sarkoverdose

Politique, culture, art, humour...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les transfuges avec papiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Ven 26 Juin - 7:06



Désaccord intersyndical face au changement de statut de La Poste

Sud, Force ouvrière et CFTC ont quitté la réunion de Paris en défendant l'idée d'un rejet total du projet de loi qu'ils considèrent comme un premier pas vers une privatisation déguisée, a rapporté Nadine Capdeboscq, déléguée CFDT.

Selon elle, la CFDT et la CGT ont en revanche plaidé pour la recherche d'un "compromis" avec l'idée "d'une grève très forte à la rentrée".

Jeudi 18 juin 2009
http://fr.news.yahoo.com/4/20090618/tts-france-poste-syndicats-ca02f96.html


EDF, malaise à la CGT

Car les reproches pleuvent sur la CGT, sur sa gestion passée et présente de l’évolution d’EDF. Sa position de syndicat majoritaire, d’interlocuteur privilégié de la direction et du gouvernement l’expose à toutes les critiques. En vrac : d’avoir accompagné sans vraiment résister le changement de statut et le démantèlement d’EDF ; d’avoir préféré son statut à l’intérêt du groupe ; de ne plus défendre l’avenir. Parce qu’elle a contribué à faire le groupe depuis soixante ans, qu’elle l’a marqué de son empreinte, chacun la rend comptable du malaise qu’il ressent face aux changements.

lundi 22 juin 2009
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article87900


La CGT déloge des sans-papiers avec des lacrymos

«Ils sont rentrés et ont balancé les lacrymo»
Un commando de gros-bras a délogé ce mercredi les travailleurs sans-papiers de la Bourse du travail, à Paris, à coups de gaz lacrymo. Des CRS ? Non, la CGT.

www.dailymotion.com/video/x9ob88_la-cgt-evacue-des-sanspapiers-par-l_news cyclops

Evacués de force mercredi de la Bourse du travail à Paris par la CGT qui voulait récupérer ses locaux, 200 travailleurs en situation irrégulière campent sur le trottoir.

«La CGT ? C'est des bandits !», s'insurge Keita. Même colère chez Anzoumane Sissoko, délégué du collectif, la CSP 75 : «Nous ne voulons plus avoir affaire à eux. Après ce qu'ils nous ont fait hier, venir comme ça nous taper et nous asperger de gaz lacrymogène, ça suffit comme ça.» Au lendemain de l'évacuation, Sissoko compte les absents : «six blessés» et «quatre interpellés».

Pour France Terre d'asile, «la CGT, avec cette intervention, qu’elle l’ait souhaité ou non, indique clairement qu’elle change de logiciel en se recentrant sur sa "clientèle" habituelle. Nous devons veiller collectivement (...) à ne pas laisser la division et le rejet de l’autre se propager».

jeudi 25 juin 2009
www.liberation.fr/societe/0101576226-maintenant-ce-sera-les-crs-ou-les-papiers
www.liberation.fr/societe/06011055-descente-cgt-sans-papiers


Le flirt contrarié entre Sarkozy et Bernard Thibault

Coté CGT, Bernard Thibault a également besoin d’une certaine bienveillance gouvernementale. « Nous n’avons pas l’objectif de battre le gouvernement », explique, le 4 juin dans le Monde, Jean Christophe le Duigou, numéro deux de la CGT. « Nous n’avons pas de stratégie d’opposition systématique, comme les gens de Sud », expliquait, à la sortie du conseil exécutif de jeudi, un des cinquante délégués. A cette modération, une raison stratégique : les dirigeants de la CGT sont en effet obsédés par l’idée de mettre fin à l’émiettement syndical. D’où la nécessité de négocier avec le pouvoir de nouvelles règles de représentativité qui leur ferait la part belle.

Ce qui fut amorcé lors de la position commune, qui vient d’être signée entre le Medef, la CFDT et la CGT. Et cela, avec la bénédiction du gouvernement. Pour montrer sa bonne volonté, Bernard Thibault a largement sauvé la mise du gouvernement qui commençait à affronter une grosse mobilisation sur les régimes spéciaux de retraite. En proposant de s’asseoir à la table des négociations, la CGT a ouvert une porte de sortie à François Fillon. Des gestes qui entretiennent l’amitié.

10 juin 2008
www.bakchich.info/Le-flirt-contrarie-entre-Sarkozy,04062.html?debut_forums=10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Mer 15 Juil - 16:48



Aubry à Valls : «Si tu n'es plus d'accord avec le PS, quitte le»

Depuis plus d'un an Manuel Valls, député-maire d'Evry (Essonne), multiplie les attaques à l'encontre de son parti, et ne cache plus ses ambitions présidentielles pour 2012. Il déclarait vendredi, dans Libération : "Je crois que le mot socialisme hérité des concepts du 19e siècle contribue aujourd'hui à brouiller notre identité. Nous devons privilégier la clarté du projet au fétichisme des mots", rappelant qu'il est favorable au changement du nom du Parti socialiste.
Martine Aubry n'a pas tardé à lui répondre dans une lettre de trois feuillets dont Le Parisien publie des extraits.

"Tu donnes l'impression d'attendre, voire d'espérer la fin du Parti socialiste. Mon cher Manuel, s'il s'agit pour toi de tirer la sonnette d'alarme par rapport à un parti auquel tu tiens, alors tu dois cesser ces propos publics, et apporter en notre sein tes idées et ton engagement. Mais si les propos que tu exprimes reflètent profondément ta pensée, alors tu dois en tirer pleinement les conséquences, et quitter le PS. (...)", écrit la première secrétaire du PS. "C'est le moment de vérité, ajoute-t-elle. On ne peut utiliser un Parti pour obtenir des mandats et des succès, en s'appuyant sur la force et la légitimité d'une organisation collective, et s'en affranchir pour exister dans les médias à des fins de promotion personnelle. On n'appartient pas à un parti pour s'en servir, mais pour le servir."

Mme Aubry, estimant que "la discipline n'est pas la police des idées mais la condition de la cohésion et de la réussite d'une équipe", demande à M. Valls "de [lui] faire part de son choix dans les jours qui viennent". Le député de l'Essonne entend pour sa part se donner "quelques jours avant de répondre avec calme et sérénité" à une initiative qu'il qualifie de "caporalisme".

En tout cas, pour Jean-Luc Mélenchon, une chose est sûre : "Manuel Valls ne viendra certainement pas au Parti de gauche", le mouvement qu'il a fondé après avoir lui-même quitté le PS à la fin de l'année 2008. "Je ne crois pas qu'on partage la même vision du socialisme", assure le nouvel eurodéputé. Avant de conclure, sèchement : "Si tant est qu'il s'intéresse au socialisme."
www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-07-15/parti-socialiste-martine-aubry-lance-un-ultimatum-a-manuel-valls/920/0/361269

Oui, Manuel Valls aime la gauche ! Quand elle est celle de la droite et dont a besoin le libéralisme pour assurer la pérennité de son système !
Au reste Manuel Valls ne manque pas de revendiquer sa filiation avec Michel Rocard et il s’empresse, dans son intervention de ce matin sur France-Inter, de faire élogieuse référence à "la ligne Bockel-Blair, portée par Rocard et DSK".

L’exemple actuel de l’Italie devrait pour le moins interpeller Manuel Valls. La nouvelle de ce jour qui nous apprend l’accession du post-fascisme à la mairie de Rome place la cerise sur le gâteau que s’était déjà offert Berlusconi en remportant les élections législatives aux dépens de Veltroni, ancien maire de Rome et grand adepte de cette gauche tellement délavée que l’électeur italien a préféré opter pour une droite parfaitement décomplexée.

29 avril 2008
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article65481
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Mer 22 Juil - 15:26


Daniel Cohn-Bendit vient saluer Nicolas Sarkozy,
le 10 juillet 2008 au Parlement européen à Strasbourg/Eric Feferberg AFP


Grimaud-Cohn-Bendit, même combat

Le préfet de police de Mai-68, Maurice Grimaud est mort jeudi 16 juillet. Les larmes officielles s'accumulent comme celle d'un ministre de l'intérieur devenu président : «Grâce à son action et malgré la complexité des événements, les opérations de maintien de l'ordre dans la capitale ont été menées à bien sans drame». Mais incontestablement, les hommages les plus vibrants viennent de l'autre coté de la barricade, et plus spécialement de Daniel Cohn-Bendit, convoqué comme icône par tous les médias.
22 Juillet 2009
www.mediapart.fr//?q=node/45271



Photo prise par Gilles Caron devant la Sorbonne le 6 mai 1968.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 79
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Mer 19 Aoû - 4:47



CGT : Thibault, « une racaille bonne qu'à calmer la base » ?

En pleine torpeur estivale, le délégué CGT des « Conti » de Clairoix, Xavier Mathieu, a violemment attaqué le patron de son syndicat, Bernard Thibault, ce lundi matin sur France-Info :

« Les Thibault et compagnie, c'est juste bon qu'à frayer avec le gouvernement, à calmer les bases. Ils servent juste qu'à ça, toute cette racaille. »

Visiblement, l'emblématique leader de la lutte contre le plan social chez le fabricant de pneus de Clairoix, près de Compiègne (Oise), avait décidé de vider son sac :

« Ça fait quatre mois que je ronge mon frein, que je dis rien parce que je suis obligé, par rapport à mon conflit, par rapport aux ouvriers, par rapport aux collègues. Thibault, on l'a jamais vu, on n'a jamais eu un appel. […] Trouvez-moi un interview écrit, ou verbal, où il cite le mot “Continental” ? Ja-mais ! » (Ecouter le son)

Bernard Thibault est actuellement en vacances, et Xavier Mathieu n'a pas retourné nos messages téléphoniques. La CGT « ne réagira pas » à cette interview, dit un porte-parole. Quand on lui demande si le syndicat réagirait en cas de déclaration erronée de la part de Mathieu (sur les interviews données par Thibault), la CGT fait la même réponse : « Pas de commentaire ». (...)

les « Conti » de Clairoix, boudés par Thibault, ont été soutenus par Lutte Ouvrière et le NPA lors de leur procès pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne… (...)
http://eco.rue89.com/2009/08/17/cgt-thibault-une-racaille-bonne-qua-calmer-la-base

www.rue89.com/2007/11/15/regimes-speciaux-le-pari-reformiste-de-bernard-thibault
www.rue89.com/2009/06/24/bourse-du-travail-la-cgt-evacue-de-force-les-sans-papiers


Raymond Soubie, conseiller Like a Star @ heaven social Like a Star @ heaven de Sarkozy :
«On ne croit pas un quart de seconde qu’ils l’annuleront. Les défilés permettent aux syndicats d’exister. Ce n’est plus le cas de la grève. Le nombre de journées perdues pour cette raison a été divisé par 20 en vingt-cinq ans !»

19 02 2009
www.parismatch.com/Actu-Match/Economie/Actu/Sommet-social-syndicats-Raymond-Soubie-79294/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarko-verdose.bbactif.com
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Mer 23 Sep - 21:11



La gauche caviar a perdu sa boussole idéologique

... comme l'écrit Brooklyn sur le blog du directeur du Nouvel Obs.
La gauche caviar a milité pour le traité de Lisbonne, attaqué Ségolène Royal pendant la campagne présidentielle de 2007, vu ses pires éléments se mettre au service d'un président ultra-libéral et américanophile. Aujourd'hui elle dénigre allègrement Barack Obama.

En juillet Denis Olivennes écrit sur son blog sous le titre 'G vain' :
La frilosité, le manque d'initiative de ces hommes les plus puissants de la planète laissent un goût amer. Dans ce morne concert, c'est Barack Obama qui déçoit le plus. On brûle de lui dire : «Qu'as-tu fait de ta promesse ?»

Olivennes engage le Nouvel Obs contre Obama ? Le virage à droite se confirme !
commente Bruno Roger-Petit sur lePost.fr.

Malheureusement le virage semble se confirmer ailleurs. Voici une partie des titres relevés entre le 23 septembre et le 3 août 2009 sur Libération :
Sommet sur le Proche-Orient
Netanyahu-Abbas : première rencontre, peu d'espoir
Barack Obama a obtenu mardi une rencontre entre le président palestinien Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. Au-delà du symbole, aucune avancée concrète n'a été effectuée.
www.liberation.fr/monde/0101592802-trois-hommes-et-une-photo

«Obama place la barre trop haut»
www.liberation.fr/monde/0101592708-obama-place-la-barre-trop-haut

L'Europe, juste bonne pour la photo
Les Européens sont des légumes et l’administration Obama les traite comme tels. En poussant à peine, c’est ce qu’il ressort d’un édito d’Anne Applebaum publié mardi par le Washington Post.
http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2009/09/leurope-juste-bonne-pour-la-photo.html

A l'ONU, une journée climat plutôt tiède
A l'image d'un discours de Barack Obama (attendu comme remobilisateur, mais qui a vite tourné au robinet d'eau tiède), un sentiment de léger dynamitage a flotté... Mais, alors que les Européens appellent Washington à plus d'ambition, Obama a douché son auditoire : "... Reprenant un refrain cher à son prédécesseur, Obama a appelé " les pays à la croissance rapide " à prendre " des mesures vigoureuses "...
www.liberation.fr/economie/0101592755-a-l-onu-une-journee-climat-plutot-tiede

Minorité visible ou espèce protégée ?
Obama serait-il encore de l'espèce protégée ? Un jour, Berlusconi a dit que Barack Obama était jeune, beau, bronzé... Obama est l'homme le plus puissant et courtisé du monde... Quand, l'autre jour, j'ai vu que les opposants à sa réforme du système de santé, ont collé à une photo d'Obama une hitlérienne moustache, comme les opposants à Bush lui en collaient quotidiennement, j'ai hurlé de joie...
www.liberation.fr/societe/0101591655-minorite-visible-ou-espece-protegee

La grâce passée de Barack Obama
www.liberation.fr/monde/0101588352-la-grace-passee-de-barack-obama

Barack Obama se paie des vacances au large
www.liberation.fr/monde/0101586668-barack-obama-se-paie-des-vacances-au-large

Libération s'amuse de l'Obamania qui déferle sur l'île de Marta's Vineyard, où l'on peut à loisir déguster « des mokas glacés "Mochabama", des cocktails "Obamaritas", ou encore des "Obama muffins" » à l’occasion du séjour du président sur l’île.
www.france-amerique.com/articles/2009/08/25/vue_s_de_france_1.html

Obama perd de son assurance sur la couverture maladie
www.liberation.fr/monde/0101585004-obama-perd-de-son-assurance-sur-la-couverture-maladie

"Le Président fait trop de politique au lieu de gouverner"
www.liberation.fr/monde/0101583340-le-president-fait-trop-de-politique-au-lieu-de-gouverner

Retour sur Terre pour Obama
www.liberation.fr/monde/0101583329-retour-sur-terre-pour-obama

Qui pousse le plus à la roue ? Laurent Joffrin ou Edouard de Rothschild ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Lun 11 Jan - 12:21


Agrandir

LES JAUNES

Ce terme vient du mouvement créé par Pierre Biétry le 1er avril 1902, la «Fédération nationale des Jaunes de France». Pour les grévistes, les jaunes étaient les non grévistes.

Ce qualificatif s’est généralisé et a pris un sens péjoratif, désignant les «traîtres».

Histoire

Le premier syndicat jaune est fondé en novembre 1899 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) par un petit groupe de mineurs qui refusent de participer aux mouvements de grève. Dès 1900, des anarchistes analysent aussi la volonté d’utiliser le jaune qui est la couleur papale, par les catholiques et chrétiens voulant investir le monde social.

Son audience s’étend à partir de 1901 avec la création de l’ «Union fédérative des syndicats et groupements ouvriers professionnels de France et des colonies» qui se veut l’organisation nationale des jaunes.

Elle est dirigée par Paul Lanoir.

Le nom de «jaunes» viendrait aussi du fait que les vitres du local de réunion sont sans arrêt brisées, et remplacées par du papier huilé de couleur jaunâtre, ou encore du fait des œufs que les syndicalistes et ouvriers rouges lançaient sur leurs homologues du syndicat jaune.

Selon Biétry lui-même, dans son ouvrage "Le socialisme et les jaunes", son but est de «réaliser la renaissance nationale en créant la réconciliation des classes sur un programme de justice sociale».

Dans les faits, ce mouvement s’oppose vigoureusement au mouvement socialiste et il cesse d’y faire référence en 1904. Ce mouvement est alors soutenu par les nationalistes jusqu’à certains organes radicaux qui pensent tenir là une force nouvelle capable de faire face à la gauche marxiste. Il est soutenu financièrement par de grands industriels, le duc d’Orléans ou la duchesse d’Uzès. Présent vers l’Est, le Nord de la France ou à Paris, on estime que le mouvement a atteint les 100 000 adhérents.

En mai 1908, Biétry scinde son mouvement en un parti politique, le Parti propriétiste et un syndicat la Fédération syndicaliste des Jaunes de France. Aux socialistes, Biétry oppose la participation des ouvriers à la propriété des moyens de production (le «propriétisme»). À la lutte des classes, les jaunes opposent collaboration des classes au sein de «la grande famille du travail», unie dans une «inséparable communauté d’intérêts».

Les jaunes après 1945

Les syndicats héritiers des Jaunes sont dispersés et changent souvent de nom : Condédération générale des syndicats indépendants, Confédération française du travail, Confédération des syndicats libres, Union française du travail, etc.

Au nom de la productivité, la CGSI s’oppose aux nationalisations. Cette logique l’a poussée à dénoncer les fonctionnaires assimilés parfois à «une bureaucratie fainéante et gaspilleuse» (Travail et liberté, 29 octobre 1949) et à proclamer la nécessité de l’économie de marché et du libéralisme. En décembre 1974, la CFT préconise «la concertation permanente à tous les niveaux en instituant une décentralisation et une large délégation des pouvoirs».

D’une manière générale, les « jaunes » ont rejeté toute référence au fascisme, mais continuent à montrer une opposition frontale à la gauche et à la CGT. Cependant, dans sa pratique de cogestion, il leur arrive de cogérer des comités d’entreprise avec la CFTC, la CFE-CGC, la CFDT.

Aujourd’hui

L’expression «syndicat jaune» est le nom donné par des syndicats à un autre, accusé d’être opposé aux conflits de classe et d’être conciliant avec le patronat.

Ces accusations sont formulées par exemple lors d’un appel à ne pas faire grève lorsque la plupart des autres syndicats y appellent ou lors de la signature d’accords de branche auquel la plupart des syndicats sont opposés.

Individuellement, un « jaune » peut aussi désigner un travailleur engagé par un patron pour briser une grève ou lors d’une grève, un travailleur qui refuse d’y participer.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndicalisme_jaune

En lisant le livre de Z. STERNHELL, on se rend compte que les débats actuels de la Droite libérale et conservatrice pour s’allier les plus larges secteurs populaires ne datent pas d’hier, que ces méthodes restent les mêmes et que ce débat pourri sur "l’identité nationale" illustre bien la pensée qui guide le langage qu’on veut faire parler aux masses : le racisme, l’antisémitisme, celui du dévoiement par exemple des valeurs de la Révolution Française qui a fondé la République. "On" c’est le sarkozisme et ses diverses déclinaisons populistes (dans le mauvais sens du terme). Tantôt on loue les "valeurs" ouvrières dans des usines de l’Est, terres bénies des Droites comme en Lorraine patrie de Barrès , tantôt le "Gaullisme" qui a développé la "participation" au capital des entreprises, qui n’est que la déclinaison des propositions de la mouvance "Jaune" des années 1900. (...)
JdesP
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article96561
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Quelle déception !   Sam 13 Fév - 14:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Ven 12 Mar - 7:25



Claude Evin

Né le 29 juin 1949, Claude Evin, PS, célèbre pour son implication dans l'affaire du sang contaminé, membre du Comité d'orientation scientifique de l'association fondée par Michel Rocard et Dominique Strauss-Kahn, À gauche, en Europe, aura aune jolie retraite : Professeur d'université, avocat, conseiller municipal à Saint-Nazaire, ministre socialiste de la Santé en 1988, il est président de la Fédération hospitalière de France (FHF) depuis 2004, et a été nommé en Conseil des ministres le 30 septembre 2009 directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) pour l'Île-de-France.

www.lejdd.fr/Societe/Sante/Actualite/Evin-fonctionnaire-d-abord-138084/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_%C3%89vin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Dim 25 Avr - 19:53



Retraites : François Chérèque étudiera la durée de cotisation sur les retraites

L'allongement de la durée de cotisation "est un débat. A notre congrès, on pose ce débat-là à nos militants, donc la CFDT n'exclut pas ce principe-là", a dit François Chérèque lors du "Grand rendez-vous" d'Europe 1.
En 2003, le soutien de François Chérèque à la réforme des retraites de François Fillon avait provoqué un exode des militants de la CFDT. Cette fois, le syndicat n'arrêtera pas sa position avant d'avoir consulté les adhérents lors de son congrès, du 7 au 11 juin à Tours.

"J'ai toujours dit qu'un acquis social pouvait évoluer"
Interrogé sur la réforme des retraites des fonctionnaires, François Chérèque a répondu : "S'il y a des efforts qui sont faits sur cette réforme, ce sera à faire de manière équitable dans le public et le privé."
http://fr.news.yahoo.com/4/20100425/tts-france-retraites-ca02f96.html

En 2003, La CFDT a approuvé la réforme des retraites.
www.agoravox.fr/actualites/economie/article/cfdt-a-la-recherche-du-paritarisme-40231

La grève à la SNCF était "inutile", estime François Chérèque
http://fr.news.yahoo.com/3/20100425/tfr-social-sncf-greve-cfdt-chereque-21aed1c.html

Polygamie : "il faut appliquer la loi", juge François Chérèque
http://fr.news.yahoo.com/3/20100425/tfr-voile-integral-nantes-chereque-21aed1c.html
http://fr.news.yahoo.com/3/20100425/tfr-social-retraites-chereque-21aed1c.html


Consignes à tous ceux et celles qui vont manifester le 1er mai
http://syndicatpouetpouet.wordpress.com/2009/04/28/consignes-1er-mai/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Dim 25 Avr - 21:51



Présidentielles de 2012 : Moscovici évoque la "candidature naturelle" de DSK

"Il y a une personnalité à part au PS, qui est Dominique Strauss-Kahn. Il a un statut à part, il est à l’étranger. On lui prête une présidentialité plus forte qu’à n’importe qui", a expliqué le 23 avril sur RCF le député du Doubs.
www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Moscovici-l-avocat-de-DSK-188270/

En 1984 Moscovici quitte la LCR pour le PS. En 2004 il obtient le poste de vice-président du Parlement européen. En 2006 il lâche Jospin pour Strauss-Kahn.
www.politique.net/pierre-moscovici.htm

Loi naturelle,
par Robert Solé

[...] Pierre Moscovici en meurt d'envie, mais constate l'existence d'"une candidature naturelle qu'il ne faut pas contrarier", celle de Dominique Strauss-Kahn.

En politique, il y a des gens comme ça : nés comme ça, faits pour ça. Des gens qui sont évidemment, forcément, naturellement présidentiables. C'est l'inné et non l'acquis, l'enfantement normal face à la procréation assistée.

Un candidat naturel est légitime par définition : le contraire d'un enfant naturel. En dehors de lui, il n'y a que des candidatures virtuelles (Alain Juppé), éternelles (Laurent Fabius, Jack Lang) ou surnaturelles (Dominique de Villepin).

Impossible de combattre les lois biologiques. Un candidat naturel peut être battu une fois, mordre la poussière, faire une traversée du désert, se retrouver dans la nature, passer pour une nature morte... rien n'y fait. On le voit nécessairement resurgir. Chassez le candidat naturel, il revient au galop.
www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/24/loi-naturelle-par-robert-sole_1342222_3232.html

deux risques à la clef : celui de se mettre en danger vis-à-vis du FMI, et celui d'offrir l'image d'une compétition avec la première secrétaire du PS, mettant à mal leur alliance de 2008 (alliance DSK-Aubry-Fabius pour empêcher Ségolène Royal de prendre le parti).
www.lesechos.fr/info/france/020483821637-strauss-kahn-candidat-et-si-c-etait-trop-tard-.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Lun 28 Juin - 14:32


Le sénateur-maire de Lyon (MAXPPP)

Gérard Collomb, la gauche dont rêve la droite !

«Si Dominique Strauss-Kahn est là pour incarner une ligne réformiste, évidemment je le soutiendrai. S’il n’est pas là, je vais essayer de défendre une ligne qui me semble bonne pour le PS et pour la France surtout». Ben mon (Gérard) Collomb, il y croit toujours. Celui qu’une dirigeante du PS s’amuse à surnommer «L’homme qui ne représente que… Lyon» se voit encore aujourd’hui prendre part aux primaires. Mais «une ligne bonne pour le PS et pour la France surtout» à la sauce Gérard Collomb, qu’est ce que cela peut bien signifier ? Son intervention, ce matin, sur l’antenne d’Europe 1 face à Jean-Pierre Elkabbach apporte un début de réponse.

Gérard Collomb, c’est la radicalité à l’état pur. C’est une conception de l’opposition à la fois pugnace et tenace. Un brin féroce. Presque trop tête brûlée, même, pour avoir droit de cité à «Solfé». L’affaire Bettencourt-Woerth par exemple ? Le sénateur-maire de Lyon a un avis tranché sur la question. Il explique ne pas vouloir… «accabler les gens qui sont dans une situation difficile comme se trouve Eric Woerth» ! Si ça, ce n’est pas être un opposant, un vrai ? Bakounine et Louise Michel peuvent reposer en paix : la relève est assurée ! En plus, notre homme sait faire des effets de manche. Plutôt que d’invoquer bêtement les pères fondateurs du socialisme, lui préfère paraphraser… l’actuel Premier ministre pour évoquer les problèmes de collusion entre les responsables politiques et le monde des affaires : «Je ferais un peu le même contrepoint qu’a fait François Fillon, hier, en disant qu’il faut faire attention que les hommes politiques ne se mettent pas dans des situations totalement infernales» ! Si ce n’est pas vicieux que de citer ses adverses. Un stratège, un vrai. L’Art de la guerre, ce n’est pas Sun Tzu qui en est l’auteur, mais Gérard Collomb !

Mais la «ligne réformiste» façon Collomb s’exprime encore plus pleinement quand il s’agit d’aborder la réforme des retraites. Une nouvelle fois, le maire de Lyon ne recule pas. Enfin presque. La retraite à 62 ans ? Il n’est pas spécialement contre parce qu’évidemment «on ne peut aujourd’hui rester immobile !» Argument imparable. Collomb, c’est le mouvement. À côté, les autres font du sur place. À commencer par sa Première secrétaire, Martine Aubry, qui, à l'en croire, trompe les Français en expliquant que le PS abrogera la réforme des retraites s’il parvient aux commandes du pays. «Je crois que la gauche lorsqu’elle sera confrontée à l’exercice du pouvoir, explique Gégé Guevara, sera bien obligée de prendre en compte les réalités.» Collomb, c’est ça : soyons réalistes, n’exigeons que le possible et même moins s’il le faut…

Gérald Andrieu
www.marianne2.fr/Gerard-Collomb,-la-gauche-dont-reve-la-droite!_a194404.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Dim 5 Sep - 23:35



Julien Dray : "L'antisarkozysme ne fait pas un programme"

Besson et Hortefeux ne changent pas de cap sur la sécurité
Des manifestations se sont déroulées un peu partout en France ce samedi contre "le racisme et la xénophobie de l'Etat". Le député PS a dénoncé ces mouvements.
http://fr.news.yahoo.com/63/20100905/tpl-julien-dray-l-antisarkozysme-ne-fait-5cc6428.html

27 août 2010
Dray : Les Roms doivent être "sédentarisés"
Le député socialiste de la 10e circonscription de l'Essonne a réagi vendredi dans Europe 1 Soir sur la politique d'expulsion appliquée à la communauté rom en France. "Les expulsions, ça n’a rien à voir avec la rafle du Vel' d’Hiv" […]"Il faut que la question soit traitée à l’échelle européenne", a analysé Julien Dray, qui souhaite que les Roms soient "sédentarisés". Le socialiste a en outre admis la "situation difficile" de certains élus chargés d'affecter un terrain aux Roms.
www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Depeches/Dray-Les-Roms-doivent-etre-sedentarises-208872/

30 juil. 2010
Julien Dray pointe du doigt les liens entre mafias et gitans
Invité d'Europe1, le député a insisté sur la délinquance qui se crée autour des camps de gens du voyage.
www.streetpress.com/sujet/920-julien-dray-pointe-du-doigt-les-liens-entre-mafias-et-gitans

06 juin 2010
Julien Dray défend Hortefeux, "un républicain" qui n'est pas raciste
Le député PS est venu dimanche à la rescousse de Brice Hortefeux en estimant que le ministre de l'Intérieur est "un "républicain" qui n'est pas raciste mais a eu "une phrase inacceptable".
www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hrIAzDvpBv8PkAp1K-bL9OsH_lWQ

Sédentariser les gens du voyage, quelle idée judicieuse ! elephant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Reste-t-il des socialistes au PS ?   Lun 6 Sep - 8:43


Rocard aux patrons du Medef : vous seuls savez la vérité !

Lors de l'université du Medef, l'ancien Premier ministre socialiste s'est lâché. Intervenant sur l'émergence de nouvelles autorités, il a terminé son laïus par un plaidoyer pro patronat qui a ravi l'auditoire. Pour lui, pas de doute, seuls les patrons ont la connaissance suffisante du monde extérieur pour inspirer de leurs expériences les nouvelles autorités.....
www.marianne2.fr/Rocard-aux-patrons-du-Medef-vous-seuls-savez-la-verite_a196973.html

Une fois de plus, Rocard est allé lécher l’arrière-train des patrons (à l’université d’été du Medef). Jamais il n’était allé aussi loin dans la soumission [...]
Bernard GENSANE
www.legrandsoir.info/Une-traitrise-de-plus-de-Rocard.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Lun 6 Sep - 19:52



Jack Lang : courtisan à Paris, socialiste dans le Nord

[extraits] Le plus mitterrandien des mitterrandiens (ce qui n’est pas une mince affaire) s’est trouvé un substitut à « Tonton » en la personne de Nicolas Sarkozy. Votant, contre l’avis de son parti, certains des textes portés par la majorité. Acceptant, sans sourciller, des missions qui lui étaient confiées par l’Elysée (membre du Comité Balladur, émissaire du chef de l’Etat en Corée du Nord puis à Cuba).

En cette rentrée politique 2010, c’est une autre mission que notre Jack Lang national a acceptée : celle de conseiller spécial du Secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, sur les questions juridiques liées à la piraterie au large des côtes somaliennes.

Faut-il alors voir derrière sa nouvelle mission auprès de l’Onu, une manière de prendre un peu de distance avec Nicolas Sarkozy ?
Non. Pour Jack, Grenoble et la déchéance de nationalité, ne sont « pas un virage » : « C’est un choix premier. Un choix qui se place dans la continuité d’une politique énoncée depuis longtemps ». Même s’il reconnaît y voir « une mise en scène supplémentaire » de la part de Nicolas Sarkozy, il ne semble pas prêt à condamner ce discours plus que ça.


« J’ai toujours agi selon ma conscience »

Et il ne renie rien : « J’ai toujours agi selon ma conscience ». Y compris lorsqu’il fut le seul socialiste à approuver la réforme constitutionnelle ? « Je suis fier et heureux d’y avoir participé. Aujourd’hui, je persiste et signe. Au congrès de Reims qui a suivi, pas une remarque ne m’a été faite par les militants que j’ai pu y croiser. » Non, rien de rien, Jack Lang ne regrette rien.

Jack Lang considère pourtant entretenir des « rapports clairs et transparents » avec sa formation. « À chaque fois qu’une mission m’a été confiée, j’ai prévenu les instances du parti. Ça a été le cas lorsqu’il y a eu la controverse sur ma participation au Comité Balladur sur la réforme des institutions. J’avais prévenu François Hollande (alors Premier secrétaire du PS, ndlr) et Jean-Marc Ayrault. Cette fois encore, j’ai prévenu Martine Aubry de ma mission auprès de l’Onu. Elle m’a d’ailleurs félicité. Elle m’a même appelé pour me fêter mon anniversaire » !

Certains sarkozystes se vantent pourtant d’avoir fait disparaître, à l’occasion du redécoupage électoral, en accord avec la Première secrétaire du PS, la 6e circonscription du Pas-de-Calais dont il est l’élu à l’Assemblée nationale. […]

Gérald Andrieu
www.marianne2.fr/Jack-Lang-courtisan-a-Paris-socialiste-dans-le-Nord_a197151.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Jeu 28 Oct - 17:20

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Dim 31 Oct - 12:05


Rapport sur la libération de la croissance
Jacques Attali largué même à droite !

Jacques Attali présente le rapport de sa commission pour la libération de la croissance française comme le fruit d’un consensus droite-gauche. Il s’appuie pour cela sur la présence dans son aréopage du conseiller économique de Ségolène Royal en 2007, Philippe Aghion, ou d’un ex-patron de la CFDT, Jean Kaspar, d’un syndicaliste cégétiste Pierre Ferracci, ou de l’ex-dir-cab de DSK à Bercy, François Villeroy de Galhau. Mais à voir les déclarations des uns et des autres, l’édification d’un consensus transpartisan sur le thème d’une rigueur affichée pour les dix ans à venir est bien compromise.

Il n’est bien sûr pas très surprenant que Benoît Hamon, porte-parole du PS et leader de la gauche des socialistes, daube sur « la grande idée » d’Attali : « Demander aux salariés, aux familles, aux bénéficiaires des prestations sociales, aux consommateurs, aux usagers des services publics de payer la facture de la crise. Souhaitons que ce rapport n’ait d’autre utilité que de faire parler de son auteur ».

Moins attendue est l’attitude de Michel Sapin chargé des questions économiques au PS et loin d’être un radical. Il confie : « Jacques Attali m’a fait l’amitié de me prévenir du contenu de son rapport. Nous aurions pu être sensibles à ses arguments sur le poids de l’endettement public. Mais dès le moment où il a affiché l’objectif 50 milliards de coupes dans les dépenses publiques, il n’était plus possible pour nous d’approuver le rapport de la commission ».

Mieux encore Daniel Cohen, économiste et président du conseil scientifique de la Fondation Jean-Jaurès s’en prend vertement aux fondamentaux du rapport. « C’est un peu de la provocation », n’hésite-t-il pas à dire. Attali tomberait dans l’erreur de « la consolidation budgétaire » à tous prix. Et d’expliquer à Marianne : « Pendant longtemps, il y avait une idée partagée : il y a une bonne et une mauvaise façon de faire de la consolidation budgétaire. En gros, baisser les dépenses, c’est bien, car cela donne de la place à la dépense privée. Augmenter les impôts, c’est mal. Or les travaux d’Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI montrent tout autre chose : lorsque la politique monétaire n’a plus d’action, ce qui est le cas aujourd’hui, (avec des taux d’intérêts très bas, NDLR), lorsqu’on ne peut pas regagner de la croissance sur les autres par une politique d’exportation, réduire la dépense publique d’un point revient à réduire la croissance d’un point. Lorsqu’on programme cinq points sur les cinq prochaines années, cela revient à préconiser une baisse de la croissance du pays du même ordre ! ». (...)
www.marianne2.fr/hervenathan/Jacques-Attali-largue-a-gauche-!_a51.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Lun 1 Nov - 22:42


2011, l'odyssée de l'austérité « juste »

À peine annoncé, l'éditocratie parisienne a déjà succombé aux charmes du concept d'austérité « juste », concocté par le premier Ministre Britannique David Cameron. Serge July, pour qui, il n'y a pas d'alternative, va même jusqu'à dire «Chiche !» à Sarkozy pour assurer sa réélection en 2012. Dès 2011, c'est toute l'Europe qui doit s'attendre à une douloureuse cure d'austérité à l'Anglaise.

Serge July, dans une autre vie directeur de Libération, qui sous son règne finissant lançait à la une des « Juppé, l’audace ! » comme s’il en pleuvait, a déjà succombé au plan Cameron. Le concept « d’austérité juste » aura suffi à conquérir le désormais éditorialiste de RTL.

July utilise peu ou prou les mêmes arguments que le reste de l’éditocratie parisienne : « Non, le plan Cameron n’est pas Thatcherien puisqu’il frappe massivement les hauts revenus ». Et July dans une chronique d’égrener les quelques augmentations fiscales pour les plus aisées oubliant de citer le licenciement des 500.000 fonctionnaires qui viendront grossir la liste des demandeurs d’emplois, la baisse des allocations logements (mesure déjà critiquée par le maire conservateur de Londres qui craint de voir partir les pauvres chassés vers les banlieues. « Je ne veux pas qu’à Londres comme à Paris, les pauvres soient obligés de vivre en banlieue » a expliqué Boris Johnson).

De façon bien plus étrange Serge July évoque même une hausse du taux d’imposition des sociétés alors que George Osborne, le chancelier de l’échiquier (NDLR : l’équivalent de notre Ministre des finances) a clairement indiqué une baisse du taux d’imposition des sociétés à 24% contre 28% aujourd’hui : « Notre taux d’imposition actuel de 28% était jugé de moins en moins compétitif » a expliqué Osborne.

Toujours la même rengaine : des taxations symboliques pour les hauts revenus censées justifier les ponctions les plus lourdes dans les classes moyennes inférieures et populaires. Pour bien faire passer la pilule, Serge July va jusqu’à expliquer que ce sont les conservateurs qui s’indignent de ce plan « le plus à gauche depuis la guerre » pour certains éditorialistes que July choisit soigneusement de citer.

Serge July veut une austérité juste version Sarko

Un choix qui n’a rien d’anodin. Subtil, l’ancien directeur de Libé fait immédiatement la comparaison avec notre Sarko national : « pour l’instant Nicolas Sarkozy joue à Thatcher l’original mais il peut aussi passer de Thatcher à Cameron. Et je mets en garde les ricaneurs : un Nicolas Sarkozy est capable de filer à l’Anglaise pour être réélu en 2012 et mettre en place en 2011 une fiscalité qui taxe même les amis du Fouquet’s. C’est possible, je dis chiche ! ».

On n’en croit pas ses oreilles. A raison d’une petite cure d’austérité et d’un impôt Fouquet’s, Serge July, l’ancien compagnon de lutte de Sartre reprendrait bien du Sarko pour 5 ans. « Vaut mieux entendre ça que d’être sourd ». Certes. (...)
www.marianne2.fr/2011-l-odyssee-de-l-austerite-juste_a199046.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Mer 3 Nov - 22:22


Bockel veut repérer les délinquants "dès 2 ou 3 ans"

Le secrétaire d'État à la Justice Jean-Marie Bockel a fait une quinzaine de propositions sur la prévention de la délinquance juvénile dans un rapport remis mercredi à Nicolas Sarkozy. Il met l'accent sur la responsabilisation des parents et revient sur l'idée controversée d'un repérage des troubles du comportement dès 2-3 ans.

Plusieurs propositions portent sur "la responsabilité parentale". "Dans certains quartiers où explose la délinquance juvénile, plus d'un foyer sur deux est une famille monoparentale", constate le rapport, préconisant de "confier un statut aux beaux-parents" afin d'aider à restaurer l'autorité.

Il propose aussi de "généraliser le contrat de responsabilité parentale", qui permet aux conseils généraux de suspendre les allocations familiales des parents qui ne respectent pas leurs obligations.

Jean-Marie Bockel revient par ailleurs sur l'idée d'un repérage précoce des troubles du comportement chez l'enfant, qui avait suscité un tollé quand elle avait été proposée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en 2005.
www.lexpress.fr/actualite/societe/bockel-veut-reperer-les-delinquants-des-2-ou-3-ans_933341.html

Que va-t-il faire d’un petit agité qui ment, qui vole et qui insulte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Mer 10 Nov - 22:46


La vraie gauche effraie, des prétendus socialistes à l’extrême-droite

Fin octobre Jean-Paul Huchon, Président du Conseil régional d’Ile de France, a expliqué que Jean-Luc Mélenchon était pire que Le Pen sur l’Express.fr.
Manuel Valls a lui expliqué dans le Parisien que les déclarations de Jean-Luc Mélenchon constituaient un danger pour la démocratie. «Qu’ils s’en aillent tous !», c’est un discours d’extrême droite qui sent le Tous pourris », a dénoncé le député-maire d’Evry.
Sur France 2 Martine Aubry, qui fut la numéro deux du gouvernement de Lionel Jospin, a relégué Mélenchon au rang de «secrétaire d’État», alors qu’il avait le grade de ministre (Formation professionnelle) entre 2000 et 2002.

Rencontre Hamon-Besancenot
l'image du représentant du PS, parti gouvernemental tout à sa quête de crédibilité, aux côtés du leader du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), formation révolutionnaire et radicale, a fait tousser au sein du PS, certains reprochant à Benoît Hamon de brouiller l'image du parti et d'effrayer son potentiel électorat centriste.
Les critiques les plus dures sont venues du sénateur maire de Lyon, Gérard Collomb, un proche de Dominique Strauss-Kahn, et du maire d'Evry, Manuel Valls, candidat aux primaires pour la présidentielle de 2012.
Le premier a mis en garde contre la tentation du "à gauche toute", et martelé que le PS devait rester "crédible économiquement".
Le second s'est montré encore plus offensif : annoncer "l'augmentation des petits salaires, du Smic, le gel des loyers me paraît d'une autre époque", a-t-il dit au lendemain de l'université d'été du courant de M. Hamon, où ce dernier avait insisté sur les revendications sociales.
"Il n'est pas possible de donner l'impression que nous accumulons les promesses", a renchéri vendredi le député Claude Bartolone sur France Inter, en traçant une nette ligne de partage. "Il y a ceux qui croient en la réforme et ceux qui croient au grand soir", a-t-il déclaré.
Pour Alain Soral, Jean-Luc Mélenchon est la supercherie du 'Siècle'

www.prs31.com/spip.php?article14538
www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/pire-que-le-pen_931678.html
www.leparisien.fr/politique/guerre-des-mots-entre-melenchon-et-le-ps-19-10-2010-1114984.php
www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/l-affiche-hamon-besancenot-suscite-des-grincements-de-dents-au-ps-24-09-2010-1081117.php


Valls se disait prêt à voter des lois du gouvernement contre les délinquants multirécidivistes
www.lefigaro.fr/politique/2009/06/02/01002-20090602ARTFIG00306-valls-ravive-le-malaise-du-ps-sur-la-question-de-la-securite-.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Ven 12 Nov - 4:11

La panique gagne un Vert

Mélenchon «va labourer sur les terres du FN», tacle Cohn-Bendit
www.liberation.fr/politiques/01012301694-melenchon-va-labourer-sur-les-terres-du-fn-tacle-cohn-bendit

Daniel Cohn-Bendit, l'imposture
Par Paul Ariès et Florence Leray

L’homme appartient à la caste de ceux qui entrent dans l’Histoire de leur vivant. Il parle, dit-on, avec ses tripes, pique des colères noires devant les caméras, gesticule tel un éternel adolescent. En vérité, le nom de Cohn-Bendit représente aujourd’hui une telle disjonction entre le signe et le sens qu’il était devenu urgent de publier cet ouvrage.

« Dany le Rouge » a toujours été plus libéral que libertaire. Il est le meilleur avocat du capitalisme vert, l’homme dont le système a besoin pour imposer ses fausses solutions à la crise. Entré chez les Verts par opportunisme, sa course politique le rapproche peu à peu de la droite décomplexée. Chantre de la mondialisation, enfant chéri des médias, il allie superficialité et supercherie au bénéfice de son hypernarcissisme.

Voici une biographie pamphlétaire qui laisse de côté les affres de l’homme pour s’attaquer avec précision à la « pensée DCB » et aux contradictions politiques de ce « fou du roi ». L’enjeu, c’est une écologie qui ne soit pas qu’un programme de relance capitaliste.

Paul Ariès est politologue, directeur du journal d’analyse politique Le Sarkophage, rédacteur au mensuel La Décroissance, collaborateur à Politis. Il est l’auteur d’une vingtaine de livres. Florence Leray est philosophe, journaliste et réalisatrice de documentaires.
http://livre.fnac.com/a2800243/Paul-Aries-Daniel-Cohn-Bendit-l-imposture

Grand marché transatlantique
Le 26 mars 2009, le Parlement européen a adopté une résolution sur « l'état des relations transatlantiques après l'élection de M. Obama », votée en séance avec 501 voix pour (la droite, les socialistes du PSE et les Verts) et seulement 53 voix contre (la Gauche européenne). Elle propose de remplacer l'actuel agenda transatlantique par un nouvel accord de partenariat stratégique à négocier d'ici à 2012. Il s'agit principalement « d'atteindre l'objectif d'un véritable marché transatlantique intégré » d'ici à 2015. Est aussi prévu un Conseil politique transatlantique (CPT), « organe de consultation et de coordination systématiques de haut niveau pour la politique étrangère et de sécurité ».
www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P6-TA-2009-0193+0+DOC+XML+V0//FR
www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=402:le-grand-marche-transatlantique&catid=83:notes-de-campagne&Itemid=120
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Ven 12 Nov - 4:44


Jacques Delors, promoteur du néolibéralisme dans l’UE

Investir dans le social après l’avoir détruit
Jacques Delors, initiateur de l’orientation néolibérale de l’Union européenne (notamment à travers l’Acte unique signé en 1986), artisan du « tournant » de la politique économique française en 1982-83, se vantait naguère d’avoir désindexé les salaires par rapport aux prix, chose qu’aucun gouvernement de droite n’était capable de faire accepter aux syndicats, d’avoir imposé un plan de rigueur et d’avoir convaincu ses amis socialistes que le marché était indépassable. Aujourd’hui, il veut investir dans le social. Comment ?

En prolongeant la durée de la vie active pour réformer les retraites et en refusant d’augmenter les cotisations sociales.

En incitant les chômeurs à reprendre un travail, première qualité du RSA.

En dégraissant le « mammouth », l’« État obèse », « difficilement contestable » ; il suffit de discuter les « modalités d’application ».

En faisant référence à la notion libérale néoclassique de « capital humain » pour désigner le savoir et le savoir-faire des travailleurs. Mieux encore, en remplaçant le mot « travailleur » par celui de « capital humain ». Ainsi, Jacques Delors parle des « 14 millions de capital humain dans l’industrie automobile ». Il ne craint pas l’aporie en définissant le capital humain comme « la capacité des individus à participer à la société, d’abord par le… travail » !!!

Bref, en approfondissant les politiques néolibérales qui ont mené à la crise.
www.speculand.com/Investir-dans-le-social-apres-l

Jacques Delors, Martine Aubry, tel père, telle fille

Dimanche [17 janvier 2010], Martine Aubry, Premier secrétaire du Parti socialiste déclarait à propos de l’âge de la retraite : « Je pense qu'on doit aller, qu'on va aller très certainement vers 61 ou 62 ans.» Il y a quelques jours elle mettait à l’actif de son bilan au Gouvernement de Lionel Jospin, la réconciliation des Français avec l’entreprise. [...]

Qu’aujourd’hui, Martine Aubry, sa fille qui a été à bonne école, tende à Nicolas Sarkozy des perches qu’il n’eut même pas osé imaginer dans ses rêves les plus fous, quoi de surprenant à cela ? Jacques Delors versait il y a peu des larmes de crocodile sur le sort des peuples européens dans la tourmente libérale et promettait pour plus tard, quand tout irait mieux, l’Europe sociale qu’il annonçait déjà il y a vingt-cinq ans. Avec cette déclaration, Martine Aubry n’est pas en reste et se montre en cela la digne fille de son père. Alors, non merci Monsieur Delors et Madame Aubry, on a déjà donné ! »

Reynald Harlaut
www.paperblog.fr/2737427/jacques-delors-martine-aubry-tel-pere-telle-fillepar-reynald-harlaut/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Ven 12 Nov - 4:46

La panique gagne un Vert

Mélenchon «va labourer sur les terres du FN», tacle Cohn-Bendit
www.liberation.fr/politiques/01012301694-melenchon-va-labourer-sur-les-terres-du-fn-tacle-cohn-bendit

Décidément il est en ce moment des « responsables » politiques qui se révèlent. Sentiraient-ils leurs intérêts en péril, pour attaquer aussi férocement ? Les déclarations de Huchon ou Cohn-Bendit, outre qu'elles banalisent le Front National, rappellent singulièrement les attaques faites à l’encontre des partisans du Non de Gauche au TCE en 2005, quand les défenseurs d'une autre Europe se faisaient traiter au mieux de nationalistes, ou pire. À croire que l’audience acquise depuis quelques temps par Jean-Luc Mélenchon, le PG et plus largement le Front de Gauche, inquiète pareillement ceux qui, aujourd'hui encore, défendent en réalité la politique libérale que les peuples subissent.
E.C.

Melenchon en tête des ventes des essais politiques
16215 exemplaires de son livre Qu'ils s'en aillent tous ! (Flammarion) ont été achetés depuis le 10 octobre.
www.rue89.com/2010/11/11/melenchon-en-tete-des-ventes-des-essais-politiques-175445

Daniel Cohn-Bendit, l'imposture
Par Paul Ariès et Florence Leray

L’homme appartient à la caste de ceux qui entrent dans l’Histoire de leur vivant. Il parle, dit-on, avec ses tripes, pique des colères noires devant les caméras, gesticule tel un éternel adolescent. En vérité, le nom de Cohn-Bendit représente aujourd’hui une telle disjonction entre le signe et le sens qu’il était devenu urgent de publier cet ouvrage.

« Dany le Rouge » a toujours été plus libéral que libertaire. Il est le meilleur avocat du capitalisme vert, l’homme dont le système a besoin pour imposer ses fausses solutions à la crise. Entré chez les Verts par opportunisme, sa course politique le rapproche peu à peu de la droite décomplexée. Chantre de la mondialisation, enfant chéri des médias, il allie superficialité et supercherie au bénéfice de son hypernarcissisme.

Voici une biographie pamphlétaire qui laisse de côté les affres de l’homme pour s’attaquer avec précision à la « pensée DCB » et aux contradictions politiques de ce « fou du roi ». L’enjeu, c’est une écologie qui ne soit pas qu’un programme de relance capitaliste.

Paul Ariès est politologue, directeur du journal d’analyse politique Le Sarkophage, rédacteur au mensuel La Décroissance, collaborateur à Politis. Il est l’auteur d’une vingtaine de livres. Florence Leray est philosophe, journaliste et réalisatrice de documentaires.
http://livre.fnac.com/a2800243/Paul-Aries-Daniel-Cohn-Bendit-l-imposture

Grand marché transatlantique
Le 26 mars 2009, le Parlement européen a adopté une résolution sur « l'état des relations transatlantiques après l'élection de M. Obama », votée en séance avec 501 voix pour (la droite, les socialistes du PSE et les Verts) et seulement 53 voix contre (la Gauche européenne). Elle propose de remplacer l'actuel agenda transatlantique par un nouvel accord de partenariat stratégique à négocier d'ici à 2012. Il s'agit principalement « d'atteindre l'objectif d'un véritable marché transatlantique intégré » d'ici à 2015. Est aussi prévu un Conseil politique transatlantique (CPT), « organe de consultation et de coordination systématiques de haut niveau pour la politique étrangère et de sécurité ».
www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P6-TA-2009-0193+0+DOC+XML+V0//FR
www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=402:le-grand-marche-transatlantique&catid=83:notes-de-campagne&Itemid=120
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Lun 15 Nov - 1:57


Pourquoi Mélenchon les rend fous

Pourquoi tant de haine ? Jeudi 11 novembre, Daniel Cohn-Bendit, invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL, charge Jean-Luc Mélenchon. Le messie d’Europe écologie accuse le président du Parti de gauche de « labourer sur les terres du FN ». Pas moins !
Pour justifier cette attaque, l’ancien étudiant en sociologie de Nanterre assure avoir lu le dernier livre de Mélenchon, Qu’ils s’en aillent tous (Flammarion), et y avoir découvert que le tribun du Front de gauche, parlait de « la grande France », voulait « intégrer une partie de la Belgique, la Wallonie et Bruxelles » et… horresco referens « ce qu’il dit sur les Boches, c’est insoutenable, intolérable ». A moins que le pire du pire soit encore ce qu’il dit « sur l’Europe ». « C’est indéfendable », vitupère celui qui, il n’y a pas si longtemps (moins de dix ans), rêvait ouvertement de succéder à Romano Prodi à la tête de la Commission européenne [1].

Corrigeons de suite, Jean-Luc Mélenchon n’a jamais utilisé le mot « boche » pour parler des allemands dans son dernier essai. Daniel Cohn-Bendit, s’il l’a eu entre les mains, ne l’a pas lu. Mais il a lu (vite) la tribune publiée par son frère Gabriel, jadis défenseur de la liberté d’expression de Robert Faurisson [2], la veille, dans Libération qui, le premier, affirmait, que pour Mélenchon les Allemands restaient des « boches ».
Dans la cinquième partie de son livre, intitulée « Faire une autre paix », Jean-Luc Mélenchon plaide au contraire pour des « réalisations concrètes » avec les Allemands. « Construire des relations étroites avec les Allemands, c’est un devoir permanent de notre pays. Et chacun doit s’y atteler à la place qu’il occupe », écrit-il (p.118), non sans rappeler qu’à la place qui est la sienne il a lancé le Parti de gauche, main dans la main, avec Oskar Lafontaine, alors président de Die Linke.


Deux précédents

Avant Daniel Cohn-Bendit, deux responsables socialistes avaient sonné la charge contre Jean-Luc Mélenchon, l’accusant de populisme. « Son langage et son comportement sont dangereux pour la démocratie », a déclaré Manuel Valls dans Le Parisien (7 novembre), en sous-entendant que son comportement ferait le jeu du Front national. Pour Jean-Paul Huchon, à en croire L’Express, Jean-Luc Mélenchon serait même pire que Le Pen : « Son langage est proche de celui de l’extrême droite, mais c’est plus grave que Le Pen ! Il incarne le populisme d’extrême gauche. [3] »
Ces déclarations aussi outrancières qu’insultantes ont suscité les protestations du Parti de gauche qui a écrit à Martine Aubry et interpellé solennellement Cécile Duflot. Sans réponse jusqu’ici, hormis une déclaration de Jean-Vincent Placé désavouant implicitement Daniel Cohn-Bendit.

L’offensive des partisans de l’alliance avec le cente

Si la presse a rendu compte de ses échanges, elle reste muette sur les raisons de ces attaques. Et quand elle s’y essaie, comme Jean-Michel Aphatie sur son blog, c’est pour se féliciter que Daniel Cohn-Bendit « exprime sans détours » l’aversion que provoquerait à gauche « le style, le parti pris de la violence dans le discours, la radicalité verbale, dont a choisi d’user et d’abuser Jean-Luc Mélenchon ». Bel exemple de dépolitisation de l’analyse.

Une conviction commune anime Daniel Cohn-Bendit, Manuel Valls et Jean-Paul Huchon : tous trois sont favorables à une alliance avec le centre. Le fondateur et inspirateur d’Europe-écologie l’a dit et répété avant et après avoir participé l’an denier à la tentative de rassemblement du PS, du MoDem et des Verts initiée par le socialiste Vincent Peillon, à Marseille, fin août 2008. Et ne craignait pas d’afficher devant les caméras ses bonnes relations avec Marielle de Sarnez, la vice-présidente du parti de François Bayrou.


Manuel Valls, qui ne cesse de répéter que « le mot "socialisme" est dépassé » et que « le PS devra, un jour, changer de nom pour être en cohérence avec notre temps », était lui aussi présent à Marseille les 21 et 22 août 2008. Nous l’avions retrouvé, le 28 novembre 2009, à une table-ronde organisée des Gracques, managée par Denis Olivennes, le directeur du Nouvel Observateur, devisant aimablement des conditions d’une alliance du PS avec le MoDem avec Marielle de Sarnez.


Enfin, nous avons déjà montré ici même combien Jean-Paul Huchon, président (PS) de la région Ile-de-France, rêvait d’une alliance « entre les socialistes modérés et les chrétiens-démocrates » : « Sur l’acceptation du capitalisme, sa correction sociale, sur la solidarité, l’État minimum social, sur les libertés universitaires, sur l’acceptation d’une école qui ne serait pas à deux vitesses, sur la recherche, sur la décentralisation, les convergences sont évidentes, écrivait-il en 2008 [4]. J’ai la conviction que nous n’avons jamais été aussi proches de cette alliance entre la gauche et le centre. »
Récemment, Jean-Paul Huchon embauchait à la région comme chargé de mission David-Xavier Weiss, ancien chef de cabinet de Roger Karoutchi lorsque celui-ci était secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement. Alors même que ce dernier continuait d’assister au bureau politique de son parti et « est toujours secrétaire national de l’UMP en charge des transports », un dossier sur lequel les UMPistes contestent la politique de la Région.

Les partisans d’un centre-gauche fade et sans saveur n’acceptent pas la nouvelle notoriété d’un Jean-Luc Mélenchon qui a toujours refusé leur projet d’alliance et ne veut plus se contenter de leurs demi-mesures [5]. D’où ces tentatives de diabolisation, que l’on observe aussi, quoique sous une forme très atténuée, au sein du PS, avec le réveil de la droite socialiste, hostile aux propositions contenues dans le texte sur « l’égalité réelle » présenté par Benoît Hamon. Comme si, après l’adoption de la loi sur les retraites et la fin annoncée du mouvement de contestation de cette réforme sarkozyste, les sociaux-libéraux, contraints ces derniers mois à rentrer la tête dans les épaules, avaient décidé que l’heure de la contre-offensive avait sonné. [...]

Michel Soudais
www.politis.fr/Pourquoi-Melenchon-les-rend-fous,12146.html

Jean-Luc Mélenchon, l’orgueil d’être de gauche

Faut-il qu’ils aient peur et en même temps, qu’ils l’envient d’être resté un homme debout avec ses convictions qu’ils déclarent « populistes » dévoyant le sens du mot, pour distiller ainsi le poison du mensonge et de la discorde.
www.mediapart.fr/club/blog/roger-vaillant/121110/jean-luc-melenchon-l-orgueil-d-etre-de-gauche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Mer 1 Déc - 2:44

DSK et Aubry feintés

Ségolène Royal candidate aux primaires socialistes

Les primaires, scrutin ouvert à tous les sympathisants de gauche pour désigner un candidat pour la présidentielle de 2012, sont prévues à l'automne 2011. La semaine dernière, l'éventualité d'un pacte entre Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal avait semé la pagaille au PS. «Ce pacte n'existe pas pour moi», avait affirmé Royal, faisant mentir la première secrétaire du PS. Une position aujourd'hui confirmée par l'annonce de sa candidature aux primaires.

Mélenchon compréhensif
Le leader du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon (ex-PS) a estimé mardi qu'en se déclarant candidate aux primaires socialistes pour 2012, Ségolène Royal avait «rompu le cercle dans lequel on voulait l'enfermer». «Là elle s'est dit : 'ils sont en train de me voler mon droit à l'existence en m'enfermant dans un pacte' ou je ne sais quoi qui était en réalité un bâillon» et elle a «rompu le cercle dans lequel on voulait l'enfermer», a déclaré sur France 2 Jean-Luc Mélenchon.
Il a souligné que Ségolène Royal s'était déjà «fait voler sa victoire au congrès du PS par des tricheries», lors de l'élection de sa rivale Martine Aubry à la tête du parti. «Moi je la comprends parce qu'elle s'est quand même fait voler toutes ses idées par le parti, qui l'a beaucoup critiquée tout en reprenant son vocabulaire», a-t-il dit. «C'est un épisode à l'intérieur d'une séquence qui s'appelle les primaires (...), ça commence plus tôt, je ne suis pas sûr que ça éclaire vraiment le débat politique, je pense que ça le rend plus confus», a aussi déclaré l'eurodéputé. Selon lui, Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry et Ségolène Royal sont «globalement idéologiquement homogènes».
www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/candidature-royal-les-ambitions-dechirent-le-ps-selon-jack-lang-30-11-2010-1172071.php

Le capitalisme pour seul horizon
Présidentielle : Royal voit en DSK «le meilleur chef de gouvernement»
www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/presidentielle-royal-voit-en-dsk-le-meilleur-chef-de-gouvernement-30-11-2010-1171916.php

Cinq candidats offficiels
Après le député-maire d'Evry, Manuel Valls, l'ancien président des Mutuelles de France, Daniel Le Scornet, le maire de Saint-Dié, Christian Pierret et le député de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal est la cinquième candidate déclarée à ces élections primaires.
D'autres n'ont pas officialisé leurs intentions. C'est le cas notamment de François Hollande, ex-Premier secrétaire du parti, qui a récemment indiqué qu'il se préparait «pour être, le moment venu, candidat». Ou de Pierre Moscovici, député du Doubs, qui ira si DSK, «le mieux placé d'entre nous», n'y va pas.
www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/presidentielle-royal-candidate-aux-primaires-ps-29-11-2010-1170849.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orwelle



Messages : 6141
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   Lun 6 Déc - 14:15


Ségolène candidate, la chasse est ouverte

À peine Ségolène Royal a-t-elle annoncé sa candidature aux primaires socialistes que les observateurs et acteurs de la vie politique française rivalisent déjà d'ingéniosité pour la discréditer. Perte de mémoire collective ?

Ségolène Royal candidate aux primaires socialistes ? Déjà vu. Ségolène Royal raillée, moquée, critiquée ? Déjà vu. Ségolène Royal, gagnante des primaires socialistes ? Déjà vu. De quoi tirer certaines leçons du passé. Et pourtant...

Depuis que la présidente du Poitou-Charente s'est (re)lancée dans la course à la présidentielle, les moqueries fusent. Ce matin, jeudi 2 décembre, Gérard Collomb, soutien de Ségolène Royal en 2007, a profité de la complicité de Jean-Pierre Elkabbach pour tancer allègrement son ancienne candidate. « Ségolène Royal a eu raison pour elle, mais pas pour le PS et pour la France [...] Les gens qui la suivent sont peu nombreux », a asséné le sénateur-maire de Lyon passé maître dans l'art de retourner sa veste. Revenant sur les déclarations de Royal qui avait affirmé sur France Inter que DSK ferait un bon chef du gouvernement, Elkabbach interroge : « Est-ce que DSK ferait un bon Premier ministre de Ségolène Royal ? » Question légitime et pertinente si elle n'avait pas été immédiatement suivie du rire narquois de l'intervieweur. Il n'en faut d'ailleurs pas plus à Collomb pour déverser ses sarcasmes : « Moi je me demandais plutôt quel poste Dominique Strauss-Kahn proposerait à Ségolène Royal » Avant d'ajouter goguenard : « Un grand ministère symbolique où elle pourrait s'exprimer. » Bref, la candidature Royal a le mérite de faire se gondoler une bonne partie de son propre camp.

Alternative à la moquerie : l'ignorance. Benoît Hamon en a fait la brillante démonstration le jour même où Ségolène a choisi de sortir du bois. Invité de RTL, le porte-parole du PS a tenté de présenter la candidature « dissidente » comme un non-événement. « Surpris pas vraiment, peu importe la date, la question était de savoir si Ségolène Royal serait candidate à la primaire, je n'ai jamais ressenti qu'elle voulait abandonner cette ambition d'être présidente, c'est donc logique et prévisible. » Circulez y a rien à voir. La stratégie Hamon, communément appelée « stratégie de l'autruche », a d'ailleurs fait des émules du côté de Solférino.

Les journalistes du Petit journal de Canal+ ont eux aussi tenté de titiller les élus PS qui se pressaient mardi 30 novembre au Café de Flore pour célébrer les 20 ans de la revue de BHL, La Règle du jeu. Mais malgré la ténacité du reporter dépêché sur place, ni Delanoë, ni Montebourg, ni Fabius, ni même Jospin -pourtant « retiré de la vie politique »- n'ont accepté de répondre à la question posée : « Est-ce un jour historique pour le PS ? » Alternant rire et consternation, le gratin socialiste ne semble pas prendre au sérieux la déclaration de candidature de l'ex-adversaire de Sarkozy.

Et l'amusement que suscite la rupture du pacte Aubry-DSK-Royal par la Dame du Poitou, dépasse largement le cercle des initiés du PS. Journalistes, comiques... Ils sont nombreux à se gausser ouvertement du coup d'accélérateur donné par Royal. Sur RTL, l'humoriste Tanguy Pastureau lui a consacré l'intégralité de sa chronique du mercredi 1er décembre. Morceaux choisis : « Noir désir c'est terminé par contre Désir d'avenir c'est reparti, sa chanteuse Ségolène sera en tournée jusqu'en mai 2012. Apparemment le désir d'avenir de Ségolène était trop fort, elle n'a pas pu se retenir, la pauvre est atteinte de déclaration précoce. Tous les experts en politique sont d'accord : Ségolène est un formidable atout pour l'UMP. » C'est léger, on rigole... Oui mais.

Les persiflages incessants des uns et des autres donnent le sentiment d'une grande amnésie collective. En 2006, Ségolène ne s'est pas contentée de se présenter aux primaires. Elle les a aussi remportées. Haut la main. 60% pour elle contre seulement 20% pour Dominique Strauss-Kahn, qui, à l'image de Martine Aubry, ne montre pas pour l'instant une grande envie de se lancer dans la course. Et dans des primaires, l'envie et la capacité à se lancer sont un atout certain.Voilà de quoi faire réfléchir ceux qui aujourd'hui balayent d'un revers de main méprisant cette candidature. Certes, la présidente de Désir d'avenir a ensuite échoué au second tour de la présidentielle. Mais si le PS veut avoir une chance de gagner en 2012, il devrait peut-être se remémorer son passé et ainsi éviter les ornières qui lui ont coûté deux présidentielles successives. Et, dénigrer ses propres candidats,même si l'on peut douter de la candidature Royal, et de sa capacité à transformer l'essai cette fois-ci, n'est pas la meilleure tactique.

Laureline Dupont
www.marianne2.fr/Segolene-candidate-la-chasse-est-ouverte_a200310.html

Illustration :

Quiz spécial « vous croyez connaître Royal ? Prouvez-le »
www.rue89.com/2010/12/04/quiz-vous-croyez-connaitre-royal-prouvez-le-179190

La candidature de Royal désapprouvée par les Français, dit Ifop
www.lepoint.fr/fil-info-reuters/la-candidature-de-royal-desapprouvee-par-les-francais-dit-ifop-02-12-2010-1270293_240.php

Cohn-Bendit : "Le débat le plus intéressant serait Strauss-Kahn contre Sarkozy"
L'eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit a jugé dimanche soir sur I-Télé/France Inter/Le Monde que Dominique Strauss-Kahn était "intellectuellement le plus apte à trouver des compromis pour nous faire avancer".
www.lemonde.fr/politique/video/2010/12/05/cohn-bendit-le-debat-le-plus-interessant-serait-strauss-kahn-sarkozy_1449322_823448.html

Il faut un chiraquien comme Jean-François Probst pour revenir sans malveillance sur la candidature de Ségolène Royal
www.bakchich.info/Probst-de-Royal-a-la-Cote-d-Ivoire,12579.html

Retour sur la campagne électorale précédant l’élection présidentielle de 2007

Selon un participant des journées parlementaires du Parti socialiste, Ségolène Royal est « fébrile et excitée comme une gamine ».

Laurent Fabius se demande «Qui va garder les enfants ?» si Ségolène Royal est candidate à la présidentielle [son compagnon François Hollande est Premier secrétaire du Parti socialiste].

Sur France Info, le même jour, un journaliste demande en direct à la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes si elle sollicitera l’autorisation de François Hollande avant de se présenter.

Au 20 heures de France2, Jack Lang, participant des journées parlementaires persifle : « La présidentielle, ce n’est pas un concours de beauté. »

Michel Charasse « interprète la candidature de madame Royal comme le signe que l’actuelle direction fait une croix sur 2007 »

Aux journées parlementaires de Nevers, découvrant les deux doubles pages consacrées à Ségolène Royal dans Paris-Match, certains ne peuvent retenir quelques commentaires méprisants. « Je vais rajouter une balle dans le fusil de chasse », affirme Henri Emmanuelli, tandis que Laurent Fabius, devant l’afflux de candidats potentiels, propose qu’on instaure une « présidence tournante ».

Dominique Strauss-Kahn qualifie, le 16 mai 2006, la popularité de Ségolène Royal ainsi : 'Une hallucination collective'.

Michel Rocard confirme avoir proposé en mars 2007 à la candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal de la remplacer, peu avant le premier tour. "Elle était fichue", explique l'ancien Premier ministre dans une interview à Paris-Match.

www.genreenaction.net/spip.php?article3702
www.tunizien.com/81623-tunisie--france-presidentielle.html
www.rfi.fr/actufr/articles/083/article_47507.asp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les transfuges avec papiers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les transfuges avec papiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» papier de papillotes
» sites de déco papiers peints etc
» calendriers de l'avant avec rouleaux papiers Q ou sopalin
» Que faire avec du papier d'aluminium ?
» Que faire avec des coings ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sarkoverdose :: Forum :: Politique / Social-
Sauter vers: