davantage que le 27 mai dernier. Leur pari est largement gagné». Il dénonce également le «cynisme sans bornes» des autorités «à l’image de la réception du multimillionnaire Thierry Henry à l’Elysée».

Pour Hervé Favre de la Voix du Nord, «le troisième tour social aura cependant lieu en septembre lorsque le texte viendra devant l’Assemblée».

Yann Marec du Midi Libre considère également que cette manifestation nationale «fut un succès». (...)
www.liberation.fr/politiques/0101643457-retraites-les-syndicats-ont-reussi-leur-pari-contre-le-gouvernement

Contre la réforme des retraites, les manifs ont fait le plein
LE RÉCIT DE LA JOURNÉE
www.liberation.fr/politiques/0101643284-reforme-des-retraites-un-instituteur-sur-trois-en-greve

REPORTAGE EN IMAGES
www.liberation.fr/societe/1101933-si-c-est-pour-prendre-sa-retraite-quand-on-a-deja-un-pied-dans-la-tombe

Galerie photo
www.liberation.fr/diaporama,21
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Lun 28 Juin - 11:18



Réforme des retraites
28 juin 2010
premier LUNDI AU SOLEIL
Place de la Bourse à Paris 2e
de 19 à 21h

avec ATTAC, COPERNIC, le PCF, le NPA, le PG, Solidaires, la FSU, les Alternatifs, LES VERTS, la Gauche Unitaire, le PCOF, la FASE, les collectifs locaux d'Ile de France - qui tous interviendront.

LUNDIS AU SOLEIL

La réforme des retraites baissera les pensions et le pouvoir d’achat (chacun devra capitaliser auprès des assurances privées!). Elle s’attaque à la clé de voûte de la protection sociale. D’autres financements sont possibles. Infiniment moins inégalitaires. Le projet de loi doit être retiré.

Pour imposer ce retrait, nous appelons partout en France, tous les collectifs locaux, à se réunir localement (et festivement) les lundis 28 juin, 6 septembre, 13 septembre, 20 septembre, 27 septembre, de 19h à 21h, pour des «LUNDIS AU SOLEIL», qui opposent la force de notre nombre au passage en force du gouvernement.

Chaque collectif local dans le lieu qui lui semble approprié, suivant l’organisation qu’il décide, avec casse-croûtes, musiques, interventions, mais «TOUS ENSEMBLE», pour «tous ensemble» monter le son contre la réforme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Mer 30 Juin - 13:06



"Il va falloir travailler plus longtemps", redit Martine Aubry

Le Parti socialiste ne défend pas le retour à l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans pour tout le monde.

Lors d'un meeting à Roubaix pour défendre la réforme des retraites proposée par le PS, l'ancienne ministre des Affaires sociales a accusé la droite de caricature.

Le gouvernement a décidé de reporter de 60 à 62 ans l'âge légal de la retraite mais le PS ne veut conserver le départ à 60 ans que pour ceux qui ont commencé à travailler tôt ou qui ont eu des emplois pénibles, a-t-elle fait valoir.

"Nous allons vivre de plus en plus longtemps et donc il va falloir travailler plus longtemps : nous en sommes tous d'accord", a dit la maire de Lille aux journalistes, avant de le répéter à plusieurs reprises sur la scène du théâtre Pierre de Roubaix.

En janvier, Martine Aubry avait déclenché une polémique au sein du Parti socialiste en parlant de travailler plus longtemps. La droite avait salué une avancée estimant que la dirigeante socialiste reconnaissait la nécessité de repousser l'âge légal de départ à la retraite.

"Il va falloir travailler plus longtemps mais pas n'importe comment", a-t-elle insisté face à 200 personnes, salariés, retraités, fonctionnaires et syndicalistes.

Elle a fait valoir que l'âge moyen de liquidation des droits à la retraite était aujourd'hui de plus de 61 ans.

"Nous ne demandons pas le retour à 60 ans pour tout le monde : nous ne l'avons jamais demandé. Nous savons qu'il va falloir travailler plus longtemps mais nous voulons que ceux qui ont commencé à travailler tôt puissent partir à 60 ans", a défendu Martine Aubry qui se pose en championne de la "gauche crédible".

Elle a défendu une réforme "équilibrée" entre mesures d'âge et mesures financières, via une lourde taxation des revenus du capital.

Face à la réforme du gouvernement, "il y a d'autres solutions et c'est ça que le président de la République ne supporte pas aujourd'hui", a estimé la dirigeante du PS.

"Il voudrait une opposition qui dit n'importe quoi, qui soit irréaliste mais les Français savent que nous savons gérer", a assuré Martine Aubry. "C'est ça la crédibilité".

Laure Bretton
http://fr.news.yahoo.com/4/20100629/tts-france-retraites-aubry-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Jeu 9 Sep - 15:07


Plus de 350 000 manifestants dans l'Ouest. Photo : Joël Le Gall

7 septembre 2010
Plus de 2,5 millions de manifestants contre la réforme Sarkozy-Wœrth des retraites

www.humanite.fr/07_09_2010-plus-de-25-millions-de-manifestants-mardi-453026
www.alencon.maville.com/actu/actudet_-Retraites.-Plus-de-350-000-manifestants-dans-l-Ouest_-1502272--BKN_actu.Htm


Sarkozy et Woerth préparent le passage de la réforme en force

Quel moment surréaliste ! La France a connu une journée de manifestations massives contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement, mais pour convaincre les Français, celui-ci envoie sur le front le plus discrédité de ses représentants, Eric Woerth.

À l'Assemblée nationale comme le soir sur le plateau de TF1, lorsqu'Eric Woerth prenait la parole, on ne pouvait s'empêcher d'entendre en écho les délicieuses conversations de Mme Bettencourt, l'univers de combines, de fraudes et de privilèges de son entourage, et les petits mensonges entre amis dans lesquels le ministre du Travail est empêtré. Il a beau se plaindre, comme il l'a fait mardi, d'une « campagne », d'être « dénigré » et « jeté en pâture » : il n'est plus audible.

« Je n'ai jamais menti »

Le ministre que Nicolas Sarkozy lance en première ligne parle de la nécessaire réforme des retraites ou de la « pénibilité au travail », mais on voit surtout un homme qui a perdu toute sa crédibilité, obligé de jurer, devant les téléspectateurs et une Laurence Ferrari –disons-le- pugnace, que jamais il n'a menti. Mais cette Légion d'honneur, ce Patrice de Maistre qu'il « connaissait à peine », ces lettres aux mains de la justice ?

La situation est tellement irréelle qu'à l'Assemblée, c'est à François Fillon que s'adresse l'opposition, pas au ministre concerné, et que sur TF1, le patron de la CGT, Bernard Thibault, a préféré venir enregistrer son interview d'après-manif avant 20 heures plutôt que de risquer de croiser le ministre pestiféré, pourtant son interlocuteur théorique sur la réforme.

Cela serait anecdotique si l'enjeu n'était si grave. Car Nicolas Sarkozy s'apprête à faire passer en force une réforme qu'il est incapable de « vendre » aux Français.

Le paradoxe est énorme. Les Français sont convaincus, dans leur grande majorité, qu'une réforme des retraites est indispensable. Mais ils sont plus nombreux aujourd'hui qu'il y a trois mois à penser que celle que propose le gouvernement est inéquitable. Ce n'est pas Eric Woerth qui les aura fait changer d'avis mardi soir.

Le passage en force

Nicolas Sarkozy a aujourd'hui les moyens institutionnels de faire passer sa réforme -il dispose d'une majorité parlementaire-, mais il est incapable de convaincre les Français de son bien-fondé. Et ce ne sont pas les concessions qui seront annoncées mercredi en Conseil des ministres -des mesures prévues d'avance et gardées sous le coude pour avoir l'air d'entendre les « préoccupations » des manifestants de mardi- qui changeront quelque chose à l'affaire.

Un ministre discrédité, un Président dans les affres de l'impopularité… Quel contexte catastrophique pour faire LA réforme du quinquennat. Et comme Nicolas Sarkozy a de la vie politique une conception proche du ring de boxe, il veut remporter une victoire totale pour préparer le rebond nécessaire pour 2012, pour montrer à ses électeurs qu'il « en a ».

À un moment aussi crucial, au moment où chacun en France s'interroge sur son avenir, individuel et collectif, dans un pays en crise, le gouvernement envoie le plus mauvais des signaux : celui du mépris.

Pierre HASKI
www.rue89.com/2010/09/07/avec-un-ministre-use-en-premiere-ligne-sarkozy-prepare-le-passage-en-force-165661

Retraites : Woerth annonce des « avancées »... déjà connues
Le ministre du Travail, invité sur TF1, fait semblant d'entendre les 2,5 millions de manifestants. Récit d'une journée de protestation
www.rue89.com/2010/09/07/transports-greves-manifs-la-protestation-heure-par-heure-165565
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Jeu 9 Sep - 15:36



Pourquoi l'Elysée soutient encore Woerth
[extraits]

Eric Woerth est un ministre du travail au bout du rouleau, éreinté par les révélations successives dans l'affaire Bettencourt. Et d'autant plus en difficulté depuis qu'il a reconnu, jeudi, devant un parterre de journalistes, avoir bien écrit un courrier en 2007 pour aider Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal (pour lequel travaillait son épouse), à obtenir la Légion d'honneur.

Vendredi, pour la première fois, François Chérèque (CFDT) a affirmé dans Les Echos que son maintien était un «vrai problème». François Fillon a dû se fendre, jeudi, d'un communiqué lui réaffirmant son soutien. Ce vendredi, Nicolas Sarkozy a lancé un «Oui» un brin gêné aux journalistes qui lui demandaient s'il soutenait toujours le ministre du travail...
Pourtant, Eric Woerth reste le ministre des retraites, celui en tout cas qui défendra le texte dans l'hémicycle.

Il y a une explication à ce soutien qui défie toute logique.
Car si toute l'attention continue à se porter sur Eric Woerth et son avenir politique, le débat de fond risque d'être très vite balayé. C'est du moins l'espoir de l'Elysée...
Or pour parler du fond, il n'y a plus beaucoup de temps. Le calendrier «défini par le gouvernement» est très ramassé, souligne-t-on à la CFDT.
De fait, l'examen en première lecture à l'Assemblée ne va durer qu'une petite semaine, pas au-delà du 15 septembre.
Bref, l'Elysée considère que le plus gros morceau de la réforme des retraites sera bouclé dans une semaine.

«Souder la majorité»

C'est aussi au cours de cette semaine, à partir du 9 septembre, le lendemain de la réunion de l'intersyndicale, que le gouvernement fera connaître ses amendements sur les sujets chers aux syndicats : la pénibilité, les polypensionnés, les carrières longues.

Mais une fois cette épreuve passée, le texte n'aura plus à revenir devant les députés. Il sera ensuite soumis au Sénat en octobre. Le débat devrait y être bien plus feutré. Le projet de loi serait donc bouclé fin octobre, après le passage en commission mixte paritaire. Juste avant le remaniement, désormais prévu pour novembre, d'après les informations du Monde. Le sort d'Eric Woerth serait alors scellé. Mais la réforme, elle, serait passée.

«L'opposition va être très déchaînée à son égard, cela risque de simplifier le travail sur le vote du texte : plus l'opposition attaque Woerth, plus la majorité est soudée», parie Raymond Soubie.

Le supplice de Woerth (qu'il s'inflige lui-même, car il souhaite rester à son poste) aurait donc pour Nicolas Sarkozy l'immense l'avantage de tenir la majorité. Et de limiter les amendements inattendus, portés soit par l'aile sociale de l'UMP [...]

Thibault, Mailly, Chérèque et consorts seront pourtant attendus au tournant. Car dès le 8 septembre, il leur faudra donner une suite au mouvement, en gardant à l'esprit ce calendrier parlementaire très resserré. Une suite, oui, mais laquelle ? [...]
www.mediapart.fr/journal/economie/030910/pourquoi-lelysee-soutient-encore-woerth


Copé-Bertrand : On vous a entendus, maintenant fermez-la !

En ce lendemain de mobilisation, l'Élysée a envoyé les duettistes de l'UMP, Copé et Bertrand, «faire de la pédagogie» sur la réforme des retraites. Pour les deux rivaux, l'heure était au consensus. Discours rodé et tirs nourris contre le PS, le secrétaire général de l'UMP et la patron des députés UMP ont servi la même soupe tiède concoctée par une majorité étonnamment unie dans l'adversité.

Oubliées les querelles de clocher et les appels à une «UMP redynamisée», place à l'unité.

Écouter... Et réformer quand même !
A entendre les deux envoyés de l'Élysée, il semble que la loi soit déjà passée. Après avoir laissé les manifestants exorciser leur révolte en descendant dans la rue, le gouvernement peut passer aux choses sérieuses. […]
www.marianne2.fr/Cope-Bertrand,-on-vous-a-entendus,-maintenant-fermez-la!_a197189.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Jeu 9 Sep - 16:34


AFP/BERTRAND GUAY
Jean Grosset (UNSA), François Chérèque (CFDT), Bernard Thibault (CGT) et Gérard Aschieri (FSU) en octobre 2009


Retraites : les syndicats hésitent et se donnent quinze jours

[extraits] Il aura fallu près de quatre heures aux syndicats, mercredi, pour arrêter une nouvelle date de grève contre la réforme des retraites. Ce sera le 23 septembre, après l'examen du texte à l'Assemblée nationale et avant son passage au Sénat.

Entre-temps, les syndicats appellent le 15 septembre, jour du vote à l'Assemblée, à une «journée forte d'initiatives et d'interpellations des députés, des membres du gouvernement et du Président de la République dans les départements et les circonscriptions», dont les modalités restent à définir.

Unanimes, les organisations de salariés estiment que les ouvertures du chef de l'Etat sur la pénibilité, les polypensionnés et les carrières longues, annoncées mercredi en conseil des ministres, s'apparentent à du «bricolage» (CFDT) ou à des «mesurettes» (FO). Mercredi, Nicolas Sarkozy l'a martelé : pas question de revenir sur le report de l'âge légal de 60 à 62 ans, ni sur le passage de l'âge où la décote s'annule de 65 à 67 ans. Deux dispositions qui cristallisaient mardi la colère dans les cortèges.

Exit pourtant, le scénario-éclair d'une grande mobilisation dès la semaine prochaine, qui pourtant semblait tenir la route mardi soir, dans l'enthousiasme de la manifestation. Mercredi matin, plusieurs dirigeants évoquaient même une journée de grève dès le 15 septembre [...] Mais face à l'enjeu, les syndicats ont semble-t-il pris peur. Craignant de tout perdre en cas de mobilisation moindre la semaine prochaine, la plupart ont préféré temporiser.

Défendant l'idée d'une grève rapide mais aussi d'un retrait du texte gouvernemental, Sud et Force ouvrière n'ont donc pas signé le texte de l'intersyndicale, mais n'excluent pas de le faire dans les prochains jours. «Nous souhaitions une suite très rapide à la journée du 7 pour construire un rapport de force, déplore Annick Coupé de Sud. Nous n'avons pas été entendus, mais restons dans l'intersyndicale.» FO est sur la même ligne.

Renoncement ?

S'agit-il d'un renoncement ? Les syndicats balaient l'idée. «Le 23, bon sang, c'est dans quinze jours, ce n'est pas loin !», dit Nadine Prigent (CGT).

La majorité des syndicats (CFDT, CGT, Unsa, mais aussi la CFTC et la CGC) a donc préféré la jouer très prudent. [...] Une confirmation aussi, de ce que le temps politique va plus vite que celui des grosses machines syndicales. Et a fortiori d'une intersyndicale à huit, qui doit intégrer les desiderata, les positions et les postures des uns et des autres.

Sur le fond, les syndicats disent ne pas avoir l'intention de lâcher [...] insistent sur leur unité, disent vouloir construire un mouvement «dans la durée», pour obtenir des modifications substantielles du texte. Et n'excluent pas une mobilisation un week-end d'octobre, ce dont la CGT n'a pas voulu cette fois-ci : il paraît que dans la culture maison, c'est un aveu de faiblesse...

D'ici là, ils vont sensibiliser les parlementaires.

Mais la majorité des organisations (à part FO, la FSU et Solidaires) refuse plus que jamais d'appeler au retrait du texte.

Pas question non plus de se substituer au parti socialiste, qui a choisi de ne pas polémiquer à l'Assemblée sur l'affaire Woerth-Bettencourt et de se consacrer uniquement au fond.

Derrière l'unité affichée, se cachent pourtant assez mal des divergences profondes. La CFDT n'a pas renoncé à son idée d'une remise à plat du système de retraite, et a tenu mercredi à souligner les «concessions» de Nicolas Sarkozy, comme une porte laissée entrouverte. La CGT, elle, joue la contestation frontale tout en freinant les ardeurs de ceux qui, en son sein, prônent la grève générale...

Voilà donc pour la cuisine confédérale de ce mercredi. Après la journée d'hier, on se dit tout de même que ces considérations stratégiques compliquées vont être assez difficiles à expliquer à ceux qui ont manifesté. Et que le grand vainqueur de ce grand jeu à huit organisations risque, in fine, d'être le gouvernement, qui espère tirer parti du calendrier très resserré qu'il a imposé. [...]

www.mediapart.fr/journal/economie/080910/retraites-les-syndicats-hesitent-et-se-donnent-quinze-jours
www.lemonde.fr/societe/article/2010/09/08/les-syndicats-annoncent-une-nouvelle-journee-de-mobilisation-le-23-septembre_1408611_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Jeu 9 Sep - 16:41



Réforme des retraites : bataille terminée ?

Prochain rendez-vous, donc, le 23 septembre. Décidément, il doit me manquer des cases. Je n'y connais peut-être rien en négociation syndicale. Je ne suis pas peut-être pas spécialiste des tables rondes, avec « grain à moudre », « avancées », et arrière-pensées. Mais cette nouvelle journée d'action contre la réforme des retraites me laisse tout de même un goût curieux.

Plus précisément, c'est sa date. Le 23 septembre ! C'est après le 15, après le 20. C'est loin, le 23. Deux semaines ! Il va s'en passer, des choses, en deux semaines.

Retournez à vos petites affaires, chers manifestants batteurs de records, dont le nombre, la farouche mobilisation, la détermination sans faille, dans les villes et les villages, ont fait trembler le pouvoir, et impressionné jusqu'à Laurence Ferrari. Repliez les drapeaux rouges, d'un si bel effet au 20 heures, retournez fièrement à vos bureaux, à vos ateliers, le devoir accompli. Poursuite de la bataille dans quinze jours.

Pourquoi pas plus tôt ? Deux millions et demi de personnes dans la rue, ça donnait de l'élan. Vu de loin, très humblement, il me semble que la seule action qui soit de nature à faire reculer le gouvernement, à le faire renoncer à ce report de l'âge légal de la retraite que chacun (et même un bolchevique au couteau entre les dents comme Attali) juge suprêmement injuste, puisqu'il vise à faire payer par les ouvriers les retraites des cadres, la seule chose, c'est une grève générale reconductible, comme en 95. Avec blocage général de l'économie, pas de métros, trains à l'arrêt, et apoplexie quotidienne pour Jean-Pierre Pernaut. Hors de cette épreuve de force majeure, on est dans l'ajustement, le dosage, l'homéopathie.

Donc, autant dire que les 60 ans (et 65 ans à taux plein), les syndicats font une croix dessus. Certes, le gouvernement a lâché des miettes. Et même davantage que des miettes. Grâce à la fière mobilisation, les caissières pourront être considérées comme exerçant un métier pénible. Ce n'est pas rien.

Mais sur l'âge légal, rien. Alors pourquoi, aux télés du soir, aux radios du matin, personne (hormis Thomas Legrand, ce jeudi matin, sur France Inter, qui semble avoir entrevu la chose) ne le dit-il ainsi ? Pourquoi tout ce faux suspense sur « l'épreuve de force », le « bras de fer », qui se poursuivent ?

Pourquoi tout le monde (chefs syndicaux, chefs de partis de gauche, journalistes) fait-il semblant d'assister à une bagarre qui, dans l'esprit de ses chefs, est déjà terminée ?
www.arretsurimages.net/vite.php?id=9023


Sarkozy en 2008 : je ne toucherai pas à la retraite à 60 ans
www.marianne2.fr/Sarkozy-en-2008-je-ne-toucherai-pas-a-la-retraite-a-60-ans_a197200.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Ven 10 Sep - 21:16



L'Assemblée vote le report à 62 ans de l'âge légal de la retraite

Les députés français ont adopté vendredi l'article-clé du projet de loi de la réforme des retraites qui porte l'âge légal de départ de 60 à 62 ans à l'horizon 2018, malgré l'importante mobilisation de la rue.

Ce projet de loi reporte également de 65 à 67 ans l'âge permettant d'obtenir une retraite à taux plein quel que soit le nombre de trimestres cotisés, une disposition qui devait être adoptée dans la foulée vendredi soir par les députés.
http://fr.news.yahoo.com/4/20100910/tts-france-retraites-assemblee-urgent-ca02f96.html


Sarkozy rétrécit les retraites, Sarkozy rétrécit la vie, Sarkozy rétrécit l'armée, Sarkozy rétrécit la taille des ouvriers dont il visite les usines, et le capitaliste The Economist rétrécit Sarkozy, « un opportuniste sans complexe qui tourne en fonction du vent».
www.rue89.com/2010/09/09/the-economist-lache-sarkozy-le-president-qui-retrecit-165898
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Jeu 23 Sep - 21:55



Femmes et retraites : quelles propositions sur la table ?

La question des femmes a mis un peu de temps à émerger dans le débat public sur les retraites. Elle est désormais au cœur des revendications des syndicats et des préoccupations de nombreux parlementaires, pas seulement ceux de gauche. Les inégalités hommes/femmes face à la retraite sont criantes.

Quelques chiffres sur les femmes et la retraite pour mesurer l'enjeu de la question :
* Seulement 44% des femmes partent avec une retraite à taux plein, contre 86% des hommes.
* 76% des bénéficiaires du minimum vieillesse sont des femmes.
* Les femmes partent à la retraite à 61,5 ans, contre 60,1 ans pour les hommes.
* 21 % des salariées sont contraintes de liquider leur droit à la
retraite à 65 ans, contre 13% des salariés. Vont-elles désormais devoir attendre 67 ans ?

Ces inégalités entre hommes et femmes ont trois explications distinctes liées à la vie professionnelle ou familiale :
* Les carrières des femmes sont interrompues plus souvent -congés parentaux, CDD, chômage…
* Les femmes sont plus souvent à temps partiel.
* Leurs rémunérations restent, à qualification égale, inférieures à celles des hommes.
La réforme en cours, qui propose de faire reculer l'âge de départ à la retraite à taux plein de 65 à 67 ans, risque d'aggraver la situation.

Faut-il prévoir des mesures spécifiques aux femmes dans la réforme sur les retraites ? Le gouvernement juge que la retraite n'est que le réceptacle des inégalités de la vie professionnelle et de la vie privée. Autrement dit, ce n'est pas le rôle de cette réforme de les «compenser».
Laurence Parisot, présidente du Medef, qui s'affiche «féministe», va plus loin : selon elle, laisser partir les femmes à la retraite avant les hommes, équivaudrait à «entériner cette inégalité».

Mauvais procès ? Ceux qui prônent des corrections ne réclament pas de mesures « spécifiques » aux femmes. La Halde, par exemple, a fait ces quatre propositions pour atténuer la situation.
1. Calculer les droits à la retraite des temps partiels sur la base d'un temps plein (avec la participation de l'employeur).
2. Calculer la retraite sur la base des 100 meilleurs trimestres (et non des 25 meilleures années), ce qui donnerait un avantage (minime) aux salariés enchainant des CDD.
3. Donner des pensions de réversion aux veuves (ou veufs) pacsés (et plus seulement aux gens mariés).
4. Maintenir l'âge de la retraite à taux plein pour les personnes ayant pris un congé parental. [...]
www.rue89.com/explicateur/2010/09/23/femmes-et-retraites-quelles-propositions-sur-la-table-167925
www.marianne2.fr/Retraites-la-France-ne-remercie-pas-ses-pondeuses_a197710.html


Leur pension moyenne est inférieure de plus de 40% à celle des hommes (825 euros en moyenne contre 1.425 euros pour les hommes)

Retraites : et si le référendum était la meilleure des armes ?
www.marianne2.fr/Retraites-et-si-le-referendum-etait-la-meilleure-des-armes_a197717.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Ven 24 Sep - 20:41



Trois millions : Et là, ça compte ?

Des cortèges plus fournis, des mouvements de grèves plus suivis dans le secteur privé, les syndicats parviennent, avec la journée de mobilisation du 23 septembre, à élargir la contestation contre la réforme des retraites du gouvernement.
www.humanite.fr/23_09_2010-trois-millions-et-l%C3%A0-%C3%A7-compte-454130

D'autres photos
www.lejdd.fr/Societe/Social/Images/La-mobilisation-du-23-septembre-en-images/


DIAPORAMA SONORE
Chansons satiriques, slogans combatifs et syndicats qui se félicitent. Reportage lors de la nouvelle journée de manifestations contre la réforme des retraites.
www.liberation.fr/manifestations-retraites-paris.html

François Morel : Message pour Nicolas Sarkozy
www.dailymotion.com/video/xexqt0_message-pour-nicolas-sarkozy_fun

Retraites : la rue durcit le ton, mais l'Elysée n'écoute déjà plus
www.marianne2.fr/Retraites-la-rue-durcit-le-ton,-mais-l-Elysee-n-ecoute-deja-plus_a197725.html

Sarkozy ne change pas. Et c’est pathétique
Des millions de Français sont dans la rue ? Sarkozy ne se sent pas foutu. Au contraire: au même moment, il se pavane dans les rues de New York, chemise ouverte, chaîne en or qui brille, au bras de Carla. Du vrai foutage de g… Du vrai bling-bling aussi. Preuve qu'il n'a pas changé. Et qu'il ne changera jamais.
www.marianne2.fr/Sarkozy-ne-change-pas-Et-c-est-pathetique_a197726.html

Mais logique...
Retraites : une réforme tout bénef... pour les assureurs !
En toute discrétion, pendant l'été, plusieurs députés ont déposé quelques subtils amendements à la nouvelle loi sur les retraites. Objectif : généraliser la retraite par capitalisation. Et tant pis si l'exemple américain vire au cauchemar.
www.lesmotsontunsens.com/retraites-tout-benef-pour-les-assureurs-7980

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Sam 25 Sep - 0:49


Les syndicats jouent l'épreuve de force sur les retraites

Les syndicats ont appelé à deux nouvelles journées de mobilisation contre la réforme des retraites les 2 et 12 octobre.
Rejoints par l'Union nationale lycéenne (UNL, premier syndicat lycéen) qui appelle les jeunes à se mobiliser en vue des manifestations du samedi 2 octobre.

Les centrales syndicales entendent accentuer la mobilisation d'un cran.
Elles veulent non seulement maintenir la pression en vue de l'examen du projet de loi par le Sénat, à partir du 5 octobre, mais élargir la contestation, d'où l'appel à manifester un samedi, le 2 octobre, pour rallier le privé et la jeunesse.

Elles mettent également le gouvernement en garde contre un possible durcissement du mouvement, avec éventuellement des grèves reconductibles, s'il campait sur ses positions au-delà du 12 octobre.

"Le gouvernement porterait l'entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre", peut-on lire dans leur communiqué.
Pour Nadine Prigent, responsable CGT, le gouvernement a choisi l'affrontement et aussi une possible crise sociale d'ampleur".

Comme les fois précédentes, le texte diffusé à l'issue d'une réunion de l'intersyndicale à Montreuil est signé par les syndicats CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FSU et Unsa mais pas par Force ouvrière et Solidaires, pour des raisons de forme.

Ces deux derniers s'associent toutefois pleinement à la mobilisation.
http://fr.news.yahoo.com/4/20100924/tts-france-retraites-manifestations-ca02f96.html
http://fr.news.yahoo.com/4/20100924/tts-france-retraites-lyceens-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Sam 25 Sep - 12:34


Élysée : le déconomètre ne faiblit pas

Alors que des millions de Français scandaient jeudi des slogans contre la réforme des retraites, les dirigeants de l'UMP et de la majorité chantaient eux à l'unisson une toute autre musique. À les croire, la démobilisation avait gagné les troupes de manifestants. Mais en privé, leur discours était bien différent.

Avant même que ne soit connue l’ampleur réelle du mouvement de protestation contre la réforme des retraites, l'Élysée s’est félicité hier « d’une baisse sensible de la mobilisation », ce qui traduisait « une adhésion des Français au projet gouvernemental». Raymond Soubie et Nicolas Sarkozy décrétaient la « grande décélération ! ». Et tous les gardes champêtres médiatiques sarkozystes de battre le mot et le tambour à l’unisson. […]

Éric Woerth : « il y a une décélération incontestable… ». Le secrétaire d’État à la Fonction publique, Georges Tron apportait à l’œuvre collective du trompe l’œil sa touche personnelle en précisant : « la décélération est sensible et même… manifeste». Le porte-parole du gouvernement et ministre de l’Éducation ( !) Saint Luc bouche d’Or Chatel décélérait à fond les manettes, en comparant des chiffres qu’il prétendait « incontestables ».

La communication sarkozyste était poussée à son apogée : il ne suffit pas que le mensonge soit gros, il faut qu’il soit grossièrement martelé pour être entendu.

Sauf qu’en privé les dirigeants de l’UMP eux-mêmes ne chantent pas la même chanson. Ils reconnaissent, sous le sceau du off, que « c’était énorme », qu’ils ne « s’attendaient pas à une telle démonstration de force 15 jours après la précédente » et qu’ils avaient espéré dans une « usure qui tarde elle à se manifester ! ». Une grève légèrement moins suivie ? « Au mois de septembre, avec la rentrée scolaire et les impôts, qu’il y ait eu autant de grévistes voilà qui démontre une résolution forte ». Pire encore, pour ces sarkozystes : non seulement les foules de manifestants sont toujours aussi déterminées, mais l’opinion elle-même ne fléchit guère. Elle soutient très majoritairement le mouvement contre une réforme toujours ressentie comme fondamentalement injuste.

Et alors que tous les commentateurs autorisés expliquent qu’il faut « y passer », que ces changements sont « nécessaires », « inéluctables », « incontournables », voir autant de monde braver la doxa médiatique dominante, voilà qui laisse pour le moins perplexes nos excellences. […]

Les Français détestent qu’on leur impose un menu unique et veulent la liberté de pouvoir choisir à la carte.

Et puis, on leur parle comme à des enfants débiles qui ne comprennent rien en usant d’un argument d’autorité dont on est dépourvu. Car il n’y a rien de plus comique que d’entendre François Fillon qui a toujours dit « oui » à tout ce que demandait le président et qui aujourd’hui prend son air le plus sévère, fronce des mots comme des sourcils : « gouverner la France, c’est aussi savoir dire non… ». Dire non à quoi ? Aux ambitions des dirigeants de l’UMP en pleine bataille de pistolets à bouchons ? Dire non au déconomètre qui fonctionne à plein régime, voilà qui serait une bonne idée…

Nicolas Domenach
www.marianne2.fr/Elysee-le-deconometre-ne-faiblit-pas_a197745.html

Quand Nicolas Sarkozy dit la vérité....
www.dailymotion.com/video/xexn8a_quand-nicolas-sarkozy-dit-la-verite_fun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Sam 25 Sep - 19:59



Grève reconduite à Lyon, Paris, Marseille, Montpellier, Pau, Albi, Chambéry, dans les Hauts de Seine, la Creuse, le Cantal...
La grève du 23 septembre a été reconduite ! Il y a eu des centaines de grévistes le 24 septembre... Le 25... D'autres les rejoindront lundi...
Des AG se sont prononcées pour la poursuite du mouvement avec d'autres rendez-vous à partir du 27 septembre...


Mais peu d'informations filtrent ou sont diffusées dans les médias.

Pourtant il est essentiel pour la poursuite et l'extension du conflit que le maximum d'informations soient RAPIDEMENT communiquées et échangées.
Ceci afin que celles et ceux passent, localement, à la vitesse supérieure dans l'affrontement avec ce gouvernement borné sachent TOUT DE SUITE qu'ils ne sont pas seuls.
Et que le mouvement s'étend partout dans le pays.
Arrow www.7septembre2010.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Ven 8 Oct - 20:20


Manifestation à Toulouse le 7 octobre 2010 ©AFP PHOTO / ERIC CABANIS

Des milliers de lycéens manifestent contre la réforme des retraites
[doc audio]

À Caen, Rodez, Périgueux, Nevers ou encore Auch... Dans plusieurs dizaines de villes moyennes, les lycéens ont défilé pour protester contre la réforme des retraites. Un mouvement sans mot d’ordre national, relayé principalement par les réseaux sociaux. Les organisations de lycéens et d’étudiants promettent par ailleurs une forte mobilisation des jeunes lors de la prochaine journée d’action, le 12 octobre. [...]

"On n’a pas envie de travailler jusqu’à je sais pas quel âge et de se tuer au travail" affirme ainsi Alexandre, un Caennais en classe de seconde. "Mardi, on manifestera avec tous les travailleurs" ajoute un autre participant au défilé normand.

"La réforme met à mal l’emploi des jeunes"

Les 25 organisations qui composent le collectif "La retraite, une affaire de jeunes" promettent d’ailleurs pour le 12 octobre un pourcentage de lycéens et d’étudiants en forte hausse par rapport aux deux précédentes journées de manifestations, qui avaient coïncidé avec la rentrée scolaire.

"Le travail de pédagogie auprès des jeunes commence à payer" note Jean-Baptiste Prévost, le président de l’Unef, principal syndicat étudiant de France. "Les jeunes se mobilisent parce que la réforme met à mal l’emploi des jeunes" explique de son côté Antoine Evennou, président de l’Union nationale des lycéens.

Soucieux d’empêcher une convergence entre mouvement social massif et révolte des jeunes semblable à celle du CPE, le gouvernement a lâché du lest cet été. Nicolas Sarkozy a renoncé à interdire le cumul entre les aides personnalisées au logement (APL) des étudiants et la demi-part fiscale bénéficiant à leurs parents et a annoncé le versement, dès septembre, d’un 10ème mois de bourse pour les élèves boursiers - une revendication de très longue date des syndicats.

www.france-info.com/france-social-2010-10-07-des-milliers-de-lyceens-manifestent-contre-la-reforme-des-retraites-489965-9-44.html
www.sudouest.fr/2010/10/08/retraites-deuxieme-jour-de-mobilisation-pour-des-lyceens-de-la-region-206954-3.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Mer 13 Oct - 22:40


La chienlit ? C’est Lui !

Selon Alain Duhamel, notre pays serait aussi conservateur qu'effervescent. Joseph Macé-Scaron renverse la charge de la preuve. Le sérieux et l'unité syndicale montrent au contraire que c'est le comportement du monarque qui est pagailleux. Nous l'avions écrit dès juillet 2007. Mais aujourd'hui c'est évident pour tout le monde. […]

La partie est pourtant loin d’être gagnée puisque tout, TOUT va être fait pour pousser le mouvement syndical à la faute. La manière dont ce pouvoir va gérer ce conflit en dira long sur la manière dont il se comportera durant les prochaines élections présidentielles. A surveiller de près.
www.marianne2.fr/La-chienlit-C-est-Lui-!_a198482.html


Manif pour les retraites : les CRS matraquent des journalistes
La préfecture refuse de commenter le matraquage, mardi place de La Bastille à Paris, de deux journalistes de Canal + et TF1.

Deux journalistes ont été frappés par des CRS ce mardi 12 octobre au soir à la Bastille : un preneur de son de TF1 qui tournait un reportage, et un journaliste de Canal + qui ne travaillait pas mais brandissait sa carte de presse.

Ces agressions, filmées par l'agence de presse Moaspress, suscitent l'indignation de Reporters sans frontières.
www.dailymotion.com/video/xf6i6m_la-police-frappe-un-journaliste-d-i_news# cyclops

Mais aucune réaction officielle de la préfecture de police pour l'instant.

Que des manifestants soient matraqués sans raison par les CRS à la fin d'une journée de manifestations est devenu chose coutumière, semble-t-il. Ainsi, ce témoignage d'une mère de famille, publié ce mercredi matin par Rue89, tabassée alors qu'elle passait près de la colonne de la Bastille avant d'aller récupérer son fils au solfège. Cette femme se trouve être journaliste, mais n'était pas identifiée comme telle.
www.rue89.com/2010/10/13/jai-ete-tabassee-par-la-police-en-fin-de-manif-pour-les-retraites-170882

Un journaliste de TF1 : « Ils avaient envie de taper »
Peut-être aura-t-on aussi des précisions sur la deuxième agression de journaliste survenue ce soir-là : il s'agit cette fois du preneur de son d'une équipe de TF1, Yvon Aluni, non loin du feu en question, et toujours vers 20 heures. (Voir la vidéo)
www.dailymotion.com/video/xf6q91_20101012-une-equipe-de-tf1-matraque_news# cyclops

Cet épisode rappelle furieusement la mésaventure survenue à un photographe de l'AFP, à Lyon en 2008 : alors qu'il couvrait une manifestation, des policiers l'avaient interpellé et avaient effacé toutes les photos qu'il avait prises. Avec cette précision :
«C'est interdit de faire des photos. Maintenant, c'est comme ça.»
www.rue89.com/2010/10/13/manif-pour-les-retraites-les-crs-matraquent-des-journalistes-170976

Une non-manifestante tabassée par la police
à la fin de la manif pour les retraites

«cheveux courts, blousons noirs, matraques blanches et, à l'avant-bras, un brassard orange de la police. C'est un groupe rapide. Ils me jettent à terre, me donnent des coups de matraque. Mes yeux brûlent, ma peau est insupportable. Des jets de gaz ?
En face de l'école de musique, prête pour la fin du cours, je regarde le génie de la Bastille. J'éclate en sanglots. Dans quel pays suis-je en train d'élever mon enfant ?
Il faut un contexte pour de tels débordements. La question est donc : quels étaient les ordres ?»
www.rue89.com/2010/10/13/jai-ete-tabassee-par-la-police-en-fin-de-manif-pour-les-retraites-170882

"La question est donc : quels étaient les ordres ? "
La question est incomplète, il faudrait rajouter : Qui les a donnés ?

Tout ceci prouve que la panique règne dans l'exécutif du pays, niveau de confiance nul chez la population, navigation à vue d'un bateau plein de voies d'eau, incompétence à tous les étages, la violence policière est une des conséquences de cette chienlit.
www.rue89.com/comment/permalink/1841412

Dissuader les gens de manifester
En France les CRS ont toujours reçu l'ordre de taper, non pas seulement pour disperser des manifestants violents, mais pour dissuader les gens de manifester. J'ai vu des ménagères de 50 ans, étrangères à la manifestation, se faire tabasser dans une boulangerie parce que 2 ou 3 CRS avaient entrepris de courser un manifestant dans les étals au moment de disperser une manifestation jusque-là très pacifique. J'ai vu des pompiers diriger leurs lances à eau en direction des CRS pour protéger des passants agressés et nullement concernés par une manifestation. Bien d'autres que moi ont assisté à des scènes similaires en France. Les ordres émanant des préfectures ou du ministère sont souvent éloignées "du maintien de l'ordre pour la sécurité des biens et des personnes". Cette justification républicaine débouche trop souvent sur une violence de l'État qui n'est autre que l'expression de forces de police s'en prenant au droit de manifestation dans l'espace public en semant la terreur à dessein.
Pour désamorcer cette violence qui n'a d'autre objet que de faire taire toute contestation sociale dans l'espace politique, les Français n'ont pas d'autres choix que de répondre par la radicalisation pacifique du mouvement de contestation sur les retraites : amplifier le mouvement dans tous les secteurs d'activité pour à dessein dérégler et arrêter progressivement le système économique et médiatique.
www.rue89.com/comment/permalink/1841948

Attitude logique de la part d'un gouvernement fascisant
L'UMP condamne désormais la détention de René Galinier... et rejoint le FN
www.liberation.fr/politiques/01012295659-l-ump-condamne-desormais-la-detention-de-rene-galinier-et-rejoint-le-fn

L’UMP a fait remettre un assassin en liberté
www.liberation.fr/societe/01012296098-rene-galinier-a-ete-remis-en-liberte

Un «papy» qui a estropié à vie une fille de 11 ans
"les gamines étaient complètement éventrées, avec les intestins dans les mains, à ramper en dehors de la maison. Les coups de fusil ont été tirés à moins de deux mètres : elles ont été éventrées l'une et l'autre. De l'estomac au pubis, tout a été emporté. Les deux victimes disent que chacune a aussi été frappée d'un coup de crosse à la tête, ce qui a été constaté à l'hôpital pour la plus jeune. Pour quelqu'un qui affirme avoir eu très peur, le geste est significatif".
www.lepost.fr/article/2010/10/10/2258070_jeunes-cambrioleuses-blessees-par-un-septuagenaire-elles-n-ont-jamais-ete-menacantes-il-n-y-a-pas-de-legitime-defense.html


« Cris et chuchotements, c’est magnifique »
www.dailymotion.com/video/xf3gia_nicolas-sarkozy-ou-monsieur-cinema_news# cyclops
Nicolas Sarkozy ou Monsieur Cinéma ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Ven 5 Nov - 8:20



N’en déplaise au gouvernement et à ses relais médiatiques (voir ci-dessous), le mouvement d'opposition à la réforme injuste des retraites est ancré en profondeur dans notre pays. La mobilisation est encore présente, ces derniers jours, dans différents secteurs (au niveau de la propreté de Paris, blocage et occupation de l’incinérateur St-Ouen, comme à Ivry ; relances des mouvements dans les lycées et les universités ; blocages de plateformes logistiques dans plusieurs régions de France,… les exemples sont nombreux.)

Une nouvelle journée d'action est prévue ce samedi 6 novembre. Il est encore temps de faire reculer le gouvernement et d'obtenir que cette réforme ne soit pas promulguée. Souvenons-nous qu'en 2006, la mobilisation avait permis le retrait du CPE bien que la loi ait été votée.

Nouvelle journée d'action le 6 novembre

Une nouvelle journée de mobilisation nationale interprofessionnelle contre la réforme des retraites se tiendra demain samedi partout en France à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Unsa et Solidaires.

Il s'agit de la 8e journée d'actions organisée contre ce texte. La loi a été définitivement adoptée par le Parlement, mais elle n'a pas encore été promulguée par le président de la République compte tenu de la saisine du Conseil constitutionnel par le Parti socialiste.

À Paris manifestation de République à Nation
Départ à 14h00


En Bretagne, une vingtaine de rassemblements sont prévus dans différentes villes de la région ainsi que sur les îles. Voici en détail les horaires et lieux de rendez-vous.
www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/retraites-les-manifestations-du-6-novembre-en-bretagne-horaires-04-11-2010-1105019.php

Dernières informations sur la réforme des retraites
www.letelegramme.com/tag/retraites

Arrow La carte des manifestations du 6 novembre
www.humanite.fr/04_11_2010-la-carte-des-manifestations-du-6-novembre-457024
http://www.carte.cgt.fr/


Appel à la mobilisation "dans la semaine du 22 au 26 novembre

"L'intersyndicale à l'origine du mouvement contre la réforme des retraites appelle à une nouvelle mobilisation nationale "dans la semaine du 22 au 26 novembre". Mais les modalités d'action seront arrêtées le 8 novembre, c'est-à-dire après les manifestations prévues samedi dans toute la France.

"La détermination des salariés qui ne faiblit pas depuis des mois, appuyée par l'opinion publique, démontre qu'il y a de nombreuses inquiétudes sociales, un refus de cette réforme des retraites et un profond mécontentement face à un gouvernement qui a choisi le passage en force", déclare l'intersyndicale dans un communiqué diffusé jeudi soir, au terme de plus de trois heures de réunion au siège de la CFE-CGC à Paris.

Dans ce texte signé par la CGT, la CFDT, la CFTC, la CFE-CGC, la FSU, l'UNSA et Solidaires, mais pas par FO qui veut un appel à une grève nationale interprofessionnelle, les syndicats "réaffirment leur détermination face à une réforme gouvernementale qui demeure injuste, inefficace, inacceptable et qui ne répond pas aux enjeux actuels".

En conséquence, les syndicats confirment leur "appel à une mobilisation massive samedi 6 novembre 2010 partout en France", la huitième journée de mobilisation contre la réforme des retraites organisée en l'espace de deux mois.

Ils appellent en outre "à un nouveau rendez-vous national de mobilisation dans la semaine du 22 au 26 novembre dont les modalités et le contenu seront déterminés", lors d'une autre rencontre intersyndicale lundi prochain.
www.europe1.fr/Economie/Les-syndicats-maintiennent-la-pression-303682/

Les tam-tams de droite :

Manuel Valls, député-maire "socialiste" d'Evry, exclut le retour à la retraite à 60 ans pour tous, dans une interview à «La Tribune».
www.leparisien.fr/economie/retraites/retraites-nouvelle-journee-d-action-le-6-novembre-28-10-2010-1127359.php

Libération
Le conflit prend congé
ww.liberation.fr%2Feconomie%2F01012299214-le-conflit-prend-conge

Les Échos
Retraites : les syndicats enterrent le conflit en douceur
ww.lesechos.fr%2Feconomie-politique%2Ffrance%2Factu%2F020910999772.htm

Le Point
Les syndicats esquissent la fin du conflit sur les retraites
ww.lepoint.fr%2Ffil-info-reuters%2Fles-syndicats-esquissent-la-fin-du-conflit-sur-les-retraites-04-11-2010-1258633_240.php

Le Monde
La contestation est en train de toucher à sa fin
ww.lemonde.fr/societe/article/2010/11/04/retraites-l-intersyndicale-fixe-un-nouveau-rendez-vous-fin-novembre_1435709_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   Sam 13 Nov - 2:40



10 novembre 2010.
Sarkozy a promulgué la loi sur la réforme des retraites


Gérard Filoche réagit sur sa page Facebook, avec trois messages successifs : « Le type du Fouquet’s qui allait chercher des enveloppes chez Bettencourt a promulgué la loi scélérate de pillage des retraites, de nuit », suivi de « c’est la nuit, à la sauvette, que la loi de pillage de 30 ans d’acquis en matière de retraite a été promulguée », et enfin « Jamais la plaie ouverte de ce coup de force anti-démocratique, contre 75% de la population et contre le plus grand mouvement social de l’histoire de ces 40 dernières années, ne se refermera tant que cette loi Sarkozy scélérate de pillage des retraites ne sera pas abrogée et tant que son auteur ne sera pas chassé ».
http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/main-basse-sur-les-retraites-t247-45.htm#4086

Mais la lutte continue

Elle prend diverses formes, dont celles-ci :

Le 19 novembre on retire de l’argent des banques tous ensemble.
http://calebirri.unblog.fr/2010/10/12/la-peur-des-banques/

Le 1er Décembre journée sans consommation.
Grève générale des achats reconductible.
Portefeuilles fermés. Pas de restaurant, de ciné, de bar, d'hypermarché, d'achats sur internet, d'essence, de livres, de CD, DVD, jouets, cigarettes, journaux, timbres, pain, fleurs... Rien.
Un coup de semonce et ensuite on remet ça, si le message n'est pas reçu.

Des explications ici :
http://fr-fr.facebook.com/home.php?sk=group_161876560519310
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retraites : Grèves et manifestations   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retraites : Grèves et manifestations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Des manifestations de lycéens dégénèrent à Nanterre et Lyon
» Manifestations en Turquie
» Pétition : Main basse sur nos retraites
» Le souvenir de Mai 68 plane sur la mobilisation contre la réforme des retraites, marquée par un nombre croissant de manifestations et.. de débordements.
» infos très inquiétantes sur les retraites en gendarmerie en 2010 : à diffuser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: