sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cadeaux, gabegie et népotisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 6 Mar - 3:53

Enfin un cadeau pour les retraités !



Sarkozy veut faciliter la transmission d'entreprises

Il a ainsi proposé qu'un repreneur puisse «déduire de son revenu les intérêts des emprunts qu'il a consentis pour acheter son entreprise.» Le chef de l'Etat a également indiqué vouloir «réduire le coût fiscal de l'achat d'une entreprise.»

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, et le secrétaire d'Etat aux Entreprises, Hervé Novelli, ont été chargés dans le cadre de la loi de modernisation de l'économie, de «faire adopter un certain nombre de mesures importantes».
Selon une enquête de la Direction générale des entreprises, en France 25 160 entreprises ont pour actionnaire principal une personne physique.

http://www.lefigaro.fr/impots/2008/03/05/05003-20080305ARTFIG00604-nicolas-sarkozy-veut-faciliter-la-transmission-d-entreprises-.php


Dernière édition par Admin le Dim 12 Juil - 0:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Admin
Admin


Messages : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 27 Mar - 23:06

Le lycée gratuit pour les expatriés

Cette promesse de campagne n’a pas trainé : l’Etat prendra en charge les frais de scolarité. Facture : 60 millions dès 2009

Les familles d'expatriés peuvent faire une demande de remboursement des frais de scolarité de leurs enfants en terminale auprès de l'AEFE (Agence pour l'enseignement français à l'étranger). A la rentrée 2008, la gratuité sera valable pour les élèves de 1ère et, en 2009, pour ceux de seconde.

[...] depuis 1990, année de création de l'AEFE, il existe, tout comme en France, des bourses pour les enfants d'expatriés de la primaire au lycée. Quelques 50 millions d'euros y sont déjà consacrés.

http://rue89.com/2007/12/11/le-lycee-gratuit-pour-les-expatries-une-urgence

Pas un système de bourse : pas de plafond

L’alinéa des conditions d’accès qui stipulait "ressources : il pourra être tenu compte du revenu brut de la famille " n’aura pas de valeur restrictive pour les familles. "En effet, aujourd’hui, nous ne connaissons pas la structure des revenus de nos compatriotes à l’étranger, explique Maryse Bossière. La rubrique à renseigner "montant du revenu brut" va nous permettre d’éclairer nos autorités et la commission nationale des bourses sur l’utilité ou non d’inclure un tel critère et, le cas échéant, de déterminer sous quelle forme. Ce qui est certain, c’est que la prise en charge des frais de scolarité pour les élèves en terminale n’est pas conçue comme un système de bourses. "

http://www.lepetitjournal.com/content/view/20465/204/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Admin
Admin


Messages : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 27 Mar - 23:19

Les dividendes seront soumis au prélèvement libératoire

Le dividende (aussi connu sous le nom de “coupon”) est une somme d’argent versée, en général une fois par an, par une société cotée à ses actionnaires pour chaque action possédée.

- Cette somme d’argent, déterminée par le conseil d’administration, est prélevée sur les bénéfices de l’entreprise. Toujours autant que les salariés n’auront pas ! D’ailleurs l’évolution du libéralisme et l’appétit toujours croissant des actionnaires fait que ceux-ci exigent une part toujours croissante des bénéfices, au détriment des salaires et des investissements productifs.

- La part du dividende est très variable selon la politique des sociétés. Certaines sont connues pour bichonner leurs actionnaires par de gros dividendes.

- Enfin, le dividende étant multiplié par le nombre d’actions possédées, le gain attendu est très différent selon que vous soyez un petit boursicoteur qui possède une poignées d’actions France Telecom ou un riche héritier qui en possède un million ! Prenons Liliane Bettencourt, voisine des Sarkozy à Neuilly, qui a certes été détrônée par Bernard Arnault pour le titre de première fortune de France, mais reste la principale actionnaire de l’Oreal : elle a reçu l’an dernier plus de 200 millions d’euros de dividendes, rien que pour l’Oreal !

- Le prélèvement libératoire consiste à prélever forfaitairement une partie (en l’occurrence ici 16%) du montant des dividendes perçus dans l’année. Fort bien…

- … sauf qu’avant, le montant des dividendes était ajouté aux revenus imposables. Dans la tranche supérieure des revenus, dont le taux a pourtant été diminué à plusieurs reprises ces derniers temps, favorisant outrageusement les gros salaires, cela donne… 40% ! Pour être juste, on appliquait un abattement de 40% au montant des dividendes, ce qui revenait à les taxer à 24%.

Mais bon : de 24% à 16%, ça fait 8% de moins dans la poche de l’état et 8% de plus dans la poche du gros actionnaire ! Bien sûr, ce tour de passe-passe va rapporter davantage à l’Etat en 2008, car les dividendes seront taxés 2 fois : une fois au titre de l’impôt sur le revenu pour ceux de 2007, et une fois au titre du prélèvement libératoire pour ceux de 2008. Mais après ?

Après, c’est un manque à gagner pour l’Etat de 300 à 500 millions d’euros par an (selon les sources)...

28 sep 2007
www.superno.com/blog/?p=165
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Admin
Admin


Messages : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 27 Mar - 23:29

Qui va profiter du bouclier fiscal ?

1 000 contribuables dont la fortune est supérieure à 15,5 millions d’euros profiteront chacun d’une baisse d’impôt sur le revenu de 270 000 euros grâce au nouveau "bouclier fiscal".

Désormais en effet, le montant des impôts directs (impôt sur la fortune, impôt sur le revenu et impôts locaux) ne pourra dépasser 50 % des revenus d’un foyer fiscal, contre 60 % auparavant. Coût total de cette mesure pour le contribuable : 810 millions d’euros, à peu de chose près ce que vont rapporter les futures franchises sur les dépenses de santé.

D’après les estimations de l’Assemblée nationale, 234 000 contribuables vont bénéficier des 810 millions d’euros.

[...] les 197 000 foyers les plus démunis des bénéficiaires ne vont pas gagner grand chose avec le nouveau bouclier fiscal : 700 euros en moyenne. Le boucler fiscal va surtout favoriser les très haut revenus. Un petit nombre de contribuable va recevoir des montants considérables. 18 000 foyers au revenu annuel supérieur à 41 000 euros vont toucher 31 200 euros de ristourne en moyenne par foyer. Pour eux seuls, le coût pour la collectivité est de 564 millions d’euros au total.
Pour les plus gros patrimoines, c’est une vraie aubaine. Ainsi, 1 080 foyers au patrimoine supérieur à 15,5 millions d’euros toucheront plus de 270 000 euros. La collectivité va dépenser 272 millions d’euros pour eux. (...)

Louis Maurin
http://www.inegalites.fr/spip.php?article721&id_mot=30
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Admin
Admin


Messages : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 27 Mar - 23:42

Suppression (ou diminution) des droits de succession

Sarkozy souhaite "que chacun puisse transmettre à ses enfants sans aucun droit de succession le patrimoine constitué tout au long d’une vie de travail".
Mais pour ses détracteurs il est "faux de présenter le patrimoine d’un parent décédé comme le "produit de son travail", puisqu’il s’agit de la transmission de richesses accumulées de génération en génération."

L’économiste Bernard Salanié, professeur à l’université de Columbia, va plus loin, démontant le mythe d’un impôt sur les successions confiscatoire, dans une note intitulée "Sarkozy au secours des héritiers" publiée par l’agence intelectuelle Telos : "90% des conjoints qui héritent, et 80% des enfants, ne paient aucun droit sur leur part. Ceux qui restent redevables au fisc ne lui doivent que 20% de la part perçue au-delà des abattements et jusqu’à 520 000 euros ; et le taux maximal n’est que de 40%", détaille-t-il.

"Tout cela ne paraît vraiment pas confiscatoire, ou de nature à faire fuir les riches" conclue-t-il. En France on estime le montant moyen d’une succession à 100 000 euros, la moitie d’entre elles ne dépassant pas les 50 000 euros. 10% se situent au-delà du seuil des 520 000 euros. La cible annoncée de bénéficiaires, les patrimoines "petits et moyens" semblent donc avoir proportionnellement moins à gagner que les tranches plus fortunées affirment les opposants…

Et l’Etat peut-il se passer de 6 milliards d’euros de rentrées fiscales ?

http://www.capital.fr/actualite/Default.asp?source=FI&numero=63501&Cat=IMM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Admin
Admin


Messages : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 27 Mar - 23:49

Sarkozy veut réduire l'impôt sur les bénéfices pour les PME

"Je suis prêt à proposer à (la ministre de l'Economie) Christine Lagarde qu'on paie deux fois moins d'impôts sur les bénéfices dans les entreprises de moins de 50 salariés qui se lancent dans la participation", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une table ronde à la Chambre de commerce et d'industrie de Sens, dans l'Yonne.

18 jan 2008
http://www.usinenouvelle.com/article/sarkozy-veut-reduire-l-impot-sur-les-benefices-pour-les-pme.128575
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Sam 29 Mar - 16:44



Rachida Dati reçoit sans compter

La ministre de la Justice a eu besoin d'une rallonge de 100.000 euros pour ses frais de réception, selon Mediapart. Information confirmée par la Chancellerie .

Les frais de réception du ministère de la Justice ont nécessité une rallonge budgétaire de 100.000 euros en 2007, a indiqué jeudi le porte-parole de la Chancellerie, confirmant une information du site Mediapart.

Selon Mediapart, «les dépenses ont grimpé de manière vertigineuse pour finalement atteindre 270.000 euros en décembre 2007, soit un dépassement de 30% par rapport au plafond prévu».

Lors de son point de presse hebdomadaire, le porte-parole de la Chancellerie Guillaume Didier a précisé qu’«à l’automne 2007, il y a eu une rallonge de 100.000 euros», justifiée selon lui par l’organisation de réceptions telles que celle tenue à l’occasion de la fête nationale, le 13 juillet, à la Chancellerie.

Une circulaire du Premier ministre François Fillon avait fixé à 200.000 euros «l’enveloppe allouée à chaque ministère pour ses frais de représentation» en 2008.

Mediapart affirme que «fin mars, le montant des factures à honorer était de… 112.356,67 euros», un chiffre que n’a pas contesté le porte-parole: «il est exact qu’en début d’année, les dépenses sont plus importantes» en raison notamment de l’organisation de cérémonies de voeux ainsi que la réception de 70 ministres francophones de la Justice, à Paris les 13 et 14 février.

Guillaume Didier a en revanche démenti qu’une nouvelle rallonge de 100.000 euros était d’ores et déjà prévue pour 2008.

Il a contesté en outre que le contrôleur financier du ministère, un haut fonctionnaire dépendant du ministère du Budget, ait «rappelé à l’ordre» la ministre sur ses dépenses, comme l’écrit Mediapart, «Toutes les dépenses ont été payées, c’est à dire validées, par le contrôleur financier».

Enfin, le porte-parole a réfuté la moindre «prise en charge des dépenses personnelles» de Rachida Dati. Selon Mediapart, cela concernerait «des paires de collants» et des «frais de maquillage».

Guillaume Didier a expliqué qu’il y avait simplement au ministère «le minimum nécessaire pour permettre des raccords de maquillage».

Il a assuré enfin que le ministère ferait preuve de «vigilance pour respecter les budgets», assurant que les buffets dressés pour les réceptions de la Chancellerie «sont extrêmement modestes».

http://www.liberation.fr/actualite/instantanes/femmedujour/318175.FR.php
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/318267.FR.php
http://www.mediapart.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Rappel   Sam 29 Mar - 23:38



La commission nationale des comptes de campagne a validé les comptes de l'ensemble des candidats Nicolas Sarkozy (20,96 millions d'euros), devant Ségolène Royal (20,61 millions), François Bayrou (9,72 millions) et Jean-Marie Le Pen (9,31 millions). Gérard Schivardi a été le plus économe avec 712.988 euros dépensés.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20080119.OBS6021/sarkozy_et_royal_ont_depense_des_milliers_deuros_en_maq.html

Ce n'est pas parce qu'on ne fait pas de cadeaux aux petits, qu'on n'en fait pas au petit...

Sarkozy s'octroie une augmentation de salaire de 140 %
29 oct 2007
www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-972267@51-882765,0.html


Le salaire de Sarkozy a augmenté de 172% et non de 140%
6 nov 2007
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20071106/tts-france-sarkozy-salaire-ca02f96_1.html


Salaire de Sarkozy : pas 140 ni 172, une augmentation de plus de 200%
8 nov 2007
www.leparisien.fr/home/imprimer/article.htm?articleid=291356517


Nicolas Sarkozy a demandé à continuer de percevoir son salaire de ministre l'Intérieur jusqu'au 31 décembre 2007, soit 11 500 euros net.
Mercredi 12 Décembre 2007 - 18:47
www.liberation.fr/php/pages/pageReactionsList.php?rubId=14&docId=297546&s2=3&pp=politiques%3A%3AW%3A%3AG%3A%3A_Je_revois_Kadhafi_devant_moi%2C&next=60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Dim 30 Mar - 18:20



GDF cédé aux amis de Suez

L’approvisionnement en gaz et en énergie par le service public d’EDF-GDF est dans notre pays une grande réussite, pleine de sécurité et de fiabilité. Pourtant, depuis le 1er juillet 2007, en application des directives européennes de déréglementation, ce système est volontairement déstabilisé pour ouvrir, sans qu’aucun besoin ne le justifie, le marché à des opérateurs privés qui vont chercher à s’engraisser sur le dos des consommateurs. [...]
À l’heure où les enjeux environnementaux planétaires invitent à la maîtrise publique et durable des politiques énergétiques, il est irresponsable de les brader au marché et à la spéculation

http://rassemblerlagauche.centerblog.net/2167811--EDF-GDF

Le mariage entre le groupe d'énergie et d'environnement et GDF pourrait être bouclé au cours du week-end. Les conseils d'administration des deux groupes ont été convoqués dimanche, selon Force ouvrière.
Pour sa part, GDF possède un réseau de distribution et de transport de gaz considéré comme le premier en Europe et a besoin de s'adosser à un électricien comme le font tous les groupes gaziers en Europe.

2 sep 2007
www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-950116@51-948230,0.html
www.edf-gdf-loire-cgt.com/modules/news/index.php?storytopic=0&start=45


Sarkozy vole les Français

L'Etat n'a pas "une participation" dans GDF, mais la responsabilité d'un service public. Depuis sa création GDF est un établissement public. Ce n'est qu'en 2004 que l'Etat l'a privatisée, gardant cependant 70% du capital. Maintenant on passe à 35% : On PILLE nos biens, par morceaux pour qu'on ne s'en rende pas compte. Si l'Etat était une SA et les contribuables des actionnaires, nous serions mieux protégés, et pas mal de dirigeants seraient en prison pour gestion frauduleuse.

GDF appartient à l'Etat, c'est à dire à tous les Français. Pourquoi ne nous demande-t-on pas notre avis quand il s'agit de vendre nos biens ? Quand est-ce que nos dirigeants cesseront de nous dévaliser ? Le poids des mots : La direction du Monde a dû recevoir comme consigne de remplacer le mot "OPA" par "fusion", puis par "mariage". Moi je propose simplement "pillage".
Nathalie G.
02.09.07 | 13h33

Qui est principalement intéressé par la branche environnement de Suez ? Veolia bien sûr. Qui est le PDG de Veolia ? Monsieur Proglio. Qui était à la soirée du Fouquet's ? Monsieur Proglio. Avec qui ? Rachida Dati. Tout se tient, copain coquin, on se croirait revenu sous le Ier Empire.
JEAN-PAUL D.
01.09.07 | 17h57
www.lemonde.fr/web/article/reactions/1,1-0@2-3234,36-950116@51-948230,0.html

Nicolas Sarkozy l'avait pourtant assuré le 6 avril 2004 : il n'y aurait pas de privatisation d'EDF, ni de GDF.
Rappel en vidéo :
www.dailymotion.com/video/xgv7a_sarkozy-gdf
www.marianne2007.info/Nicolas-Sarkozy-Il-n-y-aura-pas-de-privatisation-d-EDF-et-GDF-_a291.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Dim 30 Mar - 20:59



La réforme de la carte judiciaire coûtera au minimum 550 millions d'euros

Le document du 25 septembre anticipait de cinq jours la date butoir fixée aux chefs de cour pour remettre leurs rapports sur la réforme de la carte dans leur région. Les syndicats, comme les avocats, dénoncent "une fausse concertation".
Sur ce tableau daté du 25 septembre, figure la liste des 23 TGI dont la suppression a été annoncée...

Mme Dati a indiqué que le coût de la réforme serait de plus de 500 millions d'euros, sur cinq à six ans. De source interne à la chancellerie, on évoque une fourchette de 500 à 700 millions d'euros. A ces investissements immobiliers s'ajouteront l'accompagnement social des 1 200 fonctionnaires et 400 magistrats concernés.
24 nov 2007
www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-981802@51-917921,0.html

http://www.plusnews.fr/mt_320/mt-static/FCKeditor/UserFiles/Image/070702_CARTE_JUDICIAIRE/0700702_Carte_jud__cartefaits2%20copier.jpg
http://ouktiasma.over-blog.com/article-13541648.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Lun 31 Mar - 15:45



Frais de campagne : coupes de cheveux à 450 €/h
6 fev 2008
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/304887.FR.php


Visite officielle à Pékin de novembre 2007
Nicolas Sarkozy a dormi dans la suite présidentielle du nouveau cinq étoiles du groupe Accor à 8 800 euros la nuit
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20071122.OBS6279/800_m_pour_sarkozy_a_pekin.html


François Bayrou contre la gabegie du chef de l’Etat

«Pas moins de trois avions, une kyrielle de voitures et une escorte de douze motards. Tout cela pour venir adouber le candidat à la mairie de Pau [Yves Urieta, ex-PS, qui a reçu le soutien de l’UMP, ndlr]», a pesté hier, François Bayrou, qui lui-même se présente dans la ville natale d’Henri IV. «La lucidité des Français sur Nicolas Sarkozy va se transformer en lucidité sur les institutions», espère le président du Modem, qui juge nécessaire une réforme de ces dernières pour éviter tout pouvoir personnel.
24 jan 2008
www.liberation.fr/actualite/politiques/305798.FR.php



Un nouvel organisme gouvernemental pour aider les compagnies d’armement à vendre des armes sera créé.
La facture sera probablement payée par la réforme des retraites… voici ce qu’on pouvait lire dans La Tribune, un média de Bernard Arnault (LVMH, Carrefour etc.), témoin du mariage de Sarko
21 09 2007
http://www.blogtoplist.com/out.php?id=16154&article=1091032
http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i1664.asp



190 millions d’euros pour couronner "Sarko roi d’Europe"

Il y aura des repas somptueux et des feux d’artifice, des réceptions et des photos souvenirs inoubliables. La France, qui va assumer la présidence tournante de l’Union européenne au deuxième semestre 2008, a décidé de mettre les petits plats dans les grands.
23 nov 2007
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=56016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 1 Avr - 3:30



Martin Bouygues, patron de TF1 ,

Il bénéficiera de la suppression de la pub sur les chaînes publiques. Parrain du fils et témoin du 2e mariage de Sarkozy, il était invité à la petite sauterie de Carla Bruni pour l'anniversaire de Nicolas le 28 janvier 2008.
http://www.lassiette-anglaise.net/tag/bouygues


L'Etat va louer des prisons à Bouygues... pour 48 millions d’euros par an

Si le partenariat public-privé dans le domaine pénitentiaire existe depuis plus de vingt ans, c’est la première fois que l’État délègue à une même entreprise privée la totalité de la construction et de la gestion de prisons. Dans ces établissements, l’État ne conservera que la gestion des personnels de surveillance, ainsi que les tâches de réinsertion et de suivi des détenus.
20 février 2008
http://www.info-quotidienne.com/Sarkozy-va-louer-des-prisons-a.html


Après GDF Sarkozy va-t-il offrir Areva à Bouygues ?
http://rassemblerlagauche.centerblog.net/2631714-Apres-GDF-Sarkozy-va-t-il-offrir-Areva-a-Bouygues


Des compagnons de route...
« Pour Martin [Bouygues], explique un observateur, Sarkozy est une espèce de maître à penser. Pour Sarkozy, Martin est une force. Leur duo est une association, une PME. Ce qui explique en partie pourquoi, pendant la campagne de 1995, TF1 est devenue “télé Balladur”. Bouygues ne rendait pas service à Balladur, mais à l’un des lieutenants (5).
http://www.monde-diplomatique.fr/2006/09/BENILDE/13928 [/b]


Les grands patrons proches de Nicolas Sarkozy
http://www.journaldunet.com/economie/dirigeants/patrons-sarkozy/1.shtml


Les indélicatesses de la bande à Sarko
http://poliblog.canalblog.com/archives/2007/07/04/5511232.html


Entre affairisme et pouvoir médiatique
Un capitalisme de la connivence et de l’influence est jusqu’ici assez installé pour s’affranchir des règles de la transparence que pratiquent depuis longtemps déjà les Anglo-Saxons.
http://www.infos-des-medias.net/entre-affairisme-et-pouvoir-mediatique.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Dim 6 Avr - 16:15

L'incompétent a encore frappé



Le 3 décembre 2007 Sarkozy a fait perdre 1,3 MILLIARDS d'euros à l'Etat.

Par une annonce intempestive

Lors de son interview du 29 novembre 2007 parmi les nombreuses annonces faites par Nicolas Sarkozy à Patrick Poivre d’Arvor et Arlette Chabot, il y avait celle-ci : « Mais je vous annonce autre chose : nous allons vendre 3% d’une grande entreprise publique française, EDF, pour faire un plan d’investissement de cinq milliards dans nos universités. »

Cette vente d’actions, annoncée le jeudi soir, n’a été réalisée que le lundi 3 décembre suivant. Pendant ce temps, le mécanisme boursier se mettait en route : devant un afflux prévu de titres sur le marché, l’action avait baissé de 3 % au moment de la vente. Ce qui a abouti à un manque à gagner important pour l’Etat, comme l’expliquait alors une dépêche de l’AFP. « Il y a une maladresse évidente à annoncer la vente le jeudi soir, à laisser le cours perdre 3% le vendredi, et à placer les titres le lundi », y assénait un vendeur d’actions.

Comme bien d’autres boulettes sarkozyennes, celle-ci, en dépit de l’existence d’une dépêche de l’AFP, a eu très peu d’écho dans la plupart des médias. Repris par Lexpansion.fr et par quelques sites Web dont Politique.net, la nouvelle a aussi énervé les investisseurs. Mais pour comprendre les vraies raisons de ce cafouillage, il fallait lire le Canard Enchaîné : Christine Lagarde ne pouvait pas avoir préparé la cession, puisqu’elle avait appris la décision... à la télé.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article62210
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 10 Avr - 2:44



3,1 MILLIARDS d’EUROS perdus en Bourse pour le FONDS de RESERVE des RETRAITES

Le Canard Enchaîné ce jour révèle que la Caisse des Dépôts et Consignations, qui a la tutelle du Fonds de Réserve des Retraites depuis 2002, lui a fait perdre 3,1 milliards d’euros (le dit fonds est supposé financer nos pensions à partir de 2020).

Une note de la direction financière du fonds confirme ce retournement et n’augure rien de bon pour l’avenir si la Bourse continuait à dégringoler car "les risques portés par le FFR sont encore très concentrés sur les marchés actions, le rendant très vulnérable à un retournement".

Les syndicats siégeant au conseil de surveillance du Fonds (comme le Medef) étaient au courant, et Jean Christophe Le Duigou, secrétaire confédéral de la CGT (!) explique ainsi tranquillement au Canard que "les syndicats ont fait le choix d’investir dans des entreprises cotées pour soutenir l’économie".

Pourtant, deux membres du conseil de surveillance et notamment JL Beffa, PDG de Saint-Gobain, auraient tiré la sonnette d’alarme... en pure perte...

(L’intégralité en page 3 du Canard Enchaîné ce 9 avril).
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article64511

FRR, kezako ?

La population vieillissant, il y aura de moins en moins d'actifs pour financer les retraites par répartition. C'est pourquoi en 2001 la France a créé, comme d'autres pays (Irlande, Suède, Finlande, Espagne, Canada, Nouvelle-Zélande, Australie) un Fonds de réserve pour les retraites (FRR), qui gère des ressources confiées par l'Etat (2 milliards d'euros par an en moyenne, soit environ 0,12% du PIB).

Dans un débat en partenariat avec l'OFCE, Henri Sterdyniak, économiste à l'OFCE, professeur à l'université Paris-Dauphine, estime nécessaire, dans les années à venir, d'augmenter massivement le taux d'emploi des 55-65 ans pour pouvoir financer les retraites. Il écarte la solution de la capitalisation.
mercredi 09 avril 2008
http://www.lemonde.fr/web/chat/0,46-0@2-3234,55-1030711@51-1027323@45-100,0.html
http://www.ofce.sciences-po.fr/


Selon LEAP/E2020, d’ici la fin de 2008, nous allons assister à une formidable déroute de l’ensemble des fonds de pension de la planète, mettant en péril tout le système des retraites par capitalisation. Ce cataclysme financier aura une dimension humaine dramatique puisqu’il correspond à l’arrivée à la retraite de la première vague des baby-boomers aux Etats-Unis, en Europe et au Japon : les revenus des fonds de pension s’effondrent au moment même où ils doivent commencer à effectuer leur première grande série de versements aux retraités.
Le numéro 23 du GEAB anticipe l’évolution de cette prochaine crise des fonds de pension, précise les pays les plus touchés (notamment en Europe) et présente des recommandations opérationnelles et stratégiques pour y faire face. ..........................
www.leap2020.eu/GEAB-N-23-est-disponible- !-Crise-systemique-globale-Fin-2008-Deroute-des-fonds-de-pension_a1425.html ?PHPSESSID=4ac5100ead9a1d5190e9e0255772f342

Le système de retraite par capitalisation repose sur la Bourse, donc sur les fonds de pension américains. Ces mêmes fonds de pension qui prêchent les gains de productivité, les bas salaires et les délocalisations à tous les salariés du privé.... et sont donc responsables de la dégradation des conditions de travail, du niveau des salaires, du stress des employés, dû à la pression énorme pour une productivité sans limite. Pression augmentée par l'existence de millions de chômeurs.
http://forums.france5.fr/ripostes/Travailler-plus-longtemps/repatition-capitalisation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 10 Avr - 22:02

L’Etat, un locataire qui souvent paie trop cher

La Commission des finances du Sénat va passer à la moulinette plusieurs contrats de location d’immeubles à usage de bureaux conclus récemment par divers ministères, mais pas toujours dans des conditions financières optimales pour l’Etat. Sont notamment visés des locaux que s’apprête à louer le ministère de la Culture rue Beaubourg (Paris IIIe) pour y loger la direction de la musique, de la danse, du théâtre, et des spectacles. Et aussi des bureaux jugés «très chers» pour y installer les services centraux du ministère de l’Immigration ou encore un immeuble du Louvre des Antiquaire, également très onéreux, pour les besoins des services administratifs de l’établissement public du musée du Louvre.

«Imprévoyance». Les sénateurs vont se focaliser sur le renouvellement du bail d’un immeuble rue des Italiens (IXe arrondissement). D’une surface de 7 384 m2, le bâtiment est occupé depuis neuf ans par le pôle financier du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris. Les magistrats travaillant à cette adresse et spécialisés dans la traque de la délinquance financière n’ont évidemment rien à voir dans cette histoire de location jugée dispendieuse pour les finances publiques. En revanche plusieurs hauts responsables de l’administration centrale du ministère de la Justice (le directeur chargé de l’administration générale et de l’équipement, le directeur des services judiciaires) vont être auditionnés aujourd’hui par la Commission des finances au cours d’une séance publique. Selon nos informations, l’Etat paye, pour cet immeuble, un loyer annuel de l’ordre de 600 euros du mètre carré, supérieur de plus de 25 % au prix en vigueur avant le renouvellement du bail, début 2008. Des chiffres confirmés par le ministère de la Justice. Au vu de la surface du bâtiment, la puissance publique débourse donc un loyer annuel de l’ordre 4,4 millions d’euros. Selon les sociétés de conseil en immobilier, pour un bâtiment occupé de longue date par son locataire - comme c’est cas pour le pôle financier du TGI -, les loyers se situent plutôt dans une fourchette de 400 à 500 euros du mètre carré en moyenne.

Alors pourquoi l’Etat paye-t-il plus cher ? «A cause de l’imprévoyance ayant prévalu dans ce dossier», pointe un membre du Conseil de l’immobilier de l’Etat, une instance parlementaire chargée de veiller sur ce type d’opérations. «L’administration n’a pas anticipé. Alors que le bail expirait, elle n’a pas cherché de locaux de remplacement pour le pôle du TGI. Faute de solution de repli, elle a dû accepter le nouveau loyer imposé par le bailleur.»

Dérives. Une analyse que conteste le ministère de la Justice. «La procédure de renouvellement du bail a été respectée, affirme Guillaume Didier, porte-parole de la garde de Sceaux. En termes de fonctionnalité, ces locaux sont bien adaptés aux besoins du pôle financier. L’immeuble a été sécurisé.» Le choix de rester rue des Italiens aurait été opéré en attendant la construction d’un nouveau palais de Justice dans le quartier de Tolbiac. Mais l’Etat et la ville divergent sur le lieu d’implantation du bâtiment.

Ces questions immobilières commencent à susciter des remous. Début avril Georges Tron, président du Conseil en immobilier de l’Etat (CIE), a adressé une lettre au Premier ministre pour pointer les dérives dispendieuses de certains ministères. «Le Conseil a émis des avis négatifs sur plusieurs opérations immobilières, sans qu’ils soient suivis d’effet», confirme le député (PS) Jean-Louis Dumont, membre du CIE.

TONINO SERAFINI
http://www.liberation.fr/actualite/societe/320150.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 11 Avr - 1:02



Exonération de charges sociales : 32 millions d’euros offerts aux sportifs en 2007

L’Etat veut racler les fonds du tiroir-caisse

C’est un théorème cocasse en temps de finances publiques à la dérive : d’un côté, un Etat, dont, selon le Premier ministre, «les caisses sont vides», de l’autre, des footballeurs professionnels, dont les revenus ne cessent d’augmenter… grâce notamment à une exonération de charges sociales qui a coûté l’an passé 32 millions d’euros au budget de l’Etat, pour empêcher «la délocalisation» de certains joueurs professionnels.

Voté fin 2004, le DIC - le droit à l'image collective des sportifs professionnels - vise à éviter que les meilleurs Français cèdent aux sirènes des clubs anglais ou espagnols, à la fiscalité prétendument sans comparaison avec celle pratiquée en France. A l’époque, les promoteurs du DIC, le député UMP Jean-François Lamour en tête, avaient promis que la mesure ne devrait coûter que 5 millions d’euros. Aujourd’hui, elle en coûte donc près de sept fois plus. Le mécanisme permet en effet d’exonérer de cotisations sécu un tiers des salaires des joueurs. Mais le manque à gagner des organismes de sécu doit être évidemment compensé par l’Etat. D’où le chèque de 32 millions du budget 2008.

La dérive est due à un phénomène que les parlementaires ne pouvaient sans doute pas imaginer : l’inflation des salaires des joueurs. Et qui dit salaire plus élevé, dit exonération encore plus grosse. Et la loi a étendu le dispositif à d’autres sports que le foot. Aujourd’hui, aux 639 footballeurs qui bénéficient du DIC, il faut ajouter 492 rugbymen et 136 basketteurs. Certains handballeurs et volleyeurs pourraient souscrire au système du DIC dans l’année. [...]

MURIEL GREMILLET
http://www.liberation.fr/actualite/sports/320332.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 22 Avr - 3:08


Premier anniversaire de Match TV (Sipa)

RNT. Un petit cadeau pour entretenir l'amitié ?

En décembre, le gouvernement a choisi une norme unique, le T-DMB, pour la diffusion de la future radio numérique terrestre (RNT) alors que la norme DAB + est préférée par les opérateurs, d'autres pays européens, et des associations : elle est moins chère et offre une meilleure qualité sonore.
Problème : le DAB+ n'est pas soutenu par le Groupement pour la radio numérique (GRN) qui comprend Radio France, RTL, NRJ, et... Lagardère.

http://www.liberation.fr/actualite/ecrans/322254.FR.php

Plus de détails ici :
http://sarko-verdose.bbactif.com/art-culture-patrimoine-f4/lancement-de-la-radio-numerique-terrestre-rnt-t64.htm

Celui qui n'est pas un ami de sarkozy, mais un "frère", le marchand d'armes Arnaud Lagardère :
http://sarkopitheque.wordpress.com/2007/05/15/arnaud-lagardere/#more-363

Le réseau amical dans les médias :
http://sarkopitheque.wordpress.com/2007/05/07/la-sarkonfrerie-et-les-medias-ramifications/

Le PS s'émeut à nouveau des liens
entre Sarkozy et Lagardère

29 10 2007
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias__pouvoirs/20070530.OBS9338/les_journalistes_de_parismatch_denoncentdes_pressions_e.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 2 Mai - 23:38

France Inter ce matin :
La ristourne de 20 euros accordées aux contribuables faisant leur déclaration de revenus sur internet a coûté 140 millions d'euros à l'Etat en 2007. Soit presque 1 milliard de francs.

www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39373694,00.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 8 Mai - 20:03



Ingeus : le juteux business du placement privé des chômeurs

A Lille, Ingeus teste ses techniques de management sur les sans-emploi depuis 2005. Elle déroule le tapis rouge, vous offre le café et vous refile un contrat de quelques heures dans le nettoyage... Et se fait payer entre 3.000 et 6.000 € la «prestation»… par l’assurance chômage !

Sans expérience en France, Ingeus s’installe à Lille et Rouen après avoir été choisie par l’Unedic pour suivre 6.000 chômeurs en 2005. La filiale «Ingeus France» se crée donc au moment de la signature du contrat. La société doit avoir quelques connaissances à l’Unedic puisqu’aucun appel d’offre n’a eu lieu. Même la Cour des comptes le dit dans son rapport de mars 2006 sur l’évolution de l’assurance chômage : «Elle [l’Unedic] n’a procédé à aucune forme de publicité, même restreinte, et elle n’a pas engagé une étude des offres disponibles».

Mais tout s’explique : le tout nouveau directeur d’Ingeus France n’est autre que l’ex-directeur de l’Assedic de Haute-Normandie : Jean-Louis Tauzin. Celui-ci a un parcours très «social» : grande distribution (Auchan), direction du marketing au Crédit agricole, direction commerciale d’une société marketing, consultant en management, etc. Le groupe a aussi ses entrées chez les sarkozistes : le conseil général des Hauts-de-Seine lui a «confié» 14.000 RMIstes en 2006...

Votre avenir nous profite

Le slogan d’Ingeus : «Votre avenir nous mobilise». Décryptage : Au boulot, tas de fainéants ! La firme est si grassement payée par l’Unedic que les moyens sont là : une salle de ressource (ou «open space», version novlangue d’Ingeus) avec une quinzaine d’ordinateurs connectés à internet, des téléphones, une photocopieuse, les journaux, le café gratuit et même un bel agenda gratos siglé Ingeus pour chacun-e. L’agence de Lille, avec 800m2 près de l’arrêt de tramway Romarin, c’est davantage une société de consultants qu’un centre pour demandeur d’emploi : accueil par un secrétariat haut de gamme, ordinateurs dernier cri avec écrans plats, moquette, grandes baies vitrées, etc. Et le clou du spectacle : ici, les conseillers reçoivent les chômeurs-euses à côté d’eux, non plus en face à face comme à l’ANPE. La classe. Le conseiller devient «coach», il «booste» la clientèle sans-emploi.

Coaching brutal

Reste le même souci qu’à l’ANPE : trouver un «job». Sauf qu’il y a un compte à rebours. Six mois. Tout en jouant au copain-copain, le coach doit y aller franco. Reconversion à la va-vite, CDD et intérim à gogo, pression en cas de refus, etc. Le ton est donné par la directrice d’Ingeus Lille, Annick Chautard, qui souligne «le manque de motivation» des chômeurs : «Ils ne sont pas du tout flexibles, ils refusent des salaires moindres ou de faire moins d’heures. Pourtant, avec un temps partiel de 10-15 heures dans le nettoyage, nous savons que le nombre d’heures augmente vite». Tout est dit.

Et comme les chômeurs sont réfractaires par nature, comme les contrats de 10-15 heures ne sont pas encore assez répandus, Ingeus se voit contraint de trafiquer ses résultats. Ou plutôt de modifier la méthode de calcul. Ainsi, trouver une mission intérim d’un ou dix jours équivaut à un chômeur «reclassé», selon le cabinet. Ce qui lui permet d’afficher un taux de retour à l’emploi… de 70%. Avec ça, les chiffres du chômage vont faire tilt !

5 décembre 2007
http://labrique.lille.free.fr/spip.php?article349
w ww.ingeusfrance.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 14 Mai - 16:54



Les 'parachutes dorés' des grands patrons dans le collimateur de l'Eurogroupe

Les ministres des finances de la zone euro [dont Christine Lagarde] ont dénoncé, mardi 13 mai, les augmentations de salaires "scandaleuses" que s'attribuent certains dirigeants d'entreprise, et envisagent de prendre des mesures fiscales pour contrer ce phénomène.

Les pays européens envisagent en particulier d'imposer fiscalement les primes de départ versées sous différentes formes aux dirigeants qui quittent leurs fonctions, telles que les "golden handshake" (poignée de main dorée) et autre "golden parachute" (parachute doré). En règle générale, ces primes sont aujourd'hui non imposables car présentées comme des frais généraux, a précisé M. Juncker, qui a dénoncé un véritable "fléau social".

Les pays de la zone euro suivraient en cela l'exemple des Pays-Bas qui sont les premiers en Europe à avoir pris des mesures de ce type. Les parachutes dorés et autres primes de départ importantes y sont taxés à hauteur de 30 % pour les personnes dont le salaire annuel dépasse les 500 000 euros, à condition que la prime soit supérieure au salaire annuel. "Nous courons le risque de ne plus être compris par nos concitoyens si nous leur adressons, d'un côté, des appels incessants à la modération salariale" pour freiner l'inflation et que, de l'autre, les chefs d'entreprise font l'inverse, a argumenté M. Juncker. [...]

www.lemonde.fr/economie/article/2008/05/14/les-parachutes-dores-des-grands-patrons-dans-le-collimateur-de-l-eurogroupe_1044589_3234.html#ens_id=1044592

De Philippe Jaffré à Noël Forgeard, petit panorama de ces 11 chefs d’entreprise qui ont touché le pactole en quittant leur poste

Laurence Danon, PDG du Printemps : 2,5 millions en janvier 2007.
Noël Forgeard : 8,4 millions en janvier 2006 d'EADS, en pleine déconfiture.
Antoine Zacharias, PDG de Vinci : 13 millions + 170 millions de stock-options. Mais ce n'est pas suffisant et il en réclame 81 de plus. Rolling Eyes
etc.
www.lexpress.fr/diaporama/info/patrons-les-champions-du-qui-perd-gagne_470149.html

Le Sénat rétablit la non-imposition des parachutes dorés
27 juillet 2007
www.20minutes.fr/article/172612/Economie-Le-Senat-retablit-la-non-imposition-des-parachutes-dores.php




Ce qui n'empêche pas le sénateur Philippe Marini de vouloir taxer le livret A !
www.lefigaro.fr/economie/2007/11/08/04001-20071108ARTFIG00049-philippe-marini-veut-fiscaliser-le-livret-a.php


Dernière édition par Orwelle le Mar 3 Juin - 2:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 14 Mai - 16:59



Un parfum de scandale flotte dans les couloirs de Bercy

LE GROS LOT ! 250 000 $ (160 000 €) d’émoluments annuels, environ 150 000 € d’indemnité d’expatriation, une confortable enveloppe de frais de représentation, le tout entièrement défiscalisé. Un futur poste d’administrateur à la Banque interaméricaine de développement (BID), une discrète organisation internationale basée à Washington, et un titre de « représentant de la Banque de France en Amérique ». Et ce, en toute légalité.

C’est, selon nos informations, « le mercato en or » décroché par Marc-Olivier Strauss-Kahn, le numéro quatre de la Banque de France (BDF), pour rejoindre Isabelle, son épouse, partie en mai 2007 à Washington à la Banque mondiale. L’affaire fait scandale dans les couloirs de la Banque de France et de Bercy, où le dossier est classé top secret.

Une opération opaque
« Cet arrangement a été négocié en direct entre l’état-major de la BDF, le cabinet de Christine Lagarde, la direction du Trésor, sous l’oeil bienveillant de l’Elysée », explique une source proche du dossier, choquée « par l’extravagance et l’opacité de cette opération ».

Frère cadet du socialiste Dominique Strauss-Kahn, envolé fin septembre à Washington pour piloter le Fonds monétaire international (FMI) sur proposition de Nicolas Sarkozy, Marc-Olivier, 53 ans, dit Mosk, a fait toute sa carrière à la Banque de France. Depuis six ans, il en était le directeur général des études et des relations internationales. Un poste important, « l’équivalent du Quai d’Orsay de la Banque », explique un économiste. Pourtant, Marc-Olivier, haut fonctionnaire réputé pour son habileté à défendre ses intérêts et sa carrière, n’y brille guère. « Très perso, ondoyant, il a fini par agacer tout le monde. Quand il a demandé à rejoindre son épouse, cela a été un soulagement au siège de la BDF », raconte un connaisseur du dossier.

Cap sur Washington
Restait à trouver un point de chute à l’impatient candidat au départ. Gros hic : la Banque de France n’a pas de poste disponible aux Etats-Unis. Un émissaire officie déjà à New York, à proximité de Wall Street. Logique. Qu’à cela ne tienne, la BDF décide de créer un poste sur-mesure, avec le feu vert du cabinet de Christine Lagarde et de la direction du Trésor. Mosk sera représentant aux côtés du fonctionnaire « junior » de New York. Seulement voilà, il veut son bureau à Washington. Il a repéré qu’un siège d’administrateur se libérerait à l’automne 2008 à la Banque interaméricaine de développement. Une institution internationale où la France fait de la figuration. Mais autre hic : un candidat a été adoubé de longue date par Bercy, sachant que c’est Christine Lagarde, en tant que l’un des 47 gouverneurs de cette banque, qui décide.

A l’étage des sous-gouverneurs de la BDF, on redouble alors d’effort ; on fait jouer contacts, réseaux, à Bercy, au Trésor. Finalement, le candidat désigné pour la BID est évincé. Priorité à Mosk. « La consigne est tombée sur ordre de Bercy avec l’appui de l’Elysée : on ne refuse rien à un Strauss-Kahn », explique une source du dossier. [...]

http://kamerunscoop.wordpress.com/2008/04/04/parachutage-en-or-marc-olivier-strauss-kahn-le-frere-de-lautre/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Jeu 15 Mai - 14:47



Indemnité « chômage » des députés

Le Canard Enchaîné du 7 février 2007 a révélé un changement du règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

Avant de quitter son perchoir, Jean-Louis Debré a fait voter à l'unanimité et dans le silence complet, un texte pour que désormais un député venant du secteur privé, et non réélu, touche pendant 60 mois au lieu de 6 mois son indemnité mensuelle nette qui est à ce jour - selon info sur site Assemblée nationale - de 5178 euros, soit 6 952 euros brut. Chaque député non réélu coûte donc aux Français 417 180 euros sur 5 ans ! Sans parler de ce qu'il leur coûtera 'à vie' [1390 euros par mois] !

Ces indemnités ont été attribuées aux députés et définies par l'ordonnance n° 58-1210 du 13 décembre 1958. L'indemnité de base est calculée 'par référence au traitement des fonctionnaires occupant des emplois de l'État classés dans la catégorie présentement dite hors échelle. Elle est égale à la moyenne du traitement le plus bas et du traitement le plus élevé de cette catégorie', ce qui correspond au traitement d'un conseiller d'État ayant moins d'une année d'ancienneté dans son Grade. S'y ajoute l'indemnité de résidence, comme pour les fonctionnaires, au taux de 3 %. Selon l'article 2 de l'ordonnance précitée : 'L'indemnité parlementaire est complétée par une indemnité dite de fonction'.

Le montant de cette indemnité est égal au quart du montant de l'indemnité parlementaire (indemnité Parlementaire proprement dite majorée de l'indemnité de résidence). Depuis le 1er février 2007, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes :
- Indemnité de base : 5 400, 32 euros
- Indemnité de résidence (3 %) : 162,01 euros
- Indemnité de fonction (25 % du total) : 1 390, 58 euros
soit brut mensuel 6952, 91 euros.

Retenues obligatoires devant être déduites du brut mensuel diverses retenues :
- Cotisation à la caisse des pensions pendant les 15 premières années de mandat : 1 153,08 euros
- Contribution exceptionnelle de solidarité : 55,62 euros
- Contribution sociale généralisée et contribution au remboursement de la dette sociale : 539,55 euros
- Cotisation au fonds de garantie de ressources : 27,00 euros
Soit net mensuel 5 177,66 euros.

Bien entendu cette généreuse 'indemnité chômage' est totalement inconditionnelle, et l'heureux bénéficiaire de cette jolie rémunération de 5 ans, n'est tenu à aucun engagement quelconque, comme par exemple justifier de la recherche d'un nouvel emploi, d'une visite mensuelle auprès d'un conseiller ANPE, ou d'une activité justifiant cette 'aide sociale'... Bref, tout ce qui est demandé à des chômeurs ordinaires.

http://leblogdescon.blog.lemonde.fr/2008/04/07/golden-parachutes-pour-nos-deputes-mieux-que-sarkosy-2/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mar 20 Mai - 22:46


Affiche de Mai 68 © Editions Alternatives

Financement des partis en 2008

Près de 75 millions d'euros seront versés en 2008 à une cinquantaine de partis et groupements au titre du financement de la vie politique, selon un décret du 15 mai publié mardi au Journal officiel.

Au total, l'UMP touche le plus, avec près de 34,5 millions d'euros, suivi du PS avec plus de 24,5 millions d'euros. [...]

En 2007, l'aide publique aux partis politiques avait atteint 73.210.533,57 euros.

Depuis, une nouvelle règle a été instituée, avec obligation d'un plancher de 1% des voix obtenues dans au moins 50 circonscriptions, pour accéder à cette manne.

l'aide publique se décompose en deux parts

> La première, d'un montant total de 34.685.874,89 euros, est répartie entre 14 formations métropolitaines dont les candidats aux législatives de 2007 avaient dépassé 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions, et 35 formations ayant présenté des candidats exclusivement outre-mer, pour lesquelles cette règle du 1% ne s'applique pas.

En tête des 14 partis métropolitains bénéficiaires de la première fraction figurent dans l'ordre l'UMP (13 MEUR), le PS (10,2 MEUR), l'UDF-MoDem (2,7 MEUR), le PCF (1,8 MEUR), le FN (1,8 MEUR) et les Verts (1,4 MEUR).

Viennent ensuite la Ligue communiste révolutionnaire (près de 0,9 MEUR), le Mouvement pour la France (près de 0,6 MEUR), le Parti radical de gauche (0,5 MEUR), Lutte Ouvrière (0,36 MEUR), Chasse, pêche, nature, traditions (0,35 MEUR), le Trèfle-Les nouveaux écologistes Homme-nature-animaux (0,16 MEUR), le Mouvement écologiste indépendant (0,12 MEUR), et Solidarité écologie gauche alternative (0,1 MEUR).

En 2007 - où la règle des 1% dans 50 circonscriptions ne s'appliquait pas - 31 formations politiques de métropole avaient touché cette première fraction de l'aide publique.

> La deuxième part du financement public, d'un montant total de 40.132.204 euros, est répartie entre les 21 formations, dont 7 de métropole, ayant des élus à l'Assemblée nationale ou au Sénat.

Là encore, c'est l'UMP qui se taille la part du lion avec 21,4 MEUR, devant le PS (12,4 MEUR), le PCF (1,77 MEUR) et l'UDF-MoDem (1,29 MEUR).

En cinquième position dans cette liste on trouve un petit parti polynésien, le Fetia Api, qui affiche 23 élus dont 18 à l'Assemblée, pour 1.021 voix obtenus aux législatives de 2007 ! cyclops

La raison : c'est avec ce parti que le Nouveau Centre a passé un accord pour avoir droit au financement public alors que ses résultats aux législatives ne le lui permettaient pas.

Le NC avait déposé en vain en octobre 2007 à l'Assemblée nationale un amendendement lui permettant de bénéficier du financement public.

www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-35519563@7-37,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Mer 21 Mai - 4:55



Réforme des retraites : 8.000 € pour papy Fillon

Si les Français doivent désormais cotiser 41 ans pour leur retraite avec le souci de pouvoir y parvenir, le chef du gouvernement, à l'origine de cette réforme, est beaucoup plus tranquille.

Les vieux jours de nos gouvernants ne sont pas en danger. Le gouvernement a été inflexible : à partir de 2012, la durée de cotisation pour une pension à taux plein sera allongée à 41 annuités. Mais qu'en est-il de la retraite de ces fiers et durs négociateurs, promoteurs d'une réforme loin de faire l'unanimité ? Combien de temps cotisent nos ministres et notamment le premier d'entre eux, François Fillon ?

Vingt-six ans député de la Sarthe, réélu en juin 2007, François Fillon a également été quatre ans président du Conseil régional des Pays-de-la-Loire, maire dix-huit ans, conseiller régional depuis 1998, sept ans ministre, et Premier ministre depuis mai 2007. Une carrière chargée donc, qui rend compliqué le calcul de sa retraite.

Commençons par le plus simple : les ministres ne touchent pas de retraite : ils perçoivent tout au plus leur traitement pendant 6 mois, à condition de ne pas avoir retrouvé un emploi au cours de cette période. La rémunération d'un ministre atteint aujourd'hui 13.300 € brut par mois. François Fillon doit donc assurer sa retraite sur un autre front : son poste de député.

L'indemnité mensuelle de base du député ou sénateur s'élève à 6702,20 € par mois. François Fillon, comme ses homologues, verse chaque mois 1.111,50 € et touche, après plus de vingt-deux ans et demi de mandat, 5 973,33 € brut. Cette somme constitue la pension maximale à laquelle peut prétendre un parlementaire. Pendant les quinze premières années de mandat, le parlementaire cotise double pour sa pension et atteint 37,5 années de cotisations. Soit trois et demi moins que les salariés français.

7.999 € au total

Le Premier ministre, qui touche 16.100 € brut de traitement par mois, bénéficiera par ailleurs de 307 € par mandat pour son poste de maire de Sablé-sur-Sarthe, soit 921 € pour ses trois mandats. Il touchera 449 € pour son unique mandat de président du Conseil régional des Pays-de-la-Loire et 328 € par mandat pour son poste de conseiller général de la Sarthe, qu'il occupe toujours depuis 1998. En cumulant, François Fillon touchera donc au total par mois pour sa retraite 7.999,33 €.

En octobre 2007, le statut des députés a pourtant été réformé. En plein débat sur les régimes spéciaux des retraites, le bureau de l'Assemblée nationale révise celui des députés. Une révision qui ne remet toutefois pas en cause l'ensemble des «avantages» des élus, et notamment la spécificité de la double cotisation, ou encore l'absence de limite d'âge pour exercer un mandat. À 54 ans, François Fillon n'a donc pas de souci à se faire...

(Source : Marianne)
Samedi, 03 Mai 2008
www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=3665
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 5544
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   Ven 23 Mai - 16:13


Reuters

Patrimoine immobilier de l'Etat : «Une gestion ubuesque, des centaines de millions d'euros engloutis»

Le député (UMP) George Tron, président du Conseil immobilier de l'Etat, dénonce des dérives dans la gestion des bâtiments publics et un mode de gestion bien éloigné des économies annoncées par le président Sarkozy. Entretien.

Le problème dont nous parlons est ni plus ni moins qu'un manque de centralisation sur la gestion du patrimoine immobilier de l'Etat. Le ministre de la Réforme fait attention à la gestion du parc immobilier de l'Etat mais il y a une carence du pouvoir donné à France domaine, qui est censé être le bras séculier de l'Etat dans la gestion immobilière. Les ministère entendent conduire leur politique immobilière seuls. Il y a donc un risque de retour à une gestion calamiteuse que nous avons déjà signalée en 2005.

France domaine est court-circuité par les ministères: il n'y a pas assez de poids mis par le pouvoir politique pour contrer les administrations centrales et les ministères. [...]

Quelques exemples ?
Le ministère de la Culture n'empêche pas le Louvre d'aller louer quelques centaines de mètres carrés au centre de Paris à un prix très largement supérieur à celui du marché. Brice Hortefeux, lui, veut installer son équipe du ministère de l'Immigration dans le centre de Paris. Cela entraîne une opération immobilière extrêmement onéreuse, dans un des immeubles les plus chers de Paris au mètre carré. Le ministère de l'Equipement, pour sa part, veut faire construire des tours pour 700 millions d'euros. De leur côté, les Affaires étrangères, qui ont déjà racheté l'imprimerie nationale pour 400 millions d'euros l'an passé [bâtiment qui avait été vendu par l'Etat quatre fois moins cher en 2003, ndlr], souhaitent maintenant faire construire un bâtiment, pour 100 millions d'euros, qui n'accueillerait que trois ou quatre conférences par an... Enfin, le ministère de la Justice, dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire de Dati, va supprimer 300 tribunaux. Pour ce faire, il va devoir opérer des regroupements de services. Ce qui induit de nouvelles locations, acquisitions ou constructions. Non seulement, il n'y aura pas d'économies de réalisées, mais il y aura de nouvelles dépenses.
[...]

Recueilli par Philippe Brochen
www.liberation.fr/actualite/politiques/327802.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cadeaux, gabegie et népotisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cadeaux, gabegie et népotisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Idées cadeaux 1an
» idées pour cadeaux svp
» des idées cadeaux pour le noël de ma puce (30 mois)?
» Les cadeaux/achats inutiles...
» Les boites "cadeaux"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: