sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Jeu 22 Mar - 14:38



Tarnac, une affaire d’État

Où s’arrête le terrorisme ? Où commence son instrumentalisation ? Dans son livre, Tarnac, Magasin général, le journaliste David Dufresne tente de comprendre comment l’affaire qui a rendu célèbre un petit bourg de Corrèze et médiatisé une fantasmatique « ultragauche » a pu naître. Trois ans et demi d’enquête, à rencontrer les inculpés, les services de renseignement, les politiques. Et une volonté de décrypter les arrière-pensées et les manipulations, jusqu’au concept orwellien de « préterrorisme ». Entretien. [Extrait]

Joël Bouchité, l’ex-patron des renseignements généraux, vous révèle qu’il y avait bien une balise sous la voiture de Julien Coupat, bien avant les dégradations. Or cela pose problème…

Oui, car dans le dossier d’instruction, il n’y a trace d’aucune balise. C’est toute la question de la « judiciarisation du renseignement » et de la DCRI : elle a à la fois la casquette renseignement et la casquette judiciaire. Ce qui est recueilli dans des zones extrêmement grises par le renseignement (indics, écoutes, balises), sous le sceau désormais du secret défense, peut se retrouver « habillé » pour atterrir dans un dossier judiciaire. La question juridique, et morale, est de savoir comment on passe de l’un à l’autre. En termes de droit, si la balise n’a pas été autorisée, cela veut dire que tout le PV de surveillance de la nuit des sabotages – que la justice prête pour l’un d’eux à Julien Coupat et à Yildune Lévy – peut être annulé. Et s’il n’y a plus de PV de surveillance, l’instruction s’écroule.

Par Simon Gouin
(7 mars 2012)
www.bastamag.net/article2183.html


Guéant : "Merah est mort après avoir sauté par la fenêtre"
http://videos.tf1.fr/infos/2012/gueant-merah-est-mort-apres-avoir-saute-par-la-fenetre-7085414.html

Huit morts pour une élection présidentielle. Quels intérêts derrière cette élection ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Jeu 22 Mar - 15:10


Bernard Squarcini, patron de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) et Claude Guéant

Toulouse : le nom du suspect aurait été repéré dès le premier meurtre

Didier Hassoux, journaliste au Canard enchaîné et co-auteur d'une récente enquête sur Bernard Squarcini*, patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), nous explique les premiers doutes qui apparaissent dans la chronologie de la traque du suspect présumé des tueries de Montauban et Toulouse du 11, 15 et 19 mars.

Dans l'affaire des assassinats de Toulouse et de Montauban, la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), chargée** sur le territoire français de la surveillance des terroristes potentiels, a cru se prémunir de toute critique en assurant que le suspect présumé, Mohamed Merah, était dans son "collimateur" depuis des années. Comme nous l'explique Didier Hassoux, il n'y a pas que cette information qui pourrait avoir un effet boomerang pour l'institution.

N'est-ce pas à double tranchant pour Claude Guéant de dire que la DCRI connaissait le suspect présumé sans avoir pu prévoir ses trois passages à l'acte supposés (11 mars, 15 mars et 19 mars) ?


D'abord, nous parlons de la DZRI (Direction zonale des renseignements généraux), qui est une émanation régionale de la DCRI. Ensuite oui, le fait de dire que l'individu était dans le collimateur de l'institution peut poser un vrai problème. Mais il y a peut-être plus grave.

Ce matin, une source de la police judiciaire (PJ) m'a assuré que la PJ avait saisi les adresses IP des quelque 600 personnes s'étant connectées sur leboncoin.fr sur l'annonce du premier militaire abattu le 11 mars. Le nom du suspect (Mohamed Merah) y figurait. Or, il était inscrit sur le ficher du Stic (système de traitement des infractions constatées) entre 16 et 18 fois pour des faits mineurs. Ce qui est énorme. À cela s'ajoute le fait qu'il était également inscrit sur Cristina (Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et des intérêts nationaux), le fichier de la DCRI***.

Pourquoi a-t-il fallu attendre autant pour le localiser ?

C'est la question que je me pose : pourquoi a-t-il fallu attendre neuf jours ? Je ne vois pas pourquoi on ne lui a pas collé une balise au cul durant les deux ou trois jours ayant suivi le premier meurtre. Surtout si la DCRI annonce connaître cet individu depuis des années comme un terroriste potentiel. Il y a peut-être une raison objective, mais il y a un problème.

Cette faiblesse pourrait-elle provenir de l'orientation "politique" des renseignements sous Sarkozy que votre enquête dénonce ?

J'espère que non. Nous avons dénoncé la politisation des chefs et notamment du principal patron (Squarcini), ce n'est pas pour ça que ses services ne font pas correctement leur boulot. J'espère seulement que l'enquête n'a pas été perturbée à des fins politiques.

Recueilli par Geoffrey Le Guilcher
www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/80421/date/2012-03-21/article/toulouse-le-nom-du-suspect-aurait-ete-repere-des-le-premier-meurtre/


Fadettes : Squarcini, le patron du renseignement, mouille celui de la police
www.ladepeche.fr/article/2011/10/19/1196301-squarcini-mouille-le-patron-de-la-police.html

Le Canard enchaîné sous surveillance ?
www.europe1.fr/Politique/Le-Canard-enchaine-sous-surveillance-306882
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Jeu 22 Mar - 21:24

Quand un crime rapporte à tous points de vue...



« Désormais toute personne qui consultera de manière habituelle des sites Internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine*, ou se rendant à l'étranger pour y suivre des travaux d'endoctrinement à des idéologies conduisant au terrorisme, sera punie pénalement. »

Lors de sa déclaration qui a suivi la mort de Mohamed Merah à Toulouse ce jeudi 22 mars, Nicolas Sarkozy a annoncé plusieurs mesures qu’il souhaite proposer au Parlement, parmi lesquelles ce « délit de consultation de sites terroristes ».
http://www.francetv.fr/info/sarkozy-pourrait-il-punir-les-voyages-d-endoctrinement_75467.html
www.ecrans.fr/Apres-Toulouse-Sarkozy-attaque,14321.html


*Même les sites du gouvernement ?

Après l’instrumentalisation du piratage, voilà donc l’instrumentalisation d’un fait divers pour menacer à nouveau Internet. Voir 'Hadopi - Menace sur internet - Instrumentalisation du piratage'
http://sarko-verdose.bbactif.com/t212-hadopi-menace-sur-internet-instrumentalisation-du-piratage

Probablement du bla-bla de bateleur, mais qui montre la dangerosité du personnage. Toujours est-il qu'Internet est déjà au service du candidat sarkozy.

« Facebook roule-t-il pour Sarkozy ? »
"Sarkophage ne peut plus se connecter à Facebook. Parce qu'il n'a pas donné son nom et prénom. En voilà un joli motif pour couper la voix à l'un des principaux blogs anti sarkozyste de la blogosphère*."
http://sarkostique.over-blog.com/article-facebook-roule-t-il-pour-sarkozy-101373844-comments.html

11 mars 2011
Internet : la France placée sous la surveillance de RSF

À l'occasion de la journée mondiale contre la cyber-censure, Reporters Sans Frontières publiait, le vendredi 11 mars 2011, son rapport sur les pays ennemis d'Internet, dans lequel la France fait son entrée en tant que "pays sous surveillance".

Au total, dix pays sont considérés comme ennemis d'Internet et seize pays figurent parmi les pays sous surveillance.

"Ce classement sert surtout à envoyer des avertissements aux pays et à sensibiliser", explique à Nouvelobs.com Lucie Morillon, responsable du bureau Nouveaux médias chez RSF. "La liste varie en fonction de la répression des cyberdissidents et du filtrage mis en place. Cette année, la France fait son entrée comme pays sous surveillance", ajoute-t-elle.

"La liberté d'expression est menacée"

"Hadopi, Loppsi, atteinte à la neutralité du net... Nous avons voulu tirer le signal d'alarme", tranche Lucie Morillon. "2010 a été une année difficile pour certains journalistes en ligne avec, suite aux différents cambriolages, l'instauration d'un climat non serein. Par ailleurs, avec la mise de l'Hadopi qui prévoit comme sanction la coupure de ce droit fondamental qu'est l'accès à Internet et l'instauration d'un filtrage du web par la Loppsi, c'est la liberté d'expression qui est menacée", critique-t-elle.

"Avec ses récentes déclarations sur l'Internet civilisé, Nicolas Sarkozy voit le net uniquement sous l'angle sécuritaire, même si bien sûr la France n'est pas la Chine...", concède-t-elle.

Outre la France, entrent dans ce classement la Libye et le Venezuela. Tunisie et Egypte restent sous surveillance "tant que les appareils de surveillance du web ne seront pas totalement démantelés", pointe Lucie Morillon.

Elle s'inquiète enfin de voir "de plus en plus de pays sous surveillance, avec un renforcement du filtrage et des blocages de sites, par crainte d'une contagion de la révolte des pays arabes", conclut-elle.

"Les ennemis d'Internet", le rapport 2011 de RSF :
www.scribd.com/doc/50538618/Le-ennemis-d-Internet-le-rapport-2011-de-RSF?secret_password=evk9mfpkqh0ilwrknt3

http://tempsreel.nouvelobs.com/medias/20110311.OBS9511/internet-la-france-placee-sous-la-surveillance-de-rsf.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 23 Mar - 0:18



Toulouse : Mohamed Merah avait passé quinze jours en hôpital psychiatrique

Après une tentative de suicide en 2008 à la maison d'arrêt de Seysses, Mohamed Merah avait été placé pendant quinze jours en hôpital psychiatrique. Malgré les experts, son suivi psychothérapique s'arrêta là.

Lors de sa conférence de presse sur la fin de l'affaire Merah, François Molins, le procureur de la République de Paris chargé de l'enquête sur les trois séries d'assassinats du tueur de Toulouse, a notamment révélé que lors d'un séjour en prison, où, selon lui, il s'était éveillé au radicalisme islamique, le jeune homme avait également fait une tentative de suicide.

L'Express est en mesure de révéler qu'à la suite de cette tentative de suicide, celui qui deviendra trois ans plus tard l'ennemi public numéro 1 avait alors été placé en hôpital psychiatrique. Mohamed Merah séjournera, ainsi, du 25 décembre 2008 au 8 janvier 2009 au CHU Gérard Marchant de Toulouse. En dépit des préconisations des experts, son suivi psychothérapique en restera là.

C'est fin 2008 que Mohamed Merah est emprisonné à la maison d'arrêt de Seysses (Haute-Garonne), où il purge une peine de 18 mois de prison ferme pour une accumulation de délits (vol de sac à main, recel, coups et blessures sur un éducateur...). Plus fragile que sa réputation pourrait le laisser croire, sujet à des troubles de comportement, le jeune homme, alors âgé de 19 ans, va essayer de mette fin à ses jours en se pendant dans sa cellule. Sans succès.
www.lexpress.fr/actualite/societe/toulouse-mohamed-merah-avait-passe-quinze-jours-en-hopital-psychiatrique_1096653.html

Aucune trace du séjour de Mohamed Merah en Afghanistan et Pakistan
Le Pakistan et l'Afghanistan, mais aussi les forces américaines et celles de l'Otan dans ce pays, assurent n'avoir aucune trace des séjours de Mohamed Merah, contrairement aux déclarations des autorités françaises", a rapporté jeudi 22 mars l'AFP.
www.nessnews.com/nesspolitique/aucune-trace-du-sejour-de-mohamed-merah-en-afghanistan-et-pakistan-946

Sur Facebook, en réaction à cette insidieuse "externalisation" hors de la nation française du tueur présumé, quelqu'un a suggéré d'écrire de manière systématique : Nicolas Sarkozy, le président français d'origine hongroise. Jusqu'à ce qu'on y réfléchisse à deux fois avant de présenter telle ou telle personne comme étant d'origine maghrébine.


Le président de la République Nicolas Sarkozy est « différent »

Il n’est pas énarque et ne termine pas ses études à Science Po. Il est avocat, proche des milieux d’affaires et issu de la nouvelle génération d’après-guerre. Mais la dissemblance avec ses prédécesseurs ne s’arrête pas là :
c’est le seul président français issu de l’immigration.

Sarkozy est le fils de Pal Sarközy y Nagy-Bocsa, immigré hongrois, et d'Andrée Mallah, d'origine française par sa mère, Adèle Bouvier, et juive séfarade de Salonique par son père, Bénédict Mallah.
Bénédict Mallah, né Aaron “Beniko” Mallah, est un megorashim, c’est-à-dire un descendant des juifs sépharades expulsés d’Espagne en 1492 par le Roi Ferdinand.

Bénédict Mallah est un « Juif de Grèce », né à Salonique en 1890. Il appartient à la famille Mallah (« Messager » ou « ange » en hébreu). À la mort de son père en 1913, sa mère part avec tous ses enfants en France où le jeune Bénédict devient médecin. C’est pendant la Grande Guerre qu’il rencontre sa femme, Adèle Bouvier, une infirmière catholique avec qui il aura deux filles : Suzanne et Andrée Mallah (en 1925), la mère de Nicolas Sarkozy. Bénédict Mallah s’installe ensuite à Paris 17ème en tant que médecin urologue.

Lors d’un voyage à Salonique en 2006, la communauté juive de la ville a remis à Nicolas Sarkozy l’arbre généalogique de la famille Mallah. On y retrouve le père de Bénédict, joaillier, son oncle Moshé, rabbin.
http://leciel.blogs-de-voyage.fr/archive/2007/05/24/la-famille-juive-sepharade-de-mme-andree-mallah-mere-de-sark.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 23 Mar - 5:06



50 JOURS POUR EN FINIR
Page fondée le 18 mars 2012
Pour vous rafraichir la mémoire ou pour rafraichir celle de vos proches,
chaque jour, jusqu'au 6 mai 2012,
une affaire de l'ère sarkozy.
www.50jours.fr/

"On sait que ce qui peut faire gagner Nicolas Sarkozy, c'est l'oubli. Ce qui nous a amené à poser la problématique suivante : comment rappeler, et ce de manière pédagogique, toutes les erreurs, tous les scandales, toutes les bêtises du quinquennat", expliquent les créateurs du site.

Selon une étude du think tank Terra Nova, en cinq ans, plus de la moitié des cadeaux fiscaux de l'ère Sarkozy ont été redistribués aux entreprises, les deux tiers restants aux ménages aisés. "Plus de la moitié de cette redistribution a été décidée dès 2007 à travers la loi Tepa, ce qui a eu pour effet d'amoindrir la capacité budgétaire de la France à lutter contre la crise".
http://tempsreel.nouvelobs.com/le-reveil-politique/20120319.OBS4051/50-jours-pour-en-finir-avec-sarkozy.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 23 Mar - 5:09


J-50
La loi Tepa partie 1 : S'attaquer aux heures sup'
Comment faire gagner plus d’argent aux riches ? A peine élu, Nicolas Sarkozy convoque les députés pour inscrire dans les textes son programme. Il fait voter la loi dite Tepa: Travail, Emploi, et Pouvoir d’achat. On va vous la faire courte, par cette loi Sarkozy fait un énorme cadeau fiscal aux contribuables les plus aisés.

1. Défiscalisation des heures supplémentaires ce qui va à l’encontre de la lutte contre le chômage (ça coûtera moins cher de faire faire des heures sup’ que d’employer un chômeur).

L’ineptie de cette réforme est expliquée par un rapport d’information de deux députés (l’un PS, l’autre UMP) de l’Assemblée nationale, suggère de revoir l’exonération de charge sur les heures supplémentaires, la mesure n’ayant pas produit d’heures supplémentaires, puisque ce sont des heures déjà effectuées qui ont été “blanchies”.
www.mediapart.fr/journal/international/031008/heures-sup-ce-que-ne-disent-pas-les-chiffres
www.50jours.fr/?p=20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 23 Mar - 5:10


J-49
La loi Tepa partie 2 : Le bouclier fiscal
Le Bouclier fiscal qui plafonne à 50% maximum les prélèvements fiscaux et sociaux, quel que soit le montant des revenus. En gros, l’État ne peut ponctionner plus de 50% des revenus d’un contribuable, dans le cas contraire, il doit rembourser le trop payé. Depuis l’été 2007, ce bouclier fiscal est passé de 60% à 50% des revenus. L’État a donc dû rembourser une partie des recettes fiscales à certains contribuables. Un exemple en 2008 le fisc a remboursé 40 millions d’euros à Liliane Bettencourt (cf. la femme la plus riche de France.)
www.mediapart.fr/journal/france/170309/bouclier-fiscal-tout-pour-les-riches
www.50jours.fr/?p=41
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 23 Mar - 5:11


J-48
La loi Tepa partie 3 : L'allègement de l'ISF
L’allègement de l’ISF : la loi Tepa a relevé le seuil d’entrée dans l’ISF de 800.000 à 1,3 million d’euros de patrimoine, ce qui a permis d’exonérer les 300.000 contribuables de la première tranche. Pour faire court, l’ISF a été divisé quasiment par deux.
www.mediapart.fr/journal/france/071010/et-en-plus-ils-veulent-supprimer-lisf
www.50jours.fr/?p=44

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 23 Mar - 5:15


J-47
La réforme des retraites : Une réforme injuste
Injuste pour cinq bonnes raisons.

1. Elle taxe beaucoup le travail, très peu le capital et les entreprises

Les mesures qui repoussent l’âge légal de 60 à 62 ans, et qui repoussent le taux plein – celui auquel il n’y a plus de pénalité financière quand on n’a pas tous ses trimestres de cotisation – de 65 à 67 ans, représentent 20 milliards d’euros d’économie par an à partir de 2020, soit l’essentiel du financement. Les mesures qui taxent le capital et les entreprises ne représentent elles que 5 milliards d’euros d’économie par an.

2. Elle occulte les inégalités d’espérance de vie

Pour la faire courte, l’espérance de vie d’un ouvrier est de sept ans inférieure à celle d’un cadre, selon l’Insee. Reculer l’âge légal à 62 ans pour tous se révèle de ce fait injuste, car les cadres profitent de leur retraite en moyenne plus longtemps, et dans de meilleures conditions – en effet les professions manuelle sont touchées par les limitations fonctionnelles physiques ou sensorielles, qui concernent 60% des années à vivre après 60 ans.

3. Elle pénalise les femmes et les plus modestes

Avec le recul de l’âge légal, beaucoup d’ouvriers ou d’employés qui ont commencé à travailler jeunes, devront travailleur plus longtemps. Le gouvernement pour éviter cet écueil a étendu le dispositif “carrières longues”, qui permet des départs anticipés. Ceux qui ont travaillé dès 17 ans pourront ainsi partir à 60 ans ou avant… mais à condition d’avoir validé 43 ans. En revanche, malheur à ceux qui ont commencé à 18 ans : ils ne sont pas concernés par le dispositif.

Quant au recul du taux plein de 65 à 67 ans, lui va pénaliser tous ceux qui ont eu des carrières hachées, des parcours professionnels difficiles, et attendaient l’âge du taux plein pour ne pas subir la décote – notamment les femmes.

4. Elle risque d’aggraver les conditions de travail

Les Français peuvent-ils travailler après 60 ans ? C’est la grande inquiétude de nombreux spécialistes. En France, les conditions de travail sont très dures : “La France n’a fait aucun progrès sur la soutenabilité du travail, elle n’a pas aménagé les postes pour les seniors.” juge Anne-Marie Guillemard qui a étudié la façon dont les pays européens prenaient en charge le vieillissement des actifs. Simplement, si l’on vit si longtemps en France, c’est parce qu’on travaille moins longtemps.

5. Elle fait un tri arbitraire dans les pénibilités

Un exemple pour comprendre cet arbitraire : “À 55 ans, un salarié sur deux a des problèmes d’épaule invalidante. Mais si vous n’arrivez pas à lever votre épaule au-delà de 90°, votre taux d’invalidité ne sera que de 5%.” explique Annie Touranchet, médecin-inspecteur à la direction régionale du travail des Pays de la Loire. Or 5% ce n’est pas assez pour pouvoir partir à 60 ans, le seuil minimum est de 10%.
www.mediapart.fr/journal/economie/060910/retraites-les-cinq-injustices-de-la-reforme
www.50jours.fr/?p=50
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 23 Mar - 5:17


J-46
Une étrange rigueur
La rigueur ne touche pas tout le monde

Frédéric Lefebvre a assuré, en novembre dernier, aux professionels de l’hôtellerie que la taxe de 2% sur les nuitées des établissements haut de gamme serait retirée. Cette taxe avait été votée par le Parlement en septembre dans le cadre du plan Fillon d’économies budgétaires.

Rigueur, oui, mais pas pour tout le monde. Et, en prime, déni de la démocratie parlementaire.
www.50jours.fr/?p=67
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Sam 24 Mar - 21:42


Arrow http://journal.liberation.fr/publication/liberation/882/#!/0_0

Sarkozy : des annonces précipitées qui n’en sont pas
Le Président de la République a annoncé que « des peines de prison seront prévues pour ceux qui font l’apologie du terrorisme », ajoutant que « désormais, toute personne qui consultera de manière habituelle des sites internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence sera punie pénalement ».

Las, la loi prévoit déjà dans ces deux cas des condamnations ! Et ce depuis 1881 pour le premier.

Nicolas Sarkozy serait bien inspiré de ne pas faire à un criminel absurde le cadeau de transformer tous les citoyens de ce pays en suspects.
www.placeaupeuple2012.fr/sarkozy-des-annonces-precipitees-qui-nen-sont-pas/

Le père du caporal Abel Chennouf a présenté ses condoléances à la mère de Mohamed Merah.
https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=3463903247536&id=1569654316
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Sam 24 Mar - 22:14



« Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène. Il n’aurait pas tenu cinq minutes.»

Christian Prouteau fondateur du Groupement 'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) est sévère après l'assaut du RAID à Toulouse
« Comment se fait-il que la meilleure unité de la police ne réussisse pas à arrêter un homme tout seul ?»

Et l'ancien militaire d'ajouter : « Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène. Il n’aurait pas tenu cinq minutes. Au lieu de ça, ils ont balancé des grenades à tour de bras. Résultat : ça a mis le forcené dans un état psychologique qui l’a incité à continuer sa « guerre ».
www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Toulouse.-Le-fondateur-du-GIGN-critique-l-operation-du-RAID_6346-2058207-fils-tous_filDMA.Htm


Réponse de Claude Guéant : "Ce sont des moyens illégaux." clown
Une balle dans la tête d’un présumé coupable, est-ce bien légal ?

Gérard Lopez, psychiatre : « C’est un psychopathe »
« Mohamed Merah avait une personnalité fragile, avec un important problème identitaire et narcissique. [...]
Les djihadistes, aussi violents soient-ils, ne sont pas prêts à franchir le pas d’actes aussi barbares que les crimes de Mohamed Merah ou alors dans le cadre d’une stratégie terroriste planifiée. C’est bien pour cela que le forcené doit être avant tout considéré comme un psychopathe.»
www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Mohamed-Merah-psychopathe-plus-que-djihadiste-_39382-2058522_actu.Htm

Un professeur demande une minute de silence à ses élèves pour Merah
Cette professeure d'anglais d'un lycée de Rouen a dépeint Mohamed Merah comme "une victime" et aurait notamment déclaré à ses élèves que le lien entre Mohamed Merah et Al-Qaïda avait été "inventé par les médias et Sarko".

Le ministre de l'Éducation nationale Luc Chatel a demandé au recteur de l'académie de Rouen de suspendre immédiatement le professeur d'unb lycée de Rouen de ses fonctions et d'engager une procédure disciplinaire à son encontre.
www.lexpress.fr/actualite/societe/un-professeur-demande-une-minute-de-silence-a-ses-eleves-pour-merah-chatel-demande-sa-suspension_1096940.html

Médias instrumentalisés
‘Encore une fois, on s’est retrouvé pris dans une logique de scoop qui fait que l’éthique est mise de côté.’
www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Mort-de-Merah.-Les-medias-ont-ils-ete-instrumentalises-%5Banalyse%5D_39382-2058555_actu.Htm

C'est une menace pour les démocraties que représente l’univers des marchands de peur,
dits ‘experts de l’anti-terrorisme’
:
Alain Bauer, Antoine Basbous, Jean-Charles Brisard, Christophe Deloire, Éric Denécé, Christophe Dubois, Frédéric Encel, Anne Giudicelli, François Heisbourg, Roland Jacquard, Claude Moniquet, Xavier Raufer, Yvan Rioufol, Antoine Sfeir
http://lmsi.net/L-antiterrorisme-et-ses-experts

Toulouse : la mise en scène d'acteur de Nicolas Sarkozy décryptée en trois images
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/509122-toulouse-la-mise-en-scene-d-acteur-de-nicolas-sarkozy-decryptee-en-trois-images.html

‎'L'idée est ici, pour Nicolas Sarkozy, d'obliger François Hollande soit à se ranger derrière lui en approuvant ces lois, soit à dénoncer son manque de fermeté envers la lutte contre le terrorisme alors que sept personnes viennent de mourir.'
www.parisdepeches.fr/16-Politique/2048-France/1712-Toulouse_Nicolas_Sarkozy_veut_pi%C3%A9ger_gauche.html

Sarkozy annonce un délit pénal de visite de sites internet
Le drame de l'affaire Mohamed Merah va-t-elle justifier l'injustifiable ?
Dans une déclaration à la mi-journée jeudi 22 mars, Nicolas Sarkozy a annoncé que le fait de visiter des sites internet promouvant une idéologie terroriste sera un délit pénal. Ce qui suppose de surveiller tout ce que font les internautes de leur connexion à internet.
www.numerama.com/magazine/22109-nicolas-sarkozy-annonce-un-delit-penal-de-visite-de-sites-internet.html

Remontée dans les sondages, omniprésence dans les médias, gêne des adversaires politiques, attaque contre Internet, voile pudique sur les affaires judiciaires... Mohamed Merah aura été bien utile au candidat-président qui fait feu de tout bois.

Sarkozy aux écoliers face à lui : « Ça aurait pu vous arriver à vous aussi, si vous aviez été juifs. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Sam 24 Mar - 22:23



Alain Bauer est considéré comme le M. sécurité de Nicolas Sarkozy

Alain Bauer a commencé à travailler sur la police alors que Michel Rocard était premier ministre. Il a ensuite été recruté par la Science Application International Corporation (Saic), “machine de guerre privée et secrète du Pentagone et de la CIA” spécialisée, notamment, dans les technologies de sécurité. En 1994, il créé son propre cabinet privé de conseil en sécurité, AB Associates.
http://owni.fr/2011/10/31/alain-bauer-ou-le-paradoxe-securitaire/

La France impliquée dans la répression des insurrections arabes
C'est un conseiller de l'Élysée, Alain Bauer, qui avait négocié l'exportation avortée de matériels de sécurité en Tunisie, le jour même de la fuite du président ...
www.voltairenet.org/+-Bauer-Alain-+?lang=fr

Grâce à la République des copains, une chaire a été créée au Conservatoire National des Arts et Métiers, pour Alain Bauer, qui n'a même pas les titres universitaires requis.

La criminologie selon le « professeur » Alain Bauer : petite enquête au CNAM
Dans un Communiqué du 15 mars 2012, le bureau de la Commission permanente du CNU fait état de son « indignation » face à « la création d’une nouvelle spécialité scientifique par une voie politique ». Il « rappelle que ce projet n’a fait l’objet d’aucun débat au sein de la communauté universitaire et qu’il a été préparé dans la plus grande obscurité et dans la méconnaissance des positions exprimées par la très large majorité des spécialistes des sciences criminelles et des questions de sécurité ».
http://insecurite.blog.lemonde.fr/2012/03/19/la-criminologie-selon-le-professeur-alain-bauer-petite-enquete-au-cnam/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Sam 24 Mar - 22:49



Sarkozy peut-il encore être candidat ?

Nicolas Sarkozy peut-il encore être candidat ? La question n'avait pas encore été posée publiquement à droite, même si elle provoque depuis des mois de nombreux conciliabules. Cette fois, la voici au centre de la place publique. Le chef de l'Etat peut-il se représenter ? Peut-il conduire une majorité avec quelque chance de l'emporter lors de la présidentielle du printemps 2012 ? Toujours subtil dans l'art du planter de couteau, l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin l'a énoncé dès dimanche soir sur les télévisions : « S'il est candidat, Nicolas Sarkozy sera notre candidat. »

Tout est bien sûr dans le « si ». Car Nicolas Sarkozy se trouve aujourd'hui dans une situation tout à fait inédite sous la Ve République. La perte du Sénat par la majorité, une première depuis 1958, vient le souligner de manière spectaculaire. Enfin ! Cette alternance vient utilement, même si trop tardivement, montrer que nous sommes bien dans un régime démocratique, avec certes de dramatiques insuffisances, que nous n'avons jamais cessé de dénoncer à Mediapart. Cette Ve République, faite d'un faux présidentialisme (parce que sans contre-pouvoir), ressort plus de la monarchie républicaine, d'un bonapartisme aménagé, bref, elle organise une démocratie de faible intensité.

Le basculement du Sénat, jusque-là réservé à la droite par le biais d'un scrutin quasi censitaire (un corps électoral de 150.000 grands électeurs avec une sur-représentation des zones électorales traditionnellement conservatrices), vient soudain souligner l'usure du régime. Et, surtout, la défaite de l'hyperprésidence Sarkozy. Il y avait eu les défaites des municipales, des régionales, des cantonales. Et voilà maintenant ce qui ressemble fort à un séisme institutionnel. Pour en prendre la mesure, il suffit de se souvenir de la guerre de tranchées engagée dans les années 1980 entre le Palais du Luxembourg et la présidence de François Mitterrand.

Nous en sommes donc là : aucun président avant Nicolas Sarkozy n'a connu une telle combinaison de facteurs politiques négatifs et de dangers judiciaires. Car, il faut bien sûr le souligner : cette défaite politique intervient précisément au moment où l'Elysée se retrouve cerné par un scandale sans précédent, celui de l'affaire Karachi/Takieddine. Une affaire où se mêlent la mort de onze Français, de présumés financements occultes de campagne électorale mais aussi de possibles faits de corruption et d'enrichissement personnel qui ont perduré – par exemple via des contrats avec le dictateur libyen Kadhafi – jusqu'en 2008-2009.

Versant politique, versant judiciaire : c'est le cœur même de la Sarkozie qui semble sur le point d'être emporté. D'où une inquiétude grandissante des responsables de la droite et cette question : peut-il, doit-il y avoir une candidature alternative pour tenter d'échapper au désastre ?

La réponse se construira progressivement dans les semaines à venir. A partir d'un constat qui semble cette fois partagé : il ne reste plus grand-chose de ce qui avait fait la dynamique de victoire de Sarkozy avant et juste après 2007.

Symbole de ces difficultés présidentielles : la victoire à Paris de Pierre Charon, à la tête d'une liste dissidente contre l'avis du Président. Ce vieil ami de l'ancien maire de Neuilly, reconverti à l'Elysée en bouffon du Roi et protecteur de Carla Bruni, tant ses blagues et ses manœuvres amusèrent, fut limogé il y a quelques mois. Il n'a pas voulu l'entendre ainsi. Et il l'emporte. Comme l'emporta Patrick Devedjian au conseil général des Hauts-de-Seine, lorsqu'il s'opposa frontalement au limogeage décidé par la Sarkozie, emmenée dans ce département par les époux Balkany. Et Isabelle Balkany, après avoir été battue aux cantonales, est d'ailleurs battue ce dimanche aux sénatoriales, doublée par une liste dissidente construite contre les sarkozystes!

Il est ainsi frappant de voir combien de proches ou de ceux qui furent « fabriqués » ou promus par Nicolas Sarkozy ont aujourd'hui basculé dans l'opposition au chef de l'Etat : Rachida Dati, Rama Yade, Jean-Louis Borloo, Hervé Morin, Patrick Devedjian, Pierre Charon, Fadela Amara, Dominique Paillé... De la grande stratégie d'ouverture tant vantée par le président, il ne reste rien – à la notable exception, il est vrai, d'Eric Besson, qui n'est plus grand-chose : Jean-Pierre Jouyet fait désormais la campagne de François Hollande, et Martin Hirsch ne manque plus une occasion de dire le mal qu'il pense de cette majorité. Tandis que d'autres personnalités (Christian Blanc, Bernard Kouchner) ont sombré dans les oubliettes.

Juppé, Borloo, Villepin, Bayrou, Raffarin

Où est donc cette « dream-team » ou cette « Star-Ac » qui permit la dynamique du début de mandat de Nicolas Sarkozy ? Elle s'est dissoute, ne laissant que quelques acteurs comme Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand : on conviendra que l'opinion a du mal à les remarquer...

Hors Nadine Morano – qui reprend avec une conviction sincère le rôle de Frédéric Lefebvre – et Claude Guéant, le chef de l'Etat n'a donc plus de spectaculaires grognards à même de faire vibrer l'opinion. Et ses colères, régulièrement rapportées par la presse, lorsqu'il enjoint aux uns et aux autres de monter en défense de l'Elysée, viennent bien souligner cet isolement nouveau.

Isolé mais aussi cerné désormais par tous ceux qu'il avait négligés, combattus ou humiliés avant et aussitôt après son élection de 2007. Les chiraquiens sont là, tels Juppé, Baroin, Le Maire, Bachelot, certes engagés à plein dans ce gouvernement mais demeurant si ce n'est étrangers, en tous les cas distants.

Ils l'ont déjà fait ou vont le faire savoir plus bruyamment à l'occasion des développements judiciaires du scandale Karachi/Takieddine. Eux ont fait la campagne de Chirac en 1995 et n'ont donc rien à voir, vont-ils souligner, avec le système de financement occulte qui apparaît avoir été construit sur les contrats d'armement. Ils n'ont rien à voir avec ce premier cercle sarkozyste dont les chevilles ouvrières ont été durant plus de vingt ans Patrick Gaubert, Nicolas Bazire, Brice Hortefeux, Claude Guéant et qui sont, aujourd'hui, tous inquiétés à des titres divers par la justice, si ce n'est déjà mis en examen.

Soupçons de financements occultes, corruption, enrichissement, surveillance téléphonique, pressions sur la justice, trafic d'influence : il y a un an l'affaire Bettencourt avait fait surgir ses possibles délits (ils sont encore à l'instruction). Voilà que le scandale Takieddine leur donne une tout autre dimension puisqu'il aide à dévoiler, non pas seulement la seule affaire du financement de la campagne présidentielle de 1995, mais la mise en place d'un système qui pourrait avoir perduré jusqu'en 2009, comme le montrent nos nombreuses enquêtes publiées depuis le début de l'été.

La droite ne pourra pas assumer un scandale de cette ampleur qui s'ajoute à d'incessantes défaites électorales. C'est déjà l'avertissement lancé par Jean-Louis Borloo et Hervé Morin qui se disent déterminés à construire une candidature centriste restant amarrée à l'UMP. C'est aussi en ce sens qu'il faut analyser la trajectoire marginale de Dominique de Villepin, qui a décidé la semaine dernière de saborder son mouvement République solidaire, pour, dit-il, retrouver une pleine et entière liberté. Juppé, Borloo, Villepin, Bayrou, Raffarin : cette configuration fait rire aujourd'hui. Mais dans trois mois ?

François BONNET
25 septembre 2011
www.mediapart.fr/journal/france/250911/sarkozy-peut-il-encore-etre-candidat
http://reneblanchemanche.blogspot.fr/2011/09/sarkozy-peut-il-encore-etre-candidat.html


Eva Joly : « on ne sait plus si Nicolas Sarkozy est un candidat ou un justiciable en sursis ! »
www.les-elections-presidentielles-2012.com/VideoDetail2/S-l7MUmZ6Yk--Eva-Joly-on-ne-sait-plus-si-Nicolas-Sarkozy-est-un-candidat-ou-un-justiciable-en-sursis

Ségolène Royal : « La politique consiste à servir la France, et à ne pas se servir »
www.youtube.com/watch?v=Nb7EO6N72no

www.rue89.com/2010/08/09/sarkozy-voyou-de-la-republique-selon-marianne-161577
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Lun 26 Mar - 0:00


Pendant la crise, Sarkozy s'enrichit... à l'étranger

« Pendant les cinq dernières années je n’ai eu qu’une seule préoccupation, protéger la France [...] »
Nicolas Sarkozy, à Recy le 15 mars 2012.
Pourtant son patrimoine a progressé en 30% ces cinq dernières années !
Avant le scrutin de 2007, il se chiffrait à 2,1 millions d'euros. 5 ans plus tard, il a grimpé à 2,7 millions d'euros. [...]

Primo, l'accroissement de la fortune de Nicolas Sarkozy provient pour l'essentiel de ses contrats d'assurances vie, qui s'élèvent désormais à 2,58 millions. Or, en période de dépression boursière, il faut être sacrément bien conseillé pour faire fructifier son patrimoine avec de tels contrats.

Secundo, le Monarque a placé l'essentiel de sa fortune dans une banque ... étrangère, HSBC (via sa filiale française) : une assurance-vie pour 2,3 millions d'euros et 56 919 euros sur un compte courant commun avec Carla Bruni.

Tertio, Sarkozy a choisi l'exil bancaire en pleine crise. Comme le rappelle mon confrère Ménilmuche, Nicolas Sarkozy a profité de la crise pour quitter la Société Générale au profit d'une banque étrangère. En 2007, date de sa précédente déclaration de patrimoine, la Socgé détenait l'essentiel de son patrimoine.

Président des Riches ou candidat du peuple ?
http://lalettredejaures.over-blog.com/article-pendant-la-crise-sarkozy-s-enrichit-a-l-etranger-102240469.html

Hors la loi
Sarkozy ne déclare pas de véhicule, pas de propriété immobilière, pas de valeur mobilière ou de valeur cotée ou non en bourse.
Pas plus qu’il ne déclara son vrai nom en 2007 : Sarkozy de Nagy-Bocsa (et pas simplement Sarkozy). C’est pourquoi le 9 février 2012 une plainte a été déposée contre lui par SOS Justice et Droits de l'Homme, pour s’opposer à sa réélection.
www.wikistrike.com/article-plainte-deposee-contre-sarkozy-102202521.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Lun 26 Mar - 3:49



L’étrange relation entre Mohamed Merah et Bernard Squarcini
[Extraits]

En France, nous ne possédons pas de drone (sinon des copies israéliennes recarossées par Serge Dassault, pour nous les vendre à un prix exorbitant). Mais nous pratiquons de même, en éliminant ceux qui, à un moment de leur vie, ont pactisé avec des services placés aujourd'hui au pied du mur et forcés de révéler leurs liaisons douteuses. Et même apeurés par les possibles révélations, à en avoir pris les devants aujourd'hui dans les colonnes du Monde.

Mohammed Merah lui aurait dit, à lui où à un de ses fonctionnaires "de toute façon, je devais t'appeler pour te dire que j'avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j'allais te fumer (*)," finit par lâcher Bernard Squarcini dans une interview sollicitée au journal Le Monde pour tenter de masquer son rôle délétère dans ce qui devient une histoire sordide, comme si les meurtres d'enfants d'une école juive ne l'avaient pas encore assez été. Qu'est-ce qui peut faire qu'un paumé de banlieue de 23 ans puisse parler sur ce ton à l'instance la plus haute, en France, des services de sécurité du pays ? D'où lui est venue cette familiarité, à ce jeune meurtrier qui écrivait pourtant à son juge sur un ton très respectueux ? Pourquoi en était-il arrivé à autant de familiarité avec ce fonctionnaire ou ses subordonnés ? Pourquoi en être arrivé à vouloir souhaiter tuer celui qu'il aura eu pendant des mois comme interlocuteur privilégié ? S'est-il senti trahi ? Pourquoi en est-il arrivé, avant de voir sa vie se terminer au bout de l'entonnoir qu'il s'était construit, ou qu'on lui avait fabriqué, à vouloir dire qu'il avait "mis la France à genoux ?" En quoi pouvait-il penser l'avoir fait en commettant de pareils actes ?

Pour une raison simple : on lui avait confié un rôle. Un double rôle, à l'évidence. Le jeune jihadiste devait en avoir à nous dire, en effet. Et mort, Bernard Squarcini s'est empressé de parler à sa place. Tellement rapidement que le soupçon n'est même plus supposé. Le lendemain même où le pantin terroriste été retrouvé en bas de son immeuble criblé de balles, l'homme qui avait demandé à le rencontrer à l'automne 2011 est venu aussi vite parler à sa place, pour nous dresser un tableau hallucinant du personnage, mais aussi et encore plus de ses propres relations avec lui. À dresser le tableau de quelqu'un qui le connaissait très bien depuis... 2007. Celui d'un jeune de banlieue sans le sou, ou vivant d'un RSA (un peu plus de 400 euros par mois) ayant déjà fait tamponner son passeport dans neuf pays, et non des moindres. [...] "Un autre élément troublant sur les déplacements de Mohamed Merah reste à éclaircir : sa présence en Iran "à deux reprises" d'après une source militaire française en Afghanistan. Interrogée par Le Monde, mercredi, la DCRI, chargée du contre-espionnage et de la lutte antiterroriste, a démenti ce séjour" apprend-t-on encore ce jour.

En fait, fort étrangement, ce n'est même pas le gros poisson de la sécurité française qui prend les devants en 2010. C'est le jeune de banlieue, fiché pourtant comme délinquant à surveiller par la police ou la médecine psychiatrique, qui décroche son portable et appelle Squarcini en personne : et il ne le fait pas alors qu'il est rentré, non, il le fait... à partir du Pakistan même. Tout le monde sait bien que c'est d'un naturel fou, pour un gamin de Toulouse qui avant ses voyages à 21 ans n'a jamais mis les pieds au dehors de la ville rose, à part une petite incursion en Espagne, d'appeler de son propre chef les services de renseignements français, au prix où sont les communications téléphoniques, même au fin fond d'une échoppe de communication pakistanaise [...]

celui qui possède un casier judicaire lesté de 15 condamnations pour des faits sérieux (dont des agressions physiques), vient tranquillement causer le bout de gras avec un fonctionnaire de la police du plus haut niveau (Squarcini parlant d'un de ses adjoints comme interlocuteur). [...] "il vient à l'entretien avec sa clé USB qui contient ses photos de voyages. Il demande à s'allonger sur la table pour pouvoir discuter parce qu'il est malade, dit-il. Il explique en photos tout le parcours touristique qu'il a réalisé au Proche-Orient, en Afghanistan et au Pakistan. "


"Chercheuse à la chaire d'histoire du monde arabe du Collège de France, Nora Benkorich note que dans la mesure où des témoignages et plaintes ont montré que Merah pouvait avoir un comportement dangereux, les autorités "ont plutôt intérêt à miser sur un loup solitaire chez qui les meurtres ne pouvaient pas être anticipés", note finement Rue89. [...]

Le 23 octobre 2007, dans la même affaire, lors d'une seconde vague d'interpellations dans la Ville rose et le Lot, les policiers arrêtent un Toulousain. Officiellement étudiant, il aurait formé au combat rapproché les deux candidats au Jihad. Des cités toulousaines à l'Irak, c'est toute une filière d'endoctrinement, d'acheminement et de combat que les policiers estiment avoir démantelée". [...]

Des gens "surveillés de près" à l'époque : "les membres du réseau toulousain étaient étroitement surveillés depuis plusieurs mois par les renseignements généraux, la police judiciaire et la sous-direction antiterroriste (SDAT)." [...]

Une filière qui atterrit donc logiquement en prison, après un procès en juin 2009 où apparaît un autre nom, comme "sympathisant" : celui d'Abdelkader Merah "soupçonné mais pas inquiété" dit la Dépêche. Le frère de l'autre. Un frangin qui a une emprise notable sur son petit frère, une emprise religieuse que les policiers connaissent là encore très bien [...]

C'est fou ce qu'il connaît sur cette famille, notre requin élyséen ! Et c'est fou ces facultés à ne pas se rappeler du rôle "militaire" du grand frère, à entraîner les jihadistes en Égypte, dans son fief !

Fait tout aussi sidérant : qui donc retrouve-t-on comme porteur d'oranges à la prison où sont enfermés les salafistes désireux de finir en martyrs explosés, dont le fils du futur beau-père de Merah ? Mohammed Merah en personne, pardi, alors âgé de 19 ans ! "En 2008, Mohamed Merah avait obtenu un permis pour rendre visite en prison à Sabri Essid, ex-grutier, l'un des principaux protagonistes de ce groupe. Les services de police notent, à cette époque, qu'il lui apportait de l'argent. Sabri Essid a été arrêté, les armes à la main, à la frontière entre la Syrie et l'Irak." Un beau-frère embrigadé dans un mouvement salafiste, Mohammed qui le remplace, mais qui n'est pas considéré comme membre du groupe ? On croit rêver ! Cela, l'année même où le "Squale" devient le directeur de la DCRI (officiellement créée le 1er juillet 2008 par décret du Président de la République, une nomination qui a l'art de rendre furax les anciens de la DST et des RG, forcés à fusionner). Une volonté élyséenne, de "surveiller de plus près le terrorisme", le dada d'un président qui crée alors avec "Mam" une sorte de Homeland Security à la française, calqué entièrement sur le modèle US. [...]


Un parcours bien singulier, donc, que celui de notre photographe du dimanche... pakistanais. Qui n'a donc pas beaucoup d'amis à Toulouse, a-t-on appris depuis, parlait peu, mais s'épanchait beaucoup chez les fonctionnaires de la DRCI. [...] Pas d'amis ou peu à Toulouse, mais un correspondant privilégié qui lui parlera, à sa demande, derrière la porte où il s'était retranché pour ses dernières heures d'existence : "c'est d'ailleurs avec ce fonctionnaire qu'il a "souhaité parlé" lors des négociations avec le RAID, semblant avoir établi avec lui "un rapport de confiance" avoue encore Squarcini. Un "rapport de confiance" qui en dit long, très long, sur les étranges relations entre le terroriste toulousain et les services secrets français.

Sur France-Info, avant-hier, un commentateur avisé avait évalué l'impressionnant arsenal saisi chez Mohammed Merah à environ 5000 euros au bas mot. Le jeune désœuvré, apprenti carrossier ayant acheté son stock grâce à des "cambriolages", présentés depuis hier comme de "simples larcins". Personnellement, voyez-vous, je verrais davantage des revenus provenant de ventes de photos, mais bon, je ne sais pas combien ça se vend, des paysages pakistanais où apparaîtrait un bout de camp du TTP ! [...] Car il existe de sales histoires qui sentent fort mauvais, et celle d'un jeune de banlieue prenant aussi souvent l'avion pour se balader autant en deux ans à l'art de remuer des remugles que n'aurait pas renié l'as en la matière, Charles Pasqua, le formateur d'un certain... Nicolas Sarkozy. "Charly" avait en son temps réussi à envoyer au Burkina Faso des prétendus terroristes islamistes qui ne l'étaient en rien, islamistes. Envoyés là-bas sans le sou, ils y sont encore, et pensent toujours à lui, pour sûr.



Envoyé, revenu et... poussé à agir, mais cette fois en France. Une chercheuse en histoire du monde arabe au Collège de France, Nora Benkorich va plus loin encore : « J'ai lu beaucoup de mémoires de djihadistes, et ce sont tous des radicaux très extrêmes dans leur islamisme. Le côté bon vivant de Mohamed Merah montre, au contraire, qu'il n'a pas agi par conviction profonde. Il faut donc s'interroger sur les moteurs de ses actions. Et parmi les hypothèses, il y a celle d'une commande, d'une influence exercée par d'autres personnes sur lui afin qu'il commette ces assassinats. » [...]

Mohammed Mérah, lui, s'est retrouvé en apprenti-taliban ayant flirté de trop près avec des apprentis sorciers, qui ont fini par décider de se passer de ses services après l'avoir bien manipulé. J'ai vu ce soir son appartement, ravagé par le tir de 300 cartouches diverses et l'envoi de grenades. En voyant sa cuisine, j'ai pensé à un tir de HellFire à partir d'un drone, dans les zones tribales du Pakistan ! On vient d'apprendre qu'il a été atteint de plusieurs balles (dont deux mortelles), la plupart, souligne le médecin légiste, tirées dans le dos. Ce qui est en complète contradiction avec Amaury de Hautecloque, le responsable du RAID, dont le témoignage** sur France 2 le 23 mars, laisse plutôt pantois. [...]

Morice
24 mars 2012
www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-etrange-relation-entre-mohamed-113234
*www.lemonde.fr/societe/article/2012/03/23/toulouse-les-revelations-du-patron-du-renseignement_1674664_3224.html
**http://jt.france2.fr/20h/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Ven 30 Mar - 5:13


Le "système" Bettencourt évoqué par son ex-homme de confiance

Patrice de Maistre a été placé en détention à la demande d'un juge d'instruction qui a évoqué deux retraits de 400.000 euros chacun sur la fortune Bettencourt au premier semestre de 2007. L'argent, soupçonne le juge dans son ordonnance, pourrait avoir financé frauduleusement la campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy.

Me Pierre Haïk, son avocat, a suggéré aux magistrats de s'adresser ailleurs pour savoir où était allé l'argent. "La destination des fonds retirés c'était M et Mme Bettencourt ou Mme Bettencourt seule. Ce qu'ils en ont fait, ce n'est pas à Patrice de Maistre qu'il faut le demander", a-t-il dit.

WOERTH DÉJÀ MIS EN EXAMEN

Patrice de Maistre est mis en examen pour "abus de faiblesse" notamment car Liliane Bettencourt, 89 ans aujourd'hui, 15e fortune mondiale et placée sous tutelle depuis octobre dernier, souffrait de démence sénile depuis 2006 au moins, selon une expertise médicale versée au dossier.

Les trois juges bordelais chargés de l'affaire depuis début 2011 soupçonnent une ponction de sa fortune à usage privé, notamment pour le photographe François-Marie Banier, mais aussi à usage politique.

L'ancien trésorier de l'UMP et de la campagne Sarkozy 2007, Eric Woerth, est ainsi déjà mis en examen pour recel d'une autre somme de 150.000 euros, dont il nie l'existence.

Membre à l'époque des faits du "Premier cercle" regroupant les donateurs fortunés de l'UMP, Patrice de Maistre a été écroué après le retour d'une "commission rogatoire" (demande d'aide) du juge Gentil à Genève.

Elle a fait apparaître des retraits en espèces ordonnés par Patrice de Maistre sur la fortune Bettencourt en Suisse de quatre millions d'euros au total entre 2007 et 2009, dont deux retraits de 400.000 euros chacun au premier semestre de 2007, le 5 février et le 26 avril, donc très près du scrutin.

Le premier retrait précède de deux jours une rencontre Maistre-Woerth, remarque le juge. Par ailleurs, dans un carnet saisi par la police, François-Marie Banier rapporte à l'autre date du 26 avril une phrase de la milliardaire : "De Maistre m'a dit que Sarkozy avait encore demandé de l'argent. J'ai dit oui".

[...] En vertu du statut constitutionnel du chef de l'État, Nicolas Sarkozy ne peut ni être interrogé comme témoin, ni être mis en examen par un juge tant qu'il est président. Il redeviendra un justiciable ordinaire en quittant l'Élysée.
http://fr.news.yahoo.com/le-syst%C3%A8me-bettencourt-%C3%A9voqu%C3%A9-par-son-ex-homme-213913539.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Sam 31 Mar - 13:15


Affaire Merah : le gouvernement refuse l'audition au Sénat de Squarcini

Erard Corbin de Mangoux, directeur général de la sécurité extérieure (DGSE), et Bernard Squarcini, le directeur central du renseignement intérieur (DCRI) ne s'exprimeront pas le 3 avril devant les sénateurs. Vendredi 30 mars les ministres de la Défense et de l'Intérieur, Gérard Longuet et Claude Guéant, ont annoncé qu'ils refusaient l'audition des chefs des services du renseignement demandée par le Sénat

Dans un communiqué, le sénateur de Paris David Assouline expliquait vouloir «dresser un diagnostic partagé des dispositifs législatifs en vigueur concernant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme» car «les événements dramatiques récents conduisent à s'interroger sur l'état des dispositifs législatifs existants». Après les tueries de Toulouse et de Montauban, le président-candidat Nicolas Sarkozy avait, en en effet, annoncé des mesures législatives pour lutter notamment contre l'apologie du terrorisme.

"Les ministres n'ont pas 'refusé' des demandes d'auditions, ils ont annulé autoritairement des auditions déjà arrêtées en interdisant à leurs directeurs de s'y rendre", déplore David Assouline.

Le député-maire de Dijon, François Rebsamen, y voit "un profond mépris pour le Sénat et la représentation nationale, mais ensuite et surtout une crainte que ces auditions ne confirment que l'annonce d'une nouvelle loi anti-terroriste faite dans la précipitation par le président candidat, n'est qu'un effet d'affichage dicté par des préoccupations électoralistes".

Des critiques formulées sur la DCRI

Par ailleurs, la DCRI a été la cible de critiques sur la surveillance à laquelle était soumise Mohamed Merah, qui avait été entendu à l'antenne toulousaine du Renseignement intérieur en novembre 2011 à propos de voyages effectués en 2010 et 2011 en Afghanistan et au Pakistan. Bernard Squarcini avait défendu le travail de son service, affirmant qu'il avait été «impossible d'aller plus vite» pour arrêter «le tueur à scooter» : « Notre stratégie de lutte contre le terrorisme a fait ses preuves».

À son retour d'Afghanistan, «nous [avons fait] une enquête pour voir ce qu'il vaut. Mais il n'y a rien. Pas d'activisme idéologique, pas de fréquentation de la mosquée», avait insisté le directeur du renseignement intérieur dans un entretien au «Monde». Dans un entretien avec l'AFP, il avait démenti que Merah ait pu être utilisé comme «indic» par son service ou par «d'autres services français ou étrangers».

De son côté, la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), qui contrôle la légalité des écoutes, a réfuté avec force avoir donné un avis défavorable à l'écoute des lignes de l'entourage de Mohamed Merah, comme l'avaient affirmé des sources proches de l'enquête (« tout cela doit se faire sous le contrôle judiciaire»).

www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-merah-longuet-et-gueant-refusent-l-audition-au-senat-de-squarcini-30-03-2012-1931623.php
http://fr.news.yahoo.com/les-chefs-du-renseignements-ne-seront-pas-entendus-181232294.html


L’exécutif refuse l’audition de patron de la DCRI par le sénat en violation du principe de séparation des pouvoirs
Cela ne se passerait ainsi dans aucune démocratie du monde.
Les commissions d’enquêtes parlementaires qui sont régies par l’article 6 de l’ordonnance no 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires permettent au parlement d’exercer son pouvoir de contrôle sur l’exécutif.

Malgré l’introduction de cette prérogative dans la constitution à l’occasion de la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 (celle-là même qui créera les députés des français de l’étranger), le pouvoir exécutif continue de faire obstruction à l’exercice de ce droit par le parlement, et ce, au mépris de la séparation des pouvoirs.
http://nyamat2012.com/2012/03/31/affaire-merah-lexecutif-refuse-laudition-de-patron-de-la-dcri-par-le-senat-en-violation-du-principe-de-separation-des-pouvoirs/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Sam 31 Mar - 13:21



L’aveu de François Baroin : la droite défend les très riches (et pas les jeunes)

Patatras ! Alors que le torrent de l’indignation consensuelle se déversait tranquillement suite à l’annonce du versement par Publicis d’un bonus de 16 millions d’euros à Maurice Lévy, alors que la droite s’appliquait à coller au millimètre près aux critiques de la gauche contre les rémunérations indécentes (Valérie Pécresse : « Cette rémunération, elle paraît effectivement disproportionnée » ou encore Nicolas Sarkozy : « rémunérations faramineuses […] exorbitantes »), pour faire oublier un quinquennat marqué par le bouclier fiscal et l’envol des inégalités, voilà que le Ministre de l’Economie et des finances met les pieds dans le plat, avec force éclaboussures à la clé. Non, ce bonus n’est pas choquant ni anormal.

Maurice Lévy (qui, ironie du sort, défendait il y a un an la surtaxation des très riches) ? « Un immense capitaine d’industrie », dont le bonus « tombe mal, parce que l’opinion est chauffée à blanc et que nous sommes en pleine présidentielle ». Intéressant commentaire que voilà. Si ce bonus « tombe mal », c’est qu’il aurait pu bien tomber. Bien tomber : à un autre moment qu’à celui de la présidentielle, à un moment soit où personne n’aurait fait attention, soit où cette nouvelle n’aurait pas porté à conséquence, où on aurait pu la laisser filer en haussant les épaules, sans craindre de sanction électorale au bout du chemin. Mais justement, on est à un mois de l’élection, et ces ânes bâtés de Français sont « chauffés à blanc ». Pensez donc, on ne peut pas leur faire avaler n’importe quoi à ces bœufs que l’on gouverne, ils sont un peu moins abrutis que d’habitude, gare à la ruade de mécontentement ! Le lecteur attentif appréciera également le « et que nous sommes en pleine présidentielle » ; il complétera ainsi cette belle allusion : « même nous, à droite, nous sommes obligés de jouer un peu la comédie de la moralisation du capitalisme, à un mois près, ça passait comme à la parade, mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour être réélu ! ».

On pourrait aussi méditer la formule « un immense capitaine d’industrie », comme si la problématique des rémunérations n’était pas une question de régulation sociale mais simplement de mérite individuel, comme si la superbe réussite économique de certains leur donnait toute licence pour s’enrichir en dehors de toutes normes et de tout contrôle. Mais il y a mieux encore. « Cela étant, Maurice Lévy, ce n’est pas un trader de 25 ans qui s’est en est mis plein les poches en spéculant sur la faillite des autres pour faire sa richesse à 30 ans ». On notera au passage l’étrange et bisounoursienne conception qu’a Baroin de l’économie libérale, puisque selon lui on ne devrait pas y tirer profit de la faillite d’un concurrent. Passons. C’est le commentaire sur l’âge qui est assez extraordinaire. Si je résume, autant il n’y a aucune limite à l’enrichissement personnel quand on a les tempes blanches ou grisonnantes, autant tout le poids de la morale retombe sur vos épaules si vous avez le malheur d’être jeune, d’avoir « 25 » ou « 30 » ans. A 60 ans, qu’importe votre passif : tout est permis ! Mais l’argent précoce, ça, c’est très mal.

Rendons hommage à l’honnête Monsieur Baroin. Là où ses amis finassent, mentent, travestissent, lui ne sait dire autre chose que la vérité profonde de sa famille politique. Celui qui a beaucoup mérité a droit à beaucoup d’argent, en dehors de toute considération de bien commun ou de cohésion sociale. Mais attention, il n’a ce droit que s’il peut justifier d’un âge équivalent à celui du public des meetings de Nicolas Sarkozy. La droite libérale et conservatrice, dure avec les jeunes, douce avec les très riches. Celle qui n’aime pas la taxation à 75%. Celle qui compte sur notre crédulité collective pour protéger, 5 ans de plus, ses amis.

Romain Pigenel
29 mars 2012
www.variae.com/laveu-de-francois-baroin-la-droite-defend-les-tres-riches-et-pas-les-jeunes/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Dim 1 Avr - 10:28



Il faut réformer la loi sur le financement des campagnes présidentielles

Le candidat du MoDem a proposé samedi 31 mars de réformer la loi sur le financement des campagnes présidentielles sur fond de polémique sur un possible financement frauduleux de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy.
"Il faut sortir de ce soupçon dans lequel on vit depuis des années autour des financements de campagnes présidentielles"

"Je propose donc qu'on interdise les dons privés pour financer les campagnes électorales, parce que ça veut dire que, bien entendu, ceux qui ont les moyens financiers pèsent sur l'avenir de la démocratie française."

Sur son compte Twitter, le leader centriste propose également "un plafonnement sévère des dépenses de campagne, à 10 millions d'euros contre le double aujourd'hui".


Cette prise de position survient au lendemain du rejet de la demande en liberté de Patrice de Maistre, ex-homme de confiance de Liliane Bettencourt, mis en examen notamment pour un possible financement frauduleux de la campagne présidentielle de 2007 de l'actuel chef de l'Etat.

Cette enquête judiciaire démarrée en 2007 à Nanterre (Hauts-de-Seine) et transférée fin 2010 à trois juges d'instruction indépendants de Bordeaux a mis au jour de nombreux soupçons de détournement de la fortune Bettencourt au bénéfice de personnes privées de son entourage ou d'hommes politiques.

Une remise en 2007 de 150.000 euros à Eric Woerth, alors trésorier de l'UMP et de la campagne Sarkozy, a amené la mise en examen de ce dernier en février. Les juges ont ensuite saisi les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

La candidate écologiste à l'élection présidentielle Eva Joly a accusé jeudi Nicolas Sarkozy de se faire réélire pour éviter toute poursuite grâce à l'immunité accordée par la Constitution au chef de l'Etat en exercice.
http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20120331.REU3124/bayrou-veut-changer-le-financement-des-campagnes-presidentielles.html

La République française permet d’éviter le financement privé des campagnes électorales

Elle dispose de tout ce qui est nécessaire aux candidats aux élections :
Les mairies où organiser des réunions, l’imprimerie nationale pour les tracts et textes divers, la Chaîne Parlementaire (LCP) et les chaînes nationales pour les prises de paroles ou les débats.

Il faudrait aller plus loin, en demandant un temps de parole télévisée bien plus important, afin que les citoyens aient droit à une présentation des différents programmes politiques digne d’une démocratie.
La justice impose également qu’un égal temps de parole soit offert à tous les candidats dès le début de la campagne. Pourquoi pas trois heures par semaine sur LCP ?

Si le système de parrainage reste en place, il doit prévoir sa non-transparence, de manière à ce que les parrainages se décident librement, sans crainte de représailles (représailles dont l’existence est plus que probable sous le règne de nabotleon). Cf. ‘Le pluralisme politique sacrifié au nom de la transparence’ par Julien Raynaud, maître de conférences à la Faculté de droit de Limoges :
http://mobile.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-pluralisme-politique-sacrifie-111286

« Notre société contemporaine est en mal de gouvernance. La classe politique fait souvent l’objet de mépris. Mépris qui, lorsqu’il est récupéré de façon démagogique, peut s’avérer une arme redoutable contre la démocratie. »
www.revue-republicaine.fr/spip.php?article392


« République irréprochable »

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a illustré toutes les dérives de la Ve République
Faut-il passer à la VIe République ?
Paul Alliès, secrétaire national adjoint du PS à la rénovation, président de la convention 
pour la VIe République, professeur de sciences politiques à l’université de Montpellier-I. Christian Picquet, porte-parole de la Gauche unitaire et du Front de gauche. Jean-Vincent Placé, sénateur d’Europe Écologie-les Verts (EELV).

La mise en place d’une VIe République est plus nécessaire que jamais. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a illustré toutes les dérives de la Ve République. Véritable président monarque, il nous a démontré les limites de la concentration des pouvoirs. Tenant à distance les représentants du peuple, les corps intermédiaires et les citoyens eux-mêmes, il n’a fait que renforcer un régime autocratique hostile à la délibération. Le manque de participation des Français et des Françaises aux élections doit nous interpeller et nous faire prendre conscience du rejet manifesté à l’égard d’un système injuste et inefficace.
www.humanite.fr/debats/faut-il-passer-la-vie-republique-492392

La VIe République de Jean-Luc Mélenchon
www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/emmanuel-berretta/la-vie-republique-de-jean-luc-melenchon-19-03-2012-1442737_52.php

Vidéo
http://hern.over-blog.com/article-vie-republique-les-propositions-de-jean-luc-melenchon-et-du-front-de-gauche-102511813.html

République démocratique
www.france-republicaine.fr/republique-democratique.php

La démocratie française de 1848 à nos jours
www.morbleu.com/la-democratie-francaise-de-1848-a-nos-jours/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Dim 1 Avr - 19:38


Merah avant de mourir : «Pourquoi voulez-vous me tuer ?»

Maître Zahia Mokhtari, l’avocate algérienne de la famille Merah, a fait à «algeriepatriotique», dimanche matin à Alger, des révélations qui jettent encore plus de doutes sur l’opération qui a conduit à la mort de Mohamed Merah, accusé des meurtres commis à Toulouse et Montauban. Elle fait état d’un enregistrement vidéo (d’une vingtaine de minutes) dans lequel Mohamed Merah, alors qu’il était retranché dans son appartement encerclé par les services de police, s’adresse au patron du Raid : «Pourquoi voulez-vous me tuer alors que je suis innocent ?»

Selon elle, Merah a demandé à parler à la presse. Elle révèle également que Mohamed Merah a été poussé à commettre ses actes par trois membres des services français, dont elle donnera les noms le moment venu, dit-elle, se limitant à préciser que deux d’entre eux sont des Français d’origine étrangère.
À propos des personnes récemment interpellées en France, elle précise qu’elles sont au nombre de 30 et pas 17. Toutes ces personnes sont prêtes à témoigner au procès que la famille Merah intente aux autorités françaises, ajoute-t-elle.

Me Mokhtari avait annoncé à «algeriepatriotique» qu’une procédure judiciaire était en cours. «Si nous avons décidé de porter plainte, c’est parce que nous avons la preuve formelle qu’il y a eu meurtre avec préméditation.»

MEG
1er avril 2012
www.algeriepatriotique.com/article/merah-avant-de-mourir-pourquoi-voulez-vous-me-tuer


‘Mohamed Merah était-il un indicateur de la DCRI ? Eh bien voilà… c'est exactement ça le problème. Car ce qui interpelle, quand même, c'est qu'il était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu'il était islamiste, mais parce qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur.’
www.ladepeche.fr/article/2012/03/27/1316372-les-considerations-mediatiques-l-ont-emporte-sur-tout-le-reste.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Mar 3 Avr - 5:43


Image ‘Mon Mulhouse*’

Bettencourt : le juge soupçonne un financement de Sarkozy en 2007

C’est un scoop du Journal du dimanche passé presque inaperçu depuis le 25 mars : si l’ex-gestionnaire de fortune de la famille Bettencourt, Patrice de Maistre, dort en prison depuis le soir du 22 mars, c’est, selon nos confrères, parce que la justice soupçonne un financement illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

[...] si le juge Gentil a mis en examen Patrice de Maistre pour « abus de faiblesse » et « abus de biens sociaux », ce serait plutôt, d’après le JDD qui cite de large extraits d’une ordonnance du magistrat instructeur, en raison de son implication présumée dans le financement de la première campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, puis de son parti, l’UMP. [...]

‘Malheureusement, Nicolas Sarkozy n’a pas été interrogé sur ce dossier ce matin sur France Info.’
www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/03/26/bettencourt-le-juge-soupconne-un-financement-de-sarkozy-en-2007

« Le scandale est qu’il y a une enquête ouverte sur l’affaire Bettencourt mais qui ne couvre pas le financement illicite de la campagne de Sarkozy de 2007. Va-t-on donner les moyens de travailler au juge Gentil. Est-ce que le procureur de Bordeaux va donner le supplétif pour continuer l’enquête alors que nous avons ces indications de financement illicite. » Eva Joly
http://nostraberus.over-blog.com/article-affaire-bettencourt-l-opposition-presse-sarkozy-de-s-expliquer-102400373.html

Mediapart rappelle la réaction de Sarkozy, la seule fois où des journalistes ont eu le courage de lui parler de cette affaire :
« Écoutez... Qu’est-ce que vous me parlez de ça... ? Je suis là... à Annecy, j’ai pas envie de parler de ça. Écoutez, on est en démocratie, et on a bien le droit de ne pas répondre aux questions. Vous avez le droit de les poser, j’ai le droit de ne pas y répondre. »
www.mediapart.fr/journal/france/260312/bettencourt-largent-liquide-venu-de-suisse-menace-sarkozy

Les hommes du président Sarkozy piégés par leurs comptes suisses
Le président est cerné par les juges qui remontent peu à peu le fil des «affaires». Les confidences de trois hommes menacent une présidence qui ne tient plus qu’à un fil : la réélection et donc l’immunité de Nicolas Sarkozy.

[...] Le «clan Sarkozy» est aujourd’hui cerné par des enquêtes qui se rapprochent de jour en jour du sommet de l’État, dans trois affaires distinctes. Leur point commun, outre leurs principaux protagonistes, est d’avoir laissé à chaque fois les mêmes traces : des comptes bancaires et des retraits de liquide depuis la Suisse.
www.lematin.ch/monde/Les-hommes-du-president-Sarkozy-pieges-par-leurs-comptes-suisses/story/10041253

'Aidez donc Giulia et rendez-lui son papa : en 2012, ne votez pas pour son papa Nicolas.' cat
http://sarkozynews.canalblog.com/archives/2012/03/27/23869208.html

*http://mon-mulhouse.blogspot.fr/2010/07/halte-au-feu-par-simone-veil-et-michel.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Mar 3 Avr - 6:37


Comment Sarkozy a enterré l’écologie

Le Grenelle de l’environnement, c’était il y a bien longtemps. Que reste-t-il de ce début en grande pompe du quinquennat ? Le transport routier a-t-il reculé ? Les énergies renouvelables se sont-elles développées ? L’agriculture bio a-t-elle été soutenue aux dépens des pesticides ? Basta ! tire le bilan des quatre grandes arnaques écolos du président-candidat.

Ce devait être « un New Deal écologique », selon Nicolas Sarkozy. La signature, en octobre 2007, des 268 engagements issus du Grenelle de l’environnement devait incarner « l’acte fondateur d’une nouvelle politique ». Le nouveau chef de l’État avait su mettre autour d’une même table organisations environnementales, syndicats, patronat et collectivités locales. Ce que n’avait jamais envisagé de faire ni le gouvernement de gauche plurielle ni Jacques Chirac. On allait voir ce qu’on allait voir. Au bout de cinq ans, 2 lois et 128 décrets, force est de constater que nous n’avons pas vu grand-chose, alors que le ministère de l’Écologie est en vacance pour cause de campagne électorale.

« Le Grenelle était avant tout une autopromo élyséenne », fustige Stephen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’environnement. En moins de cinq ans, les mesures de « rupture » se sont perdues en chemin. Cerise sur le gâteau, Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’Écologie, a annoncé sa démission le 22 février, afin de devenir porte-parole du « président-candidat ». C’est désormais François Fillon qui a repris ses attributions. Pas sûr que le président sortant accepterait aussi facilement la vacance du ministère de l’Économie et des Finances…

Arnaque n° 1 : le transport routier favorisé [...]
Arnaque n° 2 : les énergies fossiles subventionnées [...]
Arnaque n° 3 : les énergies renouvelables stagnent [...]
Arnaque n° 4 : les pesticides plutôt que le bio [...]

Au même moment, la recherche en santé environnementale est mise à mal. Ainsi, la décision de suspendre un registre sur les malformations congénitales va à l’encontre des dispositions du Grenelle et du Plan national santé environnement, qui insistent sur l’urgence de mieux connaître les facteurs toxiques qui affectent les nouveau-nés.

« L’environnement, ça commence à bien faire », avait lâché le Président désormais candidat lors de l’édition 2010 du Salon de l’agriculture. À l’aune du maigre bilan sur le sujet, c’est peut-être sa seule déclaration vraiment sincère.
www.bastamag.net/article2236.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Mar 3 Avr - 12:15


Mohamed Merah portait un gilet pare-balles du ministère de l'Intérieur
Le "moudjahidin" de Toulouse était équipé, lors de l'assaut du Raid, d'un gilet pare-balles du ministère de l'Intérieur.

Mohamed Merha était bien équipé. Lorsque le RAID est parti à l'assaut de son appartement toulousain, le tueur avait sur les épaules un gilet pare-balles de la police. Où s'est-il procuré un tel matériel ? C'est une question supplémentaire à laquelle devront répondre les enquêteurs. Le gilet pare-balles a en tout cas démontré son efficacité, puisqu'on y a relevé plusieurs impacts de balles.
Le jeune Toulousain était par ailleurs équipé d'un mini pistolet-mitrailleur et de deux colts 45 [...]
www.jeuxvideo.com/forums/1-69-2793841-1-0-1-0-merah-portait-un-gilet-p-b-de-la-police.htm

Et si Mohamed Merah n’est pas le tueur de Toulouse et Montauban ?
Me Zahia Mokhtari, l’avocate algérienne mandatée par le père de Mohamed Merah, vient de jeter un pavé dans la marre et, ni le ministre de l’Intérieur ni celui de la Défense n’arrivent à s’exprimer.

Mutisme face à sa déclaration, hier, ‘Nous détenons deux vidéos identiques de 20 minutes chacune dans lesquelles Mohamed Merah dit aux policiers : « Pourquoi vous me tuez ? (…) Je suis innocent“.’ Ce silence en dit long sur la trouille qui s’est emparée d’eux. Sans doute parce que, les récits poétiques de Merlin l’Enchanteur aka Claude Guéant lors de l’assaut du RAID, ne semblent pas coller. [...]

Revenons un instant en arrière. Le premier parachutiste tué, à Toulouse, n’a pas fait la une des journaux, pas plus que l’enchaînement à Montauban de deux de ses collègues et la blessure grave de l’un d’eux. Il a fallu une récidive à Toulouse dans le collège-lycée juif pour que la mobilisation soit générale…

De Toulouse à Montauban, les témoins qui avaient vu le visage du tueur parlaient tous sans ambages, d’un homme corpulent, de taille moyenne et de type européen. Stupeur et tremblements du côté du Front national qui était resté silencieux, convaincu qu’un néo-nazi proche de ses idées était recherché. Et là, l’accusé, comme par enchantement, devenait un jeune homme plutôt filiforme, grand, et de type maghrébin. Où est donc passé l’homme corpulent aux yeux bleus ? Mohamed Merah portait-il des lentilles et une perruque ? Possible mais, il faut apporter des preuves.

Ceux qui ne souhaitent que stigmatiser l’arabe, le musulman et l’Islam n’auront pas le sommeil facile ces prochains jours, avec la venue de cette avocate sur le sol français. Une histoire rock’n'roll en perspective.
Allain Jules
http://allainjules.com/2012/04/02/et-si-mohamed-merah-nest-pas-le-tueur-de-toulouse-et-montauban/



La famille de Mohamed Merah agressée à Toulouse
Mme A.Zoulikha, mère de Mohamed Merah, ainsi que la sœur du tueur ont toutes les deux été attaquées le week-end dernier. Elles ont pu rapidement bénéficier de l'aide du voisinage.
Le mari de sa sœur, qui était quant à lui dans l’appartement, a été agressé par ces inconnus.
www.rtl.be/info/monde/france/867684/la-mere-et-la-soeur-de-merah-agressees-a-toulouse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6021
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   Mar 3 Avr - 12:55



DCRI et islamistes : le coup de filet était-il un coup de pub ?
Coup de communication et entrave à l’enquête : des doutes apparaissent après les interpellations de la DCRI ce matin dans les milieux islamistes.
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120330.OBS5114/dcri-et-islamistes-le-coup-de-filet-etait-il-un-coup-de-pub.html

À Nancy, la police la joue « cow-boy » face à l’extrême gauche
Une perquisition musclée dans une affaire mineure illustre la tension entre policiers et militants, alors que les accrochages avec l'extrême droite se multiplient.

[...] « J’étais assis sur le lit d’une des chambres avec une des colocataires de l’appartement. Un policier en civil est arrivé arme au poing, il a poussé la fille, puis m’a mis une grande claque dans le visage.
Je suis tombé à la renverse sur le lit, il m’a alors enfoncé son genou dans la clavicule pour m’immobiliser puis a pointé son arme sur ma tempe.
Ça a duré cinq secondes, j’étais terrorisé. Puis il a rangé son arme et m’a demandé de me coucher par terre, bras écartés, avant de me menacer avec son poing. »

[...] Tous les quatre sont militants dans diverses associations d’extrême gauche de Nancy, participant à des actions sociales en Meurthe-et-Moselle. Pour eux, l’intervention policière consiste clairement en une « opération d’intimidation ». Me Brigitte Jeannot, leur avocate :
« Les policiers ont commis à mon sens une action disproportionnée, mais aussi illégale. Comme il n’y avait pas de flagrance, ils ne pouvaient pas casser la porte, d’autant que la personne recherchée n’était pas domiciliée à cette adresse. »

[...] Thomas s’est rendu au commissariat pour découvrir que deux plaintes ont été déposées contre lui pour « vol avec violence » et « violence en réunion ».
En fait, pour des rixes avec de jeunes militants d’extrême droite locaux qui se présentent comme des nationalistes autonomes lorrains. Après trois heures de garde à vue, il sera relâché. Me Jeannot émet des doutes sur la procédure :
« Si la personne recherchée était quelqu’un de vraiment dangereux, il aurait été présenté à un juge d’instruction et mis en détention. Là, il s’agissait de l’entendre dans une affaire de droit commun tout à fait bénigne.
Par conséquent, dans l’intervention à l’appartement de mes clients, la disproportion était manifeste, tout cela était injustifié. »

[...] Une source proche du milieu associatif d’extrême gauche va jusqu’à pointer l’attitude de la police :
« Le climat de répression à Nancy est de pire en pire, et on a le sentiment que certains policiers protègent les nationalistes autonomes lorrains.
Lors d’une manifestation unitaire contre l’extrême droite, certains militants étaient à côté des policiers et les ont entendus discuter avec des membres des autonomes pour leur dire dans quelles directions nous étions. »

[...] Thomas, de son côté, prétend :
« Les policiers m’ont dit : “Toi, si un jour on te croise tout seul dans la rue et qu’on est en civil tu vas voir”, ils jouent les cow-boys au sens propre. »

Pour dénoncer ce climat, une manifestation unitaire a été organisée le samedi 3 mars contre la répression.
www.rue89.com/2012/04/02/nancy-la-police-la-joue-cow-boy-face-lextreme-gauche-230780

Le bilan Sarkozy mis à nu
En moins d'1 minute 30 secondes, le bilan de Sarkozy : des classes populaires sacrifiées pour mieux servir des ultra-favorisés.
Via le collectif Bling Bling Bang Bang

www.ensemblecavapasetrepossible.fr/le-bilan-sarkozy-mis-a-nu/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le CV de Sarkozy, inattendu candidat à la présidentielle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» sarkozy en campagne : jeudi à Vesoul
» Sarkozy, premier bilan
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» Le CSA fait campagne pour Sarkozy
» Carla Bruni Sarkozy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: