sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fernando Lugo - l'Amérique latine

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Sam 19 Aoû - 18:57



Venezuela : une autre vision de la crise

Invité de TV5Monde le 17 août 2017, Maurice Lemoine, ex-rédacteur en chef du Monde Diplomatique, spécialiste de l'Amérique Latine, livre son analyse de la crise au Venezuela.
https://www.youtube.com/watch?v=cCdTWc0jI4g  cyclops

http://information.tv5monde.com/info/venezuela-une-autre-vision-de-la-crise-avec-le-journaliste-maurice-lemoine-186736
http://wp.me/p2ahp2-3f8


La Radio Télévision Suisse (RTS) lui a donné la parole le 7 juillet dernier.
https://www.youtube.com/watch?v=IsELdQ85EJ0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Lun 28 Aoû - 1:20


Le chef suprême des Farc, Rodrigo Londoño, le 27 août 2017

Colombie : les Farc en congrès, des combats armés à la lutte politique

Bogota. Les Farc ont franchi le pas vers la politique sans armes, en ouvrant dimanche 27 août un congrès chargé de définir la ligne du parti dans lequel doit se convertir la plus ancienne guérilla des Amériques, après avoir signé la paix en novembre.

"Les Farc se transforment en une nouvelle organisation exclusivement politique, qui exercera son activité par des moyens légaux", a lancé leur chef suprême, Rodrigo Londoño, devant 1.200 délégués venus des anciens fiefs de la rébellion, qui a fini de déposer les armes le 15 août.

"Nous continuerons à lutter pour un régime démocratique qui garantisse la paix dans la justice sociale", a-t-il ajouté sous les applaudissements de ses troupes, réunies pour la première fois publiquement dans Bogota. [...]

Mais l'optimisme n'est pas général : "Nous avons peur (...) que nos leaders soient assassinés", a ajouté Efren Romaña, 53 ans dont 30 de guérilla, en référence aux meurtres d'ex-Farc répertoriés depuis l'accord de paix.

27 août 2017
http://www.corsematin.com/article/france-monde/colombie-les-farc-en-congres-des-combats-armes-a-la-lutte-politique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Mar 29 Aoû - 1:55



Avec l’aide d’une campagne mondiale de diabolisation de Nicolas Maduro...
Préparation d’une opération militaire contre le Venezuela en novembre 2017

Une opération militaire à partir de la frontière brésilo-vénézuélienne, menée conjointement par les USA, le Brésil, la Colombie et le Pérou est en cours de préparation.

Le site d’information progressiste Brasil 247 vient de révéler, en reprenant une information du site Aporrea.org du journaliste vénézuélien Manuel José Montanez, que des troupes militaires des Etats-Unis d’Amérique, ainsi que celles du Brésil, de la Colombie et du Pérou, participeront pendant dix jours à des actions militaires sur la triple frontière amazonienne de ces trois pays probablement en novembre 2017.

22 août 2017
https://www.legrandsoir.info/preparation-d-une-operation-militaire-contre-le-venezuela-en-novembre-2017.html


Dépêche de l'AFP reprise par les principaux médias français (Le Monde, Le Parisien, Paris Match, Sud Ouest, Le Petit Journal...) et étrangers (africanewshub.com, Rtbf, Rts.ch, tdg.ch...)
Le Venezuela déploie chars et militaires face à la "menace" américaine

Le coup d'envoi de ces manoeuvres baptisées "Souveraineté bolivarienne 2017" a été donné samedi par le chef de l'Etat vénézuélien Nicolas Maduro et son ministre de la Défense Vladimir Padrino Lopez. Au cours du week-end, 200.000 soldats et 700.000 miliciens, réservistes et civils armés devraient montrer leur force.

Donald Trump a signé un décret interdisant d'acheter de nouvelles obligations émises par le gouvernement du Venezuela ou par la compagnie pétrolière nationale PDVSA.
Riche en ressources pétrolières mais pauvre en liquidités, le pays, dont la dette est estimée à plus de 100 milliards de dollars, redoute le spectre d'un défaut de paiement.

M. Maduro a convoqué vendredi 25 août pour une réunion urgente les entreprises américaines qui achètent du pétrole au Venezuela afin d'analyser les sanctions imposées à Caracas. Le pays sud-américain vend en effet aux Etats-Unis 800.000 des 1,9 million de barils de sa production quotidienne. [Suit l'habituelle propagande pro-USA]

https://www.clicanoo.re/AFP/Article/2017/08/27/Le-Venezuela-deploie-chars-et-militaires-face-la-menace-americaine_487195
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Mer 6 Sep - 13:59



Le chef du Parlement vénézuélien en Europe pour des entretiens
Opposant au président élu, Borges vient rencontrer Macron, Merkel, Rajoy et May.

Julio Borges, président du Parlement vénézuélien et opposant au président Nicolas Maduro, se trouve en Europe pour des rencontres avec quatre chefs d'Etat et de gouvernement, ont annoncé ses services dimanche 3 septembre.
https://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-chef-du-parlement-venezuelien-en-europe-pour-des-entretiens?id=9699503

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/09/04/25001-20170904ARTFIG00194-macron-recoit-des-figures-de-l-opposition-venezuelienne.php


Mensonges médiatiques contre France insoumise, partie I :
« Maduro a fermé 49 médias »


Grèce, Espagne, France… les pouvoirs financier et médiatique usent fébrilement du repoussoir de la « dictature-au-Venezuela » pour attaquer les résistants au libéralisme (1).

Les grands groupes et leurs journalistes ne sont élus par personne mais utilisent leur pouvoir de facto pour discréditer des mouvements ou des députés sortis des urnes. Face à ces voies de fait contre le choix des électeurs, de jeunes militants ont commencé à étudier de près la réalité vénézuélienne et ont découvert le talon d’Achille du discours journalistique : sa coupure du réel, qui le réduit à recopier la propagande des médias privés majoritaires dans la nation sud-américaine.

https://www.legrandsoir.info/mensonges-mediatiques-contre-france-insoumise-partie-i-maduro-a-ferme-49-medias.html

Venezuela ! Venezuela !
'En ce moment dans les médias, chaque fois qu'un insoumis a la parole, la conversation finit inlassablement par venir sur le sujet du Venezuela. A tout propos, quel que soit le thème de l'émission, il faut en passer par Maduro et par les cendres de Chavez. S'il faut parler du Venezuela, voici quelques questions qui se posent... mais qu'on ne nous pose pas toujours ! ...'
http://melenchon.fr/2017/08/30/venezuela-venezuela/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Jeu 7 Sep - 6:34



VENEZUELA : Un vote contre la violence

L’ancien ambassadeur suisse à Caracas Walter Suter défend la Constituante convoquée par Nicolas Maduro et conteste les accusations de dictature évoquées dans de nombreux médias occidentaux.

[...] À plusieurs reprises, le gouvernement a tenté de mettre sur pied un dialogue constructif avec l’opposition, avec le soutien notamment du Vatican ou de l’ancien président espagnol José Luis Rodríguez Zapatero. Mais les partis de droite ont toujours fini par se retirer. Dans une telle situation, le choix de recourir récemment à une Assemblée constituante est pour lui justifié : « Elle donne au peuple la possibilité de faire un état des lieux, de redéfinir fondamentalement le vivre ensemble et dans quelle direction l’État doit se développer. »
Cet instrument est prévu par la Constitution de 1999, qui a été adoptée par 70% des votants. L’assemblée peut être convoquée par le président du pays avec le Conseil des ministres, par deux tiers des députés du Parlement ou par un cinquième des personnes ayant le droit de vote. Une fois élue, elle se situe au-dessus des autres pouvoirs. [...]

1er septembre 2017
https://www.legrandsoir.info/venezuela-un-vote-contre-la-violence.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Sam 7 Oct - 16:28



Fidel Castro et Che Guevara, deux révolutionnaires qui ont marqué l’histoire

En 1955, Fidel Castro et Ernesto Che Guevara se rencontraient en exil au Mexique. De cette rencontre naquit une forte amitié et, surtout, une puissante alliance d’inspiration marxiste-léniniste qui a considérablement marqué l’histoire politique du XXe siècle.

[...] Guevara a le sentiment que son action au sein du gouvernement de Fidel a atteint ses limites et il préfère reprendre la route, non sans garder des liens étroits avec le dirigeant cubain.

Le Che s’engage alors sur différents fronts, mène différentes guérillas : au Congo, au Mozambique et en Bolivie. Toutes se révèlent de cuisants échecs et il trouvera la mort lors de cette dernière, abattu par l’armée bolivienne avec l’aide de la CIA.

Après la mort du Che, Fidel Castro contribuera énormément à faire définitivement passer la figure du rebelle communiste à la postérité. De nombreuses écoles sont baptisées à la gloire du «Commandante», tandis que l’impact de son image sur l’ensemble du continent latino-américain l’a élevé au rang d’icône.

Même après la mort de son complice révolutionnaire, Fidel continue de soutenir les révolutions sur le continent latino-américain, soit sur la sphère des relations internationales, soit directement par l’aide militaire.

Figure de proue de la gauche radicale latino-américaine, le «commandant en chef» n’a jamais cessé de s’opposer au géant américain tandis que, depuis le début des années 2000 et son retrait progressif de la vie politique et internationale, d’autres leaders latino-américains de gauche radicale ont porté son héritage : Hugo Chavez au Venezuela, Evo Morales en Bolivie ou encore Rafael Correa en Équateur.
[...]

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20161127_00921197/fidel-castro-et-che-guevara-deux-revolutionnaires-qui-ont-marque-l-histoire



Che Guevara, naissance d’un mythe, de Tancrède Ramonet sera diffusé le 8 octobre à 22h40 sur France 5.

'Le documentaire – qui fait intervenir de nombreux spécialistes – commence en 1956, quand le jeune médecin argentin débarque avec Fidel Castro à Cuba pour fomenter l’insurrection contre la dictature de Fulgencio Batista. Et le suit pendant ses derniers pas, quand Ernesto Guevara de la Serna se métamorphose en "Che" - surnom dû à son accent argentin - en construisant sa propre légende. Grâce aux images d’archive (la révolution cubaine est la première à avoir été intégralement filmée), on découvre une autre facette du "guérillero héroïque" : celle d’un stratège et d’un intellectuel qui ne s’en laisse pas compter par les théories préconçues.'
http://dai.ly/x61l9yf  cyclops
http://www.lesinrocks.com/2017/10/04/medias/comment-ernesto-guevara-est-devenu-le-che-11993190/

'Quasiment aucun journal n’évoque l’excellent documentaire de Tancrède Ramonet, ce soir, sur la 5. Tancrède porte le nom de son père, et sent le « rouge et noir ».'
'Le capitalisme est l’état naturel de la société... Point à la ligne. Escrocs !'
https://www.legrandsoir.info/un-peu-de-respect-bordel-de-merde.html

'Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi féroce entre les classes dominantes et les « changeurs » de monde.'
https://www.legrandsoir.info/vive-le-che-32139.html

Che Guevara est mort le 9 octobre 1967 à l'âge de 39 ans.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Che_Guevara

Archive : Fidel Castro et Che Guevara débarquent à Cuba (1956)
http://musique.rfi.fr/emission/info/couleurs-tropicales/20151202-archive-fidel-castro-et-che-guevara-debarquent-cuba-1956-et-invites-stan-tohon-et-nash
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Ven 20 Oct - 18:05



Élections régionales au Venezuela : large victoire du chavisme et… nouvelle défaite de la droite et des médias

Ce dimanche 15 octobre, plus de 18 millions de Vénézuéliens étaient invités à élire les 23 gouverneurs de 23 États parmi 226 candidats de droite ou bolivariens (= chavistes) – sauf à Caracas qui n’est pas un État. À cet effet le Centre National Électoral avait installé dans tout le pays 13.559 centres de vote et 30.274 tables électorales. Le taux de participation a été de 61,4 %, un taux très élevé pour un scrutin régional.

Les bolivariens remportent une large victoire avec 17 États contre 5 pour l’opposition. Celle-ci gagne notamment dans les États stratégiques de Mérida, Táchira, Zulia, proches de la Colombie, foyers de violence paramilitaire. Les bolivariens récupèrent trois États historiquement gouvernés par la droite : les États d’Amazonas, de Lara et – victoire hautement symbolique – celle du jeune candidat chaviste Hector Rodriguez dans l’État de Miranda, longtemps gouverné par le milliardaire et ex-candidat à la présidentielle Henrique Capriles Radonsky.



Ces résultats qui donnent au chavisme 54 % des votes nationaux contre 45 % à la droite sont d’autant plus intéressants que ces élections ont lieu dans un contexte difficile. Il y a deux mois et demi encore, une insurrection armée dirigée par l’extrême droite cherchait à renverser le gouvernement élu, avec un bilan de près de 200 morts (2). [...]

On comprend le silence des médias internationaux sur ce scrutin qui contredit, une fois de plus, le plus grand fake news de l’histoire contemporaine : « la dictature au Venezuela ». Les urnes répondent aux « journalistes » qu’il ne faut jamais oublier l’existence d’un peuple, et encore moins sous-estimer sa conscience.

Thierry Deronne
Caracas, le 15 octobre 2017
https://www.legrandsoir.info/elections-regionales-au-venezuela-large-victoire-du-chavisme-et-nouvelle-defaite-de-la-droite-et-des-medias.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Mer 15 Nov - 17:43


Les USA ont de précieux alliés !

Venezuela : l'agence Fitch abaisse la note de la dette à "C", proche de la faillite
http://www.lalibre.be/economie/conjoncture/venezuela-l-agence-fitch-abaisse-la-note-de-la-dette-a-c-proche-de-la-faillite-59fce518cd70fa5a060eebd3

Standard and Poor's abaisse à son tour la notation du Venezuela
http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/standard-and-poor-s-abaisse-a-son-tour-la-notation-du-venezuela-59fd21a0cd70fa5a060fba2b

L'Union européenne attaque le Venezuela
L'Union européenne a décidé lundi 13 novembre d'imposer une série de sanctions contre le Venezuela, qui possède les plus grandes réserves pétrolières du monde

Selon l'agence américaine « Associated Press », les sanctions comprennent « un embargo sur les armes et les matériaux connexes susceptibles d'être utilisés à des fins de répression interne » et la mise en place d’un « cadre juridique concernant l'interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et le gel des avoirs d’un certain nombre de responsable vénézuéliens », en vue d’augmenter la pression sur le président Nicolas Maduro.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont annoncé les mesures à l’issue de discussions tenues lundi à Bruxelles, en Belgique.

Dans un communiqué conjoint, les chefs de diplomatie des Vingt-Huit ont expliqué que « ces mesures pourraient être annulées en fonction de la réponse de Maduro aux revendications d'une plus grande démocratie dans le pays ».

Jeudi dernier, les Etats-Unis ont imposé des sanctions financières à 10 officiels vénézuéliens actuels et anciens sur des allégations de corruption et d'abus de pouvoir liés à la récente campagne de Maduro contre l'opposition.

Washington a accusé le président vénézuélien, Nicolas Maduro, en juillet dernier d’œuvrer à « imposer un régime autoritaire au peuple du Venezuela » et l’a sanctionné, en gelant tous ses actifs aux États-Unis, et en interdisant aux citoyens américains de faire des affaires avec lui.

L’opposition vénézuélienne attribue à Maduro, qui a pris le pouvoir en 2013, la responsabilité de la détérioration des conditions économiques et politiques, ce que nient les autorités.

Maduro accuse l’agence de renseignement américaine CIA d'implication dans un complot visant à le renverser
http://aa.com.tr/fr/politique/lunion-europ%C3%A9enne-sanctionne-le-venezuela-/964279
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Sam 25 Nov - 22:29



Disparu il y a un an, le Cubain Fidel Castro fut aussi un héros africain

À l’occasion du premier anniversaire de la disparition de Fidel Castro qui fut l’artisan de la politique d’« exportation de la révolution » du régime castriste, Piero Gleijeses, professeur à l’université John Hopkins (États-Unis), explique les tenants et aboutissants de cette coopération aux visées à la fois idéalistes et pragmatiques.

[...] les Cubains craignaient de provoquer la colère des États-Unis en marchant sur les plates-bandes des États-Unis en Amérique latine. Celle-ci est la chasse gardée des Américains. Cela dit, la priorité des Cubains, du point de vue de leurs intérêts stratégiques, était toujours leurs voisins latino-américains, sauf que leur capacité d’agir seul dans cette partie du monde était nulle, compte tenu de la proximité des États-Unis. Ils se sont donc tournés vers l’Afrique [...]

Conflicting missions : Havana, Washington and Africa, 1959-1976 (University of North Carolina Press, 2002, 552 pages) et Visions of Freedom: Havana, Washington, Pretoria, and the Struggle for Southern Africa, 1976-1991 (University of North Carolina Press, 2013, 665 pages), par Piero Gleijeses.
http://www.rfi.fr/afrique/20171125-fidel-castro-heros-africain-cuba-angola-apartheid-commemorations-disparition

En combattant l’apartheid, Cuba a défendu « la plus belle cause de l’humanité »
https://www.legrandsoir.info/en-combattant-l-apartheid-cuba-a-defendu-la-plus-belle-cause-de-l-humanite.html

Des hommages à Fidel Castro sont rendus un peu partout dans le monde
Des hommages à Fidel Castro, leader historique de la Révolution cubaine, sont rendus un peu partout dans le monde à l'occasion, le samedi 25 novembre, du premier anniversaire de sa disparition physique.
http://www.caraibcreolenews.com/index.php/caraibes/cuba/item/11847-cuba-des-hommages-a-fidel-castro-sont-rendus-un-peu-partout-dans-le-monde
https://oglobo.globo.com/mundo/cuba-recorda-um-ano-da-morte-do-ex-presidente-fidel-castro-22114247


Un mode d'ordre a été donné à la niche pour relater l'anniversaire de Fidel Castro : un hommage "discret" pour Le Monde, un hommage "sobre" pour BFMTV, Cuba veut célébrer "sobrement" pour Le Point,  le souvenir de Fidel Castro "s'efface" même pour Le Figaro...

Un document de la CIA sur la mort de John Fitzgerald Kennedy a révélé comment la CIA a tenté à plusieurs reprises d'assassiner Fidel Castro.
http://lecourrier-du-soir.com/2017/10/27/assassinat-de-kennedy-voici-comment-la-cia-a-tente-de-tuer-fidel-castro-dans-les-annees-60/

2017 : le blocus de Cuba c’est 822 milliards de dollars de pertes pour le peuple cubain !
https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/2017-blocus-de-cuba-cest-822-milliards-de-dollars-de-pertes-peuple-cubain/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Mar 28 Nov - 23:54



Pepe Mujica
Le président et la motte de terre

Documentaire d'Heidi Specogna (2014)

Président de l'Uruguay de 2010 à 2015, José Alberto Mujica Cordano, né le 20 mai 1935, a conquis la planète par un mélange de charisme et d'humilité, d'engagement viscéral et d'austérité exemplaire. Une rencontre au long cours avec l'atypique ex-président uruguayen Pepe Mujica (de 2010 à 2015), dont l'humanisme jovial ravit autant qu'il bouleverse. [...]

https://uptostream.com/kxe2htcgpp8j  cyclops
http://9docu.com/regarder-et-telecharger-le-documentaire-pepe-mujica-le-president-et-la-motte-de-terre-gratuitement/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Mujica


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Jeu 30 Nov - 0:34



Nicolas Maduro se dit prêt à cesser de vendre du pétrole aux Etats-Unis

Le président vénézuélien s'est déclaré prêt, mardi 28 novembre, à cesser de vendre du pétrole aux Etats-Unis, en pleine tension avec ce pays auquel le Venezuela livre quelque 750.000 barils par jour.

Caracas accuse Washington de « persécuter » financièrement le Venezuela, auquel le président américain Donald Trump a imposé des sanctions économiques à la fin du mois d’août.

« Le jour où ils ne veulent plus qu’on leur vende notre pétrole, on prend notre truc et (…) on vend tout notre pétrole en Asie, pas de problème », a affirmé M. Maduro à la prise de fonction du général Manuel Quevedo à la tête du groupe pétrolier public PDVSA.

Washington a notamment interdit à ses banques et à ses citoyens d’acheter de nouvelles obligations ou de négocier des accords avec le gouvernement vénézuélien au moment où le pays et PDVSA ont été déclarés en défaut partiel de paiement par des agences de notation.

Acclamé par des centaines de salariés

M. Maduro est en pleine renégociation de la dette extérieure du pays, estimée à environ 150 milliards de dollars, dont 30 % seraient dus à PDVSA. [...]

http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/11/28/maduro-se-dit-pret-a-cesser-de-vendre-du-petrole-aux-etats-unis_a_23291060/

Un commentaire : 'Les USA n'ont pas pris la peine de "menacer" avant de prendre des "sanctions" économiques destinées à étouffer un peu plus l'économie venezuelienne, puisque le sabotage organisé par les milieux patronaux conservateurs avec l'appui des agents américains, et les manifestations avec groupes violents payés (et qui se plaignent aujourd'hui de ne pas avoir été entièrement payés par leurs commanditaires !) ne suffisent pas à renverser le gouvernement. On attend les "sanctions"contre l'Arabie saoudite...'

Le Venezuela obtient un coup de pouce financier de Moscou

Le pays, ruiné notamment par la chute des cours de l'or noir, ne dispose plus que de 9,7 milliards de réserves et devra rembourser 8 milliards en 2018, selon l'AFP.

une délégation menée par le ministre des Finances du Venezuela Simon Zerpa a signé un accord restructurant un crédit russe de près de trois milliards de dollars accordé en 2011 pour acheter des armements russes, a indiqué une source diplomatique.
Son homologue russe Anton Silouanov avait indiqué en octobre qu'il devrait consister à reporter à plus tard une grande partie des remboursements.

envers la Russie, sa dette est surtout constituée de diverses échéances entre entreprises, dont six milliards de dollars versés en avance par le pétrolier semi-public Rosneft à la compagnie vénézuélienne PDVSA.
Pour la Chine, son principal créancier, les experts estiment les sommes en jeu à plusieurs dizaines de milliards de dollars. Mais pour Pékin, "le gouvernement et le peuple vénézuéliens ont la capacité de gérer de façon appropriée leurs propres affaires, y compris leur problème de dette", a déclaré Geng Shuang, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. [...]

http://www.lepoint.fr/monde/le-venezuela-obtient-un-coup-de-pouce-financier-de-moscou-15-11-2017-2172536_24.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Ven 6 Avr - 12:20


Des partisans de l'ancien président Lula rassemblés devant la Cour suprême de Justice à Brasilia

« Après le coup d’État au Brésil, la poursuite de la persécution judiciaire de Lula est logique »

Maud Chirio est historienne et spécialiste du Brésil. Elle estime que la décision de la Cour suprême s’inscrit dans un contexte de démocratie dégradée après le putsch de 2016.

Le Tribunal suprême de justice a rejeté mercredi 4 avril 2018, par six voix contre cinq, l’habeas corpus présenté par la défense de l’ex-président de gauche, Lula Da Silva, afin de rester en liberté tant que tous les recours n’ont été épuisés. [...]

'Je pense que les portes du glissement autoritaire sont ouvertes. Mais, les différents acteurs politiques ne se contrôlent pas les uns les autres. Personne ne contrôle les Forces armées. Personne ne contrôle le pouvoir judicaire comme acteur politique. Personne ne contrôle l’extrême droite dans sa version politique ou dans la rue. À partir du moment où l’on s’assoit sur la Constitution, où l’on sort des rails de la démocratie, on entre dans une période d’incertitude qui peut durer et qui n’est plus du tout maîtrisée par les acteurs qui ont ouvert la boîte de Pandore.'
https://www.humanite.fr/apres-le-coup-detat-au-bresil-la-poursuite-de-la-persecution-judiciaire-de-lula-est-logique-653260

Brésil : le coup d’État permanent

Le Tribunal Suprême Fédéral a confirmé la peine de 12 ans de prison pour corruption passive contre Lula, l’empêchant ainsi de briguer la présidence de la République à la fin de l’année, alors qu’il en était le grand favori. Après le coup d’État institutionnel contre Dilma Rousseff et la prise du pouvoir par Michel Temer, c’est donc une nouvelle étape que vient de franchir le pouvoir de facto pour anéantir toute velléité d’opposition.

Il s’agit d’une leçon de mépris et d’arrogance de la part de la droite néolibérale réactionnaire car Lula fut le premier président ouvrier du Brésil. Son élection avait été une insulte suprême que les pauvres et les exclus avaient infligée à la caste réactionnaire. Sous sa présidence, les acquis sociaux ont été consolidés.

Alors que de toutes parts, on agite la présomption d’innocence envers les politiques soupçonnés de malversations diverses, curieusement cet argument n’est pas évoqué concernant Lula, bien que la constitution brésilienne la garantisse. Lula est condamné sans preuve et certains de ses accusateurs sont déjà en prison pour corruption.

Lula a été attaqué lors de sa campagne dans le sud par des commandos d’extrême droite, Marielle Franco a été récemment assassinée, certains généraux nostalgiques de la dictature ont appelé à se soulever si Lula était élu à nouveau, Temer a militarisé les rues sous prétexte de sécurité. Des bruits de bottes inquiétants se font entendre au Brésil. C’est au fond une haine de classes de la part de l’oligarchie.

Dans le même temps, Macron reçoit à bras ouverts l’extrême droite vénézuélienne. En accueillera-t-il d’autres avec autant de verve ? C’est une honte pour tous les démocrates.

Seul le peuple peut défendre Lula et nous faisons partie de la chaîne humaine prête à le faire. Nous sommes des millions à lui dire que nous sommes avec lui.

Tenez bon Monsieur le Président !

Christian RODRIGUEZ
5 avril 2018
https://www.legrandsoir.info/bresil-le-coup-d-etat-permanent.html
https://information.tv5monde.com/info/lula-229997




Marielle Franco, jeune conseillère municipale du PSOL à Rio, a été assassinée le 14 mars 2018. Tuée dans sa voiture de neuf balles avec son chauffeur depuis un autre véhicule, Marielle Franco était une farouche opposante à la politique policière du gouvernement dans les favelas.
https://www.legrandsoir.info/bresil-democratie-en-danger.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Mar 22 Mai - 11:35



Menaces du régime états-unien sur le Venezuela
Le va-t-en guerre de Washington veut étrangler économiquement le Venezuela.

Le décret signé par Donald Trump vise à réduire la capacité de Caracas à vendre des actifs appartenant à l’Etat.

Trump soutenu par la dictature capitaliste (Union européenne, Canada...)

Le Venezuela faisait face lundi 21 mai à un isolement international croissant et à la menace d’une recrudescence de sa crise sociale et économique au lendemain de la réélection du président socialiste Nicolas Maduro.

Le regroupement des 14 pays du Groupe de Lima (Argentine, Brésil, Canada, Colombie et Mexique) avec le Chili, le Panama et le Costa Rica a l’intention de «coordonner des actions pour que les organismes financiers internationaux et régionaux n’octroient plus de prêts au gouvernement du Venezuela».

M. Maduro, qui s’appuie sur la Chine et la Russie, dénonce la guerre économique livrée par la droite et les États-Unis pour le renverser, comme cause de la situation de pénurie que connaît le pays.

Les États-Unis, le Canada et l’Union européenne avaient dénoncé par avance ce scrutin.
http://www.journaldemontreal.com/2018/05/21/le-venezuela-menace-disolement-apres-la-reelection-de-maduro

Ottawa ne reconnaîtra pas la réélection du président du Venezuela ...
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1102279/election-president-venezuela-nicolas-maduro-pays-groupe-lima-canada



Les États-Unis imposent un blocus pétrolier pour contraindre le Venezuela à la faillite
Les États-Unis misent sur un défaut de paiement du Venezuela, ce qui nuirait à sa crédibilité financière et entraverait le remboursement de sa dette.

Alors qu'était maintenus l'embargo commercial et financier et l'attaque systématique contre la société pétrolière vénézuélienne PDVSA (Petróleos de Venezuela, Sociedad Anónima), il a été révélé début novembre que les importations de pétrole vénézuélien aux États-Unis ont diminué cette année à 56% par rapport à l'année dernière. Cette attaque sur plusieurs fronts à laquelle est confrontée cette industrie d'État, principale source de devises étrangères du pays, a été menée par un réseau d'alliés internes, dont beaucoup ont été détenus par le ministère public au cours des derniers mois. C'était après que l'ancien procureur général Luisa Ortega Diaz est devenu un facteur clé pour permettre à la continuité de ces mafias d'opérer au sein de l'entreprise. [...]

Le Venezuela demeure le troisième fournisseur de pétrole des États-Unis. En 2016, il a exporté environ 736.000 barils par jour, ce qui a entraîné - si l'on se base sur un prix moyen de 30 $US le baril - plus de 700 millions de dollars par mois en revenus pétroliers pour le Venezuela, provenant du marché étatsunien. En raison du blocus financier imposé par le département du Trésor aux raffineries étatsuniennes sur les achats de pétrole vénézuélien, ce chiffre est tombé à 255.000 barils par jour, ce qui a réduit les recettes en devises étrangères de plus de 50%. [...]

Ce que l'on peut observer, c'est que les sanctions imposées par le gouvernement de Donald Trump en particulier contre PDVSA, et en général contre le Venezuela, ainsi que contre d'autres grands producteurs de pétrole comme la Russie et l'Iran, c'est que cette politique a échoué et a eu un effet négatif sur le pétrodollar. Cela pourrait conduire à l'affaiblissement du rôle des États-Unis dans le commerce mondial du pétrole, ce qui aurait des conséquences très graves et prévisibles sur leur hégémonie économique dans le monde.

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2017/11/un-acte-de-guerre-les-etats-unis-imposent-un-blocus-petrolier-pour-contraindre-le-venezuela-a-la-faillite-mision-verdad.html

Venezuela, les raisons du chaos
https://www.monde-diplomatique.fr/2016/12/LAMBERT/56923
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serves_de_p%C3%A9trole_au_Venezuela

À New York, les cours du pétrole ont terminé en hausse lundi 21 mai 2018.
https://investir.lesechos.fr/marches/actualites/le-petrole-termine-en-hausse-a-new-york-le-venezuela-inquiete-1766193.php

L'OPEP estime que la demande mondiale de brut a augmenté de 1,42 millions de barils par jour (mbd) pour se situer à 96,77 mbd et que l'année prochaine, elle atteindra 98,12 mbd.
http://vivavenezuela.over-blog.com/2017/09/le-petrole-venezuelien-a-318-81-yuans-48-36-le-baril.html22.05.2018
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Mar 22 Mai - 11:46



Venezuela : Nicolas Maduro est réélu Président de la République avec 68 % des voix
https://www.legrandsoir.info/venezuela-nicolas-maduro-est-reelu-president-de-la-republique-avec-68-des-voix.html

Largement réélu, Maduro dénonce «l'empire» et appelle au dialogue avec les citoyens

Le Venezuela dans le viseur de l'Occident

La pression internationale contre Nicolas Maduro est allée crescendo depuis août dernier, après une vague de manifestations marquée par des violences, dans le contexte de la grave crise économique que traverse le pays. Les États-Unis ont saisi l'occasion pour adopter plusieurs trains de sanctions financières contre le Venezuela, et Donald Trump est même allé jusqu'à entretenir l'idée d'une intervention militaire. Emmanuel Macron avait quant à lui qualifié l'État sud-américain de «dictature».

Le 15 mai 2018, cinq jours avant l'élection présidentielle, l'entreprise américaine Kellogg's fermait les portes de son usine de Maracay (ville proche de Caracas), invoquant la «détérioration économique et sociale [du pays]». Si le groupe agro-alimentaire américain a précisé qu'il reviendrait «une fois que les conditions du pays le permettr[aient]», Nicolas Maduro a quant à lui dénoncé un départ visant à «effrayer le peuple» et a saisi l'occasion pour mettre l'usine abandonnée par le géant américain sous contrôle ouvrier.
https://francais.rt.com/international/50845-venezuela-nicolas-maduro-reelu-pressions-internationales

Le petro, la monnaie virtuelle du Venezuela, déjà sanctionné par les États-Unis
http://www.rfi.fr/ameriques/20180320-venezuela-maduro-trump-petro-sanctions-interdiction-cryptomonnaie-bitcoin-petrole


Maria Páez Victor, sociologue, Conférencière à l’Université de Toronto

« Les États-Unis se sont opposés, ont déstabilisé, renversé ou assassiné chaque réformateur progressiste apparu sur la scène politique dans la région depuis plus d’un siècle »
https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-se-sont-opposes-ont-destabilise-renverse-ou-assassine-chaque-reformateur-progressiste-apparu-sur-la-scene.html

Comment Nicolas Maduro répond aux nouvelles offensives économiques et impériales
https://www.legrandsoir.info/comment-nicolas-maduro-repond-aux-nouvelles-offensives-economiques-et-imperiales.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6816
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   Ven 10 Aoû - 9:06



Et maintenant le Nicaragua

Le scénario se répète. Inlassablement. À chaque fois ce sont des gouvernements de gauche, progressistes ou socialistes qui sont visés. Tandis que les régimes les plus obscurs, mais aussi les plus serviables vis-à-vis de l’Empire, continuent de jouir d’une totale impunité.

Cuba, Paraguay, Honduras, Brésil, Équateur, Venezuela, c’est maintenant au tour du Nicaragua d’être victime de violentes tentatives de déstabilisation n’ayant qu’un seul but : le renversement de Daniel Ortega, de son gouvernement, et de la Révolution sandiniste.

Une Révolution populaire qui a récemment fêté son 39ème anniversaire, célébré par des centaines de milliers de partisans dans les rues de Managua, la capitale.
Preuve de la popularité des dirigeants actuels, popularité qui s’était d’ailleurs traduite dans les urnes en novembre 2016,  le peuple nicaraguayen avait en effet redonné sa confiance pour un nouveau mandat au Front sandiniste de libération nationale (FSLN) et à Daniel Ortega.

Malheureusement, le Nicaragua ne découvre pas ces violences et ces crimes, commandés depuis Washington, qui ne cesse d’appuyer toute force, si violente soit-elle, s’opposant à un gouvernement de gauche. Aux premières heures de la Révolution sandiniste, lorsqu’en 1979 le Front sandiniste de libération nationale (FSNL) prend le pouvoir, en chassant la dictature dynastique des Somoza, la bourgeoisie et la droite ne tardent pas à réagir.
Les États-Unis, qui ont alors pour unique obsession de stopper, partout dans le monde, les mouvements communistes, socialistes, ou se revendiquant comme tels, vont financer et armer ce qu’on appelle les « contras ». C’est-à-dire une milice contre-révolutionnaire qui, pour renverser le nouveau pouvoir populaire, va commettre de nombreux crimes, et provoquer une guerre civile qui coûtera la vie à 30.000 personnes.
Les contras n’hésiteront pas à détruire tout bâtiment utile au peuple : hôpitaux, écoles, routes, usines, récoltes, seront la cible des attaques contre-révolutionnaires. En 1990 après la fin de la guerre civile, les élections, qui avaient vu le triomphe en 1984 du FSLN, permettent à la droite de revenir au pouvoir. S’en suivent des années de recul social, de privatisations, et de destructions des acquis sociaux de la Révolution.

Un retour en arrière auquel le peuple dit stop en 2006 en redonnant sa confiance à Daniel Ortega et au Front sandiniste. Une confiance réitérée en 2011 et en 2016. Depuis 2006, grâce à l’action du gouvernement le Nicaragua rattrape son retard.

L’alphabétisation, les soins gratuits, et les nombreuses missions promues par le gouvernement pour le logement, la nourriture sont salués par les organismes de l’ONU. De même que ce petit pays est le seul, au monde, à disposer d’un bataillon militaire, spécialement affecté à la préservation de l’environnement et à la lutte contre la déforestation. (voir La réussite du Nicaragua).

La situation vécue en 1979 rappelle étrangement ce que le Nicaragua vit, de nouveau, aujourd’hui. Loin de l’image d’une révolte populaire et démocratique, ces excités détruisent les routes, les centres de santé, s’en prennent aux militants sandinistes, à la police et à l’armée. En France, les gens et la classe politique sont choqués de voir quelques énergumènes casser des vitrines lors de manifestations.
Mais ils érigent en héros ceux qui, au Nicaragua, au Venezuela, détruisent les biens publics qui appartiennent au peuple entier. En France, attaquer un policier ou un militaire est interdit, et peut s’apparenter à du terrorisme. Rien de plus normal. Dans ce cas pourquoi le meurtre ou l’attaque de policiers nicaraguayens est-il considéré comme un acte de révolte légitime et pacifique ? Lorsqu’on évoque le gouvernement du Nicaragua, de quoi parle-t-on ? D’un gouvernement populaire, sans aucune contestation possible de gauche, mais qui, il est vrai, a renoncé à certains aspects du sandinisme des origines.

Certains déploreront cela, d’autres applaudiront. Mais celui qui se prétend révolutionnaire, ou simplement de gauche se doit de soutenir le gouvernement de Daniel Ortega. Ceux qui voudraient faire croire que les violences orchestrées par les manifestants sont le fait de ceux souhaitant un retour au source du sandinisme se trompent. Quel révolutionnaire s’évertuerait à détruite justement les acquis de la Révolution pour montrer son opposition au gouvernement ? En réalité les violences orchestrées depuis Washington ne sont pas une surprise pour quiconque s’intéresse d’une manière objective à la géopolitique internationale. Tous les anciens pays qui avaient des liens, ou qui appartenaient au bloc socialiste, ou bien simplement revendiquent leur indépendance et leur anti-impérialisme sont, un jour ou l’autre, soumis au gourou des États-Unis et de leurs alliés serviles.

Et l’Amérique latine, qui avait connu un souffle progressiste à partir des années 2000, ne déroge pas à la règle.
Nos amis brésiliens, honduriens, paraguayens, peuvent témoigner du dur retour à la réalité néolibérale. L’Équateur est aussi en passe de connaître ce sort après des années de Révolution citoyenne. Le nouveau président, bien qu’au prénom si évocateur de révolution [Lénin] ne semble pas avoir pour objectif la poursuite des acquis sociaux et lui préfère un retour en arrière. Alors même que ce Lénin Moreno fut élu par et avec le parti Allianza Pais, ainsi que Rafael Correa.
Le socialisme ou l’impérialisme, Moreno a fait son choix en se tournant vers le voisin nord-américain et en tournant le dos à plusieurs années de Révolution. La Bolivie et le président Evo Morales devraient donc se méfier. Car elle pourrait bientôt être l’objet de déstabilisations similaires, qui ont déjà existé par le passé, mais qui pourraient revenir à la charge sitôt qu’ils se rendront compte que le peuple nicaraguayen reste fidèle à son gouvernement, à ses principes et à sa glorieuse révolution populaire.

8 août 2018
https://republiquesocialeblog.wordpress.com/2018/08/08/et-maintenant-le-nicaragua/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fernando Lugo - l'Amérique latine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fernando Lugo - l'Amérique latine
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Fête du Travail
» Bon Samedi
» Saisie numérique
» 1963 - A957 (Amérique du Sud - Méditerranée - Canaries)
» La reconstruction numérique de Varsovie de 1945

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: