sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les mémoires d'un âne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mar 6 Mai - 0:36



L'affaire des «500.000 emplois non pourvus»

«Il y a 500.000 offres d'emploi non satisfaites». Une fois de plus, Sarko a sorti ce chiffre de son chapeau lors de son show télévisé, jeudi 24 avril. Manière de dire : «Il y en a certains qui ne veulent pas se mettre au travail». Mais d'où sort cette statistique ? Le mystère est épais. Et aucun des journalistes préposés à l'interview n'a réagi.

Questionné par Le Canard, le service de presse de l'Élysée livre sans hésiter la source de Sarko : l’INSEE. Pas de chance, l'Institut national dément formellement. Ses services ne connaissent pas ce chiffre. Quelques heures plus tard, le Château se ravise : c'est l'ANPE, et non l’INSEE, qui a communiqué cette donnée à l'Élysée. Mais l'Agence pour l'emploi, gênée aux entournures, ne confirme pas avoir tuyauté le cabinet de Sarko. Elle ne consent pas davantage à indiquer si c'est bien elle qui a réalisé cette évaluation.

On comprend l'embarras de ces experts. D'abord, cette statistique n'existe pas : il s'agit d'une simple projection au doigt mouillé à partir des offres d'emploi recensées par les agences locales. Ni l'INSEE, ni l'ANPE n'effectuent un comptage fiable des offres d'emploi non satisfaites. Et quand bien même le feraient-ils, les économistes, notamment ceux de l'INSEE, estiment qu'une augmentation de ce chiffre pourrait traduire un dynamisme de l'économie : plus forte demande, plus grande mobilité.

Sarko aurait donc annoncé une bonne nouvelle sans que quiconque s'en rende compte, même pas lui !!!

(Source : Le Canard Enchaîné du 30 avril 2008)
Vendredi 02 Mai 2008
www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=index&catid=&topic=3


A (re)lire :
L’obscur calcul des «emplois non pourvus»
www.liberation.fr/actualite/economie_terre/301877.FR.php

Que cache le mensonge des 500.000 emplois non pourvus ?
www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=3327

Qu'est-ce qu'un «chômeur fainéant» ?
www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=PagEd&file=index&topic_id=14&page_id=253
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Jeu 8 Mai - 0:45

study
Maman Sarkozy raconte le petit Nicolas
www.liberation.fr/actualite/instantanes/femmedujour/325166.FR.php

Le petit Nicolas, la presse, elle fait rien qu'à l'embêter ! Neutral

Réception des députés à l'Elysée. Le chef de l'Etat a accusé la presse de ne pas avoir suffisamment relayé la condamnation de Ségolène Royal dans l'affaire de ses ex-collaboratrices. Il a cité L'Express, Marianne, Le Parisien, l'AFP et le Journal du Dimanche, selon des participants.
"Il a fait une charge très importante contre la presse en disant que dans un pays où il n'y a plus d'opposition, la presse s'attribue la fonction d'opposition".
"Son message, c'était en gros : 'je ne suis pas aidé par la presse'."

"Chirac a mis 21 ans à se faire élire. Moi, je l'ai été du premier coup". "Il a fait une réforme et demie, son premier septennat s'est arrêté en décembre 1995 sur un recul sur la réforme des régimes spéciaux". "Moi, je n'ai pas l'obsession de durer et je mène tout de front", a lâché le chef de l'Etat en évoquant longuement sa prise du pouvoir en 2007 et en revenant sur l'affaire Clearstream.
Quant au général de Gaulle, "il n'a eu qu'une voix de majorité en 1967" rabbit

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080507/tfr-assemblee-ump-sarkozy-medias-prev-4019c1e.html

Meylanais zien : "Le pôvre, il en est réduit à sortir sa mère du placard pour qu'il y ait quelqu'un qui dise du bien de lui."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Ven 9 Mai - 19:58



Première année de Sarkozy «accablante pour la liberté de la presse», selon le SNJ

Le Syndicat national des journalistes juge consternantes les critiques contre plusieurs journaux formulées par le Président devant des députés UMP.

«A en croire les déclarations de certains députés UMP ayant participé au déjeuner du 7 mai à l'Elysée, le président de la République s'y est montré particulièrement sévère vis-à-vis de la presse», écrit le syndicat dans un communiqué intitulé «Nicolas Sarkozy s'attaque à la presse : consternant».

«Il est singulièrement "abracadabrantesque" de constater que Nicolas Sarkozy attaque ainsi les journalistes en privé, alors que le bilan tiré par le SNJ de sa première année de présidence est particulièrement accablant pour la liberté de la presse»
, estime le syndicat. «Au lieu de continuer à vouloir faire des journalistes les boucs émissaires de ses déboires dans les sondages, le président de la République serait mieux inspiré d'écouter les inquiétudes grandissantes d'une profession en crise. Et de l'aider à retrouver les conditions d'exercer pleinement, et en toute indépendance, sa mission d'informer auprès des citoyens de ce pays», ajoute le SNJ.

Recevant mercredi les députés UMP pour son premier anniversaire à l'Elysée, le chef de l'Etat avait accusé la presse de ne pas avoir suffisamment relayé la condamnation de Ségolène Royal dans l'affaire de ses ex-collaboratrices, selon des participants à cette réception. Nicolas Sarkozy a cité L'Express, Marianne, Le Parisien, l'AFP et le Journal du Dimanche, selon certains participants.

www.liberation.fr/actualite/ecrans/325491.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Lun 12 Mai - 22:47



Enseignement de l'esclavage : encore une mauvaise note pour Sarkozy !
Le Président a déclaré samedi que «la traite des Noirs, l’esclavage, ainsi que leur abolition, seront introduites dans les nouveaux programmes de l’école primaire dès la rentrée prochaine». Or, ils le sont déjà.

Une annonce faite à l'occasion de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, samedi au Jardin du Luxembourg. «Cette histoire doit être inscrite dans les manuels scolaires afin que nos enfants puissent comprendre ce qu’a été l’esclavage : afin que nos enfants puissent mesurer les souffrances que l’esclavage a engendrées, les blessures qu’il a laissées dans l’âme de tous ceux que rien ne peut délier de ce passé tragique», justifiait-il.

«Sans blague !» lui a rétorqué une Libénaute sur notre site, samedi. «Ma fille est en CM1 et la traite des Noirs est au programme. Elle l'a étudiée il y a quelques semaines déjà. Cette semaine, c'est la Révolution française... Pas au courant le Sarko...»
«Déja fait !!!», s'énerve Rimas, autre internaute. «Un programme est déjà proposé en primaire pour les CM1 et CM2. Je croyais qu'il avait arrêté ces mascarades pour incarner la stature d'un chef d'Etat. Mais où allons-nous. Je pensais aussi qu'il devait s'occuper des réformes “cruciales pour la France”. Pourquoi, ces distractions médiatiques ???» Et ainsi de suite.

Après vérifications, il s'avère effectivement que la traite des Noirs fait partie de l'enseignement du cycle 3 de l'école primaire, à savoir des classes de CE2, CM1 et CM2. Au moins depuis 2002. Et cet enseignement est rappelé dans l'édition 2007-2008 mise en ligne par le Bulletin officiel de l'Education nationale. [...]

www.liberation.fr/actualite/societe/325937.FR.php
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/bo/2007/hs5/hs5_approfondissement.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mer 14 Mai - 12:26



Chasse aux opposants avant l'arrivée de sarkozy à Vienne (Isère)

Le 13 mai sarkozy est attendu dans la salle des fêtes de Vienne, pour participer à une table ronde sur "la modernisation de l'économie française". Des militants veulent manifester aux abords. Certains du PS, d'autres du PCF, d'autres encore de la la LCR. Ils sont environ 150 à 200, selon un journaliste présent.


Un militante qui a refusé de donner ses tracts est arrêtée par la milice (Photos JPK)

Mais il y a également énormément de policiers en civil, sur la place et dans toutes les rues avoisinantes. Normal pour une visite présidentielle. Sauf que le journaliste présent constate que les policiers sont en train de contrôler et fouiller les militants, et surtout de saisir tous leurs tracts, leurs autocollants, et même leurs journaux. Celui-ci a Rouge dans son sac ? Saisi. Celui-là l'Huma à la main ? Saisi également. Quelques jeunes gens de la LCR refusent de remettre leurs tracts, ils sont alors menottés et embarqués. Sous l'objectif d'un photographe...

http://libelyon.blogs.liberation.fr/info/2008/05/quand-la-police.html

Qui ordonne aux policiers de saisir les banderoles ?

[...] "Ce n'est pas mieux que lors du passage de la flamme olympique, où des gorilles des services chinois dirigeaient le service d'ordre et où les collègues avaient pour instructions d'arracher les drapeaux, pancartes en faveur du Tibet", s'insurge un policier, sous pseudo, après lecture d'un article de Libération.fr qui racontait que les forces de l'ordre avaient saisi des tracts, des autocollants et même des journaux.

"Le fait est que nos préfets et concepteurs sont tellement terrorisés à l'idée qu'on puisse leur reprocher une bourde anti-présidentielle et de subir ainsi un coup d'arrêt certain à une carrière qui s'annonçait des plus prometteuses, qu'ils prennent des initiatives malheureuses", écrit un autre.

Henri Martini, secrétaire général de l'UNSA-police, majoritaire chez les gardiens de la paix, croit savoir que "tout s'est bien passé à Melun, rien n'a été retiré aux manifestants". Il ajoute : "Nous n'avons pas eu connaissance de consignes particulières, mais ce genre de pratiques serait anormal. La police ne saisit pas du matériel de manifestation, hormis des piquets de banderoles ou des hampes de drapeaux qui peuvent constituer des armes par destination, ou bien des tracts ou des tee-shirts lorsqu'ils présentent un caractère discriminatoire, raciste ou injurieux."

Toutes les organisations syndicales s'accordent cependant sur un point : rien n'a pu se faire sans instructions précises. [...]

Le préfet de Seine-et-Marne n'a malheureusement pas pu être joint vendredi, mais ses services enjoignaient de... "contacter l'Elysée".

www.lemonde.fr/societe/article/2008/05/17/qui-ordonne-aux-policiers-de-saisir-les-banderoles_1046258_3224.html#ens_id=1046355
www.lemonde.fr/societe/article/2008/05/17/no-logo-a-la-mode-sarkozy_1046257_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mar 20 Mai - 21:17



El gringo à Orléans

C’est la faute au plaquiste : «Vendredi dernier, à l’Anpe de Melun, un agent m’a dit qu’il recherchait des plaquistes. Il a proposé à un chercheur d’emploi, qualifié dans ce domaine, 63 offres dans l’année écoulée. Ce dernier les a toutes refusées. C’est honteux et ça on va le changer !».

Arrow La vidéo !

Expertise : «Les experts, ils sont champions du monde pour expliquer les choses après…».

www.libeorleans.fr/libe/2008/05/nicolas-sarkozy.html

Darcos, autre gringo démago, qui a bien appris sa leçon, le même jour : « la version finalisée de ces nouveaux programmes ne sont "pas affaire d'experts" mais "l'affaire de la Nation tout entière"».

Identité nationale ou imitation américaine ?

Ronald Reagan martela pendant plus de dix ans l’histoire (fausse) d’une fraudeuse, celle d’une « reine de l’aide sociale [“welfare queen”] qui utilise quatre-vingts noms, trente adresses et douze cartes de sécurité sociale, grâce à quoi son revenu net d’impôt est supérieur à 150 000 dollars ».

Bien que millionnaires et fréquentant en priorité d’autres riches, Ronald Reagan et George Bush n’ont cessé de jouer cette carte populaire. Et c’est à dessein qu’ils affichaient leur dédain pour les « intellectuels » et pour les experts, dorénavant associés à la fois à l’élite, à la presse de référence et à la morgue aristocratique.

www.monde-diplomatique.fr/carnet/2007-04-18-Identite-nationale

Je me demande si l’Anpe de Melun a entendu parler de ce plaquiste.

[Edit] Contactée par Libération, la direction départementale de l’Anpe de Seine-et-Marne dément formellement cette information : «La personne qui lui a dit cela est déséquilibrée et n’aurait jamais dû être présente ce jour-là. Le président aurait pu comprendre qu’il avait, face à lui, une personne souffrant de troubles graves». clown

www.libeorleans.fr/libe/2008/05/chmage-nicolas.html


Dernière édition par Orwelle le Mar 27 Mai - 14:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Jeu 22 Mai - 19:55



Le tsar kozy a encore frappé...

Sarkozy réunit à l'Elysée les ministres qui comptent...
... sans la présence de François Fillon. L’un des sept ministres présents assure qu'il ne s'agit pas d'un «conseil des ministres bis».

Les mêmes sept ministres - considérés par le président comme "les plus politiques" du gouvernement, selon l'un d'eux - s'étaient déjà réunis autour du chef de l'Etat jeudi dernier à la même heure.
Il s'agit de Xavier Bertrand (Travail), Xavier Darcos (Education nationale), Eric Woerth (Budget), Brice Hortefeux (Immigration), et des secrétaires d'Etat Laurent Wauquiez (Emploi), Luc Chatel (Consommation) et Nadine Morano (Famille).

« Vous évoluerez tout au long du quinquennat, les meilleurs accéderont aux plus hautes fonctions », a-t-il précisé.

Il a, à plusieurs reprises durant ce premier contact, demandé à ses mousquetaires de ne rien laisser filtrer du contenu de cette réunion à l’extérieur pour en optimiser l’efficacité. Celui ou celle qui ne respecterait pas ce serment du silence serait aussitôt exclu du club.

ww.parismatch.com/index.php/parismatch/dans-l-oeil-de-match/reportages/la-nouvelle-task-force-de-nicolas-sarkozy/(gid)/28861
www.liberation.fr/actualite/politiques/327624.FR.php

L'Elysée aurait choisi le successeur à "Esprits libres"

Libération affirme jeudi que le choix de l'émission littéraire de France 2 destinée à succéder à "Esprits libres", en fait deux émissions en alternance présentées l'une par Nicolas Demorand et l'autre par Daniel Picouly, a été gérée depuis l'Elysée. La présidence "dément" mais insiste sur son rôle en tant qu'actionnaire de la chaîne publique.
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias__pouvoirs/20080522.OBS5109/


Sarkozy à Orléans : plus démago, plus populo, tu meurs
http://monstjeandebraye.over-blog.com/article-19782915.html

Musique ! Smile
www.dailymotion.com/video/x5cmj5_le-fric-cest-chic-sarkozy-un-an-tor_news
http://torapamavoa.blogspot.com/2008/05/sarkozy-un-couac-lui-tout-seul-vido.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mar 27 Mai - 1:03



L’art de faire rêver les pauvres

"Quelle place reste-t-il pour l'individualité quand on est hypnotisé par l'industrie du divertissement, harcelé par la technologie, matraqué par la publicité, endoctriné par l'entreprise, infantilisé par les coachs ? L'époque n'est pas celle de l'individu roi, mais de sa destruction."

Pour Mona Chollet, la "success story" est l’ "instrument de dépolitisation idéal". Elle donne au commun des citoyens le sentiment d’"en être", lui permet d'oublier sa propre spoliation. En lui donnant envie de s’y identifier. Pour la journaliste, le libéralisme a eu le génie de renverser le schéma des identifications: auparavant, on s’identifiait à un individu de même condition que soi. Aujourd’hui, "success stories" agissant, le travailleur s’identifie aux riches. Ne partageant plus la condition de ses semblables, il est à même de les jalouser. Cette étape passe par la "liquidation des déterminations sociales".

Vidéos
www.profencampagne.com/article-17481402.html

Camelot à l'oeuvre
www.dailymotion.com/video/x5ice6_quand-nicolas-sarkozy-fait-deux-foi_news
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mar 27 Mai - 14:15


Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, le couple qui se lève tôt

Le président de la République et son épouse se sont rendus à l'aube au marché de Rungis pour honorer «la France qui travaille tôt».

Avant l’arrivée du président, une cinquantaine de personnes ont manifesté sous la bannière de la CGT pour demander la régularisation de travailleurs sans papiers travaillant au MIN.

www.liberation.fr/actualite/politiques/328404.FR.php

Travailleurs sans-papiers : "Si Sarkozy continue, le mouvement embrasera tout le pays"

Une nouvelle vague de grèves est prévue devant l’incohérence et l’injustice des consignes de régularisation données aux préfectures. Il n’y aura probablement pas plus de 15 à 20% de travailleurs régularisés sur les 1000 sans-papiers qui font grève depuis un mois."

Jean-Claude Amara (Droits devant !). "Le gouvernement a choisi de gagner du temps. Les préfectures ont reçu des ordres afin de ralentir le traitement des dossiers."

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article66144

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Dim 8 Juin - 1:20



La colère préméditée de Rachida Dati

S'inspirant de la méthode chère à Nicolas Sarkozy, plutôt que de rester sur la défensive, elle a choisi de passer à l'attaque, comme il le lui avait conseillé. Au lieu de répondre à la question qui lui était posée, portant sur le changement de pied du parquet dans cette affaire, quand elle-même avait estimé initialement que l'annulation du mariage était "un moyen de protéger la personne", elle a ainsi pris à partie la gauche sur sa politique d'intégration.

Sa contre-attaque témoigne de sa volonté de ne pas se laisser mettre sur la touche. Dès le lendemain, le chef de l'Etat lui a apporté un soutien appuyé : "Tu m'as fait plaisir", lui a-t-il lancé en conseil des ministres.

www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2008/06/07/la-colere-premeditee-de-rachida-dati_1055151_3236.html

UMP : Ultramondains Mystificateurs Pris au piège
http://bellaciao.org/fr/IMG/jpg/dati_rachida_2.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Lun 9 Juin - 12:11



Presse, mon meilleur ennemi !

Par Daniel Schneidermann

En provenance de l’étrange et indéchiffrable galaxie sarkozyenne, deux signaux contradictoires, la semaine dernière, n’ont pas manqué de troubler les observateurs. En visite à Rome, Nicolas Sarkozy s’est laissé aller, une fois de plus, à son péché mignon: l’humiliation publique de journaliste accrédité. Sans doute, comme Obélix avec les Romains ou les sangliers, ne peut-il pas s’en empêcher. Cette fois, c’est Philippe Ridet, du Monde, qui en a fait les frais. Alors que le journaliste, au cours d’une conférence de presse conjointe avec Berlusconi, lui demandait s’il se reconnaissait dans la nouvelle appellation, forgée par le politologue Pierre Musso, de sarko-berlusconisme, Sarkozy l’a renvoyé à ses futilités: lui, Sarkozy, était venu en Italie, non pour se regarder dans le blanc des yeux, mais pour parler de choses sérieuses, crise alimentaire, pétrole, agriculture, immigration clandestine. «Ne nous en Like a Star @ heaven voulez Like a Star @ heaven pas, Monsieur Ridet, on est toujours un peu occupés pour faire des comparaisons comme ça (…) Ne nous demandez pas d’avoir des comportements si nombrilistes. Je pense même que vos lecteurs souhaitent également que vous vous préoccupiez d’autre chose». En d’autres termes: si vous traitiez d’affaires sérieuses, votre journal, bien mal en point, se vendrait peut-être mieux.

Le lendemain, paraissait ici-même, dans les pages Rebonds de Libération, une tribune du conseiller pour la presse du même Sarkozy, Franck Louvrier, intitulée «l’information de qualité n’est pas soluble dans le haut débit». Que disait cette tribune ? Que la presse écrite (dont Le Monde, donc) était le lieu, ô combien nécessaire, de «l’explication», la «pédagogie», «l’information vérifiée», et de la «mise en contexte». Il importait de sauver ce joyau, indispensable à une «société libre et démocratique», etc.



Car ce chef d’oeuvre était menacé. Par quel redoutable ennemi ? Par les sites Internet bien entendu, et notamment ceux des journaux en question, sensationnalistes, racoleurs, engagés dans une course à l’audience (suivez le regard de Louvrier, du côté du «Si tu reviens, j’annule tout», scoop -douteux- du site de L’Obs, et du «Casse-toi pauvre con», injure présidentielle marmonnée au Salon de l’agriculture, et diffusée sur le site du Parisien). On en fut confondu de perplexité. A l’instant même où le président morigénait la presse, pour délit de futilité et nombrilisme, son conseiller ciselait un éloge des mêmes journaux ?

Plusieurs hypothèses. Soit le conseiller et le président ne se parlent pas, ne se rencontrent que par accident, ne se sont pas coordonnés, les portables ne captent pas, bref c’est une boulette. Soit l’affrontement Sarkozy-Ridet est une escarmouche pour la galerie après laquelle, comme à la buvette de l’Assemblée, le président et le journaliste s’en iront boire un verre, en toute complémentarité démocratique. Il y a une dernière hypothèse. Sarkozy, comme toute la Sarkozie, comme tous ses prédecesseurs, et comme une bonne partie de la classe politique, méprise la presse. Toute la presse, bien entendu. Car s’il traite ainsi l’infortuné Ridet, qui a pourtant consacré les plus belles années de sa vie à étudier le sujet préféré de Nicolas Sarkozy, c’est à dire Sarkozy Nicolas, autant dire que le reste de la corporation est en-dehors de son champ de vision.

Parfaitement représentatif du responsable politique moyen, l’actuel président méprise la presse pour de bonnes, et de mauvaises raisons. Pour sa futilité, sa servilité, sa versatilité, son effronterie, ses velléités d’indépendance, toutes ces tendances contradictoires que traduit, au fond, la question gentiment provocatrice du journaliste du Monde. Il la méprise, oui, mais il la connaît. Il sait, ou croit savoir, comment l’alimenter, la satisfaire, l’essouffler, l’intimider, la contrôler. Et puis, il en a besoin. Qu’un matin, les journaux cessent de chanter sa Geste, et la journée sera gâchée. Tiens, les journalistes de L’Obs, par exemple. Sarkozy, ces derniers jours, les a invités à déjeuner par wagons entiers. Eh bien que font-ils ? Ils racontent ces déjeuners, sur deux pleines pages cette semaine. Certes, pour se venger d’avoir été invités, ils multiplient les piques. Mais au moins, ils traitent le sujet.

Mais Internet ! On plonge dans l’inconnu. Aucun visage familier, à qui cracher la fumée de son cigare. Internet ne prend pas les avions de presse. Internet ne se transporte pas en troupe badgée, de l’Acropole au TajMahal. Internet ne s’invite pas à déjeuner. Internet reste à distance, lâchement, et tient ses quartiers dans d’improbables garages, au milieu de nulle part. En un mot, c’est (horreur !) incontrôlable. A moins d’être en Chine, bien entendu, et encore. A tout prendre, mieux vaut garder en face de soi son ennemi préféré, plutôt que cette cohorte anonyme, sombre menace pour l’ordre des choses, si rassurant.

www.liberation.fr/rebonds/chroniques/mediatiques/330601.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Ven 13 Juin - 14:28



«Sarkozy, la grande manipulation»

«L'imposture majeure : c'est le Sarkozy social. Le plus gros mensonge, c’est le traité de Lisbonne. La plus grande complicité médiatique, ce sont les chiffres de la récidive». Olivier Bonnet, journaliste et blogueur sur Plume de presse, décrypte les trucages du président de la République, avant et après son élection. Il vient de publier «Sarkozy, la grande manipulation» aux éditions les Points sur les i.

Vous attaquez beaucoup la presse et les médias pour leur complicité, leur impuissance ou leur silence. C'est quoi à votre avis la plus grande complicité de la presse ?


Olivier Bonnet. En réalité, Nicolas Sarkozy s'est construit, à la suite de son passage au ministère de l'Intérieur, un personnage de « cow-boy » qui se fait fort de restaurer l'ordre et la sécurité. On sait que ses deux grands thèmes, ses deux points forts, sont la sécurité et l'immigration. Or il a un bilan absolument calamiteux en tant que ministre de l'Intérieur. Je fais allusion à l'augmentation de la criminalité qui a été constatée notamment par son préfet de la Seine Saint Denis. Il l'a toujours nié mais les chiffres ne sont pas bons du tout. Et puis bien sûr il y a eu les émeutes de 2005, avec l'état d'urgence, le couvre feu et 45.000 voitures brulées. C'est donc une imposture de se présenter comme l'homme qui se fait fort de rétablir l'ordre.

Mais il y a un aspect précis, qu'il a invoqué lors de plusieurs émissions télévisées pour justifier de sa politique judiciaire répressive. Il a dit plusieurs fois « je souhaite qu'on crée des peines planchers pour les multirécidivistes parce que 50% des délits, c'est 5% des délinquants ». Quand on prend cette affirmation telle quelle, on se dit qu'effectivement il faut lutter contre les multirécidivistes, on va faire baisser la criminalité de moitié, si ce sont toujours les mêmes qui commettent ces délits... Or ce chiffre est grossièrement faux. Il faut faire appel aux statistiques de résolution des affaires. Et dans 68% des cas on ne sait pas qui a commis le crime. Presque sept fois sur dix, on ignore l'identité de l'auteur du crime. Dire que la moitié des crimes sont commis par les mêmes, c'est impossible à dire, puisqu'on ne le sait pas. Ce qui est grave c'est que ça, il l'a dit devant Arlette Chabot, dans l'émission A vous de Juger, à deux reprises. Il a également affirmé ça au journal de 20 heures devant le duo François Bachi, Patrick Poivre d'Arvor...

«Sarkozy, la grande manipulation»
http://contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2008/06/bla-bla.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mer 18 Juin - 22:29


L'"Air Bling One" de sarkozy

La flotte d'avions VIP de la République bientôt renouvelée

Le Sunday Times de Londres ironise à propos d'un futur "Air Bling One", expliquant que Carla Bruni-Sarkozy serait prête à prendre en charge la décoration intérieure d'un nouvel Airbus A 330, doté d'une salle de conférence et d'un bureau, capable de rejoindre n'importe quel endroit du globe sans escale.
Comparé à d'autres puissances, comme les Etats-Unis, le train de vie de la République française en matière d'aviation fait pâle figure. albino Les présidents américains et leur Air Force One, bénéficiant de toutes les technologies de pointe, ont une longueur d'avance.

L'entourage du chef de l'Etat se garde bien de confirmer l'imminence de cet achat : "Ce n'est peut-être pas nous qui en profiterons". Alors que Libération avait évoqué l'acquisition d'un appareil d'occasion auprès d'Air Caraïbes, l'Elysée explique qu'il ne pourrait s'agir que d'avions neufs, commandés à Dassault pour les Falcon, et à Airbus [...]

www.lemonde.fr/politique/article/2008/06/17/la-flotte-d-avions-vip-de-la-republique-bientot-renouvelee_1059216_823448.html

The French leader is to have his own version of the American president’s Air Force One aircraft

A fashion designer will be commissioned to redesign the interior while Carla Bruni, the president’s Italian singer wife, is expected to take charge of the project.

Having his own aircraft will certainly put Sarkozy ahead of the British : the government announced in March that it was dropping plans for a long-haul private plane for use by senior ministers and the royal family, having concluded that it would be too costly.

The hyper-energetic Sarkozy is also expected in China in August for the opening ceremony of the Olympic Games and is determined to avoid the indignity of refuelling stops.

A designer aircraft seemed to contradict recent efforts by Sarkozy to get away from his image as “President Bling-Bling” – a figure addicted to flashy watches and luxury travel.

www.timesonline.co.uk/tol/news/world/europe/article4138154.ece
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 79
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Lun 30 Juin - 17:11



Sarkozy, mélange de Berlusconi et de Doc Gyneco, selon Royal

«Nicolas Sarkozy nous avait promis une forme de rupture, aujourd’hui la France subit une déchirure», a lancé l’ex-candidate à l’Elysée, devant environ 800 de ses partisans réunis à la maison de la Chimie à Paris. Elle a fustigé l’«étrange mélange entre Berlusconi et Doc Gyneco avec des montres à 50.000 euros ! Non ce n’est pas la France !»

Royal a également appelé «les déçus du sarkozysme, tous les démocrates» à la rejoindre.

Intitulée «Combattre et proposer», la contribution de l’ancienne candidate à la présidentielle est rythmée en sept chapitres : «combattre la mainmise du clan Sarkozy sur la France» [...]

28 juin 2008
www.liberation.fr/actualite/politiques/335554.FR.php




3e cambriolage chez Ségolène Royal : «une mise en scène très particulière» selon son avocat

L'avocat de Ségolène Royal juge «inquiétant» le cambriolage de l’appartement de l’ex-candidate à la présidentielle, n’excluant pas que ce cambriolage soit un fait politique.

Me Mignard a également souligné sur RTL que le cambriolage, le troisième dont a été victime Ségolène Royal, avait été commis «à la veille d’une intervention politique extrêmement importante», la présentation de sa contribution en vue du congrès du PS. «Et puis surtout, ce qui est inquiétant, c’est le mode opératoire», a-t-il dit soulignant que les visiteurs avaient pris «un risque extrêmement important» ou bien étaient «très bien renseignés» sur les allées et venues de Ségolène Royal et de sa famille.

«L’appartement est bouleversé : il n’y a quasi rien de pris» mais en revanche il y a «une mise en scène très particulière», a-t-il expliqué, citant «les boucles d’oreille de la petite fille de Ségolène mises en évidence sur un lit» et «les minutes du procès verbal de dépôt de plainte» du précédent cambriolage «déchirées sur un meuble».

Selon l’avocat, «il y a là un comportement très troublant, très inquiétant et très perturbant sur le plan psychologique» revenant à dire «votre appartement n’est pas inaccessible, on peut y venir, on peut y revenir, on ne prend pas forcément quelque chose mais en tout cas on est présent».

www.liberation.fr/actualite/societe/335824.FR.php

Besancenot récemment surveillé, la voiture bricolée d'un haut syndicaliste, et maintenant le logement de Ségolène visité avec des "avertissements", un ex-gendarme devenu détective qui balance tout sur sa collaboration avec la DST et leurs magouilles ... Si c'est pas un signe sur les dérives émergeantes (de notre politique ? on sait pas !) actuelles...
Khornu

UMP TRANSPARENTE
Ce qui est bien avec le spam ump, c'est qu'il est transparent. Ce matin on leur a dit : "alors, dites qu'elle pourrait avoir une alarme et une porte blindée et qu'elle est trop bête décidément" et regardez-les qui, bêtement, s'exécutent sur tout le web.
robert
Lundi 30 Juin 2008 - 12:55
www.liberation.fr/php/pages/pageReactionsList.php?


L’appartement de l’ancienne candidate socialiste à l’élection présidentielle avait déjà été cambriolé en août 2006. Le siège du comité de soutien de Ségolène Royal, dans le Xe arrondissement de Paris, avait lui aussi été cambriolé en février 2007. Un ordinateur avait été volé.
www.liberation.fr/actualite/societe/335571.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Admin
Admin


Messages : 79
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Rupture et modernisme au sarkozyland   Lun 30 Juin - 17:18



Copé reprochant « aux socialistes de ne pas avoir eu d’idée nouvelle depuis dix ans, c’est le roquefort qui dit au camembert : "tu pues !" »

"Ce que le candidat Sarkozy a accompli mérite d’être souligné. [...] ce sont les rentiers, les fraudeurs du fisc qui ont soudain incarné, aux yeux des Français, le camp du mouvement, de la liberté et du progrès ! Sa nouveauté [...] Elle tient encore moins à ses politiques qui sont un retour vers la France d’avant-guerre, voire de l’Ancien régime : remise en cause de la durée légale du travail (avant 1919), de la retraite par répartition (avant 1945), des remboursements de Sécurité sociale (avant 1945), du repos hebdomadaire (avant 1906)… et réinvention d’un enfermement judiciaire hors peine (avant 1789) ! La nouveauté de la situation vient de la capacité du candidat de droite à faire de ces vieilles lunes réactionnaires le signe même du modernisme, et simultanément, à faire des valeurs de la gauche l’attribut même de la ringardise."

Marylise Lebranchu
www.plumedepresse.com/spip.php?article377
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mer 2 Juil - 21:03



Le patron de France Télévisions, Patrick de Carolis, est monté au créneau pour faire part de son désaccord, autant sur le contenu que sur le financement : "lorsqu'on dit qu'il n'y a pas de différence entre la télévision de service public et les télévisions privées, je trouve cela faux, je trouve cela stupide, et je trouve cela profondément injuste."

www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2008/07/02/television-publique-l-ump-hausse-le-ton-face-a-patrick-de-carolis_1065601_3236.html

Vidéo
www.lemonde.fr/web/video/0,47-0@2-811987,54-1065628@51-1047902,0.html

Patrick de Carolis allume Sarkozy

Sarkozy aimerait que le président de France Télévisions soit choisi par son actionnaire principal, à savoir le gouvernement ! Il reproche aussi au service public de trop ressembler aux chaînes privées (comme TF1).

Trop, c'est trop ! Patrick de Carolis explique à Jean-Michel Apathie - son interviewer - que "jamais il ne soumettra ses grilles de programmes ou un quelconque concept d'émission à un visa venu de l'extérieur", et que si la situation ne lui convient pas, il quittera ses fonctions. Il entend conserver l'indépendance de la télévision publique, n'en déplaise à Sarkozy.

Cette prise de parole n'est pas anodine. Lundi soir, Nicolas Sarkozy avait été accueilli sur France 3 par 400 salariés en colère. C'est donc en tant que chef d'entreprise et représentant de son personnel que Carolis s'est exprimé.

Décidemment, Nicolas Sarkozy doit en découdre avec le service public en ce moment. Depuis hier, une vidéo pirate montrant le chef de l'état sous un jour peu flatteur tourne sur le net.

Tourné lundi, l'enregistrement montre le président qui s'agace contre un technicien qui a refusé de le saluer. Arrivé en plateau, le chef de l'état en rajoute une couche en brocardant le journaliste Gérard Leclerc : "t'es resté combien de temps au placard ?". Mais le pire semble être sa demande à Paul Nahon, chef de l'info : "Vous ne voulez pas poser une question d'actualité sur Carcassonne ?".

L'intersyndicale de France Télévision, qui dénonçait hier "la dérive autoritaire du pouvoir", aura certainement apprécié la prise de position de son patron...

http://celebrite.aol.fr/patrick-de-carolis-patrick-de-carolis-allume-nicolas-sarkozy-/people-purepeople-news-11283/p-p_p/article_id/news/article.html

Vidéo «off» de Sarkozy : France 3 menace Rue89 de poursuites judicaires
La chaîne demande au site Internet de retirer la vidéo et de divulguer ses sources. «Une triste première entre médias», regrette Pierre Haski, directeur de la publication de Rue89.
www.liberation.fr/actualite/ecrans/336350.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Dommage que le ridicule ne tue pas !   Dim 6 Juil - 1:52



Enquête académique à Albi. Un de élève CM1 avait choisi une photo de Sarkozy pour illustrer la méchanceté

Valérie Framit, enseignante de CM1 à l'école Claude Nougaro (ex-Salvan de Salies), n'en revient toujours pas. En novembre, pour conclure un travail d'art plastique et d'expression corporelle sur les sentiments et les expressions du visage, elle avait demandé aux enfants de découper et de ramener de chez eux des portraits illustrant différentes expressions.

Une fois en classe, sur de grandes affiches blanches dédiées chacune à un thème (joie, peur, surprise, douleur, fatigue, colère, méchanceté), les enfants devaient coller les portraits correspondants. Une fois fini, le travail a été affiché comme souvent, sur les murs du deuxième étage où se trouve la classe, et les CM1 sont passés à autre chose.

Mais vendredi, Claudie Jalby, directrice de l'école, a été informée par Michel Azéma, inspecteur d'académie, qu'une enquête interne était en cours dans son école à la demande de la présidence de la République, via la voie hiérarchique. Motif : une lettre signée (le ministère de l'Éducation nationale n'a pas souhaité faire connaître le nom du signataire), adressée directement à Nicolas Sarkozy, a dénoncé une atteinte à l'image du président sur une affiche accrochée dans l'école.

« La directrice catastrophée nous a réunis d'urgence pour savoir qui avait travaillé sur l'expression et les sentiments. L'inspecteur lui a demandé de faire un rapport circonstancié qui est parti mardi, et lui a dit qu'une enquête interne était mise en place, demandée personnellement par Sarkozy. C'est hallucinant » s'étrangle presque une des enseignantes de l'école, syndiquée CGT.

Conseil d'école extraordinaire ce soir

« J'ai fait retirer les panneaux dès que je l'ai appris. J'ai informé le préfet et je vais recevoir cette maîtresse pour l'entendre», expliquait hier soir l'Inspecteur d'Académie, informé dès vendredi dernier par un courrier type du ministère de l'éducation nationale. [...]

Dans cette ambiance de «confiance et de respect», idéale pour éduquer des enfants, l'enseignante incriminée qui travaille à mi-temps dans l'école, a pris rendez-vous lundi avec un avocat. [...]

www.ladepeche.fr/article/2008/07/03/462620-Albi-L-eleve-a-choisi-une-photo-de-Sarkozy-pour-illustrer-la-mechancete.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Dim 6 Juil - 23:56



Sarkozy : «Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit»
www.liberation.fr/actualite/politiques/337175.FR.php

Infantile, le joyeux drille

PARIS - Au lendemain de la floraison de critiques du PS et de la pique de Nicolas Sarkozy sur les grèves dont plus "personne ne s'aperçoit", le porte-parole du Parti socialiste Julien Dray a dénoncé dimanche des "déclarations infantiles" tenue lors d'un conseil national de l'UMP à Paris qui "a visiblement tourné à la réunion de joyeux drilles".

"On peut comprendre que le jour, un samedi, et l'ambiance estivale du mois de juillet aient contribué à cette multiplication de comportements et de déclarations infantiles", note M. Dray dans un communiqué, jugeant que les "déclarations triomphantes" de M. Sarkozy sur les grèves donnent "toute la mesure de la manière dont il conçoit le dialogue social". Et d'avertir : "Qu'ils prennent garde, car comme on dit dans les cours de récréation : rira bien qui rira le dernier".

Pour le PCF, cette "provocation présidentielle" montre que "Nicolas Sarkozy est le président d'un camp contre l'autre, celui du patronat contre les salariés". "Cette nouvelle attaque contre les salariés ne fait que confirmer le manque total de crédibilité du discours présidentiel sur le progrès social", estime le Parti communiste dans un communiqué.

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080706/tfr-ump-conseil-ps-pcf-71c19f3.html

En 1976 déjà
http://storage.canalblog.com/29/57/108574/19412227.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mar 8 Juil - 16:32



Chasse aux sorcières : les ordinateurs du Centre des Hautes Etudes Militaires ont été auscultés

BLOG Secret Défense. La Direction de la protection et de la sécurité de la Défense cherche à savoir qui sont les officiers qui, en se cachant sous le pseudonyme de Surcouf , ont publié un texte dans le Figaro, pour critiquer le Livre blanc...

La fouille des disques durs a, semble-t-il, eu lieu après la fin de la session du CHEM, une fois que les officiers - tous colonels ou capitaines de vaisseau - avaient rendu l'ordinateur portable qui leur est prêté durant l'année. Le CHEM accueille chaque année une trentaine d'officiers pour les préparer à prendre les plus hautes responsabilités au sein des armées. La fouille de leurs ordinateurs témoigne du degré de confiance qu'on leur accorde désormais dans certains milieux de la République.

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/07/chasse-aux-sorc.html

Livre blanc sur la défense : une espérance déçue
Par le groupe «Surcouf»
18/06/2008
www.lefigaro.fr/debats/2008/06/19/01005-20080619ARTFIG00011-livre-blanc-sur-la-defense-une-esperance-decue.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mer 16 Juil - 14:11



FELLATION EN DIRECT DE VILLACOUBLAY

Vendredi 4 juillet, 16 heures. Alors qu’à l’Assemblée nationale les députés sont en train de restaurer la semaine de 48 heures, les télévisions s’agglutinent sur l’aéroport militaire de Villacoublay. « La porte de l’avion s’est ouverte et le président et Carla Bruni attendent Ingrid Betancourt sur le tarmac, dans quelques instants nous allons voir apparaître Ingrid Betancourt… Moment historique ! », feule la voix de France 3. On zappe sur BFM TV. « Là, vous voyez, Carla Bruni qui fait un petit pas en arrière pour laisser Nicolas Sarkozy en avant, elle est vraiment à ses côtés… Il y a beaucoup de… un silence assez assourdissant. » La journaliste lâche un petit rire idiot. « Nicolas Sarkozy qu’on découvre assez heureux, hein… Et puis là-voilà, ça y est ! On imagine tout de même un moment d’émotion pour le président de la République… » Blanche-Neige arrive au bas de la passerelle où l’attend son Simplet, qu’elle étreint fougueusement. La séquence bisous s’éternise, la police prend des notes. Trois jours plus tôt, le ministère de l’Intérieur a officialisé la création du fichier « Edvige », destiné à recenser toute personne « âgée de 13 ans ou plus » exerçant une fonction politique, syndicale, associative ou religieuse. Qui rédigera la fiche de l’ex-sénatrice colombienne ?

« Voilà, une embrassade… Ingrid Betancourt qui est descendue seule, sans sa famille… Qui doit encore être à bord de l’avion, évidemment. » À moins que la famille, évidemment, n’ait préféré sauter en parachute pour s’épargner tant d’émotion. « On voit beaucoup d’émotion entre Carla Bruni et Ingrid Betancourt… » Une semaine plus tôt, le Sénat a adopté un texte de loi contraignant les chômeurs à accepter n’importe quelle « offre raisonnable » d’emploi de merde. Après six ans de chômage dans la jungle, la Soubiroux planétaire va-t-elle devoir bosser comme serveuse sous peine de radiation ? Sa famille débarque à son tour. Tout le monde s’embrasse, le président, la top-modèle, la madonne, la mamie et la marmaille. « Très sobre comme cérémonie, il y a beaucoup d’émotion mais c’est très sobre », bourdonne la mouche de BFM. Retour sur France 3. « On voit Ingrid Betancourt et Nicolas Sarkozy s’approcher des journalistes, euh, tout ça je vous le disais dans une ambiance très chaleureuse, vous le voyez, tout le monde est tout sourire et tout ça dans une très grande simplicité… »

C’est l’heure en effet de la conférence de presse. Rictus carnivore posé sur sa « chère Ingrid », Sarkozy se pourlèche les dents. « Je voudrais d’abord vous dire que c’est toute la France qui est heureuse que vous soyez là, pi c’est toute la France qui est impressionnée par la façon dont vous revenez. » Les flashs crépitent. À quelques kilomètres du centre de rétention de Vincennes, réduit en cendres par les résultats chiffrés du ministère de l’Identité nationale, le chef de l’Etat exalte le « message d’espoir » incarné par la citoyenne d’honneur de Neuilly. « Ça veut dire à tous ceux qui souffrent dans le monde, qui sont privés de liberté, eh ben rien n’est inéluctable. » Dans sa cellule de l’unité psychiatrique de Fleury-Mérogis, où elle crève à petit feu dans l’attente de son extradition vers la justice berlusconienne, l’ex-brigadiste rouge Marina Petrella se sent revivre. « Ça sert de se battre. Y a pas de fatalité. Ingrid Betancourt, bienvenue, la France vous aime. »

L’intéressée sourit, larmoie et se recueille, image pieuse télémâchée offerte en libre exploitation aux crapules régnantes. « Je rêve depuis sept ans de vivre ce moment. C’est… c’est un moment très très émouvant pour moi. Respirer l’air de la France, être avec vous… » Puis se tourne vers Nicolas Sarkozy, lui prend la main et la lui serre avec passion. « Je vous dois tout, je vous dois tout… À la France, quand je prends le président Sarkozy dans ma main, que je l’embrasse, que je le regarde, je regarde cet homme extraordinaire qui a tant lutté pour moi… » La caméra zoome sur la main d’Ingrid Betancourt pétrissant la pogne du Poutine français. Jusqu’où ira-t-elle ? Par précaution, des millions de parents éloignent leurs enfants du poste. « Et je regarde aussi à travers lui toute la France, vous tous, vous tous qui avez partagé mon désespoir… Ce qu’il nous faut, c’est nous prendre par la main et profiter de ce bonheur incroyable qui est le nôtre. » Il ne faudra pas vingt-quatre heures à ce « bonheur incroyable » pour se muer en paix sociale sonnante et trébuchante. « Désormais, quand il y a une grève, personne ne s’en aperçoit ! », tonnera l’idole d’Ingrid devant les troupes en délire de l’UMP. A peine rempli, le tronc de l’église a déjà été pillé.

Article publié dans CQFD n°58, juillet 2008
http://cequilfautdetruire.org/spip.php?article1751
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Jeu 17 Juil - 23:35



Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française

(Extraits)

Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays. Ils espéraient une rupture avec des années d'immobilisme et des idéologies surannées. Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française. Ils ont été stupéfiés par cet « hyper-président », se saisissant chaque jour d'un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu'à créer une complète confusion.

Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l'ampleur des dégâts et leur naïveté. Ils refusent d'autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu'ils auraient dû s'en rendre compte depuis longtemps.

Secrets de famille

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les services secrets états-uniens s'appuient sur le parrain italo-US Lucky Luciano pour contrôler la sécurité des ports américains et pour préparer le débarquement allié en Sicile. Les contacts de Luciano avec les services US passent notamment par Frank Wisner Sr. puis, lorsque le « parrain » est libéré et s'exile en Italie, par son « ambassadeur » corse, Étienne Léandri.

En 1958, les États-Unis, inquiets d'une possible victoire du FLN en Algérie qui ouvrirait l'Afrique du Nord à l'influence soviétique, décident de susciter un coup d'État militaire en France. L'opération est organisée conjointement par la Direction de la planification de la CIA -théoriquement dirigée par Frank Wisner Sr.- et par l'OTAN.

Or, Charles De Gaulle n'est pas le pion que les Anglo-Saxons croient pouvoir manipuler. La CIA et l'OTAN soutiennent alors toutes sortes de complots pour l'éliminer, dont un putsch manqué et une quarantaine de tentatives d'assassinat. Autour de Charles Pasqua [se crée] le SAC, une milice pour le protéger.

Pasqua est à la fois un truand corse et un ancien résistant. Il a épousé la fille d'un bootlegger canadien qui fit fortune durant la prohibition. Il dirige la société Ricard qui, après avoir commercialisé de l'absinthe, un alcool prohibé, se respectabilise en vendant de l'anisette. Cependant, la société continue à servir de couverture pour toutes sortes de trafics en relation avec la famille italo-new-yorkaise des Genovese, celle de Lucky Luciano. Il n'est donc pas étonnant que Pasqua fasse appel à Étienne Léandri (« l'ambassadeur » de Luciano) pour recruter des gros bras et constituer la milice gaulliste. Un troisième homme joue un grand rôle dans la formation du SAC, l'ancien garde du corps de De Gaulle, Achille Peretti -un Corse lui aussi-.

De Gaulle consolide la puissance de la France en la dotant d'un complexe militaro-industriel incluant la force de dissuasion nucléaire, et en garantissant son approvisionnement énergétique. Il éloigne utilement les encombrants Corses de son entourage en leur confiant des missions à étranger. Ainsi Étienne Léandri devient-il le trader du groupe Elf (aujourd'hui Total), tandis que Charles Pasqua devient l'homme de confiance des chefs d'États d'Afrique francophone.

Georges Pompidou [ex-fondé de pouvoir de la Banque Rothschild] lui succède brièvement à la présidence avant d'être emporté par un cancer. Les gaullistes historiques n'admettent pas son leadership et s'inquiètent de son tropisme anglophile. Ils hurlent à la trahison lorsque Pompidou, secondé par le secrétaire général de l'Élysée Edouard Balladur, fait entrer « la perfide Albion » dans le Marché commun européen.

La fabrication de Nicolas Sarkozy

Ce décor étant planté, revenons-en à notre personnage principal, Nicolas Sarkozy. Né en 1955, il est le fils d'un noble hongrois, Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa, réfugié en France après avoir fui l'Armée rouge, et d'Andrée Mallah, une juive originaire de Thessallonique. Après avoir eu trois enfants (Guillaume, Nicolas et François), le couple divorce. Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa se remarie avec une aristocrate, Christine de Ganay, dont il aura deux enfants (Pierre-Olivier et Caroline). Nicolas ne sera pas élevé par ses seuls parents, mais balloté dans cette famille recomposée.

Sa mère est devenue la secrétaire d'Achille Peretti. Malheureusement, en 1972, Achille Peretti est gravement mis en cause. Aux États-Unis, le magazine Time révèle l'existence d'une organisation criminelle secrète, « l'Union corse », qui contrôlerait une grande partie du trafic de stupéfiants entre l'Europe et l'Amérique, la fameuse « French connexion » qu' Hollywwod devait porter à l'écran. S'appuyant sur des auditions parlementaires et sur ses propres investigations, Time cite le nom d'un chef mafieux, Jean Venturi, arrêté quelques années plus tôt au Canada, et qui n'est autre que le délégué commercial de Charles Pasqua pour la société d'alcool Ricard.

En 1977, Pal Sarközy se sépare de sa seconde épouse, Christine de Ganay, laquelle [épouse] le n°2 de l'administration centrale du département d'État des États-Unis. Frank Wisner Jr., fils du précédent. Les fonctions de Junior à la CIA ne sont pas connues, mais il clair qu'il y joue un rôle important. Nicolas, qui reste proche de sa belle-mère, de son demi-frère et de sa demi-sœur, commence à se tourner vers les États-Unis où il « bénéficie » des programmes de formation du département d'État.

En 1982, Nicolas Sarkozy, ayant terminé ses études de droit et s'étant inscrit au barreau, épouse la nièce d'Achille Peretti. Son témoin de mariage est Charles Pasqua. L'année suivante, il est élu maire de Neuilly-sur-Seine en remplacement de son bel-oncle, Achille Peretti, terrassé par une crise cardiaque. dès 1984, il poursuit une liaison cachée avec Cécilia, [alors épouse de] Jacques Martin.

Nicolas est le témoin de mariage, en 1992, de la fille de Jacques Chirac, Claude, avec un éditorialiste du Figaro. Il ne peut s'empêcher de séduire Claude et de mener une brève relation avec elle, tandis qu'il vit officiellement avec Cécilia. Le mari trompé se suicide en absorbant des drogues. La rupture est brutale et sans retour entre les Chirac et Nicolas Sarkozy.

1993. Malgré son passé sulfureux, Charles Pasqua devient ministre de l'Intérieur. S'il conserve la haute main sur la majiruana marocaine, il profite de sa situation pour légaliser ses autres activités en prenant le contrôle des casinos, jeux et courses en Afrique francophone. Il tisse aussi des liens en Arabie saoudite et en Israël et devient officier d'honneur du Mossad. Nicolas Sarkozy, quant à lui, est ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.

À Washington, Frank Wisner Jr. a pris la succession de Paul Wolfowitz comme responsable de la planification politique au département de la Défense. Personne ne remarque les liens qui l'unissent au porte-parole du gouvernement français.

C'est alors que reprend au sein du parti gaulliste la tension que l'on avait connue trente ans plus tôt entre les gaullistes historiques et la droite financière, incarnée par Balladur. La nouveauté, c'est que Charles Pasqua et avec lui le jeune Nicolas Sarkozy trahissent Jacques Chirac pour se rapprocher du courant Rothschild. Surtout, suivant les instructions de Londres et de Washington, le gouvernement Balladur ouvre les négociations d'adhésion à l'Union européenne et à l'OTAN des États d'Europe centrale et orientale, affranchis de la tutelle soviétique.

Dernier acte

Bien avant la crise irakienne, Frank Wisner Jr. et ses collègues de la CIA planifient la destruction du courant gaulliste et la montée en puissance de Nicolas Sarkozy. Ils agissent en trois temps : d'abord l'élimination de la direction du parti gaulliste et la prise de contrôle de cet appareil, puis l'élimination du principal rival de droite et l'investiture du parti gaulliste à l'élection présidentielle, enfin l'élimination de tout challenger sérieux à gauche de manière à être certain d'emporter l'élection présidentielle.

[Affaire] Clearstream. Sarkozy, diffamé, sous-entend que son rival de droite à l'élection présidentielle, le Premier ministre Dominique de Villepin, a organisé cette machination. En réalité, les faux listings ont été mis en circulation par des membres de la Foundation franco-américaine, dont John Negroponte était président et dont Frank Wisner Jr. est administrateur. Ce que les juges ignorent et que nous révélons ici, c'est que les listings ont été fabriqués à Londres par une officine commune de la CIA et du MI6, Hakluyt & Co, dont Frank Wisner Jr. est également administrateur. Villepin se défend de ce dont on l'accuse, mais il est mis en examen, assigné à résidence et, de facto, écarté provisoirement de la vie politique. La voie est libre à droite pour Nicolas Sarkozy.

[Elu] Nicolas Sarkozy s'appuie avant tout sur quatre hommes : Claude Guéant, secrétaire général du palais de l'Élysée. C'est l'ancien bras droit de Charles Pasqua. François Pérol, secrétaire général adjoint de l'Élysée. C'est un associé-gérant de la Banque Rothschild. Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique. Fils de l'ancien directeur de l'Agence juive. Ambassadeur de France à l'ONU, il fut relevé de ses fonctions par Chirac qui le jugeait trop proche de George Bush. Alain Bauer, l'homme de l'ombre. Son nom n'apparaît pas dans les annuaires. Il est chargé des services de renseignement. Petit-fils du Grand rabbin de Lyon, ancien Grand-Maître du Grand Orient de France (la principale obédience maçonnique française) et ancien n°2 de la National Security Agency états-unienne en Europe.

Frank Wisner Jr., qui a été nommé entre temps envoyé spécial du président Bush pour l'indépendance du Kosovo, insiste pour que Bernard Kouchner soit nommé ministre des Affaires étrangères avec une double mission prioritaire : l'indépendance du Kosovo et la liquidation de la politique arabe de la France.

Sous le contrôle du frère cadet du président Hamid Karzaï, l'Afghanistan est devenu le premier producteur mondial de pavot. Le suc est transformé sur place en héroïne et transporté par l'US Air Force à Camp Bondsteed (Kosovo). Là, la drogue est prise en charge par les hommes d'Haçim Thaçi qui l'écoulent principalement en Europe et accessoirement aux États-Unis. Les bénéfices sont utilisés pour financer les opérations illégales de la CIA.

Pour complèter son gouvernement, Nicolas Sarkozy nomme Christine Lagarde, ministre de l'Économie et des Finances. Elle a fait toute sa carrière aux États-Unis où elle a dirigé le prestigieux cabinet de juristes Baker & McKenzie.
Au sein du Center for International & Strategic Studies de Dick Cheney, elle a co-présidé avec Zbigniew Brzezinski un groupe de travail qui a supervisé les privatisations en Pologne. Elle a organisé un intense lobying pour le compte de Lockheed Martin contre l'avionneur français Dassault.

La réussite de Nicolas rejaillit sur son demi-frère Pierre-Olivier. Sous le nom américanisé « d'Oliver », il est nommé par Frank Carlucci (qui fut le n°2 de la CIA après avoir été recruté par Frank Wisner Sr.) directeur d'un nouveau fonds de placement du Carlyle Group (la société commune de gestion de portefeuille des Bush et des Ben Laden). Devenu le 5e noueur de deals dans le monde, il gère les principaux avoirs des fonds souverains du Koweit et de Singapour.

La côte de popularité du président est en chute libre dans les sondages. L'un de ses conseillers en communication, Jacques Séguéla, préconise de détourner l'attention du public avec de nouvelles « people stories ». L'annonce du divorce avec Cécilia est publiée par Libération, le journal de son ami Edouard de Rothschild, pour couvrir les slogans des manifestants un jour de grève générale.

Plus fort encore, le communiquant organise une rencontre avec l'artiste et ex-mannequin, Carla Bruni. Quelques jours plus tard, sa liaison avec le président est officialisée et le battage médiatique couvre à nouveau les critiques politiques. Quelques semaines encore et c'est le troisième mariage de Nicolas. Cette fois, il choisit comme témoins Mathilde Agostinelli (l'épouse de Robert [qui lui a offert ses vacances à Wolfenboroo]) et Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d'Edouard Balladur devenu associé-gérant chez Rothschild.

Quand les François auront-ils des yeux pour voir à qui ils ont à faire ?

Thierry Meyssan
le jeudi 10 juillet 2008
http://operationsarkozy.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Jeu 21 Aoû - 18:20



AFGHANISTAN
Des soldats français pourraient avoir été victimes de "tirs amis"

Parmi les 10 soldats français tués et les 21 blessés lundi dans une embuscade des talibans, certains pourraient avoir été victimes de frappes aériennes de l'Otan censées les aider à se dégager. "Nous devons examiner ces informations", affirme un haut responsable de l'Otan.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20080820.OBS8076/des_soldats_francais_pourraient_avoir_ete_victimes_de_t.html


Sarkozy candidat : "Il faut partir d'Afghanistan", Sarkozy Président : "Il faut continuer le travail"
www.liberation.fr/actualite/monde/346464.FR.php


AFGHANISTAN : pourquoi le président SARKOZY ne peut-il pas prononcer le mot 'GUERRE' ?

C'est troublant de la part d'un homme adepte du franc-parler-vrai.

Encore vendredi 25 juillet à l'occasion de la visite de Barack Obama, le président Sarkozy a, selon l'AFP, déclaré :
"(...) il se joue là-bas une PARTIE extrêmement importante."

Alors que B. Obama déclarait, à l'instar de tous les dirigeants américains : l'Afghanistan "est une GUERRE que nous devons gagner."

Les mots sont importants ; pourquoi cette pudeur de la part du président Sarkozy, lui qui nous a assez montré depuis mai 2007 qu'il en est presque totalement dépourvu ?

Donc, président : l'Afghanistan, c'est une guerre oui ou non ?

www.lepost.fr/article/2008/07/26/1230844_afghanistan-pourquoi-le-president-sarkozyne-peut-il-pas-prononcer-le-mot-guerre.html

Les Français, cibles de choix pour les talibans
Merci Sarkozy !

www.plumedepresse.com/spip.php?article954
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Sam 23 Aoû - 6:24

Légion d'honneur pour Nicole Choubrac, la magistrate qui a prononcé le divorce Cécilia - Nicolas Sarkozy

Selon Le Parisien, "Nicolas Sarkozy a manifestement apprécié le professionnalisme de cette femme affable. Mais aussi sa discrétion, à l'époque où tous les médias guettaient un acte officiel de séparation du couple".

www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/07/15/01011-20080715FILWWW00321-divorce-sarkozy-la-juge-recoit-la-legion.php
http://sarko-verdose.bbactif.com/coin-de-zinc-pour-brimborions-et-billevesees-f6/legion-d-honneur-pour-la-juge-du-divorce-sarkozy-t111.htm#647




Photo tirée de l’édition papier du Figaro du 21 août 2008 © Le Figaro

Le Figaro a adroitement coupé une photo de Nicolas Sarkozy, qui avait été shooté en flagrant délit de laisser-aller, les mains dans les poches en face d’un soldat pleurant ses camarades tués en Afghanistan. À chaque année, suffit sa peine : l’année passée, Paris Match avait fait disparaître ses poignées d’amour, au tour du Figaro de lui apprendre la politesse ?

www.bakchich.info/article4792.html

Sarkozy pouffe devant les cercueils des militaires à Kaboul

«Si c'était à refaire, je le referais. Pas la patrouille ! Pas le même enchaînement des événements !», dit le Président avec un petit rire. A Kaboul mercredi, militaires français et officiels étaient réunis pour rendre hommage aux soldats tués dans une embuscade talibane lundi. Le Président assume peut-être, mais ce petit gloussement était du plus mauvais effet, comme l'explique notamment @rrêt sur images.

[Vidéo]
22 Août 2008
www.marianne2.fr/Sarkozy-pouffe-devant-les-cercueils-des-militaires-a-Kaboul_a90445.html?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Mer 27 Aoû - 22:54



[VIDEOS] Entartage verbal du tsarkozy par Jean-François Probst bom

"Jean-François Probst en sait lourd sur la politique française pour avoir conseillé Jacques Chirac, Charles Pasqua, Alain Juppé ou Jean Tibéri", et "professe une leçon magistrale sur ce qu’a apporté un an de sarkozysme au génie français et à l’histoire universelle des idées."

« La carlitamania : ce qui restera de Sarkozy dans l’histoire des idées »
www.bakchich.info/article4384.html


Pourquoi Sarkozy est allé voir le pape avec un pétomane
www.bakchich.info/article4344.html

D'autres vidéos réalisées par Michel Despratx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5994
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   Jeu 28 Aoû - 5:55

Définitivement hors limites...

Nicolas Sarkozy a osé s'immiscer dans le débat du tout-à-l'égoût.

Quand Sarkozy s'invite à la réunion des copropriétaires

«Il a dit qu'il fallait préserver la Méditerranée», rapporte l'un. «Il en a surtout profité pour nous rappeler que la mairie et la préfecture nous ont ordonné de faire le raccordement, et qu'on avait beau engager des procédures pour gagner quinze ans, il faudrait qu'on y vienne de toute façon», poursuit une voix hostile au projet.

«Le président de la République n'a pas à prendre parti dans une réunion de copropriétaires. S'il commence à s'occuper des petites affaires de tous les caps de France, il n'a pas fini», ajoute cet homme.

Son message transmis, Nicolas Sarkozy est reparti comme il est arrivé, une demi-heure plus tard, au bras de sa belle-mère, qui n'a pas dit un mot, laissant les propriétaires du Cap Nègre poursuivre leur assemblée générale.

www.leparisien.fr/politique/quand-sarkozy-s-invite-a-la-reunion-des-coproprietaires-26-08-2008-174498.php



Rupture dans le sens de l'humour
www.dailymotion.com/video/x6k760_sarkozy-un-drole-de-president_fun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mémoires d'un âne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mémoires d'un âne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Oeuvres complètes de Marie Ravenel. Poésie et mémoires.
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» Paroles de femmes :
» The wall of Shame
» étudiante puéricultrice recherche témoignages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: