sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'UMP veut en finir avec les violences faites aux femmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: L'UMP veut en finir avec les violences faites aux femmes   Mar 9 Mar - 6:45



Cri d'alarme de la députée Chantal Brunel

Dans un livre sorti en janvier, la députée UMP pousse un coup de gueule contre les violences faites aux femmes.

Mais pas n'importe quelles femmes.

"La polygamie m'a éclatée au visage. J'ai vu aussi beaucoup de femmes battues. Et des femmes dans des situations de semi-esclavage. J'ai pris conscience de cette France de l'ombre faite de violences coutumières.", explique la députée UMP de Seine-et-Marne (8e circonscription).
Encore une pierre retirée du jardin de Jean-Marie !

Chantal Brunel dénonce aussi les méfaits d’internet : La prostitution et la pornographie y fleurissent sans aucun contrôle.

Le 11 Février 2010 au cours du débat sur la loi Loppsi, elle a déclaré que «rien ne justifie qu'on cherche à préserver la liberté de l'internaute».

Bien que membre de la délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, elle estime que la parité et le féminisme sont de faux débats.

Et elle propose des solutions. Elle est ainsi favorable à la réouverture des maisons closes.

Chantal Brunel n'aime pas le semi-esclavage, elle défend les droits des femmes et la liberté.
lexpress.fr

Chantal Brunel et son mari Denys Brunel, ancien directeur général de Monoprix sont pointés du doigt dans une affaire de corruption rapportée par Mediapart.
www.lepost.fr/article/2008/06/25/1213916_il-accuse-une-porte-parole-de-l-ump-de-corruption.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5726
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'UMP veut en finir avec les violences faites aux femmes   Jeu 11 Mar - 0:56



La place que le président de l'UMP réserve aux femmes

Pas de femme nommée, ni à la Cour des comptes, ni au Conseil constitutionnel

Un : à la Cour des comptes, où le très compétent Didier Migaud a été nommé, feu Philippe Seguin avait une « dauphine » parfaitement légitime et elle aussi compétente, Claire Bazy-Malaurie, présidente de chambre dans l'institution de la rue Cambon.

Deux : au Conseil constitutionnel, où Nicolas Sarkozy a décidé de faire entrer Michel Charasse, il ne restera plus qu'une seule femme sur onze membres après le départ de Dominique Schapper - dont tous les commentateurs ont rappelé qu'elle était la fille de Raymond Aron (tandis que personne ne relève que Jean-Louis Debré est le fils de Michel, ou Pierre Joxe celui de Louis). Et cela sans jamais évoquer l'intérêt de son travail de sociologue, pourtant très actuel, puisqu'axé sur le thème de la nationalité et de l'identité.

Trois : la candidate évincée par la nomination de l'ex-socialiste Michel Charasse avait pour nom Marie-Laure Denis, déjà en poste au Conseil supérieur de l'audiovisuel. Il est piquant de constater que Mme Denis avait, lors de sa nomination en 2004, succédé dans cette instance à Jacqueline de Guillenchmidt, laquelle se trouve être précisément...la dernière femme à siéger, désormais, au Conseil constitutionnel.
http://femmes.blogs.challenges.fr/tag/cour+des+comptes

Service des droits des femmes et de l’égalité (SDFE)
L’État s’attaque à l’égalité hommes-femmes

Depuis deux ans, le gouvernement ampute le budget et les missions du service des droits des femmes et de l’égalité. Les syndicats craignent même sa disparition.

Le Service des droits des femmes et de l’égalité est démantelé pas à pas et son budget fond comme neige au soleil. Son centre de documentation et son site Internet ont déjà été fermés. Et plus, aucun financement n’est attribué pour la communication.

Depuis janvier, le SDFE ne dépend plus directement du ministère du Travail, mais de la direction générale de la cohésion sociale. «Notre service, qui représente tout de même la moitié de la population, est regroupé avec d’autres populations cibles comme les handicapés et a donc moins de visibilité»
www.humanite.fr/2010-03-09_Societe_Quand-l-Etat-s-attaque-a-l-egalite-hommes-femmes


Parité au gouvernement : la promesse oubliée de Sarkozy

C’était en 2007, la campagne présidentielle bat alors son plein. Nicolas Sarkozy n’est pas encore élu, mais s’y voit déjà. Et promet un gouvernement de parité. Autant d'hommes ministres que de femmes ministres.
www.dailymotion.com/video/x1trik_la-parité-selon-sarko cyclops

L’élection passée, la promesse est (quasi) tenue : 15 ministres, dont 8 hommes et 7 femmes sont nommés. La belle photo ne dure que 2 petits mois, le temps d’élargir le gouvernement avec la nomination de secrétaires d’Etat. On compte bien quelques femmes parmi les heureux élus, comme Fadela Amara, Rama Yade ou Nathalie Kosciusko-Morizet. Mais le nouvel organigramme élargi à 32 personnes ne compte que 11 femmes. La parité s’est transformée en un tiers.

Aujourd’hui, sur 20 ministres, on ne compte que… 5 femmes : Michèle Alliot-Marie (justice), Valérie Pécresse (recherche et enseignement supérieur), Christine Lagarde (économie), Roselyne Bachelot (santé) et Marie-Luce Penchard (outre-mer).
www.lepost.fr/article/2010/03/08/1976481_parite-au-gouvernement-la-promesse-oubliee-de-sarkozy.html

Parité en danger avec la «réforme» territoriale

Le projet de loi «relatif à l’élection des conseillers territoriaux» prévoit l’élection de 80% d’entre eux au scrutin uninominal majoritaire à un tour, les 20% restant étant élus sur des listes départementales.

C’est une régression manifeste pour la démocratie comme pour la parité.

Le scrutin uninominal n’est pas soumis à des mesures paritaires contraignantes. Il ne favorise donc pas l’égal accès des femmes et des hommes au mandat de conseiller territorial.

Aux élections cantonales de 2008, 87,7% d’hommes étaient élus conseillers généraux au scrutin uninominal, pour 12,3% de femmes seulement. En revanche, le scrutin de liste avait permis, en 2004, l’élection de 47,6% de conseillères régionales.

Selon les projections établies en fonction des précédentes élections, il n’y aurait donc, en 2014, que 19,3% de femmes pour 80,7% d’hommes parmi les futurs conseillers territoriaux.

Projection F-H aux élections territoriales de 2014, selon le mode de scrutin Scrutin de liste (Avec contrainte paritaire sur projection élections régionales 2004 = 47,6%F – 52,4%H) Scrutin uninominal (Sans contrainte paritaire sur projection élections cantonales 2008 = 12,3%F – 87,7%H) Total Femmes 9,5% 9,8% 19,3% Hommes 10,5% 70,2% 80,7% Total 20% 80% 100%

De plus, la loi du 31 janvier 2007 impose la parité dans la désignation des exécutifs régionaux. Selon ces prospectives, toutes les femmes élues conseillères territoriales seraient assurées d’être élues vice-présidentes des conseils régionaux. Est-il question d’abroger cette loi, votée il y a seulement 2 ans et qui ne s’appliquera concernant cette disposition, qu’aux prochaines élections régionales de 2014 ?

Parce qu’il défavorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats et fonctions électives, ce projet est contraire à l’article 1 de notre constitution : «La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives.»

Arrow Pétition : www.parite-en-danger.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'UMP veut en finir avec les violences faites aux femmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» en finir avec les cheveux gras
» Trucs et astuces pour en finir avec la poussière !
» ne veut pas manger avec nous...
» Comment en finir avec l'allaitement dodo?
» Bébé de 8 mois qui ne veut plus manger à la cuillère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Urgences / annonces-
Sauter vers: