sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Changement climatique et civilisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Changement climatique et civilisation   Sam 10 Mai - 21:14


Montée des eaux de 70 mètres : vers un changement de civilisation

Extraits
En Indonésie, en Birmanie, en Louisiane, au Yucatan, la terre cède ponctuellement mais brutalement du terrain face aux eaux de la mer ou du ciel. La forme du monde est en train de changer. Mais est-ce seulement sa forme ? Tout ce que l’on sait, c’est que le tracé des littoraux, donc la physionomie des continents aura fortement changé dans quelques décennies. Quelle ampleur peut-on envisager pour ce changement, pour un horizon qui nous intéresse (2100) qui nous inquiète (2030) ou qui nous terrorise (2012) ? Quelle ampleur maximale peut-on redouter et à quel rythme l’eau est elle censée monter ?

Il est peu probable que la montée des eaux annoncée pour le vingtième siècle soit progressive et uniforme. La variété des positions climatiques, topographique et sismique laisse plutôt supposer une multiplication d’évènements de type tsunami, cyclones, ouragans et typhons localisés, sporadiques et brutaux. La prise de conscience collective est d’autant plus délicate à déclencher que chaque accident est considéré comme un drame national et non une catastrophe globale.

Même si l’humanité prenait soudain conscience d’elle-même et adoptait d’un seul coup l’élégance écologique du Lakota, du Dogon ou du Warlpiri, il y a peu de chances que les mouvements en cours s’inversent d’eux-mêmes.

Les Géographes ne sont sans doute pas les seuls à entrevoir l’ampleur de la vague économique, politique, militaire et écologique qui nous menace ou plutôt qui a déjà commencé à précipiter des pans entiers du monde dans leur fin. Mais ils ne peuvent manquer de constater que la seule consigne utile à transmettre à l’humanité, face au raz de marée, est là : reculez ! Abandonnez les zones exposées, fussent-elles riches, tournez-vous vers vos intérieurs, vos ressources locales, personnelles. L’ère des circulations gratuites est sans doute bientôt révolue. Reculez vers ceux qui occupent aujourd’hui les positions que vous devrez tenir demain. Comment survit-on à la pauvreté, à l’envahissement de son pays ? Comment se chauffe-t-on sans électricité, comment trouve-t-on de l’eau, que peut-on cultiver ici, de quels animaux puis-je me nourrir ? Non pas parce que cela va arriver, mais parce que cela peut arriver et que les plus urbanisés et tertiarisés d’entre nous serons les plus exposés à la vague.

On nous annonce que chaque seconde, un pauvre meurt de faim, de soif ou de noyade aux portes de nos villes et que leurs blanches murailles sont menacées à nouveau par la misère, la guerre, la maladie et la montée des eaux ! Il est clair que la panique millénariste pourrait à très court terme s’avérer aussi dangereuse que le réchauffement climatique et servir les intérêts d’un groupe voire justifier l’extermination d’une partie de l’humanité au profit de la survie (et de l’asservissement) de l’autre partie. A moins que la dramatisation de la situation ne fasse de quelqu’un comme Bové un Evo Moralès français, il est peu probable que l’Etat soit à nos côtés dans cette lutte. Nous devrons survivre sans lui, voire malgré lui.

Peut-être a-t-on réellement cru que « des petits gestes simples » allaient « sauver la planète ». Ceux qui y croient encore aujourd’hui ne sont pas les mieux informés. Nous avons devant nous quelques années pour choisir la forme que nous désirons donner à la société de demain. Selon qu’elle aura été organisée ou non, la survie de nos sociétés se fera dans un certain ordre ou dans la débâcle. « La civilisation européenne, demandait Gandhi ? Oui, ce serait une bonne idée ! » Il faudra peut-être nous résoudre à voir sa disparition avant que certains n’en aient vu la naissance.

Emmanuel Lézy, Maître de Conférence en Géographie à l’Université de Paris X Nanterre et membre du Laboratoire GECKO (Laboratoire de Géographie Comparée des Nords et des Suds).

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1958

Notes :
[1] Un exemple parmi d’autres : SCIAMA, Yves, 2005, Le changement climatique, une nouvelle ère sur la Terre, Larousse, Petite Encyclopédie : « hausse estimée à 50 cm à l’horizon 2100 ».

[2] Contre Info : Les glaces de l’antarctique fondent plus vite que prévu
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=61

[3] Rapport du PNUE : La fonte des glaciers s’accélère
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1837

[4] James Hansen : l’objectif actuel de CO2 est dramatiquement trop élevé
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1899

[5] André Rousseau : A New Global Theory of the Earth’s Dynamics : a Single Cause Can Explain All the Geophysical and Geological Phenomena
http://hal.archives-ouvertes.fr/ccsd-00004334/en

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article65887

Réfugiés climatiques
Estimé à 25 millions de personnes début 2008, rien que pour les réfugiés climatiques, par la député européenne Hélène Flautre (Verts), le nombre d’écoréfugiés est en augmentation constante.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cor%C3%A9fugi%C3%A9
www.lesechos.fr/info/analyses/4660105.htm


Quelles centrales nucléaires et quelles bases de l’OTAN seraient sur le trajet de "la vague" ?
Quelle seraient les conséquences d’une immersion de centrale nucléaire ?


Le capitalisme vert est-il possible ?
http://hussonet.free.fr/capivert.pdf

La fonte des glaces expliquée par les "voyageurs de l'eau"
http://aventure.blogs.liberation.fr/eautour_du_monde/2008/06/lor-blanc-fond.html#trackback


Dernière édition par Orwelle le Jeu 5 Juin - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Mer 21 Mai - 3:49




Les guerres du climat

Les changements climatiques s'imposent désormais comme le principal facteur d'insécurité. Guerres pour le contrôle des matières premières, catastrophes naturelles, nouvelles pandémies... : la planète peut-elle encore échapper au chaos ?

C'est désormais une évidence : la Terre se réchauffe et les changements climatiques vont au mieux remodeler notre monde, au pire le conduire à sa perte. Avec un ou deux degrés de plus, notre planète, déjà surchauffée par les émissions de gaz à effet de serre, risque de s'embraser. Cette vision d'apocalypse, programmée pour les décennies à venir, n'appartient plus aux seuls écologistes. Désormais, les scientifiques, les politiques et même les militaires - généralement plus prudents - le reconnaissent : les changements climatiques menacent la paix mondiale.

Au Nord, ce sont d'abord nos conforts et nos économies qui vont souffrir ; au Sud, ce sont les populations qui devront fuir leurs territoires devenus invivables. Mais cette frontière nord-sud n'est plus uniquement géographique : elle traverse désormais les pays développés comme les pays émergents. Un peu partout, ces changements vont aggraver les inégalités, les injustices et la fracture sociale...

Cette crise annoncée n'épargnera personne. Elle s'impose déjà comme un défi global à toute l'humanité.

De la mer de Barents au lac Tchad, du Bangladesh au pôle Nord, enquête sur les possibles conflits à venir.

Documentaire de Gauthier Bonneville et Christian Le Peutrec (2007)
Rediffusion le 05 juin 2008 à 09:55
Bande-annonce


L'effet de serre

Définition :
L’énergie apportée par le soleil parvient au sol en traversant l’atmosphère. Le sol transforme cette énergie en rayons infrarouges. Certains gaz présents dans l’atmosphère (Co2 et Ch4 notamment) retiennent les infrarouges, ce qui génère un réchauffement. Si l’effet de serre n’existait pas, la température moyenne de la planète serait à – 18 ° C. Le processus est donc à la base bénéfique. Grâce à lui, la terre est en moyenne à 15° C.
www.arte.tv/fr/connaissance-decouverte/2048676.html


Evolution jusqu'en 2100

Estimations de l'évolution des températures et des précipitations si nous n'agissons pas contre le réchauffement climatique.
Une des vidéos :
http://mfile.akamai.com/37666/wmv/arte7.download.akamai.com/37666/permanent/c1/klima/temp_2100.asx

www.arte.tv/fr/connaissance-decouverte/2048678.html
www.arte.tv/fr/Changements-climatiques---une-menace-pour-la-paix-/2047308.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Jeu 29 Mai - 1:54



Le rapport alarmiste d’une ONG sur le désastre du Sichuan

Extraits

Le bilan officiel du tremblement de terre du 12 mai est exactement de 65 080 morts, 23 775 disparus et 358 816 blessés. Soit l’une des pires catastrophe naturelle qu’ait connue le pays. Mais le pire, sur le plan social, est peut-être encore à venir.

Entre les pollutions en tous genres suite à la destruction d’usines, la disparition pure et simple de villages entiers, l’exode des rescapés, la gestion des camps de réfugiés, le deuil des familles qui ont perdu leur enfant unique, les problèmes majeurs devant être résolus à court et moyen terme ne manquent pas.

Au total, 391 barrages ont été touchés par le séisme et ses répliques. L’état d’une dizaine d’entre eux serait jugé « très préoccupant » par les autorités, au point d’envisager l’évacuation des populations.

Quelque trente réservoirs artificiels de rétention d’eau se sont créés « naturellement » au gré des détournements de lits de rivières. Glissements de terrain, effondrements de flancs entiers de montagne et pluies incessantes : des vallées entières sont menacées d’inondation. L’instabilité et la vulnérabilité de ces réservoirs ont d’ores et déjà obligé des dizaines de milliers d’habitants à rejoindre les camps de réfugiés.

En ce qui concerne la production électrique du Sichuan, 8,74 GW de capacité de production des centrales électriques de la province ont été touchées lors du séisme. Soit 1 % du total de la production chinoise d’électricité qui équivaut à environ 900 GW. L’Etat vient de débloquer 7,6 milliards de dollars rien que pour la maintenance d’urgence.

Au sujet des nombreuses installations nucléaires du Sichuan (Lire ou relire dans Bakchich* : Séisme, quid des installations nucléaire du Sichuan ?), les autorités se veulent fermes : « elles sont sûres et sous contrôle. Vous avez une autre question ? » Une attitude qui ne rassure personne sur place, surtout qu’aucun élément n’est fourni pour infirmer ou démentir les informations circulant sur les dommages supposés des différents complexes nucléaires militaires de la région.

L’unique risque publiquement signalé concerne les trente-deux sources de radiation ensevelies sous les tonnes de gravats et qui proviennent des matériaux radioactifs utilisés dans les centres radiologiques des hôpitaux.

Par contre, deux menaces encore très difficiles à cerner à ce jour subsistent : l’état des nappes phréatiques et des systèmes d’abduction d’eau ainsi que le spectre d’une crise alimentaire. Les soldats-sauveteurs déployés sur le terrain se font d’ailleurs soldats-paysans, récoltant dans les champs ce qui peut-être sauvé.

Secours aux sinistrés
côté Ong étrangères, Greenpeace Hong Kong a obtenu le feu vert des autorités du Sichuan pour déployer un programme de prévention portant sur deux usines chimiques endommagées.

www.bakchich.info/article3929.html
* www.bakchich.info/article3803.html


Le séisme expliqué par le Laboratoire de Sciences de la Terre / UCBL - ENS Lyon
http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-seisme-Sichuan-mai-2008.xml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Mer 17 Déc - 7:41


© KEYSTONE

Steven Chu, prix Nobel de physique, sera le «Monsieur Climat» de Barack Obama


Contrairement à l'administration Bush, qui très récemment encore refusait d'admettre le lien entre l'activité humaine et le dérèglement du climat, Barack Obama avait déclaré qu'il s'attaquerait au problème des émissions de gaz à effet de serre.

Il a donc choisi Steven Chu comme secrétaire à l'Energie des Etats-Unis. Fils d'immigrants chinois passé par l'université Stanford, ce spécialiste reconnu, qui dirige le Laboratoire national Lawrence Berkeley en Californie, annonce les plus graves dysfonctionnement planétaires si rien n'est fait pour l'environnement.

Pour lui les estimations de réchauffement de +1,8 à +4 °C faites par le GIEC (Groupe international d'experts sur le climat) sont inférieures à la réalité. Il table plutôt sur 6°C d'augmentation moyenne.
Il a déclaré récemment que des villes comme Bombay, New York ou Londres devraient un jour songer à élever des murs de protection contre la montée des eaux.

Devant ses défis, le professeur Steven Chu a déjà avancé de nombreuses pistes de travail. Il propose d'encourager la recherche sur de nouveaux biocarburants, ceux existant actuellement n'étant pas selon lui réellement éco-efficients. Il préconise bien sûr le développement des énergies solaires et éoliennes, mais surtout des technologies propres de production d'énergie.

M. Obama a également choisi trois personnalités politiques expérimentées favorables à la régulation pour occuper des postes ayant trait à l'environnement.

Carol Browner, ancienne responsable de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) sous la présidence de Bill Clinton, sera la "Madame Climat" de la nouvelle administration, chargée de superviser l'ensemble de la politique en matière d'énergie, d'environnement et de climat.

Mme Browner a également travaillé au côté de l'ancien vice-président Al Gore, devenu militant de la cause environnementale, lorsqu'il était sénateur.

M. Obama a aussi décidé de nommer à la tête de l'EPA Lisa Jackson, ancienne directrice de l'agence de protection de l'environnement du New Jersey (est).

Enfin, Nancy Sutley, adjointe au maire de Los Angeles chargée de l'énergie et de l'environnement, présidera le Conseil de la Maison Blanche sur la qualité environnementale.

www.tdg.ch/actu/monde/prix-nobel-steven-chu-nomme-secretaire-energie-2008-12-16
www.parismatch.com/parismatch/Dans-l-oeil-de-match/Reportages/Steven-Chu-l-alarmiste-Monsieur-Climat-d-Obama/(gid)/61772/


Steven Chu, né le 28 février 1948 à Saint-Louis (Missouri) est un physicien américain et prix Nobel de physique en 1997 pour ses recherches sur le refroidissement et capture d'atomes par laser.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Steven_Chu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Ven 4 Sep - 1:06



Climat : « Un risque de perte de contrôle du réchauffement »

L'Arctique est un lieu privilégié d'observation du réchauffement de la planète car ce qui se joue aux pôles permet de vérifier le bien-fondé des alertes lancées par la communauté scientifique, qui constate en effet avec effroi que le phénomène est plus rapide que ce qu'elle avait prévu notamment dans le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) de 2007.

Mais ce qui inquiète le plus les scientifiques c'est le risque de perte de contrôle du réchauffement climatique rendant vains tous les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui pourraient être accomplis.

Si la température de la planète se réchauffait de 5 degrés, scénario envisagé en 2100 (si l'on ne réduit pas drastiquement nos consommations de carburants fossiles), alors surviendraient des rétroactions, c'est-à-dire que des effets amplificateurs s'accéléreront ou s'enclencheront, pour transformer la planète en poêle à frire. Citons quelques uns de ces effets :

  • la diminution du pouvoir réfléchissant des pôles (autrement appelé l'effet d'albédo) ;

  • la disparition définitive des forêts ;

  • le dégazage du permafrost (également appelé pergélisol, un sol gelé en permanence) qui va libérer des quantités considérables de méthane, un gaz à effet de serre 24 fois plus puissant que le CO2 ;

  • le réchauffement des océans qui alors cesseront d'absorber, comme ils le font aujourd'hui, près de la moitié du CO2 que nous émettons…

Sophie Verney-Caillat

Rue89.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Lun 7 Sep - 11:14



Les glaciers du Groenland fondent plus vite que prévu

La fonte des glaciers du Groenland, c'est une fuite non colmatable dans le plus grand château d'eau douce du monde. L'île abrite en effet 10% des réserves mondiales d'or bleu.

La fonte totale du Groenland ou celle du quart de l'Antarctique provoquerait une élévation du niveau des mers de 6 mètres, des dizaines de millions d'habitants de régions côtières, de la Floride aux Pays-Bas et au Bangladesh, devraient migrer.

La fonte rapide du Groenland, par l'apport massif d'eau douce dans l'Atlantique nord, pourrait stopper le courant marin Gulf Stream, entraînant une période glaciaire en Europe.

L'ensemble de l’écosystème Arctique est affecté par le réchauffement climatique.

L'évolution en images de 1992 à 2002.

http://contreinfo.info/rubrique.php3?id_rubrique=19
http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2009/09/effet-collat%C3%A9ral-de-la-fonte-des-glaciers.html
www.notre-planete.info/actualites/actu_1169_calottte_glaciaire_Groenland_fonte.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: EXTRAITS   Lun 19 Oct - 19:20


SIPA/PRASHANT RAVI/AP
Inondations en Inde, au Pakistan, au Népal et au Bangladesh dues à une mousson inhabituelle (été 2007)


Les réfugiés climatiques en quête de statut juridique

La montée des périls environnementaux pose la question des droits à accorder aux populations déplacées.

Un conseil des ministres en tenue de plongée : samedi 17 octobre, le gouvernement des Maldives devait se réunir six mètres sous l'eau pour dénoncer le réchauffement. La montée de l'océan menace d'engloutir l'archipel. Ses 400 000 habitants seraient alors en quête d'une terre d'accueil... sans pouvoir revendiquer le droit d'asile ni le statut de réfugiés. Car "le cadre juridique actuel ne permet pas de prendre en compte les migrations provoquées par le changement climatique", résume Charles Ehrhart, responsable de cette question à l'ONG Care.

Les chiffres sont pourtant colossaux. Les catastrophes liées au climat ont provoqué la migration de 20 millions de personnes en 2008 selon l'ONU. D'ici à 2050, 200 millions de migrants pourraient être jetés sur les routes par les dérèglements de l'environnement.

"L'immense majorité de ces migrants restent à l'intérieur de leur propre pays et ne peuvent donc prétendre au statut de réfugié", précise Sybella Wilkes, porte-parole du HCR. Si l'organisation intervient parfois en urgence lors de catastrophes environnementales, elle réfute le terme de "réfugiés climatiques", craignant de lézarder le fragile édifice de la convention de Genève sur les réfugiés.

Derrière la revendication d'un statut pour les réfugiés climatiques, cette conviction : la responsabilité des pays riches dans le réchauffement leur donne l'obligation d'apporter aide et asile à ses victimes. Des pays comme les Maldives ou le Bangladesh demandent des compensations aux pays du Nord et exigent que la question des migrations forcées soit incluse dans les discussions pour parvenir à un accord à Copenhague.

C'est là que le bât blesse.

Les adversaires d'un tel statut ont un argument tout trouvé : la responsabilité du changement climatique peut difficilement être prouvée. Sans compter qu'une part des catastrophes n'a rien à voir avec le climat. Séisme en Indonésie, typhon aux Philippines, au Vietnam et au Laos, tsunami aux îles Samoa et Tonga : la série de cataclysmes qui s'est abattue sur l'Asie du Sud, fin septembre, a illustré la difficulté d'adopter une approche différenciée selon les cas de figure.

Grégoire Allix
lemonde.fr

Commentaire
La situation à Tuvalu laisse présager de bien mauvaises choses.
A vrai dire avec un "réchauffement optimiste", le Groenland, le nord du Canada, la Sibérie peuvent accueillir du monde. Reste le scénario noir de la fonte du permafrost et la libération de méthane, gaz à "effet de serre" 20 fois plus élevé que le CO2.
Si le permafrost fond, du méthane sera libéré. Si tout le méthane est évacué des terres gelées, la température moyenne sur Terre passerait de 7° à 464° !
Aujourd'hui la température moyenne sur Terre est de 7°. Le GIEC parle de +2°. C'est-à-dire que l'on passe de 7° à 9° de température moyenne (soit plus de 25% de hausse).
C'est une question complexe. Le GIEC ne tient absolument pas compte de la fonte du permafrost dans ses prévisions.
En revanche, en Russie on note que des bulles remontent tout les jours du fond de l'océan...
Le méthane, c'est 20 à 23 fois plus fort que le CO2. L'effet de serre ainsi obtenu ne peut être mesuré avec précision.
Ce sont des hypothèses...
La question est de savoir à quelle vitesse le permafrost va fondre et à quelle vitesse le méthane va se répandre dans l'air.
C'est un problème qui sent "la fin du monde", pas drôle, inquiétant, mais que l'on peut éviter et qui peut-être ne se posera jamais.
Mais ce sont des hypothèses qui existent. Plutôt en Russie, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Lun 19 Oct - 19:28



Sur le Spiztberg, la banque de graines (seedbank) de la Fondation Gates

La "Bill and Melinda Gates Foundation" a jeté récemment son dévolu sur un bout de rocher perdu, au Spiztberg, où se construit une sorte de tombeau en béton, près du petit village de Longyearbyen. Sous les auspices conjoints du gouvernement norvégien, de la fondation Rockfeller, du grainetier Monsanto et de Syngenta Fondation, des Suisses issus de la fusion de AstraZeneca et de Novartis.

Le blockhaus, doté de murs d’un mètre d’épaisseur et de portes anti-déflagrations, est destiné à recevoir les graines du monde entier "so that crop diversity can be conserved for the future", affirme le gouvernement norvégien investi dans le projet.

Un tombeau géré par Global Crop Diversity Trust, un organisme romain dirigé par Margaret Catley-Carlson, membre également du conseil d’administration de... Suez Environnement. Elle fait aussi partie de la New York-based Population Council, un organisme signé Rockfeller créé en 1952.

Parmi les généreux donateurs, on peut ajouter Dow Chemical, la firme restée mondialement célèbre pour avoir aspergé le Vietnam avec son fameux agent orange (du Round-Up à la glyphosate).

L’annonce de la construction de ce blockhaus renforce l’idée que le gouvernement américain est déjà allé bien loin, et souhaite garder la mainmise sur un possible retour en en arrière si besoin était, en cas de catastrophe mondiale.

Les blockhaus ont toujours eu des relents de fascisme, et celui du Spitzberg, sponsorisé par Bill Gates en personne, n’y échappe pas. Ce qu’on y stocke, ce n’est pas que la mémoire végétale de l’humanité, c’est aussi une idéologie nauséabonde... bien cachée sous des mètres de béton.

morice
31 12 2007
www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33108
http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/7097052.stm


Le Spitzberg occidental, se trouve à 500 kilomètres à l'est du Groenland.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Spitzberg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Sam 19 Déc - 18:36


Martin Sugarman, 1996

Les activités militaires responsables de la fonte des glaces de l’Himalaya

La guerre entre l’Inde et le Pakistan provoque la fonte du glacier de Siachen, selon Arshad Abbasi, hydrologue pakistanais, qui estime que les transports liés à l’alpinisme portent aussi une part de responsabilité.

Publiée par le site Planète-Non-Violence, son interview a été réalisée par Zofeen Ebrahim, de l’agence IPS/TerraViva, pour la Conference de l’ONU sur le changement climatique, à Copenhague .

Situé à la jonction stratégique entre l’Inde, la Chine et le Pakistan, le glacier Siachen, un des glaciers de l’Himalaya et le plus grand glacier du monde hors régions polaires, est considéré comme un régulateur du climat et une «source écologique» pour l’Asie du Sud.

Qualifié de champ de bataille le plus élevé du monde, à plus de 6000 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce glacier long de 77 km est en train de fondre rapidement. Depuis 1984 l’Inde et le Pakistan revendiquent sa propriété, et depuis cette date, des combats ont lieu sporadiquement.

Les troupes des deux côtés sont responsables de la destruction irrémédiable de la biodiversité de la région, de l’écologie et l’hydrologie, selon Abbasi, ancien directeur de la Commission de Planning au Pakistan, et actuellement conseiller auprès du Sustainable Development Policy Institute, un institut de recherche d’Islamabad spécialisé dans les politiques de développement durable.

Des experts disent que le changement de climat provoqué par l’homme a largement contribué à des changements alarmants dans les activités climatiques qui affectent, entre autres, le taux de fonte des glaciers, provoquant une vague de catastrophes naturelles, telles l’augmentation des tremblements de terre, les éruptions volcaniques, et les tsunamis.

Selon des estimations, environ 200 tonnes de CO2 par jour sont émises dans l’atmosphère à cause de l’utilisation d’essence pour l’approvisionnement des troupes et le transport du matériel de guerre par voies terrestre et aérienne. A la fois l’Inde et le Pakistan dépensent chacun un million de dollars par jour pour maintenir leurs troupes au Siachen – une somme énorme qui, selon ce que disent des experts, pourrait servir amplement à combattre la pauvreté et la faim qui ravagent les deux pays.

3% des morts entre les deux forces armées en lutte pour le glacier sont dues au combat, le reste est attribué à l’altitude, au climat et aux avalanches.

Qualifiant le conflit du Siachen de guerre entre le glacier et les humains, et non de conflit entre l’Inde et le Pakistan, Abbasi dit que 97% des morts le prouvent, car la majorité des soldats sont victimes d’engelures et de blessures provoquées par des accidents causés par des tempêtes de neige et d’autres causes naturelles, et très rarement par des échanges de coups de feu.

Lors de l'interview à IPS, Abbasi explique pourquoi la seule guerre qui vaille la peine d’être menée, c’est celle de la protection du glacier et la préservation de l’écologie fragile de la masse de glace, qui pourrait bien ne plus être là d’ici peu, supprimant des deux côtés le motif du combat. (...)

15 Décembre 2009
www.volopress.net/volo/spip.php?article492
www.chesslerbooks.com/item/4783-war-above-the-clouds-siachen-glacier-sugarman-1996.asp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Ven 7 Jan - 15:03


Une vingtaine de maisons inondées et l'école évacuée à Cartignies

Pluie et neige fondue ruisselaient hier dans les champs et les fossés, gonflant des cours d'eau qui ont débordé un peu partout en Avesnois. À Cartignies, où un affluent de l'Helpe mineure est sorti de son lit, le maire a décidé de faire évacuer l'école. Dans cette même commune les habitants d'une vingtaine de maisons se sont retrouvés les pieds dans l'eau.
www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/01/07/article_l-ecole-de-cartignies-evacuee-par-precau.shtml

[VIDEO] Cinquante centimètres d'eau dans des rues de Fourmies, hier vers 23 heures
« C'est la deuxième fois depuis novembre. On a tout perdu. Il y a déjà trente centimètres d'eau dans la maison et elle monte encore. On ne sait plus quoi faire ».

La crue n'était pas prévue et a été soudaine. En une heure, hier soir, l'Helpe mineure est sortie de son lit et a inondé plusieurs rues de Fourmies... jusqu'à cinquante centimètres. Une vingtaine de personnes ont été relogées dans leurs familles ou hébergées dans une salle de sport.

En cause ? Le réchauffement brutal et la fonte de la neige.
www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/01/07/article_cinquante-centimetres-d-eau-dans-des-rue.shtml

www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/01/09/article_inondations-dans-l-avesnois-le-barrage-d.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Jeu 13 Jan - 17:15


200 000 personnes sont affectées par ces inondations/Photo Reuters (zoom)

Inondations monstre en Australie

Les inondations qui recouvrent de larges parties de la côte nord-est de l'Australie constituent une "catastrophe aux proportions bibliques", a commenté dimanche le responsable des Finances de l'Etat du Queensland.

La nouvelle année commence très mal pour l’Australie. Les pluies qui se sont abattues sur l’Etat du Queensland, au nord-est du pays, ont fait déborder les cours d’eau et les flots recouvrent déjà une superficie plus grande que la France et l'Allemagne. Vue du ciel, la région offre un paysage désolé de vastes étendues d'eaux brunes d'où émergent des toits ou des arbres.

En tout, 200.000 personnes sont affectées. Certaines ont dû quitter leur foyer et se réfugier dans des abris construits à la hâte. Une première femme a perdu la vie, emportée par les flots de la Leichhardt River alors qu'elle circulait en voiture. Son corps a été retrouvé deux kilomètres plus loin.
Un milliard de dollars

A Rockhampton, une ville de 77.000 habitants située à 600 km au nord de la capitale de l'Etat, Brisbane, on estime que 40% des habitations seront inondées dans les jours à venir. Brad Carter, le maire de cette commune située à l'embouchure de la Fitzroy River mène une course contre la montre car les eaux de fleuve montent plus vite que prévu. Les secours tentent donc d’empiler des sacs de sable pour limiter les dégâts. Mais, déjà, la ville est coupée du reste du pays. Et la masse d'eau attendue pourrait atteindre jusqu'à neuf mètres de haut, du jamais vu depuis les inondations de 1954 et 1991. Les prévisionnistes du Bureau of Meteorology pensent que les inondations culmineront mercredi.

Mais d’ores et déjà, le responsable des Finances de l'Etat du Queensland a évoqué une "catastrophe aux proportions bibliques". Selon Andrew Fraser, le coût du désastre dépassera le milliard de dollars australiens (environ 765 millions d'euros), avec un impact dévastateur sur l’économie, notamment les mines et les exploitations agricoles.
www.lejdd.fr/International/Oceanie/Actualite/L-Australie-en-proie-a-des-inondations-250465/

Plus d'un million de déplacés au Sri Lanka après les inondations
http://fr.news.yahoo.com/76/20110113/twl-plus-d-un-million-de-dplacs-au-sri-l-1a8f422.html

Le bilan des intempéries au Brésil s'alourdit à 361 morts
http://fr.news.yahoo.com/4/20110113/tts-bresil-intemperies-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Mar 22 Fév - 19:05


Changement climatique : et si c'était pire que prévu ?

Pluies diluviennes, sécheresses extrêmes, écosystèmes menacés… Ces risques du changement climatiques sont-ils sous-estimés par les simulations informatiques ?

Cette intensification est pourtant déjà mesurable affirme l’article de Nature. La démonstration est fondée sur l’analyse minutieuse d’une base de données du Hadley Centre, sur plus de 6000 stations météo réparties sur l’Hémisphère Nord (États-Unis, Amérique centrale, Europe, Inde, Chine) sur la période 1951-1999. Les pluies diluviennes de ces stations ont été comparées à des modélisations numériques [...]

Le résultat semble solide. Surtout, il suggère que les simulations du climat futur sous-estiment cette réaction de la planète à nos injections massives de gaz à effet de serre (plus de 30 milliards de tonnes de CO2 par an pour le charbon, gaz, pétrole et fabrication du ciment).

Paradoxe du changement climatique en cours : la prévision d’inondations accompagne celle de sécheresses plus fréquentes.

En été 2002 l’Europe a subi des inondations généralisées, mais l’année suivante, 2003, a été celle des records de vagues de chaleur et de sécheresse. Les sécheresses de 2010 en Russie et en Ukraine pèsent sur le prix du blé sur le marché mondial.

Quelles seront les conséquences de ces bouleversements climatiques sur les écosystèmes ?
Là aussi, la sous-estimation semble de mise. Un article récent (4) parus dans les PNAS a montré que, même avec un changement climatique modéré une écrasante majorité de 238 écorégions qualifiées d’exceptionnelles seront sous «stress» climatique. Elles auront à faire face de manière «régulière et fréquente» à des conditions climatiques, températures en particulier, aujourd’hui (la période 1961-1990) considérées comme extrêmes et rarissimes. De manière contre-intuitive, ce risque concerne les régions tropicales où la variation en valeur absolue des températures sera faible en valeur absolue mais très forte au regard des variations actuelles et donc des capacités d’adaptation des espèces animales et végétales régionales.

Et si le changement climatique ne s’arrêtait pas aux 2°C de plus qu’avant l’ère industrielle, comme le souhaite l’objectif fixé à la dernière conférence internationale de l’ONU, à Cancun ? Un ensemble d’études publiées par la Royal Society (5) s’interroge sur un monde à «plus 4°C». Une valeur, réaliste, encore inférieure à celles que prévoient certains modèles numériques. Et qui pourrait être atteinte dès les années 2070 si les émissions poursuivent la trajectoire actuelle.

Dans ce monde, expliquent avec sérieux les auteurs d’une série d’articles, la géographie physique se modifierait à grande vitesse, et les problèmes - eau, production alimentaire, hausse du niveau marin, émigration forcée… - soumettraient les capacités de gestion et d’adaptation des sociétés humaines à rude épreuve.
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/02/risques-climatiques-sous-estim%C3%A9s.html

(4) http://sciences.blogs.liberation.fr/files/climat-et-%C3%A9cor%C3%A9gions.pdf
(5) http://rsta.royalsocietypublishing.org/content/369/1934.toc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Sam 23 Juil - 16:28

Vendredi 1er janvier 2010 : l'hebdomadaire Courrier International publie un article apocalyptique sur le changement climatique.
Lisez cet article :


Si la température montait de 4 degrés ...

D'ici à la fin du siècle, nos descendants évoqueront peut-être avec nostalgie les légendaires cités de Saigon, de La Nouvelle-Orléans, de Venise ou de Bombay… Ce cauchemar pourrait effectivement se matérialiser d’ici à la fin du XXIe siècle, ou même d’ici à 2050, si l’on en croit les scénarios les plus pessimistes du Groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC).
L’hebdomadaire britannique New Scientist a demandé à quelques scientifiques de dessiner le portrait d’un tel monde.

Dans le scénario retenu, les déserts prédomineront. Ils envahiront peu à peu toute la bande située entre les tropiques du Cancer et du Capricorne, une zone où vit actuellement la moitié de la population mondiale.

Le Sahara progressera même, pour certains, jusqu’en Europe centrale.
Ce phénomène de désertification sera précédé – et aggravé – par une période de détérioration des moussons dans la zone qui comprend le Bangladesh, l’Inde ou le Pakistan, mais aussi plusieurs régions d’Afrique.

Finalement, de larges zones de la planète deviendront totalement inhabitables – une perte qui sera loin d’être compensée par le gain de nouvelles terres habitables, libérées par le recul des glaces au Groenland, en Sibérie, en Scandinavie et peut-être même en Antarctique, régions où d’importantes populations seront amenées à se fixer.

L’arrivée massive, en l’espace d’une génération, de milliards de réfugiés climatiques ne se fera pas sans heurts, préviennent les chercheurs interrogés par le New Scientist.

Les conflits pour conserver les ressources de base, l’eau et l’énergie, ou pour y accéder, vont s’intensifier. La “sélection” sera si intense que nous ne serons pas plus de 1 milliard à la fin du siècle prochain, n’hésitent pas à affirmer certains scientifiques, dont le célèbre James Lovelock, le père de la théorie Gaïa.

La stratégie pour s’adapter à ce nouveau monde est simple, mais révolutionnaire au regard de notre organisation politique et économique actuelle, ajoute le magazine : ne plus penser les ressources énergétiques et alimentaires à l’échelle d’un pays ou d’un continent, mais à l’échelle planétaire.

Cela revient à mutualiser les ressources agricoles et la production d’énergie, installée loin des centres de consommation. L’énergie solaire, en particulier, viendra des vastes zones désertiques qui ceintureront la planète. Elle sera complétée par le nucléaire, l’hydroélectricité, l’éolien offshore, et la géothermie.

Le mode d’alimentation des survivants va également changer. Ils n’auront pas le choix, ils deviendront végétariens : l’acidification des océans va détruire une grande partie des réserves halieutiques, des mollusques, des crustacés.

Quant au bétail, il faudra y renoncer. Seule la volaille pourra subsister. Les cultures elles-mêmes devront s’adapter et notamment devenir moins consommatrices d’eau.
www.courrierinternational.com/article/2010/01/01/7-si-la-temperature-montait-de-4-c

Une grande carte :
www.courrierinternational.com/files/illustrations/cartes/1000-ChgtClimat.jpg cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Mer 9 Nov - 23:06


HAARP (High Frequency Active Auroral Research)
et les essais de modification de l’ionosphère


Le projet High Frequency Active Auroral Research Program, abrégé en HAARP, est un programme américain à la fois scientifique et militaire de recherche sur l'ionosphère. Ses activités dépendent de la base aérienne de Kirtland AFB et sont financées conjointement par l'armée de l'air et la marine des États-Unis, ses activités scientifiques étant gérées par l'Université d'Alaska et sa mise en œuvre par le laboratoire Phillips de l'US Air Force et l'Office of Naval Research.

Avec l'excitation locale de l'ionosphère par hautes fréquences et la modulation du signal, HAARP est en mesure de faire de la basse atmosphère une antenne ELF / VLF virtuelle. La production d'ELF n'est qu'une des nombreuses possibilités offertes par l'interaction de HAARP avec l'ionosphère, qui recouvre des aspects aussi bien militaires que scientifiques.

Des chercheurs de nombreuses universités, américaines ou non, ont été ou sont encore associés à divers projets de recherches HAARP, ce qui a donné lieu à plusieurs publications. Par exemple, en décembre 2004, deux chercheurs américains ont publié dans la revue Nature les résultats d'une expérience au cours de laquelle ils ont pour la première fois créé une tache lumineuse verte visible à l'œil nu.

Selon Nick Begich et Jeane Manning, auteurs de Les anges ne jouent pas de cette HAARP (1995), la capacité d'HAARP à influencer l'ionosphère est beaucoup plus importante qu'admise officiellement. Les 180 antennes permettraient de faire des recherches pour notamment modifier le climat, détruire ou détourner avions et missiles transcontinentaux.


Les États-Unis sont membre d’une convention internationale interdisant ce genre de pratiques.

Hugo Chavez met en cause HAARP dans le tremblement de terre à Haïti. On a effectivement remarqué et acté des modifications de l'ionosphère, dont la raison n'est pas encore bien connue, peu de temps avant les tremblements de terre, 'mais corrélation n'implique pas pour autant relation nécessaire de cause à effet, ni dans quel sens'. Des lueurs vertes ou bleues ont été aperçues dans le ciel à ces moments-là, sans qu'on puisse les expliquer.
http://fr.wikipedia.org/wiki/High_frequency_active_auroral_research_program
www.stanford.edu/~mag41/Publications/2007GL032424.pdf

Haïti et l’arme sismique
www.dazibaoueb.com/article.php?art=10393

VLF (Very Low Frequency) : Très basse fréquence
ELF : Extremely Low Frequency
www.vlf.it/frequency/bands.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tr%C3%A8s_basse_fr%C3%A9quence



Vidéo : Reportage iTELE du 2 octobre 2008
http://dai.ly/qUCq6j

Ce qu'on y dit : Officiellement, HAARP est une expérience uniquement scientifique faite par des militaires.
Nick Begich, directeur du Lay Institute of Technology (USA) affirme que le but du programme Haarp est de contrôler le climat et l’environnement.
Luc Manpaey, chercheur au GRIP, le confirme. Depuis les années 1950-60, les USA font des recherches sur la possibilité de créer ouragans, cyclones, typhons, sur les « territoires ennemis ».
Des essais ont été effectués durant la guerre du Viêt-Nam.
En 1997, le parlement européen a mis en place une commission d’enquête sous la direction de Tom Spencer, afin d’en savoir plus.
Cette commission a montré qu’HAARP produisait des ondes capables de réchauffer l’atmosphère.
Ernst Guelcher, député au parlement européen déclare : « Ce genre de projet (HAARP) est typiquement militaire », « Ils (les USA) ne savent même pas quel impact ces expériences pourraient avoir. Je pense que derrière tout ça il y a des objectifs militaires plus vastes. »
Pas plus que la Commission, Tom Spencer n’obtient le moindre élément d’explication des USA, de l’OTAN, d’Al Gore.
Au retour de vacances, il voit ses affaires fouillées par la douane, qui saisit quelques grammes de drogue et une vidéo gay. Le député est démis de ses fonctions et la Commission en reste déstabilisée.


Le physicien Jean-Jacques Bertelier a repris l’enquête
www.web-libre.org/questions/enseignement-scientifique_7328/avez-vous-deja-entendu-parler-haarp,13043.ihtml


Dossier HAARP
Informations complémentaires

Le Lay Institute est un institut privé à but non-lucratif fondée en 2004 par Dorothy Lay et Nick Begich.
Nick Begich s’est vu décerner en 1994 un doctorat honoris causa de médecine alternative par The Open International University for Complementary Medicines, un établissement privé sri-lankais.
Nick Begich se base sur les thèses de Bernard Eastlund, un géophysicien aujourd’hui décédé, auteur de brevets ayant servi – parmi d’autres – à développer le programme HAARP. Bernard Eastlund estime que le programme HAARP est capable de dévier des ouragans au moyen d’un rayon électromagnétique.

Le dossier HAARP au Parlement européen (PE)

En 1995, année de la publication du livre de Nick Begich et Jeane Manning, Les anges ne jouent pas de cette HAARP, une proposition de résolution est déposée au Parlement européen (PE) par la députée finlandaise Elisabeth Rehn, sur « l'utilisation potentielle des ressources à caractère militaire pour les stratégies environnementales ».

La proposition est renvoyée, pour examen au fond, à la Commission des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense du PE. L’eurodéputée belge Magda Aelvoet, présidente du Groupe des Verts et membre de la Commission des affaires étrangères, acquiert la conviction que HAARP est un système d’armement secret de nature à menacer les libertés publiques.

C’est ce que rapporte un article** d'Alain Gossens, publié en novembre 1997 dans un magazine télé belge.
Alain Gossens, décédé en 2010, présente les travaux de Rosalie Bertell, une scientifique à la tête d’une ONG canadienne, International Institute of Concern for Public Health. Rosalie Bertell affirme que les Américains expérimentent, à l'insu de tous et surtout au mépris des conventions internationales, des armements ayant « tous pour but de jouer avec l'ionosphère ou avec certaines ondes ».
Membre du « Comité Européen pour les Risques des Radiations », un groupe informel créé à l’initiative des Verts au Parlement européen, elle a fait connaître les chemtrails, des épandages de produits chimiques dans l’atmosphère laissant de longues traces blanches dans le ciel (voir la vidéo : http://conspiracyrealitytv.com/dr-rosalie-bertell-phd-explains-chemtrails-and-aerial-pharmacopeia/).

Au Parlement européen, Magda Aelvoet a reçu l’appui de Maj Britt Theorin, une députée suédoise (PSE), membre comme elle de la Commission des affaires étrangères.
Maj Britt Theorin a alors commencé la rédaction d’un rapport sur le sujet. C’est dans le cadre de l'élaboration de ce rapport que le 5 février 1998 une sous-commission du PE organise à Bruxelles une audition publique portant sur le programme HAARP et les armes non létales. La première partie de l’après-midi est consacrée exclusivement à HAARP. Les débats sont modérés par le président de la Commission des affaires étrangères du PE, le Britannique Tom Spencer (PPE) et accueillent Nick Begich et Rosalie Bertell. (Voir le procès-verbal de l’audition : www.europarl.europa.eu/press/sdp/backg/en/1998/b980209.htm)

Conviés à cette réunion, les États-Unis et l'OTAN n’ont pas donné suite à l’invitation.

Lors d’une seconde audition publique organisée le 19 mai 1998, toujours sous la présidence de Tom Spencer, Deniz Yüksel-Beten, du Comité sur les défis de la société moderne de l'OTAN, sera présente. Mais elle précisera qu'elle n'est pas en mesure de répondre sur les effets des armes non létales sur l'environnement.

Le rapport définitif de Maj Britt Theorin, déposé le 14 janvier 1999 :
www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+REPORT+A4-1999-0005+0+DOC+XML+V0//FR

Deux semaines plus tard, lors des débats en session plénière, Maj Britt Theorin demande à la Commission européenne de rédiger un livre vert sur les activités militaires ayant un impact sur l’environnement ainsi qu’un rapport sur les implications sanitaires et environnementales du programme HAARP. La Commissaire européenne à l’environnement, Ritt Bjerregaard, fait valoir qu’elle ne peut accéder à de telles demandes, qui outrepasseraient la compétence de la Commission de Bruxelles. Le lendemain, le PE adopte une résolution dont les points 24 à 26 concernent HAARP. Le programme de recherche américain n’est plus directement décrit comme « un système d’armement ». Il est néanmoins qualifié de « problème d'une portée mondiale ».

Fin janvier 1999 Tom Spencer est arrêté à l’aéroport d’Heathrow en possession de cannabis et d’une vidéo pornographique gay. Sa carrière s’interrompt. Tom Spencer a pu être victime d’un coup monté par les services secrets américains. Douze ans plus tard, sa version des faits n’a pas varié.

Luc Mampaey, qui travaille pour le GRIP, un centre de recherche indépendant basé à Bruxelles, est l’auteur d’un mémoire sur HAARP, rédigé dans le cadre d’un diplôme d'études spécialisées en Gestion de l'environnement*. Il a été convié lui aussi comme intervenant par la Commission des affaires étrangères du PE pour parler des armes non létales. Il poursuit un travail de sensibilisation et d’information pour attirer l’attention des décideurs sur les conséquences et enjeux de certaines activités militaires.
Luc Mampaey semble aujourd'hui vouloir tourner la page : « HAARP est certes un programme militaire, dont les retombées permettront vraisemblablement quelques avancées technologiques utiles aux militaires, y compris dans des domaines touchant à l’environnement, mais principalement en ce qui concerne les télécommunications. […] »

* www.grip.org/fr/siteweb/images/RAPPORTS/1998/1998-05.pdf
** www.conspiration.cc/sujets/arme/HAARP.htm
www.conspiracywatch.info/HAARP-ce-qu-il-faut-savoir-avant-de-se-mettre-a-fantasmer_a634.html


[color=brown]Autres documents

Climat. Des chiffres clés sous la main
http://blog.lefigaro.fr/climat/2010/01/des-chiffres-cles-sous-la-main.html

Ce trou dans la couche d'ozone qui inquiète les scientifiques
http://bayrou-modem.exprimetoi.net/t5185p176-ce-trou-dans-la-couche-d-ozone-qui-inquiete-les-scientifiques

Que savons-nous de l’arme sismique aujourd’hui ?
Extrait : ‘Le général Keen a donné de nombreuses interviews à la presse états-unienne, qui a multiplié les reportages et émissions à propos des opérations de secours. Il a souvent fait mention de sa présence à Port-au-Prince durant le séisme, mais jamais des motifs de cette présence.
Parmi les objectifs de l’exercice militaire figurait le test d’un nouveau logiciel permettant de coordonner les efforts humanitaires des ONG et des armées. Dans les minutes qui ont suivi la catastrophe, ce logiciel a été mis en ligne et 280 ONG s’y sont inscrites.
Il est légitime de se demander si ces coïncidences sont ou non l’effet du hasard.’
www.voltairenet.org/article163692.html

Une série de Julie Voclair sur les armes non-létales, où il est question des effets des différentes fréquences sonores, et ce qu'on appelle leurs effets de résonnance.
www.article11.info/spip/spip.php?article676
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5507
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Sam 17 Déc - 18:19


Arctique, la découverte inquiétante de véritables fontaines de méthane d'1 km de diamètre

Le réchauffement global est peut-être en train de s'emballer. Une expédition scientifique russe a observé plus de 100 fontaines de méthane d'une ampleur jamais vue émergeant de l'océan Arctique, au nord de la Russie, rapporte le journal britannique The Dailymail.

Il faut rappeler que le méthane est un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le gaz carbonique.

Dans le passé, nous avions déjà observé des structures comme celles-ci, mais elles ne faisaient que quelques dizaines de mètres de diamètre, a affirmé le chef de l'expédition, Igor Semiletov. Cette fois, nous en avons trouvé des beaucoup plus impressionnantes, elles font plus de 1000 mètres de diamètre.

Sur une superficie relativement petite, nous en avons trouvé plus de 100, à l'échelle de la région il doit y en avoir des milliers. Ces fontaines se sont formées avec la fonte des fonds marins de l'Arctique qui s’accélère à cause du réchauffement climatique.

C'est le navire de recherche Russe "Académie Lavrentiev" qui en a fait la découverte. Il a mené ses recherches dans un périmètre d'environ 10.000 miles carrés au large de la côte Est de la Sibérie .

"C'est terrifiant" explique le Dr Igor Semiletov
"Nous supposons que les quantités qui s'échappent actuellement de la région sont équivalentes à celles que la totalité des océans mondiaux libèrent normalement."

"D’énormes panaches de bulles de méthane remontent des fonds marins à la surface dans des zone de plus d' 1 Km de diamètre, c'est maintenant par de véritables cratères que s’échappe le méthane dans l’atmosphère."

"C'est la première fois que nous observons des fontaines de bulles aussi impressionnantes, elles font plus de 1000 mètres de diamètre et recrachent du méthane gazeux en continu, c'est incroyable et terrifiant"

"Nous craignons que ces quantités de méthane libérées transforment radicalement les modèles actuels de nos estimations sur le réchauffement climatique."
http://lesmoutonsenrages.fr/2011/12/17/arctique-la-decouverte-inquietante-de-veritables-fontaines-de-methane-d%E2%80%991-km-de-diametre/

À LIRE AUSSI :

-RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE
www.facebook.com/photo.php?fbid=287742044597622&set=a.279730538732106.64934.194826560555838&type=3

- Climat : Vers une terre de plus en plus chaude
www.facebook.com/photo.php?fbid=282768158428344&set=a.279730538732106.64934.194826560555838&type=3

- CLIMAT - Le manque d'eau pourrait faire reculer les forêts françaises... : www.facebook.com/photo.php?fbid=283564148348745&set=a.279730538732106.64934.194826560555838&type=3

- La concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère atteint des niveaux record
www.facebook.com/photo.php?fbid=283833344988492&set=a.279730538732106.64934.194826560555838&type=3

- Eau potable. La pénurie menace en Bretagne
www.facebook.com/photo.php?fbid=285690048136155&set=a.279730538732106.64934.194826560555838&type=3

- Pékin | pollution maximale
www.facebook.com/photo.php?fbid=286758161362677&set=a.279730538732106.64934.194826560555838&type=3

- LONDRES - Lutte contre le réchauffement : Vivienne Westwood donne un million de livres
www.facebook.com/photo.php?fbid=286880031350490&set=a.279730538732106.64934.194826560555838&type=3

Sources :
- http://naturealerte.blogspot.com/2011/12/15122011arctique-la-decouverte.html
- www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/changements-climatiques/201112/14/01-4477672-fontaines-de-methane-dans-larctique-russe.php


Par L'Homme, une arme de destruction massive
www.facebook.com/media/set/?set=a.287959657909194.66123.194826560555838&type=3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Changement climatique et civilisation   Aujourd'hui à 12:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Changement climatique et civilisation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les femmes s'inquiètent plus du changement climatique que les hommes
» Algérie - Propagation des maladies infectieuses : Les menaces du changement climatique
» changement de lit pour Louis ?
» CHANGEMENT DU SYNDICAT A TAZA
» Réchauffement climatique (chapitre 2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: