sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cadeaux, gabegie et népotisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 9 Juil - 21:28



852 millions d'euros : le coût des opérations extérieures de la France

Les opérations extérieures de la France - qui envoie 10 000 à 12 000 militaires chaque année hors des frontières - 'ont un coût élevé, en augmentation continue', soulignent les députés Louis Giscard d'Estaing (UMP) et Françoise Olivier-Coupeau (SRC) dans le rapport de la mission d'évaluation et de contrôle rendu public mercredi 8 juillet.

En 2008, les cinq opérations en cours (Afghanistan, Kosovo, Liban, Tchad et Centrafrique, Côte d'Ivoire) ont coûté 852 millions au ministère de la défense. Les députés évoquent une 'croissance préoccupante'. 'Entre 2006 et 2008, à effectifs déployés quasi constants, les surcoûts ont augmenté de près de 250 millions d'euros, soit une hausse de 40 %', notent-ils.

En cause : l'éloignement des 'théâtres' d'opération, leur violence croissante (qui élève les dépenses de munitions) et l'augmentation des contributions versées à l'OTAN et à l'Union européenne.

Les parlementaires formulent 20 propositions. Ils réclament une 'transparence' plus grande des financements, une meilleure prévision budgétaire et une optimisation des moyens matériels de l'armée.
www.lemonde.fr/2009/07/09/852-millions-d-euros-le-cout-des-operations-exterieures-de-la-france_1217135_3224.html

Carte des opérations extérieures de l'UE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 10 Juil - 14:55



Sommet franco-britannique de réconciliation à Evian

A l'avant-veille du sommet du G8 en Italie, Nicolas Sarkozy et Gordon Brown ont affiché lundi à Evian leurs ambitions communes sur le climat, la régulation financière et la relance de la croissance, et adressé un nouveau message de fermeté à l'Iran.

Le ciel franco-britannique semble sans nuages sur le plan de la lutte contre le réchauffement climatique. Les deux pays doivent en effet lancer un appel en faveur de la « relance du nucléaire ». Le groupe français EDF - en tête de course pour la rénovation du parc nucléaire britannique - appréciera.
www.rfi.fr/actufr/articles/115/article_82435.asp

Au lieu de choisir Londres, Paris ou Calais pour discuter climat avec Gordon Brown, le bronzé de l'Elysée a pris son gros navion jusqu'à Evian.
Et il n'a pas apprécié qu'une journaliste lui fasse remarquer que ce n'était pas très malin...
[VIDEO] : www.dailymotion.com/video/x9thlr_sarkozy-et-la-question-qui-gene-sur_news cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 10 Juil - 15:09



Le bouclier fiscal : une monstruosité coûteuse, injuste et immorale.

Rappelons que ce dispositif est censé lutter contre l’évasion fiscale. Or un rapport du conseil des prélèvements obligatoires, organisme rattaché à la Cour des comptes, chiffre très exactement les pertes occasionnées par les départs de France de contribuables, comme relevé par Politique.net : en 2006, ils furent 843 à quitter le pays, pour un manque à gagner dans les caisses de l’Etat de 17,6 millions d’euros. Et combien coûte le bouclier fiscal ? 246 millions d’euros en 2007 et, nouveau chiffre divulgué par le rapport Carrez, 578 millions en 2008 ! On voit bien que le remède est infiniment pire que le mal.

Qui sont donc les heureux bénéficiaires de ces presque 600 millions d’euros ? Ils sont en tout 18 893 foyers. "Le rapport montre que ce système joue de plus en plus un rôle, foncièrement injuste, de prime fiscale à la fortune, indique L’Humanité. Le renforcement du bouclier (passage du plafond de 50% à 60%) a « accentué la prépondérance des assujettis à l’ISF dans le coût du dispositif, mais a aussi augmenté leur proportion en nombre de bénéficiaires ». Ils représentaient l’an dernier « 40% des bénéficiaires, contre 25% l’année précédente, et concentraient 99% du coût, contre 91% en 2007 », indique Gilles Carrez. À eux seuls, cent contribuables ont touché le tiers du montant total du bouclier, pour une restitution moyenne de 1,15 million d’euros. « Les plus gros bénéficiaires des restitutions sont essentiellement les contribuables qui se situent dans les tranches supérieures de l’ISF », doit constater le rapporteur. Vingt contribuables battent une espèce de record : détenteurs d’un patrimoine supérieur à 15 581 000 euros, mais affichant un revenu fiscal de référence de… moins de 3 263 euros, ils ont reçu du fisc un chèque d’un montant moyen de 286 000 euros. Gilles Carrez a indiqué avoir demandé à Bercy des informations complémentaires sur ces cas pour comprendre ce qui paraît invraisemblable - la juxtaposition d’une si grosse fortune et d’un revenu si ridicule - et qui relève sans doute des nombreuses exonérations à la disposition des nantis."

En résumé donc, plus ça va, plus ce sont les plus riches qui bénéficient de ce mirifique cadeau au détriment des finances publiques, dont le déficit est par ailleurs utilisé pour justifier les économies censément nécessaires, obtenues par exemple en supprimant des postes de fonctionnaires. La conclusion au député apparenté PCF Jean-Pierre Brard, évoquant le cas de l’Angleterre où, à cause de la non-fiscalisation, "les patrimoines ont pu se transmettre au fil des siècles sans être entamés. Bientôt, chez nous aussi, ceux qui sont nés avec une cuillère en or dans la bouche en transmettront deux à la génération suivante, sans avoir eu à faire aucun effort pour faire prospérer un patrimoine dont vous leur aurez assuré la conservation sans qu’ils aient besoin de travailler." Dire que Sarkozy prétend défendre la valeur travail quand, avec une monstrueuse hypocrisie, il n’a de cesse de favoriser les rentiers !

Enfin, l’hebdomadaire Marianne s’est amusé à comparer RSA et bouclier fiscal : "D’un côté, un milliard et demi d’euros en plus pour le RSA, pour les pauvres donc à en croire la propagande gouvernementale, soit 3,4 millions de personnes. Une dépense annuelle de 441 euros en moyenne par personne. De l’autre, 578 millions d’euros de coût annuel pour le bouclier fiscal, pour les riches donc (...), soit 18 893 personnes concernées. Une dépense de 30 593 euros en moyenne par personne, soit près de 70 fois plus. Manifestement, même en temps de crise,le gouvernement est plus soucieux des finances des riches que de celles des pauvres. En même temps, cela parait logique : il tire ses voix davantage des classes aisées que des r’mistes, euh pardon, des R’sistes." Voilà bien la motivation de la droite avec cet inique bouclier fiscal : choyer son électorat. Le hic, c’est qu’il devrait peser peu de poids en rapport avec le reste des Français, ceux qui peinent à joindre les deux bouts, voire basculent dans la précarité et la pauvreté. . Quel immense gâchis de voir une partie des classes populaires voter contre son camp ou bien s’abstenir [...]

Olivier Bonnet
www.plumedepresse.com/spip.php?article1170
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Dim 12 Juil - 0:56



Soldes : l'armée privatise en loucedé ses satellites de communication de l'armée
Sarkozy offre 2 milliards 600 millions appartenant aux Français à Thales ou EADS.

Fin 2008, le journal Les Echos révélait que le gouvernement étudiait la possibilité de vendre ses satellites de télécommunications sécurisées Syracuse. Et le Canard Enchainé, dans sa ponte du 1er juillet 2009, confirme et précise : Nicolas Sarkozy a pris sa décision à la mi mai et l'a annoncé aux représentants des états-majors quinze jours plus tard, lors d'une réunion de la Commission exécutive permanente, un "machin" créé par De Gaulle en 1963 et chargé de contrôler les programmes d'armement. Pris par surprise, les grognards étoilés n'ont eu d'autre choix que de valider... en l'absence d'Hervé Morin, ministre de la Défense.

400 millions d'euros

Ces satellites assurent l'ensemble des communications militaires cryptées entre le commandement et les unités déployées sur les théâtres d'opérations. Leur vente devrait rapporter 400 millions d'euros (pour un investissement total de 3 milliards depuis 1980), de quoi commencer à boucher le trou de 600 millions de la loi de programmation militaire 2009-2014. Il n'y a pas de petits profits. En 2011, les satellites seront donc la propriété d'une société privée, Astrium (filiale d'EADS) ou Thalès. Et l'Etat louera désormais ses canaux de communication. Comme d'autres clients, puisque l'acheteur sera autorisé à sous-louer les infrastructures à l'envi. Un proche de Morin assure que "compte-tenu du prix de vente et des loyers prévisibles, c'est une bonne affaire"... d'Etat ?

"Sur un coin de table"

"La maîtrise de nos communications, c'était un principe gravé dans le marbre", s'étrangle un général trois étoiles dans les colonnes du palmipède. Il fulmine : "On ne change pas d'orientation comme ça, sur un coin de table"... même au Fouquet's. Et l'affaire soulève un certain nombre de questions, même si la presse ne semble guère interrogative : Peut-on prendre une telle décision sans l'intervention du parlement ? Qui sera responsable, en cas de bug, lors d'opérations de guerre ? Comment le "secret-défense" peut-il être assuré... par un simple contrat commercial ?

Rompez...

www.lesmotsontunsens.com/etat-armee-vend-satellites-communication-syracuse-sarkozy-4986


Sarkozy, en compagnie de Charles Edelstenne, le PDG de Dassault Aviation SA, au salon international du Bourget (Reuters)

Avec Thalès dans son giron, Dassault accroît sa présence dans la conception de systèmes militaires, un secteur en forte croissance.
D'après nos informations, tout serait parti d'une rencontre informelle entre Serge Dassault, Serge Tchuruk et Nicolas Sarkozy. Serge Tchuruk alors président d'Alcatel aurait fait état de son besoin de liquidités pour son groupe. Joignant l'utile au stratégique, Nicolas Sarkozy aurait alors suggéré à Serge Dassault de reprendre les 20,8% d'Alcatel dans Thalès. Pour Nicolas Sarkozy, l'hypothèse Dassault avait alors le mérite d'éloigner EADS de Thalès.
16 octobre 2008
www.usinenouvelle.com/article/edito-dassault-et-thales-sans-eads.149353


Sarkozy a piloté l'entrée de Dassault au capital de Thalès
Malgré la crise, l’Elysée pense aux amis !
Et tant pis pour l’ancien ami, Arnaud Lagardère*, qui cherche à restructurer son groupe et à peser face au partenaire allemand bien encombrant.
19 décembre 2008
www.lesmotsontunsens.com/sarkozy-dassault-rachat-entree-au-capital-de-thales-eads-2856


Serge Dassault, déçu du chiraquisme, ne fait pas mystère de son soutien à Nicolas Sarkozy, plus enclin à ses yeux à conduire des réformes d'inspiration libérale et à "dire la vérité". A savoir "que la France est en faillite (...), que les acquis sociaux, on ne peut plus les payer". Le sénateur serait également reconnaissant à Nicolas Sarkozy pour des raisons plus personnelles. Il est client du cabinet d'avocats auquel est associé le ministre, qui aurait facilité la mise en œuvre de l'héritage de Marcel Dassault.
www.journaldunet.com/economie/dirigeants/patrons-sarkozy/5.shtml

* Ce qui expliquerait peut-être les fuites sur Karachi dans Paris Match.
Quant au journal
Le Point , qui a le premier évoqué l'affaire, c'est François Pinault, PDG de la holding Artémis proche de Jacques Chirac, qui en a pris le contrôle en 1997.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Point
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 14 Juil - 22:10



Un couple généreux avec l'argent des autres

Carla Bruni, non élue et non catholique, donne 3,2 millions d'euros, appartenant à l'Etat laïc qu'est la France, dont les caisses sont vides, pour la réfection d'une église italienne... Sarkubu a trouvé son maître, ou plutôt sa Mère Ubu !

www.rue89.com/2009/07/13/carla-sarkozy-a-laquila-genereuse-avec-largent-public
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 15 Juil - 23:48


Image GdBlog

14 juillet : un concert gratuit de Johnny Hallyday à plus de 2 millions d'euros

La prestation de Johnny Hallyday aux pieds de la Tour Eiffel devrait coûter au moins 1,9 million d'euros... auxquels il faut ajouter 600 000 euros pour la dégradation des six pelouses du Champ de Mars.
www.20minutes.fr/article/338818/France-14-juillet-le-concert-pas-vraiment-gratuit-de-Johnny-Hallyday.php

Sa nouvelle version de la Marseillaise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 16 Juil - 0:10


Bigoufakes

Un milliard d'euros pour 94 millions de vaccins contre la grippe A(H1N1)

La France a décidé d'acheter 94 millions de doses de vaccin contre la grippe A(H1N1) pour un montant d'un milliard d'euros auprès de trois laboratoires et tente d'anticiper une pandémie "presque inévitable."
Les trois laboratoires choisis sont Sanofi, GlaxoSmithKline et Novartis.

Roselyne Bachelot a précisé que le gouvernement avait également passé des commandes "optionnelles" pour 44 millions de doses supplémentaires, soit 138 millions de doses en tout.

Il faut deux doses par personne et 94 millions de doses permettent de vacciner les deux-tiers des Français.

Mais selon les experts, vacciner un Français sur deux, soit environ 30 millions de personnes, suffirait à protéger l'ensemble de la population.
http://fr.news.yahoo.com/4/20090715/tts-france-grippe-vaccin-ca02f96.html

Selon les experts, 60 millions de doses suffisaient. Sarkozy et sa bande, organisée et sans cagoule, ont donc acheté 78 millions de doses inutiles. A supposer que la vaccination soit utile.
Perte pour les Français : plus de 565 millions d'euros.
ça coûte si cher que ça, une campagne électorale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 16 Juil - 1:52

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a jugé "presque inévitable" qu'une pandémie liée au nouveau virus s'installe en France à l'automne.

"Si tel devait être le cas, les conséquences pourraient être considérables", a-t-il dit lors d'une réunion avec l'ensemble des préfets.

Il a cité, outre l'impact sanitaire, des difficultés aiguës dans certains secteurs d'activité d'importance vitale ou dans les services de l'Etat, ce qui pourrait entraîner "une désorganisation de la vie sociale et économique."

http://fr.news.yahoo.com/4/20090715/tts-france-grippe-vaccin-ca02f96.html

Concrètement, ça donne quoi, « une désorganisation de la vie sociale et économique » ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 16 Juil - 2:18

Une « désorganisation de la vie sociale et économique », c'est sans doute l'impossibilité de travailler pour les quelques employés qui ne seront pas encore au chômage.

J'ai l'impression qu'il faut paniquer les Français, pour qu'ils ne pensent pas récession, licenciements, gabegie, chienlit, Karachi... et puis révolte ou révolution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 16 Juil - 13:16

Peut-être.

En tout cas, ça va coûter la peau du cul : 1 milliard d'euros pour acheter 94 millions de doses (plus 36 millions de doses supplémentaires dans un second temps).

En fait, je ne suis pas sûr que ce soit une manoeuvre de diversion. 1 milliard d'euros, ça ferait cher la manoeuvre de diversion.

De plus, tous les autres pays du monde sont touchés et veulent vacciner leur peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Dim 19 Juil - 19:05



L'Elysée dépense 1,5 million d'euros par an dans des sondages bidons
qu'on peut trouver gratuitement


La Cour des comptes a fait part le 16 juillet 2009 de ses interrogations sur un contrat d'une page signé en juin 2007 pour 1,5 million d'euros par an entre la présidence et un mystérieux cabinet d'études, lui-même chargé de commander des sondages à OpinionWay.

La présidence a ainsi payé en 2008 pour un "Politoscope" 392.288 euros, alors que cette enquête a été publiée par LCI et Le Figaro et pouvait donc être connue gratuitement. Au total, 15 enquêtes payées sur fonds publics étaient disponibles dans la presse.

La gauche et le Modem voient le mécanisme comme un instrument de manipulation de l'opinion, OpinionWay étant à leurs yeux subventionné pour fournir aux médias des enquêtes aux méthodes discutées - utilisant internet - et laissant penser que la politique gouvernementale a l'appui de l'opinion.

De son côté, la Société des rédacteurs du Figaro, journal qui compte parmi les grands clients d'OpinionWay, a prié sa direction vendredi de "mettre immédiatement un terme à ce type de 'coproduction' qui nuit gravement à la crédibilité des titres du groupe", une demande rejetée par le patron du titre, Etienne Mougeotte.

Plusieurs médias ont en outre révélé que le cabinet signataire du contrat à 1,5 million d'euros annuels était la société Publifact, dont l'actionnaire principal est Patrick Buisson, ancien directeur du journal d'extrême droite Minute, ex-chroniqueur sur LCI, patron de la chaîne Histoire et conseiller de Sarkozy, qui l'a décoré en 2007 de la Légion d'honneur.
http://fr.news.yahoo.com/4/20090719/tts-france-elysee-sondages-ca02f96.html


Dernière édition par Orwelle le Dim 8 Nov - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Dim 19 Juil - 20:59


bigoufakes

La prime à la casse va coûter à l'Etat 390 millions d'euros au lieu des 220 millions prévus.

La prime à la casse permet, depuis début décembre 2008, à un acheteur d'une voiture particulière ou d'un utilitaire léger, neuf et peu polluant, de bénéficier d'une prime de 1.000 euros s'il met au rebut un véhicule de plus de dix ans.

Le gouvernement travaille à son "arrêt progressif"

La prime à la casse, actuellement de 1.000 euros, serait réduite progressivement "pendant au moins un an", avec pendant les six premiers mois une prime de 700 ou 800 euros, ramenée ensuite à 400 euros.

Un premier bilan montre qu'elle a maintenu un peu les ventes de voitures neuves : 20 à 25% des véhicules neufs vendus ont fait l'objet d'une prime à la casse, soit 175.000 voitures - pour une bonne part des citadines. Pas d'euphorie pourtant chez les concessionnaires : à petites voitures, faibles marges.

Mais surtout, elle a profité aux usines délocalisées des constructeurs français et aux constructeurs étrangers eux-mêmes. Parmi les huit voitures dont les ventes ont le plus progressé en France au premier semestre, on en trouve six assemblées hors de l'Hexagone. Ainsi, la Renault Twingo, dont les ventes ont bondi de 65%, sort de l'usine Renault de Novo Mesto, en Slovénie. Les Citroën C1 et Peugeot107, dont les ventes ont, respectivement, progressé de 55 et 44% sont produites en République tchèque. On trouve également dans ce classement la Fiat 500, fabriquée en Pologne. Les usines françaises semblent plus profiter des nouveautés (Renault Scénic, Peugeot 3008) que de la prime.

Par ailleurs, cette prime à la casse prive le marché de l'occasion de petites voitures pas chères, qui pourraient faire la joie de jeunes étudiants ou de ménages en quête d'un second véhicule.

Enfin, elle encombre les casses : lle succès de la prime s'est traduit «par un engorgement exceptionnel des filières d'élimination». A tel point que les concessionnaires ont bien du mal à faire détruire dans le délai légal de deux mois les véhicules qu'ils récupèrent lors de la vente d'une voiture neuve.
www.letelegramme.com/ig/generales/economie/prime-a-la-casse-auto-menacee-a-court-terme-13-07-2009-466487.php


Agrandir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Dim 19 Juil - 23:37

Un article hilarant ! A pleurer de rire ! Lisez cet article :

« Regardez Carla Bruni-Sarkozy, belle de scène.

Vidéo : à New-York, la première dame était dans l’angoisse et dans le vent.

Happy Birthday, Mister Mandela… Carla Bruni-Sarkozy a exceptionnellement quitté samedi son habit de First Lady pour revêtir sa panoplie de rock star lors d’un concert caritatif en plein cœur de Manhattan.

Oublié l’épouse top-model en retrait, la parfaite hôtesse de l’Elysée, c’est la chanteuse traqueuse qu’on a vu faire son show aux Etats-Unis. Contre toute attente, et devant de centaines de milliers de personnes, notre belle «ambassadrice mondiale pour la protection des mères et des enfants contre le Sida» a pu gratter sa guitare.

Récit de sa première prestation en public depuis que Carla l’artiste a épousé Nicolas Sarkozy.

No Promises. Carla Bruni-Sarkozy avait annoncé après son union au chef de l'Etat, en février 2008, renoncer aux tournées. «Je pourrai faire des télévisions», mais pas «de scène parce que je ne peux pas me permettre d'entraîner une infrastructure de sécurité qui, dans mon esprit, est choquante», confiait-elle à Libération.

«Je recommencerai à faire des concerts lorsque mon mari ne sera plus président de la République», assurait la belle Méditerranéenne. Nicolas est toujours là, et Carla s’est produite le 18 juillet devant un parterre de stars, dont son cher époux, à l’occasion du Mandela Day.

Notre First Lady avait renoncé au public «pour des raisons évidentes de logistiques». Mais lorsque son ami, Dave Stewart, ancien membre du groupe Eurythmics, l’a sollicitée pour un duo lors de la Journée Mandela, c’est son cœur de rockeuse, et pas sa raison de «femme de», qui a parlé. Carla l’inspirée s’est (re)prise à rêver de fantaisie en sous-sol, de nuits blanches à composer, et de bœufs entre potes…

Hier, une heure après le début du concert dans la mythique salle art déco du Radio City Music Hall, ouvert par un retentissant I Will Survive interprété par Gloria Gaynor, c'était au tour de Carla Bruni et de son comparse Dave Stewart de monter sur scène. Le duo, annoncé par l'acteur Forest Whitaker, qui a introduit « la première dame de France», a été applaudi chaleureusement par une salle comble.

Pantalon, débardeur et veste cintrée noirs, très sobre, l'ancien mannequin a interprété le succès qui l’a révélée, « Quelqu'un M'a Dit ». S'exprimant à merveille en anglais, notre crooneuse de charme a présenté sa ballade comme «une petite chanson française, très bien pour danser, et très bien pour rêver».

Carla Bruni-Sarkozy a ensuite entonné un classique de Bob Dylan : « Blowin in the Wind ». Et je peux vous dire, mes amis, qu’avec son timbre plus grave et rauque qu’à l’habitude, la ravissante First Lady essayait de cacher son trac et les trémolos de sa voix.

Son compagnon de scène, Dave Stewart, avait d’ailleurs affirmé la veille au Telegraph que Carla était très «excitée» et «nerveuse». «Elle pense que cela va être formidable et il lui tarde d’y être», avait ajouté l’ex-moitié d’Annie Lennox, pour se rattraper.

Ses cheveux dans le vent, Carla n’en menait pas large. Mais ses mélodies interprétées avec humilité et émotion ont conquis la salle, surtout un certain Nicolas Sarkozy, installait dans les premiers rangs. Le Président était en admiration devant son épouse. Il a suivi sa prestation avec une joie non dissimulées et l’a applaudie à tout rompre.

Evidemment, Carlita avait dû convaincre son petit mari... Mais Nicolas Sarkozy n’a pas résisté longtemps aux velléités humanitaires de sa dulcinée. Quel bonheur pour notre showgirl retirée de faire se rencontrer son éternelle passion pour la musique et son nouvel engagement socio-politique.

Plus qu’un concert, c’était un hommage et une œuvre en faveur de la mémoire collective auxquels il s’agissait de participer. 46664 fut le numéro d'immatriculation du prisonnier Nelson Mandela (incarcéré 27 ans pour s’être opposé au régime ségrégationniste) et c’est aujourd'hui une œuvre de charité mise sur pied pour lutter contre le SIDA, le cheval de bataille de Carla.

Le temps d’une soirée, notre belle engagée a côtoyé des personnalités comme Susan Sarandon et Matt Damon, partagé l’affiche avec une kyrielle de vedettes américaines et africaines comme Aretha Franklin, Queen Latifah, Cyndi Lauper (grande fan de notre rockeuse de l’Elysée), Jesse McCartney, Josh Groban et Wyclef Jean, Alicia Keys ou encore Will.i.am des Black Eyed Peas. Elle a rejoint Stevie Wonder, pour le Happy Birthday repris en chœur.

Carla la militante a retrouvé la joie des répét’, la chaleur des backstages et le son des basses qui la faisait vibrer… Et si son élégance et sa distinction force la comparaison avec Jackie Kennedy, c’est à Madonna et à Angelina Jolie, qu’on a pensé, cette fois ci.

www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/regardez_carla_bruni-sarkozy_belle_de_scene_183998#

La phrase que je préfère dans cet article culte :

« Evidemment, Carlita avait dû convaincre son petit mari… »

Je pleure de rire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Lun 20 Juil - 2:33

Il paraît qu'elle a été descendue par Le Times : "Sa voix n'est qu'un miaulement" Surprised
http://fr.news.yahoo.com/45/20090719/ten-carla-bruni-new-york-descendue-par-l-a4307fe.html
www.dontmiss.fr/n20384-1/carla-bruni-a-new-york-descendue-par-le-times.html


Et le voyage a été payé par les Français ?


Agrandir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 21 Juil - 19:21

Premier scandale : dans l’article de l’hebdomadaire AUTO-PLUS, nous pouvons lire que Brice Hortefeux a commandé aussitôt après sa nomination de ministre de l’Intérieur deux nouvelles voitures.

Ce sont deux Citroen C6, avec toutes les options, à 100 000 euros.

Bon.

D’accord, c’est scandaleux.

Deuxième scandale : deux modèles identiques étaient déjà à disposition du ministère.

Bon.

D’accord, c’est scandaleux.

Mais vous oubliez une chose : les deux modèles qui étaient à la disposition de Brice Hortefeux étaient des Citroen C6, avec toutes les options, à 100 000 euros ... mais (je cite AUTO-PLUS) le cuir des sièges était usé.

Vous avez bien lu ?

Le cuir des sièges était usé.

Donc Brice Hortefeux a commandé deux nouvelles voitures.

Quand la Révolution éclatera, on enterrera Brice Hortefeux dans sa belle Citroen C6.

Sa tête sera dans le coffre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 21 Juil - 19:59

Les sièges usés : un mensonge de plus !


21.07.2009, 11h06 | Mise à jour : 13h50
Le ministre de l'Intérieur dément s'être offert 2 Citroën C6 pour 100 000 euros

«Auto Plus» dénonce la commande de deux Citroen C6 flambant neuves par Brice Hortefeux dès son entrée en fonction.

Le ministère de l'Intérieur apporte un démenti formel aux informations de l'hebdomadaire «Auto Plus» concernant la commande par Brice Hortefeux, après sa prise de fonctions, de deux Citroën C6, toutes options, pour un montant de 100 000 euros.

Dans sa dernière livraison, le magazine Auto Plus dénonce les dépenses de l'Etat en matière de parc automobile, à l'aide d'exemples chiffrés. L'hebdomadaire pointe ce qu'il appelle «des manies dispendieuses» et affirme que «l'argent est souvent dilapidé».

- Au Sénat et à l'Assemblée nationale, les chauffeurs de voitures de fonction, lorsqu'ils font le plein, se ravitaillent dans les stations-services du centre de Paris, les plus chères. Les chauffeurs des voitures officielles font régulièrement laver leurs véhicules afin d'acquérir des points cadeaux.

- A la Défense, quatre-vingt quinze Renault Vel Satis ont été commandées pour les gradés détachés au ministère.

L'hebdomadaire dénonce aussi l'absence d'appels d'offres des organismes publics lorsqu'ils renouvellent leur parc et les folies que s'offrent certains élus locaux. Seule exception au crédit de l'Etat, selon "Auto Plus", le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo se déplace dans un véhicule à moteur hybride.

www.leparisien.fr/politique/hortefeux-dement-les-revelations-d-auto-plus-21-07-2009-586665.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 21 Juil - 23:55

Alors que le Ministère de l'Intérieur démentait avec vigueur cet après-midi l'info d'Auto-Plus (allant jusqu'à nous appeler deux fois) signalant l'achat de deux Citroën C6 flambants neuves, Pierre-Olivier Savreux le rédacteur en chef adjoint du journal et auteur de l'article persiste et signe sur le Post.

Le ministère de l'Intérieur remet en cause vos informations. Que lui répondez-vous ?

"Ma source, qui vient de Citroen, est formelle: ce sont bien deux Citroen C6 qui ont été commandées et non pas une, comme l'affirme le porte-parole de Brice Hortefeux. D'ailleurs dans les ministères, on commande toujours deux voitures: la voiture de fonction et celle qui servira de véhicule de réserve."

On vous sent un peu agacé par le démenti du ministère...

"C'est énervant qu'ils n'assument pas ! Leur défense est la date de l'enregistrement de la commande, qui aurait été faite une semaine avant la prise de fonction de Brice Hortefeux à Beauvau. Mais cela ne change rien puisque c'est bien lui, en personne, qui a passé commande auprès des hautes sphères de Citroën. En tant que proche du président de la République, il était bien au courant de sa nomination à l'Intérieur, bien avant la date officielle."

Contacté par le Télégramme, il appuie ses propos :

"Ils nous demandent de fournir les bons de commande mais refusent de donner à France 3 qui les a demandés cet après-midi. Ils pourraient clore facilement cette histoire pourtant. Nous avons des preuves sonores confirmant les preuves de l'achat venant des plus hautes sphères de Citroën. Ceux-ci étaient d'ailleurs contents de nous donner ces informations puisque c'est bon pour leur image de marque. De plus, le remplacement des voitures est fait de manière anticipée. Normalement, elles sont prévues pour 3 ans."

www.letelegramme.com/fil_info/affaire-hortefeux-auto-plus-persiste-et-signe-21-07-2009-478587.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 23 Juil - 20:52



Comme l'Elysée, Matignon se paie un cabinet d'études privé

Matignon a versé 356 000 euros pour des missions assurées par le Service d'information du gouvernement.

Après la polémique sur le contrat passé entre le cabinet Publifact et l'Elysée, une autre pourrait poindre concernant un appel d'offre de Matignon remporté par le cabinet GiacomettiPéron et Associés.

Objet du marché : des prestations de conseil en stratégie et communication.
Jusque-là, rien d'anormal, le Code des marchés publics est respecté à la lettre. Sauf que Matignon et tous les ministères disposent déjà d'un organisme public chargé du même objet : le Service d'information du gouvernement (SIG).

Le SIG n'est pourtant pas mal doté. Nommé le 16 avril 2008 responsable de la communication interministérielle et directeur du SIG, Thierry Saussez a demandé et obtenu pour l'année 2009 une augmentation de son budget de 16,7 millions d'euros, par rapport au budget 2008 qui était de 5,7 millions [donc 22,4 millions d'euros]. Soit un quadruplement du budget pour les 120 personnes qu'emploie le SIG.

Assurant à Rue89 qu'il « ignorait l'existence du marché » passé entre Matignon et le cabinet GiacomettiPéron et Associés, Thierry Saussez reconnaît que le SIG s'acquitte déjà de la même mission : en plus de la veille des médias, « nous suggérons des études d'opinion et des sondages ». Coût total de ces études d'opinion et de ces sondages l'année dernière ? « Entre 2,5 et 3 millions d'euros. » (...)

www.rue89.com/2009/07/21/comme-lelysee-matignon-se-paie-un-cabinet-detudes-prive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 31 Juil - 8:03


Un logo à 500 000 euros

Pôle emploi, l’organisme qui réunit l’ANPE et les Assedic, traîne son logo comme un boulet. Après des révélations du «Canard Enchaîné» et de «La Tribune», Geoffroy Roux de Bézieux, président de l’Unedic, a dû reconnaître au micro d’Europe 1 que le dessin de ce «E» dans un rond avait coûté la bagatelle de 500.000 euros.
vidéo
cpolitic.com

En 2004 déjà, L'ANPE était poursuivie en justice pour avoir investi une somme de 2,4 millions d'euros dans la réalisation de son nouveau logo par l'agence publicitaire Euro RSCG.
Pour justifier ce coût exhorbitant, le ministère de l’Economie avait invoqué sa durée de vie. Qui au final s’est élevée à… 5 ans ! Mais c’était sans compter sur l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, un homme obsédé par la lutte contre le gaspillage de l’argent public...
www.net-iris.fr
marianne2.fr



Pôle emploi sous-traite sa mission de service public à des agences d'intérim

Pôle Emploi est submergé par les demandes de chômage.
Solution de Sarkozy : ne pas embaucher de personnel supplémentaire à Pôle Emploi.
Non ! Donner le travail supplémentaire à des cabinets privés.

C'est ainsi que 320 000 chômeurs seront accompagnés par
Sodie Emploi, filiale du groupe Alpha (22% du marché),
Manpower (11%),
VediorBis (7%),
Arcade conseil (7%),
Eurydice (6%),
l'association pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) en partenariat avec Altedia (6%),
et Adecco, numéro un de l'intérim en France (5%).

Altedia a appartenu à Raymond Soubie, conseiller social de Nicolas Sarkzoy.

Coût pour Pôle Emploi : 466 millions d'euros sur un peu plus de deux ans.
Avantage de cette manoeuvre : faire plaisir aux amis et peut-être rendre encore plus facile la falsification des chiffres sur le chômage.
http://anti-sarkomania.over-blog.com/article-34401931.html

Que Pôle emploi fasse appel à une agence d'intérim pour recruter ses propres salariés, c'est déjà très fort. Mais quand cette même agence d'intérim dépose l'offre d'emploi à Pôle emploi pour recruter des intérimaires de Pôle emploi, c'est le délire absolu !
www.lafusionpourlesnuls.com/article-29382853.html

Pôle Emploi emprunte du personnel aux agences d'intérim

Alors que l'organisme finalise cette semaine la sélection des opérateurs privés auxquels il va confier le suivi, sur deux ans, de 320.000 chômeurs (« Les Echos » du 21 juillet), le gouvernement planche sur une autre forme de sous-traitance pour faire face à l'afflux de chômeurs. L'idée, avancée par la CFDT lors du sommet social du 1 juillet, est que Pôle emploi, en manque de personnel, se fasse « prêter » des salariés par les agences d'intérim, en panne d'activité.

Le salaire et les frais liés (transports, etc.) seraient payés par l'entreprise puis facturés, sans marge, à Pôle emploi. Reste à border le système juridiquement et, surtout, à arrêter le nombre de salariés détachés. Une fourchette de 500 à 1.000 salariés est évoquée par des proches du dossier, mais non confirmée par Bercy.

Le gouvernement marche sur des oeufs. Les syndicats de Pôle emploi réclament des embauches massives mais l'exécutif ne veut pas, en vue de l'après-crise, alourdir structurellement l'organisation. Dans ce contexte et parallèlement au recours accru au privé, l'appel aux salariés de l'intérim risque d'être perçu par les agents comme un nouvel affront. « On pressurise les agents depuis des mois puis on leur dit qu'on va faire appel à leurs concurrents. Cela va forcément faire du bruit », prévient la CGT. D'autant que, selon nos informations, les agences d'intérim - Adecco, Vedior Bis et Manpower en tête - rafleraient la quasi-totalité du marché de l'accompagnement des 170.000 licenciés économiques, dans le cadre de l'appel d'offres aux opérateurs privés.

28 juillet 2009
www.lesechos.fr/info/france/4847851-pole-emploi-va-confier-320-000-chomeurs-aux-cabinets-prives.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 1 Sep - 20:24



Lutte contre l'insalubrité dans l'ancien

Chouchou risque un deuxième malaise vagal. A peine revenu de ses vacances au Cap Nègre, voilà qu'il est attaqué par des émanations toxiques !
En moins d'un mois, des stakhanovistes ont effectué une réfection totale de ses 400m² d'appartements privés à l’Elysée. Ça devenait urgent car il passe entre ces murs pourris d'humidité au moins deux soirées par semaine. Heureusement que Carla peut l'héberger le reste du temps dans son hôtel particulier ! Ce fut donc une réfection du sol au plafond en passant par les sanitaires, plus la terrasse et le balcon du bureau donnant sur le parc !
Mais là c'était vital : il lui faut une barrière de sécurité. Manquerait plus que ses 5 ou 6 cerveaux percutent des gravillons !
Alors dorénavant, en plus d'agiter ses talonnettes, il va pouvoir s'amuser les menottes : il y a eu aussi réfection de la salle des fêtes, avec installation de tout dernier cri de l'audiovisuel, du top de la technologie.
Et quand il aura fini de jouer, il pourra même faire un tour dans son bureau. Pourvu qu'il ne soit pas allergique à la couleur des murs ! Pauvre Chouchou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: traduction et informations sous toutes réserves   Lun 14 Sep - 23:30

Un article de Bild paru le 23 juillet dernier.


La vie divine de Sarkozy en France

La récession touche la France entière. Toute la France ?
Quelqu'un fait sans. Le président français Nicolas Sarkozy.
Le budget de la présidence a toujours été un secret d'Etat en France. Sarkozy est le premier à le dévoiler.

Dans les 300 m2 d'appartements privés du président à l'Elysée les fleurs doivent toujours être fraîches. Budget annuel : 280 000 euros.


Carla Bruni
Elle a besoin de 770 euros par jour pour les fleurs


Sarkozy doit être accompagné d'un avion vide durant ses déplacements privés. Ainsi il peut rentrer immédiatement à Paris en cas d'urgence.
Il dispose de 61 véhicules, 2 Airbus et 6 jets Falcon. Le plus récent (d'une valeur de 60 millions d'euros), il l'a baptisé "Carla" (comme sa 3e épouse).

1 million d'euros par an pour les boissons (Champagne, etc.)
Il a près de 1000 employés (le double de l'armada de la reine d'Angleterre). Parmi eux : 44 chauffeurs et 87 cuisiniers.


Une des 30 salles à manger du palais de l'Elysée

Les Chefs cuisiniers se servent librement dans la cave du palais de l'Elysée et se font servir leur déjeuner par des laquais.
Carla ou Sarkozy peuvent prendre un repas à n'importe quelle heure. Les cuisines fonctionnent en permanence.

Une vie de roi en France.

Exapération ? Protestations ? Pas l'ombre d'une. La France considère comme un honneur que son chef d'Etat soit la renommée de la nation. Il est le successeur du Roi soleil. Il vit exactement comme lui.
BILD.de

Une visite du palais avec linternaute.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 18 Sep - 14:34



Sarkozy en visite à l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif. Coût : 200 000 euros

Le mini président profite de la célébration de la 2.500e greffe du foie pour s'exhiber avec des chirurgiens de l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif.
Sud-Santé dénonce un hôpital "en état de siège" et parle d'un coût total, buffet compris, de 200.000 euros.
«Le seul coût du chapiteau dressé pour la célébration est de 70 000 euros, on trouve ça vraiment exagéré»
Selon le syndicat, cette somme permettrait l'embauche de huit infirmières à temps plein dans l'hôpital.

Le deuxième syndicat à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) craint de ne pas pouvoir manifester contre le «démantèlement du régime de protection sociale» et la restriction des budgets des hôpitaux.

Les consultations au centre hépato-biliaire, premier centre de transplantation hépatique de France, ont presque toutes été annulées de 6 heures du matin à 14 heures et les personnels priés de prendre des congés. Ceux qui viendront travailler seront soumis à de multiples contrôles d'identité. «J'ai vécu la venue de François Mitterrand à Paul-Brousse (pour la 500e greffe hépatique en mars 1990, ndlr) et je n'ai jamais vu ça», s'est insurgé un responsable Sud, André Compain. Des tireurs d'élite devraient être postés sur les toits alentour.

En janvier dernière, la ville de Châteauroux (Indre) avait eu le sentiment de vivre une situation assez extrême pour deux heures de présence du président de la République. La Ligue des droits de l'Homme avait dénoncé un «dispositif sécuritaire hors du commun» consistant notamment à bloquer une partie du centre-ville, à modifier les horaires scolaires, et à fermer les cantines.
leparisien.fr


Poune : "Scandaleux
Ma maman se trouve actuellement dans le service de réanimation du centre hépatique à côté duquel le superbe chapiteau et les estrades ont été installées pour recevoir notre roi (euh, pardon, président !)... On nous a gentiment (le personnel n'y est naturellement pour rien) informés que sur les 2 heures de visite quotidiennes autorisées (13/14h et 19/20h), la première heure était tout simplement supprimée ! Et je ne parle pas du bon kilomètre à parcourir à pied 4 fois par jour depuis lundi soir pour mon papa, étant donné que le bâtiment 64 se trouve à l'autre bout de l'entrée de l'hôpital et que nous ne pouvions pas rentrer avec notre voiture... Formidable pour un septuagénaire déjà accablé par la douleur et l'angoisse de perdre sa femme depuis près de 50 ans..."


lola48 : "Alors que la Directrice de la Protection de la Jeunesse se défenestre, parce qu'on ne lui accorde pas les moyens nécessaires à la réalisation positive de ses missions."

La directrice de la PJJ se défenestre

La protection judiciaire de la jeunesse est un service du ministère de la Justice, chargé de la protection des mineurs victimes de violences et des mineurs délinquants ou abandonnés. Une spécificité française. « Depuis deux ans, nous sommes sans cesse victimes de restructurations, de suppressions d’activités, parfois du jour au lendemain, qui mettent en porte-à-faux la hiérarchie intermédiaire. A Paris, on vient par exemple de supprimer la possibilité de faire héberger en hôtel des mineurs suivis par la Justice, mais qui deviennent autonomes. C’est un pan entier de la réinsertion qui est supprimé. Nous sommes passés de 5 foyers d’hébergement à 1 à Paris. Autant de contradictions qu’elle n’a peut-être pas pu continuer de gérer. »

leparisien.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 23 Sep - 14:48

Accidents du travail : le gouvernement et la majorité envisagent de taxer les indemnités journalières.

Le ministre du budget, Eric Woerth, estime, mercredi 23 septembre, qu'imposer les indemnités journalières versées aux salariés victimes d'accidents du travail, serait une "mesure de justice".

Interrogé sur LCI sur la proposition énoncée par le patron des députés UMP, Jean-François Copé, dans une interview aux Echos, d'imposer les indemnités d'accidents du travail à compter de 2010, M. Woerth a répondu qu'il "est assez naturel de fiscaliser de la même manière que les revenus du travail le revenu qui remplace le travail".

Mais, a-t-il précisé, "les compensations sur les accidents du travail longs termes ne sont pas concernées. Il y aura une partie d'exonération évidemment dans ce cas". La mesure devrait rapporter "à peu près" 150 millions d'euros au budget de l'Etat.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/23/accidents-du-travail-le-gouvernement-et-la-majorite-envisagent-de-taxer-les-indemnites-journalieres_1243970_3224.html#xtor=RSS-3208

Conclusion : les salariés qui sont victimes d’accidents du travail sont des salauds de privilégiés.

Les salariés qui sont victimes d’accidents du travail touchaient des indemnités journalières, et ils ne payaient pas d’impôts sur ces indemnités ? Ah, les salopards !

Heureusement, Jean-François Copé et Eric Woerth vont supprimer les avantages de ces privilégiés !

Jean-François Copé et Eric Woerth savent frapper les vrais privilégiés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 23 Sep - 22:44

Prendre de l'argent aux pauvres pour le redistribuer aux riches !

C'est du Robin des Bois à l'envers !

Même Accoyer trouve que ça va trop loin !

Lisez cet article :

Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer s'est déclaré mercredi "mal à l'aise" face au projet de l'UMP, son parti, de fiscaliser dès 2010 les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale aux salariés victimes d'accidents du travail.

"Je suis mal à l'aise avec cette proposition et je serai plus à l'aise quand il y aura eu une concertation avec les partenaires sociaux et un débat à l'Assemblée nationale", a-t-il déclaré sur LCI.

"Un accident du travail, c'est un cadre particulier, une dimension spéciale de notre protection sociale des salariés au travail", a fait valoir M. Accoyer.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jnT9XasEzRqF2Ubmzghf2oc_t1Sg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BA



Messages : 505
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 25 Sep - 0:00

La taxation des accidentés du travail loin de faire consensus à l'UMP.

Favorable sur "le fond", Yves Jégo juge le moment "inopportun", se faisant l'écho de plusieurs de ses collègues.

"Est-ce que c'était le bon moment, alors qu'on vient d'un débat difficile sur la taxe carbone et pour une perspective de 150 millions d'euros (recettes fiscales espérées, ndlr), d'ouvrir ce débat qui fait passer notre majorité comme voulant s'attaquer aux victimes d'un accident du travail ?", s'interroge l'ancien secrétaire d'Etat.

En privé, des ténors du parti présidentiel, sont encore plus sévères : "c'est une connerie, c'est antisocial". "Comment le faire accepter à un ouvrier qui vient de se faire trancher la main par la machine sur laquelle il travaille toute la journée ?", font-ils valoir.

Rares sont ceux qui soutiennent sans condition la mesure, à l'image du député copéiste de Paris Claude Goasguen "à fond pour". "C'est un alignement sur les autres régimes, c'est la justice fiscale".

Ce nouveau débat au sein de la majorité se greffe sur celui sur la taxe carbone qui a fait soupirer Nicolas Sarkozy devant les parlementaires : "J'en ai vu des rentrées dures !".

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hFwBDB5206744vfhLzgi5cfrUm9w
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cadeaux, gabegie et népotisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Idées cadeaux 1an
» idées pour cadeaux svp
» des idées cadeaux pour le noël de ma puce (30 mois)?
» Les cadeaux/achats inutiles...
» Les boites "cadeaux"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: