sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...

Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 16:46



Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...
Theresa May, Première ministre : « Nos lois ne seront pas faites à Bruxelles mais à Westminster »
[par Jean Lévy]

"REPRENONS LE CONTRÔLE !"
Mercredi 5 octobre 2016, Theresa May, clôturant le congrès du parti conservateur à Birmingham, a rythmé son discours de références à la "souveraineté" et à l'" indépendance" retrouvées. Elle s'est dite porteuse d'"une vision ambitieuse pour la Grande-Bretagne après le Brexit" et d'un "plan optimiste" pour que le pays joue "un nouveau rôle dans le monde", car "le monde a plus que jamais besoin d'une Grande-Bretagne mondiale".

Soucieuse de signifier aux électeurs que leur message souverainiste du "Take back control" ("Reprenons le contrôle") a été entendu, Mme  May a promis le vote au printemps 2017 d'une grande loi d'abrogation des lois européennes.

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2016/10/quand-la-grande-bretagne-largue-les-amarres-theresa-may-premiere-ministre-nos-lois-ne-seront-pas-faites-a-bruxelles-mais-a-westminst

http://www.france24.com/fr/20160224-brexit-ue-cout-economie-royaume-uni-avantage-europe-referendum-infographie




Le 23 juin 2016, à la question « Le Royaume-Uni doit-il rester un membre de l'Union européenne ou quitter l'Union européenne ? » (« Should the United Kingdom remain a member of the European Union or leave the European Union? »), 51,89 % des votants au référendum britannique répondent « Quitter l'Union européenne ».
C'est la première fois que la population d'un État membre se prononce en faveur de la sortie de l'Union européenne.
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_sur_l%27appartenance_du_Royaume-Uni_%C3%A0_l%27Union_europ%C3%A9enne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 16:56



L’apocalypse continue au ROYAUME-UNI : le taux de CHÔMAGE au plus bas depuis 1975

Contrairement aux prévisions apocalyptiques des commentateurs anti-Brexit, le marché du travail britannique se porte bien. Loin de se dégrader, la situation de l’emploi s’est même améliorée...

1er Mai 2017
http://www.communcommune.com/2017/04/l-apocalypse-continue-au-royaume-uni-le-taux-de-chomage-au-plus-bas-depuis-1975.html


[Propagande] BREXIT : L’arnaque du “VOTE des JEUNES”…
http://www.communcommune.com/2016/06/propagande-brexit-l-arnaque-du-vote-des-jeunes.html

[Mépris de classe] Alain MINC : le Brexit, « c'est la victoire des gens peu formés sur les gens éduqués »
http://www.communcommune.com/2016/07/alain-minc-le-brexit-c-est-la-victoire-des-gens-peu-formes-sur-les-gens-eduques.html

BREXIT : contre le peuple, les Lords font de la résistance…
Les membres de la Chambre des Lords - source Reuters sur le site RT en français Au Royaume-Uni, les Chambre des Lords, non élue, rêve de faire capoter le Brexit.
http://www.communcommune.com/2017/03/brexit-contre-le-peuple-les-lords-font-de-la-resistance-par-pierre-levy.html

Brexit : ce que veut le Parlement européen
6 avril 2017
http://www.humanite.fr/brexit-ce-que-veut-le-parlement-europeen-634395
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 17:16



Le BREXIT, le LEFTXIT, le FREXIT - "L'EURO, que faire ?"  
DÉBAT avec Frédéric LORDON [vidéo]

26 juin 2016
http://www.communcommune.com/2016/07/frederic-lordon-le-brexit-le-leftxit-le-frexit.html


BREXIT : un RÉFÉRENDUM qui en rappelle d'autres
[Communiqué CGT Industries Chimiques]
http://www.communcommune.com/2016/07/brexit-un-referendum-qui-en-rappelle-d-autres-communique-cgt-industries-chimiques.html

Du BREXIT au « FREXIT » PROGRESSISTE, un mode d’emploi possible
[Entretien avec Georges Gastaud]
26 juin 2016
http://www.communcommune.com/2016/06/du-brexit-au-frexit-progressiste-un-mode-d-emploi-possible-entretien-avec-georges-gastaud.html




Pour Emmanuel TODD, le BREXIT rend encore plus inéluctable le retour aux ÉTATS-NATIONS
Emmanuel Todd est un des rares intellectuels qui privilégie l’analyse sur le long terme à la chronique des soubresauts court-termistes.
http://www.communcommune.com/2016/07/pour-emmanuel-todd-le-brexit-rend-encore-plus-ineluctable-le-retour-aux-etats-nations.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 17:30



Le meilleur du pire de la couverture médiatique du « Brexit »

Le 23 juin 2016, une majorité des électeurs britanniques (51,9% des suffrages exprimés) se prononçait en faveur de la sortie de l’Union européenne. Ce résultat, largement traité dans les grands médias français, a donné lieu à un déferlement de commentaires méprisants, pour ne pas dire injurieux à l’égard des électeurs britanniques, notamment de la part d’éditocrates mécontents du résultat du scrutin.

Quelle que soit l’appréciation que l’on porte sur le « Brexit », ses causes et ses conséquences, ainsi que sur la campagne référendaire, force est en effet de constater qu’une fois de plus [1], les donneurs de leçons eurobéats se sont déchaînés contre une population – ou certains secteurs d’une population – qui a eu l’outrecuidance de « mal voter ».

Nous proposons ici une revue – non exhaustive – du « meilleur du pire » des commentaires sur le Brexit.

Jean Quatremer, évidemment

À tout seigneur tout honneur, c’est avec Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles dont nous avons eu à de multiples reprises l’occasion de saluer les exploits, que nous ouvrirons le bal. Le mercredi 22 juin, veille du référendum, il était l’un des invités de l’émission « Europe Hebdo », sur LCP [2], et nous a offert ses lumineuses lumières. Alors que le scrutin n’a pas encore eu lieu, Jean Quatremer, questionné sur les modalités d’un éventuel Brexit, explique qu’il y aura deux types de négociations : sur la sortie de la Grande-Bretagne, et sur les nouveaux accords qui lieront Grande-Bretagne et Union européenne. La suite est… savoureuse [...]

12 juillet 2016
http://www.acrimed.org/Le-meilleur-du-pire-de-la-couverture-mediatique
http://zinc.mondediplo.net/sites/128259


Le Monde et Libération : désinformation active sur la directive Bolkestein
9 mars 2006
http://www.acrimed.org/Le-Monde-et-Liberation-desinformation-active-sur-la-directive-Bolkestein


La liberté d’opinion selon Jean Quatremer : démonstration d’une éthique du journalisme post démocratique
18 juin 2013
http://letang-moderne.over-blog.com/article-la-liberte-d-opinion-selon-jean-quatremer-demonstration-d-une-ethique-du-journalisme-post-democrat-118568944.html




Plainte contre Jean Quatremer et Rudy Reichstadt pour diffamation
Le blogueur au service du libéralisme européiste n'est pas un adepte de la rigueur intellectuelle. Frédéric Lordon a montré à quel point il est limité, digne de porter de grandes oreilles et de suivre une carotte.
10 août 2017
http://www.les-crises.fr/plainte-contre-jean-quatremer-et-rudy-reichstadt-pour-diffamation/


Diffamateur récidiviste
Mélenchon antisémite ? De la « petite phrase » déformée au « clash » obsessionnel
27 mars 2013
http://www.acrimed.org/Melenchon-antisemite-De-la-petite-phrase-deformee-au-clash-obsessionnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 22:55



« What is Brexit ? »
Qu’est-ce que c’est que cette histoire de « Brexit » ?


En 2016, la troupe de comédiens irlandais Foil Arms and Hog ironisait sur le flou entourant les multiples espaces du monde britannique. [Vidéo]

« Manière de voir » #153 • juin 2017
http://www.monde-diplomatique.fr/mav/153/A/57525
https://www.youtube.com/watch?time_continue=121&v=daB7np-RtOM
cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 23:03



« Brexit », malaise chez les travaillistes

Dilemme pour la gauche : une sortie renforcerait la position du député conservateur Boris Johnson ; un maintien, celle du Premier ministre David Cameron, lui aussi conservateur…
Juin 2016
http://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/LAMBERT/55725


Le parti travailliste en pleine crise
26 juin 2016
http://www.lejdd.fr/International/UE/Brexit-les-travaillistes-veulent-la-tete-de-Corbyn-792977



Brexit : les Britanniques quittent l'UE et provoquent un séisme mondial
Les marchés gagnés par la panique
http://www.midilibre.fr/2016/06/24/brexit-le-royaume-uni-vote-pour-la-sortie-de-l-union-europeenne,1354766.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 23:09



L’impossible équation du Brexit
Post-référendum, oligarchie triste

Les Britanniques, dit-on, ont accoutumé, contemplant la mer depuis la côte de Douvres les jours de brouillard, de dire avec cet humour qui n’appartient qu’à eux que « le continent est isolé ». Mais c’est de l’humour. C’est avec le plus grand sérieux au contraire que le commentariat européiste s’est exclamé qu’après le Brexit, « le Royaume-Uni est isolé ». Il faut tenir l’indigence de ce genre d’argument pour un indicateur robuste des extrémités politiques et rhétoriques où se trouve rendue la « défense de l’Europe », qui n’a plus que ça en stock — ça et « la guerre » — pour tenter de s’opposer à la vague sur le point de tout emporter.

Frédéric Lordon
6 juillet 2016
http://blog.mondediplo.net/2016-07-06-Post-referendum-oligarchie-triste


Brexit : à quoi joue George Soros ?
30/06/2016
http://bfmbusiness.bfmtv.com/bourse/brexit-a-quoi-joue-george-soros-998922.html


Soros, l’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre, veut croire à l’abandon du Brexit
20/06/2017
http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/soros-l-homme-qui-a-fait-sauter-la-banque-d-angleterre-veut-croire-a-l-abandon-du-brexit-6071227


Pour le spéculateur milliardaire George Soros, l’UE doit se servir du Brexit pour devenir une organisation que le Royaume-Uni aura envie de rejoindre avant la fin du divorce.

Les commentaires de George Soros surviennent après la publication par la Commission européenne de son document de réflexion sur l’approfondissement de l’union économique et monétaire, dans le cadre d’une série de réformes majeures pour renforcer le bloc d’ici à 2025.
2 juin 2017
https://www.euractiv.fr/section/royaume-uni-en-europe/news/soros-britain-could-reunite-with-the-eu-before-the-divorce-is-completed/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Ven 11 Aoû - 23:12



Une Union à l’image du Royaume-Uni
Le legs britannique à l’Europe

Bruxelles et Londres ne manqueront pas de trouver un arrangement institutionnel pour organiser le retrait décidé par les électeurs britanniques le 23 juin. Mais le résultat du référendum sur le « Brexit » oblige les dirigeants européens à repenser entièrement un projet commun qui a été réduit au « grand marché », en particulier sous la pression du Royaume-Uni.
http://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/CASSEN/55961

« Brexit »
En complément à l’article de Bernard Cassen « Le legs britannique à l’Europe » (juillet), M. Michael Feintuch considère que le « Brexit » a révélé la vraie nature de l’Union européenne et sa soumission aux États-Unis.
http://www.monde-diplomatique.fr/2016/09/A/56270

Royaume-Uni, de l’Empire au Brexit
« Manière de voir » #153, juin - juillet 2017
http://www.monde-diplomatique.fr/mav/153
/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Dim 22 Oct - 5:03

Bras de fer UE-GB : le brexit doit être sanctionné.



La question financière s'impose comme le noeud du Brexit
Theresa May a multiplié les discussions avec ses homologues. Mais les logiques des deux camps sont désormais en opposition frontale.

La vraie bataille du Brexit a commencé. Depuis le début des négociations sur le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, les responsables politiques rappellent volontiers qu'avant de parler d'avenir avec Londres, il faut s'entendre sur les grandes lignes du divorce. De manière systématique sont évoqués en premier les droits futurs des expatriés, avant d'embrayer sur les deux autres points - la frontière irlandaise et le règlement financier. Mais ce qu'on pressentait depuis le début est en train d'apparaître au grand jour : le chèque britannique est bien le tout premier des sujets, celui autour duquel les discussions risquent de dérailler.

Dans les deux camps, on accuse l'autre d'être responsable de « l'impasse »,  un terme employé la semaine dernière par Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Union européenne. Pour les Vingt-Sept, tant que le Royaume-Uni n'aura pas spécifié ce qu'il est prêt à payer pour quitter le navire européen, il n'y aura pas d'accord sur le divorce, ni d'ouverture des discussions sur la relation future. Alors que les promesses de Theresa May, la Première ministre britannique, renvoient à un montant d'un peu plus de 20 milliards d'euros, la somme que "les Européens" réclament est environ trois fois supérieure. [...]

Dans un renversement de situation, Michel Barnier apparaît désormais comme l'allié paradoxal des Britanniques. Le Français ne serait pas fermé à l'idée d'une modification de son mandat, lui permettant d'aborder la transition future. Nombreux sont les Etats-membres prêts à y consentir, en particulier les plus commerçants qui redoutent un « hard Brexit ».
Mais Paris et Berlin, notamment, s'y sont opposés. Tous deux sont convaincus qu'il faut maintenir la pression sur Londres... et tirent profit, pour l'instant, de quelques transferts d'activité de la City sur leur sol. Les conclusions provisoires du Conseil européen n'offrent donc pas cette perspective, sur laquelle comptait tant Theresa May.

Le spectre d'une crise politique
[...]

17 oct 2017
https://www.lesechos.fr/monde/europe/030735884261-la-question-financiere-simpose-comme-le-noeud-du-brexit-2122963.php


Theresa May est rentrée de Bruxelles sans solution de sortie mais avec la conviction d’être complètement coincée.
Elle est coincée entre l’intransigeance des "Européens" qui posent toujours trois conditions préalables à l’ouverture des négociations :
-Un, "les Européens" demandent le solde de tout compte et le remboursement de tout ce que Londres doit aux européens, soit entre 50 et 100 milliards.

-Deux, "les Européens" exigent aussi des garanties sur le sort et les droits des ressortissants de l’Union européenne résidant en Grande-Bretagne.

-Trois, Bruxelles demande encore que la question de la frontière entre l’Irlande du Nord et l'Irlande du Sud n’aboutisse pas à un réveil de l’antagonisme entre l’Irlande catholique, indépendante et qui reste dans l’Union européenne, et l’Irlande protestante qui fait partie de la GB.

Theresa May ne peut pas accepter ces trois conditions. Elle n’a pas de mandat pour cela. En revanche, elle est poussée par sa majorité pour aller vers un Brexit dur, mais on lui demande aussi de trouver des modalités qui ménagent les intérêts économiques de la Grande-Bretagne. C’est donc contradictoire.

[Une dictature via l'économie, comme en Catalogne]

la plupart des grandes banques ont mis en place des plans de déménagement pour quitter Londres et aller s’installer à Francfort, Luxembourg, Dublin ou Paris. Selon Jean-Marc Sylvestre, la croissance a commencé à piquer du nez, les prévisions d’activité sont médiocres et l’inflation par les produits importés ne va pas épargner les Anglais.

https://fr.news.yahoo.com/brexit-theresa-may-n-deux-solutions-mort-subite-082233739.html

"Theresa May n’a que deux solutions : la mort subite ou la mort lente", écrit encore Jean-Marc Sylvestre, éditorialiste sur atlantico.fr, chargé de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.  

Le but ne serait-il pas aussi d'effrayer ceux qui sont tentés par une sortie de l'UE ?

Les chiens de garde du capitalisme tentent en outre de ridiculiser la Première ministre britannique. Avec son discours "cauchemardesque", la "risée" dont elle serait victime, se faisant ainsi l'écho du «Lonely Theresa May» par le journal conservateur The Daily Telegraph. Et le choix des photos, comme on peut le voir avec l'article précédent.
http://www.20minutes.fr/high-tech/2155367-20171020-lonely-theresa-may-photo-symbole-brexit-amuse-internautes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Lun 11 Déc - 1:17

Toujours le même mépris pour la démocratie en Europe !


Nick Clegg : « Le Brexit n’est pas irréversible »

Le libéral-démocrate Nick Clegg, ancien vice-Premier ministre sous David Cameron, est prêt à bafouer les résultats du référendum britannique.
"Nous sommes libres de changer d’avis et de rester dans l’UE jusqu’à 23 heures (heure de Londres) le 29 mars 2019. Je pense que le moment clé sera exactement dans un an, quand un accord sera déposé devant la Chambre des Communes pour y être voté par les députés."

"C’est une chose qu’il faut dire et répéter : ce n’est pas irréversible. C’est une des choses que j’ai dites à Michel Barnier quand je l’ai rencontré : il serait bien que les leaders européens rappellent publiquement que les Britanniques seront les bienvenus s’ils changent d’avis."

" Je connais bien les «Brexiters», j’ai travaillé avec beaucoup d'entre eux. Ils sont fous, mais ils ne sont pas idiots. C’est presque une religion, une secte très bien organisée."  Suspect

https://www.letemps.ch/monde/2017/12/08/nick-clegg-brexit-nest-irreversible
http://www.liberation.fr/planete/2017/12/09/nick-clegg-nous-sommes-libres-de-changer-d-avis-sur-le-brexit_1615520


Brexit : enfin un premier accord entre le Royaume-Uni et l'Union européenne
La Première ministre Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ont annoncé ce vendredi 8 décembre un accord sur le Brexit. Plusieurs questions épineuses ont été réglées et la phase 2 des négociations devrait enfin pouvoir commencer. Le plus dur reste à venir.
https://www.marianne.net/monde/brexit-enfin-un-premier-accord-entre-le-royaume-uni-et-l-union-europeenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Lun 12 Mar - 19:17



Londres n'accepte pas l'arrogance du Conseil régional de Normandie

TFL (Transport for London) a refusé d'afficher dans les stations de métro la campagne de publicité de la région Normandie (photo ci-dessus).

L'annonce en cause demande aux entrepreneurs d'affirmer leur refus du Brexit en votant "avec leurs pieds", c'est-à-dire en traversant la Manche pour s'installer en Normandie.

12 mar 2018
http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/une-publicite-made-in-normandie-bannie-du-metro-de-londres-1393976.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Dim 15 Juil - 21:12



Donald Trump met les pieds dans le plat
en critiquant la stratégie de Theresa May sur le Brexit


Alors que Londres avait déroulé le tapis rouge à Donald Trump en fin de semaine dans l’espoir d’un accord commercial avec les États-Unis, la visite du président américain a été émaillée de couacs, d’accrocs et de polémiques. Suffisamment pour provoquer l’ire des autorités durant sa visite de quatre jours en Grande-Bretagne.
https://www.sudouest.fr/2018/07/15/retard-protocole-fauteuil-de-churchill-quand-trump-se-met-les-britanniques-a-dos-5234046-4803.php
https://parismatch.be/actualites/societe/157241/leclipse-royale-entre-donald-trump-et-elizabeth-ii-qui-scandalise-la-toile

« I don’t care », ou le mépris de l’autre
'Le « je m’en fous » est une autre manière de dire que la société n’existe pas, que chacun est autoentrepreneur et responsable de sa personne, que les liens sont des obstacles à l’épanouissement et à l’efficacité.'
'Le refus de l’attention traduit en effet une haine profonde de la vulnérabilité et un mépris des activités de soin, un rejet des valeurs exprimant le souci des humains et de la Terre, associées à la sensiblerie et à des comportements « efféminés ».'
https://www.politis.fr/articles/2018/07/i-dont-care-ou-le-mepris-de-lautre-39133/

Un "Brexit doux"
Le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson a annoncé sa démission dans l'après-midi de ce lundi 9 juillet. Flamboyante figure du camp du "Leave", l'ancien maire de Londres avait rejoint le gouvernement de Theresa May après le référendum de 2016 ayant entériné le Brexit. Ce week-end, il avait comparé le fait de défendre le plan de "Brexit doux" proposé par Theresa May à "cirer une merde". Son départ fait suite à celui du "ministre du Brexit" David Davis, parti du gouvernement dans la soirée de dimanche.

Theresa May souhaite un "Brexit doux", qui assurerait le maintien d'une relation commerciale étroite avec l'Union européenne.
https://www.marianne.net/monde/crise-au-royaume-uni-apres-le-ministre-du-brexit-david-davis-boris-johnson-demissionne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Lun 1 Oct - 15:01



"Le coût astronomique engendré par le Brexit pour le Royaume-Uni !" (Capital, Le Point, La Tribune, Le Dauphiné...)
Selon une étude publiée dimanche 30 septembre, la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne a coûté 500 millions de livres, soit 560 millions d'euros, par semaine à l'État britannique. L'économie britannique serait 2,5% inférieure à ce qu'elle aurait été avec un maintien dans l'UE.
01/10/2018
https://www.capital.fr/economie-politique/le-cout-astronomique-engendre-par-le-brexit-pour-le-royaume-uni-1309061


Les anti-Brexit sont tellement virulents qu'ils font de la propagande européiste dans les commentaires du DVD "Coincoin et les Z’inhumains" sur amazon.co.uk :
"A picture of post-Frexit France, isolated, provincial, inward-looking and prejudiced." conclut technoguy, le 9 août 2016.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 7029
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   Mer 3 Oct - 13:07



L’UE, nous la quittons en mars, arrêtez de nous embêter avec ça !
Par Sarah Woolley, syndicaliste

J’ai hâte d’être au 29 mars 2019. C’est le jour où nous quitterons l’UE. Nous devrions alors faire la fête dans les rues.

En tant que mère d’un adolescent de 13 ans, que membre du Parti travailliste et que représentante à plein temps d’un syndicat vivant dans une zone industrielle autrefois florissante, je suis vraiment fière que ma communauté ait voté en faveur du Brexit, comme la plupart des communautés ouvrières du pays et la plupart des membres de mon syndicat, comme, en fait, des membres de tous les syndicats.

Ce vote a été positif et a secoué l’ordre établi et tous ceux qui ne sont pas du côté des travailleurs et de leurs familles. Je pense que c’est la plus grande chance que nous ayons d’exprimer notre opinion depuis que le vote à 18 ans a été finalement obtenu en 1969.

Toutes les grandes luttes syndicales depuis notre adhésion à l’UE se sont terminées par des défaites. Lors du référendum, nous nous sommes exprimés et nous avons gagné, ce qui explique pourquoi ils essaient de faire taire notre voix depuis.

Nous avons voté pour la possibilité de reconstruire notre économie, notre industrie et nos services publics dévastés.

Ma génération et celles à venir veulent élire des politiciens qui feront pencher la balance des droits et des lois en faveur des travailleurs, des syndicats, de la production réelle et de la création de richesses. Les commissaires européens non élus, les lois et directives de l’UE, axés uniquement sur les intérêts des grandes entreprises, ne peuvent et n’ont jamais fait cela.

Dire que l’UE est la pierre angulaire de tous les droits des travailleurs est la plus grande injure que j’ai entendue dans ma vie.

L’adhésion à l’UE et les années de politiques conservatrices et néo-travaillistes ont délibérément apporté la régression partout en Grande-Bretagne. Nous avons sacrifié deux générations à un ordre du jour fixé par les banques. Et n’oubliez pas que les politiques régionales de l’UE ont donné à l’Allemagne le secteur industriel et à la Grande-Bretagne le secteur financier. Quelle affaire !

Le résultat ? Une industrie britannique, des services publics et des compétences qui disparaissent à une échelle jamais vue auparavant dans le monde.

Les gens disent que les faits ont changé, que nous devrions avoir un autre référendum. Oui, les faits ont changé.

L’Union européenne se droitise dans son Parlement fantoche, elle est en train de mettre en place son armée européenne et une stratégie militaire dangereuse. Des pays comme la Grèce ont été dépecés par l’UE à un degré jamais vu en temps de paix, l’euroscepticisme a éclaté sur tout le continent et l’Allemagne est clairement en pleine tourmente.

En tant que négociateur pour mon syndicat, je connais les tactiques de l’UE. Lorsqu’un pays est en position de faiblesse, elle menace et intimide, mais l’UE est en position de faiblesse depuis le premier jour, le 23 juin 2016 [jour du vote en faveur du Brexit].

La Grande-Bretagne est un importateur net de l’UE. L’UE a besoin de nos marchés plus que nous n’avons besoin des siens. Nous avons plus de liens commerciaux à travers le monde et ces deux facteurs inquiètent sérieusement l’UE.

Elle a aussi désespérément besoin des 39 milliards de livres qui lui ont été promis pour soutenir ses dépenses excessives, alors que ses comptes n’ont pas été audités depuis une vingtaine d’années ; ses institutions corrompues génèrent un tel gaspillage ! [...]

23 sep 2018
https://morningstaronline.co.uk/article/eu-were-out-march-stop-messing-about


'Traduction d'Initiative Communiste (avec l’autorisation de l’auteure) d’un article paru dans les colonnes du célèbre journal de nos camarades britanniques le Morning Star le 23 septembre 2018. Sarah Woolley – représentante du syndicat des boulangers, des travailleurs de l’alimentation et des industries connexes et active dans la défense de l’environnement – y témoigne de l’état d’esprit et de la combativité de la classe ouvrière britannique, comme de sa vigilance face aux contradictions du Parti Travailliste qui tient son congrès cette semaine à Liverpool.'
https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/lue-nous-la-quittons-en-mars-arreter-de-nous-embeter-avec-ca/



À Liverpool, le Labour est déchiré par le Brexit
[Extraits]

Bien qu’une large part de cet électorat apprécie Jeremy Corbyn et sa défense intangible de l’État-providence et des services publics, la défense d’un second référendum par le parti risque de lui coûter très cher.

En effet, le vote leave était avant tout motivé, non pas tellement par la volonté ferme de quitter l’UE, mais par celle de reconquérir la souveraineté populaire rendue impossible par Bruxelles et d’envoyer un message d’exaspération à toute la classe politique. En ce sens, l’organisation d’un second référendum achèverait sans aucun doute d’annihiler le peu de confiance qui demeure vis-à-vis du monde politique.

Et pourquoi serait-il impossible de maintenir une coopération culturelle, éducative, scientifique ou encore spatiale avec les autres pays européens en dehors du cadre de l’UE ? Le Royaume-Uni, pionnier du néolibéralisme et actif promoteur de celui-ci au niveau de l’UE pendant de nombreuses années, est aujourd’hui peut-être en passe d’élire le premier gouvernement de gauche radicale du continent, débarrassé du carcan des traités européens.

William Bouchardon
26 sep 2018
http://lvsl.fr/a-liverpool-le-labour-est-dechire-par-le-brexit


Le Parti Travailliste (Labour)
Le 12 septembre 2015, Jeremy Corbyn, candidat adoptant une ligne anti-blairiste très marquée, est élu à la tête du parti travailliste dès le premier tour malgré l'hostilité de l'appareil du parti (et notamment de Tony Blair lui-même) et d'une grande partie de la presse. L'élection de ce radical, proche des partis anti-austérité grec Syriza et espagnol Podemos, marque après vingt ans de centrisme, un retour à un positionnement plus à gauche, que Jeremy Corbyn a rappelé dans son premier discours à la direction du parti réuni en congrès à Brighton le 22 septembre 2015 [...]

Le parti obtient aux élections législatives de 2017 trois millions et demi de voix supplémentaires, ce qui constitue sa plus importante progression électorale de son histoire. Ce résultat est d'autant plus remarqué qu'ailleurs en Europe les partis sociaux-démocrates, comme le PS français et le SPD allemand, connaissent de fortes régressions. Le Parti travailliste enregistre également une progression considérable de ses effectifs militants : près de 570.000 en 2018, soit 300.000 de plus qu'en 2015 ; à elle seule, l'organisation de jeunesse travailliste, Young Labour, compterait en 2018 davantage de membres que le Parti conservateur tous âges confondus.

L'adhésion des classes populaires et des jeunes pourrait avoir été influencée par l'évolution de la ligne du parti sous l’impulsion de Corbyn. En proposant de renationaliser les chemins de fer et de rendre gratuit l'accès à l'université, le Labour rompt avec le néolibéralisme défendu par Tony Blair
https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_travailliste_(Royaume-Uni)

En Grande-Bretagne, comme en France, on veut museler les opposants au sionisme en les accusant d'antisémitisme.

Espoir d'un second référendum chez Tony Blair et autres traîtres de droite  
https://www.vanityfair.fr/pouvoir/politique/story/tony-blair-un-second-referendum-est-possible-/3205#1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brexit. Quand la Grande-Bretagne largue les amarres...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charia en Grande-Bretagne
» Mon voyage en Grande Bretagne - 6 - ST ALBANS
» Mon voyage en Grande Bretagne - 8 - The Henry Moore Foundation
» Constitution Magie De Grande-Bretagne
» Journée Normandie. Argentan 07 Novembre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: