sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mer 18 Nov - 2:49


agrandir

Sommet de Copenhague

Le protocole de Kyoto, programme international de lutte contre le changement climatique par la réduction des émissions de gaz à effet de serre, a été négocié en 1997 : il a été ratifié par 175 pays.

Ces derniers se sont engagés pour atteindre en 2012 un objectif de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre d'environ 5 % par rapport aux émissions répertoriées en 1990.

Les engagements de Kyoto prennent fin début 2013. Un accord international de lutte contre le réchauffement climatique devra prendre sa succession : ce sera lors du Sommet de Copenhague, qui se déroulera en décembre 2009 dans la capitale danoise.

Les Etats industrialisés, les pays en voie de développement et les pays émergents devront s'accorder sur les mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre au sein de leur pays, avec des objectifs à court, moyen et long terme.

Un accord de Copenhague, sur les différentes mesures de lutte contre le réchauffement climatique à mettre en oeuvre dans tous les pays participants, devra être signé : développement des énergies renouvelables, réduction du recours aux énergies fossiles, amélioration de la performance énergétique des bâtiments, contraintes sur certaines industries polluantes, recours aux véhicules moins émetteurs de CO2, développement des transports collectifs...

Le financement des différents programmes de réduction des gaz à effet de serre et les aides financières et technologiques apportées au pays en voie de développement devront également être définis lors du Sommet de Copenhague.

Les membres du Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC), les experts des océans, des glaciers, de l'économie, de la santé, les Nations Unies, les ONG, les Etats... participent tous à la construction du futur accord de Copenhague.

Les scientifiques et le GIEC attendent la division de moitié des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 par rapport à celles de 1990, afin de limiter l'augmentation des températures à 2°C et ses conséquences humaines et environnementales catastrophiques.

Les réunions, conférences et négociations se sont succédées en 2008 et 2009 afin de faire l'état des lieux du changement climatique, pour définir les objectifs et les moyens du plan de lutte contre le réchauffement climatique et pour faire aboutir les négociations à un accord ambitieux en décembre 2009.

www.vedura.fr/environnement/climat/sommet-copenhague-changement-climatique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mer 18 Nov - 7:41



Cap sur Copenhague

Changements climatiques et enjeux de Copenhague : le Réseau action climat publie une brochure pédagogique.
Cette petite publication souhaite informer les citoyens sur les enjeux de la prochaine conférence internationale sur les changements climatique qui aura lieu cette année à Copenhague, du 7 au 18 décembre.

La rencontre de Copenhague est en effet capitale car elle doit permettre la mise en place d’une lutte globale contre les émissions de gaz à effet de serre qui dérèglent nos climats.

Les États de la planète doivent donc s’entendre et parvenir à un accord ambitieux avant fin 2009 pour s’assurer que de nouvelles actions de réduction des émissions et d’adaptation aux impacts seront mises en place dès 2012 (Plus d’infos sur la conférence de Copenhague : www.rac-f.org/copenhague.php3).

www.adequations.org/spip.php?article1051
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mer 18 Nov - 7:47



Concert de l'Ultimatum Climatique

Le 22 novembre prochain, au Zénith de Paris, les artistes donneront un concert exclusif à l’occasion du sommet de Copenhague sur le climat.

Tryo, Zazie, Bernard Lavilliers et Yannick Noah, avec la participation de Karl Zéro vous mobiliseront à cette occasion pour donner un Ultimatum Climatique aux dirigeants mondiaux, pour que les décisions qui engagent l’avenir de la planète ne soient pas prises sans vous.

C’est la première fois qu’ONG et artistes se rassemblent pour attirer l’attention sur les changements climatiques à l’occasion d’un grand concert dans lequel les spectateurs seront invités à participer à la mobilisation citoyenne pour défendre un accord international contre l’emballement climatique.

Plus de renseignements

Vidéo

Les changements climatiques concernent les droits humains, le phénomène ne connaît ni classe ni pays...
Signez l'appel de Copenhague !
www.durable.com/actualite/article_copenhague-le-concert-de-l-ultimatum-climatique_172
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mer 18 Nov - 8:16


REUTERS/JASON LEE
Les présidents américain et chinois, le 17 novembre 2009, à Pékin.


Pékin et Washington appellent à un accord avec "effet immédiat" à Copenhague

"Nous sommes convenus de travailler à un succès à Copenhague. Notre but (...) n'est pas un accord partiel, ni une déclaration politique, mais plutôt un accord qui couvre toutes les questions dans les négociations et ait un effet immédiat.", a déclaré mardi le président américain, Barack Obama, lors d'une conférence de presse avec son homologue Hu Jintao, mardi 17 novembre.

Faisant état de "progrès" sur cette question dans ses discussions avec le président Hu, M. Obama a déclaré que "sans les efforts à la fois de la Chine et des Etats-Unis, les deux plus gros consommateurs et producteurs d'énergie, il ne peut y avoir de solutions".

De nombreux pays attendent des initiatives des première et troisième puissances économiques mondiales à la conférence sur le climat prévue du 7 au 18 décembre à Copenhague.
www.lemonde.fr/international/article/2009/11/17/pekin-et-washington-appellent-a-un-accord-avec-effet-immediat-a-copenhague_1268078_3210.html



Sarközy voudrait jouer le Zorro du climat pour la présidentielle de 2012 mais...
Pas d'invitation au Sommet économique de l’APEC !


Sarkozy voulait obtenir de ses pairs une ultime rencontre avant le sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique. Profitant de la réunion à Singapour, les 14 et 15 novembre, du sommet économique de l’APEC (coopération économique Asie-Pacifique), les chefs d’Etat auraient consacré quelques heures à ajuster leurs positions avant le sommet de Copenhague. Les chefs d’Etat américain, chinois et japonais ont bien confirmé leur présence au sommet de l’APEC, mais sans faire état de cette rencontre demandée par Nicolas Sarkozy au dernier sommet du G20.
www.developpementdurablelejournal.fr/spip.php?article5382


REUTERS/BENOIT TESSIER. Le président brésilien Lula le 14 novembre 2009 à l'Elysée

Sarkozy s'est allié au président Lula pour contrer Pékin et Washington

Il fait du réchauffement climatique un enjeu de politique intérieure. il espère finaliser les engagements climatiques lorsqu'il présidera ce forum, ainsi que le G8, en 2011... Juste avant l'élection présidentielle de 2012.

Il doit rencontrer jeudi 19 novembre à Bruxelles, avant le Conseil européen, la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen, hôte de la conférence, pour consolider la position de l'Union européenne. Il se rendra ensuite au Brésil, où M. Lula compte convaincre les dix pays du bassin amazonien, qui se rencontreront à Manaus, fin novembre, de prendre des engagements analogues à ceux de son pays.

Le géant latino-américain est le premier grand pays émergent à s'engager de la sorte. Il ne va pas ralentir son expansion économique, mais s'engage à réduire de 80 % la déforestation de l'Amazonie, à contrôler les effets de l'élevage et de l'agriculture sur la savane, à limiter l'utilisation des nitrates dans l'agriculture.

Ces mesures devraient permettre de réduire la croissance attendue des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 de 36 % à 39 %, a annoncé Dilma Roussef, chef de la Maison civile, équivalent brésilien du premier ministre et dauphine de M. Lula. (...)

www.lemonde.fr/planete/article/2009/11/16/climat-mm-sarkozy-et-lula-veulent-contrer-pekin-et-washington_1267706_3244.html



Copenhague : « Les Français veulent faire porter le chapeau aux Américains »

Jean-Louis Borloo se présente en défenseur de la planète et des pays pauvres et pointe la mauvaise volonté des USA. Dans quel camp l’Afrique doit-elle se situer ?
Le point de vue de Thierry Téné sur Les Afriques. [Extrait]

Derrière cette bataille « écologique » se joue peut-être une autre pièce, plus politique. Depuis l’élection d’Obama, le président Sarkozy a perdu de son aura sur la scène internationale. Si les Américains apparaissent comme responsables de l’échec de Copenhague, alors que la France à bataillé jusqu’à la dernière minute pour sauver l’accord, imaginez le bénéfice politique pour l’Elysée sur la scène internationale.

Comment se positionne l’Afrique dans ce jeu ?

En faisant monter les enchères pour soutenir l’une des parties, l’Afrique a tout à gagner d’une bataille « écologique » franco-américaine.

vu son recul en Afrique au bénéfice de la Chine, son déficit et sa dette, Paris n’a plus vraiment les moyens de ses ambitions politiques et diplomatiques. En matière de développement durable, la plupart des innovations technologiques ont lieu aux Etats-Unis. Par ailleurs, dans le contexte actuel, quel est le montant du chèque que l’Amérique peut accorder à l’Afrique ? Dans tous les cas, l’Afrique ne peut bénéficier de cette situation que si elle élabore des projets précis sur lesquels un éventuel accord serait conditionné. D’un autre côté, si la rencontre de décembre, tourne autour d’un duel franco-américain, comme de nombreux pays en voie de développement, la perte sera réelle pour le continent.

L’indépendance énergétique de l’Afrique, grâce notamment aux énergies renouvelables, aura des répercussions sur le chiffre d’affaires des majors pétroliers. Est-ce qu’une entreprise comme Total va cautionner « facilement » un tel projet ?

17-11-2009
www.lesafriques.com/actualite/copenhague-les-francais-veulent-faire-porter-le-chapeau-aux-americ.html?Itemid=89?article=20468
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mer 18 Nov - 8:20



Eolien : le modèle chinois

Généralement, quand on parle de la Chine et l’environnement, c’est plutôt pour voir le tableau en noir : pollution galopante, centrales au charbon, urbanisation folle, etc… Or, cela ne doit pas masquer des efforts considérables faits en Chine en matière d’énergies renouvelables et, en particulier, le “grand bon en avant” en matière d’énergie éolienne.

L’année prochaine, le géant asiatique disposera de 30 GW par ce biais, soit l’équivalent de 30 centrales nucléaires françaises. C’est le niveau qu’elle s’était fixée pour… 2020. Il est rare de pouvoir se vanter d’avoir 10 ans d’avance sur ses objectifs verts. La croissance de l’éolien est actuellement de 9% là-bas.

A un tel rythme, le vent pourrait couvrir dès 2030 l’ensemble des besoins énergétiques actuels du pays. Évidemment, cela est tout théorique. Il y a bien un moment où on arrête de couvrir son pays de fermes d’éoliennes. Il faut diversifier ses sources d’énergie. Et la Chine développe également massivement son électricité d’origine solaire.

Néanmoins, pour que cela suffise à se passer du charbon et du nucléaire, la Chine devra freiner sérieusement ses gourmandises énergétique.
http://bonnenouvelle.blog.lemonde.fr/2009/11/17/eolien-le-modele-chinois/

Huit gestes pour Copenhague
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mer 18 Nov - 9:57



Emissions de CO2 : +41% entre 1990 et 2008

Les émissions de CO2 dues à l'usage du charbon, du pétrole et du gaz ont augmenté de 41% entre 1990 et 2008. Suivant ainsi le pire des scénarios étudiés par les climatologues. La teneur de l'air en gaz carbonique a atteint 385 parties par million en 2008, contre 290 avant la révolution industrielle; Cette information fait partie d'un article qui vient d'être rendu public par la revue Nature Geoscience.

Signé par une équipe internationale dirigée par Corine Le Quéré (Université d'East Anglia), cette étude montre que la croissance des émissions est toujours étroitement liée à celle du produit intérieur brut.

Cette publication importante est fondée sur les études du Global Carbon Project, une vaste collaboration internationale visant à comprendre le cycle planétaire du carbone, bousculé par les émissions anthropiques. [...]

L'article de Corinne Le Quéré et al. est signé de nombreux scientifiques de pays divers (Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie, Brésil, Pays-bas..) on y relève notamment les noms de Philippe Ciais, Pierre Friedlingtein, Nicolas Viovy, Laurent Bopp, Nicolas Metzl du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (CEA/CNRS/Université Saint Quentin) et du LOCEAN (CNRS-IPSL, Université Pierre et Marie Curie) montrant le rôle important des équipes françaises dans la collaboration Global Carbon Project.

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/11/emissions-de-co2-41-entre-1990-et-2008.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mer 25 Nov - 22:39



Sarkozy tente de rallier le Commonwealth et l'Amazonie

Son discours est peu porteur auprès des pays émergents et des pays sous-développés qui ne veulent pas mettre en péril leur croissance économique en acceptant de trop fortes contraintes en matière de baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Si le Brésil a pris des engagements ambitieux, c'est loin d'être le cas de l'Inde, de la Chine, de l'Afrique du Sud et surtout des Etats-Unis.

A Manaus, Nicolas Sarkozy, associé à son ami Lula, tentera donc de convaincre les sept autres pays de l'Amazonie -Colombie, Venezuela, Pérou, Bolivie, Equateur, Guyana et Surinam- d'endiguer la déforestation de la forêt vierge qui contribue grandement au déséquilibre climatique. Le Brésil a ainsi promis de réduire ses gaz à effet de serre de près de 40% rien qu'en réduisant drastiquement la déforestation.

Si en Amazonie, Nicolas Sarkozy peut compter sur le soutien de poids de Lula, la deuxième étape de son voyage à Port d'Espagne (Port-of-Spain) sera plus délicate. Invité par le Premier ministre britannique Gordon Brown, il doit y avoir un déjeuner de travail avec plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement de pays du Commonwealth.

A l'Elysée, on dit espérer la présence des Premiers ministres indien Manmohan Singh, canadien Stephen Harper et australien Kevin Ruud, ainsi que du président sud-africain Jacob Zuma. Mais aussi des représentants de pays vulnérables, insulaires ou forestiers, comme le Bangladesh, les Maldives ou la Papouasie.

Autant de pays qui n'ont encore avancé aucun objectif chiffré mais dont certains pourraient peser lourd dans la balance, notamment l'Inde et son milliard d'habitants. [...]

Autre pays à rallier : l'Afrique du Sud, qui pourrait entraîner dans son sillage une partie de ses voisins africains. "Le bassin du Congo est le deuxième poumon de la planète après l'Amazonie", note-t-on côté français. Nicolas Sarkozy, qui avait l'intention de se rendre en Afrique avant Copenhague, pourrait finalement recevoir une partie de ses homologues africains à Paris pour évoquer ce sujet avec eux. De même, le Premier ministre de l'Indonésie, autre pays forestier, s'arrêtera à Paris en route vers la capitale danoise.

A l'Elysée, on ne cache pas qu'on espère toujours aboutir à Copenhague à "une déclaration politique qui fixera des objectifs contraignants", "un texte précis qui couvre tous les champs de la négociation, l'atténuation, le financement, les échanges technologiques" et en annexe "des chiffres concernant les réductions des émissions et le financement". Le tout pour aboutir à un traité d'ici la fin 2010 au plus tard, précise-t-on à la présidence française.

Mais rien ne sera possible sans les Etats-Unis et la Chine, les deux champions du monde de la pollution. Il s'agit donc d'ici le 18 décembre de constituer un large front anti-sino-américain pour renverser la vapeur, ce qui pourrait être le but inavoué du voyage de Nicolas Sarkozy.

http://fr.news.yahoo.com/3/20091125/twl-onu-climat-commonwealth-amazonie-sar-1be00ca.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Jeu 26 Nov - 22:29



Climat : le sommet de Manaus se limite à un tête-à-tête Sarkozy-Lula
Le sommet de Manaus marqué par les absences de plusieurs dirigeants


Le sommet amazonien de Manaus, dédié à la lutte contre le réchauffement de la planète, a essuyé un revers avant même son ouverture jeudi avec l'absence annoncée de la majorité des dirigeants des pays concernés, et devait se limiter à un tête-à-tête entre le président brésilien Luiz Ignacio Lula da Silva et son homologue français Nicolas Sarkozy.
Portfolio sonore sur lemonde.fr
http://fr.news.yahoo.com/3/20091126/twl-onu-climat-amazonie-sommet-1be00ca.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Sam 28 Nov - 11:06


ANDRES LEIGHTON / ASSOCIATED PRESS (26 nov 2009)

Elizabeth II à Trinidad et Tobago pour le Sommet du Commonwealth
Une rencontre sur le changement climatique


PORT-OF-SPAIN - La reine Elisabeth II a proclamé l'ouverture officielle du sommet vendredi 27 novembre, et invité les pays membres de l'organisation à se doter d'une position commune de lutte au réchauffement climatique avant la rencontre internationale du mois prochain, à Copenhague, qui sera consacrée à ce phénomène.

La souveraine croit que le Commonwealth peut retrouver toute sa pertinence en devenant un leader dans la lutte aux changements climatiques. Le Commonwealth regroupe 53 pays de quatre continents qui représentent environ le tiers de la population mondiale.

Sarkozy s'invite au sommet

Le chef d'Etat français et d'autres leaders qui ne sont pas membres du Commonwealth, dont le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, et le premier ministre danois, Lars Rasmussen, ont fait le voyage jusqu'aux Caraïbes dans l'espoir de relancer les pourparlers sur les changements climatiques.

Lors d'une réunion spéciale, M. Rasmussen a exhorté les nations membres du Commonwealth à prendre de l'avance dans la négociation d'une entente contraignante en prévision de la rencontre dans la capitale danoise.

Selon l'avis de plusieurs, le meilleur résultat que l'on puisse espérer de la conférence de Copenhague est un plan qui déterminerait un échéancier et qui jetterait les bases d'un éventuel accord pour remplacer celui de Kyoto lorsqu'il arrivera à terme en 2012.

Mais le sommet du Commonwealth pourrait réussir à sortir les négociations de l'impasse.

L'événement a d'ailleurs consacré beaucoup de temps aux changements climatiques, ce qui n'est pas très surprenant lorsque l'on sait que la plupart des pays membres du Commonwealth sont de petites nations qui ressentent davantage les effets néfastes du réchauffement.
www.miamiherald.com/news/americas/haiti/story/1353497.html
www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5gSL0ritI9FtR1jOoIFXseqG9hn5w

Et les médias français zappent la reine.



Sommet de Copenhague : Sarkozy critique Obama
Sarkozy s'en est pris à la venue annoncée du président américain au sommet de Copenhague le 9 décembre, juste avant de recevoir son prix Nobel de la paix, alors que les chefs d'Etat et de gouvernement n'y sont conviés qu'à partir des 17 et 18 décembre. "Je ne voudrais pas qu'on soit discourtois avec le premier ministre danois qui a organisé la conférence", a lancé M. Sarkozy.
www.lemonde.fr/le-rechauffement-climatique/article/2009/11/27/sommet-de-copenhague-sarkozy-critique-obama_1272772_1270066.html

Ça lui va bien de jouer le protecteur des forêts, quand on voit les rapports de la France avec les dirigeants gabonais, camerounais... et les intérêts de ses amis (Bolloré au premier chef) dans l'exploitation des bois africains !
JACQUES A.
27.11.09 | 09h25


Comme un souffle précurseur de privatisations à l’Office National des Forêts (ONF)
leragondinfurieux
Sarkozy, l'un des destructeurs de la planète !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Sam 28 Nov - 12:38



Rôle de l'UE dans la lutte contre le réchauffement climatique

Texte de résolution du parlement européen sur la conférence de Copenhague

Analyse de Jean-Luc Mélenchon (extraits)

1. Gaz à effet de serre

La réduction de gaz à effet de serre est fixée par cette résolution du parlement européen.

Comme vous avez pu le lire, le texte situe l’effort à fournir entre 25 et 40 %. Ce n’est pas une petite marge dans un tel domaine. Le texte initial, comprenait une précision essentielle nichée dans un avant-dernier paragraphe de la partie intitulée « Energie et efficacité énergétique ». Il mentionnait en effet un objectif général ambitieux. Il affirmait que l’Union devrait indiquer « les conditions dans lesquelles elle pourrait s’engager à réduire encore ses émissions, en tenant compte du fait que les recommandations scientifiques les plus récentes préconisent un engagement en faveur de la réduction des émissions de l’ordre de 40%, l’opinion publique dans les pays en développement comme dans les pays développés se montrant par ailleurs disposée à souscrire à cet objectif ».

Ce paragraphe a été retiré ! C’est un choix politique que ce retrait ! Les efforts consentis n’iront donc pas plus loin que les « 25% à 40% » indiqués à plusieurs reprises dans le texte. Au fil du texte, l’accent est mis davantage sur l’objectif de dépassement des 25% que sur le défi pourtant nécessaire d’essayer d’atteindre les 40% comme le préconise le Groupe d’experts intergouvernemental sur l‘évolution du climat (GIEC). Notons, d’ailleurs, qu’il n’est nulle part fait référence [à la] préconisation de ce même GIEC de réduire de 85% à 95% les émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 1990, d’ici 2050…

2. Nucléaire

L’inacceptable c’est ce paragraphe supplémentaire que le parlement a adopté, indiquant le « rôle important » de l’énergie nucléaire dans la lutte contre le réchauffement climatique !
Voici le texte exact : « 36. souligne que le passage, à l'échelle internationale, à une économie à faible intensité de carbone confèrera à l'énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme ; souligne toutefois que les questions relatives à la sûreté et à la sécurité du cycle du combustible » nucléaire doivent être abordées de façon adéquate à l'échelle internationale afin de garantir un niveau de sûreté aussi élevé que possible »
Je suppose que chacun est en mesure d’apprécier comment les questions que soulève le recours au nucléaire sont réduites à la sécurité du cycle et celle-ci renvoyée à un improbable traitement intellectuel «adéquat» !

3. Rôle de l'UE à Copenhague

Donc il y a une résolution du parlement. Et alors ? Qu’est-ce que ça produit ? Rien, bien sûr. Absolument rien. Le parlement n’est pas protagoniste de la réunion de Copenhague.
Au point qu’il ne semble pas s’émouvoir des conditions dans lesquelles sa délégation sera amenée à travailler sur place. Il a en effet lui-même retiré le paragraphe demandant à avoir « en tant que colégislateur » des conditions de travail appropriées !

Lisez : « 68. estime que la délégation de l'Union joue un rôle important dans ces négociations sur les changements climatiques et juge, de ce fait, inacceptable que les députés au Parlement européen faisant partie de cette délégation n'aient pu participer aux réunions de coordination de l'Union lors de la précédente Conférence des Parties ; espère que les participants du Parlement européen auront accès à de telles réunions à Copenhague, au moins à titre d'observateurs, avec ou sans droit de parole. »
www.jean-luc-melenchon.fr/2009/11/2077/


Courbes des températures des deux derniers millénaires, selon diverses études
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9chauffement_climatique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Sam 28 Nov - 16:33



Limiter les naissances, un remède au péril climatique ?

Il faut d'urgence aider les femmes à faire moins d'enfants pour lutter contre le péril climatique : c'est le message martelé par le rapport 2009 du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), publié mercredi 18 novembre, selon lequel la natalité galopante des pays en développement est l'un des principaux moteurs du réchauffement et l'un de ses premiers risques. [...]

L'ONU prévoit en 2050 une population mondiale de 9,15 milliards d'humains. Un scénario médian, encadré par une hypothèse basse à 7,9 milliards et une version haute à 10,4 milliards.

Selon les récents calculs d'un climatologue américain du National Center for Atmospheric Research, Brian O'Neill, l'humanité émettrait, dans l'hypothèse basse, deux milliards de tonnes de CO2 en moins que dans le scénario médian. L'économie équivaudrait au remplacement de centrales à charbon par 2 millions de turbines éoliennes d'une puissance d'un mégawatt !

Une autre étude tout aussi récente citée par le Fnuap conclut qu'un dollar investi dans la planification familiale et l'éducation des filles réduit les émissions de gaz à effet de serre au moins autant qu'un dollar dépensé dans l'énergie éolienne. [...]

Le Niger, pays semi-aride fortement soumis au risque climatique, fait partie de ces pays où la transition démographique n'est encore qu'une perspective lointaine : sa population devrait grimper de 15,3 millions à 58,2 millions en 2050, les femmes y ont sept enfants en moyenne et la prévalence de la contraception moderne ne dépasse pas 5 %. (...)
www.lemonde.fr/planete/article/2009/11/18/limiter-les-naissances-un-remede-au-peril-climatique_1268626_3244.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Malthusianisme



Le DG du FMI, Strauss-Kahn, avec son principal mandant, le secrétaire au Trésor des États-Unis,
Tim Geithner (Istanbul, 3 octobre 2009)


Les experts de l'ONU nous incitent à penser que "limiter les naissances serait un remède au péril climatique".

Cet article du Monde, comme bien d'autres depuis un moment, a un aspect "accrocheur". Il n'est pas neutre de mettre en avant l'argument de la croissance démographique à quelques semaines de Copenhague.
Le niveau de la population en soi n'est pas une mesure intéressante du péril climatique. Il est plus juste de regarder de plus près les modes de production et de vie dans les différentes parties du monde : mais cela est plus dérangeant !!

Caractériser le Niger comme un pays à la fois guetté par une explosion démographique et fortement soumis au risque climatique, uniquement parce que c'est "un pays semi-aride ", est consternant. Je rappellerai ici quelques chiffres rassemblés dans l'important livre paru l'an dernier, Le rendez-vous des civilisations ( Y. Courbage et E. Todd, Seuil, 2007).

Niger : 14,9 millions d'habitants ( 2007) - indice de fécondité ( 2005) 7,55 - valeur passée maximale du taux de fécondité 8,15 - taux de mortalité infantile 123 °/oo - taux d'alphabétisation des hommes jeunes : 40% - taux d'alphabétisation des femmes 27% - PIB per capita ( USD) 800.

On aurait aimé voir démontré le rôle des politiques d'ajustement structurel de la banque Mondiale et du FMI dans le retard des pays de l'Afrique subsaharienne (fécondité toujours très élevée : 5 à 7 enfants par femme sauf en Afrique du Sud).
Pour que les jeunes femmes de ces pays pauvres, où la natalité est encore élevée, arrivent à prendre en charge ce problème, il faut qu'elles sortent de l'enfermement familial et domestique.

On aurait donc aimé voir plus clairement établi que le problème est culturel et politique : le niveau d'alphabétisation constitue aujourd'hui, avec les politiques contraceptives, les facteurs nécessaires à la transition démographique.

Elément de comparaison provenant des mêmes sources :
Tunisie : 10,3 millions d'habitants - indice de fecondité en 2005 : 2,05 - valeur passée maximale du taux de fecondité : 7,25 - taux de mortalité infantile 20 °/oo - taux d'alphabétisation des hommes jeunes : 96% - taux d'alphabétisation des femmes jeunes : 92% - PIB per capita en USD : 7900.

Bourguiba, en 1956 promulge des lois qui instaurent une école publique et gratuite et qui légalisent l'avortement.
Jacqueline Pénit Soria



Le climat menace la natalité et non pas l’inverse

Le Monde de ce soir (18 novembre 2009) nous apprend que, selon le rapport 2009 du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), « le poids de la natalité menacera le climat ».

Cette information est consternante. Non pas de l’état de la natalité car la transition démographique est amorcée partout et achevée en beaucoup d’endroits, mais de l’indigence des idéologues qui écrivent ce type de rapport. En effet, on voit bien l’utilisation qui peut être faite de cette propagande à trois semaines de l’ouverture de la conférence de l’ONU sur le climat à Copenhague. Effacer l’écrasante responsabilité des pays riches en matière de réchauffement climatique et la reporter sur la démographie des pays pauvres. C’est plus qu’une erreur scientifique, c’est une faute politique.

Oubliée la longueur du cycle du carbone (plus d’un siècle) : le réchauffement qui commence maintenant est dû aux gaz à effet de serre émis il y a au moins cent ans.

Oubliée la leçon de l’histoire : la fécondité et, ensuite, la natalité diminuent par suite du développement économique et de l’éducation, et non pas avant.

Ahurissante la déclaration donneuse de leçon : « des modes viables de consommation et de production ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable ». Comme si le réchauffement climatique n’était pas dû aux modes de production et de consommation prédateurs et gaspilleurs du monde capitaliste aujourd’hui gavé de tout et, de surcroît, extrêmement inégalitaire.

Extravagant le calcul pseudo-scientifique des émissions de gaz à effet de serre qui seraient évitées si, au lieu de compter 9,15 milliards en 2050, la population mondiale n’était que de 7,9 milliards. Il est donc supposé que les émissions par tête resteront les mêmes ! Et que, comme l’avait claironné cet irresponsable Bush père à Rio de Janeiro, « le mode de vie américain n’est pas négociable », confirmé par le fils qui avait continué de refuser la ratification du protocole de Kyoto.

Conclusion : Mesdames et messieurs les riches, continuez sur votre lancée ; quant à vous les pauvres, tenez-vous bien et abstenez-vous !

Il ne serait pas venu à l’idée des faux experts de l’UNFPA de se demander si ce n’était pas l’inverse, le climat qui menacerait la natalité. En effet, si la sécheresse s’accroît d’un côté, si des régions côtières nourricières sont noyées sous la montée des océans de l’autre, que deviendront les capacités des populations pauvres de s’alimenter et donc de vivre ?

Jean-Marie Harribey
http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey/2009/11/18/le-climat-menace-la-natalite-et-non-pas-linverse/
http://cours.funoc.be/essentiel/article/article.php?id_art=2028


FMI & Banque mondiale pour les nuls [VIDEO] cyclops
www.dailymotion.com/video/xb3tub_fmi-banque-mondial-pour-les-nuls_news

Un exemple : le Togo
http://togo-presse-liberte.over-blog.com/article-30814871.html

Renforcement du FMI et de la Banque mondiale
www.voltairenet.org/article162550.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Jeu 3 Déc - 20:52



Assemblée : attaquée en justice, Greenpeace « assume »

C'est pire qu'une volée de bois vert que les activistes de Greenpeace ont récolté après leur intrusion mercredi dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale, c'est une plainte. Pour Karine Gavand, chargée de campagne climat de l'association, c'est « une manière de ne pas vouloir aborder le débat de fond »
www.rue89.com/2009/12/03/happening-a-lassemblee-attaquee-en-justice-greenpeace-assume-128589



Copenhague et leaders vieillis

A l'aéroport de Copenhague où va se dérouler la conférence internationale sur le climat, une série d'affiches conçues par Greenpeace et tcktcktckt. On y voit les principaux leaders du monde vieillis qui déclarent en 2020 "Je suis désolé, nous aurions pu stopper ce catastrophique changement climatique et nous ne l'avons pas fait".
www.arretsurimages.net/vite.php?id=6355
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Lun 7 Déc - 20:15

La conférence de Copenhague s'ouvre dans un certain optimisme



Cinq voitures électriques ou hybrides pour 1200 limousines grand luxe, 140 jets privés
et du caviar à profusion...


Le sommet produira autant de CO2 que la ville de Middlesbrough (port industriel britannique de 150.000 habitants).
42 limousines pour la France. Des hôtels haut de gamme à £ 650 la nuit préparant leurs menus pour la Convention sur le climat (sans doute durable) : coquilles Saint-Jacques, foie gras et caviar sculpté sur toasts.

Selon les organisateurs, les onze jours de la conférence, y compris le transport des participants, permettra de créer un total de 41.000 tonnes d'"équivalent de dioxyde de carbone", soit la quantité produite au cours de la même période par une ville de la taille de Middlesbrough.

La tentation est donc de rejeter la chose comme un cirque ridicule.

Copenhagen climate summit : 1,200 limos, 140 private planes and caviar wedges



Cinq clés pour comprendre les enjeux de Copenhague

De quoi vient-on discuter à Copenhague ?
Pourquoi les pays riches ont-ils une responsabilité particulière ?
Comment vont se dérouler les négociations ?
Comment laisser le temps aux plus pauvres de s'adapter ?
Quelles seraient les conséquences d'un échec ?
www.rue89.com/explicateur/2009/12/07/cinq-cles-pour-comprendre-les-enjeux-de-copenhague

Le sommet de Copenhague en chiffres
http://fr.news.yahoo.com/68/20091207/tsc-le-sommet-de-copenhague-en-chiffres-04aaa9b.html

http://fr.news.yahoo.com/4/20091207/tsc-climat-copenhague-ouverture-011ccfa.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mar 8 Déc - 5:09



Comment plomber la politique verte d'Obama en cinq leçons
Les lobbies industriels se sont mobilisés comme jamais pour affaiblir le plan énergie-climat du président Barack Obama.
Revue des grandes manœuvres.
www.lexpress.fr/actualite/environnement/comment-plomber-la-politique-verte-d-obama-en-cinq-lecons_834131.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mar 8 Déc - 20:05


L'agriculture sur brûlis a fait disparaître près de 90% des arbres à Madagascar.
Roberto Schmidt/AFP/Getty Images


L'Union européenne accusée de mettre en péril le sommet de Copenhague

La France joue-t-elle double jeu dans les négociations sur le climat ?

[...] ll est assez surprenant de comparer les discours prononcés publiquement par le président Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo le ministre de l’environnement par rapport à l’aide à apporter aux pays souffrant des conséquences des changements climatiques et la position réellement négociée au sein de l’Union.

Pour rappel, l’adaptation aux changements climatiques est le processus destiné à permettre aux pays du Sud, touchés par les premières conséquences du réchauffement climatique de s’y adapter ; mais cette adaptation est particulièrement coûteuse et à cette fin environ 150 milliards d’euros doivent être trouvés chaque année à partir de 2020.

depuis les années 1970, les Etats du Nord s’étaient déjà engagés à verser l’équivalent de 0,7% de leur Produit Intérieur Brut (PIB) aux pays en développement. Mais seuls quelques pays du Monde ont atteint cet objectif à l’image de la Suède ou de la Norvège. Les autres, dont la France, peinent à atteindre ce pourcentage, et devront donc donner encore plus de fonds pour l’aide au développement (atteindre l’objectif initial) et pour l’adaptation aux changements climatiques.

Ce sujet sera donc discuté mercredi lors du sommet européen. Mais il semblerait qu’à l’heure actuelle seul le Royaume-Uni se prononcerait pour que le financement de l’adaptation aux changements climatiques soit additionnel (en plus de) à l’aide au développement. De l’autre côté, il apparaîtrait que d’autres pays et parmi eux la France et l’Allemagne se prononceraient contre ces financements additionnels pour l’adaptation aux changements climatiques.

Le Guardian a déjà fait état de rumeurs à ce sujet dans un article de la semaine dernière. Mais dans les négociations ici à Copenhague, ces rumeurs sont de plus en plus persistantes et toujours plus importantes à un jour seulement du sommet, cela devient vraiment inquiétant. De plus, hier j’ai eu l’occasion d’échanger avec des représentants de la délégation Sud-Africaine qui m’ont clairement dit que si l’argent pour l’adaptation n’était pas additionnel à l’aide au développement, les pays d’Afrique pourraient quitter les négociations.

La France a présenté le Plan Justice Climat, pour remettre de la justice et de l’éthique dans les négociations actuelles. Espérons que ce ne sont pas vains mots. (...)
http://climatcopenhague.blog.lemonde.fr/2009/12/08/la-france-joue-t-elle-double-jeu-dans-les-negociations-sur-le-climat/

EU accused of risking Copenhagen climate talks with stance on aid funding
Confidential papers reveal Europeans want assistance for poorer countries to come from existing cash pot
www.guardian.co.uk/world/2009/nov/29/eu-copenhagen-climate-aid-funding

La Grande-Bretagne et la Hollande ont plaidé avec force pour des fonds largement complémentaires, mais l'Allemagne, la France et la plupart des petits Etats disent vouloir que soit utilisée l'aide déjà existante.
Dans cette éventualité, les dépenses sur la pauvreté, la santé, l'eau et l'éducation dans certains des pays les plus pauvres du monde seraient considérablement réduites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Lun 14 Déc - 18:07


REUTERS/CHRISTIAN CHARISIUS

Copenhague : polémique après les nombreuses arrestations

La coalition d'ONG Climate justice action a dénoncé des interpellations arbitraires. L'une de ses porte-parole, Mel Evans, a souligné auprès de la BBC que plusieurs centaines de personnes avaient été "menottées et gardées environ quatre heures assises dans la rue, sans assistance médicale, sans eau ni possibilité d'aller aux toilettes". "Alors qu'il gelait, des gens urinaient sur eux, parqués en ligne, comme des animaux", a-t-elle insisté.

Un porte-parole de la police, Henrik Jakobsen, a expliqué qu'il s'agissait d'arrestations "préventives"
lemonde.fr


Des activistes d'Oxfam dans le hall de la conférence à Copenhague (REUTERS)

Climat : les pays du sud quittent la table

Les pays du sud s'échauffent


Les négos sont bloquées : les pays africains, soutenus par les pays en développement du G77, suspendent leur participation aux groupes de travail des négociations. Au motif, rapporte un ministre occidental, que la conférence néglige l'importance du renouvellement des engagements pris par les pays industrialisés dans le cadre du protocole de Kyoto, qui expire en 2012. Ils réclament une réunion des ministres exclusivement consacrée aux suites à donner au Protocole de Kyoto, après 2012, a ajouté le ministre.

Un délégué nigérian à nos correspondants à Copenhague : «Pas question de parler avec des pays qui nous prennent pour des cons.» bom

Des consultations seraient en cours entre les responsables du groupe Afrique et la présidente danoise de la conférence Connie Hedegaard.
www.liberation.fr/terre/0101608466-climat-les-pays-du-sud-quittent-la-table
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Jeu 17 Déc - 18:14



Croissance, pollution, spéculation...
À Copenhague, la grande braderie de l’Union Européenne

Alors que la COP15 s’approche de l’échéance, l’Union européenne revendique son rôle de leader du climat
mais revoit ses promesses à la baisse.


Lors d’une conférence de presse tenue hier au Bella Center, l’Union européenne a douché les espoirs des plus optimistes, ou des plus crédules, quant aux positions qu’elle tiendra dans la dernière ligne droite de négociations à Copenhague.

Alors qu’elle était initialement favorable à la préservation d’un accord contraignant qui assignerait une seconde période d’engagements de réduction d’émissions aux pays industrialisés, l’UE se range de fait aujourd’hui derrière la position des États-Unis qui refusent un traité contraignant pour les pays riches. Et ceci en opposition avec les demandes renouvelées du G77 et de la Chine, soucieux d’obtenir des garanties explicites de la part des pays riches qui ont trop souvent manqué à leurs promesses (Objectifs du millénaire, lutte contre le sida, lutte contre la faim) ou qui reprennent de l’autre main dix fois les sommes dérisoires concédées à force de harcèlement (remboursement de la dette, évasion fiscale par exemple). Pour se justifier l’Union européenne avance l’argument qu’elle ne peut être seule à s’engager alors que les États-Unis ou l’Australie resteraient en dehors de tout système contraignant.

Elle a également annoncé qu’elle s’engagerait sur une diminution des émissions à hauteur de 23% entre 1990 et 2020. Elle semble donc avoir abandonné la promesse de passer à 30% de réduction si d’autres pays s’engageaient, alors que les propositions nouvelles du G77, appuyées sur les recommandations scientifiques, se chiffrent à 52% de réduction d’émissions entre 1990 et 2017. Le G77 propose une réduction de 80% pour 2030 et 100% en 2050, ce qui correspondrait à un réchauffement de plus 1,5° maximum.

Enfin l’Union européenne propose un financement d’urgence de 2,4 milliards d’euros d’ici 2012, ce qui soulève la colère des pays du Sud, qui ne demandent pas la charité mais la reconnaissance d’une dette écologique. Aucune solution de financement à long terme n’est par ailleurs avancée. Cette faiblesse des financements publics illustre la priorité donnée aux marchés du carbone pour assurer le financement de la lutte contre le changement climatique.

Attac reste opposé aux marchés du carbone, car ils sont inefficients et contre-productifs. Ils offrent de nouvelles opportunités de spéculation aux acteurs de la finance. Et grâce aux mécanismes de compensation, ils permettent aux pays riches d’atteindre leurs objectifs sans rien changer à leurs modèles de développement.

L’Union européenne a joué un rôle important au moment de la signature du protocole de Kyoto, et continue de revendiquer une auréole de leader dans la lutte contre le changement climatique.

Nous appelons donc les États membres à se ressaisir et à écouter ceux pour qui le changement climatique n’est pas une abstraction mais une réalité vécue au quotidien, alors qu’ils n’en sont pas responsables.

Attac France, le 15 décembre 2009
www.jennar.fr/index.php/a-copenhague-la-grande-braderie-de-l%e2%80%99union-europeenne/



Sarkozy fâché avec l'écologie

Dans la lignée du « carbone [qui] crée un trou dans la couche d'ozone », Sarkozy a livré lors de son interview par Michel Denisot mercredi soir un florilège de petites bourdes, jamais relevées par l'intervieweur.

1. Les Chinois ne seront pas « bientôt » les premiers pollueurs du monde
Michel Denisot lui parle des Etats-Unis comme du « premier pollueur du monde… par habitant », et Nicolas Sarkozy le reprend en disant que « les Chinois vont bientôt les dépasser »

Un Chinois émet 3,5 tonnes de CO2 par an, et un Américain plus de 20 tonnes…
Des chiffres cruciaux, alors que le président doit diner de ce jeudi soir avec les grands de ce monde à Copenhague et qu'il espère que la discussion se poursuivra « réunion toute la nuit ».

2. Deux tiers des voitures produites en France « propres ». Vraiment ?
Il en rajoute une couche en disant qu'avant, « 80% des voitures polluaient ». Il oublie que même la voiture électrique, arlésienne qui verra peut être bientôt le jour, n'est pas si propre que ça, et qu'en attendant, la France reste championne du diesel et de ses particules fines si dangereuses pour la santé.

3. Un excellent bilan carbone ?
Son bilan carbone en fait le troisième plus gros pollueur européen derrière Gordon Brown et Angela Merkel…
« ... peut-être parce que l'avion français est meilleur que les autres ».

Le Falcon 7X qu'il a commandé à son ami Dassault et qui lui a été récemment livré est-il moins polluant que la moyenne ? Pas sûr, comme remarquait Terra Eco : en achetant un Airbus A330 et deux Falcon 7X, la présidence risquait de « doubler ses émissions de gaz à effet de serre ».

4. Les Verts « disent qu'il ne faut pas de croissance »

s'il persiste à caricaturer les écologistes sur ce sujet, il risque d'agacer.

La secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot parle de « conversion écologique de l'économie », et riposte chaque fois que le président tente d'enfermer son parti dans une vision trop étroite. Elle l'avait accusé d'hypocrisie et de mensonge, et risque de ne pas laisser passer cette nouvelle promotion non dissimulée de l'« écologie de droite », un thème que le président tente de faire promouvoir par Chantal Jouanno
VIDEO

www.rue89.com/planete89/2009/12/17/sarkozy-fache-avec-lecologie-les-quatre-bourdes-du-president-130433
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Jeu 17 Déc - 18:21



Effet de serre selon l'alimentation
par personne et par an en équivalent kilomètre automobile
http://ital-corner.blogspot.com/2009/12/copenhague-2009-et-la-viande.html


Tck Tck Tck
Le clip de la reprise "Beds Are Burning" (Midnight Oil) conçu pour promouvoir le fameux sommet de Copenhague et dont la campagne est intitulée "Tck Tck Tck".
www.timeforclimatejustice.org/


Pétition "Don't nuke the climate. Ni nucléaire, ni effet de serre"
par le Réseau "Sortir du nucléaire"
http://dont-nuke-the-climate.org/spip.php?page=petition&lang=fr#sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Jeu 17 Déc - 23:36



Chavez : «Si le climat était une banque, vous l’auriez déjà sauvé !»

Les dirigeants de l'Alternative Bolivarienne pour les Amériques ont fait entendre leur position commune contre l'égoïsme des pays riches.

En brandissant à la tribune la traduction en espagnol du livre du journaliste français Hervé Kempf, intitulé Comment les riches détruisent la planète, le président vénézuélien s’est exclamé à l’intention des gouvernements du Nord : « Si le climat était une banque, vous l’auriez déjà sauvé ! ».

C’est aujourd’hui au tour du président bolivien, récemment réélu, Evo Morales, d’intervenir en session plénière. Il devrait, à son tour, défendre les propositions de l’ALBA comme, par exemple, celle affirmant que « les pays développés doivent consacrer 6 % de leur PIB aux pays en développement en apportant une contribution mesurable (…) en vue du paiement total de leur dette climatique. »

La Bolivie défend également la mise en place d'un tribunal climatique mondial et la tenue, au sein de la communauté internationale, d'un débat en profondeur pour une vie plus harmonieuse et plus respectueuse de l'environnement. Ainsi, elle a porté, et fait adopter par la deuxième commission des Nations Unies, une résolution allant en ce sens.

Les pays industrialisés ne veulent pas d’un accord contraignant en matière de réduction d’émission des gaz à effet de serre (GES) - dont le niveau reste un sujet de débat important entre les différents acteurs - qui ne s’imposerait pas aux pays du Sud. Ces derniers refusent un tel diktat et demandent le respect du Protocole de Kyoto comme unique cadre juridique international valable, ainsi que des engagements contraignants, en premier lieu pour les pays riches.

Les Etats-Unis, pour leur part, (alors que Barack Obama interviendra le 18 décembre au Sommet) rejettent toujours ce Protocole de Kyoto et se refusent à aller plus loin que leur proposition dérisoire en matière de réduction de leurs émissions.

La Chine s’est engagée à réduire ses émissions polluantes par point de PIB de 40 à 45 % d’ici à 2020 par rapport à 2005 mais cette offre signifie tout de même un doublement potentiel de ses émissions de GES en 2020 par rapport à 2005 si sa croissance économique est, sur la période, de 8 % par an. Le Japon, lui, a fait savoir qu’il pourrait réfléchir à sortir du Protocole.

Enfin, l’aide financière des pays riches vers les pays en développement reste largement insuffisante

Dans ce contexte, les signes de tension se multiplient aussi bien à l’intérieur du Bella Center, le centre des négociations, que dans les rues de la capitale danoise. La démission, mercredi 16 décembre, de la ministre danoise Connie Hedegaard de la présidence de la conférence, suite au tollé provoqué par sa tentative de diviser des pays du Sud en négociant un texte, inconnu d’une grande partie d’entre eux, avec des groupes de pays, a traduit la première expression de fébrilité des organisateurs du Sommet.

La réduction subite et drastique des accréditations pour les ONG et les mouvements sociaux dans l’enceinte du Bella Center et la multiplication des arrestations arbitraires (plus de 1 500 personnes depuis le début du Sommet dont, ces dernières heures, Tadzio Muller, porte-parole de la coalition des ONG Climate Justice Action) et des pressions sur les militants venus du monde entier trahissent cette nervosité accrue des organisateurs et des autorités.

Mais une nouvelle fois, c’est de l’un des pays du Sud qu’est venu hier l’évènement politique. S’appuyant sur la Déclaration spéciale des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) sur le changement climatique, adoptée le 14 décembre à La Havane lors de son VIIIème Sommet (traduction ci-jointe), le président vénézuélien, Hugo Chavez, a fustigé, dans un discours qui a été le plus applaudi depuis l’ouverture du Sommet, le capitalisme qui dévaste la planète. Après avoir rappelé que « les 500 millions de personnes les plus riches, qui représentent 7 % de la population mondiale, sont responsables de 50 % des émissions mondiales, alors que les 50 % des plus pauvres ne sont responsables que de 7 % des émissions », il a affirmé que « le modèle destructeur du capitalisme, c’est l’éradication de la vie ».

www.marianne2.fr/Chavez-Si-le-climat-etait-une-banque,-vous-l-auriez-deja-sauve!_a183170.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Ven 18 Déc - 0:10



Sarközy le samedi 28 novembre 2008 : «Quand j'entends nos écologistes parfois dire qu'ils vont faire campagne sur le thème de la décroissance, est-ce qu'ils savent qu'il y a du chômage ? Est-ce qu'ils savent qu'il y a de la misère dans le monde ? Est-ce qu'ils savent qu'il y a près d'un milliard de gens qui ne mangent pas à leur faim et que la décroissance ça veut dire plus de misère pour tous ces gens-là ?»
www.dailymotion.com/video/x8wl5l_contre-le-capitalisme-vert_news

Le capitalisme brun

Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage. Pour tenter de se débarrasser des écologistes, on les taxe de fascisme larvé.

Le procédé avait été utilisé au début des années 1990 lorsque, devant la dégénérescence du socialisme de gouvernement, les écologistes remportaient d’étonnants succès électoraux. La presse, avec l’esprit grégaire qui la caractérise souvent, avait alors dénoncé la menace des "verts-bruns", en s’appuyant sur le livre de Luc Ferry, Le Nouvel Ordre écologique (Grasset, 1992). Cet ouvrage constitue un modèle de manipulation intellectuelle : les citations tronquées ou carrément inventées des auteurs que dénonçait Ferry conduisaient le lecteur candide à la conclusion incontournable que l’écologie était le meilleur chemin pour la dictature (1).

A l’époque, la faiblesse intellectuelle du mouvement écologiste ne lui avait pas permis de faire face à cette grossière offensive, qui l’avait durablement affaibli. La même opération semble être menée, de manière moins systématique mais persistante, à l’encontre des objecteurs de croissance. On suggère ainsi une proximité entre la décroissance et l’extrême droite, en s’appuyant sur un groupuscule et quelques individus isolés.

Cette thèse ne résiste pas à l’examen des propos abondants des objecteurs de croissance. La lecture des journaux La Décroissance ou Silence, des revues Entropia ou Ecorev, des textes de l’Association des objecteurs de croissance (ADOC), atteste sans ambiguïté qu’ils s’inscrivent dans la perspective d’une démocratie et d’une gauche renouvelées par le questionnement écologique.

En revanche, si l’on consulte le programme du Front national, on ne trouve aucune apologie de la décroissance, mais bien au contraire une obsession de la croissance qui ne le distingue pas de l’UMP, du MoDem ou du PS. Le fait que ces partis sacrifient comme le FN à la déesse croissance les range-t-il à l’extrême droite ?

D’une certaine manière, oui. Augmenter la taille du gâteau permet de distribuer des miettes à tout le monde et de calmer la colère montante des exclus et des classes moyennes. L’obsession de la croissance découle ainsi du refus du capitalisme de remettre en cause des inégalités devenues ahurissantes.

Mais comme la croissance du PIB est de plus en plus freinée par le désordre financier et la crise écologique qu’elle aggrave, les tensions sociales se durcissent. Cela conduit au raidissement autoritaire du capitalisme. Répression policière accrue, vidéosurveillance, fichage généralisé, contrôle des médias, multiplication des prisons, recours au nationalisme ("identité nationale")...
"Dans l’avenir, la logique inhérente au capitalisme le conduira à limiter les libertés", notait naguère Slavoj Zizek (2). L’avenir, c’est aujourd’hui. La question qui se pose : le capitalisme devient-il brun ?

Hervé Kempf
22 novembre 2009
www.reporterre.net/spip.php?article711


Lire aussi : Le capitalisme est-il compatible avec la démocratie ?
www.reporterre.net/spip.php?article449


Sarközy, le 18 décembre 2006 à Charleville-Mézières :
«Je veux, si je suis élu président de la République, que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid»
www.dailymotion.com/video/x7p8s6_sarko-plus-de-sdf-dans-deux-ans_news
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Sam 19 Déc - 17:10



Comment l’Europe et la Banque mondiale subventionnent le réchauffement climatique
(extraits)

Alors que les chefs d’État portent la bonne parole à Copenhague, l’Union européenne – dont la France - continue de soutenir massivement les énergies polluantes, comme le pétrole ou le charbon, par l’intermédiaire de sa Banque européenne d’investissement (BEI) ou de la Banque mondiale. Avec 60 milliards d’euros d’investissement par an, la BEI aurait pourtant largement les moyens de financer une transition écologique de l’économie.

«On ne peut pas dire à la tribune de l’ONU, il faut un développement propre, et continuer à financer un développement qui ne le serait pas», déclarait Nicolas Sarkozy, lors de la Conférence sur les changements climatiques en septembre 2007. Malgré les beaux discours, la France ne fait pas autre chose. Elle est l’un des quatre plus gros actionnaires de la Banque européenne d’investissement (BEI), créée en 1958 par le Traité de Rome pour financer les investissements à long terme de l’Union européenne. Une banque qui, ces dernières années, a accordé des millions d’euros de prêts à l’aviation et au transport routier, et a investi quatre fois plus dans les énergies fossiles que dans les énergies renouvelables. Une hypocrisie mise en évidence par un rapport de l’ONG Les Amis de la terre.

La BEI affirme, sur son site, que « lutter contre le changement climatique » est « l’une de ses priorités ». Pourtant, entre 1996 et 2005, elle a investi 112 milliards d’euros dans les transports, dont plus de la moitié pour les transports aérien et routier. 26,5 milliards ont été investis dans la construction d’autoroutes et 16 milliards d’euros pour l’industrie aéronautique (extensions d’aéroports et construction ou achat d’avions).

Addiction aux énergies fossiles

[...]

L’hypocrisie de la France

Plusieurs institutions, dont l’OCDE, le Parlement européen, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) demandent la réorientation de ces fonds. Sans effet pour l’instant. Malgré une influence importante dans le conseil d’administration de la BEI (elle figure parmi les quatre plus gros actionnaires aux côtés de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne et de l’Italie), la France agit bien peu. Au sein de la Banque mondiale, la France est le quatrième pays en terme de droits de vote, car elle possède 5% des quotes-parts (qui sont fonction de la contribution financière de chaque État). Qui décide du positionnement français ? Le ministère des Finances, qui siège au Conseil des gouverneurs de la Banque mondiale et de la BEI, sous la responsabilité de Christine Lagarde donc.

Le contrôle parlementaire sur les investissements de ces institutions financières est très faible, alors même qu’ils concernent des sommes importantes d’argent public. Les rapports annuels de la Banque mondiale et du FMI abordent essentiellement les aspects techniques et ne sont pas soumis au vote des parlementaires. Les députés européens n’ont pas leur mot à dire sur les grandes orientations de la BEI. Ce sont donc les gouvernements qui portent la responsabilité de cette faillite des institutions financières, complètement dépendantes d’un modèle de développement basé sur les énergies fossiles.

Absence de transparence

La BEI cultive aussi l’opacité. Un exemple ? Les projets pétroliers sont comptabilisés dans le secteur de l’industrie et non de l’énergie, ce qui rend encore plus complexe un système qui ne brille pas par sa transparence. Un quart des investissements de la BEI sont des «prêts globaux», accordés à des intermédiaires financiers, qui prêtent à leur tour à des entreprises ou des autorités publiques. En 5 ans, ce sont 66 milliards d’euros d’argent public qui ont ainsi été distribués. Difficile de connaître l’utilisation finale de cette somme. Les bénéficiaires ne publient aucun information sur l’utilisation des fonds. Mais la BEI affirme qu’une partie de ces prêts sont utilisés pour le développement des énergies renouvelables. L’observatoire indépendant CEE Bankwatch Network a mené une enquête en 2004 auprès de 386 de ces intermédiaires. L’enquête a révélé qu’aucune des 73 banques ayant répondu ne finance de projets dans les énergies renouvelables. La BEI mentirait-elle ?

Depuis 1994 et l’entrée en vigueur de la Convention de lutte contre les changements climatiques, les institutions financières internationales et les agences publiques de crédit à l’exportation ont soutenu 88 nouvelles centrales à charbon - pour un montant de 37 milliards de dollars [1]. Ces centrales émettent chaque année l’équivalent d’une fois et demi les émissions françaises de CO2. La durée de vie des projets énergétiques soutenus par ces institutions financières est de plusieurs décennies. Par les investissements d’aujourd’hui, ces banques internationales compromettent donc durablement les efforts à venir pour réduire les émissions de CO2.

Pourtant, avec 60 milliards d’euros de fonds collectés en 2008, la BEI est la plus grosse institution financière publique du monde du point de vue du volume de prêts. Elle dispose d’un porte-feuille d’investissement considérable dont elle pourrait se servir pour financer bien des projets allant dans le sens d’une conversion écologique de l’économie et des énergies. Ce qu’elle ne fait pas.

Agnès Rousseaux
17 décembre 2009
www.bastamag.net/spip.php?article777



http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_europ%C3%A9enne_d%27investissement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Sam 19 Déc - 17:52



Cinq raisons pour l'échec du sommet de Copenhague

L'affrontement entre pays émergents et pays occidentaux
Pas de moteur dans les négociations
Le système onusien
L'avenir du protocole de Kyoto
Des bugs dans l'organisation de la conférence

www.rue89.com/planete89/2009/12/19/les-cinq-raisons-de-lechec-du-sommet-de-copenhague-130640

Le plus gros effort devait logiquement (pour une raison d'efficacité et de justice) être fait par les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre.
Sur ce plan, c'est incontestablement le modèle américain qui est à remettre en cause. L'émission par habitant y bat - et de très loin - tous les records (il faudrait 15 planètes pour que l'humanité puisse vivre sur le modèle américain).
Mais Obama ne peut rien faire sans le congrès. Cela peut faire apparaître les Etats-Unis comme un modèle de démocratie. Sauf que les sénateurs sont tenus par les lobbys industriels, pétroliers et financiers qui décident de tout, ce qui est nettement moins démocratique.
Donc les Etats-Unis peuvent trouver des milliards de dollars pour sauver les banques, ou faire des guerres assurant leur approvisionnement en pétrole (et donc la poursuite du gaspillage éhonté d'énergie fossile). Par contre les même lobbys interdisent à Obama tout accord sérieux allant vers la diminution de CO2.
Les guerres impérialistes autour du pétrole, la crise financière née de la déréglementation financière et de l'émission de titres pourris n'a pas suffi. L'American way of life c'est-à-dire, en fait, les intérêts de l'infime oligarchie détenant l'essentiel de la capitalisation boursière, continue donc d'envoyer l'humanité dans le mur. Copenhage ne fait que confirmer cet état de fait.
affreuxjojo
www.rue89.com/comment/permalink/1197704

je trouve scandaleux le fait d'accuser l'ONU.

En écoutant Sarkozy et Jouanot, l'ONU est dépassée. Parce qu'elle ne permet pas de prendre des décisions si elles ne sont pas à l'unanimité ?
En fait, ce qu'ils dénoncent, c'est le fait de ne pas pouvoir prendre des décisions et les imposer aux pays récalcitrants. Sauf que chaque pays a sa souveraineté et pour leur imposer des mesures contre leur volonté il faudrait quoi ? Faire une guerre, un embargo ??

Si l'accusation de l'ONU est qu'elle empêche les pays consentants à parvenir à un accord, rien n'empêche les Etats qui veulent en faire + à signer un traité international entre eux (un peu comme ce que vient de faire l'UE avec son organisation du climat ouverte à tous). Donc accuser l'Onu est un faux problème. (...)
Monsieur patate
www.rue89.com/comment/permalink/1197676
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Dim 20 Déc - 4:26


Irresponsables, arrogants, traîtres, lâches, menteurs...
Les politiques mettent les écologistes en furie

Le projet, dont les participants à la réunion organisée par les Nations unies ont simplement "pris note", fait l'impasse pour l'heure sur toute contrainte de réduire les émissions de gaz à effet de serre, renvoyant les objectifs chiffrés et l'adoption d'un traité international à 2010.

Pour Djamila Sonzogni, porte-parole des Verts, "La conférence de Copenhague s'achève sur un fiasco".

"Le résultat est aussi désespérant que les enjeux étaient d'importance. La Chine et Obama sont les coupables numéro un, mais l'Europe a péché par sa désunion et son absence de leadership", dit-elle dans un communiqué.

"Nous avons eu la preuve éclatante durant ces jours passés que nombre de nos responsables sont en fait des irresponsables", a-t-elle ajouté.

Des responsables de Greenpeace France et du Réseau Action Climat (RAC) ont reproché à Barack Obama et à Nicolas Sarkozy d'avoir "tenté de passer en force un accord qui n'en était pas un", provoquant l'irritation de pays en développement.

"Alors que Copenhague devait rassembler par un contrat de confiance l'ensemble des pays autour de la cause climatique, l'arrogance de quelques chefs d'État ébranle le processus même des négociations", dit Morgane Créach, directrice du pôle international du RAC-France, dans un communiqué.

"LA HONTE AU FRONT"

Pour Karine Gavand, de Greenpeace France, qui parle de "forfaiture", le texte de l'accord entraîne sur une trajectoire d'augmentation des températures d'au moins 3° C, ce qui revient à jouer à la roulette russe avec le chargeur à moitié plein."

Pascal Husting, le directeur général de l'organisation, estime que cette déclaration "ne vaut pas la feuille de papier sur laquelle elle est écrite".

"Et les coupables le savent bien, qui se sont vite enfuis en avion, chez eux, la honte au front", insiste-t-il, en se demandant si le temps n'est pas venu de "changer d'hommes politiques".

Yannick Jadot, au nom des députés européens Europe Ecologie présents à Copenhague, raille également l'attitude des dirigeants des grands pays.

"Plutôt que d'assumer leur échec devant les pays les plus vulnérables qui n'ont pas pris part aux discussions finales, ils sont partis par la petite porte", écrit-il dans un communiqué.

Il reproche également à Nicolas Sarkozy d'avoir parlé de "succès" et évoqué lors de sa conférence de presse un accord "juridiquement contraignant", ce qui est faux, dit-il.

"Comment espérer mobiliser les citoyens en juin quand les négociateurs de l'Onu se retrouveront à Bonn ? Comme leur faire croire que les chefs d'Etat peuvent prendre des décisions courageuses après tous ces mensonges ?"

http://fr.news.yahoo.com/4/20091219/tts-climat-copenhague-france-ecologistes-ca02f96.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Dim 20 Déc - 4:46


Sarkozy confie les énergies alternatives au Commissariat à l'Energie Atomique

Les efforts de recherche seront répartis entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables comme l'éolien ou le photovoltaïque. L'Elysée veut favoriser les partenariats public-privé.

Cinq milliards d'euros du grand emprunt seront consacrés au développement durable. Une somme qui s'ajoute, a souligné le président de la République, aux 7 milliards annuels décidés dans le cadre du Grenelle de l'environnement. La moitié de l'investissement -2,5 milliards -ira financer « la révolution des énergies renouvelables et décarbonées ».

1 milliard au nucléaire de demain

Au passage, Nicolas Sarkozy a annoncé une réforme importante du CEA, qui deviendra le CEA2 - Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives. L'Elysée n'a pas voulu créer l'Agence pour les énergies renouvelables préconisée par le rapport Juppé-Rocard, qui aurait à l'inverse réduit les prérogatives du CEA. En optant pour un élargissement des missions du CEA (qui avait déjà la charge du solaire), le gouvernement prend le risque de froisser les mouvements environnementaux. D'autant qu'une enveloppe de 1 milliard d'euros sera consacrée au «nucléaire de demain», autrement dit les réacteurs de 4e génération, capables de consommer moins de combustibles et générant moins de déchets radioactifs.

Un fonds doté de 1 milliard d'euros, géré par la Caisse des Dépôts, sera par ailleurs consacré au soutien de «programmes urbains intégrés», alliant par exemple des problématiques de transport, de logement et d'énergie. [...]

«Des technologies dépassées»

«On est loin, avec ces annonces, des mesures à même de satisfaire à la conversion écologique de l'économie et des activités», ont réagi les Verts dans un communiqué, dénonçant «la fuite en avant dans les technologies déjà dépassées (nucléaire, agrocarburants...)».

Le président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a critiqué lui aussi «la désastreuse priorité donnée au nucléaire au détriment de toute alternative énergétique véritable».

lesechos.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5910
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   Mar 22 Déc - 6:12



Quatre militants de Greenpeace emprisonnés à Copenhague

Le 17 décembre ils ont déployé une banderole appelant les dirigeants politiques à agir immédiatement en faveur d’un accord ambitieux à la hauteur des enjeux.

Pour avoir défendu le climat ils sont en prison et subissent des mesures d'isolement, sans jugement, jusqu'au 7 janvier prochain.

Juan Lopez de Uralde, Nora Christiansen, Christian Schmutz et Joris Thijssen ne sont pas des criminels, mais des héros. Les criminels, ce sont les dirigeants politiques qui ont fait du sommet de Copenhague un fiasco total qui a débouché sur un texte insipide. Il est inadmissible que des activistes pacifiques soient actuellement en prison, alors que les chefs d’Etat et de gouvernement responsables d’un crime environnemental ont pu rentrer tranquillement chez eux.

Le sommet de Copenhague s'est terminé sur un échec total. Deux ans de préparations et deux semaines de tractations n'ont abouti qu'à un texte vide d'engagements, négocié pour les caméras et pas adopté par les Nations unies.

Signez la lettre-pétition à l’Ambassadeur du Danemark en France, madame Anne Dorte Riggelsen.
Arrow http://energie-climat.greenpeace.fr/quatre-de-nos-activistes-en-prison-a-copenhague

Si Copenhague a été un échec, elle a ouvert la porte à un débat mondial sur la nécessité d'agir pour sauver la planète. Ce débat doit continuer à vivre, dans le cadre des Nations unies, le seul valable pour ces négociations d'enjeu planétaire, malgré ses limites. La prochaine conférence aura lieu à Mexico, fin 2010. Mais dès maintenant, Greenpeace continue à faire pression sur ceux qui ont sabré le champagne à Copenhague.
Greenpeace en action : VIDEO
greenpeace.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conférence sur le climat du 7 au 18 décembre à Copenhague. Zorro va arriver !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» climat d'essaouira
» Le climat se rechauffe agissons aussi au plus haut niveau
» volcans, montagnes et océans sur notre climat
» Le projet HAARP.:la manipulation du climat
» fond de teint et climat tropical

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Environnement, animaux, eau, alimentation...-
Sauter vers: