sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Scénario pour sauver le cinéma français

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Scénario pour sauver le cinéma français   Sam 29 Mar - 14:27



Scénario pour sauver le cinéma français
Un groupe de 13 professionnels a rendu hier un rapport indépendant qui propose de rénover le système de financement public, inadapté .

Une cinquantaine de journalistes étaient invités, jeudi matin, au cinéma du Panthéon. Face à eux, une bonne vingtaine de professionnels du cinéma. Scénaristes, acteurs, réalisateurs, producteurs, exportateurs, distributeurs ou exploitants étaient venus, un brin solennels, accompagner les treize signataires d’un rapport consacré au financement du cinéma français, rendu public le même jour. Les auteurs, c’est le «Club des 13» professionnels du cinéma, tous métiers confondus, qui planchent depuis un an et demi pour mettre noir sur blanc, et sur près de 200 pages, les dérives observées partiellement par chaque catégorie du cinéma.
Urgence. A la clé, un constat alarmant : les mesures d’accompagnement du cinéma français ne viennent plus en aide aux films qui en ont le plus besoin. Des dysfonctionnements structurels, des dispositions obsolètes, voire des malversations, sans oublier les évolutions du marché et la position dominante de certains acteurs du secteur, comme les diffuseurs télé, ont fini par handicaper un système dont chacun, par ailleurs, souhaite avant tout la pérennité.

Tout a commencé le 25 février 2007, lorsque la réalisatrice Pascale Ferran a reçu le césar du meilleur film pour Lady Chatterley. Elle profite du moment où tout le cinéma français est coincé dans une même pièce pour prononcer un discours qui va faire du bruit dans le bourg. Elle y évoque une chaîne brisée, des systèmes de financement confinant parfois à l’absurde, une fracture entre films de plus en plus riches et d’autres de plus en plus pauvres, une certaine altération du goût du public et l’urgence de mettre tout le monde autour d’une table pour réfléchir. L’appel a été entendu et a propulsé Pascale Ferran porte-parole de cet acte original, voulu et organisé par des professionnels et commandé, pour une fois, par aucune instance gouvernementale. [...]

Le document (1) vient d’être remis à Véronique Cayla, directrice du CNC (lire page 4). Jeudi prochain, Christine Albanel, ministre de la Culture, recevra une délégation des auteurs. Pour poser la première pierre du chantier ou pour un enterrement de première classe ?

(1) A paraître chez Stock le 15 avril.

BRUNO ICHER
http://www.liberation.fr/culture/cinema/318075.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Scénario pour sauver le cinéma français   Jeu 1 Mai - 3:07

"Le Milieu n’est plus un pont mais une faille"
Le rapport alarmant du Club des 13

Ce rapport inquiétant, rédigé par un groupe de treize personnalités (dont Pascale Ferran, Jacques Audiard et Claude Miller), met les pieds dans le plat parfois nauséabond de l’économie du cinéma français.

Parmi les principaux motifs d’inquiétude :

La perte d’influence du producteur, au profit, notamment, des chaînes de télévision. Ces dernières financent en partie le cinéma (la loi les y contraint) mais privilégient des "produits" susceptibles de satisfaire l’audimat (et de rafler les recettes publicitaires afférentes) lors de leur diffusion cathodique. A la limite, peu importe la qualité du film et son destin commercial lors de son exploitation en salles…

La bipolarisation dramatique dans la production. D’un côté d’énormes budgets, en constante augmentation, alloués à des films la plupart du temps ultra-prévisibles. De l’autre des financements minimaux pour des fictions vouées de ce fait à la ghettoïsation. Au "milieu" -là où se niche la diversité- des films ambitieux à vocation populaire qui souffrent (pour les budgets moyens -4 à 7 millions d’euros- seulement 19 films produits en 2006, contre 49 en 2004).

Le formatage des scénarios, lié aux diktats télévisuels et à l’autocensure qui en découle :
- "Il faut écrire des films qui puissent être financés par les télévisions si l’on ne veut pas prendre le risque de devoir soit abandonner son projet, soit le tourner dans des conditions qui le mettent en péril.

- "D’une certaine façon, les télévisions n’ont même plus à intervenir frontalement sur le scénario. La beauté du système, sa puissance, réside même en cela: dans la majorité des cas, les réalisateurs et leurs producteurs, ont intégré tout ou partie de leurs demandes implicites dès la conception du film." (p.35)

Selon le même principe de l’uniformisation, la prédominance sur les écrans d’une poignée de comédiens jugés "incontournables" par les décideurs et donc systématiquement privilégiés. ("La liberté totale de casting est devenue en France une exception.", p.41). Corollaire: le rôle prépondérant des agents ("plus difficiles à joindre que les artistes qu’ils représentent"), faisant parfois la pluie et le mauvais temps dans le métier.

La précarisation (voire la paupérisation) dont souffrent de très nombreux scénaristes, maillons pourtant essentiels dans la fabrication des films.

Treize mesures pour rénover les systèmes d'aide existant :

Le Club des 13 propose dès aujourd’hui treize mesures concrètes, certaines revisitant les systèmes d’aide existants, histoire de renouer avec une philosophie originelle depuis longtemps pervertie.

Parmi ces propositions :
-Le doublement de la dotation de l'avance sur recettes (stable depuis 15 ans -enveloppe moyenne: 400 000 euros par film- alors que les budgets de production ont explosé).
-Le versement du Fonds de soutien automatique production généré par un film au seul producteur délégué (c’est-à-dire au réel initiateur du projet et non aux multiples ayant-droits).
-7,5% de ce fond de soutien réservé à l’écriture.
-Une majoration de 25% de ce fonds de soutien pour les distributeurs investissant dans des films produits sans les chaînes de télévision.
-La suppression de ce fonds de soutien pour les sociétés adossées à un diffuseur (chaînes cathodiques et groupes de télécommunications).
-La création d’une taxe de 5,5% sur toutes les marges arrière, "venant abonder l’assiette du CNC et financer l’équipement numérique des salles indépendantes et la dotation de l’avance sur recettes".

Olivier de Bruyn
www.rue89.com/2008/03/27/cinema-francais-le-rapport-alarmant-du-club-des-13

Le rapport à télécharger
www.afcinema.com/IMG/pdf/Le_Club_des_13_rapport_3_.pdf

Plus
www.cahiersducinema.com/article1548.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Scénario pour sauver le cinéma français
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un clic pour sauver les animaux
» Comment le cinéma français peut conquérir le monde
» Londres : 100 personnes soulèvent un bus pour sauver un cycliste
» un peu d'aide pour apprendre le français
» Le don du sang, pour sauver des vies!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Art, culture, patrimoine-
Sauter vers: