sarkoverdose
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Amazon : Coffret collector BD Goldorak (édition limitée)
45 €
Voir le deal

 

 Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc)

Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 7341
Date d'inscription : 04/03/2008

Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) Empty
MessageSujet: Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc)   Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) Icon_minitimeJeu 25 Fév - 21:40

Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) 503814-615882

Mort du CERC : la fin de l'expertise indépendante

Avec la mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc), c'est encore un lieu d'expertise publique indépendante qui disparaît
. Ne subsistent plus que des instituts très universitaires ou au service du pouvoir. Pourtant, les graves problèmes sociaux que nous subissons nécessiteraient d'être mieux connus.

En 1993, Edouard Balladur en avait rêvé. En 2010, Nicolas Sarkozy l'a fait : dans le silence général, le pouvoir a supprimé de facto le Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (CERC). Le Centre d'études des revenus et des coûts - c'était ce que le sigle Cerc désignait à l'origine - avait été créé en 1967 par le général de Gaulle suite à la proposition d'un comité chargé de réfléchir à ce que pourrait être une politique des revenus en France. [...]

La mission de ce premier Cerc : établir périodiquement un état des lieux précis en matière d'évolution des revenus d'activité, financiers et sociaux, ainsi que de la productivité (d'où le terme «coûts»), afin de mettre en lumière les disparités ou les inégalités qui pouvaient exister dans ce domaine. L'organisme publiait des rapports très documentés, qui suscitaient parfois des grincements de dents du côté de nos dirigeants, de gauche (Pierre Bérégovoy), comme de droite (Jacques Chirac). [...]

J'y ai travaillé jusqu'à fin 2007 et je crois vraiment que le Conseil et l'équipe des rapporteurs ont fait un travail utile sur la pauvreté, l'insécurité de l'emploi ou l'insertion des jeunes.
Ce n'est cependant pas la nostalgie qui me pousse à évoquer le CERC, mais l'écœurement. Car le mandat de Jacques Delors et celui des membres du Conseil sont arrivés à expiration en juillet 2008. Le rapporteur général, touché par la limite d'âge, n'est plus en poste et les rapporteurs sont partis les uns après les autres au terme de leur engagement, sans que quiconque les remplace. Seules restent deux documentalistes pour effectuer une remarquable veille internationale sur les questions d'emploi, de pauvreté, de revenu[1]..

Le gouvernement n'a pas bougé le petit doigt, malgré plusieurs démarches de Jacques Delors pour qu'un successeur soit désigné. Car c'est à l'Elysée que ce genre de décisions se prend. Et le silence assourdissant de la presse montre que c'était la bonne méthode pour faire disparaître sans vague un lieu d'expertise qui dressait, sur les thèmes dont il se saisissait, des constats détaillés et sans complaisance, qui pointait les incohérences ou les insuffisances des politiques publiques et avançait des propositions très argumentées.

Les lieux d'expertise publique indépendante approfondie disparaissent. Ils ne publient plus que des rapports de facture universitaire que le gouvernement ignore (Conseil d'analyse économique), sont transformés en organismes au service d'une personne (Conseil d'analyse de la société) ou du pouvoir grâce à la nomination à leur tête de militants UMP (Conseil d'orientation de l'emploi, Centre d'analyse stratégique). C'est le signe d'une grave confusion entre légitimité tirée de la compétence et légitimité politique tirée de l'élection (ou de la candidature à l'élection) qui tend à faire de l'analyse sociale un sous-produit de l'engagement partisan. Du coup, alors que notre République est confrontée à des problèmes sociaux d'ampleur, des futilités occupent le devant de la scène médiatique - de la burka au dérapage verbal d'un personnage qui n'en est pas à son premier. Elles permettent d'éviter d'avoir à s'interroger sur le délitement de la cohésion sociale. Mais la politique de l'édredon pratiquée par le pouvoir pour faire taire sans bruit un organisme gênant est manifestement efficace, puisque nul n'en dit mot.

Denis Clerc, fondateur d'Alternatives Economiques
www.alternatives-economiques.fr/disparition-du-cerc_fr_art_633_48107.html
Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) Cerc
www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=8
Revenir en haut Aller en bas
Orwelle



Messages : 7341
Date d'inscription : 04/03/2008

Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) Empty
MessageSujet: Re: Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc)   Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) Icon_minitimeLun 8 Mar - 0:17

Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) Zmwmz71liasa9adf0eda_thumb

Sarkozy n'aime pas les autorités indépendantes

Nicolas Sarkozy n'aime pas les contre-pouvoirs. Il l'a même explicitement rappelé au Conseil Constitutionnel lundi dernier : «Autant la séparation des pouvoirs est indispensable à toute démocratie clown, autant la notion de contre-pouvoir est étrangère à notre conception de l'Etat et de la République».
Tout au plus supporte-t-il les autorités indépendantes quand elles sont dociles.

www.marianne2.fr/Sarkozy-bourdonne,-sauf-au-Salon-de-l-Agriculture_a189689.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Mort du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: