sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vers une fin programmée des États ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Dim 17 Déc - 13:53



Le Val-de-Marne toujours mobilisé contre la suppression des départements

Consultés en ligne la moitié des 8000 agents du conseil départemental a voté. 97,3 % se sont prononcés pour la défense du département.
À cette mobilisation, il faut ajouter les 29.000 « cartes pétitions » déjà retournées par les habitants pour soutenir le département contre une réforme territoriale toujours menaçante.
« Si le département n’avait pas pris cette initiative de campagne d’information auprès de la population, la réforme aurait été bouclée en catimini dans les salons de l’Élysée », a rappelé le président.

Alors que des annonces de l’État étaient annoncées pour la mi-décembre, il semblerait que l’Élysée attende début janvier pour dévoiler son plan de réforme territoriale.

« On ne sait pas vers quoi on s’oriente, pour les trois départements de petite ceinture (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis et Hauts-de-Seine). Nous sommes 24.000 agents à ne pas savoir ce qu’il adviendra pour nous », dénoncent de concert les représentants FSU et CGT au département. Ce jeudi 14 décembre, ils étaient une centaine d’agents des trois départements à se rassembler devant la préfecture de la région Île-de-France.
http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/le-val-de-marne-toujours-mobilise-contre-la-suppression-des-departements-15-12-2017-7455276.php

En Île-de-France, le projet de fusionner les trois départements entourant Paris avec la métropole est une poudrière. Début juin, Christian Favier, qui préside le dernier fief des communistes en France, le Val-de-Marne, s'alarmait de la préparation d'une ordonnance sur le sujet. Patrick Devedjian, baron LR des Hauts-de-Seine, prépare depuis plus d'un an une contre-mesure. Certains interprètent dans le même sens la fusion en cours de la commune et du département de Paris par Anne Hidalgo.
https://www.lesechos.fr/29/06/2017/LesEchos/22476-017-ECH_la-simplification-de-la-carte-des-departements-sera-lancee-en-juillet.htm
https://blogs.mediapart.fr/edition/la-revue-du-projet/article/071114/coup-d-etat-contre-les-departements-reforme-territoriale-l-impasse-technocratique

Grand Paris : l'avertissement des départements franciliens à Macron
Si le chef de l'État souhaite une métropole plus puissante et plus économe, sans exclure la possibilité de supprimer des départements franciliens, les présidents des collectivités font front commun pour défendre leur rôle spécifique, notamment en matière de «solidarité humaine» et de «solidarité territoriale».
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/10/10/25001-20171010ARTFIG00154-grand-paris-l-avertissement-des-departements-franciliens-a-macron.php

Austérité : démantèlement, réductions, suppressions... La poursuite d'un saccage sournois s'enrobe de jolis mots.



État territorial : la Cour des comptes préconise un vaste plan de réorganisation

'Dans un rapport remis ce 11 décembre 2017, la Cour des comptes appelle à de profondes réformes de l'État déconcentré. Dénonçant des "doublons" coûteux, l'institution présidée par Didier Migaud considère que l'État n'a pas tiré toutes les conséquences de la décentralisation.'

certaines des missions aujourd'hui exercées à l'échelon départemental devraient, selon les magistrats, être exercées à un niveau régional (par exemple les missions de contrôle), voire national (comme la notification des dotations de l'État aux collectivités territoriales)

Pour plusieurs compétences (logement, routes, développement économique), la Cour recommande des regroupements d'ici la fin 2018.

Poursuivre les transferts aux collectivités
Ainsi l'État devrait-il selon elle abandonner totalement, d'ici fin 2018, le secrétariat des instances médicales pour les agents territoriaux et hospitaliers, ou réduire plus drastiquement son rôle dans les politiques territoriales du sport, de la jeunesse et de la vie associative, ou encore du secteur social.

"Quelques missions" devraient purement et simplement disparaître, estime-t-elle aussi. Elle cite "le rôle des Direccte [ndlr : directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi] en matière de tourisme", ou encore "la participation à la demande du service départemental d'incendie et de secours, des agents des DDT [ndlr : directions départementales des territoires] aux visites de sécurité".

Elle appelle aussi à la suppression d'ici fin 2019 des "rectorats de petite taille".

La révision de l'implantation des sous-préfectures doit être "beaucoup plus ambitieuse" [...]
https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer/?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250280253799&nl=1

Le plan de Migaud et ses acolytes
https://www.ccomptes.fr/fr/publications/les-services-deconcentres-de-letat

Les régions académiques, académies et services départementaux de l'Éducation nationale
La Cour des comptes préconise quelques chamboulements dans l'organisation territoriale de l'Éducation nationale
https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250280274529

Rapport de la Cour des comptes
Réforme territoriale et efforts de gestion : les collectivités et l’État sommés d’aller de l’avant
http://www.lagazettedescommunes.com/528224/reforme-territoriale-et-efforts-de-gestion-les-collectivites-et-letat-sommes-daller-de-lavant/

La Cour des comptes a-t-elle été élue par le peuple ?



L’histoire de l'organisation du territoire
De l’organisation des communes en 1789 à la volonté de supprimer les départements aujourd’hui, la voie d’un rétablissement de la logique de privilèges territoriaux de l’Ancien régime.

Le 23 juillet dernier [2013], l’Assemblée nationale a adopté en le modifiant le projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles présenté par la ministre de la Réforme de l'État, de la décentralisation et de la fonction publique. Ce projet de loi modifie de manière importante la structure administrative de la France. [...]

Vues sous l’angle de leurs conséquences, on pourrait dire que les dernières réformes territoriales et celles en cours contribuent au rétablissement de la logique de privilèges territoriaux de l’Ancien Régime. L’idée de supprimer les départements s’y inscrit sans difficulté. Vues sous l’angle de leur motivation en revanche, elles traduisent l’approfondissement de la domination des financiers sur l’État, en organisant au plan administratif une compétition réglementaire et fiscale entre les territoires qui se joue à l’échelle mondiale. [...]

Pauline Durand, administratrice de la fonction publique
La Revue du projet, n° 32, décembre 2013
http://projet.pcf.fr/48655
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Ven 5 Jan - 18:26



Municipalisation du stationnement
La loi dite MAPTAM (Modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles) met fin de l'égalité républicaine.
Dorénavant chaque ville peut fixer librement le montant des PV.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028526298

Amende de stationnement : quels tarifs de PV dans votre ville ?
http://www.linternaute.com/auto/guide-pratique-auto/1408734-amende-de-stationnement-quels-tarifs-de-pv-dans-votre-ville-carte-prix-par-ville/

Stationnement : des amendes plus salées à Paris et en Île-de-France !
La loi qui entre en vigueur ce lundi 1er janvier confie aux villes le soin de gérer leur stationnement en voirie. En Île-de-France, la plupart d’entre elles, dont Paris, en ont profité pour augmenter le tarif des PV.
D’autres communes ont profité de la réforme pour rendre payant un stationnement jusque-là gratuit.
http://www.leparisien.fr/paris-75/stationnement-des-amendes-plus-salees-a-paris-et-en-ile-de-france-31-12-2017-7478412.php

À Paris, le contrôle du stationnement payant est transféré à partir du 1er janvier 2018 à deux prestataires privés, les sociétés Indigo (ex-Vinci Park) et Urbis Park. La mairie de Paris utilise la novlangue en présentant cette atteinte au service public comme une amélioration.
https://www.paris.fr/actualites/ce-qui-va-changer-au-1er-janvier-2016-3228



Encore des cadeaux aux banques et autres multinationales !

Vinci Park s'est rebaptisée Indigo en novembre 2015.
C'est désormais Infra Foch, une holding contrôlée à moins de 25% par Vinci Concessions, qui détient le capital d'Indigo.
Infra Foch est indirectement détenue à hauteur de 37% par un fonds d'investissement géré par Ardian et près de 37% par Crédit Agricole Assurance.
https://votreargent.lexpress.fr/bourse-de-paris/vinci-l-ex-filiale-vinci-park-devient-indigo_1732768.html

Conseillé par BNP Paribas et Barclays, Vinci a cédé, en 2014, 75% de Vinci Park à un duo composé de Crédit agricole assurances et d'Ardian (ex-Axa PE).
http://www.lefigaro.fr/societes/2014/02/12/20005-20140212ARTFIG00365-vinci-vend-ses-parkings-valorises-pres-de-2milliards-d-euros.php

La société Ardian a été créée par Axa
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ardian

La société Urbis Park Services a été acquise en janvier 2017 par Transdev Stationnement, opérateur de référence des mobilités du groupe Caisse des Dépôts et Consignations.
https://www.transdev.com/fr/presse/Transdev-renforce-son-offre-stationnement-avec-l-acquisition-d-urbis-park-services

http://sarko-verdose.bbactif.com/t310-il-etait-une-fois-la-cdc-confrerie-de-delinquants-en-col-blanc

Inventons la Métropole du Grand Paris est un appel à projets international de développement de la qualité de vie urbaine, coorganisé par la Métropole du Grand Paris, la Société du Grand Paris et l’Etat, avec le concours de la Caisse des Dépôts et Consignations
https://fr.scribd.com/document/362187476/DP-IMGP-18102017

Avec le « Grand Paris » et les JO, une vague de béton s’apprête à submerger l’Île-de-France
« Chantier colossal », « troisième révolution urbaine », « porte d’entrée de l’Europe continentale »… Autour du Grand Paris, immense projet de réaménagement urbain touchant toute la métropole, les discours s’enflamment. Mais sur le terrain comme en coulisses, les grues, tunneliers et autres bétonnières s’apprêtent à imposer leur loi, loin du contrôle des citoyens. Entre les constructions de tours, l’extension des lignes de métro, ou les grands projets comme Europa City, les promoteurs et géants du BTP se frottent déjà les mains.
12 oct 2017
https://www.bastamag.net/Avec-le-Grand-Paris-et-les-JO-une-vague-de-beton-s-apprete-a-submerger-l-Ile-de
http://sarko-verdose.bbactif.com/t452-non-aux-jo-2024-a-paris


Le règne des multinationales et des banques
http://sarko-verdose.bbactif.com/t198-maitres-du-monde-economique-le-regne-des-multinationales-et-des-banques

Les mouvements du fric
http://www.pemagazine.fr/actus/Nw

Pourquoi Boursorama, Total ou Axa sont si généreux avec Blablacar
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/pourquoi-boursorama-total-ou-axa-sont-si-genereux-avec-blablacar-935267.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Mar 16 Jan - 13:44


Où se situent les populations en zone inondable en France ?

Abandon, inégalité, antidémocratie
Un nouvel impôt : la taxe inondation instaurée dans certaines communes

Depuis le 1er janvier 2018, les communes sont chargées de faire les travaux de prévention aux inondations à la place de l'État. Reportage à Nemours (Seine-et-Marne), commune très touchée par les inondations en 2016.

Pour s'en sortir, de plus en plus de collectivités recourent à un impôt méconnu, la taxe inondation. Les élus jurent ne plus avoir le choix car depuis le 1er janvier l'État s'est totalement désengagé de l'entretien des cours d'eau.
https://www.francetvinfo.fr/meteo/inondations/impots-la-taxe-inondation-instauree-dans-certaines-communes_2563467.html

"Le principe d'égalité devant la loi est un principe central de la démocratie."
Le risque d'inondation n'étant pas le même dans toutes les régions de France, certains citoyens vont être plus taxés que d'autres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89galit%C3%A9_devant_la_loi

Intempéries : où sont les zones à risque en France ?
http://www.chroniques-cartographiques.fr/2016/05/intemperies-ou-sont-les-zones-a-risque-en-france.html

Carte des zones inondables à Paris
http://capgeo.maps.arcgis.com/apps/Viewer/index.html?appid=1afb6e16cca648fd817e92d3d01ecdf2

Stationnement payant et variable
Dans Paris, où les missions de contrôle du stationnement et de verbalisation ont été confiées à deux sociétés privées (Indigo et Urbis Park), le nombre de ces "PV" qui ont changé de nom semble croître fortement.
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/stationnement-payant-a-paris-les-nouveaux-pv-pleuvent-1350643.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Dim 11 Fév - 17:39



La mention de la Corse dans la Constitution, porte ouverte à un démembrement de la République

Jean-Luc Mélenchon a accusé le chef de l'État de vouloir utiliser la Corse comme "cheval de Troie" pour aboutir à des statuts différents, région par région. Tout comme il a "instauré un code du travail à géométrie variable".

Il s'est déclaré vendredi 9 février favorable sous conditions à l'inscription de la Corse dans la Constitution, mais uniquement via l'article 74, sur l'Outre-Mer, mettant cependant en garde contre un "démembrement de la République française" avec des statuts à la carte région par région : "la République française n'est pas une république fédérale".

Se revendiquant toujours jacobin, Jean-Luc Mélenchon a en revanche apporté son soutien à une des principales revendications des dirigeants nationalistes de Corse, celle d'un statut de résident, qui permettrait de réserver l'accession à la propriété aux Corses ou à ceux vivant sur l'île depuis un certain temps. [...]

10 fév 2018
http://www.corsicainfurmazione.org/174223/jlmelenchon-favorable-sous-conditions-a-la-mention-de-la-corse-dans-la-constitution/2018/
https://www.francetvinfo.fr/france/corse/corse/jean-luc-melenchon-favorable-sous-conditions-a-la-mention-de-la-corse-dans-la-constitution_2603184.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Ven 9 Mar - 18:13



Projet de réforme constitutionnelle et territoire

Derrière la réduction d'un quart du nombre de députés, n'y aurait-il pas la volonté d'en terminer avec les départements, ou de procéder à un nouveau charcutage électoral ?
Cette réduction aurait en effet pour conséquence un agrandissement des circonscriptions électorales.

'Chaque département contient au moins une circonscription et aucune circonscription ne peut associer des communes de départements différents.

Depuis 1789, la France a connu douze principaux découpages en circonscriptions électorales, et plusieurs allers-retours entre le scrutin uninominal par circonscription et le scrutin de liste, généralement départemental.

À partir des élections législatives de 2012, la France compte 577 circonscriptions législatives : 539 en France métropolitaine, 19 dans les départements d'Outre-Mer, 8 dans les collectivités d'Outre-Mer et 11 pour les Français de l'étranger.'
https://fr.wikipedia.org/wiki/Circonscriptions_l%C3%A9gislatives_fran%C3%A7aises
https://fr.wikipedia.org/wiki/Circonscriptions_%C3%A9lectorales_fran%C3%A7aises


Comme le précise R. Lajarge (2000), « le territoire n’est pas un objet neutre décidé dans l’abstraction et déconnecté du réel. Il est avant tout bricolé par les acteurs en fonction d’un grand nombre de paramètres en permanente mutation ».
La construction du territoire est alors dominée par le rôle de l’État qui, selon P. et G. Pinchemel (1997), « contrôle, maintient son intégrité, […] exerce une autorité, une compétence », l’étendue du territoire définissant alors le « champ d’application du pouvoir ».
https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2006-2-page-115.htm

Élections régionales. Vote électronique, réforme territoriale...
http://sarko-verdose.bbactif.com/t296-elections-regionales-vote-electronique-reforme-territoriale-redecoupage-charcutage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Jeu 3 Mai - 5:46



Le pacte girondin cible l’État

Le Premier ministre M. Philippe présentait le 4 avril le projet de réforme constitutionnelle. Sous couvert de continuité avec l’existant, l’exécutif entend en réalité, à travers notamment le « pacte girondin », faire muter le cadre commun qui régit la vie des Français pour le mettre en adéquation avec les visées européistes M. Macron.

À première vue, les ajustements apparaissent cosmétiques. Ainsi de l’introduction d’une faible dose de proportionnelle, 15 %, loin des « 20-25% minimum » que François Bayrou jugeait nécessaires « autrement cela veut dire qu’on ne changerait rien ». Pareil pour le non-cumul des mandats, limité à trois exercices consécutifs d’un même mandat, et dont l’entrée en vigueur effective pourrait n’intervenir qu’en 2038 !

L’abaissement du nombre de parlementaires est plus significatif. Démagogique, il cible la représentation nationale au moment même où M. Macron entend imposer une « souveraineté européenne ». La représentation du peuple français est ainsi affaiblie tandis que s’opère un transfert de souveraineté, du cadre national vers l’Européen. Le calendrier en atteste : les projets de loi seront présentés en Conseil des ministres le 9 mai, jour de la fête de l’Europe. Quant à l’adoption de la réforme, elle est désormais reculée à 2019 pour mieux coller aux échéances européennes.

Quant au « pacte girondin », il est la pierre angulaire du dispositif. Selon M. Philippe, « le projet de loi constitutionnelle devra permettre aux collectivités locales d’adapter elles-mêmes les règles qui régissent leurs domaines de compétence ». Après que M. Hollande a en 2015 octroyé aux régions un pouvoir règlementaire local d’adaptation à travers la loi NOTRe, M. Macron souhaite désormais étendre la mesure. Est-ce à dire que chaque niveau de collectivité pourrait édicter ses propres règles et normes, quitte à ce qu’elles deviennent contradictoires les unes avec les autres ? Ce n’est pas rien quand on sait que le pouvoir règlementaire possède une compétence de droit commun sur l’ensemble des domaines qui échappent au pouvoir législatif. Ainsi, lorsque la Loi fixe uniquement les grands principes, comme pour l’enseignement, la préservation de l’environnement ou le code du travail par exemple, le pouvoir règlementaire a le champ libre. Un tel processus rajouterait donc encore de la mise en concurrence entre territoires et entre citoyens. Ce ne serait plus seulement un puzzle de réglementations, mais le risque d’une atomisation anarchique qui pourrait semer une grande pagaille et désorganiser le pays.

Le Premier ministre a également annoncé la possibilité de pérenniser localement les expérimentations législatives. Circonscrites à un objet précis et une durée limitée, elles ont aujourd’hui vocation soit à être étendue à l’ensemble du territoire, soit à être abandonnées. Demain, elles pourraient devenir permanentes sur certains territoires. La Loi cesserait d’être commune pour devenir parcellaire et à géométrie variable. Elle ne serait plus l’expression de la volonté générale telle que définie depuis Rousseau, fondant en cela la Nation en tant que corps politique, mais une addition de particularismes qui désagrègerait l’édifice républicain. Une telle mesure affaiblirait en outre encore un peu plus la représentation nationale en fractionnant la tâche qui est la sienne de fabrique de la Loi commune.

C’est une offensive contre l’État à laquelle se livre M. Macron, en cherchant à affaiblir le cadre national pour mieux préparer les transferts de souveraineté à venir. C’est un contresens historique qui va encore diviser les Français.es à l’heure où le peuple aurait au contraire plus que jamais besoin d’une Constituante pour se refonder.

François Cocq
Auteur d' « Alerte à la souveraineté européenne ! La chimère de Macron contre la souveraineté populaire » (Eric Jamet éditeur, mars 2018)
30 avril 2018
https://francoiscocq.fr/2018/05/02/le-pacte-girondin-cible-letat/#more-4387
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gironde_(R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Dim 6 Mai - 8:40



L’objectif de Puigdemont : abîmer au maximum l’Espagne

Carles Puigdemont hésite entre laisser sa place à son successeur afin de former un gouvernement mettant fin à l’article 155 ou au contraire forcer de nouvelles élections.

Carles Puigdemont est peut-être en train de vivre ses derniers jours en tant que président symbolique de la Catalogne. Son entourage préfère le terme de président légitime. Quoi qu’il en soit, c’est Carles Puigdemont qui reste maître de son destin et choisira quelle voie doit emprunter la Catalogne. Soit il accepte de passer la main et les députés investiront le 132e président de la Catalogne la semaine prochaine. Soit il bloque la nomination de son successeur et comme le prévoit la Constitution espagnole, faute de président, le parlement catalan sera automatiquement dissous le 22 mai et des nouvelles élections parlementaires seront organisées le 15 juillet. Dans ce cas-là il n’y aura probablement pas de gouvernement catalan avant le mois de novembre et l’article 155 restera en place.

Choc

[...] Depuis qu’il a choisi la voie de l’exil, l’ancien président a un objectif principal : causer le plus de dégâts possibles aux institutions espagnoles. Puigdemont à Bruxelles, Berlin, Genève, Helsinski tient les mêmes propos : l’Espagne est un pays arriéré, démocratiquement faible et rongé par un franquisme politique qui n’a jamais vraiment disparu. [...] La grande inconnue réside dans un éventuel geste d’Angela Merkel demandant au Conseil de l’Europe une médiation officielle pour mettre un terme au conflit catalano-espagnol.

Fureur

Le gouvernement de Mariano Rajoy conjointement avec l’intelligentsia madrilène enragent de cette internationalisation à marche forcée. Une des dispositions majeures lors de la mise en place de l’article 155 fut de démanteler Diplocat, l’agence « diplomatique » de la Catalogne. Cette semaine, le préfet de Catalogne Enric Millo a averti que le 155 ne serait pas levé au sein du ministère des Affaires étrangères catalan si le nouveau gouvernement tentait de remettre en place Diplocat. [...]

À l’analyse de la personnalité de Puigdemont et de sa manière d’agir, s’il  veut qu’un nouveau vote ait lieu, il est facile de communiquer sur une nouvelle élection. « Je laisse à Mariano Rajoy jusqu’au 22 mai pour permettre mon investiture. Si Mariano Rajoy ne respecte pas le résultats des élections du 21 décembre en me laissant redevenir président, il y aura une nouvelle élection et ça sera de sa faute. »

Nico Salvado
3 mai 2018
http://www.equinoxmagazine.fr/2018/05/03/lobjectif-de-puigdemont-abimer-au-maximum-lespagne/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6718
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   Sam 26 Mai - 21:19



Íñigo Urkullu (PNV) et Mariano Rajoy (PP = droite)

Les indépendantistes basques remportent une victoire historique, pendant que la Catalogne n’a pas de gouvernement

Le Partido National Vasco (PNV), les indépendantistes très modérés du Pays Basque ont permis d’adopter le budget général de l’État espagnol et ont ainsi sauvé l'avenir politique de Mariano Rajoy. Les conservateurs du Partido Popular (PP) au pouvoir ne possèdent pas la majorité au parlement espagnol. [Extraits]

Le budget a été approuvé de justesse : 176 pour et 171 contre. C’est dire si les 5 « oui » du PNV ont valu de l’or. Un soutien des nationalistes basques qui en plein conflit entre Mariano Rajoy avec la Catalogne fait grincer des dents à Barcelone. D’autant plus que le PNV avait juré qu’il ne voterait pas le budget si l’article 155 de la constitution qui suspend l’autonomie politique de la Catalogne était encore en vigueur.

les stratèges basques font remarquer que leur électorat plutôt bourgeois souhaitait que les budgets soient votés pour en récupérer les bénéfices

Pendant que la Catalogne n’a plus de gouvernement depuis 8 mois,  le Pays basque renforce ses infrastructures.

les souverainistes catalans peuvent uniquement trouver un peu de réconfort très timide chez Podemos.

23 mai 2018
http://www.equinoxmagazine.fr/2018/05/23/lintelligence-politique-des-independantistes-basques/


Terreur austéritaire : maison ou démission !


Un référendum est organisé contre Pablo Iglesias et sa compagne Irene Montero pour un achat immobilier
Le couple qui gagne chacun 2200 euros par mois, s'est acheté une belle maison grâce à un emprunt.

« Considères-tu que Pablo Iglesias et Irene Montero doivent continuer à la tête du secrétariat général et comme porte-parole du groupe parlementaire de Podemos  ? ». Depuis mardi et jusqu’à dimanche 27 mai, 14 heures, les quelque 490.000 militants encartés du mouvement de la gauche radicale espagnole sont invités à se prononcer sur le maintien ou non à leur poste des numéro un et deux de la formation, par ailleurs compagnons dans la vie.
https://www.lopinion.fr/edition/international/pablo-iglesias-leader-gauche-radicale-espagnole-met-en-jeu-credit-151202

Les dirigeants du parti espagnol Podemos, Pablo Iglesias et Irene Montero, se sont dits prêts, samedi 19 mai, à renoncer à leurs mandats en raison d'une vive polémique au sein de leur formation à propos d'une villa de luxe acquise par le couple.

Le couple a expliqué vouloir élever "avec un peu d'intimité" les jumeaux qu'il attend pour l'automne, et avoir souscrit un prêt hypothécaire de 540.000 euros qu'ils rembourseront sur 30 ans.

Il restera donc 1400 euros à chacun d'eux pour vivre.

"Nous paierons un peu plus de 800 euros par mois chacun. Nous savons que beaucoup de familles espagnoles, même avec deux salaires, ne peuvent pas se permettre une hypothèque comme celle-ci, et c’est pour cela qu’il est si important pour nous de défendre des salaires décents pour tous", a argumenté le couple sur Facebook.

http://www.france24.com/fr/20180521-espagne-dirigeant-podemos-pablo-iglesias-irene-montero-villa-galapagar-polemique

Un référendum militant doit déterminer à partir de mardi 22 mai si cet achat constitue une « faute politique » et si le couple doit démissionner.
https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Podemos-comprendre-polemique-entoure-Pablo-Iglesias-Irene-Montero-2018-05-22-1200940862
https://fr.wikipedia.org/wiki/Irene_Montero


Cela fait bien sûr les gorges chaudes des réactionnaires et médias de droite.
"Pablo Iglesias, nouvelle figure du Tartuffe de gauche", titre Le Figaro.
http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2018/05/22/31002-20180522ARTFIG00196-pablo-iglesias-nouvelle-figure-du-tartuffe-de-gauche.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vers une fin programmée des États ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vers une fin programmée des États ?
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Neuilly : Martinon vers la sortie
» vers la sobriété heureuse
» export heredis vers gedcom et fichier "media"
» vers une interdiction des perturbateurs endocriniens?
» De l'état vers la FPT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: