sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Europe impopulaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 19  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Sam 21 Juin - 17:45



La chasse est ouverte
un clip du groupe MAP (ministère des affaires populaires)
www.dailymotion.com/video/x5u5bg_map-la-chasse-est-ouverte_music
www.map-site.fr/




Hugo Chavez veut priver de pétrole les pays européens appliquant la directive de la honte Smile

CARACAS (Reuters) - Le président vénézuélien Hugo Chavez a menacé jeudi de mettre fin aux livraisons de pétrole vers les pays européens, si ces derniers appliquent la "directive retour" aux étrangers en situation irrégulière.

Ce texte, adopté mercredi au Parlement européen, fixe à 18 mois la durée du placement en rétention des immigrés clandestins et prévoit à leur encontre une interdiction de séjour de cinq ans en Union européenne.

"Nous ne pouvons pas rester les bras croisés", a affirmé Chavez lors d'une rencontre au Venezuela avec le président du Paraguay.

"Pour chaque pays européen qui appliquera cette directive, nous allons... enfin, nous n'allons pas suspendre les relations, mais c'est bien simple, à tout le moins, nous cesserons de leur envoyer notre pétrole", a-t-il déclaré.

Chavez a également menacé de mettre un terme aux investissements de ces pays au Venezuela et annoncé qu'il dresserait la liste de leurs intérêts dans son pays.

http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080620/twl-venezuela-europe-bd5ae06.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Dim 22 Juin - 22:42

Encore une manifestation de démocratie !


Le Parlement européen « considère la blogosphère comme dangereuse et envisage de voter une mesure encadrant cet espace de libre expression ».

Cet encadrement des blogs, mis en place à la suite d'un récent rapport de la députée estonienne Marianne Mikko, se ferait via une sorte de labellisation des blogs, ceci grâce à un « indice de qualité, pour qu'il soit clair pour tout le monde qui écrit et pour quelle raison », peut-on lire dans le rapport en question.

Une labellisation des blogs, qui n'est pas sans rappeler celle de la presse en ligne dont nous vous parlions l'année dernière, ou encore la future création par Michèle Alliot-Marie d'une Commission de déontologie du Net.

Certains blogs polluent le cyberespace

« Jusqu'à présent, la blogosphère était un espace de bonnes intentions, avec un discours relativement franc et ouvert. Beaucoup de gens font confiance aux blogs. Cependant, du fait de leur banalisation et de leur multiplication, les blogs sont également utilisés par des personnes de moins en moins scrupuleuses. »

Si « jusqu'à présent, nous n'avons pas considéré les blogueurs comme une menace, ces derniers peuvent polluer considérablement le cyberespace », a ainsi rédigé la députée estonienne, certainement la future égérie des blogueurs.

Blogueurs, arrêtez de donner votre opinion !

Marianne Mikko n'est cependant pas la seule en Europe à se poser des questions au sujet des blogs. Selon Kapital, l'eurodéputé allemand Jorgo Chatzimarkakis a ainsi déclaré : « les blogueurs ne peuvent certainement pas être automatiquement qualifiés de menaçants », mais « les blogs sont aujourd'hui un puissant instrument de communication et peuvent être considérés comme une forme avancée de lobbying. Rolling Eyes Et constituer, en tant que tels, une menace ».

De là à penser que les blogueurs ont un peu trop milité pour le Non au traité de Lisbonne, contrairement à tous les autres médias (TV, radio, presse papier), et que cela gêne certains eurodéputés, il y a un pas que nous ne franchirons pas.

http://sundgauradical.hautetfort.com/archive/2008/06/21/les-blogs-menacent-til1.html
http://internetetopinion.wordpress.com/



PROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN
sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l’Union européenne 2007/2253 (INI)

Rapporteur : Marianne Mikko

Quelques extraits

9. suggère – que ce soit par le biais d’une législation ou autrement – de clarifier le statut des blogs et encourage leur labellisation en fonction des responsabilités professionnelles et financières et des intérêts de leurs auteurs et éditeurs ;

10. recommande l’inclusion de l’apprentissage des médias parmi les neuf compétences de base et encourage le développement d’un programme d’enseignement de base pour l’éducation aux médias ;

11. encourage la divulgation de la propriété des médias afin de contribuer à la compréhension des objectifs et de l’identité du diffuseur ;

13 recommande que les dispositions réglementant les aides d’État soient appliquées de façon à permettre aux médias de service public de remplir leur rôle dans un environnement dynamique, tout en évitant une concurrence déloyale qui entraînerait l’appauvrissement du paysage médiatique ;

14. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission ainsi qu’aux gouvernements et aux parlements des États membres.

BABEUF 42
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article67979

Les blogs et le Parlement Européen : tentative de normalisation
http://internetetopinion.wordpress.com/2008/06/20/les-blogs-et-le-parlement-europeen-tentative-de-normalisation/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Lun 23 Juin - 0:48


Stuart Wheeler

Royaume-Uni : obstacle inattendu pour le minitraité

Le juge Stephen Richards demande au gouvernement anglais de retarder la ratification du traité de Lisbonne le temps d'examiner la plainte déposée par un millionnaire eurosceptique, qui réclame un référendum sur le texte.

Alors que tout allait pour le mieux, la Chambre des Lords avait voté la loi approuvant le mini-traité européen, la Reine donné son assentiment royal, la ratification immédiate par Londres du traité de Lisbonne a été, vendredi, remise en cause, à la dernière minute.

Un juge de la Haute Cour a demandé vendredi au gouvernement de Gordon Brown de retarder la ratification, le temps de statuer sur la plainte exigeant un référendum sur le traité, déposée par Stuart Wheeler. Stuart Wheeler qui finance sa lutte de sa propre poche, affirme avoir recueilli plus de 170.000£ de dons de toute l'Angleterre.

Lors des audiences des 9 et 10 juin devant la Haute Cour, l'avocat du millionnaire a rappelé que le prédécesseur de Gordon Brown, Tony Blair avait promis un référendum pour la ratification du traité constitutionnel. Un scrutin périlleux dans un pays de tradition eurosceptique, qui n'avait pas été nécessaire, puisque la France et les Pays-Bas avaient rejeté le texte en 2005. Or estime Stuart Wheeler, l'engagement du gouvernement britannique tient toujours car le contenu du traité de Lisbonne est «en substance similaire» au projet de Constitution européenne avorté.

Gordon Brown s'est immédiatement plié à l'exigence de la Haute Cour. Il a annoncé à la conférence de clôture du Conseil européen qu'il n'y aura pas de ratification définitive du traité en Grande-Bretagne tant que la Haute Cour n'aura pas rendu son jugement la semaine prochaine. Si le Royaume-Uni a officiellement ratifié le traité de Lisbonne jeudi, avec l'assentiment royal donné par Elizabeth II, au lendemain du feu vert donné par la Chambre des Lords, la ratification ne sera complète que lorsque Londres aura déposé à Rome « les instruments de la ratification » (document par lequel un chef d'Etat confirme la validité de la signature d'un traité international). C'est en effet dans la Ville Eternelle, que la Communauté économique européenne, ancêtre de l'Union, a été fondée en 1957. Londres a jusqu'à la fin de l'année pour accomplir cette dernière étape.

www.lefigaro.fr/international/2008/06/20/01003-20080620ARTFIG00652-royaume-uni-obstacle-inattendu-pour-le-minitraite.php

www.yorkshirepost.co.uk/opinion/Stuart-Wheeler-Let-the-people.4159473.jp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Jeu 26 Juin - 14:42



Union Pour la Méditerranée (UPM)
Méditerranée : le flair imparable de Kadhafi

[...] Le chef bédouin a bien compris que la France n'avait pas réussi à imposer ce nouveau regard, et que, insidieusement, nous retournions vers une politique d'apartheid, de développement séparé, non pas des races comme jadis en Afrique du Sud, mais des deux rives.

Le "pour" est en effet destiné à faire de la rive sud une zone euro, une zone d'investissement, permettant sous prétexte d'accord économiques et culturels privilégiés de mettre à distance maîtrisée des amis si difficiles à gérer.

Car l'aide contrôlée est aussi synonyme de dépendance. C'est donc, en réalité, une Méditerranée "pour" l'Europe qui se profile ainsi : terrain de jeu économique culturellement pacifié, au moins religieusement sécurisé si ce n'est civilement sécularisé, disons un terrain de jeu sur lequel on aura, Inch'Allah, réussi à endiguer l'islamisme, ultime frayeur de l'Occident.

Le "pour", c'est le refus de se mélanger aussi ferme que la volonté de tirer profit. Derrière la rhétorique de l'amitié et des bonnes intentions, le flair de l'homme du désert Mouammar Kadhafi a clairement senti tout cela, lui qui lança rageusement : "Nous ne sommes ni des affamés ni des chiens pour qu'ils nous jettent des os."

Raphaël Liogier, professeur des universités à l'IEP d'Aix-en-Provence
www.lemonde.fr/opinions/article/2008/06/24/mediterranee-le-flair-imparable-de-kadhafi-par-raphael-liogier_1062209_3232.html

Sarkozy : les peuples méditerranéens ni imaginatifs, ni courageux

"J'ai fait un rêve, c'est que les peuples de la Méditerranée du Nord et du Sud soient aussi imaginatifs et courageux que les peuples de l'Europe continentale", a déclaré vendredi à Monaco Nicolas Sarkozy, à propos de son projet d'Union méditerranéenne. Incroyable déclaration que les grands médias ont rapportée sans la relever, au contraire du blog Les mots ont un sens. Ils en ont un en effet, et quel est-il en l'occurrence : que les peuples méditerranéens soient aussi imaginatifs et courageux que ceux de l'Europe continentale est un rêve. La réalité est donc qu'ils n'ont aucune imagination, autant dire qu'ils sont stupides et bornés, et qu'ils sont constitués de lâches.

28 avril 2008
http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2008/04/28/8982011.html





Sarkozy en Tunisie : nouveau discours raciste

"Vous avez une main d'oeuvre qui ne demande qu'à être formée, nous avons beaucoup d'intelligence et beaucoup de formation. (...) Ensemble, avec votre main d'oeuvre, avec nos écoles, nos universités, avec ce que nous échangerons, nous pouvons créer un modèle qui triomphera dans le monde entier": voilà le discours qu'a tenu Nicolas Sarkozy à 500 patrons français et tunisiens lors du forum économique organisé mardi. Après sa sortie sur le manque d'imagination et de courage des peuples méditerranéens de la veille, il s'enfonce. Croit-il arranger les choses en ajoutant : "Nous voulons travailler avec vous, pas comme une puissance post-coloniale, comme une puissance qui partage avec vous une communauté de valeurs, à égalité" ? A égalité, mais avec l'intelligence d'un côté et les muscles de l'autre... Quel mépris ! Décidément ce président déshonore la France chaque jour un peu plus.

01 05 2008
http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2008/05/01/9017243.html



"Il y a trop de musulmans en Europe"

Le 14 novembre 2007, devant les Premiers ministres suédois et irlandais qui « n’en sont toujours pas revenus », Sarkozy s’est lancé dans un monologue confus d’une vingtaine de minutes, « dans un langage très dur, très familier, choquant pour tout dire », contre le « trop grand nombre de musulmans présents en Europe » et leurs difficultés d’intégration. Il a aussi décrit de façon apocalyptique le « choc de civilisation » qui oppose les musulmans à l’occident. Le tout, manifestement, pour justifier son opposition à l’adhésion de la Turquie à l’Union. Ils ne sont même pas sûrs de l’avoir bien compris, tant le discours était décousu et surtout hors de propos avec l’objet de ces rencontres. Conclusion des deux hommes, selon Quatremer : non seulement Nicolas Sarkozy a un « sérieux problème avec les musulmans » mais en plus, il a « du mal à maîtriser ses nerfs ».

http://sarkostique.over-blog.com/article-13941328-6.html

Le petit Nicolas a piqué le fonds de commerce du borgne et les umpistes assument. Simonpieri, ex FN ,conduira une liste UMP, rappellant le précédent Peyrat à Nice. Toujours dans le cadre des municipales, Bompard à Orange, ex FN puis Villiériste sera investi par les décomplexés. Quant au gominé Perben , il s'allie aux cathos extrêmes de Millon à Lyon.
ça pue toutes ces alliances, mais ça n'a rien de surprenant.
commentaire n° : 8 posté par : Rébus

La France pour "un pacte européen sur l’immigration"

Mettre fin à l’afflux massif de clandestins et parvenir à une immigration "choisie et concertée" dans l’ensemble de l’Union Européenne. C’est l’objectif du "pacte" que la France vante auprès de ses partenaires. Avec plus ou moins de succès.

24 06 2008
www.france-info.com/spip.php?article149569&theme=107&sous_theme=290
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mar 1 Juil - 16:25



Le président polonais dit «non» au traité de Lisbonne cheers

Après le non des Irlandais, Lech Kaczynski refuse de signer le texte ratifié par le Parlement. C'est un coup dur pour Sarkozy qui souhaitait que les autres pays continuent le processus.

Et une épine dans le pied de Sarkozy ! Une ! Au premier jour de la présidence française de l’UE, le président polonais Lech Kaczynski a annoncé qu’il ne ratifierait pas le traité européen de Lisbonne. Dans une interview au quotidien Dziennik publiée mardi, il estime que «pour le moment, la question du traité est sans objet» après son rejet par les électeurs irlandais. I love you

Le Parlement polonais a pourtant, dès avril, approuvé la ratification du traité destiné à réformer le fonctionnement des institutions européennes. Mais, selon la Constitution polonaise, c’est le Président qui ratifie en dernier ressort les traités. Aucune disposition ne l’oblige, même si le Parlement le lui a demandé. Reste à savoir si la position est tenable dans un pays où l'euroscepticisme n'est pas total et s'il ne s'agit pas d'un coup d'éclat de Kaczynski.

Sérieux coup à Sarkozy Cool

Sa défection est néanmoins un sérieux coup porté à Nicolas Sarkozy qui, lundi soir, a affirmé sur France 3 vouloir «circonscrire le problème aux Irlandais» et de faire que les autres pays européens «continuent de ratifier» le traité. Ça commence mal. Et ça pourrait mal continuer, car se pose désormais le problème tchèque, où la ratification est loin d’être acquise, en raison de l’euroscepticisme d’une partie de la droite libérale au pouvoir à Prague. A commencer par le président Vaclav Klaus.

«Il est difficile de dire comment cela se finira. En revanche, l’affirmation selon laquelle il n’y a pas d’Union s’il n’y a pas de traité n’est pas sérieuse», a affirmé le président Kaczynski. Il a souligné que le même raisonnement avait été tenu par les partisans de la Constitution au moment de son rejet par les électeurs français et néerlandais en 2005. «Et pourtant l’Union a fonctionné, elle fonctionne et elle continuera de fonctionner, a estimé le président Kaczynski. Bien sûr, elle n’est pas idéale, mais une structure à ce point compliquée ne peut être idéale».

Mise en garde

Le président polonais a également mis en garde les autres dirigeants de l’Union contre une tentation d’isoler l’Irlande. «Si on brise la règle de l’unanimité une fois, elle n’existera plus jamais. Nous sommes trop faibles pour accepter ce genre de solution», a-t-il dit.

Paradoxalement, Lech Kaczynski refuse de ratifier un texte qu’il a lui-même longuement négocié avec son frère jumeau, Jaroslaw Kaczynski, alors Premier ministre et aujourd’hui chef du plus grand parti d’opposition. Mais depuis sa cinglante défaite aux élections parlementaires de novembre, le parti conservateur des frères Kaczynski a repris de vieilles attitudes eurosceptiques.

Selon les frères Kaczynski, la Charte permettrait aux Allemands de réclamer des indemnisations pour des biens abandonnés sur d’anciens territoires allemands attribués à la Pologne après la Seconde Guerre mondiale. Selon eux, elle obligerait aussi la Pologne à reconnaître des mariages homosexuels.

www.liberation.fr/actualite/monde/336082.FR.php
www.betapolitique.fr/+-Pologne-00660-+.html

Le Oui allemand est stoppé Smile

Pour des raisons constitutionnelles, le président de la République Fédérale d'Allemagne, Horst Köhler, ne pourra probablement pas signer le traité de Lisbonne avant 2009. Et il n'est pas certain que la Cour constitutionnelle fédérale (Bundesverfassungsgericht, BverfG) donne son aval à cette signature.
www.spiegel.de/politik/deutschland/0,1518,563041,00.html
http://www.deutschland.de/home.php?lang=3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mer 2 Juil - 2:24


Auschwitz. Cartouches de Zyklon B fabriqué par I.G. Farben

Question à la Commission Européenne :
les carottes et les noix du Brésil sont-elles plus dangereuses que les compléments alimentaires ?

La Commission Européenne est en train de définir les méthodes définitives devant permettre de fixer les quantités maximales autorisées de vitamines et de minéraux dans les compléments alimentaires.

Alors qu'en 2002 la Commission avait affirmé que son objectif n'était pas d'interdire les complémentaires alimentaires, et que les intérêts des consommateurs étaient une de ses plus grandes priorités, son récent document d'orientation a révélé que les quantités maximales dans les compléments alimentaires "ne peuvent pas s'appuyer uniquement sur des bases scientifiques, mais qu'elles doivent aussi tenir compte des pratiques commerciales actuelles". Exclamation

Pire encore, ce document indique que l'identification de ces pratiques exige apparemment une "discussion avec les représentants des groupes industriels".

Cela signifie que le processus choisi par la Commission pour déterminer les quantités maximales ne résistera pas à un examen scientifique et que l'industrie pharmaceutique participera presque à coup sûr à ces débats. [...]

09 11 2007
http://www4fr.dr-rath-foundation.org/nouvelles/2007_11_nov_09_question_a_la_ec.html
www.laleva.cc/The_Hague/fr/complaint0.html
www.dailymotion.com/video/x3ejju_petrole-rockefeller-nwo_politics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Europe des marchands et de leurs serviles VRP !   Ven 4 Juil - 0:51



Le « paquet télécom » européen va rendre "modernes" la surveillance et le filtrage des réseaux internet

Le 7 juillet, plusieurs directives, regroupées sous le nom de « paquet télécom » seront votées en commissions, avant sa présentation en séance plénière à la rentrée. Le paquet télécoms concerne la modernisation du secteur des communications électroniques. L’occasion rêvée pour inclure toute une série d’amendements autour de la surveillance et du filtrage des réseaux. Avec, en guest-star, la riposte graduée à la française.

Les majors des industries culturelles, soutenues par un certains nombres de députés français et anglais, ont fait déposer en masse des amendements visant à légaliser le principe de riposte graduée en droit communautaire, quitte à abaisser le niveau de protection des données personnelles et de la vie privée.

On va tout droit vers un internet de surveillance et de filtrage voulue par quelques grandes entreprises. Les intermédiaires techniques seront transformés en véritables auxiliaires de police privée et les autorités administratives pourront restreindre les droits fondamentaux des citoyens à la place de l’autorité judiciaire. C’est la porte ouverte à la mise en œuvre de la "riposte graduée" voulue par le président français Nicolas Sarkozy.

www.ecrans.fr/Les-internautes-europeens-risquent,4276.html
http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/l-internet-en-danger-t87.htm#507
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Sam 12 Juil - 3:55



RESF dénonce un projet de «rafle» demain à Montreuil

Trois foyers de travailleurs seraient visés par une opération d'ampleur, demain matin

Le Réseau Education sans frontière (RESF) dénonce le risque d'arrestations dans des foyers de Montreuil (Seine-Saint-Denis), opération qui serait menée demain matin par les forces de l'ordre «au lendemain de l'adoption par les vingt-sept ministres du Pacte européen sur l'immigration et l'asile», dénonce le collectif.

Trois des principaux foyers de travailleurs de la ville seraient investis à l'aube par des centaines d'hommes. Au terme des procédures de reconduite aux frontières, les sans papiers seraient, toujours selon RESF, conduits à l'aéroport samedi pour y prendre un charter à destination de Bamako puis Dakar.

www.leparisien.fr/home/info/faitsdivers/articles/RESF-DENONCE-UN-PROJET-DE-RAFLE-DEMAIN-A-MONTREUIL_298617491
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mer 16 Juil - 16:02


Sarkozy aux parlementaires UMP : "les Irlandais devront revoter"
Et en plus il est con !

16 juillet, par Olivier Bonnet

Juste avant de partir pour Dublin, où il est attendu lundi prochain, Nicolas Sarkozy s’est laissé aller, devant les parlementaires UMP réunis autour de lui par "le président de tous les Français", à livrer sans détour son nouvel oukaze : "les Irlandais devront revoter". Félicitons-nous de sa maladresse : s’il voulait plomber Lisbonne, il ne s’y prendrait pas autrement ! Espérons que les nonistes Irlandais sauront réserver à Sarkozy l’accueil qu’il mérite, pour lui signifier (...)
www.plumedepresse.com/spip.php?article532

"Les Irlandais devront revoter, et je mettrai mon veto à tout élargissement tant qu’il n’y aura pas de nouvelles institutions"
L’Europe est moribonde, mais Sarkozy s’accroche à son rêve de mégalo...
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article69078


Cowen says Ireland won't be forced into second vote

The Taoiseach, Brian Cowen, has said Ireland will not be forced to hold a second referendum on the Lisbon Treaty.

Mr Cowen was speaking in the US following reports that French President Nicolas Sarkozy told his party colleagues in Paris yesterday that Ireland will have to vote again on the contentious treaty.

He said that, while Ireland had to discuss the matter with Mr Sarkozy due to France's presidency of the EU, he in turn needed to take the Irish people's rejection of the treaty last month into account.

Foreign Affairs Minister Michael Martin has also responded to Mr Sarkozy's reported remarks by saying that Ireland and Ireland alone will decide what course of action to take.

Elsewhere, Green Party leader John Gormley told TV3's Nightly News last night that the idea of a second referendum has been discussed and dismissed by the cabinet.

Mr Sarkozy is due to visit Ireland next week to discuss the fallout from the Lisbon rejection.

Wednesday, 16 July 2008
www.belfasttelegraph.co.uk/breaking-news/ireland/politics/cowen-says-ireland-wont-be-forced-into-second-vote-13910128.html


Sarkozy’s double veto
http://voteno2lisbon.wordpress.com/2008/07/16/sarkozys-double-veto/

Monday 21 July
Demonstration
No means No
Protest Sarkozy Visit
The EU establishment wants to force a re-run of the Lisbon referendum in Ireland...
Come tell French President Nicolas Sarkozy that...
NO MEANS NO !
Monday July 21 at 12.30
www.caeuc.org/index.php?q=node/366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Jeu 17 Juil - 1:08



«L’Europe sera sociale ou ne sera pas»

André Laignel, député socialiste européen et maire d'Issoudun (Indre), appelle à la construction d'une autre Europe, ceci en réaction à la proposition de Nicolas Sarkozy d'inviter les Irlandais à revoter le traité de Lisbonne. Il figure, aux côtés d'une trentaine d'acteurs politiques et d'intellectuels, parmi les premiers signataires d'un appel national qui prophétise que l'Europe devra se dégager "du dogme libéral ou ne sera pas".

MAINTENANT CONSTRUISONS UNE AUTRE EUROPE.

“Faire revoter les Irlandais” serait selon Nicolas Sarkozy “l’une des solutions” pour sortir de la crise institutionnelle européenne. Je tiens à préciser que la crise évoquée est d’abord causée par un déficit démocratique, ensuite par une absence de débat public et enfin par l'aveuglement d'une classe dirigeante enfermée dans la tour d'ivoire de l'idéologie libérale.

Tous les pays européens sauf l'Irlande ont évité cette fois de recourir au référendum. Mais Dublin y était contraint par sa constitution. La victoire du “non” irlandais fait écho au “non” des peuples français et hollandais car le traité de Lisbonne faisait reculer l'Europe sociale et accroître les inégalités en Europe et en France. Ce n’est pas l’Europe qui est rejetée mais son manque d’ambition sociale.

De manière à clarifier le débat, j’ai tenu à être l’un des signataires de l’Appel national “Maintenant construisons une autre Europe !” car un autre chemin que celui du déni de la démocratie est possible.


André Laignel

La pétition nationale que vous pouvez retrouver sur le-citoyen.info, suivie de la liste des premiers signataires (...)

www.le-citoyen.info/spip.php?article151
www.libeorleans.fr/libe/2008/07/leurope-sera-so.html

www.andre-laignel.fr/


Pologne. Lech Kaczynski, a affirmé à son tour qu'il "ne fera pas obstacle" à la ratification d'un traité qu'il n'a toujours pas signé

Des rumeurs circulent (EurActiv, 15 juillet) qu’un accord entre le président français Nicolas Sarkozy et son homologue polonais Lech Kaczynski pourrait avoir été conclu dans les coulisses du sommet de Paris le 13 juillet.

EurActiv cite le journal Polonais Gazeta Wyborcza et presente le scenario suivant :

Le Commission européenne adressera une déclaration le 16 juillet à propos des aides accordées par l’Etat polonais à trois chantiers navals.

Le quotidien affirme que ces chantiers feront faillite s’il s’avère qu’ils ont reçu des aides publiques illégales et qu’ils sont dès lors tenus de les restituer. Il ajoute que les chances d’une décision favorable de la Commission sont minces.

Aussi Varsovie est-elle en quête d’une alternative. D’après Gazeta Wyborcza, elle privilégierait une décision au niveau politique auprès du Conseil de l’UE.

Le quotidien estime qu’il est possible qu’en échange d’une promesse de la part du président polonais Lech Kaczynski de signer le traité, le président Nicolas Sarkozy, avec le soutien de l’Allemagne, tente de faire pression sur le Conseil et sur chacun des Etats de l’UE pour contenter la Pologne.

zilverling
le 16/07/2008
http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2008/07/sarkozy-les-irl.html#comments

Le manipulateur maître-chanteur dans toute sa splendeur. Rolling Eyes
Pourvu que les RG n'aient pas étendu leur réseau jusqu'en en Irlande !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mar 26 Aoû - 21:59



La "démocratie" occidentale, en lutte contre les barbares moyenâgeux :
du Grand Guignol

Le gouvernement irlandais pourrait imposer un 2e vote sur le traité de Lisbonne

Pour la première fois depuis la large victoire du non le 12 juin – à 53,4 % –, dans un entretien au quotidien Irish Independent publié lundi 25 août 2008, le secrétaire d’Etat irlandais aux affaires européennes, Dick Roche, s’est prononcé en faveur d’une consultation populaire [...]

Le premier ministre irlandais, Brian Cowen, doit de nouveau rencontrer sarkozy en septembre afin de réfléchir aux modalités d'une ratification du traité en Irlande.

A Bruxelles, les responsables continuent d’espérer l’organisation d’un référendum avant les élections européennes de juin 2009. Mais le contexte paraît difficile : selon un sondage publié en juillet, 71 % des Irlandais restent opposés à la perspective d’un nouveau vote.

La tenue d’élections locales pourrait transformer le scrutin en test pour le gouvernement. La presse irlandaise spécule plutôt sur un second vote fin 2009.

Les réactions aux commentaires de M. Roche montrent que le sujet reste explosif. Le Sinn Fein, seule formation parlementaire qui avait appelé à voter non, estime que ce serait « un affront à la volonté de la population démocratiquement exprimée ».

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70381

Et si le traité est encore rejeté, y aura-t-il un 3e référendum, puis un 4e, etc. ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Jeu 13 Nov - 12:00



Union européenne : Sarkozy veut-il saboter la présidence tchèque ?

Le président tchèque Vaclav Klaus affirme que son homologue français veut détourner à son profit la prochaine présidence tchèque de l’Union européenne.

Sarkozy qui préside actuellement l’Union européenne veut renforcer le rôle politique de la zone euro, en liaison avec l’actuelle crise financière et économique. Certains lui prêtent même l’intention de prendre la tête de l’Eurogroupe. Ce qui a été interprété par certains commentateurs comme une volonté de prolonger le mandat français au delà du 31 décembre.

"Des réunions sur les décisions à prendre (face à la crise) prennent place à l’extérieur de la présidence (européenne)", a regretté M. Klaus avant de pousser l’analyse un peu loin en rappelant que les quatre pays (France, Allemagne, Grande-Bretagne et Italie) qui avaient initié début octobre une action européenne concertée étaient les mêmes que "ceux qui ont écrit les accords de Munich", qui ont permis à Hitler d’envahir une partie de la Tchécoslovaquie en 1938. Laughing

www.betapolitique.fr/Le-President-tcheque-Nicolas-15018.html

DUBLIN - Irlande : un incident diplomatique sur l'UE conclut la visite du président tchèque

La visite d'Etat en Irlande du président tchèque Vaclav Klaus s'est conclue mercredi par un vif incident diplomatique avec Dublin sur le traité de Lisbonne, qui menace de compliquer la recherche d'une issue à la crise européenne née du "non" irlandais en juin dernier.

Alors que le ministre irlandais des Affaires étrangères Micheal Martin a critiqué sur la radio RTE des propos "déplacés" du président tchèque, qui avait soutenu une organisation hostile au traité, M. Klaus a répliqué en termes très peu diplomatiques.

"J'ai vraiment senti d'immenses problèmes avec la démocratie en train de disparaître en Europe, mais quand je vois les réactions du ministre des Affaires étrangères de l'Irlande et d'une partie de la presse (irlandaise), je pense que c'est encore pire que ce à quoi je m'attendais", a ajouté M. Klaus. A l'origine de cet échange d'amabilités, un dîner organisé mardi soir à Dublin par l'organisation Libertas, l'un des fers de lance du "non" au traité, en présence de M. Klaus et du fondateur de Libertas, l'homme d'affaires Declan Ganley.

Ce dernier avait été l'un des plus ardents défenseurs du "non" au traité de Lisbonne rejeté par plus de 53 % des Irlandais, provoquant une crise institutionnelle majeure dans l'Union européenne.

Le président tchèque a participé à ce dîner dans le cadre de la partie "privée" de sa visite d'Etat de trois jours, entamée lundi, avait insisté son entourage.

Lors d'une conférence de presse commune avec M. Ganley, M. Klaus a déclaré "craindre que la liberté et la démocratie ne sortent pas grandies par la ratification du traité de Lisbonne, au contraire".

"Pour cet aspect des choses, je partage l'opinion de M. Ganley", a-t-il déclaré. "Je dirais que les Tchèques partagent l'opinion des Irlandais."

M. Klaus n'a pas hésité à comparer M. Ganley aux dissidents de son propre pays à l'époque soviétique, notamment son prédécesseur Vaclav Havel. "Je pense que M. Ganley est un dissident, une sorte de dissident dans le dispositif européen actuel", a-t-il estimé.

Notoirement eurosceptique, Vaclav Klaus a usé de son influence pendant des mois pour tenter de persuader son pays de ne pas ratifier le traité de Lisbonne, qui selon lui donne trop de pouvoir à Bruxelles. (...)

www.lexpress.fr/actualites/1/dublin-irlande-incident-diplomatique-sur-ue-conclut-visite-president-tcheque_20943.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Dommage que le ridicule ne tue pas !   Sam 13 Déc - 22:59



Le peuple irlandais sera assigné à dire "oui" en 2009
Un nouveau référendum sur le traité de Lisbonne imposé aux Irlandais


L’Irlande est prête à organiser un nouveau référendum sur le traité de Lisbonne, selon un projet de compromis qui sera soumis au sommet européen, jeudi après-midi 11 décembre.

Ce référendum aura lieu avant novembre 2009, en échange de certaines garanties. La présidence française de l’Union européenne propose d’accéder à une demande-clé de Dublin : lui permettre de garder "son" commissaire européen, selon le document.

Non à 53%

Dans le projet de compromis, l’Irlande s’engage "à chercher à obtenir la ratification du traité de Lisbonne d’ici à la fin du mandat de l’actuelle Commission" européenne.

Ce mandat est censé être achevé au 1er novembre 2009. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso n’a cependant pas exclu que les 27 décident de le prolonger de "quelques semaines", pour que la nouvelle Commission puisse prendre ses fonctions en même temps que l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

Les citoyens irlandais ont rejeté le traité de Lisbonne par 53% des voix, le 12 juin dernier.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20081211.OBS4915/

Le petit maître chanteur s'agite sans vergogne

Au terme de la présidence française, sarkozy transmettra à la République tchèque, qui reprend le flambeau le 1er janvier, une feuille de route détaillée Rolling Eyes sur la poursuite de ratification du traité de Lisbonne, alors que s’ouvre une année de renouvellement du Parlement et de la Commission.

Sarkozy a indiqué être favorable au maintien d’un Commissaire par Etat membre, contrairement aux dispositions tant de l’actuel traité de Nice que de celui de Lisbonne qu’il a signé. Or, il est problème juridique rarement évoqué dans cette hypothèse d’un nouveau vote : s’il porte sur le même texte, il n’y a rien à dire puisque les Etats peuvent souverainement faire et défaire.

En revanche, et comme ça semble être le cas, il s’agit d’un texte modifié, il faudra bien que cet avenant ou ce protocole au traité initial soit autorisé à la ratification de tous les Etats membres, dont la France, selon les modalités constitutionnellement prévues par chaque Etat. En France, il faudra une autorisation parlementaire ou référendaire après contrôle éventuel de constitutionnalité, protocole qui pourrait être jugé inconstitutionnel s’il qui crée une rupture d’égalité entre les Etats membres au détriment de la France.

L’Observatoire de l’Europe
http://www.observatoiredeleurope.com/index.php?action=breve&id_article=1141574

http://www.dailymotion.com/relevance/search/Franck%2BBiancheri/video/x7ariw_newropeans-crise-trait-de-lisbonne_news


Attention que les Irlandais ne commettent pas la même erreur que les Danois à propos de Maastricht :
Les Danois avaient voté NON à Maastricht. Mais quand on les a fait revoter, ils ne se sont pas déplacé-e-s parce qu’ils estimaient qu’ils n’avaient pas à revoter. Aussi, seuls les partisans du oui se sont déplacés. Et ainsi, le Oui est passé lors du deuxième vote au Danemark !

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article75948

Nicolas Leroidec est con-tent

Vendredi, Nicolas Sarkozy a mis en avant le résultat «historique» du dernier sommet de Bruxelles de sa présidence. Exclamation

Grâce à l'accord sur le nouveau référendum qu'organisera Dublin, «c'est reparti, l'Europe recommence sa marche institutionnelle en avant», s'est-il félicité.
Il a tenu également à rendre hommage au «courage» du premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, qui s'est engagé à ratifier le traité de Lisbonne malgré un fort courant eurosceptique.
Le but n'est pas «de faire plaisir à tout le monde, mais d'être juste et équitable.»

www.lefigaro.fr/international/2008/12/13/01003-20081213ARTFIG00313-ue-sarkozy-dresse-un-bilan-de-la-presidence-francaise-.php

Angry reaction to prospect of second Lisbon vote

Opponents of the Lisbon Treaty have reacted angrily to the news that a deal has been reached in Brussels to pave the way for a second referendum on the Treaty.

Sinn Fein MEP Mary Lou McDonald has not ruled out taking legal action to prevent a poll going ahead.

The party would use every means and mechanism available to ensure that democracy was upheld and the rights of Irish people on this matter was fully respected according to the MEP

Friday, 12 December 2008
http://www.belfasttelegraph.co.uk/breaking-news/ireland/politics/angry-reaction-to-prospect-of-second-lisbon-vote-14106193.html


People wearing masks depicting Nicolas Sarkozy, Gordon Brown and Brian Cowen, take part in a protest against European Union leaders' plans to ignore the Irish 'no' vote in Brussels
www.dailymail.co.uk/news/article-1093813/Lisbon-adopted-EU-leaders-agree-bribes-convince-Irish-voters-vote-yes-Treaty-second-referendum.html?ITO=1490

'Serious consequences' if Republic votes no again
A second referendum on the Lisbon Treaty is set to take place in the Republic next October.
www.belfasttelegraph.co.uk/news/local-national/serious-consequences-if-republic-votes-no-again-14105148.html

Irish Citizens Denied Vote in Lisbon Referenda
http://www.indymedia.ie/article/90172

...Taoiseach Brian Cowen's hypocrisy in pretending to "respect" the people's referendum vote on Lisbon is now evident, for not a jot or tittle of Lisbon will be altered when he forces the people to vote on it a second time next year...
http://www.indymedia.ie/article/90182

Lisbon Treaty Referendum
Round 1 = € 12 million
Round 2 = € 16 million ?

http://workerspartyireland.net/

Neoliberalism as a Conservative Revolution

Elite think tanks and senior academics on the Yes are marshalling arguments to undermine the democratic will of the Irish people. In this report, we draw on the writings of the French sociologist, Pierre Bourdieu, to analyse the strategic games being currently played by these elite groups.
www.voteno.ie/html/report-on-The-Strategic-Game-to-Undermine-the-Irish-Vote-on-Lisbon.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mer 17 Déc - 10:33


photo DNA-J-C. Dorn

Euromanif à Strasbourg
Les eurodéputés veulent faire passer le temps de travail hebdomadaire de 48 à 65 heures

Par un temps glacial et sous une grisaille tenace, l'Europe sociale a manifesté mardi à Strasbourg, à l'appel de la Confédération européenne des syndicats (CES-ETUC). Elle protestait contre un projet de directive soumis mercredi aux eurodéputés qui pourrait permettre d'allonger de 48 à 65 heures la durée hebdomadaire du travail. Combien les manifestants étaient-ils ? 4500 assurent les autorités, qui avaient fait interdire le stationnement sur tout le parcours de cette Euromanif colorée, bon enfant et polyglotte. "Fifteen thousands ! Quinze mille", a clamé un responsable de la CES lors des prises de parole, sur le site du Wacken, d'où les manifestants avaient vue sur le Parlement européen.

Dans tout le cortège, des centaines de banderoles, bannières, ballons, coupe-vent et chasubles exposaient les sigles et acronymes multicolores de syndicats venus des quatre coins de l'Europe : LCGB, FNV, DGB, ACV, OGBL, CGIL, Verdi, EuroCOP... Des pompiers allemands ont cheminé aux côtés de métallos italiens et des Belges se sont mis à chanter en espagnol. Les délégations lituaniennes et slovènes ont été dûment saluées. Les participants français ont eu droit, au micro du Wacken, à des prononciations à l'anglaise ("CeeFDeeTee", "CeeFTeeCee", "CeeGeeTee") tandis que les "Dear colleagues !" succédaient aux "Lieben Kollegen !" et autres "Salud companeros !" (franc succès pour celui-ci). Au final, dans toutes les langues, le même message : "Pas de régression sociale !".

"Dans toute l'Europe, nous disons que notre temps de travail doit être respecté. Nous en avons assez qu'il soit pressurisé pour alimenter la bourse qui nous conduit à la crise financière que nous connaissons actuellement", affirme Maryse Dumas, secrétaire confédérale de la CGT. "Le Parlement n'a pas le droit de dire que pour résoudre la crise actuelle, il va falloir que nous travaillions encore plus", soutient Yves Veyrier, de FO, qui évoque une "mobilisation exceptionnelle". "La crise a frappé. L'heure n'est plus à la déréglementation. Il faut rendorcer notre modèle social européen", renchérit l'UNSA. "Le Parlement européen doit défendre le peuple travailleur face à la barbarie horaire, à la directive de l'esclavage", martèle un syndicaliste espagnol. (...)

T.C.
http://libestrasbourg.blogs.liberation.fr/actu/2008/12/leurope-sociale.html
www.dna.fr/monde/20081217_DNA008321.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mer 17 Déc - 21:23



Spectacle grandiose au Grand Palais

Pour clôturer ces six mois de travaux intenses entre les pays de l'Union, ainsi que la Saison culturelle européenne qui a constitué un moment unique d'échanges entre les cultures des 27 États membres, le ministère de la Culture et de la Communication a choisi d'organiser un événement exceptionnel dédié à la création et à l'innovation. Ainsi est née la manifestation Dans la nuit, des images, qui invitera des artistes de toute l'Europe et du monde entier au Grand Palais pour proposer au public un panorama unique de la création numérique contemporaine.

www.lefresnoy.net/GP2008/

Culture : désengagement financier de l’Etat

Les syndicats du ministère de la Culture dénoncent les réductions budgétaires drastiques, les suppressions massives de postes, le transfert de charges indues aux collectivités territoriales, et une volonté de livrer la culture à la logique aveugle du marché.

http://coordinationeducpopculturepc.wordpress.com/appel-du-collectif-des-acteurs-de-la-culture-et-de-leducation-populaire/



Europe. Sarkozy cède la présidence, mais sans quitter la scène

La tâche s'annonce compliquée pour la République tchèque, qui doit prendre le 1er janvier la présidence tournante de l'Union européenne. Elle va aussi devoir gérer un Nicolas Sarkozy envahissant.

"J'ai essayé de bouger l'Europe, mais l'Europe m'a changé", a affirmé le président français. clown

http://fr.news.yahoo.com/3/20081216/twl-ue-france-sarkozy-0ef7422.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mer 7 Jan - 7:42



Une logique d’extermination

La décision de rehaussement des relations entre l’Union européenne et Israël prise par le conseil européen sous présidence Kouchner était dans le contexte un véritable "permis de tuer" accordé à Israël.

La "condamnation" hier de l’intervention terrestre par le Président Sarkozy à la veille de sa tournée au Proche-Orient peut être entendue comme une prise en compte du large mouvement de dénonciation de l’agression israélienne sur Gaza et de la complicité européenne.

Cependant elle pourrait n’être qu’une gesticulation dans la mesure où, dans le même temps, il continuerait de soutenir le refus israélien de négocier avec le Hamas, alors qu’il n’y a pas d’autre voie pour la paix. Cette absence du Hamas à Annapolis en signait d’ailleurs l’échec programmé.

Le gouvernement israélien sait pertinemment qu’en "punissant" la population de la bande de Gaza et en "soutenant" l’Autorité Palestinienne, il affaiblit cette dernière et renforce le mouvement qui a remporté démocratiquement les dernières élections législatives.

Cette stratégie consistant à affaiblir les uns dans des négociations devenues une véritable farce et essayer de détruire les autres au prix d’un grand massacre vise à perpétuer l’occupation et signifie le refus de tout Etat Palestinien.

Il ne s’agit pas pour l’UJFP de « soutenir le Hamas ». Mais quand on fait la guerre à un « ennemi » on sait que c’est avec cet « ennemi » qu’il faudra négocier, sinon on se place dans une logique d’extermination.

La stratégie israélienne est de prétendre qu’elle n’a pas de « partenaire » , qu’il n’y a que des terroristes. Israël peut tenir un langage aussi grossièrement mensonger parce que la « communauté internationale » et les médias continuent de parler des actions de l’armée israélienne comme destinées à assurer la sécurité de la population d’Israël en riposte aux roquettes des terroristes, alors que le nombre des victimes qu’elles provoquent sont sans commune mesure avec les morts, les blessés, les privations imposées par Israël puissance occupante, pratiquant un véritable terrorisme d’Etat, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, au mépris du droit international et de toutes les conventions qu’il a lui-même signées.

Dire que l’on veut la paix à Gaza et ne vouloir parler qu’à une Autorité Palestinienne confinée à Ramallah et réduite à l’impuissance, c’est se tromper ou plus probablement vouloir tromper l’opinion, c’est en tout cas ne rien faire pour hâter la fin du massacre. Si Sarkozy part au Proche-Orient en continuant de parler des « terroristes du Hamas » et jamais du terrorisme de l’Etat d’Israël, il se montrera une fois de plus complice du crime qui est en train e se dérouler.

Comme l’ont d’ailleurs dit les manifestants pacifistes de Tel Aviv lors de leur manifestation du 3 janvier, il faut négocier avec le Hamas. C’est ce qu’inlassablement l’Union Juive Française pour la paix redira dans les manifestations auxquelles elle participera cette semaine, en appelant à la cessation immédiate de l’agression israélienne.

Communiqué de l’UJFP - Union Juive Francaise pour la Paix
5 janvier 2009
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article77356



Sarkozy, au nom de l'Union européenne, a interpellé le Hamas

"Le Hamas, en décidant de mettre fin à la trêve et en reprenant les tirs de roquettes sur des populations civiles d'Israël, a agi de façon irresponsable et impardonnable", a-t-il dit.
www.contre-feux.com/actualite/16465-nicolas-sarkozy-reclame-une-treve-humanitaire-provisoire-a-gaza.html

Alors qu’un calme relatif a prévalu pendant cinq mois, le cessez-le-feu a été rompu depuis le 4 novembre à la suite d’une incursion de l’armée israélienne dans la bande de Gaza.
www.lemonde.fr/proche-orient/article/2008/12/15/la-treve-entre-l-armee-israelienne-et-le-hamas-en-question_1131252_3218.html


La diplomatie et la guerre de Gaza, ou le ballet des hypocrites

Quinze jours avant de quitter la Maison-Blanche avec la réputation d'avoir été le plus mauvais président des Etats-Unis de mémoire humaine, George Bush a donné lundi son blanc-seing à la poursuite de l'opération israélienne à Gaza. Dans le même temps, Nicolas Sarkozy effectuait une gesticulation diplomatique dont il a le secret et dont l'impact risque d'être plus fort sur les journaux de 20 heures en France que sur le déroulement du conflit.

http://fr.news.yahoo.com/69/20090106/twl-la-diplomatie-et-la-guerre-de-gaza-o-b11dcaf.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Dim 15 Fév - 11:29

Le guignol fait rire les Etats-uniens


Sarkozy et les Tchèques : zizanie sans précédent à la tête de l'UE

La formule, à la une de l'édition internationale du New York Times, fait mouche (1) : les relations entre Nicolas Sarkozy, ex-président de l'Europe, et l'actuelle présidence tournante tchèque de l'Union européenne "sont dignes d'insultes d'ados dans la cour de récré".

La dégradation des relations est bien antérieure à la dernière sortie du président français qui a fâché les déjà peu sarkophiles Tchèques, lors de son intervention télévisée de la semaine dernière, lorsqu'il a critiqué les délocalisations de l'automobile française en République tchèque.

Zizanie, chamailleries et peaux de banane

C'est désormais une longue liste d'incidents et de frustrations qui opposent les deux pays, alors qu'en principe, les présidences successives de l'UE devraient s'épauler (c'est le principe de la troïka, dispositif mis en place par le traité d'Amsterdam), particulièrement en temps de crise économique aussi grave, qui appelle des réponses collectives. A la place, c'est la zizanie, les chamailleries, les peaux de banane.

Certes, tout oppose le tempérament hyperactif et tapageur de Nicolas Sarkozy à la passivité relative des Tchèques, qui font valoir ironiquement qu'il n'y a "pas besoin de tenir un sommet européen chaque week-end" pour avoir l'air d'agir... Mais, de mémoire d'Européen, on n'a jamais vu ça entre deux présidences successives de l'Union.

On se souvient des frustrations de l'automne, lorsque Nicolas Sarkozy a voulu s'accrocher à certaines de ses prérogatives au-delà de sa présidence tournante de six mois. Ça avait donné cet échange surréaliste sur l'Union méditerranéenne et sur les Arabes, dont Rue89 avait publié le document intégral de source tchèque (2).

Les Tchèques ont également ri jaune à l'humour gaulois résumé par les Guignols de Canal+, dans un sketch mémorable qu'ils se sont empressés des sous-titrer (3) pour faire bénéficier leurs compatriotes de la caricature à peine forcée du sarkozysme diplomatique...

Le New York Times raconte dans le détail un incident postérieur en pleine guerre de Gaza, début janvier, lorsque Nicolas Sarkozy a organisé, avec l'Egypte, un sommet international à Charm El-Cheikh, "oubliant" d'inviter la présidence en exercice de l'UE. Il a fallu l'insistance d'Angela Merkel pour que les Tchèques soient invités in extremis, et corriger un incroyable impair ainsi défendu par l'Elysée, selon le quotidien américain :

"Est-ce que nous avons parfaitement géré cette affaire ? Evidemment non, nous aurions pu la gérer plus gentiment, en leur passant la pommade. Mais les Tchèques n'étaient pas un acteur, et ils n'avaient rien à dire."

L'arrogance diplomatique si célèbre à l'étranger se poursuit, dans toute sa splendeur déclinante :

Les Tchèques, qui n'ont, il est vrai, guère brillé depuis le début de leur présidence le 1er janvier, ont en tous cas balancé une peau de banane sur le chemin de Nicolas Sarkozy : ils ont convoqué pour le 1er mars, un sommet européen extraordinaire, qui sera notamment consacré aux ... tentations protectionnistes en Europe !

L'intitulé vise évidemment les propos télévisés du président français, qui se retrouve ainsi sur la défensive alors qu'il croyait avoir déclenché l'attaque.

Nicolas Sarkozy a déjà dû renoncer à exiger des constructeurs français le rapatriement en France de chaînes de montage installées en Europe centrale.

Une diplomatie contreproductive

Cette série d'incidents révèle le caractère totalement contre-productif du style diplomatique de Nicolas Sarkozy, qui a réussi, en quelques phrases inutilement blessantes, à se mettre à dos les Tchèques et à agacer les Britanniques en disant qu'il ne voulait pas "leur ressembler"...

Sans oublier une bonne moitié des Québécois qualifiés de "sectaires" !

C'est aussi révélateur des faiblesses structurelles de l'Europe, au-delà de l'illusion de l'influence qu'a suscitée l'activisme diplomatique de Nicolas Sarkzoy, qui s'est lui-même employé à détricoter ce qu'il avait semblé construire, et notamment l'envie de faire exister l'Europe sur la scène mondiale. C'est grave quand l'économie mondiale est dans un tel état.

Pierre Haski

www.rue89.com/2009/02/14/sarkozy-et-les-tcheques-zizanie-sans-precedent-a-la-tete-de-lue

(1) www.nytimes.com/2009/02/14/world/europe/14union.html?_r=1&hp
(2) www.rue89.com/2008/12/07/sarkozy-les-tcheques-merkel-et-les-arabes-le-document-integral

(3) Sarkozy VS Topolánek (les Guignols de l'info) bom
http://www.youtube.com/watch?v=1P20qLMbrmE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: EXTRAITS   Mar 17 Mar - 2:20



Les europarlementaires dézingués par un rapport d'audit interne
La vérification de la rémunération des assistants parlementaires risque de se transformer en tsunami politique.

le Parlement européen autorise les députés à recruter librement leurs assistants parlementaires selon trois modalités : classique contrat de travail, contrat avec un prestataire de service (du type agence d’intérim) et, enfin, un système un brin baroque, dans lequel le député contracte avec un tiers, appelé « agent payeur », chargé de régler les services d’assistance consommés par le député… une porte ouverte sur toutes les sortes d’abus.

Pour les rémunérer, chaque député avait droit, en 2006, à une allocation mensuelle de 15 496 euros. Un joli fromage qui représentait tout de même la coquette somme de 136 289 000 euros, soit près de 10,3 % du budget total du Parlement, sur lequel le Directeur général des Finances a autorité. Et pourtant…

En mars 2008, défiant la consigne de confidentialité dont les députés européens avaient eux-mêmes décidé au terme d’un vote, un député hollandais Paul Van Buitenen a mis un résumé du rapport sur son site Internet personnel.

pour 26% des 43 contrats d’embauche audités, les certificats d’immatriculation des assistants à la sécurité sociale n’étaient toujours pas parvenus au Département financier plus de 2 ans et demi après la signature du contrat de travail !

un assistant qui travaillait à temps partiel pour neuf députés au moment des élections [...] a reçu l’indemnité de fin de contrat et « régulière » de 5 députés non-réélus, mais, de manière plus comique, de 3 députés qui avaient été réélus et de 4 autres nouvellement élus. Un vrai jack-pot.

Dans les cas de contrats de prestations de services conclus avec des assistants personnes physiques, 44 paiements sur 49 audités ne fournissaient aucune preuve de couverture sociale des co-contractants des parlementaires.

Sur les contrats eux-mêmes, le constat est à peu près aussi tragique : dans 91% des cas, la prestation était mentionnée de manière imprécise voire même réduite à un seul mot.

Dans un cas, le nombre des assistants et leur fonction était inconnus. Dans deux autres cas, aucun assistant n’a jamais été fourni en contrepartie des règlements. Des paiements ont même été effectués à une société « en sommeil ». Dans deux cas encore, l’objet social de la société prestataire n’avait aucun rapport avec la fourniture d’assistance parlementaire. Dans sept cas, les hommes de Galvin ont relevé « un sérieux conflit d’intérêt entre le parlementaire et la société prestataire de service », sans parler du cas où elle lui appartenait et ceux (pour six d’entre eux) où les règlements ont été effectués à des partis politiques.

L’audit a porté sur 56 paiements à des « agents payeurs ». Aucun des justificatifs n’étaient parvenus dans le délai de 6 mois. Après révision de la règle, 64% des règlements effectués n’avaient donné lieu à aucun justificatif dans le délai d’un an de telle sorte qu’il a été impossible aux auditeurs, de déterminer si les paiements effectués l’avaient été aux assistants concernés.

Dans plusieurs cas, il n’y avait aucune correspondance entre les paiements effectués aux agents pour le compte des assistants, et les salaires prévus dans leurs contrats d’embauche. Mieux, pour 28% des paiements effectués, les assistants n’étaient même pas identifiés dans les contrats conclus entre les députés et leurs « agents payeurs » !

Woodward et Newton
www.bakchich.info/Tres-chers-assistants.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mar 7 Avr - 3:56


Image mehdiladjemi.blogspot.com

Barack Obama devant le parlement turc
Obama réaffirme sa volonté de voir la Turquie intégrer l'Union Européenne


Alors que Nicolas Sarkozy avait défendu dimanche son pré carré, en rappelant à Barack Obama que l'Union Européenne était la seule habilitée à statuer sur l'adhésion de la Turquie, le président américain a reconnu que sa visite visait à faire passer un message. "Depuis une semaine, on me demande [si j'essaie] de dire quelque chose en finissant [mon] voyage en Turquie. La réponse est oui", a-t-il affirmé. bom
www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/turquie-obama-persiste-et-signe_752072.html

S’abstenant de prononcer le mot génocide, le président américain a toutefois rappelé les attentes des Etats-Unis et de la communauté internationale sur la question arméno-turque, devant les parlementaires de Turquie, ce 6 avril.
http://france-armenie.net/spip.php?article304

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Ven 10 Avr - 1:58


Andrew Duff

Le "protocole irlandais" est censé leur garantir des privilèges, sans lesquels les Irlandais rejetteront probablement à nouveau le traité de Lisbonne. Or...

Garanties irlandaises : il faudra un nouveau traité…

Le député européen Andrew Duff, l'un des trois députés qui siégeaient à la conférence intergouvernementale qui a établi le texte du traité de Lisbonne, a déclaré qu'il n'était pas légalement possible d'ajouter un "protocole irlandais" au traité d'adhésion de la Croatie (ce qui était la solution magique sortie par Sarkozy de son chapeau) :
« Ajouter ce protocole au traité d'adhésion de la Croatie ouvrirait toute grande la voie à des attaques devant les tribunaux », dit-il. Car les règles qui régissent les traités d'adhésion ne permettent d'y faire figurer que des sujets concernant cette adhésion.

Il a ajouté que l'insertion d'un protocole dans les traités européens devait attendre qu'un nouveau traité soit élaboré et ratifié.

Il a cité l'exemple du Danemark, qui a dû attendre cinq ans avant que ses garanties et ses exceptions soient incluses dans le traité après son non au traité de Maastricht en 1992. Les garanties danoises furent finalement incluses dans les traités européens par le moyen du traité d'Amsterdam.

2 avril 2009
http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2009/04/02/garanties-irlandaises-il-faudra-un-nouveau-traite.html

Mais l'Union Européenne est actuellement présidée par les Tchèques, dont le Premier Ministre doit s'occuper en priorité de la "crise" et de la situation nationale... Alors, c'est peut-être repoussé... aux calendes grecques !
(source : seb sur sarkophage)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Sam 25 Avr - 6:48


Capture d'écran du site Internet parlorama.eu (DR)

Assiduité. Le palmarès des députés européens

Selon un classement combinant des critères de présence, de prises de parole, de questions écrites et de rapports, les Français affichent des performances mitigées.

Quels sont les députés européens les plus assidus ? A quelques semaines des élections européennes, Flavien Deltort, un ancien assistant de l'eurodéputé libéral italien Marco Cappato, évalue les performances des eurodéputés, sur le site Internet Parlorama.

D'entrée de jeu, le site précise les règles d'évaluation : «Nous avons recueilli ces chiffres pour chacun des 921 députés qui se sont succédés au Parlement durant le cours de la mandature (les données seront prochainement mises à jour puisqu’elles s’arrêtent au 31 décembre 2008) : présences, absences, durée de l'activité parlementaire, nombre de rapports, de questions écrites, etc. Pour rendre accessibles et lisibles ces chiffres, nous avons établi des méthodes de calcul de notes et d'indicateurs.»

Selon ce classement donc, les députés britanniques se montrent les plus assidus, les Italiens sont plutôt dans le bas du classement.

Les Français affichent des performances mitigées. En tête du classement, la député PS Pervenche Berès avec 93 % de taux de présence. En revanche, Philippe de Villiers et Vincent Peillon sont des mauvais élèves...

Le classement est contesté par plusieurs eurodéputés. Certains lui ont reproché d'avoir pris en compte un relevé de présence, qui ne rend pas compte, selon eux, du nombre de réunions et du temps passé dans les commissions parlementaires, là où le gros du travail est effectué. (...)

www.liberation.fr/politiques/0101563580-le-palmares-des-deputes-europeens

L'absentéisme des députés européens, un secret d'Etat ?
Depuis ce matin, le site Parlorama.eu, qui classe les députés européens en fonction de leur assiduité est fermé. Plusieurs eurodéputés, furieux d'avoir été épinglés, ont en effet menacé Flavien Deltort, l'initiateur du site, de poursuites judiciaires !

Site closed
Due to the overwhelming volume of complaints, the site is closed...
Contact : info @parlorama.eu

http://blog.parlorama.eu/fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Mar 28 Avr - 21:48



Le retour de Bolkestein

Déréglementation. Bruxelles fomente l’anarchie dans les rayons

Nouvelle illustration de «l’ultralibéralisme» de l’Union : sous pression des industriels, l’UE libéralise la taille des boîtes de biscuits et autres pots de yaourts.
Cette directive de «déréglementation» a été proposée le 25 octobre 2004 par Frits Bolkestein, le commissaire chargé du Marché intérieur -la Commission étant alors dirigée par Romano Prodi-, et a été adoptée définitivement le 5 septembre 2007.

Bien que 73 % des Européens souhaitent davantage de standardisation, la directive va rendre plus difficile toute comparaison de prix entre les produits, voire permettre aux industriels de diminuer subrepticement la quantité par emballage sans baisser les prix.
http://inventerre.canalblog.com/archives/2009/04/28/13535374.html

Mise en concurrence des services publics français
avec les entreprises publiques ou privées des autres Etats européens


A l’heure actuelle, cette même directive se retrouve dans les projets à court terme de l’UE. Celle-ci prévoit en effet de l’adopter d’ci décembre 2009, c'est-à-dire après les élections européennes (comme de nombreux sujets épineux). La directive service d’aujourd’hui, reprend l’ensemble des dispositions de la précédente, sauf la règle dite « du pays d’origine ».

Cette directive reste très dangereuse pour notre économie nationale et le peu de services publics restant à la France. Elle s’applique aux services d’entreprises ainsi qu’aux domaines de services publics (sauf la santé et l’enseignement). Son article 2 précise qu’elle s’applique aux Services d’Intérêt Economique Général, forme libéralisée des services publics imposée par Bruxelles. Tous les services publics français libéralisés (SNCF, EDF…) ou non libéralisés totalement ( La Poste…) se verront concurrencés par des entreprises publiques ou privées venant de tous les Etats membres de l’UE sans que la France ne puisse imposer la moindre restriction.

Evidemment l’UMP, le PS et le Modem n’en disent pas un mot car sont totalement d’accord avec cela, mais ne souhaitent pas que les Français sachent qu’ils ouvrent la voie à l’Europe pour engager la destruction nationale, car affirmons le, « le service public c’est la France » !

http://rassembleurs.blogspot.com/2009/04/leurope-en-40-questions-19.html
www.framasoft.net/article3707.html
http://action-republicaine.over-blog.com/article-30714859.html


Déréglementation imminente des services sociaux en Europe

Les services sociaux devront passer sous les fourches de la concurrence au risque de marchandiser un secteur que la crise rend chaque jour plus sensible.

Alors que la campagne des européennes vient juste de débuter, « la bombe à retardement des services sociaux » risque de trouver une place de choix dans le débat.
http://rassembleurs.blogspot.com/2009/03/europe-bolkenstein-le-retour.html
http://communistesvilleavion.elunet.fr/index.php/post/29/03/2009/Europe-%3A-Bolkestein-le-retour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Jeu 30 Avr - 14:33



La Commission européenne protège les fonds spéculatifs (hedge funds)

La Commission européenne étudie un projet qui lâche la bride aux fonds spéculatifs. La Commission aime tellement les fonds spéculatifs (hedge funds) et autres fonds d’investissement (private equity) qu’elle est prête à se battre pour préserver leur liberté d’action, et ce, contre la volonté de la quasi-totalité des Etats membres de l’Union, du Parlement européen et même du G20 qui a appelé, début avril, à une réglementation de ce secteur accusé d’avoir amplifié la crise bancaire.

Le projet de directive qu’elle va présenter aujourd’hui n’est, en effet, qu’un épais (56 articles quand même) rideau de fumée qui dissimule son refus de leur imposer un contrôle réel. Pis : ce texte, en l’état, va faciliter leur travail dans l’Union alors qu’ils sont domiciliés à plus de 85 % dans des centres offshore - pour l’essentiel dépendants de la couronne britannique, comme les îles Caïman.

Le père de ce texte, le commissaire chargé du Marché intérieur, l’Irlandais Charlie McCreevy*, a toujours été un défenseur de ces fonds qui gèrent près de 2 000 milliards d’euros d’actifs. [...]

Son idée est simple : les gestionnaires de fonds, et non les fonds eux-mêmes, devront, pour agir dans l’Union, se faire «enregistrer» auprès de l’autorité nationale de leur domicile en fournissant un certain nombre de renseignements (composition du fonds, domicile, etc.). Muni de ce «passeport» qui deviendra ipso facto «européen», ce gestionnaire pourra alors démarcher activement les investisseurs professionnels dans toute l’Union, même si son (ou ses) fonds sont offshore, ce qui lui est aujourd’hui interdit, notamment en France. Mieux : les fonds échapperont à toute régulation réelle (pas d’exigence d’un ratio de fonds propres, par exemple). Enfin, seuls les gestionnaires de fonds dotés de plus de 250 millions d’euros seraient concernés. Les autres pourraient agir librement. Dès lors, rien de plus facile que de diviser son fonds en plusieurs entités pour échapper à la régulation minimale souhaitée par la Commission.

*Charlie McCreevy, l’ultra-libéral.
Ancien expert-comptable de 60 ans, il fut, en tant que ministre des Finances (de 1997 à 2004), l’artisan d’une dérégulation financière forcenée en Irlande. C’est en parfaite connaissance de cause que José Manuel Durão Barroso lui confia, en novembre 2004, le portefeuille stratégique du Marché intérieur.

http://inventerre.canalblog.com/tag/fonds%20sp%C3%A9culatifs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Jeu 4 Juin - 14:26



Groenland : victoire historique des indépendantistes aux législatives

COPENHAGUE - Le mouvement de gauche Inuit Ataqatigiit, (Eskimo Brotherhood : extrême gauche) principal parti d’opposition du Groenland, a remporté une victoire écrasante aux élections législatives organisées peu avant l’entrée en vigueur de l’autonomie élargie du territoire vis-à-vis du Danemark.

Selon les résultats annoncés mercredi par le ministère de l’Intérieur de l’île, Inuit Ataqatigiit a obtenu 43,7% des voix au scrutin anticipé qui s’est déroulé mardi, soit près du double du score qu’il avait réalisé lors d’une consultation en 2005.

Le parti social-démocrate Siumut, au pouvoir depuis 1979, a recueilli 26,5% des suffrages. Des pourparlers sur la formation d’un nouveau gouvernement sur l’île de l’Arctique, qui compte moins de 60.000 habitants, devaient commencer mercredi.

Le Premier ministre Hans Enoksen avait décidé la tenue du vote en faisant valoir que le gouvernement du Groenland devait disposer d’un nouveau mandat avant le 21 juin, date à laquelle deviendra effective l’autonomie renforcée.

Le parti Siumut avait obtenu 30,4% des voix aux dernières élections. Son partenaire de coalition conservateur, Atassut, a vu son score tomber de 19% à 10,9%.

Le Danemark a fait savoir que les Groenlandais devaient décider seuls du moment où ils rompraient leurs derniers liens officiels avec Copenhague après 300 ans d’administration danoise. Lors d’un référendum organisé l’an dernier, ils ont approuvé à une forte majorité un surcroît d’autonomie.

Inuit Ataqatigiit, qui a pour dirigeant Kuupik Kleist, disposera de 14 sièges sur 31 au Parlement, contre sept précédemment. Le Siumut en occupera neuf, soit un de moins qu’avant, et Atassut trois, contre six précédemment.

www.lexpress.fr/actualites/2/victoire-massive-de-l-opposition-aux-legislatives-du-groenland_764762.html

www.ia.gl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5639
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Jeu 4 Juin - 15:25


Le Grand Marché Transatlantique

Les représentants de l'UMP, du PS, du Modem et des Verts ont permis au Parlement européen de voter cet accord le 26 mars 2009. Il sera effectif en 2015 et mettra l'Union Européenne sous la coupe des Etats-Unis.

Mais c'est dès 2010 que ce vaste Marché sera effectif pour ce qui concerne les services financiers et les marchés de capitaux. Ce partenariat doit toucher des domaines tels que : « les services financiers, les marchés des capitaux, l'aéronautique, l'économie digitale (vie privée, sécurité, droits de propriété intellectuelle), la politique de concurrence et la coopération en matière de régulation ». Il vise à « instaurer la libre circulation des marchandises, des capitaux, des services et des personnes ». Il doit prendre effet dès que le « traité de Lisbonne sera définitivement adopté ».

Cette nouvelle résolution atlantiste a été adoptée avec 154 voix pour, 2 contre, et une abstention.

Les députés européens PS et Verts ont massivement voté pour, dont Benoît Hamon, Harlem Désir et les députés du sud-ouest Françoise Castex, Gilles Savary et Béatrice Patrie. De même que le Vert Gérard Onesta. Quant à Kader Arif, il était absent lors du vote.
La seule députée socialiste française à ne pas voter pour a choisi de s’abstenir. Il s’agit de Marie-Noëlle Lienemann, député sortante non reconduite par son parti.

Le détail des votes.

Les Verts sont malheureusement favorables à la déréglementation voulue par l'OMC.
www.alterinfo.net/Un-nouvel-ordre-politique-Le-futur-grand-marche-transatlantique_a29499.html
http://lobbying.typepad.fr/lamerique_a_bruxelles/2007/04/j6_pour_le_gran.html
http://polymedia.skynetblogs.be/tag/cet
http://cozop.com/er/avant_2015_le_grand_marche_transatlantique_sans_entraves


L’importance des échanges européens avec les États-Unis suffit-elle à justifier un partenariat aussi privilégié que la création d’une zone de libre-échange et d’un marché commun ?

Selon les propres données de la Direction générale du Commerce de la Commission européenne, depuis 2003 la Chine est le deuxième partenaire commercial de l’Europe, la Russie est notre troisième partenaire commercial depuis 2005 (étant 4e en 2004 et 5e en 2003).
La croissance du commerce avec ces deux pays légitimerait-elle que nous nous engagions dans un processus similaire à celui engagé avec les Etats-Unis avec eux ?

Ces chiffres montrent que la finalité du GMT est en réalité de donner corps à la solidarité civilisationnelle entre l’Europe et les Etats-Unis, dont Huntington estime qu’elle est indispensable pour rétablir la prééminence menacée de l’Empire américain.


Outre ce changement de nature du projet européen, le Grand marché transatlantique représenterait une libéralisation sans précédent de nos échanges commerciaux.

La suppression des «nombreuses barrières non tarifaires [trouvant] leur source dans des actes des organes législatifs visant à servir des finalités sociales, sanitaires, culturelles ou environnementales» qu’évoque le Parlement européen dans sa résolution du 8 mai 2008, pourrait par exemple justifier le droit pour des entreprises privées américaines, très présentes dans le domaine de la santé ou de l’éducation, de concurrencer les systèmes publics en Europe.

Elle conduirait également à un alignement de nos modèles agricoles et interdirait par exemple également les restrictions d’importation de boeuf aux hormones.

http://lasuzepartidegauche.unblog.fr/files/2009/05/brochgmt.pdf


« Nos maîtres » veulent nous IMPOSER un Parlement Mondial

Le 5 mai 2009, le Comité d’action pour un Parlement Mondial (COPAM), basé à Paris, s’est joint à la Campagne pour l’Établissement d’une Assemblée Parlementaire des Nations Unies (CEUNPA).

"les futurs délégués d’une assemblée parlementaire mondiale pourraient initialement être nommés par les Parlements nationaux. Cependant, les délégués ne devraient pas nécessairement être eux-mêmes des députés élus."

Pendant le G20, des représentants de 61 pays ont publié une déclaration commune appelant à la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies.

Ce document stipule que « la création d’une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies devrait être une partie importante du nouveau système de gouvernance financière et économique internationale ». Selon cette déclaration, ce forum parlementaire mondial pourrait d’abord être créé en tant qu’organe consultatif. Cependant, elle suggère qu’« à long terme », le parlement « puisse exercer un réel contrôle mondial sur les institutions du système »
www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=784

La fondation Bertelsmann et la « gouvernance mondiale »

Alors même que la Fondation a largement contribué au consensus transatlantique des trente dernières années, la crise actuelle sert à la Fondation à rebondir : jamais, plaide-t-elle, on n'avait eu autant besoin de cadres globaux pour la communauté internationale. Cette enquête, remarquablement documentée, éclaire bien des décisions politiques des années récentes.
www.duquesne-diffusion.com/noscoupsdecoeur.html

Va-t-on vers une association d'Etats ou un super-Etat ?

On n'associe plus, on fusionne lentement. Plus personne ne croit d'ailleurs qu'on peut "faire l'Europe sans défaire la France", du moins cette Europe-là.

les fédéralistes se réjouissent : le coeur nucléaire permettant l'émergence d'une technostructure centralisée subordonnant les anciens Etats-nations, est bien en place.
4 Octobre 2007
www.observatoiredeleurope.com/Federalisation-de-l-Europe-apres-le-camouflet,-le-camouflage_a745.html



LA MARCHE IRRÉSISTIBLE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

Cet ouvrage de Pierre Hillard fait un point sur les avancées du front mondialiste dans le monde.

Les fondamentaux sont exposés : la création du CFR par le colonel House avec le soutien des Rockefeller, le développement du lien de sujétion de l'Europe sous l'autorité des États-Unis, l'organisation enfin du vieux continent en tête de pont de la soumission du reste du monde.

Est ensuite évoquée l'offensive de dislocation des États de l'Europe en régions linguistiques : en Belgique, avec la menace de l'indépendance de la Flandre, en Espagne quand l'Union soutient la régionalisation de la Catalogne et du Pays basque face à Madrid, en France, même, lorsque Bruxelles soustrait l'Alsace à l'autorité de Paris et l'associe à une région allemande. Parler d'une Europe réduite à l'état de multiples Kosovo juxtaposés ne relève pas de la paranoïa.

Seule l'Allemagne échappe à cette dislocation organisée. Elle se renforce même, sur la base de sa langue et grâce à sa puissance économique, pour constituer une entité cohérente. Si rien n'est fait pour l'arrêter, dans vingt ans, voire avant, elle dominera sans difficulté sur un patchwork d'entités territoriales trop faibles pour s'opposer à sa puissance.
En clair, elle sera le gauleiter parfait de l'Europe au service d'un gouvernement mondial.
www.recherches-sur-le-terrorisme.com/Documentsterrorisme/nouvel-ordre-mondial.html

Pour Pierre Hillard, le but de l'Union Européenne n'est pas la création d'une Europe Unie mais d'un bloc euro-atlantique avec les Etats-Unis incluant le Canada et le Mexique (Union Nord-américaine).
http://pull-marron.com/post/2009/02/06/Pierre-hillard-Vers-un-gouvernement-mondial

Entretien vidéo avec Pierre Hillard cyclops
http://video.google.com/videoplay?docid=-1590349746148192100


Qui veut supprimer les petits partis au Parlement européen ?

L’imposition du Traité de Lisbonne s’accompagne de l’élimination des petits groupes parlementaires au Parlement européen, la seule assemblée supranationale de toute l’histoire.

Le 1er avril 2008, la Commission des Affaires constitutionnelles a adopté une loi qui fait passer le seuil de formation d’un groupe parlementaire européen de 20 à 30 élus, venant non plus de 6 mais de 7 pays membres différents.

« L’application de cette nouvelle règle à la configuration politique actuelle conduira mécaniquement à l’exclusion de dizaines de députés européens de tout groupe (…) l’on verrait ainsi bientôt 60 eurodéputés pourtant élus démocratiquement, quasi exclus du travail parlementaire, simplement parce qu’ils ont fait le choix politique de ne siéger ni au PPE (droite) ni au PSE (socialistes) ni à l’ALDE (centristes libéraux) ».

Il ne resterait ainsi au parlement européen que de grands partis homogènes ayant soutenu le Traité de Lisbonne et ne questionnant pas les termes de ce qui sera un super-Etat totalitaire où feues les nations seront des provinces.

L’élimination des élus hors « grands partis » est d’autant plus certaine que la réforme 2003 du scrutin européen en France a cassé le scrutin national proportionnel pour aller vers une subdivision en régions affaiblissant l’effet proportionnel et favorisant la représentation des partis les mieux installés.

Il ne doit pas échapper au citoyen qui se questionne, que l'instigateur de cette loi, Richard Corbett est un élu europhile du Labour Party britannique et un membre de la Société Fabienne, fondation qui a joué un rôle clé pour l’Empire Britannique en promouvant depuis un siècle une version édulcorée du colonialisme économique vendue sous l’étiquette socialiste. Formé dans le moule fabien et diplômé des universités de Hull et Oxford, Corbett a participé à l’élaboration des traités de Maastricht et d’Amsterdam, et chargé de vendre le Traité de Lisbonne au Parlement européen en février dernier.

04/04/2008
www.alterinfo.net/notes/Qui-veut-supprimer-les-petits-partis-au-Parlement-europeen_b901951.html



François Bayrou

ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe)

3e groupe politique le plus important au sein du Parlement européen avec 101 députés issus de 22 États membres de l’UE. Il rassemble deux partis politiques européens : le Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (ELDR) et le Parti démocrate européen (PDE).
Ses membres français sont
Jean-Louis Bourlanges
Bernard Lehideux
Jean-Marie Beaupuis
Marielle de Sarnez
Claire Gibault
Thierry Cornillet
Janelly Fourtou
Anne Laperrouze
Nathalie Griesbeck
Jean-Marie Cavada
Philippe Morillon.

www.parlorama.eu/de/european-deputies-frankreich/alde/0-0-1/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_des_d%C3%A9mocrates_et_des_lib%C3%A9raux_pour_l%27Europe
http://europeanelection2009.blog.lemonde.fr/category/alde/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Europe impopulaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 19Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Europe 1 à Rouen
» Europe Fédérale
» recherche sur le statut des régions en Europe
» COUPE D'EUROPE RUGBY 2009
» EDE : Europe Démocratie Espéranto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: