sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BP, Goldman Sachs, Halliburton : les rois du (déversement de) pétrole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: BP, Goldman Sachs, Halliburton : les rois du (déversement de) pétrole   Mer 21 Juil - 7:30



BP, Goldman Sachs, Halliburton : les rois du (déversement de) pétrole

Hasards ou coïcindences autour de la catastrophe pétrolière du Golfe du Mexique. BP, Goldman Sachs et Halliburton nagent en eaux troubles.

Vingt jours avant la catastrophe, Goldman Sachs, le monstre de la finance largement impliqué dans la crise financière, a vendu 44% de ses actions BP. Montant de l'opération : 260 millions de dollars. Quelques semaines plus tard, l'action chutait de 50%. Ce qui s'appelle avoir le nez fin. Tony Hayward, le patron de BP, a aussi sauvé les meubles en vendant un petit pactole de 2 millions de dollars, juste avant l'explosion de la plate-forme, soit environ un tiers de ses actions. Une broutille.


Un hasard ? Peut-être. Mais il serait intéressant de valider cette hypothèse... auprès de Peter Sutherland ? L'homme est plutôt bien informé. Ancien directeur général du GATT et de l'OMC, il est actuellement membre influent d'organisations aussi huppées que la Commission trilatérale et le groupe Bilderberg. Mais il est aussi président de Goldman Sachs (depuis 1995) et ex-président de... BP (1997 - 2010) ! Un homme bien sous tous rapports. Sauf, semble-t-il, pour la Commission Trilatérale qui a supprimé son CV et une bonne partie des articles le concernant de son site Internet (toujours disponible via le cache de web.archive.org). Même topo pour Lord Browne, ancien directeur général de BP et actuel administrateur de la banque d'investissement. En somme, BP a infiltré Goldman Sachs, banque bien connue pour avoir infiltré l'administration US. Un plan qui se déroule sans accros ?

Autre coïncidence frappante, dans cette catastrophe pétrolière, Halliburton a été mise en cause pour malfaçon. Dans la journée qui a précédé le drame, la firme avait participé à des opérations de cimentage sur la plate-forme de forage. La tuile. Mais huit jours auparavant, la société avait acheté pour 240 millions de dollars d'actions "Boots & Coots". Kesako ? Ni plus ni moins qu'une entreprise spécialisée dans... l'extinction de puits de pétrole en feu. Et hop. L'action a gagné 60% en quelques jours. Forcément, puisque la société a été appelée à la rescousse pour aider BP à colmater la fuite de pétrole.

Que le monde est petit...

Napakatbra
12 juillet 2010
www.lesmotsontunsens.com/bp-goldman-sachs-halliburton-les-rois-du-deversement-de-petrole-7634


Peter Sutherland fut aussi commissaire européen sous Jacques Delors, et a contribué à la mise en place du programme ERASMUS.
On 5 December 2006, he was appointed as Consultor of the Extraordinary Section of the Administration of the Patrimony of the Apostolic See (a financial adviser to the Vatican)
http://en.wikipedia.org/wiki/Peter_Sutherland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: BP, Goldman Sachs, Halliburton : les rois du (déversement de) pétrole   Mer 1 Sep - 22:46

Une thèse aussi incroyable qu’effrayante !


BP n’aurait pas colmaté le bon puits

Matthew Simmons, BP et la marée noire

Matthew Simmons était un spécialiste du pétrole, théoricien du Peak Oil, conseiller de G.W. Bush, et fondateur de la banque d’investissement en actifs pétroliers Simmons & Company International. Pas exactement le profil de l’écolo ou du conspirationniste à la petite semaine. Quelqu’un que tout le monde prenait au sérieux en matière de pétrole. Mort à 67 ans d’une crise cardiaque dans son jaccuzi le 9 août 2010, du moins selon les sources officielles.

Matt Simmons s’était illustré lors d’un interview sur Bloomberg le 21 juillet (Vidéo), au cours de laquelle il dit que la prétendue fermeture du puits par BP est une énorme arnaque, que le puits montré sur les écrans n’est pas le vrai puits qui serait situé à quelques km de là et qui, lui, continuerait à laisser échapper ses 120 000 barils journaliers. Déclaration énorme pour quelqu’un dans sa position.

Simmons estime le coût de remise en état du Golfe du Mexique à 3 mille milliards de dollars et pense que BP va terminer en faillite, ce qui l’a d’ailleurs mené à vendre ses action BP “short” c’est-à-dire en anticipant une baisse. On pourrait légitiment penser que sa sortie médiatique n’a d’autre but que de faire baisser le cours de BP… Néanmois d’autres interviews du même genre laissent penser qu’il croit vraiment à une manipulation de la part de BP avec l’accord tacite du gouvernement américain, que ce second puits existe vraiment et qu’il est à l’origine d’un véritable lac de pétrole s’étalant en ce moment au fond du Golfe. Et il y a bien sur son récent décès, qui tombe à pic et que de nombreux observateurs américains trouvent on ne peut plus suspect…

Je n’ai rien trouvé de concluant sur l’existence de ce second puits, à part une vidéo un peu déjantée mais néanmoins instructive montrant, sur base de documents a priori officiels de permis de forage octroyés à BP, deux puits très proches (MC252_A et MC252_B). D’après les indications de positions sur les images des robots submersibles qui surveillent le puits, c’est le puits A qui occupe BP. Mais pour Simmons le puits explosé est le puits B que l’on ne voit nulle part. D’après lui, le bout de tuyau de 6 pouces (puits A) qui laissait échapper le pétrole et qui a été bouché par BP n’a rien à voir avec l’étendue des dégâts constatés car bien trop petit pour laisser échapper 100 000+ barrils par jour, et trop petit également pour avoir explosé le BOP de 200 tonnes en tête de puits ainsi que la plateforme deepwater.
Vidéo

La question maintenant est de savoir si oui ou non il existe un second puits explosé déchargeant des millions de tonnes de pétrole dans le Golfe du Mexique.
www.mediapart.fr/club/blog/vincent-verschoore/150810/matthew-simmons-bp-et-la-maree-noire

BP et la grande illusion du puits B colmaté
[extraits]

Durant tout l’été ses efforts pour colmater la plus importante fuite de pétrole de l’histoire des États-Unis ont été infructueux. BP a donc opté pour le colmatage d’un autre puits, afin de tromper la population. Vous avez bien lu : BP, avec l’aide de l’administration Obama et des médias traditionnels, a procédé à un spectacle orwellien de miroirs et de fumée en colmatant un autre puits que celui qui avait explosé le 20 avril.

En ne laissant paraître dans le médias que l’existence d’un puits alors qu’il en existe en fait deux, soit BP ment délibérément, soit il donne une fausse information pour tenter de lancer les observateurs sur de fausses pistes. Deux puits, deux emplacements distincts, deux têtes de puits et tout le reste de l’équipement. Nonobstant ces faits, les vidéos des sous-marins Skandi montrent le puits A sur les réseaux télévisés comme étant le puits colmaté, alors qu’on peut clairement apercevoir dans la vidéo Youtube un puits à l’endroit "B" qui continue de toujours rejeter du pétrole.

Maintenant que l’existence de ces deux puits est bien établie, bien que BP ait officiellement démenti cette information, allant jusqu’à nier avoir reçu la permission de percer le Puits B, comment savoir si BP a réellement présenté des images du colmatage du bon puits, c’est-à-dire du Puits "B" qui a explosé le 20 avril et déversé des milliards de litres de pétrole, au lieu du "A" ?

Nous aurions évidemment besoin d’explications de la part de BP et du gouvernement américain pour faire la lumière sur tout cela, mais nous pouvons faire l’hypothèse que l’explosion géante provenant du fond marin et remontée jusqu’à la surface à travers la plateforme de forage, la faisant ainsi exploser, fut assez puissante pour aussi endommager le Puits A, qui ne se trouve qu’à quelques dizaines ou centaines de mètres du Puits B. Des rapports ont indiqué que le bloc obturateur de puits (BOP) aurait été projeté à des kilomètres de distance du site du Puits B par la force de l’explosion.
Il est alors fort possible que les deux puits furent endommagés et que le Puits B, où le Deepwater était en activité, fut totalement détruit, si l’histoire du BOP est exacte.

Le Puits B est encore là, si tout cela est exact, toujours détruit à un point tel qu’il est impossible de le colmater à son embouchure. Et même s’il pouvait l’être, BP a rapporté avoir trouvé des fuites provenant du caisson, laissant entendre que même s’il arrivait à colmater avec succès ce puits, le pétrole continuerait de s’échapper du caisson fracassé ainsi que du fond marin, où plusieurs cheminées se sont formées. Mais on a déclaré à la population qu’il n’existe pas, alors on s’imagine que c’est le cas. Même si ces images prouvent le contraire.
www.agoravox.fr/actualites/international/article/exclusif-houdini-battu-bp-et-la-80611
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BP, Goldman Sachs, Halliburton : les rois du (déversement de) pétrole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la galette des rois
» La fête des Rois à Hattenville.
» Liste des rois de Sicile.
» Galette des rois
» Jean-Jacques Goldman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: