sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Europe impopulaire

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6523
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Assassins et voleurs   Dim 1 Avr - 6:02


Les vautours de l'UE ne sont pas rassasiés

Grèce : Le démantèlement méthodique et tragique des institutions de santé publique

Le système national de santé grec a été démantelé par l’application d’un ensemble de mesures imposées depuis 2010 par les créanciers de la Grèce dans les secteurs de santé primaire, secondaire et pharmaceutique. [Extraits]

Depuis 2010, la Grèce est soumise à un régime de discipline et de contrôle de ses finances et politiques publiques sans équivalent dans l’histoire européenne d’après 1945.

Peu après la révélation en 2009 des « vrais » chiffres, jusque-là maquillés, du déficit public grec [1] par le gouvernement tout juste élu de Georges Papandreou, la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international [2]) des institutions créditrices du pays a mis le pays sous tutelle à travers une série de plans d’ajustement structurel ou mémorandums (2010, 2012, 2015 [3]) censés résoudre le problème de sa dette et le remettre sur le chemin de la croissance. Les objectifs affichés de ces programmes n’ont pas été atteints, au contraire.

« Sept ans après la mise en œuvre des memoranda, la Grèce se trouve dans une situation bien pire qu’en 2010 »

En Grèce, les programmes d’austérité sans fin et toujours plus intenses ont entraîné une dépression économique et une récession sociale jamais vues en Europe en temps de paix (Ioakeimoglou, 2017). Persistantes, les institutions créditrices du pays lui appliquent encore ces mesures. [...]


n’ayant réussi à obtenir aucune concession pendant les six premiers mois de stériles négociations avec la troïka, Alexis Tsipras organisa un référendum le 5 juillet 2015 à l’issue duquel les citoyens grecs dirent massivement « Non » (61,5 % des voix) à la poursuite de l’austérité. Le Premier ministre n’avait pas prévu ce résultat et ne pouvait ni ne voulait affronter ses créditeurs au point d’envisager une sortie de la Grèce de l’euro (le « Grexit »). Sept jours plus tard, il transformait le « Non » en « Oui » et cédait face à l’Union européenne. Il acceptait l’ultimatum du ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, en vertu duquel la Grèce renonçait à sa souveraineté et se pliait, en contrepartie d’un nouveau mémorandum (incluant un prêt de 86 milliards d’euros étalés sur trois ans et servant uniquement à rembourser la dette), au programme d’ajustement structurel le plus austère jamais exigé d’un pays européen. [...]

La troïka trouve dans ces préceptes un moyen parmi d’autres de passer sous silence sinon de nier les conséquences de ses politiques. Avant la crise financière, les gens allaient chez le médecin malgré les carences des soins primaires. Maintenant, ils doivent se résoudre à une mort à échéance plus ou moins précoce. Même les assurés sociaux, souvent incapables de couvrir les dépenses non remboursables, ont tendance à négliger les examens préventifs, à les reporter à plus tard (ou trop tard) ; ils réduisent leurs traitements, les prennent de façon discontinue, les remplacent par des substituts moins chers, les arrêtent même. Des maladies que l’on croyait éradiquées comme la malaria réapparaissent, le VIH s’est répandu. L’état de la santé mentale est désastreux. Dès le premier mémorandum, les médecins hospitaliers constataient une augmentation des pathologies cardiaques et accidents vasculaires cérébraux liés à l’anxiété et au stress [40]. Le taux de dépressions majeures est passé entre 2009 et 2014 de 3,5 % à 12,5 % de la population et le taux de suicides s’est accru de 35 % entre 2010 et 2013 (Economou, Peppou, Fousketatki et al., 2013 ; Economou, Madianos, Peppou et al., 2013 ; Economou et al., 2016 ; Madianos et al., 2014).

La consommation de « drogues de la crise » – substances synthétiques très bon marché comme la métamphétamine (1 à 5 euros) fabriquées dans des laboratoires de fortune et même dans les cuisines des particuliers – pourrait détruire une génération entière d’adolescents, comme le sisa en Argentine (Matsa, 2014). La désintégration de la société et le désastre sanitaire nourrissent la violence interpersonnelle (homicides et violence domestique).
Le psychiatre Spyros Sourlas (entretien, 2015) a observé un accroissement de 30 % des troubles psychosomatiques (maux de tête, de ventre) parmi les enfants, dont un tiers finit à l’hôpital. Gerasimos Kolaitis et Georges Giannakopoulos (2015), tous deux pratiquant dans d’importants services hospitaliers de psychiatrie infantile à Athènes, rapportent qu’ils rencontrent un « nombre toujours grandissant de familles confrontées à des adversités psychosociales compliquées » et d’enfants maltraités ou négligés admis dans le plus grand hôpital pédiatrique de Grèce au titre de la protection de l’enfance…
[...]

Loin de cette logique mortifère, une partie de la société a pris un chemin d’une tout autre nature pour défendre la santé publique et ses conditions de possibilité. Dans un élan de solidarité remarquable, des hommes et des femmes bénévoles, médecins, soignants ou simples citoyens ont œuvré pour créer et faire fonctionner à partir de 2009 une quarantaine de cliniques et pharmacies autogérées dans tout le pays. Toute personne nécessitant des soins médicaux sans y avoir accès pour une raison ou une autre y est accueillie indépendamment de sa nationalité, de son statut social ou de ses origines. Ces structures ont sauvé des milliers de vies, mais leurs maigres ressources, provenant exclusivement de dons de la population et de réseaux militants nationaux et internationaux (dont le collectif Solidarité France-Grèce pour la Santé) ne leur permettent de répondre qu’à une part minime des besoins de la population. La lutte ainsi engagée au nom de la santé pour tous n’a pas eu pour objet de construire une alternative au système public de santé. Elle a été pensée, menée et vécue comme un acte de résistance positive contre un pouvoir despotique, un acte susceptible d’amener les habitants à se relever et défendre par leurs pratiques solidaires leurs droits et les principes démocratiques. Cet espoir s’essouffle depuis que le gouvernement Syriza et son Premier ministre, choisissant de conserver le pouvoir après la capitulation d’Alexis Tsipras en juillet 2015, appliquent un troisième programme mémorandaire plus violent et punitif encore que les deux précédents. L’apathie gagne du terrain. Les militants et bénévoles, épuisés, quittent les organisations de solidarité. Nul ne sait par quels moyens la société grecque cherchera dans le dénouement de cette tragédie à se défendre contre les atteintes portées à sa substance même.

Noëlle BURGI
12 mars 2018
http://www.cadtm.org/Grece-Le-demantelement-methodique

La Grèce en révolte depuis 10 ans

Mercredi 04:45, d'Alexis Alexiou. Comment la Grèce est retournée sous la loi de la jungle grâce aux barbares de la troïka.

Arrow Des dizaines de milliards de barils de pétrole en Grèce  Exclamation   

Faire payer les responsables de la crise : les banques



"Notre pays s’enfonce dans les ténèbres du Moyen-Âge"
Par Mikis Theodorakis, le 12 février 2012 [Extraits]

'M. Papandréou aurait pu faire face à la crise économique (qui reflétait celle de l’Europe) avec des prêts de banques étrangères au taux habituel, c’est-à-dire inférieur à 5%. S’il l’avait fait, notre pays n’aurait pas eu de problème. Comme nous étions dans une phase de croissance économique, notre niveau de vie se serait amélioré.'

'Mais M. Papandréou avait déjà commencé sa conspiration contre le peuple grec en été 2009, lorsqu’il a rencontré secrètement M. Strauss-Kahn, dans le but de passer la Grèce sous la tutelle du FMI. Cette révélation a été divulguée par l’ancien président du FMI.'

'Imaginez que le Mémorandum accorde aux étrangers notre indépendance nationale et le trésor public, à savoir : nos ports, nos aéroports, le réseau routier, l’électricité, l’eau, toute la richesse naturelle (souterraine et sous-marine), etc. Même nos monuments historiques, comme l’Acropole, Delphes, Olympie, Epidaure, etc., après avoir renoncé à tous nos droits.'

'Si vous pensez que l’occupation allemande nous a coûté un million de morts et la destruction complète de notre pays, comment pouvons-nous accepter, nous les Grecs, les menaces de Mme Merkel et l’intention des Allemands de nous imposer un nouveau Gauleiter… mais cette fois-ci, il sera porteur d’une cravate…'

'Au cours des siècles, nous avons survécu dans des conditions très difficiles. Il est certain que, non seulement les Grecs vont survivre, mais ils vont aussi revivre s’ils nous amènent de force à l’avant-dernière marche de l’escalier avant la mort.'

'Je propose de ne plus acheter du matériel militaire des Allemands et des Français. Nous allons tout faire pour que l’Allemagne nous paie les réparations de guerre dues. Ces réparations s’élèvent, avec les intérêts, à 100 milliards d’euros.

La seule force capable de faire ces changements révolutionnaires, c’est le peuple grec uni en un Front de Résistance et de Solidarité pour que la Troïka (FMI et banques européennes) soit chassée du pays. En parallèle, il faut considérer comme nuls tous ses actes illégaux (prêts, dettes, intérêts, impôts, achats de la richesse publique).'
https://www.les-crises.fr/les-tenebres-du-moyen-age/

À l'époque, Mikis Theodorakis était jugé paranoïaque.

En 2012, l'Allemagne demandait officiellement à la Grèce de détruire le Parthénon, trop cher à l'entretien
http://www.wikistrike.com/2015/06/en-2012-l-allemagne-demandait-officiellement-a-la-grece-de-detruire-le-parthenon-trop-cher-a-l-entretien.html

En février 2018, Mikis Theodorakis appelle à un référendum sur le nom de la Macédoine
Il s'est montré persuadé que le but ultime du pays voisin, généralement appelé "Skopje" en Grèce - du nom de sa capitale - est d'étendre ses frontières en englobant une partie de la Grèce, notamment la province septentrionale de Macédoine.
"Des générations de +Skopjiens+" ont été élevés dans cette idée", a-t-il assuré.

"Ils cherchent à rejoindre l'OTAN et l'UE grâce à notre propre vote, afin de pouvoir demain nous menacer en position de force", a-t-il encore lancé sous les vivats.
http://www.lepoint.fr/ces-gens-la/mikis-theodorakis-appelle-a-un-referendum-sur-le-nom-de-la-macedoine-04-02-2018-2192088_264.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6523
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Lun 2 Avr - 1:19



Pour que l’humanité ne soit plus l’esclave du néo-libéralisme européen

Quand la noblesse européenne a fui le “siècle des lumières” naissant pour conquérir le Nouveau Monde, leur assaut sur les populations indigènes fut sanglant et définitif. L’esclavage fut le système économique érigé sur lequel ils ont bâti leurs fortunes. Ils se sont fabriqués des héros du style de notre Lafayette pour masquer le génocide passé et l’horreur de leur système économique.

Bruxelles a trouvé son petit Lafayette en Emmanuel Macron qui s’attèle à faire tomber les Totems de l’exception française au sein de l’Europe des profits. Il est le grand Haleur de l’Hermione bruxelloise qui veut éradiquer sur son passage le trublion français pour le couronnement de la souveraineté de Bruxelles. Appauvrir les populations pour les esclavagiser au consumérisme dérégularisé du patronat triomphant.

Au centre de l’Europe, la France est à nouveau l’espace de résistance possible. La cible du capitalisme du 21ème siècle est la même qu’elle le fut dans toutes les attaques réactionnaires aujourd’hui habillées du vêtement néo-libéral : l’humain. Il nous appartient tous de nous identifier dans cette cible pour défendre ce qui reste de notre humanité et lui redonner ses vraies lettres de noblesse.

François Colcanap,
Socio basé à New York City
23 mars 2018
https://lemediapresse.fr/politique-fr/pour-que-lhumanite-ne-soit-plus-lesclave-du-neo-liberalisme-europeen/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6523
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Union du monde capitaliste   Jeu 5 Avr - 11:24


Attila et Bruxelles donnent des leçons de démocratie !

Venezuela : Nicolas Maduro accuse les gouvernements français et espagnol d'être "racistes"

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé, mercredi 4 avril, les gouvernements français et espagnol d'être "racistes", au lendemain des critiques du président français Emmanuel Macron, estimant que les conditions d'organisation de l'élection présidentielle du 20 mai ne permettent pas "un scrutin juste et libre".

"Les élites dirigeantes de l'Espagne et de la France sont racistes", a déclaré le président vénézuélien lors d'une cérémonie pour le 50e anniversaire de la mort du militant américain Martin Luther King.

Parlant de lui-même, il a ajouté : "Comme ce métis ne se soumet pas à ses ordres, on dit que Nicolas Maduro est un dictateur".

Auparavant, l'administration Maduro avait critiqué la rencontre en France de trois membres de l'opposition vénézuélienne avec M. Macron, qualifiés de "repris de justice" car ils se sont exilés par crainte d'être arrêtés.

L'ancien président de l'Assemblée nationale Julio Borges, l'ex-maire de Caracas Antonio Ledezma, et Carlos Vecchio, coordinateur du parti Voluntad Popular, ont entamé mardi en France une tournée européenne.

Ils veulent accroître la pression internationale sur le gouvernement socialiste de M. Maduro, candidat à un nouveau mandat à l'élection présidentielle du 20 mai.

M. Macron a indiqué que "la France se tient prête, aux côtés de ses partenaires européens, à adopter de nouvelles mesures, si les autorités vénézuéliennes ne permettent pas la tenue d'élections démocratiques".

Dans une note de protestation remise à l'ambassadeur de France à Caracas, le gouvernement vénézuélien a qualifié cette rencontre de "geste inamical".

"Le Venezuela exige que le gouvernement français respecte la souveraineté nationale et cesse de tenter d'imposer des sanctions unilatérales à l'encontre du pays, en violation du droit international", indique le gouvernement vénézuélien dans un communiqué.

Dans son accusation de racisme, M. Maduro fait également référence aux dirigeants espagnols, avec lesquels il entretient des relations tendues, notamment avec le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, qui l'accuse d'une "dérive totalitaire".

L'Union européenne a sanctionné sept hauts fonctionnaires vénézuéliens en janvier dernier. Le 28 mars, la Suisse a également pris des mesures à l'encontre de sept hauts fonctionnaires de ce pays producteur de pétrole qui sont désormais interdits d'entrée et de transit sur le territoire helvétique. Leurs éventuels comptes en Suisse seront également gelés.

Les États-Unis, comme le Canada, ont imposé des sanctions à M. Maduro et à plusieurs de ses fonctionnaires. Washington a également interdit à ses citoyens de négocier des obligations vénézuéliennes de sa compagnie pétrolière d'État.

https://www.la-croix.com/Monde/Venezuela-Maduro-accuse-gouvernements-francais-espagnol-etre-racistes-2018-04-05-1300929233

Macron va-t-il conseiller à Maduro de gouverner par ordonnances ou 49.3 et de museler les députés ?


Les mensonges des chiens de garde concernant le Venezuela
https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/09/04/mensonges-mediatiques-contre-france-insoumise-partie-i-maduro-a-ferme-49-medias/
https://www.tdg.ch/monde/ameriques/maduro-affaibli-encore-dangereux/story/14019484
https://www.legrandsoir.info/venezuela-l-interdiction-d-un-parti-qui-n-existe-pas.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6523
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Ven 6 Avr - 11:47



L’UE finance l’industrie de guerre d’Israël

[...] Lors d’une récente réception, Emanuele Giaufret, l’ambassadeur de l’Union européenne à Tel Aviv, a loué les entreprises et institutions israéliennes pour leurs « idées incroyables ». Il y a aussi promu un court métrage sur les « projets de collaboration » entre l’UE et Israël. Le film montre un représentant d’Israel Aerospaces Industries (IAI – une entreprise de construction aéronautique israélienne). Ce qui n’est pas dit aux spectateurs, c’est qu’IAI est aussi un fabricant d’armes. À la place, ils apprennent que cette firme est en train de développer l’avion de l’avenir.

Israel Aerospace Industries – une entreprise propriété de l’État – a fabriqué le drone Heron, celui qui a été utilisé dans les agressions contre Gaza. La société semble considérer cela comme un argument de vente. Les brochures sur le Heron le présentent comme « ayant fait ses preuves au combat ».

Effrayant

Les bureaucrates de Bruxelles n’ont pas été perturbés par cet affreux euphémisme. Ils ont donné leur accord à la participation d’IAI à Horizon 2020, le dernier programme de recherche de l’UE. Au moins l’une des subventions que l’entreprise a perçues grâce à ce programme est destinée aux travaux sur la technologie des drones. D’autres subventions sont affectées à la recherche sur les moteurs et la fabrication d’avions et d’hélicoptères légers. Les activités scientifiques de l’UE sont censées être civiles. Pourtant, les représentants de l’UE ont précédemment admis que rien n’empêchait que les fruits de la recherche qu’ils supervisent soient utilisés à d’autres fins.

Cela indique que l’UE aide Israël à fabriquer plus d’armes meurtrières qu’il n’en possède à ce jour. [...]

2 avril 2018
https://www.legrandsoir.info/l-ue-finance-l-industrie-de-guerre-d-israel-the-electronic-intifada.html


Les Palestiniens ne cesseront jamais d’exiger la justice
https://www.legrandsoir.info/les-palestiniens-ne-cesseront-jamais-d-exiger-la-justice-counterpunch.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6523
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Ven 6 Avr - 11:59



L’isolement de Julian Assange nous réduit tous au silence

Si certains doutaient encore du fait que l’affaire Julian Assange n’a jamais uniquement été une affaire judiciaire, mais une lutte pour la protection des droits fondamentaux de l’Homme, le doute est désormais levé.

Invoquant ses tweets critiques à l’encontre de la récente incarcération de Carles Puigdemont en Allemagne, et à la suite des pressions exercées par les gouvernements étasunien, espagnol et britannique, le gouvernement équatorien a installé un brouilleur électronique afin d’empêcher Assange de communiquer avec le monde extérieur via internet et son téléphone.

En plus d’avoir organisé son isolement total, le gouvernement équatorien lui refuse également le droit de recevoir des visiteurs. Malgré deux décisions de l’ONU qualifiant sa détention d’illégale et ordonnant sa libération immédiate, Assange est effectivement emprisonné depuis sa première mise en isolement dans la prison londonienne de Wandsworth en décembre 2010. Il n’a jamais été inculpé de crime. L’affaire suédoise s’est écroulée et a été abandonnée pendant que les États-Unis redoublent d’efforts afin de le poursuivre en justice. Son seul « crime » est celui d’être un authentique journaliste — de dire les vérités que le monde entier a le droit de connaître.

Sous l’ancienne présidence, le gouvernement équatorien avait courageusement résisté face au pouvoir de chantage des États-Unis et avait accordé l’asile politique à Assange en tant que réfugié politique. Le droit international et la moralité des droits de l’Homme étaient de son côté.

Aujourd’hui, sous la pression extrême de Washington et de ses partenaires, le nouveau gouvernement équatorien justifie l’étouffement d’Assange en déclarant que « le comportement d’Assange, à travers ses messages postés sur les réseaux sociaux, menace les relations que ce pays entretient avec le Royaume-Uni, le reste de l’Union Européenne et les autres nations. » [...]

Si l’UE et le Royaume-Uni, continuent à participer à cette scandaleuse réduction au silence en leur sein, cela signifiera que la liberté d’expression est effectivement en train de mourir en Europe. [...]

Source : John Pilger
3 avril 2018
https://www.legrandsoir.info/l-isolement-de-julian-assange-nous-reduit-tous-au-silence.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6523
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   Ven 20 Avr - 1:08




Européennes : le plan de Macron, pari génial ou délire mégalo ?

Non seulement Emmanuel Macron compte remporter les élections européennes de 2019, mais il entend tout simplement provoquer un big-bang au Parlement européen. Les yeux plus gros que le ventre ?

Ça commence à se savoir : Emmanuel Macron ne doute de rien. En septembre dernier, le chef de l’État avait proclamé dans un discours à la Sorbonne son ambition de « refonder l’Europe », rien de moins. Il l’a en quelque sorte répété ce mardi 17 avril dans un discours au Parlement européen. Mais les travaux pratiques s’annoncent compliqués... Confronté à une vague eurosceptique qui se répand sur le continent comme une trainée de poudre au fil des élections - de l’Italie à la Hongrie en passant par l’Autriche et la Pologne - le président français paraît bien seul à croire en une « souveraineté européenne », comme il l’a martelé à Strasbourg.
Et il ne peut pas compter sur un grand soutien de l’Allemagne : fragilisée par sa laborieuse constitution d’un gouvernement avec les sociaux-démocrates, Angela Merkel n’est pas disposée à accéder aux prétentions macroniennes, comme celle d’un budget propre à la zone euro.

Alors, pour prendre le pouvoir dans l’UE, Macron compte logiquement sur les élections européennes de mai 2019. Il a déjà supprimé les huit circonscriptions géantes pour revenir à des listes nationales. [...]

Compliqué, quand on se prétend ni de droite ni de gauche, de choisir un camp... Macron s’y est d’ailleurs refusé mardi à Strasbourg, soulignant qu’il n’était « pas partie prenante d’une famille politique » au Parlement européen.

En fait, dans son esprit, il n’est pas question de rejoindre l’un de ces groupes vieillissants. Trop « ancien monde » ! En toute modestie, Macron compte provoquer en Europe un chamboulement comparable à celui que son élection a suscité en France. [...]

Problème : les partis libéraux et europhiles sont une espèce en voie de disparition en Europe... De l’Allemand Martin Schulz à l’Italien Matteo Renzi, les tenants de cette ligne sont désavoués scrutin après scrutin. Seuls les centristes espagnols de Ciudadanos apparaissent comme de potentiels partenaires solides.

Du coup, Macron espère surtout débaucher des membres des deux grandes forces du Parlement européen, un peu à la façon dont il a rallié des élus de gauche et de droite en France. [...]

L’étape est cruciale car, en vertu du système du Spitzenkandidat, le futur président de la Commission européenne devra être le candidat désigné par le groupe arrivé en tête au Parlement européen. Autrement dit, si Macron échoue dans son hold-up, il risque de devoir sérieusement réfréner ses envies de « refonder l’Europe ».

18 avril 2018
https://www.marianne.net/politique/elections-europeennes-le-plan-de-macron-pari-genial-ou-delire-megalo
https://www.spectator.co.uk/2017/04/whats-the-matter-with-europes-new-emperor/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6523
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Macron, honte de la France   Sam 21 Avr - 19:25



« Senhor Pequeno Napoleão » (« Monsieur le petit Napoléon »), Marisa Matias, députée portugaise au parlement européen, le 17 avril 2018.

'Vous êtes venu faire une déclaration d'amour à la démocratie, en disant même que la démocratie n'est pas une parole creuse. Moi, je vous demande : Quelle démocratie ?
La démocratie que vous avez décidé d'exécuter il y a moins d'une semaine, quand unilatéralement, avec Trump et May, vous avez avancé en bombardant la Syrie sans consulter personne ?
La démocratie que vous concevez n'a pas de citoyens, n'a pas de parlement. Vous n'avez pas écouté l'Assemblée française, vous avez ridiculisé les institutions européennes. Votre conception de la démocratie n'est pas creuse, elle est inexistante.
Votre conception de la démocratie est napoléonienne. Et nous, nous voulons une démocratie totale. Si vous souhaitez la paix au Moyen-Orient, il y a une bonne solution : arrêtez de vendre des armes. Vous êtes dans une excellente position pour le faire.
Merci beaucoup.'

https://youtu.be/7au7dKoV9vI  cyclops
https://yetiblog.org/emmanuel-macron-senhor-pequeno-napoleao/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marisa_Matias




Macron humilié par Philippe Lamberts, eurodéputé belge  

La scène se passe le 17 avril au Parlement européen de Strasbourg, haut lieu de la gouvernance actuelle de l'Europe de l'Ouest. Un député belge, dans une allocution tonitruante de 4 minutes, a atomisé Macron en termes choisis, nullement insultants mais d'une grande clarté. [Extraits du texte de Piere CHALORY]

'J'ai retenu de cette vidéo détonnante que dans le cadre de cette prestigieuse assemblée, il est manifeste que la liberté de parler existe encore, plus en tout cas que chez nos médias serviles et médisants.

Dans ce discours, ce député a littéralement recadré le fringant ex-banquier d'affaires, qui se prend pour le roi depuis quelque temps [...]

Philippe Lamberts interpella donc monsieur Macron en s'étonnant que, dans un pays où la devise affichée au fronton des édifices officiels est Liberté, Égalité, Fraternité, l'état d'urgence français permanent permette à la police de perquisitionner, assigner à résidence ou débarquer au petit matin chez vous sur simple soupçon des forces de l'ordre, sans mandat ni procédure quelconque.

Où est la liberté également, dit Philippe (Lamberts, pas Édouard), quand, après avoir renoncé au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-landes, Macron envoie quelque 2500 gendarmes déloger à la grenade lacrymogène les occupants d'une bergerie nullement terroriste, et détruire au bulldozer ces lieux de vie écolo très éloignés du Daesch Way of Life. Opération Zad qui s'est soldée par un enlisement de la situation et du conflit, qui est loin d'être terminé.

Où est la liberté, quand ''vous imposez toujours plus de précarité aux ouvriers, aux classes moyennes, aux retraités et quand dans le même temps, vous faites des cadeaux fiscaux à ceux que vous appelez les ''premiers de cordée'', en qui vous semblez avoir une confiance inébranlable'', a continué ce député déchaîné…

Mais le moment que je préfère est celui où, bien que faisant partie pleine de cette communauté européenne artificielle et tant décriée, ce député signifie à Macron que ''le but de cette construction européenne est justement d'éviter qu'une seule personne affiliée à cette entité ne soit jamais traitée comme une chose sans importance ou plus précisément comme un ''rien'' (...), rappelant ainsi l'exaction verbale révélatrice de Macron, qui dit un jour que parfois dans les gares ''on croise des gens qui ne sont rien'', et pas "qui ne font, ni n'ont rien" - nuance, rappelle ici Lamberts.

La conclusion ne manque pas de sel.

Philippe Lamberts dit donc à Macron qu'ayant remarqué que celui-ci a pris l'habitude d'offrir des cadeaux à ses hôtes (de marque uniquement), il lui offre de bon coeur et sur ses propres deniers une corde d'escalade, ornée de petits drapeaux européens symbolisant selon lui la solidarité des peuples, censée éviter aux derniers de cordée de tomber dans le ravin.'
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/philippe-lamberts-elu-belge-offre-203520

https://www.youtube.com/watch?v=1lqMYRuiKwg  cyclops
https://reseauinternational.net/emmanuel-macron-humilie-au-parlement-europeen/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Lamberts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Europe impopulaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Europe impopulaire
Revenir en haut 
Page 22 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
 Sujets similaires
-
» Europe 1 à Rouen
» Europe Fédérale
» recherche sur le statut des régions en Europe
» COUPE D'EUROPE RUGBY 2009
» EDE : Europe Démocratie Espéranto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: