sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5905
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot   Mar 21 Déc - 17:49


Les laboratoires d'analyses se regroupent à marche forcée

L'ordonnance de janvier 2010 oblige les acteurs à obtenir une accréditation, garante de la qualité des pratiques. Ce qui pousse à la concentration...

Le patient qui va innocemment faire doser son taux de cholestérol ne se doute pas de la révolution qui est en marche au sein des laboratoires d'analyses. Sur les 5.840 laboratoires présents dans l'Hexagone, 4.234 relèvent du secteur libéral et travaillaient jusqu'à présent dans une logique artisanale. Or l'ordonnance de janvier dernier prise dans le cadre de la nouvelle loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST), et destinée notamment à améliorer la qualité des analyses, va propulser ces professionnels dans l'ère industrielle.

« L'un des principaux changements réside dans l'obligation d'obtenir une accréditation. Pour la première phase, fin 2013, le laboratoire doit prouver son engagement dans une démarche qualité. De nombreux laboratoires ne seront pas prêts » , explique Thierry Bouchet, PDG de Bio Paris Ouest, un groupement de 23 laboratoires. Tous les labos devront être accrédités au plus tard le 1 er novembre 2016, une échéance difficile à tenir pour les indépendants.

Car maintenir une qualité standardisée a un coût : il faut multiplier les contrôles, embaucher des spécialistes de la qualité… Soit une dépense totale de plusieurs centaines de milliers d'euros. « Plus de la moitié des laboratoires vont disparaître et la concentration va être très rapide. D'autant que la croissance n'est plus au rendez-vous. Avec les baisses de prix intervenues en janvier, j'ai vu le chiffre d'affaires baisser pour la première fois de ma carrière », indique Thierry Bouchet, qui prévoit que la biologie sera aux mains de financiers d'ici à cinq ou dix ans.

L'accès à la profession est déjà en train de se fermer aux jeunes acteurs, qui peuvent rarement s'offrir un laboratoire. Avec la concurrence entre les professionnels décidés à se renforcer, un laboratoire peut s'acheter aujourd'hui près de 180 % de son chiffre d'affaires, contre 110-130 % il y a un an.

Opportunités

Cette évolution vers une consolidation à marche forcée est loin de défavoriser tous les acteurs. Des sociétés comme Labco, devenu en cinq ans le leader européen du secteur, ou le suisse Unilabs, fondé en 1987, en profitent largement.

En France, l'histoire de Novescia est édifiante. Créée en 2008, l'entreprise comptait déjà 550 salariés l'an dernier et 1.600 cette année. Grâce à l'achat récent de 25 laboratoires appartenant à la Générale de Santé, le groupe dirigé par Sylvain Chapuis est aujourd'hui à la tête de 84 entités. Et il ne compte pas s'en tenir là : Novescia prévoit de détenir 10 % du marché français d'ici à la fin de l'année, et mène des projets de développement en Espagne et en Italie. Face à cette nouvelle donne, les industriels du diagnostic in vitro vont devoir adapter leur offre. Roche Diagnostics, qui détient 20 % du marché en France, a par exemple embauché 6 développeurs informatiques pour interconnecter les systèmes de laboratoires regroupés.

« Cette réforme nous a amenés à créer des nouveaux métiers et à proposer des produits capables de traiter des gros volumes », détaille Bertrand Le Bert, président de Roche Diagnostics en France. Au final, le mouvement ne devrait pas peser sur les ventes du groupe. « La pression sur les prix est très forte, mais les volumes vont augmenter avec le rôle de plus en plus important accordé au diagnostic dans la personnalisation des traitements » , précise Bertrand Le Bert.

BioMérieux, autre grand acteur du diagnostic, considère que la réforme était inévitable et qu'elle apporte des opportunités. « En microbiologie, notre large gamme nous permet de répondre aux besoins des très grands laboratoires tout en accompagnant les petits et les moyens dans leur regroupement. Dans les immuno-essais, nos machines Vidas seront moins utilisées pour les travaux de routine, mais cette baisse sera largement compensée par les tests d'urgence cardiaque ou d'oncologie, à plus forte marge » , estime Thierry Bernard, directeur des opérations commerciales de bioMérieux.

LAURENCE BOLLACK
Les Echos
07/05/2010
www.pharmanetwork.info/actualites/actualites/dispatch.cgi/infofrance/docProfile/105936/d20100507080356/No/t105936.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5905
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot   Mar 21 Déc - 17:53


Les labos d'analyses médicales se concentrent

L'union de 33 entités autour d'une structure technique à Saint-Aunès illustre le phénomène Le paysage héraultais des laboratoires d'analyses médicales, à l'image du reste du pays fait sa révolution. Un passage, observe un biologiste, de l'artisanat à « l'industrialisation », qui vise les petits labos de ville condamnés à se regrouper, devenir des antennes périphériques de prélèvement et pré- analyse : piqûre, saisie du dossier, dispatching des tubes, remise des résultats au patient, les analyses étant opérées sur un seul site, technique.

Ce mouvement s'est illustré début octobre, à Saint-Aunès, par l'implantation d'un vaste plateau technique de 1 500 m² regroupant les outils d'analyse de trente-trois laboratoires d'un territoire allant du littoral au Lunellois et
aux abords du bassin de Thau. Biosynergie développement, fusion de labos, est présenté comme un des plus importants regroupements du genre en métropole.

« À moyen terme, commente un biologiste indépendant, il devrait y avoir trois, quatre pôles sur Montpellier, guère plus. Et d'ajouter : si mon associé et moi-même ne rejoignons pas l'un d'eux, on mettra la clef sous la porte, faute de pouvoir faire face simultanément à la baisse de nomenclature et l'obligation d'accréditation. » Car les labos français affrontent un double obstacle : la norme Iso 15 189, qui leur impose de lourds investissements pour décrocher leur accréditation avant 2016, et la baisse du tarif des actes (fixé par l'État) « depuis quatre années - 5 % en 2010 - et pour les quatre à venir ». Elle entame leurs marges, poursuit un praticien de la périphérie Est de Montpellier.

La solution alors s'impose : se regrouper pour mutualiser les investissements et obtenir l'accréditation ; réunir les analyses sur un site pour en réduire le coût et faire des gains de productivité. « Ce principe de labo multisites, explique Luc Bourdiol, associé d'une structure installée à la clinique castelnauvienne du Parc - et l'un de ces futurs pôles avec celui des labos d'Oc santé -, est permis depuis janvier par l'État qui pousse en ce sens. »

Du coup, la démarche s'accélère. Quels en sont les effets ? Pour les patients, l'affaire est transparente, « la proximité ne sera pas mise en cause, analyse un professionnel ; il y aura toujours un biologiste dans les lieux de prélèvement » et de tels lieux au plus près des patients. En revanche, en matière de développement durable, les kilomètres quotidiens par milliers entre points de 'piqûre' et plateau technique sont moins convaincants. Et le phénomène se révèle désastreux pour certains salariés. Les techniciens de labo sont menacés de surnombre ; un biologiste qui songe à se rapprocher d'un de ces pôles juge ainsi que son effectif sera divisé par deux.

Ollivier LE NY
www.midilibre.com/articles/2010/12/19/LUNEL-Les-labos-d-39-analyses-medicales-se-concentrent-1486105.php5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5905
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot   Mar 21 Déc - 18:13


Les infirmières n'ont plus le droit de faire les prises de sang

D'après la dernière ordonnance de notre chère ministre de la santé (donc, pas de passage devant députés et sénateurs !), les laboratoires, pour subsister, devront passer une certification assez contraignante et compliquée, et pour ce faire, doivent, entre autres, se porter garants du préleveur (c'est-à-dire, nous, en l'occurrence !).

> > > Conséquence immédiate : les infirmières ne seront autorisées à prélever que si elles ont été formées et agréées par le labo dans lequel le prélèvement est analysé ! Exit, donc, les infirmières intérimaires ou remplaçantes...

> > > Seconde conséquence, et non des moindres : les prélèvements à domicile seront désormais interdits ! Les patients devront donc se rendre au laboratoire par leurs propres moyens, quel que soit leur état ou bien se faire hospitaliser !

> > > Troisième conséquence : les laboratoires étant tenus de s'équiper de machines hyper performantes, avec le moins de personnel possible, (ah oui, parce que j'ai oublié de vous préciser que l'État a décidé de diminuer fortement le remboursement des examens sanguins aux laboratoires !) pour pouvoir continuer à fonctionner, ils vont devoir se regrouper (but final avoué : 1 à 2 labos seulement par département !!!).

> > > Bref, les hôpitaux de taille moyenne qui possèdent leur propre labo vont le fermer (c'est déjà fait à Paoli Calmette, par exemple, Cavaillon et Orange vont suivre) et il faudra donc se déplacer vers un grand plateau technique pour faire les examens qui ne sont pas hyper courants. Comme ces grands plateaux techniques seront les seuls à accueillir une grande partie des examens à réaliser, nous n'aurons les résultats qu'au bout de plusieurs jours (et mieux vaut ne pas en avoir besoin un vendredi après-midi !).

> > > Enfin, cerise sur le gâteau : en toute discrétion, il a été décidé que désormais le directeur d'un labo n'a plus besoin d'être biologiste !

> > > La Générale de Santé, ainsi que d'autres grands groupes financiers sont donc en train de racheter tous les labos de France et de Navarre et il devient donc impossible à un médecin biologiste de posséder son propre labo...

Voilà, je ne peux vous conseiller qu'une seule chose : surtout, ne tombez pas malade ! Et si toutefois cela vous arrivait malgré tout, déménagez aussitôt vers une grande ville, seul moyen d'ici très peu de temps de pouvoir être soigné dans des conditions acceptables !

P.S. : Je viens d'entendre aux infos que le gouvernement envisage sérieusement de réduire les cotations des examens radiologiques : ça ne vous rappelle pas quelque chose ???

> > > > Nous avions le meilleur système de santé au monde, mais c'était avant que le gouvernement Sarkozy n'arrive au pouvoir !
Encore un grand merci à tous ceux qui ont voté pour lui !!!

Une infirmière démoralisée et dégoûtée...
www.hoaxbuster.com/hoaxteam/forum_contributions.php?idForum=3152&idMess=89333
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5905
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot   Mar 21 Déc - 18:59



Générale de Santé est cotée sur Eurolist d'Euronext Paris (anciennement Premier Marché) depuis juin 2001.
Ses actions sont éligibles au SRD. Premier Groupe privé de soins et services à la santé, Générale de Santé compte 27 000 salariés dans 110 cliniques et hôpitaux privés. Avec 5 000 praticiens au 31 décembre 2009, elle représente la première communauté libérale de France.

Président du Directoire : Ferruccio Luppi, né en 1950, titulaire d’un diplôme d’économie.
Il a commencé sa carrière au sein de plusieurs grands groupes italiens de 1973 à 1983, avant d’être en charge des investissements puis Directeur du développement de la société holding du groupe Agnelli, IFIL, jusqu’en 1996. Entré dans le groupe Worms en 1997, il en sera membre du Conseil d’Administration à partir de 1998. Il rejoint ensuite le groupe Fiat en octobre 2002 en qualité de Directeur financier puis d’Executive Vice-Président du Business Development et membre du Comité Exécutif. Depuis le 31 mai 2010, Ferruccio LUPPI était membre du Directoire de Générale de Santé.

Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2009, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe s’est élevé à 2 046,2 millions d’euros avec un EBE de 237 millions d’euros.

Structure du capital en % *
Santé développement Europe SAS : 58,935% ;
Santé SA : 23,86% ;
Dirigeants : 0,194% ;
Autres actionnaires : 15,635% ;
Auto-détention : 1,376%
* 31 mars 2009
www.generale-de-sante.fr/

Santé Développement Europe, société du docteur Antonino Ligresti, détient directement et indirectement 79,84% du capital et des droits de vote de Générale de Santé à l'issue de l'offre publique d'achat (OPA) qu'elle a lancé sur le groupe d'hospitalisation privée, a annoncé mardi l'Autorité des marchés financiers (AMF).
L'offre, lancée sur la base d'un prix de 32,50 euros par action, courait du 11 au 24 mai 2007.
www.daily-bourse.fr/generale-de-sante-sante-developpement-europe-detie-Feed-AFP070529152223.74b6atcq.php

Santé SA
http://investing.businessweek.com/research/stocks/private/snapshot.asp?privcapId=45764379

Gouvernance
La Fondation Générale de Santé est présidée par le docteur Antonino Ligresti (président du conseil de surveillance de Générale de Santé) et la vice-présidence sera assurée par Filippo Monteleone (directeur général).
Le professeur Claude Huriet préside le conseil d’orientation de la Fondation et siège comme administrateur, aux côtés d’experts comme le professeur Jean-François Mattei et le docteur Xavier Emmanuelli. Le professeur Gregory Katz assurera la direction de la Fondation.
http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9rale_de_Sant%C3%A9

Une alliance public-privé dans la collecte de sang de cordon
Pas facilement disponible, le sang de cordon ombilical, riche en cellules souches, constitue pourtant une bonne alternative à la greffe de moelle osseuse pour le traitement de nombreuses maladies hématologiques. Afin d’en améliorer la collecte et l’utilisation, l’AP-HP et la Fondation Générale de Santé ont signé une convention qui permettra à certains hôpitaux privés d’approvisionner la banque de l’AP-HP.
[Les Echos, 16/12/2010]
www.aphp-actualites.fr/2260-alliance-public-%E2%80%93-prive-dans-la-collecte-de-sang-de-cordon/ www.sangdecordon.org/blog/tag/association/

Semaines sociales de France
Un lieu de formation, de débat et de proposition sur les grands enjeux de société.
Intervenants :
Claude Huriet, Jean-François Mattei, Xavier Emmanuelli et… Jean-Paul II, Jean-Claude Juncker, Pascal Lamy...
www.ssf-fr.org/archives_56_auteur-0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5905
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot   Mer 16 Fév - 10:50


Analyse médicale : l'ordonnance ne passe pas

La semaine dernière, les députés ont discrètement abrogé une ordonnance de l'Élysée, qui prévoyait de livrer les laboratoires d'analyses médicales en pâture aux spéculateurs financiers. Quoi que...

C'est un petit amendement de rien du tout, bien planqué au beau milieu de l'opaque pavé du projet de loi relatif à la bioéthique. Et que dit-il, cet amendement ? Que "L'ordonnance n° 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale est abrogée". Rien de plus. C'est grave docteur ? Navrant, surtout...

Cette ordonnance a été élaborée dans le but de "réformer" la biologie médicale. Deux ans de "consultations", des dizaines de réunions mobilisant des centaines d'intervenants... et à la fin, le gouvernement a imposé ses vues, tout simplement. […]

Deux possibilités :

- Soit le texte était finalement (vraiment très) mauvais, bien que chaudement défendu par l'ensemble du gouvernement lors de sa publication, après deux longues années de rédaction ! Un gouvernement de professionnels, puisqu'on vous le dit...

- Soit l'intervention du Conseil d'État a mis à mal la principale mesure du texte. Et tout le reste ne servait qu'à faire joli. C'est à dire que les grands acteurs privés du secteur (dont un certain nombre de proches de Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand) ne pouvant plus spéculer sur la tête des laboratoires d'analyses médicales, l'ordonnance perdait tout son charme.

OPA sur l'analyse médicale

Problème : cet amendement n'est ni plus ni moins qu'un cavalier législatif. N'ayant rien à voir avec le projet de loi au sein duquel il a été voté, l'annulation sera certainement... annulée par le Conseil Constitutionnel, pour peu qu'elle soit contestée.
Et en attendant, à pas de velours, les grands groupes de laboratoires (Novescia, Biomnis, Labco, Cerba European Lab...), possédés en grande partie par des assureurs ou des spéculateurs financiers, ont déjà commencé leur razzia. Ils ont trouvé des brèches dans la loi, qui leur permettent d'acheter les officines comme des petits pains. En France, 70% des diagnostics médicaux s'appuient sur des analyses biologiques.

Et bientôt, dans votre boîte à lettres, des publicités vous proposant des réductions sur des diagnostics sanguins ? Allez... deux cancers pour le prix d'un, ça ne se refuse pas.

Napakatbra
www.lesmotsontunsens.com/analyse-medicale-l-ordonnance-ne-passe-pas-9123
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5905
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Message d'Annie Vatré, médecin biologiste   Mer 16 Fév - 17:06



Notre ministre Mme Bachelot a validé l’ordonnance Ballereau du 15.01.2010 ; les conséquences sont catastrophiques…

Au plus tôt en 2013 et au plus tard en 2016, les laboratoires d’analyses médicales de proximité, VOTRE laboratoire et tous les autres auront probablement DISPARU au profit d’USINES à analyses (une par département pour les départements qui le “méritent” ; pour les départements les plus ruraux il faudra faire un peu plus de route…).

Pourquoi ? Eh bien en vertu d’une ordonnance parue en 2010 qui livre le “marché” de l’analyse médicale aux FINANCIERS du CAC 40…
Parmi ces groupes financiers qui ont déjà largement entamé les rachats massifs de labos, figurent des assurances de santé privées, peut-être la vôtre, qui auront ainsi accès à vos données médicales et pourront “personnaliser” vos factures…

Il y a une solution pour s’opposer à ce scandale : FAIRE CIRCULER massivement et SIGNER cette pétition :
www.touchepasamonlabo.com/php/index.php


50 000 signatures à ce jour ; c’est peu dans l’absolu mais au vu de la discrétion de cette ordonnance, c’est beaucoup !
C’est parce que très peu de gens sont au courant que cette réforme peut passer ; il faut donc la RÉVÉLER au grand jour : DIFFUSEZ CE MESSAGE, DIFFUSEZ LE LIEN DE LA PÉTITION, SIGNEZ ET FAITES SIGNER !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les requins avalent les laboratoires d’analyses… et remercient Bachelot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pétition pour sauver les labos de proximité
» Bachelot ds notre village
» Bachelot démission
» Pourquoi on appelle les requins les "Jean-Louis"
» Danse avec les Requins , la fin est époustouflante !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: