sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Ven 21 Aoû - 6:43


Plage de "Bon-Abri", commune d'Hillion, baie de Saint Brieuc,
sur la côte nord de la Bretagne


Algues vertes : avec Fillon, les pollués seront les payeurs

Fillon a écourté ses vacances pour s'occuper de l'algue verte qui dégage un gaz toxique.

Le 28 juillet un cheval est mort «empoisonné» après s’être enlisé dans une zone mouvante proche de la plage de Saint-Michel-en-Grève, près de Lannion (Côtes d’Armor). Son cavalier qui se trouvait à côté de lui a été sauvé de justesse après avoir perdu connaissance.

Le cavalier, Vincent Petit, un vétérinaire de 27 ans, qui s’était enlisé lui aussi avant de s’évanouir, a été sauvé grâce à la présence sur les lieux d’un tractopelle chargé de ramasser les algues vertes : le conducteur, ayant assisté à la scène, a pu l’extraire de la vase.

Le cheval est mort en une minute

Les symptômes du vétérinaire et de son cheval ont mis en cause le dégagement d’hydrogène sulfuré que produit l'accumulations d’algues vertes en décomposition.

Pour le docteur Pierre Philippe, c’est l’hypothèse la plus probable pour expliquer une double malaise «fulgurant», puisque que le cheval est «mort en une minute».

«L’hydrogène sulfuré, un poison brutal, bien connu au niveau professionnel, est à l’origine d’accident dans des fosses à vidange ou à lisier», a-t-il rappelé. Habituellement, ces accidents surviennent dans des lieux confinés, alors que là, il s’agit d’«un lieu extérieur, non confiné. Cela veut dire qu’il y avait des concentrations extrêmes» pour entraîner ces intoxications en milieu ouvert.

Les résultats de l'autopsie

Les premiers résultats de l’autopsie pratiquée sur le cheval à l’initiative de son propriétaire confirment qu’il est mort d’un «œdème pulmonaire», et qu’il n’avait pas d’eau ni de vase dans les poumons.
«Les poumons étaient gorgés de sang et le tableau clinique présente tous les signes d’un empoisonnement»

Des précédents

Le phénomène des «algues vertes», constaté notamment en Bretagne, est lié au rejet de nitrates dans l’eau par l’agriculture intensive.
Habitant la région depuis de longues années, le Dr Philippe affirme avoir été témoin de cas de même nature dans le passé : un employé d’une société de ramassage d’algues vertes il y a 10 ans, «tombé dans un coma brutal», et la mort de deux chiens l’an dernier sur une plage en baie de Saint-Brieuc. Le Dr Philippe rappelle aussi qu’en 1989, le corps d’un joggeur de 27 ans avait été retrouvé à l’endroit exact où le cavalier a failli mourir.
liberennes.fr
www.eauxglacees.com/Algues-vertes-une-pollution

Photo CEVA

Pour sauver les Bretons, Fillon a donc anticipé sa rentrée politique initialement prévue le 24 août

Rien à voir officiellement avec le gros score des écologistes aux européennes, ni avec la crise du lait qui met les éleveurs à cran, ou avec les subventions que les producteurs de fruits et légumes vont devoir rembourser à Bruxelles….

Mais le monde agricole, la Bretagne et les écologistes ont tout de même besoin d'être cajolés ces temps-ci. Et puis, élu de la Sarthe voisine, le Premier ministre a un électorat d'éleveurs à soigner.

Accompagné de trois ministres (Roselyne Bachelot pour la Santé, Bruno Lemaire pour l'Agriculture et Chantal Jouanno pour l'Ecologie), le Premier ministre est donc allé promettre que l'Etat prendra « toutes ses responsabilités ». Le bilan de ce « bain d'algues » se résume à une seule mesure concrète : l'Etat prendra à sa charge le nettoyage des plages.

L'Etat va donner l'argent du contribuable

Face à ce risque de santé publique majeur, le gouvernement lance une « mission interministérielle sur la gestion du risque des algues vertes qui devra d'ici trois mois faire des propositions »…

L'association Eau et Rivières de Bretagne qui milite depuis quarante ans contre la pollution des eaux de la région, ne cesse de dénoncer la responsabilité de l'Etat dans le non-respect des normes de qualité de l'eau. Alors, quand il entend le Premier ministre assumer l'entière responsabilité de l'Etat, cela fait bien rire Jean-François Piquot :

« On a porté plainte contre l'Etat en 2004 pour sa responsabilité dans les marées vertes, le tribunal administratif de Rennes nous a donné raison en 2007, mais le ministère de l'Environnement a fait appel. L'Etat conteste sa responsabilité devant la justice mais la reconnaît devant les médias ! »

Si le gouvernement a soudain décidé de s'emparer d'un sujet bien connu dans la région, c'est que la preuve désormais irréfutable de la toxicité des algues a été apportée avec l'étude de l'Ineris.

Bien tard pour nombre d'écologistes, comme José Cambou, pilote du réseau santé-environnement de France Nature Environnement qui réclame :
« Il est temps de mettre en place une véritable politique de prévention et que les problèmes environnementaux et sanitaires liés aux pollutions aux nitrates ne soient plus niés par une partie du monde agricole. Ce lobbying est inadmissible. »

Mais pour Fillon, « Pas l'heure de chercher des responsabilités »

Sophie Verney-Caillat
www.rue89.com/2009/08/20/algues-vertes-fillon-prefere-nettoyer-que-facher-les-paysans
www.eau-et-rivieres.asso.fr/


Algues vertes. La responsabilité de l’État confirmée en appel
2 décembre 2009
http://2.bp.blogspot.com/_rEqLpFma6-o/Sa1xl0rvsTI/AAAAAAAAA4g/pOt0STprOEc/S187/P38.bmp


Réserve Naturelle de la baie de Saint-Brieuc
www.gitesdarmor.com/patrimoine/fiche_patrimoine2.php?cnum=322
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Ven 21 Aoû - 7:16



Agriculture intensive

Trop d’animaux

Sur seulement 7 % de la surface agricole de la France, la Bretagne concentre X millions de porcs, 94 millions de volailles et 2,25 millions de bovins. Ces animaux produisent chaque année environ 227 000 tonnes d’azote. Cette concentration a été encouragée par les pouvoirs publics qui ont longtemps accepté que la réglementation soit bafouée, fut-ce au prix d’une dégradation considérable de l’environnement.

Des tentatives d’interdiction d’extension des élevages ont été menées, notamment sous les ministères de Corinne Lepage et Dominique Voynet, mais elles ont été très vites contournées sous prétexte de développement des élevages « familiaux » représentant jusque 60 % des élevages dans certaines productions..

Trop d’engrais

Les entreprises rémunèrent toujours en partie les vendeurs d’engrais au prorata des quantités commercialisées, les producteurs de lait et de viande bovine, qui disposent des surfaces d’épandage n’ont pas toujours envie d’éponger les surplus de lisier de leurs voisins éleveurs hors-sol de porcs ou de poulets, et l’usage de l’engrais chimique est peu coûteux, sûr, et confortable.

La « Charte des prescripteurs » signée en grande pompe en 2001, et financée par d’importants fonds publics, devait précisément mobiliser les fabricants et distributeurs d’engrais pour faire reculer ce gaspillage. L’évaluation de cette charte réalisée en 2004 à la demande des financeurs (agence de l’eau, conseil régional, Etat…) a conclu à une « faible efficacité » de cette démarche.
www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?92/115

Élevage intensif

Le leader mondial de l'abattage de porcs est, en 2007, le groupe américain Smithfield, qui a racheté en 2006 les marques Aoste, Justin Bridou et Cochonou.

Dans les principaux groupes d'abattage européens, on trouve pour la France :
Cooperl (coopérative bretonne) : 3,7 millions de porcs abattus
Socopa : 3,3 millions
GAD + Groupe CECAB : 2,2 millions
http://fr.wikipedia.org/wiki/Porc

Nitrates dans les eaux : les normes sanitaires
www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?92/35

Nitrates et Phosphates + Faible hauteur d’eau + Courants faibles + Températures élevées
= Marées vertes

Quelques caractéristiques écologiques de la baie de Saint-Brieuc
www.uco-bn.fr/dummy-3.6.2/fileadmin/template/main/Recherche%20et%20Documentation/Baie%20de%20Saint-Brieuc.htm


Image Cooperl

Bien-être animal dans les élevages de porcs
La directive européenne 91/630/EEC prévoit qu'un porc de plus 110 kg dispose de 1 m² de surface d'élevage, un porcelet de 0,15 m². Pour éviter que les porcs se mutilent entre eux, en particulier la queue, cette dernière peut être coupée et les dents (appelés coins) des jeunes porcelets meulées ou coupées. De même, les porcelets mâles peuvent être castrés, mais la technique du déchirement est en principe proscrite, sauf pour les porcelets de moins de 7 jours, sur lesquels ces opérations sont autorisées sans anesthésie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Porc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Ven 21 Aoû - 7:48


La filière éleveurs Cooperl

Le lobby de l'élevage intensif

Cooperl
Fondée en 1966 par un groupe d'éleveurs de la région de LAMBALLE (Côtes d'Armor), la coopérative Cooperl a acquis l'abattoir BENIJ de Montfort sur Meu (35) et les Etablissements OLLEVIER de Lamballe (22) en 1978, la SA LOGEAIS de Vitré (Ille-et-Vilaine) en 1987.
En 1989 elle commercialise des produits sous sa propre marque : CALIDEL.
Il y a aujourd'hui des antennes du groupement de producteurs à Montfort sur Meu (35) - Gorron (53) - Pontivy (56) - Pleyben (29) - Vitré (35).
La capacité d'abattage de l'abattoir de LAMBALLE est de 140 000 tonnes/an, près de 95 % de ce tonnage pouvant être découpé sur place.
Une plate forme de distribution et un atelier de conditionnement ont été ouverts à St Jean de Soudain près de la Tour du Pin (Isère) en 1993.

Cooperl produit depuis 1996 des aliments pour le porc garantis :
- 70 % céréales et issues de céréales minimum
- sans farines animales
- sans facteurs de croissance antibiotiques
- non O.G.M. (Organismes Génétiquement Modifiés)
www.cooperl-hunaudaye.fr/fr/presentation/groupep2.php

Socopa
Groupe alimentaire de 7 500 collaborateurs, leader dans son domaine et acteur majeur de la filière viande.
Son siège social est situé à Villefranche d'Allier (03)
www.lateliervaltero.fr

Bigard-Socopa, nouveau géant de la viande
01 août 2008
Après le rachat de Charal, en 2007, l'industriel Bigard, numéro un privé de la transformation de la viande en France, n'en finit plus de grossir.
Cette fois, il s'apprête à avaler 51 % du capital de Socopa, un autre géant de la viande détenu par de puissants groupes coopératifs, comme Coopagri-Bretagne, Agrial ou Unigrains.

Les 10 000 salariés et les 17 usines du groupe Bigard s'ajouteront aux 7 000 salariés et 24 sites de Socopa. Ensemble, ils pèseront plus d'un million de tonnes de viande de boeuf, de porc, d'agneau et de veau et ils pourront développer leurs marques respectives Charal, Bigard et Valtero.
« la restructuration et la concentration sont des options retenues par le groupe, depuis 1995, et proposées aujourd'hui aux actionnaires du groupe Socopa »

Bigard espère créer sa nouvelle filiale, avant le 1er janvier 2009, après consultation de la DGCCRF (Concurrence et Répression des Fraudes). cyclops

La direction de Bigard réunira un nouveau comité d'entreprise, le 21 août, et fournira d'autres détails sur son projet. Gira Foodservice, bureau d'études sur l'agroalimentaire, observe des rapprochements sur les autres marchés européens.
Vion, numéro un en Europe, vient d'avoir le feu vert des autorités bruxelloises pour racheter l'anglais Grampian.
Ouest-France

CECAB
Le Groupe CECAB ou CentralE Coopérative Agricole Bretonne est une coopérative créée en 1968 en Bretagne. Elle regroupe diverses marques comme les conserves de légumes D'Aucy, les oeufs Matines, la viande de porc Europig, et produit de nombreux produits sous différentes marques de distributeurs.

En 1995 le Groupe Cecab prend le contrôle d'Olympig, un des premiers sites d'abattage de porcs en Europe.
le Groupe Cecab est présent dans plus de 50 pays.
Avec plus de 1,4 milliard d'euros de chiffre d'affaires (Chiffres exercice 2007), Cecab est l'un des premiers groupes agro-alimentaires français.

Depuis le 1er janvier 2008, l’Union Prestor/Cecab/Gad regroupe tous les outils industriels porcs des groupes Cecab et Gad.

Gad SAS
Pôle Viande de Porc
• 5 sites industriels
• 2,2 millions de porcs
• 2 000 collaborateurs

Groupe Louis GAD à Morlaix (29)
www.cecab.fr/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_CECAB


Socopa réfléchit à sa stratégie de marque
27/04/2001
Socopa, spécialiste de l'abattage, de la fabrication et de la commercialisation de produits carnés, vient de lancer une consultation d'agences de communication en vue de réfléchir notamment à sa stratégie de marque et à un plan d'action publicitaire. Le nom des agences sélectionnées n'a pas encore été révélé. Concurrent entre autres de Charal, Socopa n'a pas d'agence de publicité mais travaille avec CB'A pour la conception de ses packaging et avec Publicis Signe en relations presse professionnelles et en édition.
Le budget pourrait avoisiner les 15 à 20 millions de francs [2,3 à 3 millions d'euros].
www.strategies.fr/actualites/marques/r64526W/socopa-reflechit-a-sa-strategie-de-marque.html

Socopa, ses steaks contaminés et son Académie de la viande
mercredi 26 mars 2008
www.bakchich.info/+Socopa-ses-steaks-contamines-et,00484+.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Ven 21 Aoû - 8:44


Pandora :

NH4NO3, mon amour !

N'en déplaise à ces moins que rien qui se sont opposés à cette implantation lors du vote au conseil municipal.

Et j'ose poursuivre que si la verdoyance locale s'est abstenue, c'est un acte de courage hautement stratégique ! (...)

Parce que, ça craint pas du tout. Toutes les précautions seront prises.
y a aucun problème... si on suit les précautions, c'est comme pour les centrales nucléaires, c'est risque zéro.

D'aucuns osèrent même évoquer la triste mémoire d'AZF à Toulouse.
Quelle confusion destinée à brouiller les esprits !

D'abord, AZF, ça veut dire AZote Fertilisants. On n'est pas dans le domaine des engrais, mais des fertilisants.
Il y a un gouffre sémantique entre ces deux termes !
Le fertilisant , c'est fait pour fertiliser la terre, et l'engrais, pour la nourrir, c'est vachement différent ! (...)

http://pandora-a-dieppe.over-blog.com/article-22543667.html



Engrais chimiques, ou engrais minéraux, ou nitrates, ou nitrate d'ammonium, ou NH4NO3

Fabrication du nitrate d'ammonium
La synthèse de l'engrais passe par cinq étapes très délicates : conversion du méthane pour donner le dihydrogène, synthèse de l'ammoniac, oxydation de l'ammoniac, hydratation des oxydes, réaction entre acide nitrique et ammoniac.

Le nitrate d'ammonium peut être utilisé comme arme terroriste.
Exposé à une température trop élevée, il peut provoquer des explosions.
Il présente un « mécanisme réactionnel » suspecté d’être à l’origine de la catastrophe de Toulouse.
En Haute – Normandie, il y a 76 entreprises classées SEVESO (bilan en décembre 2002).
www.sceren.fr/themadoc/nitrate/fabrication.htm

Et qui fabrique le nitrate d'ammonium, mis en cause dans la catastrophe de Toulouse ?

GPN (anciennement Grande Paroisse), n°1 français des producteurs d'engrais azotés.
GPN, une filiale du groupe Total.
Total, dirigé par Christophe de Margerie.


Le pauvre, on ne va pas, en plus, lui faire nettoyer la baie de Saint-Brieuc !

http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/proces-azf-jose-bove-jattends-que-total-soit-cite-a-comparaitre-t200.htm
http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/les-antilles-se-soulevent-t201.htm
http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/le-bras-de-fer-de-total-avec-ses-employes-au-burkina-faso-t233.htm
http://sarko-verdose.bbactif.com/politique-social-f1/maitres-du-monde-economique-le-regne-des-multinationales-et-des-banques-t198.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Dim 30 Aoû - 1:17



«Le cochon est toujours coupable»

Quelques semaines après l'alerte à la grippe porcine, l'historien des animaux Michel Pastoureau consacre un livre au «cousin mal aimé» de l'homme : le cochon.
Entretien

Les rares témoignages dont nous disposons de la part d'humains ayant mangé de la chair humaine soulignent tous que ça a le goût du cochon. Ce qui n'est pas étonnant puisque le patrimoine génétique commun est considérable. On dit toujours que c'est admirable dans le cas du chimpanzé, qui a 97% d'ADN commun avec l'homme, mais chez le cochon, c'est 95% !
http://bibliobs.nouvelobs.com/michel-pastoureau


©Karen Bleier

Pour mettre en valeur leur production et perpétuer une tradition vantée par Rabelais ou Balzac, des éleveurs de porc de Touraine viennent de créer la première filière élevage qualifiée "agriculture raisonnée" en France. Au travers de cette démarche contrôlée par un organisme certificateur indépendant et reconnue par l'Etat, les éleveurs garantissent que leurs porcs sont élevés sur des exploitations respectueuses de l'environnement, du bien être et de la santé des animaux.

Un porc médiéval disposait d'un hectare, contre un demi-mètre carré dans les élevages modernes.

On est loin aussi du procès de la truie infanticide de Falaise, en 1386, qui fit vêtir l'animal d'habits humains avant son exécution, et invita les paysans alentour à venir voir le spectacle avec leurs porcs pour que ça leur serve de leçon.
http://bibliobs.nouvelobs.com/20090529/12822/le-cochon-est-toujours-coupable-2

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Ven 25 Déc - 13:17



Climat et lobbying : ramifications françaises

La France n'est évidemment pas indemne des réseaux d'influence multiples et entrecroisés du lobbyisme. En suivant la trace des acteurs impliqués dans les campagnes menées par Fred Singer [scientifique opposé au consensus sur le réchauffement de la planète], on rencontre des hommes qui interviennent dans les débats publics français sur les questions de santé et d'environnement. Voici deux études de cas, révélatrices des pratiques et du rôle joué localement par les pairs des collaborateurs habituels du SEPP, le think tank fondé par Singer.

En 2004 l’International Policy Network (IPN), une organisation lobbyiste britannique, reprend la thématique des mythes environnementaux, si chère à Fred Singer et publie «Environment & Health : Myths & Realities» (Environnement et Santé : Mythes et Réalités). La raison sociale réelle de cette organisation est Atlas Economic Research Foundation UK, identique au think tank de Fairfax qui a généreusement hébergé gratuitement le SEPP en 1995.

IPN est financé à 75% par les entreprises, avec 450 000 livres sur les 600 000 livres de son budget total 2001.
Entre 1998 et 2005, IPN a reçu du pétrolier ExxonMobil 295 000 dollars, dont 45 000 en 2004 spécifiquement destinés à soutenir son action sur les « questions du changement climatique et de l’énergie ».
En 2005, la contribution d’ExxonMobil représentait de l’ordre de 30% du budget total de l’IPN.

Le communiqué de presse d’IPN énumère les thèmes abordés :

> Les pesticides sont bénéfiques pour l’homme.

> La dangerosité des produits chimiques perturbateurs endocriniens (qui modifient l’équilibre hormonal et les fonctions reproductives) n’est pas établie. (Sur l’état des connaissances scientifiques en la matière, voir Wikipedia Modulateur Endocrinien)

> Les nitrates ne sont pas dangereux pour la santé humaine.

> Les efforts visant à prévenir les irradiations à bas niveau sont inutiles.

> Les craintes sur la toxicité de la dioxine sont totalement injustifiées.

> Le réchauffement climatique aura des effets bénéfiques et l’on ne doit pas s’inquiéter d’éventuelles surmortalités dues aux canicules.

> ...

En explorant la liste des scientifiques qui ont rédigé les dix chapitres de l’ouvrage, on retrouve deux vieilles connaissances.

> Zbigniew Jaworowski : contributeur au NIPCC du SEPP.

> Bruce N. Ames : Invité principal d’une conférence co-organisée à Paris en 1993 par le SEPP et l’ICSE (International Center for a Scientific Ecology), où la dangerosité de l’amiante, du DDT, du tabagisme passif, de l’arsenic avait été remise en cause.

Et les habituels défenseurs de l’industrie, comme Lois Swirsky Gold, qui affirme dans un ouvrage publié en collaboration avec Bruce N. Ames qu’il «n’existe pas de preuve convaincante que les polluants chimiques soient la cause de cancer pour l’homme».
Deux noms ont retenu notre attention : J.C. Hanekamp présenté comme le directeur de « L’Appel de Heidelberg », des Pays Bas et le Docteur L’Hirondel, rhumatologue à l’hôpital de Caen. (...)

Levée de bouclier en Bretagne contre le docteur L’Hirondel

La Bretagne est l’une des régions les plus touchées par la pollution des nitrates résultant de l’usage intensif des engrais ou provenant des déjections animales des très nombreux élevages de volaille et de porc. Dans plusieurs villes, dont Guingamp, l’eau potable est devenue impropre à la consommation, avec une concentration dépassant la norme des 50 mg/l. Les algues vertes, dont la croissance est favorisée par les nitrates, envahissent à chaque été le littoral et dégagent en se décomposant des gaz toxiques. Ces émanations ont tué plusieurs animaux, dont un cheval en 2009, et provoqué des lésions chez les employés chargés du nettoyage des plages. En juillet dernier, un chauffeur de camion est mort après avoir déchargé plusieurs cargaisons d’algues, et bien que son décès ait été attribué à une crise cardiaque, de fortes suspicions existent sur le rôle de l’exposition aux émanations toxiques.

Depuis des années, les associations bretonnes de défense l’environnement dénoncent cette situation et luttent contre la pollution des rivières et des réseaux d’eau potable. C’est dans ce contexte que le docteur Jean Louis L’Hirondel, rhumatologue du CHU de Caen, a publié en 1996 un ouvrage dont le titre reprend la thématique des mythes environnementaux, habituelle aux réseaux lobbyiste : «Les nitrates et l’homme, le mythe de leur toxicité», dans lequel il affirme que cette substance ne présente aucun risque sanitaire pour l’homme, en dehors des nourrissons de moins de six mois, et que les réglementations en la matière n’ont pas lieu d’être.

L’association écologique «Eau et Rivières de Bretagne», qui a fait le récit de cette affaire, précise que cet ouvrage, refusé par les éditions Lavoisier, a été publié par les éditions de l’Institut de l’Environnement, une association qui réunit une « cinquantaine de membres parmi lesquels des agriculteurs, des éleveurs, et plusieurs industriels de l’agro-alimentaire dont les sociétés Doux, Triballet, Besnier, Daucy» et déclare vouloir «ne pas laisser aux seuls écologistes le monopole du débat scientifique sur les questions de l’environnement, notamment sur le secteur agricole et les nitrates, principalement apportés dans l’eau par les engrais et les rejets des élevages.»

Aussitôt de «nombreux industriels bretons se chargeront de faire la publicité de l’ouvrage» qui sera «présenté très favorablement» aux membres du Conseil départemental d’hygiène du département d’Ille-et-Vilaine, chargé d’émettre un avis sur chaque demande d’autorisation d’élevage porcin.

Eau et Rivières de Bretagne réagira en publiant un communiqué dénonçant «une tentative de désinformation et de remise en cause des normes en vigueur, orchestrée par un lobby agricole et agro-alimentaire.»

Saisi par la DDASS du Calvados, le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France émettra en mars 1996 un avis sur les travaux du professeur L’hirondel, dans lequel il dénonce le «caractère trop absolu de ses conclusions» et réaffirme «la nécessité de respecter le principe de précaution et de maintenir les normes en vigueur.»

L’action de l’association Eau et Rivières portera ses fruits. Plusieurs scientifiques s’élèveront dans la presse contre l’argumentation de l’ouvrage, et l’Institut de l’Environnement arrêtera d’en faire la publicité.

Enfin, le 24 mars 1997, le Conseil scientifique régional prend position officiellement sur le livre : «L’ouvrage de M. L’hirondel n’apporte pas d’arguments nouveaux issus de recherches et d’expérimentations publiées, susceptibles de réviser la position des scientifiques sur les risques multiples liés à l’augmentation de la teneur en nitrates dans les eaux... Au moment où tout le monde prône un développement durable, où des affaires récentes démontrent l’importance du principe de précaution, peut-on prendre le risque de réduire les facteurs de sécurité jusqu’alors retenus ?»

La science, instrumentalisée au service des intérêts privés

Ces deux exemples, choisis en raison de leurs implications dans le débat scientifique et environnemental en France, montrent encore une fois s’il en était besoin les mécanismes à l’œuvre. Des publications d’allure scientifiques défendant des thèses hétérodoxes sont utilisées, et dans certains cas sollicitées, par les industries polluantes, et les servent dans leur perpétuel combat contre les réglementations environnementales et sanitaires.

Qu’il s’agisse du nitrate, des antibiotiques, des pesticides ou de n’importe quelle substance - y compris, bien sûr, le CO2 - l’objectif est toujours le même : nier les impacts sanitaires et environnementaux, insinuer le doute sur le bien-fondé des normes en vigueur, retarder l’adoption de mesures réglementaires.

A chacun de juger, en son for intérieur, de la confiance que l’on peut accorder à ces travaux, à ces hommes, à ces réseaux, lorsqu’ils interviennent dans les débats sur le climat.

17 décembre 2009
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2929
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mer 3 Fév - 20:33



L'Etat va dépenser 134 millions d'euros contre les algues vertes

L'Etat va consacrer 134 millions d'euros sur cinq ans pour enrayer la prolifération des algues vertes sur les côtes bretonnes dans le cadre d'un plan présenté en conseil des ministres.

L'Etat français a depuis été condamné par la cour administrative d'appel de Nantes pour sa responsabilité dans la prolifération des algues vertes sur le littoral breton.

La justice lui a reproché de n'avoir rien fait pour lutter contre l'augmentation continue des nitrates d'origine agricole provenant de l'utilisation intensive d'engrais azotés ou des rejets des élevages industriels qui se sont multipliés.

Les mesures prévues sont de deux ordres.

Les pouvoirs publics vont d'abord financer le ramassage des algues dans les huit baies où elles sont présentes ainsi que leur traitement et leur stockage pour éviter tout risque sanitaire, selon le communiqué du conseil des ministres.

"Elles seront méthanisées pour éviter qu'elles ne se redéversent dans les champs", a déclaré à la presse Chantal Jouanno.

"Et puis il y aura des mesures en amont, de prévention, que ce soit par la mise aux normes de toutes les stations d'assainissement et ensuite des mesures sur les changements des pratiques agricoles", a-t-elle ajouté.


Une "traçabilité" des flux d'azote sera mise en place ainsi qu'un renforcement des contrôles des exploitations.

Sur les deux premières années (2010-2011), le budget du plan est fixé à 40 millions d'euros. (...)

http://fr.news.yahoo.com/4/20100203/tts-france-algues-vertes-plan-ca02f96.html
www.maxisciences.com/algue-verte/algues-vertes-les-agriculteurs-bretons-mettent-en-place-leur-plan-d-039-action_art4956.html


Le plan algues vertes mécontente tous les acteurs locaux

"Nous craignons qu'il ne s'agisse encore que d'un énième plan qui va coûter cher. Un plan qui est fait pour le milieu agricole et où on ne sent pas de fibre écologique", a déclaré à Reuters Michel Guillemot, président de l'association Halte aux Marées Vertes.
"On va bien ramasser les algues, bien nettoyer les plages. On va cacher le mal sans le soigner et le cancer algues vertes aura encore de beaux jours devant lui", a t-il ajouté.

Les agriculteurs estiment quant à eux qu'ils auront beaucoup à perdre si ce plan est mis en oeuvre.
"On entend dire ici et là que c'est un plan fait pour les agriculteurs. Mais il s'agit bien d'un plan gouvernemental dont on peut craindre au contraire certaines mesures pour l'agriculture", a dit Jacques Jaouen, président de la chambre d'agriculture de Bretagne, lors d'une conférence de presse.

Gilles Huet, secrétaire général de l'association Eau et Rivières, qui a été reçu mardi avec d'autres écologistes par des membres du cabinet de la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno, se montre également très sceptique.
"On est dans la com. Sur l'axe préventif, pour l'instant c'est la nébuleuse. Il est question de la mise en oeuvre de projets territoriaux, de 'renaturalisation' de 20% des surfaces, de protection des zones humides sur la base du volontariat, mais qu'est ce qu'on fait si ça ne marche pas ?", s'interroge t-il.

Les élus des communes touchées par le phénomène se montrent tout aussi dubitatifs et attendent la venue vendredi en Bretagne du ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire et de Chantal Jouanno pour en savoir davantage.

"Tout ce qui est annoncé jusqu'à présent reste très vague. Mais si ce qui nous sera annoncé vendredi n'est pas valable, ça va dégénérer, les gens sont à bout", a déclaré à Reuters René Ropartz, maire de Saint-Michel en Grève (Côtes d'Armor), commune où un cheval est mort asphyxié l'été dernier par les algues.

Yvette Doré, maire divers gauche d'Hillion, dans les Côtes d'Armor, se pose tout autant de questions.
"Quelle part va aller au préventif, quelle part au ramassage, à la sécurité ? On ne sait pas. On fait beaucoup de communication, mais sur le terrain on est peu informés", dit-elle.

http://fr.news.yahoo.com/4/20100203/tts-france-algues-vertes-reactions-ca02f96.html
www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?47/460
www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Les-algues-vertes-dans-le-sillon-des-Regionales_8619-1237848_actu.Htm


L'évolution du volume d'algues vertes entre 1997 et 2006 par départements
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Lun 8 Mar - 0:10


L'environnement, «ça commence à bien faire»

Agriculture : «Nicolas Sarkozy fait tomber le masque vert»

Les écologistes réagissent vivement aux propos tenus par le président de la république samedi au Salon de l'agriculture, pour qui l'environnement «ça commence à bien faire».

«Apparemment, parler d'écologie ne fait plus recette pour Nicolas Sarkozy et il revient aux fondamentaux du calcul électoral», analyse Cécile Duflot. «Nicolas Sarkozy est prêt à tout pour s'attirer les suffrages des agriculteurs, en trahissant ses promesses de mai 2008, lorsqu'il parlait ‘d'urgence écologique'», juge de son côté le Mouvement pour la défense et le respect des générations futures. Pour l'organisation, le président a «cédé aux pressions de la FNSEA (premier syndicat agricole, ndlr) et des lobbys agro-industriels». «La logique, à la veille des élections, est de rendre la monnaie à certains lobbies», ajoute le député Verts Noël Mamère, qui qualifie le président d' «apprenti sorcier».
www.lefigaro.fr/politique/2010/03/07/01002-20100307ARTFIG00049-nicolas-sarkozy-fait-tomber-le-masque-vert-.php

Sarkozy au Salon de l'Agriculture : un "renoncement majeur" au Grenelle
www.romandie.com/infos/news2/100306183538.ayznn2zw.asp

«Il nous a donné de l'espoir pour 2013 (année de la nouvelle PAC) mais ne nous a proposé aucune solution immédiate», a déclaré pour sa part François Lucas, président de la Coordination rurale. Enfin, pour la Confédération paysanne, « les rallonges financières sont la preuve que la crise est plus grave que ce que le gouvernement imaginait ».
www.lavoixeco.com/actualite/Secteurs_activites/Agriculture_et_Peche/Agriculture/2010/03/07/article_nicolas-sarkozy-au-salon-de-l-agricultur.shtml

Sarkozy à un jeune agriculteur : "le lait est vendu 15 % plus cher qu'en Allemagne". Ne te plains donc pas, jeune nanti !
Vidéo cyclops
http://toulouse-socialiste.over-blog.org/article-sarkozy-au-salon-de-l-agriculture-46210612.html


CHIMULUS

Sarkozy a la trouille agricole

Il avait la trouille d’aller au Salon de l’Agriculture. Notre président, d’habitude si bravache, avait séché l’inauguration du Salon samedi dernier, préférant sa retraite dorée au Cap Nègre.

Mercredi, Nicolas Sarkozy a reçu des représentants de la filière agricole à l’Elysée. Il leur a promis d'être attentif à leur cas, et qu’il viendrait samedi, pour tenir une table ronde, protégée, bouclée et castée, «sur la situation de l’agriculture française avec les représentants des filières agricoles et agro-alimentaires françaises.».

Depuis des mois, les conseillers du Monarque cherchent un moyen de faire venir leur patron, «à l’improviste», comme à Gandrange en novembre, afin d’éviter les couacs et les manifestations hostiles. Entre-temps, la quasi-totalité des ténors politiques est venue narguer Sarkozy en se rendant sur place sans problème (...)

Samedi, Nicolas Sarkozy est bien venu au Salon de l'Agriculture, mais avant son ouverture au public. Même le Figaro s'est demandé si le président n'était pas tombé du lit. Il a arpenté les allées vides de public, puis est allé se cacher dans une cabine, loin des foules, pour sa «table ronde» avec une trentaine de représentants du secteur. La rencontre est diffusée sur La Chaîne Parlementaire.

www.marianne2.fr/Sarkozy-bourdonne,-sauf-au-Salon-de-l-Agriculture_a189689.html
www.rue89.com/2010/03/06/salon-de-lagriculture-sarkozy-arrive-sur-la-pointe-des-pieds-141663
www.plumedepresse.net/spip.php?article1359
http://sarkofrance.blogspot.com/2010/03/au-salon-de-lagriculture-sarkozy-sest.html




Avec Vilmorin, l'Etat investit dans les OGM

Sarkozy via son Fonds stratégique d’investissement offre 150 millions d'euros à Vilmorin, géant de l’agroalimentaire. Juste au moment où l’entreprise compte se développer dans les marchés des OGM qui font pourtant l’objet d’un moratoire en Europe.

Qui dirige le FSI ? Théoriquement Augustin de Romanet, le patron de la CDC, en fait Gilles Michel, le directeur, qui vient de Citroen, Patricia Barbizet, qui dirige Artemis, le holding de François Pinault, et Jean-François Dehecq, le patron de Sanofi-Aventis. Des gens très bien.

L’économiste Bernard Maris revient sur les dérives productivistes de l’agriculture française qui se soumet ainsi à une concurrence déloyale sur les marchés mondiaux. L’urgence est de revenir à un modèle plus «paysan» et plus respectueux de l’écologie.

www.marianne2.fr/Avec-Vilmorin,-l-Etat-investit-dans-les-OGM_a189638.html
www.marianne2.fr/Dossier-la-crise-au-salon-de-l-agriculture_a189667.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Sam 19 Juin - 23:37



Grandes porcheries : éleveurs et écolos se bouffent le groin

«Une déclaration de guerre contre l'environnement», selon Eaux et rivières de Bretagne, un «nouveau viol du Grenelle» pour le député Verts Yves Cochet. Les écolos n'ont pas de mots assez durs contre «l'amendement scélérat» qui va permettre de construire des porcheries industrielles bien plus grandes qu'avant… sans passer par la case administrative.

Proposé par par le député UMP des Côtes-d'Armor, Marc Le Fur, qui se fait appeler «député du cochon», le texte a été soutenu par une cinquantaine de députés UMP et adopté le 16 juin dans le cadre du projet de loi sur la modernisation de l'agriculture.

Son but ? «Corriger les distorsions de concurrence criantes» avec les autres éleveurs européens qui peuvent construire sans autorisation de bien plus grandes porcheries. L'amendement remarque qu'en France, les seuils à partir desquels il faut une autorisation pour bâtir des élevages sont cinq fois plus petits. Il propose donc d'«harmoniser» ces seuils en relevant de 450 à 2 000 truies et de 30 000 à 40 000 poulets la taille des élevages qui peuvent ne pas rentrer dans la catégorie IPCE, «installations classées pour la protection de l'environnement».

«On devient laxistes»

A l'heure actuelle, les agriculteurs construisent plutôt des porcheries de 440 porcs, car arrivés à 450, ils doivent monter un dossier en préfecture, présenter des garanties sanitaires et environnementales, il y a une enquête publique, parfois le préfet demande des aménagements…

Bref, «ça prend du temps et c'est coûteux pour nos chers agriculteurs qui préfèrent faire des économies d'échelle», ironise Yves Cochet, qui voit dans cet amendement une «incitation à l'élevage concentrationnaire».

Le député s'explique :
    «Le signal envoyé aux protecteurs de l'environnement, c'est qu'on devient laxistes. Le problème de ces porcs, ou poulets, c'est que ça chie (excusez-moi), et les éleveurs manquent déjà de surface pour leur lisier, donc inévitablement, il va déborder dans les rivières et on va encore se retrouver avec une eau du robinet pas potable.»

Le retour des marées vertes ?

En Bretagne -première concernée par cette mesure-, l'association Eaux et rivières, qui combat l'agriculture extensive responsable de la mauvaise qualité des eaux, considère que cet amendement est «une déclaration de guerre». L'association rappelle :
    «L'Etat vient d'engager un plan de lutte contre les marées vertes en Bretagne qui va mobiliser 120 millions d'euros ; il est toujours sous la menace d'importantes sanctions financières dans le cadre du contentieux européen sur les nitrates.

Le vote de cet amendement aberrant rendra encore plus difficile la lutte contre les pollutions par les nitrates et ces marées vertes. Il va aggraver un peu plus le fossé entre la société et le monde agricole.»

Algues vertes et nitrates

Eaux et rivières de Bretagne annonce qu'elle suspend d'ores-et-déjà sa participation à toutes les instances de concertation et s'en retirera totalement si les députés ne remettent pas en cause cet amendement le 30 juin, lors du vote sur le projet de loi de modernisation de l'agriculture.

Le délégué général de l'association, Gilles Huet, rappelle que sur 6% du territoire national, la Bretagne produit 60% des porcs et 45% volailles. Et de préciser :
    «L'épandage des lisiers de ces animaux se fait en quantités bien trop importantes. Ces excédents sont lessivés par la pluie en hiver et finissent dans les rivières et la mer, ce qui a pour conséquence les marées vertes et le dépassement des teneurs en nitrate.»

Les algues vertes que François Fillon s'était engagé à combattre fermement, lors d'un déplacement à Saint-Michel-en-Grève (Côtes d'Armor), où un cavalier était décédé à cause d'un gaz toxique dégagé par ces algues.

Sophie Verney-Caillat
www.rue89.com/planete89/2010/06/18/grandes-porcheries-grenelle-se-retourne-dans-sa-tombe-155347
www.rue89.com/tag/grenelle-de-lenvironnement


Il y a plus de 30 ans, à Douarnenez, lorsque la plage se transformait en grande "salade verte", tous savaient que l'origine de cette décoration pestilentielle était les nitrates.
Que fit-on ?
Rien.
Si, on autorisa l'implantation de porcheries industrielles plus grandes, plus performantes...
www.lepost.fr/article/2009/09/06/1684152_algues-vertes-ca-pue-et-ca-tue.html

Porc Tamworth (photo)
http://pigtrop.cirad.fr/resources/encyclopedias/pig_breeds/porc_tamworth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Jeu 17 Fév - 10:03


La Bretagne sous le choc d’une campagne de pub contre les algues vertes
La fédération écologiste France Nature Environnement dénonce OGM, pesticides et autres marées vertes avec six visuels différents placardés à partir d’aujourd’hui dans le métro parisien.
www.liberennes.fr/libe/2011/02/la-bretagne-sous-le-choc-dune-campagne-de-pub-contre-les-algues-vertes.html
www.liberation.fr/terre/11011316-les-affiches-de-la-campagne


FNE dénonce la «censure» de ses affiches
Forcément, à quatre jours du Salon de l’agriculture, ça faisait désordre. Quelle n’a pas été la surprise, hier, de la fédération France Nature Environnement (FNE, 3 000 associations), quand elle a découvert que trois des six visuels de sa campagne choc n’avaient pas été placardés dans le métro parisien.
Silence radio du côté de Metrobus, la régie publicitaire de la RATP. Une chose est sûre : la campagne, qui dénonce aussi les OGM et les pesticides, en hérisse plus d’un. Deux organisations représentant les filières porcine et viandes, s’estimant mises en cause, avaient tenté de faire interdire les affiches sur les algues vertes, mais la justice leur avait donné tort lundi.
www.liberation.fr/economie/01012320265-fne-denonce-la-censure-de-ses-affiches

Affiches : la région Bretagne porte plainte
Elle a assigné France Nature Environnement (FNE) devant le TGI de Paris. La Bretagne considère qu'un des visuels constitue une «atteinte à son image».
www.letelegramme.com/ig/generales/fait-du-jour/pub-choc-la-region-porte-plainte-17-02-2011-1209706.php
www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Pas-d-affiches-sur-les-algues-vertes-dans-le-metro-parisien_39382-1695969_actu.Htm


Affiches : «Notre but n'est pas d'insulter les agriculteurs»
INTERVIEW par Gaëlle EPINAT

Critique des politiques, censure de la RATP, la polémique sur la campagne de France Nature Environnement (FNE) ne s'essouffle pas. Bruno Genty, président de la Fédération explique l'objectif de cette opération.

Décidément, le ministre de l'Agriculture Bruno Lemaire ne digère pas la campagne d'affichage choc de la FNE (France Nature Environnement, qui regroupe environ 3000 associations de protection de la nature et de l'environnement). Après sa tribune dans Libération, il a de nouveau critiqué la campagne lors des questions au gouvernement : "C'est une campagne - et je pèse mes mots - scandaleuse et inacceptable". De son côté, la Bretagne a porté plainte pour "atteinte à son image". Le président de la FNE, Bruno Genty, se défend.

Pourquoi cette campagne ?

Tout simplement pour dénoncer les excès de l'agriculture intensive. Nous avons défini trois angles d'attaque : l'impact des pesticides qui causent la disparition des abeilles, le nourrissage de certains animaux d'élevage avec des OGM importés et la concentration des élevages industriels, à l'origine de la pollution des algues vertes.

Pourquoi avoir choisi des images aussi fortes ?

Pour toucher plus de monde. Si l'image était plus nuancée, on aurait seulement touché une population déjà convaincue, alors que là ça frappe le grand public. On nous dit que c'est choquant, mais on s'est auto-censuré pour ne pas insulter la profession agricole. Et l'ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) nous a demandé quelques modifications. Par exemple de modifier l'affiche sur les pesticides. «Les pesticides présentent un danger mortel pour les abeilles» est devenu «Certains pesticides».

A deux jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture, ce n'est pas un hasard...

Non, parce que les médias parlent plus des questions agricoles. On souhaite aussi éviter le discours à une voix, et lancer un débat contradictoire. Mais toujours dans le respect de la profession car je suis tout à fait conscient des difficultés. Ce message, on le porte depuis plusieurs décennies, mais qui restait dans l'ombre. Dès que c'est sur la place publique, on reçoit beaucoup d'opposition, de pression...

3 affiches ne sont pas parues, que s'est il passé ? Une simple décision de la RATP ?

Comme je le disais on a reçu beaucoup de pressions. La RATP ne nous avait pas prévenu, on a constaté hier qu'il manquait trois affiches. Certaines fédérations, et semble-t-il la FNSEA, ont fait pression sur la régie de la RATP en arguant que si les affiches étaient posées, ils allaient les taguer, les arracher... bref, qu'il y avait un risque de trouble de l'ordre public. C'est un argument déjà évoqué pour d'anciennes campagnes censurées, ça ne me surprend pas. Et avant le lancement de la campagne, deux fédérations avaient saisi la justice pour empêcher l'affichage de deux visuels.

La FNSEA justement a dénoncé une campagne caricaturale et Bruno Lemaire vous reproche d'oublier la détresse qui pousse certains agriculteurs au suicide... que répondez-vous à ça ?

Je suis tout à fait conscient de la détresse des agriculteurs et j'y suis sensible. Justement, le but ce n'est pas de rompre le dialogue ou de stigmatiser les agriculteurs mais d'engager un débat public. On souhaite par exemple un redéploiement des aides financières pour aider les agriculteurs dans le cadre du plan écophyto 2018, qui vise à réduire de 50% en dix ans l'usage des pesticides.

La Bretagne estime que cette campagne est «un coup de poignard». Ils estiment combattre le problème des algues vertes. Pour vous ils n'en font pas assez ?

Ce qui est étrange, c'est qu'on ne cite à aucun moment la Bretagne sur nos affiches. D'autres régions, d'autres plages sont également touchées par la pollution des algues vertes. Je comprend leur détresse touristique, mais pas leur stratégie. En se revendiquant comme la région des algues vertes, ce n'est pas comme ça qu'ils feront revenir les touristes.

Le but de cette campagne est de proposer des solutions et d'ouvrir des dialogues... avec qui ?

Avec les pouvoirs publics ! On a plusieurs propositions à leur soumettre. Principalement, aider les agriculteurs qui ont une pratique de l'agriculture moins intensive. Ce ne sont pas que des problèmes environnementaux mais aussi économiques. Dans certains pays, les apiculteurs sont obligés de louer des abeilles pour produire du miel. Il ne faudrait pas en arriver là en France.
www.liberation.fr/terre/01012320352-affiches-notre-but-n-est-pas-d-insulter-les-agriulteurs
Arrow www.fne.asso.fr/



Face au raz de marée de polluants, FNE a décidé de lancer une campagne portant sur trois fléaux majeurs que sont les importations d'OGM, les algues vertes et les pesticides.
www.fne.asso.fr/fr/nos-dossiers/Agriculture/campagne-2011/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Lun 28 Fév - 13:32


Affiches chocs. Cécile Duflot s’en prend à Jean-Yves Le Drian (PS)
[VIDÉO]

Cécile Duflot, la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, a qualifié, hier, Jean-Yves Le Drian d’«escroc» à la suite de la décision du Conseil régional de Bretagne d’assigner en justice France Nature Environnement.

Interrogée sur la plainte déposée par la région Bretagne contre France Nature Environnement et sa récente campagne d’affichage contestée, Cécile Duflot n’a pas mâché ses mots à l’égard de Jean-Yves Le Drian, le 26 février, à l’occasion du «Grand rendez-vous» Europe1/Le Parisien.

Justifiant une campagne “provocatrice, parce qu'à un moment, il faut effectivement dire les choses”, Cécile Duflot a également estimé qu'”il y a plus de la moitié des habitants de Bretagne qui soutiennent, comme je le fais, la campagne de FNE.” La secrétaire d’EELV s'est ensuite défendue de s'en prendre au Parti socialiste. “En l'occurrence, c'est Jean-Yves Le Drian qui porte plainte contre France Nature Environnement. Je trouve ça irresponsable, surtout quand on est président de Région”.
[...]
http://dai.ly/hz6uxf cyclops
www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/affiches-chocs-cecile-duflot-s-en-prend-a-jean-yves-le-drian-27-02-2011-1220435.php

L’écologiste breton Denis Baulier s’est montré moins courageux et s’est désolidarisé de Cécile Duflot : « Nous pensons qu'il est plus efficace de se remettre au travail sur le chantier de la construction d'un nouveau redéploiement de l'agriculture que de poursuivre les échanges épidermiques ». Rolling Eyes

Commentaire de jle
Ouvrir les yeux, refuser l'hypocrisie
On a assisté, ces derniers jours, à un véritable déluge de réactions très agressives, venues de tous bords (économiques, politiques), contre la campagne d’affichage de France Nature Environnement.

Jean Yves Le Drian, lui-même, qui vient de lancer sa marque Bretagne s’est cru autorisé à porter plainte pour diffamation au nom du Conseil régional de Bretagne, oubliant que la justice saisie avait reconnu, par un référé, toute la légalité de l’affichage sur les algues vertes.

Une indignation tapageuse, très médiatisée qu’on aurait souhaité entendre, en juillet 2009, au moment du décès de Thierry Morfoisse ce chauffeur de 48 ans victime d’un infarctus au pied de son camion chargé d’algues vertes !

Ce qui ternit l’image de la Bretagne, ce ne sont pas les affiches mais la réalité d’une Bretagne souillée par les marées vertes, et c’est de ne pas avoir su répondre aux nombreux messages d’alerte lancés par les associations environnementales bretonnes depuis les années 1970.

Traiter les causes des pollutions à la source, et engager la conversion de l’agriculture bretonne, seraient des réactions nettement plus responsables que de « hurler avec les loups ».


Portrait de Denis Baulier
www.liberation.fr/portrait/0101448252-sauver-des-eaux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mar 28 Juin - 11:33


Telgruc-sur-Mer (Finistère)
Dépassé, le maire planque les algues vertes sous la pinède

La petite ville de plus de 2 300 habitants surplombe la mer. Les bas-côtés des routes sont bien entretenus et les champs d'orge accueillent de rares coquelicots. Mais fin mai, sur le sentier des douaniers, qui traverse la longue plage de Trez-Bellec, la crique de Trez-Bihan et sa pinède, le randonneur se pince le nez.

[...] D'après les nouvelles lois, les algues doivent être épandues dans les trente-six heures après leur échouage. Il fallait donc réagir vite. Mais à cette époque de l'année, les agriculteurs n'ont pas de terres libres pour accueillir les algues. Il faut attendre la moisson de l'orge.

Jean-Marc Richard sait que la décision de les entreposer avec candeur sur un terrain communal va lui être reprochée :
« C'était illégal, mais je n'avais pas d'autres solutions et il fallait que ça bouge. Mon acte était calculé. »

Le maire de Telgruc est globalement satisfait de l'aide de l’État – « Ils vont financer une nouvelle station de traitement des algues en presqu'île de Crozon » – mais appelle à l'aide les scientifiques :
« C'est à eux de trouver des solutions pour faire quelque chose de ces algues. »

De leur côté, les scientifiques accusent les nitrates et les phosphates d'encourager la croissance et le développement des algues. Or, ces sels nutritifs proviennent essentiellement des exploitations agricoles intensives.

Un taux anormalement élevé de nitrate

Malgré les efforts des agriculteurs de la commune, le taux de nitrates enregistré dans les cours d'eau s'élève encore à 22 mg/L, soit le double de celui préconisé par les scientifiques pour venir à bout des algues vertes. [...]

La politique française : limiter les dégâts en aval

Autrement dit, la France n'est pas prête de traiter le problème en amont et préfère chercher à limiter les dégâts en aval.
[...]
Anne-Kristell Jouan
www.rue89.com/2011/06/26/depasse-le-maire-planque-les-algues-vertes-sous-la-pinede-210566
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Sam 9 Juil - 8:39


Marées vertes. Les contribuables vont payer à la place des pollueurs

Sarkozy a promis jeudi que l'État continuerait les actions de ramassage des algues vertes qui polluent le littoral breton et qu'il soutiendrait les projets de méthanisation agricole pour réduire les rejets d'azote à l'origine de leur prolifération.
La méthanisation consiste à valoriser les déchets organiques comme le lisier, largement utilisé dans l'agriculture, dans un réacteur où ils sont transformés en biogaz, susceptibles de produire de la chaleur ou de l'électricité.

Dopée par les rejets de nitrates dans l'eau dus à l'agriculture et à l'élevage intensifs, la prolifération des algues vertes s'est accentuée cette saison. Au 30 juin, près de 25.000 m3 ont été ramassées en Bretagne, soit près du double par rapport à juin 2010.

À la veille de la visite de Nicolas Sarkozy dans le Finistère, l'association Eau et Rivières de Bretagne a dénoncé un projet d'assouplissement de la réglementation sur les épandages de nitrates.
www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/07/07/97001-20110707FILWWW00495-algues-vertes-l-etat-va-aider-sarkozy.php


zoom

Le menteur en vidéo
En déplacement le jeudi 7 juillet 2011 sur la presqu'île de Crozon (29), le chef de l'État a dédouané les agriculteurs de toute responsabilité dans la prolifération des algues vertes et dénoncé les "intégristes de l'écologie".
http://videos.tf1.fr/jt-20h/algues-vertes-sarkozy-defend-les-agriculteurs-contre-les-integristes-6569991.html
Arrow www.lepost.fr/article/2011/07/08/2543489_algues-vertes-elections-obligent-sarkozy-dedouane-bien-vite-l-elevage-intensif-breton.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mer 13 Juil - 12:56


Décès suspects de deux marcassins sur une plage bretonne

Deux marcassins ont été retrouvés morts jeudi dernier sur la plage Saint-Maurice à Morieux (Côtes d'Armor) [...]

Le lendemain de la mort des marcassins, cette plage a été fermée par arrêté municipal à cause de la présence de poches de gaz dangereux liées aux algues vertes. L'autopsie fait "apparaître que les animaux sont morts par étouffement dû à une présence de vase dans les voies aériennes supérieures (laryns, trachée, bronches)", a indiqué la préfecture des Côtes d'Armor dans un communiqué.

Arrêt cardiaque

La dangerosité des algues avait été mise en évidence à l'été 2009 après la mort d'un cheval qui s'était enlisé dans un amas d'algues vertes sur une plage de Saint-Michel-en-Grève. L'autopsie a révélé que l'animal était mort des suites d'un œdème pulmonaire lié au dégagement d'H2S.

Prolifération des algues vertes

La chaleur précoce a favorisé cette année la toxicité des algues vertes qui sont inoffensives quand elles sont fraîches mais toxiques quand elles se putréfient. Les algues vertes prolifèrent : les volumes ramassés en Bretagne ont doublé en juin par rapport à l'an dernier, avec 25.000 m3 d'algues vertes (15.175 dans les Côtes-d'Armor, 9.792 dans le Finistère), selon la préfecture de région.
[…]
www.liberation.fr/societe/01012348809-deces-de-deux-marcassins-sur-une-plage-bretonne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Lun 25 Juil - 15:04


Photo Jean-Charles Guegan

Huit sangliers morts sur une plage polluée aux algues vertes

Les cadavres des animaux ont été découverts «dans la vase, à 400 mètres» de l'endroit où deux marcassins avaient été retrouvés morts le 7 juillet sur la plage Saint-Maurice, à Morieux (Côtes d'Armor), a précisé Marc De La Forêt, sous-préfet de Guingamp.

Les huit sangliers ont été trouvés «dans l'estuaire du Gouessant, entre le Pont Rolland et la plage Saint-Maurice», une zone interdite d'accès dimanche par arrêté municipal, a indiqué la préfecture des Côtes-d'Armor. [...] préfecture des Côtes-d'Armor, qui avait écarté tout lien entre la mort des deux marcassins et la présence de poches de gaz généré par les algues vertes entassées à proximité.

Yves-Marie Le Lay, président de l'association Sauvegarde du Tregor, a pour sa part expliqué dimanche que «la putréfaction des algues vertes produit de la vase hautement toxique qui se mélange au sable». «Quand les animaux furètent, ils respirent les gaz émanant de la décomposition des algues vertes», a affirmé pour sa part André Ollivro, le président de l'association Sauvegarde du Penthièvre, affirmant avoir «peur que, demain, ce soient de jeunes enfants».

Selon un photographe de l'AFP sur place, l'estuaire du Gouessant, à proximité de la plage Saint-Maurice, est également touché par une marée verte.
[...]
www.liberation.fr/terre/01012350830-huit-sangliers-morts-sur-une-plage-polluee-aux-algues-vertes

32 sangliers morts retrouvés entre le 7 et le 27 juillet 2011. Vidéo :
http://dai.ly/nr87jV cyclops

Les hypothèses :
www.rue89.com/planete89/2011/07/27/mais-qui-en-veut-aux-sangliers-bretons-215815
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yaya



Messages : 4
Date d'inscription : 31/07/2011

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Lun 15 Aoû - 9:43

36 sangliers de morts depuis et tout va bien , même les premiers concernés ne se remette pas en question ( 7mn50 de la vidéo) http://info.francetelevisions.fr/?id-video=manuel_HD_1214_20110804_56_04082011132515_F3
les agriculteurs ont même organisé un match de foot sur une des plages en signe de contestation , plage étonnamment propre , c’est bête il aurait fallu qu’il soit bien « VERT » le terrain histoire de …….. Twisted Evil
après pourquoi s'inquiéter quand on a un système qui nous caresse dans le sens du poil !!.

allez c'est kdo un extrait du livre d'isabelle saporta "le livre noir de l'agriculture «, bonne lecture Neutral






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mar 16 Aoû - 3:02

Le bateleur a peut-être prêté son équipe de communicants à ses amis de l'élevage intensif.
Je vais lire tes documents. Merci, yaya ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mar 16 Aoû - 14:01

Dans le registre menteurs éhontés, on peut entendre un intervenant (au téléphone) sur France Inter* nous chanter que les algues vertes ne sont pas dues à l'élevage intensif, qu'il faut arrêter de noircir le tableau.
Et que si on est trop strict du point de vue hygiène sanitaire, la France va devoir importer des viandes moins bien suivies.
Ces sophistes capitalistes voudraient nous faire croire aussi qu'il ne faut pas traquer les fraudeurs du fisc parce qu'ils risquent de s'installer à l'étranger. Tant qu'on y est, pourquoi ne pas donner la légion d'honneur aux empoisonneurs et délinquants, si c'est rentable d'un point de vue économique ? Rolling Eyes
*www.franceinter.fr/emission-ca-vous-derange-la-viande-et-l-agroalimentaire-dangers-dans-nos-assiettes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yaya



Messages : 4
Date d'inscription : 31/07/2011

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mar 16 Aoû - 22:51

oui c'est marrant comme de nos jours la vérité s'achete si facilement ou bien l'homme, est il de plus en plus cupide , peut être bien les deux en fait Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mar 11 Oct - 15:26


Des algues vertes ramassées à Saint-Brieuc le 26 juillet 2011

Un décret risque d'aggraver la prolifération des algues vertes

Selon les associations environnementales, ce décret va à contre-courant des efforts de réduction des nitrates dans les eaux.

Le décret, publié au Journal officiel mardi 11 octobre, signé par le premier ministre et les ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie, étend la surface prise en compte pour le calcul du plafond d’épandage d’azote (170 kilos par hectare), en prenant comme référence la surface agricole utile (SAU) et non plus une «surface potentielle d’épandage» plus restreinte.

La parution de ce décret «intervient alors que la commission européenne exige de la France, dans une lettre du 17 juillet dernier, des explications sur sa politique de prévention des marées vertes» [...]

Depuis 2001, en application de la directive européenne «nitrates», les agriculteurs pouvaient épandre jusqu’à 170 kilos d’azote organique (effluents animaux comme le lisier) par hectare de surface épandable, explique Eau et Rivières.

Cette surface potentiellement épandable (SPE) déduit les «surfaces à proximité des cours d’eau, du littoral, des tiers».

Mais le nouveau décret («relatif au programme de lutte contre la pollution des eaux par les nitrates») prévoit que la quantité maximale d’azote contenu dans les effluents d’élevage pouvant être épandue annuellement «ne peut être supérieure à 170 kilos d’azote par hectare de surface agricole utile».

Au printemps dernier, le projet de décret «avait soulevé une vague de protestations en Bretagne, en particulier auprès des communes littorales envahies par les algues vertes», a également indiqué Eau et Rivières, en rappelant que «le relèvement des plafonds d’épandage de lisier était jugé incohérent avec les programmes engagés pour réduire la pollution par les nitrates».
[...]
www.liberation.fr/terre/01012365009-un-decret-risque-d-aggraver-la-proliferation-des-algues-vertes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5554
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   Mar 25 Oct - 22:19


Les pollutions agricoles de l'eau coûtent 54 milliards d'euros

Une étude, mise en ligne fin septembre par le ministère de l'Écologie et du développement durable, estime à au moins 54 milliards d'euros par an le coût du traitement de la pollution des eaux liée à l'activité agricole.

L’étude, rédigée au sein du commissariat général au développement durable (CGDD), vise à évaluer les coûts de la détérioration « de la qualité des ressources et milieux aquatiques due aux excédents d’engrais azotés et de pesticides d’origine agricole ».

Surcoût dans la facture d’eau – Au total les ménages supporteraient des dépenses additionnelles de 1 à 1,5 milliards d’euros, du fait de ces excédents d’engrais azotés et de pesticides d’origine agricole. Une partie de ces dépenses (de 0,64 à 1,114 milliard) est répercutée dans la facture d’eau, « représentant entre 7 et 12% de cette facture en moyenne nationale », selon les auteurs de l’étude.
Quelque 88,7% des nitrates retrouvés dans les milieux aquatiques et marins provient de l’agriculture et de l’élevage, affirme le rapport*.
[…]
Mardi 11 octobre, le Journal Officiel a publié le décret qui, selon les associations environnementales, va permettre d’augmenter les quantités d’azote épandues sur les terres agricoles, et va à contre-courant des efforts de réduction des nitrates dans les eaux.

www.lagazettedescommunes.com/78313/les-pollutions-agricoles-de-leau-coutent-54-milliards-deuros-selon-une-etude/
www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/pollution-de-l-eau-le-rapport-explosif-du-ministere-11-10-2011-1460060.php
* www.letelegramme.com/complements/2011/10/11/1461080_ed52.pdf
www.lagazettedescommunes.com/78306/algues-vertes-publication-du-decret-sur-les-epandages/
http://librinfo.over-blog.com/article-algues-vertes-de-pire-en-pire-86615352.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marées vertes en Bretagne, sauvons les riches !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Délocalisation vers la Bretagne.
» 5e Festival "Les Sauterelles Vertes"
» Les archives des ducs de Bretagne bientôt sur le net :Breizh Novopress.info
» Depuis Avril 1456
» une bonne 3 roue pour la bretagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: