sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Mar 23 Nov - 17:23



Reprenons l’argent que nous leur avons donné

Pour Éric Cantona, la révolution passe par... les banques

www.dailymotion.com/video/xf5571_eric-cantona-et-les-banques_news cyclops

"S'il y a 20 millions de gens qui retirent leur argent, le système s'écroule (...). La révolution se fait par les banques" : une vidéo d'Éric Cantona, sur le Web depuis début octobre, suscite un buzz croissant avec un appel à vider chacun nos comptes bancaires. "Pour parler de la révolution, on va pas prendre les armes, on va pas aller tuer des gens. Il y a une chose très simple à faire (...). Le système est bâti sur le pouvoir des banques. Donc il peut être détruit par les banques", y explique doctement l'ancienne star de Manchester United. "Au lieu d'aller dans les rues faire des kilomètres (pour manifester), tu vas à la banque de ton village et tu retires ton argent", propose-t-il dans cette vidéo. Réalisé pendant un entretien au journal régional Presse Océan, le clip sous-titré en plusieurs langues a été visionné par plusieurs dizaines de milliers de personnes.

"Et s'il y a 20 millions de personnes qui retirent leur argent, le système s'écroule : pas d'arme, pas de sang, rien du tout. À la Spaggiari", dit-il avec un sourire ironique en faisant référence au truand Albert Spaggiari auquel a été attribué le "casse du siècle" d'une banque à Nice en 1976. "Trois millions, dix millions de gens et là il y a une vraie menace. Et là il y a une vraie révolution. La révolution se fait par les banques", poursuit le footballeur, parrain d'une campagne de la fondation Abbé Pierre sur le "mal-logement" en France.

L'appel de "Canto", qui date du 6 octobre, a donné des idées à des internautes qui ont attiré l'attention de la presse internationale en le relayant via YouTube et Facebook. Sur une page du réseau social, quelque 12.000 personnes affirment vouloir participer à l'événement spécialement créé "Révolution ! Le 7 décembre, on va tous retirer notre argent des banques."
www.lepoint.fr/societe/pour-eric-cantona-la-revolution-passe-par-les-banques-23-11-2010-1265711_23.php

La lutte a commencé il y a quelques jours :
Faisons peur aux banques le 19 novembre

Si Sarkozy continue à mépriser le peuple, le peuple peut se faire écouter en attaquant ses amis les banquiers. Il lui suffit de retirer ses avoirs aux guichets des banques :
« ne serait-ce qu'une petite somme, tous ensemble, comme un happening. Mais l'effet serait bien supérieur du fait même de cette annonce : tous ceux qui ont de l'argent auraient peur, et iraient par sécurité le retirer. »
http://calebirri.unblog.fr/2010/10/12/la-peur-des-banques/

« Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin. »
Henry Ford

C’est le Traité de l’Union monétaire européenne (Traité de Maastricht, Amsterdam et la suite), imposé par Thatcher, Mitterrand et Bush en 1989, qui a consacré la victoire de ces intérêts financiers.
www.esprit-enoch.com/article-la-france-va-sortir-de-l-euro-par-obligation-economique-38126241.html

Nous sommes à un moment de l’histoire qui pose un défi radicalement nouveau à l’espèce humaine :
Pour la première fois, son prodigieux dynamisme se heurte aux limites de la biosphère et met en danger son avenir. Vivre ce moment signifie que nous devons trouver collectivement les moyens d’orienter différemment cette énergie humaine et cette volonté de progrès. C’est un défi magnifique, mais redoutable. Or, une classe dirigeante prédatrice et cupide, gaspillant ses prébendes, mésusant du pouvoir, fait obstacle au changement de cap qui s’impose urgemment.
http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-33005166.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Mer 24 Nov - 3:03


Photo REUTERS/Max Rossi

Cantona cartonne Outre-Manche
L'interview accordée par Eric Cantona à Presse Océan dans laquelle l'ancien footballeur de MU incite les citoyens à vider leur compte pour provoquer l'effondrement du système bancaire fait un tabac sur YouTube et devient une source d'inspiration pour les étudiants et les fonctionnaires britanniques.
www.youtube.com/watch?v=x2zmQ62g9rc cyclops
www.guardian.co.uk/world/2010/nov/20/eric-cantona-bank-protest-%20campaign



En France, cet appel a donné naissance à l'association StopBanque qui revendique 14 000 adhérents et tente de prendre une dimension européenne par le biais du site bankrun2010.com. A la tête de ce mouvement, on retrouve une réalisatrice belge, Géraldine Feuillen, 41 ans, et un acteur/réalisateur français, Yann Sarfati, 24 ans.

« Parce que visiblement aujourd'hui manifester ne sert plus à rien pour se faire entendre de nos élites dirigeantes et que le pouvoir est tenu par les banques, ALLONS TOUS D'UN SEUL HOMME RETIRER NOTRE ARGENT DES BANQUES LE 7 DECEMBRE 2010 !!! »
http://stopbanque.blogspot.com/
www.bankrun2010.com/
www.facebook.com/event.php?eid=101996426533405

www.parismatch.com/Actu-Match/Medias/Actu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Mer 8 Déc - 11:16



Éric Cantona a effectué un «retrait bancaire symbolique», en toute discrétion

Dans la soirée, un communiqué signé par ses avocats Christophe et Jean-Jacques Bertrand a ponctué cette journée d'attente et de spéculation.
«Eric Cantona tient à faire savoir que, contrairement aux informations parues, il a participé au mouvement citoyen suscité et qu'il a, à l'écart de l'emballement médiatique, à Péronne dans la Somme, effectué, aujourd'hui 7 décembre 2010 un retrait bancaire symbolique», indique le texte.

Eric Cantona s'y déclare «très heureux des réactions et commentaires publics, économiques et même politiques que ses déclarations ont provoqué et espère que ce mouvement permette une prise de conscience et contribue au débat d'idées».

Le buzz parti de France s'est étendu, via Facebook, à d'autres pays d'Europe, dont le Royaume Uni où il est toujours vénéré. Un groupe Facebook, intitulé «Le 7 décembre, on va tous retirer notre argent des banques», a regroupé 38.000 adhérents assurant vouloir participer à l'opération, près de 30.000 autres envisageant «peut-être» de s'y joindre. Mais son entourage a fait savoir que l'ancien footballeur de Manchester United était «étranger» au choix de la date de l'opération. Celle-ci aurait été fixée par des internautes.
www.leparisien.fr/economie/votre-argent/appel-a-vider-les-banques-cantona-a-fait-un-retrait-symbolique-07-12-2010-1181657.php

Si Eric Cantona a réussi à créer le buzz, son appel n'aurait pas été suivi. En effet, de nombreux médias révèlent que les banques des quelques grandes villes de France n'auraient constaté aucun retrait massif. Pour le moment, Eric Cantona n'aurait donc pas réussi à faire sauter la banque. Reste à savoir si le Marseillais s'arrêtera là.
www.showbizactu.com/actualite-people/132169/eric-cantona-aurait-dit-bye-bye-a-sa-banque/

La "révolution" version Cantona pourrait profiter aux banques solidaires

PARIS, 7 déc 2010 | À défaut d'ébranler le système bancaire, l'appel d'Eric Cantona à vider les comptes pourrait éveiller l'intérêt du public pour la "finance solidaire" et des banques de dépôts qui ne spéculent pas.

"Retirer son argent de sa banque, d'accord, mais pour quoi faire ?" Récusant l'approche purement négative de l'ex-footballeur, l'eurodéputé vert Pascal Canfin et le collectif "Sauvons les riches" ont lancé un site internet, "jechangedebanque.org", pour encourager le plus grand nombre à transférer son argent "des banques les plus nuisibles vers celles les plus recommandables".

Le public y est incité à privilégier la Banque Postale, le Crédit coopératif ou la société financière NEF (Nouvelle économie fraternelle).

Pour le chercheur au CNRS Georges Gloukoviezoff, spécialiste des banques, "l'intérêt de cette action est de dire que le vrai pouvoir in fine appartient aux clients".

Des retraits massifs pourraient, selon lui, "contribuer à modifier le rapport de forces et faire évoluer les pratiques des banques en matière sociétale". Encore faut-il "trouver les meilleures banques où aller" car les établissements cités en exemple ne sont pas "parfaits" pour autant.

Par exemple, le Crédit coopératif dispose de très peu d'agences, la NEF ne propose pas de compte courant. Quant à la Banque Postale, "plus ouverte" aux gens d'origine modeste, elle a à son passif le scandale financier des produits d'épargne "Doubl'ô".
www.tdg.ch/node/285999

Alexis Moerenhout du Crioc, organisation de consommateurs :
"Toutefois on ne peut pas dire que c'est ridicule sinon je ne pense pas qu'un tel message aurait tellement d'écho à la fois dans la presse et à la fois auprès des citoyens. C'est que cela parle quand même aux gens et qu'il y a un fond derrière ce message. Et c'est ce fond et c'est ce message caché, j'ai envie de dire 'à lire entre les lignes' qu'il faut prendre en compte. Ce n'est pas au citoyen à faire des actions, c'est aux acteurs de la finance. C'est eux qui doivent prendre les mesures nécessaires, des mesures qui sont demandées depuis longtemps. C'est là-dessus qu'il faut agir et peut-être interdire de vendre ou de donner au consommateur des produits dont il ne comprend même pas la nature."

La banque ne va pas sauter aujourd'hui, mais des citoyens auront un peu plus écorné son image.
www.rtbf.be/info/economie/banques/lappel-deric-cantona-a-couler-les-banques-inquiete-283058
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Mer 8 Déc - 11:37


Les responsables européens dénoncent l'appel de Cantona

Même la commission européenne réagit à l’initiative lancée par l’ex-footballeur qui appelle ce mardi à retirer son argent des banques. Pour Aubry (PS), il ne s'agit pas non plus d'une «bonne réponse».
www.liberation.fr/economie/01022306604-reaction-sur-les-responsables-europeens-denoncent-l-appel-de-cantona:sortBy-lastCommented:page-1:target-2991437#2991437

Commentaires

laszlo :
«Le système est vérolé, sauvons-le !»

Qu'ils sont beaux tous ces "responsables" qui jugent les propos de Cantona.
Les politiques ont amusé la galerie depuis des décennies.

Les socialistes, enfin ceux qui se présentent comme tels, parlent de «réguler», de «suivre», d'«accompagner» le système qui ne cesse de faire faillite et de nous ruiner. Tout cela n'est qu'escroquerie. Ils sont gentils au PS, mais à qui veulent-ils faire croire qu'ils changeront les loups en agneaux ? Soyons sérieux. La réaction d'un indigence rare de Aubry est l'illustration de la capitulation du PS face au système ultralibéral qui met les États au service exclusif des plus riches en faisant payer les pauvres.

Quant à la droite, elle est égale à elle-même. Dans la défense du système qui l'enrichie, elle et ses amis, en ruinant les salariés et en maintenant les autres dans la pauvreté. Sans aucun espoir du moindre changement.

Pour la droite, il faut écouter les propos (*) de l'inénarrable Bachelot sur France-Info. Elle décroche le pompon de l'idiotie du jour.
--
(*) Propos repris dans le journal de France-Culture :
www.franceculture.com/emission-journal-de-12h30-le-fondateur-du-site-wikileaks-julian-assange-vient-d-etre-arrete-en-grand

ber0464
rien que le titre
"les responsables européens" jugent irresponsable .....

Comme cela, ceux qui ont permis le sauvetage des banques, avec de l'argent public ..... les mêmes banques qui spéculent et mettent à genoux les démocraties ....ces gens-là on les appelle "responsable"
.... la bonne blague !!!!

Quelqu'un de Responsable aurait utilisé l'argent public pour créer une banque Publique au niveau de l'Europe, avec obligation de faire son boulot de Banque (gardiennage et prêt) et avec interdiction de spéculer !!!!

mingus
à tous les responnnnsables politiqueux !!
1- Cantona n’a pas lancé le mouvement. Apprenez à lire. Il a donné une idée pour foutre le merdier ou secouer la banque.
C’est clair que c’est pas les politiques qui auraient des idées pour le peuple.

De voir tant de réactions...accusant le canto ou un autre, d’aller dire que ça ne sert à rien.... l’idée est simple de savoir que en fin de compte...le peuple AUSSI...peut choisir s’il le désire et foutre un crash bancaire... Après tout, n’est-ce pas ainsi que raisonnent et pratiquent les traders et autres politiqueux qui lancent des guerres pour relancer une économie ?...

Certes, Cantona est peut-être meilleur au football...mais que font les "responsables européens" à part dilapider les sous dans leurs beuveries, leurs déplacements en avions, à part se voter des lois bidons et dormir et piller les caisses de l’État !... pouvez-vous me citer une loi votée dernièrement pour protéger le plus démuni ?...
Les politiques n’en ont rien à battre...les banques peuvent saigner qui ils veulent !
Regardez l’Assemblée nationale en France, les députés qui se sont empressés d’aller voter des lois pour bénéficier de retraites meilleures et ne pas entrer dans la rigueur imposée par napoléon !
Je crois que les politiques feraient bien mieux d’aller jouer au foot. ..

shlomohammed
révolution
En 1792 les responsables européens jugeaient irresponsable la proposition de Collot d'Herbois d'abolir la royauté. Ils ironisaient sur le fait que celui-ci était directeur de théâtre et pas diplômé de sciences politiques.

Quand on veut sortir d'un paradigme on ne peut pas faire confiance aux spécialistes de ce paradigme.

Ou comme disait Clémenceau, la guerre est une chose trop importante pour la confier aux militaires.
www.liberation.fr/economie/01022306604-reaction-sur-les-responsables-europeens-denoncent-l-appel-de-cantona:sortBy-lastCommented:page-1:target-2991437#2991437


Les Banques
Chirac, Rocard, Bérégovoy, DSK, Sarkozy… C’est une longue continuité dans la vente aux enchères.

Que prévoit le programme du CNR ?
« le retour à la Nation (…) des compagnies d’assurances et des grandes banques »

C’est les pieds lourds que, le 4 juillet 1945, René Pleven, ministre MRP des Finances, monte à la tribune de l’Assemblée : « Si nous voulons moderniser la France, nous devons nationaliser un certain nombre d’industries et d’activités clés », annonce-t-il. Et donc, « mettre entre les mains de l’Etat le contrôle de tous les leviers du crédit. » Voilà pour la façade. Mais en privé, cet homme de droite triche, épargne les banques d’affaires : grâce à lui, Paribas, Rotschild, Worms, Suez échappent aux nationalisations.

Tête à queue socialiste
Le véritable « retour à la nation des grandes banques » n’interviendra qu’avec François Mitterrand, en 1981 : 90% du crédit réside entre les mains de l'État.
Mais à peine cette oeuvre réalisée, voilà que le PS opère un tête à queue idéologique. Ministre de l’Économie, Pierre Bérégovoy libéralise la Finance à tout va, sous la houlette de Jean-Charles Naouri (aujourd'hui PDG de Casino) – qui se vante ainsi de son bilan : « Le marché financier français a connu depuis deux ans une profonde mutation, sans doute la plus profonde depuis de longues années. Quand on compare les caractéristiques de ce marché entre la mi-1984 et la mi-1986, on est frappé par la transformation totale du paysage financier et plus encore par la transformation des mentalités. Les débats, souvent passionnés, qui divisaient la place il y a deux ans, sont aujourd’hui périmés : tout le monde s’accorde sur les notions de concurrence, d’ouverture des marchés, de banalisation des produits, de déspécialisation des procédures. »
Avec cette « transformation des mentalités », avec cet « accord » unanime pour une emprise de la Finance sur l’Économie, la suite n’est plus qu’une longue vente aux enchères.

Continuité
Dès 1986, Jacques Chirac privatise ainsi à tour de bras : le CCF, la Société Générale, Paribas, Suez…
Continuité dans le changement, avec Michel Rocard et Pierre Bérégovoy, la gauche poursuit sur cette lancée : Crédit Local de France, BNP, CIC… tout y passe, sauf le Crédit Lyonnais, imprivatisable en raison de ses pertes.
Mais le champion de cette fin de siècle demeurera, tout de même, Dominique Strauss-Kahn : Libération applaudissait le ministre de l’Economie, en 1999 : « Et de cinq. Après le GAN, le CIC, la Marseillaise de Crédit et le Crédit Lyonnais, le Crédit foncier de France (CFF). Depuis hier, voilà l’affaire réglée. (…) L’État s’est débarrassé de la dernière banque publique » (Libération, 11/07/99). On ne saurait mieux dire : bon débarras ! Devant pareille « œuvre », DSK s’auto-congratule : « Le secteur financier public a été remis sur les rails. » Et comment ? En supprimant « le secteur financier public » ! Fallait juste y penser.
[…]
www.fakirpresse.info/articles/351/les-banques.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Mer 8 Déc - 11:46


L'organisation Attac, qui lutte pour une réforme du secteur financier, salue le mouvement et appelle de ses voeux la multiplication d'initiatives citoyennes en vue de «mettre au pas les banques prédatrices».

Appel d'Éric Cantona : le temps est venu d'agir pour des banques citoyennes

Suite à l’interview d’Eric Cantona à Presse-Océan, suggérant aux clients de retirer leur argent des banques pour faire s’écrouler leur système de domination, un "buzz" s’est constitué sur Internet. Un site "Bankrun" a été créé pour appeler à un retrait massif et simultané d’argent le 7 décembre prochain. Selon les initiateurs de ce site, il s’agit de dénoncer les ravages d’un "système financier mondialisé dérégulé et incontrôlable", et d’exiger "la création d’une banque citoyenne, au service des citoyens".
Cette initiative rencontre un écho certain auprès de citoyens atterrés de voir les plans d’austérité déferler sur l’Europe au motif qu’il faudrait "rassurer les marchés financiers" et sauver les banques. Nombreux sont ceux qui souhaitent agir ici et maintenant, pour montrer aux gouvernants qu’ils refusent ces politiques irresponsables.

Au stade actuel l’action citoyenne n’a que très peu de chance de déclencher un mouvement de retrait généralisé, susceptible de menacer les banques. Leur stabilité est d’ailleurs bien plus mise en danger par la folle vague de spéculation actuellement en cours contre l’euro... En outre les liens apparents sur le web de certains promoteurs de l’initiative "Bankrun" avec des secteurs de l’extrême-droite doivent inciter à la prudence.

Il n’en demeure pas moins que la mobilisation des citoyens doit se développer pour exiger la mise au pas des banques prédatrices. Les mouvements citoyens doivent en même temps favoriser l’émergence de banques alternatives, solidaires et écologiquement responsables, comme le proposent par exemple les Amis de la Terre, l’une des associations fondatrices d’Attac (voir ci-dessous*) : c’est alors que l’appel aux citoyens à transférer leurs comptes bancaires aura un sens.

L’écho important de la proposition d’Eric Cantona montre qu’une attente forte existe dans la société. Attac lutte depuis douze ans contre la domination de l’industrie financière. Nous nous engageons à renforcer dans la durée l’action citoyenne contre le pouvoir de la finance, pour l’émergence de banques alternatives et solidaires, et pour la socialisation du système bancaire. L’association continuera à s’y employer dans les mois à venir avec ses partenaires.

Attac France,
Paris, le 3 décembre 2010
/www.france.attac.org/spip.php?article11998
* www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/Guide_banques_VSite.pdf


Interview de Juan Torres López à propos de l’initiative d’Éric Cantona
[Extraits]

il ne suffit pas de dire aux gens de sortir leur argent des banques. C’est bien comme étincelle, comme appel à l’attention, comme avertissement, comme provocation... Mais il est nécessaire qu’il y ait des alternatives. Cette proposition ne peut être une fin en soi. En tout cas, cela doit être un moyen de pression pour quelque chose. Je pense qu’elle doit être accompagnée, si elle est suivie, de la revendication d’une banque publique, de la disparition des banques responsables de la crise, d’autres politiques économiques et financières, de l’exigence de nouvelles normes et modes de fonctionnement dans la finance et, par-dessus tout, de l’exigence de garanties pour ce qui revient financer l’économie pour qu’elle fonctionne, et qui n’est pas garanti aujourd’hui par la banque privée ...

Henry Ford aurait dit que si les gens savaient ce que les banques faisaient de leur argent, le jour suivant, il y aurait une révolution.

Le rôle des banques a été si négatif lors de cette crise ?

Je crois que oui. Si vous me permettez l’expression, elles ont été en même temps l’arme du crime et celui qui a appuyé sur la détente. Au lieu de consacrer les économies qu’elles ont reçues à des investissements productifs, elles les ont fournies à la spéculation. Et à d’autres affaires sales : les banques, ce sont elles qui permettent de blanchir l’argent, qui s’installent dans les paradis fiscaux, qui servent de véhicule pour le trafic d’armes, de drogues, de personnes ou pour que les terroristes déplacent leur argent, elles qui financent à coups de milliers de millions les affaires les plus sales et les personnes les moins présentables du monde, pendant que les petits et moyens entrepreneurs transpirent à grosses gouttes pour obtenir un crédit de quelques 1 000 euros. En plus, grâce au pouvoir financier qu’elles ont acquis, elles ont étendu leur influence à la politique, aux médias, à la création de matrices de pensée, à l’éducation... Et elles ont imposé des politiques qui produisent de grandes inégalités et font ainsi que les crises sont aussi récurrentes et graves. Il n’y a pas aujourd’hui un élément décisif de la vie sociale qui puisse bouger sans avoir à faire à une banque.

Donc, vous pensez qu’il est justifié que les gens sortent leur argent des banques ?

Complètement, mais avec des nuances. Les gens en ont le droit et je dirais que c’est même un devoir moral de signifier à la banque qui fait tout ça, que non, ils ne veulent pas qu’avec leur argent on fasse ce genre de choses. Mais je dis que je nuancerais parce qu’il y des banques éthiques et que toutes les banques ne se comportent pas de la même façon. Ce qui est à faire c’est porter cette expression de rage et de refus à la banque sale avec la demande d’un nouveau genre de banque. [Demander] la mobilisation de l’épargne et sa mise à disposition de ceux qui ont besoin d’un financement extérieur pour créer de la richesse. C’est à dire qu’une activité financière est fondamentale dans tout système économique. C’est une bêtise d’y renoncer. C’est pourquoi il est important de non seulement retirer l’argent des banques qui font effectivement tant de mal, mais aussi de créer un autre système financier, propre, transparent, au service de la création de richesse.

Comment serait cet autre système financier ?

Eh, bien, je pense qu’au lieu d’être un système chaque fois plus centralisé et concentré, comme le veulent les propriétaires des banques privées pour mieux contrôler les marchés et la société, il devrait être organisé à différents niveaux. Je pense évidemment qu’il doit y avoir des banques de dimensions importantes et internationales parce qu’aujourd’hui il est nécessaire de financer des projets de développement de grande envergure. Mais elles ne peuvent être ni privées (parce qu’elles chercheraient logiquement uniquement leur propre profit) ni contrôlées de manière aussi antidémocratique que l’est par exemple aujourd’hui la Banque Mondiale. Et pour éviter ce dernier écueil le mieux est qu’elles soient "aux côtés" des gens, qu’elles soient soumises à des principes de conduites très stricts et à un contrôle social permanent, pluriel et démocratique.
[…]
www.mediapart.fr/club/blog/jean-rex/021210/juan-torres-lopez-eric-cantona-attac-creer-un-autre-systeme-financier-prop

Et si Wall Street adoptait les règles de la finance islamique ?
En France, dans un éditorial assez inattendu, Vincent Beaufils, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire français Challenges, a abordé de front cette question. Alors que le pape Benoît XVI était en visite en France, le journaliste notait qu’au moment où la planète traverse « une crise financière qui balaie tous les indices de croissance sur son passage, c’est plutôt le Coran qu’il faut relire que les textes pontificaux ».
Et d’insister : « Si les banquiers avides de rentabilité sur fonds propres avaient respecté un tant soit peu la charia, nous n’en serions pas là. » Pour clore son article, Beaufils a loué les banquiers des pays du Golfe « qui ne transigent pas sur un principe sacré : l’argent ne doit pas produire de l’argent », ce qui, traduit dans la finance moderne, pourrait signifier selon lui : « Tout crédit doit avoir en face un actif bien identifié. »
www.monde-diplomatique.fr/2008/11/BELKAID/16459

Une banque éthique
http://sarko-verdose.bbactif.com/urgences-annonces-f5/une-banque-ethique-t168.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Mer 8 Déc - 11:58



Frédéric Lordon :
« L’Europe » : ce ne sont pas les banques, c’est cette forme de banque qu’il faut détruire.


[…] les populations hors de leurs gonds cherchent légitimement de quoi se passer les nerfs sur les banques. Le succès de la vidéo Cantona n’a pas d’autre origine, et il faudrait le fin fond de l’ineptie politique pour n’en pas saisir le sens réel qui dit l’arrivée aux limites de ce que les populations sont prêtes à tolérer de scandale. Pour tout le bien-fondé de la colère qu’il exprime, il y a pourtant de quoi s’effrayer de son implacable syllogisme qui dit en gros : « les banques et les banquiers sont la cause de tous nos maux » – schématique mais vrai –, « or les banques ne vivent que de nos dépôts » – partiellement vrai encore –, « par conséquent, pour abattre les banques et se débarrasser du fléau il suffit de leur retirer nos dépôts » – techniquement vrai… mais in fine catastrophiquement faux. […]

Le syllo de Canto commet donc ce qu’on pourrait appeler une erreur de métonymie : il prend l’accident pour la substance, ou la réalisation particulière pour la généralité. La vérité, si elle manque sans doute de poésie, est que nous avons besoin de banques, nous en avons même un besoin vital. Mais dire que nous avons besoin de banques est une chose, et la question de savoir de quelles banques nous avons besoin en est une autre. Car des systèmes bancaires il en existe de toutes sortes, des pires et des meilleurs. Et l’on pourrait en dire ce qu’on dit déjà de cet autre générique inconsistant, « L’Europe » : ce ne sont pas les banques, c’est cette forme de banque qu’il faut détruire […].

www.marianne2.fr/Crise-Pour-sauver-l-Europe-il-faut-saisir-les-banques-2-4_a200332.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Ven 10 Déc - 17:45

Mardi, Roselyne Bachelot évoquait la participation de l’épouse d’Éric Cantona dans une publicité pour la banque LCL.
L’actrice lui répond.

Rachida Brakni le 16 novembre 2010. - Reuters

«Je suis une femme libre»

Madame la ministre, depuis quelques temps, on parle beaucoup de mon époux Éric Cantona. Inutile de vous rappeler pourquoi.
À ma grande surprise je me retrouve au cœur de toute cette polémique initiée par vous alors qu’à aucun moment je ne me suis exprimée sur le sujet. Que je partage ou non les idées de mon époux n’est pas le problème, celui-ci est ailleurs.
Dans notre société, la femme est-elle inféodée au point de lui prêter toutes les pensées de son époux ? Dispose-t-elle de son libre arbitre ? Au vu de vos déclarations je m’interroge. Je n’ai pas été élevée selon ces préceptes et j’ai toujours mis un point d’honneur à être une femme libre et indépendante. C’est pourquoi je suis choquée et scandalisée par vos propos car ils placent la femme dans ce qui me fait horreur et remettent en cause ce contre quoi nos mères se sont battues.
Dois-je vous rappeler que vous-même êtes une femme ?
Je ne m’abaisserai pas à faire le jeu de la politique qui consiste à réclamer la démission d’un ministre lorsqu’il commet un tel dérapage.
http://next.liberation.fr/economie/01012307165-je-suis-une-femme-libre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Lun 2 Mai - 10:11


En pleine crise, les clients de banques ont retiré 30 milliards des banques

Pour les banques françaises, le discours officiel sur la crise financière est simple: elles sont solides et les Français le savent. Sauf que, durant le période 2007-2008 un mini vent de panique s'est emparé des déposants. Caché, ce phénomène n'a pas dérapé. Mais ce sont 30 milliards d'euros, 7,5% de l'encours qui ont fuit les banques.

« N’ayez pas peur ». À la Fédération Bancaire Française (FBF), le message du petit fascicule intitulé « Parlons clair » est sans ambiguïté. « Les banques françaises sont solides : elles ont mieux résisté à la crise mondiale que les autres. » Lancée au début de l’année, la campagne de publicité visait notamment à contrer la « jacquerie » contre les établissements financiers lancée par Eric Cantona. L’ex-star du foot, surfant sur le mécontentement des Français vis-à-vis d’un système financier considéré comme responsable de la crise, les invitait à passer au guichet pour vider leurs comptes.

Résultat ? Nul. Le bide de l’appel est inversement proportionnel à l’écho médiatique que l’affaire avait déclenché.

Pourtant le satisfecit des banquiers n’est que de façade. Eux le savent bien : après la déroute de la banque britannique Northern Rock, à l’automne 2007, un mini-vent de panique a soufflé de ce coté-ci de la Manche. [...]
Ces retraits se sont en réalité poursuivis jusqu’en mars 2009, se stoppant avec la publication des bons résultats des banques. Entre ces deux dates, les Français ont retiré pour plus de 30 milliards d’euros, près de 7,5% de la totalité des sommes sur les comptes courants ! Du jamais vu….

L’argent n’a évidemment pas disparu. Et une partie des sommes a notamment été utilisé par les ménages pour conserver leur pouvoir d’achat grevé par la crise. Cette trace se distingue dans le creusement du déficit commercial accru de la France sur cette période.

Pour le reste, en fait l’essentiel de ces sommes, les Français ont choisi de les sécuriser. En témoigne la hausse sans précédent de la collecte sur le Livret A, produit historiquement garantie par l’État : 18,7 milliards d’euros en 2008.

Là aussi du jamais vu, puisque ce niveau est trois fois supérieur à l’ancien record.

Emmanuel Lévy
www.marianne2.fr/Exclusif-en-pleine-crise-les-clients-de-banques-ont-retire-30-milliards-des-banques_a205749.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre   Aujourd'hui à 11:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Faire rendre gorge aux banksters le 7 décembre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faire un lien court
» venez,je vais vous faire visitée ma nouvelle maison
» Faire passer la toux...à tout prix !!!
» Soigner un mal de gorge
» Mal à la gorge... Air trop sec!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: