sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La pollution en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: La pollution en France   Dim 13 Mai - 1:33



LA POLLUTION DES SOLS EN FRANCE

Notre pays compte plus de 250 000 anciens sites industriels souillés susceptibles de menacer la santé de leurs riverains. Petit guide de lieux peu fréquentables.

C'est une première en France. Une étude de l'Institut de veille sanitaire (INVS) vient de mettre en évidence une contamination à l'amiante chez des personnes ayant vécu à proximité de l'ancienne usine de broyage d'amiante CMMP, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). En cause : les sacs d'amiante laissés sur place après la fermeture du site et dont les poussières se sont propagées aux alentours. Plus de 70 malades ont été recensés, dont 35 sont décédés. Parmi les victimes se trouvent des personnes ayant été scolarisées dans l'école voisine. Cette histoire dramatique, encore exceptionnelle, est caractéristique des risques liés à la pollution industrielle. Et, en France, le danger est peut-être partout sous nos pieds.

Car des sites ou des terrains souillés comme celui-là, l'Hexagone en compte plusieurs milliers. L’État recense ainsi plus de 250.000 sites ayant accueilli une activité industrielle polluante. Donc susceptibles de présenter un risque pour la santé des riverains s'il n'y a pas eu dépollution ou si elle a été mal réalisée. Leur localisation est bien sûr liée au passé industriel de chaque région : sidérurgie en Lorraine, usines d'uranium dans le Limousin, dépôts d'hydrocarbures sur les côtes du Languedoc ou à proximité de Marseille... Mais pas seulement. Les professionnels estiment qu'il reste nombre de terrains pollués encore inconnus.

« Ce sont des bombes à retardement, martèle Frédéric Ogé, chercheur au CNRS, qui recense année après année les cas les plus problématiques. Il suffit souvent de gratter la terre pour découvrir des hydrocarbures, des solvants et des métaux lourds comme l'arsenic, le plomb, le chrome ou le cadmium. »

Autant de substances toxiques ou cancérigènes.
« Elles se diffusent via l'eau ou le vent et contaminent les terres agricoles et les jardins ouvriers dans un rayon de plusieurs kilomètres », prévient le toxicologue Maurice Rabache. Aucun département n'est épargné. Pour donner une idée de l'ampleur du problème, L'Expansion a choisi de sélectionner près de 60 sites à risques dans l'ensemble des 22 régions métropolitaines. Le résultat est édifiant.

CARTE DE LA POLLUTION DES SOLS DANS LE MONDE :
www.ensaia.inpl-nancy.fr/marie/web/ntic/pages/2007/doutte1.jpg

SOURCE : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/le-triste-tour-de-france-des-sols-pollues_137353.html

'L'Homme, une arme de destruction massive'
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=281565755215251&set=a.364668806904945.80685.194826560555838&type=1&theater
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La pollution en France   Dim 13 Mai - 1:42



Contamination du territoire français par le césium 137

La carte ci-dessus présente les valeurs maximales de contamination en becquerels par m2. Elles sont le résultat d’analyses de sols effectuées en 1999-2000 et 2001 par André Paris, agronome et géologue. Il a bénéficié pour cette recherche de l’appui scientifique et logistique de la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD).

Le césium 137 est un radionucléide qui n’existait pas dans la nature avant le début du 20 ème siècle. Il provient des activités nucléaires civiles et militaires. Il met 300 ans pour disparaître. Sa nature chimique étant proche de celle du potassium, il est métabolisé par les plantes et incorporé par les animaux et par les humains.

Cette carte ne doit pas vous laisser penser que le césium 137 est le seul polluant radioactif de notre environnement. Il est le plus important en quantité mais lui sont associés de nombreux autres radionucléides à vie longue comme le strontium 90 et le plutonium 239 et 240.

Les relevés de césium 137 témoignent aussi d’une contamination ponctuelle par radionucléides à vie courte, en particulier l’iode 131 qui disparaît au bout de 2 mois. Dans le cas de Tchernobyl, les valeurs en iode 131, dans les premiers jours qui ont suivi l’accident, ont été estimées entre 5 et 10 fois supérieures aux valeurs du césium 137.

Le becquerel correspond à la désintégration d’un atome par seconde.

À chaque sorte de radionucléide correspond un temps d’activité. Ce temps est communément exprimé en période de demi-vie. Le césium 137 a une demi-vie de 30 ans. Explication : il perd la moité de sa radioactivité en 30 ans et il perd la moitié de ses 50 % restants dans la 2ème période 30-60 ans.
Au bout de 60 ans, il conserve 25 % et il lui en reste 12,5 % au terme des 90 ans. Il faut 7 périodes soit 210 ans pour descendre en dessous de 1 %.
Ainsi peut-on dire que le césium 137 met 300 ans pour disparaître presque complètement (0, 1 %).

L’iode 131 disparaît en 80 jours, le plutonium 239 en 240 000 ans et l’uranium 238 en 45 milliards !

L’activité nucléaire civile et militaire a produit et rejeté dans l’environnement 595 radionucléides différents.

L’affichage des relevés complets est disponible sur le site de la CRIIRAD : www.criirad.org

(Page d’accueil centrale – «Les conséquences de Tchernobyl» puis «France : En savoir plus»
puis «État de la contamination des sols en césium 137» puis «Cartes de France»)
http://independentwho.org/fr/contamination-cesium-137/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: La pollution en France   Dim 13 Mai - 2:10


Carte ne montrant que les zones sismiques, et pas les centrales construites en zones inondables, comme la centrale de Gravelines (la plus grande d’Europe), construite sur un polder, ou celle du Blayais qui avait été submergé lors de la tempête de 1999

Les retombées de Fukushima

Le séisme et le tsunami qui ont dévasté la côte Nord-Est du Japon ce vendredi 11 mars 2011 à 14h46 (heure locale) constituent l’une des plus graves catastrophes naturelles de l’Histoire. Face à la force inouïe de de la tectonique des plaques et la puissance de la mer, l’homme est désemparé et se rappelle ses conditions précaires d’existence. On ne peut qu’aider les Japonais, leur présenter nos plus sincères condoléances, puis en tirer quelques enseignements en rappelant qu’il faut limiter l’urbanisation des côtes, améliorer encore la prévention et la sécurité des habitations. La résignation était la même en France à la suite de la tempête de 1999 ou de la tempête Xynthia de 2010.

Mais face à la catastrophe nucléaire en cours à Fukushima (et ailleurs), c’est la colère qui prédomine. Une colère face à la bêtise des lobbys du nucléaire, qui ont fait croire à tous que construire une centrale nucléaire sur la côte, à deux pas d’une zone sismique majeure, ne représentait aucun risque. Une colère contre les pouvoirs publics qui sacrifient le principe de précaution sur l’autel du profit. Une colère aussi de voir les attaques de quelques lobbyistes affairés à étouffer la gravité de la situation en accusant les anti-nucléaires de récupérer un drame pour quelques voix de plus aux cantonales.

Les écologistes n’ont pas attendu vendredi pour être antinucléaires ; cela fait plus de 30 ans qu’ils se battent pour un vrai débat démocratique sur cette question, pour une sortie rapide du nucléaire, cette énergie qui n’est ni propre (elle émet plus de CO2 au kW/h qu’une centrale au gaz), ni sûre (ici le risque est fatal), ni l’assurance d’une indépendance énergétique (les réserves d’uranium s’épuisent, son exploitation entraine une spoliation dans les pays possesseurs, avec des tensions et les conséquences que l’on connaît pour les salariés d’Areva au Niger).

La machine à désinformer s’est déjà mise en route : rien n’est grave, tout va bien, nos centrales sont géniales, on est les meilleurs. Et puis de toute manière, la ligne Maginot nous protège des troupes allemandes, des nuages radioactifs et des énergies renouvelables. Pour ce qui est de la sûreté de nos centrales française, voici une petite carte qui pourrait en faire réfléchir quelques-uns.
http://oursvert.com/2011/03/14/fukushima/


Carte de l’impact de la radioactivité sur l’océan après Fukushima….
http://lesmoutonsenrages.fr/2012/03/18/carte-de-l%E2%80%99impact-de-la-radioactivite-sur-l%E2%80%99ocean-apres-fukushima%E2%80%A6/

La radioactivité du nuage de Fukushima a peut-être été sous-évaluée
Selon la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité), le niveau de radioactivité en France révélé par l'Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a sans doute été «sous-évalué», lors du passage-sans doute jeudi- de la masse d'air contaminée sur la France.

L'IRSN a annoncé samedi que les premières traces du panache provenant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima ont été relevées en France mais que le niveau de radioactivité mesuré était sans danger pour l'environnement et la santé. Mais, d'après la Criirad, «l'air a été échantillonné à partir d'un filtre à aérosols, qui ne permet pas de piéger l'iode présent dans l'air sous forme gazeuse». Or, cet iode gazeux «pourrait constituer une part importante, probablement majoritaire, de l'iode radioactif présent dans les masses d'air contaminé», a poursuivi le laboratoire.
Si «l'incidence de cette question sur l'appréciation des risques est très limitée» en Europe, «au Japon, les conséquences d'une sous-évaluation de l'activité de l'iode pourraient être graves», estime le laboratoire indépendant basé à Lyon.

D'après l'IRSN, «des traces d'iode 131 (0,012 mBq/m3 en moyenne sur la période de prélèvement) ont été mesurées dans l'air prélevé entre le 21 au 24 mars par la station de l'IRSN installée au sommet du Puy-de-Dôme».
26 mars 2011
www.leparisien.fr/tsunami-pacifique/la-radioactivite-du-nuage-de-fukushima-a-peut-etre-ete-sous-evaluee-26-03-2011-1378933.php


IndependentWho :
Pour l'indépendance de l'OMS
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne remplit pas sa mission de protection des populations victimes des contaminations radioactives.
"Depuis le 26 avril 2007, les vigies d’Hippocrate se relaient devant le siège de l’OMS à Genève, soit depuis 257 semaines sans interruption. La vigie consiste en une présence silencieuse qui a pour objectif de rappeler à l’Organisation Mondiale de la Santé ses devoirs tels qu’ils sont notamment inscrits dans sa constitution."
http://independentwho.org/fr/



Un Général de l’armée américaine avertit de la catastrophe imminente de Fukushima…
Dans un communiqué de presse, le major et général Albert N. Stubblebine estime que la situation à Fukushima est une menace immédiate pour tout l’hémisphère Nord
http://realinfos.wordpress.com/2012/05/15/un-general-de-larmee-americaine-avertit-de-la-catastrophe-imminente-de-fukushima/

FUKUSHiMA (Japan) (AND THE REST OF THE WORLD)

....To whomever it may concern....
https://www.commondreams.org/view/2012/02/25-4

Fukushima – Worse Than Chernobyl

"In 2011 Japan's Ministry of Science and Technology published the soil contamination data of 60 km area from Fukushima plants.
The result shows the worst contaminated area in Fukushima is 33 times worse than Chernobyl. It proves Fukushima is something nobody has ever gone through. Fukushima is “the next level” of Chernobyl. In Chernobyl, area contaminated worse than 1,480,000 bq/m2 was defined as the worst red zone, “immediate mandatory evacuating area.”

HUSH HUSH NOW, and back to our regular most relevant occupations.

•••

The radiation has absolutely reached the shores of North America.

Water samples from across the continent have tested positive for unsafe levels of radioactivity.

The levels exceeded federal drinking water thresholds, known as maximum contaminant levels, or MCL, by as much as 181 times.

”This means that the complete ecosystem of the Pacific Ocean is now poisoned with radiation

And we aren’t being warned.

••• www.setyoufreenews.com/2012/04/03/the-radiation-warnings-you-wont-get-from-the-mainstream-propaganda-machine/

••• listen up ••• http://portland.indymedia.org/en/2012/04/414835.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pollution en France   Aujourd'hui à 11:49

Revenir en haut Aller en bas
 
La pollution en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pollution dans les crèches
» Pollution vs athme et allergies
» Pollution : alerte aux particules fines sur dijon
» Le CNRS découvre un champignon qui mange la pollution
» Moins de pollution augmenterait le réchauffement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: