sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qui est Emmanuel Macron ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Ven 23 Fév - 13:19



La capitulation nucléaire
Le gouvernement avance que cette difficulté de réduire la part du nucléaire à 50% en 2025 était connu sans avoir été révélé. Alors pourquoi Macron l’a-t-il annoncé dans son programme présidentiel ?
http://resistancepayshennebont.over-blog.com/2018/02/fi/nucleaire/campagne-sortir-du-nucleaire-03-18.html

Les opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse) ont été évacués jeudi 22 février.

"J'encourage la résistance citoyenne. On n'a plus le choix, le nucléaire est hors la loi", a indiqué Michèle Rivasi, députée européenne EELV et fondatrice de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité. Bure est un grand projet inutile, c'est un projet aberrant."
http://portail.free.fr/actualites/monde/7467740_20180222_respect-de-la-loi-ou-resistance-citoyenne-l39evacuation-de-bure-divise-les-responsables-politiques.html

Le micmac derrière l'intervention des gendarmes à Bure (#RDLS56)
https://www.youtube.com/watch?v=P8O4yWIyxXQ&feature=youtu.be  cyclops

Défense
Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire


Emmanuel Macron a tranché : la France renouvellera les deux composantes de son arsenal de dissuasion nucléaire, navale et aérienne. Modernisation et renouvellement des sous-marins nucléaires, nouvelle génération de système porteur de missile, le projet de Loi de programmation militaire (LPM) pour la période 2019-2025 s’y engage : pour les décennies à venir, la dissuasion restera « la clé de voûte de notre stratégie de défense ».

Les industriels entendus, pas le prix Nobel de la Paix

Cette clef de voute a un coût : 25 milliards d’euros pour la période 2019-2023, puis six milliards par an jusqu’en 2025 et probablement au-delà. Un total de 37 milliards, soit 60 % de plus que dans la dernière loi de programmation militaire. Un exploit en pleine austérité budgétaire ! Ces investissements très lourds, qui engagent les Français pour les décennies à venir, interviennent alors que la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (Ican) vient de se voir attribuer le prix Nobel de la Paix et que 122 États membres des Nations Unies ont adopté en juillet dernier un Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. [...]

https://www.bastamag.net/Malgre-l-austerite-la-France-va-depenser-37-milliards-pour-son-rearmement

Désarmement nucléaire : la France va-t-elle s’opposer à la majorité du monde ?
Cela fait 71 ans que l’humanité vit avec la capacité de détruire la planète par la pression d‘un simple bouton. Fin octobre, grâce à l’action de la société civile et d’États courageux, l’Onu a franchi une étape historique vers la négociation d’un traité d’interdiction complète de l’arme atomique, voté par 123 États. Malheureusement, sans le soutien de la France
https://www.bastamag.net/Desarmement-nucleaire-la-France-va-t-elle-s-opposer-a-la-majorite-du-monde



Dimanche 11 mars 2018 à 14h
Grand rassemblement sur la place de la République à Paris
Pour la sortie du nucléaire


À l'appel de :
Réseau "Sortir du nucléaire", Yosomono, Sortir du nucléaire Paris, France Insoumise, Ensemble, Solidaires, Attac, Ecoéchange, ACDN...

http://www.sortirdunucleaire.org/Grand-rassemblement-pour-la-sortie-du-nucleaire
https://paris.demosphere.eu/rv/60114


Êtes-vous favorable à la sortie du nucléaire ?
LFI va organiser une votation citoyenne pour ou contre du 11 au 18 mars
Cette votation se fera sur Internet et avec des milliers de bureaux de vote physique dans tous le pays
https://youtu.be/U8mpUmkbtXI  cyclops
https://lafranceinsoumise.fr/nos-campagnes/campagne-sortie-nucleaire/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Sam 24 Fév - 2:23



Un vicieux tour de passe-passe avec la CSG

Si Attila a spolié les retraités, pour apparemment faire un cadeau aux salariés, en fait c'était plutôt dans le but de leur retirer la gestion de l'Unedic, puis de privatiser l'assurance chômage.

'Si l’Unedic n’est plus financée par des cotisations salariés, sa gestion paritaire n’a plus de justification*. Les syndicats de salariés n’auraient plus leur mot à dire. Les décisions pourraient être prises par le patronat et par l’État. Ainsi, la réforme remet en cause le principe même de l’assurance chômage.'

Ce tour de passe-passe n'empêchera pas ce nouvel Houdini d'interpréter un rôle qui lui va comme un gant : il va raconter une histoire. À des enfants invités à l'Elysée, qui auront ainsi droit à Macron dans 'Le Petit Prince'. Saint-Exupéry le changera des comédies habituelles.

*Voir les explications dans le journal Le Média du vendredi 23 février, à partir de 14:10
https://www.youtube.com/watch?v=E7_CE121PIo  cyclops
https://blogs.mediapart.fr/les-economistes-atterres/blog/130617/financer-les-prestations-chomage-par-de-la-csg-une-reforme-sans-legitimite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Dim 25 Fév - 12:36



Macron hué et sifflé par des éleveurs au Salon de l'agriculture

Arrivé tôt ce samedi 24 février porte de Versailles à Paris où il souhaite passer une douzaine d'heures, Macron s'est déjà fait siffler plusieurs fois par des agriculteurs mécontents, avant d'avoir un échange tendu avec des céréaliers.

Postés devant le stand Interbev, les «paysans» en question brandissaient des tee-shirts où ils se disent «en colère» d'être «fauchés comme des blés», ainsi que des pancartes dénonçant les «mensonges» du président.

https://dai.ly/x6f8c75
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/02/24/25001-20180224ARTFIG00069-emmanuel-macron-siffle-par-des-eleveurs-au-salon-de-l-agriculture.php

Les troupes d'Attila n'ont pas réussi à masquer les sifflets.
https://www.dailymotion.com/video/x6f87s3  cyclops

La fronde des agriculteurs contre l'accord UE-Mercosur

Le boeuf argentin ou brésilien, élevé dans d'immenses exploitations, inquiète les éleveurs français. L'Union européenne négocie en ce moment un accord de libre-échange avec quatre pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay), le Marché commun du Sud.

Alors que s'ouvrait le 24 février le Salon de l'Agriculture, les agriculteurs manifestaient ce mercredi pour s'opposer notamment à un accord de libre-échange que négocient l'Union européenne et le Mercosur, et qui pourrait signer "le sacrifice de la filière bovine".
Sur la question sanitaire, "ces produits sont fabriqués dans des conditions qui seraient illégales en France", s'indigne, Patrick Bénézit, secrétaire adjoint de la FNSEA [...]

une déclaration présidentielle avait mis le feu aux poudres quatre jours plus tôt. Le 26 janvier, Emmanuel Macron, recevant le président argentin Mauricio Macri, avait appelé à "essayer de finaliser rapidement" l'accord. De quoi prouver, déplore la FNSEA dans son communiqué, que "la France et l'Union européenne se préparent à lâcher l'agriculture dans la négociation en cours sur le Mercosur".
https://www.marianne.net/economie/qu-est-ce-que-l-accord-ue-mercosur-ce-traite-qui-pousse-les-agriculteurs-dans-la-rue

avec le retour du protectionnisme aux États-Unis, à la suite de l’élection de Donald Trump, la Commission européenne est devenue décidée à obtenir un accord avant la fin de l'année 2018

Pour débloquer les négociations, la Commission européenne a modifié son offre en acceptant l’entrée sur son marché de 70.000 tonnes de viande bovine et de 600.000 tonnes d’éthanol.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_de_libre-%C3%A9change_entre_le_Mercosur_et_l%27Union_europ%C3%A9enne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Lun 26 Fév - 10:12


Ah ça ira, ça ira, ça ira

Pour spolier les cheminots, Macron se sert de son grand-père et de la misère des agriculteurs

'"On a des éléments de statuts et une gestion de l'entreprise qu'il faut adapter", a indiqué samedi le président Emmanuel Macron à un salarié de la SNCF inquiet qui l'avait interpellé lors de l'inauguration du salon de l'Agriculture.

"Je ne peux pas avoir d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite et de l'autre avoir un statut cheminot et ne pas le changer", a souligné le président. "Vous n'avez pas le même rythme que mon grand-père qui était cheminot"'

Le gouvernement doit dévoiler lundi sa stratégie pour conduire la réforme à haut risque du rail et de la SNCF, et notamment dire s'il compte légiférer par ordonnances, un passage en force que les syndicats considèreraient comme une déclaration de guerre.

Lundi 26 février 2018
http://portail.free.fr/actualites/france/7471965_20180226_le-gouvernement-engage-sa-reforme-du-rail.html


'Marie-Antoinette n’a probablement jamais dit « s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ». Mais, cette phrase lui a collé à la peau et l’a condamnée aux yeux de l’opinion avant même qu’elle soit jugée. Emmanuel Macron a, quant à lui, bien prononcé les phrases qui lui seront à jamais reprochées. Qu’il ne s’étonne pas, alors, de susciter la haine et la rage. Qu’il ne s’étonne pas si, par malheur, sa tête devait finir au bout d’une pique…'
https://reseauinternational.net/macron-le-derapage-de-trop/



La SNCF, L'Union européenne, et la destruction méthodique des services publics
Au sein de l'Union Européenne, la stratégie de démolition et de privatisation des services publics et du patrimoine public est générale. Elle constitue la suite naturelle de l'Acte Unique Européen de 1986. Et si la SNCF est visée par une directive de 1991 suivie de quatre "paquets ferroviaires", l'Éducation et la recherche le sont par la stratégie de Lisbonne adoptée en mars 2000 et dont les effets négatifs étaient déjà évidents lors de la crise de 2004 dans la recherche. Ce ne sont que des exemples.

24 juin 2014
http://www.reveilcommuniste.fr/article-la-sncf-l-union-europeenne-et-la-destruction-methodique-des-services-publics-123983882.html


Quelques grandes dates du chemin de fer

1827, mise en service de la première voie ferrée, en France, elle reliait Saint-Etienne à Andrézieux

1832, première ligne régulière de transport de voyageurs en France entre Saint-Etienne et Andrézieux.

1833, le législateur français fait du chemin de fer une "chose publique" et pose la concession comme forme de gestion de ce bien public.

1938, création de la S.N.C.F

1982, en France, Loi d’orientation des transports intérieurs. L’article 18 précise que la SNCF est chargée d’exploiter, d’aménager, de développer, selon les principes du service public, le réseau ferré national.

1983, nouveau statut de la S.N.C.F : elle devient établissement public industriel et commercial (EPIC).

1993, privatisation de British Rail qui coûte des milliards de livres aux contribuables britanniques. Une cinquantaine d’entreprises privées se sont partagées British Rail à bon prix au détriment de l’Etat. Les sociétés privées n’investissent pas dans le réseau, et n’améliorent pas la sécurité. Leur seule priorité est de dégager, le plus rapidement, les plus gros profits possibles.

1997, création par la loi 97-135 de Réseau Ferré de France, chargé de la gestion de l’infrastructure ferroviaire nationale et, en conséquence, de la dette de la SNCF correspondant aux infrastructures, mais aussi aux investissements à venir.

2003, dix ans après la privatisation de British Rail, le gouvernement britannique travailliste a placé Railtrack sous tutelle, puis l’a transformée en société à but non lucratif et rebaptisée Network Rail. Bel exemple de socialisation des pertes : Network Rail a repris les dettes de Railtrack (9,3 milliards de livres) et a touché 21 milliards de livres de la part du gouvernement pour les rembourser et financer les investissements.

En 1995, la grève déclenchée pour combattre le plan Juppé sur les retraites a surtout révélé le profond malaise des cheminots. Au lieu d’utiliser cette crise, pour mettre en place un plan ambitieux de relance du ferroviaire, le gouvernement Juppé s’en est servi pour justifier une réforme aboutissant, à terme, au démantèlement de l’entreprise en suivant à la lettre les prescriptions de la Commission Européenne. En 1991, dans la discrétion, les pays de l’Union Européenne se sont accordés pour ouvrir progressivement le rail à la concurrence

La réforme mise en oeuvre en 1997 respecte ces deux grandes règles européennes : la gestion de l’infrastructure a été confiée à un établissement public indépendant baptisé Réseau Ferré de France (RFF), et la SNCF gère la fourniture du service de transport. La compagnie publique a voulu aller plus loin dans cette logique : répartir ses moyens humains et techniques entre ses différentes activités. En vain jusqu’à présent, les cheminots (et plus particulièrement les conducteurs) ayant compris les dangers de cette politique, facilitant à terme la filiation ou la vente des activités.

Les gouvernements ont largement expliqué que cette réforme visait à désendetter la compagnie ferroviaire pour lui redonner les moyens d’investir. Il n’en est rien. Entre 1997 et 2002, la dette a augmenté de 9 milliards d’euros pour s’établir, à la fin 2002, à 50 milliards d’euros. Ni RFF, ni la SNCF n’ont les moyens financiers pour moderniser le réseau et construire les nouvelles voies qui seraient nécessaires pour faciliter le trafic fret. D’ailleurs, les pays qui, comme l’Allemagne, ont déjà ouvert le fret à la concurrence, n’ont pas enregistré de hausse de ce trafic, contrairement à ce que Bruxelles avait promis. Les 15 milliards d’euros nécessaires au niveau européen pour disposer d’un réseau ferroviaire dédié au fret intra - européen ne sont toujours pas financés.

En revanche, le démantèlement du système ferroviaire est en bonne voie. La régionalisation en constitue une étape clé. L’idée d’impliquer les élus locaux dans la gestion du trafic local et faire financer cette activité par les conseils régionaux (ce que l’Etat se refusait à faire) peut paraître bonne. Mais les régions, dont les moyens financiers sont limités, voudront diminuer le coût de cette activité. La Commission Européenne travaille déjà sur un texte obligeant l’ouverture à la concurrence du trafic passager régional. La même évolution sera imposée aux grandes lignes traditionnelles (non TGV) qui sont déficitaires : alors que ces liaisons sont subventionnées par l’Etat dans l’aérien, la SNCF ne reçoit pas d’aide publique. Progressivement, ligne après ligne, activité après activité, l’ensemble du secteur va donc passer sous la coupe des opérateurs privés.

Extraits de "L’organisation du transport ferroviaire en France et en Europe"
Mai 2004
http://www.amis.monde-diplomatique.fr/article.php3?id_article=435&debut_articles_rubrique=25



Casse de la SNCF : lignes à supprimer

Pour rappel le service public a pour vocation et fonction d'offrir un service égalitaire à TOUS les citoyens ! Le primat de la rentabilité, c'est le contraire total.
Précisément la péréquation vise à solidariser les activités rentables financièrement équilibrées et celles qui ne le sont pas.
Wikipedia :
"Ce système est une règle de gestion des services publics, il les contraint d'assurer des missions que la seule rentabilité ne pourrait qu'encourager à abandonner (comme la desserte par la SNCF de petites communes ou le tarif unique pour l'acheminement d'un courrier d'un point quelconque du territoire à un autre)."

17 février 2018
http://www.reveilcommuniste.fr/2018/02/casse-de-la-sncf-lignes-a-supprimer.html
http://www.communcommune.com/2018/02/rapport-spinetta-les-lignes-sncf-que-macron-voudrait-supprimer.html


Le monopole d'exploitation de la SNCF est un obstacle juridique à la libéralisation des transports ferroviaires dans l'Union européenne
https://www.senat.fr/rap/r08-220/r08-2201.html

Les "privilèges" du statut du cheminot sont surtout des fantasmes
[Extraits]

Vacances et salaires à relativiser
Ces avantages sont-ils désormais « anachroniques », comme l’estime l’économiste Yves Crozet, spécialiste du transport ferroviaire ? En réalité, certains de ces privilèges n’en sont pas vraiment quand on les regarde de plus près : si les cheminots qui sont aux 35 heures disposent de 132 jours de repos annuels maximum, cela comprend les récupérations des week-ends. À comparaison égale, un salarié lambda du secteur privé dispose lui de… 131 jours de repos par an. Il est surtout de relâche les samedis et dimanches, quand un conducteur de la SNCF n’a que 12 week-ends libres garantis dans l’année.

Concernant la paye, les cheminots de la SNCF gagnent 100 euros de plus que le salaire moyen en France, qui s’est élevé à 2.988 euros brut mensuels en 2015. Et ce chiffre cache mal une grande disparité à l’intérieur de l’entreprise publique : les cadres supérieurs touchent de confortables émoluments quand 60% des cheminots gagnent en réalité moins de 3.000 euros brut par mois, selon les données de la SNCF.

Quant aux primes, elles existent bien mais pas à la hauteur des légendes qui entourent parfois le géant ferroviaire.
À en croire le livret d’accueil aux nouveaux cheminots de la CFDT, il existe aujourd’hui une gratification annuelle touchée en juin, égale à 8% du salaire, soit 232 euros pour un employé payé 2.900 euros brut mensuels. La SNCF prévoit également une « gratification de vacances » d’un montant fixe, 250 euros en 2011. Il existe enfin une prime de treizième mois, versée en décembre. Des sommes qui n'apparaissent pas indécentes rapportées aux standards de certaines entreprises publiques ou privées.

Un système de retraite déjà réformé
Les agents nés après 1961 ne peuvent désormais toucher leur retraite à taux plein qu’après… 42 ans de service. Pour ceux qui sont nés après 1973, il faut carrément cumuler 43 ans de service. De quoi relativiser clairement le privilège du « statut » et l'impact de sa suppression

https://www.marianne.net/economie/reforme-de-la-sncf-les-privileges-du-statut-du-cheminot-sont-surtout-des-fantasmes

Attila le voleur vicelard 'aurait sa botte secrète pour faire passer la pilule'.
SNCF : comment Macron veut isoler les cheminots pour faire passer la réforme
Le gouvernement pourrait se poser en défenseur des petites lignes, populaires auprès de l'opinion, pour réduire le combat des cheminots à la défense d'intérêts corporatistes.
http://www.rtl.fr/actu/politique/sncf-comment-macron-veut-isoler-les-cheminots-pour-faire-passer-la-reforme-7792420270
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Ven 2 Mar - 0:57



Macron "assume" de demander "un effort aux plus âgés"

"C’est comme quand on refait en profondeur une maison. Au début on voit les plans, on se projette. Et après on commence les travaux, il y a un moment ça sent la peinture, y a des courants d’air"
http://www.sudouest.fr/2018/03/01/macron-assume-de-demander-un-effort-aux-plus-ages-et-exhorte-a-la-patience-4242933-7527.php

Vite des odeurs de peinture et des courants d'air pour les riches ! Et un travail en profondeur chez les banquiers.
Les vieux ne veulent pas être privilégiés.

Face à Macron, 64% des Français pensent qu’un mouvement de contestation sociale généralisé peut arriver
https://le-bon-sens.com/2018/02/03/face-a-macron-64-francais-pensent-quun-mouvement-de-contestation-sociale-generalise-arriver/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Ven 2 Mar - 22:42



Trois fois plus de personnel pour fliquer les chômeurs, mais il n'y a que du positif dans la réforme voulue par Attila, selon le 19/20 de France 3 qui n'interroge que la CFDT et le MEDEF.

Droit aux allocations chômage pour tous : encore un mensonge de Macron

'le "droit à l’assurance chômage pour tous" du programme s'est transformé, pour les artisans, les micro-entrepreneurs, les commerçants indépendants et les agriculteurs, en "droit à 800 € par mois pendant six mois". Un droit qui sera uniquement réservé "aux indépendants qui sont en liquidation judiciaire et qui avaient un bénéfice annuel autour de 10.000 €." On est donc loin de la promesse initiale…'

2 mars 2018
https://www.marianne.net/politique/assurance-chomage-benjamin-griveaux-vous-demande-d-arreter-de-voir-les-promesses-moitie

'C'était l'une des promesses du candidat Emmanuel Macron. Ouvrir le droit au chômage pour des personnes qui n'en bénéficient pas. Et dans le même temps faire sauter certains verrous. Permettre par exemple aux entreprises de licencier plus facilement. Flexibilité d'un côté, sécurité de l'autre. Emmanuel Macron avait promis la mise en place d'un « droit universel ».
Certains seront déçus. S'il y a de vraies avancées elles sont aussi assorties de conditions qui restreignent leur champ d'application.'
http://portail.free.fr/actualites/france/7479166_20180302_commentaire-assurance-chomage-un-nouveau-droit-solidement-verrouille.html

La promesse de durcir les contrôles des chômeurs, elle, sera bien tenue

Dans le même temps, Muriel Pénicaud annonce le report à 2019 de la troisième promesse d'Emmanuel Macron dans le domaine : un « bonus-malus » pour pénaliser les contrats précaires.
Aujourd'hui, le gouvernement souhaite que les branches professionnelles prévoient elles-mêmes les règles. La loi n’interviendra qu’en dernier recours, dans un an.

Si les nouveaux droits accordés aux travailleurs ont été rabotés par rapport aux promesses de campagne, leur corollaire, à savoir le durcissement des contrôles à Pôle Emploi, est toujours bel et bien prévu.

« Nous allons donc tripler les équipes de contrôle de Pôle emploi : elles vont passer de 200 à 600 agents d’ici à la fin de l’année », annonce Muriel Pénicaud au Parisien. Le principe de la réduction des allocations chômage en cas de refus de refus de deux « offres raisonnables d’emploi » est lui aussi a priori maintenu. La ministre veut simplement, au préalable, « définir plus précisément ce qu’est une offre raisonnable d’emploi ». Décidément, le mantra macroniste « on fait ce qu’on a dit » s'applique plus dans un sens que dans l'autre…
https://www.marianne.net/politique/contrairement-aux-promesses-de-macron-le-gouvernement-renonce-assurance-chomage-pour-tous

Plus de détails au début du journal du 2 mars sur Le Media  cyclops
https://www.youtube.com/watch?v=TG76b5UceMU

Macron-Philippe-Pénicaud «ordonnent» le détricotage du Code du travail
http://www.anti-k.org/2017/06/10/code-du-travail-a-lencontre-ch/

À Marseille, les pro-travail du dimanche pris de court
Organisations patronales et syndicats réformistes (UPE 13-Medef, CFDT, FO, CPME, CFE-CGC) protestaient mardi contre la décision unilatérale d’extension de la zone touristique internationale prise par la municipalité. Ils demandent au préfet de suspendre la mesure et veulent d’abord l’application de l’accord sur le centre-ville signé en juillet dernier.
http://www.lamarseillaise.fr/marseille/economie/68118-les-pro-travail-du-dimanche-pris-de-court

Chaos macronien
Pièces d'identité : premier bilan "mitigé" un an après la réforme
"Durant l'année 2017, nous avons constaté que les agents du service instructeur ne tiennent pas tous le même discours sur un dossier ou instruisent de manière différente"
Destruction des communes : Les usagers ne sont pas obligés de se rendre dans leur commune de résidence pour obtenir leurs pièces d'identité

2 mars 2018
https://www.corsematin.com/article/article/pieces-didentite-premier-bilan-mitige-un-an-apres-la-reforme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Mar 6 Mar - 17:56



Attila prêt à attaquer la Constitution

Dans le but de réduire le nombre de députés et sénateurs et de les museler davantage.
Le projet de réforme prévoit l'instauration d'une "procédure de filtre" permettant d'éviter que des amendements rejetés en commission ne soient à nouveau débattus en séance.

Mais la réforme de la Constitution, pour être adoptée, doit être votée dans les mêmes termes par les deux assemblées puis obtenir une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés au Parlement réuni en Congrès à Versailles. Or, certains sujets font d'ores et déjà grincer des dents à l'Assemblée et surtout au Sénat, où la droite est majoritaire. En cas de blocage, l'Elysée n'exclurait pas le recours au référendum
https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/quelles-sont-les-pistes-d-emmanuel-macron-pour-reviser-la-constitution_2641824.html

L'autoritarisme l'amènerait, pour une fois, à consulter les feignants et illettrées.

Nouveau coup de force anti-démocratique
La réforme des institutions préparée par l'exécutif est un "coup de force" contre la démocratie, ont déploré mardi 6 mars les responsables parlementaires communistes, en s'en prenant notamment à une possible limitation "gravissime" du droit d'amendement et à la baisse "populiste" du nombre de parlementaires.

"Les propositions qui sont faites - on appelle ça propositions mais c'est plus une information de choses quasiment décidées - c'est gravissime, c'est une rupture terrible dans notre démocratie", a dénoncé M. Chassaigne à l'issue de l'entretien avec le Premier ministre.
http://portail.free.fr/actualites/france/7483874_20180306_reforme-des-institutions-les-communistes-denoncent-un-coup-de-force.html

Le journal Le Media du 7 mars revient sur la réforme constitutionnelle, par laquelle le pouvoir entend limiter le nombre d'amendements déposés en le rendant proportionnel au nombre de députés composant le groupe parlementaire. Cette nouvelle et grave atteinte à la démocratie est absolument scandaleuse.
Voir aussi le journal du 6 mars à partir de 17'45.

Commentaire de Raverman 86 :
Ces ordures démolissent tout au profit des porcs de l'oligarchie pour les gaver toujours plus ! Peuple de France, si tu continues à ne pas réagir,tu crèveras sous les sales coups des néo libéraux cupides et esclavagistes😠👊😡 ! Quand il n'y aura plus de sécu, plus de transports publics, plus de protection sociale, plus d'hôpital, plus de droit du travail, etc... alors ce sera trop tard !Insurrection Nationale Populaire et Grèves Générales contre la vermine bourgeoise au pouvoir✊✊✊ !

Une bataille politique s'impose
Les réformes à portée politique ne sont pas des réformes constitutionnelles.
Emmanuel Macron fera ce qu'il voudra avec l'Assemblée Nationale, et obtiendra sans recours au peuple la ou les majorités nécessaires au sein de cette même Assemblée. Il ne pourra sans doute pas imposer quoi que ce soit au Sénat, et notamment pas la réduction du nombre de sénateurs.
Ce serait une lourde erreur de s'engager dans une bataille juridique compte tenu des éléments ci-dessus rappelés.
C'est une bataille politique qui s'impose, et notamment sur l'adoption de la proportionnelle.
http://www.politique-actu.com/debat/reforme-constitutionnelle-2018-remarques-prealables-etienne-tarride-billet/1719188/


Le Medef ne remerciera jamais assez les abstentionnistes, ceux qui parmi les syndicalistes, la gauche, l'extrême gauche... ont porté ce danger public au pouvoir.
_______________________________________________________________
La percée eurosceptique en Italie pourrait peser sur la réforme de l'UE
La percée populiste le dimanche 4 mars en Italie et le possible retour des anti-migrants au pouvoir pourraient mettre à mal la volonté franco-allemande de réformer l'Union europénne
http://portail.free.fr/actualites/monde/7482877_20180305_la-percee-eurosceptique-en-italie-pourrait-peser-sur-la-reforme-de-l39ue.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: RAPPEL   Mer 7 Mar - 15:49



Macron - Histoire d'une haute trahison

Macron succède à Hollande pour achever le droit du travail, sous les ordres de la haute Finance, pour une haute trahison de la France et des Français…

Nicolas Doisy, chief economist à Cheuvreux (Crédit Agricole), l'un des plus grands courtiers d'Europe, nous fait part en 2012 du plan de bataille des financiers en cas de victoire de François Hollande aux présidentielles... et de l'angoisse en cas de montée excessive du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon.
Pour les marchés, l'enjeu est de flinguer le contrat CDI et d'imposer à la France plus de plans d'austérité...
https://youtu.be/Wn72T4dTFho  cyclops

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2017/04/macron-histoire-d-une-haute-trahison-les-preuves-accablantes.html


http://www.fakirpresse.info/Le-plan-de-bataille-des-marches.html
http://www.lesmutins.org/le-plan-de-bataille-des-financiers


Remplacer les CDI et les CDD par un contrat unique ? C'est ce que proposait en 2003 le prix Nobel d'économie 2014. Dans un rapport pour le Conseil d'analyse économique (CAE), co-signé par Olivier Blanchard aujourd'hui chef économiste au FMI.
La gestion de la caisse d'allocation-chômage pourrait elle être confiée à une agence indépendante de l'Etat, plutôt qu'aux parties prenantes : salariés et employeurs.
https://www.nouvelobs.com/economie/20141013.OBS1928/fin-du-cdi-permis-de-polluer-4-idees-choc-de-jean-tirole-prix-nobel-d-economie.html

Il ne faut pas se tromper : ce n'est pas parce qu'il a eu le Nobel que Jean Tirole intéresse les élites, mais parce que ce que dit ce Nobel leur plaît.
Le traitement inverse était réservé au précédent Nobel d'économie français, Maurice Allais. Que personne n'invitait, parce qu'il disait le contraire de leur oracle d'aujourd'hui.​
https://www.marianne.net/debattons/editos/jean-tirole-dun-prix-nobel-deconomie-lautre
https://www.marianne.net/medias/le-prix-nobel-jean-tirole-n-aime-vraiment-pas-les-questions-qui-fachent
https://www.marianne.net/economie/quand-le-nobel-francais-deconomie-pete-un-plomb


"Qu'on leur coupe la dette ! " par le journal Fakir
https://www.youtube.com/watch?v=uycfsRSWhXY  cyclops

Comment Macron a vendu Alstom aux Américains
Extrait de l’émission Spécial Investigation du 9 novembre 2016, « Anti-corruption, l’arme fatale américaine », expliquant le rôle d’Emmanuel Macron dans la vente d’Alstom à Général Electric, alors qu’Arnaud Montebourg avait bloqué la vente par décret.
https://www.youtube.com/watch?time_continue=86&v=dOnGH9v-oIA cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Mer 7 Mar - 18:00



« Emmanuel Macron prend le risque de mettre plus de détenus en prison »

Rapporteur au Sénat de la loi pénitentiaire de 2009, Jean-René Lecerf est un spécialiste des questions carcérales. Il revient sur l'appel de Macron à une « refondation pénale », dans son discours à Agen mardi 6 mars devant l'école nationale d'administration pénitentiaire.

'Emmanuel Macron donne un peu l’impression de réinventer l’eau tiède. L’idée que la prison doit être en dernier recours était déjà marquée noir sur blanc dans la loi pénitentiaire. Quand il pousse à ce que les peines alternatives à l’incarcération soient privilégiées, cela ne fait plus vraiment débat.
Finalement, Emmanuel Macron se livre à un exercice de répétition, de reformulation. Reste à savoir si cette fois-ci ces principes défendus depuis une dizaine d’années seront réellement appliqués.'

'le président de la République prend un virage plus sécuritaire que les lois précédentes, en supprimant l’aménagement pour les peines de prison supérieures à un an. La loi pénitentiaire de 2009 prévoyait en effet la possibilité (et non pas l’automaticité) d’un aménagement de peine jusqu’à deux ans d’emprisonnement. Cette décision était prise par un juge, s’il estimait que les conditions étaient réunies.

En la supprimant, Emmanuel Macron prend le risque de mettre plus de détenus en prison. On explique que cela permettra de « mettre les juges en face de leurs responsabilités », afin qu’ils prononcent des peines applicables. Mais faire vraiment confiance aux juges, c’était conserver ce délai de deux ans.

La chose qui m’inquiète dans les déclarations du président, c’est qu’il y a un risque que la surpopulation carcérale non seulement ne diminue pas, mais en plus augmente. Or, la surpopulation carcérale est un instrument à faire de la récidive, à alimenter un cercle vicieux. La prison devrait être une école de la réinsertion, elle devient une école de la récidive. Le fait qu’il n’y ait pas assez de nouvelles places signifie aussi qu’il n’y aura pas d’encellulement individuel, alors que c’est la manière de permettre des actions de sensibilisation, de réinsertion, plus efficaces.

On peut déplorer qu’il n’y ait rien eu aucune annonce sur la maladie mentale dans l’univers carcéral, alors que c’est un problème énorme. Entre 10 et 20 % des personnes incarcérées n’ont rien à y faire, parce que la prison n’a aucun sens pour eux. C’est lié au problème de l’absence d’unités psychiatriques fermées, et cela a transformé les prisons de la République en plus grand asile de France, avec des conséquences sur la sécurité des détenus et codétenus. Il y a quand même beaucoup de morts dans ces prisons, pas du côté des surveillants, mais de celui des détenus !

Le problème des surveillants, également, est peu abordé.
https://www.ouest-france.fr/societe/prison/emmanuel-macron-prend-le-risque-de-mettre-plus-de-detenus-en-prison-5608329

Réforme de la justice : fin de l'automaticité de la prison pour les peines inférieures à un an - Le Monde Ment

Non, Macron ne met pas fin à l'automaticité de la prison pour les courtes peines
https://www.marianne.net/societe/non-macron-ne-met-pas-fin-l-automaticite-de-la-prison-pour-les-courtes-peines


SNCF : quand le gouvernement fait semblant de sauver les petites lignes
https://www.marianne.net/societe/reforme-de-la-sncf-le-sauvetage-des-petites-lignes-ecran-de-fumee-du-gouvernement

Macronie
France ISF contre France Nutella
Les classes populaires ont toujours du mal à boucler leurs fins de mois quand les 2% les plus aisés, eux, célèbrent la fin de l'ISF.
https://www.marianne.net/economie/pouvoir-d-achat-en-macronie-france-isf-contre-france-nutella
https://www.marianne.net/economie/pouvoir-achat-macron-les-deux-france-sont-toujours-la

"Retraités, notre pouvoir d'achat est engagé dans une baisse sans fin"
https://www.marianne.net/societe/manifestation-du-15-mars-retraites-notre-pouvoir-d-achat-est-engage-dans-une-baisse-sans-fin
https://www.marianne.net/societe/augmentation-de-la-csg-non-tous-les-retraites-gagnant-moins-de-1200-euros-ne-sont-pas


Fonctionnaires, attention, votre salaire baissera encore plus en 2020 !
https://www.marianne.net/economie/augmentation-de-la-csg-fonctionnaires-attention-votre-fiche-de-paye-baissera-encore-plus-en

Vivement le ruissellement !
En 2017, Bernard Arnault a gagné presque 3 millions d'euros… par heure
Notre Nono national s'est hissé parmi les tout premiers de cordée du monde.
https://www.marianne.net/economie/en-2017-bernard-arnault-gagne-presque-3-millions-d-euros-par-heure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: L'austérité dans la 6e puissance mondiale   Dim 11 Mar - 21:39



Hôpital public en danger
Arrêt du pacte d’austérité, Abrogation de la loi Macron, Retrait du projet de Loi santé

Ces dernières semaines ont été marquées par des drames dans plusieurs hôpitaux ayant couté la vie à des malades : un agent hospitalier a été grièvement blessé, un autre s’est donné la mort, quand les services d’urgences des hôpitaux ont eu les plus grandes difficultés à prendre en charge les malades souffrant de…la grippe.

Rédution la masse salariale des établissements de soins

Il s’agit donc de poursuivre la compression des emplois, des qualifications, des salaires, les moyens dévolus à la Formation Professionnelle… et de s’attaquer aux droits des salariés de l’hôpital. Ces mesures viennent ainsi renforcer les plans d’économies déjà engagés qui, au motif de réduction des déficits, vont détruire l’ensemble du système hospitalier public et la Sécurité Sociale, au profit des grands groupes financiers privés. Ceux-là même à qui le gouvernement a servi le pacte de « responsabilité », le CICE et plus récemment la loi Macron en utilisant l’article 49.3 !

Aujourd’hui, les suppressions de lits, de places, d’unités et/ou de services de soins, le manque de personnels formés et qualifiés ne permettent plus aux hôpitaux de répondre aux besoins de la population, ni d’assurer leurs missions de service public. [...]

Mars 2015
http://www.actioncommuniste.fr/2015/03/cgt-sante-action-sociale-hopital-public-en-danger-arret-du-pacte-d-austerite-abrogation-de-la-loi-macron-retrait-du-projet-de-loi-sa

http://www.lejsl.com/actualite/2018/03/09/votre-aerosol-ne-sera-plus-rembourse-si-votre-generaliste-le-prescrit

Un couple de retraités d’Yvrac-et-Malleyrand cherche désespérément un médecin
Ils trouvent porte close partout.  
Pas question d’attraper un rhume pour le retraité de 79 ans et son épouse Chantal, 68 ans. Depuis trois semaines, le couple n’a plus de médecin traitant.
Une catastrophe pour eux, qui ont besoin d’un suivi régulier.
http://www.charentelibre.fr/2018/03/07/yvrac-et-mayllerand-des-retraites-malades-de-ne-pas-trouver-de-medecin,3219674.php

Réponse de Michel Bacquart, président du conseil de l’ordre des médecins de la Charente : 'Faites preuve de finesse, soyez courtois,  et faites la tournée des cabinets pour vous faire connaître'.
http://www.charentelibre.fr/2018/03/09/penurie-de-medecins-les-conseils-d-un-professionnel-pour-trouver-un-generaliste,3220743.php
Lui s'y connaît en finesse et respect des autres !

Une veuve dénonce l'arrivée trop tardive des secours dans les villages isolés
Le 30 décembre dernier, les secours ont mis une heure trente à secourir son mari, selon une habitante de Montmeyan, dans le Var. "Madame Saglietto, ne vous inquiétez pas, on a fait le nécessaire. Tout du long, on m'a dit qu'on avait fait le nécessaire", s'insurge Martine, habitante de Montmeyan, dans le Var. Pendant la nuit du 30 décembre, son mari suffoque et se plaint de douleurs à la poitrine. Elle appelle les secours. Au bout du fil, un médecin lui explique comment pratiquer un massage cardiaque. Las, les secours mettront une heure et demie pour parvenir à son domicile.
L'homme est mort d'une crise cardiaque.

Les maires ruraux, comme le rapportait La Dépêche pour le cas du département du Gers, s'inquiètent d'un maillage insuffisant des dispositifs d'urgence. En l'espèce, il s'agissait du transfert au CHU de Toulouse-Purpan des cas auparavant traités à Auch. Encore, dans un article du Dauphiné.com, les pompiers eux-mêmes s'inquiétaient d'une réduction de leurs moyens, la fermeture de casernes et donc des délais plus longs pour venir aux victimes d'accidents domestiques.

09/03/2018
http://www.bfmtv.com/societe/une-veuve-denonce-l-arrivee-trop-tardive-des-secours-dans-les-villages-isoles-1391884.html


Marseille : Une mère obligée de traverser les couloirs de l'hôpital avec son enfant mort dans les bras
Les jeunes parents ont dû faire leurs adieux à leur bébé sur un coin de parking. Une nouvelle fois, l'hôpital de la Timone de Marseille fait parler de lui...
http://portail.free.fr/actualites/faits-divers/7489209_20180309_marseille-une-mere-obligee-de-traverser-les-couloirs-de-l39hopital-avec-son-enfant-mort-dans-les-bras.html

Lyon : une mère porte plainte après le décès de sa fille de 19 ans à la suite d'une otite
Malgré deux passages aux urgences, Leana, 19 ans, s'est éteinte le 23 février dernier des suites d'une hypertension intracrânienne découlant d'un abcès cérébral. Pour sa mère Carolina, qui a depuis porté plainte contre l'hôpital Edouard-Herriot (HEH) de Lyon pour "homicide involontaire", il est question ici d'une "erreur médicale".
http://www.leprogres.fr/rhone-69/2018/03/10/leana-19-ans-decedee-des-suites-d-une-otite-malgre-deux-visites-aux-urgences

LCP va sûrement programmer un documentaire pour un nuremberg du capitalisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Lun 12 Mar - 17:01

LREM : Les Ravageurs Escrocs et Mercantis


Privatisation des barrages
Après les autoroutes, les barrages : le bradage du patrimoine public devrait se poursuivre.

La France a été mise en demeure par l’Union européenne d’ouvrir les concessions hydro-électriques à la concurrence, et d’exclure des appels d’offres EDF, qui en assure majoritairement la gestion.

la grande affaire pour la Commission européenne, c’est l’entorse à la concurrence libre et non faussée sur le marché de l’énergie.

« Aucun autre État européen n’a accepté de renoncer à avoir la maîtrise de ses barrages », s’indignent plusieurs députés.
Au contraire : la Suède, la Suisse, l'Allemagne et la Norvège protègent en amont - et vis-à-vis de la Commission Européenne - leurs industries hydrauliques et hydro-électriques : elles leur permettent de respecter mieux un avenir énergétique durable, objet récent de la COP 21.

Comment expliquer que la France soit la seule à ouvrir ses barrages hydrauliques à la concurrence, alors que tous les autres États européens en conservent un contrôle étroit ?

La France possède le deuxième réseau hydroélectrique européen. Bâti pour l’essentiel au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il est totalement amorti. Il permet de produire l’énergie renouvelable la moins chère

L’opérateur historique, et principal, des concessions hydrauliques attribuées par l’État pour une durée de 75 ans, c’est EDF. Son changement de statut, en 2004, déclenche le début de la fin du service public... D’établissement public, EDF devient société anonyme. Résultat : l’année suivante, la Commission européenne signale à la France que l’obligation de mise en concurrence doit s’appliquer, puisque le service public n’est plus confié à un établissement public. En 2006, les députés français rassurent Bruxelles et votent une loi qui supprime la clause de préférence pour EDF sur la gestion des ouvrages hydrauliques.

La privatisation des barrages met en péril la transition énergétique

Après les autoroutes, les barrages : le bradage du patrimoine public devrait se poursuivre. La direction européenne de la concurrence vient d’ouvrir une enquête pour position dominante d’EDF dans l’hydroélectricité. Le gouvernement semble tout disposé à y répondre en remettant la rente hydraulique au privé, sans réciprocité.

Le 25 octobre 2017, le cabinet du Premier ministre, Édouard Philippe, a fait savoir à l’interfédérale (CGT, FO, CFDT et CFE-CGC) des salariés de la branche hydroélectricité que le gouvernement ne reviendrait pas sur le principe de la mise en concurrence des concessions de barrages orchestrée depuis des années par la Commission européenne. Une décision de plus qui va contre l’intérêt général.

Une fois de plus, la politique conduite par Emmanuel Macron va à l’encontre de l’intérêt général, du climat et du social.

Les citoyens français, les électeurs français ont-ils donné mandat à un quelconque parlementaire pour dilapider les outils de production énergétique publics ? Ceux-ci ont été financés par les impôts depuis plusieurs générations.

https://www.les-crises.fr/la-privatisation-des-barrages-cest-la-paix/
https://reporterre.net/La-privatisation-des-barrages-met-en-peril-la-transition-energetique
http://multinationales.org/Le-gouvernement-francais-va-t-il-privatiser-les-barrages
https://melenchon.fr/2018/03/08/video-melenchon-rdls57-guyane-mayotte-sncf-barrages-nucleaire-elections/


Privatisation des barrages hydroélectriques : quels risques ?
Cahier des charges flou, tentation de spéculer sur la production d’électricité, gestion des cours d’eau privatisée, incertitudes sur le statut des salariés, questions autour de l’entretien et de la sécurité des ouvrages… Les conséquences de cette privatisation rampante pourraient être lourdes. Enquête.
https://www.bastamag.net/Barrages-hydroelectriques-une

Arrow Pétition contre la mise en concurrence des concessions hydrauliques
http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2014N46821
https://blogs.mediapart.fr/bonneau-alain/blog/030116/le-gouvernement-francais-va-t-il-privatiser-les-barrages-petition-nationale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Lun 12 Mar - 22:37



La révolte gronde à Mayotte

Selon Carole Gaessler dans le 19/20 de ce 12 mars, après un mois de manifestations et de grève les habitants de Mayotte n'en peuvent plus. Pourquoi ? À cause de "la pression migratoire". Rien à voir avec le chômage et la misère !

Sur ce territoire devenu département en 2011 on déplore une hausse de la délinquance mais aussi une forte précarité de la population (84 % des habitants vivent en-dessous du seuil de pauvreté) et un chômage persistant (26 %, soit le taux le plus élevé de France).
Qui plus est, 'l’île est un désert médical avec trois fois moins de médecins par habitant que la métropole, quatre fois moins de spécialités médicales et chirurgicales, une activité des services en hausse de + 25 % en trois ans'
https://www.ouest-france.fr/mayotte/mayotte-la-crise-sociale-met-en-peril-les-services-de-sante-5614483
https://actu.orange.fr/france/a-mayotte-la-ministre-des-outre-mer-n-est-pas-la-bienvenue-et-la-mobilisation-se-poursuit-CNT000000ZDAAa/photos/des-manifestants-protestant-contre-l-insecurite-sur-un-barrage-erige-pres-de-koungou-a-mayotte-le-9-mars-2018-126ede5bfe649bd3725949033f541de0.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mayotte
http://www.brgm.fr/regions/reseau-regional/mayotte


Mais Attila et sa fine quipe ont trouvé la solution :
'Le gouvernement réfléchit à "un statut extra-territorial" pour la maternité de Mayotte, pour que les naissances très nombreuses n'y "permettent pas obligatoirement d'obtenir la nationalité française", a déclaré le porte-parole du guovernement, Benjamin Griveaux'
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/03/11/97001-20180311FILWWW00063-mayotte-le-gouvernement-reflechit-a-un-statut-extra-territorial-pour-la-maternite.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Mar 13 Mar - 16:39



Nicolas Hulot pleure sur le sort des pauvres usagers du train

La SNCF n'assure plus « les services que l'on avait l'habitude de recevoir » et « c'est insupportable pour le quotidien des Français », a déclaré ce mardi 13 mars Nicolas Hulot à la veille de la présentation de la loi sur les ordonnances permettant de réformer le secteur ferroviaire.

Réformer pour privilégier le train à la voiture
« Implicitement, si j’ai envie que la SNCF fonctionne mieux, c’est pour inciter les gens à l’utiliser le plus souvent, mais là, on est dans une incitation un peu contraire », a jugé l'hypocrite.
https://www.ouest-france.fr/economie/transports/sncf/sncf-c-est-insupportable-pour-le-quotidien-des-francais-affirme-nicolas-hulot-5618625

Voilà des années que les dirigeans de la SNCF, avec la complicité des pouvoirs publics (Conseil général, notamment) font en sorte de détourner les Français du train. Par exemple, en faisant en sorte que le taxi dit "transport à la demande" arrive à la gare juste après le départ des trains, comme c'est le cas en Charente-Maritime.

Pourquoi Macron et ses aboyeurs s'attaquent-il aux cheminots ?
Pour "offrir aux entreprises privées qui investiront le lucratif marché du rail dans quelques années la possibilité d’avoir une main-d’oeuvre peu coûteuse, sans trop de normes en matière de formation ou de sécurité. Bref, un marché ouvert, déréglementé et sans contraintes."
http://www.le-blog-de-roger-colombier.com/2018/03/pourquoi-macron-et-ses-aboyeurs-s-attaquent-il-aux-cheminots.html

Il y a un an, Edouard, cheminot victime de harcèlement par sa direction, s'est suicidé.
Depuis plusieurs années il était attaqué par une direction qui ne supportait pas son engagement syndical mis au service de la défense de ses collègues et sa lutte contre les injustices.
http://www.revolutionpermanente.fr/Un-cheminot-victime-de-harcelement-par-sa-direction-se-suicide-en-se-jetant-sous-un-train

Conflits d'intérêts
Selon Le Canard enchaîné, la Fondation Nicolas Hulot a reçu depuis plusieurs années de gros chèques d'EDF et Veolia, alors que le ministre Hulot doit se prononcer sur l’EPR de Flamanville détenu par EDF, et qu'entre dans son champ de compétences l' « écologie circulaire » (le recyclage des déchets), un marché brigué par VEOLIA.

Veolia siège même au conseil d’administration de la fondation
Autre casserole pointée par Le Canard enchaîné, les produits Ushuaïa, qui font la fortune de Nicolas Hulot, ont été placés sur la « liste rouge » des produits chimiques dangereux en 2006 par Greenpeace.
https://www.ouest-france.fr/politique/nicolas-hulot/edf-veolia-les-encombrants-soutiens-financiers-de-la-fondation-hulot-5116754



Hulot et Bure :
https://pbs.twimg.com/media/DW3mAWKXkAEHgKK.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Jeu 15 Mar - 15:03



L’argent et les cheminots  
par Jean Ortiz

[Extrait]
Le prédateur élyséen avance vite, sème ruines et régressions abyssales, et prétend en finir avec le service public ferroviaire, ou du moins, ce qu’il en reste.

Et voilà-t-il que pour ce faire il veut se payer la tête et la peau des cheminots, le Macron. Entreprise à hauts risques. Dans un pays, il y a des professions symbole de résistance, de luttes anticapitalistes, d’acquis sociaux « jalousés ».

Macron veut se payer les cheminots pour des raisons essentiellement idéologiques et politiques. La dette n’est que prétexte. Comme la dame Thatcher, égérie de Pinochet, il entend casser les reins à toute une profession, pour l’exemple. Et brandir ce trophée de lutte des classes, la-tête-des-cheminots, afin de décourager le peuple et d’asseoir définitivement, ad vitam aeternam, le système capitaliste.
Alors oui : tous cheminots, à partir de nos revendications, de nos problèmes, dans la convergence et l’unité la plus large. Jamais l’offensive libérale n’a été aussi débridée, sûre d’elle, cherchant délibérément l’affrontement, « jupitérienne ». De tels enjeux exigent un niveau de lutte à la hauteur de la situation. Tous cheminots ! Gagner ensemble.
http://www.le-blog-de-roger-colombier.com/2018/03/merci-jean-ortiz.html

La SNCF est en crise parce que les cheminots sont des « privilégiés »... La preuve ? La SNCF se porte bien financièrement et fait des bénéfs juteux. Imparable !
14 mars 2018
http://www.le-blog-de-roger-colombier.com/2018/03/l-argent-et-les-cheminots-2e-partie-par-jean-ortiz.html


Le Media a consacré une partie du journal du 13 mars à la réforme ferroviaire
https://www.youtube.com/watch?v=ZfbOjqdRbV4 cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Sam 17 Mar - 5:56



Réforme de la justice : avocats, magistrats et greffiers manifestent à Bordeaux

« Absence de concertation = stop à la méthode Macron » : magistrats, avocats et greffiers se sont rassemblés ce vendredi 16 mars après-midi devant le TGI de Bordeaux pour protester contre les projets de réforme de la justice.

« Le projet de loi que nous avons découvert la semaine dernière est grave pour nous tous, mais surtout pour les justiciables », a dénoncé le bâtonnier du barreau de Bordeaux, Jérôme Dirou, devant une centaine de manifestants.

« Un pilier de notre démocratie »

Plusieurs arboraient des pancartes où l'on pouvait lire : « Pas de justice sans moyen à la hauteur des besoins », « justice de proximité, justice de qualité », « Derrière la « simplification », l'atrophie de la justice pénale ».

« Le fait d'avoir accès à un juge, à un débat judiciaire, c'est un pilier de notre démocratie », a ajouté le bâtonnier, dénonçant une réforme dont l'objectif est, selon lui, de « faire des procès moins nombreux, qui coûtent moins chers et plus rapides ».

Du côté des magistrats, les manifestants ont dénoncé une « réforme d'ampleur...
https://www.ouest-france.fr/societe/justice/reforme-de-la-justice-avocats-magistrats-et-greffiers-manifestent-bordeaux-5625842
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Sam 17 Mar - 6:06


Chanoine de Latran

Laïcité
Le gouvernement veut retirer les associations religieuses de la liste des lobbies

L'exécutif ne veut plus obliger les cultes à s'inscrire au registre des représentants d'intérêts, accréditant l'idée que les religions ne défendent pas d'intérêts particuliers mais le bien commun...

Décidément, le gouvernement s'est entiché des religieux. Depuis son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron fait des pieds et des mains pour s'attirer les bonnes grâces des représentants des cultes : critiques contre une "radicalisation de la laïcité", discours parsemés de références à la "transcendance", fauteuils réservés aux dépositaires des religions dans le Comité national d'éthique... Dernière opération séduction en date : le gouvernement a prévu de retirer les associations religieuses de la liste des lobbies.

C'est la chaîne Public Sénat qui a repéré cette disposition dans le texte du projet de loi "pour un Etat au service d'une société de confiance", également connu sous le nom de "loi sur le droit à l'erreur". Le texte a été voté à une large majorité par l'Assemblée nationale fin janvier, et passe depuis ce mardi 13 mars entre les mains du Sénat, avant un vote prévu pour le 20.

Dans le cadre de sa loi sur la transparence en 2013, le gouvernement de François Hollande avait créé un registre des représentants d'intérêts. Objectif : établir, comme cela existe dans l'Union européenne, un répertoire recensant les groupes d'intérêts de toute nature : entreprises privées, syndicats, ONG militantes. En 2016, la loi Sapin 2 ajoute à la liste les "associations à but cultuel", soit les religions. L'initiative avait fait grogner au sein du clergé catholique, l'abbé Pierre-Hervé Grosjean regrettant par exemple dans Famille chrétienne que "l'Eglise et les marchands de tabac" soient mis "au même niveau". Être inscrit au registre des groupes d'intérêt n'a pourtant rien d'infamant. Il s'agit simplement de fournir des informations à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) : identité de l'organisation et des intérêts qu'elle défend, et recensement précis des interactions avec les représentants de l'autorité publique.

Deux ans plus tard, donc, l'article 38 de du projet de loi présenté par le gouvernement d'Edouard Philippe prévoit d'abroger purement et simplement l'article de la loi Sapin qui inscrivait les associations religieuses au registre des lobbies. [...]

Avec cette nouvelle disposition, il ne serait donc plus possible de savoir quand, ni à quelle fréquence, des curés, imams et rabbins prennent rendez-vous avec des députés. Une décision que regrette Marie-Pierre de la Gontrie, sénatrice PS, au micro de Public Sénat : "Cela n'a pas de sens. On l'a vu notamment lors de la loi pour le mariage pour tous, les associations religieuses ne sont pas les moins actives pour tenter d'influer sur les parlementaires". Mais c'est sans doute cela, la "laïcité apaisée".

15/03/2018
https://www.marianne.net/politique/le-gouvernement-veut-retirer-les-associations-religieuses-de-la-liste-des-lobbies
https://www.change.org/p/emmanuel-macron-pour-la-la%C3%AFcit%C3%A9-macron-ne-doit-pas-%C3%AAtre-chanoine-de-latran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: LREM : Le Ravageur Escroc Mercanti   Sam 17 Mar - 6:14



Heures supplémentaires : la "désocialisation" version Macron, ça rapportera combien ?

|...] Une mesure qui, d'après les estimations de l'OFCE, coûterait environ 3 milliards d'euros aux finances publiques
Ce qui reste moins cher que les 5 à 7 milliards qu'ont coûté à l'Etat les cadeaux fiscaux destinés à seulement quelques milliers d'ultra-riches…

la suppression des cotisations sociales sur les heures supplémentaires devrait intervenir à l’horizon 2020.

15/03/2018
https://www.marianne.net/economie/heures-supplementaires-la-desocialisation-version-macron-ca-rapportera-combien
https://www.plusdebonsplans.com/heures-supplementaires-retour-exoneration-fiscale.html


Avec Macron, 3 milliards d'impôts en moins... pour les 3.000 foyers les plus riches !
Ses deux mesures, sur l’ISF et les revenus mobiliers, coûteraient 7 milliards, selon les calculs de l'OFCE... dont près de la moitié serait captée par quelques milliers de foyers fiscaux les plus riches !
11/07/2017
https://www.marianne.net/economie/avec-macron-3-milliards-d-impots-en-moins-pour-les-3000-foyers-les-plus-riches


Heures supplémentaires : une mesure à contre-emploi
Eric Heyer, directeur du département analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et auteur d’une note sur le sujet, explique pour Alternatives Economiques les possibles conséquences d’une telle mesure.

'selon nos projections, augmenter la durée du temps de travail, en exonérant les cotisations sur les heures supplémentaires, pourrait détruire près de 19.000 emplois d’ici à 2022.'

'L’exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires a un coût annuel que nous estimons à 3 milliards d’euros.'

'si l’exécutif ne laisse pas filer le déficit, comme il s’y est engagé, alors il faudra bien un nouveau prélèvement pour compenser cette baisse de recettes. Dans ce cas, ceux qui ne font pas d’heures supplémentaires paieront pour ceux qui en font, et donc seront perdants'

'faciliter les heures supplémentaires, en les exonérant de cotisations sociales, peut accentuer la dualité du marché du travail entre ceux à temps complet et ceux à temps partiel. D’où un risque de creusement des inégalités entre hommes et femmes, par exemple (les secondes étant beaucoup plus souvent à temps partiel que les premiers), mais également entre les salariés des différents secteurs.'

12/02/2018
https://www.alternatives-economiques.fr/heures-supplementaires-une-mesure-a-contre-emploi/00083174


Fermetures d'écoles rurales : "Donnons des moyens inéquitables pour rétablir l'égalité des chances"

Pour répondre aux besoins qu'engendre le doublement de 5.600 classes dans les zones prioritaires prévu pour la rentrée prochaine, de nombreuses académies font appel aux instituteurs d'établissements ruraux. Conséquence : des centaines d'écoles s'apprêtent à fermer sur tout le territoire. Le député LFI François Ruffin réagit pour Marianne.

21/02/2018
https://www.marianne.net/societe/francois-ruffin-sur-les-fermetures-d-ecoles-rurales-donnons-des-moyens-inequitables-pour


"La mort est dans le pré" ou le sacrifice de nos agriculteurs sur l'autel du productivisme
'la Mutualité sociale agricole (MSA) estime à 30% le pourcentage d’agriculteurs ayant gagné, en moyenne, 354 euros par mois en 2016.'
https://www.marianne.net/debattons/tribunes/la-mort-est-dans-le-pre-ou-le-sacrifice-de-nos-agriculteurs-sur-l-autel-du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Lun 19 Mar - 23:12



Vidéo. Les étudiants occupent toujours l’université de la Victoire à Bordeaux

La faculté des sciences humaines de la Victoire est occupée par les étudiants depuis près de dix jours maintenant. Ils entendent rester mobilisés jusqu'au retrait de la réforme de la sélection à l’université.

Tout est parti d’un premier blocus de la faculté des sciences humaines de la Victoire il y a une dizaine de jours. Les étudiants manifestent contre la réforme de la sélection à l’université voulue par la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal.

Depuis, le mouvement étudiant a subi la répression de la police, ce qui a renforcé la détermination des manifestants. Aujourd’hui les étudiants occupent la faculté sept jours sur sept, de jour comme de nuit.
http://www.sudouest.fr/2018/03/18/video-les-etudiants-occupent-toujours-l-universite-de-la-victoire-a-bordeaux-4290881-3229.php
https://youtu.be/ejBJw5-YXc4
 cyclops



L’amphi Gintrac a été violemment évacué par la police le mardi 6 mars, à la demande de Manuel Tunon de Lara, président de l’université.
https://rue89bordeaux.com/2018/03/etudiants-occupent-amphi-gintrac-universite-bordeaux/
https://rue89bordeaux.com/2018/03/montee-de-tension-apres-descente-de-police-a-luniversite-de-bordeaux/


http://sarko-verdose.bbactif.com/t28p50-lru-universites-recherche-cnrs-grandes-ecoles Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Mar 20 Mar - 22:51



Le gouvernement bloque le vote d’une loi destinée à revaloriser les retraites des agriculteurs

Mercredi 7 mars, le Sénat devait adopter une loi pour revaloriser les retraites agricoles à 85% du SMIC. Mais le gouvernement en a décidé autrement.

Revaloriser la retraite des agriculteurs de 75% à 85% du SMIC, ce n’était pourtant pas ce qu’on pourrait appeler un « cadeau » pour nos anciens, mais ce n’est pas du goût du gouvernement. La semaine dernière, la proposition de loi communiste qui consiste à augmenter la retraite d’environ 30.000 anciens exploitants agricoles supplémentaires (de 871 à 987 euros par mois) a fait l’unanimité à l’Assemblée nationale et au Sénat. Mais le gouvernement a décidé d’utiliser l’article 44.3 de la constitution pour bloquer la loi. Du jamais vu depuis trente ans.

Les sénateurs dénoncent « un coup de force »

Écrite par des députés communistes et votée par l’Assemblée nationale en février 2017, sous François Hollande donc, la loi venait d’être validée par le Sénat. Elle devait donc s’appliquer directement, sans décret. Mais le gouvernement a refusé et a utilisé l’article 44.3 de la Constitution dite « du vote bloqué » . Grâce à cet article de la Constitution, le gouvernement choisi les extraits et amendements du texte. Il a donc décidé de repousser à 2020 l’application de cette loi, date de la future réforme des retraites.

Alors que le gouvernement use abondement des ordonnances, les sénateurs, tous partis confondus (sauf La République en marche évidemment) sont montés au créneau face à ce mépris des parlementaires. Eliane Assassin, sénatrice communiste a dénoncé un coup de force d’une rare violence contre une proposition de loi d’initiative parlementaire». « On confond légiférer vite et légiférer bien », a affirmé la centriste Nathalie Goulet.

« Le nouveau monde méprise l’agriculture et les agriculteurs, la preuve au Sénat en bloquant une proposition de revalorisation des pensions partagées par une majorité de parlementaires », a dénoncé Gisèle Biémouret, députée Nouvelle Gauche dans le Gers. Un coup de force de plus qui passe mal.

https://lemediapresse.fr/social-fr/le-gouvernement-bloque-le-vote-dune-loi-pour-revaloriser-les-retraites-des-agriculteurs/



Coup de force aussi à l'université de Toulouse
Le gouvernement vient de la placer sous tutelle. Une première !
Les étudiants de la Sorbonne se mobilisent par solidarité.
Université Jean-Jaurès de Toulouse : la présidence dissoute, un blocus illimité annoncé
Une forte tension causée par le flou autour d'une possible intervention de la police est palpable.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/20/2763427-presidence-universite-jean-jaures-dissoute-intervention-policiere-annoncee.html

Voir Le Media de ce mardi 20 mars
https://www.youtube.com/watch?v=tO2f5Ids7ik  cyclops
D'autres vidéos du Journal :
https://www.youtube.com/channel/UCT67YOMntJxfRnO_9bXDpvw/videos

France 3 préfère parler du sandwich jambon-beurre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Mer 21 Mar - 3:39



Urgences médicales : les petits services menacés

Alors que plusieurs services d'urgences ont fait grève ce mardi 20 mars pour protester contre un manque de moyens, les petits services des plus petites communes sont menacés de fermeture, sous prétexte que leur activité serait insuffisante, selon l'Agence régionale de santé (ARS).

"Ce n'est pas rentable, mais c'est vital"

Alors, faut-il fermer ce petit service d'urgence ? Pour les soignants, cela serait une erreur, notamment pour les AVC qui nécessitent une prise en charge rapide. Ainsi, les habitants de Tonnerre devront aller à Auxerre (Yonne), à 40 kilomètres, ou à Dijon (Côte-d'Or), à plus de deux heures de route.
https://www.francetvinfo.fr/sante/politique-de-sante/urgences-medicales-les-petits-services-menaces_2666524.html

Manifestation pour sauver les urgences de Tonnerre : «L’ARS parle de chiffres, on parle d’humain» [Vidéo]
Mardi 16 janvier, environ 300 personnes, dont une poignée d’Aubois, ont manifesté aux portes de l’Agence régionale de santé à Dijon contre la fermeture du service des urgences de nuit de Tonnerre.
http://www.lest-eclair.fr/54435/article/2018-01-16/manifestation-pour-sauver-les-urgences-de-tonnerre-l-ars-parle-de-chiffres-parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Mer 21 Mar - 8:59



Pour résoudre le problème du chômage, Macron réprime les chômeurs
Alors que les dossiers de la sélection ou de la réforme ferroviaire ne sont pas encore refermés, Muriel Pénicaud a présenté hier de nouvelles mesures liées à la réforme de l’assurance-chômage.

Au cours de sa campagne, le candidat Macron avait promis de renforcer les contrôles sur les chômeurs, tout en élargissant les possibilités d’accès aux aides, donnant ainsi à son projet une apparence faussement équilibrée. Alors que le gouvernement est revenu sur sa promesse d’universalité de l’assurance chômage, en conditionnant drastiquement la mesure annoncée d’extension de ce droit aux démissionnaires, les mesures annoncées pour contrôler les chômeurs se portent en revanche très bien.

Une nouvelle attaque contre les droits des travailleurs

Nouvelle grille de sanctions, redéfinition de l’ « offre raisonnable d’emploi », augmentation du nombre d’agents de contrôle, le gouvernement entend faire porter aux chômeurs la responsabilité de leur situation. Si la ministre du travail a louvoyé en prétendant remettre de la cohérence dans le système, la logique du projet de loi est évidente.

Prenons l’ « offre raisonnable d’emploi ». Sous prétexte de « personnaliser » le système en y inscrivant les spécificités de chaque demandeur d’emploi pour adapter le caractère « raisonnable » d’une offre, l’objectif est d’augmenter la coercivité de cette mesure. Aujourd’hui, comme l’ont annoncé les médias bourgeois, le refus de deux offres « raisonnables » d’emploi conduit rarement à la radiation, il convient donc d’augmenter à la fois la peur de la menace et le nombre de radiations.

De même, sous couvert de les équilibrer, un durcissement des sanctions est également prévu. Ainsi, pour les chômeurs qui refuseraient pour la première fois deux offres d’emplois « raisonnables », la réduction de l’allocation passerait de 20% à 50% pendant deux mois. La mise en avant d’une réduction de la sanction pour absence injustifiée, donnée par M. Pénicaud en exemple de l’incohérence du système, n’a donc pour fonction que de dissimuler l’augmentation de la répression contre les chômeurs.

Sanctionner les chômeurs plutôt que les patrons

Sans surprise, ce sont donc des mesures contre les travailleurs que le gouvernement Macron propose. Malgré une période de relative embellie économique, le patronat encouragé par le gouvernement compte bien consolider ses profits après une longue période marquée par une croissance molle. Pour cela, il s’agit de continuer l'aggravation des conditions des travailleurs, maintenant structurellement un chômage de masse, comme une armée de réserve lui permettant de faire pression à la baisse sur les salaires.

Il est évident que ces mesures ne régleront en rien les problèmes qui affectent les chômeurs. Leur seul objectif est de proposer une réponse idéologique, par la culpabilisation des chômeurs, à un problème superstructurel insoluble sans porter atteinte aux intérêts que défend le gouvernement. La mise en place de la sélection à l’université s’inscrit dans une logique similaire, en cherchant à réduire les aspirations sociales des enfants des classes moyennes et ouvrières.

En conclusion, l’augmentation du contrôle des chômeurs n’est qu’une des dimensions du panel de mesures coercitives que le gouvernement est en train d’instituer afin de compenser sur le terrain de la répression et de l’idéologie son incapacité à résoudre les contradictions aiguës que traverse le capitalisme. L’accentuation de la lutte des classes, dont l’intensité des attaques du gouvernement est une illustration criante, n’a pour l’instant, pas suscité la réponse espérée du côté des travailleurs.

Par REVOLUTION PERMANENTE
http://www.cgt-unilever-hpc-france.com/2018/03/reforme-de-l-assurance-chomage.html

Le chômeur, individu présumé coupable de ne pas rechercher un emploi
Ne rendons pas les chômeurs responsables d’une situation qu’il faut ne jamais avoir connue pour la juger enviable.
https://www.marianne.net/debattons/editos/le-chomeur-individu-presume-coupable-de-ne-pas-rechercher-un-emploi

Assurance chômage
Ce qui se cache derrière la future offre raisonnable "personnalisée"
La "co-construction" des critères de l'offre "raisonnable" promet d'être à double tranchant.
https://www.marianne.net/societe/pole-emploi-ce-qui-se-cache-derriere-la-future-offre-raisonnable-personnalisee


http://data.over-blog-kiwi.com/1/05/75/12/20180320/ob_50f2a3_negociations-salariales-2018.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Mer 21 Mar - 9:27



Ordonnances SNCF : l’occasion
par Frédéric Lordon

Si ceux qui ont quelque responsabilité dans la « conduite » des mobilisations qui s’annoncent ne comprennent pas que le mouvement ne doit pas être « le mouvement des cheminots » ou le « mouvement contre les ordonnances SNCF », alors le mouvement échouera – une fois de plus. Que le mouvement doive aussi être cela – mouvement des et pour les cheminots –, la chose est tellement évidente qu’elle devrait aller sans dire. Mais si le mouvement n’est que cela, il est perdu d’avance.

Contre l’offensive générale, le débordement général

C’est que, comme on disait jadis, toutes les conditions objectives sont réunies pour que le mouvement déborde de partout – quand, précisément, tout l’enjeu est de le faire déborder. Rarement si grand nombre de secteurs de la société sont arrivés ensemble à un tel point d’épuisement, d’exaspération même, ni n’ont été maltraités avec une telle brutalité par un gouvernement qui, en effet, a décrété l’« offensive générale » (1). C’est bien simple : ça craque d’absolument partout. Ehpad, hôpitaux, postiers, inspecteurs du travail, retraités, paysans, profs, étudiants, fonctionnaires bientôt, et surtout l’immense iceberg des salariés brutalisés du privé, dont la pointe a été sortie des eaux glacées par le désormais mémorable Cash Investigation spécial Lidl&Free – et le tout, c’est là l’esthétique particulière de l’époque, pendant que les plus riches sont invités à se goinfrer dans des proportions sans précédent sur le dos de tous ceux-là !

Serge Halimi rappelle cette stratégie vieille comme le néolibéralisme du blitzkrieg généralisé, attaque simultanée sur tous les fronts visant à produire un effet de sidération qui laisse les opposants, totalement désorientés, courir dans tous les sens, avoir toujours un train de retard, pour finir défaits dans tous les compartiments du jeu.

À l’évidence Macron en est là. Ce qui est étonnant avec tous ces « modernes », c’est combien ils pensent vieux. Macron croit dur comme fer à la théorie du ruissellement – Reagan. Faux. Il veut privatiser les chemins de fer – Thatcher. Désastreux (mais c’est également le propre de ce « réalisme », et de ce « pragmatisme », d’ignorer jusqu’aux enseignements les plus élémentaires et du réel et de l’expérience). Le voilà maintenant tenté d’émuler la brillante stratégie d’un ministre des finances néo-zélandais des années 1980. Il n’est pas exclu qu’il se trompe.

Il faut toute la médiocrité intellectuelle des gens de presse pour avoir fait de Macron un « président intellectuel ». [...]

à force de ne vouloir sauvegarder que les tickets-restaurants, en se refusant à parler de quoi que ce soit d’autre, les confédérations arriveront par nous faire perdre jusqu’aux tickets-restaurants.
Or, « quoi que ce soit d’autre », c’est la politique. Et nous y sommes. L’affaire de la SNCF est une affaire de politique : il y est question des principes d’un ordre entier. La racaille éditorialiste, qui n’a pas désarmé depuis 1995, est déjà sur les dents. Le tir de barrage va être immonde, phénoménal. [...]

Pour un syndicalisme politique

[...] on ne fait pas le même syndicalisme en 2018, après dix années de crise structurelle mondiale, que dans les années fordiennes. Voilà un moment que le syndicalo-syndicalisme a rencontré, et même dépassé, sa limite. S’il n’est pas capable de faire de la politique, c’est-à-dire de tenir un discours général, où d’ailleurs toutes les luttes peuvent venir prendre un sens d’ensemble, il ne sortira plus vainqueur d’aucun grand affrontement, précisément parce que les grands affrontements emportent des enjeux essentiellement politiques, s’ils sont masqués par la particularité du front attaqué (ici la SNCF). [...]

L’occasion de ne plus être seuls

Or, une occasion se présente. Pour tous ceux qui voient dans leurs vies mêmes ce monde rendu à ses extrémités, le minimum est de la leur confirmer comme telle, c’est-à-dire comme lutte d’intérêt commun, pour qu’ils cessent de souffrir chacun par devers soi. [...]

si d’aventure la mobilisation du 22 mars est importante, alors il sera de la responsabilité de la CGT de veiller sur elle. Ensuite qu’il est l’heure pour l’organisation de mesurer combien les temps ont changé. Le déchaînement néolibéral ne se connaît plus de limite, il va tout emporter, et notamment les centrales qui seront restées les deux pieds dans le même sabot à jouer le jeu idiot sans comprendre qu’une contre-révolution s’apprête à les renvoyer au néant (si elles ne sont pas passées à la franche collaboration) – car, après la SNCF, il y aura la fonction publique, le SMIC, la Sécu, tout ! Après tant de défaites majeures depuis 2010, il se pourrait que la CGT soit rendue à un point de décision : ou bien s’enfoncer dans l’insignifiance, ou bien se porter la hauteur de l’époque, c’est-à-dire à la hauteur d’une crise historique, et du rôle qu’elle peut y tenir. Mais à la condition de devenir capable de dire les choses que l’époque appelle. Si elle y parvient, elle peut devenir le lieu de convergence de toutes les forces qui n’en peuvent plus de ce monde. Et sinon, adieu Berthe [...]

le capitalisme, débarrassé des saines régulations de la peur, est devenu fou de violence. Il en est arrivé à un point où sa brutalité globale n’appelle plus que des réponses globales. Les temps ont changé. Il est possible qu’il n’y ait plus de place, et d’espoir, que pour un syndicalisme politique. Et pourquoi pas révolutionnaire.

20 mars 2018
https://blog.mondediplo.net/2018-03-20-Ordonnances-SNCF-l-occasion


LE MONDE LIBRE #2 : COMMENT STOPPER MACRON, ÉVITER UN CHOC THATCHERIEN ?
Un débat animé par Aude Lancelin, avec Monique Pinçon-Charlot (sociologue), Henri Sterdyniak (économiste), Bérenger Cernon (conducteur de train), Nicolas Baverez (historien) et Daniel Labaronne (député macroniste).
https://www.youtube.com/watch?v=qRqo7-k_zBg
 cyclops

Des cheminots aux enseignants, une fin de semaine marquée par grèves et manifestations
Plus de 140 manifestations de fonctionnaires sont prévues dans toute la France le jeudi 22 mars
À Paris, la manifestation partira en début d'après-midi de Bercy, devant le ministère de l'Économie, puis rejoindra la place de la Bastille, où les fonctionnaires retrouveront le cortège des cheminots, qui prévoient de leur côté une unique manifestation nationale, au départ de la gare de l'Est.
http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Des-cheminots-aux-enseignants-une-fin-de-semaine-marquee-par-greves-et-manifestations-1482923
http://portail.free.fr/actualites/france/7500165_20180316_fonction-publique-plus-de-140-manifestations-prevues-dans-toute-la-france-le-22-mars.html



La gauche lance un appel commun pour la mobilisation du 22 mars
Plusieurs formations de gauche ont rendu public un appel à riposter à la casse du service public orchestrée par Emmanuel Macron :
Alternative Libertaire, Ensemble, Europe-écologie-Les Verts, Gauche Démocratique et sociale (GDS), Géneration.s, La France Insoumise, le NPA, le Parti de gauche, le PCF, le PCOF, République et socialisme.
Déclaration unitaire
https://www.humanite.fr/mobilisation-du-22-mars-la-gauche-lance-un-appel-commun-652240

Olivier Besancenot refuse d'admettre que cette action syndicale est aussi politique.
https://www.youtube.com/watch?v=_kyeLwMrbk8  cyclops

Comment les chiens de garde médiatiques qualifient cette union politique enfin créée le 19 mars : "de circonstance" (Europe1), "difficile" (Le Point), "un mirage" (Le Parisien)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Aide aux riches voyous   Mer 21 Mar - 20:05



Secret des affaires : une proposition de loi LREM controversée adoptée en commission

Ce projet de loi macroniste vise à protéger le secret des affaires en muselant l'information.  

Un collectif de journalistes, de syndicats et d'associations a dénoncé un texte qui "remet gravement en cause l'intérêt général et le droit des citoyens à l'information" avec une définition du secret des affaires "si vaste que n'importe quelle information interne à une entreprise peut désormais être classée dans cette catégorie".

"Des scandales comme celui du Mediator ou du bisphénol A, ou des affaires comme les +Panama Papers+ ou +LuxLeaks+ pourraient ne plus être portées à la connaissance des citoyens", estiment les signataires, dont des sociétés des journalistes de divers média, des lanceurs d'alerte ou des personnalités comme le vice-président d'Anticor.

Insoumis et communistes ont relayé ces inquiétudes en commission, Stéphane Peu (PCF) dénonçant notamment un texte érigeant "l'opacité des affaires en principe et la transparence en exception". Avec la définition large du secret des affaires, il a vu "une arme de dissuasion contre la liberté d'informer".
https://www.la-croix.com/France/Politique/Secret-affaires-proposition-loi-LREM-controversee-adoptee-commission-2018-03-21-1300923243



La directive européenne du 14 avril 2016 sur le secret des affaires expliquée en deux minutes [Vidéo]
https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/video-la-directive-sur-le-secret-des-affaires-expliquee-en-deux-minutes_1415431.html

"Secret des affaires" : quand l’opacité devient norme
http://www.regards.fr/web/article/secret-des-affaires-quand-l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Ven 23 Mar - 2:54



Le journal LE MEDIA présente un compte-rendu des manifestations de ce 22 mars 2018 [vidéo]
En compagnie de Michel Soudais, rédacteur en chef adjoint de la revue Politis. Puis, les "éléments de langage" macronistes et un reportage sur le cheminot belge, Jordan Croeisaerdt.

Suivi de la journée de mobilisation du 22 mars
https://paris-luttes.info/suivi-de-la-journee-de-9777
https://www.politis.fr/articles/2018/03/suivez-en-direct-la-journee-de-mobilisation-38564/


Les premiers pas d’une longue marche
La première journée de grève et de manifestations des fonctionnaires et des cheminots a été suivie par 500.000 Français.
Selon le comptage de la CGT, 65.000 manifestants ont défilé à Paris pour la défense du service public.

« On crève, nous sommes usés par les manques d’effectif »
Ainsi, en ce jeudi 22 mars, date du cinquantième anniversaire des mouvements de la fac de Nanterre, prémices de Mai 68, la mobilisation sentait bon la colère et le ras-le-bol.
« Le gouvernement finit de détruire tout ce que nous avons construit depuis 1945, tempête Christine Quillet, secrétaire de la CGT du CHU d’Amiens. On crève, nous sommes usés par les manques d’effectifs, et les médias, plutôt que de filmer la galère des usagers dans le métro, feraient mieux de montrer ce qu’il se passe dans les services d’urgence. » [...]

Pour François Ruffin, député amiénois de la France insoumise présent dans le cortège, il va falloir pour cela taper plus fort. «  La question, c’est l’après, à côté des cheminots, il faut autre chose, créer un mouvement citoyen. »
http://www.courrier-picard.fr/98730/article/2018-03-22/les-premiers-pas-dune-longue-marche

Grève à la SNCF : soutenez-vous les cheminots ?
Oui : 72%
https://actu.orange.fr/question-du-jour-2018-03-16-CNT000001047wh.html

Les grévistes, ces cancres qui n’ont pas compris la leçon du professeur Macron
Quand des citoyens se montrent rétifs au prêt à penser qui tient lieu d’opinion obligatoire, on les somme de rentrer dans le rang.
https://www.marianne.net/debattons/editos/greve-du-22-mars-ces-cancres-qui-n-ont-pas-compris-la-lecon-du-professeur-macron

Attila veut "assouplir" le statut des fonctionnaires
Créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par la loi du 19 octobre 1946, le statut de la fonction publique d'Etat (FPE) a pour ambition d'éviter l'instrumentalisation de l'administration par le pouvoir politique.
http://portail.free.fr/actualites/france/7508263_20180322_statut-des-fonctionnaires-des-regles-que-le-gouvernement-veut-assouplir.html

Services publics : vers le désert français
20 mars 2018
https://heuredupeuple.fr/services-publics-vers-desert-francais/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   Dim 25 Mar - 5:14


Photo Pascal Bonnière

Comment préserver les routes de France, dont l'état se désagrège ?

Plusieurs solutions sont envisagées pour préserver le réseau routier français, mis à rude épreuve par les intempéries et un budget alloué toujours moins important.

L'état de nos routes n'a jamais été aussi mauvais. Pourtant, avant, nous avions l'un des plus beaux réseaux d'Europe. Nous sommes tombés en l'espace de quelques années de la première à la septième place.

En cause : la baisse des crédits. L'État s'est progressivement désengagé de l'entretien des routes, assuré désormais par les mairies et les conseils départementaux, qui ont eux-mêmes un budget limité. Conséquence : les professionnels de la route affirment avoir perdu un tiers de leur activité en cinq ans.
Chaque année, 25% du budget dédié à la route sont supprimés.
25 mars 2018
http://www.rtl.fr/actu/conso/comment-preserver-les-routes-de-france-dont-l-etat-se-desagrege-7792757858


"Pas des nids de poule mais d’autruche !"
Commentaire de 'pei de mafieux et en danger' :
ONF et son nouveau patron prefere laisser dilapider le patrimoine forestier pour faire croire qu'il n'y a plus grand chose a faire et les zélus pourris profitent pour privatiser.. ou comme à l'etang-g un projet d'hotel de luxe dans une forêt jonchée de détritus !!
https://www.zinfos974.com/Route-du-volcan-Pas-des-nids-de-poule-mais-d-autruche_a104185.html

Attila envisagerait une vignette qui coûterait entre 75 et 125 euros par véhicule. Ce qui rapporterait entre 3 et 5 milliards d’euros à l’État [les cadeaux faits aux plus riches ne pourraient donc être légèrement réduits].
http://lavdn.lavoixdunord.fr/282516/article/2017-12-18/devra-t-payer-une-vignette-anti-nids-de-poule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui est Emmanuel Macron ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui est Emmanuel Macron ?
Revenir en haut 
Page 12 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» En marche ! avec Emmanuel Macron
» QG de campagne d'Emmanuel Macron
» Emmanuel Macron
» Emmanuel PIETTE
» Antoine Emmanuel Nsaku ne Vunda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: