sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cadeaux, gabegie et népotisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 3 Juin - 2:23



Turpitudes du capitalisme financier
Les indormations que le Monde ne met pas en perspective

Page 11, «les parachutes dorés ont de beaux jours devant eux» y compris pour la brave Pat Russo, la patronne nulle d' Alcatel Lucent qui quitte son groupe avec 6 millions d'euros malgré des pertes de 3,5 milliards en 2007 et une action dont le cours a été divisé par deux pendant la période. Au cas où les actionnaires mécontents d'autres groupes, comme Air Liquide, Danone ou Total, voudraient s'en prendre au dirigeant, il faudrait prévoir entre 2 et 6 millions d'euros pour chacun des malheureux éconduits. Voilà les petits porteurs prévenus.

Continuons la lecture. En bas de page, deux articles courts : Antoine Zacharias est débouté de sa demande d'indemnisation. Viré de Vinci avec une indemnité de 12,9 millions d'euros, le malheureux réclamait un supplément de 81 millions, ce sera non. Les juges ne comprennent vraiment rien à la précarité du boulot de chef d'entreprise.

L'autre brève, qui pourrait presque passer inaperçue, concerne Natexis, la banque d'affaire créé par la Caisse d'épargne et la Banque populaire. Comme elle a joué avec l'argent de votre Livret A, elle a perdu beaucoup d'argent et licencie 850 personnes. Dur métier.

Passons à la page 12. Des responsables du groupe EADS devraient être entendus suite à la mise en examen de Noël Forgeard. Ce grand capitaine d'industrie aurait profité d'information privilégiées pour vendre des stock-options et fait une plus-value de plus de 4 millions d'euros, avant que la société n'annonce des retards de livraison de ses avions.

Plus bas, on découvre que la Société Générale n'en a pas fini avec l'affaire Kerviel. La commission bancaire risque de lui infliger 5 millions d'euros d'amende pour ne pas suffisamment avoir surveillé les gamins qui jouent au casino avec l'argent de ses clients dans ses salles de marché. [...]

Pendant ce temps, au pays de la France qui se lève tôt et se console avec sa valeur travail, on assouplit les contrats de travail, on baisse les indemnités de retraite et on enterre les 35 heures. [...]

JR
www.marianne2.fr/Oh-toi,-France-qui-se-leve-tot,-ne-lis-pas-le-Monde-!_a87877.html?voir_commentaire=oui#comments

www.lemonde.fr/archives/article/2008/05/31/alcatel-lucent-les-stock-options-controversees-de-pat-russo_1052166_0.html



La vie rêvée des dirigeants de PSA
Les effectifs baissent et les augmentations de rémunérations pleuvent chez PSA. Mais pas pour les salariés ! [...]

Quand, le 5 février 2007, il annonçait des réductions d’effectifs, le gel des salaires et des économies dans tous les secteurs, Christian Streiff, nouveau PDG de PSA, voyait son salaire pour 2007 atteindre 5 796 euros par jour : « 1,9 million d’euros pour l’année, une augmentation convenable de 120 % environ par rapport à son prédécesseur. À l’excellente rémunération annuelle du PDG de PSA est venue se greffer en 2007 l’attribution de 140 000 stock-options.

Mais les plus heureux devraient être les actionnaires du groupe : « Dans ses résolutions, Christian Streiff prévoit de leur verser 351 millions d’euros soit une augmentation de 11 % par rapport à l’année dernière et, en contrepartie, il leur demande d’être bienveillants en votant l’attribution de 2 500 000 stock-options aux principaux dirigeants de l’entreprise en plus de leur rémunération habituelle. Des propositions scandaleuses ! (1).

Dans cette série « bien payé à ne rien faire », la CGT a débusqué le baron Seillière. Inscrit sur l’organigramme du conseil de surveillance où l’ancien président du MEDEF ne met pas les pieds, il touchera cette année 27 000 euros . Quant au nouveau patron de l’UIMM, Frédéric Saint-Geours, ancien directeur de Peugeot, il s’est libéré l’année dernière de ses 21 000 stock-options et a encaissé, « sur le dos de l’entreprise, 504 000 euros ».

Des joies de la finance qui ne font plus sourire les salariés : depuis la mise en oeuvre dans le groupe PSA du plan GPEC, le « groupe PSA est passé de 211 750 salariés, fin 2006, à 207 850, fin 2007, soit 4 000 suppressions d’emplois.

On constate également la poursuite et l’accélération de la politique de délocalisation. Car, si l’effectif global baisse de 4 000 personnes, un examen par zone géographique montre que la France a perdu 8 000 emplois et que l'Europe, hors France, est restée stable mais avec un déplacement de l’Europe de l’Ouest vers l’Europe de l’Est. En Chine et en Amérique latine, les effectifs ont augmenté de 4 000. » [...]

(1) Rapport du cabinet d’expert-comptable fait devant la commission économique du CCE PCA, le 6 mai 2008, et document de référence PSA 2007 accessible sur le site de l’AMF.

Alain Cwiklinski
www.humanite.fr/2008-05-29_Politique_La-vie-revee-des-dirigeants-de-PSA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 11 Juin - 22:38


Le gros navion du ptit bonhomme

Le gouvernement confirme le renouvellement des avions VIP

Suite aux informations parues hier sur ce blog et dans Libération ce matin, le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a confirmé, à l'issue du conseil des ministres d'aujourd'hui, le renouvellement de la flotte d'avions de l'armée de l'Air actuellement utilisée pour les déplacements du chef de l'Etat, du Premier ministre et des ministres.

"Ce parc est vieillissant", et l'entretien d'une nouvelle flotte reviendra "moins cher" que celui de l'ancienne, a-t-il expliqué. clown De plus, a-t-il ajouté, l'A319 [acquis en 2002] ne permet pas de faire des longues distances sans escale, lorsque Nicolas Sarkozy se rend en Amérique latine ou en Asie.
Le porte-parole n'a pas confirmé explicitement l'acquisition de l'Aibus A 330-200 d'Air Caraïbes, mais cela commence à y ressembler fortement...

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/06/le-gouvernement.html
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/06/le-futur-air-fo.html
www.antillesspotting.com/?q=taxonomy/term/7





Budget de rupture !
Augmentation des dépenses de l'Elysée de 8,4% en 2007

Les dépenses de l'Elysée sont passés de 32,38 à 35,1 millions d’euros en un an. Les frais de personnels ont augmenté de 10,9%, la dotation du chef de l’Etat de 53%.

Spécialiste du budget de la présidence de la République, le député René Dosière (app PS) a cependant rappelé dans un communiqué intitulé «Elysée 2007 : un budget de rupture?», que cette progression de 8,4% des dépenses de l'Elysée est «trois fois et demie supérieure à celle des dépenses de l'Etat (+2,3%)».

«Au moment où on dit que les caisses sont vides et où on réduit le nombre de fonctionnaires, à l'Elysée, Nicolas Sarkozy fait exactement l'inverse», a déclaré le député de l'Aisne. Selon le document budgétaire, les frais de personnel (près de la moitié du budget de la présidence) ont augmenté de 10,9%, les effectifs passant de 957 en 2006 à 1.045 au 1er octobre 2007.

Par ailleurs, les dépenses pour l'équipement et les travaux d'entretien sont passées de 1,9 million à 3 millions d'euros, soit une hausse de 53%. La part de ces dépenses a «légèrement» progressé, indique le document budgétaire, «en raison des opérations d'installation du nouveau cabinet» de Nicolas Sarkozy.

S'agissant de la dotation du chef de l'Etat, elle est en hausse de 29% entre 2006 et 2007 (130,6 millions contre 101 millions d'euros). «Rappelons que l'augmentation du traitement présidentiel, votée par le Parlement (dans le cadre du budget 2008), n'a pris effet qu'à partir de 2008», souligne René Dosière.

«En 2008, l'Elysée a promis un budget plus complet et transparent. On verra, dans un an, ce qu'il en sera. Force est de constater, à la lecture de ce rapport sur l'année 2007, que si la rupture est réelle quant à l'évolution des dépenses, s'agissant de la transparence, ou plutôt l'opacité, c'est la continuité qui s'impose», a ajouté le député. [...]

www.liberation.fr/actualite/politiques/331294.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 12 Juin - 1:54



Coût de la présidence française de l'UE de juillet à décembre 2008 ?

Réponse du Sénat : 190 millions d’euros
www.senat.fr/presse/cp20071017b.html

Alors que les crédits proposés sont trois fois plus élevés que ceux de la précédente présidence française, en 2000, la liste des manifestations envisagées est incomplète et fait craindre un « guichet ouvert » pour l’organisation d’événements par les différents ministères. Par ailleurs, les précisions manquent sur l’important budget de communication (15 millions d’euros, pour des dépenses totales de 190 millions d’euros), ainsi que les dépenses liées à la sécurité.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article66909

Kouchner : la présidence française de l'UE sera "modeste" clown
http://fr.news.yahoo.com/ap/20080611/twl-ue-france-presidence-kouchner-0ef7422.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Lun 23 Juin - 18:00



Des spots télé sur le pouvoir d'achat Exclamation
Le gouvernement consacre 4,3 millions d'euros à expliquer sa politique

La propagande des chaînes publiques et privées via les JT n'était plus suffisante. Fillon, a lancé, lundi matin, une campagne de communication sur le pouvoir d'achat. Des spots publicitaires exposeront les mesures prises par le gouvernement dans ce domaine. L'Etat va dépenser 4,3 millions d'euros pour diffuser 1 630 fois ces spots sur l'ensemble des chaînes hertziennes et celles de la TNT.

www.lemonde.fr/politique/article/2008/06/23/pouvoir-d-achat-le-gouvernement-consacre-4-3-millions-d-euros-a-expliquer-sa-politique_1061636_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Il a droit à combien de m2, le chef des voleurs ?   Dim 6 Juil - 1:24



La Poste se privatise en catimini

La Poste prend-elle le chemin de France Télécom ? La révélation, dans le Monde de vendredi, d’études préliminaires menées à la Poste en vue d’un changement de statut, qui passerait de celui d’Epic (Etablissement public à caractère industriel et commercial) à celui de SA (Société anonyme), a fait sortir de leurs gonds les syndicats. «C’est la méthode Sarko. Il lance depuis l’Elysée un pétard pour voir si cela fait de la dynamite, et après il regarde», lâche Jean-François Dannelly de la CGT-PTT.

A la Poste, on semblait effectivement pris de court par la nouvelle, avant de confirmer un peu plus tard «réfléchir à des évolutions possibles» du statut. A vrai dire, cette réforme n’est une surprise pour aucun des syndicats : «On n’est pas des naïfs. On va vers la libéralisation totale du courrier en 2011», dit la CGT, et la mue du groupe s’inscrit assez naturellement dans ce décor. Il n’y a pourtant aucune nécessité de le changer, poursuit la CGT, puisqu’il est eurocompatible avec l’ouverture du marché. Même réaction de Jacques Lemercier, secrétaire général de FO communication, face à «cette réforme téléguidée par ce gouvernement libéral». «Regardez, son statut ne lui a jamais interdit de faire des acquisitions !» N’empêche, le parcours de France Télécom, longtemps sœur jumelle de la Poste, passée depuis par bonds successifs du statut d’administration publique à celui d’opérateur privé côté en Bourse, est dans tous les esprits.

Et même un peu dans celui de Jean-Paul Bailly, le président de la Poste. «Ce serait criminel de ne pas réfléchir à une évolution de la forme juridique, dans un marché qui bouge» Rolling Eyes , explique-t-on dans son entourage. Tout en bétonnant sur les qualités intangibles du futur opérateur postal : un service public national avec des missions non négociables, l’association de tous les personnels à la réflexion et le maintien de l’unité du groupe.

A la CGT, on trouve la manière d’entrer dans le sujet pas très cool : «On vient d’avoir un CA [Conseil d’administration, ndlr] et à aucun moment on n’a prononcé le mot statut.»

CATHERINE MAUSSION
www.liberation.fr/actualite/economie_terre/337107.FR.php

Jean-Paul Bailly est président de l’Union internationale des transports publics (UITP), une organisation dont les travaux se font en coordination avec l'Union européenne et la Banque mondiale. Exclamation


L'UMP brade le patrimoine des Français pour financer une réforme aussi inutile que néfaste

Avant 2004, les cessions représentaient moins de 100 millions par an. En 2007, elles se sont élevées à 820 millions, plus que ce qui avait été prévu au départ, notamment du fait de la vente du Centre international de conférences de l'avenue Kléber. Cette année, nous nous sommes fixé un objectif de cessions de 600 millions. L'Etat pourra se procurer ainsi des ressources extra-budgétaires lui permettant de financer des opérations prévues, par exemple, dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire, du livre blanc de la défense ou de l'autonomie des universités.

Eric Woerth : "Il faudra probablement revoir certaines situations lorsque le patrimoine de l'Etat n'est pas correctement valorisé. Je pense au patrimoine utilisé par l'Office national des forêts (ONF), qui est la propriété de l'Etat, et pour lequel l'ONF n'a jamais versé de loyer. Je pense à l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), qui verse à l'Etat un loyer symbolique de quelques centaines d'euros pour chacun de ses sites depuis quarante ans.

"Surface utile"
Mais il faut aller plus loin. Actuellement, la surface utile nette, hors accueil des usagers, est de 10 m2 par salarié dans le privé, de 15 m2 par agent en administration centrale et de 18 en province. Je propose qu'au-delà d'une surface utile de 12 m2 par agent, les administrations paient un surloyer budgétaire, financé sur leurs ressources propres.

Il faudra aussi changer le régime juridique de l'affectation des biens immobiliers et les règles relatives aux retours sur cessions." [...]

www.lemonde.fr/archives/article/2008/07/03/pour-eric-woerth-l-immobilier-de-l-etat-est-une-ressource-extra-budgetaire-bienvenue_1065911_0.html

Woerth a dû oublier de mentionner le financement du bouclier fiscal. silent

Le Livret A sera-t-il subrepticement soumis à l''impôt ?
www.lemonde.fr/economie/article/2008/07/03/le-livret-a-sera-t-il-subrepticement-soumis-a-l-impot_1065933_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 10 Juil - 1:33


Saussez

+292% de hausse pour le budget communication du gouvernement en 2009 ?

Selon le "Canard enchaîné", Thierry Saussez, patron du Service d'information du gouvernement, réclamerait un budget de 22,4 millions d'euros en 2009 contre 5,7 millions en 2008.
www.liberation.fr/actualite/politiques/337971.FR.php

Thierry Saussez sur le pouvoir d'achat : "Ce sera un long combat"
http://tf1.lci.fr/infos/jt-tf1/politique/0,,3886434,00-pouvoir-achat-campagne-.html

Le tyrannophile est plein d'humour.

Exemples de comm :
http://dramelay.wordpress.com/2008/02/04/sarko-pinocchio/

Agence française vend président africain
LE PACTOLE DE LA COMMUNICATION POLITIQUE

Thierry Saussez, qui jure que, « pour des raisons morales », il ne travaillera jamais pour un parti comme le Front national, n’éprouve apparemment aucune gêne à promouvoir l’image du président ivoirien Henri Konan Bédié qui, avant le soulèvement militaire de la fin décembre 1999, était à l’origine d’une loi électorale à faire pâlir d’envie M. Jean-Marie Le Pen : pour être éligible, un citoyen devait prouver l’origine ivoirienne de ses deux parents. Or ce texte visait clairement M. Alassane Dramane Ouattara, l’un des principaux concurrents du chef de l’Etat (3). Que les observateurs internationaux aient jugé irrégulier le scrutin présidentiel de juin dernier au Togo n’empêche pas non plus M. Saussez de qualifier le chef de l’Etat togolais de démocrate. Même brevet de bonne conduite pour le Congolais Denis Sassou Nguesso, ancien dictateur revenu au pouvoir au terme d’une guerre civile.

L’affaire apparaît en tout cas rentable pour Image et Stratégie, qui réalisait, en 1998, environ la moitié de son chiffre d’affaire en Afrique, avec des contrats se comptant en millions de francs français. [...]
www.monde-diplomatique.fr/2000/01/CHAMPIN/13272


Une taxe pour les gagne-petit du web ?

Un rapport de Club Sénat propose de prélever une taxe sur les micro-revenus des internautes.
www.ecrans.fr/Les-encheres-en-ligne-et-les,4595.html

Ces plébéiens qui osent snober Vuitton et Chanel sont impardonnables !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 18 Juil - 12:14



Affaire Adidas - Le CDR devra verser 285 millions d'euros à Bernard Tapie

285 millions d'euros. La somme est faramineuse. C'est celle que devra verser le Consortium de réalisation (CDR) gérant le passif du Crédit Lyonnais à Bernard Tapie. La décision a été prise vendredi 11 juillet 2008 par le Tribunal arbitral, instance chargée de solder le litige opposant depuis 13 ans, dans le dossier Adidas, l'homme d'affaire à la banque.
http://tf1.lci.fr/infos/france/justice/0,,3907146,00-etape-decisive-pour-bernard-tapie-credit-lyonnais-.html


Bayrou dénonce «les protections» accordées par Sarkozy à Tapie

Le président du MoDem a réclamé la création d'une commission d'enquête parlementaire «qui accepte d'aller regarder quel est l'enchaînement de décisions qui a conduit à écarter la justice et à la remplacer par des arbitres entre guillemets».

Le président du MoDem François Bayrou a dénoncé jeudi "les protections au plus haut niveau" dont a bénéficié Bernard Tapie dans le règlement du litige qui l'opposait au Crédit Lyonnais et le fait qu'on ait "écarté la justice".

"Chaque fois que Nicolas Sarkozy a été soit au ministère des Finances, soit à la présidence de la République, comme par hasard des protections se sont déclenchées à l'endroit de Bernard Tapie", a affirmé M. Bayrou sur RTL.

Le président du MoDem a réclamé la création d'une commission d'enquête parlementaire "qui accepte d'aller regarder quel est l'enchaînement de décisions qui a conduit à écarter la justice et à la remplacer par des arbitres entre guillemets".

Selon M. Bayrou, "la situation ainsi créée envoie un message très simple: si vous êtes avec moi, vous êtes protégé et vous n'aurez qu'à vous féliciter des libéralités dont vous ferez l'objet par l'Etat, si vous êtes contre moi, à ce moment là, on vous casse".

Il a estimé que le tribunal arbitral qui a condamné le CDR (Consortium de réalisation, qui gère le passif du Crédit Lyonnais) à verser 285 millions d'euros à M. Tapie - qui s'estimait floué d'une plus-value importante réalisée par la banque lors de la vente d'Adidas en 1993 - avait été mis en place "pour éviter la décision de justice dont on savait qu'elle serait défavorable à Bernard Tapie".

"On a voulu mettre en place des arbitres lourdement dédommagés" car "les plus hautes autorités du pays avaient décidé ainsi de protéger cette personne", a déclaré M. Bayrou.

"On donne 45 millions d'euros à Bernard Tapie pour préjudice moral, il suffit de regarder le pedigree de Tapie pour avoir une idée de ce que +moral+ signifie", a-t-il ajouté.

M. Bayrou a souligné que "le contribuable français, l'Etat, va payer 285 millions d'euros" aux liquidateurs du groupe Tapie, ce qui représente "la totalité de tous les salaires annuels des 15.000 postes d'enseignants qui vont être supprimés l'an prochain".

www.liberation.fr/actualite/politiques/339647.FR.php


Qu’est ce qu’un arbitrage ?

Licite, en France, seulement en matière commerciale, l’arbitrage est un mode de règlement des litiges par une autorité non étatique qui tient son pouvoir d’un accord (convention) entre les partis.

En pratique, dans les conventions d’arbitrage les plus courantes en droit des sociétés (ou plus largement, dans les contrats commerciaux) chaque parti désigne un arbitre. Ces arbitres s’entendront pour en désigner un troisième, qui aura la lourde tâche de proposer une solution à leur litige, solution purement contractuelle qui sera appliquée uniquement si une juridiction étatique lui confère ce que l’on nomme “l’exequatur”, c’est-à-dire la même valeur qu’une décision de justice émanant d’une juridiction d’État.

Les arbitres sont généralement rémunérés par un pourcentage sur les sommes en cause, et le plus souvent le troisième arbitre est un Haut Magistrat, retraité ou non, ou un professeur agrégé des facultés de droit de grande réputation [...]

Pourquoi un arbitrage dans l’affaire Tapie ?

Simplement parce que le ministère de tutelle du Consortium de réalisation (CDR) en a décidé ainsi, alors que la décision qu’a rendue la plus haute formation de la Cour de Cassation (la Cour Suprême, aiment à dire les professeurs de Droit) était favorable aux intérêts du CDR, chargé par l’État de régler au mieux les contentieux issus de la situation catastrophique dans laquelle se trouvait le Crédit Lyonnais.

Le 30 septembre 2005, la cour d’appel de Paris avait octroyé 135 millions d’euros à Bernard Tapie (en réalité à la liquidation Tapie). Cette décision a été cassée le 9 octobre 2006 et à présent le choix du ministère des Finances de soumettre ce litige à un arbitrage, plutôt que de laisser la justice suivre son cours, alourdira la charge du CDR de 150 millions d’euros...

www.betapolitique.fr/Ce-que-la-presse-ne-dit-pas-sur-l-08820.html#forum16955


UMP : Union pour une Minorité de Privilégiés
http://ump.blogs.letelegramme.com/archive/2008/07/16/bernard-tapie-carignon-berlusconi-sarkozy-meme-combat.html

http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2006/02/15/1375038.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 22 Juil - 23:24



Selon le «Canard Enchaîné», le CDR a reçu l'ordre de Bercy d'opter pour un tribunal arbitral

Selon le procès-verbal cité par l'hebdomadaire, «les administrateurs représentant l'Etat ont reçu pour instruction du ministre de se prononcer en faveur de la proposition» des liquidateurs du groupe Bernard Tapie de soumettre le dossier à un tribunal arbitral.

Un tribunal arbitral a condamné le Consortium de réalisation (CDR) le 11 juillet à verser 285 millions d'euros aux liquidateurs du Groupe Bernard Tapie (GBP), qui s'estimait floué d'une plus-value importante réalisée par la banque lors de la vente d'Adidas en 1993.

L'organe de tutelle du CDR, la structure publique qui gère le passif du Crédit Lyonnais, a reçu pour instruction de Bercy de se prononcer en faveur d'un tribunal arbitral pour régler le litige qui l'oppose à Bernard Tapie, affirme le Canard Enchaîné à paraître mercredi.

L'Etablissement public de financement et de restructuration (EPFR), qui chapeaute le Consortium de réalisation (CDR), est composé de trois représentants de l'Etat, d'un député et d'un sénateur.

Une réunion du conseil d'administration de l'EPFR s'est tenue le 10 octobre.

Selon le procès-verbal, cité par l'hebdomadaire, Jean-Yves Leclerq, l'un des représentants de l'Etat, "indique que les administrateurs représentant l'Etat ont reçu pour instruction du ministre (de l'Economie, Christine Lagarde, ndlr) de se prononcer en faveur de la proposition" des liquidateurs du groupe Bernard Tapie de soumettre le dossier à un tribunal arbitral plutôt que de poursuivre la voie judiciaire normale.

Contactés par l'AFP, le CDR et le ministère de l'Economie n'avaient pas encore réagi mardi soir [22 juillet].

www.liberation.fr/actualite/economie_terre/340603.FR.php

Rappel de l'historique du dossier Crédit Lyonnais (1986-1998)
www.daj.bercy.gouv.fr/fonds_documentaire/archives/dossiersdepresse/credit_lyonnais/annexe.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 24 Juil - 2:42



Tribunal arbitral.
Bernard Tapie sait encore choisir ses arbitres


Les trois arbitres qui ont rendu un avis favorable à Bernard Tapie, dans l’affaire qui l’oppose au Crédit Lyonnais ne sont pas des perdreaux de l’année. Ni des hommes choisis au hasard. Mais "Nanar" a toujours eu la main heureuse avec les arbitres.

Encore fallait-il dénicher « trois sages », en l’espèce MM. Pierre Mazeaud, Pierre Estoup, Jean-Denis Bredin disposés à sacrifier un peu de leur temps précieux pour se charger d’une telle mission. [...]

En septembre 2005, au lendemain de la décision de la Cour d’appel qui avait accordée 135 millions d’euros à Bernard Tapie dans l’affaire du Lyonnais, Jean-Michel Baylet, président du PRG ne tentait pas de masquer sa joie : « Après tant de souffrances et de calomnies, je me réjouis de voir un homme rétabli dans sa dignité... » clown [ …]

Toujours dans la famille Radicale mais cette fois chez les Valoisiens, Bernard peut compter sur l’indéfectible soutien de Jean-Louis Borloo, président de ce parti croupion mais aussi numéro trois du gouvernement Fillon. [...]

Borloo-Tapie donc l’aventure d’une vie. Les deux hommes sont liés depuis 1980.
Borloo devient l’avocat de Tapie et le conseille notamment dans la reprise des entreprises en faillites. Un art qui vaudra aux deux hommes une solide réputation de « pilleurs d’épaves ». ( …)

www.bakchich.info/article4542.html

Pierre Estoup, spécialiste de l'arbitrage ?

FRANCE/GABON
Dans le dossier de 657 pages de l'affaire Elf instruite par le juge Renaud Van Ruymbeke, il est fait état d'un "arbitrage" en 1997 de Pierre Estoup, ancien magistrat, pour "apurer les comptes" entre le président Omar Bongo et André Tarallo, l'ancien tout-puissant patron des hydrocarbures d'Elf Aquitaine.
13/02/2003
www.africaintelligence.fr/C/modules/login/detailart/LoginDetailArt.asp?lang=fra&service=bre&comment=&context=arc&doc_i_id=6218527

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Mazeaud
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Denis_Bredin


Tapie prépare son exil en Suisse

Redevenu riche par la grâce d’un tribunal arbitral aux ordres de Bercy, Bernard Tapie a déjà prévu de mettre de côté son pactole. Il va bientôt emménager, d’après nos informations, non loin du lac Léman, près de Prangins, dans la région de Nyon. Par ailleurs, il s’apprête à vendre l’hôtel particulier qu’il occupe depuis des années rue des Saint-Pères, à Paris. Là même où la juge Eva Joly était un jour venue le chercher avec les flics de la brigade financière.

Après avoir remboursé quelques dettes, l’ancien ministre de François Mitterrand devrait conserver à première vue pas loin de 50 millions d’euros. [...]

Déjà en juillet 2006, la Lettre de l’Expansion révélait que Tapie cherchait à négocier un forfait fiscal en vue de son installation en Suisse. Un forfait, c’est-à-dire « un impôt calculé sur le train de vie que l’on pense que la personne aura », explique un spécialiste de la question, calculé par le fisc suisse sans que l’intéressé soit obligé de divulguer ses revenus ou le montant de sa fortune. Idéal ! [...]

Ce beau forfait, Tapie peut se l’offrir sans barguigner grâce à l’Etat français.
www.bakchich.info/article4543.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Sam 26 Juil - 3:15



Défense. Fermeture de 82 casernes et déménagement de 33 autres
Les élus de province vont recevoir 320 millions d'euros

L'activisme des élus va leur rapporter 320 millions d’euros. A Provins (Seine-et-Marne), qui perd le 2e Hussards, il s’agira de financer un carrefour sur le RN 4. A Dieuze (Moselle), que va quitter le 13e Dragons parachutistes, ces crédits serviront à relancer un «pôle d’excellence rurale sur la valorisation des bio-ressources». [...]

D’autres avaient remporté la partie depuis longtemps. L’activisme des élus de la Haute-Saône, notamment d’Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la Coopération, a permis de sauver la base aérienne de Luxeuil.

Pour certains, toutefois, c’est la soupe à la grimace. Certaines villes sont entièrement démilitarisées, comme Caen, Limoges, Montpellier ou Metz, dont le maire (PS) Dominique Gros dénonce «une saignée comparable à la fermeture de la sidérurgie». [...]

Carte des fermetures :
http://c.liberation.fr/actualite/politiques/_files/file_341161_545385.jpg
www.liberation.fr/actualite/politiques/341161.FR.php


Des dizaines de millions d'euros dédiés au social pour les armées

PARIS (Reuters) - Des dizaines de millions d'euros seront dégagés pour aider les militaires à se reconvertir ou à quitter l'armée dans le cadre de la réforme des armées, a-t-on appris vendredi dans l'entourage du ministre de la Défense, Hervé Morin.

En présentant la nouvelle carte militaire jeudi, le Premier ministre, François Fillon, n'avait pas chiffré les mesures sociales accompagnant la réduction de 54.000 personnes des effectifs des armées.

"Nous aurons une enveloppe de plusieurs dizaines de millions d'euros pour gérer la déflation en plus de ce qu'on fait habituellement en reconversion", a-t-on précisé.

Il s'agit de financer des aides à la mobilité des personnels et des mesures d'incitation au départ.

Le montant exact, actuellement en discussion, sera annoncé lors du débat parlementaire sur le budget 2009 en septembre, avant le vote de la prochaine loi de programmation militaire (LPM), a-t-on ajouté.

Parmi les mesures sociales, figurent notamment une allocation de 6.100 euros pour les conjoints de militaires contraints d'abandonner leur emploi et une aide d'un montant maximum de 8.000 euros pour acheter une nouvelle maison.

Pour les militaires choisissant de quitter l'armée, il est prévu des dispositifs d'aide à la création d'entreprise, une indemnité de reconversion et un "pécule défiscalisé d'incitation à une seconde carrière" dont le montant sera compris entre 16 et 48 mois de solde en fonction de l'âge, du grade et de l'ancienneté dans le service.

Le personnel civil des armées bénéficiera également d'indemnités volontaires de départ (IDV).

Laure Bretton
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080725/tts-france-armees-social-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Lun 28 Juil - 9:09



Privatisation de GDF le 22 juillet 2008
GDF fusionne avec SUEZ, dont le 3e actionnaire est Paul DESMARAIS, ami de sarkozy

Paris (AWP/AFX) - Un nouveau géant français du gaz, de l’électricité, de l’eau et des déchets, GDF Suez, devrait naître mercredi [16 juillet 2008] après l’approbation de la fusion entre les deux entreprises par leurs actionnaires respectifs.

La création de ce groupe mettra un terme au feuilleton à rebondissements d’un mariage annoncé en février 2006 entre le groupe public gazier GDF et le groupe privé d’énergie, d’eau et de déchets Suez.

Le mariage prévoit l’échange de 22 actions Suez contre 21 actions GDF, et la mise en Bourse de Suez Environnement, le pôle eau et déchets de Suez. Son premier actionnaire sera l’Etat français, avec 35,6% du capital.

Les actionnaires de Suez, réunis mercredi matin à Paris, ont approuvé à plus de 99% la fusion de leur groupe avec Gaz de France, ainsi que la prochaine mise en Bourse, le 22 juillet, de Suez Environnement. Les actionnaires de GDF devaient valider à leur tour, dans l’après-midi, la fusion avec Suez. [...]

Le nouveau groupe affiche l’un des premiers chiffres d’affaires du secteur, soit, près de 75 milliards d’euros, davantage qu’EON, Gazprom ou EDF, et va employer près de 200.000 personnes.

Seuls quelques actionnaires ont contesté la parité de fusion, déploré un "manque de vision à long terme", ou encore dénoncé un "mariage du bras droit avec la jambe gauche".

Le nouveau groupe "sera fusionné" officiellement le 22 juillet à 00H00, jour de sa mise en Bourse, a précisé Gérard Mestrallet [PDG de Suez], ce qui permettra aux investisseurs de connaître sa valeur —91,5 milliards d’euros mercredi en additionnant leurs capitalisations. GDF Suez tiendra le même jour son premier conseil d’administration. [...]

Les obstacles au mariage ont été nombreux : politique quand l’opposition de gauche a contesté le projet de loi de privatisation de GDF en déposant un nombre record d’amendements, juridique quand le Conseil constitutionnel a refusé que la privatisation de GDF soit mise en oeuvre avant l’ouverture du marché de l’énergie en juillet 2007, syndicale quand les syndicats de GDF ont réclamé plus d’informations.

GDF Suez a déjà prévu de gâter ses actionnaires, en leur versant dès cette année un dividende exceptionnel de 0,80 euro par action.

Pour les ménages en revanche, les nouvelles pourraient être moins bonnes puisque Jean-François Cirelli [PDG de GDF, futur numéro deux de GDF Suez] a redit mercredi que les tarifs réglementés du gaz (fixés par l’Etat), qui ont déjà augmenté de près de 10% depuis janvier, pourraient encore progresser avec des prix du pétrole à 140 dollars le baril.

Le conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a admis mercredi qu’’on ne peut pas promettre" que ces tarifs ne vont pas augmenter, car ils sont "indexés sur ceux du pétrole".

M. Guaino a démenti tout désengagement de l’Etat, et M. Cirelli a assuré que la part de l’Etat resterait "longtemps à ce niveau", avec 35,6% du capital [au lieu de 100, puis 81].

mercredi 16 juillet 2008
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article69113




Sarkozy à l'Assemblée nationale, le 16 juin 2004 :
« Alors, on me dira : 'Oui, mais -bien sûr- qu'est-ce qui nous garantit que la loi, plus tard, ne permettra pas la privatisation ?'
La réponse est simple : jamais un gouvernement français ne prendra le risque de privatiser l'opérateur des centrales nucléaires. Cela veut dire concrètement -et je mesure mes mots- qu'au lendemain de l'adoption du statut que je vous propose -si vous votez-, EDF et Gaz de France seront des sociétés, et des sociétés détenues à 100% par l'Etat. »

sarkozy à Chinon (Indre-et-Loire), le 6 avril 2004 :
« On ne viendra pas à la privatisation. C'est clair, simple et net ! Il n’y aura pas de privatisation d'EDF et Gaz de France. C’est clair, c’est simple et c’est net. »

Arrow En vidéo
www.pcf.fr/spip.php?article2953

L'internaute sylv13, en août 2007 :
"Saviez-vous que l'actionnaire majoritaire de SUEZ (GBL) est l'empire financier canadien Power Corporation, propriété du milliardaire Paul DESMARAIS, qui a recu à plusieurs reprises dans son luxueux domaine de Sagard mr SARKOZY ? dernière en date fin juillet 2007 !
Saviez-vous que DESMARAIS, ainsi que son associé dans GBL, le belge Albert FRERE étaient les seuls étrangers à être invités au Fouquet's le soir de la victoire de SARKOZY ?

Si vous recherchez en profondeur, vous découvrirez des choses incroyables, comme la construction d'un port méthanier à Rabaska (Canada), propriété de Power Corporation, qui soulève un tollé de protestations par les écologistes. ATTENTION, j'ai bien dit méthanier ! DESMARAIS veut prendre le contrôle de GDF... Il est aussi actionnaire important dans TOTAL et dans LAFARGE.
Si avec tout cela, ce n'est pas du conflit d'intérêts, eh bien, j'irai rejoindre Robinson Crusoé..."

http://www.gdfsuez.com/FR/fr/finance/espace-actionnaires/structure-de-lactionnariat/
http://www.dailymotion.com/video/xevb1_sarko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Cadeau à l'ami Bolloré ?   Lun 27 Oct - 21:57



Nouvelle salve de cadeaux fiscaux à l’Assemblée

Pendant la crise, les cadeaux fiscaux continuent. Jusqu’à semer parfois le malaise au sein de l’Assemblée nationale, qui examine le volet recettes du budget 2009. Alors qu’on s’attendait à voir supprimer certains avantages fiscaux, la majorité UMP a causé la surprise en créant une nouvelle niche fiscale - dont on ignore le coût - lors de la séance de nuit de mercredi à jeudi.

A la manœuvre le député (UMP) des Hauts-de-Seine, Frédéric Lefebvre, seul signataire d’un amendement octroyant des avantages fiscaux - avec effet rétroactif - aux particuliers et aux entreprises investissant en Afrique. Un amendement redoutablement complexe que son auteur dit avoir rédigé «avec Bercy». Pour le justifier, Frédéric Lefebvre a mis en avant de nobles causes. Le but est de favoriser l’expansion «du tissu économique des pays en voie de développement et plus particulièrement en Afrique» et booster le «codéveloppement».

Vigilance. Sur les bancs de la gauche, on a surtout vu dans cet amendement, la main «de la Françafrique». «Qu’est-ce qu’il y a derrière tout ça ?» a questionné Dominique Baert (PS). «Cet amendement est une proposition étrange», a commenté Jean-Pierre Brard (PC). Jérôme Cahuzac (PS) s’est interrogé sur la rétroactivité de la mesure et ses bénéficiaires : «Qui a investi ? Combien ? Où ? Qui demande au Parlement de défiscaliser cet investissement ?» Continuant sur sa lancée, il a souligné la «gêne» des ministres Eric Woerth et Christine Lagarde, qui ont donné un «avis favorable» à l’amendement. Il a aussi appelé à la vigilance des députés. Sur les bancs de l’UMP personne n’a moufté. Sauf Frédéric Lefebvre, qui a trouvé ces propos «assez choquants». Avant de passer au vote, Didier Migaud, le président (PS) de la commission des finances a fait observer que l’Assemblée s’apprêtait à créer «une nouvelle niche fiscale». En vain. L’amendement a été adopté avec les seules voix des députés UMP.

Une demi-heure plus tard, nouveau bouillonnement dans l’hémicycle. Le gouvernement propose au vote un amendement, distribué à la hussarde dans les rangs. Il prévoit de porter de 12 000 à 12 400 euros le plafond de réduction d’impôt au profit des ménages qui emploient du personnel à domicile. Cerise sur le gâteau : ce plafond sera indexé sur l’évolution du «barème de l’impôt sur le revenu» et «le montant obtenu est arrondi à la centaine d’euros supérieure».

Généreux. Une première que la gauche a aussitôt dénoncée. Un moindre mal en réalité : cet amendement venait contrer un amendement encore plus généreux présenté par… Frédéric Lefebvre, qui souhaitait, lui, porter le montant du plafond de réduction d’impôt de 12 000 à 15 000 euros. Cette fois, même à droite, certains se sont rebellés. Le rapporteur général de la commission des finances Gilles Carrez (UMP) a contré à coup d’arguments affûtés l’amendement Lefebvre, mais aussi celui du gouvernement. Sentant qu’il risquait d’être mis en difficulté par sa propre majorité Eric Woerth a du coup décidé de repousser l’examen du texte «en seconde partie», lors de l’examen du budget de l’emploi.

TONINO SERAFINI
www.liberation.fr/politiques/0101164429-nouvelle-salve-de-cadeaux-fiscaux-a-l-assemblee



Frédéric Lefebvre est un homme politique français, né le 14 octobre 1963 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), chef d'entreprise, resté actionnaire majoritaire d'un cabinet de lobbying, « Perroquet institutionnel communication » (PIC conseil). Ca ne s’invente pas !
Qui sont ses clients ?
En vrac on trouve : Bouygues, Suez, Alcatel, Sodexho, Groupe Lucien Barrière (casinos), rhum Bacardi, Altadis...
On comprend mieux alors ce qui fait courir Frédéric Lefebvre, à propos de la loi sur l’audiovisuel public, entre autres…
Frédéric Lefebvre [...] non pas un député, non pas le porte-parole de l’UMP, mais bien un marchand de soupe, un « perroquet » qui ne fait que répéter la voix de son maître. Coco ? Coco ? Coco content !

www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16550
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Lefebvre
www.rue89.com/2008/12/20/sarkozy-ou-les-contresens-de-la-com-en-temps-de-crise?page=2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Lun 22 Déc - 4:40



Création de Pôle Emploi
Coût officiel 135.000 €

«L’accouplement de l'ANPE et de l'Unedic a donné naissance, le 16 octobre, au "Pôle emploi". C'est le nom choisi par Bercy (et l'Elysée) au bout de neuf mois de tergiversations», écrit l'hebdomadaire satirique qui précise que ce nom avait déjà été proposé en juillet par l'agence spécialisée Nomen, mais retoqué par Bercy. Le Canard Enchaîné affirme qu’«au final, le montant de la facture (consultants, graphistes, etc…) avoisine le demi-million d'euros. Toujours ça que les chômeurs n'auront pas...»

Le précédent logo date de 2003 et il avait coûté 2,4 millions d'euros
gagnés par EURO RSCG
http://redaction.blog.regionsjob.com/index.php/post/2008/10/29/Le-nouveau-logo-du-Pole-emploi

Les chômeurs et le personnel méprisés dès le départ

La tenue de ce CA fondateur avait été repoussée de lundi à aujourd'hui par le ministère de l'Emploi sur fond d'actions en justice de représentants du personnel des Assedic et de l'Unedic qui estimaient avoir été insuffisamment informés et consultés sur les conséquences de la fusion pour les personnels.

Les représentants du personnel avaient aussi saisi en référé-suspension le Conseil d'Etat pour tenter d'obtenir le report de la réunion de aujourd'hui, mais ils ont été déboutés jeudi soir.

La CGT et FO avaient annoncé jeudi qu'elles ne siégeraient pas au conseil d'administration pour dénoncer, selon FO, les "violations répétées des procédures de consultation des représentants des personnels des Assedic et de l'ANPE".

"Trouver un nom a coûté très cher, ce qui prouve qu'il y a de l'argent public pour faire de la communication au lieu de bénéficier aux chômeurs", a réagi Sylvie Masson de Sud-ANPE. Les manifestants entendaient notamment "protester contre la non-représentation des chômeurs au sein du conseil d'administration" du nouvel organisme. Luc Chevallier, du SNU-ANPE, a lui jugé que "la fusion […] va transformer les conseillers en contrôleurs des chômeurs et détériorer le service aux usagers, qui auront plus de mal à rencontrer directement un interlocuteur".

Une identité visuelle à 20 millions d’euros ?

Bien sûr, 135.000 € ne représentent que le coût - officiel - du nom, pas celui du logo qui y est attaché ! Celui de l'ANPE n'avait que 5 ans (réalisé par Euro RSCG) et avait coûté à l'époque 2,4 millions d'euros. A ce tarif, la charte graphique et la déclinaison du logo étaient incluses (!).

Le coût majeur du changement de logo est celui des enseignes et de la signalétique intérieure des 1.400 agences Assedic et ANPE. On peut l'estimer, si le marché est bien négocié, à 10.000 € par agence, soit 14 millions d'euros. Sur Boursorama.com, les syndicats, qui critiquent un choix "trop coûteux" (CFTC) et "manquant d'originalité" (CFC-CGE), assurent qu'il faudrait "rajouter 12.000 à 13.000 € par agence pour installer les logos".

Ensuite, il faut y ajouter le coût de la déclinaison physique du logo, c'est à dire la fabrication de tous les supports portant la marque : papiers, enveloppes, chemises, stylos… en prenant soin, bien sûr, de jeter quelques tonnes des anciens modèles devenus obsolètes. Avec un minimum de fournitures à 3.000 € par agence, cela représente 4,2 millions d'euros.

Le coût global (avec les faux frais) dépasserait donc allègrement les 20 millions d'euros !

Remarquons que la dépêche AFP publiée hier soir mentionne que "le ministère n'a pas été en mesure de chiffrer le coût supplémentaire lié à la mise en place du logo dans les 1.400 agences ANPE ou Assedic du territoire". On n'imagine pas un instant une entreprise rationnelle lancer une telle opération sans la budgéter précisément !!!

www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=4081
www.pole-emploi.fr
www.lezart-graphique.net/
www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=4128
www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/12/19/01011-20081219FILWWW00543-naissance-officielle-de-pole-emploi.php




LA FUSION ASSEDIC-ANPE POUR LES NULS

Détournements de logo sur le blog engagé de Noèle Obhalkhon et Paco Thyzon
La première est conseillère à l'ANPE, la seconde travaille dans une antenne Assedic
www.lafusionpourlesnuls.com/article-23754845.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 24 Déc - 0:49



Le VRP du patronat passe Noël à Rio aux frais de la princesse

Sarkozy (maudit soit son nom) restera au Brésil jusqu'à fin décembre. D’abord dans un palace de Copacabana où des célébrités comme Juan Carlos d’Espagne, Bill Clinton et Madonna ont leurs habitudes. Il y sera en famille. Mais pas seulement : il fera aussi profiter de ces avantages les ministres Bernard Kouchner, Xavier Darcos, Hervé Morin, ainsi que les secrétaires d'Etat aux Affaires européennes Bruno Lemaire et au Commerce extérieur Anne-Marie Idrac.
Il y a aura également une délégation d'une trentaine de chefs d'entreprise.

Merci qui ? non, pas les contribuables français. C'est Dassault qu'il remercie :

La France vend 50 hélicoptères et 4 sous-marins au Brésil

www.liberation.fr/economie/0101307472-la-france-vend-50-helicopteres-et-4-sous-marins-au-bresil

Il pensait à Dassault même avant ses vacances...

Thalès, Dassault, DCNS… L’Elysée joue au Meccano industriel.
Sarko Ier a piloté la prise de pouvoir de Dassault chez Thalès.
www.bakchich.info/article6256.html

Transparence à la sarkozy (maudit soit son nom)
Budget de l'Elysée : 112 millions d'euros en 2009 (soit une augmentation de 11%)
+ , en catimini, 9,2 millions (5,3 tranférés de la Défense et 3,9 de l'Intérieur)

Ce crédit supplémentaire a été publié seulement au Journal Officiel électronique.

L’Elysée vient d’augmenter de 9,2 millions d’euros son budget initial pour 2009 a affirmé aujourd’hui dans un communiqué le député apparenté PS René Dosière.

Cette augmentation s’est faite par « un décret de transfert de crédits en date du 12 décembre 2008, et publié au Journal officiel électronique du 14 décembre 2008 », précise M. Dosière, expert des comptes de l’Elysée depuis les années Chirac.

Le décret a été signé par le Premier ministre François Fillon et par Eric Woerth (Budget).

« Contrairement à l’an passé, l’Elysée n’a pas utilisé la procédure transparente de la loi de finances rectificative qui est actuellement en cours de discussion au Parlement », commente M. René Dosière.

Le député de l’Aisne ironise enfin sur le fait que cette « procédure discrète » n’est pas reprise dans l’édition papier du Journal officiel.

L’augmentation du budget de l’Elysée a seulement été publiée au Journal Officiel électronique, « sans doute par respect du Grenelle de l’environnement et de la lutte contre la déforestation ».

BA
16 décembre 2008
www.plumedepresse.com/spip.php?article1032

Explications de Jean-Michel Aphatie
www.dailymotion.com/video/x7rk9t_le-budget-de-lelysee_news
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 24 Déc - 1:39



Dette publique
La dette de la France atteint près de 1300 milliards d’euros

André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder révèlent dans "La Dette publique, une Affaire rentable ?", une aberration responsable en grande partie du mal-être de notre société. En chiffres, la dette de la France atteint près de 1300 milliards d’euros. Cette dette comprend les sommes réellement empruntées par l’Etat mais aussi les intérêts qu’il doit rembourser. Depuis le début des années 1980, près de 1300 milliards d’euros d’intérêts ont ainsi été transférés des recettes de l’Etat, c’est-à-dire des impôts directs et indirects, vers des banques privées. Si l’Etat avait remboursé simplement la somme empruntée, sans les intérêts, il aurait un budget à l’équilibre.

On se dit qu'il était bien obligé d’emprunter à des banques commerciales. Eh bien pas du tout, cette obligation découle d'une loi votée en 1973, complétée depuis par d’autres textes, nationaux et européens : elle stipule que les banques centrales, reflet de la puissance publique, n’ont plus le droit de créer de la monnaie pour la prêter à l’Etat. Ce rôle fondamental a été dévolu aux banques privées. Les banques centrales ont donc perdu le droit de faire tourner la planche à billets, autrement dit de créer de la monnaie.
Revenir au mécanisme d’avant 1973 est possible. c'est juste une question de volonté politique.

www.gaucherepublicaine.org/lettres/606.htm#goArticle4
www.dailymotion.com/video/x70xyt_dette-publique-affaire-rentable_news


C'est pour cette raison qu'on peut dire que l'Europe de Jean Monnet, banquier, est une Europe des banquiers.

Michel Pébereau, ancien président de Banque, ne dit pas un mot de ces intérêts versés sans raison à des banques privées. Dans un rapport, il s'en prend aux services publics et entretient la confusion entre dette publique et dette d'Etat.
Et il propage ses mensonges dans des conférences !

http://democratieetavenir.over-blog.com/article-25313489.html
www.amazon.fr/Rompre-avec-facilit%C3%A9-dette-publique/dp/2110061022
www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/11/18/01011-20081118FILWWW00422-bercy-revoit-en-hausse-la-dette-publique.php
www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=4886
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 30 Déc - 23:04



Le bouquet final glacial de la présidence française

Ce devait être l’apothéose artistique de la présidence française. L’exposition d’images du Grand Palais patronnée par Kouchner et Albanel donne la sinistrose.

Une fois entrée à l’intérieur du grand Palais, l’ambiance est aussi glaciale qu’au dehors. Non pas au cause du froid, mais de l’atmosphère de lendemain de cataclysme nucléaire qu’évoque cette sauterie artistique. Patronnée par Bernard Kouchner et Christine Albanel, les ministres respectifs des Affaires Etrangères et de la Culture, cette expo gratuite qui a débuté le 18 décembre pour s’achever le 31 est censée constituer le bouquet final de la présidence sarkozienne du Conseil européen.

Les deux compères nous annoncent modestement que « la France a choisi de présenter à ses habitants comme à ses visiteurs, l’effervescence des nouvelles voies artistiques ». Très à la traîne sur la scène mondiale de l’art contemporain, l’Hexagone espère en jeter plein la vue. Prière d’apprécier. D’autant que c’est avec nos impôts que la fiesta a été financée à hauteur de
1,5 million d’euros, tandis que de généreux sponsors (région Nord, Lille, Total, Orange, Lagardère…) ont allongé 1,7 million.

L’Europe broie du noir, l’expo aussi

Mais de quoi s’agit-il ? Dans l’obscurité du Grand palais sont projetées sur des dizaines d’écrans de toute taille des films d’auteurs de diverses nationalités passés par le Fresnoy-Studio national, un haut lieu français de création d’œuvre d’art digital. Impossible de suivre le moindre film de bout en bout, l’attention étant sans cesse détournée. L’époque est au zapping et au règne de la forme sur le fond. Le sens n’a aucune importance. D’ailleurs, pour en trouver un à cette expo, il faut se lever de bonne heure ou être un intellectuel puissant…

À moins que Kouchner et Albanel aient décider de broyer définitivement le moral des gens qui se pressent, pourtant heureux de se retrouver ensemble pour la période des fêtes. L’obscurité qui baigne l’expo perturbée par la ratatouille d’images est déjà dramatique. Mais en plus le directeur artistique inflige aux oreilles un magma lugubre de sons mélangés et insupportable à moins d’avoir fréquenté Guantanamo. (...)

Émile Borne

www.bakchich.info/article6324.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 7 Avr - 6:45



Villes mortes et caisses vidées
Le déplacement de Sarkozy à Saint-Quentin (Aisne) a coûté 400.000 euros

Mercredi 25 mars 2009, lors des questions au gouvernement, le député PS René Dosière, spécialiste du budget de l'Elysée, a affirmé que le coût du déplacement de Nicolas Sarkozy à Saint-Quentin (Aisne) s'est élevé à 400.000 euros.
René Dosière affirme que
1- Les 4000 sympathisants de l'UMP ont reçu de la Poste un carton d'invitation.
2- "1300 CRS, gendarmes, policiers ont été mobilisés", notamment pour assurer la fermeture du centre-ville de Saint-Quentin pour l'occasion.
3- "Le coût de ce déplacement s'élève à 400.000 euros soit 100 euros par personne présente".

Et se demande
- s'il "est responsable, légitime, de bloquer toute l'économie d'une ville pour un déplacement de deux heures"
- s'il "est honnête et moral d'utiliser autant de moyens publics pour un déplacement dont la finalité était partisane".
http://fr.news.yahoo.com/63/20090326/tpl-le-dplacement-de-sarkozy-saint-quent-5cc6428.html



Sarkozy, bonnet d'âne en français, a donné des leçons à Saint-Quentin

Dans Le Parisien un petit best-of de ses dernières trouvailles syntaxiques (défendant le bouclier fiscal devant des ouvriers d’Alstom : « Si y en a que ça les démange d’augmenter les impôts… » Ou parlant des études des élites : « On se demande c’est à quoi ça leur a servi ?»)

Devant 4 500 personnes (mieux que le show de Martine Aubry au Zénith), Nicolas Sarkozy a appelé à se tourner vers les «valeurs». Le champion du dilapidage de l'argent de l'État avec ses croisières en yacht, ses vacances avec Rachida Dati et sa chanteuse de luxe Carla Bruni a donc des «valeurs». Pour Noutnoute et le Réveil des Marmottes, Nicolas Sarkozy représente à lui seul les valeurs universelles : une vie conjugale et familiale exemplaire, le sens du sacrifice (il n'a pas hésité à augmenter son salaire de 200% et le budget de l'Élysée, ni à acheter un Airbus pour promener Carla Bruni), il fait chercher Cala Bruni avec 20 cars de CRS et des hélicoptères à ses dîners de gala, s'occupe de l'entretien du château de Carla Bruni au Cap Nègre, etc... Nicolas Sarkozy est donc bien placé pour appeler au retour à une «éthique du capitalisme».

Nicolas Sarkozy a fustigé les manifestants qui, comme en Guadeloupe, choisissent «l'intimidation» et «menacent la sécurité des biens et des personnes» et les irresponsables tentés de «céder à la démagogie» et au «populisme» en ne pensant qu'à leurs difficultés. Pour Nicolas Sarkozy, un salarié apprenant qu'il est sur une liste de licenciements ou qui gagne moins que le SMIC est un "irresponsable"... Nicolas Sarkozy voudrait une «éthique de l'effort».
http://michel.mahler.free.fr/News/079_Sarkozy_St_Qentin.htm

Pourtant
Les 35 heures ne sont pas mortes

L'obsession sarkozienne de mettre à bas les 35 heures s’est traduite par une loi encourageant le recours aux heures supplémentaires, exonérées de charges sociales et patronales.
Un tel dispositif, inaudible et absurde aujourd’hui, est désormais en train de se retourner contre la volonté présidentielle du « travailler plus pour gagner plus ». Certains y voient même une défaite non seulement économique mais politique.

Car comment Nicolas Sarkozy espère-t-il réhabiliter le travail en période de destruction massive d’emplois ? La martingale présidentielle consiste en effet à augmenter le temps de travail des salariés en poste à temps plein plutôt que d’embaucher des jeunes et des chômeurs. Un tel choix concourt manifestement, et de façon non négligeable, à la remontée brutale du chômage depuis l’été 2008.

Comme le montrent les calculs faits par le journal Alternatives économiques, qui est à l’initiative, avec Marianne, d’une pétition pour l’abrogation sans délai de la défiscalisation des heures supplémentaires, ce sont 90 000 emplois à temps plein qui manquent à l’appel. Et ce sont les CDD, les temps partiels et les intérims qui sont le plus touchés par l’exonération des heures supplémentaires. Le coût de ce désastre se chiffre à plus de 4 milliards d’euros, et il est trois fois supérieur au financement par l’État des mesures du fonds d’investissement social annoncées le 18 février.

On comprend dès lors que le système soit devenu insupportable, d’autant que les entreprises ont utilisé cette manne publique pour distribuer des dividendes à leurs actionnaires. Il serait plus judicieux de repenser un plan d’urgence qui contiendrait des mesures de réduction du temps de travail avec embauches correspondantes.
www.politis.fr/Les-35-heures-ne-sont-pas-mortes.html
www.alternatives-economiques.fr/petition
cyclops



Le gouvernement fait sa propre publicité pour 4,33 millions d’euros

La campagne de publicité qui débute aujourd’hui à la télévision a été conçue par l’agence Young & Rubicam pour un montant de 4,33 millions d’euros. Pendant trois semaines, quatre spots thématiques de 20 secondes et un long spot reprenant toutes les annonces en 45 secondes seront diffusés près de 1630 fois à la télévision. C’est François Fillon lui-même qui a donné le coup d’envoi de cette campagne sans précédent pour un gouvernement en exercice.

Thierry Saussez, nouveau responsable de la communication du gouvernement, a donc conçu cette campagne pour expliquer toutes les mesures qui ont déjà été prises par le gouvernement : défiscalisation des heures supplémentaires, exonération des intérêts d'emprunt à l'achat d'une résidence principale, diminution de moitié de la caution locative, exonération d'impôt pour les jobs étudiants.
http://politique.net/2008062301-le-gouvernement-fait-sa-pub-pour-4-millions-d-euros.htm

Bouclier fiscal
Les contribuables paient 307 129 984 euros qui atterrissent dans la poche de 834 millionnaires !

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article82701



Balard-gone : le loyer annuel sera de 100 millions d'euros

Le ministre de la Défense Hervé Morin a présenté le 26 mars le projet de regroupement du ministère et des états-majors à Balard (Paris, XVème).

Ce projet de Pentagone à la française ou "Balard-gone" fera appel à un partenariat public-privé: l'immeuble sera financé, construit puis géré par un grand groupe français du BTP et loué au ministère de la Défense pendant trente ans. Ensuite, il deviendra propriété de l'Etat. C'est la première fois qu'un projet de cette envergure, concernant une fonction régalienne de l'Etat, est confié à une entreprise privée.

Le ministère de la défense estime que le loyer qu'il devra payer "sera vraisemblablement supérieur à 100 millions d'euros" par an. Soit plus de 3 milliards en trente ans : joli contrat pour le groupe qui décrochera le marché.
http://fr.news.yahoo.com/76/20090326/tfr-balard-gone-le-loyer-annuel-sera-de-dbac7e9.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 8 Avr - 7:21



Sarkozy évoque une nouvelle réduction de l'ISF

Le "paquet fiscal" adopté à l'été 2007 prévoit une réduction d'ISF pouvant aller jusqu'à 50 000 euros, à condition que cet argent soit investi dans des PME. "Nous avons voulu que cet argent de l'ISF soit investi au service de l'emploi et non pas simplement de la réduction du déficit", a souligné Nicolas Sarkozy, qui a dit avoir pris cette idée aux Etats-Unis "parce que ça marchait".

Lors de ce déplacement à Venelles, dans les Bouches-du-Rhône, il a également volé au secours des patrons. Il a affirmé qu'il ne "laissera pas faire" les salariés qui séquestrent les dirigeants d'entreprise
www.lemonde.fr/politique/article/2009/04/07/sarkozy-ne-laissera-pas-faire-les-sequestrations-de-patrons_1177877_823448.html



Les patrons font profil bas face à la vague de séquestrations

Excédés par les licenciements, les ouvriers multiplient les prises d’otage pour obtenir de meilleures indemnités. Une méthode radicale, et couronnée de succès jusqu’ici

L’air contrit, la mine fatiguée, la cravate débraillée, le chef d’entreprise séquestré par ses employés est devenu l’emblème du vent de révolte qui souffle sur les usines françaises. Depuis début mars, les dirigeants de quatre sociétés différentes ont été retenus, pour des périodes allant d’une heure à deux jours. Non violentes, mais parfois ponctuées d’insultes et d’intimidations, ces actions marquent une dégradation du climat social dans un pays adepte de la culture du conflit.

De Grenoble à Pithiviers en passant par Auxerre, le scénario est bien rodé : un groupe annonce des licenciements massifs ou la fermeture d’un site, les employés concernés ripostent en envahissant le bureau de la direction.
http://bellaciao.org/fr/IMG/jpg/vague_de_sequestrations.jpg cyclops
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83544


La voiture de François-Henri Pinault bloquée par des salariés
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83385



Un jeune témoigne avoir distribué des enveloppes pour Dassault

Serge Dassault est accusé d’avoir acheté des voix pour gagner les municipales, en 2008. Un jeune raconte, au micro de Bakchich, comment il a distribué des enveloppes pour Dassault (qui va s'en mettre plein les poches grâce à sarkozy et son entrée dans l'Otan).

Serge Dassault, maire-sénateur-avionneur-patron de presse, a-t-il distribué des enveloppes pleines de jolis billets pendant la campagne des municipales en mars 2008 ?

Mercredi 25 mars, Serge Dassault, maire de Corbeil-Essonnes, était en tout cas entendu à ce sujet par le Conseil d’Etat.

C’est la deuxième fois en un an que Bruno Piriou, chef de file de l’opposition et ex candidat PC à la mairie de Corbeil, conteste l’élection (que Dassault a remportée à 170 voix près) devant la justice. La première fois, c’était devant le Tribunal Administratif de Versailles, et à la surprise générale du clan Piriou, le demandeur s’était fait rembarrer.
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83319
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 12 Mai - 15:44



Le scandale de la semaine : 1,6 million d’euros payés par les contribuables pour écouler les CD de Carla Bruni.
Carla en cadeau

Pour promouvoir les spécialités françaises, le gouvernement va cofinancer avec des producteurs des soirées "vin et fromages" chez des particuliers américains, canadiens et d’ailleurs.

Les hôtes, choisis par l’agence de marketing Sopexa, recevront, outre des bons d’achat pour du vin bon marché, un tire-bouchon et... un CD où chante Carla Bruni ! En échange, ils doivent vanter sur Internet les mérites de la nourriture et du vin français.

La Sopexa a déjà reçu 14.000 demandes de particuliers. Le coût de l’opération, réalisée dans 19 pays, est estimé à 1,6 million d’euros, dont 60 % seront à la charge du ministère de l’Agriculture.
www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-04-30/carla-en-cadeau/920/0/339662
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 20 Mai - 20:25



Les dépenses de l'Elysée ont dérapé en 2008

Les charges nettes totales s'élèvent à 110 millions d'euros, contre 101 millions prévus lors du vote du budget fin 2007. En cause : l'hyper-activisme de Nicolas Sarkozy.

les mesures de bonne gestion mises en place n'ont pas permis de compenser la "progression de l'activité présidentielle".

quelques dérapages : le nombre de réceptions multiplié par deux ou les frais de téléphonie mobile en hausse de 47% à cause des "appels depuis ou vers l'étranger.

Du coté de la masse salariale : 69,8 millions d'euros pour 1.031 personnes à fin 2008.

Par ailleurs, fin 2008, la Présidence avait dû réclamer 5 millions d'euros de crédits supplémentaires pour assumer les frais de déplacements de Nicolas Sarkozy (multipliés par trois depuis 2006), soit un total de 20,3 millions d'euros. Ce montant retombe curieusement à 16,3 millions d'euros dans le projet de loi de règlement, grâce une manne providentielle : la présidence française de l'Union européenne lors du second semestre 2008. Les quatre millions de différence ont ainsi été transférés sur une ligne budgétaire spécifique.

En plus, le Quai d'Orsay a déjà remboursé à l'Elysée des frais de 1,75 million d'euros au titre de la présidence de l'UE. Pourtant, il est peu probable que le chef de l'Etat ait moins voyagé s'il n'avait pas été président de l'Union. Sans ce tour de passe-passe, les dépenses dépasseraient les 115 millions d'euros pour 2008.

Impossible, pour le moment, de mesurer l'augmentation par rapport à l'année précédente. Mais le député apparenté PS René Dosière, expert ès train de vie de l'Etat, est en train de reconstituer le budget 2007 de l'Elysée selon la même méthode pour pouvoir comparer. Verdict attendu dans les prochains jours...

David Bensoussan
18 mai 2009
www.challenges.fr/actualites/politique_economique/20090518.CHA3813/les_depenses_de_lelysee_ont_derape_en_2008.html


Trois magistrats de la Cour des comptes, en mission à l'Elysée, finissent d'éplucher les factures de la présidence. Une première.

Ils ont repéré quelques dépenses privées de Nicolas Sarkozy payées sur fonds publics, mais leur montant serait « modeste ».
http://eco.rue89.com/2009/05/20/la-cour-des-comptes-etudie-les-frais-de-nicolas-sarkozyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 20 Mai - 22:36



Capital a enquêté sur les salaires des politiciens

Voici la VIDEO et la liste :

- 1 - Jacques Chirac : salaire 19 000 euros pour l'ensemble de ses retraites et 12 000 euros en tant que membre de droit du Conseil constitutionnel, soit au total 31 000 euros par mois.

- 2 - Nicolas Sarkozy : salaire 22 249 euros par mois.

- 3 - François Fillon : salaire 21 026 euros par mois.

- 4 - André Santini : salaire 20 287 euros par mois.

- 5 - Nathalie Kosciusko-Morizet : salaire 19 807 euros par mois.

- 6 - Bernard Accoyer : salaire 19 807 euros par mois.

- 7 - Rachida Dati : salaire 19 458 euros par mois.

- 8 - Hervé Morin : salaire 19 053 euros par mois.

- 9 - Christine Lagarde : salaire 18 150 euros par mois.

- 10 - Gérard Larcher : salaire 16 500 euros par mois.

- Les autres ministres sont payés 14 017 euros par mois.

- Elu à temps partiel : Jean-François Copé, l'inclassable : salaire de 9 730 euros comme député-maire et 16 666 euros comme avocat les vendredis et samedis, soit au total 26 396 euros par mois.
www.mediapart.fr/journal/france/010509/revue-web/capital-enquete-sur-le-salaire-des-hommes-politiques

Sénateur, Député et Député européen : 7 008 €

Maire d’une ville de plus de 100 000 habitants : 5 441 €

Président d’une communauté urbaine de plus de 200 000 habitants : 5 441

Conseiller général (>1,25M hab) ou régional (>3M hab) : 2 627

Conseiller général (<250 000 hab) ou régional (<1M hab) : 1 501

Maire d’un village de moins de 500 habitants : 638

Les indemnités sont exprimées en brut mensuel.
http://soupe.roycod.com/index.php/2009/05/05/les-salaires-des-hommes-politiques/

Plus de détails :
http://cactus.over-blog.org/article-2145187.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 21 Mai - 0:22


"Nous voulons que les Français travaillent plus, investissent plus et que l'Etat dépense moins", François Fillon, premier ministre, janvier 2008.

Un ministre, combien ça dépense ?
Alors que les Britanniques découvrent avec stupeur le détail des dépenses privées effectuées par les ministres, les élus ou leur entourage avec les deniers publics, la France est loin d'une telle transparence. Depuis sept ans, un député de l'Aisne, René Dosière, désormais apparenté PS, traque les dépenses de l'Etat. Après avoir permis de lever le secret qui régnait sur le budget de l'Elysée, il a entrepris d'y voir plus clair dans les dépenses de fonctionnement des ministères.

Chiffres de 2008 portant sur l'exercice 2007 (2e semestre)

Ministère de la Défense :
-8,173 millions d'euros de dépenses de communications, d'études et de sondages.

Ministère de la Justice :
-Logement de fonction de 127 m2.
-20 véhicules avec 19 chauffeurs.
-416 370 euros en frais de déplacements aériens.
-269 012 euros de frais de représentation.
-3,177 millions d'euros de frais de communications, d'études et de sondages, répartis en impression 542 188 euros, veille presse 489 015 euros, organisation d'une campagne métiers 487 000 euros, formation des magistrats à la communication 363 958 euros, organisation d'événements 213 124 euros, achat d'outils de communication 315 910 euros, achat de journaux 159 252 euros, trois études de sondage pour 118 129 euros.

Ministère de l'Education Nationale :
-4,770 millions d'euros dont 767 725 euros de communication, d'éudes et sondages, dont 767 725 euros au titre des études et sondages.
-399 898 euros de frais de représentation.

Ministère de la Santé :
-387 798 euros de communication.
-470 584 euros de frais de représentation.

Secrétariat d'Etat aux Sports :
-647 888 euros de communication.

Ministère de l'Economie :
-893 107 euros de frais de déplacement.
-12,86 millions d'euros de communication, dont 810 000 euros rien que pour la campagne de promotion des mesures issues de la loi Travail, emploi et pouvoir d'achat.
-1,76 million d'euros en études et sondages.
-2,26 millions d'euros en actions éditoriales.
-1,19 million d'euros en actions événementielles.

Ministère de la Culture :
-562 346 euros de frais de dépalcement.
-1,4 million d'euros de frais de représentation.
-3,4 millions de communications, d'études et de sondages.

Ministère des Affaires Etrangères :
-2,24 millions euros de frais de déplacement.
-3,25 millions de frais de représentation.

Ministère des Affaires Européennes :
-3,857 millions de communications, d'études et de sondages.

Ministère du Commerce Extérieur :
-1 million euros de frais de déplacement.

Ministère de la Coopération et francophonie :
-763 579 euros de frais de déplacement.

Total pour ces dépenses : plus de 54 millions d'euros.
www.lemonde.fr/politique/article/2009/05/12/un-ministre-combien-ca-depense_1191962_823448.html
http://anti-sarkomania.over-blog.com/article-31115740.html
www.mediapart.fr/club/blog/mathilde- mathieu/270409/train-de-vie-de-l-executif- des-questions-qui-derangent


Commentaires
Christian K.
12.05.09 | 19h24
Les ministres et le NS sont au top 10 des dépenses, voyez dans les pays Scandinaves ou les frais sont limités et connus de tous les citoyens, voilà une vraie démocratie !!!

Il existe la cour des comptes. Ne devrait-elle pas être rattachée au Parlement et que soit ainsi conduit un véritable contrôle des exécutifs nationaux et locaux. Enfin une institution indépendante devrait contrôler les dépenses des élus ainsi que leur train de vie, même si la présomption d'innocence doit à priori prévaloir.

Bruno S.
12.05.09 | 19h32
La dépense "presse" de Mme Dati est incroyable. Ils lisent beaucoup, beaucoup, dans ce cabinet. Puisque j'imagine qu'il s'agit du cabinet, et non pas du ministère. Etes-vous sûrs qu'il ne s'agit pas d'un détournement de fonds publics, au bénéfice de commande de "bouche" ou de grands couturiers, une sorte de blanchiment, comme en a fait un ancien maire de Paris qui mangeait pour 10 000 francs par jour (le goinfre !) ? L'enquête doit suivre, à vous M. Roger, enquêtez !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 27 Mai - 21:57



Le nouvel avion présidentiel est arrivé à Mérignac

'"Air Force One" est le surnom donné à l'Airbus A 330 de sarkozy, que l'armée de l'air vient d'acheter pour compléter la flotte des avions gouvernementaux.
Les travaux dureront au moins un an, indique Sud-Ouest.

Le nouveau jouet est aujourd'hui équipé pour convoyer 324 passagers. Selon « Les Échos », l'avion serait notamment équipé d'une chambre à coucher, d'un bureau, d'une salle de réunion pouvant accueillir une douzaine de personnes, d'une salle de bains et d'un module médicalisé d'urgence.
Un système de leurre antimissiles et des transmissions sécurisées achèveront de donner à l'A330 sa touche présidentielle.
Une soixantaine de personnes, invitées des voyages présidentiels, pourraient prendre place à l'arrière de l'appareil.
Bienvenu pour Sabena Technics, ce renouvellement de la flotte présidentielle l'est aussi tout particulièrement pour Dassault.
www.sudouest.com/accueil/actualite/economie/article/601124/mil/4576786.html



Né un 4 juillet

Vincent Bolloré ayant cédé son créneau de livraison à Sarkozy, le nouveau Falcon 7X a été livré à l'aéroport de Villacoublay plus tôt que prévu, le jour de la fête nationale américaine.
Les militaires de l'escadron de transport, d'entraînement et de calibration (ETEC), chargé de transporter les hautes personnalités, lui ont donné le doux nom de « Carla One »
www.ladepeche.fr/article/2009/07/13/638574-Voici-les-Sarko-One-et-Carla-One.html

Avec les allègements fiscaux, l'Etat a perdu 7,6 milliards d'euros en 2008

L'Etat ne tient ni ses recettes ni ses dépenses. C'est ce qui ressort de la synthèse du rapport sur l'exécution budgétaire 2008 annexé au projet de loi de règlement, qui est présenté mercredi 27 mai en conseil des ministres.
Le premier président de la Cour des comptes, Philippe Séguin, doit présenter les grandes lignes de ce document le 3 juin aux commissions des finances de l'Assemblée nationale et du Sénat.

En 2008, le déficit budgétaire a augmenté de 47% pour s'établir à 56,3 milliards d'euros alors même que la dégradation de la conjoncture a eu un impact limité, « au plus égal à 4 milliards » sur les recettes fiscales nettes.
http://eco.rue89.com/2009/05/26/avec-les-allegements-fiscaux-letat-a-perdu-76-milliards-deuros-en-2008

Français, travaillez plus pour votre Saigneur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6071
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Délinquance en col blanc   Lun 15 Juin - 5:57



Luxe, calme et volupté...

François Fillon dispose d'un appartement de 7 pièces, pour une surface totale de 309,72 m², pièces de réception comprises. La partie strictement privative est de 213,73 m²". Or, selon le Canard Enchaîné, l'appartement du Premier ministre du temps de Raffarin ne mesurait que 78,40 m². Comment expliquer que la surface du logement de fonction ait triplé ?
"C'est un secret, ne le répétez pas : Fillon s'est agrandi pour loger son épouse et trois de ses enfants", avoue un collaborateur du Premier ministre.

Le manque de transparence concerne également la gestion des dépenses de personnels de Matignon. Au 1er janvier 2008, 40 des 62 membres du cabinet du Premier ministre étaient payés par des administrations extérieures. Leurs salaires n'entrent donc pas dans le budget de Matignon, que Fillon se vante d'avoir diminué. En réalité, le nombre de fonctionnaires dont le salaire est pris en charge par des institutions extérieures a augmenté. Ce petit tour de passe-passe a permis à Fillon de présenter un budget de rigueur en temps de crise.

Il en va de même pour les voyages. Aucun des déplacements de François Fillon n'est payé par le budget de Matignon comme le révèle le Canard Enchaîné : "Les vols à l'étranger sont pris en charge par le ministère des Affaires étrangères. Selon les connaisseurs, la facture dépasse pourtant allègrement le million par an".

François Fillon a passé le week-end de la Pentecôte à Marrakech, chez des amis. Il a utilisé un avion de la République. Un Falcon 50 de l'Etec a décollé le vendredi 28 mai 2009 et est rentré le lundi 1er juin. Ce n'est pas la première fois que François Fillon part en vacances avec un avion de la République. L'an dernier, il avait déjà utilisé un Falcon ministériel pour se rendre en Toscane.

Toutefois, pour éviter toute polémique, les services de Matignon ont précisé au Canard que le Premier ministre comptait bien rembourser le prix des billets, sans en donner le montant exact, ce qui ne satisfait pas le Canard Enchaîné qui avance un chiffre colossal : 187 272 euros, soit 141 SMIC.

Début octobre 2008 pour un week-end privé en famille, il avait utilisé un Falcon 900 de la flotte républicaine. Or, un Premier ministre n'est pas censé utiliser les moyens de l'Etat pour ses déplacements privés. Par ailleurs, François Fillon a préféré prendre le luxueux Falcon 900 de treize places à 6000 euros l'heure de vol alors qu'il aurait très bien pu prendre le Falcon 50 de huit places à 4000 euros l'heure de vol. Mais surtout, pour parcourir les 300 km qui séparent Angers de Paris, le Premier ministre et sa famille auraient très bien pu prendre le TGV et ainsi faire un geste pour l'environnement et les caisses de l'Etat.

Et le Canard Enchaîné de relever qu'un train partait d'Angers à 18h19 et lui permettait d'arriver Gare Montparnasse à 19h15. C'était donc quasiment aussi rapide que l'avion, pour un coût ne dépassant pas les 69,70 euros par personne en première classe.

www.politique.net/2009060301-appartement-de-francois-fillon.htm
www.politique.net/2009061101-fillon-week-end-a-marrakech.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 8 Juil - 16:37

Le scandale du mois :

La Tribune, lundi 6 juillet 2009, page 4 :

« D’après Bercy, le bouclier fiscal à 50 % a bénéficié à 18 893 foyers. Le coût du dispositif est porté à 578 millions d’euros. Les contribuables assujettis à l’Impôt Sur la Fortune concentrent 99 % du coût.

D’après les données de Bercy, 100 personnes capteraient plus du tiers du coût du bouclier fiscal, pour une restitution moyenne de 1,15 millions d’euros.

Le rapporteur général du Budget, le député UMP Gilles Carrez, va demander des informations complémentaires sur 20 contribuables. Détenteurs d’un patrimoine supérieur à 15 581 000 euros, mais avec un revenu de référence inférieur à 3 263 euros par an, ils se sont vu restituer par le fisc un chèque d’un montant moyen de 286 000 euros. »

Fin de citation.

En clair :

- Au titre du bouclier fiscal, le fisc donne un chèque à 18 893 foyers.
- Le bouclier fiscal coûte 578 millions d’euros.
- Le fisc donne 99 % de ces 578 millions d’euros à des Français qui paient l’Impôt Sur la Fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cadeaux, gabegie et népotisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» St Valentin ou les cadeaux de mon chéri
» Idées cadeaux
» Sites de jeux pour s'amuser en gagnant des cadeaux
» Cadeaux Petshop chez Quick
» Adresse site pour cadeaux de noel sur le théme campagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: