sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Lun 10 Jan - 19:18


Coups bas contre Cuba

Gerardo Hernández. Fernando González. René González . Antonio Guerrero. Ramon Labañino. Ces noms devraient nous être connus : ce sont ceux des cinq victimes d’un des pires scandales judiciaires des années 2000. Cinq Cubains qui croupissent depuis plus de dix ans dans des geôles américaines, après ce qu’il faut bien appeler une parodie de procès. Leur crime ? Avoir informé leur gouvernement – qui a ensuite transmis ces renseignements aux plus hautes autorités des États-Unis – sur les auteurs des attentats qui, depuis un demi-siècle, ensanglantent Cuba.

Rompre l’omerta

Mais qui a entendu parler de cette campagne de terreur ? Et qui connaît le nom des « Cinq », comme les appellent les militants – personnalités de premier plan, parmi lesquelles plusieurs Prix Nobel, ou anonymes – qui, partout dans le monde, se battent pour obtenir leur libération ? Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef au Monde diplomatique et excellent connaisseur de l’Amérique latine, a voulu rompre cette omerta en publiant Cinq Cubains à Miami : un roman à clés. Pour que nul ne puisse plus dire qu’il ne savait pas. Une enquête qui s’avère être un passionnant thriller, comme seuls les spécialistes américains du genre savent les réussir.
[...]
www.bakchich.info/Coups-bas-contre-Cuba,12746.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Lun 10 Jan - 21:26


Otages : derrière la « haine viscérale » d'Aqmi, l'Afghanistan
[Extraits]

Aqmi n'a aucune revendication, vraiment ?
les journaux, après l'enlèvement des cinq Français au Niger en novembre dernier, se faisaient bel et bien l'écho d'une revendication d'Aqmi : que l'armée française se retire d'Afghanistan.
Le retrait de la France d'Afghanistan est-il une exigence plus « irréaliste » que ne l'était notre entrée en guerre dans ce pays, sans aucun débat parlementaire ?
Chacun jugera. Avec les moyens du bord : cette guerre -on l'a souvent souligné ici- se déroule dans une totale indifférence, notamment des médias français.

La guerre en Afghanistan en ligne de mire

Tout est d'ailleurs fait pour que ces médias ne contre-enquêtent pas de trop près sur la propagande de l'armée française, comme l'a assez bien montré l'énervement du pouvoir, après la prise en otages des deux reporters de France 3, Ghesquière et Taponier (même si le pouvoir semble être ensuite entré dans la voie de la négociation avec leurs ravisseurs).

La participation de la France à la guerre d'Afghanistan résulte d'un choix politique, dicté par l'alliance américaine. [...]
www.rue89.com/schneidermann-9-15/2011/01/10/otages-derriere-la-haine-viscerale-daqmi-lafghanistan-184772

Pourquoi Aqmi ?
Parce que Paris soupçonne fortement une implication d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
Le meurtre des deux jeunes hommes, intervenu alors que des forces françaises participaient à une opération contre les ravisseurs, n'a pas été revendiqué.
http://actu.orange.fr/politique/les-otages-francais-au-niger-ont-ete-elimines-froidement-declare-fillon_86880.html

Sarkozy : « nous vous détruirons, y compris si nos otages y perdent la vie. »
La stratégie de Sarkozy face aux prises d'otages en Afrique

Selon Jean Guisnel, qui tient le blog Défense ouverte sur LePoint.fr, c'est Nicolas Sarkozy en personne qui a donné, samedi, l'ordre d'intervenir aux unités des forces spéciales françaises pour intercepter les ravisseurs de deux otages français qui ont trouvé la mort dans l'opération. Il cite une source militaire qui décrit la stratégie française : « Ça suffit ! Nous disons aux ravisseurs : nous vous pourchasserons et nous vous détruirons, y compris si nos otages y perdent la vie. »
www.rue89.com/2011/01/09/la-strategie-de-sarkozy-face-aux-prises-dotages-en-afrique-184710
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Jeu 13 Jan - 16:19


Niger : seul un otage tué par balles avec certitude

Après avoir été rapatriés en France mercredi, les corps de Vincent Delory et Antoine de Léocour ont été autopsiés rapidement. Les premiers résultats de cet examen médico-légal, effectué sous l'autorité du parquet de Paris, confirment qu'Antoine de Léocour a bien été tué d'une balle dans la tête tirée par un fusil AK47 de type Kalachnikov, probablement à bout portant. En revanche, l'incertitude demeure sur les circonstances exactes de la mort de Vincent Delory. L'autopsie a pu confirmer que son corps était en grande partie carbonisé et qu'il présentait des impacts de métal. Cependant, les médecins estiment disposer de trop peu d'indications sur la scène de crime pour rendre un avis définitif. Ils souhaitent effectuer d'autres analyses.

Victime collatérale ?

De son côté, s'appuyant sur constatations faites au Niger avant le rapatriement en France des deux corps et non sur l'autopsie en elle-même, le ministère de la Défense a indiqué jeudi matin que les corps des deux otages "portaient des traces de balles" et "étaient entravés" lorsqu'ils ont été retrouvés.

Depuis le début de la semaine, l'incertitude règne sur la cause exacte de la mort de Vincent Delory. En l'état actuel, il est encore trop tôt pour dire s'il a été exécuté par les terroristes, comme le pense le gouvernement français, ou s'il a été une victime collatérale d'un missile tiré par un appareil français lors de l'intervention militaire. Ce missile aurait alors touché une voiture des ravisseurs, faisant exploser le réservoir. Les conclusions définitives de l'autopsie permettront probablement de lever le doute.
http://lci.tf1.fr/monde/afrique/2011-01/niger-un-otage-tue-par-balles-avec-certitude-6223227.html

Doute sur la version livrée par Paris imputant l'exécution aux ravisseurs
http://lci.tf1.fr/monde/afrique/2011-01/des-doutes-sur-l-autopsie-des-corps-des-francais-tues-au-niger-6222167.html

Martine Aubry réitère son soutien au gouvernement et à l'Élysée qui a ordonné l'intervention
http://fr.news.yahoo.com/4/20110113/tts-france-niger-ca02f96.html

Partout, sauf en France, on débat de la question du maintien des forces militaires en Afghanistan
Hervé Guinaud, caporal-chef, a été tué en Afghanistan. Mais personne n'en parle.

Un signe de plus d'un débat interdit en France sur l'engagement de la France en Afghanistan qui se poursuit depuis 2001.
Partout, on débat de la question du maintien des forces militaires en Afghanistan. On en débat aux Etats-Unis, en Allemagne, en Grande-Bretagne. Aux Pays-Bas, un gouvernement est même tombé sur cette question. On en débat partout, sauf en France. Chez nous, la question afghane se décide en haut lieu, à huis clos, entre l’Elysée, le Quay d’Orsay et le ministère de la Défense. Les parlementaires n’ont pas leur mot à dire. Les citoyens sont tenus à l’écart alors qu’ils sont 75% à être opposés au maintien de la présence française là-bas.

Quant aux militaires, fiers d’accomplir leur mission, ils souffrent d’être ainsi oubliés et même ignorés.
La faute au pouvoir exécutif qui refuse obstinément que cette question soit mise en débat.
La faute aussi au principal parti d’opposition, le PS, qui peu ou prou soutient les objectifs de la coalition internationale.
www.marianne2.fr/Compassion-pour-nos-otages-indifference-pour-nos-militaires_a201596.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Sam 15 Jan - 3:58


Un débat interdit

Toute prise d’otages pose à l’État qui est rançonné un problème moral. Au gré des circonstances, ou des rapports de force, on peut avoir parfois l’illusion d’en connaître la solution. Mais nul ne peut prétendre (à part peut-être Vladimir Poutine) que le problème n’existe pas. C’est pourtant ce que fait le gouvernement français depuis la mort, samedi, de deux jeunes gens enlevés au Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Pendant que nos ministres « assument », la fine fleur de nos éditorialistes, et quelques-uns de nos experts les plus médiatisés, s’emploient à verrouiller le débat. Sans parler des dirigeants socialistes qui en appellent sur cette question à l’unité nationale. Espérons que les lignes qui vont suivre ne vont pas tomber sous le coup de la haute trahison, car, pour ma part, je pense qu’il ne va jamais de soi pour une démocratie de donner l’assaut au péril de la vie des otages.

Et ce ne sont pas les propos de François Fillon insistant sur le fait que les terroristes ont « froidement » abattu nos deux jeunes compatriotes qui me convaincront. L’adverbe « froidement » s’accommode mal d’une situation de fusillade entre des preneurs d’otages aux abois et des hélicoptères des troupes spéciales de l’armée française. Avant d’adhérer à la rhétorique officielle, n’oublions pas que les terroristes ont parfois bon dos.
www.politis.fr/Un-debat-interdit,12700.html

L’Occident, un obstacle à la démocratisation
‎"l’Occident ne cesse de répéter qu’il lutte contre les mouvements islamistes et les terroristes, mais les études sociologiques montrent que le fanatisme découle directement de l’injustice sociale et de la corruption de ces régimes dictatoriaux. Malgré cela, l’Occident ferme les yeux sur cette réalité et sur ces faits, et se lie avec les dictatures."
www.courrierinternational.com/article/2011/01/20/l-occident-un-obstacle-a-la-democratisation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Traduction approximative   Lun 24 Jan - 14:15


25 juin 2009
Afghanistan : arrivée de l’Eurogendfor

C’est aujourd’hui que s’installe le nouveau commandant de l’Eurogendfor, la force européenne qui gère les situations de crise dans le monde entier, y compris en Afghanistan, où la GNR [Garde Nationale Républicaine portugaise] ne peut envoyer davantage d’effectifs.

Au cours des deux prochaines années, le colonel Jorge Esteves prendra la tête de cette force et aura mandat d'envoyer une deuxième mission en Afghanistan pour former la police afghane.

S’il dit avoir déjà un accord de principe, Jorge Esteves n’a toujours pas le plus important : le feu vert des ministres de l'Intérieur des six pays qui composent l'Eurogendfor, pour lequel se réunira bientôt un haut Comité interministériel.

L'hypothèse d’un envoi ultérieur de la GNR en Afghanistan est donc toujours ouverte.

Si cette mission est approuvée, elle aura des contours différents de la seule mission qui a impliqué Eurogendfor à ce jour - en Bosnie, où, depuis février 2008 sont positionnés quelque 200 hommes, dont 34 soldats de la GNR.

Le siège de cette force est la ville italienne de Vicence.
www.rr.pt/informacao_detalhe.aspx?fid=93&did=60506
http://fr.wikipedia.org/wiki/Garde_nationale_r%C3%A9publicaine


« Lex Paciferat » – Ce n’est pas la peine de mort, c’est le droit de tuer…
http://sarko-verdose.bbactif.com/t345p60-la-revolte-grecque-modele-pour-les-peuples-europeens#4487
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Lun 25 Avr - 19:46


Manifestation pour réclamer la fermeture de la prison de Guantanamo, le 14 janvier 2011, devant la Maison Blanche (Jim Young / Reuters)

Wikileaks : plus de cent innocents détenus pendant des années à Guantanamo

De nouveaux documents publiés par des médias occidentaux ce lundi révèlent aussi que des dizaines de détenus à «haut risque» ont en revanche été libérés.

Les États-Unis ont libéré des dizaines de détenus à «haut risque» et retenu prisonniers près de 150 innocents pendant des années dans la prison militaire de Guantanamo, selon des documents fournis par WikiLeaks et publiés lundi par des médias occidentaux.

Environ 200 détenus, qui avaient été définis comme à «haut risque» parce qu'ils pouvaient constituer une «menace future contre les États-Unis ou contre les intérêts des États-Unis» ont été libérés ou extradés vers des pays tiers, selon le New York Times qui a eu accès aux documents judiciaires américains décrivant l'histoire de 779 personnes passées depuis 2002 à Guantanamo.

220 d'entre elles seulement doivent être considérées comme de dangereux extrémistes, selon le quotidien britannique Daily Telegraph, tandis que 380 n'étaient que des militants de base appartenant à la mouvance talibane ou s'étant rendus en Afghanistan.

La protection du citoyen, la «priorité»

Au moins 150 étaient des Afghans ou des Pakistanais innocents, arrêtés et transférés à Guantanamo. Ils l'étaient sur la base de renseignements collectés dans des zones de guerre, parfois pris pour une autre personne ou qui se trouvaient simplement au mauvais endroit au mauvais moment.

L'administration américaine a déploré la publication «malheureuse» de ces documents et s'est défendu en expliquant avoir «fait tout ce qu'elle pouvait pour agir avec le plus grand soin et la plus grande application dans le transfert des détenus de Guantanamo».

«Les administrations [de l'ancien président George W. Bush et de l'actuel Barack Obama] ont fait de la protection des citoyens américains leur priorité», estiment le Pentagone et le Département d'Etat, s'inquiétant des «dommages» causés par la publication de ces documents.

La prison de Guantanamo accueille à l'heure actuelle 172 détenus.

Promesses écroulées

L'administration espère en rapatrier ou envoyer dans des pays tiers une petite centaine, en juger 33 pour «crimes de guerre» et prévoit d'en garder 48 indéfiniment derrière les barreaux sans procès.

La Maison Blanche a réitéré début avril son engagement à fermer à terme la prison de Guantanamo, malgré la décision d'y juger les cinq accusés du 11-Septembre et non devant un tribunal de droit commun à New York.

Leur procès pour «crimes de guerre» devant un tribunal militaire d'exception à Guantanamo avait commencé au printemps 2008 avant d'être suspendu sine die par Barack Obama, le soir même de sa prise de fonction, une décision symbolique saluée sur sa gauche.

Mais en un peu plus de deux ans, ses promesses se sont écroulées : Guantanamo est toujours loin d'être fermé, les tribunaux d'exception ont été rétablis, après réforme, et le procès du 11-Septembre se tiendra dans la salle d'audience ultra-sécurisée construite par l'administration Bush sur la base navale américaine, à Cuba.
www.liberation.fr/monde/01012333708-wikileaks-pres-de-150-innocents-detenus-pendant-des-annees-a-guantanamo

Hier sur France Inter Stéphane Paoli a préféré parler de Cuba.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Pas d’images, pas de sépulture, pas de procès...   Mer 4 Mai - 0:36


Image © Keystone

Oussama Ben Laden aurait été assassiné le 2 mai 2011.
« Justice a été faite » ?

Jusqu’à preuve du contraire, la justice, c’est autre chose que l’attentat ciblé. La justice, c’est autre chose que l’exécution du méchant à n’importe quel prix et dans n’importe quelles conditions.

sauf à réhabiliter le lynchage et la vengeance, nul ne devrait considérer l’acte de guerre mené par les États-Unis pour tuer Ben Laden comme un modèle de justice applicable par tous, en toutes circonstances et en tous lieux.

Pour ce que l’on en sait, le commando américain qui est venu opérer au Pakistan (au mépris de la notion de souveraineté nationale) n’avait qu’une mission : assassiner Ben Laden. Il a fallu un certain laps de temps pour que la Maison Blanche avance la thèse d’une tentative d’arrestation ayant mal tourné.

dans tout pays civilisé, il est de tradition de rendre le corps d’un mort à sa famille, quand bien même il s’agit du pire des salauds.

On ne voit pas au nom de quoi un pays se targuant de défendre l’État de droit et les valeurs universelles peut se permettre de tuer un barbare avec des méthodes barbares.

François Bayrou a été l’un des seuls responsables politiques à tenir ce propos empreint de bon sens et d’humanité : « On ne fait pas la fête pour la mort de quelqu’un, fût-il le plus horrible ». [...]

Jack Dion
www.marianne2.fr/Ben-Laden-non-Philippe-Bilger-justice-n-est-pas-faite_a205782.html

Second mandat sur un plateau pour Obama
www.liberation.fr/monde/01012335087-second-mandat-sur-un-plateau-pour-obama

Ben Laden n'était pas armé au moment de l'assaut
www.liberation.fr/monde/01012335356-ben-laden-n-etait-pas-arme-au-moment-de-l-assaut

Entre violence et droit, la mise à mort et le spectacle
www.facebook.com/notes/danielle-bleitrach/entre-violence-et-droit-la-mise-%C3%A0-mort-et-le-spectacle-par-danielle-bleitrach/217908848221466

La photo de Ben Laden mort est un photomontage
www.publicsenat.fr/lcp/politique/photo-ben-laden-mort-un-photomontage-106287

Les messages de Ben Laden depuis 2001 sont faux, d'après l'institut suisse Dalle Molle
www.lematin.ch/actu/monde/info-intoxiquee-225524

Les 300.000 morts de la guerre contre le terrorisme
La guerre contre le terrorisme lancée par George W Bush aura coûté 1.283 milliards de $, et fait entre 227.000 et 300.000 morts, au moins, dont près de 120.000 civils, soit 51% des pertes recensées.
http://owni.fr/2011/05/02/les-300-000-morts-de-la-guerre-contre-le-terrorisme/

Imbroglio autour de l'immersion de Ben Laden
www.europe1.fr/International/Ben-Laden-imbroglio-autour-de-l-immersion-522863/
www.rue89.com/2011/05/03/corps-immerge-les-etats-unis-ont-rendu-ben-laden-immortel-202336


Ben Laden mort, l'Otan estime que sa mission en Afghanistan doit continuer
www.romandie.com/news/n/_Ben_Laden_mort_l_Otan_estime_que_sa_mission_en_Afghanistan_doit_continuer020520111205.asp

"Pourquoi et comment j'ai financé Ben Laden en Afghanistan"
Le 15 janvier 1998, Zbigniew Brzezinski* est interviewé par Le Nouvel Observateur. Cet homme a dirigé la politique étrangère des USA sous Carter. C'est lui qui a financé et utilisé Ben Laden pour abattre un régime progressiste qui avait accompli une réforme agraire et émancipé les femmes.
Brzezinski le reconnaît ici. Pire, il en est fier. Eclairant...
Il tord le cou au mythe qui va suivre : c'est bien la CIA qui a piégé l'URSS pour l'attirer en Afghanistan.
www.michelcollon.info/034-Pourquoi-et-comment-j-039-ai.html

*Brzezinski, membre de la commission trilatérale, du Conseil des relations étrangères (CFR), de l'Atlantic Council et du National Endowment for Democracy (NED), est actuellement conseiller de Barack Obama.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zbigniew_Brzezi%C5%84ski
http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=21851


Les familles Ben Laden et Bush faisaient partie des investisseurs du Groupe Carlyle, qui compte Olivier Sarkozy parmi ses dirigeants, et dont les profits dans les ventes d'armes se sont envolés après le 11 septembre 2001.
www.youtube.com/watch?v=hJjzBGJkMSQ

En 2007 Benazir Bhutto révélait la mort de Ben Laden
Dans une interview du 2 novembre 2007 à David Frost, journaliste vedette à Al-Jazira, Benazir Bhutto affirme - en passant - qu'Oussama Ben Laden a été assassiné.
www.youtube.com/watch?v=nFtMAa3SdvA&feature=share

Selon des témoignages, entre autres de Madeleine Allbright, Oussama Ben Laden était déjà mort depuis 2001 ou 2002.
www.dailymotion.com/video/xijd52_alex-jones-au-sujet-de-la-mort-de-ben-laden_news

Des Romains à Ben Laden, l'évolution de l'Humanité
www.agoravox.fr/tribune-libre/article/des-romains-a-ben-laden-l-93214

http://europe1.fr.feedsportal.com/c/32376/f/546043/s/148fae13/l/0L0Seurope10Bfr0CInternational0CL0Einhumation0Ede0EBen0ELaden0Eest0Enon0Econforme0E523537/story01.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Jeu 5 Mai - 9:24


Ben Laden « Justice est faite »
La loi du Talion serait synonyme de « justice »
Imaginons que le Nicaragua, adoptant les vues d’Obama, de Sarkozy et du Monde, bombarde le Minnesota...
www.politis.fr/Justice-Est-Faite,13998.html

Même Eichmann eut droit à un procès
Il était pourtant responsable de la mort de plusieurs millions de Juifs.
www.legrandsoir.info/Meme-Eichmann.html

Michael Moore : "Ben Laden n'a pas été tué. Il a été exécuté"
www.lepost.fr/article/2011/05/05/2485921_michael-moore-ben-laden-n-a-pas-ete-tue-il-a-ete-execute.html

« Justice est faite » en barbarie
www.despasperdus.com/index.php?post/2011/05/03/justice-est-faite-en-barbarie

Barbarie et civilisation
à New York et à Washington, mêmes scènes de joie à l'annonce de la mort (combien suspecte) de Ben Laden. On danse dans les rues, comme à Benghazi, en hurlant, dans une ronde échevelée et primitive autour du cadavre symbolique, immolé, de l'ennemi.
Partout, sur les plateaux de télévision, de CNN à France 24, le discours est à la fois que "le monde est plus sûr avec la disparition de Ben Laden" mais que "la guerre contre le terrorisme continue et qu'elle risque d'être plus dure".
Le monde ne serait-il pas plus sûr si l'on faisait justice au peuple palestinien, si certaines puissances ne donnaient pas ce baiser qui tue, en agressant ou en occupant d'autres pays, en Afghanistan, en Irak, en Côte d'Ivoire, en Lybie sous prétexte d'y apporter la démocratie, si l'on arrêtait d'humilier d'autres peuples, et si l'on mettait fin à l'immense injustice mondiale. Et enfin, que le monde, tout le monde, devienne civilisé.
www.mleray.info/article-barbarie-et-civilisation-73219510.html

Ben Laden, alibi d'une guerre impérialiste visant le contrôle des pipelines
Ben Laden était un terroriste, mais la première cause de l’instabilité du monde est bien la politique impérialiste états-unienne. Alors même que l’objectif officiel de la guerre en Afghanistan s’effondre, aucune esquisse de remise en question de cette guerre n’a été opérée officiellement. Le slogan de la «guerre au terrorisme» apparaît donc désormais clairement pour ce qu’il a toujours été en réalité : un paravent officiel pour «légitimer» une guerre impérialiste qui n’a d’autre ambition que de contrôler des pipelines et de disposer d’encore plus de bases américaines au carrefour de la Russie et de la Chine, dont l’encerclement de fait constitue bien la priorité inavouée, et renouvelée par-delà les présidents, de l’administration états-unienne.
www.plumedepresse.net/ben-laden-une-expedition-punitive/

Qui va remodeler le monde arabe : son peuple ou les États-Unis ?
Au Bahreïn, les États-Unis ont donné leur feu vert à une intervention saoudienne pour écraser les démocrates locaux, renforcer le fanatisme religieux, organiser des procès secrets et condamner les protestataires à mort. Le Barheïn est aujourd'hui un camp de prisonniers, un mélange pernicieux de Guantánamo et d'Arabie saoudite.
www.ism-france.org/analyses/Qui-va-remodeler-le-monde-arabe-son-peuple-ou-les-Etats-Unis--article-15516

Ben Laden retrouvé grâce à la torture ?
Selon le New York Times, l'un des prisonniers d'Al Qaeda aux mains des Américains a été soumis 183 fois au supplice du « waterboarding », la torture par la noyade, afin de lui faire avouer l'identité du « courrier » qui a finalement permis l'opération de dimanche. [...]

Barack Obama avait promis de fermer le camp d'internement de Guantanamo, situé à Cuba et soumis à des législations particulières. Il a échoué, et, comme l'ont rappelé les documents rendus publics il y a quelques jours à peine par WikiLeaks, des dizaines de prisonniers y sont toujours gardés sans procès depuis des années, soumis à des traitements que l'actuel Président critiquait avant son élection. […]

Parmi les minoritaires, la militante des droits de l'Homme Kathy Kelly qui, sur le Huffington Post cité par Lexpress.fr, rejette cette autosatisfaction des conservateurs :
« Les bombardements aériens, raids nocturnes, assassinats et attaques de drones en Afghanistan des dix ans passés ont-ils été bénéfiques au peuple américain ? Ces bains de sang ont-ils aidé à retrouver Oussama Ben Laden ? Avons-nous mis fin au terrorisme ou au contraire avons-nous créé plus d'animosité contre nous ? »

Et de citer Matt Daloisio, responsable de la campagne « Témoins contre la torture » :
« Plus de 6 000 soldats tués ; des milliards de dollars gaspillés, la mort de centaines de milliers de civils […] et nous sommes supposés célébrer le meurtre d'une personne ? Non, je ne suis pas enthousiaste ; je suis profondément triste. »

Mais c'est surtout à l'extérieur des États-Unis, dans le monde arabo-musulman, que la question des moyens peut handicaper l'explication de texte américaine [...]
www.rue89.com/2011/05/04/ben-laden-retrouve-grace-a-la-torture-les-pro-bush-jubilent-202532


La disparition de Ben Laden : une décision stratégique de Washington

Cette annonce était devenue indispensable depuis que les hommes de Ben Laden ont été incorporés aux opérations de l’OTAN en Libye et à celles de la CIA en Syrie. Seule la disparition de leur ancien chef virtuel permet de leur restituer le label de « combattants de la liberté » dont ils jouissaient à l’époque soviétique.
[…]

L’annonce de la mort d’Oussama Ben Laden

L’annonce faite par Barack Obama ne donnait pas de détail sur l’opération. « Aujourd’hui, sous ma direction, les États-Unis ont lancé une opération ciblée contre ce complexe à Abbottabad, au Pakistan. Une petite équipe d’Américains a mené cette opération avec un courage et une habileté extraordinaires. Aucun Américain n’a été blessé. Ils ont pris soin d’éviter qu’il n’y ait de victimes civiles. Après un échange de coups de feu, ils ont tué Oussama Ben Laden et ont récupéré son corps » [1].

Le message présidentiel était en trois points :
- Premièrement, « En des nuits telles que celle-ci, nous pouvons dire aux familles qui ont perdu des êtres chers à cause du terrorisme d’Al-Qaïda : justice est faite » : c’est-à-dire le dossier est clos, il n’y aura jamais de procès qui puisse établir la vérité sur les attentats attribués à Oussama Ben Laden, dont ceux du 11 septembre 2001.
- Deuxièmement, les États-Unis ont pu procéder à cette exécution extra-judiciaire, non pas parce qu’ils sont les plus forts, mais parce qu’ils ont été choisis par Dieu pour appliquer Sa justice : « Rappelons-nous que nous pouvons accomplir ces choses non pas seulement pour des raisons de richesse ou de puissance, mais à cause de ce que nous sommes : une seule nation bénie de Dieu, indivisible et vouée à la liberté et à la justice pour tous » (traduction officielle).
- Troisièmement, tous les gouvernements de la planète —et prioritairement ceux des États musulmans— sont sommés d’applaudir cette exécution extra-judiciaire qui marque le triomphe de l’Empire du Bien sur l’incarnation du Mal : « Sa fin devrait être saluée par tous ceux qui croient en la paix et en la dignité humaine ».
[…]
www.voltairenet.org/spip.php?article169714

Panne de caméra
Le directeur de la CIA, Léon Pannetta, allègue que la caméra censée filmer la mort de Ben Laden a eu une panne de 25 minutes quand les ‘Navy Seals’ sont entrés dans sa demeure.
www.telegraph.co.uk/news/worldnews/al-qaeda/8493391/Osama-bin-Laden-dead-Blackout-during-raid-on-bin-Laden-compound.html

6 mai 2011 : ‘Al Qaïda songeait à un attentat pour le 11 septembre 2011’. Bientôt on va peut-être nous dire que Ben Laden voulait s’inviter au mariage de Kate et William pour assassiner la reine d’Angleterre, ou qu'il est le vrai père du prochain mouflet de la first nunuche.


Le Veau d'or, dieu Capital, a un évangile : les USA
Ceux qui mettent en doute sa parole sont des complotistes ou des conspirationnistes. Et pour museler les mécréants, l’ironie remplace le bûcher. Comme le montrent les articles suivants.
www.liberation.fr/monde/01012335541-ben-laden-rejoint-roswell-et-elvis
www.marianne2.fr/Plus-complotiste-que-moi-tu-meurs-_a205798.html
www.rue89.com/2011/05/03/le-jour-ou-ben-laden-nest-pas-mort-ou-la-foire-aux-theories-du-complot-202308

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Sam 7 Mai - 23:20


Qu’aurait dit Ben Laden à son procès ?

Ben Laden : "J'accuse !"
par Percy Kemp, spécialiste anglo-arabe de l'islam et du renseignement.

"Messieurs, j'ai beaucoup réfléchi ces derniers temps en prison, beaucoup lu aussi - notamment des ouvrages qui m'auront permis de mieux vous connaître et, je dois l'avouer, qui m'auront aussi donné matière à réflexion. J'ai donc pris ma décision. Plutôt que de me murer dans le silence, j'entends assurer ma propre défense. Je le ferai d'ailleurs, non pas en opposant mes idées aux vôtres, mais en usant de votre propre logique.

D'emblée, et quoique je ne reconnaisse nullement la compétence de ce tribunal, j'aimerais reconnaître ma responsabilité dans tous les attentats qui vous auront ensanglantés ces vingt dernières années, notamment dans l'attaque dévastatrice du 11 septembre 2001 contre New York et ses tours de Babel. Cela posé, je vous rappellerai que dans la mesure où vous aurez, à chaque fois, choisi de répondre à ma violence par une violence encore plus grande, les germes de haine que chacune des déflagrations que j'aurais causées aura éparpillés sur la surface du globe vous appartiennent autant qu'ils m'appartiennent.

Votre responsabilité dans tout ce qui s'est passé est de ce fait au moins aussi grande que la mienne et, à ce sujet, je vous renvoie à ces mots de l'écrivain français Georges Bernanos, qui, dans sa Lettre aux Anglais, écrivait : "C'est dans l'intérêt des sociétés menacées que je les invite à voir le danger là où il est, non pas dans la subversion des Forces du Mal, mais dans la corruption des Forces du Bien."

Vous m'accusez donc d'être l'incarnation du Mal. Soit. Vous oubliez cependant que c'est vous qui m'avez créé. Et plutôt deux fois qu'une. Une première fois lorsque vous m'aviez utilisé contre les communistes en Afghanistan avant de me sacrifier sur l'autel où vous célébriez votre victoire sur eux dans la guerre froide ; une autre fois quand, vous étant finalement trouvés en mal d'ennemi juré à la suite de la défaite du communisme, vous m'aviez inconsciemment appelé de vos voeux pour sacrifier à votre vision manichéenne du monde, qui voudrait que Dieu ne puisse point exister sans le diable.

Depuis, armés de votre bon droit et persuadés que vous êtes de faire l'oeuvre de Dieu sur Terre, vous versez systématiquement dans la démesure, plaçant vos intérêts avant ceux de l'ensemble de l'humanité, dictant vos conditions au monde entier et humiliant tous ceux qui n'ont pas "la chance" d'être des vôtres. Vous conviendrez qu'il y avait là amplement matière à provocation. Ayant donc voulu faire de moi le repoussoir démoniaque de la Jérusalem céleste que vous êtes persuadés d'incarner sur Terre, ne vous étonnez pas que j'en sois arrivé à personnifier la Némésis qui fait écho à votre hubris.

Et voilà qu'après m'avoir sacrifié une première fois alors que j'étais votre ami, vous me sacrifiez maintenant une deuxième fois en tant qu'ennemi. Non que je m'en plaigne : ne m'aviez pas vous-mêmes créé par deux fois, d'abord en tant qu'ami, ensuite en tant qu'ennemi ? Reste à savoir à quoi, outre à vous permettre de vous délecter du goût exquis de la vengeance assouvie, mon sacrifice présent pouvait bien vous servir.

Nul doute qu'il vous servait d'abord eu égard à vos déboires en Afghanistan, ce bourbier dans lequel, comme jadis au Vietnam, vous aviez fini par vous enliser. Tout comme jadis au Vietnam, vous vous cherchiez en effet une porte de sortie qui vous aurait permis de vous déresponsabiliser par rapport à ce qui pourrait advenir de ce pays après votre retrait. Pour ce faire, il vous fallait à tout prix garder les choses en l'état un certain temps, marquer des points, et donner l'illusion de faire quelque progrès. Vous entendiez vous préserver ainsi ce que, depuis le Vietnam, vous appelez un "intervalle décent" (bel euphémisme !) : intervalle décent entre le moment de votre retrait et celui où, ayant lâché vos alliés locaux, les talibans se seraient imposés à nouveau. Dans cette optique, ma neutralisation hautement symbolique arrivait à point nommé pour vous permettre d'occulter votre échec afghan patent. Après tout, n'était-ce pas pour me traquer, que vous étiez allés en Afghanistan ? Qu'en fin de compte vous m'ayez déniché au Pakistan plutôt qu'en Afghanistan et que les soldats qui m'y aient débusqué eussent été basés en Virginie ou en Californie plutôt qu'à Kaboul ou à Bagram, n'ôtait évidemment rien à votre succès apparent, le peuple américain, tout à sa soif de vengeance (soif de justice, me direz-vous), étant imperméable à ce genre de subtilités.

Nul doute aussi que mon sacrifice était devenu inéluctable après ce printemps arabe qui vous aura fait prendre conscience de la décrépitude des dictatures arabes sur lesquelles vous vous appuyiez jusqu'alors, vous incitant à vous ouvrir à l'islam politique que vous diabolisiez jusque-là et à le considérer comme une alternative acceptable aux régimes militaires en place. Dans cette perspective, mon élimination sur l'échiquier au nom d'une dédiabolisation de l'islam politique était devenue une nécessité, et je devenais, quant à moi, la victime expiatoire du sacrifice qui scellait votre alliance avec les islamistes arabes bon teint avec lesquels, forts de votre expérience concluante avec leurs homologues au pouvoir en Turquie, vous preniez à l'époque langue. Et tant pis, n'est-ce pas, si vos alliés parmi les Européens et les chrétiens d'Orient devaient faire les frais d'une islamisation à outrance du bassin méditerranéen.

Vous vous demandez peut-être pourquoi, sachant tout cela, et sentant l'étau se resserrer autour de moi, je choisis néanmoins de vous laisser tout le temps - près de dix ans ! - pour vous saisir de moi, vous offrant ainsi une grande victoire sur un plateau d'argent. Vous vous demandez peut-être pourquoi je ne m'étais pas donné la mort bien avant cela, escamotant ensuite mon corps afin de me soustraire à vous à tout jamais. La raison à cela est que, depuis ce 11-Septembre qui avait marqué mon apothéose, mais aussi ma mort politique, mon combat se résumait à ce jeu du chat et de la souris auquel je jouais avec ceux-là qui me traquaient. De ma jeunesse dorée, j'avais en effet gardé un goût prononcé pour le jeu. Or, si vous êtes joueurs, vous devez savoir qu'aussitôt qu'on s'installe à une table de jeu, l'univers tout entier se résume à ce tapis vert qu'on a devant les yeux. Oubliés donc, après le 11-Septembre, l'impérialisme, le sionisme et les croisades que j'avais combattus : seuls occupaient désormais mes pensées les chasseurs qui me traquaient, et les différentes ruses que j'imaginais pour leur échapper. Pour tout dire, je m'étais pris au jeu, et chaque jour qui passait sans que je ne sois rattrapé était pour moi une victoire.

Mais voilà, ce qui devait arriver, eu égard à la différence entre mon petit solde et votre immense budget, est finalement arrivé. Et à présent que vous m'avez neutralisé, vous pensez peut-être avoir gagné. Laissez-moi cependant vous détromper. Si vous aviez pris la peine d'apprendre à mieux nous connaître, vous sauriez que contrairement à vous, nous n'avons jamais élaboré une théorie de la défaite qui nous permettrait de plier au lieu de casser, puis d'attendre, dans l'espoir, que le rapport de forces ait changé.

De tels stratagèmes nous sont en réalité totalement étrangers, tout comme le sont les notions d'espoir et de désespoir que vous entretenez. C'est dire que, même écrasés, jamais nous ne nous avouons vaincus. Je ne vous demande d'ailleurs pas de me croire sur parole. Je vous renvoie plutôt à l'un de vos propres penseurs que j'ai découvert en prison, et pour qui la guerre n'est pas tant une épreuve de force, qu'une épreuve de volonté. N'est vaincu, écrit en effet le philosophe Carl Schmitt, que celui qui se reconnaît tel, et je peux quant à moi vous assurer que les émules que j'ai faits ne se reconnaîtront jamais vaincus.

Non que je pense que ce que je vous dis là vous fera trembler. Le contraire serait même vrai. Car si nous, nous ne nous avouons jamais vaincus, vous, vous ne vous avouez jamais repus. Dès le départ, vous n'avez eu cesse de faire la guerre : aux Anglais d'abord, puis aux Indiens, aux confédérés, aux Espagnols, aux Philippins, aux Allemands, aux Japonais, aux Russes, aux Coréens, aux Cubains, aux Vietnamiens, aux Grenadins, aux Iraniens, aux Irakiens, aux Afghans et j'en passe. Tant et si bien que vous aurez fini par élever la guerre, qui vous nourrit et que vous nourrissez, au rang d'un art parfait.

Et à ce propos, permettez-moi de vous rapporter ce que Lord Raglan, qui commandait le corps expéditionnaire anglais lors de la guerre de Crimée, disait de l'un de ses officiers qui, à plus d'un titre, vous préfigurait : "Cet homme est un excellent cavalier et il sait plein de choses sur l'art militaire. Mais il n'a pas de coeur. Ce sera un bien triste jour que celui où notre armée sera commandée par des officiers comme lui qui sauront très exactement ce qu'ils font. Ça a un relent de crime, n'est-ce pas ?"

Et maintenant, dites-moi : de vous ou de moi, des professionnels ou de l'amateur, lequel est le plus criminel ?"
www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/07/ben-laden-j-accuse_1518427_3232.html


L’attaque de la Libye est prévue depuis 10 ans
C’est ce que dit le général Wesley Clark, ancien commandant suprême de l’Otan en Europe, le 2 mars 2007.
www.youtube.com/watch?v=w4USJnoOgiY cyclops

Le scénario fluctuant de la mort de Ben Laden
Les responsables américains se contredisent et ne divulguent pas toutes les données qui permettraient de comprendre les circonstances de la mort de Ben Laden.
www.lexpress.fr/actualite/monde/le-scenario-fluctuant-de-la-mort-de-ben-laden_989139.html

Les photos des autres tués publiées
www.lexpress.fr/actualite/monde/ben-laden-les-photos-des-autres-tues-publiees_989573.html

Al-Qaïda jure de venger son chef
www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/mort-de-ben-laden-al-qaida-jure-de-venger-son-chef-07-05-2011-1292807.php

Manifestation pro-Ben Laden au Pakistan
www.infos-lepoint.fr/_c.aspx?i=318024&m=579&ue=88745827&r=12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Lun 9 Mai - 8:44


Un message d’Oussama Ben Laden à Obama

Dans un message audio enregistré une semaine avant son exécution par un commando américain au Pakistan, Oussama Ben Laden avertit qu’il n’y aura pas de sécurité aux États-Unis sans la sécurité en Palestine.

Cet enregistrement mis en ligne sur le site islamiste Shamikh1.net est d’une durée de 1,02 minute. Le fondateur d’Al-Qaeda y indique avoir voulu adresser aux États-Unis un message par le biais du Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, auteur de l’attentat manqué du 25 décembre 2009 sur un avion de ligne américain, après celui du 11 septembre 2001 qui avait fait environ 3.000 morts.

«Si les messages qui vous sont adressés étaient possibles au moyen des mots, nous n’aurions pas eu recours aux avions», dit-il.
«Ainsi, le message que nous avions voulu vous transmettre via l’avion du héros, le combattant Umar Farouk, que Dieu soit avec lui, confirme un précédent message qui vous a été bien transmis par nos héros du 11-Septembre», ajoute-t-il.

Dans ce message adressé au président américain Barack Obama, Oussama Ben Laden avertit que «l’Amérique ne pourra rêver de sécurité tant que nous ne vivrons pas cette sécurité en Palestine».
«Il est injuste que vous viviez en paix, alors que nos frères (dans la bande de) Gaza vivent dans la détresse. En conséquence, et avec la volonté de Dieu, nos attaques contre vous vont se poursuivre tant que se poursuivra votre soutien aux Israéliens», ajoute-t-il dans ce court enregistrement.

Ce message sonore était annoncé par Al-Qaeda. Le réseau indiquait qu’il serait consacré aux révoltes dans le monde arabe qui ont déjà provoqué la chute des présidents tunisien et égyptien, et continuent de secouer d’autres pays comme la Libye, la Syrie et le Yémen.

*www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/08/97001-20110508FILWWW00241-un-nouveau-message-de-ben-laden.php
http://fr.news.yahoo.com/ben-laden-laiss%C3%A9-message-%C3%A0-barack-obama-avant-171425251.html


Israël : Netanyahu reçu par Obama le 20 mai à la Maison Blanche
www.europe1.fr/International/Obama-recevra-Netanyahu-le-20-mai-527265/

Netanyahu tente de bloquer l'élan palestinien
www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Netanyahu-tente-de-bloquer-l-elan-palestinien-_3637-1787820_actu.Htm

Obama’s Israel Policy : Speak softly and carry a very big carrot
www.foreignpolicyjournal.com/2010/12/04/obamas-israel-policy-speak-softly-and-carry-a-very-big-carrot/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Mar 10 Mai - 7:26

Nobles Irlandais

Une messe pour Oussama Ben Laden
Un bulletin paroissial de l’église de l'Assomption de Howth, au nord de Dublin, annonçait une messe à la mémoire d’Oussama Ben Laden le 12 mai à 10h.
www.thejournal.ie/church-in-howth-cancels-mass-in-memory-of-osama-bin-laden-133020-May2011/
http://archiseek.com/2010/1899-church-of-the-assumption-howth-co-dublin/


www.joe.ie/uploads/story/12055/Mass-in-Howth.jpg cyclops
Commentaires d'internautes :
“I really hope this is true. In fairness, any religion which believes in forgiveness, godly judgement and "thou shalt not kill" should offer prayers to a wayward son, killed extra-judicially.”
“What's wrong with the church offering a mass ? It's a very nice gesture.”

Les résidents d'Abbottabad déclarent que Ben Laden n'y a jamais vécu
www.youtube.com/watch?v=b1JWpgAWKEU&feature=share cyclops

George W. Bush 'knew Guantánamo prisoners were innocent'
www.timesonline.co.uk/tol/news/world/us_and_americas/article7092435.ece
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Ven 13 Mai - 10:18


Un des fils de Ben Laden menace de poursuivre Obama

«Nous affirmons que l'exécution arbitraire n'est pas une solution aux problèmes politiques»
Bien qu’ayant dénoncé les attentats du 11 septembre 2001, le quatrième fils d’Oussama Ben Laden, Omar, accuse Barack Obama d'avoir violé les lois américaines et internationales en donnant le feu vert à l'élimination «d'hommes et de femmes désarmés». Il estime que son père aurait dû être arrêté et jugé comme l'ont été des dirigeants controversés comme Saddam Hussein et Slobodan Milosevic.

Il condamne aussi la façon dont les États-Unis ont disposé du cadavre de son père après son élimination. «Il est humainement et religieusement inacceptable de disposer d'une personne de ce niveau et de cette importance pour les siens, en jetant son corps à la mer d'une manière humiliante pour sa famille et ses adeptes et qui porte préjudice aux sentiments de centaines de millions de musulmans».

Tout en dénonçant l'opération américaine contre Oussama ben Laden, Omar ben Laden précise que «ni le président américain, ni son gouvernement n'ont présenté de preuves» de la mort de son père. [...]

La tension reste vive entre le Pakistan et les États-Unis et Islamabad n'a toujours pas permis à la CIA d'interroger les veuves d’Oussama Ben Laden
www.cyberpresse.ca/international/dossiers/ben-laden-est-mort/201105/11/01-4398207-des-fils-de-ben-laden-menacent-de-poursuivre-obama.php


Bin Laden Sons Say U.S. Broke International Law
www.nytimes.com/2011/05/11/world/asia/11binladen.html

Au moins 70 morts dans un attentat au Pakistan
Les talibans revendiquent leur première action pour venger Ben Laden.
Malgré la mort d'Oussama ben Laden, les États-Unis ont poursuivi leur campagne de bombardements contre les taliban pakistanais dans les régions pachtounes que les islamistes contrôlent à la frontière avec l'Afghanistan.
www.europe1.fr/International/Pakistan-un-attentat-pour-venger-Ben-Laden-539857/
www.lepoint.fr/fil-info-reuters/attentat-suicide-dans-le-nord-du-pakistan-au-moins-80-morts-13-05-2011-1330258_240.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Sam 16 Juil - 10:41


Misrata (Libye) (zoom)

Kadhafi : Sarkozy est un "criminel de guerre" et un "retardé mental"

Le 14 juillet 2011, dans un enregistrement sonore diffusé par la télévision d'État, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a accusé le président français Nicolas Sarkozy d'être un "criminel de guerre".
"Ce Sarkozy est un criminel de guerre qui a entaché l'histoire de la nation française et détruit les rapports de son pays avec la Libye et les pays musulmans. C'est un retardé mental", a-t-il accusé dans ce message relayé par haut-parleurs à ses partisans rassemblés à al-Ejelat, dans l'est de Tripoli. "En menant une croisade contre le peuple libyen, il a entraîné son pays dans une guerre perdue. Celui-là n'est pas Français, il faut que le peuple bannisse ce criminel qui n'est pas français"
http://lci.tf1.fr/monde/afrique/kadhafi-sarkozy-est-un-criminel-de-guerre-et-un-retarde-mental-6580076.html


Blitzkrieg à la sarkozy
Les ennuis libyens…


La guerre en Libye est en train de devenir un problème. Ce n’est pas la guerre-éclair que beaucoup attendaient. À presque quatre mois du début du soulèvement de la « coalition des volontaires », la situation sur le champ de bataille ne connaît pas de changements notables. Bien au contraire, les pays qui promouvaient l’intervention et les résolutions de l’ONU qui lui font lieu de paravent connaissent une agitation symptomatique. En France, l'amiral Pierre-François Forissier, chef d'état-major de la marine nationale, a exprimé le 10 juin devant l'AJD (Association des journalistes de défense) de sérieuses préoccupations sur l'effet des opérations libyennes sur les ressources techniques et humaines de la marine de guerre. [...]
www.legrandsoir.info/les-ennuis-libyens.html

L’ONU à l’épreuve des visées euro-atlantistes et mondialistes
www.legrandsoir.info/l-onu-a-l-epreuve-des-visees-euro-atlantistes-et-mondialistes-suite-a-l-agression-contre-la-libye.html

Le «Conseil National de Transition» (CNT) accusé de racisme envers les Noirs
Les migrants africains d'origine subsaharienne sont victimes de violences racistes sur le territoire contrôlé par les insurgés en Libye. La FIDH dénonce "une situation d'extrême urgence".

L'amalgame "noirs=mercenaires" est désormais le prétexte d'insultes, de licenciements sans paiement, de passages à tabac et d'attaques de la part de "groupes armés non identifiés" en "Libye libre". La mission de la FIDH a recueilli trois témoignages de jeunes filles violées.
Ayant fui les conflits et la persécution dans leur pays d'origine, ils attendent d'être accueillis par un pays tiers. "78% de ces migrants ont été reconnus comme réfugiés par le Haut-commissariat aux réfugiés, affirme Geneviève Jacques. Pourtant, la politique migratoire et répressive de l'Union européenne ne leur laisse que peu d'espoir."
"Dans ce contexte hostile, aucune des victimes que nous avons interrogées n'a osé porter plainte, déplore Geneviève Jacques [FIDH]. Les insurgés libyens ne réussiront pas à construire un État démocratique s'ils continuent à cautionner ce type d'exactions."
www.lexpress.fr/actualite/monde/libye-des-exactions-anti-noirs-dans-les-zones-rebelles_994554.html
http://visionsocialiste.wordpress.com/2011/07/10/libye-le-canada-supporte-le-terrorisme/
www.lemonde.fr/afrique/article/2011/07/13/hrw-denonce-les-exactions-des-rebelles-dans-l-ouest-de-la-libye_1548144_3212.html
www.france24.com/fr/20110713-libye-cnt-rebelles-hrw-accusations-human-right-watch-droits-homme-otan-ue-colonel-kadhafi


Libye : la rébellion (CNT) produira "bientôt" 100.000 barils de pétrole brut par jour
www.rfi.fr/contenu/rebellion-va-produire-100000-barils-petrole-jour-petrole-brut-rebellion

Libye : une délégation du CNT reçue par l’Otan et l'UE
www.rfi.fr/afrique/20110713-libye-delegation-cnt-recue-otan

Le groupe de contact reconnaîtra la rébellion libyenne comme «autorité gouvernementale»
www.liberation.fr/monde/01012349222-le-groupe-de-contact-reconnaitra-la-rebellion-libyenne-comme-autorite-gouvernementale

La reconnaissance du CNT permet de financer l'opposition libyenne (USA)
http://french.cri.cn/621/2011/07/16/444s248473.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Sam 1 Oct - 2:17


Troy Davis exécuté au pénitencier de Jackson en Géorgie

A 42 ans, Troy Davis avait échappé à trois dates d'exécution. Il n’a finalement pas échappé à celle du 21 septembre 2011, date de son décès par injection mortelle. Après avoir passé 20 ans dans les couloirs de la mort, Troy Davis est mort au pénitencier de Jackson en Géorgie. Tous les recours possibles auront été épuisés dans les dernières heures de ce 21 septembre, notamment ceux portés devant la Cour suprême de Géorgie et devant la Cour suprême des Etats-Unis. Une condamnation de 1991 qui suscitait mobilisation et polémique puisque 7 des 9 témoins à charge s’étaient rétractés.

Entouré de son épouse et de ses enfants, Troy Davis a bien été exécuté le mercredi 21 septembre par injection à 23h08 (03h08 TU jeudi), dans l’Etat de Géorgie. Devenu un véritable symbole de la lutte contre la peine de mort, Troy Davis avait reçu de multiples soutiens dans le monde entier notamment ceux de Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, du pape Benoît XVI ou de l'ancien président américain Jimmy Carter.

Suite au refus de la justice américaine de le gracier mardi 20 septembre, Troy Davis s’était adressé aux membres des comités de soutien par écrit. « Le combat pour la justice ne s'arrête pas avec moi. Ce combat est pour tous les Troy Davis avant moi et tous ceux qui viendront après moi », réaffirmait celui qui avait toujours clamé son innocence du meurtre de Mark MacPhail, le policier tué en 1989 dans la ville de Savannah.

Dans cette affaire l’arme du crime n’a jamais été retrouvée, aucune empreinte ni trace ADN n'a été relevée. La condamnation de Troy Davis reposait en fait sur les dépositions de neuf témoins, dont sept d’entre eux se sont en fait rétractés.

Une forte mobilisation internationale s'était pourtant mise en place. La France avait appelé ce mercredi 21 septembre le procureur et les autorités de cet Etat du sud des Etats-Unis à ne pas exécuter Troy Davis. Berlin de son côté s'était dit consterné. Le Conseil de l'Europe avait appelé les Etats-Unis à « épargner la vie » de Troy Davis. De multiples rassemblements en France, à Washington et devant le pénitencier de Jackson s’étaient tenus dans la journée pour tenter d’éviter l’irréparable. Mais l’irréparable est arrivé ce mercredi 21 septembre pour Troy Davis en Géorgie après le rejet du dernier recours devant la Cour suprême.

Carte illustrant la peine de mort dans les différents Etats nord-américains :
http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/aef_image_original_format/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/Carte-Peine-Mort-USA_1_0.png

www.rfi.fr/ameriques/20110921-troy-davis-execute-penitencier-jacksonville-georgie


C'était il y a 66 ans dans l’État raciste de Caroline du sud, un gamin de 14 ans exécuté avec la chaise électrique. Pauvre et noir, bien entendu.
www.flickr.com/photos/22067139@N05/5251556905/

Un demi-siècle plus tôt Henry Smith fut torturé au fer rouge pendant 50 minutes puis brûlé, devant une foule sanguinaire, arrivée par trains gratuits.
www.flickr.com/photos/22067139@N05/2229531413/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Sam 1 Oct - 2:24

Pas de procès, pas de jugement

Anouar al Aoulaki, un dirigeant d'Al Qaïda, assassiné par la CIA au Yémen

SANAA (Reuters) - Anouar al Aoulaki, que les États-Unis considéraient comme un chef d'Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), a été tué vendredi au Yémen par un drone de la CIA, ont fait savoir les autorités américaines.

Aoulaki, imam d'origine américaine qui avait appelé les musulmans des Etats-Unis au "djihad", était recherché "mort ou vif" par Washington, qui le qualifie de "terroriste international".
Trois autres membres présumés d'Al Qaïda ont trouvé la mort aux côtés de l'imam d'ascendance yéménite âgé de 40 ans, selon Sanaa. Parmi eux figure Samir Khan, un Américain d'origine pakistanaise qui faisait partie de la rédaction d'Inspire, le magazine anglophone en ligne d'Aqpa, qui publie souvent des écrits d'Aoulaki.

Aboubakr al Aoulaki, l'un des dirigeants de la tribu Aoualik à laquelle appartenait Anouar, a dit que le corps de l'imam avait été "réduit en charpie". "Pourquoi donc le tuer d'une façon aussi brutale, aussi horrible ? Sa mort ne résoudra pas les problèmes des Américains avec Al Qaïda, elle va au contraire renforcer les sympathies pour Aqpa dans cette région", a-t-il dit.

Un drone américain avait déjà tenté en mai d'abattre Anouar al Aoulaki au Yémen.
Washington l'accuse en outre d'avoir voulu empoisonner des Occidentaux et lui reproche des échanges de courriers électroniques avec le psychiatre militaire qui a tué 13 personnes sur la base texane de Fort Hood, en 2009.

Selon un expert de l'antiterrorisme en Grande-Bretagne, Anouar al Aoulaki avait été en contact avec Rajib Karim, un ancien employé de British Airways reconnu coupable en février dernier d'activités terroristes. En outre, la femme qui avait poignardé un député britannique ayant voté pour la guerre en Irak avait déclaré avoir été influencée par les sermons d'Aoulaki.

L'imam n'était ni un haut dignitaire religieux ni un responsable très important de la branche yéménite d'Al Qaïda, mais il a joué un rôle prépondérant dans sa renommée.

Sa disparition fait les affaires du président yéménite Ali Abdallah Saleh, qui s'accroche au pouvoir malgré la contestation qui dure depuis janvier et les pressions internationales.
http://fr.news.yahoo.com/le-y%C3%A9men-annonce-la-mort-daoulaki-dirigeant-dal-094404209.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Sam 12 Nov - 8:49


Les dépouilles de Mouammar Kadhafi et de son quatrième fils, Moatassem

L’élimination de Mouammar Kadhafi

La mort de Mouammar el-Kadhafi a été saluée par une explosion de joie dans les palais gouvernementaux occidentaux à défaut de l’être par le peuple libyen.

Jeudi 20 octobre 2011, vers 13 h 30 GMT, le Conseil national de Transition libyen a annoncé la mort de Mouammar el-Kadhafi. Bien que confus, les premiers éléments laissent à penser qu’un convoi de voitures a tenté de quitter Syrte assiégée et a été bloqué et partiellement détruit par un bombardement de l’OTAN. Des survivants se seraient mis à l’abri dans des canalisations. M. Kadhafi, blessé, aurait été fait prisonnier par la brigade Tigre de la tribu des Misrata qui l’aurait lynché. […]

Un flot de commentaires préparés à l’avance a été déversé instantanément par les médias atlantistes visant à diaboliser Mouammar el-Kadhafi et, de la sorte, à faire oublier les conditions barbares de sa mort.

Les principaux dirigeants de la Coalition ont salué la mort de leur ennemi comme marquant la fin de l’opération « Protecteur unifié ». Ce faisant, ils admettent implicitement que celle-ci ne visait pas à mettre en œuvre la Résolution 1973 du Conseil de sécurité, mais à renverser un régime politique et à en tuer le leader, alors même que l’assassinat d’un chef d’État en exercice est interdit en droit états-unien et universellement condamné.

De plus, le lynchage de Mouammar el-Kadhafi montre la volonté de l’OTAN de ne pas le déférer à la Cour pénale internationale

Dans le torrent de boue déversé par les médias atlantistes pour salir sa mémoire, reviennent en boucle des accusations mensongères, ce qui montre a contrario que ces médias disposent de peu d’éléments authentiques utilisables à charge.

Ainsi revient l’affaire de l’attentat contre la discothèque La Belle à Berlin (5 avril 1986, 3 morts), jadis utilisée comme prétexte par l’administration Reagan pour bombarder son palais et tuer sa fille (14 avril 1986, au moins 50 morts). À l’époque, le procureur allemand Detlev Mehlis (celui qui truquera deux décennies plus tard l’enquête sur l’assassinat de Rafik el-Hariri) s’appuya sur le témoignage de Mushad Eter pour accuser un diplomate libyen et son complice Mohammed Amairi. Cependant, la télévision allemande ZDF découvrira plus tard que Mushad Eter est un faux témoin et un vrai agent de la CIA, tandis que le poseur de bombe Mahammed Aamiri est un agent du Mossad [1].
Ou encore, l’affaire de l’attentat de Lockerbie (21 décembre 1988, 270 morts) […]

À l’inverse, les médias atlantistes n’évoquent pas le seul mandat d’arrêt international émis par Interpol contre Mouammar el-Kadhafi avant l’offensive de l’OTAN. Il était accusé par la Justice libanaise d’avoir fait disparaître l’imam Moussa Sadr et de ses accompagnateurs (1978). Cet oubli s’explique par le fait que l’enlèvement aurait été commandité par les États-Unis […]

Surtout, les médias atlantistes n’évoquent pas l’œuvre principale du « Guide » : le renversement de la monarchie fantoche imposée par les anglo-saxons, le renvoi des troupes étrangères, la nationalisation des hydrocarbures, la construction de la Man Made River* (les plus importants travaux d’irrigation au monde), la redistribution de la rente pétrolière (il fit d’une des populations les plus pauvres du monde, la plus riche d’Afrique), l’asile généreux aux réfugiés Palestiniens et l’aide sans équivalent au développement du Tiers-monde (l’aide libyenne au développement était plus importante que celle de tous les États du G20 réunis).

La mort de Mouammar el-Kadhafi ne changera rien au plan international. L’événement important était la chute de Tripoli, bombardée et conquise par l’OTAN —certainement le pire crime de guerre de ce siècle—, suivie de l’entrée de la tribu des Misrata pour contrôler la capitale. Dans les semaines précédant la bataille de Tripoli, l’écrasante majorité des Libyens ont participé, vendredi après vendredi, à des manifestations anti-OTAN, anti-CNT et pro-Kadhafi. Désormais, leur pays est détruit et ils sont gouvernés par l’OTAN et ses fantoches du CNT.
[…]
www.voltairenet.org/Le-lynchage-de-Mouammar-Kadhafi

*Vidéo : la construction de la Man Made River
www.youtube.com/watch?v=IqN_ZlHKNTs&list=PLB535ED3146B02A50&index=68

Kadhafi a été "condamné à mort par Washington et Paris"
selon Le Canard Enchaîné


Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu'il s'en sorte vivant. De crainte qu'il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale.

Mercredi, 19 octobre en fin d'après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l'un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l'une des priorités actuelles des généraux de l'équipe Obama, l'Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu'il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu'il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

Depuis quelques jours d'ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, « ´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n'échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».

Hypocrisie internationale

À l'Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l'un de ses fils s'étaient réfugié à Syrte, avec gardes corps et mercenaires. Et Sarkozy avait chargé le général Benoit Puga, son chef d'état-major particulier, de superviser la chasse à l'ancien dictateur. Ce qu'il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l'étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d'ailleurs pour évoquer l' «élimination physique »du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l'Élysée, s'il faut en croire un conseiller du Président.

« La peine de mort n'était pas prévue dans les résolutions de l'ONU qui ont permis à l'OTAN d'intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d'un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l'Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l'aide qu'il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu'il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».

Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l'objectif allait être atteint. Trois avions de l'OTAN s'approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui largue deux bombes GBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruits et Kadhafi seulement blessé.

Soupirs de satisfaction

Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L'histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande ''Allah Akbar'' à pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d'autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».

On connait la suite, quelques images de ce lynchage suivi d'une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n'est pas la fin de l'histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man's land politique, une zone de turbulences imprévisibles. » Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d'un procès international.

Claude Angeli
« Le Canard Enchaîné », mercredi 26 octobre 2011
http://regardscroises.ivoire-blog.com/archive/2011/10/27/selon-le-canard-enchaine-kadhafi-a-ete-condamne-a-mort-par-w.html

Saif el-Islam demande à Sarkozy de rembourser l’argent qu’il a reçu de son père, Mouammar Kadhafi, pour financer sa campagne électorale.
www.youtube.com/watch?v=akNOQnfgTTE

Le général Wesley Clark :
'L’attaque contre la Libye était programmée depuis le 11/9/2001'

www.youtube.com/watch?v=Q_gjMHetUgk&list=PLB535ED3146B02A50&index=39&feature=plpp_video

Thabo Mbeki : « ce qui arrive en Libye pourrait très bien être précurseur de ce qui va arriver dans d’autres pays. »
L’ancien président sud-africain appelle l’Afrique à réfléchir et à réagir pour défendre ses intérêts face à l'Occident.
Auteur d'une diatribe remarquée, fin avril, sur l'intervention française et onusienne en Côte d'Ivoire pour arrêter Laurent Gbagbo, Thabo Mbeki se montre tout aussi critique sur le rôle de l'Occident en Libye. Ce rôle remet en cause le droit des Africains à l'auto-détermination, a déclaré l'ancien président sud-africain (1999-20008) le 5 novembre lors d'une conférence à Sun City, en Afrique du Sud.
www.grioo.com/ar,thabo_mbeki_l_afrique_doit_faire_face_a_l_occident_,21343.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Mar 17 Avr - 19:57


La FEMA active ses camps

Le 6 décembre 2011, la FEMA a activé ses camps sur le territoire américain.
Dans le même temps, la loi NDAA a été votée, autorisant l'armée américaine à arrêter sans charge et sans preuve les citoyens qui constituent une menace pour les intérêts ou le gouvernement américain. Ils peuvent être détenus indéfiniment dans des prisons militaires (secrètes ou non), être torturés pour obtenir des aveux, voire être assassinés. Tout cela légalement.
Dans le même temps, les lois SOPA et PIPA sur la surveillance et la censure de l'Internet sont également sur le point d'être votées. Le goulag outre-Atlantique se précise. Bientôt ses camps seront habités par des millions d'Américains qui se rebelleront contre le puçage obligatoire avant janvier 2013. Les USA se préparent à leur holocauste. Le « goulag » version américaine dans les camps de la FEMA ouvre ses portes fin 2012. La puce électronique est obligatoire aux USA.
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.155003881292896.30751.100003498554827&type=3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Dim 6 Mai - 10:50


Atrocities Prevention Board

Ceux qui nous défendent des atrocités

Sous l’aile de son patron, le puissant financier Georges Soros, Samantha Power, assistante spéciale d’Obama, a contribué à élaborer la doctrine « Responsabilité de protéger », qui attribue aux États-Unis et à leurs alliés le droit d’intervenir militairement dans les cas où, de leur avis sans appel, des « atrocités de masse » sont sur le point d’être commises.
À travers la Communauté d’intelligence (formée par la Cia et 16 autres agences fédérales), il établit quels sont les cas de « potentiels atrocités de masse et génocides », en alertant le président.
Dorénavant ce sera l’Atrocities Prevention Board qui préparera le terrain à de nouvelles guerres.

Dommage que l’Atrocities Prevention Board n’ait été créé que maintenant. Sinon il aurait pu prévenir les atrocités de masse dont est constellée l’histoire étasunienne, à commencer par le génocide des populations autochtones nord-américaines. Il suffit de nous souvenir, en nous limitant aux cinquante dernières années, des guerres contre le Vietnam, le Cambodge, le Liban, la Somalie, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan, la Libye ; les coups d’état orchestrés par les Usa en Indonésie, Chili, Argentine, Salvador. Des millions de personnes emprisonnées, torturées et tuées. Pour prévenir d’autres atrocités, l’Atrocities Prevention Board devrait livrer à la justice les responsables, impunis, des tortures et meurtres à Abu Ghraib, à Guantanamo et dans des dizaines d’autres prisons secrètes de la Cia. Il devrait aussi joindre aux actes les vidéos avec lesquelles les soldats étasuniens documentent, pour s’amuser, le meurtre de civils en Afghanistan [1], que le Pentagone a essayé d’abord d’occulter puis de minimiser. Que Samantha Power les regarde bien, ces vidéos, pour comprendre ce qu’est vraiment une « atrocité de masse ».

Manlio Dinucci
Edition de mardi 1er mai 2012 d’il manifesto
www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120501/manip2pg/14/manip2pz/322008/
[1] www.rollingstone.com/politics/news/the-kill-team-20110327
www.legrandsoir.info/ceux-qui-nous-defendent-des-atrocites-il-manifesto.html


Premières manifestations après l'assassinat de civils en Afghanistan
'Le sous-officier a quitté sa base en pleine nuit à pied pour se rendre dans un village voisin, où il est soupçonné d'avoir tiré froidement une balle dans la tête de ses victimes avant de tenter de brûler les corps.'
www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/03/13/premieres-manifestations-apres-l-assassinat-de-civils-en-afghanistan_1657105_3216.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Dim 6 Mai - 11:05


Le "tribunal de guerre" d'Obama à Guantanamo à l'œuvre
Derrière les clôtures surmontées de barbelés du camp de détention de la Baie de Guantanamo à Cuba, les procès du « tribunal de guerre, » tel qu'il est officiellement désigné, ont repris leur cours normal sous la nouvelle direction du gouvernement Obama.
www.legrandsoir.info/le-tribunal-de-guerre-d-obama-a-guantanamo-a-l-oeuvre.html

Les cinq accusés des attentats du 11-Septembre sont apparus en public samedi 5 mai devant le tribunal militaire d'exception de Guantanamo
‘Dix journalistes et le même nombre de proches des victimes, séparés par un rideau et sans possibilité de communiquer avec l'extérieur, ont assisté à l'audience derrière une paroi vitrée où les débats sont retransmis avec un différé de 40 secondes permettant la censure des déclarations sensibles.’
www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/les-accuses-du-11-septembre-jouent-la-montre-et-defient-la-justice-militaire_1111543.html

La CIA a admis que Khaled Cheikh Mohammed avait été soumis à 183 reprises au "waterboarding", une technique de simulation de la noyade.’
www.challenges.fr/monde/20120505.REU5681/le-cerveau-du-11-septembre-ne-repond-pas-au-juge-a-guantanamo.html
www.france24.com/fr/20120505-attentats-11-septembre-etats-unis-comparution-accuses-guantanamo-justice-peine-mort-tribunal-


[Vidéo]Témoignage d’Aaron Russo, cinéaste américain, sur ce qu'il a appris de la bouche de Nicholas Rockefeller à propos des guerres en Irak et en Afghanistan.
www.dailymotion.com/video/x3uh9l_interview-suicide-sur-le-11-septenb_news cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Sam 27 Avr - 11:57



Guerre et théorie du drone

Les drones auraient causé 4500 morts, parmi lesquels des centaines de femmes, d’enfants et de civils. Selon le Bureau for Investigative Journalism, une association journalistique basée à Londres, c’est en effet le nombre de victimes qu’aurait entraînées la guerre des drones menée par le président des États-Unis Barack Obama contre Al-Qaida et consorts. La façon dont Obama justifie ce genre de pratiques à coup de notes juridiques secrètes diffère à peine du traitement de la torture sous le gouvernement de George W. Bush. [Extraits]

Le drone Predator possède une "kill zone" de 15 mètres, ce qui signifie que tous ceux qui se trouvent dans un rayon de 15 mètres autour du point d’impact, même s’ils ne sont pas la cible désignée, mourront avec elle. En comparaison, le rayon létal d’une grenade est de 3 mètres. « On se demande dans quel monde de fiction tuer un individu avec un missile antichar qui annihile tout être vivant se trouvant dans un rayon de 15 mètres et blesse tous les autres dans un rayon de 20 peut être réputé “plus précis” ». Le drone est aussi soumis aux effets de data overload, cette surcharge de données qui finit par les rendre difficilement exploitables, puisque, durant la seule année 2009, les drones américains ont engendré l’équivalent de 24 années d’enregistrements vidéo. Néanmoins, les logiciels adéquats devront guider un œil humain défectueux pour lui substituer cet œil absolu qui observe le monde comme une caméra cachée observe une famille de suricates dans le désert du Kalahari. [...]

Outre les frappes de personnalités inscrites sur une kill list approuvée en personne, et oralement, par le président des États-Unis, la majorité des cas où les drones opèrent sont constitués par des « frappes de signatures » :« Signatures pris ici au sens de traces, d’indices ou de caractéristiques définitionnelles. Celles-ci sont dirigées sur des individus dont l’identité demeure inconnue, mais dont le comportement laisse supposer, signale ou signe une appartenance à une “organisation terroriste… on frappe alors en ce cas sans connaître précisément l’identité des individus ciblés, sur cette seule base que leurs agissements, vus du ciel, dérogent à des normes et des habitudes que les États-Unis associent à un comportement suspect ». Et l’on cible plutôt des téléphones que des noms, « alors même qu’un nombre croissant de numéros de téléphone de civils non combattants se met à apparaître sur la carte du réseau des insurgés…tout le problème – problème épistémologique, problème politique – réside dans cette capacité revendiquée de convertir adéquatement une image construite par compilation d’indices probables en statut de cible légitime ». Une frappe américaine décima ainsi, le 17 mars 2011, au Pakistan, un groupe d’hommes dont le regroupement « correspondait à la matrice prédéfinie pour un soupçon de comportement terroriste », alors qu’il s’agissait d’une assemblée traditionnelle, une jirga, convoquée pour résoudre un différend dans la communauté locale.

À l’heure où le drone est devenu l’un des emblèmes de la présidence Obama, « l’instrument de sa doctrine antiterroriste officieuse », consistant à « tuer plutôt que capturer », en prétendant remplacer la « torture et Guantanamo » par« l’assassinat ciblé et le drone Predator », cette arme prolonge et radicalise les procédés déjà existants de guerre à distance. « Mais par-là, c’est la notion même de “guerre” qui entre en crise. (…) Si la “guerre des drones” n’est plus exactement la guerre, à quel “état de violence” correspond-elle ? »

Élaborés pendant la guerre du Viêtnam, puis délaissés à la fin des années 1970, les drones ont poursuivi leur développement en Israël, avant de faire retour vers les États-Unis. Jusqu’au début des années 2000, ils n’étaient que des engins de renseignement, surveillance et reconnaissance. La métamorphose s’est opérée entre la guerre au Kosovo et celle d’Afghanistan. [...]

La prophétie de Carl Schmitt est accomplie. Dans un ordre global dont le droit est international, celui qui enfreint les règles édictées n’est pas un ennemi politique mais, au mieux, un simple criminel, au pire un ennemi du genre humain.

Mais au-delà du cas d’un citoyen américain retournant ses armes contre son pays et se conduisant, dès lors, comme un traître, le président des Etats-Unis pourrait en théorie ordonner des attaques de drones sur le territoire américain dans des circonstances exceptionnelles comparables au 11-Septembre, selon une lettre du ministre de la Justice, Eric Holder, rendue publique mardi par un sénateur.

« Le refus du ministre de la Justice d’exclure la possibilité de frappes par drones sur des citoyens américains sur le territoire américain est plus qu’effrayante –c’est un affront aux droits constitutionnels de tous les Américains », a réagi Rand Paul, républicain et défenseur passionné des libertés individuelles au Sénat. Mais d’autres élus ont estimé que le ministre était dans son rôle en laissant de la flexibilité au commandant en chef en cas d’attaques soudaines sur le pays.

À ce jour, il semble que l’armée française ne possède que des drones de surveillance. Mais le mois dernier, Dassault Aviation a présenté le Neuron (qu’il faut parait-il écrire nEUROn), un drone de combat de 10 mètres de long et de 12.50 mètres d’envergure issu d’une coopération européenne dans l’industrie de défense. D’ici deux ans, nos militaires seront donc équipés de ces engins. Comment les utiliserons-nous, alors que la France est le pays d’Europe le plus engagé à l’étranger ?

[...] Mali. Au total, une centaine de militaires américains furent déployés au Niger pour l’intervention de ces drones.

Tandis que la France préparait ses emplettes en Predators du côté de Washington, les forces françaises découvraient à Tombouctou le manuel Al-Qaidien de lutte contre les drones en 22 rubriques : Le manuel d’Al-Qaida contre les drones*.

Vendredi 26 avril 2013
http://bouteillealamer.wordpress.com/2013/04/26/guerre-et-theorie-du-drone/
* http://hosted.ap.org/specials/interactives/_international/_pdfs/al-qaida-papers-drones.pdf


Attention, philosophie de guerre
En proposant une « théorie du drone », le philosophe Grégoire Chamayou analyse les conséquences vertigineuses, à la fois éthiques, juridiques et anthropologiques, d’une « guerre à distance » qui transforme l’affrontement belliqueux en chasse à l’homme. Le type de violence dont le drone est l’incarnation ébranle les fondements mêmes de l’État-nation démocratique. Une philosophie de la guerre, qui est aussi une philosophie de combat.
[JOSEPH CONFAVREUX]
http://bit.ly/11J4eeO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Jeu 27 Juil - 16:27



Le drapeau US sur les Trois mers de l’Europe

Alors que l’Union européenne semble s’embourber dans des problèmes internes, les États-Unis ont lancé une réorganisation de l’Europe centrale sous le titre d’« Initiative des trois mers ». Il s’agit d’un vaste projet, conçu par l’administration Obama et mis en œuvre par l’administration Trump, visant à créer un bloc anti-russe pour protéger l’Europe occidentale. [...]

Un terminal dans le port baltique de Swinoujscie, qui a coûté environ un milliard de dollars, permettra à la Pologne d’importer du LNG pour une quantité de l’ordre de 5 milliards de mètres cubes annuels, expansibles à 7,5.

Par ce terminal et quelques autres, dont un programmé en Croatie, le gaz provenant des USA, ou d’autres pays par l’intermédiaire de compagnies états-uniennes, sera distribué par des gazoducs ad hoc à toute la « région des Trois mers ».

L’objectif du plan est clair : frapper la Russie en faisant tomber son export de gaz en Europe (objectif réalisable seulement si l’export de gaz US, plus cher que le russe, est stimulé par de fortes subventions d’État) ; lier encore plus aux USA l’Europe centrale et orientale non seulement militairement mais économiquement, dans une concurrence avec l’Allemagne et d’autres puissances européennes ; créer à l’intérieur de l’Europe une macro-région (celle des Trois mers) à souveraineté limitée, directement sous influence états-unienne, qui casserait de fait l’Union européenne et s’élargirait à l’Ukraine et au-delà. [...]

Manlio Dinucci, Géographe et géopolitologue
10 juillet 2017
http://www.voltairenet.org/article197080.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5791
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   Ven 28 Juil - 13:12



Venezuela : quand les champions autoproclamés de la démocratie s'opposent à la tenue d'élections

Bête blessée et humiliée au Moyen-Orient, l’Empire occidental défaillant tente au moins de reprendre la main dans les régions tumultueuses proches de son centre névralgique. C’est le cas en Amérique latine où, après un coup d’État institutionnel au Brésil (la destitution de la présidente Dilma Rousseff), il tente de faire tomber la forteresse vénézuélienne du “dictateur” Maduro, pourtant régulièrement élu à la loyal par son peuple.
http://yetiblog.org/index.php?post/2599
 
Les Etats-Unis sanctionnent 13 dirigeants vénézuéliens

L'administration américaine a imposé mercredi 26 juillet des sanctions contre 13 dirigeants vénézuéliens, tandis que l'opposition vénézuélienne lançait deux jours de grève générale, dans le but d'amener le président Nicolas Maduro à renoncer à son projet d'assemblée constituante qui doit être élue dimanche prochain.

Le président Maduro a dit à plusieurs reprises qu'il comptait maintenir l'élection dimanche d'une assemblée constituante, laquelle pourra rédiger une nouvelle Constitution

Les sanctions auxquelles les 13 sont soumis comprennent un gel de leurs avoirs aux États-Unis, une interdiction d'entrée sur le territoire américain et une interdiction faites aux Américains d'être en relation d'affaires avec eux.

Les sanctions décidées par le président américain Donald Trump épargnent pour l'instant le pétrole, le secteur clé de l'économie vénézuélienne.
Un responsable américain a expliqué que les sanctions étaient simplement un premier ballon d'essai et que le gouvernement américain préparait des mesures plus dures.
Il pourrait par exemple décider de sanctions financières qui feraient cesser les paiements en dollars pour le pétrole vénézuélien ou alors une interdiction totale des importations de pétrole vénézuélien aux États-Unis, qui payent rubis sur l'ongle.

http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/crise-au-venezuela-sanctions-americaines-contre-13-venezueliens_1930814.html

À propos du Venezuela, La Tribune parle de "régime" au lieu de "gouvernement", comme en ont l'habitude les chiens de garde quand il s'agit de la Syrie.
http://www.latribune.fr/economie/international/venezuela-13-membres-du-regime-sanctionnes-par-les-etats-unis-745459.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guantanamo, Irak, Afghanistan... démocrature occidentale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Plus de 1.000 soldats étrangers morts en Afghanistan depuis 2001
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» En Afghanistan on utilise des enfants pour poser des bombes.
» Afghanistan, « Web documentaire »
» vendredi, 16 juillet 2010 - Scontri in Afghanistan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: