sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LFI : La France insoumise se lance

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Sam 14 Avr - 23:03



« Maintenant le peuple - Pour une révolution citoyenne en Europe »

La France insoumise, Podemos et  le Bloco de Esquerda portugais ont lancé un mouvement politique européen.

Là encore il faut dire et faire connaître l’évènement compte tenu de l’incapacité médiatique à rapporter les faits en raison de son engagement idéologique. Ainsi le jour où nous signions, Le Parisien ironisait sur notre incapacité à construire un réseau européen et Le Monde publiait une « analyse » de notre manifeste sans avoir lu le texte puisqu’il n’était pas finalisé. Évidemment, cet article est entièrement occupé à pointer des « divergences » entre signataires notamment à propos du plan B !

Je publie donc ici la version signée à Lisbonne et chacun appréciera. Je la fais précéder du récit du contexte qu’en a fait Younous Omarjee, eurodéputé insoumis qui a coordonné notre équipe lors des discussions en amont. Ce qui est dommage c’est que, dans le contexte européen actuel, face à l’émergence d’un nouveau pôle politique en Europe, le niveau du commentaire médiatique rampe à ce niveau de médiocrité politicienne strictement nationale. Cela nous donne une idée de ce que va être la campagne européenne dans les médias de référence du système. [...]

« Maintenant le peuple ! »

Ce manifeste lance un nouveau mouvement politique européen. Nous le fondons pour l’instant à trois organisations : le Bloco de Esquerda portugais, Podemos l’espagnol et la France insoumise. D’autres nous rejoindront bientôt. Le titre de notre manifeste européen, « Maintenant le peuple », ancre pour ses auteurs la visée politique du projet. L’acteur et le bénéficiaire de l’action est le peuple, sujet de l’histoire contemporaine. Le sous-titre précise : « Pour une révolution citoyenne en Europe ». On sait combien les mots comptent pour nous. Ceux-là sont les bons. De même le cadre politique. Il est dans la dénonciation sans concession de cette Europe. Et il ne mâche pas ses mots dans la logique de la méthode plan A Plan B. La formule rassemble.

L’heure est arrivée de rompre avec le carcan des traités européens qui imposent l’austérité et favorisent le dumping fiscal et social. » C’est bien le contraire des discours fumeux selon lesquels, à traité constant on pourrait changer l’Europe et en faire une Europe sociale, écologique et que sais-je encore. J’arrête ici mon propos pour cette fois-ci. Je donne la parole à Younous Omarjee, eurodéputé insoumis des Outre-mer pour raconter la démarche entreprise. [...]



« MAINTENANT LE PEUPLE ». Pour une révolution citoyenne en Europe »

L’Europe n’a jamais été aussi riche qu’aujourd’hui. Elle n’a jamais non plus été aussi inégalitaire. Dix ans après l’explosion d’une crise financière pour laquelle nos peuples n’auraient jamais dû avoir à payer, nous constatons aujourd’hui que les gouvernants européens ont condamnés nos peuples à une décennie perdue.

L’application dogmatique, irrationnelle et inefficace des politiques d’austérité n’a réussi à résoudre aucun des problèmes structurels causés par cette crise. Au contraire, elle a généré une immense souffrance inutile pour nos peuples. Avec le prétexte de la crise et de ses plans d’ajustement, les gouvernants ont essayé de démanteler les systèmes de droits et de protections sociales qui ont demandé des décennies de luttes pour être obtenus. Ils ont condamné des générations de jeunes à l’immigration, au chômage, à la précarité, à la pauvreté. Ils ont frappé avec une cruauté particulière les plus vulnérables, qui sont ceux qui ont le plus besoin de la politique et de l’État. Ils ont essayé de nous habituer à ce que chaque élection se transforme en un choix entre le statut quo libéral ou la menace de l’extrême droite.

L’heure est arrivée de rompre avec le carcan des traités européens qui imposent l’austérité et favorisent le dumping fiscal et social. » L’heure est arrivée que ceux qui croient en la démocratie franchissent une nouvelle étape pour rompre cette spirale inacceptable. Nous devons mettre un système économique injuste, inefficace et insoutenable au service de la vie et sous le contrôle démocratique des citoyens. Nous avons besoin d’institutions au service des libertés publiques et des droits sociaux, qui sont la base matérielle même de la démocratie. Nous avons besoin d’un mouvement populaire, souverain, démocratique, qui défende les meilleures conquêtes de nos grands-mères et de nos grands-pères, de nos pères et de nos mères, et puisse léguer un ordre social juste, viable et soutenable aux générations futures.

Dans cet esprit d’insoumission face à l’état actuel des choses, de révolte démocratique, de confiance dans la capacité démocratique de nos peuples face au projet défunt des élites de Bruxelles, nous faisons aujourd’hui à Lisbonne un pas en avant. Nous lançons un appel aux peuples d’Europe pour qu’ils s’unissent sur la tâche qui consiste à construire un mouvement politique international, populaire et démocratique pour organiser la défense de nos droits et la souveraineté de nos peuples face à un ordre ancien, injuste et en échec qui nous emmène droit au désastre.

Ceux qui veulent la défense de la démocratie économique, contre les grands fraudeurs et le 1% qui contrôle plus de richesses que tout le reste de la planète ; de la démocratie politique, contre ceux qui font ressurgir les drapeaux de la haine et de la xénophobie ; de la démocratie féministe, contre un système qui discrimine chaque jours et dans tous les domaines de la vie la moitié de la population ; de la démocratie écologiste, contre un système économique insoutenable qui menace la continuité même de la vie sur la planète ; de la démocratie internationale et de la paix, contre ceux qui veulent construire une fois de plus l’Europe de la guerre ; ceux qui partagent la défense des droits humains et des principes élémentaires du bien vivre trouveront dans ce mouvement leur maison.

Nous en avons assez d’espérer. Nous en avons assez de croire ceux qui nous gouvernent depuis Berlin et depuis Bruxelles. Nous mettons la main à l’ouvrage pour construire un nouveau projet d’organisation pour l’Europe. Une organisation démocratique, juste et équitable qui respecte la souveraineté des peuples. Une organisation à la hauteur de nos aspirations et de nos besoins. Une organisation nouvelle, au service du peuple.

14 avril 2018
https://melenchon.fr/2018/04/14/maintenant-le-peuple/
https://melenchon.fr/2018/04/14/de-date-en-date/


'Jour historique. Avec @catarina_mart  de @EsquerdaNet et @Pablo_Iglesias_ de @ahorapodemos, nous signons aujourd’hui la déclaration de #Lisbonne : « Maintenant le peuple - Pour une révolution citoyenne en Europe », qui crée un mouvement politique européen.
12 avr. 2018
https://twitter.com/JLMelenchon/status/984484308869111808

https://youtu.be/lNJ8RWEk164  cyclops

Hoy damos un paso histórico en Lisboa. Unimos fuerzas con el Bloco y France Insoumise para enterrar la era de la austeridad y construir un proyecto nuevo para Europa. Queremos una Europa democrática, justa y que respete la soberanía de los pueblos. Es hora de construirla.
Pablo Iglesias
@Pablo_Iglesias_
12 avr.

Agora mesmo com o Jean-Luc @JLMelenchon e o @Pablo_Iglesias_. Precisamos de uma revolução cidadã na Europa.
Catarina Martins
@catarina_mart
12 avr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Jeu 19 Avr - 12:46

La France insoumise
EN DIRECT CE JEUDI ET CE SAMEDI




Jeudi 19 avril 2018 à 18h00, suivez en direct l'émission « Résister, c’est espérer ! – Le 5 mai, stop Macron »
https://youtu.be/W-1o105Pz7g cyclops
https://lafranceinsoumise.fr/2018/04/18/en-direct-resister-cest-esperer-le-5-mai-stopmacron/

Samedi 21 avril à 10h, suivez en direct le 4e cours de l’école de formation de la France insoumise :
« Éradiquer la pauvreté »

Il sera assuré par Leïla Chaïbi, co-animatrice du pôle auto-organisation et Maxime Da Silva, rapporteur du livret thématique «Éradiquer la pauvreté».
https://youtu.be/tcyLNhfxReM cyclops
https://lafranceinsoumise.fr/2018/04/19/efi4-eradiquer-la-pauvrete/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Dim 29 Avr - 4:18



"Au premier temps de la grève"

Le vendredi 27 avril sur Twitter La France insoumise a posté une chanson de soutien aux grévistes intitulée "Une grève tous en même temps", reprenant l'air de "La Valse à mille temps" de Jacques Brel.
https://www.youtube.com/watch?v=gz6YMcy6Gzs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Lun 4 Juin - 19:28



Campagne de lutte contre la pauvreté

La pauvreté touche tous les aspects de la vie – difficulté d’accès aux soins, mal-logement, précarité, etc. – et frappe sur l’ensemble du territoire. Contrairement à l’idéologie dominante qui dresse les plus pauvres les un·e·s contre les autres, il s’agira de dénoncer la cause première de la pauvreté, l’oligarchie qui se goinfre au détriment de l‘immense majorité de la population.

Chaque jour nous montre la criante nécessité de mener une telle campagne. La politique d’Emmanuel Macron ignore et aggrave la situation des 9 millions de pauvres que compte notre pays. En président des riches, il multiplie les cadeaux aux plus aisé·e·s sans se préoccuper de l’urgence sociale actuelle. Pire encore, le gouvernement réduit son aide aux associations, acteurs majeurs de la solidarité nationale.

Face à cette politique inégalitaire, La France insoumise s’affirme comme force de proposition avec cette campagne. Depuis plusieurs semaines, elle multiplie les auditions d’associations et de personnalités engagées dans la lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes. Comme les autres campagnes lancées lors de la convention, la campagne de lutte contre la pauvreté a vocation à dépasser le cadre de La France insoumise. Elle se fera avec toutes les associations qui souhaitent y prendre part.

À travers cette initiative, La France insoumise veut mettre en avant des propositions claires pour éradiquer la pauvreté, comme le propose son programme L’Avenir en Commun. [...]

Il s’agit de se rendre utile immédiatement, sans se substituer aux associations mais en étant main dans la main avec elles. C’est aussi le combat quotidien des député·e·s LFI à l’Assemblée nationale.

La France insoumise souhaite que l’égalité républicaine ne soit plus un vain mot et que l’État organise concrètement une juste répartition des richesses.

https://lafranceinsoumise.fr/nos-campagnes/campagne-de-lutte-contre-la-pauvrete/
https://laec.fr/section/33/eradiquer-la-pauvrete


L’intervention de Coline Maigre, membre de l’équipe d’animation de la campagne de lutte contre la pauvreté durant l’Assemblée représentative
https://youtu.be/qBqddtdzfcI cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Mer 20 Juin - 1:38



Une question de vaisselle
900 assiettes de présentation et 300 assiettes à pain correspondant à l’idée du changement porté par la Présidence

Dans une question au « ministre de la Faïencerie », François Ruffin a mis en regard cette commande de vaisselle ne concernant « pas, à coup sûr, de vulgaires écuelles : il en coûterait, en effet, plus de 500.000 euros » avec des propos de Macron.

« Le même jour, ce mercredi toujours, le chef de l'État pestait : "On y met un pognon de dingue". Il ne songeait pas à sa vaisselle. Ni aux 93 milliards de bénéfices du Cac 40. Ni aux 47 milliards de dividendes versés aux actionnaires. Il évoquait les aides aux mères célibataires. Aux chômeurs multi-licenciés. Aux accidentés de l'emploi. Les pauvres coûtent trop cher ».

Considérant que pour Macron « quand on donne aux pauvres, c'est du gâchis. Quand on donne aux riches, c'est de l'in-ve-sti-sse-ment [...] », il a demandé : « Quelles nouvelles mesures comptez-vous prendre pour que tous nos amis fortunés puissent changer leur faïencerie ? ».  king

19 juin 2018
https://www.youtube.com/watch?v=SqGpczVhyDQ  cyclops
https://francoisruffin.fr/vaisselle/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Dim 1 Juil - 9:40


Le député LFI, Eric Coquerel, à l'Assemblée le 13 juin 2018
© AFP/François Guillot


Le PG en congrès pour raffermir son rôle de “défricheur” au service de LFI

Le Parti de Gauche se réunit en congrès samedi 30 juin et dimanche 1er juillet à Villejuif (Val-de-Marne) avec la volonté de raffermir son rôle de “défricheur” et d’“éclaireur” au service de La France insoumise, ce “mouvement citoyen” devenu “la première force d’opposition à Emmanuel Macron”.

[...] le PG va soumettre au vote de ses militants “un texte d’orientation”, sous les mots d’ordre “Insoumission, République et écosocialisme”.
Son objectif : oeuvrer “au renforcement de La France insoumise”, qui revendique aujourd’hui “plus de 550.000” inscrits. Sur les dix-sept députés LFI, sept sont également au PG.

“Face au monarque absolu” Emmanuel Macron, son “objectif révolutionnaire reste le même: amener (le peuple) à prendre conscience de sa force, le fédérer contre l’oligarchie financière”.

Le congrès proposera également aux militants de voter sur la sortie de leur formation du Parti de Gauche Européen (PGE), auquel appartient notamment Syriza, le parti du Premier ministre grec Alexis Tsipras, “devenu le représentant de la ligne austéritaire en Grèce”. [...]

“Emmanuel Macron ne s’arrêtera pas là : si rien ne vient contrecarrer et bloquer son projet, c’est une contre-révolution libérale qu’aura subie le pays. Dans quatre ans, la France n’aura structurellement plus le même visage. Ce sont bien ses principes républicains et les conquêtes sociales de la Libération qui seront profondément atteints”

28 juin 2018
https://www.24matins.fr/topnews/pol/le-pg-en-congres-pour-raffermir-son-role-de-defricheur-au-service-de-lfi-818441
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Dim 1 Juil - 10:04



Jean Luc Mélenchon à Madrid pour un meeting avec Pablo Iglesias

Le leader de LFI souhaite ainsi soutenir son allié de "Maintenant le peuple", une plateforme regroupant différentes formations de gauche européenne.

Ce lundi 2 juillet, l'homme fort de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, sera présent à Madrid afin de faire meeting commun avec le leader du parti Podemos, formation de la gauche espagnole. Avant ce meeting en fin de journée, le député des Bouches-du-Rhône donnera dans la matinée une conférence sur le thème "Les parlements nationaux dans la lutte pour changer l'Europe".

Jean-Luc Mélenchon se veut le fer de lance d'une "alternative européenne" en vue des élections européennes de 2019, avec ses alliés de "Maintenant le peuple".

Formée de la France insoumise, de Podemos (Espagne) et du Bloco de Esquerda (Portugal) la plateforme créée en avril s'est élargie mercredi à Bruxelles à l'Alliance rouge-verte danoise, au Parti de gauche suédois et à l'Alliance de gauche finlandaise.

Samedi 30 juin 2018
https://www.lexpress.fr/actualite/politique/melenchon-a-madrid-pour-un-meeting-avec-iglesias_2021722.html


Le dirigeant de Podemos pleure à l'évocation des sévices infligés par un tortionnaire du franquisme

Antonio González Pacheco est un ancien policier mieux connu sous le nom de Billy el Niño. C'est surtout le plaisir qu'il prenait à faire son sale boulot de tortionnaire qui en ont fait un symbole de l'horreur franquiste. Mais aussi le fait qu'il échappe depuis 40 ans à toute tentative de procès.

Un tortionnaire médaillé et protégé des poursuites judiciaires

En 1977, un an avant le vote de la constitution démocratique espagnole, Billy El Niño recevait la médaille d'argent du mérite policier. Or, les récipiendaires ont droit à une majoration sur leur retraite de 15%. À vie.

Une décoration qu'il arbore toujours et que le gouvernement actuel conservateur n'a pas l'intention de lui retirer. C'est ce qu'a confirmé M. Zoido, le ministre espagnol de l'Intérieur
[...]
https://www.franceinter.fr/emissions/les-histoires-du-monde/les-histoires-du-monde-31-mai-2018

La maison de Pablo Iglesias : le mauvais procès fait à un leader de gauche
https://yetiblog.org/la-maison-de-pablo-iglesias-le-mauvais-proces-fait-a-un-leader-de-gauche/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Ven 6 Juil - 13:04

Élections européennes


Le grand bond en arrière
Par Francois Cocq

C’était il y a quatre ans quasi jour pour jour. Le conseil national du Parti de Gauche débattait d’une orientation stratégique pour l’avenir : fédérer le peuple ou rassembler la gauche. En interne, la discussion était vive depuis de longs mois : comment faire face à l’effondrement culturel et électoral de la gauche (35% à l’époque) et permettre malgré tout l’émergence de majorités sociales et politiques. Après un débat de valeur à la tribune, l’assemblée tranchait en faveur de la première option, avant qu’une intervention de couloir vienne remettre le couvercle pour faire comme si rien ne s’était passé. Quatre ans après, après avoir été pourtant finalement tranché par l’élection de 2017, l’ouvrage est donc remis sur le métier.  

On aurait pu croire que le lancement de La France insoumise et sa campagne présidentielle validaient a posteriori le positionnement de ceux qui avaient fait un pas en avant en 2014. On aurait pu croire que la nature de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon inscrivait durablement le mouvement dans une démarche à vocation majoritaire en cherchant à définir de nouvelles identités. Las. Alors que la gauche toute mouillée n’atteint plus même 30% dans les intentions de votes (29,5% selon l’enquête Ifop pour les européennes du 29 juin), la ligne stratégique dite « populiste » a été rangée ce week-end au placard pour laisser place au « leadership à gauche » comme ce fut exprimé avec la plus grande clarté par les plus hauts responsables de La France insoumise. Je considère pour ma part qu’il s’agit là d’une erreur terrible et d’un profond retour en arrière.
[...]
https://francoiscocq.fr/2018/07/05/le-grand-bond-en-arriere/#more-4576
https://twitter.com/LiemHoangNgoc/status/1015198427074973697
https://twitter.com/JLMelenchon/status/1014937356120526848

Liste ordonnée des 33 candidates et 33 candidats de la France insoumise
https://lafranceinsoumise.fr/2018/07/04/rapport-du-comite-electoral-reunion-du-30-juin/

Le choix des têtes de liste a été fait par le comité électoral
https://lafranceinsoumise.fr/2018/07/04/rapport-du-comite-electoral-reunion-du-30-juin/

'La liste de la @FranceInsoumise aux européennes a été préparée par un comité électoral dans lequel la moitié des participants étaient tirés au sort. J'attends de voir quel autre parti ou mouvement va faire ça.
Notre liste pour les élections européennes est sociologiquement à l'image de la société française.' JLM
https://twitter.com/JLMelenchon/status/1015880942085435397
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Lun 9 Juil - 17:25



#MacronMonarc
Pendant leur boycott du discours de Macron au Congrès de Versailles, les Insoumis organisent une "manif en ligne".
http://sarko-verdose.bbactif.com/t450p375-qui-est-emmanuel-macron#7508

'Lundi 9 juillet, comme chaque lundi, je serai à ma permanence, à Amiens, pour faire ce pour quoi j'ai été élu : rencontrer les gens, faire remonter leur parole et les représenter. Et non aller écouter, celui qu'on ne devrait plus appeler le Président des Riches... mais le Roi des riches !'
François Ruffin
https://www.youtube.com/watch?v=uNQLMZKY4dI cyclops

Le nouveau Fakir est en kiosque !
http://www.fakirpresse.info/boutique/le-journal/26-le-dernier-numero-papier.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Mar 28 Aoû - 19:12



L’université d’été de La France insoumise (LFI), baptisée les « Amfis », s’est ouverte le jeudi 23 août 2018 à Marseille
Près de 3.000 participants, figures politiques et militants, sont attendus jusqu’à dimanche pour débattre sur divers sujets tels que les retraites ou encore les élections européennes et municipales à venir.
https://www.ouest-france.fr/politique/la-france-insoumise/la-france-insoumise-ouvre-ses-amfis-d-ete-marseille-5933713

Un Mélenchon en grande forme pour la rentrée de la France insoumise

Réunis à Marseille pour leur université d’été, les membres du mouvement sont en ordre de marche pour l’année politique qui s’annonce. Objectif : faire des élections européennes un « référendum anti-Macron ».

Durant une allocution de près de deux heures, le leader de la France insoumise a tenu a remobiliser ses troupes et à rappeler les fondamentaux : écologiques, sociaux, humanistes. Un choix pertinent au regard de la séquence politique qui s’annonce. Réforme des retraites, loi de finances, assurance-chômage, plan pauvreté – pour le travail parlementaire ; élections européennes du 26 mai 2019 – pour le reste. [...]

« Emmanuel Macron est le représentant de l’Union européenne, son petit copiste », a-t-il taclé. Et de marteler : « Quand vous faites un référendum sur monsieur Macron, vous faites un référendum sur l’Europe. » Cette piqûre de rappel sur l’opposition de la France insoumise aux traités européens – qui « interdisent qu’on interdise » – a permis au leader du mouvement d’expliciter à nouveau la logique « Plan A, plan B ». « Le plan A : on change les règles. » Et si les autres pays membres de l’Union européenne ne suivent pas ? « On le fait quand même », a indiqué Jean-Luc Mélenchon sans détailler davantage les contours de ce « plan B ». [...]

Retour aux fondamentaux s’il en est, le dirigeant de la France insoumise a rappelé l’attachement du mouvement à l’écologie, évoquant au passage le contenu de son programme : règle verte et planification écologique en opposition au « capitalisme vert » prôné selon lui par l’Union européenne et aux « y a qu’à, faut qu’on ». Une fois les bases politiques posées, pour la FI, il n’y plus qu’à lancer l’offensive.
https://www.politis.fr/articles/2018/08/un-melenchon-en-grande-forme-pour-la-rentree-de-la-france-insoumise-39227/

Son discours à Marseille aux AmFis2018, le 25 août
https://twitter.com/JLMelenchon/status/1033383235080806400

'Maintenant le peuple', séquence de clôture
https://www.youtube.com/watch?v=0Ql_z3912q0&feature=youtu.be

Plan A / Plan B : 5 minutes pour comprendre
Extrait du discours prononcé par Jean-Luc Mélenchon le 25 août 2018 aux AmFis d’été de la France insoumise à Marseille.
https://twitter.com/i/status/1035202935607709701  cyclops

Démission de Nicolas Hulot du gouvernement : réaction du groupe «France insoumise» à l'Assemblée nationale.
https://t.co/eHUdnrzhOA

ÉCOLOGIE - NOUS SOMMES AU PIED DU MUR
5 minutes pour comprendre notre analyse et nos 2 propositions : règle verte et planification écologique.
https://twitter.com/i/status/1034474765086588928

Des raccourcis comme des impasses
'C’était avant l’été. Je relatais ici le grand bond arrière que s’apprêtait à faire La France insoumise en termes d’orientation. L’été a passé et malheureusement nous y voilà : la primauté accordée au rassemblement des scories de la gauche s’est traduite par une mise en compatibilité programmatique pour mieux les accueillir. Au risque je le crains de briser sur le temps long la reconquête de la crédibilité et de la cohérence d’action à laquelle aspirent si fort les citoyens pour accepter de rejouer à l’avenir le jeu dans cette grande comédie du politique.'
Francois Cocq
http://francoiscocq.fr/2018/08/27/des-raccourcis-comme-des-impasses/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Dim 2 Sep - 10:05



Réponse à Nathalie Loiseau : faire l’Europe sans défaire la France !
Par Manuel Bompard

Dans une tribune publiée dans Les Echos, vous dénoncez la France insoumise comme « un parti nationaliste qui ne dit pas son nom », en le mettant dans le même sac que le Front national ou la Ligue du Nord du ministre de l’intérieur italien Matteo Salvini.

On voit que vous avez longuement réfléchi pendant l’été et on peut souligner la grande originalité de votre raisonnement. Il est dommage par contre que vous aient échappé les nombreux votes communs entre votre majorité et le Front National lors de l’examen de la loi « Asile et immigration ». Sans doute que cette convergence pour enfermer des enfants en centre de rétention pendant 90 jours est davantage porteuse de sens que celle que vous dénoncez à propos du drapeau européen. Et sans doute vous auriez pu alors vous rappeler que le ministre de l’intérieur italien avait à l’époque déclaré à ce sujet que « Macron est en train de faire en partie ce que je compte faire ».

Derrière cette caricature insultante et grossière, vous voulez en fait esquiver le débat de fond et masquer l’échec patent de votre politique européenne. Ainsi, après nous avoir promis monts et merveille, le président de la République enchaîne les fins de non-recevoir. Son tour d’Europe diplomatique a accouché d’une souris. Comme son prédécesseur, il s’est incliné devant les désirs de la chancelière allemande, devenant le nouveau rantanplan de Mme Merkel. En dénonçant comme du « chantage » ce qui n’est en réalité que la construction d’un rapport de force, vous apportez la preuve (s'il y en avait besoin) qu’il n’y a rien à attendre de votre gouvernement pour faire entendre la voix de la France en Europe.

Vos arguments en attestent. Vous dénoncez les propos de Jean-Luc Mélenchon du 23 octobre 2017 concernant la participation de la France au budget européen. Mais que dit Jean-Luc Mélenchon ? Qu’il n’y a pas de raison de régler l’excédent budgétaire de la France au budget européen si cette participation financière est utilisée pour démembrer les services publics, mettre en concurrence les travailleurs de tous les pays ou refuser toute politique écologique digne de ce nom. Que la souveraineté budgétaire est à la base de la souveraineté populaire, et qu’il ne peut y avoir de choix budgétaires déconnectés de la réalité des politiques financées. Que la France doit, pour se faire entendre, utiliser aussi le poids de sa participation au budget de l’Union Européenne. Que nous n’avons pas vocation à donner un salaire à nos bourreaux. Quoi de plus logique ? Madame Loiseau, en choisissant cet axe de critique, vous démontrez seulement que vous avez renoncé à tous les moyens permettant de se faire entendre à Bruxelles.

Construire un rapport de force pour rompre avec les traités européens serait donc ne pas avoir le sens de la solidarité ? Mais comment pouvez-vous parler de solidarité quand le dogme de la concurrence libre et non faussée détruit nos services publics, patrimoine de ceux qui n’en ont pas ? Comment pouvez-vous donner des leçons de justice sociale quand vous puisez dans les aides au logement ou dans les ressources des retraités pour supprimer l’impôt des plus riches ? Quand vous vous apprêtez, à la demande de la Commission européenne, à vous en prendre à notre système de retraites ? Madame la Ministre, les Français ont bien vu que nous ne donnons sans aucun doute pas le même sens à ce beau mot de solidarité.

Vous osez nous parler de la Grèce ? Doit-on vous rappeler que depuis 2010 où vos amis s’occupent de ce pays, il a perdu plus d’1 million d'habitants, dont la moitié sont des jeunes de 20 à 30 ans qui ont fui le pays en quête d’un avenir meilleur. Qu’un emploi sur cinq a été perdu, que le taux de chômage y dépasse les 20%, que les salaires ont baissé de 15%, les pensions de retraites de 40% … et que le nombre de suicides y a augmenté de 35% en huit ans. Que même l’endettement public, qui fut le prétexte aux potions toxiques de la Troika, est passé de 130% du PIB en 2010 à 175% du PIB aujourd’hui. Non, Madame la Ministre, faire preuve de solidarité, ce n’est pas détruire une économie au service d’un projet idéologique.

Mais vous n’êtes manifestement pas  à une opération d’enfumage près. La révision du régime des travailleurs détachés serait donc, selon vous, l’une des « plus grandes avancées dans le domaine social de ces dernières années » ? Vaste fumisterie. Vous savez très bien que les cotisations sociales des travailleurs détachés restent payées dans le pays d’origine, maintenant intacts le dumping social et la mise en concurrence des travailleurs. La durée des contrats de travail a été diminuée ? Magnifique, mais la durée autorisée reste supérieure à la durée réelle actuelle, ce qui enlève tout impact à cette mesure. Et je ne parle pas ici du secteur routier totalement abandonné alors qu’il est le premier métier exposé, ou de la triche à l’embauche de Français sous contrat de travail détaché qui reste totalement impunie. Bref, vous ne pouviez pas mieux choisir votre exemple pour illustrer la contradiction entre vos propos et la réalité des politiques européennes.

Il s’agit là, sans doute, d’une caractéristique extraordinaire du macronisme de prendre les mots pour en tordre le sens et de pouvoir dire avec aplomb une chose en faisant pourtant le contraire. Mais quand vous prenez l’immigration, l’écologie ou la nécessaire régulation du libre-échange pour défendre l’Europe que nous avons sous les yeux, ne trouvez-vous pas que le procédé atteint ses limites ? Madame la Ministre, avez-vous oublié les accords de coopérations économiques qui pillent les économies du sud et jettent les gens sur les routes ? Avez-vous perdu de vue que les traités européens empêchent toute forme de protectionnisme solidaire pourtant indispensable « dans la compétition économique et commerciale avec la Chine et les États-Unis » ? La ratification du CETA par votre majorité à l’Assemblée Nationale vous est-elle sortie de la tête ? Ou peut-être étiez-vous en vacances quand le gouvernement français a cédé à la Commission européenne s’inclinant devant Monsanto pour refuser l’interdiction du glyphosate ?

Il est temps de vous dire que vous devriez d’abord vous interroger sur vos propres responsabilités et celles de ceux qui vous ont précédée.  En effet, il ne suffit pas de chanter les louanges de « L’Europe qui protège » pour que les Français oublient que celle-ci protège aujourd’hui surtout les lobbys et les multinationales. Cet écart entre le discours et le ressenti réel des peuples est pourtant bien à l’origine de leur divorce grandissant avec la construction européenne. Faire entendre un discours critique qui rappelle que, si l’Europe est une belle idée, les traités qui l’organisent sont une grande calamité, c’est proposer une issue positive à l’impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui.

Madame la Ministre, en réduisant, pour des raisons politiciennes, le champ politique à ceux qui aiment l’Europe d’un côté, et à ses adversaires de l’autre, vous faites le jeu des réactionnaires en jetant dans leur bras celles et ceux qui souffrent des politiques européennes. Entre ceux qui sont prêt à tout brader pour l’Europe et ceux qui la refusent par essence, il existe pourtant une position raisonnable et sérieuse : celle qui consiste à rompre avec les traités européens pour faire l’Europe, oui, mais sans défaire la France. Vous feriez mieux d’y consacrer votre énergie plutôt que d’écrire de bien mauvaises tribunes.

1er sept 2018
http://www.manuelbompard.fr/reponse-a-nathalie-loiseau-faire-leurope-defaire-france/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Ven 7 Sep - 17:23



Le nouveau mouvement « Aufstehen », issu de la gauche allemande, a-t-il vraiment des positions xénophobes ?
https://www.bastamag.net/Le-nouveau-mouvement-Aufstehen-issu-de-la-gauche-allemande-a-t-il-vraiment-des

Appel à fondation, le manifeste du mouvement « Aufstehen »
Lancé ce 4 septembre, le mouvement de gauche radicale 'Aufstehen' de Sahra Wagenknecht fait polémique et est caricaturé en « mouvement anti-migrant ». Nous avons décidé, afin d’élever le débat, de publier une traduction inédite de leur manifeste.

Nous n’avons pas de programme tout fait. L’appel à fondation est l’esprit du mouvement.
Nous élaborerons le programme avec nos sympathisants.


Ensemble pour un pays juste et pacifique

Le jeu est truqué. Dans notre pays, en Europe et sur le théâtre de la politique mondiale. Le profit triomphe sur l’intérêt commun, la force sur le droit des peuples, l’argent sur la démocratie, la surexploitation sur l’économie raisonnée. Là où seules comptent les valeurs cotées en bourse, l’humanité est laissée de côté. Nous nous y opposons : pour la justice et la cohésion sociale, pour le maintien de notre milieu naturel de de vie.

Nous vivons dans un pays plein de contradictions. Nous construisons des voitures et des machines réputées internationalement, mais nous envoyons nos enfants dans des écoles misérables dans lesquelles l’absentéisme des enseignants est en constante hausse. Le gouvernement subventionne des banques et des consortiums mais nous ne protégeons pas nos aînés de la pauvreté. Les promesses de croissance de l’économie libérale sociale, selon laquelle chacun, pour peu qu’il y mette du sien, accède à un niveau de vie confortable, ne valent plus rien en cet âge des bas salaires et du travail précaire. Il y a de plus en plus d’emplois dont on ne peut vivre et encore moins nourrir une famille. La classe moyenne s’étiole. Dans presque aucun autre pays l’écart de revenu entre les femmes et les hommes n’est aussi grand. Justement ceux qui sont employés pour s’occuper des autres sont souvent misérablement rémunérés. Bien plus que l’activité c’est l’origine qui détermine les chances d’une bonne vie. Les inégalités de capital sont au niveau du temps de l’empereur Guillaume (Wilhelm).

Ce sont surtout les grandes entreprises et les propriétaires qui profitent de la globalisation. Du libre-échange, des privatisations et du marché européen intérieur. Pour les nantis, la promesse de l’Europe a été tenue. Les personnes qualifiées et mobiles peuvent utiliser les nouvelles libertés. Par contre, près de la moitié de la population dispose d’un revenu inférieur aux années 90. Pour beaucoup la libre circulation et l’immigration se traduit par une concurrence accrue sur le marché du travail et des emplois moins rémunérés. Également pour les employés de l’est dans les abattoirs et dans la santé en Allemagne l’exploitation s’est accrue. Et pendant que les konzerne déversent de hauts dividendes, les pauvres se battent à table pour des aliments périmés.

Depuis que l’État social ne donne plus une sécurité suffisante, la plupart doivent se battre seuls. Malheur à ceux qui perdent leur travail ou tombent trop longtemps malades. Hartz IV (réformes sociales de Schröder) retire les aides vitales sans tenir compte du temps d’activité et de contribution aux caisses. Les services publics sont atrophiés et privatisés. Les hôpitaux, maisons de soins, l’eau, les chemins de fer, les piscines… on fait du profit avec tout. Particulièrement dramatiques sont les changements sur le marché de l’immobilier depuis que ce ne sont plus les communes et les villes qui donnent le LA mais des investisseurs tournés vers les gains. Dans les grandes villes les personnes seules au revenu normal ou en famille avec enfants ne peuvent plus se permettre un appartement.

Les pauvres trinquent

La destruction de la cohésion sociale, la montée des aigreurs et le sentiment d’impuissance créent un terreau pour la haine et l’intolérance. Bien que la raison principale de la peur du lendemain soit la crise de l’État social et une instabilité globale, la crise migratoire a conduit aussi à de l’insécurité. Les exactions sur des personnes en raison de leur apparence ou de leur religion s’accumulent. Nous refusons le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. C’est pourquoi nous jugeons irresponsable la méthode Merkel de traitement de l’immigration. Les villes, les communes, les bénévoles sont laissés seuls. Beaucoup de problèmes déjà existants comme le manque de logements, les écoles surchargées, places en maternelle manquantes se sont aggravés. Au bout du compte, ce sont de toutes façons les plus pauvres qui trinquent.

Les dangers globaux augmentent. Dans les relations internationales c’est le poing sur la table du plus fort militairement qui remplace les négociations et la diplomatie. On mène des guerres sans aucune honte pour les matières premières ou pour étendre des zones d’influence. Les États-Unis sont en première ligne. Ces guerres ont dévasté des régions entières, renforcé les bandes islamistes et sont la cause des déplacements de réfugiés. Le concept de sécurité commune en Europe et de rééquilibrage entre l’Est et l’Ouest est abandonné. La course aux armements détruit tous les acquis des années 90. Avec la Russie c’est un nouvel âge de glace. Et le gouvernement allemand s’en fait souvent le complice par des guerres, des exportations d’armes dans les régions de crises et le non-respect des droits des peuples. Le danger d’un conflit atomique entre grandes puissance a augmenté.

Nous sommes toujours aussi éloignés d’une économie respectueuse de la nature et qui épargne le climat. Bien au contraire, au lieu de l’exigence d’une production recyclable et durable nous produisons exprès des objets à obsolescence programmée qui se réparent mal ou pas du tout. Le résultat est une montagne de déchets. L’empoisonnement des sols, des nappes phréatiques et des mers atteint un niveau menaçant. Ce sont les pauvres les premiers menacés. Ils habitent des rues bruyantes à l’air vicié, sont professionnellement en contact avec des substances nocives et doivent faire attention au prix des aliments qu’ils achètent. Que les pauvres vivent en Allemagne dix ans de moins que les riches a aussi à voir avec cela.

Il y a une alternative !

Nous n’acceptons plus. Nous ne voulons plus vivre dans une société fragmentée. Nous pensons que le gouvernement allemand est dans l’erreur quand il se soumet à une politique aveugle et conflictuelle calquée sur les USA au lieu d’assumer l’héritage de Willy Brandt, Egon Bahrs et du mouvement pour la paix à l’est comme à l’ouest. Au lieu du BIO pour les hauts salaires nous exigeons un environnement sain et une nourriture saine pour tous. Nous attendons de l’Allemagne et de l’Europe qu’elles prennent leurs responsabilités concernant les réfugiés et les migrants et qu’on prenne enfin des décisions pour en combattre les causes.

C’est un mensonge que de raconter que la politique actuelle à l’époque de la globalisation et du numérique n’aurait pas d’alternative. L’inégalité croissante n’est pas naturelle. Que le capitalisme financier déresponsabilise les Konzerne et les actionnaires de leurs devoirs sociaux n’est pas un effet technologique mais politique. Le numérique peut nous apporter plus de libertés et enrichir notre vie, si nous n’en laissons pas son développement aux mains des géants du net mus pas leur appât du gain.

Nous approuvons un commerce international équitable. Mais la globalisation permet aux sociétés financières transnationales de contourner les règles démocratiques et de rechercher sur toute la planète les salaires les plus bas et les standards les moins-disants : nous le refusons. Les actifs ne sont pas la ba-balle des chercheurs de profits. Les humains ne sont pas un facteur de coût. Ils ne sont pas au service de l’économie mais l’économie est à leur service. La Constitution allemande l’exprime sans ambiguïté : La propriété doit servir l’intérêt général.
Les marges de manœuvre dans chaque pays sont plus grandes que ce que l’on nous raconte. Une politique raisonnable peut rétablir l’état social et et la solidarité. Elle peut protéger les citoyens du capital financier et du dumping concurrentiel. Elle peut et doit investir pour l’avenir.

Nous ne voulons pas d’une démocratie formatée pour le marché et d’une politique qui devient étrangère aux citoyens. Beaucoup aujourd’hui s’en éloignent parce qu’ils se sentent abandonnés. Parce qu’ils ont l’expérience que leurs intérêts sont ignorés par les politiques au profit de lobbies financiers puissants.

Nous voulons rendre la politique aux citoyens. Et les gens à la politique. Nous en sommes persuadés: alors seulement la démocratie aura un avenir.

Il y a dans la population une majorité pour une nouvelle politique: pour le désarmement et la paix, pour de meilleurs salaires, de meilleures retraites, une fiscalité plus juste et plus de sécurité. Pour plus d’investissements publics dans la formation et les infrastructures. Mais il n’y a pas de coalition partisane pour une telle politique. Dans d’autres pays européens, des mouvements sont nés sur les cendres des partis établis et ils ont changé la politique.

Nous appartenons à différents partis ou pas du tout. Beaucoup des initiateurs de « Aufstehen » (Debout) ne sont pas des politiciens. Aufstehen n’est pas un nouveau parti, mais un mouvement de rassemblement au-dessus des partis, pour lequel chacun peut s’engager et soutenir cet appel. Le programme détaillé se construira dans un processus transparent et par la discussion. Chaque voix chez nous est importante. Nous investissons dans la proximité et la communication directe. C’est pourquoi nous utiliserons dans l’esprit du mouvement « Occupy-Wall-Street » et comme pionnier en Allemagne la plate-forme numérique Debatten-Tool Pol.is. Organisons des discussions et déployons-en le résultat dans la société. Nous donnerons vie aux idées intéressantes et aux pensées innovantes une tribune. Mais avant tout, nous porterons les demandes qui motivent la plupart dans la rue et dans la politique.

Voici nos buts
[...]

Comme les problèmes ne peuvent être résolus sur les voies empruntées jusqu’ici, nous avons besoin d’un nouveau départ. Nous donnerons une voix aux sans-voix et une tribune aux invisibles. Nous encouragerons la participation et la contribution de chacun et pas seulement pour les personnes aisées. La démocratie politique doit être notre colonne dorsale et nous imposerons la confrontation avec les puissants groupes d’intérêts, c’est-à-dire la finance ou les super-riches. Nous réaliserons par nos propres forces, notre tolérance et l’écho public ce que les grands groupes font par leurs médias, leur argent et leurs lobbies. Quand le grand nombre se rassemble et met fin à l’isolement, alors il est plus fort que quelques privilégiés. Alors on peut imposer nos intérêts et changer la politique dans notre pays. Alors l’humanité, la paix, la sécurité et la solidarité sont placés en premier sur l’agenda.


Ensemble pour un pays juste dans une Europe juste ! Tous ensemble pour un monde meilleur!
Debout !


Traduction Didier et Papajobo, relecture Francesco
7 septembre 2018
https://lemediapresse.fr/international/appel-a-fondation-le-manifeste-du-mouvement-aufstehen/

"Aufstehen" et "die Linke" en Allemagne : vers la rupture ?
Par Pierre Lévy, rédacteur en chef du mensuel 'Ruptures'
http://www.reveilcommuniste.fr/2018/09/aufstehen-et-die-linke-en-allemagne-vers-la-rupture.html
https://ruptures-presse.fr/



GAUCHE « ANTI-MIGRANTS », VRAIMENT ?
Pour Théophile Kouamouo, l’enjeu de la polémique médiatique autour du mouvement allemand Aufstehen est clair : la création artificielle, en Europe, d’un clivage politique et moral manichéen qui ne laisserait guère d’espace entre fascisme et libéralisme.
https://www.youtube.com/watch?v=W7trRwPGl6M cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Ven 14 Sep - 19:23



Adrien Quatennens propose un Revenu de dignité

Nous proposons d'instaurer une garantie de dignité à hauteur de 1.000 euros mensuels pour que plus personne ne vive sous le seuil de pauvreté.
La situation dans notre pays est grave : 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont 1 million de personnes qui travaillent. Il y a urgence à mieux répartir les richesses.  

Savez-vous que l’Etat économise 5 milliards d’euros parce que les gens qui ont droit au RSA ne le demandent pas ?

La fusion des aides sociales qui est une des pistes du gouvernement pourrait provoquer une perte de revenus pour beaucoup de Français.

Aujourd'hui les richesses ne sont pas redistribuées, elles sont accaparées. Un salarié travaille en moyenne 40 jours pour rémunérer ses actionnaires.
https://twitter.com/AQuatennens/status/1040125649195819009

POUR ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ, IL FAUT PARTAGER
Le 13 septembre 2018, Adrien Quatennens, député LFI du Nord, était l'invité de Guillaume Durand pour la matinale de Radio Classique.
https://www.youtube.com/watch?v=kPMAt5yUzlo&feature=youtu.be  cyclops

Le contre-budget de la France insoumise présenté par le groupe parlementaire
http://eric.et.le.pg.over-blog.fr/2017/10/budget-2018-la-fete-de-l-oligarchie.html

Le modèle des libéraux est une impasse
par Adrien Quatennens
Alors que la preuve est faite par les quinquennats précédents et par les études de l’OCDE qu’il n’y a pas de corrélation entre la diminution des droits des travailleurs et la baisse du chômage, Macron et sa joyeuse cohorte nous somment de croire que le problème de l’emploi tient dans le manque de « flexibilité ». Une vue de l’esprit qui, à grand renfort de rabattage médiatique, infuse dans l’opinion.
Si cette feuille de route directement inspirée du Medef ne fonctionne pas pour l’objectif qu’elle prétend viser (la création d’emplois), elle cartonne pour faire de la France la championne d’Europe des dividendes versés aux actionnaires.
https://www.humanite.fr/de-quel-travail-avons-nous-besoin-1-641751

La France insoumise annule sa venue à la Fête de l’Humanité
Le député Insoumis Adrien Quatennens a décidé de ne pas se rendre à la Fête de l’Huma, comme il devait le faire ce samedi 15 septembre. La raison ? Une attaque de Ian Brossat, tête de liste PCF pour les européenne, contre la FI sur la question de l’immigration.
https://lemediapresse.fr/actualites/la-france-insoumise-annule-sa-venue-a-la-fete-de-lhumanite/

Ian Brossat, tête de liste PCF aux élections européennes, perpétue la bassesse des attaques contre LFI.
"Non sans regret, j’ai décidé d’annuler ma participation à la #FetedelHuma." @AQuatennens
https://twitter.com/AQuatennens/status/1040273087932125189

Le député France Insoumise Adrien Quatennens attaque en justice le chef des Identitaires du Nord, Aurélien Verhassel
http://www.lavoixdunord.fr/442617/article/2018-09-04/le-depute-france-insoumise-adrien-quatennens-attaque-en-justice-le-chef-des

À bientôt, Camarades !
Dimanche s’est close la Fête de l’Humanité 2018. Le message essentiel des dirigeants communistes aura été de taper sur « La France insoumise » tout en lançant des appels à « l’union des gauches ».
https://melenchon.fr/2018/09/17/a-bientot-camarades/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Lun 24 Sep - 22:04

Un statut pour les personnes qui s’occupent des handicapés, des enfants en bas âge et des personnes âgées !



Pour un service public national de la dépendance !
Par François Ruffin

Pendant des siècles ont s’est habitué à ce que les femmes travaillent gratuitement à la maison. Maintenant on s’habitue à ce qu’elles fassent un travail peu payé et précaire à l’extérieur de la maison. Ce sont pourtant les emplois les plus précieux. C’est précieux : c’est du lien. Le lien entre les gens : qu’est-ce qu’il y a de plus précieux que ça pour tenir ensemble une société ? Voilà des métiers qui sont méprisés, avec les conditions dans lesquelles on les fait travailler. Des femmes qui ne vont même pas vivre au-dessus du seuil de pauvreté ?
[...]
https://www.youtube.com/watch?v=eIkgFvMbAhI  cyclops
24 sep 2018
https://francoisruffin.fr/dimanche-en-politique/


« Elles sont partout et, pourtant, elles sont absentes. C’est le propre de la propreté, elles ne laissent pas de trace. Leur travail est invisible, d’autant qu’on s’applique à les rendre, elles aussi, invisibles.»

« Méfions-nous que cette société de service ne soit pas une société de servitude, avec des serfs, des servantes, des boniches. »
https://positivr.fr/francois-ruffin-femme-menage-assemble-nationale-discours/
https://reporterre.net/Francois-Ruffin-veut-devenir-l-agitateur-de-l-Assemblee-nationale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Mer 26 Sep - 22:08



Pour une certaine Gauche le danger c’est l’Insoumis

Pour une certaine Gauche l'ennemi ce n'est pas la politique libérale de Macron mais l'Insoumis, cet être sectaire aux ordres d'un Gourou, qu'il faut dénigrer par tous les moyens. Elle ne dit rien contre Macron, rien sur l'UE, rien contre la droite ni le RN, silence sur le PS. Mais TOUT contre l’Insoumis.

On pensait avoir subi les attaques les plus basses lors du second tour de la présidentielle, lorsque l’Insoumis a refusé d'obéir aux injonctions infantilisantes lui ordonnant de voter Macron. Nos gardiens du temple, nos consciences de la Gauche avaient immédiatement réagi : « Sa proximité avec Le Pen est désormais avérée » - Bernard-Henri Lévy sur Twitter (23 avril). Une majorité choisit de voter blanc ou de s’abstenir ? « Bilan d’une sidérante absence de pédagogie antifasciste : 65 % des Insoumis disent ne pas vouloir voter contre Le Pen », tweete aussitôt Edwy Plenel* (2 mai). À la Maison de la chimie, à Paris, MM. Manuel Valls, Jean-Pierre Raffarin, Christian Estrosi, Pierre Moscovici — l’arc-en-ciel des utopies françaises — animent un « forum républicain contre l’abstention » convoqué par BHL qui déclare « Il y a aujourd’hui deux “systèmes” : le système mélenchono-lepéniste, qui représente un risque considérable, et l’autre, le nôtre. ».(1)

Bien entendu les attaques se sont poursuivies lors des législatives, l’Insoumis aurait une volonté hégémonique sur la Gauche, il refuse toutes les vieilles tambouilles électorales. On aurait pu penser que cette Gauche allait enfin prendre conscience que l’ennemi c’était Macron, face au travail de nos députés à l’assemblée, à la casse de nos acquis sociaux et au démantèlement des services publics.

Bilan néant, nous avons eu l’épisode des comptes de campagne électorale, Danielle Obono qui refuse de dire « vive la France » sous les injonctions de deux pseudo journalistes, l’appartement de la famille Corbière, de Danielle Simonet etc. Des attaques d’une violence inouïe normalement réservées aux sites marginaux d’extrême droite.

Début septembre, nous sommes entrés dans une période de campagne pour les européennes, d'une manière brutale et violente, les attaques s’amplifient :

Benoît Hamon précise que la stratégie d’opposition à l’Union européenne des Insoumis relevait du « nationalisme de gauche » une tendance qui finirait irrévocablement selon lui « en nationalisme tout court ».

Ian Brossat s'est indigné, dans un tweet : "En 1939, mon grand-père juif a fui la Pologne pour échapper à l'antisémitisme. Heureusement pour lui, il est tombé sur des gens qui lui ont ouvert la porte, et non sur des doctes qui auraient disserté sur les sept plaies d'Égypte avant de lui tendre la main.". Il se dit notamment "affligé de voir certains, à gauche, flancher sur cette question (de l'immigration). Si la gauche ne dit rien, les fascistes européens auront le terrain libre."

Désormais l’Insoumis en plus d’être sectaire serait devenu un être xénophobe, anti-migrant, un collabo, un nationaliste, un populiste, un démagogue etc.

Alexis Corbière a réagi sur Twitter aux propos de Ian Brossat: "Portrait révélateur, où aveuglé d'une rage contre nous, Ian Brossat ne dit rien contre Macron, rien sur l'UE sous pression de Merkel, rien contre la droite ni le FN, silence sur le PS, etc. Mais TOUT contre la FI. C'est risible tellement c'est caricatural".

Jean-Luc Mélenchon a présenté jeudi 20 septembre un programme de rupture avec l'Europe actuelle. « Nous ne pouvons pas accepter, je le dis avec sévérité notamment aux partis de l'ancienne union des gauches, que l'on fasse de l'immigration la première question du débat en France, parce que ce n'est pas vrai, ce n'est pas la première question qui se pose ni à la France ni à l'Europe ».« La République française s'est déshonorée en refusant d'accueillir les passagers de l'Aquarius (...) le devoir d'assistance à personne en détresse est inconditionnel ».

Mardi 18 septembre, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale, le député Insoumis, Jean-Hugues Ratenon a critiqué le gouvernement sur son plan pauvreté. La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a fait fait preuve d'un mépris incroyable, elle a en effet reproché mardi à France Insoumise de « se nourrir » de la pauvreté. Cette situation aurait dû provoquer une indignation de toutes les forces de Gauche, elles auraient pu faire preuve de solidarité face à cette arrogance, sachant que Jean-Hugues Ratenon, élu de la Réunion avait été lui-même au RSA… comme un(e) autre député(e) du groupe France Insoumise.

Absolument aucune solidarité, aucune déclaration car pour cette Gauche le danger c’est L’Insoumis et non la politique libérale de Macron.

Pourtant l’Insoumis est souvent un militant syndical et/ou associatif qui fait partie d’un mouvement populaire regroupant en son sein la France dans toute sa diversité (intellectuels, cadres, profs, précaires, chômeurs, jeunes, retraités...), proposant un programme participatif donnant enfin un espoir, un horizon souhaitable, salué par les grands acteurs sociaux et environnementaux.

Ce billet est une demande sincère aux camarades honnêtes de la Gauche : cessez s'il vous plaît de caricaturer l'Insoumis, un mouvement, des idées, cessez ce mépris envers des personnes qui pour certaines sont dans la lutte depuis des décennies, cessez ces insultes quotidiennes !

alberteins
24 sept. 2018
https://blogs.mediapart.fr/alberteins/blog/240918/pour-une-certaine-gauche-le-danger-c-est-l-insoumis

(1) Un barrage peut en cacher un autre, par Pierre Rimbert
https://www.monde-diplomatique.fr/2017/06/RIMBERT/57603

*Voir au 19 septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Jeu 27 Sep - 1:19



Mélenchon rencontre Corbyn à Liverpool : une concrétisation de l'«internationalisme» ?

Le leader de La France insoumise et le chef du parti travailliste britannique se sont rencontrés à Liverpool. Cette entrevue permettra-t-elle un rapprochement avec les formations de gauche anglo-saxonnes, auquel a appelé Jean-Luc Mélenchon ?

Le congrès du parti travailliste britannique, le Labour, à Liverpool a donné l'occasion à deux figures de la gauche d'échanger, le 24 septembre, après deux précédentes rencontres qui remontaient à très longtemps. Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise (LFI), et Jeremy Corbyn, le chef du Labour, se sont entretenus durant 45 minutes en espagnol, la langue commune parlée par les deux hommes, tous deux attachés aux pays d'Amérique latine.

Le Britannique a loué le chef de file de La France insoumise sur son compte Twitter, expliquant qu'il avait défié toutes les attentes durant les élections présidentielles de 2017 en proposant une politique d'investissement plutôt que d'austérité. « Nous avons évoqué comment combattre la dangereuse montée de l'extrême droite en rassemblant les gens autour d'une véritable alternative sociale et économique », a-t-il écrit.

   .@JLMelenchon defied expectations in the 2017 French presidential election by offering investment instead of austerity.

   We discussed how the dangerous rise of the far right across Europe can be defeated by people coming together behind a real social and economic alternative. pic.twitter.com/wPVDTrzMTH— Jeremy Corbyn (@jeremycorbyn) 25 septembre 2018


Sur le réseau social, Jean-Luc Mélenchon s'est quant à lui contenté d'un laconique : « Rencontre avec Jeremy Corbyn. »

   À #Liverpool, rencontre avec @jeremycorbyn. pic.twitter.com/w7QE40rxur— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 24 septembre 2018

Un axe Mélenchon-Corbyn-Sanders ?

Les militants du Labour avaient réservé un accueil triomphal à la conférence de Momentum, le courant du Labour pro-Jeremy Corbyn. Jean-Luc Mélenchon a inauguré son discours en français d'un préambule en anglais. « Ce moment marque un pas en avant dans notre famille politique et idéologie en Europe, c'est notre première réunion, notre premier dialogue », a-t-il martelé devant une audience conquise. « Un autre futur est possible, nos peuples doivent impérativement le faire naître. Mais c'est notre devoir de militants politiques engagés de travailler dur pour coordonner nos efforts, sans cela l'internationalisme est juste un mot creux et une incantation sans effet », a-t-il ajouté.

Et Jean-Luc Mélenchon de citer son mouvement européen Et maintenant le peuple, cette « ligue sur le continent » rassemblant six partis et mouvements : Podemos, Bloco de Esquerda au Portugal, l'Alliance rouge-vert au Danemark, le Parti de gauche en Suède, l'Alliance de gauche en Finlande et La France insoumise. « Vous pouvez y participer ! », a engagé l'orateur.

   « Ce moment marque un pas en avant dans notre famille politique et idéologie en Europe »

Au-delà du Brexit, éludé des débats, grâce à ces rencontres avec Jeremy Corbyn et le Labour, le leader LFI vient proposer un rapprochement avec la gauche anglo-saxonne, qui manquait à son spectre. « Ma pratique personnelle est plus latine et hispanophone, avant, on n’avait aucun échange avec le monde anglo-saxon », a-t-il avoué aux journalistes lors d'une conférence de presse à Liverpool. « Toute l’Europe est en crise », a-t-il ajouté, estimant que cela poussait à « recréer ces liens ». « Il faut se connaître et, à force, l’un d’entre nous va bien arriver à gagner les élections générales », a-t-il parié.

L'allusion à Bernie Sanders, autre chef de file de la gauche américaine, coule de source. « On réalise que, derrière les mots qui peuvent être différents, les mêmes idées sont là, Sanders, Corbyn, moi. On dit les mêmes choses, on a longtemps avancé à tâtons, en balbutiant, on était un peu dans les catacombes… mais on a résisté », a analysé Jean-Luc Mélenchon.

D'opiniâtres combattants montés en puissance

Depuis les dernières entrevues des deux sexagénaires, Jeremy Corbyn s'est juché en 2015, à la tête du parti de gauche le plus important d’Europe, affichant 550.000 membres. Chef de file de l'opposition, il pourrait être un sérieux candidat à Downing Street en cas d’élections anticipées. De sénateur socialiste, Jean-Luc Mélenchon est devenu le chef de file de La France insoumise. Lors du premier tour des élections présidentielles de 2017, il avait raflé 19,58% des voix, soit plus de 7 millions de votes.

25 sept. 2018
https://francais.rt.com/international/54175-melenchon-rencontre-corbyn-liverpool-concretisation-internationalisme


Jeremy Corbyn
25 sept.
.@JLMelenchon defied expectations in the 2017 French presidential election by offering investment instead of austerity.
We discussed how the dangerous rise of the far right across Europe can be defeated by people coming together behind a real social and economic alternative.
https://twitter.com/jeremycorbyn/status/1044493708094255104

#RDLS73 - MACRON, ONU, CORBYN, VALLS, MÉDITERRANÉE
https://www.youtube.com/watch?v=hXOVw-jZP_w

How angry young voters help explain the historic UK election upset
https://www.vox.com/world/2017/6/13/15771640/bernie-corbyn-melenchon-uk-election-young-voters-youth-vote

Chantal Mouffe, la philosophe préférée de Mélenchon, Corbyn, Iglesias…
https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180919.OBS2595/chantal-mouffe-la-philosophe-preferee-de-melenchon-corbyn-iglesias.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Mar 2 Oct - 9:12



À propos du manifeste pour l’accueil des migrants
Manuel Bompard
@mbompard 28 sept.
Je n'ai pas souhaité signer le manifeste lancé par @mediapart, @Politis_fr et @Regards_fr. J'en partage pourtant une grande partie mais je ne peux accepter que l'on considère comme une fatalité les conséquences de la mondialisation.


Oui, il est sain que des intellectuels, des artistes, des personnalités politiques, syndicales ou associatives s’élèvent contre les politiques de criminalisation qui construisent l’Europe forteresse. Non, nous ne pouvons accepter le durcissement des conditions de l’asile imposé par Emmanuel Macron à travers la loi asile et immigration qui rompt avec les principes républicains qui sont les nôtres. Rupture qui avait d’ailleurs été préparée par le quinquennat Hollande sur lequel cet appel me paraît pourtant bien silencieux. Est-ce pour ne pas froisser d’éventuels signataires, comme ces anciens ministres de Hollande qui cherchent maintenant à se construire une nouvelle virginité sur la question ?

Je comprends donc celles et ceux que nous côtoyons dans les combats sociaux, démocratiques et écologiques et qui ont choisi de s’associer à cette démarche. Mais, pour ma part, je ne peux soutenir ce texte. Pourquoi ?

D’abord parce qu’il semble considérer que l’augmentation des migrations, y compris contraintes, est une fatalité. C’est comme cela que je lis les phrases « Il est illusoire de penser que l’on va pouvoir contenir et a fortiori interrompre les flux migratoires. » et « Dans les décennies qui viennent, les migrations s’étendront, volontaires ou contraintes. ». Cette idée est inacceptable à mes yeux.

Je ne peux accepter en effet de considérer que l’on ne pourrait rien faire face aux ravages de la mondialisation capitaliste qui poussent sur les routes chaque année des centaines de milliers de personnes confrontées à la misère économique. Je ne peux me résoudre à l’idée que nous serions impuissants face à la montée des tensions internationales et à la multiplication des conflits guerriers avec leurs lots de morts et de réfugiés. Je ne peux abandonner le combat pour la bifurcation écologique et considérer comme une évolution naturelle des choses le fait que des territoires entiers de notre planète deviennent inhabitables. Je ne peux admettre que l’on pose comme acceptable la terrible épreuve de l’exil et les souffrances de celles et ceux qui doivent abandonner leurs familles et leurs villages.

Bien sûr, tout cela ne se résoudra pas en un claquement de doigts. Bien sûr, il ne suffit pas de souhaiter la paix pour l’obtenir. Elle se construit, patiemment, par la diplomatie et la réhabilitation des instruments de la légitimité internationale trop affaiblis aujourd’hui. Bien sûr, il ne suffit pas de penser très fort à ce que chacun ait de quoi vivre dignement dans le monde pour que cela devienne une réalité. Mais il est de notre responsabilité de cesser d’appauvrir et d’affaiblir en acceptant que le capitalisme modèle la géographie et spécialise des zones entières du territoire exploitées au détriment des autres. Notre responsabilité est engagée quand l’Union Européenne signe, année après année, ces funestes accords de partenariat économique exigeant la suppression des barrières douanières et tuant les économies du sud et leurs acteurs. Bien sûr, le changement climatique a commencé et une part est d’ores et déjà irréversible. Mais il est encore temps d’agir pour en limiter ses effets et sauvegarder tout simplement la possibilité d’une vie humaine sur notre planète. Bien sûr, donc, les migrations, y compris subies, vont augmenter dans les toutes prochaines années. Doit-on pour autant s’y résigner pour toujours ?

Je ne le crois pas. S’y résigner, c’est rompre avec les positions critiques vis-à-vis de la mondialisation capitaliste. C’est, indirectement, et je n’en fais pas le reproche à celles et ceux qui ont choisi de signer cet appel, accepter l’idée défendue par les libéraux qu’elle serait une loi de l’histoire, exonéré du champ de la souveraineté populaire et de la décision politique. C’est restreindre le champ de la contestation à la manière de traiter les conséquences alors que nous voulons pouvoir remettre en cause le principe. C’est tourner le dos au combat pour l’émancipation humaine qui consiste à rendre l’individu libre de ses choix et à lui donner les moyens concrets de sa liberté. Non, vivre et travailler au pays n’est pas un slogan réservé aux paysans et aux néo-ruraux des pays riches. C’est un idéal de développement humain qui doit pouvoir s’appliquer à tous et qui nécessite que soient pensés autrement les rapports internationaux, débarrassés des logiques capitalistes et impérialistes.

L’appel assène que s’interroger sur les sources des flux migratoires conduit nécessairement « par être contraint au pire », au « contrôle policier » et à ériger les frontières comme un « mur ». Comment peut-on affirmer une telle chose ? Ne sommes-nous pas suffisamment intelligents et humains pour considérer que l’on peut s’engager dans une lutte complexe et ardue contre la mondialisation capitaliste tout en accueillant avec dignité celles et ceux qui arrivent ? Quelle est cette loi si évidente qui dit que lutter contre les causes des migrations subies conduit à défendre l’idée absurde et inhumaine de l’Europe forteresse ? Quels esprits étroits pensent qu’il n’est pas possible d’allier la lucidité d’analyse nécessaire à la lutte et l’humanité la plus élémentaire ? Quelle défaite de la pensée si la « gauche » est désormais condamnée à choisir entre les différents termes de l’alternative. Non, le combat pour l’émancipation humaine est un combat total.

Un deuxième aspect de ce texte m’interroge. Il m’amène à penser qu’il y avait parmi les initiateurs de cet appel une volonté de démarcation et d’instrumentalisation de la question migratoire pour cibler, indirectement, les positions de la France insoumise. Il s’agit de la phrase qui affirme que « [ce] n’est pas la main-d’œuvre immigrée qui pèse sur la masse salariale, mais la règle de plus en plus universelle de la compétitivité, de la rentabilité, de la précarité. ». Elle est une allusion à peine voilée aux polémiques qui ont occupé les dernières semaines à gauche, à coup de procès d’intention et d’anathèmes. Je déplore d’ailleurs que celles et ceux qui prétendent ne pas vouloir faire « à l’extrême droite le cadeau de laisser croire qu’elle pose de bonnes questions » acceptent de facto son agenda en polarisant la prochaine campagne des élections européennes autour de cette question et en l’instrumentalisant à des fins politiciennes. Alors oui, j’ai bien conscience de participer à mon tour par ce papier à cette discussion, mais il est difficile de ne pas répondre quand vos propositions sont méprisées et caricaturées, ou, pire, quand on prétend que vous auriez été un allié des nazis …

Oui cette phrase est une caricature. Personne n’a prétendu que la racine des « maux contemporains » était « la main-d’œuvre immigrée ». Personne. Oui nous avons dit, et c’est une réalité que les faits ne peuvent démentir, que la disponibilité sur le marché du travail de travailleurs sans droits et sans statuts pouvait conduire à leur instrumentalisation par le patronat* afin d’affaiblir les protections collectives. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la France insoumise est favorable à la régularisation de tous les travailleurs sans-papiers (qui cotisent, payent des impôts et contribuent à la solidarité nationale) afin d’éviter un « dumping intérieur » entre les salariés. C’est aussi pourquoi nous sommes opposés à la directive des travailleurs détachés* qui génère une même concurrence déloyale. Il est dommage d’ailleurs que plusieurs responsables politiques soutenant cet appel n’aient pas exprimé la même clarté lors du dernier vote sur le sujet au Parlement Européen.

Contrairement à ce qui est sous-entendu dans cet appel, dire cela n’est pas donner une centralité explicative à la question. C’est au contraire être cohérent pour lutter contre tous les mécanismes de la compétitivité*, de la rentabilité et de la précarité.  Et je m’étonne de voir certains responsables politiques donner des brevets de « gauche » et d’attitude révolutionnaire en omettant cette part entière du combat. Je m’étonne de les voir asséner qu’ils ne « composeront pas avec le fonds de commerce de l’extrême droite » quand l’appel ne dit rien des politiques de Macron et de ses amis en Europe qui accouchent des Orban et des Salvini. Ou pire quand certains d’entre eux ont une responsabilité directe dans le bilan du quinquennat Hollande qui a vu l’extrême-droite dépasser les 20% et a failli accoucher sur la déchéance de nationalité.

Voilà les raisons pour lesquelles je ne peux me retrouver dans cet appel. Je sais aussi que l’on n’est jamais à 100% d’accord avec un texte et que l’on peut voir le verre à moitié plein, comme le verre à moitié vide. Certains de mes amis, bien que partageant les idées de cette note, choisiront peut-être de soutenir ce manifeste pour exprimer leur rejet de l’Europe forteresse. Je respecte leur point de vue. Mais je ne le partage pas car j’aurais alors le sentiment d’abandonner une part entière du combat et, donc, de prendre le risque de finir dans une impasse. Car c’est déjà une défaite de la pensée révolutionnaire que d’accepter qu’elle soit enfermée dans des règles présentées comme immuables mais étant pourtant celles de nos adversaires.

http://www.manuelbompard.fr/a-propos-manifeste-laccueil-migrants/

Loi asile-immigration : la peur de l'autre en marche - #DecryptageFi
https://www.youtube.com/watch?v=Heos1Sv-dGc  cyclops

Michel Got : les propositions du groupe parlementaire FI en avril 2018
https://lafranceinsoumise.fr/app/uploads/2018/04/propositions-alternatives-projet-loi.pdf
https://lafranceinsoumise.fr/2018/05/25/propositions-alternatives-au-projet-de-loi-sur-limmigration-et-lasile/

La campagne présidentielle de 2017 et l'élection de Macron n'ont pas servi de leçon
Promouvant apparemment l'immigration libre, un mouvement semble se dessiner, qui rassemble Attac, la Fondation Copernic, LMSI, Mediapart, Ian Brossat (PCF), Politis, Regards... Reste à savoir pour quelles raisons : humanisme, soutien à Benoit Hamon, à Pierre Laurent (ou à un autre politicien)... pour mieux s'opposer à Macron, la droite et l'extrême droite, ou pour fragiliser LFI et son représentant JLMélenchon ?

* Cf. la directive Bolkestein
La directive Bolkenstein n’impose pas le principe du travail égal/salaire égal pour les salariés venus d'un autre pays de l'UE. À un même poste, un Roumain ou un Bulgare peut toucher le smic, tandis que son collègue français est payé davantage.
Un acte de sabotage au bénéfice des entreprises
Comme l'AMI, la directive Bolkestein vise à mettre les États en concurrence, en permettant un alignement sur le "moins-disant" social et environnemental.

L'Europe du "dumping social"
Après l'élargissement de l'Europe à 25 pays sans harmonisation préalable des conditions sociales et fiscales, la directive Bolkestein confirme l'orientation de l'Union Européenne vers le libéralisme sauvage et le dumping social, afin de réduire toujours plus le "coût du travail" pour les entreprises, afin de les rendre toujours plus "compétitives", c'est-à-dire toujours plus "profitables".
https://www.syti.net/Bolkestein.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Directive_Services




Gauche antimigrants, une fable médiatique

Un spectre hante Jean-Jacques Bourdin : « J’ai vu l’émergence en Allemagne — ça m’interroge, d’ailleurs — de cette extrême gauche anti-immigrés ! », s’exclame le journaliste le 4 septembre 2018 sur RMC. Ce jour-là, à Berlin, Mme Sahra Wagenknecht, députée de Die Linke (La Gauche), accompagnée de personnalités issues des Verts et du Parti social-démocrate, présente à la presse Aufstehen (Debout). Inspiré de La France insoumise, ce mouvement espère mobiliser les déçus de la politique et réunir une coalition majoritaire « pour le désarmement et la paix, pour de meilleurs salaires, de meilleures retraites, une fiscalité plus juste et plus de sécurité ; pour plus d’investissements publics dans la formation et les infrastructures », selon l’appel fondateur (1).

Mais, comme Bourdin, la presse française raconte une tout autre histoire : « Allemagne : un mouvement de gauche s’empare du créneau antimigrants » (Agence France-Presse, 4 septembre) ; « Allemagne, une gauche antimigrants émerge » (Le Monde, 4 septembre) ; « Debout, le nouveau parti allemand, se veut de gauche et antimigrants » (RT, 4 septembre) ; « création d’une force de gauche antimigrants en Allemagne » (France Inter, 5 septembre) ; « Allemagne : naissance d’un nouveau mouvement de gauche anti-immigration » (Les Échos, 5 septembre) ; « Vers une nouvelle gauche antimigrants en Europe ? » (La Vie, 6 septembre) ; « Aufstehen, un mouvement de gauche hostile à l’immigration » (Le Figaro, 8-9 septembre) ; « une dirigeante d’extrême gauche crée un parti antimigrants » ; (L’Obs, 13 septembre) ; « un mouvement antimigrants » (Politis, 13 septembre), etc.

Problème : le texte fondateur d’Aufstehen ne contient pas la moindre considération hostile aux migrants. Si les auteurs tiennent pour « irresponsable la manière dont le gouvernement de Mme Merkel traite les défis de l’immigration », ils appellent à « garantir le droit d’asile pour les réfugiés ». Et, surtout, ils parlent d’autre chose. De « renationalisations », de « démocratie directe », d’écologie. La question migratoire ? « Ce n’est pas notre sujet central », a insisté Mme Wagenknecht lors de la conférence de presse du 4 septembre. « Notre approche commune consiste à remettre les questions sociales à l’ordre du jour. »

Un tel objectif contredit frontalement le récit auquel médias et partis dominants aimeraient réduire le débat public. Celui d’une Europe clivée entre méchants populistes et gentils libéraux — tous adeptes du marché. Chaque proposition politique qui échappe à cette fausse dichotomie y sera rattachée de force par une glu de « faits alternatifs ». Quand, au Royaume-Uni, M. Jeremy Corbyn réoriente le Labour à gauche, la presse le soupçonne d’antisémitisme parce qu’il soutient la cause palestinienne. Quand, en Allemagne, Mme Wagenknecht annonce la création d’Aufstehen, Laurent Joffrin l’accuse dans Libération (10 septembre) d’« imiter le discours de l’extrême droite ». En matière migratoire, la cofondatrice d’Aufstehen milite à la fois pour un renforcement du droit d’asile et pour une régulation de l’immigration de main-d’œuvre : elle s’oppose à l’ouverture totale des frontières. Cette position alimente un vif débat au sein de la gauche. Minoritaire au sein de Die Linke, elle rejoint celle de M. Bernie Sanders aux États-Unis — « Ouverture des frontières ? C’est une proposition de droite [qui] rendrait chacun en Amérique plus pauvre ! », a-t-il expliqué (Vox, 28 juillet 2015).

Les journalistes qui feignent l’indignation à l’écoute de Mme Wagenknecht ne peuvent ignorer que la plupart des partis européens appuient une politique beaucoup plus restrictive. En 2017, le candidat Emmanuel Macron promettait d’« accueillir dignement les réfugiés qui ont droit à la protection de la France. Les autres seront reconduits sans délai vers leur pays afin qu’ils ne deviennent pas des immigrés clandestins (2)  ». Aucun média français n’avait alors décrit En marche ! comme un « mouvement antimigrants ». Et Libération titrait en « une » (6-7 mai 2017) : « Faites ce que vous voulez, mais votez Macron ».

Pierre Rimbert

(1) www.aufstehen.de/gruendungsaufruf

(2) « Emmanuel Macron président », programme d’En marche !, Villejuif, 2017.

https://www.monde-diplomatique.fr/2018/10/RIMBERT/59118
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Sam 13 Oct - 12:23



Qu'est-ce que le macronisme ?

"Pour moi, la toile de fond du macronisme, c'est une certaine honte d'être Français", Emmanuel Todd, lors d'une conférence à Sciences Po, le 3 octobre 2018.

Emmanuel Macron est un "nain intellectuel", un "puceau de la pensée".
Comment, alors, expliquer sa victoire ? Todd estime que "dans le contexte d'émergence du macronisme, il y a ce qu'il faut bien appeler une très grande médiocrité morale. Doit-on la situer dans l'ensemble du pays ou dans les classes moyennes ? La morale reposait sur des structures stables, anciennes et historiques - la culture catholique, la culture communiste, la culture socialiste, la culture nationale, gaulliste -, tout ça a explosé, on est dans un monde d'immoralité. Pour moi, la toile de fond du macronisme, c'est une certaine honte d'être Français".

Todd se refuse à voir l'électorat macroniste comme celui des gagnants de la mondialisation : "L'interprétation dominante, moralisatrice à sa manière, c'est que les gens qui votent Le Pen sont des losers (...), et que les gens, les jeunes en particulier, qui ont voté Macron, sont des winners. Mais ça ne correspond pas du tout à l'évolution économique et socio-culturelle observée dans le monde occidental". Pour Todd, "les catégories super macronistes de jeunes diplômés sont des catégories qui, par rapport à ce qu'étaient leurs aînés diplômés, sont en chute sociale. Ce sont des déclassés virtuels. Évidemment, leur taux de chômage est plus faible mais leurs conditions de travail, l'intérêt de leur travail n'est en rien comparable à celui des générations précédentes".

Et c'est pourquoi, d'après Emmanuel Todd, le vote Macron des jeunes diplômés serait… "une réaction au déclassement". Explication : "Vous avez les ouvriers français dont la peur du déclassement les amène à chercher quelqu'un en dessous : les Arabes, ou les étrangers. Chez les jeunes diplômés en perte de vitesse, dans leur inconscient absolu, finalement, la désignation d'une France d'en bas, fermée, en ancrage territorial, peut s'analyser exactement dans les mêmes termes que la xénophobie anti-Arabes. Simplement, là ce sont les prolos français qui sont pris pour cible par les déclassés d'en haut". Le macronisme serait donc le produit de "l'effondrement moral des classes moyennes" françaises

L'intellectuel a également pointé son viseur sur les députés LREM : "Une Assemblée recrutée sur CV dont l'absence de convictions idéologiques générale ne peut être que remarquable", "à l'intersection de la désintégration politique et de l'effondrement moral de la société".
Puis, revenant sur leur leader, il en a fustigé la politique étrangère. "Macron a inventé l'irrealpolitik, une politique extérieure toute de verbe qui n'a plus aucun rapport avec la réalité du monde, où l'on s'envoie des grandes claques dans le dos", persifle-t-il, fustigeant un "problème d'insuffisance intellectuelle et de manque de formation"

https://www.youtube.com/watch?v=3Z0yih4Md74&feature=youtu.be
http://www.entelekheia.fr/2018/10/11/emmanuel-todd-quest-ce-que-le-macronisme/
https://www.marianne.net/politique/un-puceau-de-la-pensee-elu-dans-une-hallucination-collective-le-macronisme-selon-emmanuel

À quoi mène l'anti-mélenchonisme ?

'Excellent comme d'hab... dommage que Todd ne puisse s'empêcher de tacler Mélenchon à la moindre occasion. Sur la soumission à l'Allemagne, c'est, si je me souviens bien, Mélenchon qui a mis en lumière cette soumission et éduqué les Français, avec son livre "Le hareng de Bismarck" pour lequel il a été traité de germanophobe. Le rapport de force nécessaire pour s'opposer, "ne pas avoir la main qui tremble", est suffisamment évoqué par Mélenchon pour contredire Todd qui de ce point de vue est malhonnête. Je ne sais pas ce qui oppose les hommes mais cette manière de faire de Todd est désavantageuse pour les Français, Mélenchon étant le seul, à ce jour, à proposer de revenir à la souveraineté nationale, avec un programme de redressement.' Christine Monleau

'Je l'aime beaucoup mais son pessimisme est parfois déprimant. Il s'enferme alors dans la mauvaise foi vis-a-vis de Mélenchon jusqu'à dire un truc aussi stupide que "Mélenchon... sans programme". Il ne veut pas non plus entendre, comme le fait l'upr, qu'il est tout-à-fait possible de désobéir aux traités européens sans frexit. Qu'il est déja possible de faire une politique de relance sans sortir de l'euro, au moins dans un premier temps en tout cas. Cf. Portugal.
Il a pourtant fait des débats avec Mélenchon et Généreux, où à chaque fois on lui a répondu ; il n'avait plus rien à dire, à part "je ne crois pas au plan A" pourquoi perdre du temps. De plus un programme de sortie net est assuré de perdre les élections : voir le score d'Asselineau. L'incohérence n'est pas là où il le dit.
Il est également caricatural sur la position de la France insoumise sur l'international. La preuve, Mélenchon est en train de créer une coalition de partis européens "Maintenant le peuple". Il s'est récemment rapproché de Corbyn, et Sanders serait evidemment un allié. Mais il veut quoi, Todd ? S'entendre avec Trump ? Un peu de cohérence, svp. Ce qui est hyper incohérent chez Todd, c'est qu'il passe son temps à taper sur tous les candidats politiques mais il croit à un systeme basé sur des élites et non à une democratie directe et l'auto gestion. C'est idiot.' SEB

La droite peut se reposer, la "gauche" ouvre un boulevard à la dictature du néo-libéralisme.
Emmanuel Todd vient renforcer le clan anti-Mélechon et France insoumise : BHL, Moscovici, Attac, Besancenot et Révolution permanente, la Fondation Copernic, LMSI, Edwy Plenel et Mediapart, Benoît Hamon, le PCF de Ian Brossat, Politis, Regards... Les mêmes qui vont pleurer parce que la finance mène le monde.
https://blogs.mediapart.fr/alberteins/blog/240918/pour-une-certaine-gauche-le-danger-c-est-l-insoumis
"Je suis internationaliste. Pas mondialiste"
https://melenchon.fr/2018/10/08/immigration-plus-de-serieux-moins-de-petits-jeux/

« Plutôt Hitler que Blum »
http://pcf-1939-1941.blogspot.com/2013/10/plutot-hitler-que-blum.html
http://opiam.fr/2012/06/21/plutot-le-pen-que-melenchon/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Sam 13 Oct - 13:36



Marie-Noëlle Lienemann et Emmanuel Maurel se rapprochent de la France insoumise

Le député européen Emmanuel Maurel annonce ce vendredi 12 octobre sa démission du parti socialiste et son rapprochement avec les Insoumis en vue des Européennes. Sa démission est synonyme selon lui de « scission » de son ancienne formation à qui il reproche d’avoir rompu avec ses objectifs originels. « Le PS ne correspond plus à l’idée que je me fais du socialisme », déclare l’élu.

Avec sa propre formation, «Nos causes communes», l'eurodéputé se rapproche de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon en vue des Européennes de mai 2019.

Figure du PS, Marie-Noëlle Lienemann quitte également le parti, devenu selon elle «un canard sans tête»
La sénatrice dit ne pas envisager que l'élection européenne de mai puisse faire rebondir le PS. «Olivier Faure n'en prend pas le chemin», estime-t-elle. Les deux élus comptent «participer à une dynamique de convergences avec la France insoumise, à un nouveau Front populaire», précise-t-elle. «Ce n'est pas un regroupement d'appareil mais une dynamique plus large; bien sûr, Yannick Jadot, Benoît Hamon y ont toute leur place», ajoute-t-elle. L'ancienne ministre du Logement rappelle qu'en 1972, le programme commun avec le PCF, «loin d'avoir fait disparaître le socialisme (...) a permis de conquérir ensemble le pouvoir en 1981.»

Au sein de La France insoumise, le député de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière, salue «le geste cohérent» d'un «homme de qualité». Il souhaite qu'ils soient «nombreux à faire de même». Début septembre, la venue de Jean-Luc Mélenchon à l'université d'été d'Emmanuel Maurel, organisée à Marseille, avait déjà provoqué des vagues chez les socialistes.

L'universitaire et politologue Rémi Lefebvre, spécialiste du socialisme, quitte lui aussi le PS. Dans une lettre, il estime que «le PS est mort, pas le socialisme».
[...]
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/10/11/25001-20181011ARTFIG00298-l-eurodepute-emmanuel-maurel-quitte-le-ps.php
https://www.ouest-france.fr/politique/parti-socialiste/le-depute-europeen-emmanuel-maurel-quitte-le-parti-socialiste-6014413

Emmanuel Maurel et Jean-Luc Mélenchon se connaissent depuis des années et se sont toujours appréciés. Maurel était un copain d’enfance de François Delapierre, le regretté fils spirituel de Mélenchon. Et Maurel aime les livres, connaît l’histoire, réfléchit. (L'Obs)

Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann emmeneraient avec eux 500 cadres et élus du PS.


"La Hollandie a fait la courte échelle à Emmanuel Macron : il est leur créature​." Emmanuel Maurel
http://sarko-verdose.bbactif.com/t442p50-sur-la-piste-sinueuse-du-jsuite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Mer 17 Oct - 0:30



Est-ce encore l’État de droit ?

Intervention de JLM à l’Assemblée nationale ce 16 octobre 2018

'Comme vous l’avez sans doute appris, ce matin, le procureur de circonstance que vous avez nommé après un entretien d’embauche, ayant autorisation de perquisitionner depuis vendredi dernier, a choisi de le faire ce matin à 7h. Et j’ai ouvert ma porte à des gens qui tapaient précipitamment. Ils étaient armés et avec des gilets pare-balle, car on ne sait jamais avec moi ce qui peut se produire.

Cette perquisition se faisait sans aucun motif d’urgence comme ça peut être le cas lorsqu’il faut faire éclater la vérité. Car la plainte initiale date d’il y a un an, de quelqu’un qui a dit elle-même que c’était une plaisanterie pour complaire à madame Le Pen, qui ne lui avait d’ailleurs rien demandé, et qu’elle me dénonçait pour cela.

Un an et demi après, on fait une perquisition chez moi, au siège du parti, au siège du mouvement, et chez neuf personnes. Je ne me plains pas d’être perquisitionné. Je me plains de cette mise en scène et du résultat concret auquel nous arrivons.

La deuxième plainte concerne les comptes de campagne présidentielle qui s’avèrent être un véritable traquenard quand ce monsieur Logerot, que vous avez augmenté de 57%, maintenant a transformé cette commission en un moyen de dénoncer les gens et de les envoyer au pilori il y a plus de sept mois !

Voilà ce que j’ai à vous dire : est-ce encore l’État de droit ? Je suis président d’un groupe d’opposition. Sept heures de perquisition chez mon chef de cabinet ! Vous avez tous mes rendez-vous depuis deux ans ! Vous avez aspiré tous les fichiers du mouvement « La France insoumise » ! Et tous ceux du parti de gauche ! Sans que nous ayons signé un seul procès verbal.

Collègues, êtes-vous devenus déraisonnables ? Voyez-vous ce que ça veut dire ? Vous sentez-vous solidaires de procédés pareils ? Vous en êtes à hurler maintenant ? Mais vous ne vous rendez plus compte ! Ce n’est plus de la justice ! Ce n’est plus de la police !

Ma question : les motifs infamants pour lesquels vous prétendez nous poursuivre. Monsieur le nouveau…'

LE MICRO LUI EST COUPÉ
https://youtu.be/WJ9gAYlVTbk  cyclops
https://melenchon.fr/2018/10/16/video-est-ce-encore-letat-de-droit/
https://twitter.com/jlmelenchon?lang=fr

Peut-on attendre autre chose d'un État où le Premier ministre revendique un droit de regard de l'exécutif sur la nomination des procureurs de la République ?
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/10/16/97001-20181016FILWWW00207-remy-heitz-prochain-procureur-de-la-republique-de-paris.php
La dictature moderne

Quelques images de la perquisition chez JLM vers la 5e minute de L'Autre 20h du MédiaTV de ce 16 octobre.

Le Journal fait ensuite le bilan de l'état d'urgence promulgué le 14 novembre 2015, inscrit dans le droit par la loi Silt renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme.
https://www.youtube.com/watch?v=iqE2cd7G-I4  cyclops



Perquisitions à la FI : Un profond sentiment d’injustice

Ce matin, l’appartement de Jean-Luc Mélenchon, celui de la secrétaire générale du groupe, le local de la France insoumise et celui du Parti de gauche ont été perquisitionnés.

Je voudrais dire ici mon profond sentiment d’injustice.

Il y a un homme qui a mené sa campagne main dans la main avec les maîtres de la presse, les maîtres des télécoms, les maîtres du médicament, tout le CAC40 réuni, qui baigne dans les affaires comme un requin en eaux troubles,

il y a un homme qui a profité du ministère de l’Économie, et son ancien collègue du budget Christian Eckert en témoigne, pour lancer sa campagne présidentielle sur les deniers publics,

il y a un homme qui s’est entouré de ministres, de collaborateurs, gavés de stocks options, d’affairistes de l’immobilier, de champions du conflit d’intérêts,

il y a un homme qui, retour sur investissement, fait des lois sur mesure pour ses amis financiers, du secret des affaires à la vente des aéroports en passant par la suppression de l’ISF, par la flat tax, par le CICE renforcé, etc.

il y a un homme qui, c’est sous notre nez, opère la fusion de l’État avec l’oligarchie, écarte chaque jour l’intérêt général au profit des multinationales.

Et qui vient-on poursuivre ?
Le groupe qui, aujourd’hui, à l’Assemblée et en-dehors, défend les gens contre l’argent.
C’est tellement évident.
Tellement deux poids, deux mesures.
Tellement une disproportion de moyens pour des queues de cerises, quand, dans le cas Benalla, la police trouve porte close le soir et revient gentiment le lendemain, une fois l’appartement nettoyé.

Je suis dans le train, là, pour le site de Sanofi de Mourenx, dans les Pyrénées.
Durant des mois, et peut-être des années, l’usine a rejeté 190.000 fois plus de bromopropane, une substance cancérigène, que les normes autorisées. Durant des décennies, la Dépakine fut vendue à des femmes enceintes, causant 30.000 enfants autistes, alors que Sanofi savait, se taisait, engrangeait les profits. Et refuse aujourd’hui de sortir le moindre euro pour les indemniser.
Là, on attend toujours une perquisition au siège de Sanofi. Ou au domicile de Serge Weinberg, son PDG, et ami de notre Président, à qui il conseillait : « Enrichissez-vous. », avant de l’introduire à la banque Lazard, avant de le soutenir pour la présidentielle, avant d’être, dès l’intronisation, reçu à l’Elysée.
Ces perquisitions, on les attend toujours.
On risque de les attendre longtemps.

On peut apprécier ou non Jean-Luc Mélenchon.
On peut apprécier ou non la France insoumise.
Et je ne suis pas, loin de là, le plus « corporate » des députés FI.
Mais le souci, pour moi, n’est plus là. Et avec un peu de gravité, je voudrais m’adresser simplement aux Républicains de ce pays : c’est la question démocratique qui est désormais posée. Et de cette épreuve, avec le peuple, avec les gens, je suis convaincu que nous sortirons plus forts. [...]

François Ruffin
https://francoisruffin.fr/perquisition-france-insoumise/

Accompagnement des enfants handicapés
"Je les avais prévenus que ce serait scandaleux"
https://francoisruffin.fr/scandale-handicap-bourdin/



La possibilité du fascisme
France, la trajectoire du désastre
Par Ugo PALHETA, sociologue, maître de conférences à l’université de Lille

Mouvement réactionnaire de masse contre l’égalité des droits ; migrants enlevés, tabassés et laissés pour mort par des milices à Calais ; large diffusion de thèses réactionnaires, xénophobes et islamophobes ; intensification du quadrillage répressif des quartiers populaires et violences policières impunies ; manifestations interdites et criminalisation croissante de toute contestation ; scores inégalés du Front national à toutes les élections depuis 2012. Sous des formes disparates et encore embryonnaires, mais dont la seule énumération dit le pourrissement actuel de la politique, c’est le fascisme qui fait retour.

Et celui-ci s’annonce non comme une hypothèse abstraite mais comme une possibilité concrète. Pourtant, la possibilité du fascisme est généralement balayée d’un revers de main par les commentateurs : comment la République française, patrie autoproclamée des droits de l’homme, pourrait-elle engendrer le monstre fasciste ? La France ne s’est-elle pas montrée « allergique » au fascisme tout au long du XXe siècle, comme le prétendent certains historiens français ? Le Front national n’a-t-il pas renoncé au projet ultranationaliste, raciste et autoritaire qui le caractérisait depuis sa création ? N’assiste-t-on pas au renouveau du capitalisme français sous les auspices d’un jeune président réalisant enfin les « réformes » prétendument nécessaires ?

C’est à démonter ces fausses évidences que s’attache ce livre, scrutant ainsi la trajectoire d’un désastre possible, enraciné dans la triple offensive – néolibérale, autoritaire et raciste – dont Emmanuel Macron est la parfaite incarnation, mais un désastre résistible, pour peu que le danger soit reconnu à temps et qu’émerge un nouvel antifascisme, capable de mener de front le combat contre l’extrême droite et celui contre les politiques destructrices qui favorisent son ascension.
https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_possibilit___du_fascisme-9782348037474.html

La rapporteuse spéciale des Nations unies a dressé un bilan critique de la politique antiterroriste française, exprimant ses préoccupations concernant la protection des libertés individuelles.
https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/en-france-la-loi-antiterroriste-stigmatise-la-communaut-musulmane-selon-un-rapport-de-l

Pourquoi Jean-Luc Mélenchon a été perquisitionné ?
Parce que la France Insoumise, au même titre que le Parti communiste d’ailleurs, représente l’opposition aujourd’hui. Jean-Luc Mélenchon et les parlementaires de la FI, dont François Ruffin en premier lieu, ne cessent de pointer du doigt les magouilles, les manigances et les arrangements du gouvernement. [...]

Ce qui est sûr c’est que ces perquisitions interviennent alors que le gouvernement connaît une crise…
https://republiquesocialeblog.wordpress.com/2018/10/16/pourquoi-jean-luc-melenchon-a-ete-perquisitionne

Manuel Bompard : On ne lâchera rien
Perquisition dans le cadre d'une enquête préliminaire, c'est-à-dire sous la responsabilité directe du Parquet, qui a un lien hiérarchique avec la ministre de la Justice. Il s'agit donc d'une opération politique.
https://www.youtube.com/watch?v=xet9066-9LQ&feature=youtu.be  cyclops

Adrien Quatennens réagit aux perquisitions chez La France Insoumise dans 'C à vous'
À partir de 6:15  
Il est interrompu à chaque fois qu'il évoque l'impunité de Macron, et le deux poids, deux mesures.
https://www.youtube.com/watch?v=nVbZy9yzxtw  cyclops

La percée d'un front de gauche aux élections européennes rend fébrile... et donne des envies de perquisitions
'S’il a magistralement réussi à éparpiller les forces des anciens partis de gouvernement, le «ni-ni» macronien est cependant loin d’être parvenu à gommer un clivage droite-gauche historique qui n’alimente pas seulement les états d’âme socialistes.'
http://www.charentelibre.fr/2018/10/14/ps-in-memoriam-clivage-droite-gauche-pas-mort-le-point-de-vue-de-cl,3327017.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Jeu 18 Oct - 11:55



Perquisitions à la FI : une agression politique
sous couvert de « justice »


La vague de perquisitions menées chez Jean-Luc Mélenchon, plusieurs de ses collaborateurs ou ex-collaborateurs, ainsi qu’aux sièges de la France insoumise (FI) et du Parti de Gauche, n’était pas un acte de « justice ». C’était une agression politique délibérée, sous couvert de justice, contre la première force d’opposition de gauche.

Il y a une disproportion flagrante entre les opérations policières et les deux soi-disant « affaires » au nom desquelles elles ont été menées. Concernant les comptes de campagne de Mélenchon, ce dernier a demandé publiquement, depuis de nombreux mois, qu’ils soient réexaminés par la Commission officielle chargée de les contrôler – et qui les avait d’ailleurs approuvés, tout en émettant des réserves. Au lieu de répondre positivement à la proposition de Mélenchon, qui s’engageait à fournir toutes les pièces nécessaires, le parquet a ordonné une vague de perquisitions. L’objectif n’est donc pas de faire la lumière sur les comptes de campagne de Mélenchon. L’objectif est de discréditer la France insoumise aux yeux de la population en mettant en scène l’adage : « pas de fumée sans feu ».

Concernant la soi-disant « affaire » des assistants de Mélenchon au Parlement européen, en aucun cas elle ne peut justifier les perquisitions de mardi matin. Ici aussi, il y a un décalage total et flagrant entre les moyens (les perquisitions) et la fin (la soi-disant « affaire »). C’est que les moyens déployés visent en réalité une autre fin : jeter le discrédit sur Mélenchon et la France insoumise.

Ce n’est pas tout. Suite aux perquisitions, le parquet a saisi les contenus de téléphones portables et d’ordinateurs appartenant à des dirigeants de la France insoumise. Qu’est-ce qui garantit que les informations politiques saisies ne seront pas communiquées à des adversaires politiques de la France insoumise, à commencer par le gouvernement lui-même ? Absolument rien. « L’indépendance de la justice » – que des journalistes ô combien « indépendants » évoquent sans cesse – est une mauvaise plaisanterie, comme cela vient d’être démontré par les perquisitions elles-mêmes, qui avaient un objectif exclusivement politique.

Ce qui s’est passé mardi est inacceptable et doit être activement condamné par l’ensemble du mouvement ouvrier. Cette agression politique est l’œuvre d’un gouvernement réactionnaire qui sombre dans l’impopularité et cherche à nuire de toutes les manières possibles à la première force d’opposition de gauche. Raison de plus pour construire un puissant mouvement de masse visant à chasser du pouvoir Macron et sa clique, dès que possible, et ouvrir la perspective d’un gouvernement de la gauche radicale.

Mercredi 17 oct 2018
https://www.marxiste.org/actualite-francaise/politique-francaise/2419-perquisitions-a-la-fi-une-agression-politique-sous-couvert-de-justice


La perquisition au siège de la France insoumise devrait ête annulée : elle est entachée d'irrégularités

La procédure pourrait-elle être annulée ?
[Extraits]
Si l'essentiel des règles de forme paraissent avoir été suivies par les magistrats et les forces de l'ordre, l'absence de procès-verbal délivré aux témoins de la perquisition laisse planer un doute.
L'accès des Insoumis à la perquisition constitue un premier point de tension entre le clan Mélenchon et le parquet. Pour être régulière, celle-ci doit se dérouler en présence de l’occupant ou, en cas d’absence, de deux témoins (majeurs) désignés par un officier de police judiciaire.

C'est lorsque les policiers refusent l’accès au conseiller d’Etat Bernard Pignerol, président de l’Ère du peuple - l’association visée par l’enquête préliminaire sur les comptes de campagne de la présidentielle LFI de 2017 - ainsi qu’à Jean-Luc Mélenchon et ses camarades invités à le rejoindre au siège de LFI après la perquisition de son propre domicile que la situation dérape. Après dix minutes de tumulte, de bousculade et de tentative d’enfoncer l’une des deux portes du local, la troupe arrive finalement à entrer, "après que l’un des permanents présents sur les lieux a ouvert la porte", raconte Alexis Corbière.

C'est à ce moment, selon Manuel Bompard, que les membres de la France Insoumise auraient été empêchés d'assister à la perquisition : "Les policiers nous ont alors bloqués dans la salle de réunion alors que leurs collègues continuaient à travailler dans les autres pièces". Cet élément serait-il susceptible d’affaiblir la procédure ? Selon notre commissaire de police, une perquisition sans témoins risquerait en effet la nullité : "On doit toujours bosser en présence de l’occupant ou des témoins. C’est ce qui garantit l’absence de contestation par les suspects de preuves que l’on pourrait trouver".

Un autre point pourrait être problématique : il s'agit de l'établissement d'un procès-verbal.
Or, selon Manuel Bompard, le procureur et les enquêteurs sont repartis sans lui soumettre de procès-verbal de perquisition.
"D’un côté, le procureur nous a dit qu’il n’avait rien pris, de l’autre les policiers nous ont expliqué qu’ils emportaient des scellés provisoires. Résultat, je ne sais pas ce qui a été saisi, je ne sais pas s’ils ont emporté des copies de nos fichiers informatiques comme les adhérents ou les donateurs", développe-t-il. Établir un procès-verbal à la fin d'une perquisition - même interrompue - constitue pourtant une obligation inscrite à l’article 57 du code de procédure pénale.

Si des documents ont effectivement été emportés et placés sous scellés, le défaut d'établissement d'un procès-verbal emporterait-il nullité de la perquisition ? "Il y a un sujet", convient Pierre-Olivier Sur, ex-bâtonnier du barreau de Paris. Pour ce ténor du barreau, les policiers pourraient arguer que les conditions de rédaction du PV n'étaient pas réunies : "Ils vont répondre que le pugilat a empêché de terminer les formalités". Un tel cas de figure fragiliserait toutefois grandement la procédure. Les Insoumis ont en tout cas d'ores et déjà décidé de contester la régularité de cette perquisition.

18 oct 2018
https://www.marianne.net/politique/perquisition-la-france-insoumise-quelles-conditions-la-procedure-pourrait-elle-etre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Jeu 18 Oct - 12:29



Au Texas, la gauche progressiste pourrait créer la surprise aux « midterms »
Beto O’Rourke reprend à son compte les principaux ingrédients du succès de Bernie Sanders.

Le pari fou de Beto O’Rourke

Au lieu de se présenter dans sa circonscription d’El Paso pour une réélection assurée, Beto O’Rourke s’est lancé un défi colossal : contester le siège de Sénateur de l’État du Texas. Son adversaire n’est autre que Ted Cruz, le finaliste malheureux des primaires du parti républicain face à Donald Trump.

Beto démarre avec un triple handicap : inconnu au-delà de sa circonscription, il affronte un candidat sortant jouissant d’une reconnaissance nationale, dans un État caricaturalement conservateur. Malgré l’évolution démographique qui devrait rendre le contrôle du Texas plus contesté, Donald Trump a facilement remporté cet État avec 10 points d’avance sur Hillary Clinton.

Le retard accusé par Beto O’Rourke dans les tout premiers sondages publiés en 2017 respectait cet ordre de grandeur, mais il serait désormais quasiment comblé. Un signe ne trompe pas : depuis quelques semaines, le camp républicain panique. L’impensable devient possible. Pour la première fois depuis trente ans, un démocrate pourrait s’imposer au Texas.

Une campagne populiste inspirée par Bernie Sanders

Beto O’Rourke reprend à son compte les principaux ingrédients du succès de Bernie Sanders. Tout comme lui, il refuse les financements privés (à l’exception des dons individuels plafonnés), là où son adversaire aligne des dizaines de millions de dollars de contributions en provenance des « super PACs », ces groupes d’influence alimentés par les multinationales, lobbies et milliardaires. Beto peut ainsi promouvoir un programme ambitieux, où l’on retrouve les principaux marqueurs de la plateforme « populiste » de la gauche américaine. Il milite pour une assurance maladie universelle et publique, le fameux « medicare for all » proposé par Bernie Sanders et taxé « d’irréaliste » par Hillary Clinton. Il place la question des salaires et de l’emploi au cœur de son discours, et défend une politique volontariste pour le contrôle des armes à feu, l’accès à l’éducation et la lutte contre le réchauffement climatique.

Au Texas, centre névralgique de l’industrie pétrolière où les armes à feu et les pick up trucks font partie intégrante du style de vie local, les stratèges démocrates se seraient opposés catégoriquement à un tel discours.

Comparant sa campagne électorale à ses jeunes années de musicien dans un groupe de Punk/Rock amateur, Beto O’Rourke assume une approche instinctive qui rappelle la méthode déployée par François Ruffin en 2017. Le  candidat démocrate privilégie le terrain, encourage le porte-à-porte et multiplie les « town hall », ces séances publiques de questions-réponses. Il a mis un point d’honneur à visiter en camionnette chacun des 254 comtés de ce gigantesque territoire grand comme la France et la Belgique, s’arrêtant dans des villages où plus aucun homme politique ne se rend. Que ce soit devant plusieurs milliers d’étudiants à Austin, ou une douzaine de retraités à Luckenbach, il martèle le même message. « Nous avons besoin d’un système de santé, d’un système éducatif et d’une économie qui fonctionnent pour tous les Texans, pas seulement pour les 1 % ».

Son discours rappelle le populisme de gauche au sens de Laclau. Cherchant à définir un « nous » contre un « eux », il fustige les puissances financières qui soutiennent son adversaire.

[...]

En juillet, nous l’avions rencontré dans un bar du quartier aisé de Houston Heights à l’occasion d’un « Town Hall pour les jeunes professionnels afro-américains avec Beto ». Il avait pris position en faveur de la légalisation du cannabis. « La répression contre cette drogue touche disproportionnellement les minorités », avait-il argumenté. Ce samedi, il termine son discours dans une ambiance électrisée, la chemise trempée de sueur.

« Rien ne remplace le porte-à-porte. Pour ma première campagne à El Paso, je frappais moi-même à plusieurs dizaines de maisons par jour, en me présentant avec humilité. Une vieille dame républicaine accepta de me recevoir.  Je l’ai écouté me raconter ces problèmes et inquiétudes. Un mois plus tard, un jeune homme m’aborde dans un café et me dit : “vous êtes bien Beto ? Ma grand-mère organisait une fête de famille le weekend dernier. Elle nous a fait promettre à moi et mes 32 cousins, oncles et tantes de voter pour vous !”

Le Texas est peut-être un peu trop vaste pour une campagne de terrain et encore trop conservateur pour un progressiste populiste, mais le fait que cette élection soit aussi ouverte et incertaine en dit long sur l’évolution du paysage politique américain.

Signé : politicoboy (@PoliticoboyTX)
16 sep 2018
http://lvsl.fr/au-texas-la-gauche-progressiste-pourrait-creer-la-surprise-aux-midterms


Le 13 avril 2014 s’est éteint à Séville le philosophe Ernesto Laclau (1935-2014). Ce théoricien post-marxiste a marqué toute une génération de spécialistes de l’action collective et des mouvements sociaux, entre l’Amérique Latine et l’Europe. Il est connu aujourd’hui surtout pour sa théorie du populisme de gauche, qui a inspiré les renouvellements de la gauche radicale en Espagne (Podemos) et en Grèce (Syriza).
https://laviedesidees.fr/Le-peuple-selon-Ernesto-Laclau.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Sam 20 Oct - 9:23

Les fonds de poubelle... Plenel descend de plus en plus bas.



La boucle macronie-parquet-media : la preuve par Mediapart

Donc, deux jours après ma perquisition, un journal se vante déjà d’avoir violé le secret de l’instruction. Il publie de soi-disant informations prétendument issues des documents du parquet. Je ne suis pas surpris. J’ai dit cet après-midi qu’il y avait une boucle macronie-parquet-média. En voici la preuve. Je m’attendais à quelque chose de ce type. Des « fuites » qui confirment ce que nous savons sur le coup monté qu’est cette opération contre la « France Insoumise » et contre moi personnellement. Je m’attendais à une chose bien glauque.

En effet, hier, on a demandé à mon chargé de communication sur mes réseaux : « quelle est la nature de votre relation avec Jean-Luc Mélenchon ? ». À une autre camarade : « vous donnait-il des ordres en dehors de sa fonction de député ». À Sophia Chikirou : « quelle est la nature de vos relations avec Jean Luc Mélenchon ? ». Mot pour mot ce qu’un « journaliste », fils à papa, m’a demandé en fin de conférence de presse. Je supposais que je serais le centre d’une fresque passionnante. Manuel Bompard n’habite-t-il pas chez moi trois jours par semaine ? « De quelle nature sont vos relations avec Jean Luc Mélenchon ? ». Et ainsi de suite pour tous les camarades femmes et homme qui restent chez moi, où j’ai une chambre pour cela, le soir quand c’est trop tard pour rentrer ou quand ils viennent de loin. Ou de moins loin. Mais ce qui n’est jamais une activité délictueuse. En toute hypothèse, à l’état civil et aux impôts je suis célibataire. Et jusqu’à cet article je me croyais seul auteur de ma vie privée.

Mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit Médiapart qui mange de ce pain-là. Non. Je ne m’y attendais pas. Médiapart prétend avoir violé le secret de l’instruction et disposer d’une information concernant la présence chez moi de quelqu’un. Bravo Médiapart ! Quelle enquête, quelle investigation ! Mais quel rapport avec le dossier ? Plenel, quel naufrage du trotskisme à ce niveau de caniveau après avoir dirigé « Le Monde ». Je laisse les gens vous dire ce qu’ils en pensent. À ce niveau d’agression et d’ignominie, il n’y a plus besoin d’argumentation.

Puis Médiapart publie aussi une histoire rocambolesque dont je ne sais rien et que je découvre en lisant ce pitoyable fond de poubelle. Je suis certain que c’est un coup monté de plus. Plenel est si proche de la police qu’il disposerait d’infos venant du parquet que je n’ai pas, moi qui en suis pourtant la cible. Je ne peux le croire.

Il est tard. La semaine a été dure et longue. Je ne commente pas. Je m’en remets à vous, chers lecteurs, pour vous demander de faire savoir aux intéressés ce que vous pensez de leurs méthodes. Ce qui est sûr c’est que je choisis de dire : menteurs ! Prouvez ce que vous venez de publier ! Il ne suffit pas de dire « nous avons appris ». Il faut prouver que vous avez vraiment violé le secret de l’instruction. Autrement dit : un peu de courage. Il ne suffit pas de prétendre avoir recopié les PV de la police pour que ce soit du journalisme « d’investigation » ! À demain.
https://melenchon.fr/2018/10/19/la-boucle-macronie-parquet-media-la-preuve-par-mediapart/

*'Les premières découvertes des perquisitions Mélenchon"
Par Fabrice Arfi, Michel Deléan et Antton Rouget
https://www.mediapart.fr/journal/france/191018/les-premieres-decouvertes-des-perquisitions-melenchon

Mediapart ou La Pravda anti France Insoumise ?
Réaction à la lettre hebdomadaire de la rédaction de Mediapart.
Par marugil (Gilles Le Flech)
19 oct. 2018
https://blogs.mediapart.fr/marugil/blog/191018/mediapart-ou-la-pravda-anti-france-insoumise

'J'aurais dû attendre quelques minutes les "révélations" de Mediapart : "Quelle ne fut pas la surprise des enquêteurs quand ce 16 octobre, au petit matin – il était 7 heures –, ils ont découvert Sophia Chikirou au domicile personnel de Jean-Luc Mélenchon."
MM. les "journalistes" de Closer : vous avez des photos ? Elle était venue en scooter ?
9€ par mois pour ce "journalisme" de caniveau ! C'est de la surfacturation.
Quel naufrage pour ce journal et pour M. Arfi !'
MARUGIL
https://blogs.mediapart.fr/marugil/blog/191018/mediapart-ou-la-pravda-anti-france-insoumise/commentaires

"Les agendas, mails et documents privés de mes collaborateurs ces 7 dernières années ont été saisis. Pourquoi n'avoir pas concentré les choses sur la période concernée ?"
JLM, 19 oct 16h
https://twitter.com/JLMelenchon/status/1053290908479864833

Conférence de presse de la France insoumise,
ce vendredi 19 octobre à 15h45
"Du monde entier nous viennent des messages de solidarité. Personne n'imaginait qu'une telle chose soit possible en France. Et pourtant nous l'avons subie." JLM
https://www.youtube.com/watch?v=ISQlI4J5qHY&feature=youtu.be  cyclops

Rappel
Denis Robert contre Clearstream (2) : Les trous de mémoire d’Edwy Plenel (mémento)
[...]
Bilan : Edwy Plenel n’a rien trouvé de plus urgent, que de témoigner publiquement contre l’enquête de Denis Robert, alors que les procès contre lui se multiplient.

Mais ce n’est pas tout. Peu de temps auparavant, le 13 juin 2006, invité par les juges d’Huy et Pons à donner son avis sur l’origine du faux listing sur lequel figure son nom, Edwy Plenel se lance dans une longue tirade qui suggère, sans l’affirmer, que Denis Robert pourrait ne pas être étranger à cette falsification [...]

Acrimed
19 déc 20111
https://www.acrimed.org/Denis-Robert-contre-Clearstream-2-Les-trous-de-memoire-d-Edwy-Plenel-memento


Voir au 19 septembre
"POUR MÉMOIRE : PLENEL TEL QUEL"
http://sarko-verdose.bbactif.com/t143p225-mdias-tlvision-d-etat-propaganda-staffel



Macron a sifflé, le chenil de France Télévision aboie

Pas moins de 4 gros titres sur La France insoumise en page d'accueil de FranceTV Info !

La chaîne FranceTV info (notamment France 3) ne s'attarde pas sur les annonces du gouvernement, ne présentant que leur côté positif, mais elle analyse dans le détail le programme de LFI.
Exemple :
Désintox. Moins d'impôts avec la « révolution fiscale » des Insoumis ? Oui, mais pas pour tout le monde.
19 oct 2018
https://www.francetvinfo.fr/politique/la-france-insoumise/desintox-moins-d-impots-avec-la-revolution-fiscale-des-insoumis-oui-mais-pas-pour-tout-le-monde_2993707.html


Anticor est appellé à la rescousse mais rien n'est dit des comptes de campagne de Macron.
https://www.francetvinfo.fr/politique/la-france-insoumise/comptes-de-campagne-de-j-l-melenchon-plus-on-facture-plus-on-est-rembourse-explique-l-association-anticor_2993607.html

Comptes de LFI : Adrien Quatennens dément toute "surfacturation
Le député de La France insoumise Adrien Quatennens a dénoncé vendredi les supputations d'une enquête de franceinfo sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

"Il n'y a pas de surfacturation", a-t-il déclaré sur BFMTV. Il a aussi noté, sur franceinfo, la "parfaite synchronisation" de cette publication avec les perquisitions réalisées mardi dans le cadre de deux enquêtes préliminaires portant sur des emplois présumés fictifs d'assistants au Parlement européen et sur les comptes de campagne de LFI pour la présidentielle de 2017.

"Comme votre petit journal n'arrête pas de dire que les prestations facturées par Mediascop à la campagne de La France insoumise coûtent très cher, j'aimerais que Radio France rajoute après que les prestations de la campagne d'Emmanuel Macron en terme de communication coûtent très, très, très cher", a-t-il poursuivi. Il a confirmé que le "conseil" apporté par Mediascop pendant "toute la campagne" à LFI avait été facturé "80.000 euros", quand "l'agence de communication qui a travaillé pour Emmanuel Macron, Jésus et Gabriel", les a facturées "pour huit mois 103.500 euros".
19 oct 2018
https://www.challenges.fr/politique/comptes-de-lfi-quatennens-dement-toute-surfacturation_620499


Jean-Luc Mélenchon a dénoncé vendredi "une nouvelle campagne d'affabulations", "à l'initiative de la radio d'Etat", après la publication d'une enquête de franceinfo sur les comptes de campagne de La France insoumise.
Pour l'ancien candidat de la présidentielle de 2017, cette enquête, "assure le service après-vente du pouvoir"
https://www.lepoint.fr/politique/melenchon-denonce-une-nouvelle-campagne-d-affabulations-19-10-2018-2264187_20.php

Communiqué des avocats de la France insoumise et Jean-Luc Mélenchon
[...]
Quatre jours après ce spectaculaire coup de filet, un site en ligne vient de publier des informations couvertes par le secret de l’enquête, protégées et intimes, tandis qu’il est indiqué que rien n’est encore transmis au pouvoir judiciaire et qu’aucun indice grave et concordant n’est constaté pour poursuivre cette affaire.
Il ne peut donc être autrement, que ces fuites proviennent des services de police et justice. Comment ont-elles été acquises ? Qui les a données ? Quelles sont les conditions et modalités, notamment financières, de cette transaction ?

Dans ces conditions, il est officiellement demandé que le procureur en charge soit dessaisi de l’enquête car il devient établi de manière claire et concordante que les services sous ses ordres ne respectent pas les règles et procédures applicables en l’espèce.

De plus comment espérer l’impartialité d’un procureur quand cette personne se permet de déclarer publiquement son soutien a l’une des parties prenantes sur laquelle porte son enquête. [...]
https://melenchon.fr/2018/10/20/communique-des-avocats-de-la-france-insoumise-et-jean-luc-melenchon/

Comptes de campagne : réponse aux mensonges de Radio France
Après l’offensive policière et judiciaire, c’est le tour du parti médiatique. Sur la radio d’État France Inter, des journalistes faisaient le service après-vente de la macronie en présentant une pseudo-enquête sur leur nouveau bouc-émissaire : Sophia Chikirou. Annoncée avec tambours et trompètes, l’opération fait pschiit. Il ne s’agit en fait que d’un collage de quelques mensonges. Nous vous proposons un décryptage.
https://lafranceinsoumise.fr/2018/10/20/comptes-de-campagne-reponse-aux-mensonges-de-radio-france/

Sophia Chikirou‏ @SoChik75 :
Radio France ment ! Assez des calomnies !
Je défie @SylvainTronchet, pseudo journaliste d’investigation de @radiofrance, de venir s’expliquer face à moi sur @BFMTV


.@SylvainTronchet beaucoup de bruit pour rien. Etre payé avec l'argent public pour faire le service après-vente d'une opération politique pose problème. Vous devez vous expliquer. Combien êtes vous payé pour salir les opposants à Macron ?
https://twitter.com/SoChik75/status/1053612473423745030



Sylvain Tronchet a déjà été pris la main dans le sac (voir ici)
https://www.youtube.com/watch?v=YuroXsfPJd8


Dominique Faget

Service après-vente garanti
Investir dans la campagne Macron : un bon filon pour la bourgeoisie

La publication des comptes de campagne des candidats à l'élection présidentielle invite à se pencher sur les inégalités entre petits et gros candidats : de 240.000 euros dépensés pour Jean Lassalle à 16,6 millions pour Emmanuel Macron. Uniquement financé par des donateurs, Macron, avant d'en être le Président, était déjà le candidat des riches.
http://www.revolutionpermanente.fr/Investir-dans-la-campagne-Macron-un-bon-filon-pour-la-bourgeoisie

Le président de la finance
#MacronLeaks : comment les réseaux de la finance mondiale ont lancé la campagne du nouveau président

À voir la couverture qu’en font les grands médias, il n’y aura rien à se mettre sous la dent dans les documents internes révélés dans le cadre du MacronLeaks. Pourtant, s’il est vrai qu’il n’y a rien d’illégal et que les informations les plus scandaleuses se sont vus démenties rapidement, les documents passés à la moulinette par Libération laissent entrevoir un financement par les milieux financiers internationaux sans précédent.
http://www.revolutionpermanente.fr/MacronLeaks-comment-les-reseaux-de-la-finance-mondiale-ont-lance-la-campagne-du-nouveau-president

Première casserole !
Campagne de Macron : les "ristournes" de GL Events et son patron, un proche de Collomb
http://www.revolutionpermanente.fr/Campagne-de-Macron-les-ristournes-de-GL-Events-et-son-patron-un-proche-de-Collomb

Le vrai visage d'un candidat dit « anti-système »
Macron accusé d’avoir pioché dans son budget de ministre pour financer sa campagne !

Le candidat Emmanuel Macron, encensé quotidiennement dans la presse, toujours propre sur lui, a lui aussi le sens des magouilles et de l'arnaque. Dans leur livre Dans l'enfer de Bercy, deux journalistes accusent Emmanuel Macron d'avoir utilisé son enveloppe ministérielle de 120.000 euros allouée à ses "frais de bouche" pour favoriser sa future campagne présidentielle.
http://www.revolutionpermanente.fr/Macron-accuse-d-avoir-pioche-dans-son-budget-de-ministre-pour-financer-sa-campagne

Quand Sylvain Tronchet va-t-il enquêter là-dessus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Sam 20 Oct - 18:51


Barn Swallow (Hirondelle rustique) cc Allan Hack

Appels sans suite (2)
par Frédéric Lordon
[Extraits]

Le posturalisme et l’inconséquence ne sont pas des plaies d’époque qu’en matière de climat (voir « Appels sans suite (1) »). Sans grande surprise, la dramatique question migratoire en a sa part.

Cependant le « Manifeste pour l’accueil des migrants » publié simultanément par Mediapart, Regards et Politis (1) semble vouloir faire un pas au-delà de la pensée Miss France (pardon, Monde) qui jusqu’ici gouvernait l’exercice.

Le « Manifeste », après nous avoir infligé tout de même une dose supplémentaire de « vivre ensemble », de « partage », et de serments de « ne pas courber la tête » (devant l’extrême-droite – résistance) nous explique cette fois qu’il faut moins regarder du côté des migrants pour avoir le fin mot de la précarisation salariale que du côté des structures économiques — c’est du moins ainsi qu’on comprend des expressions comme « frénésie de la financiarisation » et « ronde incessante des marchandises ». Et le progrès est réel.

Mais progrès jusqu’où au juste ? Car, en bonne logique, les conséquences devraient s’enchaîner à partir des prémisses, puis des conclusions intermédiaires. Si, par exemple, l’une des causes du malheur salarial est à trouver du côté de la « frénésie de la financiarisation », il s’ensuit qu’on doit la rendre moins frénétique. Mais défrénétiser la finance suppose d’en restreindre (considérablement) les mouvements, voire d’en interdire certains. Le nom usuellement attribué à ses restrictions est « contrôle des capitaux ». Mais voilà, l’Union européenne a gravé dans ses traités (art. 63) qu’il n’en serait pas question. Ici, on serait tenté de conclure qu’il va donc falloir rompre avec cette Europe. Mais allez expliquer une chose pareille à Roger Martelli — l’un des initiateurs du Manifeste pour Regards.Pour qui la ligne est droite depuis toute idée d’une telle rupture jusqu’aux époques les plus sombres de notre histoire. Et qui nous conseillera sans doute la patience humaniste d’une « autre Europe ».

Entre temps, il n’est pas certain que les migrants suspendent leurs mouvements, ni que les salariés voient leur situation s’améliorer, ni donc que le débat empoisonné connaisse la première accalmie.

Pourrait-on faire mieux du côté de la « ronde incessante des marchandises » ? Sans doute : en faisant cesser la ronde.
Malheur de nouveau : c’est du protectionnisme. Une monstruosité morale à peine moins grave que la zoophilie, en tout cas qui mène au même endroit que la sortie de l’euro, cela tous les initiateurs du texte en sont convaincus. Pendant ce temps, c’est le Rassemblement National, avec toute son habileté perverse à la récupération, qui, sur les plateaux, fait désormais l’apologie des circuits courts.

En évoquant des causes auxquelles ils n’ont en réalité aucune envie sérieuse de s’en prendre, comme en témoigne qu’ils ne leur consacrent pas même le commencement d’une déclaration d’intention tant soit peu articulée, comme en témoigne plus encore qu’ils aient tant de difficulté à les nommer, les médias initiateurs du « Manifeste » passent certes le stade « chaisière » mais tout de même d’assez peu.

C’est bien pourquoi d’ailleurs on en a entendu parler jusqu’à la revue de presse de France Inter. Où il faut imaginer le destin d’un appel « migrants » qui dirait : « le problème des salariés français, ce ne sont pas les migrants, c’est la mondialisation, par conséquent nous en appelons à la démondialisation, sortie de l’euro en tête ». Mais ici les trois initiateurs sont déjà évanouis les bras en croix.

Or c’est bien ce qu’il y a à discuter ici, si l’intention particulière du « Manifeste » n’est pas tant d’attirer l’attention sur le sort des migrants en général que d’en finir avec l’imputation faite aux migrations d’entretenir la misère salariale. Donc de relever les migrants d’une causalité qui ne leur appartient pas, en tout cas pas en première instance, et de lui substituer la bonne : celle qui évite de dresser un salariat contre un autre. Mais alors, la logique élémentaire devrait commander, d’abord de nommer les vraies causes avec la plus grande clarté, et ensuite de s’en prendre très directement à elles

on voit bien que la « frénésie » et la « ronde incessante » avaient surtout vocation à faire faire l’économie des mots — et surtout de ce qui peut s’en suivre une fois qu’on les a lâchés. Il fallait bien suggérer un petit quelque chose, mais le priver autant que possible de sa consistance logique et même de sa force nominale. Il est vrai qu’ayant fait à des degrés divers campagne pour savonner la planche de la seule force politique qui pouvait entraver la marche consulaire de Macron (c’est-à-dire entraver l’approfondissement des causes en question ici même !), voire pour certains ayant positivement servi la soupe à ce dernier, on ne pouvait guère attendre des initiateurs du « Manifeste » qu’ils prissent tout soudain une ligne autre que compatible avec leur projet foncier de reconstitution d’une force finalement socialiste-courtoise (satellites compris), avec une réelle amplitude de débat puisqu’on autorisera de discuter de tout pour savoir si c’est Benoît Hamon ou Christiane Taubira qui doit en prendre la tête — en tremblant même du fol espoir que Raphaël Glucksmann puisse faire don de son corps à l’Europe sociale et à l’accueil de l’Autre.

La question de l’euro n’étant que la projection régionale du problème global de la mondialisation, les élections européennes promettent de tracer à nouveau la ligne de fracture qui sépare les courtois, ou disons plutôt les stupéfiés : ils sont face à l’ordre du monde, en voient le principe mais, saisis de tremblements, se refusent à le changer et lui demandent simplement de bien vouloir jouer autrement (une autre Union européenne, une autre mondialisation, un autre commerce international, un autre appareil génital de ma tante pour qu’on puisse l’appeler mon oncle), et d’autre part ceux qui cherchent les voies pour mettre une ligne politique au bout d’une analyse. Pendant ce temps, Salvini donne au défi à l’Europe la plus sale gueule possible.

Avec le refus systématique de « la politique » qui lui a valu de si grands succès dans les derniers mouvements sociaux, la CGT, par la voix de son secrétaire général, prend position elle aussi pour redire que ça n’est pas l’immigration qui est cause du dumping social mais « l’absence de droits » (4). D’où suit que « lutter contre le dumping social, c’est se battre ensemble pour l’égalité des droits ». Mais à quoi pourrait ressembler de « se battre pour les droits » ?

Pourtant le fait est là : sous mondialisation néolibérale et sous euro, les « droits » ne s’étendront pas d’un iota puisque ces structures sont faites pour qu’ils ne s’étendent pas d’un iota.

Accessoirement, Philippe Martinez aura peut-être noté que jamais si bon accueil, ni reprises si empressées, ne lui auront été réservées dans les médias qu’avec cette tribune qui combine la cause au-dessus de tout soupçon, l’absence de toute analyse tranchante et l’innocuité politique que cette absence garantit

Si pourtant on veut se battre avec quelque chance de succès, il faudrait songer à se donner des objectifs un peu moins filandreux, un peu mieux définis, que « les droits », et ceci aussi bien pour les salariés qui viennent du dehors que pour ceux du dedans.

c’est bien aux classes populaires que la classe parlante devait, sinon s’adresser (le peut-elle vraiment ?), du moins démontrer qu’elle pense en priorité — et non à elle-même pour se mirer, ou à la sous-classe médiatique pour s’en faire applaudir à coup sûr. Adresse qui suppose alors de parler un peu plus clairement qu’à base de « partage », de « ronde des marchandises » ou d’« égalité des droits » suspendue en l’air. Le « Mais qui s’occupe de nous ? » est la plus terrible des machines à ressentiment politique. Il a balayé sans reste le pharisaïsme d’Hillary Clinton et mis Trump au pouvoir à la stupéfaction générale, en tout cas de tous ceux qui avaient décidé de ne pas voir ce qui leur arrivait dessus depuis pourtant si longtemps. Et qui, de ce côté-ci de l’Atlantique, nous pend au nez comme un sifflet de deux ronds. La venue prochaine du cinglé devrait normalement nous aider à y repenser. Quoique… Trump en France ? Formidable, on va pouvoir faire des appels !

17 octobre 2018
https://blog.mondediplo.net/appels-sans-suite-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7072
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   Ven 26 Oct - 15:26



Conférence de presse des avocats de la France insoumise
Le 25 octobre 2018, les avocats de la France insoumise tenaient une conférence de presse au siège du mouvement. Ils sont revenus sur les dossiers de leurs clients et on demandé qu'un juge indépendant du pouvoir macroniste soit nommé dans le cadre d'une instruction judiciaire.
https://www.youtube.com/watch?time_continue=11&v=Py36_rNk26k



La campagne la moins chère des 5 premiers candidats
Small Bang, l'agence de communication du parti socialiste et de Benoit Hamon, a facturé 238.000 € HT pour 13 vidéos. Mediascop a facturé 90.000€ HT pour 89 vidéos. Pourquoi Mediapart et Radio France nous harcèlent-ils ?
https://twitter.com/i/status/1055095618266370048

Lettre ouverte au citoyen Mélenchon

Cher citoyen Jean-Luc Mélenchon,

Au nom du PRCF et en nos noms propres, nous vous renouvelons à titre politique et personnel notre solidarité militante et notre sympathie à l’occasion de l’agression politique, médiatique et pseudo-juridique que vous endurez présentement, ainsi que les militants de la France insoumise.

Moins d’un an après l’élection sous influence de Macron, le premier commis de l’oligarchie est en graves difficultés, encore plus vite que ne l’ont été avant lui tous les proconsuls élyséens de l’UE supranationale. Sur fond de fascisation galopante de l’UE et de marche à la guerre atlantique contre la Russie, ce pouvoir socialement très minoritaire n’a d’autre ressource que d’aggraver la casse sociale et nationale de la France, donc de durcir l’État policier, de réprimer massivement les syndicalistes de lutte et de fliquer avec une brutalité redoublée tous ceux qui refusent de laisser dissoudre notre pays dans l’acide sulfurique de la « construction » européenne.

Dans ces conditions, nous comprenons et nous partageons la légitime colère que vous exprimez avec vigueur face à une « justice » et à une « élite » médiatique entièrement alignée sur le pouvoir macronien. Décidément, l’État actuel, qui vient de faire main basse sur l’ensemble des documents internes d’un grand mouvement d’opposition, n’a même plus les apparences d’une démocratie. Décidément, la fascisation de la vie politique française et européenne ne se réduit nullement à la lepénisation qui n’en est que l’aile marchante la plus visible. La dégénérescence galopante de la « démocratie » bourgeoise qui vous frappe aujourd’hui peut désormais atteindre n’importe quel citoyen jugé insuffisamment docile. À notre avis, il ne s’agit ni de « dérives » ni de « dérapages », mais du résultat nécessaire d’une politique de classe antisociale, antinationale et belliciste. Celle-ci est intrinsèquement liée à la crise du capitalisme et à son expression stratégique directe, la détestable politique de (dés-) intégration euro-atlantique de notre pays dans tous ses aspects (sac du produire en France, des acquis sociaux et des services publics, métropolisation du territoire national, substitution systématique de l’anglo-américain des affaires à la langue française, substitution de la « souveraineté européenne » pilotée par Berlin en lieu et place de la souveraineté nationale).

Moins que jamais, l’avenir d’une France franchement insoumise à l’UE et au MEDEF n’est donc aux faux gens de gauche qui, actuellement, soit abondent dans le sens du pouvoir et de ses chiens de garde, soit vous soutiennent du bout des lèvres sans prendre la mesure de l’opération en cours visant à déstabiliser un mouvement représentant sept millions d’électeurs. Plus que jamais, l’alternative est à un large Front antifasciste, patriotique, populaire et écologiste prioritairement tourné vers les classes populaires, sans crainte de dénoncer l’illégitime foncière du pouvoir oligarchique (nul n’est légitime pour détruire son propre pays et dissoudre sa souveraineté dans le « saut fédéral européen »). Ni de mettre radicalement en cause l’euro, cette austérité continentale faite monnaie, l’UE, cette prison des peuples où l’extrême droite avance au même rythme que les persécutions anticommunistes, l’OTAN, cette machine à mondialiser les guerres US, et le capitalisme lui-même, ce système obsolète qui mène l’humanité aux pires désastres économiques, militaires et environnementaux.

Salutations solidaires et citoyennes,

Pour le PRCF,

Léon Landini, président, ancien officier FTP-MOI

Georges Gastaud, secrétaire national

Antoine Manessis, responsable  de l’action unitaire

Fadi Kassem, animateur de la Région parisienne


24 octobre 2018
https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/lettre-ouverte-au-citoyen-melenchon-prcf/


LE DROIT DE MANIFESTER EN DANGER
Voir 'UN PTIT COUP DE BOURBON' par Serge Faubert
https://www.youtube.com/watch?v=PobRx2dwAYQ  cyclops



Le mouvement ouvrier doit défendre la France insoumise !

Plus d'une semaine après la vague de perquisitions visant à discréditer Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise (FI), cette offensive politique sans précédent se poursuit à travers les grands médias : presse, télés, radios. Au travail de la Justice « indépendante » succède le travail de journalistes « indépendants ».

Que reprochent-ils à Mélenchon et la FI ? Tout et n'importe quoi, désormais. Ils ont sonné l'hallali. Dans leur jubilation, ils jettent tout ce qu'ils ont sous la main. Par exemple, si Mélenchon se défend et réplique, cela devient une preuve de plus qu'il est coupable. De quoi ? Mais d'avoir répliqué, déjà ! Et puis, s'il se défend, n'est-ce pas la preuve infaillible qu'il « cache » quelque chose ? Et ainsi de suite. La caste des journalistes réactionnaires – car oui, c'est bien une caste au service de la bourgeoisie – donne libre cours à sa détestation de la FI, qui ne date pas de la semaine dernière. Plus précisément, ces gens détestent et craignent les millions de personnes qui soutiennent la FI, mais aussi les millions d'autres qui pourraient la soutenir dans la période à venir. Tel est le fond de l'affaire.

Dans un contexte d'impopularité croissante du gouvernement, nous assistons à une offensive politique majeure contre la FI, première force d'opposition de gauche. Pour convaincre de ce fait ceux qui en doutent sincèrement, Mélenchon et ses camarades font tout ce qu'ils peuvent à travers des articles, des vidéos et des interventions médiatiques. Mais ils sont bien seuls – beaucoup trop seuls. Face à cette agression brutale, qui est aussi une atteinte flagrante à la démocratie la plus élémentaire, l'ensemble des organisations du mouvement ouvrier devraient se mobiliser vigoureusement – et ce, quoiqu'elles pensent des idées et du programme de la FI.

La question, ici, n'est pas de savoir si l'on est d'accord avec l'ensemble du programme de Mélenchon – ou, a fortiori, si l'on apprécie son « tempérament » ! Ce n'est pas du tout la question. Il s'agit, pour le mouvement ouvrier, de défendre une organisation de gauche contre une agression flagrante orchestrée par le gouvernement, qui pour cela s'appuie sur des magistrats et des journalistes réactionnaires. Autrement dit, c'est à la fois une question démocratique élémentaire et une question de classe. Cette agression vise la FI, mais elle vise aussi à affaiblir les capacités de résistance de l'ensemble du mouvement ouvrier contre les mauvais coups qui se préparent. Et donc, c'est tout le mouvement ouvrier qui doit répliquer avec force.

Malheureusement, à ce jour, les réactions de la plupart des dirigeants des organisations syndicales et des partis de gauche sont indignes, voire scandaleuses. Les sommets des syndicats, CGT comprise, ne lèvent pas le petit doigt pour défendre la FI, comme si le problème ne les concernait pas. Les directions du PS et des Verts défendent... la « justice indépendante » – contre Mélenchon. Enfin, la situation n'est pas tellement meilleure du côté du PCF et de Génération.s (le mouvement dirigé par Benoît Hamon).

Mehdi Ouraoui, porte-parole de Génération·s, a déclaré : « L’émotion suscitée par la perquisition spectaculaire au siège d’un parti d’opposition et au domicile de plusieurs de ses dirigeants peut s’entendre, même si personne n’est au-dessus de la justice [1]. En revanche, rien ne justifie la violence des attaques que subissent les journalistes. » Même son de cloche du côté d'Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF : « Nous avons pu partager la colère et l’indignation de Jean-Luc Mélenchon à la suite de la perquisition de mardi matin, dire qu’il y avait deux poids, deux mesures. On peut également ne pas être d’accord avec un traitement journalistique, critiquer la mainmise des puissances financières sur les grands médias, mais il n’est pas possible dans une vie démocratique d’appeler à pourrir des journalistes. » [2]

N'est-ce pas lamentable ?
[...]

Par ailleurs, pour leur information, lorsque Mélenchon appelle ses partisans à « pourrir » les journalistes qui le calomnient sans cesse, il ne veut pas dire, par là, qu'il faut les crucifier en plein soleil jusqu'à ce qu'ils pourrissent. Non : Mélenchon appelle à les « pourrir » au sens de démasquer – sur les réseaux sociaux – leurs mensonges et leur mauvaise foi. Car enfin, au cas où cela aussi aurait échappé à Ouraoui et Dartigolles, les nombreux arguments qu'avancent Mélenchon et ses camarades, à propos des deux prétendues « affaires », ne sont pas sérieusement examinés par les journalistes « indépendants » qui, sans cesse, accablent la FI de toutes les tares politiques et morales. Dès lors, Mélenchon appelle ses partisans à leur répondre sur les réseaux sociaux. Est-ce si difficile à comprendre ?

Mais il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Or Dartigolles et Ouraoui ne veulent pas entendre, font semblant de ne pas comprendre, car ils espèrent profiter, électoralement, de l'offensive actuelle contre la FI. Ils mettent les intérêts de leurs petites barques bureaucratiques au-dessus des intérêts de l'ensemble du mouvement ouvrier.
[...]

Jérôme Métellus

[1] Personne n'est au-dessus de la justice ? Au lieu de dire de telles âneries, le camarade Ouraoui devrait méditer la formule de Solon d'Athènes : « Les lois sont comme une toile d'araignée : les petits s'y font prendre et les grands la déchirent. »

[2] On trouve les deux citations dans cet article de L'Humanité : Justice. Difficile « contre-offensive » pour les insoumis
25 oct 2018
https://www.marxiste.org/actualite-francaise/politique-francaise/2421-le-mouvement-ouvrier-doit-defendre-la-france-insoumise


Indécrottable Dartigolles ! Même Paris Match semble moins hostile que lui.
https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Enquete-contre-LFI-Melenchon-accuse-l-Elysee-de-coup-monte-1584002
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LFI : La France insoumise se lance   

Revenir en haut Aller en bas
 
LFI : La France insoumise se lance
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: